Soutenez le forum !
1234
Partagez

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae

Aditya
Aditya

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Mer 31 Mar 2021 - 18:44
Secrets de pandore

ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae


Été 204, Palais impérial, capitale du Feu.

Guidé à l'ombre de ses pas par les flancs des gardiens de ces lieux, de ces âmes affublées de fer et de métal dans le seul but d'offrir à cette si chère patrie la sécurité d'une paix relative, la silhouette de l'enfant du bois s'imprégna des abords du palais impérial en compagnie de l'enfant des bêtes, qui, une fois encore, ne s'échappait jamais de ses côtés. D'un regard pressé en sa direction, un sourire fin fendit son visage tandis que ses prunelles s'enivraient des dorures et de l'architecture sempiternelle qui s'offrait à leurs yeux, bien qu'en son cœur gronde l'ardent désir de rencontrer celui que tous nommaient au titre d'Empereur... pour des raisons tout à fait différentes de celles auxquelles il pouvait s'attendre.

Alors, lorsque l'aspect délicat d'une missive avait ouvert leur chemin jusqu'aux portes nacrées et boisées de cette demeure, la lettre retrouva le confort du sari de son encreur ; et de deux poings frappés sur la surface de cette barrière, l'un des gardes signala tant par la voix que par son geste la venue des âmes de la Brume.

D'un signe de tête providentiel, Aditya adressa un remerciement à l'individu avant de s'engouffrer à l'intérieur de la salle du trône en enjoignant le pas à la féline, tandis que derrière eux, les portes se refermaient à leur tour en suivant les mouvements des vigiles. Demeurés dans leur dos, arme à la main, ils s'étaient mués sous le joug de statues de chair et de sang ; et d'un regard en leur direction pour s'assurer de leur immobilité, le blond releva son attention sur la courbe de l'horizon, où se dévoilaient les deux silhouettes qui avaient tant attendu leur présence. L'une, familière par ses cheveux rougeoyants, tandis que la seconde ne trouvait que le confort que la renommée avait écrit sur les pages à son sujet.

Ses iris éthérées dardèrent les traits du Sendai avec une once de dureté mêlée dans son indifférence habituelle, avant qu'elle ne s'efface lorsqu'il courba légèrement l'échine par respect envers son titre et sa place sur ces terres ; et bien assez, tôt, ce fut à sa voix de faire écho dans la pièce, en révérence aux bruits de leurs pas.

« Empereur du Feu. Hanae. »

S'il se permit une once d'intimité avec la jeune femme en employant ainsi son nom, le Gardien Sylvestre n'ignorait pas pour autant ni son grade, ni son influence aux côtés de ce quii semblait être l'un des membres de son clan. Doive-t-il l'avoir connu par le passé, son ton suffisait à lui seul pour traduire l'égard qu'il éprouvait pour leurs rôles au sein du Feu.

« J'imagine que vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que cette entrevue ne concerne que Yasei Reikan et moi-même ; les autres âmes de la Brume qui nous accompagnent n'ont ni l'utilité ni le besoin d'être présents, aussi leur ai-je donné quartier libre d'ici notre retour. »

Et bien que ses paroles transcrivissent un air des plus cordiaux envers cet homme et la femme à son bras, conformément aux liens qui unissaient leurs deux nations, seule la féline, peut-être, pourrait discerner le léger déplaisir qui transparaissait dans l'attitude du blond, pourtant d'ordinaire si détaché, après tant d'années à se trouver à ses côtés. Pourtant, il se retint de lui adresser une oeillade, maintenant son regard céruléen rivé sur ces deux silhouettes.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Sam 3 Avr 2021 - 21:45
Été de l'An 204, Pays du Feu, Palais Impérial[invisible_edit]

À mille lieues de l'humidité de la Brume saturée par les averses estivales, loin de la poussière ocre et pulvérulente qui charriait le Désert dans toute sa virulence, Yasei Reikan foulait le sol lambrissé de bois précieux d'un corridor aussi large qu'une demeure de bonne augure. Rares demeuraient les fois où elle voulait bien se trouver aux bras d'une richesse si inconnue, malgré celles qui couraient parmi sa crinière de jais en tant que legs claniques. Par une qualité d'enfant des Bêtes ou l'humilité qui bornait son caractère, elle n'avait de cesse de nourrir son indifférence à l'égard des Hommes au sujet de la préciosité et de la noblesse. Parce qu'elle avait entrevu le jour sur des dunes pauvres et infécondes et parce qu'elle s'était élevée sur les modestes sentiers de ce monde, bien trop souvent témoins d'une réalité cruellement éloignée du rêve de douce paix entretenu par les plus puissants et plantureux, force était de constater que la métamorphe restait encore aujourd'hui incapable de comprendre cette obsession que l'Homme étoffait envers l'or et le pouvoir pour apaiser les maux de son existence. Car pendant que certains régnaient dans l'opulence, d'autres mourraient à la tâche pour les rendre plus charnus d'abondance. Cet intérêt de se terrer derrière des murs aussi lisses que brillants, au Brouillard comme au Feu, notre guerrière aux épaulières ne savait pas le voir. Et à vrai dire, elle ne le voulait même pas.

À tel point qu'elle se contenta d'observer sans avouer ses pensées.

Seul un maigre sourire osa se frayer son chemin sur ses lèvres sans y révéler toute la bestialité de ses canines à l'attention du seul en qui elle creusait cette confiance absolument aveugle. Au rythme de ses pas bercé par celui de leurs accompagnateurs, la tête d'une telle délégation du Brouillard ne tarda pas à trouver sa place aux portes du berceau de l'Empereur de jade. Et derrière elles dormait encore toute la puissance de ces terres qui hurlait son écho à celle de son passé, où les souvenirs de l'enfant aux mèches de grenade s'amusaient encore à lui marteler l'esprit. Après tant d'années, l'encre de leurs mots se voulait bien insuffisante pour entremêler de plus belle la vie de deux amies d'enfance séparées par les vices et travers du genre humain. Il ne manquait plus qu'à rattraper tout ce temps perdu en tant qu'adultes, dorénavant. Pour mieux effacer la peine et l'inquiétude nées de cette scission à laquelle la changeforme n'avait jamais pu se résigner, de sa condition de petite fille haute comme trois pommes à celle de combattante pour la Brume et meneuse de son propre clan. Un instant, ses yeux s'écrasèrent contre les dalles devant ses pieds. Mais bien assez vite, la lueur délivrée par l'ouverture des portes face à elle chassa ses rêveries les plus nostalgiques et lui permit de déposer sur ce monde un nouveau regard, prêt à affronter celui de la rougeoyante et la tornade d'émotions qui cherchait à brusquer ses entrailles. Et d'un pas vers l'avant, la Cheffe du clan Yasei pénétra dans la salle où siégeait celui de tout l'Empire et son porte-parole.

Son échine se courba très sensiblement, en guise de salutations.

La Tigresse blanche termina cette parenthèse de cils de charbon pour caresser de son myosotis la silhouette de Sendai Hanae. Si le marbre de son faciès n'autorisait pas la moindre esquisse sur ses traits éduqués par la rigueur de son éducation, la bataille de pensées faisait pourtant rage derrière les barreaux de sa chair et de ses os. Tu n'as pas changé. Mais sais-tu seulement ô combien tu les as inquiétés au point d'en devenir le centre de leur obsession depuis ta disparition? À la veille de contempler à nouveau les visages de Keiko et Takeshi sur le firmament de son psyché, ses pupilles auraient voulu se rendre plus luisantes pour la soulager de tous les sentiments et les réminiscences qui parasitaient son esprit, au cours de ces retrouvailles. En vain, terrassée par sa propre austérité. Notre enfant des Bêtes tenait à faire barrage au navire de l'émoi qui voulait envahir le port de son âme, rien que par respect envers celui qui attendait la venue du Gardien Sylvestre et de Shiroitora*. Celui sur qui la Yasei aux éphélides eut vite fait de déposer ses perles céruléennes pour trouver un égal azuré dans les siennes.

« Ravie de te retrouver, Hanae. Et peut-être de vous rencontrer, Sendai Yahiko. »

*Shiroitora (白い虎, litt: Tigresse blanche)


_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 4 Avr 2021 - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Dim 4 Avr 2021 - 15:11
Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae X3c6
Il n'y avait alors aucune préparation si ce n'était celle de tenter de récolter, auprès des journaux mondiaux bien reconnus, quelques informations concernant l'identité des nouveaux venus. Cela faisait quelques jours depuis la bonne réception de la lettre que m'avait envoyé le Gardien Sylvestre en personne et en toute bonne conscience, je m'étais fait à l'idée qu'il aurait été honorable et professionnel de tenter de récupérer quelques données essentielles sur les enfants de la Brume. L'heure était alors à l'échange et à l'ouverture culturelle, car bien décidé à étudier avec attention les quelques hauts faits qui les caractérisaient, je m'étais persuadé qu'il était dans l'intérêt de tous d'oser m'intéresser à leur réelle identité profonde.

Le bruit sourd et grave de la gigantesque porte qui s'ouvrait marquait alors le début d'une rencontre aux allures historiques. Sauf méconnaissance, je n'avais en mémoire un seul événement historique dans lequel l'Empire s'ouvrait au monde. Déjà parce qu'il ne le voulait pas, mais aussi parce que le passif houleux qui dessinait ses traits ne donnait envie à qui que ce soit de fouler les terres du Feu. Il s'était présenté au monde comme un peuple fier et battant, et je me battais maintenant tout autant pour montrer au monde des valeurs presque opposées. Naïfs seraient ceux qui seraient tentés de croire que de nobles intentions provenant d'un Empereur pacifique illustraient un changement soudain de mentalité. L'Empire était orgueilleux, il était fier et il bombait le torse d'honneur. Ce n'était pas à un étranger d'altérer ces facettes qu'ils alimentaient avec tant de hargne.

Les deux âmes s'approchèrent alors petit à petit, franchissant avec droiture et respect le long tapis qui reliait les grandes portes aux marches du trône. Accompagné de ma Porte-Parole et amie que j'avais pu convier à temps, après avoir été mis au courant vivement par des gardes de l'arrivée des Ninjas, je me levais de mon siège impérial pour honorer leur entrée. Ils avaient été courageux, sûrement empli de bonnes intentions, et je ne m'imaginais une seule seconde avoir affaire à un coup d'état, surtout après avoir partagé à l'ensemble des Kage mes bonnes intentions.

Nous étions alors normalement -et je l'espérai, sans un mot, sur la même longueur d'onde. Me présentant à eux sous mes plus belles coutures, bien qu'elles mentaient par obligation sur le caractère pourtant simple que j'arborais, j'attendais leur salut pour répondre à leur introduction. D'un air détaché, déterminé à l'idée de viser juste directement, je les regardai avec attention et curiosité, soucieux de bien faire.

-"Délégation de Kiri, bienvenue chez nous. C'est un honneur pour moi de célébrer une entrevue rarissime pour un peuple comme celui du Feu. Vous deviez être informés au travers de mes lettres de toutes mes bonnes intentions à votre égard, sachez qu'elles tiennent toujours. C'est avec beaucoup d'ouverture et de curiosité que je me permets de vous recevoir et je compte bien honorer le courage avec lequel vous avez osé fouler nos terres."

Mettant un petit temps de pause, je me permis ensuite de rebondir sur les quelques détails concernant les accompagnateurs du duo.

-"Je n'y vois pas d'inconvénient. J'ai personnellement demandé à ma garde de les escorter vers ce qui sera votre demeure, puissiez vous les retrouver là bas le temps de votre séjour, en espérant qu'elle vous siéra."

Je me tournai alors vers ma Porte-Parole, principalement surpris des quelques aises qu'avaient prit les shinobis de Kiri avec elles. A quel point se connaissaient-ils ? De nombreux détails m'échappaient, même si Hanae m'avait déjà assuré qu'ils étaient de confiance.

-"Permettez-moi de rattraper mon retard. Je devrais avoir en face de moi Yasei Reikan, cheffe du même clan, également connue sous le nom de la Tigresse Blanche", commençais-je en plongeant mes iris bleu clair dans le regard de la brune.

Et les tournant après quelques instants, le temps de la dévisager un court temps, je regardai cette fois le blondinet qui était à l'origine de nos échanges.

-"Quant à vous, vous devriez être Aditya, Gardien Sylvestre, l'homme qui a prit l'initiative d'entrer en contact avec moi... n'est-ce pas ?"

Cela sautait aux yeux, mais il était étrangement professionnel de donner des banalités pour être certains d'être sur la même longueur d'onde.

-"Enchanté de faire vos connaissances, je suis Sendai Yahiko et ma Porte-Parole ici présente est Sendai Hanae. Mais de ce que j'ai compris, vous vous connaissez déjà."

Décidé à démarrer correctement l'échange, je finalisais alors mon court monologue pour les lancer sur la véritable raison de leur arrivée.

-"Enfin, dites-moi plutôt. Qu'est-ce qui vous amène à Urahi, autre qu'une simple visite diplomatique ?"

La question était alors large et on ne peut plus curieuse. Il était évident à mes yeux qu'ils ne venaient pas simplement pour une simple entrevue visant à souder la Brume et le Feu, car j'étais bien persuadé que chaque acte ne pouvait complètement exclure une once d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Dim 4 Avr 2021 - 15:42
L’incertitude et l’appréhension n’étaient pas des sentiments communs, chez Sendai Hanae. Plus souvent sûre d’elle-même et encline à pouvoir gérer beaucoup de situations, notamment en ce qui concernait le dialogue et la diplomatie, il s’avérait rare que la rubiconde n’appréhende une rencontre à venir. Mais cela faisait maintenant quelques jours que la nouvelle était tombée, ne manquant pas de surprendre et de prendre court la flamboyante, qui ne se sentait pas prête à cela. Revoir Aditya était un fait plutôt réjouissant, il était, après tout, bien loin du commun des mâles dominateurs et pervers, soumettant les autres pour son bon plaisir, et malgré son manque d’expression, il ne manquait pas du tout de conversation, et des plus passionnantes.

L’autre nom, cela dit, avait fait comme un coup à la jeune femme, car si elle avait eu la force de lui écrire, la voir serait une autre affaire. Si elle avait évité de la rencontrer, alors qu’elle séjournait pour une courte durée par-delà les flots impétueux de l’océan meurtrier, c’était pour les mêmes raisons qui la poussaient aujourd’hui à redouter ces retrouvailles. Mais lorsque Yahiko l’informa de leur venue, tout en demandant une confirmation sur les dires du Gardien Sylvestre, il lui demanda également de les rencontrer à ses côtés. Probablement était-ce une façon pour l’Empereur du Feu d’assurer un climat de paix et de bonne entente, en prenant sa Porte-Parole avec lui.

Le jour promis arriva donc aussi vite que prévu, la traversée de cet océan n’étant sans doute pas de grande difficulté pour un peuple se voulant maître de la navigation. Sans réellement être dans l’alerte, la Porte-Parole fût prévenue, et se prépara à la hâte pour être arrivée avant les invités. N’ayant pas de tenue spécifique pour son rôle au sein de l’Empire, la rubiconde se contenta d’une tenue sobre, cachant au maximum sa peau toujours mutilée par son adolescence des plus difficiles, ainsi que bon nombre de sceau lui permettant d’être prête à toute éventualité, à tout moment. Dans ce cas précis, il n’y avait pas de raisons d’envisager un affrontement, cependant.

Elle salua Yahiko lorsqu’elle entra dans la salle du trône, et, se tenant à ses côtés, attendit quelques instants que l’air ne tremble sous le puissant bruit que produisait l’ouverture de l’immense porte. Le moment était venu pour elle d’arborer son plus beau masque, et de ne pas se laisser aller à l’émotion, alors que celle avec qui elle avait passé de longs moments de son enfance s’avançait aux côtés de l’ami qu’elle connaissait depuis maintenant plusieurs mois. D’un côté, l’homme n’avait pas beaucoup changé, et pour cause, ils s’étaient quitté peu de temps avant les événements de Tsume, qui avaient pour le moins totalement changé le monde et l’image des conflits à venir. De l’autre, la jeune femme brune n’était plus la même depuis ces dix années. Elle dégageait toujours la même assurance, et cette beauté radieuse qui n’en ajoutait qu’un peu plus à l’intimidation qu’elle pouvait provoquer chez ses adversaires. Mais elle n’était plus une enfant, et aussi bien dans son dialogue que dans ses capacités, elle devait avoir changé à un point que la Sendai peinait à imaginer.

Sa présence étant presque symbolique, Hanae se contenta de salutations discrètes, en réponse à celles de ses amis. Peut-être, également, que prononcer des mots était compliqué du fait de la présence de Shiroitora. Elle laissa l’Empereur parler, s’apprêtant à n’intervenir qu’en cas d’adressage direct à sa personne. Mais dans l’idée, elle n’avait que peu à dire si Yahiko se tenait en présence, car son rôle ne prenait de l’importance qu’en l’absence du Souverain…






_________________
Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Aditya
Aditya

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Lun 5 Avr 2021 - 13:16
Son regard vient trouvé les prunelles myosotis de la féline, lorsqu'elle accorda quelques mots à l'adresse de la Porte-Parole et de son Empereur, non sans parer ses dires d’une douce bienveillance. En cet instant, il se remémora sa première rencontre avec la rubiconde, tenant au creux d'une paume serrée à l'extrême les reflets d'un magatama similaire à celle que sa confidente portait à ses lobes avant tant de fierté. Un signe, maigre, et pourtant si clair en regardant en arrière, du lien de connaissance qui unissait les jeunes femmes. Mais son attention, elle, revint rapidement se loger sur les orbes éthérés de l'homme du Feu, entre humilité et éternité.

« Puisse-t-elle se dérouler mieux que la première que l'ancien Empereur avait commanditée. J'imagine que cette idée de souveraineté sur la Brume vous est passée au même titre que le pouvoir n'a changé de mains, ou tout du moins je l'espère. », glissa-t-il sur un ton équivoque en avisant le Sendai.

Les détours de la tâche d'un rouge riche qui trônait sur son front se fondirent sous l'ombre de ses mèches d'or lorsqu'il observa la rubiconde qui se murait désormais dans le silence, après avoir octroyé à leurs salutations une rétorque tout aussi familière. S'il comprit rapidement qu'elle se tiendrait ici en tant que membre de l'Empire du feu en acceptant les responsabilités qui allaient de pair avec son rôle, il ne s'en formalisa point ; après tout, elle ne pourrait certainement pas parler pour son confrère, mais sa seule présence suffisait à placer cette entrevue sur un pied d'égalité et de bonne entente.

« En effet. »

Il balaya bien assez vite les présentations d'usage que requéraient leur présence pour accueillir la question du nivéen d'une tout autre façon, les yeux légèrement plissés sous la réflexion. S'il savait d'ores et déjà comment répondre à cette interrogation – par la franchise, naturellement – il ne savait réellement par quel angle apporter la situation.

Soit. Il lui laisserait la main, dans l'unique but de discerner si le Sendai choisirait un doux artifice à substituer à la réalité.

« Le clan Shinrin. »

Il laissa sa voix résonner un instant dans la salle en observant les réactions de son vis-à-vis avant de poursuivre, en demeurant aussi humble et droit qu'il ne l'avait été jusqu'ici.

« J'ai récemment découvert des liens personnels qui me liaient à ses représentants ; c'est, pour ainsi dire, la raison même pour laquelle nous avons quitté l'archipel. Au-delà d'obtenir votre autorisation pour me rendre auprès d'eux, j'ai supposé que vous seriez la personne la plus indiquée si d'aventure je souhaitais en apprendre plus sur les héritiers du bois. Après tout, certains de leurs visages me sont déjà familiers, bien que j’aie cru comprendre que d'autres s'étaient fait remarquer dans vos rangs. »

D’un coup d’œil glissé à l’adresse de la métamorphe, il la pria silencieusement de veiller à la véracité des propos de l’homme lorsqu’il évoquerait les aspirations du Feu envers leur très chère Brume, afin d’user de cette entrevue comme une façon nouvelle de veiller à ses intérêts et ceux de l’archipel tout entier.

_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Lun 5 Avr 2021 - 16:58
Cet Empire de jade et de flammes s'accommodait d'une gracieuse bienveillance, au détour de mots rejetés et rendus orphelins par les lèvres de leur meneur. Mais, Yasei Reikan savait à quel point le doute de la parole d'autrui s'offrait cette place de choix en son cœur, du moins à l'ombre préalable de tout acte concret et beau de sincérité. Car si la force d'émeraude du Continent avait un jour bien voulu montrer une langue fourchue à celle du Brouillard, en lui faisant part de sa volonté de la voir s'affaisser sous leur joug, la délégation d'outre-mer ne se retrouvait toujours pas à l'abri d'une tête pensante aussi vicieuse que celle vissée sur les épaules de son prédécesseur. Ses seuls mots, s'ils pouvaient être vêtus de tolérance et témoins de tout son respect envers les guerriers de la Brume, sonnaient à ses oreilles comme des épîtres encore nébuleuses de la part d'un inconnu. Parce que si le nom de Sendai Yahiko inspirait l'honneur dans les sillons des âmes de bien d'Hommes sur ce globe, l'enfant des Bêtes ne trouvait pas la foi de chasser son indifférence à l'égard des rumeurs et des échos qui parcouraient le Yuukan au sujet de la figure smaragdine. Qu'il soit paysan ou noble, enfant ou vieillard, partisan des champs de guerre ou de paix, la Tigresse blanche refusait de mirer son prochain qu'à travers ses seuls titre ou statut en ce monde uniquement. Il lui fallait découvrir ce qui voulait bien se terrer au creux de ses entrailles et de son cœur, avant d'oser se positionner.

Mais l'Empereur du Feu ne saurait devenir une première exception à la règle, qu'elle appliquait déjà avec opiniâtreté au sein de sa famille. Car c'était là toute la bestialité de Yasei Reikan, aussi douce et gentille s'avérait-elle quand la férocité n'imprégnait pas son enveloppe charnelle. Son esprit libre, s'il ne se sentait pas écrasé par le symbole du Tigre blanc qui trônait dans son dos, ne le serait par personne.

Et ce quand bien même le tableau de son discours s'idéalisait au gré du pinceau de toute sa bonté, alors que la femme incandescente se révélait prisonnière de son propre silence. Une discrétion qui, pourtant, faisait l'effet d'un vacarme innommable derrière les barreaux de chair de notre Yasei aux éphélides. Malgré tel typhon d'émotions qui osait l'épier, la féline garda la tête haute et les épaules droites en se démantelant de l'attention tantôt portée sur cette chevelure écarlate. Ses yeux d'éther, eux, remontèrent avec lenteur le long du bras d'Aditya pour finir par s'échouer sur ses traits tournés vers un tel combattant du Feu. Si ses lèvres charnues la préservaient encore de toute intrusion, ses pensées elles, se laissèrent aller face à la vue de son ami porté par l'espoir d'en connaître plus sur les rhizomes de sa lignée. À cet instant précis, Yasei Reikan eut l'impression de se revoir plusieurs mois en arrière, en train de marcher non pas sur le parquet lambrissé d'un Palais Impérial du Feu mais bien sur la mer de grains du Vent, absorbée par la quête de renouer avec ses racines et de ne plus jamais les relâcher. Et si ses efforts claniques s'étaient couronnés de succès en ce qu'elle était devenue la meneuse des siens, en marge de tous les remords pour le Scorpion noir, une épée de Damoclès s'amusait encore à peser sur ceux que le Gardien Sylvestre était en train de fournir. Mille et une questions voulaient encore la terrasser de l'intérieur, toutefois la métamorphe les fit ainsi se taire. Car dès qu'elles en obtinrent l'occasion, ses perles céruléennes s'accrochèrent aux siennes.

Pour mieux se planter ensuite dans celles de Sendai Yahiko, au rythme mélodieux de ses boucles d'oreilles griffues.

« La Tigresse blanche en personne. Si je suis là, c'est bien pour soutenir la cause du Gardien Sylvestre pour le clan Shinrin. Mais en ma qualité de Cheffe des enfants des Bêtes, je ne peux vous éclipser la mienne qui serait de rencontrer les métamorphes comptés parmi vos rangs. Depuis leur exode, je n'ai jamais cessé mes recherches à travers le monde avec mes pairs. Et j'ose espérer qu'il vous sera aisé de comprendre que leur allégeance envers l'Empire de jade ou envers toute autre puissance... n'a en rien altéré et n'altèrera jamais le sang qui coule dans leurs veines, Sendai Yahiko. »

De suite, les miroirs de son âme se rendirent plus intenses lorsqu'ils firent naufrage sur le visage de l'Empereur. À une éternité de toute gêne inutile et propre à cette enfance civile que la changeforme était loin de détenir, elle se permit de le fusiller du regard sans lui distribuer un sentiment autre que celui de la confiance à son égard. Comme celles d'un prédateur qui n'attendaient finalement qu'une réponse de sa part, les pupilles de Shiroitora refusèrent de s'en détacher pendant que l'intérieur de son organe olfactif se muait sous l'ordre le plus silencieux de son carcan de chair. Évanouie dans la furtivité et tout le mystère de sa métamorphose animale, à l'abri des yeux extérieurs trop gangrénés de curiosité, l'Héroïne de l'Eau se servit de son odorat surhumain afin de mieux se focaliser sur les odeurs qui émanaient de l'Empereur d'émeraude. Elles sauraient la mettre en mesure de démêler le vrai du faux qui sortirait de la bouche de son vis-à-vis, aussi longtemps qu'elle le voudrait.

technique utilisée:
 


_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Mar 6 Avr 2021 - 10:41
Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae X3c6
Oscillant du shinobi à la kunoichi au rythme de leurs interventions, mes yeux tâchèrent de refléter une parfaite curiosité et un certain intérêt vis à vis de leurs préoccupations. Leurs réponses furent alors claires et concises, pourvues également d'une certaine ambition ainsi que d'une indiscutable détermination que je ne pouvais ignorer, mais je ne pu m'empêcher d'éprouver quelques craintes à l'idée de tenir une conversation sur un clan aussi complexe que celui du Bois.

Contrairement à celui des métamorphes qui, peu représentés au sein même du Pays du Feu, ne représentaient pas vraiment un quelconque danger. Je pouvais même me permettre d'aiguiller la Tigresse Blanche sur la seule personne que je connaissais et que j'avais affronté il y avait de cela quelque jours... qui n'était autre que la compagne même de ma Porte-Parole ici présente. Mais avant de délivrer une quelconque information, soumis à la complexité du monde qui m'entourait et qui m'avait forcé à adapter ma bonne participation et mes bonnes volontés, je me tâchai également de prendre quelques dispositions.

Des premières interrogations aux dernières, je comptais être aussi exhaustif que possible... sans pour autant oser dévoiler la plupart des secrets qui entouraient un peuple que je devais respecter.

-"L'idée de la souveraineté sur la Brume n'a à mes yeux pas plus de valeur que celle d'annihiler le chakra. Je ne perçois un futur paisible que dans le respect des libertés de chacun. Accompagné d'une éducation à la tolérance et à la communication, là est ma solution aux plus grandes problématiques du Yuukan. Vous ne craignez rien de moi, peuple de Kiri..."

Me regard se fronça alors très légèrement, dessinant majoritairement des traits de concentration et de fermeté sur des valeurs qui m'étaient chères.

-"Du moins, tant que vous ne participez pas à alimenter le cycle de haine qui perdure depuis trop longtemps."

Je croisai alors les jambes, décidé à revenir sur le sujet qui les intéressait. Ils voulaient des pistes sur leurs origines ? Je pouvais leur en donner, plus facilement à la brune qu'au Gardien Sylvestre d'ailleurs. Car la requête du Jônin était tout aussi simple dans sa formulation, mais incluait des rouages bien plus complexes... ceux d'un clan qui, à première vue, arborait avec fierté des valeurs opposées aux miennes.

Je commençai à répondre premièrement à celle dont les yeux reflétaient la couleur des miens avec des teintes plus sombres, avant de me pencher sur le plus gros du sujet.

-"Sachez que ni l'Empire ni un quelconque Empereur ne saura s'impliquer dans tout ce qui concerne les liens du sang. Cela dépasse tout titre et toute puissance. Je suis même honoré à l'idée que vous puissiez rencontrer vos pairs... et qu'ils vous rencontrent, d'ailleurs. Comprenez cependant que j'y verrai une problématique si vous détourniez leurs caractères pour les mener vers une piste hostile à la Coalition ou à l'Empire. Mais ce n'est pas votre cas, n'est-ce pas ?"

Pour terminer sur le cas de la jeune femme, je lui présentai aussi simplement que cela ce qui l'attendait.

-"Je ne connais qu'un métamorphe siégeant dans l'Empire, mais il s'agit là d'une bonne amie à moi et je ne vois aucun problème à l'idée de la faire vous rencontrer. Par contre, pour ce qui est de vous... Aditya de la Brume..."

Mes yeux virèrent d'un trait sur les pupilles du blondinet. Mon regard était plus sérieux, plus complexe... presque plus sévère. Il pouvait sans problème comprendre que la situation était bien plus compliquée pour moi que prévue.

-"Je ne pourrai vous donner une quelconque indication sans préventions. Dites moi, quid de la franchise ou de la manipulation ? Quid de la compréhension ou de l'intolérance ? Quid de l'intérêt ou du sacrifice ?"

Ma tête balançait légèrement sur le côté, analysant avec profondeur les iris de celui qui se mettait seul au centre de tout un système qui le dépassait. Ou peut-être avait-il le pouvoir de le briser ?

-"Je vais vous faire comprendre la honte et le déshonneur que présente le clan Shinrin... à l'internationale."

Et dans tout ce long discours, Yasei Reikan allait pouvoir se rendre compte d'une de mes caractéristiques principales. Je ne mentais jamais... mais il n'était pas non plus dans mon intérêt de donner toutes les vérités.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Mar 6 Avr 2021 - 18:08
Il était de ces individus droits de véracité et ronds de sincérité en ce monde. Des gens qui, pour le triomphe du flambeau de la vérité sur les ténèbres du simulacre, se voulaient prêts à subir bien des sacrifices, bien des tristesses. À l'ombre d'autres esprits plus tordus et souvent moins candides, ils voulaient briller par leur hardiesse du vrai et se peigner de pureté, sans des artifices trop pompeux ou fâcheux à l'égard des autres. Et tout à fait en marge de celui du Gardien Sylvestre, le sens de la diplomatie de Yasei Reikan pouvait sauter aux yeux comme paraissant assez limité par la fierté qui tombait sur ses épaulières dorées et l'honnêteté qui l'imbibait jusqu'au bout de sa chevelure de jais, en tant qu'enfant des Bêtes qui estimait la fumée du mensonge comme la trace d'un incendie à fuir ou à éviter à tout prix. Mais outre son âge qui n'était pas encore d'or, sa douce sagesse et son utile odorat lui permettait de réduire à néant les barrières de la moindre imposture qui s'amusait à rôder près d'elle, sans prendre garde à ses facultés. Et au gré des odeurs qu'elle filtrait dans cette pièce lambrissée de marbre et de bois, la féline ne pouvait que faire face à un constat pauvre en déplaisir pour les guerriers de la Brume venus en paix sur les terres du Feu ; celui que Sendai Yahiko faisait probablement partie de ces personnes-là, qui ne juraient que par une franchise de leurs actes et la bonne transparence de leurs mots, envers leur peuple ou les étrangers.

L'Empereur de jade se révélait assez fin pour ni mentir ni fabuler face à la Cheffe du clan Yasei.

Plus encore, il paraissait même partager certaines pièces des squelettes de valeurs et de principes construits et entretenus au fil des années par nos deux âmes sœurs levées devant lui. Au point de heurter l'esprit de la Tigresse blanche à travers cette vague de haine qu'elle s'efforçait de combattre et que lui voulait bien nommer cycle, dans son langage. Cet Homme du Feu, s'il portait les mêmes couleurs que Shinrin Shinpachi venu au bras de l'Archipel par le passé, entendait se placer à mille lieues de ses idées cagneuses et cabossées de vices au nom des territoires d'Émeraude. C'était là les prémices d'un soulagement intérieur qui voulait gronder, au cœur de la changeforme. Mais un tel réconfort, de savoir qu'au-delà du Pays de l'Eau existait une forme de tolérance aussi reconnue, ne put s'autoriser de bien intenses échos sur le marbre de son visage demeuré ferme et résolu, de concert avec sa silencieuse imprégnation des effluves nées du Sendai. Car assez tôt, les premiers doutes qu'il délaissa naître à l'atmosphère lui rappelèrent à quel point son pays natal s'était rendu mystique aux yeux des autres nations à force de temps, pourchassé par son passé sanglant et des idéalisations persistantes que le monde abattait encore aujourd'hui sur lui. La discrétion de la Cité Brumeuse, si elle ne la rendait pas moins impacte dans ses agissements à travers le Yuukan, offrait une raison valable à la féline de ne pas en tenir rigueur à l'homme.

D'autant plus qu'il lui ouvrait la porte vers un autre enfant des Bêtes.

« Vos intentions se révèlent bien nobles, Homme du Feu. Entendez que la réciprocité ne se veut rien d'autre que reine, en notre compagnie. Vous n'avez rien à craindre de nous en l'état non plus, Sendai Yahiko. De moi en particulier, d'ailleurs. Si je souhaite rencontrer l'un de mes frères ou sœurs de sang sur les terres du Feu ou sur d'autres, je suis loin de nourrir l'espoir de le sortir du sentier qu'il a lui-même battu à l'ombre de la réunification que je mène à l'heure actuelle. Entendez que les membres de mon clan sont libres de mener leur existence à travers le monde comme ils l'entendent et le resteront, car je souhaite seulement leur faire part de mon existence et du soutien que ma patte aura à leur donner si besoin est, à toute heure, en toute circonstance. »

Hélas, le chantier que représentait encore le clan Shinrin pour Aditya ne s'avérait pas des moindres au vu de la ténacité avec laquelle l'Empereur du Feu jugeait d'ores et déjà sa requête. Visiblement, son cœur semblait loin d'avoir prévu une place pour les enfants du Bois. Au fin fond d'elle-même, la métamorphe du Tigre blanc espérait qu'une telle honte et tel déshonneur ne soient pas de la même nature que ceux dans lesquels avaient baigné, contre leur gré, ses pairs dans le Désert. Ainsi, dans un tendre geste de sa paume déposée sur l'épaule du blond, Yasei Reikan se permit de lui intimer toute la véridicité qui caressait l'âme de Sendai Yahiko et de le rassurer sur son ouverture d'esprit.

technique utilisée:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Mar 6 Avr 2021 - 18:08
D'une œillade glissée sur les flancs de la féline tandis que sa voix s'élevait en écho à celle de l'Empereur, le Gardien Sylvestre laissa son regard s'attarder sur ses traits, et, plus particulièrement, sur la paume qu'elle vint placer sur son épaule en ancrage de franchise. Un sourire fin fendit ses lèvres, sans outrance ; car face à deux âmes dont le contexte les poussaient à la retenue de la familiarité qui les unissaient, il les priait tout autant de faire preuve d'humilité et de dignité, deux choses que ces êtres mêlés connaissaient bien plus que tout.

Ses prunelles se durcirent lorsque les mots du Sendai retournèrent auprès de son attention, en affublant son nom de celui de la terre des Brumes pour placer cet échange sous l'égide d'un partenariat de paix. Tant que vous ne participez pas à alimenter le cycle de haine qui perdure depuis trop longtemps. Que cette intention, aussi noble soit-elle, fut partagée tant par l'âme bestiale qui trônait en confidente à ses yeux ou par les dignitaires du Feu, l'avis du blond demeurerait le même à ce sujet. En son âme et conscience, une vérité fondamentale s'était élevée à ses pensées depuis l'enfance, au gré des voyages qui avaient émis la trace de ses pas sur les sols ouvragés du monde : celle qu'aucune ère ne se verrait exemptée de l'appétit de la colère et du pouvoir, doivent-elles finir par le dominer et l'engloutir dans leurs abysses.

Semble-t-il que ces dernières aient déjà absorbé certains flancs de l'Empire. D'un héritage forgé par le sang et la rébellion, il était difficile d'en concevoir autrement ; et tout aussi admirables soient les objectifs du Sendai, il semblait perdre de vue que de telles pensées ne pourraient s'ancrer dans les chairs d'une telle nation que lorsque les braises de l'animosité ne soient éteintes dans leurs âmes. Mais de son vivant... Aditya demeurait persuadé qu'elles trouveraient toujours un souffle pour le raviver. Sendai Yahiko serait, peut-être un jour l'instigateur de cette paix durable que l'Empire revêtirait comme un flambeau, mais jamais il ne pourrait en observer la noble vue d'or avant que les serres de l'au-delà ne l'emportent au même titre que chaque homme.

Aussi, lorsque sa voix renouvela ses avances pour élever un autre trait à son ouvrage, pour clamer qu'il n'était là nullement sa place de s'investir entre les racines d'un clan qu'il abhorrait, l'enfant du bois ne put lui en tenir rigueur. Un simple soupir fendit ses lèvres ; car ce sentiment de ne jamais désirer s'investir plus que nécessaire dans l'ombre d'une entreprise pouvant l'engloutir de ses malices, il ne le connaissait que trop bien. Plus que cela, c'était devenu l'un des principes qui guidait sa vie.

Alors, ses mains vinrent se joindre dans son dos, son menton s'élever légèrement par la noblesse, tandis que ses mots tâcheraient de tracer les détours d'une rétorque mêlée de ces deux émotions qu'il ne pourrait qu'accorder à cet homme : le respect dû à un égal dans cette vie, et l'imperium de ses demandes.

« Je ne ferai pas l’offense à ma comparse de réitérer ses paroles au sujet des intentions de la Brume, bien qu'il soit à mon sens fondamentalement naïf de penser que le cœur des hommes se tarisse un jour d'envies de guerres et de conflits. Les nôtres n'en portent certainement pas la marque., ajouta-t-il en avisant la métamorphe à son flanc, avant d'observer de nouveau leur vis-à-vis commun, d'un air forgé par le marbre. Quant à la honte ou le déshonneur, je pense qu’il est préférable de convenir de ceux à qui ils appartiennent une fois cette entrevue terminée. Je crains que cela ne puisse tenir qu’à vous de faire en sorte que les « préventions » que vous demandez soient en votre faveur. À commencer par continuer à parler par franchise. Cela me semble être une valeur que nous valorisons tous deux. »

L'enfant du bois laissa le silence prendre ses lettres d'argent au sein de cet échange, le temps de quelques secondes dont il lui ferait grâce ; mais bien assez vite, sa voix s'élèverait de nouveau, pour afficher sans détour à cet homme qu'il était inutile de chercher à dissimuler l'existence d'êtres ou d'informations qu'il avait d'ores et déjà eu le loisir de contempler, et surtout, de savoir.

Son ton résonna en écho entre les piliers de la salle du trône, d'une âme simple à celle d'un Empereur, pour presser une douce épée de Damoclès au détour de sa gorge.

« Peut-être pourriez-vous commencer par aborder le sujet de Shinrin Hanzo. », déclara-t-il sans appel.

Malgré le choix sous-jacent qui se transposait dans ses paroles, il était clair que le Gardien Sylvestre ne laissait en aucun cas le choix à son vis-à-vis de mener le dialogue, en choisissant précisément les sujets qu'il voulait aborder un à un sous couvert d'un discours diplomatique. Puisse-t-il être bienveillant, droit ou humble, puisse-t-il se refuser à juger autrui sur ses actions ou à s'en penser supérieur, Aditya comptait bel et bien à ce que cet Empereur glisse à son attention un récit dont il connaissait déjà la fin.

Quant au premier chapitre, il serait celui de son erreur, ou de sa résolution.

_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Mer 7 Avr 2021 - 18:31
Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae 3742
Un fin sourire de satisfaction ne pouvait se masquer sur mes lèvres quelques peu inquiètes, bien qu'elles paraissaient tout à fait neutres. Apprendre que la délégation de Kiri ne souhaitait que la paix et l'entente était synonyme de sérénité, même si tous les mots pouvaient cacher de sombres intentions. Qu'il s'agisse de la Tigresse ou du Gardien des Bois, tous deux prenaient les pincettes qu'il fallait pour n'oser brusquer la relation que nous nous attachions à créer.

De toutes façons, ce n'était ni dans nos besoins, ni dans nos intérêts.

Alors j'écoutai attentivement les réponses de mes deux interlocuteurs. La première tâcha de me rassurer sur ses intentions, brodant avec finesse la toile de sa tolérance sur ce qui n'appartenait pas à son pays. Je gardai en tête qu'elle avait pourtant des raisons d'agir égoïstement, car dans le cadre où le Feu et la Brume seraient menés à s'entretuer, quelle pouvait-être sa réaction à l'idée de devoir éliminer quelqu'un qui partageait son sang ? Mais elle ne le fit point, se suffisant d'une rencontre et de quelques promesses basées sur de la bonté, de la reconnaissance et beaucoup d'altruisme.

Je ne pouvais que l'honorer, et je le fis. Attrapant dans une des poches de mon Haori Impérial ce qui devait être un parchemin encore vierge, que je traînais avec moi depuis mon ascension afin de m'assurer de garder quelques traces écrites, j'écrivais des mots qui serviraient à la kunoichi.

"Medyûsa, Yasei Serpent, Soldat de l'Unité de Recherche.
Hôpital d'Urahi, amie de Sendai Hanae.

Deuxième Empereur.
Sendai Yahiko."


En peu de gestes, un bras de chakra s'allongea et s'arrêta à quelques centimètres de la souveraine des thérianthropes. Lui proposant d'attraper le document que je venais de colorier de mon écriture, j'amorçai un petit projet qui pouvait l'intéresser.

-"Demandez la dans l'hôpital d'Urahi en leur montrant mon approbation. Lorsque vous la verrez, annoncez vous comme des amies de Sendai Hanae, elle comprendra qu'elle peut vous faire confiance."

Et pour achever ces quelques présentations par un plan digne d'intérêt, du moins je l'espérais, j'osais lui jeter cette idée en l'air en espérant qu'elle puisse trouver un écho chez elle.

-"Medyûsa est un membre de l'Unité de Recherche. Il s'agit de l'Unité de l'Empire qui s'occupe de toutes les avancées technologiques et scientifiques. Peut-être pourriez-vous concevoir ensemble un quelque chose qui vous permettrait effectivement de pouvoir soutenir vos semblables ?"

Je pensais alors à un moyen de communication précis, ou quelque chose de répandu géographiquement qui pouvait orienter les Yasei vers leur chef. Je ne pouvais cependant songer plus loin, me sachant incompétent dans le domaine de la Recherche, mais peut-être pourraient-ils construire ensemble un outil sur-mesure vis à vis de leurs attentes et de leurs désirs ?

Je haussai les épaules, finalisant cette petite entrevue sur les intérêts de l'hybride.

-"Enfin, vous êtes évidemment libres d'accepter ou non cette collaboration... Mais revenons à nos Shinrin."

Le regard toujours empli de doute et de curiosité, le coeur sensible au potentiel changement de caractère que je pourrais voir chez le grand blond suite à sa rencontre avec ses semblables, je me tâchais de rester méfiant sur les informations qui s'échangeaient. Après tout, s'il prenait une évidente position défensive lorsque j'évoquais son clan, sans cacher l'évidente animosité qui me clivait d'eux, je veillais à rester droit et sensible à la vérité.

-"Il est évident que quelques exceptions ne sauraient définir la mentalité du groupe, j'en suis bien conscient. Mais l'homme qui scrute discrètement et passivement l'horreur du délit sans tenter de le taire n'est-il pas bon complice ?"

Du haut de ma posture, je prenais alors mes aises. Il n'était pas question d'une once de doute, d'un quart de pitié, d'une moitié de compassion. Ma famille m'avait montré que les liens de sangs ne servaient qu'à se raccrocher irrémédiablement à une peine continue... Aditya n'était pas si différent, même s'il ne s'en rendait pas compte. A la recherche des siens, il recherchait un des ennemis de la Coalition.

-"Faites bien attention à ce que vos propos ne se transforment en menace, jeune Kirijin. Je suis ici chez moi, et bien heureusement pour vous, je comptais de toutes manières discuter avec franchise... Contrairement à ce que m'ont habitué vos ignobles pairs."

De la tension et beaucoup de frustration. Car à la confiance, ils avaient placé de la trahison. A la tolérance, ils avaient placé du dédain. A la compréhension, ils avaient jugé de l'incompétence... Et enfin, à la paix, ils avaient imposé le conflit.

-"Vous saurez tout, toutes les raisons pour laquelle je ne peux me fier au clan du Bois. Mais ne vous trompez pas, il n'y a d'imbéciles que ceux qui ne figent les valeurs d'un homme qu'à son action située. Je n'en fais pas parti."

Ne le lâchant pas du regard, qui se montrait bien moins pacifique que précédemment même si je ne comptais évidemment m'en prendre à qui que ce soit, j'allais répondre à la toute première question qui me venait à l'esprit. Celle qui concernait un homme qui arrivait comme à son habitude... comme un cheveux sur la soupe.

-"Mais avant quelques explications, éclaircissez moi un peu. Pourquoi me parlez vous de Shinrin Hanzô ?"

Dans les histoires qui étaient connues, écrites dans un journal pourtant mondialement diffusé, nulles ne se référaient au statut du nouvel exilé. Kanshisha était reconnu pour avoir perdu sa lutte à l'Ignition, Shinpachi était reconnu pour son rang de Valeureux au sein du Yuukan... mais rien ne figurait concernant le Jinchuuriki.

Alors qu'est-ce qui les menait à parler de cet homme en particulier, lui qui était resté dans l'ombre pour mieux déchirer la lumière ?


Techniques Utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Sam 10 Avr 2021 - 18:37
Une autre. À combien d'enfants des Bêtes la Tigresse blanche avait déjà tendu l'une de ses mains, déjà? Même si les souvenirs de chaque visage de ces métamorphes qu'elle avait aidé depuis son enfance hantaient encore son esprit et n'était pas prêt de succomber dans les bras de l'oubli, force était de constater qu'il n'y avait nul intérêt de tous les recompter et les lister pour l'unique empreinte de sa fierté, tant il y en avait, tant il en existait. Que ce soit dans les bruyères de la Brume, sur des dunes, sur des terres de feux, d'herbes ou de glaces, Yasei Reikan n'avait eu de cesse d'entretenir cette foi pour les siens, au creux de la plus grande quête de réunification jamais existée qui l'avait investie jusqu'à la moelle. Et du haut d'une vingtième année d'existence, elle se retrouvait encore à mille lieues d'envisager de s'arrêter en si bon chemin afin de se recentrer seulement sur elle. C'était là une chose impensable à son goût, que de ne plus donner la vue de son dos ni cette voûte de sa protection à ses frères et sœurs de sang pour satisfaire ses envies personnelles. Car les changeurs de peau incarnaient, dans un sens, le baume dont sa machine d'ambitions et d'espoirs avait besoin pour ne pas risquer de se gripper. Et au-delà de tout écart envers cette implacable vérité, beaucoup entendaient bien se demander jusqu'où était capable d'aller la Cheffe du clan Yasei pour préserver ceux en qui la bestialité coulait à flot comme elle s'égouttait en elle.

Certainement loin dans le sacrifice, tant son sens de l'abnégation se voulait fort.

Quelle ne fut donc pas sa satisfaction, lorsqu'elle avait eu ouïe de l'existence d'une de ses lointains pairs derrière les murs de jade? Ses yeux éthérés désossèrent la gesticule de Sendai Yahiko, dès qu'il eut entrepris de tacher de son encre une page vierge tout juste extirpée du plis de sa tenue. Et lorsqu'il eut l'audace d'user de son chakra clanique pour lui avancer la preuve de son approbation impériale, la féline attendit une poignée de secondes pour se permettre de jongler du regard entre le bras d'énergie azurée et son maître avant de penser à s'en saisir. Lentement, les fins doigts de la Jōnin du Brouillard se délièrent de l'épaule de son ami et vinrent embrasser le document afin de le débarrasser de l'emprise de l'Empereur d'émeraude. Outre cette broche d'autorisation qui détenait comme vocation celle de lui faciliter ses démarches et ses recherches dans la Capitale du Feu, son vis-à-vis lui délivra davantage d'informations sur cette fameuse amie en même temps qu'une piste d'entente à suivre lors de leurs retrouvailles. Mais si cette intention fut noble, la Yasei aux éphélides n'entendit pas cette idée de la même oreille et se rendit absorbée par la rapide lecture de ses mots. Serpent. D'abord silencieuse, elle se permit d'interdire à ses pensées de se muer en paroles et se contenta de plisser ses paupières de jais, à l'orée de toutes les questions qui souhaitaient déjà se pavaner dans sa tête. Mais la suite du discours de cet homme ne lui fut pas aussi plaisante que son début. Avec délicatesse, sa main dominante enroula le papier avant de l'enfouir derrière son propre haori noir et le conserver, pour mieux s'en servir une fois le moment venu.

L'Héroïne de l'Eau leva ainsi ses perles myosotis sur l'Empereur du Feu.

« Je vous remercie d'avoir entendu la pacifique nature de mes intentions. Il va de soi que vous ne tarderez pas à recevoir d'autres de mes nouvelles, à travers cette enfant des Bêtes. Et j'ose espérer que mon clan et moi-même pourront nourrir des relations aussi cordiales avec le Feu, sur le long terme. Mais bien que je sois une enfant des Bêtes et non du Bois, essayez également de reconnaître celle qui borne les desseins du Gardien Sylvestre qui se dresse ici à mes côtés, Sendai Yahiko. Car nulle menace n'oserait prendre forme entre nos lèvres, si nous nous en tenons à la franchise et au recul que vous avez couronné de votre bénédiction à l'aube de cette entrevue. »

Son regard s'était fait plus froid, en dépit de toute la douceur qui l'enrobait. Parce que les mots aux atours pugnaces relâchés par l'immaculé ne sauraient en rien la faire redouter de lui.

technique utilisée:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
Aditya

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Sam 10 Avr 2021 - 18:48
Les iris d'éther d'Aditya longèrent les faits et gestes de leur vis-à-vis avec une attention des plus pures, que ce soit lorsque ses doigts effleurèrent les détours d'un parchemin pour encrer sur son revers une poignée de mots, ou lorsqu'un membre forgé de l'essence même du chakra s'éleva jusqu'à son flanc, dans un coup d'œil marqué d'une ombre d'inquiétude. S'il avait d'ores et déjà eu l'occasion d'être témoin de ces dons que les Sendai se partageaient dans leur ascendance nomade au travers de la rubiconde, le blond prit tout de moins le temps d'observer cette orfèvre avec détail, avant que sa silhouette évanescente ne s'efface dans le silence de la pièce, sans laisser le poindre écho de présence derrière elle. Il lui laissa tout le loisir de répondre aux dires de l'Empereur afin de ne pas la couper dans son élan, ni d'écraser ses réflexions par les siennes.

Aussi, ce ne fut que lorsqu'elle termina son adresse que le blond se mêla au discours, en retenant un lourd soupir quant aux paroles du nivéen. Il ne laissa pas le temps à une exaspération passagère de laisser ses marques sur ses traits avant que sa voix ne s'élève en réponse ;

« Tout comme je ne fais pas partie de ceux qui se forgent un avis sur autrui en croyant aveuglement à celui des autres. Je doute que vous voyiez un inconvénient à cela. », pressa-t-il d'un sourcil haussé pour lui indiquer qu'il n'attendait pas de réponses. Son ton ferme suffisait à lui-même pour ancrer sa rétorque.

Pourtant, lorsqu'il l'entendit le questionner à haute voix sur la raison pour laquelle il avait invoqué le nom d'un autre enfant du bois, les traits du Gardien Sylvestre se durcir avec légèreté, comme s'il accordait quelques instants à la façon dont il devrait aborder le sujet. Se pouvait-il qu'il s'agisse d'une franche incompréhension... ou seulement d'une surprise à venir lorsqu'il comprendrait que ces deux âmes présentées à lui étaient d'ores et déjà consciente de ce qui était advenu de cet être rencontré au détour de la Forêt Millénaire ?

Il prendrait le pari du second ; après-tout, n'avait-il pas été droit dans ses dires jusqu'ici ?

Alors, ses paroles brisèrent à nouveau le mutisme de ses lèvres pour lui apporter ces réponses, aussi... tranchantes puissent-elles paraître dans la bouche d'un homme qui valorisait la vérité plus que tout, doive-t-il se faire des ennemis par franchise.

« Cela me semblait pertinent de traiter d’un homme dans lequel vous avez enfermé un Dieu simplement pour le chasser en exil face à une puissance qu’il est incapable de contrôler, comme toute âme en ce monde qui se montre ignorante à de tels êtres qui nous dépassent. »

Quant aux paroles qu'il avait prononcé envers lui, elles revinrent hanter la mémoire du Gardien Sylvestre, parées de tous leurs attraits d'hypocrisie et de désir de jugement naïf. Son pouce, glissé dans son dos à l'image de ses deux paumes, vint s'inscrire dans la chair de son opposée pour masser l'ossature centrale ; un doux art enseigné dans les premières années de sa vie, où délaisser la frustration et la colère étaient l'un des premiers apprentissages du bambin qu'il était. Aujourd'hui, cela n'était devenu qu'une vieille habitude : car lorsqu'il s'adressa à nouveau au Sendai, ce ne fut ni sur un ton dur, inquisiteur, ou emplit de la même condamnation dont son vis-à-vis pouvait faire preuve. Ses mots n'étaient qu'indifférence, l'étalage de faits qui tâcheraient de sous-entendre tous ce qu'ils dicteraient dans leur sillage.

Toutefois, il décida de rebondir sur ses paroles, en les répétant lui-même.

« L'homme qui scrute discrètement et passivement l'horreur du délit sans tenter de le taire n'est-il pas bon complice., mh ? Qu’en est-il de celui qui se double de déléguer une responsabilité qui lui incombe à des êtres innocents qui pourraient laisser la vie face à ces puissances, lorsqu’ils ne peuvent pas même faire appel au chakra ? Il me semblait pourtant que c’était le but contraire lorsque votre Porte-Parole a été envoyée auprès du Saint Père. »

Car en décidant de repousser la présence du Shinrin aux portes d'Urahi, en l'abandonnant hors du clan qui l'avait bercé depuis l'enfance et de la terre à laquelle il avait voué son engagement, c'étaient les vies toutes entières d'âmes cernant ses frontières qui avaient été mises en danger. Dans un accès de fureur, dans un murmure carnassier d'une bête toute autre lui priant de s'évader, de reprendre le contrôle, qu'aurait pu faire une simple âme humaine ? Une simple conscience à qui l'existence même des Dieux ou de les détenir en lui était une légende, un mythe impur, une folie quelques années plus tôt ? Au même titre que tout autre ?

Qu'il s'agisse des êtres d'Hayashi, ou d'Ensō, de celle de ses proches ou plus encore de la Tigresse Blanche, l'éveil d'une divinité vengeresse sur un sol où personne n'avait connaissance ni de ce danger ni de comment l'endiguer... c'était peut-être seulement cela, qu'il reprochait aux actions de cet homme. Le désir simple, et, en un sens égoïste ou lâche pour d'autre, de rejeter une responsabilité que l'on avait imposé à un autre sans qu'il ne puisse en décider du contraire. Sans penser qu'à un instant, il était attendu de sa part d'être perdu, déboussolé, ou inconscient aux propres conséquences de ses actes dans une situation qui n'avait eu aucun précédent jusqu'alors.

« Mais enseignez-moi, Empereur, puisque vous êtes ici chez vous. Vous avez certainement un terme à l’esprit pour ce genre d’hommes. »

Cela, était certainement une chose qu'il ne pouvait tolérer. Mais lorsqu'il poursuivit son discours, il demeura libre à ses principes, comme toujours : d'aucun jugement ne transperça sa voix, car jamais il ne se penserait suffisant au point de penser sa morale supérieure à celle d'un autre. Doive-t-il agir, le Sendai, à la veille de son trépas, n'aurait à répondre devant personne d'autre que lui-même.

Sa mâchoire se contracta un instant tandis qu'il se questionna à poursuivre ; mais en son âme criarde, il lui apparaissait évident que cet homme ne voyait en lui non pas le reflet de sa propre âme, mais celui d'un groupuscule entier que le passé avait marqué dans ses pensées d'animosité et de colère. Alors, son ton se fit plus doux à cette adresse – bien qu'il l'eût été depuis lors – afin de tempérer les a priori que son vis-à-vis commençait à tisser entre son comportement et celui d'âmes lui étant inconnues. D'une main de fer gantée de velours, dirons-nous.

« Ne vous adressez pas à moi comme un Shinrin, Sendai Yahiko. Je n'en porte pas le nom, ni même l'enfance. Je ne suis qu'un homme vivant parmi d'autre au temps précis de cette terre, et vous plus que quiconque devriez comprendre que mêler un trait commun à un sang entier est, au-delà d'une offense naïve, un raccourci pour les plus simples d'esprits. Nous savons tous deux que vous n'en êtes pas un. »

Son pouce stoppa ses mouvements au creux de sa paume dans son dos, et, au lieu de cela, toutes deux s'empoignèrent en délaissant petit à petit les brides de tension gisant dans ses épaules.

« En ce qui me concerne, vos actions vous reviennent. Je n’ai aucun lieu à leur imposer ma morale, ni mon jugement. Je n'attends que de comprendre vos raisons. »

Aditya demeurerait un homme de sang-froid, comme il l'avait toujours été ; et doive l'Empereur prendre ces paroles de franchises comme celles de menaces, cela n'était là ni son affaire, ni sa responsabilité.

_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae Empty
Lun 12 Avr 2021 - 13:55
Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae 484r
Parce que les hautes positions impliquaient des choix lourds en conséquence, Shinrin Hanzô avait été expulsé de l'Empire. Parce que le monde n'était pas aussi beau et simple que ce que j'avais pu m'imaginer avant de me hisser au rôle de souverain, j'avais dû faire un choix dont la complexité avait justement été relevée par le blond. Quid des innocents ? Quid de ceux qui n'avaient rien demandé et qui devaient assumer la liberté d'un instable ? Paieraient-ils pour des actes qui ne les concernaient même pas ?

C'était exactement ça. Il avait raison et je le savais. De la même manière que chaque criminel foulait des terres qui ne lui appartenaient pas, fauchant des vies innocentes et ne demandant qu'à prospérer paisiblement, le Fou de l'échiquier du Yuukan avait été mis en liberté. Existait-il des solutions viables ? Existait-il des manières d'éviter un tel massacre ? Il n'y en avait pas. Parce qu'il était unique, parce que le pouvoir qui habitait en lui dépassait toutes nos attentes, toutes nos compétences, toutes nos techniques. Le Dieu Insecte n'était pas qu'une simple entité tierce : il était de ceux qui pouvaient tout annihiler, tout souffler de sa seule apparition.

Inspirant un grand coup, je rafraichissais mes idées afin de tenter d'être aussi clair et exhaustif que possible. Car derrière ces questions, il pouvait y avoir des reproches. Et aussi simple était-il de critiquer les choix d'un homme dont le devoir était de se déchirer entre le bien et le mal, soucieux de tous les désavantages que chaque choix comportait, les questions n'en restaient pas moins emplie d'intérêt. Aditya s'ancrait alors dans des réflexions qui me paraissaient incomplètes, bercé par la naïveté qui laissait penser qu'il existait des situations dans lesquelles le bien triomphait toujours... des réflexions qui oubliaient que le monde était, par sa diversité, aussi riche que complexe, aussi simple que difficile.

Et réaliser cela était, à mes yeux, le premier pas pour devenir quelqu'un de plus réaliste... de moins rêveur.

-"Je ne peux m'atteler à vous partager des secrets qui sont trop personnels à l'Empire. Voyez-vous, nous ne nous connaissons pas, je ne vous fais pas plus confiance que vous ne me faites confiance, mais je peux vous assurer plusieurs choses."

Dans une posture loin d'être désintéressée, je levais un simple doigt à ma première annonce.

-"Premièrement, sachez que derrière cette animosité envers les vôtres se cache un long silence que j'ose taire au peuple. Un même silence qui permet d'éviter une guerre civile, une crise existentielle, une remise en question de la légitimité du clan Shinrin... qui permet d'éviter des conflits sur le plan international. Tout cela, lié aux simples agissements de certains des vôtres. Shinrin Hanzô en fait parti. Puissiez-vous alors comprendre ma posture et mon aversion : ma posture est celle du pardon et de l'oubli, la leur est celle de la manipulation et de l'avidité. Mais je vous rassure, je continuerai d'encaisser jusqu'à ce qu'ils osent atteindre le point de non retour... pour la stabilité du Feu."

Oscillant entre la vérité et les cachotteries, légitimés par une confiance que je ne pouvais logiquement pleinement leur accorder, j'essayai toutefois de faire parvenir à leurs oreilles la complexité de ma position. Celle d'un homme victime d'injustices dont le pouvoir ne lui permettait de les régler... parce que régler ces problèmes par la force, c'était confronter le Kumojin à un clan majeur du feu. La parole du déserteur contre celle du légitime.

De la même main se levait un second doigt, montrant explicitement mon envie de progresser dans mes arguments.

-"Deuxièmement, ne voyez aucune lâcheté dans mon inaction vis à vis des clans. Je n'agis pas parce que je ne le veux pas, je n'agis pas parce qu'ils ne le voudraient pas. Je n'ai pas la posture, comme n'importe qui d'ailleurs, d'oser imposer mon avis ou mon action sur le fonctionnement même de traditions reposant sur des acquis datant de générations. Vous plaignez vous des innocents qui souffrent ? Bienvenue au sein du Yuukan, vous avez mis du temps à réaliser que le monde entier était soumis à ces injustices. Comprenez que le clan Yasei dispose de l'honneur et de la chance d'avoir Yasei Reikan à sa direction. Nul doute que si tout le monde agissait comme votre amie, le monde se porterait bien mieux."

Je ne me reposais alors que sur les quelques traits qui s'étaient dessinés à mes yeux. Celle d'une kunoichi investie, rassemblant son peuple, recherchant leur union, se baladant dans le monde pour mieux les accompagner. Il ne me fallait pas vraiment plus pour conclure de ses bonnes intentions.

Et après l'index et le majeur vinrent se dresser l'annulaire, concluant le triptyque que je présentais aux yeux de mes interlocuteurs.

-"Enfin, puissiez-vous comprendre toute la difficulté d'appliquer la justice et la paix. Nous instaurons des règles précises, figées dans le temps, tandis que les criminels disposent de tout le temps qu'ils désirent pour en trouver les failles. Je ne fais qu'imposer des règles et je ne fais que les appliquer, je protègerai tous les innocents qui ont besoin de moi tout comme j'accompagnerai tous les plus démunis que je verrai. Mais je ne peux sauver tout le monde, comme vous, comme n'importe qui."

Je fermai alors ma poigne, la reposant doucement sur l'accoudoir.

-"Vous percevez l'exil de Shinrin Hanzô comme une punition, je la vois comme un moyen d'éviter que le Dieu Insecte ne décime l'entièreté des miens. Du choix entre éliminer les innocents impuissants et éliminer ceux qui, parce qu'ils en ont le pouvoir, peuvent protéger le chakra, j'ai décidé d'éliminer les innocents impuissants."

A ces paroles, on pouvait s'y méprendre en pensant que j'en étais le responsable. Pourtant, du terroriste ou de celui qui n'avait pas eu le culot d'agir pour protéger, qui était le coupable ? De mon point de vue, c'était l'homme qui avait été prêt à commettre l'irréparable.

-"Votre rencontre avec l'exilé vous a t'elle permis de comprendre pourquoi il avait été écarté du Feu ? Peut-être a t'il omis de vous dire que cela provenait d'une joute un peu trop hargneuse avec un inconnu de l'Empire ? Une bagarre de bas-quartier, rien de plus, voilà de quel honneur se pavane le Jinchuuriki... qui aurait laissé apparaître le Dieu si je n'étais pas intervenu."

Je me levai de mon trône, progressant doucement vers le haut des marches sans toutefois les descendre. Se rapprocher de Kiri, sans oser les provoquer par une quelconque intention physique.

-"Voulez-vous trouver notre erreur ? Elle est d'avoir scellé un Dieu en un homme instable, s'étant accaparé le Robot de l'Homme au Chapeau sans en avoir tenu au courant qui que ce soit, ayant manipulé de ses mains le cadavre de Shinrin Shinpachi en osant le présenter au poste d'Empereur, ayant menacé d'extinction l'Empire tout entier d'un simple élan de colère."

Mes iris bleutés ne fixèrent même plus les pupilles déterminées du Gardien avec une envie d'exhiber de la haine. Cette fois ci, il y avait de l'humilité, de la curiosité... de la remise en question.

-"Et cela ne fait que parti des actes qui sont à ma connaissance. Alors dites-moi, Aditya. De l'avide au simple, du manipulateur au franc, du violent au communiquant... de quel côté vous placez-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Secrets de Pandore — ft. Yasei Reikan, Sendai Yahiko & Sendai Hanae

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Palais Impérial
Sauter vers: