Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Home Sweet Home | Raizen

Aller à la page : Précédent  1, 2
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Empty
Ven 27 Aoû 2021 - 20:41

Observant Sharrkan, sa première question était bonne. Pourtant, il n’avait pour une fois aucune réelle réponse à cet égard en dehors de son intuition et de l’impression qu’il se faisait de l’aspect particulier que représentait une âme.

Après tout, cette créature venue des ténèbres devait fort probablement avoir établi en quelque sorte son domicile au sein de l’âme de son camarade. Qui plus est, Raizen savait avec pertinence qu’il fallait savoir se méfier des apparences…

Agréant ainsi silencieusement à son plan, il prit finalement la main de Sharrkan alors que l’autre alimentait le sceau. Supportés de son clone qui observait la situation, tous les dispositifs étaient prêts pour l’immersion…

Se sentant plus ou moins plongé dans un univers qu’il ne connaissait pas, l’esprit du Meikyû était volatile et loin d’être stabilisé. Après tout, en tant qu’invité n’ayant aucune emprise sur l’esprit elle-même de son hôte, il devait laisser à Sharrkan la chance de se stabiliser. Autrement, leur tentative se heurterait à un mur, baignant dès lors dans un échec assez important.

Laissant ainsi celui-ci se concentrer peu à peu, Raizen ajouta son grain de sel :

-Concentre-toi, maîtrise ta respiration et surtout ouvre-toi. Si tu as la moindre hésitation, ça ne fonctionnera pas. Fonce tête baissée Sharrkan.

Contraire à bien des approches, le meilleur moyen de parvenir à la zone ciblée était de se laisser absorber sans forcément perdre conscience avec réalité, phénomène que Raizen tentait avec puissance et fermeté de faire. Ne cédant ainsi en aucun cas le contact, si sa main irradiait d’une chaleur puissante, celle du Meikyû dégageait de la confiance et de l’autorité. Après tout, quoiqu’il arrive, il ne laisserait pas Sharrkan succomber.

Dès lors, Raizen ferma les yeux, mettant à l’épreuve sa connexion et sa théorie des âmes pour absorber l’ensemble du vécu de Sharrkan, le Meikyû se laissait absorber par l’instant. Laissant son rythme cardiaque se synchroniser sur celui de l’homme d’argent, si le Meikyû avait fermé les yeux, il était dorénavant dans un univers bien différent de celui qu’ils avaient quitté.

Visualisant à merveille l’écosystème quelque peu particulier dans lequel il venait d’arriver, la longueur d’âme le maintenait dans cet écosystème particulier qu’était l’âme du Kazejine.

-Ne la laisse pas t’éblouir. Aussi flamboyante soit cette lumière, je pense qu’il se peut qu’elle serve à éblouir les moindres intrusions.

Comme un mécanisme d’autodéfense, souffla-t-il pour lui-même alors qu’il était tout aussi aveuglé que Sharrkan.

-N’oublie pas que tu contrôles cet univers mieux que quiconque Sharrkan, tu es dans ton élément, embrase la lueur et la chaleur et absorbe là.

Ne pouvant concrètement rien faire tant que la barrière était levée, ils faisaient face à leur premier défi de taille alors que le Meikyû demeurait attentif aux moindres sensations ou émotions que lui véhiculait son allié. En quête de la moindre menace, chaque vibration qui résonnait en son être lui permettait de vivre ce rêve éveillé avec plus d’intensité, au point tel qu’il réalisait de mieux en mieux de quelle manière il pouvait aider Sharrkan.

-Aie confiance en toi !

Dès lors, ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne voient s’ils pouvaient travers la première frontière. Pourtant, Raizen n’avait aucun doute sur la finalité. Sharrkan était plus fort que cela.




_________________
Home Sweet Home | Raizen - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
SharrkanEn ligne

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Empty
Lun 30 Aoû 2021 - 0:20
Foncer tête baissée ? Ce n'était pas un conseil qu'on entendait tous les jours, où la demi-mesure et la réflexion étaient davantage valorisées. Mais surtout, ce n'était pas dans la façon de procéder de Sharrkan ; s'il était parfois impulsif et immature, l'argenté était surtout prudent. Il prenait le temps de réfléchir avant de se lancer à corps perdu dans une situation et réfléchissait au meilleur moyen de se tirer d'une position désagréable, n'hésitant pas à prendre la fuite s'il le fallait. Foncer tête baissée... n'était pas dans sa nature.

Mais avant tout, sa plus grande qualité était sa faculté d'adaptation. Le Kazejin pouvait modifier son comportement et ses réactions selon les besoins de la situation, pour peu que cela serve un but plus grand. Si la meilleure chose à faire pour dépasser ce problème était de lâcher les freins et de se laisser aller, il était capable de le faire.

Puis Raizen était là, aussi. Et comme il le disait : Sharrkan était celui en contrôle ici. Ils étaient dans son esprit, bon sang... Les barrières qui se dressaient devant lui, il était le seul à les lever ; le seul à pouvoir les baisser également.

D'où venait cette résistance ? De ses doutes ? De ses questionnements ? De sa crainte, de ce qu'il pouvait trouver ici ? De la présence de Raizen ?

Peu importe. Rien de tout ça n'avait de l'importance, s'il le décidait. S'il le voulait, il ferait écrouler ce barrage, juste par sa volonté, comme il l'avait toujours fait. Et c'était exactement ce qu'il désirait.

Maintenant.

La lumière s'effaça pour laisser place à quelque chose de beaucoup plus doux. L'horizon se sépara en deux horizontalement, la partie supérieure se colorant d'un bleu azurin ; l'inférieure, sous eux, se changea en texture... en une infinité de grains de sable dorés. Ils n'étaient plus perdus dans un éclat violent et douloureux : ils étaient à la maison.

Mais contrairement à la réalité, le soleil ne brûlait pas leurs peaux de ses rayons impitoyables. La température n'était pas extrême, comme elle l'aurait dû l'être à cette heure de la journée. Le désert, chauffé par l'astre solaire, n'était pas désagréable au contact. Tout était... doux.

Sharrkan laissa échapper un faible rire.

« Kaze, évidemment. »

Des images éthérées s'affichèrent tout autour d'eux, des fragments de scène flottant dans l'air ; certaines translucides, presque invisibles, d'autres opaques. Certaines statiques, d'autres en mouvement, mais toutes représentant le pays natal des deux Kazejins. Des souvenirs, en réalité. Des perceptions. Il n'y avait pas seulement des représentations visuelles, mais également des goûts, des odeurs, des bruits, des sensations, des sentiments.

Ils étaient dans l'esprit de Sharrkan après tout, en son cœur. Il semblait qu'à chacune de ses réflexions, l'environnement se mettait en mouvement pour trouver les données qui y étaient associées. Ils avaient sous les yeux... le processus même de la pensée. Une expérience autant fascinante qu'étrange à vivre.

L'argenté prit quelques moments pour stabiliser sa respiration et garder ce sentiment de plénitude, laissant les images du Pays du Vent virevolter calmement dans l'atmosphère. Et alors qu'il se perdait presque dans ce monde onirique, oubliant toute notion du temps et de l'espace, une voix lui rappela les circonstances de sa venue ici.

Il avait presque oublié qu'il n'était pas seul ici, et le rappel de la présence de Raizen modifia totalement son flux de pensée ; les images qui y étaient associées, également. Le paysage resta le même, mais les souvenirs flottant autour d'eux changèrent, pour se focaliser sur le maître des sceaux. D'autres souvenirs apparurent, des plus anciens aux plus récents, comme si son esprit cherchait des connexions à cette présence étrangère en son sein.

Plusieurs dizaines de représentations du Meikyû apparurent dans l'espace, des souvenirs anciens comme les plus récents. En cherchant bien, ils pourraient y voir leur première rencontre officielle à Hayashi, ainsi que toutes les perceptions qui y étaient associées. Leur séjour à Joheki et leurs entraînements, leurs réunions du Fukkatsu, le campement. Leur voyage à Iwa, leur discussion au milieu de la nuit et le combat nocturne dans les rues du village de la Roche qui avait suivi.
Lorsque Sharrkan avait entendu la voix de Raizen dans l'oreillette, juste avant de retourner à Kumo, le clin d'œil qu'ils avaient échangé lorsqu'ils s'étaient croisés sur la scène de l'Assemblée Calcinée, la dernière soirée qu'ils avaient partagée avant son départ. Le moment où l'argenté avait appris l'élection du Meikyû au rang de Raikage, puis sa présence lors de l'éveil du Dieu. La nuit qui avait suivi... Puis ce soir.

Chaque souvenir prenait une teinte différente selon la situation, selon leur relation, en même temps que sa perception de Raizen avait évoluée avec le temps. Et à chacun, se raccrochait d'autres éléments qui lui étaient propre. L'odeur du feu de camp, de la pluie, de la forêt, de la rivière, du sable chaud, de sa peau, de ses vêtements, du désinfectant. Le goût des barres protéinées, du sang, de la liqueur ; le son de sa voix, de sa démarche, la vibration qu'il émettait lorsqu'il était perdu dans ses réflexions, de son rire lorsqu'il se laissait avoir par une des mauvaises blagues de Sharrkan. Il y avait également des sentiments de méfiance, de colère, de tristesse, d'inquiétude, de réconfort, d'espoir, de complicité, de confiance, et bien d'autres...

Paniquant d'abord de voir autant de choses exposées sans filtre, l'argenté tenta de reprendre le contrôle de son fil de pensée. Il s'y était préparé après tout, après avoir accepté de laisser quelqu'un entrer dans son âme ; c'était une éventualité qu'il avait envisagée. Ce n'était qu'en restant calme qu'il serait à même de choisir la direction dans laquelle il voulait les guider, et ne pas laisser ses émotions étalées sur le sable.

« Hum... Alors... Cherchons la bestiole, haha... »

A nouveau, les éléments changèrent, montrant ce qu'ils cherchaient ou plutôt, les souvenirs que la bête avait lorsqu'elle était en contrôle ; les effets secondaires que Sharrkan avait connus à cause d'elle, les événements de la soirée. Mais l'entité en elle-même... restait invisible.

_________________

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Empty
Sam 4 Sep 2021 - 8:37


Alors que leur longueur d’onde semblait étrangement se synchroniser sur une complicité commune, Raizen continuait de se concentrer, ne lâchant aucunement prise alors qu’il avait confiance en l’argenté. Aveugle, mais bien conscient, il savait mieux que quiconque la dangerosité de ce qu’ils pouvaient opérer. Ne représentant en aucun cas la cérémonie usuelle que certains Meikyûs utilisaient, il bafouait plus ou moins les règles et normes de son clan pour accéder pour la première fois au domaine des âmes d’autrui sans faire appel à la moindre entité tierce.

Si à la base, son esprit s’était plus ou moins attendu à une finalité sans risque, il se trompa totalement. Se faisant littéralement submergé de sentiments, d’émotions et de souvenir, le corbeau généralement en contrôle et en maîtrise de ses moyens fut acculé par la multitude d’émotions qu’il percevait d’un seul coup.

Paniquant silencieusement aux premiers abords, ses yeux se baladèrent de droite à gauche alors que son âme semblait se fragiliser sous le domaine d’autrui.

Rythmique saccadé telle une séquence chaotique, il ressentait de vives impulsions cardiaques qui calquaient le décor particulier dans lequel il était plongé.

Serrant ainsi la main de son comparse, il s’accrocha tant bien que mal dans cette pluie torrentielle de souvenirs qu’étaient ceux de Sharrkan pou se remémorer les paroles de son guide :

Voir au-delà des apparences.

Dès lors, le Meikyû écarquilla les yeux, se souvenant que si Sharrkan était en confiance, il ne pouvait que l’être à son tour. Contrôlant par le fait même la danse infernale qui peuplait son coeur, il prit soudainement le temps d’admirer le décor paisible et confortable.

Or, alors qu’il commençait à s’y habituer, l’atmosphère changea, comme si respectivement, ils s’étaient accordé la permission de séjourner dans cette atmosphère unique et confidentielle.

Personnifiant le tout à travers de nombreuses séquences de leurs souvenirs, le Meikyû se rappelait de nombreux bons moments. Se souvenant de leur première rencontre au sein du Fukkatsu, un léger sourire perça son faciès alors qu’un baume de nostalgie parcourait l’ensemble de ses veines.

Perturbés, les frissons qui longeaient soudainement son derme lui rappelaient l’aspect précieux de cette époque, moment durant lequel il avait sombré dans les bas-fonds de sa personne. Or, à travers tout ce moment, il avait toujours pu compter sur la présence d’autrui, notamment sur celle de Sharrkan.

Lui rappelant ainsi leurs premières interactions, si au début, leur lien n’avait été que bref et éphémère, du premier entrainement au second, leur lien avait grandement évolué depuis. Prenant tout son sens surtout au moment de la reprise de Kaze, ce n’était qu’à ce moment que Raizen avait capté le lien unique qui les unissait.

Rivalité ancestrale, tous deux étaient plus ou moins deux âmes différentes qui gravitaient pourtant sur le même écosystème, un élément qui amplifiait l’écho de leurs âmes.

Lui permettant dès lors de constater à quel point l'Argenté avait toujours été là pour lui, que ce soit lors de la reprise de Kumo, lors de son discours jusqu’au combat contre le Dieu du Désert et son acolyte au sabre jusqu'aux informations que lui cachaient la Coalition, jamais celui-ci n’avait cessé d’épauler le Meikyû, jamais.

Quoiqu’il arrive, même si le crave était très indépendant et préférait garder cette façade parfois froide et inaccessible de sa personne, il avait toujours su qu’il pouvait compter sur celui-ci au-delà des barrières qui l’incarnaient. Ainsi, Sharrkan pouvait compter sur lui à son retour.

Ainsi, alors qu’il était surmené d’émotions multiples et nouvelles, une mince pensée capta son attention, lui donnant l’impression d’un déjà-vue, comme s’il avait compris les états d’âme de l’argenté à chacun de ces moments, sans forcément les assimiler comme étant les siennes.

Silencieux alors que l’homme du désert démontrait certains signes de gêne dans sa voix, Raizen ne perçut rien, perdu dans ses pensées partagées à celle de l'Hôte de ce domaine. Pourtant, ce n’était qu’à travers cette expérience soudaine qu’il voyait l’angle d’approche… le chemin vers la solution.

-Je ne pense pas que nous aurons besoin de chercher plus longtemps… Sharrkan.

Parlant d’un ton étrange, l’assurance habituelle qu’il dégageait venait de se fusionner à une sérénité particulière, rendant soudainement l'ombre de Kumo plus léger sous sa posture de guide.

-À travers ces souvenirs et ces moments, j’ai pu vivre et ressentir tes émotions, mes émotions, nos émotions. Que ce soit la colère, la tristesse ou même la joie, au final, j’ai l’impression qu’au plus profond de toi, tu sais quel a été l’élément déclencheur faisant apparaître cette entité ou plutôt… cette facette de toi.

Semblant presque en transe, le corbeau ne lâchait rien, poursuivant le message qu’il avait à partager à l’homme du désert à titre de membre de l'ordre.

-Souviens-toi d’un moment ou tu as manqué de liberté, souviens-toi des émotions qu’il a ressenties… souviens-toi Sharrkan, de ce que tu as ressenti…

Accentuant de plus en plus sa prise de confiance au fur et à mesure que ses paroles se poursuivaient, s’il était vrai que tous les deux avaient les yeux fermés, un sourire s’affichait pourtant sur les lèvres de Raizen.

Sincère, au plus profond de lui-même, il savait mieux que quiconque que le Khan de ce domaine savait où trouver son alter ego.

Après tout, il était là…

Lui rappelant par le fait même l’épisode qu’il avait vécu lorsqu’il avait croisé Hachiman, la fragmentation de sa personnalité à celle qu’il avait voulu lui projeter n’était plus un souvenir. Elle était bel et bien devenue réelle.

Ainsi, devant ce moment des plus intéressants, une aura soudaine envahissait le Meikyû. D’une lueur rougeâtre aux premiers abords, celle-ci se colora d’un aspect doré alors qu’il déployait soudainement son atout sur un état nouveau.

Lui permettant d’utiliser la longueur d’onde pour véhiculer sa confiance en dehors des paroles, il accordait ainsi à Sharrkan la possibilité de percevoir au-delà des paroles la confiance qu’il mettait en lui. Une confiance courageuse, une confiance guerrière, une confiance complice et une confiance rivale… car s’il avait pu dompter ses démons, Sharrkan le pouvait aussi, et ce, même si Raizen avait connu l'échec.

Maintenant ou jamais, l’air ambiant dégageait une soudaine odeur, laissant présager les prémisses du premier éveil : l’hymne de l’alter. Or, déciderait-il d’aller jusqu’au bout?

_________________
Home Sweet Home | Raizen - Page 2 J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sharrkan
SharrkanEn ligne

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Empty
Ven 17 Sep 2021 - 0:38
Quelle sensation étrange que de tout voir avec les yeux fermés ou plutôt, de percevoir tant que la vision devenait accessoire.

Cette aura vint doucement l'entourer, caressant son épiderme de cette chaleur tendre et réconfortante. L'argenté se laissa faire, jusqu'à être totalement submergé par la lumière ambrée, plongeant dans cet or incandescent sans bouger un seul muscle.

...and light spills in a flood like a hundred golden urns pouring out of the sun.

Plus que jamais, sa connexion avec un autre être humain semblait décuplée. Au-delà du physique, au-delà du psychique, un lien s'était établi entre leurs deux âmes. Invisible, mais tangible, cette connexion emplissait l'espace. Non ; elle était l'espace en lui-même. Complète, parfaite. Sentiment indescriptible, seul ceux l'ayant vécu pouvaient affirmer comprendre totalement l'amplitude du moment. Le lien n'était plus uniquement concentré dans leurs mains : il était partout.

Se souvenir, c'était prendre le risque de revivre ces émotions douloureuses ; pourtant, avec cette paume qui enserrait la sienne, Sharrkan se sentait invincible.

« Je me souviens... »

La bête s'était manifestée pour la première fois après l'apparition du Dieu à Kaze. Pensant d'abord à un guide, l'argenté avait remercié sa présence, avant de se rendre compte que cette grâce ressemblait plus à une malédiction. Mais qu'avait-il ressenti exactement, à ce moment-là... ? Il avait été perdu, désorienté, accusant le choc de la perte de nombreux repères et morceaux importants à sa vie. Puis, encaissant le poids de sa responsabilité. Il avait ressenti une amertume profonde, du désespoir, de la colère pure, brûlante.

Même dans cette bulle dorée, Sharrkan sentait les émotions de ces souvenirs qui tentaient de l'atteindre. Il les voyait, les touchait et, à une certaine dose, les ressentaient. Mais ils semblaient glisser sur lui, incapables de l'atteindre réellement.

Mais ce qui l'avait frappé de plein fouet, c'était l'incapacité. L'insuffisance, la paralysie, l'impuissance face à cette situation qui le dépassait. Qu'étaient-ils d'autre, face à un Dieu, que d'insignifiants grains de sable dans le désert ? Que pouvait-il faire, pour défendre la Capitale ? Pour protéger les siens ? Empêcher ces vies de leur être arrachées ? Trouver des réponses ? Rester en vie ?

Rien.
Rien, rien, rien.

Sous ses yeux, il avait vu Taiyô être ensevelie. Il avait vu ses frères tomber, les uns après les autres. Il croyait être devenu plus fort ; il n'était rien.

C'était à ce moment-là que son alter ego s'était manifesté - quelque chose en lui avait réagit à cette accumulation de négativité. Pour quelle raison ? Pourquoi à ce moment ? Pour le rendre plus fort peut-être, ou le protéger... ? Au fond de lui, Sharrkan avait toujours été convaincu que cette apparition n'avait rien de néfaste. Cela avait été sa première impression.

Alors... peut-être était-il temps de le pardonner. De se pardonner.

Malgré lui, un sourire sincère apparut sur son visage, alors que le soulagement les submergeait soudainement. Tout semblait naturel, logique ; il avait compris. Et, de par leur nouveau lien, il sentit que Raizen avait compris également.

« Je pense que nous pouvons sortir d'ici. »

Le sourire perceptible dans sa voix, l'argenté annonça qu'il était temps pour la prochaine étape ; car si l'endroit était difficile à quitter, réconfortant, apaisant, quelque chose au fond de son esprit lui soufflait qu'il n'était pas bon de rester trop longtemps. A l'intérieur, ils avaient perdu toute notion du temps : impossible de dire s'ils étaient là depuis quelques secondes ou plusieurs jours.

_________________________________________________

L'emprise de la technique fut rompue, mais le retour à la réalité fut violent.

Une douleur sourde et intense frappa Sharrkan, qui posa ses deux mains sur sa poitrine. Il se plia, tentant de contenir la blessure invisible qui le terrassait. A bout de souffle, la cage thoracique comprimée, il se battait pour avoir de l'air. Quelque chose semblait avoir été arraché physiquement de ses entrailles ; la moitié de son être n'étant plus qu'un trou béant. Il ne remarqua même pas le torrent de larmes qui dévalait ses joues pour venir s'écraser lourdement sur le sol.

_________________

Home Sweet Home | Raizen - Page 2 Lo79
© Aditya
Doomkatsu Gang:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5624-fini-sharrrrrrrkan#45203 https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#75016 https://www.ascentofshinobi.com/t9189-sharrkan https://www.ascentofshinobi.com/u1141

Home Sweet Home | Raizen

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: