Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyageurs [Pv.Tokage]

Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Mar 6 Avr 2021 - 16:59
L'Informatrice avait quitté les terrains d'entraînement d'Urahi, fatiguée de ses exercices liés au doton. La manipulation des roches à ce niveau consommait du chakra en quantité certaine et elle même si elle conservait toujours une partie de ses réserves pour pouvoir protéger sa vie et fuir en cas de problème, elle ne pouvait pas non plus trop en conserver sans quoi elle n'avancerait jamais sur ses projets. Le contrecoup de ces développements de facultés se montrait alors sous la forme d'une certaine fatigue qu'elle avait prit l'habitude d'éponger avec un tour dans un bar ou une auberge quelconque. Ainsi, parfois, il lui arrivait d'apprendre quelques informations qui épinglaient sa curiosité et la poussaient à aller creuser le sujet après coup. Une bonne manière pour elle d'allier travail et détente.

Traversant les rues ensoleillées de la capitale du Feu en cette fin d'été, Neiko arriva finalement à l'une des enseignes de la cité dont le présentoire indiquait fièrement un nom banal, Au Ryô d'Or. Poussant la porte avec sa démarche nonchalante habituelle, la vampirette jeta un oeil à l'assemblée déjà installée. Une bonne partie de cette dernière lui rendit la pareille, l'observant avec plus ou moins d'intérêt pendant quelques instants avant qu'ils n'en reviennent à leurs discussions.

Avançant au milieu de cette atmosphère presque familiale pour la vampire, elle rejoignit le bar où elle avait remarqué une place libre à côté d'un homme qui présentait fièrement un bandeau à l'insigne plutôt inattendue pour le lieu, la marque de Kiri. Intriguée, décidant que c'était ainsi un signe qu'elle allait pouvoir partager une discussion instructive, Katsuko se posa sur le tabouret à côté de l'énergumène.

« Une bouteille de saké je vous prie. »

Un sourire aimable aux lèvres, la kunoichi indépendante commanda sa boisson au barman qui lui indiqua le prix de sa requête tandis qu'il sortait un verre d'un placard derrière lui pour le poser avec la bouteille de précieux liquide légèrement opaque. Posant le nécessaire sur le comptoir, la Chinoike se tourna légèrement vers le voyageur kirijin, l'observant à nouveau un instant maintenant qu'elle était plus proche. Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ici ?

« Konnichiwa. Chinoike Katsuko, et vous ? »

Lui présentant sa main, une certaine curiosité visible sur le visage, Neiko continuait de le détailler. Après quelques instants, elle enchaîna.

« Que faites-vous ici ? C'est rare de voir un shinobi d'un village caché si loin de chez lui. »

Attendant un peu pour mieux découvrir ses réactions avant de continuer, celle qui affectionnait la liberté plus que tout patientait, se versant un premier verre d'alcool.

_________________
Voyageurs [Pv.Tokage] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Okkoto
Okkoto

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Mer 7 Avr 2021 - 17:41

De toutes les ressources dont étaient riches les capitales du Yuukan, de tous les trésors dont regorgeait le Continent, il était une chose que ni le temps ni les frontières des Hommes ne pouvaient effacer : les tavernes. Oh, repos du travailleur ! Oh, Purgatoire du snob. Si dans la Création l’ont fit jamais de lieu plus proche de l’Eden, alors qu’on me coupe les coui-

Les tavernes du Teikoku ne différaient pas tant de celles de Kiri. Bien sûr, dans leur silhouette, elles avaient quelques singularités. Leurs murs n’étaient pas bâtis de la même pierre, leurs fenêtres prenaient des formes bien originales, et les toits, eux, avaient la particularité de ceux du Continent qui détonne aux yeux de l’homme de l’Archipel. Mais ces qualités étaient très superficielles, et bien sot eût été l’ivrogne qui s’y serait cantonné : ce fut le cas du pauvre Erik, qui s’y cantonna. Les vraies ressemblances, il fallait les décrypter avec toute la science qu’on ceux qui ont forgé leur expertise au fond des culs de bouteille. Car c’était dans l’alcool qu’apparaissait vraiment toute l’harmonie du monde.

C’était dans un de ces illustres lieux où la mémoire se purge des mauvais souvenirs par la boisson que Tokage avait posé ses pénates. Après tout, les tavernes de Kiri étaient déjà son refuge naturel. Pourquoi ne pas faire de celles d’Urahi leurs jumelles d’outre-mer ? Il trouva rapidement que l’ambiance y était très semblable : ce n’était partout que jeux, discussions endiablées ou soirées de boisson solitaires. En un mot : une taverne.

Pour sa part, il s’était plutôt placé dans la dernière catégorie. Ses compagnons de voyage n’étaient pas vraiment du genre à proposer d’eux-mêmes une excursion à la boisson, et il n’avait à vrai dire pas tellement envie de leur en proposer une. Il en supportait certains plus que d’autres, mais aucun ne lui inspirait la vraie sympathie que l’on a d’instinct pour des amis. C’étaient des collègues, tout au plus. Et encore, il avait eu des discussions plus enjouées avec sa pochette de kunaïs.

Le voilà donc à siroter ce qui ressemblait à un alcool local, qui avait certes une odeur de détergent pour les chiottes, mais dont le goût fruité rattrapait les premières mauvaises impressions. Et malgré le tapage qui retentissait autour de lui, malgré les bougres attablés à sa droite qui jouaient aux cartes, malgré l’engueulade qui commençait à monter dans le fond de la taverne, malgré tout ça, il était seul.

Quand tout à coup …

« Hm ? »

Il leva le nez vers une silhouette aux courbes décidément irréalistes qui s’était venue planter à côté de lui et qui, sans demander son reste, avait déjà entamé la conversation. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas échanger un peu. Même si tout cela avait quelque chose d’un peu étrange …

« M’appelle Tokage. »

Il fit le lien entre cette interpellation soudaine et ses deux bandeaux frappés aux armes de Kiri, qui ceignaient fièrement son bras gauche. Des bandeaux qu’il ne s’était pas donné la peine d’ôter, même au sein d’une cité étrangère, et qui lui rappelaient maintenant que son séant ne reposait pas sur le siège d’une taverne de sa patrie d’adoption.

« Oh, les bandeaux ! Ouais, ouais, c’est une longue histoire. Enfin non d’ailleurs, pas du tout. On est juste en voyage avec quelques collègues, mais j’crois que j’ai pas trop le droit de vous en dire plus, et de toute façon, croyez-moi, y’a pas grand-chose d’intéressant à raconter. »

D’un soupir souriant, il balaya d’un geste de la main cette éventuel sujet de discussion. Il aurait pu paraître bien imprudent de dévoiler ainsi quelques informations qui auraient pu sembler confidentielles. Mais il n’en avait pas tant dit que ça, à vrai dire. Il avait même gardé pour lui le secret de son nom de famille, conscient que, dans ce pays, il était susceptible de créer de l’émoi …

« Mais j’remarque que vous portez pas de bandeau, vous. Z’êtes une civile d’ici, alors. C’est sympa la vie à Urahi ? Ca a l’air pas mal comme cité, même si ça manque d’air marin à mon goût, si vous voyez c’que je veux dire … »

Il était bien loin de se douter qu’il n’avait pas du tout affaire à une civile. Mais comment aurait-il pu le déduire, ça ? Il se trouvait en plein coeur d’une cité qui, si elle était en effet le coeur d’un Empire dont les troupes étaient des shinobis, vivait avant tout de sa population civile. Le premier pégut avait donc plus de chances d’être un ignorant des arts du chakra que l’inverse. Logique, non ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Mer 14 Avr 2021 - 5:26
La demoiselle fit un simple sourire en voyant qu'il acceptait la discussion, lui donnant son nom à son tour.

« Hajimemashite, Tokage-san. »

Enchaînant sans attendre sur les bandeaux kirijins qui étaient portés à la vue de tous, elle fut un peu déçue qu'il s'arrête si vite sur la raison de sa venue. Mais puisqu'il était d'un village et en compagnie de collègues, c'était sans doute qu'il était dans une mission diplomatique et il n'y avait alors rien de surprenant à ce qu'il doive garder le silence.

« Ah, je vois... »

Prenant un air un peu déçue, elle ne s'acharna cependant pas.

« Vos collègues n'aiment pas les bars ? C'est dommage, l'ambiance est agréable ici. Je m'y sens toujours plus à l'aise. Pas vous ? »

La remarque sur son absence de signe d'appartenance la fit rire quelques instants, amusée qu'il ait cherché immédiatement du regard si elle était affiliée à l'une ou l'autre des grandes nations.

« Je suis une voyageuse. Ça fait quelques jours que je suis là et j'y étais déjà venue quelques fois il y a des années, quand c'était encore Yugure. Ça a beaucoup changé. Mais j'aime bien les deux ambiances. On s'y sent plus en sécurité maintenant, même si le côté militaire n'a pas que des bons points. »

S'étirant avant de boire quelques gorgées, elle observa le liquide vasciller dans son verre quelques instants après qu'elle l'ait reposé.

« C'est vrai que l'air de Mizu est très particulier. J'y suis allée quelques fois, mais l'attaque du Dieu de l'Eau... Disons que j'ai changé de cap quand j'ai appris la nouvelle hehe... Jûro Kisame ça vous dit quelque chose ? Vous savez s'il est vivant ? C'était un homme qui était capable de se transformer partiellement en araignée, un vieux traqueur un peu aigri. J'ignore s'il est toujours actif ou même s'il est vivant... Mais je l'aimais bien. Il était plein de sagesse le bougre. »

Très renfermé sur lui-même, elle se doutait que le kirijin ne le connaîtrait pas. Ce vieux démon avait une fâcheuse tendance à aller se planquer sur une toute petite île inhabitée de l'archipel. Mais autant tenter sa chance.

« D'ailleurs... La ville s'en remet bien ? Maintenant que les troubles sont passés, je pourrais peut-être revenir y faire un tour... »

Qu'est-ce qu'elle aimait jouer avec ce genre de provocation d'un air innocent. Un sourire pensif, elle se demandait s'ils lui en voulaient réellement, s'ils avaient la moindre preuve accablante contre elle, ou s'ils avaient juste oublié qui elle était. Ils n'avaient ni son nom ni son apparence actuelle, ce qui lui donnait une certaine marge de manoeuvre. Le plus gros risque ait été que quelqu'un ait mémorisé sa signature chakratique, ce qui pourrait la vendre très rapidement. Le cas contraire, elle pouvait toujours se déguiser et y aller sous l'apparence d'Onizuka Lin, son plus vieux déguisement mais aussi le plus simple puisqu'il ne requérait aucun chakra constant.

_________________
Voyageurs [Pv.Tokage] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Okkoto
Okkoto

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Mer 2 Juin 2021 - 16:33

« HA ! Si mes collègues aiment pas les bars ? Je serais foutrement incapable de dire ce qu’ils aiment, ceux-là. »

C’était bien vrai. Malgré des missions, des apprentissages à leurs côtés, et un voyage à travers la sauvagerie d’Hayashi no Kuni jusqu’à Urahi, Tokage ne savait pas grand-chose des humbles gueux qui avaient l’honneur de profiter de son auguste présence pour cette expédition en terra quasi incognita. Bien sûr, il était loin de se douter que Junko avait eu un certain passé au sein des établissements de plaisir, auxquels l’alcool n’était pas étranger du tout. Quant aux autres, il pouvait bien s’imaginer qu’ils avaient des carrières de débauchés refoulées quelque part dans leur mémoire, auprès de leurs souvenirs les plus honteux, mais c’était bien tout. Il n’y avait eu, pendant le trajet, aucun échange d’anecdotes truculentes, aucune discussion enflammée sur des regrets de jeunesse. Ils auraient tout aussi bien pu être une colonie de retraités en pèlerinage.

« Une bonne brochette de soldats bien glauques et sans caractère, si vous voulez mon avis … J’me suis bien fait chier pendant ce voyage. J’espère juste qu’il y a plus de distractions à Urahi que dans ce trou paumé qu’est Hayashi. »

Il goba une gorgée de boisson, qui lui réchauffa aussitôt la gorge. Le moment qui avait constitué le summum de l’amusement à Hayashi, pour lui, devait être ce jour où il avait réussi à attraper un lézard bien vivant par le bout de la queue, sur un tronc d’arbre.

« Ca, le côté militaire, c’est sûr que ça a pas que des avantages, vous pouvez me croire. »

Il était bien placé pour le savoir, en effet. A ses yeux, la vie de soldat était remplie de contraintes, et de très peu de libertés. Sans doute se trompait-il un peu, cependant, en s’imaginant qu’un soldat devait pouvoir faire ce que bon lui semblait des civils, en usant de ses pouvoirs, tant qu’il ne dépassait pas certaines bornes qu’il était laissé à son bon jugement de fixer. En somme, il aurait préféré être à la fois le policier et le juge. Bien des situations auraient ainsi été résolues très facilement. Trop facilement ? Allons. Est-ce qu’il peut seulement exister quelque chose qui soit trop facile, vraiment ?

« Mais oui, faut que vous reveniez ! C’est sympa comme tout Mizu, et Kiri s’est bien remise de Sanbi. On a tout reconstruit, et c’est tout beau tout neuf. Votre ami, par contre, son nom me dit rien. Mais des Kirijins, y’en a beaucoup, et j’ai fait un p’tit tour dans le coma pendant une période, alors bon, ça veut rien dire … »

Une belle esquive, qui lui évitait de dire quelque chose du style « Ah bah oui, c’est couillon mais y’a de grandes chances qu’il se soit fait aplatir par la tortue géante qui a essayé de ravager notre île deux ou trois fois. » Du reste, il n’avait aucune idée qu’il était en train de taper la causette avec une femme qui n’avait pas les faveurs de son village. A ses yeux, elle était plutôt sympathique, et faisait un bon brin de discussion autour d’un verre qui, ma foi, n’était pas mauvais. Une sorte d’éclaircie dans le temps orageux qui avait couvé dans son esprit tout au long de ce maudit voyage.

« De toute façon j’pense que je vais pas tarder à rentrer. J’ai bien quelques affaires qui pourraient être rigolotes à traiter ici, mais j’doute que l’Empereur mette les choses en branle assez rapidement pour que ça s’fasse dans l’immédiat. Et il paraît qu’on pourrait avoir besoin de nous à Kiri pour des choses et d’autres, alors … »

L’alcool aidant, il ne se rendit pas compte des informations qu’il laissait passait. Que Kiri rassemblait ses forces, par exemple. Ou encore, qu’il était impliqué dans une affaire qui pouvait concerner l’Empereur directement …

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Jeu 3 Juin 2021 - 23:24
La vampirette fit une moue un peu déçue. Elle aurait bien aimé rencontrer ces autres kirijins dans la soirée ou même lors d'une autre. Elle appréciait toujours au fond d'elle cette amusante sensation qu'était celle qui lui permettait de presque narguer les gens par qui elle était recherchée. Bien sûr, ces kirijins là n'étaient pas ici pour elle, mais c'était tout de même source d'une certaine satisfaction, celle d'une habituée à la fuite qui avait toujours grand plaisir à voir qu'elle était invisible et insaisissable aux yeux mêmes de ceux qui la voulaient.

« C'est dommage. Ils ignorent ce qu'il manque, un endroit agréable et sans prise de tête... Et surtout un endroit où on peut fêter dignement les victoires ! »

Souriant au shinobi, la jeune femme termina rapidement son verre avant de le remplir de sa bouteille. Deux autres verres tout au plus, voilà ce qu'il lui restait avant de devoir commander à nouveau. Les bouteilles se vidaient malheureusement si vite... Enfin, l'argent n'était pas un problème, alors autant s'amuser !

« Après, ils sont peut-être simplement timides. Vous avez essayé de leur proposer de sortir de leur routine ? Je connais un bon établissement dans le coin d'ailleurs. Enfin s'il est toujours ouvert. Ça s'appelle l'Arbre Monde, c'est un casino qui est au pied d'un immense arbre. L'établissement est plutôt chic mais il y a de nombreux jeux ouverts. Je suis certaine que n'importe qui pourrait s'y détendre et s'y amuser. Après... C'était il y a environ de deux ans la dernière fois que j'y suis venue, j'ignore s'il est toujours en activité. »

La demoiselle hocha la tête lorsqu'il confirma que l'aspect militaire n'avait pas que des avantages. À le voir, il n'était en effet pas si difficile que ça de voir qu'il n'était pas un soldat exemplaire. Sans doute ses devoirs devaient-ils lui peser. Pour autant, il semblait rester avec son village. Il aurait pu déserter ou prendre sa retraite militaire. Personne n'était obligé de combattre et de se mettre dans ces cases.

« Il y a des côtés si dérangeants que ça même pour les soldats ? Quoi par exemple ? Qu'est-ce qui peut bien vous miner le moral comme ça ? »

Évoquant son passage à Mizu sans plus de détails, l'informatrice resta pensive quelques instants, fixant son verre. Il n'était certainement pas mort, Kisame. Ce vieil escroc était résistant et surtout, il savait où ne pas être. Il était de ceux qui survivaient à tout. Preuve en était, son âge avancé était rare pour quelqu'un qui faisait de la traque son métier.

« Je vois. J'y penserai. Je suis certaine qu'il s'en est sorti. Ce n'est pas un simple Dieu qui va venir à bout de lui. »

Laissant entrevoir un léger sourire où son espoir était perceptible bien que peu certain, la jeune femme se reprit un peu alors que le kirijin enchaînait quelques phrases supplémentaires, laissant quelques informations un peu plus intéressantes parvenir aux oreilles de Neiko. Surprise, elle leva légèrement un sourcil avant de revenir à une expression plus normale, ne retournant sa tête vers son compagnon de beuverie du soir qu'une fois certaine que son expression ne laissait plus rien paraître. Utilisant une de ses petites techniques préférées qui avait le grand avantage de ne requérir aucun mudra et donc d'être parfaitement invisible pour autrui, la Chinoike se purgea de tout effet de l'alcool, retrouvant son esprit clair pour mieux appréhender cet échange.

« Oh ? Tu as des projets ici ? Dis toujours, je peux peut-être t'aider. Je m'ennuie un peu ces jours-ci, alors si c'est à ma portée, je pourrais certainement t'aider. Et puis qu'est-ce qui pourrait être si urgent que ça à Kiri ? Vous avez déjà maîtrisé le Démon et je doute que ce soit ton travail la reconstruction. T'en fais pas, tu peux surement rester encore un moment. »

Lui mettant une main sur l'épaule, la demoiselle lui fit un sourire amical avant de vider à nouveau son verre pour s'en servir un autre. Retirant sa main par la même occasion, elle observa à nouveau quelques instants le liquide semi-transparent. Elle le faisait tourner d'un doux geste de la main, observant les reflets de lumière à sa surface.

« T'en as de la chance d'avoir rencontré l'Empereur en tous cas. Tu sembles pas être un gradé pourtant, qu'est-ce que t'as dis pour le rencontré ? Ça me dépasse les évènements comme ça... Non, en vrai, j'te crois pas. Il faudrait vraiment un truc de fou pour avoir le droit de rencontrer l'Empereur. Il est si occupé... S'occuper d'un pays ça doit être si dur d'ailleurs. Je le plains le pauvre bougre. »

Sirotant le liquide sirupeux, la vampire ferma légèrement les yeux pour mieux l'apprécier, prêtant grande attention à ce que pourrait bien lui répondre l'homme de l'Eau.

Technique:

_________________
Voyageurs [Pv.Tokage] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Okkoto
Okkoto

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Ven 11 Juin 2021 - 13:41

« Hmm ... »

Ce fut tout ce que répondit Tokage, aux remarques concernant ses coéquipiers et son village. Il avait enfoncé son menton entre ses bras croisés sur bar, et contemplait avec une moue boudeuse son verre, qui se vidait bien trop à son goût. Essayer d’emmener la troupe dans un casino ? Bah. C’était peine perdue. Et de toute façon, les casinos, c’était pas son truc à lui. Le jeu l’attirait pas. C’était la boisson qui le faisait frétiller d’envie, et toutes les heureuses conséquences qu’elle entraînait dans son sillage. Il suffisait d’être assez sot, ou assez intelligent, pour comprendre que cette libération de l’esprit n’était que positive. Le jeu, ça demandait de réfléchir. Et il aimait pas ça.

La preuve en était qu’il se laissa avoir comme un bleu, et ne soupçonna pas un seul instant qu’il était en train de révéler des informations potentiellement sensibles à quelqu’un qui pouvait être un danger lorsqu’il répondit à Katsuko :

« Ouais, il est pas super facile à approcher l’Empereur. Si vous voulez mon avis, le plus dur c’est de trouver son chemin dans ce foutu palais … Mais c’est pour mes projets que j’suis allé le voir, en fait. J’aurais bien aimé retrouver la trace de mon clan. Il sait rien, il m’a promis une expédition, mais bon … J’sais pas trop si ça va aboutir à quelque chose. On verra … Pour l’instant j’en ai pas croisé un seul ici, alors qu’ils sont sensés vivre encore dans le pays. »

Rageusement, il avala d’un trait ce qui restait de boisson dans son verre. La peste des Yamanaka. Ils avaient décidé de se cacher, et les bougres étaient assez doués pour ça, il fallait bien le reconnaître. Mais leur défiance les rendait même invisibles aux yeux de l’un des leurs. Quel genre de famille devenait si méfiante que son propre sang, sa propre chair, lui apparaissait comme une menace ?

« Z’en connaîtriez pas, vous, des Yamanaka ? »

Voilà. La bombe était lâchée. Le secret révélé. Il était à la recherche des Yamanaka. Son regard de benêt, embué d’alcool, ne signifiait qu’une chose : il n’avait pas la moindre idée de la trahison de ses propres principes qu’il venait de mettre en œuvre. Ah, diablerie que la boisson ! D’habitude, il savait se contenir, et reléguer dans une case tellement confinée de son esprit les informations sensibles que même le démon dans la bouteille ne pouvait les en extirper. Etait-ce le climat étranger ? Le fait de parler à une totale inconnue ? Ou la morosité qui l’avait pris, depuis qu’il avait mis les pieds dans la capitale du Feu ? Sans doute une combinaison de tout ça. Il s’était laissé aller. Ca lui ressemblait, certes, mais à ce point-là …

Il sembla le réaliser, soudainement. La surprise lui arracha un hoquet tant elle était soudaine.

« Dis donc, j’aurais pas dû vous dire ça ! Vous … Vous allez pas le répéter, hein ? J’imagine même pas les emmerdes si Aditya apprend que je vous ai raconté tout ça … »

Il se prendrait certainement un sermon – plutôt qu’une rouste, ce n’était pas le style de Barbie – qui lui resterait sur l’estomac comme un mauvais vin. Cette seule pensée suffit pour lui arracher un bâillement de lion. L’alcool le rendait somnolent, et ce début de sommeil suffit à calmer la légère panique qui l’avait piqué, comme une aiguille pique un derrière. Bah, quelle était la probabilité que cette discussion parvienne aux oreilles d’Aditya ? C’était grand, Urahi. Et le Teikoku, encore plus grand …

« Il est sympa ce bar, c’est vrai … »

Et son regard se fixa à nouveau sur son verre, cette fois terriblement vide. Les yeux d'un chien posés sur sa gamelle vide n'auraient pas suscité plus de pitié dans le plus dur des coeurs. Misère. Misère …

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Dim 25 Juil 2021 - 14:11
Curieuse, voyant là une possible occasion de se faire un peu d'argent en travaillant pour cet homme qui recherchait son clan, Katsuko se pencha légèrement vers lui. Fort heureusement, elle n'eut même pas à poser la question, ce qui aurait pu le faire douter. Il se livra de lui-même. Des Yamanakas donc, tel était le clan qu'il recherchait... Si elle avait été à Ame no Kuni, l'informatrice aurait pu trouver rapidement une piste, mais là, sans rien, c'était complexe. C'était ce genre de clan qui vivait plutôt à l'écart des autres sans doute, puisqu'ils demeuraient introuvables alors qu'ils vivaient soit disant dans ce pays.

« Hmmm... Non je n'en connais pas, mais je pourrais les chercher pour toi si tu veux. J'ai pas de travail là actuellement, donc si tu veux bien me payer un peu, je pourrais passer du temps sur cette recherche pour toi. Il me faudra juste une adresse pour t'envoyer les résultats à la fin bien sûr. »

Le sursaut du kirijin surprit cependant la vampire qui ne s'attendait pas à ce qu'il se reprenne d'un coup. Il était visiblement dans un instant de clareté, bien que ce dernier soit encore très limité.

« Allons, t'en fais pas. J'vais pas le répéter à qui que ce soit que tu cherches ton clan. Puis c'est normal de chercher sa famille, il n'y a rien de mal à ça. C'est que cet Aditya est de ton clan et il veut pas que ça se sache ? J'pourrais rien dire si ça te rassure, mais c'est quand même mieux si je discute avec des gens pour avoir des pistes. J'comprends bien que toi tu vas devoir rentrer à ton village, ça fait partit de vos limites. Moi j'suis libre, je pourrais continuer ça pour toi en échange d'un paiement suffisant bien sûr. »

Reservant un verre à Tokage qui avait terminé son verre quelques instants plus tôt, Katsuko lui sourit.

« Très sympa, mais il l'est d'autant plus en bonne compagnie. T'es sympa toi aussi, jt'aime bien. C'est pas tous les jours aussi agréable de discuter. »

Se voulant rassurante, espérant tirer encore deux ou trois informations de ce militaire qui semblait prompt à la discussion et peu réservé sur l'alcool, elle poussa le verre qu'elle venait de remplir vers l'homme, saisissant son propre contenant rempli du même liquide.

« Tu m'accompagnes encore sur celui-là ? »

Buvant le sien tranquillement pour ne pas affoler l'homme qui n'allait pas très bien, la jeune femme avait profité de son manque de discernement pour purifier son propre corps juste avant d'ingurgiter ce verre là, gardant une parfaite maîtrise de ses sens. Elle avait une longue habitude d'imitation des symptomes de l'alcoolémie poussée, elle n'avait donc jamais de mal à se montrer dans un état bien plus désastreux qu'elle ne l'était véritablement.

« Rassure-toi pour cet Aditya, il va pas te tomber dessus juste parce que t'es allé boire un verre. Tu m'as pas dévoilé le code de son coffre-fort, alors tout va bien. Puis même si tu m'l'avais dit, il doit être à Kiri, c'est super loin d'ici. Non vraiment destresse. Profite aussi. J'crois savoir que c'est pas tous les jours que vous pouvez boire dans les villages. »

Terminant son propre verre, la Chinoike leva les yeux au ciel un instant, faisant mine de réfléchir.

« Hmmm... Dis moi... Ton clan, t'as déjà fouillé où et parlé à qui pour retrouver sa piste ? Plus tu pourras m'en dire, plus vite je pourrais trouver les tiens pour que tu puisses les revoir. »

Toujours avenante, la jeune femme se montrait prête à resservir un verre au Yamanaka. Si elle pouvait se le mettre dans la poche et le faire s'endeter auprès d'elle d'une certaine manière, elle aurait l'aide d'un homme capable de manipuler les esprits, ce qui était diablement utile dans le monde de l'information.

Technique:

_________________
Voyageurs [Pv.Tokage] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Okkoto
Okkoto

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Sam 21 Aoû 2021 - 22:03

Tokage eut un sourire amer en entendant de telles absurdités à propos d’Aditya. Qu’il lui tombe pas dessus parce qu’il était allé se beurrer dans une ville inconnue ? HA ! C’était bien mal connaître le bougre. Tokage était persuadé que son cher et tendre sensei n’attendait que ce genre de prétexte pour faire une de ses sorties moralisatrices qu’il ne manquait généralement pas de se caler derrière une oreille pour l’oublier là. Non mais sans blague. C’était pas parce que môssieur avait décidé de vivre une vie d’ascète que le reste du monde devait suivre son exemple. A un moment, ça allait bien quand même.

Il porta son verre à nouveau plein à ses lèvres, et fit claquer sa langue de contentement tandis que le liquide lui descendait dans la gorge en en brûlant méticuleusement chaque recoin.

« Boarf, t’embête pas avec mon clan … Si j’pars pas à leur recherche moi-même, ça sert à rien j’imagine. C’est comme toutes ces histoires, là : genre les espèces de légendes des mecs qui partent trouver un trésor ou chais pas quoi, et au final on te dit que l’important c’était le voyage et pas le trésor lui-même. J’suis à peu près persuadé que dans mon cas, c’est la même. A mon avis, les Yamanaka sont autant des trous du fion que le reste du Yuukan, et ils valent pas plus que les autres la peine d’être rencontrés. J’ai juste des envies de retour aux racines. J’dois avoir une espèce de reste d’espoir qu’ils soient pas les derniers des couillons, quelque part au fond des entrailles, mais bon … »

Nouvelle rasade. Il avait déjà conscience, avant même son arrivée à Hi no Kuni, que la quête des siens était quelque chose de désespéré. D’autant que les Yamanaka ne lui inspiraient aucune sympathie naturelle. Ce n’était pas exactement l’envie de les rencontrer qui l’avait motivé à aller présenter sa requête à l’empereur, mais plutôt quelque chose qui relevait de l’instinct. Une force profonde, qui se mouvait quelque part au niveau de l’estomac.

« Vous tracassez pas. Ca sert pas à grand-chose, et j’pense qu’il vaut mieux que j’les rencontre pas, ces gens-là. Pour moi, j’veux dire ! Mes parents m’ont raconté des trucs à leur compte, et c’est pas jojo. Apparemment, quand le clan a éclaté un peu partout, c’était un sacré merdier entre différents groupes. Y’en a quelques-uns qui ont eu la présence d’esprit de se tirer et d’aller voir ailleurs, mais pour ceux qui sont restés au pays … M’est avis que c’est pas la crème de la crème. »

Sans doute quelques-uns des plus vieux briscards, qui avaient le plus de mal à s’arracher aux racines qui étaient les leurs, et qu’ils partageaient avec la canopée de Hi. Le genre de types que Tokage pouvait pas encadrer – ce qui ne revenait pas à dire grand-chose, dans la mesure où il avait généralement du mal à encadrer beaucoup de monde, qui le lui rendaient bien d’ailleurs.

Il décocha un bâillement. L’alcool commençait à lui taper sur le crâne. En fait, il avait sommeil. C’était comme si son cerveau s’alourdissait d’une chape de plomb qui l’enveloppait, et le plongeait peu à peu dans la léthargie. Il n’avait plus qu’une envie : se foutre la tronche dans les bras, et piquer un somme. Mais ç’eût été bien malpoli, d’autant plus que sa compagne de boisson s’était montrée bien aimable jusque-là.

« Dites, j’veux pas vous retenir si vous avez d’autres trucs à faire, hein … Moi j’suis juste là pour passer le temps et m’saoûler un peu. Mais j’comprendrais bien si ... »

Nouveau bâillement de dragon.

« … Si vous deviez me fausser compagnie. »

Distraitement, il casa le coin de ses tempes entre ses bras croisés sur le comptoir.

« Z’en faites pas pour moi … J’suis un grand … garçon … J’peux ... »

Ses paupières devenaient du plomb. Sa langue un muscle mou.

« … prendre soin d’moi … »

Et voilà qu’il fermait les yeux, sombrant définitivement dans le sommeil. Sacré endurance, le chevalier des tavernes.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyageurs [Pv.Tokage] Empty
Lun 23 Aoû 2021 - 12:07
À l'écoute, la demoiselle hochait la tête avec un léger sourire, menton posé sur la paume de sa main, coude au comptoir. Tandis que son majeur et son index longeaient la ligne de son visage, se posant sur sa joue, ses deux autres doigts étaient repliés sur son menton. Son pouce quant à lui soulignait le mouvement de l'index, posé sur la fine gorge de l'informatrice. Lorsqu'il eut terminé d'expliquer qu'il devait s'occuper lui-même de les trouver, elle se redressa.

« Je comprends, je connais cette vision du monde. C'est vrai que c'est important, tu as raison. Je verrais si je peux te donner un coup de pouce, tu as l'air de ne pas savoir d'où partir. »

Alors qu'elle terminait son verre, Katsuko s'étira tandis que le jeune homme baillait, commençant à se baisser sur le bar. Il allait s'endormir. En quelques secondes, sa voix perdit de son rythme, de sa force. Doucement, elle s'éteignit dans l'ambiance tranquille du bar en fin de soirée. Réglant ce qu'elle devait au tavernier, Neiko se leva de sa chaise, très légèrement alcoolisée. Juste ce qu'il fallait pour que les sensations soient agréables, comme à chaque fois qu'elle comptait profiter d'une soirée. Elle allait donc pouvoir se mettre sur la piste des Yamanakas et potentiellement se faire bien voir par eux en aidant Tokage a les retrouver. Plus elle pouvait avoir de gens dans son camp, mieux elle serait lottie.

Satisfaite, elle s'étira une nouvelle fois lorsqu'elle eut les pieds sur terre et se rapprocha un instant de Tokage pour lui parler d'une voix douce qu'il s'entende dans son début de sommeil sans pour autant le réveiller et surtout sans que le reste de l'établissement ne l'entende.

« Bonne nuit, Tokage, on se reverra. Tu devrais faire plus attention je pense quand même... »

Amusée, la vampire fit un signe de tête à l'aubergiste qui devrait s'occuper du kirijin alcoolisé un peu plus tard. Mais ce n'était plus le problème de la kunoichi, libre comme toujours.

Sortant de la taverne, la jeune femme décida de diriger ses pas vers le casino dont elle avait parlé au Yamanaka quelques minutes plus tôt, le casino de l'Arbre Monde. Là-bas, si le lieu existait toujours, elle pourrait rafraîchir ses liens, vérifier que tout allait bien sur place et ainsi s'assurer de conserver la possibilité de récupérer des informations sur place. C'était assez important pour elle, d'avoir des gens sur qui compter un peu partout.

_________________
Voyageurs [Pv.Tokage] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336

Voyageurs [Pv.Tokage]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hayashi, sa faune, sa flore... ses habitants et les voyageurs perdus... feat Kazama Ishin
» Yamanaka Tokage
» 1/21. Tokage Mae VS Haino Keiji
» A l'aventure ! Journal de Tokage Mae
» Duel yamanakesque [TOKAGE]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: