Soutenez le forum !
1234
Partagez

Remise en question [Solo]

Kentoku Akio
Kentoku AkioEn ligne

Remise en question [Solo] Empty
Lun 12 Avr 2021 - 11:58
Être sûr de soi. Parfois ce simple sentiment est à lui-seul un piège où tomber peut faire très mal. Pour un shinobi les conséquences peuvent être des plus radicales. Pour Akio ce le fut presque lors de son affrontement avec Hideko. Cette dernière avait usé de jutsus d'un tout autre niveau, elle était comme habitée, ne ressemblant plus du tout à la Genin timide et si peu sûre d'elle de l'apprentissage. Pris au dépourvu, le Céleste avait vu ses certitudes sur son style de combat voler en éclats. Des jours de questionnements avaient suivi. Etait-il si mauvais ? Tout cet entrainement n'avait-il donc servi à rien ? Les seuls moments où il s'était montré dangereux, c'était lors d'utilisation de techniques des plus sommaires. Un véritable camouflet. Le jeune homme avait passé des nuits blanches à diagnostiquer ses erreurs, ses pistes d'améliorations, tandis que les douleurs lancinantes accaparaient toute sa forme physique. Se lever était une épreuve, marcher un véritable parcours du combattant. Les Portes Célestes avaient impacté son corps au moins autant que les blessures qui lui avaient été infligées par son adversaire. Si d'extérieur sa défaite n'était pas si honteuse, parole des instructeurs académiques ayant assisté au combat, au fond de lui il était clair qu'il avait fait fausse route.

Se voulant trop polyvalent, il avait lésiné sur sa force de frappe. Il était temps de remédier au problème. Recentrer ses compétences autour de ce qui faisait de lui ce qu'il était : le travail.

Alors à l'hôpital, pour soigner les dernières plaies et récupérer physiquement du déploiement de l'ensemble de ses forces, il pouvait compter sur la franchise et la présence de son amie la plus fidèle : Mori. La kunoichi était la médecin attitré du Céleste lors de ses passages récurrents en soin.

« Tu t'arrêteras jamais hein ? » Fit-elle en lui attrapant son bras libre, pour commencer les soins.

« De quoi tu parles ? De venir te voir après des petites blessures ? Non. » Dit-il en souriant tout en rédigeant des notes de plus en plus complexes.

« Non de réfléchir. Tout le temps tu écris, tu lis. Décroche un peu. On dirait tes parents. »

Ces dernières paroles firent tiquer le Genin. Ses parents il ne leur parlait plus. Jamais ils n'avaient accepté le choix de leur fils de risquer sa vie alors qu'un monde de connaissances l'attendait. Il ne les avait pas vu depuis l'entrée à l'académie. Récupérant sa concentration, il griffonna quelques mots puis la mine se brisa, sous la poigne résultant de la douleur dans son bras gauche.

« Tu me fais mal ! Fais gaffe ! » Cria Akio à sa bienfaitrice.

« Et bien arrête de te faire toucher, grand malin. C’est ma faute si tu te retrouves dans cet état ? Et pourquoi tu rédiges des consignes tactiques envers toi-même ? Tu cherches à faire quelque chose ? »

« Regarde mon état. L'autre s'en est plutôt bien sorti, c'est inacceptable. Je dois faire plus. Frapper plus fort, plus vite. Tu resteras à me soigner ce n’est pas grave ! »

La jeune médecin stoppa net les soins, fixant son interlocuteur avec une certaine fureur dans les yeux. Elle le connaissait mieux que quiconque. Elle savait bien ce que le Kentoku avait en tête. Et, étrangement, elle décida d'aller dans son sens.

« Tu sais Akio ? Tu as raison. Tu as deux possibilités de voir le futur, mais l'une d'elle étant d'abandonner les Portes Célestes, tu ne le feras pas. La seconde c'est de te radicaliser dans ton approche. Si tu parviens à saturer ton adversaire de coups, impossible pour lui de riposter avec vigueur. Dans la continuité les combats dureront moins longtemps. Mais je t'avertis : la tension dans ton corps sera encore plus élevée, avec les contraintes qui vont avec. »

Faisant le tour de son patient pour atteindre son flanc, elle s’arrêta quelques secondes face au Genin.

« Et non je ne serais pas toujours là à te soigner. De toute manière tu es tellement borné… »

Elle reprit son jutsu médical alors que son patient avait les yeux braqués sur sa personne. Plutôt surpris des conseils que lui prodiguait sa camarade. Elle d’habitude si prévenante l’encourageait à devenir plus agressif ? Il esquissa un sourire des plus sincères lorsqu’il entendit sa dernière phrase, résonnant comme un avertissement. Il savait qu’une limite existait dans les soins qu’il pouvait recevoir, mais jamais il n’irait aussi loin. Abaissant son regard sur son fidèle carnet, il commença à relire ses notes et ses schémas : tactiques d’approches, techniques qu’il imaginait mettre au point, schémas de possibles combats, rien n’avait été laissé au hasard. Une chose ressortait tout du moins : il était temps de frapper fort, très fort. Briser les distances, handicaper l’adversaire et l’acculer pour empêcher toute riposte. S’en était fini de défendre. Sa meilleure défense serait l’attaque. Le jutsu médical terminé, Akio se leva d’un bond. Il se sentait mieux, son bras ne le faisait plus souffrir. Il interrogea du regard sa comparse pour savoir si s’en était fini, ce à quoi elle répondit d’un hochement affirmatif de la tête. Akio serra son amie dans ses bras avant de quitter la pièce d’un pas résolu.

Alors qu’il franchissait la porte de la chambre, une main vint le retenir par l’avant-bras. C’était Mori, qui avait bel et bien reprit son air inquiet.

« Ne fais pas n’importe quoi, s’il te plait. Je n’ai pas envie de continuer à te voir tous les jours ici. »

« Carrément ? Tu veux plus me voir ? Tu vas être triste, j’étais ton cobaye le plus régulier. » Dit-il dans un grand sourire en attrapant délicatement la tête de la jeune femme pour lui embrasser le front. « Promis tu ne me verras plus autant ici, et pour compenser je t’enverrais un peu plus de camarade d’entrainement ! »

La boutade fonctionna et l’atmosphère se détendit. La kunoichi laissa échapper un petit rire nerveux trahissant l’inquiétude grandissante face aux velléités offensives dont lui avait fait par son ami. Mais au fond elle savait qu’il ne changerait pas d’avis, alors à quoi bon tenter de le raisonner ?

Akio lui, continua de marcher dans les couloirs tout en disant au revoir, au travers d’un signe de la main, sans se retourner, à son ange gardien. Lui aussi savait pertinemment que d’un point de vue santé, elle avait parfaitement raison. Mais il ne pouvait se résoudre à tout abandonner maintenant, après la liste démentielle de sacrifices qu’il avait accepté de faire. Il était désormais temps pour lui d’entamer un virage à cent quatre-vingt degrés dans son approche des affrontements. Il se voyait déjà presque camper sur les terrains d’entrainements, tant il allait y passer un temps fou afin d’adopter une nouvelle approche du combat. Ce serait fait en autodidacte, préférant ne mêler personne à ce changement mental, surtout pas Aizen, son sensei, avait qui il s’était déjà écharpé sur la gestion des Portes Célestes. Il ne serait certainement pas ravi de voir son jeune élève s’orienter vers un style de combat encore plus extrême qu’auparavant.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992

Remise en question [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: