Soutenez le forum !
1234
Partagez

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard

Hanae Hideto
Hanae Hideto

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Dim 16 Mai 2021 - 16:30

Quelque part, dans l'un des nombreux coins de verdure isolée de la nouvelle capitale.

Allongé dans l'herbe, Hideto, profitait de la douce mélodie produit par l'utilisation de son don, qui lentement s'écrasait dans un écho infini contre le silence assourdissant d'une nuit calme et paisible. Un certain sourire pensif prenait place sur le minois du combattant de l'empire, un sourire qui se transforma rapidement en un léger rire.

Il observait ses créations voguant terrassant les ténèbres de la nuit comme une étoile filante, tendis que ce dernier était de plus en plus en proie aux effets de la fatigue. Les yeux cernées, recouverts par ses lourdes paupières en étaient la preuve suffisante. Une véritable bataille contre la fatigue se livrait dans son corps juvénile, chaque battement de paupière était annonciatrice d'une victoire pour le Dieu morphée.

Pourtant, ce dernier en ressortait toujours triomphant en réunissant ses forces et ses efforts pour les re ouvrir à nouveau.

Il profitait de ce court temps de pause, de cette nuit paisible pour faire un point sur tout ce qu'il avait vécu, tout ce qu'il avait traversé pour en arriver à ce moment précis.

Enfant, personne n'aurait cru qu'Hideto rejoindrait l'armée un jour, depuis toujours ce dernier refusait l'idée même d'en entendre parler et cela pour le plus grand malheur du père de l'une de ses amies.

Un homme droit et juste, du moins selon les préceptes de l'empire.

Hideto affichait un nouveau signe de fatigue, brisant la douce symphonie de son chakra, par un bâillement d'une certaine puissance, mais qui par chance s'était rapidement éteint dans le néant infini de la nuit.

Finalement, le monde n'est peut être pas aussi moche et cruel, hein ?


La nouvelle recrue de l'unité de recherche se parlait à lui-même, toutefois le constat était bien la malgré les horreurs de la guerre, la destruction et les sentiments dérisoires. Il existait toujours, quelque part dans le monde un havre de paix, des moments de bonheur sans lendemain où il était possible de se rendre compte à quel point le monde était beau.

Hideto doutait souvent sur les nombreux choix qu'il avait du faire pour en parvenir jusqu'à la, mais pas simplement, ses ambitions elles aussi étaient sujets à de nombreux débats avec sa conscience. Pourtant ce n'était que le cadet de ses soucis, l'ancien enfant d'un village au sud d'Hi se demandait si ses efforts en valaient vraiment la peine ? En effet, cela était sans doute égoïste de sa part, pourtant ce dernier même humaniste, n'était pas dupe bien au contraire. Il savait pertinemment que le monde ne changerait pas en un clin d'œil, qu'il serait peut être qu'un petit précurseur vers un jour meilleur.

Une simple pierre dans la construction d'un bel avenir, ce rôle ne le gênait pas vraiment, il ne recherchait pas la gloire ou la reconnaissance en empruntant ce chemin.

Il souhaitait simplement avoir le cœur paisible, réaliser le rêve de son amie, que plus jamais personne ne souffre comme lui, que plus jamais personne ne doit rejoindre l'armée et connaitre la guerre.

Levant la main au ciel comme pour attraper ses créations, Hideto rigola une nouvelle fois tout en s'exprimant d'une voix douce.

Papa, maman.. Ameko.. J'espère que vous êtes fier de moi tout la haut, j'aime penser que vous veillez sur moi et pouvez me voir d'où vous êtes.


Il relâcha son qui comme une poupée de chiffon tomba lentement sur son front.

Vous me manquez énormément vous savez ? Je fais de mon mieux pour faire le bien autour de moi comme vous me l'avez appris, pas simplement lorsque l'occasion s'offre à moi ! J'aide les gens maintenant, des personnes que je ne connais pas, j'ai rejoint l'unité de recherche du Teikoku.


Il marqua une courte pause avant de reprendre.

Je ne serais peut être pas l'initiateur de la paix, mais je ferais de mon mieux pour trouver une solution, mais je ne suis pas tout seul, le nouveau Teikoku partage nos idées et nos ambitions.

Je suis sûr que nous allons trouver un moyen d'engager cette félicité que nous attendions tant ! Pour l'instant j'en suis qu'à mes balbutiements, mais j'y arriverai promis !


Levant ses deux mains maintenant tout en libérant une forte quantité de Chakra Sendai, il reprenait.

Soyez patient, un jour je vous rejoindrais et nous serons tous heureux ensemble à nouveau ! Je vivrais une vie d'aventure, une vie remplie pour nous tous afin de pouvoir vous raconter tout pleins d'histoire, afin que vous puissiez vivre au travers moi, tous vos rêves et votre curiosité...


Malgré la douceur de ses paroles, sa voix devenait légèrement tremblante sur ses derniers mots. Il n'avait pas fait cela depuis bien longtemps, même si une légère douleur envahissait son cœur, cela lui avait fait énormément de bien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11706-hideto-ca-rime-avec-pomelo-terminee#101937
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Mar 18 Mai 2021 - 12:19
Enclave hors du temps

Une journée à l’hôpital d’Urahi, Medyûsa y allait lors de ses journées libres ou quand on avait besoin de son aide pour gérer quelques patients. Avant d’être une scientifique, la Yasei est un médecin qui vient toujours en aide à son prochain. Pratiquer l’Iroujutsu est toujours un plaisir, tout comme apprendre à soigner des gens sans utiliser de chakra. Toutes les méthodes sont bonnes pour être efficace sur le terrain que ce soit dans l’établissement de soins ou sur le champ de bataille ou en mission. Med ne dit jamais non pour apprendre un moyen de soigner avec ou sans chakra. Curieuse et avide d’apprendre, elle est toujours là quand il le faut. La Fukutaishô a passé beaucoup de temps à l’hôpital, ces derniers temps. Pour elle, c’est un moyen de se rendre utile et de se défouler en sauvant ou aider des individus. Généralement, Med est souvent celle qui procure les soins, comme un médecin généraliste. Or, il lui arrive de participer dans les blocs opératoires ou d’être la chirurgienne de l’équipe médicale. Un jour, elle aimerait pouvoir réaliser des missions de secouriste dans Hi no Kuni, voire dans le monde. Médecin sans frontières, ça pourrait être intéressant si un jour, elle décide de voyager dans le monde pour parfaire son Iroujutsu et ses connaissances dans le monde.

Une dernière opération, du moins, c’était un doux événement qui allait se produire. Medyûsa intervient dans un accouchement, d’une jeune femme provenant du clan Yamanaka. Ce n’est pas la première fois que la Fukutaishô participe à ce type d’intervention et au contraire, c’est toujours avec joie qu’elle y va pour aider la future maman de mettre au monde. L’intervention a duré quelques heures, avec presque aucune difficulté et échappant de peu à une césarienne. La maman est forcément épuisée et le papa l’est aussi par rapport au stresser et a son implication pour soutenir sa femme. Cela dit, il est beaucoup moins épuisé que sa compagne, c’est évident. Le bébé est un garçon et en bonne santé, c’était le principal. Une infirmière s’occupe du petit et du reste. La Yasei quant à elle, se dirige vers les vestiaires, après avoir félicité les parents. Après s’être lavé et changé, la blonde sortit de l’hôpital et levant les yeux, il faisait déjà nuit. Difficile de savoir si Hanae avait déjà mangé ou elle dormait déjà, cela dit, sa femme pouvait être encore au palais ou en mission. Pour le moment, la Hebi marchait l’esprit apaisé dans la capitale. Il y avait quelques endroits commerciaux d’ouverts et la lieutenante décide de prendre quelques plats à emporter. Décidant de couper court, empruntant un raccourci dans une zone verdâtre d’Urahi, elle arrive derrière un arbre et elle aperçoit quelqu’un qui est allongé au sol. Se rapprochant un peu, elle reconnaît cette silhouette. La Yasei reste cachée et se met à l’écouter, en train de parler tout seul.

Hanae Hideto, nouveau membre de l’unité de recherche et sans doute, un membre du clan Sendai, comme Hanae et Yahiko. En espérant que les recommandations de Med lors de son entretien lui a permis d’aller les voir pour se renseigner. Elle ne le connaît pas trop, hormis le fait que c’est quelqu’un avec de l’ambition et de la motivation pour être un excellent membre de son unité. La jeune femme l’écoute attentivement, apparemment, il parle tout seul, vu qu’elle ne voit personne d’autre à ses côtés. Cela dit, elle se sent un peu mal à l’aise de l’espionner comme cela, ce n’était pas très poli. Il semblerait qu’il s’adresse à des personnes lorsqu’il parle, comme s'il envoie un message au ciel. Il est vrai qu’il a été l’un des survivants de Shito et il a dû perdre sa famille ainsi que des proches durant ce massacre. Du coup, elle comprenait ce qu’il ressentait, la perte de sa famille, du moins. Par le passé, Medyûsa a perdu sa famille, après un raid de paysan et mercenaire contre eux. Depuis ce jour, elle s’en veut de ne pas avoir pu se maîtriser, dans ses instincts bestiaux. Il devait souffrir, au plus profond de son être, mais il s’accrochait à la vie qu’il menait ainsi qu’à son envie de parcourir le monde pour y découvrir des secrets. Vivre des aventures pour quand il ira dans l’autre monde, il pourra le leur raconter. C’est touchant, mine de rien, de les faire vivre à travers lui. Du coup, elle se sentait un peu nulle de l’écouter sans son autorisation, comme un vulgaire voyeur.

Baissant les yeux, elle regarde la nourriture dans son sac et une idée lui vint en tête. Medyûsa sort de l’ombre pour se dévoiler à Hideto, elle n’aimait pas espionner des gens pour un rien. Elle avance vers lui et lui adresse un léger sourire. « Salut, Hideto-kun. » Dit-elle à l’homme. « Je vois que tu profites de cette nuit assez chaude pour observer ce ciel étoilé, qui est magnifique. » Fit-elle en se rapprochant de lui. « Cela ne te dérange pas si je m’assois à côté de toi et qu’on mange ses sandwichs à deux ? Je dois t’avouer que j’ai passé une longue journée et te voyant là, je me suis dit qu’on pourrait apprendre à mieux se connaître, qu’en dis-tu ? Après tout, on va bosser ensemble et autant devenir amis. Je dois t’avouer que j’ai peu d’amis à Urahi à cause de mon ancienne appartenance à Kumo. » Dit-elle à ce jeune homme avant de s’asseoir à ses côtés et lui adresser un doux sourire avant d’afficher un air un peu triste. « Ah…et…désolée, j’ai écouté ce que tu disais à haute voix et je ne voulais pas t’interrompre. En tout cas, si tu veux parler à quelqu’un, je suis là pour toi. Je sais ce que ça fait de perdre sa famille. » Finit-elle lui caressant les cheveux, comme si elle le patpatait.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hanae Hideto
Hanae Hideto

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Dim 23 Mai 2021 - 12:53
Hideto était étrangement très docile aux caresse de la jeune femme, ce dernier fermait les yeux et se laissait faire sans l'interrompre d'une quelconque manière.

Habituellement, le jeune homme n'avait pas spécialement le contact facile et ces mouvements de tendresse l'effrayait. Il ne souhaitait plus vivre ces attentions, les caresses, les paroles douces enfin toutes ces choses agréables afin de ne plus en ressentir la dépendance, maintenant qu'il avait appris à vivre avec le manque.

Cependant, cette fois aucun mouvement violent, aucune parade ce dernier se laissait faire.

Du moins, jusqu'au moment où un gros bâillement annonçant la fin de cet interlude, brisait le silence assourdissant de cette douce nuit.

Le jeune homme en profitait donc pour prendre la parole et répondre à son amie.

Bienvenue à la maison Medyusa, ne dit rien aux autres, après ils vont croire que nous avons une relation particulière.. Une tutrice et son élève ensemble, ça ferait jazzer.


Hideto laissait percevoir un rire silencieux au travers ses fines lèvres, sa cage thoracique qui se gonflait et dégonflait en rythme était l'indice le plus probant de ce rictus. Levant le bras se trouvant devant ses yeux, le jeune homme se retournait en direction de son interlocutrice afin de l'observer tout en reprenant.

En plus tu ramènes à manger, ça affirme encore plus ma position de chouchou, les autres vont forcément être jaloux.


D'un mouvement assez lent ce dernier se relevait afin de retirer sa veste qu'il déposa au sol, d'un mouvement de la main ce dernier invitait Medyusa à s'assoir dessus au lieu de rester dans l'herbe.

C'est tout de même plus cool d'avoir une nappe pour un pique-nique, tu ne crois pas ?


Disait-il d'un air mignon alors que ce dernier prenait place à son côté, lui laissant le choix de refuser ou nom son invitation. Cependant, ce dernier n'attendait pas sa réponse avant de reprendre ses paroles, il n'en voulait pas spécialement à son amie d'être venue à ce moment la et d'avoir entendu ce qu'il racontait.

Toutefois, cela nécessitait peut être une explication ?

Paraissant détendu, laissant son corps tomber dans l'herbe de tout son poids ce dernier reprit.

Ma famille comme tu t'en doutes est morte durant l'événement du Shito, comme beaucoup d'autres gens, parfois cela me fait plaisir de me dire qu'ils m'entendent quelque part où ils se trouvent.


Il marqua un léger temps de pause alors qu'une douce brise envahissait l'enclave.

Enfin, pour le moment ce n'est pas le plus important. Dit moi en plus sur toi ! Qu'est-ce que t'as fait toute la journée pour finir aussi tard ? Un rencard sympa avec Sendai Hanae ? Attention, c'est moi qui risque d'être jaloux maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11706-hideto-ca-rime-avec-pomelo-terminee#101937
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Dim 23 Mai 2021 - 15:51
Nuit étoilée


Sortie de l’hôpital, après une longue journée de boulot. Medyûsa avait décidé de retourner chez elle afin de se reposer. Cela dit, en chemin, elle décide d’acheter à manger, de simple sandwich en n’ayant pas le courage de faire la cuisine à cause de l’heure. Parfois, il faut savoir manger simple pour se concentrer sur autre chose. Voulant emprunter un raccourci, la blonde traverse une zone verdâtre, servant en général, de terrain d’entraînement aux soldats. Or, vu l’heure, il n’y avait personne pour s’entraîner. Du coup, la Yasei allait pouvoir traverser l’endroit sans être dérangé ou déranger un entraînement. Cela dit, il y avait quelqu’un qui semble admirer les étoiles, dans un coin de verdure. Difficile de ne pas le reconnaître que ce soit par sa voix ou son physique. Hanae Hideto, une nouvelle recrue de l’unité de Recherche. Elle n’a pas encore eu l’occasion de réellement lui parler et d’apprendre un peu plus à le connaître. Du coup, elle aimerait bien changer cela, entre eux. Ses paroles avaient touché la blonde, ils avaient perdu des proches, tout comme elle. Se rapprochant de lui, elle s’invitait à lui pour parler et se montrer douce et attentionnée ainsi qu’à l’écoute avec lui. Après avoir parlé, ce dernier lui souhaite la bienvenue à la maison, que devait-elle comprendre ? Vit-il à la rue ? En tout cas, il avait toujours le sens de l’humour et une certaine facilité à se familiariser avec les gens qui l’entourent. « Hum…Qu’ils jazzent alors ! Je suis là pour soutenir un ami qui semble avoir besoin de parler. Ce soir, on n’est pas des soldats de l’unité de recherche, on s’en fiche de la hiérarchie. Soyons nous-même. » Fit-elle avec le sourire.

En tout cas, il avait trouvé un moyen de rire et Medyûsa le suivit juste derrière en riant à ses côtés. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas rigolé avec quelqu’un, en dehors de son entourage habituel. Hideto se retourne dans sa direction afin de reprendre la parole. Affirmer sa position de chouchou en lui apportant à manger, dit-il, tandis que Med tient le sachet dans ses mains avec le sourire. « Eh ben, tu t’autoproclames chouchou de moi, c’est mignon. Et disons que c’était surtout pour bien manger ce soir, seule, qui sait. Cela dit, je suis généreuse, je t’invite à manger ici avec moi, mon chouchou. » Dit-elle avec humour à son protégé. « Et qu’ils soient jaloux alors, ça ne leur fera pas de mal. Cela dit, chouchou ou pas, je resterai stricte avec toi pour que tu ne prennes pas trop tes aises, mon cher Hideto-kun. » Fit-elle en sortant la langue pour faire une petite grimace amicale. La Hebi voit Hideto mettre sa veste sur le sol avant d’inviter la jeune femme à s’asseoir dessus, comme si il ne voulait pas qu’elle se salisse en restant sur l’herbe. L’écoutant avec son air mignon, difficile de refuser son offre. « Tu as tout à fait raison et quoi de mieux que de faire un pique-nique au clair de la lune avec un si beau ciel sombre et étoilé. » Répondit-elle en rougissant un peu. La jeune femme s’installe bien ainsi que leur repas et le voit se détendre en s’allongeant. Le regardant bien, elle sourit et en fait de même, s’allongeant à ses côtés, regardant à présent, ce ciel étoilé. Elle se met à l’écouter attentivement.

« Alors continue, peut-être qu’ils t’écoutent réellement et sont sans doute, fier de l’homme que tu es devenu. » Dit-elle baissant les yeux. Une pause dans leur prise de parole avant qu’Hideto reprenne la parole afin de préciser qu’il voulait en apprendre plus sur la jeune femme. Et savoir pourquoi elle est en ville à une heure si tardive en plaisantant disant qu’elle devait sortir d’un rencard avec Hanae. La blonde se met à rigoler face à ses propos. Elle se tourne vers lui, restant allongé avant de prendre la parole. « Malheureusement, je n’ai pas eu de rendez-vous galant avec ma future fiancée, tu n’as donc pas besoin d’être jaloux, mon mignon. Cela dit, je te trouve plutôt drôle et beau, je suis sûre que tu trouveras quelqu’un et ce jour-là, chéris là, dans notre existence en ce monde, notre vie peut être éphémère donc lorsque l’amour arrive, fait tout pour en profiter pleinement. » Dit-elle avec lui sourire avant de lui poker le front tel Itachi avec Sasuke. « Mise à part cela, j’ai trouvé toute la journée à l’hôpital et j’ai passé de longues heures pour aider une femme à accoucher d’un bébé. Ma vie à l’hôpital est le plus important pour moi lorsque je n’ai rien d’autre à faire. » Dit-elle avant de prendre un sandwich et le lui donner avant d’en prendre un pour elle. « Sinon, tu veux savoir quoi sur moi, Hideto-kun ? Pose-moi toutes les questions que tu veux, mais avant, réponds à la mienne. Tu vis où dans Urahi ? Genre, tu as un toit où vivre ? » Demande-t-elle avant de croquer un léger bout de son sandwich au poulet mayonnaise salade.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hanae Hideto
Hanae Hideto

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Dim 23 Mai 2021 - 22:30
Hideto rigolait à nouveau en écoutant les paroles de la jeune femme, cette dernière semblait avoir apprécié ses blagues concernant cette idylle interdite. Sa supérieur, ou plus communément son amie était sincèrement quelqu'un de bien, ce dernier n'en doutait pas. Déjà aux premiers abords il s'en était rendu compte et c'est sans doute pour cela qu'il était encore dans les rangs de l'unité de recherche et qu'il acceptait de le dire haut et fort à qui souhaitait l'entendre.

Elle n'était finalement pas aussi terrifiante qu'elle semblait le croire, bien au contraire cette dernière était plutôt mignonne dans ses mimiques et ses gestes.

Ce moment de bonheur était hors du temps, mais le combat contre morphée était toujours intense et comptait les secondes et les minutes passent.

Un nouveau bâillement du jeune garçon se noyant dans l'immensité de la nuit, trahissait le temps qui s'écoulait autour des deux amis.

Oh vous en faites pas Medyusa-sama, jamais je me permettrai de prendre mes aises à vos côtés lieutenante en chef de l'unité de rechercher du SAINT empire du Teikoku.


S'exprimait-il en rigolant.

Il y'avait énormément de choses auxquels répondre, cependant ce dernier semblait toujours choisir les sujets faciles, ceux qui détournent l'attention. Ce n'était pas une manœuvre, pas une réflexion, c'était innée, un instinct qui lui existait depuis qu'il était enfant.

Mais, sachez Medyusa-sama que maintenant que vous m'avez touché du bout de vos doigts et que vous m'avez fait la grimace la plus effrayante que j'ai pu voir depuis mes 21 ans de vie sur ce monde...


Hideto se permis un moment de pause, baillant une nouvelle fois avant de reprendre avec une voix douce où l'on pouvait ressentir les échos de la fatigue.

Je me sens bien plus proche de vous et il me sera difficile de vous craindre et vous vouvoyez devant nos collègues respectifs en plus vous avez dit que nous étions amis !


L'humour permettait au jeune homme d'exprimer plus de choses, c'était comme une clé vers son cœur qui dormait maintenant depuis des années dans une carapace hermétique. Il n'exprimait pas ses réels sentiment, du moins très rarement, ce dernier jouait plus souvent la comédie qu'il ne transparaissait la vérité.

Comme son ami Tawamure, Hideto portait un masque qu'il rendait visible aux yeux du monde pour couvrir ce qui se trouvait réellement derrière.

Son cœur.

Ce qui est dit est dit, maintenant c'est trop tard pour revenir en arrière !


Disait-il d'un air enfantin, avant de tendre sa main timidement vers la nourriture que son amie avait apportée. Il ne souhaitait pas faire transparaitre cet aspect de sa personnalité, ainsi son mouvement était un mélange bizarre entre une forte assurance dans l'exécution et la vitesse, mais une certaine hésitation du à la timidité de l'hôte de ces masques.

En prenant le sandwich ce dernier le déposait sur ses genoux avant de joindre ses mains et de faire une légère accolade.

Merci beaucoup pour le repas Yuyu san


Déballant avec délicatesse l'un de ces fameux sandwich, ce dernier croquait dedans timidement, mais rapidement cette timidité s'effaçait lorsqu'il exprima une forte satisfaction avec un gémissement de plaisir !

La bouche pleine, ce dernier profitait du ridicule de situation pour aborder les sujets plus importants.

En faich je chui décha amoureux je crois. Tu m'as chan dout enfendu arlé d'Ameko en v'nant


Ce dernier avalait ce qu'il machait, se rendant compte qu'il incarnait parfaitement le roi des malpolies en ayant énormément de miette sur lui qu'il essuyait d'un révère de la main.

En tout cas Medyusa, tu es quelqu'un de bien et pas besoin d'être la personne la plus douée pour s'en rendre compte. Tu tiens vraiment ton rôle à cœur et dès nos premiers échanges j'ai su que tu étais une personne fiable en qui je pouvais avoir confiance.


Ce dernier s'essuyait la bouche avec le dos de sa main.

Sinon je ne serais pas à tes côtés aujourd'hui, je ne ferais tout simplement pas partis de l'unité de recherche tout simplement.


Il avait des millions de façon de s'en sortir de ces questions qui le dérangeaient habituellement, le jeune homme pouvait les compter tous en même temps afin de trouver le meilleur plan.

Cependant, ce soir il semblerait que son cœur souhaitait s'exprimer, du moins un minimum, ou tout simplement qu'il ne ressentait pas la peine de mentir ?

Personne ne savait réellement, lui-même n'en avait pas la réponse.

Etait-ce la fatigue ?

La confiance ?

Le plus important c'est qu'il allait lui répondre.

Certes, mais d'une façon à désarmer la situation, en reprenant une bouchée de ce fameux sandwich.

Chai la pluch granch maihon d'Uhahi ! Le pays fu feu en entier !.


Ce dernier bailla en même temps qu'il s'exprima ce qui eu pour effet de montrer tout le contenu de sa bouche à son amie, avant qu'il ne fasse tout tomber sur ses vêtements par inadvertance ou bien par fatigue ?

Ou était-ce de la comédie ?

Un cocktail dynamique des trois n'était pas exclure.

Ma maison est au Shitô, elle n'a pas spécialement survécu au drame, mais c'est le seul endroit au monde où quand j'y retourne, je ressens cette sensation « d'être enfin à la maison ».


Il mimait des guillemets en prononçant cette phrase.

Il n'en reste plus grand-chose, des ruines, des décombres, mais mon lit y est encore et quelques pièces plus ou moins importantes récolté durant mon périple dans les terres désolées des ruines et d'autres objets appartenant à ma famille tout simplement.


Il enchainait en souriant.

Je suis un des nombreux orphelins comme d'autres survivant du Shitô, nous hantons les rues du linceul de nos proches en cherchant une destination, un but, une raison pour avoir survécu tout simplement.


Ce dernier fermait les yeux tout en humidifiant sa bouche légèrement.

Au moins l'avantage, c'est que je n'ai plus le moindre ménage à faire et cela depuis au moins 3 ans et ça c'est cool, plus de corvée plus de problèmes !


Il passait lentement sa main à l'endroit où cette dernière l'avait toucher avant de reprendre sur un tout autre registre.

Maintenant que j'ai répondu et que tu as eu tes informations, c'est à ton tour ! Dit moi en plus sur toi, qu'est ce qui t'as conduis aussi loin de chez toi ? Pourquoi tu sembles souvent aussi triste ? Tu souhaites paraitre forte aux yeux des autres, mais nous nous reconnaissons, nous savons au premier regard ceux qui ont vécu des choses et ceux qui n'en ont pas. J'aimerai savoir ce que tu caches.


Hideto pouvait paraitre direct, une personnalité plus forte et affirmée qu'il ne montrait pas aux premiers abords.

Il n'était peut être plus un enfant, était-ce encore un masque ou un entre vue de son cœur, de ce qu'il était devenu ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11706-hideto-ca-rime-avec-pomelo-terminee#101937
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Lun 24 Mai 2021 - 13:08
Nuit étoilée


Le temps passe sans s’en rendre compte quand on discute et qu’il y a une bonne ambiance. Medyûsa était en compagnie d'Hideto, quelqu’un qu’elle connaissait peu et pourtant, elle commençait à l’apprécier. La Fukutaishô le trouvait plutôt drôle et il arrivait à faire rire la Yasei. La femme est tombée sur une perle rare et elle souhaite le considérer comme un ami. Déjà, rien qu’au recrutement, il avait déjà fait bonne impression et cela avait donné envie à la blonde de le recruter, en plus de lui laisser la chance de briller. Il en allait de même pour mieux le connaître. En tout cas, elle rigolait bien avec lui et sur le moment, elle se laissait aller, libre de ses paroles et mouvements. Cela faisait longtemps qu’elle se n’était pas aussi bien détendue avec quelqu’un d’autre qu’Hanae et Ayuu. Yahiko, elle s’entendait bien avec lui, mais elle le voyait surtout dans son rôle d’Empereur et il était difficile d’être aussi décontracté après certains rapports de mission à donner. En tout cas, Med appréciait sa compagnie. Ses taquineries la faisaient rire, le trouvant adorable et sympathique, il est quelqu’un de bien et avec qui, elle avait bien envie de bosser. « Je te trouve vraiment drôle et disons que je ne suis pas experte en grimace, mais bon ta réaction m’a plu. » Ricane-t-elle. Avant de l’écouter à nouveau et le patpater à nouveau. « Alors sois, nous sommes amis alors tu peux me tutoyer tant qu’il y a du respect et du sérieux, Hideto-san. » Dit-elle avec un tendre sourire.

Maintenant, il était temps de goûter aux sandwichs qu’elle avait apportés. De base, c’était pour elle dans la soirée pour se nourrir et peut-être Hanae, mais bon, elle ne pouvait pas laisser Hideto ainsi. Du coup, elle va passer sa soirée à ses côtés, profitant de cette nuit étoilée et d’être à l’extérieur. En tant que Yasei, elle n’avait pas peur de manger dehors ou d’y dormir, surtout vis-à-vis de son passé. Ce dernier la remercie pour le repas et lui donne un surnom qui surprend Med. La blonde répondit à ses questions et par la même occasion, elle lui donnait un conseil sur l’amour. D’ailleurs, ce n’était pas son point fort ni ses habitudes d’en donner un. Cela la surprend d’en faire part, mais soit, ce n’était pas un mal si ça pouvait l’aider. Le voilà en train de parler la bouche pleine et la blonde soupire. « Oui, mais avale avant de parler pour que je comprenne mieux…mais cette Ameko, je veux dire…vu que tu parlais seul et en direction du ciel...ça veut dire qu’elle n’est plus de ce monde ? » Demande-t-elle en essayant de ne pas être trop maladroite. En tout cas, en le regardant bien, il avait l’air d’avoir du mal à manger sans se mettre des miettes de pain. Cela dit, si la baguette s’effrite facilement, il n’y pouvait rien. On dirait presque un enfant. Or, pour revenir à la discussion de base, il voulait connaître un peu plus la Yasei. Avant cela, la blonde voulut savoir où il vivait précisément, car elle avait compris quelque chose d’inquiétant sur son habitat.

Or, ce dernier se met à complimenter la Yasei, c’est la première fois qu’on lui fait autant de compliment en dehors de ses proches habituelles. La blonde se met à rougir et le regarde timidement, ne sachant pas quoi dire. Elle lui affiche un petit sourire timide et elle se met à tortillonner une mèche de cheveux. « Ah…euh…merci beaucoup. Ça me touche beaucoup ce que tu me dis, Hideto. Tu es quelqu’un de gentil et que j’apprécie déjà en si peu de temps. Tu sembles être quelqu’un de fiable et ça me plaît beaucoup, sache-le. J’ai confiance en toi et merci de m’accorder le tien, je t’adore déjà. » Dit-elle lui patpatant à nouveau le haut du crâne. Ce dernier se met à parler de Shito et de sa condition de vie qu’il semble avoir choisie de lui-même. Rien qu’en l’écoutant, c’était triste et ça faisait mal au cœur de la blonde. Vivre dans de telles conditions et il ne semblait pas être le seul, en plus. Il fallait faire quelque chose et qu’il ait un toit où vivre, que ce soit à Urahi ou à Shito, de même pour les autres orphelins. Reconstruire Shito ? Pourquoi pas, à voir avec Yahiko. « Je vois…c’est beau ta façon de penser et triste à la fois. Saches qu’ici, tu peux dormir à l’unité de recherche, il y a des dortoirs ou dans mon bureau si tu veux, j’ai une pièce avec un lit. Saches que je trouverai quelque chose pour vous aider, à Shito pour vivre mieux. Ce n’est pas normal en deux ou trois ans que rien n’a été fait pour vous. Ainsi, tu pourras y vivre dans de meilleures conditions, mais je suppose que je vais avoir besoin d’aide, si ça se fait. » Dit-elle avant de le prendre dans ses bras, le câliner et dire que si un passant passe, il se poserait bien des questions, étant donné qu’ils sont allongés. Or, l’histoire d’Hideto l’avait touché. Le relâchant, elle attendait que ce dernier pose des questions pour qu’elle y réponde vu qu’il voulait mieux la connaître.

Hideto se met à poser des questions à la Yasei, mais apparemment, il semble avoir cerné la blonde. En même temps, il a également connu un certain traumatisme dans sa vie avec la perte de proche, tout comme Medyûsa. Regardant le ciel, elle se met à lui répondre. « Ce n’est pas un sujet facile à raconter. Je suis native de Mizu no kuni où j’y ai vécu une grande partie avec mes parents et ma sœur jumelle. Enfant, j’étais…disons…sauvages en me laissant emporter par ma nature bestiale, mon côté Yasei. J’ai commis des vols et des meurtres, ce qui nous a valu de fuir tout le temps. Mon père et ma mère ont essayé de m’apprendre à me maîtriser, tout comme ma jumelle qui m’aidait. J’étais sauvage…une incapable qui un jour, j’ai commis une erreur et là, des civils ont payé des mercenaires pour nous chasser. Mes parents sont morts devant mes yeux avant de fuir avec Mizuchi, ma sœur. Malheureusement, on a été séparé et j’ai été blessé par une arme. C’est un vieux marchant qui m’a retrouvé, presque à moitié mort. Il m’a sauvé la vie alors qu’il ne me connaissait pas. » Dit-elle en soupirant, larmes aux yeux, car peu importe les années qui passent, ça l’a toujours marqué. « Il m’a soigné et tenté de m’aider…on a pris un navire jusqu’à Kaminari no kuni, on a voyagé un peu jusqu’à Kumo avant qu’il décède de vieillesse, me laissant seule. J’ai tenté de vivre en milieu sauvage comme à Mizu, mais je mangeais peu et je ne me lavais pas…c’est un couple de scientifiques et marchand qui m’a recueilli et emmené à Kumo pour que je me fasse soigner. J’ai passé une année à l’hôpital et aussi dans l’aile psychiatrie pour m’aider à vivre en société. Entre-temps, j’ai été adopté par ce fameux couple, les Kiriyama et je les ai aimés…encore aujourd’hui, je les aime. J’ai une petite sœur qui vit à Kumo et qui est Ninja aujourd’hui et Chunin d’ailleurs. Il me manque beaucoup. » Dit-elle, posant ses mains sur sa poitrine, au milieu.

« J’ai rejoint Urahi, car Hanae a rejoint l’Empire et…je ne voulais pas être séparé de celle dont je suis énormément amoureuse, même si j’ai eu le cœur brisé de quitter Kumo en disant que je ne reverrai plus mes parents adoptifs et ma petite sœur. Un choix douloureux, mais que je ne regrette pas. Et un jour, je retournerai à Mizu no Kuni pour retrouver Mizuchi, ma jumelle et aussi, pour prier à l’endroit où mes parents sont morts pour m’excuser. » Dit-elle avant de regarder Hideto. « Tu connais mon histoire et ce qui me rend si triste…mais grâce à Hanae et à mes proches, je me sens moins triste de jour en jour, mais il faut juste accepter notre passé pour aller de l’avant, non ? Du moins, j’ai besoin de me libérer de mes souffrances en allant à Mizu avant de penser mariage et bébé. » Dit-elle en soupirant.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hanae Hideto
Hanae Hideto

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Lun 24 Mai 2021 - 15:42
Okay pas de souci, nous irons à Mizu !


Hideto maintenant debout ses genoux contre lui venait de répondre sans même attendre à son amie, les joues rosées par les attentions de cette dernière et les divers gestes affectueux ce dernier paraissait plus timide. Enfin, simplement en apparence, car avec l'affirmation qu'il venait d'avoir le jeune homme prouvait une nouvelle fois qu'il faisait preuve d'une audace et d'une ambition sans nom. Il n'en savait pas beaucoup plus son interlocutrice, elle aurait pu mentir sur toute la ligne ou bien quelques détails, cependant ce n'était pas le cas. Il en était intiment convaincu, comme il l'avait spéculé un peu plus tôt les gens ayant vécus le malheur, la détresse, tout simplement ayant été au bord du gouffre savent se reconnaitre entre eux.

Il observait l'horizon, puis une idée lui revint en tête.

D'un mouvement rapide, ce dernier se retournait en direction de sa supérieur afin de lui tendre le petit doigt et au passage lui saisir le sien, entremêlant les deux.

C'est une promesse du petit doigt, avec ce geste nous avons scellés notre pacte et nous irons forcément à Mizu !


Lorsqu'il était plus jeune c'était une façon de sceller les promesses, d'assurer que les choses arriveront bien, une protection supplémentaire pour apaiser les doutes, parfois les cœurs et les souffrances. Le jeune homme se souvient encore de cette promesse du petit doigt, ayant promis à son amie de revenir la voir lorsqu'il en avait l'occasion.

Qu'il reviendrait la voir, peu importe les efforts et ce que ça demandait.

Qu'un jour ils seront à nouveau tous les deux, non pas sous le même ciel, ni même dans la même ville, mais bien sous le même toit partageant la même air.

La même vie.

D'autres promesses pouvaient être plus amusantes, ce qui provoqua un léger sourire au jeune homme ayant promis à son ami Tawamure qu'ils iraient voir tous les deux si l'empereur était réellement un dragon comme dans les histoires quand ils étaient enfant.

Ce n'était sans doute pas le cas, mais le doute était tout de même permis !

Reprenant d'un air calme, tout en se détendant à nouveau laissant son corps s'abattre dans l'herbe.

Nous avons tous fait des choix et des erreurs dans notre vie, certains ont des circonstances atténuantes, d'autres pas. Cependant le plus important c'est d'apprendre à vivre avec et de se servir de notre passé pour encore mieux avancer et offrir aux autres l'aide que nous n'avons pas eu, une chance que cela n'arrive plus jamais.


En se retournant vers son amie, Hideto lui fit un clin d'œil avant de reprendre en rigolant.

En tout cas, en attendant ce jour où nous irons à Mizu, je te confie ma technique secrète ! Trouve un petit coin tranquille où tu te sens à l'aise et vide ton cœur comme s'ils pouvaient t'entendre, je suis persuadé que les mots résonnent dans la nuit et qu'elle porte nos paroles là où se trouvent nos défunts !


Il marqua une petite pause avant de lui faire un signe avec le pouce.

Au pire, même si ce n'est pas le cas, je suis persuadé que cela soulagera dans ton cœur et tu te sentiras plus légère après l'avoir fait !

Parole d'expert !


Déposant lentement ses mains sur les joues de son amie, Hideto essuyait de ses pouces les larmes qui tentaient de s'enfuir de ses yeux débordant de tristesse.

Avant de reprendre d'une voix douce.

Ne t'en fais pas Yuyu, tu es devenue une bonne personne et j'en suis persuadé tu le resteras pour le reste de ta vie, au moins jusqu'à que t'ai un enfant ! Les mamans deviennent exécrables, elles crient pour rien et nous demandent toujours un tas de choses ! Vus ton caractère actuel, tu seras une maman très chiante sache !


Hideto rigolait assez fort à ses propres bêtises, arborant une apparence assez insouciante voir même innocente à tous les évènements qui entouraient les deux camarades. La réalité était toute autres, ce dernier n'avait pas choisi ses mots au hasard et le déroulement de cette fin de conversation était un script qu'il relisait sans cesse dans sa tête.

Il était heureux de pouvoir partager ces moments avec son amie, mais rapidement le sujet concernant Ameko revenant encore sur la table. Entendre son prénom d'une bouche autre que la sienne lui avait fait réellement peur, bloquant immédiatement l'accès à la réalité de ce qu'il était.

Même s'il le savait au fond de son âme, Hideto n'avait pas encore le cœur de net concernant la mort de son amie.

Il ne voulait pas l'entendre.

Il souhaitait faire comme si tout cela n'existait pas.

C'est pourquoi ce n'est dernier n'est pas revenu sur cette conversation, qu'il avait tout fais pour oublier, passant subtilement et rapidement à autres choses ne laissant apparaitre aucun signe sur son visage.

L'art du comédien, l'art du kabuki.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11706-hideto-ca-rime-avec-pomelo-terminee#101937
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard Empty
Mar 25 Mai 2021 - 11:56
Nuit étoilée


Sa phrase surprend la blonde, il était si spontané et direct, il n’a pas cherché à aller par mille chemins pour exprimer son désir d’aller à Mizu avec elle. Apparemment, l’histoire de la fukutaishô semble l’avoir touché, au point de lui dire qu’ils iraient là-bas. Un sourire s’affiche sur le visage de la femme, tandis que des larmes coulent sur ses joues, lorsqu’elle se redresse un peu, le haut du corps. « C’est vrai ? » Demande-t-elle. Il semble calme et il semble réfléchir à quelque chose, tandis qu’elle le regarde d’un air curieux et cherchant son regard. D’un coup, d’un mouvement rapide, il se tourne vers elle. Apparemment, il avait quelque chose derrière la tête. Med n’avait rien à craindre de lui et ça ne pouvait être que quelque chose de bien, ce qui allait faire ou dire. Il montre son petit doigt en le tendant vers elle avant d’attraper la main droite de la Yasei. Ainsi, ils entremêlent leur auriculaire, cela surprend Medyûsa qui rougit un peu, tout en cherchant à comprendre ce qui ça pouvait bien signifier comme geste. D’après ses dires, c’est la promesse du petit doigt, une coutume qui signe qu’ils ont scellé un pacte entre eux pour diverses choses. Concernant Med et Hideto, c’était celle d’aller à Mizu, ensemble, peu importe ce qui peut bien se passer. La blonde a déjà entendu parler de cela, lorsqu’elle était à Kumo, mais elle n’a jamais fait une telle chose par le passé. C’était étrange, mais agréable à la fois d’avoir ce type de promesse avec une personne qu’on apprécie.

« Tu es le premier avec qui je fais ce genre de promesse, Hideto. Je ferai tout pour tenir cette promesse, je te le promets. » Dit-elle avec le sourire. Après avoir été plongé dans ses songes, Hideto semble repartir pour s’allonger à nouveau sur l’herbe. La Yasei le regarde, toujours avec un air triste, un peu larmoyant, ayant du mal à se défaire de sa souffrance, après avoir raconté son histoire. Cela dit, elle tente de reprendre un peu des forces psychiques pour garder le moral et de continuer à manger son sandwich, arrivant à la fin de ce dernier. Son ami prend la parole à son tour, des paroles remplies de sagesse dont elle ne s’attendait pas venant de lui. Mine de rien, il semble être quelqu’un de mature et de bons conseils. Apprendre de ses erreurs afin d’avancer dans le futur pour ne plus les reproduire. Il est vrai que peu importe notre style de vie, on commet toujours des erreurs qui nous permettent dans un avenir, de prendre du recul et de ne plus les reproduire si on est capable de se remettre en question. « Tu as raison…c’est comme ça qu’on grandit chaque jour. » Dit-elle d’une petite voix un peu triste, repensant à son passé. Cela dit, il se tourne vers elle en faisant un clin d’œil et lui donnant un conseil pour se sentir mieux et se libérer l’esprit de temps en temps. En gros, il fallait faire comme lui et peut-être que sa voix sera assez portante jusqu’à l’au-delà où ses proches pour entendre sa voix. Et si ce n’est pas possible, au moins, elle se sentira un peu plus légère. Durant sa prise de parole, il vient avec son pouce, nettoyer les joues de la Yasei. Un geste affectueux, lui rappelant celui de sa mère et de sa jumelle dans le passé. Cela la fit un peu rougir et sourire.

« Merci de tes conseils, Hideto-nii. Je penserai à le faire de temps en temps pour me sentir moins triste. » Dit-elle avec un léger sourire avant de l’écouter, reprendre la parole. Il se met à la complimenter, à dire des jolies choses sur la blonde. Cela la surprend beaucoup, elle n’était pas habituée à de tels propos affectueux de quelqu’un, en dehors d’Hanae. Cela dit, elle aime son humour sur l’humeur des mamans et cela la fait rire un peu. En espérant lui donner tort, le jour où elle aura un enfant. En tout cas, elle passe un agréable moment malgré le récit de leur passé où ils ont pu apprendre à se connaître. « Je te ferai mentir, Hideto ! Je serais une maman agréable et avec un bon caractère, hé hé ! » Elle saute sur lui et l’attaque de chatouilles. Cette dernière avait remarqué que le jeune homme avait ignoré la question sur Ameko, sans doute un sujet tabou ou sensible. En tout cas, elle n’allait pas le forcer à en parler s'il ne le voulait pas et ne voulant point le perdre en se montrant chiante à le harceler sur ce sujet. Elle sourit, contente d’être à ses côtés et mine de rien, leur relation est plaisante, amicale et sans ambigüité. Ça avait directement collé entre eux et c’était la première fois qu’elle était aussi proche d’un garçon, ce n’était pas si mal en soi d’avoir un ami comme lui. La blonde se laisse tomber sur le côté, après l’avoir taquiné un peu et regarde le ciel. « Merci pour tout… C’est la première fois que je me sens aussi bien et d’être un peu à l’aise. Tu sais que tu es le premier garçon avec qui je suis très à l’aise. Tu es mon ami, mon confident, à présent ! Et saches que dans ton cas, tu peux tout me dire, si tu as besoin de parler de quelque chose, peu importe la raison, je serais toujours là pour toi. » Dit-elle avant de tourner sa tête vers lui. D’ailleurs, elle avait envie de le taquiner. « D’ailleurs, tu as un an de plus que moi… Je devrais t’appeler Oniisan, Aniki ou Oniichan ? Mon grand frère ! Le but de la petite sœur est d’embêter l’aîné, j’espère que tu es prêt à souffrir ! » Finit-elle en ricanant.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201

Enclave hors du temps // Medyusa Serpentard

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]
» [Mission B] Une bonne terreur, de temps en temps, vous remet les idées en perspective
» À bout de nerfs [Ft. Medyûsa]
» Hors d'ici, fripon ! (pv YASEI KROWRU)
» Un temps pour la colère, un temps pour le calme. [ETSUKO]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: