Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi

Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Sam 3 Avr 2021 - 12:46
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Xhvf

Enfin l'équipe huit accueillait en son sein une nouvelle recrue. Pour Shitekka, cette perspective sonnait l'aube d'une ère d'existence pour son escouade. Jusqu'ici, le sensei n'avait eu pour élève que sa propre moitié, Imekanu. L'équipe huit n'avait d'équipe que le nom : il s'agissait en réalité du partenariat tacite entre un sensei urumi et son élève de Saroruncasi, s'associant ensemble dans un embryon d'équipe.

Malgré sa réticence à accueillir un élément capable de disparaître soudainement, Shitekka avait beaucoup d'espoirs quant à la présence de Sendai Mayumi. Alors, lorsqu'une semaine s'écoula après leur première rencontre sous le signe du duel, le Kaguya contacta à nouveau son élève. L'objectif était simple : entretenir ce lien fragile entre sensei et élève, afin que l'équipe huit continue de relever la tête. Qu'importe la forme, songeait le balafré. Il avait conscience de son austérité auprès des nouvelles recrues, mais au fond entretenait un espoir presque naïf qui le poussait encore à prétendre au titre de chef d'équipe.

Avec un style propre à lui, l'Urumi invita sobrement la manieuse de chakra à le rejoindre au petit matin sur le parvis du Grand Dojo de la Brume. La seule excentricité que s'autorisa l'intransigeant sensei fut d'indiquer qu'il n'y aurait pas de combat à la clé. Sur place, Shitekka attendait patiemment au lieu indiqué par sa missive. Lorsque la kunoichi débarqua, il s'approcha d'elle, et péniblement, récita le discours qu'il avait longuement réfléchi des minutes durant pour l'aborder.

« Bonjour, Mayumi. J'espère que tu t'es bien reposée. À présent, suis-moi, je vais te montrer ce qui nous attend aujourd'hui. »
Pour l'occasion, Shitekka fut en mesure de réserver une petite salle d'entrainement au sein du fief des Sabreurs de Kiri. Diverses raisons justifiaient ce choix, plutôt que de poursuivre ce qu'ils avaient commencé dans le Complexe. Après quelques minutes le long des couloirs, entourés d'aspirants sabreurs et de vétérans en tout genre, le tandem s'arrêta enfin devant la petite salle réservée. Un unique mannequin en bois les attendait au fond, éclairé par la lueur diaphane du soleil. Dix mètres environ séparaient l'entrée du pantin. Le Jōnin invita son élève à entrer, avant d'expliciter la raison de leur venue en ces lieux.
« Aujourd'hui, je vais t'enseigner une technique de mon répertoire. Ça t'aidera pour les combats à venir. »
Pour cette dite technique, Shitekka avait préféré la discrétion du Grand Dojo plutôt que d'être exposé au sein de la Caserne. Si sa maîtrise du Shikotsumyaku n'était un secret pour personne, il était des jutsus qu'il préférait ne pas révéler au grand jour au premier venu pour entretenir le mystère autour de son corpus de jutsus.
« À présent, observe attentivement. »
Shitekka pointa son index vers le mannequin de paille et de bois. L'instant d'après, l'une de ses phalanges se fraya un chemin à travers la chair, jusqu'à être expulsé avec la violence d'un coup de feu. La phalange fendit l'air à toute allure avant de se loger au cœur de la cible dessinée sur l'épouvantail. Le projectile trouva un chemin au sein du mannequin, avant de ricocher quelques instants supplémentaires.
« Je l'ai baptisé Danse de la Rose, Bara no Mai. Le but est de créer un projectile très rapide pour surprendre son adversaire. Avec ta maîtrise du chakra, je suis sûr que tu es capable de parvenir à un résultat similaire. Pour commencer, tu vas simplement tenter de créer une bille de chakra au creux de ton index. Pour la vitesse, on verra plus tard. »


_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Mar 6 Avr 2021 - 20:08





Dans cette enclave où un épais velour verdoyant semblait prendre le pas sur les routes pavées et bondées de la cité brumeuse, loin du brouhaha incessant de la vie citadine et du chaos accompagnant le quotidien  des shinobis, Mayumi se délectait d’un bref instant de quiétude et de recueillement, agenouillée à même l’herbe bordant le sol de sa délicate fraîcheur estivale. Bercé par les caresses de la timide brise iodée et les chants mélodieux de splendides créatures célestes, ce lieu reclus s’imposait comme l’unique véritable refuge dans l’enceinte du village pour la réfugiée issue des neiges éternelles de Yuki no kuni. Les paupières closes, la paume de sa dextre reposant contre l’unique entité ligneuse qui dominait le sanctuaire naturel de sa vénérable présence millénaire, l’immaculée profitait de ce moment en solitaire, dès l’aube, pour se ressourcer et prier en vue de l’éreintante journée qui l’attendait de pied ferme. La kunoichi avait, en effet, à nouveau rendez-vous avec celui qui s’était révélé à elle comme son sensei au sein d’une équipe dont elle ne connaissait que le numéro, raflant au passage le rôle d’importance à un métamorphe dont elle n’avait désormais plus la moindre nouvelle.

Si la première rencontre avec le manieur d’os, sous le signe du duel, avait profondément déstabilisé, puis blasé la belle églantine, la seconde, à venir, n’inspirait rien de positif à la kirijin, qui songea par ailleurs à faire intentionnellement faux bond à son mentor, tant le ton glacial et la personnalité austère du Kaguya l’avaient répugnée de prime abord. Une idée qui manqua de peu de faire son petit bonhomme de chemin et de la retenir collée au pied de son arbre fétiche. Mais la genin, craignant autant de souiller son honneur que les conséquences d’un possible affront vis-à-vis de son supérieur hiérarchique, céda bien vite à ce caprice. Aussi se détacha-t-elle bientôt du contact apaisant qu'elle entretenait avec son fidèle compagnon sylvestre, non sans rouspéter vivement, pour se diriger vers le Grand Dojo, lieu désigné par le balafré comme point de départ pour de probables retrouvailles houleuses.

D'un pas traînant, presque à reculons, l'ancienne yukijin se présenta sur le parvis du du repère du célèbre clan de sabreurs avec une bonne dizaine de minutes de retard, tout de même. Peu soucieuse de sa ponctualité en ce jour, et sans égard pour la réaction du jônin, la Sendai y voyait là une manière de manifester pacifiquement son mécontentement face à l'approche intransigeante et froide du maître aux yeux mordorés. Un comportement à des lieues de l'élégance et de la politesse qui teintaient habituellement les moindres faits et gestes de la jeune femme aux prunelles rosées.

Lorsque cette dernière arriva enfin face à l'enfant des os, ses prunelles vinrent d'abord toiser le gradé dans toute sa hauteur, tandis qu'elle écoutait les pénibles salutations de son professeur. Répondant aux paroles de Shitekka d'un hochement de tête distrait, elle pénétra à son tour l'antre des épéistes légendaires quand le balafré lui enjoignit de la suivre. Déboulant rapidement les couloirs de l'imposant temple dédié au kenjutsu, le duo s'arrêta devant une petite salle isolée des autres, où trônait, seul et sans véritables opposants, la silhouette marquée par l'usure d'un simple mannequin sculpté dans le bois.

« Qu'est-ce qu'on fait ici ? »

Tentant de dissimuler un profond malaise par le verbe, l'enfant de chakra hésita longuement avant de s'avancer davantage, hantée par le traumatisme de son dernier apprentissage en ces lieux, en compagnie du défunt propriétaire du sabre Akaban. Une triste journée, qui l'avait, au final, conduite aux portes de la mort, captive des griffes d'un sommeil éprouvant dont elle venait à peine de s'extirper.

D'une profonde inspiration, Mayumi chassa péniblement les souvenirs de cette funeste épreuve et s'aventura timidement dans la pièce. Là, à l'abri des regards indiscrets, le Kaguya fit montre de sa maîtrise du Shikotsumyaku, usant d'un jutsu qui sut rapidement capter l'attention fragilisée de son élève par la vitesse dont la phalange avait fendu l'air. Elle écouta ensuite, silencieuse, les consignes que lui donna l'homme aux balafres.

Sans se faire prier, la genin imita la gestuelle de l'Urumi d'un mouvement brusque, fleuretant avec la défiance, faisant poindre les contours approximatifs d'une bille d'énergie condensée au creux de son index. Une tâche d'une simplicité sans nom qui creusa davantage les sillons de l'exaspération chez l'immaculée, pour qui la matérialisation et la modélisation de formes aussi simplistes relevait du jeu d'enfant. La bille tomba alors lourdement au sol avant de se voir son éphémère existence se dissiper. À bout de patience, la genin soupira bruyamment et tourna les talons.

« J'en ai assez. Je m'en vais… Lorsque vous serez prêt à m'offrir une quelconque explication, j'accepterai peut-être le fait que vous êtes mon sensei et d'apprendre ce jutsu en votre compagnie. D'ici-là, je préfère encore être autodidacte. »

Et elle quitta la pièce, furieuse, sans un mot de plus, allant dénicher le confort d'un banc, à proximité, pour tenter de calmer la colère qui bouillait en elle depuis… bien avant le contact initial avec ce nouveau-venu, à vrai dire. Définitivement, cette journée débutait du mauvais pied.

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Mer 7 Avr 2021 - 12:59
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Xhvf

Il avait baissé sa garde, se disait-il. Après l'expérience ardue de leur duel qui fit office de première rencontre, Shitekka comptait sur cet enseignement parmi le sanctuaire des Sabreurs. Cet échange serait l'opportunité pour lui d'ouvrir son coeur à cette élève, de lui faire davantage confiance quant à sa pérennité au sein de la Huitième. Shitekka alla même jusqu'à dévoiler un des jutsus qu'il préférait garder pour lui en temps normal. Un gage de confiance qui n'engageait que lui, finalement. Mais les griefs qui confrontèrent le caractère impétueux du Kaguya à son élève demeuraient par delà les jours. Des braises ravivées par le manque cruel de contexte fourni par le Jōnin.

Ainsi, lorsque la kunoichi accepta à contrecoeur de se soumettre à l'exercice, elle se contenta d'émettre une bille d'énergie pure, avant de faire volteface en plein apprentissage. La création de chakra pur se délita, tout comme les nerfs du Kaguya. Sa tirade figea sur place son mentor, alors stupéfait de cette annonce. À présent livré à lui-même dans la salle d'entrainement, il serra violemment poings et dents. Ce qu'il redoutait le plus venait de se produire sous ses yeux. Par sa faute, en plus. Son élève venait délibérément de quitter la salle. Révolté, le membre du Kyōi fixa le pantin de bois au fond de la salle. Il hésita à libérer toute sa colère sur lui, à révéler l'intégralité de son panel de jutsus sur ce simple épouvantail, quitte à le réduire à l'état de poussière.

Au lieu de ça, le Jōnin frappa le mur en bois de son poing. Un léger filet de sang s'écoula entre ses phalanges, son bras pris de tremblements. Jamais auparavant il n'avait été confronté à pareille situation. Des départs dans son équipe, il en avait connu, oui. Mais jamais de manière aussi frontale. Les siens l'avaient abandonné sans motif, sans raison, du jour au lendemain. Des spectres n'avaient fait que constituer l'équipe huit. Mais aujourd'hui, ce fut bien une Sendai en chair et en os qui affirmait sa défiance et tournait le dos à son sensei.

Quelques minutes à apaiser sa colère plus tard, Shitekka n'eut d'autres choix que de rejoindre Mayumi dehors. Lui qui d'ordinaire mettait à cœur de masquer ses émotions, n'y était pas parvenu aujourd'hui. Le joueur de mahjong affichait une mine grisée. Ses yeux évitèrent dans un premier temps la silhouette de la kunoichi, avec une maladresse inédite. Il s'approcha, avant finalement de jeter son dévolu sur celle qui s'était installée sur un banc.

« C'est bon, t'as fini ta crise ? »
Incapable de s'admettre vaincu, Shitekka n'y allait pas de main morte. Peut-être ne faisait-il qu'empirer la situation. Mais ça, il s'en moquait bien. Son caractère naturel revenait au galop. Le métisse de Saroruncasi croisa les bras, toujours exaspéré.
« Tu veux des explications sur quoi ? J'ai été assez clair sur notre relation. Je suis ton sensei, et tu es mon élève au sein de l'équipe huit. … mh, peut-être tu veux parler de … Yasei Zeref ? J'en sais rien de lui. Tu as été affecté à mon équipe, c'est tout ce que je sais. Je suis pas le mieux placé pour répondre à ta question de l'autre fois. »
Elle cherchait des explications. Le Kaguya allait droit au but. Faute d'explications tangibles. Lui-même réaliste quant à la pauvreté de ses réponses, il souffla du nez. Quelques minutes plus tard, il décida d'aller plus loin.
« Tu sais quoi ? Je vais être franc avec toi. Des élèves, j'en ai eu plein dans cette équipe. Bizarrement, y en a quasiment aucun qui est venu, ou qui est resté bien longtemps dans cette équipe, à l'exception d'une élève. À cette époque, je faisais tout pour être accueillant envers mes élèves. Mais il faut croire que ça ne suffisait pas. Aujourd'hui on t'affecte à mon équipe. Qui ne me dit pas qu'à tout moment tu vas disparaître comme les autres ? Alors prouve moi que tu es digne de confiance. Prouve moi que tu ne partiras pas comme les autres. Et alors à ce moment-là, tu auras ma confiance. »

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Jeu 8 Avr 2021 - 15:14




Lorsque le jônin vint tenter des explications auprès de son élève, celle-ci ne daigna d'abord guère lui accorder qu'une timide œillade. Là où la frustration avait jusque-là bercé le moindre de ses gestes, il n'y avait désormais plus qu'un torrent de honte pour la submerger sous son flot incessant. La colère avait, au fil des minutes passées ainsi recluse sur son banc, et bien plus promptement qu'elle ne l'avait souhaité, cédé la place au regret et à la déception. Pour quiconque connaissait un tant soit peu la belle églantine, cela n'avait rien de surprenant. La voir exploser de la sorte et cracher son venin à l'endroit d'un supérieur relevait d'une grossière absurdité. Le genre d'événements cataclysmiques qui ne se produisait qu'une fois tous les millénaires et qui marquait à jamais les livres d'histoire au fer rouge, car si la jeune femme savait, ici-et-là, faire montre d'une impulsivité certaine, mordre aussi violemment la main nourricière de son mentor – qui, au final, n'avait qu'un rôle anecdotique dans tout ce raffut – ne lui était aucunement coutumier. Pire, elle ne s'y reconnaissait plus. Depuis sa sortie du coma, quelque chose clochait avec elle...

Aussi, si les premières paroles piquèrent initialement la chair à vif de la Sendai, décontenancée par l'exaspération qui transpirait de l'approche énervée du manieur d'os, celle-ci, prisonnière de sa stupeur, n'osa pas le moins du monde répliquer au gradé. Non sans serrer les dents, l'immaculée encaissa péniblement le contrecoups de ses propres méfaits tandis que son sensei déblatérait les contours d'une d'explication avare en informations inédites. L'assaut verbal terminé, la genin demeura un moment muette alors que la scène plongeait dans un silence lourd, gênant. Contemplant l'idée de mettre un terme à leur relation de maître et d'élève et de quitter pour de bon le sanctuaire des sabreurs, l'ancienne yukijin fut stoppée dans sa révolte par une nouvelle salve de mots, tous plus crus, mais francs, que les précédents.

À cet instant, le regard que portait Mayumi sur Shitekka changea. L'honnêteté dont avait fait preuve l'Urumi - il était temps, pensa-t-elle - éteignit les rémanents du feu qui avait embrasé le cœur de l'immaculée, qui posa dès lors ses prunelles cristallines sur le Kaguya. Entre la tristesse et l'empathie, les miroirs de l'âme en révélaient beaucoup sur le ressenti de la kirijin, trahissant la honte qu'elle peinait à dissimuler. Tout en soupirant doucement par le nez, la kunoichi ricana, écrasée sous l'intensité du malaise qui l'habitait à présent. Alors qu'une grimace doucereuse venait tordre les traits angéliques de l'enfant de chakra, sa voix, d'une douceur affectée, brisa le voile du mutisme dans lequel l'églantine s'était jusqu'alors drapée.

« Pardon… Je n'aurais pas dû m'emporter. J'ai été idiote. »

Son regard fuya brièvement l'éclat mordoré qui accompagnait les iris du jônin. La Sendai s'avouait à la fois vaincue par les paroles de son sensei, mais aussi étrangement requinquée. Refermant solidement les poings contre le tissu de son pantalon, la jeune femme poursuivit aussitôt, calmement :

« Au fond, on n'est pas si différents, n'est-ce pas? Mon tout premier mentor n'est plus, et le second m'a abandonnée, on dirait. »

Faisant systématiquement référence à son défunt paternel, puis au ténébreux Zeref, la genin s'employait à établir un quelconque lien, bien que ténu, avec les expériences visiblement traumatisantes de son sensei auprès de ses potentiels élèves. À quelque part, celle-ci comprenait maintenant l'impatience et l'attitude peu avenante du guerrier des os. Comment avait-elle pu le juger ainsi, alors qu'elle ne se comportait pas différemment? Comment avait-elle pu exploser à ce point face à son supérieur ? Les remords fusaient. Au moins, se consola-t-elle, cette petite escarmouche avait su délier les langues et ouvrir, ne serait-ce qu'un peu, les cœurs en peine.

« J'imagine que mon coup d'éclat n'a pas dû vous aider à m'accorder votre confiance… »

La réfugiée des terres enneigées aurait préféré débuter cette relation sous un bien meilleur jour, mais les choses étaient ce qu'elles étaient : la confiance de chacun avait préalablement été ébranlée, et il leur fallait à présent démarrer la reconstruction. Si bâtir la confiance ne s'annonçait pas comme une mince affaire, la Sendai préférait largement s'y atteler, plutôt que de fuir le problème. Après tout, elle était désormais membre à part entière de l'équipe, que cela s'avérât son choix, ou non. Résignée, et, surtout, à court de solutions, Mayumi concéda peu et peu, et subtilement, la place du métamorphe disparu au Kaguya.

« Écoutez… sensei. Je ne sais pas si je peux vous garantir que je resterai, ou que je ne disparaîtrai pas. Pour la simple raison que… »

La jeune femme hésita. Devait-elle réellement poursuivre dans cette voie? Elle n'en était pas certaine. Néanmoins, la manipulatrice de chakra pur était persuadée qu'en s'ouvrant un minimum à Shitekka, celui-ci parviendrait plus rapidement à lui accorder sa confiance. Et peut-être, au fond, en ferait-il de même.

« Jusqu'à tout récemment, j'étais… plongée dans un coma. Les conséquences d'une soi-disante maladie, exacerbée par une surutilisation du chakra. Un sabreur, un certain Jirô, m'apprenait, ici même, un jutsu de son cru. Puis tout a chaviré. Je suis passée à un doigt d'y laisser la vie, et rien ne me dit que ça ne se reproduira pas. »

Mayumi soupira de plus belle. Elle avait beau posséder un diagnostic, ou, du moins, une hypothèse – fort probable – quant à ce dernier, rien ne lui garantissait qu'elle survivrait encore longtemps. Et puis, la faucheuse pouvait si vite frapper, dans le quotidien des shinobis. Que ce soit en mission ou sur le champ de bataille, la mort pouvait surgir sans qu'on ne s'y attende. C'était un fait indéniable.

« Mais j'ai envie d'apprendre et de devenir la meilleure version de moi-même. Pour le village, pour moi-même, et… pour les défunts membres de ma tribu. »

Tels les pétales des fleurs de cerisier virevoltant au gré de la brise jusqu'à toucher terre, les prunelles rosées de la Sendai se déposèrent délicatement sur celles, mordorées, du métisse. L'homme pouvait y lire toute la douleur, mais aussi toute la détermination qui guidait les pas et les mots de l'immaculée.

« Je suis prête à relever votre défi, si vous y tenez toujours, sensei. D'ailleurs… hmmm... Je… »

L'héritière des Anciens, embêtée, s'empourpra légèrement. Jouant timidement avec sa fidèle écharpe aux couleurs de la cité brumeuse, qui l'accompagnait à chaque moment de sa vie, celle-ci se lança enfin. Une tentative, bien que maladroite, de tourner la page sur cet incident orageux.

« Comment avez-vous fait pour… projeter aussi rapidement votre… truc. Votre phalange? »

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Sam 10 Avr 2021 - 17:00
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Xhvf

Les dés furent lancés. Dans une tirade proche de la confession, l'homme au kaparamip confrontait la fugue de son élève en devenir. Elle avait attisé l'ire de ce dernier, alors susceptible sur ses relations de sensei à élèves. Le choix reposait dorénavant entre les mains de la Yukijine. Confirmer les craintes de son mentor, ou affronter son caractère impétueux et le faire mentir. Après avoir consultée le silence du frimas, Mayumi se décida à confronter son vis-à-vis. Non sans mal, elle décida de se livrer auprès de Shitekka, lequel l'écouta avec grand intérêt. Sa colère ne s'apaisa pas complètement pour autant, mais la candeur qui se dégageait de ses paroles suffirent pour le contenir.

Plutôt que de s'engager sur de vaines promesses tracées sur le sable à la merci des vagues, la Sendai se livra auprès de son sensei sur sa condition. Un mal qui l'affligeait jusque dans son intimité spirituelle. La mention de son état végétatif interdisait au guerrier des os de ne pas songer au triste sort de sa mère, alors plongée actuellement dans un profond sommeil. Impossible dès lors de ne pas s'apitoyer sur le sort de celle qui lui faisait face. Shitekka se refusa vainement d'accepter cette vérité. Il balayait sa tête discrètement pour effacer ces pensées insupportables pour le sensei intransigeant qu'il tentait d'incarner.

Qu'il était curieux et morbide de songer auprès du sensei de l'équipe huit que la disparition de sa seconde élève semblait dorénavant conditionnée par sa seule survie. Si elle formula son intention de rester malgré tout parmi la formation du Kaguya, la menace de la maladie planait toujours dans son ombre. Difficile de se réjouir de cette "garantie", mais le Jōnin l'accepta à défaut de mieux. Difficile aussi de rebondir avec légèreté sur la tentative de la Genin de reprendre l'apprentissage là où elle l'avait arrêté, sans la contempler avec peine.

« Hm. Je comprends mieux, à présent. Je te remercie pour ta franchise, Mayumi. »
Le joueur de mahjong faisait de son mieux, mais sa voix apparaissait moins sévère qu'à l'accoutumée. Il releva la tête, et contempla l'horizon, par delà les bâtisses en bois qui ceinturaient le domaine des sabreurs.
« Je ne peux rien te promettre en ce qui me concerne. Mais aussi sévère que je puisse paraître avec toi, ou n'importe quel autre de mes élèves, je ferai le nécessaire pour t'accompagner. Si ton mal à trait au chakra, alors je saurai me rendre utile. Je ne suis pas le mieux placé pour ce qui à trait à la chair et à l'esprit. Mais depuis que je suis arrivé au village, je n'ai cessé de travailler pour mieux comprendre le chakra. »
Lorsque son troisième œil lorgna sur la silhouette invisible de Mayumi, il comprenait mieux ce qu'elle ressentait. Une fois encore, le jeune homme tâcha de masquer ses émotions. Il n'était pas question de compassion, mais d'une fierté exacerbée par ses heures de partie de mahjong, et d'exploration dans la voie de la sensorialité. Cette maladie qui plongeait ses racines dans l'usage du chakra de la Sendai représentait un défi de taille pour l'enfant de Saroruncasi. Et il se devait de garder à l'esprit que derrière ce défi, se jouait la vie d'une personne. Une enfante de la Brume, son élève.
« Je tâcherai d'élever ton potentiel à son maximum, autant que possible. »
Plutôt que de répondre directement auprès de la kunoichi avide de comprendre la technique derrière le lancer de phalange balistique, Shitekka invita Mayumi à le rejoindre à nouveau dans la salle d'entrainement. Là, il désigna son doigt, la phalange qui en sortit comme une balle de son chargeur, et la distance qui le séparait de sa cible, le mannequin de bois.
« Allez, on reprend. T'as eu aucun mal à former un projectile à partir de ton chakra, c'est parfait. L'écho de ces propres paroles interpella Shitekka, qui automatiquement décida de suivre à la trace la moindre fluctuation du chakra de sa propre élève. Maintenant on rentre dans le dur de l'apprentissage. Il y a deux paramètres sur lequel tu vas devoir travailler de concert : la précision et la vitesse. »
Pour illustrer la pertinence de ces explications, triviales au prime abord, l'enfant de l'os s'adonna à une nouvelle démonstration. Il désigna de son index l'épouvantail et tira avec une puissance sans pareille. Sa main recula sous l'impact, tandis que la phalange dévia de sa trajectoire pour se planter dans le mur, quelques mètres à gauche de la cible originelle.
« Si tu ne maitrises pas ta vitesse, ta précision sera bancale, et ton projectile inutile, voire dangereux auprès d'éventuels alliés. »
Une seconde démonstration mit l'emphase sur la précision. Avec un tir plus ajusté, moins brutal, le projectile décrivit une trajectoire rectiligne, mais avec moins d'impact que la toute première démonstration du guerrier. Un œil peu avisé saurait éviter sans soucis cette attaque d'une grande simplicité.
« Si tu te focalises uniquement sur la précision, tu perdras tout le charme de la technique. Elle sera plus prévisible, et toute la puissance de ton projectile sera perdu dans l'opération. Pour commencer, tu vas t'entrainer à viser le centre de ce mannequin avec précision. Une fois que tu seras à l'aise, tu augmenteras progressivement la vitesse pour maintenir la même précision que précédemment. »

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Lun 26 Avr 2021 - 19:26






De la confrontation naquit une parole libérée de ses entraves entre le Kaguya et la Sendai. À cœur ouvert, les langues enfin déliées sur la réalité qui les affligeait tous deux, une première discussion avait émergé de cette tension grandissante, résultat d’un échange de mots froid et plus qu’expéditif sur le terrain d’entraînement du Complexe Shinobi. Si la vérité exposée par la parole pouvait sembler empreinte de souffrance ou de ressentiment de part et d’autre, une lueur d’espoir paraissait poindre à l’horizon du côté de l’immaculée, qui avait toujours en mémoire la maîtrise de la sensorialité du jônin - et la douloureuse blessure du kunaï qui en avait résulté. La déclaration du médecin au chignon, dans les heures suivant le réveil de l’églantine d’un coma prolongé, lui apparut alors à l’esprit. Son addition au sein de la huitième équipe de la Brume découlait-elle de la demande formulée par le docteur à l’endroit de l’administration du village ? Peut-être avait-elle été changée d’équipe pour cette raison?

La honte colora de plus belle la délicate peau de la demoiselle. Sa dextre gracile vint alors s’échouer en bordure de l’écharpe aux accents bleutés, tel un navire déviant sur les eaux déchaînées jusqu’à gagner le rivage. Véritable barrage face aux débordements émotifs, la rescapée palpa doucement le soyeux du tissu tandis que son regard parcourait l’étendue du domaine des sabreurs, peinant à dénicher un quelconque rocher contre lequel se raccrocher face à la fureur du torrent qui la submergeait. Ce qu’elle se sentait stupide d’avoir ainsi rejeté ses frustrations et ses craintes sur un homme qui ne tentait, au fond, et bien malgré lui, que de l’extirper d’une inévitable descente dans d’abyssales ténèbres.

Comme une discrète brise, d’un souffle à peine audible, la kunoichi à la dérive s’excusa une seconde fois face à son comportement déplacé, puis expira brièvement par le nez pour chasser son malaise, avant de se racler doucement la gorge. Légèrement requinquée, elle remercia celui qui allait, à présent, naviguer sur les eaux troubles en sa compagnie, non pas à titre de capitaine du navire, mais plutôt de cartographe, guidant chacun de ses pas jusqu’à l’atteinte de la prochaine destination, de la prochaine île. Dans ce brouillard opaque, où les bâtiments peinaient à se frayer un chemin et où régnait l’impuissance et la mort, la jeune femme ne pouvait que s’abandonner à la bienveillance et aux capacités de son mentor pour espérer traverser cette éprouvante épreuve. Et cela débutait par l’apprentissage de cette fameuse technique en sa compagnie.

Lorsque le balafré l’invita donc à reprendre l’exercice dans l’intimité de la pièce recluse au sein du dojo, la Sendai ne se fit pas attendre, hochant d’un coup la tête, l’ombre d’un sourire déformant ses lèvres, tandis qu’elle comblait à nouveau la petite salle de sa présence éthérée. Là, elle observa attentivement, loin de son état d’esprit d’origine, la nouvelle démonstration que lui fit son sensei, gravant chacune des explications dans sa mémoire.

« La précision… et la vitesse... »

Répétant les paroles de son sensei afin de mieux les intégrer, les paupières de la manipulatrice du chakra pur se plissèrent, tandis qu’elle contemplait la phalange dévier vers le mur, à quelques mètres du mannequin de bois, résultat, comme expliqué par le Kaguya, d’un débordement de puissance, d’une vitesse trop importante. Au contraire, et comme le démontra bientôt l’homme aux prunelles mordorées, faire preuve d’avarice quant à la force appliquée dans la projection de la bille n’aurait guère l’impact désiré et rendrait le jutsu facilement esquivable ou parable.

« Je dois viser le centre du mannequin avec le plus de précision possible, puis augmenter graduellement la puissance du projectile… D’accord. »

La manière de décomposer ainsi cet apprentissage lui remémora, l’espace d’un instant, le moment qu’elle avait passé avec Asagao Jirô, dans l’antre du clan des épéistes. Si les paramètres étaient, cette fois-ci, différents des précédents, ne jouant que de façon triviale sur la modélisation du chakra ainsi que son ampleur, ce triste retour en arrière lui arracha tout de même un sourire doucereux, affecté par les terribles conséquences de ses actions. Aussi se jura-t-elle, avant de s’élancer corps et âme dans l’exercice, de ne pas piocher au-delà de ce que son corps avait à lui offrir en termes d’énergie et de rester attentive au moindre signal d’une exacerbation de ses symptômes.

« Sensei, je… J’ai une demande à vous faire, avant de débuter. Si jamais vous notez le moindre signe que mon état de santé se détériore, je… Elle hésita une seconde, avant de chasser son malaise du revers de la main. Arrêtez-moi. »

Dorénavant pleinement concentrée sur sa tâche, la Sendai inspira longuement et entreprit de malaxer l’énergie d’une pureté sans égale qui caractérisait les membres du clan des Anciens. Visualisant, à même le vide formé au sein de son esprit, la silhouette courbée d’une sphère parfaite, elle expulsa le chakra pur de ses tenketsus, matérialisant, à l’orée de la pulpe de son index, les courbes de cette image mentale qu’elle avait si aisément projetée dans le réel. La bille rosée et complètement lisse demeura en place, tournoyant sur elle-même alors que l’immaculée s'imprégnait en premier lieu de cette posture initiale, le doigt levé, pointant droit vers sa cible.

Les yeux mi-clos, Mayumi prit le temps nécessaire, à l’occasion de cette première tentative, d’observer sous toutes ses coutures la sculpture de bois imitant l’apparence d’un futur adversaire; de ressentir, dans leur fondement même, les bases de la technique qu’elle tentait de reproduire à sa sauce. Une seconde passa dans le plus grand des silences, puis deux, puis trois, avant que la Sendai ne daigne enfin propulser la bille avec une précision approximative, à une vitesse presque identique à celle qu’elle imposait habituellement à ses flèches chakratiques. Le projectile fendit l’air, suivant une trajectoire à peu près rectiligne jusqu’au poitrail de l’être ligneux, contre lequel il ricocha avant de se perdre dans la salle, ne laissant qu’une timide trace de son passage, gravé à jamais sur le matériau solide. Sans attendre davantage, la genin répéta l’exercice à deux autres reprises, dans un désir d'affiner la précision de son geste.

À la quatrième tentative, l’approche de la kunoichi changea. Tout en poursuivant la modélisation de la bille, la genin s’imposa un nouveau paramètre, faisant preuve d’assez de souplesse d’esprit pour séparer ses pensées en deux espaces finement délimités, deux boîtes imagées distinctes se reflétant, dans le concret, sur l’aura de Mayumi. Dans un premier temps, ses pensées s'affairèrent à la production de la bille en elle-même, reproduisant sans accroc la sphère églantine. Dans un second temps, son attention, dans une impresionnante valse, se posa sur le deuxième espace, entièrement dédié à l’ajout de puissance au jutsu, tandis que la jeune femme maintenait l’image du projectile. Si la réfugiée des terres enneigées détenait peu d’informations sur la manière de produire pareille force, elle avait assez confiance en ses capacités pour essayer d’imiter ce qu’elle avait pu apercevoir lors de la démonstration de son mentor.

Ainsi, faisant danser le mélange d’énergies physique et spirituel à même ses canaux chakratiques, la Sendai en dirigea le flux tout droit vers son index, y emmagasinant autant de chakra qu’elle en jugea nécessaire, avant de relâcher le tout d’un seul coup sur la petite bille de manière, sans doute, un peu trop brutale, car le projectile ne toucha jamais le buste de bois... et vint plutôt fracasser une partie importante du mur, à bonne distance du mannequin. Le choc fit grimacer la kirijine, tout comme le recul qui la repoussa de plusieurs pas et la vive douleur qui s’empara de l’ensemble des muscles de son bras.


« Merde. »

Sa main gauche vint rapidement saisir son épaule opposée tandis qu’elle jetait un regard inquiet en direction du bâtard.

« Je… Je suis désolée, je ne voulais pas… »

Un échec cuisant dont elle se souviendrait longtemps, mais qui lui permettrait, sans doute, d’obtenir davantage d’indications et les correctifs nécessaires de la part de celui qui avait été témoin de la scène.

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Mar 4 Mai 2021 - 12:19
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Xhvf

« Compte sur moi pour veiller sur ton état, Mayumi. De toute manière, même si tu ne me l'avais pas demandé, je l'aurais fait malgré tout. »
Ainsi débuta finalement l'apprentissage de la kunoichi sous l'œil attentif de son mentor. La préoccupation de Shitekka pour l'état de santé de sa nouvelle élève l'incita à redoubler d'efforts pour percevoir la moindre fluctuation qui émanait de son aura. Ce qui jusqu'à présent pouvait apparaître comme une simple lubie poussée à l'extrême servirait dorénavant au bien-être de son élève. Un noble emploi de la sensorialité pour l'Urumi. Mieux encore qu'un simple outil diagnostic, le Kaguya fit usage de son troisième œil pour suivre l'évolution des progrès de Mayumi. De part son ascendance Sendai, sa maîtrise du chakra sous sa forme la plus primaire rendait la tâche d'autant plus aisée. Son énergie ne se travestissait en aucun instant dans le processus. Elle conservait sa pureté, sans adopter une forme élémentaire qui constituait finalement le commun des mortels pour les pratiquants du Ninjutsu.

Au fil des tentatives, le balafré observa silencieusement la silhouette éthérée de Mayumi et ses créations à fleur de peau. L'enfant des neiges appliquait une rigueur stricte dans chacun de ses essais, s'assurant de respecter les consignes de son enseignant. Son point d'attention fut en premier lieu la justesse de son tir. L'étape la plus simple, en apparence. Car aussitôt fut-elle en confiance pour ajuster le second paramètre, à savoir la vitesse, qu'elle fut surprise par la puissance déployée par sa propre technique. La balistique de son projectile s'affola, finissant sa course dans le décor, maintes fois éprouvées par le zèle de ses occupants.

Peu compatissant pour le sort de ce mur qui ne demandait qu'à être réparé pour la énième fois, Shitekka se porta plutôt au chevet de son élève. Le déploiement brutal de son énergie avait éprouvé subtilement son aura, mais Mayumi se portait bien, décelait le sang-mêlé. Il s'autorisa une main apposée sur son épaule, afin de lui offrir son soutien moral et physique.

« C'est rien, rassura simplement le sensei. Ce dojo a connu bien pire. Un mur abimé en plus ou en moins ne fera pas trop la différence. »
Sa voix conservait encore cette rigueur sèche qui avait fait naître la graine de la discorde au sein de la Sendai. Conscient bien trop tard de cette intonation autoritaire, Shitekka essaya tant bien que mal de se rattraper.
« Toi, tu n'as rien ? Physiquement, je parle. Son regard semblait lorgner le vide entre eux deux, alors qu'il semblait lire quelque chose qui dépassait la simple compréhension humaine. Ton chakra a été un peu secoué, mais rien de très grave, au final. »
Le Jōnin s'écarta finalement de sa pupille. Il observa une dernière fois l'étendue des dégâts sur le mur du fond de la salle.
« Allez, si tout va bien pour toi, on reprend. Ça sert à rien de s'appesantir sur ce qui vient de se passer. Les essais font partie de la vie du ninja, après tout. On est tous passé par là. Ce qui compte, c'est l'aptitude à rebondir aussitôt pour transformer ses échecs en réussite. »
Peut-être que son air froid masquait cette subtilité, mais Kaguya Shitekka savait terriblement bien de quoi il parlait. En cherchant à rattraper des années de formation de shinobi, il avait appris à vivre dans l'échec longuement avant d'obtenir un niveau décent. Il avait encaissé les railleries de ses comparses Kaguya, et fait de son statut de bâtard une force, un moyen de se démarquer davantage des autres. Ainsi, malgré son retard évident, il était parvenu en quelques années à compenser ses lacunes pour s'élever au rang de héros de la patrie. Et il n'en tenait qu'à Mayumi de faire preuve de cette même pugnacité pour être gratifiée du pouvoir de la Brume.

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Shitenousigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi Empty
Mer 5 Mai 2021 - 4:59






L’échec n’était qu’une étape sur le long et sinueux chemin vers le succès. Aussi fracassant pouvait-il sembler, celui-ci avait permis à Mayumi de déceler certaines failles dans sa démarche, tout en fixant un premier point de référence pour de futures tentatives. Le choc du moment, cependant, avait passablement déstabilisé la kunoichi, qui en avait d’ailleurs fait les frais physiquement, aussitôt repoussée de quelques pas, le bras endolori sur toute sa longueur. Le décor, lui aussi, avait subi de plein fouet les conséquences explosives de cette propulsion mal contrôlée. Une importante cicatrice s’était ainsi ajoutée à la collection de fissures et de crevasses parsemant de part et d’autre l’étendue du mur de bois. Une blessure parmi tant d’autres...

Lorsque le poids d’une main vint se déposer contre sa frêle épaule, la genin ne put contenir un léger sursaut, surprise par le réconfort inattendu que lui apportait son mentor d’ordinaire si froid et distant en présence de son élève. Son regard, stupéfait, se posa alors dans l’éclat mordoré des prunelles du Kaguya avant de se détourner d’un mouvement vif, fuyant instinctivement la gêne qui menaçait désormais d’empourprer la peau délicate de ses joues. Inconsciemment, peut-être bien, le corps entier de l’immaculée s’était brièvement raidi au contact du balafré. Malgré sa récente prise de conscience envers le manipulateur d’os, une part de la jeune femme lui intimait encore de se soutirer à son étreinte et de le repousser au plus vite. Néanmoins, elle n’en fit rien, et préféra plutôt la coopération et l’apaisement à un énième élan de rébellion. Elle bégaya alors, quelque peu mal à l’aise :


« Je… Euh… Oui, je crois que ça va, Sensei. Hm… Mon bras droit est un peu douloureux et ma main est un peu… engourdie, mais… ça va. »

Tout en serrant et desserrant le poing, comme pour se convaincre de sa propre affirmation, la rescapée du Pays des Neiges contempla longuement le mannequin ayant échappé de justesse à son violent assaut tandis qu’elle écoutait les encouragements et leçons de vie de son supérieur hiérarchique.

« L’échec, en lui-même, ne me fait pas peur, Shitekka. Elle écarquilla les yeux en s’entendant prononcer, pour la première fois, le prénom du jônin. Pas un échec de ce type, du moins. C’est un peu comme... une gifle au visage. C’est douloureux, mais le choc initial finit par passer. Ce qui me terrorise, par contre… »

L’espace d’une seconde, l’enfant des os pu observer une certaine panique tordre les traits de la Sendai. Bien vite, elle chassa ses sombres pensées d’un revers de la main, tout comme la conclusion de sa révélation. Cela pouvait attendre, se dit-elle. Elle soupira.

« ...Ça n’a pas d’importance, ici, au fond. Pas de place pour le papotage en pleine leçon, n’est-ce pas? Ricana-t-elle discrètement. Parfait. Je retente votre jutsu. »

Inspirant à fond, elle reprit ainsi place face à son opposant fictif, composant alors quelques signes incantatoires avant de lever l’index vers sa victime ligneuse. Elle exhala ensuite toute tension, tout chaos mental, et répéta la démarche précédemment réalisée, usant de son impressionnante habileté à sculpter le chakra pour matérialiser, à nouveau, une parfaite petite bille d’un rose quasi translucide. Puis, conservant dans un coin de sa mémoire le souvenir de son cuisant échec, elle compacta une quantité moindre d’énergie au bout de son doigt, qu’elle expulsa finalement contre le projectile, qui s’envola aléatoirement dans la pièce, bien que moins violemment. Trois tentatives successives, mais peu convaincantes, lui suffirent pour comprendre que son approche était déficiente. Quelque chose semblait accrocher, mais quoi? Que pouvait-il donc lui manquer, pour allier la puissance, la vitesse et la précision ? Comment le Kaguya y parvenait-il? L’ancienne yukijine se mit à réfléchir à voix haute.

« Il y a un problème… J’ai beau tenter de concentrer différents dosages de chakra au bout de mon doigt pour me permettre de propulser la bille, elle ne va jamais dans la direction voulue, peu importe la puissance appliquée. C’est comme si… »

Elle hésita. La jeune femme touchait presque au but, elle le sentait, mais un détail parvenait toujours à lui échapper. Ce fut l’écho de ses propres paroles qui éclaira cependant sa lanterne. Telle une gamine devant une montagne de cadeaux d’anniversaire, l’enfant de chakra trépigna un court moment sur place, avant de frapper la paume de sa main gauche avec sa jumelle.

« Le problème n’est pas la puissance en elle-même, non? Ce serait donc ma manière de l’imposer à la bille..? Et si... »

Ses yeux s’illuminèrent. Guidée par l’excitation, la kunoichi se précipita au-devant de son mentor et désigna timidement son membre supérieur du bout du doigt.

« Vous permettez que… j’inspecte votre main? »

Complètement absorbée par ses pensées, la kirijine à la chevelure d’argent s'empara de la dextre de l’Urumi, faisant fi de la réaction de celui-ci pour entamer une inspection approfondie de chacune de ses caractéristiques. La peau, la taille des phalanges, leur forme unique, la longueur de l’index, sa circonférence… Elle n’épargna aucun recoin, ni détail. Elle en palpa la peau, les os, les articulations. Elle s’imprégna de sa force. Puis, aussi rapidement que la Sendai l’avait saisie, elle lui rendit sa liberté, et s’écarta de l’objet de son étude, mal à l’aise.

« Hm. Pardon pour ça. Je crois que je touche au but, sensei. Je m’explique : Il y a des différences fondamentales entre le jutsu que je tente de reproduire à partir de chakra pur, et la démonstration que vous avez faite. Et je crois que toutes peuvent avoir un impact sur cette alliance difficile entre la vitesse et la précision. Par exemple, la forme de votre phalange me semble bien plus appropriée pour ce qui est de maintenir une certaine stabilité lors de son déplacement, comparativement à une simple bille. Comme une flèche, fendant l’air. Vous voyez? »

La belle églantine mima, maladroite, un tir effectué avec un arc à flèches, puis poursuivit.

« Ensuite, lors de votre démonstration, il m’a semblé que la phalange était propulsée depuis… l’intérieur de votre index. Je me trompe? La chair de votre doigt agit peut-être comme un guide pour le projectile. Il lui trace le chemin, en quelque sorte, et cela ajoute à sa précision et à sa stabilité, ce qui n’est pas le cas de ma sphère, qui doit effectuer le même trajet seule, depuis les airs... Certaines tribus, où je suis née, utilisaient de drôles d’armes pour chasser le gibier. Elles utilisaient un… espèce de… euh… Elle fit des gestes approximatifs pour tenter de dépeindre l’arme en question. Un long tube ! Les chasseurs s’en servaient pour propulser avec précision, à même la force de leur souffle, de toutes petites flèches contre les bêtes sauvages. Votre doigt en est peut-être une sorte d’imitation. »

Mayumi interrompit brièvement ses explications, histoire de mettre de l’ordre dans ses idées et de laisser le temps à son sensei d’intégrer les informations pertinentes au travers de ce flot de paroles ininterrompues. Oui, la Sendai n’avait parfois pas la langue dans sa poche, surtout quand elle avait l’occasion d’approfondir ses connaissances…

« J’ai donc pensé à deux modifications pour corriger le tir de mon côté. D’une part, calquer la forme de mon projectile sur celle de votre phalange. D’autre part, et c’est à ce niveau que les choses risquent de se complexifier, je voudrais tenter de propulser ma création en faisant... tourbillonner... mon chakra, en quelque sorte, autour et sous elle, plutôt que de tout relâcher d’un coup, et de manière brutale. Induire un mouvement rotatif au projectile tout en le projetant, si vous préférez, à défaut de posséder un “tube” comme le vôtre ou celui des chasseurs. Qu’en pensez-vous? »

_________________
De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t11587-kiri-equipe-08-shotomori#100688 https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine

De rose et d'églantine ✢ Sendai Mayumi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Grand Dojo
Sauter vers: