Soutenez le forum !
1234
Partagez

Interlude musicale [PV Toutenkhamon]

Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Dim 30 Mai 2021 - 0:02
Spoiler:
 
La Forêt Interdite portait particulièrement bien son nom. En effet, à l'entrée de celle-ci, délimitée par un grillage rouillé par endroit, on pouvait lire un écriteau "Forêt Interdite". Et puis le symbôle d'un crâne avec deux os croisés en-dessous. Déjà, c'était anatomiquement incorrect de mettre deux tibias en-dessous d'un crâne. Pour rester cohérent, il eûsse fallut au moins des épaules, une cage thoracique, le bassin et le haut des jambes avant que l'apparition des tibias fasse un tantinet de sens au pharmacien. Après un sifflement de dégoût devant la bétise rampante du monde qui l'entourait, il se retourna et s'adressa à son compagnon de route.

Je pense qu'on y est Yanosa-san !

Il déposa un instant ses bagages au sol afin de souffler. Il n'avait encore pas la meilleure des endurance, même s'il avait constaté une nette amélioration dans ses capacités physiques depuis l'opération. Il pouvait marcher sans câne ! Mais il la gardait, bien sûr. Dans son sac, beaucoup d'objets pour camper dans une forêt super dangereuse, comme une tente, des casseroles, de la nourriture, de l'eau de vie, et de l'eau moins vivante, des médicaments, et une tonne d'antipoison. Parce que oui, certaines histoires qu'il avait entendu sur ce lieu faisait état de certains risques d'empoisonnement.

La momie qui le suivait n'était pas d'origine antique - c'était bel et bien le Calciné sous un amas de bandages. Il semblait être blessé de manière permanente, le pauvre. L'Homme avait proposé son aide à Kisuke, bien gracieusement, pour contacter les Elapidaes supérieures, et inscrire son nom aux registres des utilisateurs consacrés aux sacrés Ophidiens.

Kisuke avait désormais du chakra. Depuis leur discussion en la matière, il avait retrouvé quelques capacités de taijutsu et de sensorialité. Il avait également vaguement appris quelques fuins, mais doutait de leur efficacités dans un premier temps. Trop de choses à apprendre. La proposition du guerrier de Gaia fut salvatrice, en ce sens. Kisuke ne devait pas trop se fier à ses faiblesses chakratiques, si son coach en bagarre était à ses côtés.

Sortant un mouchoir, il s'épongea le front. L'effort physique était quand même conséquent, et il ne voulait pas amocher son beau bob tout fringant de tâches blancheâtres.

Y'a-t-il une entrée ? Ou alors, on en fait une ?

Où est-ce qu'il avait rangé sa pince coupante, encore ? Cela devait être entre le matelas et la bouilloire, sans doute...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Dim 30 Mai 2021 - 22:33
Le bougre avait réussi, et dans des délais exceptionnellement cours par dessus le marché. Si le guerrier de pierre, tout le long de leur périple jusqu’au nord du Pays de la Terre, ne l’avait pas laissé paraître une seule fois, il n’en demeurait pas moins impressionné par la résilience et la détermination du quadragénaire, qui opérait à présent un retour actif à la vie de shinobi et réapprenait à son corps les rudiments de ce qui faisait un véritable soldat aguerri. Kisuke, sitôt que l’opération sur ses tenketsus avait été un succès, avait tenu à faire tenir sa promesse à l’Oterashi, qui fut bien obligé d’investir son maigre temps libre dans l’accompagnement du Hyûga jusqu’à la Forêt Interdite où se conjuguaient la réalité des Hommes et celle des grands reptiles. Les deux hommes, d’ailleurs, n’avait pas fait le voyage tout seuls : dans leur ombre en effet, un agent du Manazuru leur avait emboîté le pas depuis Iwa. Une agente, pour être précis, pour qui le mot professionnalisme devait représenter une forme de religion au vue de son absence totale de conversation tout au long du voyage. Elle était à son crédit restée totalement concentrée sur sa tâche, qui consistait en l’occurrence, officiellement, à assurer les arrières du duo et à leur apporter un soutien sensoriel qualitatif.

Dans les faits, le guerrier de pierre ayant eu connaissance de la personne qui avait missionné la jeune femme, celui-ci ne pouvait s’enlever de la tête que la personne en question avait craint un quelconque débordement de sa part. Et pour ce potentiel élan paranoïaque, il était finalement redevable. Redevable, car il témoignait d’un zèle, d’une application et d’une rigueur dont Iwa avait bien besoin. Toujours était-il qu’une fois le trio parvenu à la lisière de bois imposants et insondables, Kisuke et Yanosa en tête, le premier assuma d’emblée qu’ils étaient arrivés à bon port. Ce que le Tellurique, l’air passablement impatient, fut bien obligé de corriger.

« … Kisuke, cette pancarte… Elle veut simplement dire que le propriétaire de ce lopin de terre ne veut de personne dans sa forêt. Rien de plus... »

Le Chûnin observa les alentours, tâchant de se repérer par rapport à son premier voyage dans les environs il y avait de ça quelques mois. Pour aller au plus vite, le trio avait emprunté une voie de traverse entre deux cols, qui avait certes eu le bénéfice de leur faire économiser une demi-journée entière de trek montagneux, mais qui les avait mené à un point plus excentré du village que l’Oterashi avait visité à son arrivée lorsque lui-même avait entrepris ce périple.

« … Par là. » finit-il par dire en pointant du menton en direction du nord-est.

D’un bref coup d’oeil en arrière, il s’assura que la kunoichi, dont il n’avait réussi à obtenir que le prénom, ait bien capté l’information, puis il s’élança de plus belle en s’éloignant du grillage, s’enfonçant. Hirumi. La jeune femme, qui avait de longs cheveux pâles aux reflets bleutés tenus en respect par un chignon strict et appliqué, ne prit pas la peine de hocher la tête et continua à se murer dans son mutisme, fermant la marche comme à son habitude. Cela allait très bien au guerrier calciné, qui préférait l’efficacité à la parlotte inutile.

« La véritable Forêt Interdite n’est indiquée sur aucune carte, et est encore moins clôturée. Seuls les habitants d’un petit village, un peu plus au sud-est, peuvent vraiment se targuer de vivre à côté et d’avoir des « liens » avec le peuple de la forêt. Des gens ordinaires, attachés à leurs terres. Ce peuple de la forêt, en revanche… Ils entretiennent une connexion particulière avec les « Dragons », et ça ne m’étonnerait pas que leurs traditions et leur folklore remontent à plus de deux-cent ans.

Ce sont eux que nous devront trouver en premier lieu. Ils ont perdu les bonnes grâces des grands serpents, mais ils vivent littéralement à la frontière de leur monde. De leur réalité. Si qui que ce soit peut nous rencarder sur un bon client qui pourrait accepter de signer un pacte d’invocation avec toi, ce sont eux.
 »

Fusant à vive allure à travers la végétation toujours plus épaisse, luxuriante et inquiétante,
la tête de leur formation linéaire qu’était Yanosa finit par stopper le mouvement après une dernière pointe de vitesse, observant à nouveau les reliefs autours de lui et propageant ses sens dans le sol meuble.

« ...Hmm… Oui… Ça y est, nous y sommes. Voilà… la véritable Forêt Interdite. »

Et pour cause, les troncs millénaires et immenses qui trônaient en ces lieux n’avaient plus rien à voir avec ceux qu’ils avaient pu croiser jusque là. C’était comme si toute la végétation au-delà de la forêt n’avait été que le rejeton immature de leur grandeur sans âge, et la densité et l’obscurité qui régnaient même en plein jour dans ces forêts n’avaient certainement rien à envier à celles qui pouvaient se trouver à Hayashi.

« … Des questions avant d’y aller ? »

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Lun 31 Mai 2021 - 22:09
Kisuke se frappa la tête d'une exclamation.

Suis-je bête ! Bien sûr que ce n'est pas celle-là. Hahahaha !

Le guerrier tellurique semblait chercher son chemin, alors le nouveau genin en profita pour reprendre son souffle. Après tout, cela faisait un certain temps déjà qu'ils étaient en expédition et ses réserves n'étaient pas encore celles qu'elles étaient autrefois. Il avait beau être resté fit, il n'en restait pas moins encore en revalidation théoriquement.

Bien noté. Dragons, et des autochtones qui les cotoient depuis longtemps. Je me demande comment ils ont survécut toutes ces années à proximité de ces êtres, surtout si certains sont aussi égotique que ta propre invocation. Mais je suppose qu'avec de la diplomatie et des tractations on peut arriver à tout. Allons-y.

Il reprit son lourd bagage sur son dos et se remit en route, non sans jeter de temps en temps un regard à leur accompagnatrice, plus muette qu'une carpe en tartare. D'un autre côté, sa discrétion était sympathique, et elle le laissait profiter de l'expédition avec Yanosa-san, d'un autre côté... et bien c'était un peu antipathique quand même. Enfin, Kisuke reprit sa câne et essaya de suivre le rythme effréné du Guerrier tellurique. Ce n'était pas facile - il ne savait tout simplement pas se retenir de piquer des sprints là où Kisuke, bien que métamorphosé en shinobi, était encore à ses débuts de déplacements rapide.

Heureusement, il avait appris comment faire cela et arriva tant bien que mal à garder la trace de son mentor. Visiblement, l'environnement commençait à changer. Des arbres de plus en plus grands, de plus en plus vénérables et impressionnants faisaient leur apparition. Inspiré, Kisuke décida d'utiliser sa nouvelle vision pour voir tout cela avec son Byakugan. Le spectacle était tout simplement magnifique et magique. Toutes cette forêt semblait comme enchanté d'un chakra mouveant, en perpétuelle danse, et avec une multitude incroyable, presque éblouissante.

Il y avait ici une présence incroyable. Entre les deux mondes avait-il dit ? Oui, Kisuke ne pouvait que le croire.

Hmm... Tu savais que cette forêt avait une densité de chakra anormalement élevée ? Je la vois partout. L'air lui-même est presque aveuglant à mon Byakugan. Ce qui veut dire que je ne pourrais que très peu m'en servir malheureusement.

Kisuke les désactivèrent donc, histoire de conserver son chakra si précieux. Il murmura un aurevoir à cette belle vision, et se retrouva dans la pénombre de la sombre forêt aux côtés de ses compagnons et repris sa route, suivant le mentor et restant aux aguets pour des dangers sur la route. On l'avait prévenu que les "dragons" n'étaient pas les seuls dangers de cette forêt, bien loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Mar 1 Juin 2021 - 22:59
Sans le laissait paraître, le guerrier de pierre avait jeté un œil en arrière pour prendre la mesure de l’état physique du Hyûga tandis qu’ils s’étaient approchés de la lisière indéfinie de la Forêt Interdite. Pour lui qui avait toujours été habitué à voir et côtoyer ces combattants aux pupilles blanches en pleine possession de leurs moyens, il demeurait étrange de voir ainsi un membre de ce clan illustre, fusse-t-il de la branche secondaire, éprouver de telles difficultés. Sans parler du fait qu’il avait entretenu, pendant de longues et pénibles années depuis son arrivée à Rokkusu, une rivalité parfois malsaine avec les Hyûga, ces individus dotés par la nature d’un avantage considérable dans le domaine dans lequel il s’était spécialisé en premier, à savoir le corps-à-corps. Une merveille héréditaire, que Kisuke arbora d’ailleurs pendant quelques instants durant leur progression vers la véritable « entrée » de la forêt.

« … Ça ne m’étonne pas vraiment. La vie ici est… différente. J’ai traversé bon nombre de contrées sauvages par le passé, mais aucune n’a jamais dégagé cette… naturelle cruauté, autant que cette forêt. C’est une beauté qui ne se laisse pas simplement approcher… et qui ne loupera pas une occasion de t’engloutir. »

Un petit speech pas nécessairement très informatif en tant que tel, mais il était vrai que l’Oterashi n’était pas aisément impressionné par qui ou quoi que ce soit : que cette forêt lui ait fait forte impression, dès lors, pouvait revêtir de l’importance et aiderait sans doute le quadragénaire à ne pas sous-estimer les dangers qui pouvaient se terrer ici. Sans plus de cérémonie, le trio se remit à avancer vers le coeur de l’entrelacement végétal, qui ne laissait passer que de rares rayons lumineux au travers de son épaisse canopée en dépit de l’heure encore peu avancée. La première étape, songea Yanosa, serait de se rendre à nouveau au village des autochtones. Il ne pouvait pas être sûr qu’ils ne feraient pas de rencontres indésirables en cours de route, en dépit de ses talents conjugués à ceux d’Hirumi pour prévoir ce qui pouvait se passer autour d’eux, d’autant que toute rencontre ne s’avérerait pas nécessairement inutile dans ce genre d’endroit.

A plusieurs reprises, faisant travailler sa mémoire à plein régime, le guerrier sans visage fit marquer une pause au petit groupe, tâtant la terre au pied des plus grands arbres desquels faire le tour ressemblait à une véritable randonnée à part entière. Plus que le décor qui défilait sous leurs yeux, et qui avait amplement pu changer, être altéré par la venue de l’automne depuis sa première venue, le schéma des strates souterraines et les formes invisibles qui définissaient les fondations terrestres de cette région lui évoquaient bien plus de souvenirs et surtout, des souvenirs plus fiables. Lorsqu’il marqua pour la troisième fois un arrêt de la sorte, il balaya les environs du regard, fronçant les sourcils, comme empli de réflexions. Lorsque ses yeux toutefois se posèrent dans la direction de Kisuke, son air impassible se figea.

« …. »

D’un geste rapide et précis, le Tellurique releva alors sa main gauche, de laquelle fusa un projectile de roche pointu et tranchant qu’on aurait pu croire destiné directement au bob du Hyûga. Dans un craquement chitineux et un bref couinement, le scolopendre qui avait commencé à s’intéresser d’un peu trop prêt au vétéran en rémission trouva alors la mort, empalé sur l’arbre sur lequel il avait progressé discrètement. Un spécimen, jugea Yanosa, d’une taille assez extraordinaire, même pour les standards de cette forêt, et qui aurait certainement eu assez de venin dans ses mandibules pour tuer dix fois Kisuke.

« ...Phew… »

Il jeta un œil en diagonal vers Hirumi, postée en hauteur et en retrait. De là où elle se trouvait, aucune ligne de vue disponible pour voir venir la menace qui s’était rapprochée de Kisuke. Impossible donc de la blâmer pour son manque de réaction, même si l’Oterashi aurait bien été d’humeur pour une remontrance de principe, mais à en juger par l’expression sur son visage, déridé pour la première fois et affichant une profonde culpabilité, cela s’avérerait certainement superflu. Il appuya malgré tout son regard envers elle, neutre mais impitoyable, pour lui faire comprendre qu’elle ne devrait plus faillir de la sorte.

« … On est plus très loin, lança-t-il à Kisuke. Je te préviens tout de suite, ces gens… sont très superstitieux. Leur chaman a deux sous de jugeotte, heureusement, et sait où doit s’arrêter leur mysticisme à outrance, mais ne t’attend pas à trouver des âmes scientifiques avec qui converser là bas. »

Et ainsi, en laissant à peine le temps au quadragénaire de se remettre de ses éventuelles émotions, l’Oterashi força à nouveau le pas à travers l’écran végétal, confiant en sa capacité à retrouver le village des autochtones. Et pour cause, car à peine un peu plus d’une heure plus tard, le trio arrivait en vue de structures antiques qui se laissaient deviner au loin, de la pierre ancienne et robuste qui trouvait son origine dans une histoire depuis longtemps oubliée. Le village, déduisit Yanosa non sans satisfaction. Une satisfaction, cependant, qui s’envola rapidement. Il stoppa nette sa course avant de les faire pénétrer le périmètre extérieur du village, levant son poing fermé pour signifier à ses coéquipiers de faire de même. Quelque chose clochait.

« ...Hirumi, Kisuke… Soyez… extrêmement… vigilant… dans les arbres... »

Occupé à sonder attentivement tout ce qui pouvait se trouvait au niveau du sol, le guerrier tellurique n’avait en effet pas le loisir de percevoir ce qui pouvait se cacher dans les arbres gigantesques tout autours d’eux. Et se cachait, effectivement, quelque chose. Une chose qui, comme il l’avait pressenti, avait au mieux chassé, au pire dévoré tous les habitants du peuple de la forêt. Ce qu’un Byakugan activé, malheureusement, pourrait aisément confirmer en un instant...


Spoiler:
 

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Mer 2 Juin 2021 - 22:30
Yanosa était un guide incertain. Il semblait avoir des grandes lignes à suivre pour se retrouver dans ce terrain boisé, mais il ne le connaissait pas pour autant comme le revers de sa paume. Il faisait des pauses fréquentes - un don du ciel ! - pour retrouver la bonne orientation et Kisuke en profita souvent pour retrouver son souffle et son chakra.

Il y eut bien un moment étrange, où le belle éphèbe se tourna dans sa direction, et semblant pris d'une râge subit, leva sa main et lança un projectile dans sa direction. Une attaque trop rapide. Trop brusque. Kisuke ne put rien faire, et ce fut heureux - car c'était un énorme scolopendre qui était la cible de cet assaut.

C'était.

OOOh un bien beau spécimen. Je peux pas prendre ça en invocation ? Non ? Bon, je vais juste extraire... ceci... une petite seconde.

Ce n'était pas tous les jours que le vétéran avait une source de venin aussi exotique à sa disposion. Il prit le projectile de pierre et coupa rapidement là où il estimait trouver les glandes de poison, se basant sur l'anatomie du petit scolopendre, mais à la bonne échelle. Il eut de quoi remplir à la va-vite deux fioles. Il aurait sans doute put en tirer une troisième, mais cette expédition n'était pas à caractère scientifique, comme l'avait sous-entendu Yanosa-san. Il dut s'en contenter, tant pis pour le gâchi. Il était question de continuer l'expédition.

Et bientôt, son Byakugan révélait déjà ce que ses alliés ne pouvaient pas encore voir - à moins que leur accompagnatrice ait une technique de vision particulièrement développée, mais c'était l'apanage du doujutsu clanique. Les vestiges étaient énormes et anciens. Kisuke fit même l'hypothèse qu'ils avaient n'avait pas été construits de mains d'hommes, tellement leurs tailles étaient imposantes et techniquement difficile à faire dans un tel environnement. Ils étaient parcourut d'arbres et de lianes d'une beauté à couper le souffle.

Mais quelque chose clochait.

Déjà, la forêt était excessivement silencieuse. Le village aussi. Ca pue. Ensuite, aucun signe de chakra d'êtres humains dans le coin. Bon, Kisuke n'était pas encore très compétent avec son Byakugan donc cela pouvait être normal de les louper s'ils étaient tous rassemblé un peu plus loin. Mais n'en voir aucun ?

Il frissonna. D'ailleurs, son mentor semblait tirer les mêmes conclusions que lui, et il lui recommanda d'être vigilant... et de regarder dans les arbres. Et effectivement, en focalisant son regard dans cette direction-là, Kisuke put apercevoir un serpent arbicole, assez grand, terré dans un feuillage qui le dissimulait visuellement mais qui laissait passer son chakra.

D'un naturel pacifique, Kisuke se dit que c'était une excellente opportunité d'ouvrir un dialogue.

Bien, comment on disait encore ? Ah oui. Bonjour monsieur "le Dragon" ? Ca vous dirait de parlementer ?

Pour toute réponse diplomatique, un hissement se fit entendre dans toute la clairière, et le serpent se laissa choir de sa cachette dans un bruit fracassant. Kisuke avait vu qu'il était grand, mais celui-ci était carrément GEANT. Presque la même taille que l'invocation que Yanosa lui avait montré. Non, sans doute plus petit, mais a vrai dire... difficile de se concentrer quand le spécimen commençait à se diriger en toute hâte vers le Hyûga, ondulant de son corps serpentin à une vitesse tout simplement prodigieuse pour sa taille.

Moi et ma grande gu...

Kisuke courrait donc dans le village, une grande bête derrière lui. Il avait néanmoins trois avantages pour lui. Tout d'abord, son Byakugan. Même si la densité de chakra le rendait moins opérationnelle à distance, il lui donnait une vision presque globale tout autour de lui, et le serpent était suffisamment grand pour toujours dépasser de son angle mort. Et il pouvait aussi voir par où aller pour rester à couvert avec les habitations et éviter les impasses ou les ruines à la stabilité questionnable. Qui l'eut cru, mais cette technique était particulièrement efficace pour s'enfuir dans un dédale urbain envahit de végétation.

Go Byakugan, Go !

De deux, il semait derrière lui des makibishis. Alors, ce n'était pas l'outil le plus usité de l'arsenal shinobi. Néanmoins, aux yeux du vétéran, c'était une arme avec un potentiel de sappe énorme que ses collègues shinobis sous-estimaient énormément. Bon, après, sur un serpent géant ce n'était pas aussi efficace qu'un coup de sabre, mais cela enrageait particulièrement l'animal, qui ne faisait aucun effort pour les esquiver, tout en se blessant légèrement et de plus en plus. Par contre, à ce rythme, il pouvait courir encore quelques semaines avant de remporter le combat.

De trois... Il avait des alliés sur qui compter pour monter une puissante attaque décisive pendant qu'il servait d'appât ! Pas vrai ? Hin, les amis ? Vous êtes où ? Bon, il pivota d'un coup, parce que la gueule de l'animal s'approchait dangereusement de lui et de sa paume frappa pour envoyer une vague de chakra en direction de sa gorge. La frappe était une technique basique de l'école Jishin, mais Kisuke y avait mit sa petite modification, car de son autre main il composa un mudra pour faire exploser un sceau.

Un sceau qui avait été envoyé avec cette même vague de chakra dans la gueule de l'animal.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Jeu 3 Juin 2021 - 14:09
Comme il l’avait pressenti, Hirumi et Kisuke s’avérèrent mieux équipés que lui pour aisément repérer la source du problème, et celle-ci se trouva effectivement être camouflée entre les branchages hors normes qui formaient la canopée de l’immense et impitoyable forêt. L’Oterashi entendit d’abord le quadragénaire en plein stage de remise à niveau s’adresser à quelque chose, loin au-dessus de leur tête, et il ne fallut pas longtemps pour que tous, sans dépendre d’une quelconque capacité sensorielle, puisse avoir sous les yeux l’immensité du serpent géant qui venait de se laisser choir au beau milieu des ruines antiques qui avaient servi de village aux autochtones. D’un vert profond qui se mêlait astucieusement avec les feuillages environnants, le reptile arborait un air vicieux et définitivement peu enclin au dialogue, et le guerrier sans visage ne connaissait à présent que trop bien les ravages que pouvaient causer des créatures de cette taille. Initiant quelques pas sur le côté, ce fut avec un brin d’inquiétude que Yanosa vit Kisuke s’avancer sans précaution apparente… et ce qui devait arriver, arriva.

Le Tellurique se soustrait rapidement au sol en profitant du fait que le serpent semblait décidé à prendre le Hyûga en chasse. Une aubaine, selon ses critères, qui allait lui permettre de prendre une position idéale pour neutraliser la bête, mais il fut bien le seul à le voir ainsi. Car tandis qu’il prenait de la hauteur à travers les arbres millénaires à l’aide de bonds puissants et précis, il aperçut Hirumi foncer vers le village, vers Kisuke et le serpent qui le poursuivait avec acharnement. Il ne pourrait pas être sûr que la jeune kunoichi ne se trouve dans la zone lorsqu’il se lancerait à l’assaut du reptile géant : la précision, dès lors, serait de mise.

Suivant l’action en contrebas du regard, le Tellurique vit Kisuke redoubler d’ingéniosité et de résilience pour tenter d’échapper à la gueule béante du serpent, culminant en une utilisation novatrice de ce qu’il reconnut comme étant une paume du Hakke pour envoyer un parchemin explosif détoner contre la face de la créature. Celle-ci n’apprécia pas le traitement… mais n’en tira malheureusement que plus d’ire encore qu’auparavant, envoyant sa tête en arrière dans une posture qui annonçait sans détour une attaque éclair et sans espoir pour le vétéran au bob. Et alors qu’il s’apprêtait à empêcher l’irréparable de se produire, Yanosa aperçut Hirumi, dans l’angle mort du serpent. Ou du moins, ce qui aurait été un angle mort si les capacités sensorielles de sa cible n’avaient pas été celles d’un reptile légendaire. L’Oterashi voulut lui hurler d’avorter son initiative, mais il était déjà trop tard : alors qu’un puissant Raiton jaillissait de ses mains en envoyant une intense décharge se propager dans le corps de la créature, lui arrachant un long sifflement rauque, celle-ci parvenait malgré tout à animer sa large queue musculeuse, balayant la jeune femme prise en contre dans les airs. Son corps, frêle et menu, alla percuter le tronc d’un arbre, et le Chûnin jura entre ses dents. Kisuke était tout autant en mauvaise posture qu’avant, et leur soutien avait du plomb dans l’aile : c’était maintenant ou jamais.

La gueule béante du serpent géant s’ouvrit en grand, son cou amorcé comme on tendait la corde d’une arbalète, prêt à propulser ses rangées de dent droit sur le Hyûga pour le tailler en pièces et le digérer. Du ciel, cependant, tomba le salut : à une vitesse impressionnante, ce qui apparut comme un pieu géant empala les mâchoires supérieure et inférieure du grand reptile, lui clouant la gueule au sol dans la foulée dans un fracas énorme. Un pieu qui était en réalité Yanosa lui-même, son corps partiellement transformé en pierre aiguisée à présent enfoncé pour moitié dans la gueule de l’animal. Et de son bras, déjà, commençait à sortir une lance dirigée contre sa tête écailleuse.

« Un mouvement qui ne me plaît pas, un seul, et je t’embroche sur place.
- Kssssssssshhhss !
- Le peuple de la forêt… Où est-il. Tu les as tous dévorés… ?
- Kssshsshsssss… Je l’aurais fait… Ouiiiii, je l’aurais fait, mille fois, si j’en avais eu l’occasion…. Ssssshsss… ! Mais…. « il » les a prévenu.
- « il » ?
- Un proche cousin… Sssssshhsss… Mais.. la famille, chez nous autres… n’est pas vraiment synonyme de confiance…
- Un des tiens a voulu protéger le peuple de la forêt, alors… Et si tu es là… j’en déduis que tu n’as aucune idée d’où ils se trouvent.
- Non… Mais… je ne suis pas le mieux renseigné. Certainement que Yurlungur, lui, sssssaurait ! Mais tu ne le trouveras paaaas, petit, misérable humain…. Sssshshsssss !!
- … Vraiment… ? »

Yanosa réfléchit un instant, son corps traversant toujours la gueule du reptile de part en part. La situation allait requérir un petit coup de pouce de la part de son collègue à écailles, mais il ne pouvait pas ignorer certains éléments contextuels sous peine d’empirer la situation.

« … Kisuke. Ce « cousin » dont il parle. Il a l’air bien plus commode que ses congénères. Mais pour le retrouver… je vais devoir en appeler à Yurlungur, et tu sais à quel point il t’apprécie… Va vite auprès d’Hirumi. Remets la sur pied, et cachez-vous en retrait : c’est une spécialiste du camouflage, elle saura te rendre indécelable. Quand vous serez hors d’atteinte… J’appellerai mon collègue… et nous réglerons cette… situation.
… Tu… Toi, appeler… Yurlungur !? Ssssshhhssh !! Non… Tu ne peux pas, ce n’est…
- Tais-toi, ou j’écourte ton calvaire de façon définitive. »

Spoiler:
 

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Ven 4 Juin 2021 - 8:26
Evidemment, tel un chevalier blanc sur son fier destrier, Yanosa arriva et sauva la mise au genin en empalant la gueule du serpent d'un pieu de pierre savamment placé que n'aurait point renié un sephiroth des temps anciens. Et le pieu, c'était le guerrier Calciné en plus. Quel classe ! Il menaça le reptile d'un autre pieu du même style mais dans le crâne, ce à quoi il commençait à obtenir des réponse.

Sortant son éventail qu'il leva d'abord en l'air, en signe de victoire, Kisuke mit le pied sur le corps de l'énorme serpent et se permis de faire le pitre. Il rabattit l'accessoir venteux devant sa bouche.

Ha, on fait moins le malin maintenant ? Bwahahahaha

Rire à gorge déployée en se targant d'un adversaire vaincu, c'était un des petites plaisirs de la vie de shinobi. Et quand le serpent eux un soubresaut, il s'éloigna bien vite pour éviter de perdre une jambe ou un autre organe assez important du même style. Il laissa le Guerrier Tellurique parler fourchelangue avec l'animal géant. Etonnamment, il comprenait lui-même assez bien ce qu'il s'y racontait. Ce qui l'intéressa particulièrement ? Les villageois qui avaient été évacués par un de ses cousins. Enfin quelqu'un de sympathique dans la famille !

Obtenir des informations semblaient vitales à ce moment, et si Kisuke comprenait bien, Yanosa allait appeler sa propre invocation. Cela ne sentait pas le meilleur pour le pharmacien, mais cela pouvait être pire aussi. Mais d'ailleurs... Yanosa lui parlait de Hirumi, mais Kisuke ignorait même sa localisation ni même où elle était. Une mission pour sa pomme néanmoins, s'occuper de leur accompagnatrice qui s'était prit un méchant coup. Visiblement. Elle aurait peut-être du courir comme lui plutôt. Elle était au gouffre de l'inconcience, avec des plaies ouvertes pas jolies jolies.

Heureusement, Kisuke avait une besace avec diverses médications dedans. Il s'était particulièrement bien équipé avant cette expédition, et sa préparation commençait à montrer son efficacité. Enfin, a part du désinfectant, mais il avait encore un peu d'alcool de cerise de la première génération (aka, celle impossible à boire sans cracher ses tripes). Alors il en fit profiter les blessures de la kunoichi qui ne bougea presque pas malgré la rasade sur ses plaies.

Ce qui était un bon signal qu'elle avait besoin de tonifiant.

Alors, de quoi la requinquer... j'ai ça ici. Et un baume pour la plaie ouverte. Un peu de sel pour lui faire reprendre connaissance.

Une injection d'adrénaline, des baumes qu'il étala sur ses plaies et enfin, une substance particulièrement malodorante qu'il mit directement sous son nez. Elle eut un relent mais au moins elle se réveilla. Il la prit par l'épaule - le temps que le tonic fasse son effet. Il l'aider à se déplacer d'une bonne dizaine de mètres avant qu'elle n'arriva à se déplacer seule.

Alors on va se faire genre méga-discret, parce qu'il va invoquer un prédateur serpentin qui veut ma peau. Ca va nous aider, mais faut pas qu'il me voie ni qu'il me sente. Et d'ailleurs... toi non plus. On va se mettre bien loin et tu vas utiliser tes meilleurs techniques de camouflages.

Ils se cachèrent dans une maison à une centaine de mètre du guerrier tellurique. Kisuke commençait à faire des premiers secours un peu plus conséquents - mais plus lents, avec des bandages notamment - tandis qu'Hirumi commençait à user de son chakra pour les camoufler du mieux qu'elle le pouvait. Heureusement, la distance serait une grande aide. Néanmoins, Kisuke activa tout de même son Byakugan par sécurité. Des fois qu'un autre serpent géant trainait dans les parages.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Ven 4 Juin 2021 - 21:20
Perché sur, ou plutôt « à travers » le serpent arboricole qui avait tenté de croquer Kisuke tout cru, l’Oterashi observa patiemment ce dernier se remettre de ses émotions et aller retrouver Hirumi, à laquelle il prodigua quelques soins de son cru pour la remettre sur pieds. Difficile d’en vouloir à la jeune femme d’avoir ainsi pris des risques pour venir en secours au Hyûga en reconversion : c’était, après tout, sa mission officielle que de veiller sur lui comme sur Yanosa le besoin se serait-il présenté. Et sans aucun doute la kunoichi n’avait-elle jamais eu l’occasion de se frotter ainsi à un serpent géant, exercice dans lequel l’Oterashi avait appris à exceller, mais pas sans avoir auparavant essuyé de nombreux coups qui auraient brisé en mille morceau un humain de chair et de sang. Tenant en joug le reptile aux écailles vert profond, il attendit de voir Kisuke décamper avec Hirumi vers les ruines antiques, dévisageant ensuite le serpent gargantuesque duquel il gardait la gueule clouée au sol.

« … Bien. Voyons ce que Yurlungur peut nous apprendre. »

Les fentes dans les yeux de l’animal se rétrécirent, tandis que le guerrier tellurique se mordait le pouce avant d’apposer fermement sa main sur la tête même de la créature. Dans un énorme nuage de fumée, le grand serpent cuivré apparut alors dans toute sa majesté, qui n’était finalement amoindrie aux yeux de Yanosa que par le caractère qui était le sien, et qu’il avait depuis appris à bien connaître. La masse de ce nouvel arrivant gigantesque tomba aussi sec sur le corps gardé en respect par l’Oterashi, forçant un râle étouffé à jaillir de sa gueule en sang clouée au sol.

« ….Kozô… Ici… ? Pourq-…. Oooh, mais qui voilàààà… Nahashi… Tu t’es enfin décidé à sortir de ton trou.
- Yurlungur, toi…. Shsssssssssshsss !! Tu t’es soumis à cet humain, à cet insecte, pourquoiiii…. »

L’énorme corps musculeux du serpent cuivré s’anima, sa queue s’abattant lourdement sur le corps de Nahashi en brisant certainement plusieurs côtes à ce dernier.

« Ne parle pas de soumission… alors que tu te trouves à la merci de cet…. « insecte »… Kozô… Si tu m’as appelé pour avoir ma bénédiction... Sache que je ne me soucie pas du sort des imbéciles dans son genre.
- A vrai dire… j’ai besoin d’une information. Nahashi, ici présent… a cherché à dévorer le peuple de la forêt. Il n’a pas pu se remplir la panse, cependant… car un cousin à lui aurait mis les habitants du village en sûreté avant son arrivée. J’ai besoin de savoir… où se trouve ce refuge où il les a emmené. »

Yurlungur, impassible, humecta l’air de sa langue fourchue en faisant osciller légèrement sa tête de Yanosa à Nahashi. Il s’appesantit toutefois finalement sur le guerrier tellurique, échangeant avec lui un regard lourd de sens.

« … Oui, je connais ce refuge. Il se trouve à l’ouest d’ici… dans de profondes cavernes bâties par d’anciens géants. Cherche la tête de corbeau en pierre… et tu trouveras l’entrée.
- … Une idée de qui peut être le mystérieux bienfaiteur du peuple de la forêt ?
- Hm… ! Tu verras… quand tu le rencontreras… Quant à toi, Nahashi, je te dis… Adieu.
- Quuuoi, nonnn Yurlungur…. !! Sshssssshssss !! Tu ne peux pas, tu ne vas p- »

Une lance de roche l’interrompit aussi sec après avoir jailli du corps du Tellurique, perforant son crâne et s’étendant en shrapnels de pierre hasardeux qui ressortirent en éclats sanguinolents de la tête du serpent géant.

« … Si c’est tout… A bientôt, Kozô. Et s’il te plaît… donne-moi quelque chose à me mettre sous la dent, la prochaine fois. Quelque chose de consistant…
- … J’y veillerai. Merci. »

Le grand reptile aux écailles cuivrées disparut alors dans un gigantesque nuage de fumée, ne laissant dans les environs directs que lui au milieu des ruines, un cadavre de serpent géant à son côté. Nahashi… celui-là, se dit-il, avait vraiment mal choisi son moment pour faire son entrée sur la scène du monde des humains. Yanosa le savait : jamais il n’aurait pu être certain que ce spécimen aux somptueuses écailles vertes aurait laissé les autochtones tranquilles, en dépit de toutes les paroles qu’il aurait daigné lui donner. L’emplacement du refuge révélé, il n’avait plus eu le choix, et Yurlungur l’avait su immédiatement.

« … Kisuke, Hirumi !! Venez là ! »

Il tourna légèrement en rond, passant sa main sur la carcasse géante de Nahashi dont la tête ressemblait désormais à un carpaccio. Si le peuple de la forêt réinvestissait son village, il aurait du ménage à faire. Une fois les deux partenaires de l’Oterashi à nouveau à portée de voix, celui-ci reprit.

« J’ai l’information. Le refuge où ont été emmenés les autochtones se trouve à l’ouest dans un réseau de profondes cavernes. On trouvera l’entrée… en dénichant une pierre en forme de corbeau, selon Yurlungur. Kisuke, ce ne serait pas du luxe de pouvoir compter sur tes pupilles en plus de mes perceptions au sol. Hirumi… Tu vas bien ?
- …. Je suis opérationnelle. Continuons.
- Tant de mots d’un coup, dis-moi…. Qu’est-ce qu’a bien pu te faire notre cher Kisuke... »

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Sam 5 Juin 2021 - 18:43
Lorsque Yanosa acheva le grand serpent, Kisuke ne put s'empêcher de se frotter les mains en pensant à la récupération de poison qu'il allait pouvoir faire. Dès que l'invocation égotique disparut, Kisuke se mit au trot pour rejoindre le fier guerrier tellurique et sa proie. Il commença à faire un récapitulatif tandis que Kisuke sortit un Kunai et se mit joyeusement à extraire des glandes de venins en plus. Cette expédition était en train de devenir particulièrement fructifiante. Yanosa fit une petite allusion à l'accompagnatrice qui fit rigoler Kisuke, deux grandes glandes de venins dans ses mains ensanglantées. Il les installa dans un sac en tissus qu'il ajouta à sa ceinture.

Parfait. Notre route est tracée mais... Compte tenu des rivalités existantes, je pense qu'il serait judicieux de faire en sorte de ne pas laisser de traces. Quel désastre ce serait de retrouver ces survivants pour leur apporter nombres de Prédateurs.

Assez facilement, Kisuke dégota une branche bien fournie en feuilles qu'il utilisa pour disperser ses traces de pas au sol. Puis ils se mirent en route. Hirumi était moins mobile qu'auparavant, mais Kisuke restait le plus lent de l'expédition. L'air de la forêt semblait néanmoins le rajeunir, et il lui paraissait parfois que sa fatigue s'estompait bien rapidement, comme si le chakra avait un effet de lui rappeler celui qu'il avait été, il y a bien longtemps. Ses mouvements étaient plus rapides. Ses yeux cherchèrent des indices. Et ils en trouvèrent.

Tiens, regardez. Il y a eu du passage par ici.

Sous un buisson, deux branches cassées et des traces de pas profondément enfouie, comme si leur possesseur avait porté une lourde charge. De ci, de là, on pouvait apercevoir un morceau de vêtement ou un restant de casse-croûte. Kisuke s'assura de les ramasser pour mieux dissimuler cet exode. La sécurité de ce peuple forestier était importante à ses yeux, et si un serpent idiot avait été à leur trousse... un serpent moins idiot le serait peut-être aussi. Hirumi gardait un oeil en cas d'embuscades ou d'autres présences dans les arbres, mais le coin semblait dénué d'autres animaux sentients.

Il y eut des araignées et des insectes géants, oui, mais rien de trop dégoûtant. Kisuke aurait bien fait d'autre prélèvements, mais l'heure n'était plus à la science, et il aurait risqué de se rendre vulnérable dans les arbres, à trop s'éloigner du groupe. Et puis, il avait déjà de quoi satisfaire sa curiosité intellectuelle.

Puis vint un moment où les traces disparurent. Impossible de voir par où ils avaient été. Ils s'étaient volatilisés. Le Byakugan était aveugle à tout indice - mais l'importante densité de chakra de l'environnement n'aidait pas à son plein potentiel.

Par contre cette fichue pierre...
Par ici !

Leur accompagnatrice se prouva utile dans la sensorialité. La pierre était cachée derrière de la végétation, ce qui expliquait pourquoi le Byakugan de Kisuke avait été un tantinet inutile, aveuglé par le mur virtuel de chakra portée par les plantes de cette Forêt. Après, le trio dut chercher un moment dans la zône l'entrée du fameux réseau de caverne, mais ce fut Yanosa qui apporta la dernière information grâce à sa sensorialité via le sol. Ils durent pousser la pierre à trois, et ils découvrirent en-dessous de son emplacement un escalier menant dans un tunnel visiblement creusé (et non façonné via du doton, ce qui avait une empreinte assez différente) mais qui traversait des chambres naturelles plus grandes. La taille était confortable pour plusieurs êtres humains côte à côte, et semblait être au moins grand de quatre mètre de hauteur. Les murs étaient éclairés par des champignons luminescents placés avec intelligence.

Un passage sous-terrain ? Avançons prudemment et sans agressivité.

Conseil sans doute pas nécessaire aux deux accompagnants. Il jeta un dernier coup d'oeil derrière eux, puis s'enfonça dans les entrailles de la terre.

_________________
Palmarès shinobi:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Sam 5 Juin 2021 - 22:45
L’herboriste en reconversion ne ratait décidément aucune occasion de faire le plein de matières premières pour ses expériences, songea Yanosa en oeillant Kisuke qui dépeçait la dépouille de Nahashi pour en prélever les glandes à venin. Il ne pouvait pas vraiment lui en tenir rigueur, surtout quand la besogne était accomplie avec autant d’empressement et sans mettre en péril qui ou quoi que ce soit. Dans un coin de son esprit, le guerrier enrubanné ne pouvait de surcroît pas oublier de quels « retours sur investissement », pour ainsi dire, il pourrait bénéficier en laissant ainsi le Hyûga très sagace en matière de substances dangereuses pratiquer son art. Lui qui cherchait à trouver une botte secrète à ajouter à son arsenal naturel déjà doté du redouté Byakugan, la voie paraissait toute tracée aux yeux du Tellurique, surtout quand on considérait que Kisuke lui avait lui-même avoué son penchant pour la fourberie.

« Oui, bien vu. Prenons garde à ne pas laisser de traces à partir d’ici. »

Et c’est donc ce qu’ils firent, tout en se dirigeant dès lors vers l’ouest comme l’avait conseillé Yurlungur pour trouver cette fameuse effigie de corbeau sensée les mener au refuge du peuple de la forêt. Méticuleusement, chacun des trois shinobis fit sa part, chacun mettant à profit ses propres capacités sensorielles dans un travail d’équipe qui semblait enfin prendre véritablement forme devant la relative adversité, sondant l’épaisse et antique forêt, ne négligeant aucun talus, aucun surplomb, ni même aucune racine qui, en ces lieux, étaient parfois tellement grandes et saillantes qu’elles pouvaient servir d’abris à elles seules. La piste des autochtone aida le trio à se diriger facilement… jusqu’à ce que les traces laissés par ceux-ci ne finissent par disparaître. Moment duquel profita Hirumi pour exercer son génie, avant même que l’Oterashi ait le temps de véritablement étendre ses sens aux alentours pour retrouver un début de piste. Suivant le lead de la kunoichi, il la vit alors, cachée derrière d’épais lierres sombres. La tête de corbeau, ou ce qui en tout cas y ressemblait drôlement.

« Bien joué. Voyons... »

Concluant sa technique pour « palper » de ses sens toute la géographie souterraine locale, le guerrier sans visage ne tarda pas à repérer les signes évocateurs d’une entrée, à moins de cinquante mètres sur la gauche, dans le renfoncement d’un gigantesque talus qui n’était, finalement, qu’à l’échelle absurde de cette forêt.

« Là. Venez m’aider à pousser. »

Un énorme rocher bouchait en effet l’entrée qu’il avait repéré. Un rocher que, même à trois, il semblait illusoire de penser à déplacer. Faisant marcher la magie du Mitsudo au profit du groupe, Yanosa gorgea cependant la pierre de son énergie et leurs six mains conjointement réussirent à dégager le passage.

« Je passe devant. Après tout, ils me connaissent… en principe. »

La lumière émise par les champignons luminescents était à peine suffisante pour voir où l’on mettait les pieds, et l’instinct du Chûnin l’aurait volontiers poussé à se fondre dans les murs pour s’y déplacer comme un poisson dans l’eau. Toutefois, dans l’optique de renouer un contact neutre voire amical avec les autochtones, mieux valait ne pas prendre le risque de les surprendre et aborder la situation sous les auspices les plus favorables possible. Peu à peu, les cavités s’élargirent et au loin, de faibles lueurs orangées baignaient les parois de galeries plus avancées…. Et aussi apparemment plus ouvragées. A mesure que le trio avançait, il devint de plus en plus clair aux yeux de chacun que oui, sous la forêt qui dépassait déjà l’entendement se trouvait en sus les vestiges d’une civilisation inconnue et antique, une part de l’Histoire de Tsuchi oubliée sous le poids des Âges. Un sujet qui aurait pu passionner Yanosa dans une autre vie et surtout, si il n’avait pas eu d’autres chats à fouetter que la quête archéologique d’une vérité enfouie.

Marquant volontairement le poids de ses pas pour s’annoncer et ne pas risquer de surprendre qui que ce soit, le guerrier calciné guida sa troupe au détour d’un corridor où le flamboiement d’un braseros illuminait ostensiblement la voie, des bruits de voix éparses et inquiètes remontant à présent jusqu’à eux depuis la grande chambre qui suivait.

« Shinobis d’Iwa en mission, n’ayez crainte, tonna Yanosa de sa voix caverneuse avant de franchir le seuil. Je vous connais. Je suis déjà venu, rappelez-vous. »

Sous ses yeux, il trouva des pointes de lances pointées vers lui, mais son attention dériva bien vite vers le fond de l’immense cavité où siégeaient plusieurs colonnades, là où tout un peuple semblait avoir élu domicile en catastrophe. Au coeur de la marée humaine en proie à la peur et à l’insécurité, une voix s’éleva toutefois, et son porteur se fraya un chemin jusqu’à l’Oterashi et ses coéquipiers.

« Laissez, laissez-les. Ces hommes…. Et femme, ne nous ferons rien.
- Chaman, salua-t-il sobrement.
- Étranger… Je ne pensais pas vous revoir si vite, même si… j’ose espérer… que votre visite peut être liée à nos malheurs… et signer leur fin… ?
- Non, notre visite n’a rien à voir avec l’irruption de Nahashi dans votre village. Ce qui ne change en rien le fait… qu’il soit mort, à présent. Ce qui, j’espère, règle votre problème. »

Les yeux du chaman s’illuminèrent, sa mai libre se posa sur les lances de ses guerriers et il s’en fallut de peu, semblait-il, pour qu’il tombe dans les bras de Yanosa pour le remercier. D’un geste de la main, le Tellurique fit toutefois avorter toute tentative.

« Nous sommes venus trouver votre sauveur. Celui qui vous a prévenu, et vous a mené ici. Vous savez où le trouver ? »

Des murmures circulèrent, des bouches se turent. Et, loin au fond de la grande chambre naturelle, sur une paroi immense inondée de la lumière des braseros, une ombre apparue alors. Gigantesque, autant si ce n’était même plus que Yurlungur lui-même.

« On me demande… ? »

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Dim 6 Juin 2021 - 15:41
Kisuke laissa Yanosa le plaisir de faire part de sa magnifique diplomatie pour déposer son lourd sac au sol, et de s'étirer ses muscles endoloris. Il salua les villageois respectueusement, et le Shaman semblait reconnaitre le Calciné de sa précédente visite, ce qui aida largement la discussion et la rencontre de ce fameux animal totem qui les avait protégé.

Voyant son immense ombre sur les murs de la caverne, Kisuke pris peur d'abord. Encore un serpent énorme comme Nanashi ? Mais finalement, contre toute attente, et à la surprise complète du Hyûga, ce fut un serpent bleuté d'une taille normale qui sortit de derrière un rocher. De toute sa taille, il était moins grand que Kisuke, mais il l'estimait au-dela du mètre. Au bout de sa queue, il pouvait apercevoir une cascabelle étrangement silencieuse malgré ses mouvements ondulés.

Rassuré par la taille de cet interlocuteur, Kisuke s'élanca pour se présenter, prenant l'initiative et le pas avant tout le monde.

Bonjour, enchanté, Hyûga Kisuke !

Il s'inclina à angle perpendiculaire avant de se relever et de sortir son éventail pour dissimuler son sourire satisfait. Le serpent bleuté circula au sol, s'enroula autour d'un meuble pour se mettre au même niveau que l'interlocuteur qui s'était présenté.

Qing Long, dragon d'Azure. Enchanté. Hmm, je sssssens qu'une partie de Nanassssshi t'accompagne.

La dernière phrase avait été prononcée avec méfiance. Avec un grand sourire, et toujours son éventail dans une main, Kisuke sortit une des glandes ensanglantées de venins du sac de tissus à ses côtés.

Oui ! Faut rien gaspiller dans la vie.

Il y eut comme un flottement. Un moment de silence, comme si l'air de la pièce avait été complètement aspirée dans un trou noir. Qing Long était absolument statique et silencieux.

...

Kisuke se rendit compte qu'il avait peut-être fait une bourde. D'un côté, c'était une preuve que ce Nanashi était bel et bien mort, et le genin n'avait pas pensé qu'il avait mal agit. D'un autre côté, quelle serait sa réaction si on lui brandissait les reins de l'homme au Chapeau comme signe de paix et d'amour ? Oui avec du recul, c'était peut-être une réaction un tantinet excentrique.

Pardon, c'était insensible de ma part. Excusez ma maladresse, dragon d'Azure.

Il rangea l'organe dans le sac de tissus et baissa sa tête en signe de soumisson. Le serpent tourna sa tête sur le côté, essayant de comprendre le puzzle qui lui faisait face.

Tu es étrange, Kisuke-san. A quoi te serviras ce poison ? Qui comptes-tu assassiner avec ceci ? Et je ne pense pas que ca soit toi qui soit à l'origine de la défaite de Nanashi. Des trois tu es le plus faibles. Et tu n'es certainement pas le chef de votre troupe.

Ha, mais c'est un ingrédient pharmacologique avant tout, et une des raisons de ma venue. Je suis pharmacien, certes Shinobi également, mais quand Yanosa-san m'a parlé d'un pacte qui pouvait aussi m'aider à développer des remèdes. J'avoue que j'ai sauté sur l'occasion pour lui demander l'occasion de signer un pacte avec vos semblables.

Le serpent bougea sa gueule dans une moue que le Hyûga n'arriva pas à décrypter. Quelques avait changé. En bien ? En Mal ? En tout cas, la perception du serpent semblait légèrement différente. Son attitude aussi. Ses réflexions lui appartenaient, en l'absence de tout Yamanaka pour les traduire.

Un pharmacien ! Je vois. Mais ce guerrier est déjà signataire du pacte, tu n'avais pas besoin de venir jusqu'ici.

Ce qui était un point parfaitement valide.

En toute honnêteté, je ne m'entendais absolument pas avec Yurlungur. Et ce Nanashi ? Ha non, certainement pas mon type. Mais j'étais certains que je trouverais parmis les dragons des partenaires mûrs et réfléchis avec qui je pourrais proposer une bonne relation saine de travail, voir une alliance. Mais rien qu'avoir accès à une source de médicaments qui n'essaie pas de me tuer, cela serait déjà acceptable. Je peux me contenter de faire des aller-retours avec ce village. Enfin, peut-être quand je serais un peu plus puissant, car je suis encore assez faible.

Ondulation sur le serpent qui descendit de son promontoire et monta lentement sur Kisuke, entourant sa taille avant de se hisser sur son épaule. Le contact avec sa peau était froid, un peu gluant. Et malgré sa petite taille, Kisuke sentait une pression de son chakra. Ce dragon était plus petit que ce Nanashi, mais s'il ne s'y connaissait pas mieux, il l'aurait dit qu'il était infiniment plus fort. Le Hyûga lutta contre le réflexe de repousser le serpent.

Oh je vois. Oui faible, tu l'es. Ton chakra est bien chaotique dans tes veines. Pourtant, il est à la fois jeune et vieux, et l'on peut y sentir des vestiges d'une puissance ancienne. Je suis sûr que son histoire est divertissante. Hmm. Je suis réticent à me lié à un pacte, même avec quelqu'un de civilisé et qui ne compte pas que sur ma terrible puissance, ou celles des miens, en combat. Nous avoir débarassé de Nanashi était une bonne action, mais tu n'es pas directement responsable de cette décision. Ce n'est pas une mince décision à prendre.

Et nous ne sommes pas pressés pour la prendre, n'est-ce pas ? Mes compagnons sont fatigués, est-ce que je pourrais vous demander le gîte et le couvert pendant ces négociations ?

Le serpent ondula autour de son cou avant de revenir sur l'autre épaule. Cette fois-ci, Kisuke pensait avoir déterminé la grimace du serpent comme étant une moue satisfaite, voir un sourire.

Je pense que c'est tout à fait raisonnable.

Le Hyûga hocha de la tête avant de se tourner vers ses compagnons de voyage. Hirumi. Yanosa-san. Il leur devait beaucoup. Sans eux, il ne serait pas arrivé vivant à ce village. Il ne l'aurait même pas trouvé.

Hirumi, Yanosa ? Si cela ne vous dérange pas, j'aimerai poursuivre cette négociation seul. Je vous remercie énormément pour votre aide et m'avoir amener ici. Néanmoins... C'est mon chemin à tracer désormais, et je pense... Non, je suis sûr, que je dois me prouver d'une façon ou d'une autre. Sans vous.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Dim 6 Juin 2021 - 22:39
Bien trop rassurés par l’annonce de la ruine de Nahashi, les guerriers du peuple de la forêt eurent tôt fait de laisser le trio de shinobis tranquilles et, l’appui du shaman aidant, il fut bien vite admit tacitement que ni Yanosa, Kisuke ou encore Hirumi ne représentaient le moindre danger pour eux. Le guerrier de pierre imaginait assez bien l’ascenseur émotionnel qui avait dû s’emparer d’eux tous, d’abord menacés de mort par un serpent géant particulièrement belliqueux, puis sauvés par l’un de ses cousins pour enfin finir cloîtrés au fin fond d’une immensité souterraine pour une durée indéterminée. Venir ainsi mettre fin à ce calvaire qui aurait autrement pu se prolonger sur une très grande période de temps et engendrer psychoses et soulèvements intestins, c’était pour Yanosa et son groupe, fort bienheureusement, une forme d’introduction parfaite pour détendre l’atmosphère d’emblée.

Mais sur le moment, c’était bel et bien l’ombre géante au fond de la chambre souterraine qui attira le plus l’attention du Chûnin enrubanné, dont la pointe des lances restées dans sa périphérie ne représentaient plus guère de danger. De l’ombre, ce fut finalement un serpent de taille tout à fait normale qui finit par faire son apparition, un spécimen particulièrement menu et fluet vers lequel Kisuke se rua comme si il venait de trouver un article parfaitement adapté à ses besoins sur un étal. D’un œil un tantinet suspicieux, Yanosa se fraya lentement un chemin sur le côté, contournant les autochtones pour la plupart muets comme des carpes devant la scène tout en ne lâchant pas le Hyûga des yeux. Qing Long le dragon d’Azure. Un nom quelque peu pompeux, mais peut-être ce reptile pouvait-il se le permettre, songea l’Oterashi, étant donné qu’il se donnait la peine de venir au secours d’une peuplade humaine. Sans un mot, le pugiliste calciné continua d’avancer en marge de la foule, suivi de près par le Shaman ainsi qu’Hirumi, un cran plus loin en retrait.

Il faillit rire, en constatant le ridicule apparent des premiers échanges entre le quadragénaire et le rampant à écailles ainsi que la maladresse de Kisuke, mais il dut bien admettre que ce Long était perspicace. Il savait Yurlungur doté de sens reptiliens très développés, mais la qualité de perception dont semblait être capable son cousin beaucoup plus petit forçait le respect. Jetant un coup d’oeil en arrière, Yanosa put constater sur les traits d’Hirumi que celle-ci également était impressionnée, ce qui en disait long. Sans un mot, il continua son chemin de ronde, à l’écoute lorsque le Hyûga en vint à formuler sa demande après un premier échange relativement productif avec Qing Long.

« Ça va de soit. Prend le temps qu’il faut, Hirumi et moi allons nous restaurer. »

S’assurant de la faisabilité du « projet » en oeillant le Shaman à son côté, Yanosa s’enfonça donc dans la ville souterraine improvisée, rejoignant des feux plus vivaces où semblait avoir été cuit du gibier il y a peu, non loin de tablées de fortune composées avec des pierres taillées.

« … Ce jeune Muramasa… Il fut le premier, sur d’innombrables générations, à venir nous trouver, à contacter les anciens Dragons… Et voilà qu’en quelques mois, deux autres shinobis viennent à notre rencontre… Cherchent à cultiver la force des Dragons…
- Cette statistique ne doit rien au hasard, comme vous vous en doutez.
- Cela a-t-il à voir… avec Sakaze Tôsen ? L’homme, dans nos têtes ?
- La corrélation est indirecte… mais oui. On peut résumer ça comme ça. Nous, shinobis de la Roche… n’avons pas pour projet de laisser notre destin être dicté par un seul homme, tout puissant qu’il soit. Mais pour avoir une chance… chacun d’entre nous, du plus profane au plus aguerri, doit se dépasser et chercher des alliés. »

Le petit groupe, accompagné par quelques autochtones plus curieux que d’autres, finit par atteindre une tablée, et l’Oterashi n’eut pas à demander pour que lui soit apportées quelques entrecôtes accompagnées par un large bol de potage au fumet assez peu ragoûtant selon ses standards. Une preuve que lorsqu’on figurait sur la liste restreinte des amis du peuple de la forêt, leur hospitalité se faisait tout à coup exemplaire. Yanosa s’assit donc, Hirumi l’imitant à sa gauche, tandis que le Shaman prenait place de l’autre côté de la stèle qui servait de table.

« Votre… ami. Qing Long l’a qualifié de « faible »…
- Il l’est, oui. Selon nos standards. Mais… il s’agit avant tout d’un vétéran en rémission. Avec un peu de temps et d’application… il deviendra à nouveau un atout inestimable pour nous. Raison pour laquelle je l’ai accompagné jusqu’ici, d’ailleurs.
- … Vous ne vous souciez jamais vraiment des gens, pas vrai. »

Yanosa dévisagea un instant Hirumi, arrachant un grand bout de viande d’une entrecôte en le mâchant sans complexe, tourné vers elle.

« Je comprends mieux. Ce qu’on dit sur vous.
- … Grand bien t’en fasse. Tu rentreras plus instruite de cette mission. Maintenant mange, ton corps en a besoin, tu as pris un mauvais coup. On ne voudrait pas que Teruyo ait à nouveau une raison de freiner mon avancement en voyant son agent rentrer les pieds devant, n’est-ce pas ? »

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Lun 7 Juin 2021 - 15:02
Une fois ses compagnons partis, Kisuke mit les cartes sur table et raconta son histoire personnelle au Dragon. Comment il avait perdu ses facultés. Comment il les avait regagnés, et ce que tout ceci lui avait coûté. Ce n'était pas une chose facile à aborder - une des raisons pourquoi il avait éloignés ses compagnons de voyage, même si Yanosa connaissait une partie de la vérité.

Moment de silence, de gêne. Puis Kisuke reprit la parole, en sortiant une bouteille d'alcool de cerise de sa besace et déboucha le bouchon avant d'en humer le parfum (et se désinfecter les narines par la même occasion).

Je peux vous servir un peu d'alcool de ma confection ?

Volontier. Enfin, je vais me sssssservir moi-même.

Le serpent glissa et grouilla, à une bonne vitesse (surtout ne pas rire des chatouillis provoqués par ce déplacement imprévu) et saisit le goulot de la bouteille en l'entourant de ses anneaux comme d'une main, puis renversant la bouteille pour la vider d'une traite. Kisuke était impressioné.

Pas mauvais du tout.

Encore plus impressionnant, c'était que ce serpent avait vidé la bouteille et ne semblait pas malade. Une constitution de champion. Le serpent semblait être content de la tournure de la conversation et de la gustation. Pour autant, avant de véritablement lancer la négociation, il se devait de demander au serpent de réciprociter.

J'avais une question, sur un tout autre sujet mais... pourquoi avoir sauvé la vie d'êtres Humains ? Je veux dire, j'en suis reconnaissant, et c'est une attitude admirable. Mais j'aimerais avoir votre perspective, car je pense qu'il y a là précisément ce que je cherche, et que je n'ai point trouvé chez certains de vos cousins. J'aimerais confirmer que nos codes moraux s'alignent.

Une moue. Gênée ? Kisuke commençait à décrypter le langage non-verbal de son interlocuteur.

Ce n'est pas simple. Ma "grande" famille est une famille prédatrice qui se nourrie de proie. Les Hommes sans chakra ne sont guère considérés par mes pairs. D'ailleurs, même ceux qui en ont sont dénigrés. Je n'en suis pas le plus grand spécimen, j'ai d'autres... atouts... mais cela a remis les choses en perspective. Mon clan est constitué des nôtres qui sont plus petits. Je m'oppose à cette vision du monde. Je ne me nourris que d'espèce non doué d'intelligence. Et j'entretenais des relations amicales avec ce village. Il ne m'en fallait pas plus pour justifier d'empêcher leur génocide. Et Nanashi n'était pas le pire des cousins à affronter, même s'il retrouvait notre piste.

Relation amicale. Ce n'était pas des alliés. Il n'y avait pas de nécessité, ce qui en faisait une personne noble, mais pas fanatique. Un fanatique, même loyal bon, était toujours une prise de risque à prendre, capable de prendre la tangente dans n'importe quelle mission pour le moindre prétexte de liberté et d'égalité. Oui, la morale était importante, mais il ne fallait pas perdre de vue la réalité du terrain et de la vie.

Donc vous l'avez fait parce que vous le pouviez, sans risquer outrancièrement votre vie.

Moue de confirmation.

Précisément. Je n'aurais pas croisé Yurlungur sans un soutien extérieur, par exemple. Ou j'aurais cherché à leur faire quitter la forêt tout en minimisant mon exposition. Est-ce que cela vous déçoit ?

Le Pharmacien secoua négativement de la tête. Le scientifique et cartésien en lui acceptait cette vision. Mieux, il l'a saluait. Son évaluation du serpent augmentait pas-à-pas.

C'est pragmatique. C'est malin, avec de la morale mais sans qu'elle soit une imposition. D'où la réticence à prendre un pacte je suspecte. Je ne le cache pas, je suis faible. Un pacte serait un moyen de combler cette faiblesse. Mais je ne viens pas les mains vides. J'ai une proposition. Je suis pharmacien, et je commence à analyser comment faire interagir le chakra pour devenir alchimiste. Dans un futur proche, je pourrais vous apporter des remèdes, des anti-poisons et des drogues pour augmenter vos capacités physiques, vous aider à combattre vos cousins belliqueurs. De quoi soigner des maladies.

Le Pitch ! La proposition pour le faire accepter, après un petit compliment et poser rationnellement ce qu'il pouvait mettre à table... dans un futur proche. Cela n'était pas une question que bientôt il serait capable d'alchimie. Non, cela ne serait que la continuation de son activité quotidienne qu'il menait depuis quatre ans. Le chakra n'était qu'un facteur supplémentaire à analyser et à étudier.

Vous ne l'êtes pas pour le moment. Enfin, vous avez des connaissances de bases, et votre alcool est pas mauvais du tout. Non, pas mauvais du tout, mais votre utilité du moment est limitée.

Bon point pour l'alcool, mauvais point - ou point pas suffisamment élevé pour le restant. Peut-être commencer par un contrat moindre, le temps qu'il arrive à mettre au point véritablement tous ces miracles médicamenteux ?

Oui. Rien ne nous empêche de mettre une clause limitant l'utilisation du pacte tant que je n'ai pas cette alchimie à ma portée de main.

Le serpent se mit à faire le tour du corps de Kisuke. Il se balada lentement, ondulant ses anneaux et ses écailles, humant l'air et cherchant des informations cachées derrières ses vêtements, derrière son épiderme. Il l'ausculait chakratiquement, comme un shinobi expert en sensorialité l'aurait fait.

Vous êtes certains de retrouver une part de votre ancienne puissance. C'est un pari judicieux, et peu risqué. Mes sens sentent que vous allez devenir plus fort. Nos invocations demanderont du chakra en plus, et ce chakra, tu n'en as pas assez pour m'invoquer moi. Cette condition de support avec l'alchimie est nécessaire, mais insuffisante par elle-même. Mon clan a besoin de plus. J'ai besoin de plus.

Echec des négociation. Il refusait de vendre un de ses reins, et à ce moment-ci, c'était la dernière alternative en tête.

Je... Je ne sais pas. A ce stade-ci, je ne pense pas avoir autre chose à pouvoir vous offrir.

Une chose pourtant. Ton potentiel. Je le vois inscris en toi, caché derrière des médicaments et des toxines dans ton corps qui sont en train d'être lentement expulsée. Alors voici ce que je te demande, Kissssuke-saaaan. Promettre de ne pas te contenter du pacte, mais de viser la grandeur. L'excellence. De devenir un Ermite des Serpents, maitre invocateur, lié à notre clan, et de prouver à ces dragons enorgueuillés que la taille ne fait pas tout. Que dans ce monde de chakra, les shinobis sont rois.

Cela prit Kisuke de court. Ce n'était pas du tout ce à quoi il se serait attendu. Cela ressemblait plus à du branding et du marketing qu'autre chose. une sorte de sponsoring. Il observa son interlocuteur qui oscillait sa tête de manière presque hypnotique et... impatiente. Voilà l'Ego. L'Ego qu'il avait vu dans les autres dragons. Mais un égo différent. Un égo qui n'était pas sur l'oppression d'une autre espèce, mais un égo de se prouver à sa famille. Et il était prêt à faire un investissement dans un shinobi inconnu pour cela.

Le point le plus embêtant, c'était que Kisuke ignorait tout des Kuchyioses et ne savait pas foncièrement s'il était doué dans le domaine. Probablement pas. Il n'était pas véritablement un génie comme sa cousine la godaime.

C'est ... ambitueux.

Il n'était vraiment pas sûr de pouvoir y arriver. Surtout s'il devait aussi devenir alchimiste. Cela demanderait des efforts dans une toute autre direction. Le serpent oscilla, coulissa derrière son cou et se dressa sur l'autre épaule.

Connais-tu un seul Ermite invocateur dans le yuukan ?

Pas ce terme en tant que tel. Je sais que la Godaime était douée en kuchyiose, mais elle n'était pas la plus réputée pour son utilisation pour autant. Je suis assez certain qu'il doit y avoir des fervents utilisateur de Kuchyiose dans le monde. Mais des personnalités terrifiantes craintes pour cet aspect-là ? Non.

Il repartit sur l'autre épaule, sussurant ses douces paroles dans son oreille, comme un diable tenteur. Prends la pomme, fils d'Adam. Avait-il imaginé ce souffle dans son oreille ? Etait-ce la fatigue du voyage ? La difficulté de négocier avec un être infiniment plus puissant que lui, et pourtant plus petit.

Deviens le premier, alors. Le premier dont le nom résonne dans le Yuukan pour cette caractèristique. Et lorsqu'on te demandera quel est ton clan d'invocation, tu diras que c'est celui du Dragon Qing Long. Fais cette promesse, et mon clan sera à jamais ton allié.

C'était difficile à faire. Cette promesse était un sacrifice. Un sacrifice de devoir prendre une voie différente des autres shinobis. Le savait-il ? Il plongea son byakugan dans ses iris coupés au couteau. Oui, il le savait. C'était un pacte avec une entité puissante. Il lui donnerait des choses en plus. Des techniques puissantes. Des êtres serviteurs.

Il ne pouvait pas refuser ce pacte. Il ne pouvait qu'essayer d'en abuser le plus possible, et de bien lire les petits caractères. Le serpent fit vibrer le bout de sa queue, et un autre serpent jaune s'approcha d'eux - lui aussi de taille normal - mais il portait à son coup un parchemin que Kisuke déroulà. Là, était inscrit des noms dans du sang. Pas beaucoup de nom. Kisuke s'entailla le pouce et signa à son tour.

Marché conclus... Partenaire ?

Le serpent secoua à gauche et à droite avec un drôle de bruit avant de dire.

Allons, entre nous deux, tu peux te contenter de m'appeler maitre.

Moment de silence. Kisuke bug pendant les cinq prochaines lignes.




...

Moment de silence. Et là, enfin, l'invocation ne peut s'empécher d'éclater d'un bruit qui ne peut être qu'un rire, si un humain avait le même corps qu'un serpent. Il avait presque la larme à l'oeil - MAIS LES SERPENTS CA PLEURE PAS. Kisuke se dit à ce moment-là qu'il venait de signer un pacte avec un chaotique mauvais, au moins. Il se mit visuellement à râler.

Un pacte qui se fout de ma gueule... je vous jure.

Le serpent se calma, absolument pas désolé du tout de s'être payé une bonne tranche de rire, puis descendit de Kisuke avant de lui dire.

Va rejoindre tes compagnons, je te trouverais un de mes enfants qui correspondra plus à ta réserve actuelle de chakra.

Kisuke reprit ses affaires et chercha ses compagnons à l'aide de son Byakugan qu'il trouva à une tablée. Il déposa ses affaires, les rejoignit avec un grand et énorme soupir

C'est fait. Je crève la dalle, y'a quoi à grignoter ici ? Je propose qu'on fasse un tour des besoins des villageois, des fois que je peux leur donner quelques remèdes ou médicements dont ils sont en manque, puis on peut rentrer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Mar 8 Juin 2021 - 13:57
Sans se priver, l’Oterashi profita de l’hospitalité du peuple de la forêt réfugié dans ce qui semblait être le coeur de la Terre. Un environnement particulièrement agréable pour le Chûnin qui, aux antipodes du moindre sentiment de claustrophobie, se sentait comme chez lui dans un milieu pareil. Accordant ce qui était dû aux autochtones, il hocha respectueusement la tête en se requinquant à l’aide de leurs victuailles qu’ils avaient fort nombreuses et généreuses, bien conscient que ce genre d’hospitalité n’était pas anodine pour un peuple qui vivait selon ses propres codes, et qui veillait à sa propre subsistance sans avoir recours au commerce ou à une quelconque forme d’agriculture. Yanosa, durant tout le temps de son repas, se fit un plaisir d’ignorer totalement les regards noirs que pouvaient occasionnellement lui lancer Hirumi, s’amusant presque de l’opinion qu’elle pouvait avoir de lui alors qu’elle en avait en réalité vu si peu. Yanosa n’avait cure des faux semblants et se soucier de plaire à autrui ne figurait pas parmi ses priorités. Rejetant dans son écuelle un os proprement rongé par ses soins, il s’étira en arrière et se désaltéra comme il se devait, oeillant d’un air qui mêlait curiosité et impatience l’endroit où Kisuke s’était échappé en aparté avec ce Qing Long.

« Hrmm… Yurlungur, Nahashi,…. Vous pensez qu’il y en a encore beaucoup qui pourraient avoir envie de vous gober un jour ou l’autre ?
- ….Les Dragons… sont nombreux et inconstants. Aucun d’eux ne doit être pris à la légère et… nous devons leur témoigner le respect qui leur est dû, pour éviter une catastrophe..
- Ça ne répond pas vraiment à ma question.
- Nahashi… Nahashi était certainement le plus vicieux, le plus grand aussi, à pouvoir nous menacer. Sa mort… Oui. Sa mort pourra servir d’avertissement à ceux de sa lignée qui pourraient poursuivre le même appétit pour la chaire humaine, même si rien n’est sûr… Qing Long… en nous montrant ce passage, ce refuge, a sauvé notre peuple, et lui a montré comment se cacher si le danger venait à revenir.
- … Je vois. »

Il se tut, n’ayant pas grand-chose à offrir de plus au Shaman et aux siens que sa considération. Iwa ne pouvait pas défendre cette région, ce peuple si réduit en population et si éloigné de tout, surtout contre des dangers aussi inconstants que ceux représentés par les « Dragons ». Le peuple de la forêt, et le chef spirituel le savait aussi bien que le Tellurique, devrait se débrouiller seul, et ce n’était donc pas là la promesse d’un avenir serein et radieux. Sur le côté, Yanosa observa le retour à grandes enjambées de Kisuke, qui avait vraisemblablement terminé son entrevue avec le Dragon d’Azure. Il lui laissa le temps de s’installer, un coude sur la tablée en pierre brute, avant de le questionner.

« Alors, cette demande en mariage… ? »

Un trait d’humour. Une rareté, et sur laquelle il était difficile de rebondir lorsqu’elle venait de l’Oterashi, dont le visage inexpressif et voilé de bandages cicatriciels ne révélait rien. Le sourire du Hyûga, toutefois, suffit à lui donner la réponse à sa question de fond.

« Il y a du gibier et du ragoût, sers-toi. Pour ce qui est de la donation de médicaments, je suis sceptique Kisuke. Je suis même surpris que tu proposes ce genre de chose... »

Yanosa laissa passer un moment tout en se relevant du banc improvisé, percevant la roche tout autours de lui comme autant d’extensions possibles de son corps. Les torches et les braseros dans cette immense chambre naturelle, songea-t-il, étaient peut-être aussi nombreux que les autochtones eux-mêmes.

« Ce peuple vit dans ces forêts depuis des générations. Des siècles. Et il n’a jamais eu besoin de médicaments venus d’ailleurs, pour vivre et survivre. On pourrait se dire… qu’apporter un petit coup de pouce à leur confort, à leur système immunitaire, pourrait être une bonne chose… mais saurais-tu t’engager à leur apporter ces suppléments tous les ans ? En faire bénéficier sans faute leurs futures générations ? Le peuple de la forêt est un organisme vivant, qui fait partie intégrante de ce biotope. Y apporter notre grain de sel… c’est risquer de gripper toute cette mécanique naturelle bien huilée avec. »

Il se retourna vers Kisuke et le Shaman, ce dernier observant en silence.

« … Si ils veulent accepter tes présents, libre à eux, je ne suis pas là pour décider de comment ils mènent leur barque. Mais réfléchis bien aux conséquences. Si tu n’as rien d’autre à régler avec Qing Long ici… nous prendrons une ronde de repos dans ces cavernes et nous repartirons. J’ose espérer… que ça en valait la peine. »

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Mer 9 Juin 2021 - 10:48
Cette demande en mariage ? Cela fit rire Kisuke. Oui cela pouvait ressembler à cela, en effet. Un mariage arrangé d'un Clan a un Autre pour des questions de pouvoir et de puissance. Dans le fond, ce voyage n'avait rien d'humanitaire, même si par détour et hasard il y avait eu un peu de place pour les êtres humains.

La Mariée à des grandes attentes, mais elle a accepté. Je leur fournirais mes services de pharmacien, et, oh, trop fois rien, mais j'ai du leur promettre un petit truc en plus. Genre de devenir le meilleur invocateur du Yuukan. J'ai vraiment d'alcool.

Il s'abreuva cul sec d'une substance qui semblait s'en rapprocher, avant de se jeter sur le gibier. Il avait vraiment faim et il engloutit la viande comme un forcené. Son corps travaillait aussi beaucoup. Tous ces exercices nécessitaient des protéines, d'après ses recherches. Il reconstituait des muscles et la présence de chakra aidait ce métabolisme. Mais rien ne pouvait plus aider qu'un bon steak d'animal géant gorgé de chakra.

Ce chakra qui était si beaux à ses yeux, ancien, et puissant. Qui ne demandait qu'à être saisit et réutiliser. Un autre projet en tête pour lui, dans le futur. Il sortit une bouteille d'alcool de derrière avec un dessin d'une prune dessus. (Une nouvelle recette, testée avant sur des rats de laboratoire et aucun n'en est mort !).

Enfin, c'est un succès, même si cela implique un certain sacrifice de ma part. D'un autre côté, cela implique un sacrifice de leur part aussi. Un bon compromis est un compromis où personne n'est tout à satisfait. Un peu de mon alcool, pour porter un toast à notre réussite ?

Il écouta Yanosa- tout en leur servant à tous un verre. Il entendait les arguments du tellurique mais n'était pas d'accord avec tout ce qu'il énonçait. il était dans une vision d'un monde où la force faisait loi, avant tout. Le plus fort survivait. Un environnement dur élevait des hommes et des femmes forts. Mais cela tuait aussi inutilement des humains plus faibles ou moins adapté. Il ne comptait pas non faire de ce village un pan de civilisation avancé. Mais très clairement, ils pouvaient bénéficier d'un peu de son savoir.

Du coup, je pourrais simplement demander à Qing Long de partager avec eux mes produits. L'idée n'est pas de changer leur mode de vie, Yanosa-san. Mais simplement de leur apporter des solutions à ce lui les tues sans qu'ils ne puissent rien y faire. Tout le monde préfère utiliser du désinfectant sur un enfant gravement malade. Cela sera au peuple d'ici à utiliser avec intelligence ce que je leur offre. Mais je ne peux pas concevoir qu'on laisse un enfant mourir, surtout pour des convictions idiotes de sélection naturelle.

Est-ce que cela en valait la peine ?

La question tonna sans doute parce que Kisuke avait l'air d'être insatisfait et fatigué. Le chemin avait été long et dangereux - il avait quand même failli mourir deux fois. Les discussions longues aussi.

Pourtant, la réponse était sans équivoque. Oui.

Oui, cela en valait la peine. C'était un parcours initiatique, en un sens. Et cela mène sur un autre parcours. Je n'étais pas venu en conquérant ni en guerrier, mais en négociateur. Le futur que cela m'impose nécessite des responsabilités franches. Mais j'en avais besoin. Le potentiel d'avoir un accès à ces venins à portée de main pourrait grandement accéléré mes recherches en alchimie. Et je suspecte que c'est via cette dernière que j'arriverai à retrouver toutes mes capacités perdue. Le médecin pervers et sadique a fait du bon taff sur mes tenketsus, mais il n'a pas tout débloqué. Et la clef de voûte se trouve véritablement ici. En ce sens, j'ai trouvé une direction à mon Nindo. Un pilier du shinobi que je serais. Et je vous remercie infiniment pour votre aide là-dedans. Hirumi. Yanosa. Je vous suisement grandement redevable. N'hésitez pas, s'il y a la moindre chose que je puisse faire pour vous.

Kisuke fit un rapide tour du village et laissa du matériel de première nécessité. Bandages stériles, désinfectants, et quelques antibiotiques (mais il n'en avait pas non plus pris des tonnes avec lui). Ils n'étaient pas du genre à accepter des médicaments trop complexes. Il y avait une certaine appréhension à la science.

Il fit le plein de vivre, vérifia une dernière fois que les blessures d'Hirumi étaient propres, désinfectées et bien souturées. (Elle rechigna un peu mais Kisuke avait insisté à mettre son alcool de prune dans ses plaies. Cela avait été superefficace) Puis... il eut un petit visiteur, dôté d'un chakra presque comparable au sien, qui monta le long de sa jambe. Un jeune serpent à sonnettes qui vint se lover dans la manche de son kimono avant de s'endormir. L'Emissaire avec qui il commencerait son pacte. La discussion avec lui aurait lieu plus tard lors du voyage retour. En attendant, le Hyûga l'imita et fit une sieste. A son réveil, il était prêt pour le voyage retour.

Rentrons à Iwa.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Empty
Jeu 10 Juin 2021 - 22:40
« Je passe mon tour pour cette fois Kisuke. Pas envie d’avoir la tête comme un tambour à notre départ… Hirumi, peut-être ? »

La kunoichi fit la moue et regarda l’Oterashi d’un air courroucé en finissant de mâcher une côte de gibier. Ce genre de personne, songea le Chûnin, était le type même qu’il adorait asticoter sur son temps libre lorsque l’occasion se présentait. Des gens compétents, oui, mais qui ne pouvaient pas le voir en peinture et qui l’étaient certainement au fond un peu moins que lui. Une façon comme une autre, pour le guerrier calciné, de profiter du moment de répit et de repos offert par le refuge souterrain où il se sentait personnellement particulièrement à l’aise.

« ...Hm. En tout cas, c’est un sacré défi que vient de te lancer ce Qing Long. Du Yuukan… il réalise ce que ça implique ? Enfin, je connais la réponse, au fond… Pour ce qui est des médicaments, fais comme tu l’entends. Je voulais seulement t’éviter d’agir sous le coup d’un élan de gratitude trop prononcé ou marqué par la pitié : ces gens que tu vois n’ont besoin ni de l’un ni de l’autre. »

C’était vrai, en un sens, mais le raisonnement du Hyûga faisait sens, lui aussi : lorsque l’on disposait du pouvoir de changer drastiquement et en bien l’existence de l’être humain, ne devait-on pas se sentir appelé, convoqué par cette opportunité de pousser sa race toute entière vers l’avant ? C’était après tout ce que Yanosa faisait lui-même, grâce à ses dons pour l’architecture à grande échelle permis par l’association de son assimilation et du Mitsudo. Et pour déranger l’ordre établi, il devenait lentement mais sûrement une petite référence au sein de son village. Ironique qu’il ait voulu mettre en garde Kisuke contre cette dérive dont il se rendait lui-même coupable dans d’autres domaines.

Happant du regard la grande chambre naturelle ponctuée par les braseros, le Tellurique absorba sans regarder dans la direction du quadragénaire les remerciements sincères et profonds qu’il lui formula alors ainsi qu’à Hirumi. En réponse, le guerrier calciné n’offrit alors qu’un vague sourire en coin à peine perceptible vu l’angle duquel il se tenait.

« En temps et en heure, Kisuke. En temps et en heure. Commence par améliorer la distillation de tes liqueurs, ce sera déjà un bon début », fit-il alors sur un ton un tantinet plus léger, enterrant alors profondément le sérieux presque prophétique avec lequel il avait entamé sa réponse.

Car au final, si toute l’aide que pouvait prodiguer l’Oterashi pouvait trouver une justification et une explication foncièrement bienfaisante à sa racine, les ramifications de ce soutien qu’il apportait, à Kisuke, à Yugure, à n’importe quel shinobi d’Iwa, elles… s’enfonçaient dans des tréfonds bien plus sombres.

_________________
Interlude musicale [PV Toutenkhamon] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Interlude musicale [PV Toutenkhamon]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: