Soutenez le forum !
1234
Partagez

Lettre à un ancien ami.

Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Lettre à un ancien ami. Empty
Sam 10 Avr 2021 - 16:55

Assise devant son bureau, les mains froides telles de la glace, Hideko tenait son crayon posé contre le papier, hésitant à la manière d’aborder cette lettre. Vêtue d’une tenue légère, luttant contre la chaleur estivale, même la nuit tombée, elle resta ainsi, immobile, pendant de longues minutes.
Courrait-elle un risque ? Son message lui parviendrait-il ? Comment allait-il réagir ? Tant de questions qui ne trouveraient réponse qu’une fois qu’elle aurait affronté ce mur et qu’elle inscrivait sur le papier les mots qu’elle désirait lui faire parvenir. Ses doutes étaient innombrables, mais bien qu’elle hésitait encore à la manière de procéder, son envie de le recontacter, elle, ne faisait aucun doute. Hideko voulait aller de l’avant et pour se faire elle devait combattre les démons du passés.




Cher @Sendai Yahiko,
ou plutôt devrais-je dire, Vénérable Empereur du Feu

Écrire cette lettre qui t’est adressée est particulièrement étrange, tant la situation a changé lors de ses trois dernières années, la dernière fois où nous nous sommes vu.

A l’époque tu étais encore un jeune adolescent rêveur, se battant pour ses idéaux et affrontant les obstacles, quels qu’ils soient.
Et aujourd’hui ? Qu’es-tu devenu ? Empereur ? Tu es enfin parvenu à tes objectifs, ou tout du moins, tu es parvenu à une position qui te permet de les accomplir : je parle évidemment de ton désir de justice. Quel image vas-tu donner à cet empire naissant ? Je me le demande tous les jours depuis que j’ai appris que tu étais devenu empereur. Qu’elle fut ma surprise en découvrant par hasard cet article portant sur ton couronnement dans le kunaï émoussé.

Tant de chemin parcouru, tant d’années qui se sont écoulées, tant de temps. Pour ma part, ma vie a recommencée il y a bientôt un an. Tu te souviens la fois où tu avais essayé de me libérer en affrontant mon père ? A cette époque je n’étais pas prête, je n’étais pas prête à courir ce risque, à affronter le monde toute seule.
Maintenant je le suis, d’abord par la force des choses, puis par volonté.

A cette époque je n’étais pas prête et je regrette les mots que je t’avais dit alors que tu essayais de m’aider. Tu étais le seul et tu seras à jamais le seul, bref merci.

Je ne m’attends pas à ce que tu me répondes. Je ne sais pas combien ces années ont pu te changer : tu peux être devenu un homme si différent de l’adolescent que j’ai connu.
Si je t’envoie cette lettre c’est uniquement pour te dire ceci : sache que j’y suis parvenu. Dans le sang, dans les larmes, dans la souffrance je suis parvenu à me libérer et me voilà aujourd’hui, à combattre dans ce monde et à me préparer à la guerre à venir.

Car cela aussi c’est nouveau pour moi, mais maintenant que je le sais, je ne peux plus l’ignorer. Je ne peux pas laisser quelqu’un faire du mal à Aya, comme je ne peux pas laisser quelqu’un m’arracher la seule chose qui me permette d’être libre.

J’espère que tu vas bien et que tu agiras au mieux pour les gens qui sont maintenant ton peuple. N’oublie pas d’où tu viens, n’oublies pas tes souffrances et n’oublie pas celles de ces gens qui se battent pour survivre et vivre.

Metaru Hideko


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Lettre à un ancien ami. Empty
Dim 11 Avr 2021 - 18:25
Lettre à un ancien ami. Q87r
Glissant au rythme de ses yeux, les mots s'imprimaient difficilement dans l'esprit d'un homme dont la stature pouvait se fêler par son passé. De la même manière qu'un premier amour qui ne disparaissait jamais véritablement, les liaisons amicales suivaient ce même pattern et Hideko, alors personnification de l'échec et du projet qui n'était pas abouti, se présentait à la vue de celui qui lui avait promis le bonheur tant de fois.

Et qui n'avait toujours pas tenu sa promesse.

Il n'y avait alors aucune place pour de la joie ni pour de la nostalgie. Il n'y avait qu'un regret. Profond, ancré comme un poignard dans un coeur, Hideko rappelait au Souverain que le statut social n'empêchait le passé. Que le futur, aussi radieux soit-il, était construit sur des bases de souffrance, d'échecs et d'apprentissages. Parce qu'il n'y avait d'effort sans obstacle, parce qu'il n'y avait de réussite sans erreur. Parce que même le berceau du plus grand des héros oscillait au dessus de toutes ses entorses.

Alors il récupéra une plume après quelques instants, attrapant le rouleau de papier vierge d'une main molle. Il ne manquait pas d'envie : il manquait de courage. Il fallait trouver les mots, il fallait rattraper l'oubli... Et peut-être pouvait-il mentir quelque peu, ou du moins arranger la réalité, pour s'éviter de plonger un peu plus dans le mal-être.



Chère Hideko.

Il m'est difficile de m'adresser à toi sans repenser aux moultes efforts qui se sont perdus dans le néant, sans repenser à toutes les promesses de bonheur que je t'ai faite. Je ne peux imaginer le ressenti que tu dois éprouver contre moi -aussi légitime soit-il, mais comment pourrais-je t'en vouloir ? Pourras-tu m'excuser de mon absence, pourras-tu m'excuser mon inaction, je n'ai rien accompli de tout ce que je t'ai promis... Et malgré mon actuel statut, je continue à m'en vouloir.

Aussi haut ai-je pu me hisser, il m'est impossible d'oublier mes origines. L'Empire me rappelle tous les jours l'insulte que je représente à leurs yeux, de part mon passé de Kumojin, si bien qu'il est impossible pour moi de me sentir à ma place. Pourtant, là est mon pari.

Pour la guerre, pour le futur, pour le chakra. Je dirigerai un Empire qui ne m'appartient pas. Ils le savent, ils sont au courant, je me suis vendu comme tel. Je n'ai cure du Teikoku, comme je n'ai cure des villages shinobis. Seul le bonheur m'intéresse, seule l'éducation est importante, seul le respect et la survie sont essentielles. Je ne crois en le futur par la guerre, je ne crois en le futur sans le chakra. Là sont les valeurs que j'essaierai d'imposer à cet Empire bâti sur la haine et le conflit.

Alors je me battrai, considérant les plus faibles comme les plus forts, n'oubliant le passé comme le futur, soutenant les plus démunis comme les plus aptes. Je suis heureux que tu ai pu t'en sortir seule avec la force de ta détermination, il s'agit là d'une peine qui me pendait au coeur et que tu as réussi à rompre. Tu es quelqu'un de forte et méritante, que cette même détermination t'amène à accomplir tes rêves les plus fous. D'ailleurs, jusqu'où as-tu pu te hisser dans les rangs de Kumo ?

Je ne te promettrai plus rien : laisse moi agir.

Si tu souhaites me rencontrer, ce serait avec plaisir. Si je peux t'apporter une aide particulière, je le ferai dans la mesure du possible. Il est de mon devoir d'honorer une promesse que je n'ai pu tenir, alors permets moi de me rattraper.

Nous nous reverrons sûrement bientôt sur le champs de bataille. D'ici là, entretiens toi, entraîne toi, bats-toi... et survie.

Pour que nous puissions nous revoir amicalement, malgré le passé qui divise nos deux factions.

Deuxième Empereur.
Sendai Yahiko.


Enroulant le parchemin sur lui-même, la lettre fut accrochée sur la patte d'un oiseau qui s'envola aussitôt, trouvant plus tard son nid dans les mains de celle à qui elle était adressée.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Lettre à un ancien ami. Empty
Lun 12 Avr 2021 - 17:17

Quand Hideko apprit, plusieurs semaines plus tard, que Yahiko avait répondu à sa lettre, elle fut prise d’une excitation qui n’eut d’égale que son appréhension.
Ses questions étaient si nombreuses… elle alla au bureau de poste récupérer la précieuse lettre, comme s’il s’agissait là d’un trésor inestimable, puis elle rentra en courant pour la lire : sa lecture ne pourrait souffrir d’aucune attente.

Les mots posés sur le papier la bouleversèrent : Yahiko se sentait coupable, coupable de pas avoir pu l’aider, coupable de ne pas avoir pu tenir sa promesse. Pourtant il n’y avait rien de mal à cela : il était alors un adolescent sans aucune conscience de ce qu’impliquait une telle promesse ; sa culpabilité était compréhensive, elle fit plaisir à Hideko autant qu’elle la peina. Elle ne lui en voulait pas.
Sa position au sein de l’Empire semblait bien plus complexe que la situation ne le laissait paraître. Ainsi, bien qu’aux reines de l’un des pays les plus puissants de ce monde, sa légitimité était remise en question à cause de ses origines étrangères. Pourtant, dans le but de combattre Sakaze Tôsen et sa doctrine qui mettait en péril l’équilibre de ce monde, il avait pris ce risque ; il avait sacrifié ses désirs, ses idéaux, sa vie dans cet unique but.
Yahiko n’avait pas changé : il était toujours le même idéaliste, bien qu’en devenant un homme il s’était donné les moyens de parvenir à ses fins.
Ses derniers mots la touchèrent tout particulièrement ; Yahiko s’engagea, il s’engagea à ne plus faillir à sa parole, il s’engagea à se battre et il s’engagea à la revoir, invitant Hideko à faire de même, quoi qu’il en coûterait.
Que pouvait-elle répondre à une telle prise de parole ? Que pouvait-elle répondre à une telle confidence ?
Aucun mot ne suffirait pour exprimer ses sentiments, mais peu importait : il n’y en avait besoin d’aucun.
Sa réponse serait brève, elle serait telle une signature en bas d’un contrat : celui qui les liait tous les deux.




Cher Yahiko,

Je te remercie de ta réponse. Nul mot ne saurait être à la hauteur de ceux que tu as inscrits sur ta lettre.
Aussi, je souhaite simplement te dire que je ne t’en veux pas, je suis même rassurée de voir que tu es resté le même idéaliste que par le passé. Il y a tant de personnes qui veulent faire le mal en ce monde, tant de personne mal intentionnées, qu’il faut des gens comme toi pour les contrecarrer.

J’aimerai que nous puissions nous voir. Cependant, ma position dans le village ne me le permet pas légitimement, mais à ton engagement je te promets ceci : je tâcherai de gravir les échelons pour qu’un jour nous puissions nous revoir.

Peut-être que le champ de bataille nous réunira avant cela. Si ce n’est pas le cas, alors, quand je le pourrai, je tâcherai de venir à ta rencontre, car je ne doute pas que tes responsabilités t’empêche toute action inverse.

L’événement qui m’a permis de revivre m’a aussi fait rencontrer la mort : celle de mes parents, ainsi que la mienne. Cette rencontre avec la faucheuse m’a changé et contrairement à toi qui n’a pas changé, je ne suis plus celle que tu as connu et j’espère un jour pouvoir te montrer qu’elle femme je suis devenu aujourd’hui.

Dans l’attente de cette rencontre, tâche toi aussi de survivre, quoi qu’il en coûte.

Metaru Hideko


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t10834-kumo-equipe-3-hogo https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Sendai Yahiko
Sendai YahikoEn ligne

Lettre à un ancien ami. Empty
Mer 14 Avr 2021 - 12:56
Lettre à un ancien ami. 0ubu
Aux nouvelles s'accompagna des mots qui écrivirent une autre triste histoire. Celle d'un monde shinobi punissant ses habitants d'un courroux pourtant si naturel, la mort, dont ses acteurs en étaient les fiers artistes. Et c'était en rencontrant la Faucheuse qu'ils semblaient avoir réalisé l'importance de la vie, de la même manière qu'on réalisait ce qui était crucial par le manque. L'Empereur ne connaissait alors aucun détails, bien qu'il comptait questionner la blonde à leur rencontre, mais ne négligeait pas l'impact de ce vécu sur l'esprit déjà torturé de son amie.

Mais toute mort ne cachait pas une autre naissance ?

Présentant sa dure réalité, elle ne la résuma pas en un constat amer sur lequel il était difficile de rebondir. Cela avait du être dur, mais la Metaru semblait en avoir profité pour tirer son épingle du jeu, prenant symboliquement les armes pour se confronter à ses rêves. Parce qu'il était impossible d'être heureux sans courage, parce qu'il était impossible d'accomplir ses objectifs sans efforts. Et paradoxalement, la fin de tout était le tremplin parfait pour comprendre qu'il n'y avait plus rien à perdre.

Attrapant sa plume après avoir reçu la lettre de son amie, attendant plusieurs jours pour avoir le temps d'y retranscrire des sentiments honnêtes, il s'attela à la tâche.



Chère Hideko.

Tu me vois ravi d'apprendre que tu ne me portes un quelconque ressenti. Il était loin de moi l'idée de vouloir t'abandonner à ton sort, il m'affligeait énormément et j'étais finalement impuissant. Espérons que le futur pourra me faire te prouver que je suis capable d'aider mes amis.

Je serai curieux d'apprendre qui tu es devenu et ce que tu as vécu, tu me raconteras tout cela autour d'une table. Nul doute que si tu es là aujourd'hui, c'est que tu en es ressortie vainqueur, et si ce n'est pas le cas, j'ose espérer que cela ne tardera pas à arriver.

Effectivement, mon statut ne me permet pas de me balader comme bon me semble. Je suis toutefois en bons accords avec Meikyû Raizen, il ne nous sera pas compliqué d'entrer en contact contrairement à la période où l'Empire et Kumo étaient en froid.

Je t'attendrai, tâchant également de ne pas mourir.

A bientôt, Hideko.

Deuxième Empereur du Feu.
Sendai Yahiko.



Assez court mais empli de bons sentiments, le volatile s'envola une nouvelle fois vers sa destination. Dans les mains d'une amie d'enfance dont le destin ne voulait m'écarter.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130 https://www.ascentofshinobi.com/t9512-dossier-shinobi-sendai-yahiko#80363

Lettre à un ancien ami.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Courrier et presse :: Lettres
Sauter vers: