Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Mission C] - Tapage Nocturne

Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mar 27 Avr 2021 - 16:46
Tapage nocturne Certains quartiers de Kiri ont une activité nocturne vivante. Plusieurs habitants se sont plaints de bagarres dans les rues depuis plusieurs jours chaque nuit, visiblement sous l’emprise de l’alcool. A ce qu’il parait, quelqu’un distribue illégalement un produit illicite qui aurait une forte influence sur le comportement et rendrait agressif. Les rumeurs disent que ce ne serait qu’un petit trafic mais le dealer change de bar toutes les heures pour ne pas être facilement repéré. A vous de mener votre enquête en vous faisant passer pour un client et trouver le responsable. Attention, on risque de vous chercher des noises régulièrement.

Parcourir le quartier de nuit à la recherche du bon bar
Faites-vous passer pour des clients cherchant le produit
Arrêtez le coupable
Faites votre rapport




Misaki tenait entre ses mains un ordre de mission qu'elle attendait tant. En effet, elle avait envoyé aux plus hautes instances du village caché de la brume, son désir de rejoindre les forces de la Kenpei. Il n'y avait pas fallu très longtemps avant, qu'à son tour, elle reçoive une réponse lui indiquant que son dossier était en évaluation et qu'afin de renforcer son dossier d'intégration, qu'elle pourrait s'aider en réalisant une mission propre à cette escouade qu'elle cherchait tant à rejoindre.

Aujourd'hui, elle posait les yeux sur l'ordre de cette mission qui allait, l'espérait-elle, lui permettre d'intégrer les forces défensives Kirijine jusqu'à, un jour peut-être, rejoindre la protection rapprochée du Mizukage. En attendant, elle s'était inscrite à cette mission le coeur plein d'excitation et avait reçu l'ordre de mettre fin aux agissements d'un revendeur de drogue. Le plus étonnant dans tout ça, pour la genin, était le fait qu'elle allait être rejoint, dans cette mission, par son enseignante et une de ses amies ; Sendai Mayumi.

En effet, Misaki ne s'attendait pas du tout à être jumelé à deux autres kunoichis n'ayant aucun lien avec la Kenpei. Elle se serait plutôt attendu à une pairage avec un gradé de l'unité spéciale qui aurait sans doute pu évaluer lui-même des capacités de traque, de réflexion et d'exécution - d'ordre de mission... pas de gens – de la genin. C'était sans doute là, le résultat de son imagination trop fertile. Elle n'était, après tout, pas le centre du monde et les gradés des unités spéciales avait sans doute beaucoup mieux à faire qu'à chaperonner une genin Yukijine.

[...]

Pour cette mission, les trois kunoichis avaient reçu comme point de rencontre, le quartier marin du port Naragasa. Il s'agissait là d'un coin particulièrement vivant la nuit. Déjà que le port du village caché de la brume était riche en mouvement et qu'il s'agissait d'une plaque tournant pour le village militaire, plusieurs bars avaient prit naissance avec le temps, voulant satisfaire la demande grandissante en alcool des marins arpentant la brume sanglante.

Le trio avait rendez-vous un peu avant la tombée de la nuit. Le soleil, cet astre incandescent, n'était pas encore totalement couché quand Misaki se mit en direction du point de rencontre. L'idée était d'arriver un peu avant le début des festivités journalières qui prenaient place dans ce lieux plein de plaisir et de débauche.

Misaki était la première arrivée sur place, mais fut rapidement rejoint par ses coéquipières qui semblaient s'être déjà rencontrée. Misaki avait fait la connaissance de la Sendai alors qu'elles étaient toutes les deux affectées à la traque d'un pervers à la victimologie déconcertante. Quant-à Arukisa, les introductions n'étaient plus nécessaires. Cheffe de l'équipe cinq et mentor de la jeune Yukijine, les deux femmes partageait une complicité hors norme et elle avaient passée la majorité des derniers mois ensemble, réalisant divers entraînement et mission en tout genre.

[Misaki] - Arukisa-Senseï !

Dit-elle avec joie en apercevant la silhouette de la rose rouge venir dans sa direction. Une fois de plus, les deux coéquipières allaient faire tomber le courroux de la justice Kirijine sur la tête d'un criminel sans scrupule et assez bête... Il fallait vraiment avoir une paire de testiboule en acier pour commettre des crimes au coeur même d'un village caché dont les habitants ont la capacité même de sceller un dieu...

_________________

#19bcf5


Dernière édition par Yuki Misaki le Lun 3 Mai 2021 - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Jeu 29 Avr 2021 - 12:10
[Mission C] - Tapage Nocturne Aos_5710

Depuis qu’Arukisa avait été approchée par un membre important de la Kenpei pour la pousser à candidater, la jônin n’avait plus eu de nouvelles de lui. Elle avait pourtant réussi avec brio la mission qu’il lui avait confiée. La Rose et la sabreuse Miyuki avait investigué dans tout Kiri pour résoudre une série de meurtre et en arrêter l’auteur. Ses capacités d’enquêtrice et de déduction avaient été mises à l’épreuve. Un exercice qu’elle n’avait pas forcément l’habitude de mener, elle préférait largement l’action que la réflexion.

La missive reçue par un message venant du commissariat de l’unité spéciale éveilla la curiosité de la gladiatrice. Il répondit même à ses interrogations. Le délai de réflexion des recruteurs concernant sa candidature était expliqué par une promotion exceptionnelle. Au vu de son grade et de son expérience, la Kenpei souhaitait possiblement la nommer à un poste supérieur à celui de soldat. Habituellement, les recrues débutaient en bas de l’échelle. Seulement le statut d’Arukisa lui permettait de prétendre à mieux. Ainsi, ils voulaient la tester sur une mission menée en tant que responsable. En effet, sa dernière excursion était dirigée par Miyuki, déjà membre de l’unité. Cette fois-ci, son rôle en tant que chef d’équipe serait jugé.

Sur cette affaire, Arukisa serait accompagnée de deux genins. Son élève Misaki, dont elle connaissait les ambitions, et Sendai Mayumi. Depuis leur dernière escapade à travers les marais kirijines, elle n’avait pas eu l’occasion de la recroiser. Cependant, elle se rappelait d’un moment merveilleux passé auprès d’une jeune femme au caractère peu commun. Sa sensibilité et sa pureté l’avaient marquée. La perspective d’évoluer avec ce trio enchantait Aru’. Connaître ses équipiers constituaient un réel avantage, les apprécier était une chance.

La tâche qui les attendait promettait d’être musclée. Une histoire de drogue dans les quartiers nocturnes et festifs de Kiri. Seulement, cette substance devenait la cause de nombreuses bagarres inexpliquées. Autant dire que les combats à mains nues n’étaient pas le point fort de la jônin, même si en tant que shinobi elle viendrait à bout de n’importe quel civil. Or, ce qui l’inquiétait un peu, c’était le contexte. Une recherche de dealer au milieu des bars mènerait certainement à devoir consommer de l’alcool pour se fondre dans la masse. Seulement, Arukisa avait l’ivresse facile. Au premier verre elle ressentait déjà les effets de ce liquide sournois et il lui en fallait peu pour perdre ses moyens. La gladiatrice allait devoir trouver une solution à ce problème.

Pour passer inaperçue, la Rose avait laissé Mikazuki chez elle. Impossible de transporter son précieux artefact sans se faire repérer. Elle avait même troqué sa robe de combat,ses bottes et son chaperon rouge pour une tenue plus sobre lui permettant de se faire passer pour une civile lambda. Ainsi, la combattante portait un jean et un haut noir, des ballerines et une écharpe légère.
A la tombée du jour, prête à participer aux festivités nocturnes, Arukisa arriva au point de rencontre.

- Mesdames. Dit-elle en souriant et en baissant la tête pour les saluer. Contente de te revoir Mayumi ! Lança la jônin. Au-delà de l’importance de cette mission pour nos souhaits de rejoindre la Kenpei, j’espère que vous avez conscience que malgré le rang peu élevé, on risque de devoir cogner ! Dit-elle en serrant le poing, s’imaginant déjà se chamailler au milieu de rues couvertes d’alcool. Je compte sur vous pour essayer de garder votre calme. On va commencer par prendre la température, se promener dans les rues, observer si on voit quelque chose de louche. Vous pouvez exceptionnellement boire de l’alcool. Mais pas trop. Ajouta-t-elle en fixant Misaki sur ses derniers mots.

Arukisa se souvenait très bien de leur dernière mission à Kaiba. La Yuki avait une bonne descente mais son corps tout aussi frêle que celui de sa sensei ne pouvait encaisser des litres sans faillir.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Lun 3 Mai 2021 - 18:49





Par-delà la route sinueuse des steppes enneigées d’un froid pays se dressait une immense colonie d’épinettes noires, chacune de leurs branches recouvertes d’un épais manteau d’albe étincelant sous les dernières lueurs d’une splendide, mais bien trop courte, journée. Fuyant entre les troncs de ces conifères, une petite bête au pelage immaculé, tentant, par tous les moyens, d’échapper au trio de marmots qui l’avaient joyeusement pris en chasse. Membres d’une tribu anonyme ayant élu domicile en bordure d’un lac gelé, les gamins profitaient de leur soirée pour braver les températures glaciales et pister les renards du coin. Emmitouflés de la tête aux pieds dans leurs étoffes, les braves ne craignaient ni la morsure du frimas sur les joues empourprées, ni les créatures rôdant de part et d’autre de leur chemin, tapis dans l’ombre, à l’abri du regard curieux des enfants. Pourtant, après de longues minutes de poursuite, une voix délicate s’était élevée au sein de la bande, protestant contre l’évidente témérité dont faisaient preuve les deux autres membres de sa fratrie vis-à-vis ces lieux reculés, trop reculés, tandis que le crépuscule semblait peu à peu draper l’horizon d’un voile obscur et menaçant...

« Vous pensez pas qu’on devrait rentrer? Il commence déjà à faire tout noir ! Neka va encore nous gronder… s’inquiéta la fillette aux cheveux d’argent, dont les mots se mêlaient en un dialecte incompréhensible pour quiconque était étranger au pays des neiges éternelles.
De quoi t’as peur, Mayu-chan? Des ours? Du grand méchant carcajou? Y’a rien ici, tu le sais !
Oui, mais, Neka a dit que…
Roooh, rabat-joie ! Ces brutes-là vivent loin. Tu sais bien que Neka raconte tout ça pour nous faire peur, hein… Allez, on y va ! On sera de retour avant même qu’elle s’en aperçoive. Et puis, si on arrive à débusquer cette foutue bête, Nuta sera fier de nous.
Mais, Neka…
Tu peux rentrer, si tu veux. Y’a rien qui t’oblige à nous suivre, Kamitshinanusht la froussarde.
C'est pas..! C’est bon… Je… Je vais rest…
Shhhhhh..!! »


L’aîné plaqua violemment son index contre ses lèvres, fustigeant la cadette de ses prunelles cendrées. D’un geste bercé par l’habitude, deux doigts soutirèrent, graciles, l’un des projectiles reposant dans un carquois pendu à son épaule. Il banda aussitôt son arc. Loin devant, dissimulé entre les épines verdoyantes des arbres et les buttes de neiges, se mouvait avec panache l’animal que tous convoitaient dans la région. Énorme, le corps musculeux, le caribou humait l’air de son gros museau, sans égard pour les moucherons s’apprêtant à l’abattre. Le grand frère inspira longuement, pleinement concentré. La tension était palpable. Le silence, incroyablement pesant. Tous retenaient leur souffle en attendant que la sentence ne daigne enfin tomber...

Et il y eut un sifflement sourd.

Un carreau inconnu vint directement percuter sa jugulaire. Du liquide carmin gicla. Beaucoup, beaucoup de liquide carmin… L’animal disparut entre les conifères. Il vivrait encore quelques jours, avec de la chance. Le prédateur, quant à lui, avait été réduit à l’état de gibier. Il gisait, à présent, se vidant de sa vie sur le froid linceul immaculé qui l’avait vu naître. Un linceul désormais taché du sang d’un innocent. Et dans un tumulte de violence et de désespoir, les cris horrifiés des survivants déchirèrent le temps...




₪₪₪



Le réveil fut brutal. Haletante, la sueur ruisselant sur son front, Mayumi se releva d’un bond, tous les sens en alerte. Ses prunelles rosées décrivirent rapidement l’étendue de sa chambre à la recherche du potentiel assaillant, mais, à travers la pénombre imprégnant le minuscule cubicule, elle ne dénicha rien. Rien d'autre que le silence du vide, et le hurlement strident de ses propres remords. Son passé revenait la hanter.

Elle soupira, lasse, puis se leva avec peine. D'un mouvement lourd, sa dextre tremblotante vint trouver les contours d'un bout de parchemin déposé sur sa table de chevet tandis qu'elle coinçait une mèche argentée rebelle derrière son oreille. Le dépliant distraitement, elle y posa ses billes églantines et exhala à nouveau par les narines. Un nouvel ordre de mission, une nouvelle opportunité d'expier ses fautes et d'exorciser les démons qui la possédaient depuis le massacre de sa tribu.

Tant d’années s’étaient écoulées depuis ce triste événement. Ce jour-là, assombri par la disparition d’un nombre incalculable d’êtres aimés, l’impuissance avait guidé le moindre des pas de l’enfant de chakra. Si la kunoichi s’était, depuis, jurée de préserver chaque vie, de protéger et d’assurer la sécurité de quiconque, il allait sans dire que ses progrès en tant que shinobi ne suffisaient toujours pas à atteindre ses objectifs et à combler le trou béant au creux de sa poitrine. La présente mission lui offrait cependant une nouvelle avenue, plus directe, lui permettant de progresser selon ses aspirations profondes. Une avenue tracée par la Main de la justice plutôt que celle de la faucheuse : la voie de la Kenpei. Et cette route, pour son plus grand bonheur, allait croiser celle de deux bonnes amies, dont elle appréciait grandement la présence : l'énergique jônin Gozan Arukisa, et la représentante du clan Yuki, la jeune Misaki. Il était d’ailleurs temps d’aller à leur rencontre…

Les dernières lueurs de l’astre solaire illuminaient encore faiblement la voûte céleste lorsque la belle églantine arriva au lieu de rendez-vous désigné par la missive. Revêtue d’une élégante robe tout en nuances de gris dissimulant une tenue de combat, et dont les pans virevoltaient au gré de ses pas, la rescapée vint saluer de son habituelle courbette les deux guerrières qu’elle accompagnait en ce jour. Ses prunelles rosées se posèrent alors avec délicatesse sur chacune d’elles tandis qu’elle affichait un sourire doucereux, trahissant, comme rarement auparavant, le mal-être qui lui pourrissait la vie depuis des années. Son masque allait-il finalement se fissurer? Elle ne l’espérait pas. Pas ici. Pas devant elles. Et, surtout, pas en pleine mission.


« Moi de même, Arukisa-sensei. C’est un plaisir d’être sous tes ordres aujourd’hui. Pardon, je n’ai pas pu t’écrire ou te revoir comme je l’avais promis… Je… J’ai eu un… certain contretemps. Enfin, nous ne sommes pas ici pour ça, n’est-ce pas? »

La Sendai rigola, amer. Ces nombreuses semaines passées entre les griffes du néant l’avaient profondément marquées. Tout ce qu’elle avait prévu avec la Gozan était malheureusement tombé à l’eau. À quelque part, elle s’en voulait, bien qu’elle savait parfaitement qu’elle n’en était pas tout à fait responsable. Pas tout à fait. Ou peut-être que si. Un brin mal à l’aise, la jeune femme aux mèches d’argent se tourna alors vers la blonde.

« Misaki, il faut croire que le destin cherche à nous réunir de plus belle. Je suis contente de te revoir. »

Elle lui fit un discret clin-d'œil.

« Je suis prête à tout, Aru’. »

Affirma l’ancienne yukijine, le poing gauche levé. Non, elle ne l’était pas. Son récent entraînement aux côtés de la charmante Yuki et du fougueux sabreur avait passablement affecté son corps déjà meurtri par les symptômes de sa maladie. L’églantine avait exagéré, elle en payait maintenant le prix fort. Celui d’une souffrance quasi perpétuelle, d’un état diminué, et de tremblements parasites dans les membres supérieurs, qu’elle s’affairait constamment à cacher aux yeux de ses confrères shinobis. Comment allait-elle s’en sortir, lors de cette mission? Cela restait encore à voir…




*Nuta = papa
Neka = maman
Kamitshinanusht = couleur rose

_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi


Dernière édition par Sendai Mayumi le Lun 3 Mai 2021 - 20:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Lun 3 Mai 2021 - 20:12

La petite référence d'Arukisa sur l'alcool avait fait sourire la fille des glaces. Était-elle au courant de la tournure qu'avait prit cette soirée autour de Takoyaki a laquelle seule Misaki et Mayumi s'était pointé ? Il était clair qu'il s'agissait là d'une petite référence à leur propre mission B qui, sans le savoir à ce moment là, allait offrir une nouvelle opportunité à Mayumi et Misaki de se revoir et ce, dans quelques jours à peine.

[Misaki] - Mayumi ! S'exclamait-elle d'un regard chaleureux. Bien contente de te savoir parmi nous !

La présence de la Sendai avait un petit quelque chose de réconfortant. Cette jeune femme capable de manipuler le chakra dans sa forme la plus pure possédait une personnalité complètement compatible avec la Yukijine. Peut-être étais-ce simplement un faux sentiment d'appartenance? Après tout, les deux demoiselles étaient toutes deux nées dans le pays de la neige.

[Misaki] - Qu'est-ce que vous diriez d'une assiette de Takoyaki après la mission? Rigolait-elle

Elle fait là référence à une tradition en devenir qu'elle avait commencer à adopter avec son enseignante après de longue journée d'entraînement et elle faisait en même temps référence à la dernière fois qu'elle avait vu Mayumi. En effet, les deux genins avaient passés une petite soirée arrosée après un entraînement corsé, il y avait de cela pas plus de trois jours.

[Misaki] - On se met en route ? Dit-elle en effectuant un petit saut vers l'avant afin de se mettre en marche.

Misaki portait ses mains ensemble derrière ses fesses. Elle avançait avec une démarche décontracté et ouvrait le pas. Elle qui n'oserait jamais sous-estimer le sérieux et l'importance d'une mission, elle était tout de même apaisée et excitée à l'idée de faire la tourner des bars avec ses deux amies. Elle ne comptait pas boire tant que ça, afin de rester à l’affût de ce criminel et de garder le contrôle sur ses capacités, mais un petit verre ici et là, ça se prenait bien... non? À la limite des virgins ?

Pour le moment, le plan était assez simple. Les trois adolescentes avaient pour objectif de se faire passer pour des clientes voulant acheter le produit. D'après les informations disponibles aux kunoichi, le revendeur sauterais de bar en bar à peu près à toutes les heures. Le groupe était à la recherche d'une nouvelle drogue prenant la forme d'une étoile violacé sur laquelle était apposé les Kanji « 新星 – Nova ». D'après les rapports, la drogue provoquerait un intense sursaut hallucinogène et exaltant pendant le high, alors qu'il provoquerait irritabilité et hausse de l'agressivité pendant le down. Dû à l'intensité du high, il s'agit d'une drogue dont l'adictabilité est tout aussi présente. Une seule pillule est parfois suffisant et les trois shinobis allaient devoir s'empêcher d'en consommer et ce, peut importe la situation.

[...]


Le groupe en était à leur deuxième établissement. Elles venaient de passer une trentaine de minute ensemble dans un des bars les plus populaire du village. Le groupe bénéficiait du couver de l’anonymat grâce au niveau d'intoxication des patrons des établissements. De toute façon, Mayumi et Misaki avaient toutes les deux des caractéristiques similairement banals et pouvait aisément passer pour n'importe quelle Yuki. Un barman les avaient d'ailleurs prit pour des sœurs, ce qui avait engendrer un petit sourire et une petite rigolade. Arukisa quanta elle, était plus connu que les deux genins, cependant sans sa gigantesque faux qu'elle trimbalait partout, elle n'attirait pas autant l'attention.

À la recherche d'information sur cette drogue du nom de Nova, le groupe avait frappé un mur. Réfléchissant au pourquoi si peu de gens semblait enclin à révéler des informations sur le sujet, elles avaient réalisées que le fait qu'elles se déplaçaient en groupe de trois rebutaient certaines personnes. Pas nécessairement parce qu'il s'agissait d'une composition typique pour les équipes militaires, mais bien parce que c'était plutôt louche, trois adolescentes à la recherche d'un high. Aussi, pour la suite de la mission, elles avaient convenue de se séparer en deux groupes. L'une des trois allait s'installer au bar en mode : « Jeune fille sans défense, assise toute seule à un bar. » Tandis que les deux autres resteraient en retrait et observerait la situation... tout en sirotant un petit quelque chose de yummy.

Triste à l'idée de finalement ne plus pouvoir profiter de la soirée avec ses deux amies, Misaki avait été désignée comme étant la première du groupe à faire les brebis égarées. Pourquoi? Aller savoir... Était-ce là la preuve qu'elle était de plus en plus compétant au niveau des infiltrations? - probablement pas, mais c'était ce qu'elle se disait pour se convaincre qu'elle n'avait juste pas été identifiée comme la buveuse de service.-

Venant tout juste d'approcher du comptoir, Misaki n'avait même pas eu la chance de s'asseoir qu'un homme juste à côté d'elle commandait à sa place... Comme quoi de se séparer était une bonne idée au finale. La seule chose... elle avait horreur du saké et c'était exactement ce qu'il venait de lui offrir... beurk... Remerciant cet individu d'un clin d'oeil, elle porta la boisson à ses lèvres et du se battre contre tous les muscles de son visage afin de ne pas faire de grimace alors que le goût qu'elle détestait tant venait envahir ses papilles.

[Homme] - C'est bon hein! Si tu veux... je connais autre chose de bon.. Dit-il en levant les sourcils et en pointant son entre-jambe.

Cette fois-ci, au diable le poker face. Elle dévisagea l'homme avant de profiter de cette opportunité parfaite pour lui lancer cette boisson ignoble au visage et de lui envoyer une gifle digne de ce nom qui lui fit perdre l'équilibre sur son tabouret. L'homme tomba au sol, sur les fesses, Le tout, accompagné de quelques fous rire de client de l'établissement.



[Misaki] - Non, mais t'es dégueulasse... dégage.

Oops...

_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Ven 7 Mai 2021 - 22:25
Au rythme des sons endiablés des différents artistes qui se produisaient dans les bars kirijins, le trio caracolait dans la rue à la recherche d’un suspect. Les consignes d’Arukisa étaient simples. Elles devaient tout simplement être elles-même. Afin de se fondre dans la masse de la populace festive, elles avaient l’obligation de se comporter comme eux. Par conséquent, la Rose se laissa porter par l’ivresse de la soirée, un œil toujours ouvert sur ce qui l’entourait et sur ses deux protégées.

Enchaînant quelques déhanchés timides pour ne pas s’égarer dans des folies nocturnes et alcoolisées, Aru’ restait en retrait des deux genins pour ne pas briser leur couverture. La jônin n’était pas familière des lieux de boissons mais son visage ne passait pas toujours inaperçu. Même sans Mikazuki, certains citoyens pouvaient la reconnaître. D’ailleurs, elle ressentit un léger malaise lorsque le gérant d’un établissement la salua comme si c’était une habituée. Au milieu des bribes de souvenirs de sa dernière soirée enivrée, elle se rappela que c’était à cet endroit que Miya l’avait récupéré en pleine débauche au milieu de la rue. Quelle honte devant son élève… Arukisa fit mine de ne rien entendre et prit la sortie sans perdre une minute. Hors de question de se ridiculiser devant Misaki.

Au long de la soirée, la gladiatrice esquiva les verres d’alcool proposés par quelques admirateurs. Prétextant un régime strict sans écart, elle préféra mentir que d’avouer sa faiblesse à tout Kiri. Elle ne voulait pas non plus prendre le risque de perdre ses moyens dans une mission aussi importante pour elle. Son billet d’entrée pour la Kenpei était en jeu. Tout comme celui de ses équipières.

Finalement, Aru’ opta pour une stratégie peu conventionnelle d'un point de vue moral. Elle décida d’envoyer Misaki seule comme appât pour attirer un curieux prêt à l’aborder et à possiblement lui proposer la drogue qu’elles recherchaient. Une jeune femme aussi séduisante que la Yuki ne mettrait pas longtemps à se faire accoster par un prédateur cherchant une âme perdue et esseulée. Pas de chance, son élève jouait bien les actrices, elle avait déjà pu la voir à l'œuvre sur Kaiba.

- Tu vas voir, Misa est une très bonne comédienne, une championne. Souffla Aru’ à Mayumi, pleine de fierté, avant de s’en éloigner discrètement.

La Rose continua de faire semblant de profiter de sa soirée tout en surveillant la scène. Un verre de jus de fruit à la main, sirotant son breuvage à l’aide d’une paille en bois pailletée, elle déambulait sur la terrasse à l’entrée du bar. Misaki se débrouillait parfaitement bien. Seulement, lorsqu’Arukisa vit le geste obscène du pervers qui venait de l’aborder, son sang ne fit qu’un tour. Elle vit rouge et manqua de s’étouffer avec sa boisson. D'un geste brusque, elle posa son verre sur une table, prête à lui donner une bonne leçon de courtoisie. Néanmoins, au moment où elle commença à s’avancer, elle sentit une main lui attraper le col et la tirer vers l’arrière. La Rose se mit à tituber dangereusement, mais son agilité naturelle lui permit de retrouver son équilibre.

Derrière elle, un homme au regard fou, les yeux pétillants, les veines du front prêtes à exploser, la défiait, poings levés.

- Hey toi là !

Arukisa se montra du doigt, étonnée de cette intrusion osée.

- Ouais toi le microbe ! J’ai envie...blurp… Il eut un haut le cœur incontrôlé. J’ai envie de…blurp...Viens là ! Il retenta une nouvelle fois de l’agripper mais cette fois la Rose esquiva d’un pas de côté. Te débine pas minus !

L’inconnu visiblement alcoolisé et surexcité cracha au sol. Cette fois, il tenta d’envoyer un coup de poing vers la jônin.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mar 11 Mai 2021 - 20:03





L’atmosphère était électrisante dans les rues bondées du quartier marin se situant à quelques pas seulement du célèbre port Naragasa. Dès le crépuscule, différentes échoppes et petits commerces offraient plats divers et boissons variées aux braves et aux débauchés des environs, qui s’entassaient telles de véritables sardines dans les tavernes après une autre de leurs dures journées de labeur. Si la clientèle locale était principalement composée d’hommes d’imposante carrure, de pêcheurs, d’ivrognes invétérés et de vieillards aigris, quelques représentantes de la gent féminine attiraient parfois les regards en osant pénétrer dans l’un ou l’autre des établissements qui jonchaient les ruelles du coin. Le trio de kunoichis, habilement dissimulé sous leurs vêtements civils, n’avait pas fait exception à la règle, passant aussi inaperçu qu'un éléphant s’invitant dans un magasin de porcelaine (ou que Saji, Leader Suprême, sur le channel Kiri. Au choix).

Plongée dans le mutisme depuis leur arrivée en ces lieux, Mayumi posait un œil lasse sur les passants et clients fréquentant chacun des établissements où elle posait le pied avec ses comparses. La Sendai, elle, ne parvenait pas à jouer le jeu, cette fois-ci. Ses gestes hurlaient à pleins poumons le malaise qui la submergeait. Chaque pas était plus maladroit que le précédent. Chaque déhanchement, teinté d’une lenteur et d’une absence de motivation flagrante.

Durant la soirée, l’immaculée dégusta avec dégoût une première chope de bière, la plus douce que les taverniers avaient à offrir, puis jeta plutôt son dévolu sur des boissons fruitées peu alcoolisées tandis que sa jolie partenaire aux mèches blondes s’évertuait à s’imprégner du rôle de la fille facile et sans défense. Avec un succès évident, comme en témoigna brièvement la jônin à la tignasse sombre. Des mots, portés discrètement à l’oreille de l’enfant de chakra par la Gozan, lui arrachèrent, malgré sa stupeur, un doux ricanement. Malgré le tableau peu resplendissant dans lequel toutes les trois baignaient dans cette mission sous l’égide de la festivité, il y avait un petit quelque chose de charmant à voir la jeune princesse des neiges faire preuve d’autant de talent comme actrice. Comme quoi, même dans les moments les plus sombres, il y avait de l’espace pour, ne serait-ce qu’un peu, de lumière.

Mais cet instant de bonheur ne fut que de courte durée, car l’immaculée avait des objectifs autres à accomplir. Sans plus attendre, Mayumi se leva doucement de la petite table décrépie figurant au coin de l’échoppe, puis contourna subtilement la position de sa supérieure, lui soufflant au passage ses intentions alors qu’elle s’apprêtait à gagner la sortie.


« Aru’, je vais aller inspecter les tavernes et bars au bout de la rue, on sauvera un peu de temps comme ça. Je vous rejoindrai ici après... »

Et elle quitta simplement le bar, sans plus d’explications, se dirigeant d’un pas désormais décidé en direction des commerces les plus éloignés. Lorsqu’elle passa au-devant d’une ruelle lugubre, l’attention de la rescapée fut attirée par un panneau faiblement illuminé par la lueur vacillante d’une lanterne, accrochée dans l’embrasure d’un bâtiment vétuste, presque délabré. Un lieu isolé et franchement louche, parmi tant d’autres. Peut-être allait-elle y dénicher ce qu’elle cherchait, en cette triste soirée? Ou mieux, peut-être allait-elle mettre la main au collet de ce revendeur de Nova..? Peu lui importait, au fond. Elle poussa la porte, qui grinça épouvantablement, attirant les regards curieux des trois personnes présentes dans cet espace exigu - dont celui du tavernier. Les prunelles rosées de la Sendai inspectèrent brièvement l’état de la baraque, puis elle s'avança enfin.

Place au théâtre. Une expiration bruyante plus tard, ses prunelles lorgnant le sol et le pas traînant, la kunoichi pénétra dans les profondeurs de l’établissement suspect. Le sanctuaire de la débauche empestait la boisson, la fumée nauséabonde et dieu savait qu’elle autre substance illicite et répugnante. La mine basse, la réfugiée des plaines enneigées s’approcha du minuscule comptoir, derrière lequel se tenait, accroupi, un homme à la barbichette dans la fleur de l’âge, ainsi qu’une panoplie de bouteilles, vides ou non.


« Une chope de votre meilleure bière, monsieur, s’il-vous-plaît, souffla péniblement la belle églantine à l’éclat terni, tandis qu’elle déliait les cordons de sa bourse. Oh et, avez-vous une cigarette… et du feu? »

Elle ne fumait pas, mais cela ajouterait à son image de femme en perdition, se disait-elle. L’homme lui tendit le petit tube de papier emplit de tabac, qu’elle glissa machinalement entre ses lèvres charnues, et craqua une allumette pour en ignifier l’extrémité. Puis, il glissa sur son comptoir le verre préalablement commandé, plein a rabord d’une substance brune débordant même par endroits.

« Merci, monsieur… »

Laissa simplement tomber Mayumi, d’une voix monotone, exempte de son habituelle musicalité, avant que sa lourde carcasse ne vienne s’écraser contre un banc, dans un coin de la pièce, le bock à la main. Tirant une première bouffée de vapeurs toxiques à l’arôme infâme, elle fut violemment gagnée par une quinte de toux lorsque celle-ci parvint à ses bronches déjà massacrées par les affres de sa maladie dégénérative. Quelle merde, pensa la réfugiée, en grimaçant malgré elle.

Sans égard pour ceux qui l’entouraient, elle sirota doucement l’amertume liquide de son imposant contenant… mais fut bientôt interrompue par l’intervention d’un grand gaillard, visiblement sous l’emprise d’une puissante substance. De la Nova? Lui cherchait-on déjà des noises? Elle soupira. À sa grande surprise, cependant - et à son grand soulagement - le second client vint aussitôt à sa rescousse, chassant l’être ignoble à coups d’injures aussi magnifiques que ne pouvaient l’être son apparence. Bien vêtu, la chevelure soigneusement peignée, l’inconnu porta finalement son attention sur celle qu’il venait de sauver. Il lui sourit.


« Pardon pour ce fâcheux… incident, mademoiselle. Il faut croire que certains de nos concitoyens ne savent pas se comporter en présence d’une si jolie femme. »

Le compliment fit ricaner la Sendai. Pour qui se prenait-il, lui aussi? Il s'avança un peu plus près de son visage, et poursuivit, un accent étranger, exotique, berçant le moindre de ses mots.

« Mais, dites-moi, que faites-vous dans ce lieu aussi sinistre… et sans compagnie?
Noyer mon malheur sous des litres d’alcool, et vous, mon brave?
répondit-elle honnêtement, en vidant d’un trait sa boisson, comme pour illustrer ses propos.
Une... âme en peine, n’est-ce pas? Endeuillée..? Des problèmes familiaux?
Qui sait..? Ce n’est pas toujours facile, chez les Yuki… La politique, tout ça, tout ça...
Une Yuki..? Votre magnificence cache donc une appartenance à ce célébrissime et richissime clan de Kiri? Je m’en doutais bien. Vous permettez que je vous offre un verre? On pourrait peut-être discuter..?
Pourquoi pas, après tout. Faites-vous plaisir, monsieur..?
Yamaguchi, et vous?
Yuki, Yuki Mayumi. »


Tout en complimentant le nom de la fausse représentante du clan des glaces, l’homme fit signe au tenancier de lui apporter une petite bouteille de saké, accompagnée de deux coupes. Il en versa un peu à son invitée, puis s’abreuva à son tour.

« Kampai !
Kampai ! »


Et ils vidèrent tous deux, petit à petit, la bouteille, au rythme d’une discussion bien huilée et coulant de source. Oui, ils parlèrent longuement. De la joie et de la peine. Du bonheur et du malheur. Des horreurs de ce monde et des merveilles qui parsemaient ses contrées. D’elle, de lui… Et de moyens de fuir la souffrance…

[...] Dissimulant les substances obtenues dans sa besace parmi les médicaments qu’elle traînait toujours, la genin revint d’un pas lourd en direction du bar où elle devait rejoindre ses coéquipières du jour. La honte berçait néanmoins chacune de ses pensées, et son regard, fuyant, ne pouvait que témoigner de son immense bêtise. Son acquisition, qui relevait plutôt d’un caprice personnel que de sa mission en cours, ne devait jamais être découverte. Heureusement pour l’enfant de chakra, celle-ci s’accompagnait de quelques renseignements additionnels au sujet de la fameuse Nova… Renseignements qu’elle partagerait bientôt avec ses deux amies.

_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mer 12 Mai 2021 - 19:35

Misaki s'en voulait quand même un peu d'avoir envoyée au tapis l'homme aux ridicules avances. Pensait-il sérieusement que ce genre de paroles allaient faire fondre les femmes ? Il n'était définitivement pas né avec la verve. En fait, c'était probablement même le genre de personne qui « catcallait¹ »

Ce qui n'avais absolument pas aider le cas de Misaki, c'était les autres clients du bar en train de se moquer complètement de ce « mâle alpha » qui voyait de plus en plus rouge. Il venait de perdre la face devant un publique et la gifle de la genin avait heurté sa pauvre petite masculinité qui était désormais en péril. Se relevant sous le regard lourd et plein de jugement de la foule, l'homme, qui tenait plus du colosse de l'humain – oops – serrait les poings. L'homme pullulait de signaux non verbal trahissant son agressivité. Poing serré, respiration saccadé, pupilles dilatées, regard soutenu, sourcil froncé, torse bondé, grosse veine sur le front tellement apparente qu'un shimazu aurait sans doute pu la faire exploser. Misaki savait pertinemment quels allaient être les prochaines actions de cet homme à la masculinité exacerbé.

Et comme elle s'en doutait, le pire arrive. Prenant un élan, envoya sa dextre vers l'arrière. La scène se déroulait sous les yeux de Misaki comme la vie avait soudainement ralentie, mais ne lui avait pas envoyée le mémo. Une dose d'adrénaline en voyant venir la situation avait poussé la genin dans un état conscient où tout semblait être sur pause. Peut-être étais-ce seulement son esprit qui avait formulé son plan pour ses prochaines réactions ? Dans tous les cas, le coup était bien trop amateur pour qu'un kunoichi ne le voit pas venir. Cependant, elle était face à un dilemme. Elle était présentement sensé être une pauvre petite fille sans défense. D'esquiver l'attaque, pourtant si grossière, du douchebag viendrait mettre en péril sa couverture. Si elle souhaitait pouvoir continuer de s'en servir pour cette mission, elle allait devoir encaisser le coup de l'homme dont le bras était aussi gros que le torse de la fille des glaces.

Soupirant mentale face à ce qui s'en venait, l'adolescente ferma les yeux au moment où le poing de celui qu'elle avait frappé venait la heurté en plein d'en son oeil droit – le salopard -. Se laissant tomber dramatiquement au sol, Misaki portait une main à son oeil, alors que des larmes – bien réel – envahissait ses deux globes azurins.

[Misaki] - Non, mais ça va pas la tête ! Dit-elle en accompagnant ses mots de quelques sanglots.

Les regards étaient tournés sur Misaki et son adversaire. Une atmosphère à couper au couteau envahissait l'établissement. Retirant sa main, la Yukijine au teint particulièrement pâle et fragile, découvrit un oeil dont un géant ecchymose violacé venait lui faire office de maquillage clownesque. Toujours dans son rôle d'actrice sans défense, elle resta au sol, laissant couler quelques larmes – bien réel -.

Cette vision de femme battu n'avait absolument pas plus à un des patrons du bar qui, dans l'angle mort du colosse, venait de lui envoyer sa propre droite en plein nez. Un des amis avec qui était venu l'agresseur poussa en retour le héro de Misaki qui percu un autre homme en train de boire sa choppe tranquillement dans son coin. En colère, et un peu saoul, l'homme lui explosa son verre sur la tête et s'en suivi, au plus grand malheur de l'adolescente qui était couchée au sol, une altercation générale impliquant à peu près tout le monde dans l'établissement. Au plus grand déplaisir du barman.

Parvenant difficilement à ce relever, Misaki cherchait son enseignante du regard, ne sachant pas trop quoi faire et aperçu la rose rouge... en train de taper elle-même sur quelqu'un. Cette vision la fit éclater de rire et elle essuya ses larmes, le tout accompagné d'un reniflement. Complètement déconcentrée par l'assaut à la tête, elle ne se rendit pas compte que quelqu'un venait sur la saisir par le chandail et elle se retrouva, bien malgré elle, amené de force à l'extérieur de l'établissement avant de faire un vol plané sous la force de ce qui semblait être un autre molosse de muscle et de sueur.

De nouveau au sol, elle ne pouvait qu'assister à une scène digne d'un film. Des tabourets virevoltait un peu partout, des clients se faisaient balancer par les fenêtres tandis que le barman essayait de calmer le tout, sans le moindre succès. Il manquait cependant quelque chose à la scène ; Mayumi.

Misaki ne s'était pas rendu compte de la disparition de cette femme qu'elle aimait tant. Peut-être était-elle simplement trop petite et elle n'arrivait pas à la voir au travers de la foule, de la bière et du sang qui créait un réel chaos dans l'établissement.

[...]


Misaki, tenant un morceau de glace sur son oeil, s'était regroupée en compagnie d'Arukisa. Son oeil lui faisait un mal fou, mais ça aura valu la peine. Elle avait été abordée par des clients soucieux de s'assurer qu'elle était correct et avait essayer de glaner quelques informations sur cette fameuse drogue. Malheureusement pour elle, elle n'avait reçu que des regard désapprobateur des quelques personnes venues lui parler.

Se retournant vers son enseignante, Misaki la questionna quanta la disparition de cette futur Yuki.

[Misaki] - Tu sais où est rendu Mayumi ?

¹ Catcall = Sifflement, cri ou commentaire de nature sexuelle à l'égard d'une femme qui passe près.


_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Jeu 13 Mai 2021 - 22:05
Le sang des sentinelles gladiatrices coulait dans les veines d’Arukisa. Même sans Mikazuki à ses côtés, elle n’en restait pas moins une cible difficile à maîtriser. Le gaillard était impatient et maladroit, son état second le rendait pitoyable. Son poing partit avec force mais son corps titubait comme s’il se trouvait sur un navire prêt à chavirer. La jônin n’eut aucun mal à écarter son corps de la trajectoire pour répondre aussitôt. L’adrénaline circulait à grande vitesse dans son organisme. Malgré la basse besogne qu’elle exécutait, Aru’ ressentait toujours une euphorie incontrôlable dès lors qu’elle devait se battre. Depuis toujours, elle aimait la confrontation physique. Peu importe l’adversaire, à partir du moment où elle ne craignait pas la mort, elle fonçait tête baissée pour se mesurer à autrui. Cette excitation systématique découlait certainement des conditions particulières de son clan. Les gladiateurs étaient nés pour se battre. Pour le plaisir, pour la justice, pour se divertir ou pour une cause personnelle, ils trouvaient toujours une bonne raison.

En cette soirée animée, Aru n’eut pas besoin de se démener pour trouver de quoi se dégourdir un peu les pattes. D’un crochet du droit bien placé, elle percuta la joue de son agresseur et l’envoya valdinguer sur une table voisine. Déjà bien entamé par les effets de l’alcool, il tomba si lourdement qu’il ne s’en releva pas. Néanmoins, ce n’était que le premier round. A peine eût-elle réussi à se débarrasser de cette mauvaise rencontre que l’action reprenait. Du coin de l'œil, la Rose vit arriver au dernier moment, une chaise dans sa direction. Vraiment ?? Sur l’instant, elle se demandait ce qui était en train de se passer. Prestement, elle s’abaissa et esquiva le mobilier qui percuta un passant. Celui-ci, agacé du projectile reçu, vint lui aussi régler ses comptes. En une fraction de seconde, la terrasse se transforma en un véritable ring de catch. Aucune équipe, chacun pour soi. Les civils, pour la plupart des marins au sang chaud, ne craignaient pas de perdre une dent ou de finir dans les pommes quelques minutes, alors une bagarre générale, c’était la cerise sur le gâteau ! Au beau milieu de cette pluie de violence soudaine, Aru’ se débattait pour échapper à une blessure stupide, balançant quelques coups au passage tout de même. Ne prenant aucun risque, elle canalisa toute son euphorie intérieure et exécuta un mudrâ unique. Soudain, elle sentit son afflux sanguin s’accroître comme si un second souffle la parcourait. Les deux pieds en avant, elle envoya un agresseur qui s’approchait de trop au loin. En retombant, elle pivota sur elle-même pour éviter une bouteille pleine qui vint s’exploser sur le crâne d’un autre participant. Sautant de table en table pour ne pas se faire attraper, elle usait de son jeu de jambe pour balancer tout ce qui croisait son chemin. Les verres se mirent à voler tandis que le sol fut rapidement couvert d’alcool. La plupart des combattants peinaient à tenir debout, glissant et perdant l’équilibre au moindre mauvais appui. Tout cela donnait une baston plus comique que sanguinaire.

Au bout de quelques minutes, l’ambiance retrouva un peu son calme. Les derniers énervés furent maîtrisés tandis que les tenanciers du bar reprenaient le contrôle des choses.
Arukisa s’était retirée du feu de l’action pour s’écarter dans la ruelle et se fondre dans les passants. Quand elle vit Misaki la rejoindre, elle s’empressa de prendre de ses nouvelles.

- Tout va bien ? Ton œil a l’air d’avoir un peu souffert. Dit-elle en montrant le poing vers la terrasse, prête à y retourner. Si jamais je le retrouve celui-là ! Rajouta-t-elle en grinçant des dents. Tu n’étais pas obligée de te laisser frapper, je sais très bien que tu aurais pu l’esquiver.

La Rose posa sa main sur sa tête pour l’examiner un peu. Elle ne disposait d’aucune compétence médicale mais les blessures bénignes de ce genre faisaient parties de son quotidien.

- Heureusement que tu as toujours de la glace sur toi. Dit-elle ironiquement, un peu gênée de sa blague. Mayumi est partie de son côté, elle ne devrait pas tarder à nous rejoindre.

Spoiler:
 

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Ven 14 Mai 2021 - 5:06





Mayumi cligna à maintes reprises des paupières. Elle n’en croyait pas ses yeux. Avait-on fourré plus que du tabac dans la cigarette que lui avait gracieusement offert le tenancier du vétuste échoppe ? Ou peut-être ce Yamaguchi avait-il déposé une quelconque substance aux propriétés hallucinogènes dans son verre d’alcool de riz au détour d’un quelconque moment de distraction ? Non, l’épouvantable scène sur laquelle s'étaient posées ses prunelles imitant la coloration des pétales de cerisiers en fleurs était bel et bien réelle. Qu’avaient donc fait ses deux coéquipières, durant son court moment d’absence? Tout un raffut, visiblement. Elle soupira longuement en balayant l’air d’un bref mouvement de la tête.

Vitres et bouteilles fracassées contre le sol, chaises et tables de bois renversées dans tous les sens possibles et imaginables, un répugnant mélange de sang et de boissons alcoolisées ruisselant par endroits sur le plancher et la terrasse de l’établissement : il y en avait là pour des mois de salaire en réparations, minimalement. D’un coup d'œil rapide, l’immaculée inspecta l’intérieur du commerce à la recherche du duo. Évidemment, les jeunes femmes brillaient par leur absence. Seuls les tenanciers, armés de balais et de torchons, semblaient encore s’affairer à remettre un peu d’ordre dans ce véritable foutoir, résultat - la kunoichi s’en doutait bien - d’une bagarre généralisée en ce lieu de débauche désormais déserté par les clients. Où pouvait donc se trouver le tandem, cependant?


Sans s'attarder plus longtemps sur ce fracassant spectacle, l'enfant au chakra pur décida de rebrousser chemin. Après tout, les kunoichis la cherchaient peut-être... Lorsqu'elle croisa la ruelle adjacente au bar, Mayumi cru percevoir, au travers du brouhaha incessant, la voix mélodieuse de sa compagne aux mèches dorées. L'ancienne yukijine s'y engouffra prestement et, voyant se dessiner dans l'ombre la silhouette de ses partenaires de mission, poussa un soupir de soulagement. Elle leur envoya la main.

« Misa, Aru, je vous cherchais ! Je… j'ai quelques informations au sujet de... »

Mais elle coupa court à ses explications. Un détail venait de capter son attention : Misaki semblait mal en point, visiblement blessée à l'œil. Son cœur manqua un battement tandis qu'elle serrait ses poings à en faire pâlir ses jointures, sa mâchoire toute aussi crispée que ne pouvait l'être le reste de sa frêle musculature. Elle bouillait littéralement de rage. D'un pas rapide, quoique légèrement chancelant du fait de son absence de sobriété, l'immaculée se précipita auprès de la blonde amochée alors que la paume de ses mains allait à la rencontre des joues de la fille des glaces, s'offrant à elles dans une douce et chaleureuse étreinte. Mayumi observa un instant la blessure de sa compagne, soucieuse, puis fronça les sourcils en constatant l'importance de l'ecchymose. Entre ses quelques verres de trop et le torrent d'émotions qui l'habitait déjà, la genin ne pouvait se contenir davantage, et laissa libre cours à la colère qui menaçait de la submerger.

« Misaki..! Tu vas bien? Qui… Qui t'as fait ça? Je vais le massacrer ! beugla-t-elle en cherchant du regard le malotru qui avait osé porter la main sur sa Yuki. Je… »

Et, sans égard pour la jônin à proximité - elle en avait presque oublié sa présence, en vérité - les lèvres charnues de la Sendai se déposèrent brièvement sur celles de sa partenaire de mission. Étaient-ce là les effets de l'alcool qui venaient perturber son jugement, en pleine mission? Peut-être. Ou pas. Elle caressa ensuite doucement la joue de la blonde du bout de l'index, puis dégagea une couette rebelle du visage de la genin, avant de reculer d'un pas.

« Je… Je suis soulagée que tu ne sois pas davantage blessée. Ou pire. Je… »

Un mouvement furtif la fit alors tilter. Elle sursauta d'effroi. Oui, Arukisa avait vraisemblablement été témoin de son geste. Si la peau du visage de l'enfant de chakra pouvait d'ordinaire ressembler à de la porcelaine de par sa pâleur et son apparence de fragilité, elle vira rapidement à la tomate lorsqu'elle prit conscience de la signification de son baisé. Surtout sous les yeux de la gladiatrice. Mal à l'aise, elle s'écarta de la Yuki pour faire face à sa supérieure et amie à la tignasse sombre.

« Euh… Je… Pardon. Vous… allez bien? Qu'est-il arrivé dans le bar? »

L'attention de Mayumi alternait d'une kunoichi à l'autre tandis qu'elle s'abreuvait des réponses de ses coéquipières, ponctuant leurs interventions de brefs hochements de tête. Évidemment, elle ne pouvait se soustraire à la honte et au malaise qui l'étouffaient depuis son acquisition de substances illicites. La jeune femme à la chevelure d'argent évitait ainsi tout contact visuel direct et semblait piétiner davantage qu'à son habitude. Prise de tics nerveux, chose bien rare pour la Sendai, elle se décida finalement à partager sa maigre récolte d'informations avec les membres de l'équipe cinq. Et au sujet de sa relation avec la Yuki? Elle préféra se faire avare d'explications… pour l'instant.

« Hm… Comme je vous l'ai dit, j'ai obtenu quelques informations. »

Une demie-seconde de silence vint poser les bases du récit à venir. Elle se racla alors la gorge, puis poursuivit, le poing sur la hanche, la dextre jouant nerveusement avec les pans de sa robe aux nuances grises.

« J'ai rencontré un... homme étrange, en inspectant une minuscule taverne, au fond de la rue. En fait, ils étaient deux. Un grand gaillard d'abord, intoxiqué. Il était particu… particulièrement agressif. Un second homme, un certain Monsieur Y, l'a chassé de l'établissement lorsqu'il a commencé à me chercher des noises. C'était un revendeur de substances… illégales. »

La Sendai expira bruyamment par les narines, exposant sa frustration à la vue de tous. Après avoir jeté un discret regard aux passants, au bout de la ruelle, elle poursuivit son histoire. Sa voix paraissait davantage hésitante qu'à l'accoutumée.

« Mais... pas ce que l'on cherche. J'ai pu lui acheter ça, par contre. »

Les doigts de la kunoichi dénichèrent un sachet dans le creux de sa besace, qu'elle tendit aussitôt à la chef d'équipe. Une poudre de couleur pâle comblait à moitié l'espace dans le petit contenant improvisé.

« Ce n'est pas de la Nova, mais une autre drogue qui, vraisemblablement, aurait des effets similaires, bien que moins puissants, après une inhalation. Sans saveur, ni odeur particulière, à priori. Elle se glisse bien dans n'importe quel verre. Comme la Nova, une fois réduite en poudre. Du moins, c'est... ce qu'il m'a dit. Ce Monsieur Y semble avoir tout intérêt à ce que la drogue que l'on cherche disparaisse du marché au plus vite, tout comme son fournisseur. Il ne semblait pas les porter dans son cœur, pour dire les choses simplement… Sans doute que c'est mauvais pour ses affaires, que ça fait fuir sa... clientèle. J'imagine que beaucoup de clients craignent que leurs achats soient coupés ou mélangés avec de la Nova… »

Elle fit mine de réfléchir un instant. Dans quel pétrin s'était-elle plongée, en donnant autant d'informations au sujet de ce Yamaguchi? Elle qui avait vendu son âme à cet homme pour quelques grammes d'un produit qu'elle ne connaissait guère et qu'elle s'était bien gardée de présenter à ses amies...

« Ce Monsieur Y m’a dit qu'il collaborera davantage avec nous… Si nous acceptons de lever les yeux sur son propre commerce. Je trouve l'idée complètement folle, mais... Qu'en... Qu'en pensez-vous? »







_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Ven 14 Mai 2021 - 17:00

La petite blague d'Arukisa avait fait rire la genin qui, un peu sous les effets de l'alcool, l'avait trouvé beaucoup plus drôle que ce qu'elle était réellement. Remettant l'amas de glace sur son oeil, la genin profitait de l'effet anesthésiant de la boisson. Elle n'avait pas si mal que ça et le jeu en valait la chandelle. Enfin, elle aurait bien aimé pouvoir récolter des informations sur la drogue qu'elles cherchaient, mais malheureusement, la vie en avait voulu autrement. Un grand coup d'épée dans l'eau.

Voyant apparaître Mayumi dans la ruelle, Misaki la salua de loin. Elle ne s'attendait absolument pas à la réaction de sa partenaire qui voyait maintenant rouge. L'adolescente voyait bien que ses deux partenaires s'en faisaient pour elle et cette image lui décrocha un sourire. Entourée de deux présences qu'elle appréciait tant, pour l'une des premières fois de sa vie de kunoichi, il n'y avait aucune trace d'anxiété dans sa psyché – quoi que ça ne durerais que l'espace d'un instant.-

[Misaki] - Mayumi, ne tant fai...

Alors qu'elle se voulait rassurante sur sa condition. Après tout, un oeil au beurre noire n'était vraiment pas dangereux pour sa santé. Elle fut prise par surprise, alors que cette femme qu'elle aimait tant pénétrait dans son intimité et vient poser ses lèvres sur les siennes. Devant Arukisa. Complètement ébranlé par cet élan soudain d'affection, les yeux de la genin s'écarquillèrent. Si la situation était déjà bien gênante, Mayumi en rajouta une couche en glissant son index le long du visage de la fille des glaces. Misaki était maintenant rouge de honte, elle aurait tant aimé pouvoir profiter de ce baiser, mais elle ne pouvait s'empêcher de penser à Arukisa et au fait qu'elles étaient en pleine mission. Complètement paralyser par l'anxiété qui l'envahissait, elle ne savait plus quoi faire, ni quoi dire. Elle était juste là, complètement impuissante. Ses pensées courraient dans tout les sens afin d'essayer de trouver un échappatoire face à cette situation et, au plus profond d'elle-même, elle souhaite juste disparaitre. Pouvait-elle fondre dans la roche et juste arrête d'exister ?

Et alors que Mayumi se retira, Misaki éclata de rire en la voyant, complètement gêner, essayer de rattraper elle-même la situation. Rire nerveux, bien entendu, Mayumi goûtait l'alcool. Y voyant là une sorte de porte de sortie, elle prononça quelques mots, espérant pouvoir se sortir de cette situation gênante.

[Misaki] - Mayu ! Pas en pleine mission. Dit-elle, le sourire aux lèvres. J'en connait une qui a un peu trop bu. Elle accompagnait ses dires d'un rire afin de détendre l'atmosphère.

Se retournant vers Arukisa, elle ne pouvait qu'imaginer la surprise qui devait envahir ses pensées. Bien qu'elle aimait cette églantine, l'adolescente n'appréciait pas tant les élans d'affections en pleine mission. Ce n'était pas grand chose et ça n'avait eu aucune incidence sur la réussite ou l'échec de leurs besogne, mais quand même. Comment pouvait-elle amortir la situation face à Arukisa ? Pour l'une des rares fois depuis quelques temps, Misaki n'avait absolument aucune idée de ce que serait la réaction de la gladiatrice à cette nouvelle sortie de nul part.

[Misaki] - Tu dois avoir quinze milles questions. On s'en parlera après la mission, si tu veux !

Elle ne pouvait passer sous silence ce qui venait d'arriver. Elle prendrait un temps avec son enseignante afin de répondre aux interrogations qu'elle pourrait bien avoir, si c'était quelque chose qu'elle souhaitait, mais voulait aussi montrer à la Gozan que, malgré tout ça, elle restait concentrée sur la mission. Une chose était bien certaine aux yeux de la Yuki, une petite conversation autour d'un thé, chez Misaki cette fois-ci, allait peut-être être bien nécessaire.

[...]


[Misaki] - J'ai entendu parler de cette poudre ! C'est quelque chose qui court de plus en plus à la géôle. Mes cousins arrêtent pas d'en parler dernièrement. Les effets sont similaire à ce que nous cherchons, mais moins intense et elle n'induit pas d'état agressif.

Elle essayait tant bien que mal de se rappeler du nom de la drogue que tenait Mayumi entre ses mains, sans succès. Elle avait captée quelques conversations ici et là provenant de membre de son clan chargé de protection de la geôle, place gérer par les membres de son clans.

[Misaki] - Je pense qu'on aura pas trop le choix. S'il fallait qu'on s'arrête pour capturer tous les vendeurs du quartier, on y passerait des semaines. Je crois qu'il serait pertinent de s'allié avec ce vendeur, tout en rapportant sa description aux hautes instances. Si on ne l'arrête pas maintenant, ça ne saurait trop tarder selon moi. L'ennemie de mon ennemie est mon ami ? Non ?

C'était aussi une façon pour eux d'agir dans une optique de réduction des méfaits. Les conséquences associés à la consommation de Nova étaient beaucoup plus néfaste que la consommation du produit que l'homme revendait. Il valait mieux retirer le Nova de la circulation, même si ça voulait dire ouvrir le marché à quelque chose d'autre. De toute façon, qu'elles le veuillent ou non, c'était quelque chose qui allait arriver, même si elle venait à arrêter les deux producteurs de drogues. Cependant, la décision appartenait à Arukisa et elle pouvait compter sur le support de Misaki, peut importe ce qu'elle déciderait.

_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Lun 17 Mai 2021 - 20:54
Avait-elle était trop loin ? Quand Arukisa observa ce baiser insoupçonné entre les deux genins, elle resta de marbre quelques secondes. Les sourcils levés, le regard dans le vide, elle eut l’impression de tomber dans le vide. Son esprit n’était pas choqué par la surprise de la découverte de cette relation cachée. Le lien qu’elles entretenaient ne la regardait absolument pas, même si honnêtement, la Rose appréciait énormément les deux jeunes femmes et elle pouvait s’en réjouir. Mais à cet instant précis, ce n’était pas le sentiment qui prédominait chez elle ni la surprise ni la joie. La gladiatrice se demanda si sa relation avec son élève n’était pas devenue trop amicale, oubliant peut-être trop les principes de professionnalisme qu’elle tenait de lui enseigner. Certes, Mayumi était l’initiatrice de ce mouvement imprévue, mais sa réaction, hilare, était extrêmement décevante.
La Rose se tenait au courant des moindres performances liées au statut de shinobi de sa protégée. Ses missions, ses entraînements, ses approvisionnements au Complexe, Arukisa gardait un œil sur tout. Ainsi, malgré son silence, la jônin savait pour le dérapage complètement incontrôlée de Misaki lors de l'utilisation de l’une de ses techniques. Honryuu avait jugé bon de l’en informer.

D’une oreille, Arukisa écouta les propos des deux kunoichis concernant la mission que le trio menait. Néanmoins, elle ne pouvait contenir sa déception. D’autant plus que la proposition de la Yuki ne lui convenait absolument pas.

- Je n’ai pas quinze milles questions Misaki, j’en ai qu’une : tu pensais que je ne serais pas au courant pour ce qui s’est passé au Complexe ?! Lâcha-t-elle furieuse. J’ai fermé les yeux pour ne pas te mettre la pression mais ta réaction devant ce que vient de faire Mayumi me met hors de moi. Tu aurais pu les blesser gravement pendant cet entraînement et là encore tu n’agis pas avec ta tête. Ce baiser te fait rire ? On est en mission et ce genre de chose ne doit pas arriver ! Compris ? Ce n’est pas professionnel. Vous êtes des shinobis, vous ne devez pas laisser vos émotions vous dépasser et encore moins celles-ci. Cela vaut pour toi aussi Mayumi ! Un jour vous vous mettrez en danger, et pire, vous mettrez en danger des civils si vous ne vous concentrez pas plus.

Le teint de la jônin prit la couleur du chaperon qu’elle portait habituellement. Ses excès de colère étaient rares mais elles avaient dépassé les limites. Tant bien que mal, Aru’ tentait de ne pas hausser le ton et de contenir ses gestes d’humeur pour ne pas attirer trop l’attention.
Cependant, la Rose n’en avait pas encore terminé. Depuis le début de leur collaboration, elle avait mis un point d’orgue à lui expliquer sa philosophie et son nindo : toujours protéger les plus faibles. Comment pouvait-elle proposer de laisser fuir un trafiquant pour en attraper un autre ? C’était absolument contraire à ses principes. Ce fumier, peu importe l’impact de ses produits, ne valait pas mieux. Si elle pouvait en coffrer deux dans la même soirée, elle n’allait pas se gêner.

- C’est hors de question d’en laisser fuir un pour en attraper un autre. Répondit-elle en lançant un regard noir à son élève.

Arukisa sortit un paquet de sa poche. Celui-ci contenait des petites pilules noires frappées d’un poing en guise de motif.

- C’est tombé de la poche d’une femme pendant que je me battais sur la terrasse. Elle a fui dès le début des affrontements, elle ne voulait certainement pas être impliquée et interpellée par des soldats de la Kenpei en patrouille. Si c’est pas la personne qu’on cherche, elle doit au moins pouvoir nous renseigner. Mais vu le nombre de personnes agressives dans ce bar, elle a dû faire sa distribution ici. Je vous laisse la retrouver, elle doit pas être loin. Vous la reconnaîtrez facilement, elle est chauve et elle porte une veste en cuir noir. Et cette-fois, agissez comme des shinobis. Dit-elle en les pointant doigt l’une après l’autre pour s’assurer qu’elle avait bien été entendue. Décris moi ton homme Mayu, je vais m’en occuper.

Agacée par la situation, ce malheureux trafiquant allait passer un sale quart d’heure. Aru’ avait besoin de se soulager.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mar 18 Mai 2021 - 2:10






Dans un parfait mélange d’alcool et d’émotions exacerbées, la Sendai en était finalement venue à gaffer. Et à plus d’une reprise, par ailleurs. Entre les acquisitions faites auprès du vendeur de substances illicites et le déroutant baiser sous les yeux de la Gozan, elle s’était, sans l’ombre d’un doute, mise les pieds dans les plats… jusqu’aux genoux! Sans doute tentait-elle encore de le nier, mais la vérité était telle qu’elle pouvait crever les yeux de tous ceux qui la côtoyaient désormais : les fondations de l’immaculée s’effondraient, son masque se fracturait en un millier de fragments irréguliers tous plus pointus et tranchants les uns que les autres. Une kunoichi à la dérive au sein d’un navire privé de son précieux gouvernail, à présent à la merci d’une mer déchaînée et bien déterminée à la faire chavirer du côté obscur de la force.

Confrontée à la colère et au sermon de la gladiatrice, la Sendai serra poings et dents, sans oser l’interrompre de prime abord. Ses propres frustrations, quant à elles, n’allaient pas tarder à se faire entendre, car la jeune femme était en pleine ébullition. Elle bouillait d’une rage qui ne faisait que s’accumuler depuis de trop nombreuses années et qui, aujourd’hui, s’apprêtait à exploser contre la mauvaise personne, et à un bien mauvais moment. Ainsi, dès que la Gozan fit mine de s’interrompre, la genin la désigna brusquement du doigt, puis pointa en direction de l’établissement où le tandem avait provoqué tout un raffut durant son absence.


« Et le chaos que vous avez causé dans ce bar plein de civils… C’était digne d’une shinobi, d’après-vous... Arukisa-sensei? »

Mais elle ne s’arrêta pas en si — mauvais — chemin. Prise dans un élan autodestructeur, la réfugiée des terres enneigées de Yuki no kuni ne porta ni attention aux informations relayées par la Gozan, ni au paquet de pilules noires qu’elle leur avait tendu, et décida plutôt de cracher un peu plus de son venin en direction de l’énergique gradée. La genin allait sans doute s’attirer de nombreux problèmes, après ce coup d’éclat. Pourtant, rien ne semblait pouvoir stopper l’implosion.

« Vous savez quoi..? Son regard se posa d’abord timidement sur la Yuki, avant de toiser la jeune chef d’équipe. Je n’aurais pas dû me présenter aujourd’hui… Je vais être parfaitement honnête avec toi, Arukisa : Je… J’en ai absolument rien à faire, d’intégrer ou non la Kenpei... ou n’importe quelle autre unité spéciale. Je n’ai pas d’avenir comme kunoichi. Je n’ai pas d’avenir, point… L’homme que tu cherches, Arukisa, se nomme Yamaguchi. Bien vêtu, bonnes manières, accent exotique, plutôt bel homme en général. C’est un fin manipulateur. Il ne devrait pas être difficile à retrouver parmi toutes ces brutes, ici. Je vous laisse vous occuper de son cas… et de celui de la dame chauve. Je n’ai plus rien à faire ici. »

Avant de tourner les talons, furieuse, les prunelles rosées de l’immaculée vinrent, pour une dernière fois peut-être, s’échouer dans l’étendue céruléenne des iris de celle qu’elle aimait plus que tout. Son regard, en proie à une vive colère, s’était chargé d'une infinité de larmes, contenues avec peine et misère. Puis, à l’image de leur maîtresse, les billes rosées dérivèrent pour se perdre dans les ténèbres qui enveloppaient, par endroits, la ruelle dans laquelle le trio s’était réfugié.

« Pardon, Misaki… Tu aurais dû écouter mes conseils, au restaurant... »

Comme une légère brise frôlant doucement l’oreille de sa compagne, sa voix, à peine audible, mais clairement brisée par de trop nombreux soubresauts émotifs, témoignait déjà des sanglots à venir. Mais Mayumi ne céda pas. Ou, du moins, pas dans l’immédiat. Il était temps pour la condamnée de quitter les lieux.

_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mar 18 Mai 2021 - 4:31



Alors que les derniers mots sortirent de la bouche de la belle églantine, la dextre de Misaki venait de partir au vent afin de se poser, avec violence, sur la joue de celle qu'elle aimait tant. Un geste qui avait dépassée sa pensée, mais ça semblait être un thème récurent dernièrement. Les sourcils froncés, le regard sévère. Elle prit une grande inspiration et prononça, malgré tout, quelques mots de sa voix la plus douce et la plus rassurante.

[Misaki] - Ne me dit plus jamais ça.

Elle retourna son corps en direction de son enseignante. Cette gladiatrice qui venait de la percuter de ses mots. Misaki aimerait tant pouvoir reprendre les choses avec celle qu'elle considère comme sa mentor, comme son héro, mais elle allait devoir attendre quelques minutes.

[Misaki] - Cinq minutes. Donne nous cinq minutes.

Les yeux maintenant pleines de larmes, elle regardait sa partenaire avec colère, puis avec tristesse. S'avançant vers elle, des gouttelettes tombèrent au sol alors qu'elle saisit de ses deux mains Mayumi puis l'amena un peu plus loin. À l'abris des regards indiscrets, le coeur lourd, elle serrait de plus en plus fort la main de celle qu'elle aimait.

[Misaki] - Ne me dis plus jamais que j'aurai dû suivre ton conseil au restaurant. Mayumi... Elle sanglotait pendant quelques secondes, serrant la main de l'églantine. Elle pris son courage à deux mains. Je... Je t'aime... Je n'ai pas choisi les sentiments que j'ai pour toi, mais j'ai choisit d'être avec toi malgré tout. De t'entendre dire ça me fait de la peine. J'ai fait mon choix, accepte le et arrête de vouloir que je m'éloigne.

Elle tira doucement l'églantine vers elle et relâcha son emprise sur la Sendai, ne serait-ce qu'un bref moment, le temps de l'enlacer tendrement.

[Misaki] - Je ne peux qu'imaginer ce que tu vies. Toute cette lourdeur qui t'habite. Je peux comprendre pourquoi c'est plus facile d'éloigner les autres. Je peux comprendre que tu ne veuilles pas blesser personne, mais tu me blesses quand tu me demande de te rejeter. Tu n'es plus seule Mayumi. Je suis là, avec toi...

Elle la serra de plus en plus fort, puis posait son front contre le siens.

[Misaki] - Que tu veuilles rejoindre la Kenpei ou pas. Que tu veuilles être une shinobi ou pas. Que tu veuilles rester à Kiri ou aller explorer le monde, je te suivrais n'importe où Mayu. Que tu le veuilles ou pas, tu as des gens autour de toi maintenant. Et pas que moi, Arukisa en fait aussi partie. Et Shitekka aussi.

Misaki s'éloigna complètement de Mayumi avant de poursuivre en séchant ses larmes.

[Misaki] - Mais on est présentement en mission Mayu. Tu vie beaucoup de chose et personne ne t'en voudrait de prendre un pas de recul. Tu as un choix à faire. Soit tu te joins à nous et on termine cette mission, soit on la termine sans toi. Je te laisse cinq minutes pour y réfléchir, le temps d'aller parler avec Arukisa. Ne tant fait pas pour ce que tu lui as dit, je vais régler ça. Concentre toi sur le choix que tu as. Si on ne te revoit pas d'ici cinq minutes, on continuera sans toi.

Elle s'avança de nouveau dans l'intimité de son amoureuse et déposa un baiser sur son front.

[Misaki] - Peut importe ce que tu décideras... Je t'aime, Mayu.

[...]


De retour en compagnie d'Arukisa, Misaki cherchait ses mots. Comment pouvait-elle expliquer à son enseignante, à son amie, qu'en ignorant Misaki, elle n'avait fait que nourrir son autodestruction ? Ce n'était pas quelque chose dont elle était consciente et ce n'était surtout pas de la faute de la gladiatrice. Elle qui n'avait absolument rien à voir avec la situation, elle avait le dos large et en portait beaucoup sur les épaules. Étais-ce là tout le fardeau qui venait avec le fait de posséder sa propre équipe ? Cependant, de faire comme si de rien n'était nourrissait chez elle un sentiment profond de ne tout simplement pas en voir la peine. L'enfant invisible qu'on ne voyait pas si elle ne faisait pas de crise.

Il y avait tant de chose qu'elle voulait aborder, mais si peu de temps. Elle n'avait même pas le temps de trier ses pensées. Entre ce qu'elle voulait dire, ce qu'elle pouvait dire et ce qu'elle se devait de dire, elle ne savait pas par où commencer. Elle prit donc la parole, instinctivement.

[Misaki] - Tu as raison Arukisa... Sur beaucoup de chose... Je sais très bien ce que j'ai fait de pas correct, dans cet entraînement. Je... Je ne vais bien... Je me bat contre un ennemie invisible et je n'arrive pas à m'en sortir. Ça à toujours été un peu là. Des larmes coulèrent de nouveau sur son visage, sa voix se faisait de plus en plus émotivemais depuis notre retour des ruines... Je perds le contrôle et je me met à paniquer. J'aurai vraiment pu blesser des gens Aru... Je ne sais plus quoi faire. Ce n'est.... Ce n'est pas moi... j'ai l'impression d'avoir perdu ma voix(et voie)

Misaki, en plein sanglot, se laissa tomber au sol, incapable de rester debout. Elle accota son dos contre un mur, reprit sa respiration au bout de plusieurs longues secondes et poursuivit.

[Misaki] - Et Mayu... Dit-elle en fuyant le regard de la jôninElle... elle est mourante Arukisa... Et... et je l'aime et je ne sais pas comment l'aider...

Ce n'était pas la place de Misaki de discuter de la vie privé de Mayumi. Ce n'était pas non plus son genre d'aller crier un détail aussi intime sur tous les toits. Elle n'avait même aucune idée de comment réagirait Mayumi en apprenant que Misaki à violer le couverts de sa vie privé, mais elle ne pouvait pas garder ça sous silence. Pas en pleine explosion émotionnelle et certaine pas face à Arukisa qui comptait énormément pour elle.

La fille des glaces se trouvait cependant bien conne. Arukisa venait de lui dire de mettre ses émotions de côté. D'agir en shinobi. Elle se trouvait conne de ne pas en être capable, là, en pleine mission. Elle savait toute l'importance que cette mission avait aux yeux de son recrutement, mais elle n'allait tellement pas bien qu'elle en était tout bonnement incapable. Trop longtemps, elle avait ignorée et mit sous silence ce qu'elle vivait. Aujourd'hui, tout venait d'exploser et de se dévoiler.

[Misaki] - Je m'excuse Aru. Je suis une bien piètre shinobi en ce moment. Je ne suis pas moi dernièrement. Jamais, je n'aurai proposer de n'en attraper qu'un. Je ne sais pas ce qui m'a prit. Jamais je n'aurai du exploser comme je l'ai fait. Je le sais bien. Je n'aurai pas dû gifler Mayu non plus... Je crois que j'ai perdu mon chemin...

Elle prit une grande inspiration et se releva, le regard dans le vide, elle poursuivit changeant complètement le sujet. Difficile pour elle d'être vulnérable bien longtemps.

[Misaki] - Il ne faut pas en vouloir à Mayumi. Ce qu'elle a dit... ce n'est pas contre toi, loin de là. Elle est mourante Aru... sérieusement... Je ne veux pas trop en dire, ce n'est pas ma place, mais je crois que ça explique pourquoi elle ne voit pas d'avenir pour elle. Je lui ai laissé cinq minutes pour décider si elle veut poursuivre la mission ou pas.

Elle posa un regard déterminé dans celui de son enseignante.

[Misaki] - Quanta moi, je suis toujours partante et je souhaite corriger mon erreur, si tu me le permet... Mais une fois tout ça terminé, même si tu n'as pas quinze milles questions... j'aurai bien besoin d'un thé.

_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Mar 18 Mai 2021 - 22:57
Cette banale sortie nocturne allait de surprise en surprise. Non pas à cause de la mission que les kunoichis devaient mener, mais à cause des réactions surprenantes de celles-ci. Arukisa passa par toutes les émotions lorsqu’elle vit la jeune Sendai la pointer pour répondre vivement à son sermon. D’abord, une envie folle de lui attraper ce doigt provocateur pour lui apprendre à respecter sa supérieure. Comment osait-elle faire une scène pareille en public ? La Rose pouvait être la personne la plus adorable au monde mais comme son surnom l’indiquait, qui s’en approchait trop pouvait être piqué. Toute l’affection qu’elle lui portait disparu le temps d’un instant lorsque la jônin la vit complètement sortir du cadre professionnel qu’elle s’était engagée à respecter en acceptant son bandeau kirijin. Mayumi pouvait se sentir chanceuse de ne pas avoir connu la gladiatrice impulsive et tête brûlée qu’elle était autrefois. Cependant, c’était assurément cette maturité qui l’empêcha de lui clouer le bec instantanément. Intérieurement, elle ne cessait se répéter de montrer l’exemple et de ne pas perdre ses moyens. Cette situation explosive serait peut-être amenée à se reproduire pendant sa carrière de sensei, il fallait désamorcer la bombe et ne pas attiser le feu.

De la vapeur aurait pu sortir des oreilles d’Aru et des éclairs de ses pupilles, cela n’aurait pas paru étrange tellement on pouvait voir qu’elle frémissait intérieurement. Les narines dilatées, le regard acerbe, elle ne bougea pas d’un cil lorsque Mayumi annonça son souhait de quitter son poste. Pendant un bref instant, elle en oublia presque la présence de sa propre élève.

- J’omettrai le ton déplacé, mais tes agissements seront rapportés à Shitekka-san. Si tu quittes une mission pour si peu, tu n’as en effet pas ta place dans la Kenpei, ni même en tant que shinobi. Dit-elle sur un ton inhabituellement froid.

Les mots de la Sentinelle étaient d’une violence rare. Une face de sa personnalité qui ne ressortait que rarement. Or, à cet instant, il valait mieux des mots que des actes. Un ninja qui ne se sent pas à sa place est un ninja qui se mettra un jour ou l'autre en danger. Il valait mieux pour Mayumi qu’elle se retire de sa fonction si ses convictions n’étaient pas inamovibles. Un mental d’acier permettait de surmonter toutes les épreuves. Arukisa comprenait la faiblesse physique mais elle ne pouvait soutenir une personne avec si peu de volonté. La Sendai devait être mise face à ses choix.
Malgré cela, son empathie ne tarda pas à reprendre doucement le dessus lorsque la jônin vit la jeune révoltée s’éloigner. En une fraction de seconde, elle était passée de la colère à l’émergence d’un regret. Peut-être aurait-elle pu trouver des mots rassurants avant de les sermonner ? Non, elle ne devait pas laisser passer ces étourderies. Ce sermon avait pris des proportions déroutantes. Ainsi, quand Misaki lui demanda de lui accorder quelques minutes pour la raisonner, Arukisa se contenta d’un geste du revers de la main pour l’informer de son aval. Les bras croisés, la mine renfrognée, elle secoua la tête de dépit en pensant à cette scène grotesque et indigne de leur rang. Elle profita de ce répit pour reprendre son calme et redescendre en pression.

Durant le tête à tête des deux genins, Arukisa observa les alentours. De toute façon, à cette heure-ci, un groupe de jeunes filles qui se chamaillaient et qui sanglotaient, ça ne faisait pas tache dans le décor. Les terrasses des bars commençaient à attirer de plus en plus de fêtards venus se divertir et une bonne partie était déjà bien alcoolisée.

La Rose reporta son attention sur son élève dès lors qu’elle revint à ses côtés. Tant bien que mal, interrompu par des sanglots, Misaki s’expliqua sur ses agissements récents. Aru’ n’était pas dupe, elle avait bien aperçu le visage crispé, déformé par la peur, de sa protégée pendant leur mission dans les ruines. Seulement, elle n’avait pas réalisé à quel point ce traumatisme était profond. Une détresse qu’elle n’avait pas su déceler se lisait désormais sur les traits angéliques de sa protégée. Comment était-elle passée à côté de ça ? Pourquoi n’en avait-elle pas parlé avant ? Arukisa eut un sentiment désagréable. Celui d’avoir échoué. Elle faisait de son mieux pour la guider sur le droit chemin afin de devenir la kunoichi qu’elle méritait d’être mais là, elle avait failli à son rôle. Elle se demanda si elle n’avait pas été assez présente, assez claire sur le fait qu’elle pouvait l’entretenir de n’importe quel sujet. Si Misaki ressentait la moindre perturbation dans sa formation, elle devait lui en parler. Par conséquent, la faute de la Yuki lors de son exercice au Complexe était la sienne. Aru’ ne montra pas sa déception, ni son mal-être passager. Cette soupe d’émotions qu’elle traversait commençait à l’épuiser mentalement. Malgré cela, elle devait garder la tête froide. Jamais elle n’aurait pensé vivre tout cela ce soir.

- Tu aurais dû m’en parler Misaki. Dit-elle en soufflant et en détournant le regard, contrariée par ce secret. J’aurais pu éviter cet accident, on aurait pu trouver une solution. Je ne veux plus que tu me caches des choses. Rappelle-toi de ce que j’ai dit lors de notre première rencontre : ça ne marchera pas entre nous s’il n’y a pas de confiance et de communication. Ajouta-t-elle en posant sa main sur son épaule pour renforcer ces propos. Si je suis en colère, c’est parce que je suis déçue. Déçue que tu ais craint de m’en parler. Termina-t-elle sur un ton teinté d’une pointe de rancoeur.

Quant à la situation de Mayumi, la Rose se souvint de son escapade au beau milieu de la nature sauvage de Mizu avec la Sendai. Ses souvenirs gardaient l’image d’une belle journée ensoleillée passée à se découvrir en se baladant. Cependant, elle n’avait pas pu s'empêcher de remarquer ses toux régulières et maladroitement dissimulées. Un syndrome peu commun en plein été dont la sonorité indiquait un mal déjà bien installé. Malheureusement, Aru’ ne se doutait pas de la gravité de son affliction. Cette révélation s’ajouta au malaise naissant de la jônin après ses mots abrupts. Mayumi avait choisi sa voie de shinobi ainsi que les risques pris et sa maladie ne devait pas affecter le jugement de la Rose. Pourtant, elle ne put s’empêcher de ressentir de la compassion vis-à-vis de sa condition.

- Ramène-là. Dit-elle, partagée entre sa compassion et son inflexibilité face à son comportement. Tu ne dois pas te laisser influencer pas sa maladie pendant que tu es en mission. Et elle non plus. Aussi triste soit le sort qui l’attend.

La gladiatrice hésita un instant à révéler une information pas encore officielle afin de soulager un peu les craintes de son élève. Jugeant que la tournure des choses nécessitait d’un peu de positivisme afin de détendre un peu l’atmosphère, elle lui fit une confidence.

- J’ai entendu qu’une nouvelle unité spéciale orientée vers le domaine médical était en préparation. Je ne peux pas te donner plus de détails mais elle rassemblera les érudits les plus talentueux de la Brume. Peut-être pourront-ils trouver un remède au mal de Mayumi. Mais on parlera de ça plus tard… Dit-elle pour couper court à ce sujet qui n’avait pas sa place à cet instant. Et ton prochain entraînement sera avec moi. Nous prendrons un thé quand ton problème sera résolu.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Jeu 20 Mai 2021 - 17:09





Lentement, la dextre tremblotante de Mayumi se fraya un chemin jusqu'à gagner la tiède étendue de sa joue rougie par cette violente rencontre avec la paume de sa bien-aimée. Entre la surprise qui forçait désormais l'églantine à écarquiller les yeux et la brève, mais surprenante douleur, qui avait eu l'effet d'une douche froide sur ses émotions en pleine ébullition, il avait semblé à la belle que l'univers entier s'était, l'espace d'un court instant peut-être, complètement figé. Quelques larmes s'échappaient, malgré elle, malgré un refus catégorique de se laisser aller à autant de vulnérabilité. Prise dans cet étrange mélange de stupeur passagère et de sentiments contradictoires, l'enfant de chakra en oublia presque la raison de son débordement, tandis que la fille des glaces la saisissait de ses deux mains pour l'attirer loin de la Rose rouge ayant piqué, de par ses mots aussi acérés que de réelles épines, la chair déjà à vif d'une jeune femme à la dérive. Elle n'offrit aucune résistance face à celle qu'elle aimait déjà plus que tout, plus qu'elle-même, et suivit l'élan dans lequel les pas de la kunoichi aux cheveux d'or semblèrent la guider, loin du regard et des oreilles de quiconque. Loin de cette grotesque scène.

Voir son amoureuse ainsi sangloter, et par sa faute, brisa le cœur de l'immaculée. Pourtant, elle n'en démontra rien sur le moment. Ses prunelles, tantôt le théâtre d'un enfer de rage, de tristesse et d'impuissance, s'affichaient à présent sous un ciel morne, gris, dépouillé de son éclat habituel, dépouillé de toute vie. L'implosion avait fait son œuvre, évidemment.

Mais la voix, d'abord complètement désemparée, de la Yuki, extirpa doucement la Sendai de ce mystérieux état de choc. Drapée d'un voile de mutisme, elle écouta sans broncher chacun des mots, chacune des paroles de sa vis-à-vis alors que son regard lorgnait le vide entre elle et l'enfant des glaces, se posant, par intermittence, sur cette étreinte qu'entretenait son amoureuse avec ses mains. La force grandissante de cette tactile accolade sembla quelque peu la rassurer.

Et alors que leurs corps s'enlacèrent tendrement, il y eut un déclic. Cette tendresse inespérée attira à elle un sentiment de sécurité, et avec la sécurité… s'ajouta la vulnérabilité. Et la voix de la floconneuse fit le reste.

Tu n'es plus seule…

Elle craqua. Simplement. Purement. Sans aucun ménagement, ni subterfuge. Sans masque, sans armure. Sans fausse joie. Sans l'ombre de cette soi-disante courageuse d'autrefois. Elle pleurait. Simplement. Prise de sanglots incontrôlables, la jeune femme avait réfugié son visage contre l'épaule de sa bien-aimée, les doigts recroquevillés dans les plis de ses vêtements, agrippant le dos de la blonde comme si, jamais, ils n'allaient la laisser partir, ou disparaître. Non, plus jamais. Tel un torrent se déversant allègrement sur des rochers, la cascade de larmes inonda ainsi continuellement le confort et la douce chaleur émanant de cet intime contact tandis que la chevelure de la Yuki chatouillait délicatement la joue de la belle en pleurs. Ce triste déversement se poursuivit encore, et encore, et encore…

Lorsque leurs fronts se touchèrent, se rencontrèrent, comme cette fois passée, au restaurant, l'immaculée y déposa toute la lourdeur qui l'avait habitée depuis… depuis des années, en vérité. Depuis la disparition de sa tribu. Depuis sa fuite du froid pays. Depuis le diagnostic officiel. Depuis son réveil du coma. Les yeux clos, ses larmes ruisselaient. Les yeux clos, il ne lui apparut qu'un seul et unique mot, à l'esprit : Pardon. Pardon, pardon, pardon, pardon…


« Je t'aime, Misa… Pardon… »

Ce fût, probablement, la seule réponse qu'obtint l'adolescente aux prunelles céruléennes de la part de son amoureuse brisée avant de déposer un doux baiser sur le front de celle-ci et de quitter pour rejoindre sa mentor, laissant seule une églantine qui ressemblait davantage à un champ de ruines sur pattes, à la gamine effondrée qu'elle était en posant le pied à Mizu no kuni, qu'à une vaillante, et forte, shinobi.

Peu de temps après le départ de Misaki, les jambes de l'immaculée se dérobèrent sous son propre poids. Alertée par cette défaillance issue de son état émotif déplorable, Mayumi trouva appui contre un mur à proximité, et se laissa lourdement glisser jusqu'au sol. Là, elle plaqua ses genoux contre son abdomen, et les enlaça comme elle l'avait fait au préalable avec le corps frêle, mais magnifique, de la Yuki.

Cinq minutes. C'était le court intervalle de temps qu'elle détenait pour faire face à un choix d'importance capitale. Pour faire face à sa propre bêtise, à son idiotie. Pour faire face à sa volonté chancelante. Pour faire face à son impuissance. Allait-elle poursuivre la mission, en compagnie de ses deux partenaires, et après cette véritable tornade d'émotions? La kunoichi était visiblement épuisée. Elle doutait même d'avoir l'énergie nécessaire et la force mentale pour regagner ses appartements. Et pourtant, malgré cela, malgré la honte qui l'affligeait à présent, à quelque part, au fond d'elle, une voix lui intimait de continuer, de se relever. Possédait-elle seulement encore le courage de faire face à la jônin, après pareil coup d'éclat?

Péniblement, la genin leva sa main parasitée de tremblements légers face à elle, et l'observa longuement, avant de refermer chacun de ses doigts vers le creux de sa paume. Elle serra fortement son poing. Au fond, la gladiatrice avait sans doute raison : elle n'était pas faite pour être une shinobi. Elle avait peut-être trop vécu, trop perdu… Elle était peut-être trop humaine.

Mais la genin aux yeux azurés revint avant qu'elle n'ait pu baisser les bras complètement.

Tu n'es plus seule…

L'écho de ce doux murmure résonna à travers les méandres de ses sombres élucubrations, comme une vague lueur d'espoir, un rayon lumineux diffus, mais porteur d'avenir, qui semblait poindre par-delà les ténèbres de la nuit, par-delà le lointain horizon. Tandis que la Sendai portait un timide regard à l'endroit de celle qui faisait à nouveau montre de sa présence éthérée, elle songea, pour la première fois dans sa vie sans doute, que ses longs moments de solitudes arrivaient finalement à terme. Qu'elle n'était véritablement plus seule. Que dorénavant, elle pouvait s'appuyer sur les autres pour avancer. Pour survivre.

Cette fois-ci, elle se décida, malgré une hésitation évidente, malgré un malaise persistant, à accepter la main tendue de la Yuki. À nouveau, Mayumi se releva.



[...]



C'est une kirijine aux perles rosées fuyantes qui se présenta au-devant de la gradée. Muscles et mâchoire crispés, respiration saccadée, le corps entier de la belle églantine inspirait nervosité, honte et regret. Après avoir inspecté les alentours en quête de passants un peu trop curieux, mais, sans attendre les premières paroles de sa supérieure hiérarchique, la genin inclina fortement le buste alors que les gouttelettes salines poursuivaient discrètement leur chute jusqu'au sol. Elle resta ainsi de longues secondes, poings serrés plaqués contre ses hanches, le haut du corps immobilisé dans cette inconfortable position horizontale et la chevelure argentée frôlant presque les pavées. Sa voix, parsemée de soubresauts, rompit aussitôt le silence assourdissant, étouffant.

« Pa… Pardon, Arukisa-sensei… »

Un bien maigre assortiment de mots, arrachés de peine et de misère à une églantine secouée de tremblements légers, auquel elle ajouta rapidement, entre deux inspirations :

« Ma réaction était… complètement stupide. Vous… Vous avez raison… Je ne suis pas digne d'être une shinobi, ni de rejoindre la Kenpei. »

Devait-elle expliquer, à présent, ses agissements précédents, ses torts, ses fautes? La kunoichi en doutait. En bout de piste, rien ne justifiait un tel comportement vis-à-vis de la jônin, d'autant plus en pleine mission. Et la Sendai peinait à enchaîner les mots.

« Je suis… désolée. Je suis responsable de tout ce qui est arrivé. Misaki n'y est pour rien. Ça n'avait... pas sa place en pleine mission. Je me suis laissée emporter… »

Les excuses de la belle églantine s'arrêtèrent ainsi, mais elle ne se redressa pas pour autant. Elle préférait attendre. Attendre quoi? Elle ne le savait guère.

« J'aime Misaki… de tout mon cœur. Je ne veux pas lui causer de problèmes. Ni à vous, ni à Shitekka-sensei. Ni à personne. »

Mayumi se retint de rigoler. Non pas parce que la situation l'amusait, au contraire, mais parce qu'elle constatait, enfin, l'absurdité de ses actions. Depuis qu'elle s'était extirpée des griffes du néant, elle ne se reconnaissait plus. Où pouvait donc bien se cacher cette Mayumi d'autrefois, à la personnalité bercée par la légèreté? Sans doute était-elle morte sur ce terrain du Complexe Shinobi, des semaines auparavant. Ou sur les étendues enneigées de Yuki no kuni. Ou lors de cette périlleuse traversée jusqu'aux frontières du pays de l'eau… Aujourd'hui, cependant, elle entamait sa reconstruction. Du moins, c'est ce qu'elle espérait. Car elle n'était plus seule.

« Je… ne sais pas si je suis dans un état convenable, mais… s'il-vous-plaît… Je veux terminer la mission. Je… j'y tiens beaucoup. »

Qu'allait être la sentence de la gladiatrice ? Et la réaction de sa bien-aimée? L'immaculée à l'éclat terni était prête à tout. Elle allait accepter les conséquences de ses actes et de ses paroles…

Comme une shinobi.


_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Sam 22 Mai 2021 - 23:08

« Aaaaaaaaah ! »

Hurlait-elle mentalement à l'idée d'affronter son enseignante. Arukisa venait de lui proposer, non, de lui dire que son prochain entraînement serait avec elle. Misaki connaissait les capacités de son enseignante ; elle est terrifiante. Balle de chakra, ailes de créature nocturne parfois cute, parfois sortie de ses pires cauchemars et surtout, une big badass faux. La psyché de la pauvre paniquée virevoltait dans tous les sens, alors qu'elle s'avançait pas à pas en direction de celle qui allait bientôt devenir veuve ? Laissant aller son imagination, elle essayait de concocter un plan pour affronter son enseignante et parvenir à être, dans le duel, un petit peu plus qu'une nuisance.

Devait-elle lever une tempête ? Après tout, Arukisa avait quelques faiblesses pour la Sensorioalité ? Sauf qu'elle se rappelait de l'attaque de zone qu'elle avait dû encaisser pour l'apprentissage de son mur... Sauf que cette fois, elle ne les verrait pas elle-même arriver à cause de sa propre technique. Devrait-elle essayer de l'immobiliser ? Sauf que ça voudrait dire s'approcher de cette big badass faux... Devrait-elle rependre sa glace afin de nuire à son enseignante ? Sauf qu'elle pouvait sans doute l'ignorer comme Ryûken, voir même s'envoler avec ses ailes... Il n'y avait absolument pas de bonne réponse. La seule chose qu'elle savait, c'était qu'elle ne pouvait pas jouer la carte de l'épuisement de chakra, Arukisa avait une plus grosse réserve qu'elle et elle ne serait pas de toute façon satisfaite si elle ne donnait pas tout...

Du coup, c'était une Misaki blanche comme un drap qui arrivait au côté de celle qu'elle aimait. Un peu comme si elle avait vu un fantôme. Son petit coeur d'anxieux battait à pleine vitesse, son esprit s'envolait de tout bord tout côté, son regard perdu dans le vide avec des pupilles dilatées. Sa psyché, complètement terrorisée à l'idée d'affronter la chef de l'équipe cinq, elle paniquait intérieurement jusqu'à ce que les mots de son enseignante retentit dans son esprit ; « Vous êtes des shinobis, vous ne devez pas laisser vos émotions ». Cette phrase sortie Misaki de sa torpeur. Elle avait bien raison. Pourquoi s'inquiéter pour quelque chose qui allait éventuellement arriver, alors qu'elle était présentement en mission et qu'il était temps d'agir comme une kunoichi et de mettre un terme à non pas un, mais deux vendeurs de drogue.

Posant son regard sur celle qu'elle aimait. La voyant recroquevillée sur elle-même, en position foetale. Misaki lui tendit la main et, arborant un sourire chaleureux. Il fallut plusieurs longues secondes à Mayu pour accepter la main de l'adolescente. Un malaise s'était installé, mais Misaki restait là, sans bouger, la main vers celle qu'elle aimait. Elle lui offrait ce dont elle pensait qu'elle avait besoin ; du temps. Finissant par accepter, elle l'aida à se relever. Le regard de la Sendai se voulait bas, honteux. Misaki apposa ses mains sur les joues de celle qu'elle aimait et déposait une nouvelle fois un baisé sur le front de Mayumi. Elle lui murmura d'une douce voix quelques mots, avant de mettre en route vers Arukisa.

[Misaki] - Aller vient, il est temps d'en finir avec cette mission.

[...]


Ayant ramené l'Églantine, Misaki s'était mise un peu à l'écart de ses deux collègues et amies. Si leur échange n'avait pas duré très longtemps, ça avait offert à l'adolescente le temps dont elle avait besoin pour poser ses pensées sur la fin de cette mission. Deux cibles pour trois kunoichis. La mission s'était quelque peu compliquée, mais rien qu'elles n'allaient pas être en mesure de réaliser.

Rejoint par ses deux collègues, il était maintenant temps de se concentrer sur ce qui les avaient réunis ce soir ; la mission.

[Misaki] - Allons-s'y Mayu. Ça ne doit pas être bien difficile de retrouver une femme chauve en tenu de cuir.

_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Jeu 27 Mai 2021 - 18:07
S’il y a bien un défaut qu’Arukisa détestait, c’était la rancune. L’incapacité à pardonner ou à passer l'éponge sur des faits anodins la touchaient profondément. Elle éprouvait une profonde tristesse pour ceux qui étaient incapables de se sortir d’un cycle de haine ou simplement de désaccords futiles. Elle ne supportait pas de ruminer des disputes dans son coin. La Rose pouvait redescendre en pression aussi vite qu’elle montait au créneau. Malgré ses fulminations passagères, elle ne perdait jamais en tête qu’elle pouvait voir partir un être cher sans jamais pouvoir s’excuser ou s’expliquer. Ainsi, lorsque les deux jeunes genins montrèrent patte blanche et retrouvèrent la raison, la jônin accepta volontiers leurs excuses.

Durant sa formation, la Rose n’était pas une élève facile. Son impulsivité, son manque de tact et sa fougue naturelle l’avaient menée à commettre de nombreuses erreurs. Combien de fois avait-elle dû s’excuser de son emportement ou de ses mots déplacés. Elle ne s’en souvenait même plus. Seulement, son sensei, ses équipiers, ses supérieurs, tous lui avaient excusé et expliqué ses erreurs. Les jeunes pousses sont accompagnées car c’est leur droit de se tromper, de se blesser, de perdre les pédales ou d’échouer. C’est le rôle des senseis et des plus expérimentés, peu importe l’âge, de ne pas les laisser s’égarer et de les remettre sur le droit chemin quand la marche devenait trop haute.

- On peut tous se laisser dépasser par une situation stressante, ce n’est rien. Répondit en regardant tour à tour ses interlocutrices. Je préfère que ça t’arrive maintenant. Avec nous. Mais ne tourne jamais le dos à ceux qui comptent pour toi. Tous les shinobis du village sont là pour vous faire avancer. Ajouta-t-elle en s'adressant à nouveau aux deux genins. On ne règlera pas tout dès demain, mais je vais m’entretenir avec Shitekka pour t’aider. Poursuivit-elle avec compassion. Pour le moment, on va terminer cette mission. On se rejoint ici. Je vous fais confiance pour retrouver rapidement la dealeuse. Il y en a un qui va passer un sale quart d’heure… Termina-t-elle en tournant les talons dans la direction de celui qui allait l’aider à soulager ses nerfs.

S’il y en a un qui allait probablement passer une sale soirée, c’était ce monsieur Yamaguchi. Contenir les émotions de chacune n’était pas de tout repos, il fallait donc trouver un échappatoire pour expulser toute cette tension. Une fois éloignée de quelques mètres, Arukisa souffla un grand coup. Un geste qui démontrait une certaine exaspération devant une telle débauche d’énergie pour autre chose que la mission. Néanmoins, la pédagogie faisait partie de son rôle. Il fallait maintenant terminer ce pour quoi elles étaient venues.

Grâce aux descriptions détaillées de Mayumi, la jônin retrouva le malfrat au milieu d’un bar de la rue principale. Adossé contre un mur, il regardait les potentiels clients passer, attendant sûrement de ferrer quelques poissons égarés en manque de sensations fortes. Arukisa s’esquiva dans les toilettes afin d’endosser l’apparence de la cible parfaite. Une jeune civile, les joues rouges, le regard perdu et les pupilles bien entamées par l’alcool.

Spoiler:
 

En sortant, elle attrapa un verre sur le comptoir. Elle n’eut qu’à venir discuter quelques secondes avec sa cible pour obtenir ce qu’elle voulait. Seule, feintant d’être enivrée et de chercher un remontant pour poursuivre la soirée, Aru’ lui demanda de le rejoindre dans une ruelle plus discrète pour faire la transaction. Cela arrangeait certainement Yamaguchi de faire son business à l’abri des regards, il ne craignait rien avec cette demoiselle.
Dans la pénombre, la Rose l’attrapa par le col avec les deux mains et le plaqua contre le mur avec férocité. Visiblement certain de son physique avantageux, l’homme ne se laissa pas impressionner et accepta même ce qu’il prit pour une invitation.

- Oh, je vois qu’on ne cherche pas que de la drogue…

Il commença à descendre ses mains le long du corps de la kunoichi pour venir s’arrêter sur ses fesses. Dans le même temps, il avança ses lèvres, espérant probablement un baiser.
Aussitôt, Arukisa reprit sa forme initiale, laissant apparaître un regard furieux. Brutalement, elle lui attrapa les poignets et les plaqua contre le mur. Le regard mielleux du malfrat laissa place à la stupéfaction. Cependant, il n’eut pas le temps de réagir que le front de la gladiatrice vint lui exploser le nez. Son arête nasale fendue, une giclée de sang s’étala sur le sol. Il hurla de douleur avant de porter la main à son visage.

- Salope ! Tu viens de me briser le n...

Pas encore rassasiée, Arukisa voulut lui porter un nouveau coup mais elle se retint. Son envie de se défouler sur lui la démangeait. Une sensation éprouvante intérieurement qu’elle ressentait souvent dès lors qu’elle se mettait à combattre. Habituellement, contre des shinobis ou de vrais ennemis, ce n’était pas toujours une gêne, mais là contre un civil, elle ne pouvait se laisser emporter. Ainsi, lorsqu’elle l’attrapa par les épaules pour l'enchainer, elle fit marche arrière. Elle serra son veston dans sa main de frustration, si bien que le malheureux porta ses bras devant son visage pour ne pas être à nouveau molesté. La kunoichi le retourna et le posta contre le mur de façon à pouvoir l’immobiliser facilement. Elle sortit un fil de cuivre cachée dans sa robe et l’entoura autour de ses mains.
Terrorisé, Yamaguchi ne prononça plus un mot. Immobile, il attendait que la Rose se calme. Arukisa fit quelques pas avant de retourner auprès des élèves. Il était impossible pour elle de retourner devant ses équipières dans cet état de frénésie. Assurément, ses propres émotions avaient provoqué ce sursaut d’agressivité chez elle et la source provenait probablement de sa génétique barbare.

- Je ne veux pas t’entendre jusqu’à ce que quelqu’un te donne la parole. Lança-t-elle sur un ton assez éloquent pour qu’il comprenne les conséquences en cas de désobéissance.

Espérant arriver à la fin de sa mission, Arukisa retourna au point de rencontre. Si les deux genins ne revenaient pas avec la dealeuse, leur soirée n’aurait pas été totalement perdue. Si elles revenaient triomphantes de leur tâche, la jônin ne manquerait pas de les féliciter. Avant de retourner au poste de la Kenpei faire son rapport.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

[Mission C] - Tapage Nocturne 63971_s

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Sendai Mayumi
Sendai Mayumi

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Ven 28 Mai 2021 - 14:20





Suspicieuses, les prunelles de la belle églantine s'échouèrent sur la silhouette délicate de son amoureuse. L'aider..? Arukisa désirait l'aider? L'immaculée ne lui avait pourtant jamais parlé du mal qui la rongeait depuis toutes ces années. Faisait-elle seulement référence à cela? Assistait-elle, là, à l'œuvre de la Yuki? Elle avait peut-être tout révélé au sujet de l'état de santé précaire, sur la nature de condamnée de la belle églantine, à la Gozan. Aussi le doute s'installa-il chez la kunoichi au rythme des paroles de leur supérieure hiérarchique. Mayumi se promit intérieurement de rediscuter des propos de la jônin auprès de la fille des glaces, au moment qu'elle jugerait opportun, après la mission. Les mots de la gladiatrice eurent, malgré tout, l'effet d'un baume sur les plaies mentales à vif de l'ancienne yukijine. Déjà, les émotions se déposaient, tels de légers flocons cristallins virevoltant au gré des vents jusqu'à combler le sol de leur présence glaciale. Déjà, il lui semblait que le monde entier avait retrouvé un peu de son calme d'antan. Déjà, ses fautes et ses agissements avaient été, ne serait-ce qu'un peu, excusés. Mayumi pouvait sécher ses larmes, relever la tête et avancer. Comme elle l'avait toujours fait. Elle allait poursuivre et compléter cette mission, pour son plus grand bonheur. Face à ces enfants de glace et de chakra pur, la vendeuse de Nova n'avait qu'à bien se tenir.

« Merci, Aru… »


[...]



Le trio s'était rapidement séparé. La jônin laissa le soin aux deux élèves de mettre la main au collet de la femme au crâne rasé pendant qu'elle allait être occupée à refaire le portrait du téméraire Yamaguchi.

Suivant le départ de la kunoichi à tignasse ténébreuse, les genins ne se firent pas prier et se lancèrent aussitôt sur la piste de la dealeuse, inspectant tour à tour les terrasses et intérieurs de chaque commerce qui croisaient leur route. Au milieu de cette ambiance enivrante, de ce capharnaüm de civils débauchés et de joueurs de shamisen déchaînés contre leur instrument, il n'allait pas être chose aisée que de mettre le doigt sur leur cible. Pourtant, son apparence atypique vint rapidement jouer en sa défaveur et attira bientôt l'œil avisé des protagonistes. Alors que Misaki allait pénétrer là où la malfaitrice s'adonnait à ses sombres affaires, Mayumi la retint par la manche, la tirant doucement jusque dans l'ombre d'une ruelle, à l'abri des oreilles et des regards indiscrets des passants. Sa voix perça finalement le voile de mutisme dans lequel elle s'était drapée depuis leur dernière conversation avec la jônin. Quelque peu mal à l'aise, elle avoua :


« Écoute Misa, avant d’entrer dans le bar, je… Je veux me racheter pour ce que j’ai pu dire et faire, ce soir… Par rapport à Arukisa. Par rapport à toi aussi. Et par rapport à notre mission. »

La genin hésita l’espace d’un instant, honteuse, puis, faisant mine de réfléchir à ses prochaines paroles, poursuivit enfin, ses prunelles rosées et fuyantes lorgnant l’obscurité envahissant les moindres recoins du lieu.

« Alors… Je... j’ai rapidement pensé à un plan, si ça te convient. Voici ce que je propose pour parvenir à la capturer facilement : la cerner de toutes parts… en la poussant dans la gueule du loup. Oui, nous lui tendrons un piège. Comment? Laissons des clones, dissimulés près des sorties de l’établissement. Deux chacune, ça devrait suffire pour l’empêcher de prendre la poudre d’escampette, à mon avis. De notre côté, il nous faudra… provoquer… sa fuite, sans éveiller ses soupçons. Je suis certaine qu’elle sera sur ses gardes, après ce qui s’est passé plus tôt. La Kenpei rôde sûrement dans le coin, et elle le sait très bien. Et puis, pour le peu qu’on sait d’elle, elle a peut-être des complices au sein du bar pour l’aider en cas de pépin ou si elle se fait aborder par des shinobis. Elle pourrait aussi provoquer un chaos et s’en servir contre nous. Une proie effrayée peut toujours surprendre par ses réactions désespérées, face au prédateur... Restons prudentes, Misa. Je… ne veux pas qu’il t’arrive malheur. Plus jamais. »

Chuchota-t-elle, en désignant maladroitement l'ecchymose colorant l'œil de sa bien-aimée. Un bref sourire, ressemblant davantage à une grimace, illumina quelque peu ses traits tirés par la fatigue tandis qu’elle s’imaginait la suite de son plan à saveur kirijine. La Sendai aussi, après tout, avait besoin de se défouler un peu, après ce début de soirée riche en émotions fortes. Coinçant une mèche argentée rebelle derrière son oreille droite, elle invoqua à ses côtés deux copies identiques et tangibles d’elle-même et poursuivit :

« Maintenant, il nous faut un moyen de... l’attirer à l'extérieur. Je te propose de… déclencher une bagarre... grâce à cette petite métamorphose. »

D'un nuage de fumée naquit une véritable montagne de muscles sur pattes. En effet, la genin comptait se fondre parmi les brutes épaisses composant l'essentiel de la clientèle du bar visé afin de parvenir à ses fins. Ainsi, elle avait revêtu les traits d'un imposant moustachu au cuir chevelu dégarni et possédant un goût prononcé pour les bagarres en tous genres. Un honorable marin kirijin, pour qui la force comptait davantage que n'importe quelle forme d'intelligence ou de tendresse et de bienveillance envers ses pairs. Mouvant fièrement chacune de ses courbes, l'incarnation de la virilité salua joyeusement la blonde d'un unique clin-d'œil, le pouce relevé, alors qu'il entamait, d'une voix parfaitement féminine, le reste de ses explications.


Mayustache:
 


« Je jouerai le rôle de l'agitateur. De la brute sans cervelle assoiffée de combat qui ne demande qu'à briser les dents de son prochain. Je serai celle… ou… celui... qui provoquera les choses. Quant à toi, Misa, tu observeras les faits et gestes de la cible. Lorsqu'il y aura bagarre générale dans l'établissement et qu'elle sera forcée de fuir, tu me fais signe. On la suivra. Et nos clones l'accueilleront dehors. »

Le plan avait été détaillé. Simple, facile à appliquer, il n'en transpirait ni le risque, ni une quelconque possibilité d'échec. Ou presque. Mayumi, pour sa part, en était assurée, confiante.

« Allons-y, Misa. Et attention : elle ne se rendra sûrement pas sans tenter de nous mordre. C'est ainsi qu'agissent parfois les... bêtes acculées. »

Dans la petite échoppe, l'ambiance était à la fête. Plusieurs représentants de la gent masculine, réchauffés par l'alcool qui coulait à flot et les chants marins entonnés à l'unisson de part et d'autre de la salle commune, festoyaient déjà à coups de concours de tir au poignet ou de gros buveurs. La femme chauve, le dos plaqué contre un mur tout près du comptoir où le tenancier s'affairait, reluquait chacun des hommes ivres avec satisfaction, son regard ambré balayant discrètement l'étendue de tables tantôt brisées, tantôt renversées, et de gaillards en proie à la débauche, à la recherche du prochain client.

Les actrices prirent place sur scène, chacune se positionnant comme convenu. Le spectacle pouvait ainsi débuter.


Le corps bien droit, l'air hautain, Mayustache se faufila sans ménagement jusqu'au tavernier, bousculant de son imposante corpulence deux ou trois clients sur son passage, avant de commander à boire, d'un ton marqué par l'arrogance. Son torse dénudé, suintant d'une sueur peu ragoûtante sous cette chaleur estivale, attirait déjà de nombreuses moues désapprobatrices dans sa direction tandis qu'il s'évachait, le coude droit posé contre la surface de bois, en quête d'un première gorgée de pinte… qu'il cracha en partie au sol, dégoûté par l'amertume. Puis, voyant qu'un groupe de clients tentaient de l'observer depuis une table à proximité, il les invectiva gratuitement, d'une voix mielleuse des plus aiguës.

« Hey p'tits merdeux, qui est-ce que vous r'luquez comme ça, hein?! »

Mais ils ne répondirent pas à cette provocation, qui sombra bien vite dans l'oubli. Avait-elle été trop douce, avec ces bougres? Il fallait corriger le tir. Sans un mot de plus, la Sendai à moustache se leva donc d'un bond, la chope à la main… et en déversa tout son contenu sur le crâne du plus musculeux d'entre eux.

« On s'moque pas de moi, c'est clair ?! Ma voix est magnifique ! »

Personne ne se moquait de lui...

Un coup fut porté. Puis un second. Mais Mayumi avait plus d'un tour dans son sac et esquiva sans gêne tous les assauts qu'on lui porta, n'y allant pas de main morte pour feindre un état d'ivresse avancé et trébucher contre d'autres tables et clients, qui se joignirent à elle dans cette échauffourée improvisée. Son plan, de toute évidence, fonctionnait. Quelle allait être la réaction de la vendeuse, désormais, devant ce nouveau raffut?


_________________
[Mission C] - Tapage Nocturne M197
Merci à Yami & Aimimii pour le kit ! <3
Theme of Mayumi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10219-sendai-mayumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9375-sendai-mayumi-la-belle-eglantine https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission C] - Tapage Nocturne Empty
Ven 28 Mai 2021 - 21:21

« Shit !! »

Pensait-elle en voyant qu'encore une fois, un bar dans lequel elle avait mis les pieds était en train de virer en tapage sur la gueule. Elle avait de plus en plus l'impression que tout ce qu'elle faisait ce soir virait en violence, en testostérone et en fracassa de crâne. D'abord la première bagarre qui lui avait valu un splendide bleu sur l'oeil, présentement camouflé par son henge – définitivement mieux que du maquillage ! -, puis Mayu qui lui avait dit des choses qu'elle était tannée d'entendre et qui lui avait valu une claque au visage. Franchement, peut-être étais-ce l'alcool qui commençait finalement à partir de son système sanguin ou simplement la bonne dose d'émotion qu'elle avait exprimée un peu plus tôt, mais elle en avait plus qu'assez de cette soirée et il était temps qu'elle finisse.

Voyant qu'encore une fois, les autorités Kirijine allaient rappliquer dans ce bar qui était en train de partir en couille lui aussi, la vendeuse de Nova prit ses jambes à son cou. Voyant qu'elle s'apprêtait à lever les pattes, Misaki donna un léger coup de coude - pas assez fort pour lui faire perdre cette traumatisante transformation – à sa partenaire de mission et de vie. Lui indiquant la tête sans poil de la criminelle en train de se faufiler vers la porte menant aux cuisines – puis à l'extérieur par la porte de service -, les deux genins se mirent en chasse. Par chance, grâce au plan ingénieux de la belle Églantine, leurs clones étaient dore et déjà en position pour attraper leur cible.

Mettant un pied à l'extérieur et apercevant deux copies identiques du même couple, il ne lui fallut pas très longtemps pour comprendre ce qu'il se passait. Il fallait lui donner ça, elle avait un brin d'intelligence. Enfin, une perruque aurait été un pas pire déguisement pour elle, mais elle ne pouvait pas tout avoir ? Si ? Reculant d'un pas, elle entra en collision avec Mayumi-Au-Bicep-D'Acier. Relevant la tête et croisant le regard du tas de muscle qu'était la Sendai, elle préféra tenter sa chance contre un des deux duos de femme fragile et frêle.

Se lançant rapidement entre les deux genins, elle fut rapidement interrompue par les deux versions de Misaki qui réalisait à l'unisson les mêmes mudras. Suite à quoi, elles crachèrent une importante quantité de glace qui devint un imposant mur cristallisé parfaitement opaque, piégeant la criminelle avec le duo de genin qui, dans une explosion de fumé, reprit leurs apparences normales. Prise au pied du mur, littéralement, elle sortit un petit tanto qu'elle avait de caché sous son vêtement. Après tout, ce ne serait pas être Kirijine que de simplement se laisser mettre sous état d'arrestation.

Choisissant sa cible, elle décida de s'attaque à la plus petite du groupe – et la plus vieille – Sendai Mayumi. Rapidement, l'Églantine frappa d'un coup précis et certain la main de la criminelle qui laissa tomber son arme au sol. En même temps que ceci se produisit, Misaki avait débuté l'enchaînement de l'une de ses séries de mudras préférées. Une fois terminée, la fille des terres enneigées cracha rapidement de la glace qui saisit dans une étreinte hivernale la fuyarde dealer de Nova.



[...]

Rejoignant son enseignante, Misaki avait mis sous menotte glaciale, la criminelle qu'elle venait d'arrêter. Apercevant le malfrat au nez fracasser, l'adolescente ne put s'empêcher d'avoir une pensée rapide pour le pauvre vendeur de poudre qui avait dû subir toute la violence de l'ancienne sabreuse. Décidément, cette mission était vraiment sous le joug de leurs racines Kirijines. Violence par-dessus fracas. Cette mission n'avait cessé de tourner vers les poings et le sang. Si ce n'était pas quelque chose qui dérangeait particulièrement la Yukijine – étant née dans un pays de barbare et ayant grandi dans la brume sanglante – un peu de repos leur feraient le plus grand bien.

[Misaki] - Je peux m'occuper de les ramener aux geôles du village. C'est juste en face de chez moi. Proposait-elle en réalisant une nouvelle fois des clones.



La fausse Misaki réalisait à son tour une paire de menottes de glace au poignet du criminel arrêter par Arukisa. Tandis que la véritable échangeait un regard en direction de son amoureuse. Préfèrent prendre une petite distance le temps de cette mission, elle ne put s'empêcher d'avoir un sourire niet en regardant celle qu'elle aimait.



_________________

#19bcf5
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal

[Mission C] - Tapage Nocturne

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: