Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sur sa voie

Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Mar 27 Avr 2021 - 10:17
Sur sa voie Blessz11


Sorrowful Stone

Depuis la cime du plus haut des monts jusqu'aux tréfonds de ses abysses, l'exilé s'était fait l'arpenteur et le guetteur de bien des lieux, et pourtant jamais n'eut-il conjecturé que c'est devant la sylve d'un chêne esseulé qu'il ne se fasse endeuillé de son Archennemi. Seul devant sa stèle, il ne s'était guère passé plus d'une demi-douzaine de lunes pour que le Shinrin ne tarde à revenir sur ce lieu de malheur. Assis, avachi, enténébré, nulle lueur de joie n'ornait la scène ou son visage. Tout n'était que pur désespoir, un désespoir sombre et pénible qui ne tarissait guère et le sommait de s'incliner à de funèbres et lâches pensées autodestructrices.



Ici gît l'Inéluctable,
Gardien du feu,
Maître des Eléments,
Héros de ce monde.


Mais s'il était à présent le dernier du trio impérial encore en vie, c'est bel et bien avec les convictions de ses deux senseï qu'il comptait continuer sa vie et son labeur. A jamais leur componction et espérances trouverait racine dans l'esprit du jeune homme qui, fidèle à son ordre, se ferait le héraut de ceux qui agissaient dans l'ombre de l'Empire. Pour toujours œuvrait-il de sa lame et de ses pantins afin de se faire l'écho des spectres qui le hantent et continueraient ainsi. Était-ce là la seule voie vers le repos ? Peut-être... peut-être pas... quoi qu'il en soit il s'agissait là bien de la seule route qui se traçait devant le jeune homme et pour rien au monde ne se voyait-il faillir dans sa quête.

Mais tandis que son âme s'en allait à de funestes pensées, son attention - elle - se fit happer par cette présence de métal et de vigueur qui ornait à présent de son aura ce lieu pestilentiel et élégiaque.
"Ne vous apprennent-ils donc pas à respecter l'affliction d'un deuil là d'où tu viens ?" questionnait-il son invité qui ne l'était guère.
Mais si à son habitude il aurait pris l'égard et la curiosité de lui adresser un regard inquisiteur et curieux, le maître-marionnettiste n'avait à ce moment ni la force ni la foi que d'accorder autre chose que ces brèves paroles de complainte. Car après tout, il serait réellement difficile pour tout spectateur de la scène de conjecturer que cette silhouette accroupie était encore réellement vivante. Lui-même ne savait guère ce qu'il en était.


@NOMURA IEYASU

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Mar 27 Avr 2021 - 23:12
Il y était presque. Après tous ces efforts, ces kilomètres parcourus, ces escarmouches, ces rencontres et ces situations difficiles qu’il avait dû démêler les unes après les autres, il arrivait enfin au bout de son périple. Un périple, cela étant dit, qui n’était en réalité qu’un prélude à un pan de sa vie dont il ignorait encore tout, vers lequel il allait plonger comme un saint plongeait au-dessus du vide pour témoigner sa foi à son Dieu. Mais de Dieu, le jeune Ieyasu n’en avait pas, et si il ignorait finalement comment les événements allaient pouvoir s’enchaîner lorsqu’il aurait rejoint le Ningen, il restait sûr d’une chose : il serait le seul. Le seul à décider comment il manierait son sabre, et contre qui il le tournerait. Il saurait obéir, se faire une place, se faire suffisamment docile, mais si il y avait bien une chose que personne ne pourrait lui enlever après ce long voyage qui l’avait vu traverser une grande moitié du Yuukan, c’était sa liberté de choisir l’homme qu’il voulait devenir. Un homme sans regrets… ni remords.

Ainsi arpentait-il les vallées désolées et les reliefs de perdition du Pays des Griffes, poussant toujours plus loin vers l’ouest, armé de ses maigres convictions, de ses armes et de son bras unique pour les manier. Un jour morose, comme beaucoup d’autres avant eux, mais qui avait le bon ton de se dérouler au sec. Il y avait de ça quelques jours, c’était sous des intempéries de fin des temps qu’il avait dû avaler les kilomètres : le Nomura savait donc apprécier la météo clémente, quand bien même elle était à mille lieux des océans de couleur dont ses yeux avaient été baignés en traversant Hayashi. Un détail au loin à l’horizon en arriva même à attraper son regard et son attention, comme bien d’autres avant lui. Un tronc, au passé sans doute majestueux, qui étendait ses appendices vers le ciel comme pour essayer de l’attraper. Un arbre sans doute centenaire, peut-être millénaire, qui siégeait en silence sur un surplomb. Une singularité qui ne manqua pas d’attirer Ieyasu à elle comme un aimant, guidant ses pas toujours énergiques mais rattrapés par la fatigue d’un périple particulièrement éprouvant.

Parvenu à quelques pas de l’arbre imposant mais sans majesté, il l’oeilla longuement, contournant le tronc massif, prenant garde à où il mettait les pieds, tant et si bien qu’il n’aperçut que très tardivement, par des contours qui s’étaient dessinés petit à petit, la silhouette d’un jeune adulte sur le côté. Instinctivement, il s’arrêta, mimant le silence dont semblait habité l’individu. Puis il la remarqua : la stèle, face à lui. Une stèle mortuaire, où semblaient être immortalisées des inscriptions impossibles à discerner de là où il était. La voix du jeune homme, soudainement, mit fin à sa contemplation, tranchante, intimant une réaction. Ieyasu entrouvrit d’abord la bouche presque par réflexe, pour s’excuser d’avoir ainsi pu déranger une scène, mais s’abstint au dernier moment. La mine grave, il prit au contraire le parti de faire deux pas dans le dos de l’inconnu pour s’en rapprocher, juste assez pour pouvoir lire les inscriptions sur la stèle.

« ...Au contraire… Nos familles, là d’où je viens… se soutiennent les unes les autres, face au deuil. J’ai beau tout ignorer de vous, ou de cet homme… il semble qu’il ait mérité les honneurs dans la mort. Pour ça… je lui dois comme n’importe qui d’autre le respect. »

Il marqua une longue pause contemplative, s’imprégnant de la solennité soudaine que venait de revêtir cet endroit, sa main déposée sur le pommeau de son sabre comme pour momentanément lier sa volonté à celle qui avait habité ce Gardien du Feu de son vivant. L’affliction de son bras manquant apparente, son accoutrement dénonçant de façon ostentatoire ses origines, Ieyasu livra son esprit au défunt.

« … Mes sentiments vous accompagnent. »

Il se détourna, sans un bruit, comme il l’avait fait tant de fois auparavant à Tetsu pour quitter les plaines mortuaires, commençant lentement sa descente du surplomb en direction de l’ouest.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Lun 3 Mai 2021 - 18:08
S'était-il déjà imaginé faire le deuil de son archennemi ? Non, bien sûr que non… Et pourtant, c'était l'âme en peine qu'il se recueillait là, sans porter plus de réflexion sur l'ironie de la chose. Et tandis qu'il percevait cette silhouette se faire l'écho d'un respect honorable, le maître-marionnettiste lui se retournait avec lenteur et langueur pour se faire l'observateur de son compagnon clinquant de métal. De haut en bas il lorgnait du regard sur les stries et détails de son armure, sur sa prestance, sa démarche et ses ornements se faisant inquisiteur de son origine, de sa classe et du récit qu'exhalait son physique. Et s'il eut cru bon au départ que d'imaginer que c'était un local des environs qui était venu le déranger dans son deuil, il conclut s'être fourvoyé en reluquant ce qui semblait être un Samouraï de Tetsu no kuni.

Alors regard en coin, se relevant lentement de sa trêve, il prit un ton plus sympathique. Certainement était-ce là une certaine empathie pour l'homme qui semblait être de bon ton et de bonne éducation.
"Voudrais-tu bien pardonner ma discourtoisie mon ami ? La perte d'un frère me rend quelque peu rude envers la vie, mais projeter mon aigreur sur ta personne n'est qu'une bien piètre et mauvaise tentative pour soulager ce mal, je m'en excuse. Comment t'appelles-tu ?"
Et comme cela, il se muait d'un irrévérent pisse-vinaigre en un gentilhomme prêt à mettre de côté son fiel pour taper la causette au voyageur. Mais s'il semblait bien sympathique à l'idée de faire plus ample connaissance avec l'homme de fer, certainement était-ce aussi là par sympathie avec sa condition de manchot qu'il partageait à moitié.
"Il semble que la vie ne t'ait guère gâté également." ruminait-il, pointant du doigt l'aile manquante du Samouraï. "Viens donc prendre place à mes côtés, j'ai une bouteille d'Hi qui ne demande qu'à être séchée. Qu'en dis-tu ? "
Sa face blême semblait quelque peu ravie sous l'effet de sa propre proposition, peut-être cherchait-il là à s'esquiver à la solitude.  

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Ven 7 Mai 2021 - 11:22
Ses pas lentement avaient commencé à le mener vers la base de la colline sur laquelle trônait l’arbre triste et massif, quand il entendit soudain la voix du sombre inconnu le harponner de façon bien plus commode que la première fois. Le jeune homme… s’excusait ? Sur le coup, Ieyasu s’arrêta net et se retourna de moitié, portant pour la première fois les yeux sur le visage de l’endeuillé à présent redressé au côté de la stèle mortuaire. C’était donc son frère qui était enterré là, à l’en croire. Pas étonnant, dans ces conditions, de se trouver comme lui habité par un tempérament à fleur de peau, d’aucun dirait exécrable, même si ce n’était que pendant quelques instants. Le jeune épéiste se savait curieux, un peu trop certainement, et il pouvait comprendre que de voir ainsi approcher un inconnu d’un lieu de recueillement, par nature intimiste et réservé, suscite quelques échauffements. D’autant, avait-il noté sans vraiment y faire attention, que la sépulture lui avait semblé fraîche, récente, tout comme devait l’être par conséquent la douleur qui devait avoir balafré le coeur de cet homme.

A y repenser, cela faisait si longtemps que son propre père était mort, songea le Nomura, tant de choses s’étaient passées depuis son départ de Tetsu, qu’il avait l’impression que des âges s’étaient écoulés sans qu’il ne s’en rende compte. Pourtant, à laisser son esprit aller effleurer son deuil, il se rendit aisément compte à quel point le gouffre béant de chagrin qui s’était greffé à la place occupée par son père dans son coeur était resté inamovible et immuable.

« Je ne vous en tiendrai pas rigueur, rassurez-vous. Ce pays… semble habité par le deuil, la violence et la tristesse. Entre les îles de Mizu et ces contrées, je me doute que le drame s’invite un peu partout, mais ici… C’est différent. »

Il huma l’air alentour, se retournant cette fois entièrement vers l’inconnu en montant un pied sur la pente.

« … J’ai pu me faire appeler autrement durant mes voyages, dans le vain espoir de cacher qui je pouvais être, mais j’ai réalisé récemment à quel point c’était inutile. Je m’appelle Ieyasu. »

Le nom portait bien peu de poids en réalité, quand on était comme lui aussi insignifiant à l’échelle des villages et des nations. Il avait voulu cacher son identité, de peur de mettre sa famille restée à Tetsu dans le collimateur d’obscurs rivaux ou de figures d’autorité aux complots faciles, mais ces appréhensions s’étaient au final avérées bien creuses faces aux réalités de ce monde. Remarquant le regard et la dextre de l’endeuillé se tourner vers son moignon, qui se laissait facilement voir sous une plaque d’armure un peu trop grande, Ieyasu eut un léger soupir, et se mit à regagner l’altitude qu’il avait perdu en se détournant de l’arbre d’un pas lent mais assuré.

« … Il suffit d’un instant pour tout perdre. Je l’ai réalisé à mes dépends, dans les ruines de Shîto… Sans ce Lieutenant de l’Empire pour m’aider, c’est la vie qui m’aurait quitté. Je dois m’estimer heureux de pouvoir encore fouler cette Terre. »

En quelques instants, le jeune Nomura avait rejoint le niveau de l’inconnu, non loin de la stèle. Il repéra sur le côté une épaisse racine décharnée qui semblait jaillir du sol dans un élan destructeur, signe de la grandeur passée de l’arbre que la gloire avait quitté. Dans un enchaînement de cliquetis alors que son bardas et son équipement frottait l’un sur l’autre, il s’installa sur ladite racine, accueillant bien volontiers ce moment de partage en dépit de la méfiance qui ne le quittait plus, depuis ses rencontres souvent malheureuses et parfois tragiques le long de son parcours au sein des Griffes.

« Je ne dis pas non à une lampée, mais je préfère vous prévenir, je ne suis pas un gros buveur. Et d’ailleurs puisqu’on s’apprête à partager ce verre, je peux savoir votre nom ? Vous êtes originaire d’ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Mar 11 Mai 2021 - 14:14
Le Samouraï ne semblait pas si bien dire. Il était vrai que Tsume no kuni baignait d'une aura macabre et désolante. Il était difficile d'esquisser un rire ou même une simple expression de joie tant les tribulations subies vous agrippent et vous trainent de force aux confins de l'affliction. C'était comme si la vie et la non-vie s'étaient tus, comme si en ces terres s'aggloméraient le malheur de tout en un monde. Pour sûr, le Shinrin n'y échappait pas. Par deux fois avait-il foulé ces terres, par deux fois en avait-il souffert. Mais comme un cycle dont ne voyait jamais la fin, certainement que le compte ne s'arrêterait pas là. Car oui, la mort appelle la mort.
""
Silencieux alors restait-il face aux déclarations de l'homme de métal, respectant sa parole avec une douce attention, s'abreuvant des dires d'un homme dont l'âge ne reflétait guère sa sagesse. Si c'est avec honnêteté qu'il se présentait, alors la fierté de l'exilé voulait qu'il en fasse de même, quoi que puissent être les conséquences.
"Enchanté Ieyasu-san… Je suis Hanzo du clan Shinrin. Jadis Lieutenant de l'Empire, aujourd'hui exilé en des terres étrangères."
Et si le nom du Samouraï ne lui évoquait pas le moindre grain, il semblait être l'homme que l'on a toujours connu ou plutôt envie de connaître. Une âme semblait elle aussi en peine mais sur laquelle on pouvait refléter un semblant d'espoir et de quiétude. Mais bien plus que de subjectives émotions, la prise de conscience des mots du Samouraï déliait des remembrances d'un temps passé, d'un temps où assidu à la tâche, le Lieutenant de l'Unité de Recherche feuilletait et prenait connaissances des rapports Impériaux… là alors la lumière fut.
"Mais… Mais oui… Tu es ce Samouraï ayant œuvré avec Enma."
Sur le coup, il n'eut guère conscience que le pseudonyme de l'Inéluctable aurait peu de chance de faire écho dans l'esprit du mercenaire. Etrange était alors la situation que de comprendre que les étoiles avaient réunis deux va-t-en-guerre d'un temps sans qu'eux même puissent en avoir conscience. Était-il alors opportun que de lui annoncer la nouvelle ? Que de le confronter face à la mort de son ancien compagnon ? Que de l'agripper dans le deuil ? A présent à ses côtés l'exilé conjecturait toutes ces possibilités, se demandant si la souffrance de l'honnêteté prévalait sur la douceur de l'ignorance.
""
Le silence fut sa seule réponse.  

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Ven 14 Mai 2021 - 14:33
« Alors… Vous aussi, vous étiez un Lieutenant de l’Empire du Feu ? Même aussi loin de Hi… Il semble que je sois destiné à croiser des gradés du Teikoku. »

Ieyasu oeilla passivement la bouteille que celui qui s’était présenté sous le nom de Hanzo portait toujours avec lui, apparemment pas si décidé que cela à en partager le contenu dans l’immédiat. Le jeune bretteur n’avait pas envie de paraître rustre ou impoli, surtout vues les circonstances. Ce Shinrin, si il avait récupéré un semblant de sympathie à son égard, demeurait un homme fraîchement endeuillé, et qui pouvait vraiment savoir quel genre de pensées pouvaient transiter en ce moment dans son esprit ? L’adolescent, très mûr pour âge de par les péripéties et les épreuves traversées, ne relança donc pas le sujet de la boisson, très peu porté sur les spiritueux qu’il était, se contentant de se laisser porter par ses réminiscences d’un passé pas si lointain.

« Shinrin… Mais oui, c’était bien son nom à lui aussi… Shinrin Shinpachi. Le premier homme de l’Empire à avoir croisé ma route, loin au nord-est de la capitale. Nous avions travaillé quelques jours au service d’un exploitant agricole, un petit travail grappillé au gré de mes voyages… Nous nous étions entraînés, à l’issu de nos besognes. Ha… Il m’avait bien ménagé, en y repensant. Il était capable… de créer du bois, je m’en souviens maintenant. Cet homme… il est de votre clan ? De votre famille ? »

Oh douce âme innocente qu’était celle d’Ieyasu qui, loin des conspirations, des manigances et des engrenages qui pouvaient s’imbriquer dans les lieux de pouvoir, livrait là sans filtre des souvenirs sans aucun doute bien plus anodin pour lui qu’il ne le seraient pour son interlocuteur. Pour lui, ces mémoires demeuraient malgré tout douce-amères, tant elles étaient à la fois le reflet d’une époque où le deuil et l’adversité l’avait étreints plus qu’aujourd’hui, mais aussi où il avait encore en sa possession ses deux bras, indemnes et fonctionnels. Le temps passé était immuable de toutes les façons, pensa-t-il, et comme il se l’était fixé comme objectif, il devait aller de l’avant.

« Enma… Ce nom ne me dit rien. Je me suis battu aux côtés d’un certain Jin, très doué de ses poings… et d’un dénommé Uzumaki Gozen. Je n’en suis pas fier… mais j’ai été neutralisé dans les secondes qui ont suivi ma première offensive. On a eu beau me dire le contraire à mon réveil… je porte depuis sur moi la responsabilité de la perte de mon propre bras… ainsi que celui de ceux qui ont combattu avec moi. Je savais que j’avais encore beaucoup à apprendre, mais… j’aurais aimé pouvoir le faire dans des circonstances moins décisives. »

Ieyasu se pencha en arrière, toujours installé sur la grosse racine qu’il avait choisi comme assise, en observant le ciel morne et gris. Il ignorait si ce qu’il comptait faire était juste, bon, ou tout bonnement profitable pour lui. Tout ce qu’il tenait pour acquis, c’était qu’il devait faire quelque chose. Pour lui… et pour sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Sam 15 Mai 2021 - 2:47
Peu enclin il était à couvrir son identité, comme s'il y voyait là une façon de se mettre en danger, de défier au quotidien le destin ou de titiller la faucheuse. Quoi qu'il en soit, jamais jusque là n'eut-il regretté sa franchise, et encore moins dans des conditions comme celles que lui offrait le Samouraï. D'ailleurs, dès lors que ce dernier lorgnait sur la bouteille, le Shinrin se ressaisissait de ses pensées révélatrices et tendait vers ce dernier un peu de liquide avant de s'en verser une lichée qu'il descendit d'une traite : la surprise donne grand soif.
"Mmmmhhh… que ce monde est petit. J'eus cru croiser la route d'un parfait étranger, et voilà que j'en arrive à partager un moment avec un guerrier d'outre-terre ayant côtoyer mon frère et mon mentor… C'est comme si le destin se jouait de nous camarade."
Bouteille à nouveau inclinée, ce moment insolite méritait d'être arrosé comme il le fallait. Peut-être espérait-il là par la même occasion distiller quelque peu sa pensée assombrie par des réminiscences endeuillées.
"Enma était le patronyme de Gozen…" répondait-il d'une voix lugubre.
Tourmenté il était à l'idée d'annoncer une paire de nouvelles qu'il avait eu lui-même du mal à encaisser. L'affrontement avec l'Inéluctable était encore bien trop frais et lui laissait un goût amer en bouche et une pénible sensation au cœur. Les yeux rivés vers le ciel le temps d'un instant, il conjecturait que cette concomitance avec un tel personnage ne pouvait révéler que d'un geste divin, une complicité du très-haut qui suggérait là une libération des maux par les mots. Alors que pouvait bien faire le croyant si ce n'est se soumettre à cette intervention avec une ferveur digne d'un monial.

Sur sa voie Doute112
"Nul ne peut attendre l'aube sans passer par le chemin de la nuit, mon ami. Vois-tu, Shinpachi est décédé il y a déjà de cela quelques temps… j'imagine que tu n'étais pas au courant… Et quant à Gozen, te voici par-devers sa sépulture."
Empathique, lui-même affligé à nouveau malgré l'apaisement du partage, il laissait au Samouraï le temps de digérer cette annonce funèbre.
"Sache qu'en ma qualité de Lieutenant, j'ai pu à cette époque m'enquérir des rapports impériaux faisant l'état de votre combat contre cette calamité. Sache que tes compagnons de ce jour n'ont guère liardé sur tes éloges. Ils étaient fiers et redevables envers ta personne, Gozen particulièrement."
Il aimait draper une semi-vérité par quelques artifices de bonhomie tant il savait que l'effet prévalait sur l'honnêteté. Que les morts lui pardonnent, leur silence était parfois de bonne fortune pour l'opportuniste emprunt à la bienveillance.

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Sam 15 Mai 2021 - 14:20
Ieyasu réceptionna la bouteille que finit par lui envoyer le Shinrin dans un geste ample et net, la coinçant ensuite momentanément entre ses cuisses pour sortir de son paquetage un godet dans lequel il se servit un volume honnête de la liqueur contenue dans le réceptacle en verre. Son gobelet stabilisé, il reboucha et renvoya la bouteille à son propriétaire, faisant mine de porter le liquide à sa bouche après que cet Hanzo ait vidé son propre verre. Coïncidence ou marque inconsciente de sa méfiance à l’égard d’un relatif étranger, le jeune Nomura n’aurait trop su dire si il avait attendu volontairement de voir cet homme goûter au breuvage avant d’y plonger ses lèvres à son tour. Il s’interrompit toutefois, sans avoir vraiment pris le temps d’avaler sa première gorgée.

« ...Votre frère ? Vous étiez donc très proches… Et Enma… C’est donc aussi comme cela que s’appelait Gozen, je vois... »

Il porta enfin le godet à ses lèvres pour goûter pour de bon le breuvage partagé par le Shinrin face à lui, appréciant non sans mal sa saveur marquée en tâchant d’ignorer son âpreté. Ce faisant, il ne put toutefois quitter son interlocuteur du regard. Ce dernier dégageait quelque chose. Pouvait-il s’agir d’apathie… ? Non, ce n’était pas ça, songea Ieyasu en déglutissant. Mais son calme, son aura, semblaient véhiculer bien d’autres choses que les simples apparences. Son vague ressenti concernant Hanzo, toutefois, trouva une halte soudaine lorsque ce dernier reprit ensuite la parole. Sa bouche s’entrouvrit, comme pour crier quelque chose, ses yeux écarquillés laissant clairement transparaître sa surprise. Son regard alla rapidement du Shinrin à la stèle, plusieurs fois, son corps se raidissant en arrière.

« ...Tous… Tous les deux… !? Mais…. Ici, pourquoi... »

Les commentaires du Shinrin sur les rapports apparemment élogieux qui avaient été faits à l’égard de sa prestation au service de l’Empire passèrent allègrement au-dessus de la tête du jeune épéiste, qui avait peine à croire ce qu’il venait d’entendre. Shinpachi, mort ? Quand, comment ? Et Gozen… Il avait quitté le Lieutenant manchot à Urahi, en pleine forme et tout à fait capable de faire face en dépit de son nouveau handicap. Qu’avait-il bien pu se passer pour qu’il trouve ainsi la mort si loin de Hi ?

« Hanzo-san… Au cours de mes voyages… j’ai rencontré énormément de gens, d’extraction et de qualité diverses… Mais aucuns, absolument aucuns, n’avaient pu égaler les vertus que j’avais perçu chez ces deux hommes… dit-il la mine basse. Me direz-vous… M’apprendrez-vous, ce qui leur est arrivé ? » Lança-t-il avec un ersatz d’espoir funeste dans son regard soudain relevé.

Un détail repassa au premier plan dans l’esprit du bretteur adolescent, tandis qu’il émettait sa quasi-supplique. Hanzo avait dit avoir été exilé de l’Empire du Feu : il ne s’agissait certainement pas du genre d’information que quiconque aurait pu vouloir inventer de toute pièce. La question qui se posait alors, sans qu’il ose vraiment la formuler, était donc simple, limpide, mais aussi dangereuse : pourquoi avait-il été exilé ? Ieyasu arrivait au terme de son périple, au bout d’une étape de sa vie qui devait le mener à mettre sa lame au service de l’Humanité, dans une démarche plus pragmatique qu’elle n’était vraiment idéologique. Mais sans qu’il puisse se l’expliquer, il ne pouvait pas laisser le destin de ces deux individus singuliers lui rester étranger. Il leur devait trop de choses, à commencer par la vie… pour se permettre d’ignorer leur sort.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Ven 21 Mai 2021 - 22:26
Sous breuvage ils discutaient des morts, partageant là quelques réminiscences et tristesses propres à chacun. Avec une certaine culpabilité, il avait porté ces sombres nouvelles à cette âme de métal errante, colportant ainsi le décès de deux guerriers dans ce monde impur. Indirectement, voir le Samouraï s'ébaudir de l'annonce le confortait lui-même dans ces émotions, car avec un certain égoïsme il pouvait ainsi partager sa peine et alléger le poids du deuil. De sa réaction semblant somme toute sincère, il comprenait alors que le passage des deux Hijins en ce monde avait laissé une plus grande marque qu'il n'y parait, si dans le cas de son frère cela le confortait, il ne pouvait que s'avouer à lui-même qu'imaginer l'Uzumaki partir dans l'au-delà drapé des navrements d'autrui lui laissait un goût amer à la gorge, ne pouvant assumer que lui-même était empli de noirceur à ce sujet. Mais il était certain que ça ne pouvait guère s'arrêter là, à toute surprise les questionnements suivaient, c'était là qu'une affaire de logique. Alors bien que serein, il demeurait morne, livide, et reprenait parole, se faisant là le conteur de récits où il fut lui-même protagoniste :
"N'ais crainte mon ami, je vais te dépeindre ces événements sans absolument rien omettre. Ce n'est pas mentir que de dire que je ne connais encore rien de toi et que ces nouvelles engageront certainement un ressenti à mon égard, mais en ce monde je reste convaincu que l'honnêteté est de mise, même envers un inconnu. Alors écoute donc mon récit, écoute donc l'histoire du Valeureux et de l'Inéluctable, ainsi que la mienne…"
Et ainsi, il se mettait à table, exposer avec une étrange exhaustivité les événements qui ont marqué le Teikoku et sa vie. Détaillant les événements qui ont suivis la guerre de Tsume no kuni, le supplice de Shinpachi, le meurtre d'Enma, les intrigues de la sélection du nouvelle Empereur ainsi que son retour au pays de la griffe, pour finalement conter son combat contre l'Uzumaki. Il était étrange de se dire que ce jeune homme que d'aucuns considéraient comme un larron de la pire espèce pouvait se montrer aussi bavard sur un sujet aussi sensible, qui plus est envers un homme qu'il ne connaissait que depuis quelques minutes.

Était-ce la recherche du danger ? Une tentative d'expiation ? Il y avait tant de possibilités pour si peu de réponse, car au final lui-même ne pouvait guère mettre mot sur ses motivations. Il était une âme perdue qui, par le biais de la vérité, tentait de mettre lumière sur ces brumes de malheur qui l'enténébraient.
"Voilà…" concluait-il.

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Sam 22 Mai 2021 - 14:05
D’abord interloqué par le préambule de son interlocuteur, Ieyasu finit par se tasser en arrière, son gobelet à peine entamé toujours soutenu dans sa dextre. Quelles probabilités existaient pour que cet homme, ce shinobi exilé qui avait intimement côtoyé les deux Lieutenants ayant croisé sa propre route, se retrouve ainsi sur son chemin ? Un ersatz de méfiance toujours ancré en lui, le jeune épéiste fronça légèrement les sourcils : il s’était attendu, en s’enquérant du destin rencontré par Gozen et Shinpachi, à de simples et brèves explications sur les conditions qui avaient entourées leur trépas. Mais ce qu’il obtint en réponse de la part de cet Hanzo, en l’occurrence, dépassa toutes ses plus folles préconceptions.

Ses sourcils peu à peu se haussèrent, ses yeux bientôt écarquillés comme si ils étaient le spectacle d’un quelconque phénomène céleste. Il ouvrit la bouche, comme pour dire quelque chose, interrompre ce récit, le questionner, le remettre en question, comme si il avait pu s’agir d’une fiction inventée de toute pièce. Mais dans le regard du Shinrin, dans le ton de sa voix calme et sereine, il ne lisait aucune duplicité. Aucune ombre, aucune hypocrisie : rien que la pure vérité, livrée à ses pieds, tel un cadeau aux émanations mortifères et pourtant empruntes d’un pureté indéniable. Le combat d’Hanzo à Tsume sous les couleurs impériales, cette histoire… d’hôte divin. Shinpachi, mourant après un accrochage avec Sakaze Tôsen lui-même, assassiné par Gozen… Sa dépouille, utilisée comme artifice politique dans la lutte intestine de la Conflagration, ce plan invraisemblable pour le ressusciter. Le combat… L’animosité… Les manigances. Puis ce moment charnière, cet affrontement au Pont Araho, cette déferlante de violence, qui finit ultimement par frapper Hanzo de plein fouet jusqu’à provoquer son exil par un Empereur fraîchement nommé ayant attenté à sa vie. Puis, cet affrontement, ici même… Cette vengeance, à la fois compréhensible et sans pitié.

La vue d’Ieyasu se brouilla. Ses yeux dépités et habités par le chagrin et l’incompréhension allèrent tutoyer le sol aux pieds d’Hanzo, clignant par moment presque frénétiquement pour tenter de faire du sens avec tout ce qu’il venait d’entendre. Une petite éternité sembla passer sans qu’il ne pipe mot puis, soudain, son regard se reporta sur ce godet à moitié rempli entre ses doigts. Sans y réfléchir, il le porta à la bouche et le termina d’une traite, ses sens presque anesthésiés par le trouble provoqué par le récit du Shinrin. Il avait été stupide. Outrageusement, égoïstement stupide. Et naïf, pour ne rien arranger. Ce monde, sur le destin duquel il avait cru pouvoir influer, l’engloutirait tout cru si il n’y prenait pas garde. Car telle une pierre sur le goban, il n’était qu’un pion. Un élément anonyme. Sacrifiable, dispensable.

Sans penser un instant à ce qu’il faisait, la gorge nouée et son esprit noyé dans des songes qui s’entrechoquaient, Ieyasu agrippa la garde de son katana et le fit sortir de son fourreau. Si le geste pouvait avoir une portée belliqueuse, la façon qu’il eut alors de tenir l’arme, d’en contempler la lame, ne laissait quant à elle aucun doute sur ses véritables intentions. Son regard s’égara sur l’acier éclatant et poli, de sa base jusqu’à sa pointe.

« … Je pensais que ça pouvait être simple. Aussi simple… que de trancher avec cette lame. Je croyais savoir… où pouvait se trouver le bien… ou le mal… Mais rien n’est aussi facile, au final, n’est-ce pas… ? »

La pointe du katana alla toucher le sol, la main du bretteur sur sa garde se faisant presque molle, dépossédée de toute volonté.

« Je… vous en veux d’avoir tué Gozen.. Mais mon grief contre lui, pour avoir assassiné Shinpachi… est tout aussi fort, alors… Que reste-t-il... »

Il inspira profondément en relevant la tête vers le ciel morne et gris. Ce faisant, il rengaina consciencieusement son arme, avec cette nouvelle dextérité qu’il avait dû développer en l’absence de son bras gauche.

« … Je voulais rejoindre le Refuge. Mettre cette lame au service de l’Humanité, du Ningen. Mais je m’en rends compte, maintenant. De mon erreur… De ma terrible erreur. »

Ieyasu se releva alors d’un bond, une énergie nouvelle mais encore timide pour l’animer. Un bref instant, il tourna le dos au Shinrin, tournant en rond sur quelques pas avant de reparaître face à lui.

« Ma place est auprès des miens, de ce qui me reste de famille. Pas dans les rangs d’un groupuscule qui me prendrait encore un peu de ce qui me reste, dit-il en avançant légèrement son moignon. Si ce n’est tout… Hanzo-san… vous-même, l’Empire vous a tellement pris… Vous êtes devenu cet… hôte… cet outil… Et malgré le ressentiment, que je sens se forger une place dans mon coeur à votre égard… je ne peux m’empêcher par-dessus tout de vous plaindre.

Je n’avais pas réalisé que vivre par l’épée devait être aussi… aussi… 
»

Il retint des larmes, produits du mélange de sa peine et de son soudain sentiment d’impuissance et d’inconséquence.

« ...Il aura fallu que je me rende jusque là, que je traverse toutes ces épreuves, que je vous rencontre, Hanzo-san, pour finalement m’en rendre compte… Suivre mon propre code, choisir mes propres combats… Voilà, ce qu’il faut que je fasse » acheva-t-il en regardant vers l’horizon décharné.

Ieyasu prit plusieurs grandes inspirations, se gorgeant pour ainsi dire de cette détermination qui lui faisait cruellement défaut, faisant peu à peu le deuil de ce plan bien trop propret pour être réalisable qu’il s’était formulé.

« … Hanzo-san… Que ferez-vous… maintenant que vous avez vengé Shinpachi… ? Vous battrez-vous encore… contre ceux qui vous ont fait du tord… Contre ceux qui veulent éradiquer le chakra… ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Sam 22 Mai 2021 - 22:57
Aveuglé par ses propres principes, il n'essayait même pas de prédire l'effet de ses mots tant il craignait que la perspective ne le bâillonne. Alors fixant les rainures de l'arbre et les gravures de la tombe, il contait à tire-larigot son récit sans nuances et imbibé de souillures et de remords. Et quand enfin avait-il conclu et achevé son histoire, il défiait du regard les conséquences de son honnêteté, trouvant un certain écho dans le fil de cette lame qui semblait regarder en lui autant qu'il regardait en elle. Le temps d'un instant il vit sur le métal son reflet, se dérobant rapidement de cette image qui le renvoyait à ce qu'il craignait le plus en ce monde.

Puis, décidé à confronter ses tords, c'est vers la face de son interlocuteur qu'il portait finalement l'œillade, ne sachant guère ce qu'il allait bien pouvoir lui renvoyer, espérant inconsciemment y voir là l'expression de la haine, espérant indirectement devoir se confronter à une colère qu'il jugeait indubitablement comme méritée et surtout nécessaire.

Si ces mots étaient porteurs de tristesse à l'égard de l'écoutant, c'était bien vers sa propre personne qu'il les dirigeait. Mais bien que le fer du guerrier se présentait aux premiers abords comme annonciateur de vendetta, il fut étonné de voir en son compagnon du jour une forme d'empathie, pire, ce dernier s'identifiait complétement par la prose et les émotions à son expérience, apportant un certain réconfort qui sut toucher celui qui se pensait intouchable.

Une larme, puis deux, le Shinrin substituait son air taciturne en un chagrin qui, malgré la peine, semblait n'avoir rien de sombre.
"Merci…" n'a-t-il pu s'empêcher de rétorquer à l'égard à celui qui apportait un semblant de paix en son cœur.
Par fierté, il séchait rapidement de sa manche les quelques humidités qui subsistaient en ces paupières, défaussant son attention vers le ciel comme pour s'esquiver à un possible jugement masculin. Puis, requinqué, il reprenait enfin parole :
"Rien n'est simple en ce monde mon ami… et il nous faut supporter le supplice de nombreuses épreuves pour le comprendre."
Un silence s'emparait alors de lui tandis qu'il repensait à l'ambition qu'avait pu avoir le Samouraï.
"Je ne sais pas encore quelles raisons t'ont poussé à considérer rejoindre "l'Humanité" Ieyasu, mais je me réjouis de te voir remettre en cause cette idée. Il n'y a rien de bon là-bas, crois-moi, et si le Chapelier a pu se montrer charismatique en présentant une perspective envoûtante, sache que la "paix" qu'il propose n'est rien de plus qu'un sommeil sans fin… c'est l'anéantissement d'un monde, le meurtre de notre identité la plus profonde."
Enfin, il s'assurait de ne pas laisser les derniers mots du troupier sans réponse.
"… Contre eux, je bataillerai jusqu'à mon dernier souffle, recueillant leurs armes pour mieux les retourner contre eux. Jamais ils ne connaîtront la paix, jamais n'auront-ils notre âme, jamais n'écriront-ils les pages de notre avenir."
Œil pour œil, il se reconnectait là à son fiel mordant.
"Mais… Ô grand jamais une guerre ne peut se mener seul. Je te sais motivé par l'envie de retrouver les tiens Ieyasu-san, c'est une noble intention à laquelle il ne te faut jamais renoncer. Mais pourrais-tu proroger ce désir au profit d'une ultime quête ? Peut-être notre dernière ? En ce monde subsiste des ennemis de la vraie humanité, des légions farouches et redoutables qui menacent nos aïeux, nos frères, nos sœurs, nos plus jeunes pousses. Rejoins-moi afin que nous puissions les combattre et donner une chance à ceux qui ne peuvent guère prendre les armes, je ne te demanderai pas de sacrifier plus que ce que je mets moi-même en jeu. Je te rendrai ce bras que la vie t'a ôté, je donnerai un sens à ta lame et une cible à ton courroux."
Dressé, le dos droit, la main tendue, il semblait n'y avoir pas la moindre once d'hésitation dans ces mots, comme si c'est par son cœur même qu'il s'exprimait à cet homme somme toute encore inconnu. Et pourtant tel un mirliflore le dardant de haut, il se donnait à l'ouvrage avec assurance et sans scrupule, donnant toute confiance en ses yeux qui percevaient en ce porte-lame l'étoffe d'un compagnon homérique qui avait le cœur au bon endroit.
"Rejoins-moi, Samouraï, ensemble nous les protégerons."

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Lun 24 Mai 2021 - 14:01
Si Ieyasu avait senti un tourbillon d’émotions disparates s’emparer de lui à mesure que le récit du Shinrin lui avait été conté et qu’il en avait digéré toutes les implications, Hanzo lui-même ne semblait pas épargné par la portée de ses propres péripéties. L’éclat de quelques larmes qu’il versa alors, il les remarqua sans vraiment les regarder, soudain conscient que raconter tout ceci, venant de lui, ne devait pas avoir été de tout repos. Au fond, le Nomura se demanda pourquoi son interlocuteur avait choisi de se livrer ainsi : se faisait-il le simple vaisseau de la causalité, embrassant la coïncidence de leur rencontre en y versant tout ce qui pouvait peser sur son esprit ? Pouvait-il insidieusement, comme c’était apparemment le cas pour beaucoup de gens dans la profession, avoir révélé son passé précisément dans le but d’obtenir quoi que ce soit du jeune rônin ?

Animé par une nouvelle énergie, le bretteur manchot n’en restait pas moins chamboulé, et il ne put qu’afficher une mine apathique en écoutant les nouveaux propos du Shinrin. « Notre identité » ? Si Ieyasu possédait une identité, ce n’était certainement pas celle d’un shinobi, d’un soldat de l’ombre prêt à toutes les bassesses au nom d’un pays ou d’une idéologie. Il avait voulu croire que ses compétences pouvaient simplement se monnayer pour de grosses sommes d’argent : il avait structurellement eu raison de le penser, bien sûr, mais la réalité des choses impliquait en fait de réaliser de nombreux sacrifices moraux en cours de route. Si ce n’était même, des sacrifices tout ce qu’il y avait de plus tangibles…

Hanzo, il le sentit distinctement, se ragaillardit dans l’élan de sa propre détermination. Un feu intérieur semblait reprendre vie en lui, le porter, lui donner des ailes, et aussi empathique qu’il pouvait se montrer, Ieyasu ne sut trop comment y réagir, osant un simple pas de côté en dévisageant les traits blêmes du pourfendeur de l’Inéluctable. Puis vint l’ultime tirade, une envolée presque lyrique quoi qu’ancrée dans un pragmatisme à tout épreuve qui fit écho aux craintes que le jeune épéiste avait couvé un peu plus tôt. Une alliance, éphémère et de circonstance… pour un plus grand bien ? Cette main tendue, il l’observa ce qui lui sembla être une éternité, hésitant, haletant devant le poids que revêtait la décision qu’il devait prendre. Devant les conséquences du choix qui s’imposait à lui. Une nouvelle inspiration, longue et profonde.

« ...La question qui me vient en retour, Hanzo-san, est la suivante… Qu’êtes-vous prêt vous-même, à sacrifier ? »

Il fit quelques pas de côté, signifiant explicitement que cette main, si il ne la refusait pas, il n’était pas prêt à la serrer dès maintenant sans réfléchir. Trop de choses étaient en jeu, à commencer par sa vie, pour qu’il puisse se permettre de passer d’un mauvais plan à une mauvaise décision prise trop hâtivement.

« Ces légions dont vous parlez… Qui sont-elles, que veulent-elles ? … La perspective de retrouver un bras, même si je n’ai aucune idée de comment vous comptez vous y prendre… C’est alléchant, oui. Mais je ne peux pas me permettre, surtout maintenant… de me laisser consumer par des idées de revanche. Les shinobis d’Iwa ont pris la vie de mon père. Le Shogun, Taira Fugaku, a foulé sa mort du pied, s’est déshonoré en fuyant le champ de bataille… Si je reprends la route vers l’est… Si je retrace mes propres pas jusqu’au Fer… C’est pour trouver mon équilibre. »

Quelques pas de plus, et le revoilà qui se rapprochait d’Hanzo en tournant à nouveau son regard directement sur lui, une résignation douloureuse apparaissant sur ses traits.

« Cette quête… Je veux bien que vous m’en disiez plus. Que vous me détailliez ce que vous projetez de faire, et le rôle que je pourrais y jouer. J’accepte… de vous aider à l’accomplir. Mais moins qu’une croisade, il s’agira… d’un contrat. »

A son tour, il tendit son unique main, fort de sa propre contre proposition que le Shinrin pourrait ou non accepter, trouvant en lui des ressources qu’il n’avait pas encore soupçonnées jusque là.

« Contre un nouveau bras et une paye adéquate, ma lame sera vôtre le temps d’une mission. Puis… je rentrerai chez moi. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Lun 24 Mai 2021 - 14:56
Etrange était le Shinrin qui, depuis quelques temps, tenait à cœur d'être le prophète d'un principe simple, connu de tous les hommes et pourtant si bafoué : la vérité. Hôte d'un Dieu, il n'en restait du moins pourtant qu'un homme qui saigne comme tous les autres mais pour qui la mortalité ne semblait plus n'avoir aucun intérêt. Il aimait se dire qu'il voyait les choses en grand, qu'il était le pantin du grand ordre des choses et qu'en cela ni son humanité ni ses émotions ne devaient entraver le périple que l'univers même lui avait dessiné. C'est en cela que quelques jours plus tard, il se ferait l'héraut d'un message funeste et macabre qui tâcherait l'esprit même du bourreau de l'affliction que l'on réserve aux plus coupables.

Mais là n'était guère l'heure de ce songe tant il y avait à faire. Sa quête, divine comme il le croyait, ne pouvait guère être accomplie par la seule force de ses bras et de ses convictions. Pour cela il devait recruter des frères d'armes, des guerriers qui, par delà la simple appartenance à leurs pays, sauraient quoi faire pour donner tort à ceux qui se font les suppôts d'une doctrine aussi fatale qu'injuste : celle que le puissant a raison.

Alors main tendue, il observait.
Alors main tendue, il espérait.
Alors main tendue, il attendait.


Sur sa voie Sombre16

Puis, lorsque la question fut, le Shinrin n'eut guère le labeur de composer sa réponse tant celle-ci était déjà prête après avoir été cultivée par des nuits de songes incessants et solennelles.
"Tout, je sacrifierai tout. Que ce soit mon humanité… ou la leur, celle des malfaisants."
Le ton était donné, il n'y avait pas de place à la conciliation quand eux-mêmes ne s'abaisseront pas à la bonhomie dans la poursuite de leurs desseins.
"Nous sommes en guerre, Samouraï. Sous un manteau de faux semblants le Seigneur de ces terres enjoint ses guerriers à marcher contre nous, tout cela pour se faire le héros d'une rétorsion qui lui est personnel. Il se targue de vouloir arrêter les guerres, de vouloir nous rendre à l'état de simples troupiers et va-t-en-guerre dépourvus de chakra en s'imaginant que la disharmonie et l'injustice cesseront. Mais ces derniers ne sont-ils pas le propre de l'homme ? Avons-nous eu besoin du chakra pour que les puissants marchent sur les autres ? Non… tout ça n'est que foutaises… Tout ça n'est qu'illusion pour cet homme qui n'a guère supporter la perte de son épouse. J'ai pitié pour celui qui s'est perdu, pour celui qui a une étonnante faculté à se convaincre lui-même de la sainteté de ses intentions. "
Regard aiguisé, poigne enserré, sa langue avait beau se mouvoir c'était là son cœur qui s'exprimait.

Sur sa voie Gabima12
"Je ne laisserai guère celui qui a su maîtriser le temps venir décider du destin des miens. Que ce soit pour ma patrie, la tienne et les autres, je ferai front, guerrier. Si tu souhaites me suivre, si c'est la perspective d'une vie de richesse qui te stimule alors viens avec moi. Je n'ai que faire de tes désirs de vendetta à l'égard de la Roche, nous avons tous des châtiments personnels à faire valoir, mais ce que je te demande ici transcende bien tout ça… Car comment pourras-tu venger les tiens lorsqu'ils te dépouilleront de tes armes ? Je te le demande."
Ses principes étaient à présents partagés et n'attendaient nulle réponse, si ce n'est une poigne ferme et décidée.
"Allons, il est l'heure Dragon écarlate"

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo
Nomura Ieyasu
Nomura IeyasuEn ligne

Sur sa voie Empty
Mar 25 Mai 2021 - 0:01
Si sa main avait failli rejoindre celle du Shinrin dans un espoir d’entente sur les termes qu’il avait énoncé en retour des siens, le mouvement du jeune Nomura s’était toutefois fait plus timide, avait ralenti, jusqu’à finalement épouser l’immobilité. Ses doigts, dans le vide, se resserrèrent.

« ...C’est donc à dire… que c’est mon humanité que vous voulez que je mette sur la table… ? »

Son bras, lentement, se rétracta, rejoignant son flanc armuré avec une raideur difficile à dissimuler.

« C’est… hors de question. »

Ieyasu avait écouté la rengaine belliciste et déterminée de son interlocuteur, mais ne pouvait pas décemment y prêter davantage qu’une oreille. Il avait parcouru un long, très long chemin pour parvenir jusqu’ici, pour ultimement recueillir le récit du trépas de ses deux compagnons d’arme disparus, pour réaliser sur quel genre d’échiquier il se trouvait réellement. Et ce n’était pas après cette épiphanie ô combien salvatrice quoi que déstabilisante pour le jeune épéiste qu’il lui fallait oublier la leçon qu’il venait tout juste d’apprendre. Car ce que requérait de lui cet Hanzo, en réalité, c’était de plonger droit sur le versant opposé de la pièce qu’il venait de traverser. Cette honnêteté, cette propension à la vérité…. n’avait-ce finalement été que pour tenter de l’amadouer, l’empêcher de voir quelle embûche il plaçait devant lui avec cet arrangement ? Récupérer l’usage d’un bras gauche, fusse-t-il artificiel, était tentant. Très tentant. Mais valait-il la peine de vouer son âme à la guerre, à des batailles et des conflits d’ampleur le dépassant allégrement, pour récupérer cette part de lui de laquelle il avait fait le deuil ?

Chakra ou non, Ieyasu pouvait envisager l’avenir, du moment où lui et sa famille restaient en vie. Mais à supposer qu’il ressorte vivant de cette alliance que lui proposait là avec verve l’exilé de l’Empire... que pourrait-il alors véritablement resté d’humain en lui au sortir de cette fameuse guerre ? Le Nomura n’avait pas d’argument à opposer à ceux avancés par Hanzo, et il était en effet hautement probable qu’avec ou sans cette énergie spirituelle qu’il était lui-même capable de manipuler, ce monde marcherait toujours autant sur la tête. Sans le dire, le Shinrin au teint pâle réfutait tout compromis, préférant verser dans l’absolutisme, et si Ieyasu sentit l’attraction malsaine de la rancoeur l’attirer malgré lui vers ces idées… il se refusa à faire un pas vers elles.

« ...Je n’embrasserai pas votre combat, Hanzo-san. Tout comme je me refuserai à présent à le faire pour celui de ces gens au Refuge. Et puisqu’un compromis semble impossible… je rentrerai simplement chez moi tel que je suis. Sans le sou, mais humain, et pas autrement. »

Calmement, posément, en totale contradiction avec le tumulte qui lui battait les tempes, le jeune bretteur se tourna de moitié pour ramasser son gobelet laissé sur la racine protubérante et le rangea dans son sac. Se retournant à nouveau, il fit à nouveau face au marionnettiste, intrinsèquement impressionné par son parcours et sa nature même au-delà de toute mesure… mais bien décidé à ne pas céder aux sirènes qu’il faisait siffler à ses oreilles.

« Je vous souhaite bonne fortune dans les guerres à venir, lança-t-il en s’inclinant légèrement en avant. Puissent les esprits de vos compagnons desquels j’ai croisé la route vous accompagner... »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Shinrin Hanzo
Shinrin Hanzo

Sur sa voie Empty
Lun 14 Juin 2021 - 21:20
Aussi prédictible pouvait être la réaction du Samouraï, il était toujours acide que l'on refuse une telle demande. Car indirectement en renonçant à rejoindre l'Exilé, il remettait en cause les fondements même de sa quête. Mais aussi instable pouvait-on le considérer, il savait décortiquer les fils de sa pensée afin de se préserver des mauvais songes de ce type. Alors, las d'être las, il se réconfortait en arguant envers sa propre personne que Ieyasu n'était tout simplement pas le genre d'homme paré à se sacrifier. C'était là une belle conjecture bien qu'un peu facile pour conserver intacte ses convictions et ne pas avoir à faire face au plus grand ennemi de tous les héros : le doute.

Alors il demeurait placide face à ses mots, accueillant avec une certaine grâce la récusation du mercenaire, ne dénotant pas la moindre once d'animosité ni même de rancœur. Il se contentait simplement de l'étudier et de consentir de quelques hochements de tête à sa décision, semble-t-il venue du cœur.
""
Que ce soit par crainte de perdre cette accalmie ou par respect des convictions du jeune homme, il ne mouftait point le moindre mot et ne tenter même pas de disserter quant à la bienfaisance de ses desseins. Il se contentait encore une nouvelle fois, drapé de quiétude, de le dévisager, aussi bien lorsqu'il palabrait que lorsqu'il décanillait de la colline. Noyant ses pensées dans la vision de cette épaule sans bras, il devina là la silhouette qu'il aurait pu devenir s'il n'avait pas suivi le chemin du mal.

Alors quand l'homme était suffisamment loin pour que sa voix ne puisse trouver d'esgourde, il murmurait là un adieu qui appelait à la revoyure.
"A bientôt, Samouraï."
Et comme cela, ainsi s'achevait la rencontre entre deux âmes en peine.
Ainsi prenait face l'écho des deux avatars de la destiné.

_________________
Sur sa voie Signa2
黒火 -Le Maître Pantins de l'Empire
« Plus n'est jamais assez.»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9926-shinrin-hanzo-plus-n-est-jamais-assez https://www.ascentofshinobi.com/t5332-liste-officielle-des-equipes-organisations https://www.ascentofshinobi.com/t9995-shinrin-hanzo

Sur sa voie

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Humanité :: Tsume no Kuni, Pays des Griffes
Sauter vers: