Soutenez le forum !
1234
Partagez

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa

Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Lun 7 Juin 2021 - 14:29


Duel of the Tough • Oterashi Yanosa K_r6enWn

L'aube du soir enveloppe la Roche dans l'ombre. En cette période nocturne, chaque citoyen d'Iwa est revêtu du même habit, de la même robe d'obscurité au gré des rares lanternes du Coeur Dévasté. Cet apparat correspondait idéalement à Komorebi. A la faveur de la nuit, sa capuche et la luminosité couvrait son visage honteux alors qu'elle arpentait en solitaire les ruelles autrefois éprouvées par la furie du Démon Simiesque. Ici, maintenant, personne ne la jugeait pour ce qu'elle était. Car tous devenaient si tôt la Lumière enterrée dans l'horizon des enfants de la nuit. Cette égalité de traitement de l'astre sélénite la rassurait, toute comme cette fraîche bise qui éveillait ses sens sans réveiller ses blessures.

Un œil extérieur verrait en la démarche de la Déchue une longue errance à travers les ruelles. Un vagabondage somme toute courant pour la kunoichi, habituée à se faire oublier dans l'ombre des bâtisses de pierre de la ville. Mais il n'en fut rien. Plutôt que de se fier à l'acuité de ses pupilles de nacre, ce furent ses oreilles qui trouvèrent une information intéressante. Dans les profondeurs de la cité marchande, certains organisaient des duels clandestins pour nourrir la soif de violence des civils, exaltée au gré des divers conflits qui saignèrent Tsuchi. Un spectacle qui attisait l'intérêt de l'héritière du Byakugan.

Ainsi libérée du carcan paternel par la grâce du Chronomancien, elle décida de trouver l'entrée de ce puits de violence à l'état brut. Après de longues minutes de marche, elle pénétra dans l'arrière-boutique d'une boucherie. En descendant l'escalier dans la pénombre de quelques bougies, elle découvrit des carcasses bien vivantes. La plupart s'agglutinait en cercle, observant les autres se rouer de coups avec une sauvagerie bien loin des standards du Taijutsu.

Tous les coups semblaient permis, à l'exception du coup de grâce.
Profitant de la profondeur et du silence de la nuit, la plupart huait ou encourageait de tout leur saoul leur favori. C'était décousu. Vulgaire. Les uns donnait des coups. Les autres proposaient des paris. Dans tout ce marasme, Komorebi dénotait terriblement. Du moins, c'était son impression. Son statut de représentante de clan noble tranchait radicalement avec ce marasme, ce temple de la brutalité humaine. A plusieurs reprises, elle ajustait la capuche de son manteau, de peur que ses prunelles d'ivoire ne démasquent sa nature.

Pourtant, elle joua des coudes pour se rapprocher des gradins et prendre place dans cet amphithéâtre des gladiateurs de l'ombre. Ça n'avait rien à voir avec tout ce qu'on lui avait enseigné. Exit la fluidité des gestes, la noblesse d'esprit. Il n'y avait que la force pure, la pure expression de la puissance qui définissait le gagnant par rapport au perdant. Ce goût d'interdit la tentait. Hélas, face à cette fresque de la barbarie peinte à même la sueur, le sang et la crasse de ses participants, elle réalisait encore et toujours sa parfaite impuissance. Si la plèbe acclamait ses champions des abysses, Komorebi serrait le poing. Perdue entre l'ombre des souterrains et la lumière des champs de bataille, elle ne cessait de péricliter entre ces deux mondes. Un spectre incapable de s'affirmer, sinon par sa médiocrité.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Lun 7 Juin 2021 - 22:33
Noyé dans l’obscurité, il se contentait pour le moment d’épier. Tel le vautour, qui aurait attendu que sa proie rende son dernier souffle, le guerrier calciné observait avec la délectation de l’anticipation la scène qui se déroulait devant lui, ce ballet incessant, ces râles empreints de meurtrissures, ne ratant pas une miette de ce savoureux spectacle auquel il savait que, bientôt, il allait prendre part. Un coup de poing lourd et puissant s’abattit dans la dentition d’un pugiliste, dans l’arène ensablée au centre. Yanosa, reconnaissant la valeur et la qualité du coup, tressaillit de façon imperceptible, comme vivant l’action sans même bouger le moindre orteil, trop imprégné de ces joutes pour ne pas là reconnaître une frappe dévastatrice qui signait sans aucun doute possible la fin du combat. Car ici, entre ces murs indistincts, dans ce sous-sol insalubre envahi par la sueur, le sang et le bruit, aucun chakra n’était admis, et de ce contrat tacite, tous les participants et spectateurs en étaient dépositaires. Ainsi, en dépit de tout ce qui pouvait émaner d’un tel endroit de méphitique et de vicieux, y demeurait également la fondation d’une règle qui permettait, à tous ceux qui franchissaient le seuil, de savoir exactement dans quoi ils s’embarquaient. Une chance, une véritable bénédiction, que ces établissements clandestins aient toujours posé leurs bagages dans les sous-sol d’iwajuku, avait songé l’Oterashi, car quelques semaines à peine après les premières vagues de reconstruction effectuées suite au cataclysme Yonbi, déjà l’organisation de ces rixes libres avaient pu reprendre. Et par tous les Kami, ce qu’il en avait besoin, de ces parenthèses délicieusement violentes…

Dans un mouvement ample et fluide, le Chûnin enrubanné de la Roche se leva du banc où il s’était installé en retrait. La foule déjà plongée dans l’animosité ambiante, en remarquant son geste, n’en devint que plus agitée, et c’est avec une intensité redoublée que les paris en tous genres se mirent à se faire à travers la salle. Car tous ici, ou presque, connaissaient sa réputation, celle qui lui collait à la peau depuis ses années de pratique dans ces creusets de violence. Celle du Guerrier Rouge, de celui qui, invariablement, teintait le sable de l’arène du sang de ses adversaires.

Pas à pas, il se fraya un chemin entre les épaules musculeuses, faisant jouer sa propre stature très solide quoi qu’en deçà de celle de l’adversaire qui l’attendait au centre du ring. Sans un mot, il laissa autours de lui le commerce et les pronostics se faire, de même qu’il laissa avec délectation ces sensations de fourmillement lui remonter le long du dos. Puis, réagissant par la plus pure et simple habitude, une fois le départ donné… il laissa la bête humaine au fond de lui prendre le dessus. Le pugiliste face à lui, en sus de son gabarit, avait pour lui une certaine technique, et il ne fallut pas bien longtemps au Tellurique pour s’en apercevoir, lorsque ses coups ne trouvèrent initialement que le vide ou une garde solide. Excellent, ne put-il alors pas s’empêcher de penser, de penser si fort qu’il aurait même pu l’avoir dit à haute voix. Yanosa encaissa un contre dans le plexus et grimaça. Comme un félin hargneux, il riposta immédiatement d’un crochet en extension qui saisit son adversaire à la tempe. Les coups s’enchaînèrent sans merci, et les râles de douleur de part et d’autre éructèrent en tout sens.

Irrité par la vitesse de l’Oterashi, l’adversaire de ce dernier chargea sur sa taille, l’enserrant, cherchant à lui faire perdre l’équilibre. Gorgé d’adrénaline, le Chûnin confiant voulut compléter une guillotine et mettre la nuque du gaillard sur l’échafaud. Sous-estimant légèrement la force du bonhomme, il n’en eut cependant pas le temps, et il sentit alors son corps décoller du sol et partir, loin sur le côté, propulsé corps et bien en direction du publique. Le choc indistinct des spectateurs et de son dos fit certainement plus mal à ceux-ci qu’au Guerrier Rouge, qui se remit rapidement sur pieds en oeillant autours de lui. Une silhouette. Féminine, jamais vue ici auparavant. L’intrigue soulevée par cette vue s’effaça toutefois rapidement devant l’impérieuse nécessité pour Yanosa de se plonger de plus belle dans l’affrontement. Ce qu’il fit, avec une hargne, une précision et une vindicte redoublées. Un tibia trouva trois fois d’affilée le flanc vulnérable de la cuisse droite du pugiliste, mettant sa posture en péril. Un uppercut ravageur le sonna en contre, ralentissant ses mouvements. Un lariat, enfin, le mettait brutalement au sol, le guerrier tellurique au-dessus de lui, et ce fut une avalanche de coup de poings qui s’abattit alors sur le gaillard.

Le sang gicla. Les dents, également. Et ce ne fut que lorsque les bras ballants de son adversaire trouvèrent irrémédiablement le sable crasseux de l’arène, vidé de toute vitalité, que Yanosa stoppa son geste, sortit de sa transe… et se releva droit comme un i. Ses épaules se soulevaient haut et vite, preuve de l’effort physique qu’il avait produit. De ses bandages cicatriciels qui ne le quittaient plus, certains s’étaient déchirés dans la mêlée au niveau des bras et du torse, laissant paraître sous les néons rudimentaires le relief de ses cicatrices indicibles. Puis, comme il y était entré… il quitta le ring.


Spoiler:
 

_________________
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Mer 9 Juin 2021 - 12:37
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa K_r6enWn

L'ode à la violence continuait de se jouer ici-même dans les souterrains. L'œillade nacrée de Komorebi lorgnait longuement la rixe entre deux hommes, dont l'un évoquait une personnalité connue du village. Le galbe enveloppé de bandages du guerrier trahissait sa nature : le Clairvoyant d'Iwa. La Hyūga avait entendu parler de cet homme ayant participé au déicide du Yonbi, au plus près de la bataille. Il était curieux de retrouver ce champion de la Roche s'enfoncer dans l'obscurité des combats clandestins. Mais, faisant fi de cette réflexion, elle préféra apprécier tant bien que mal les échanges de coups que se plaisaient à réaliser l'Iwajin et son concurrent.

L'absence de limites dans cet affrontement dérangeait Komorebi. Il y avait quelque chose de prude, d'innocent dans sa contemplation. Quelque chose qui touchait à son éducation de Hyūga. Pourtant, la voilà encapuchonnée, drapant sa nature noble dans l'ombre de la sorgue, se surprenant à observer ce rituel de barbarie dans les entrailles de la Roche. Elle ne voyait dans ce duel qu'un exutoire pour les deux hommes, alors que se jouait subtilement une science primitive de la guerre savamment orchestré par le Clairvoyant et son opposant. Bousculée dans ses considérations sur l'art de la bagarre, elle fut également bousculée lorsque fit irruption l'objet de ses pensées juste devant elle.

Qu'est-ce que… ?!

Il avait suffi d'un instant d'égarement pour que la momie bien en chair et en muscle atterrisse à proximité de la Déchue. Dans un ultime réflexe, elle s'était écartée de justesse avant d'adopter une posture défensive, maintes fois répétée sous les ordres de son père. De peur d'être démasquée par cette démonstration maladroite du Jūken, elle se rétracta aussitôt à mi-chemin. Elle n'eut guère le temps de réagir davantage, le duelliste regagnant aussitôt le centre de l'arène pour en découdre avec son vis-à-vis. Elle demeura stupéfaite parmi les spectateurs, qui aussitôt reprirent leur entrain pour leurs favoris.

Depuis la disparition de son paternel, jamais Komorebi ne fut confrontée à pareille démonstration de violence. Recluse dans son dojo familial, elle n'avait fait qu'effleurer la réalité d'un monde régi par l'expression de la force sous toutes ses formes. Le reflet maudit de l'Amazone demeurait bloquée sous un plafond de verre régi par son impuissance et l'autorité parentale. Alors, lorsqu'à la fin du combat, elle tenta de s'extraire de l'antre de la bête et qu'elle bouscula à nouveau celui qui manqua de trahir sa formation en Jūken, Komorebi n'en revenait pas. Quelques lanternes éclairaient péniblement la sortie, mais on distinguait suffisamment la silhouette érodée du Clairvoyant. Un instant d'hésitation résulta de ce choc involontaire, avant que par habitude, la demoiselle n'abaisse nerveusement sa capuche.

Hum… euh… beau match, bravo à vous, concéda-t-elle, encore sonnée par cette rencontre.

Après avoir essayé d'écourté l'échange, elle joua une dernière fois des coudes pour se frayer un chemin vers l'éclat lunaire. Mais Komorebi redoutait que cette rencontre n'en reste pas là, et les évènements ne tarderaient probablement pas à le lui démontrer…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Mer 9 Juin 2021 - 22:19
Fut un temps où le Chûnin calciné aurait adoré prendre part à davantage de joutes, enchaîner les combats les uns après les autres pour se noyer dans l’adrénaline procurée par la violence et le goût du sang. Depuis, l’Oterashi avait cependant dû mettre le hola, mais pas pour des raisons qui pouvaient avoir trait à sa condition physique ou aux blessures subies. Si il avait dû se limiter dans ses ardeurs pugilistiques, c’était plutôt pour garder le contrôle, celui qu’il s’évertuait à renforcer sur lui-même, ses pulsions, ses envies et ses frustrations. Il avait vu où le menaient ses élans propulsés par l’instinct bestial qui sommeillait en lui, avait constaté quel manque de résultats concrets ces vrilles comportementales engendraient, et sombrer ne serait-ce qu’un peu dans l’inefficacité était pour le guerrier sans visage l’une de ses principales hantises. Il avait besoin de ces sous-sol, recherchait leurs senteurs âpres et repoussantes, et n’aurait pu pour rien au monde se passer de ces rixes hebdomadaires. Mais il se devait, également, de savoir les « consommer » avec modération.

Respirant toujours lourdement, replongé dans l’obscurité de la périphérie du ring et son anonymat, Yanosa oeilla le sol qu’il venait de fouler, les tâches de sang qu’il avait laissé dans son sillage. Cet homme, se dit-il, il ne l’avait pas raté, mais aussi bon qu’il ait pu être, il était entré sur le ring avec la pleine et entière compréhension des règles qui régissaient les lieux. Et ce n’était pas pour rien, in fine, si ces joutes demeuraient totalement officieuses et se tenaient en dehors de la juridiction d’Iwa. Repassant mentalement en revue les mouvements, ses erreurs, celles de son adversaires qui se trouvait mollement évacué par deux gros bras, l’Oterashi n’anticipa aucunement le choc de son épaule enrubannée contre celle d’une frêle silhouette. La féminine, celle-là même qu’il avait failli heurté lors de sa projection inopportune. Et l’espace d’un instant volé, sans trop savoir si c’était le fait des reflets des néons de mauvaise qualité, le Tellurique crut apercevoir une lueur blanchâtre dans les prunelles de la jeune femme, qui avait promptement rabaissé son capuchon.

« …. Merci…. » répondit-il simplement et laconiquement.

Aussitôt, la jeune femme visiblement gênée, en dépit de son par-dessus qui masquait toute expression ou détail morphologique, s’éclipsa vers la sortie, suivie en premier lieu uniquement par le simple regard perplexe de Yanosa. Mais quelques secondes à peine plus tard, cédant aux sirènes de la curiosité, ce dernier lui emboîtait le pas, se frayant à son tour un chemin jusqu’à l’extérieur où la silhouette féminine lui apparut à nouveau de dos.

« Dis-moi, lança-t-il d’un ton fort et ferme dans la ruelle pour faire savoir clairement qu’il s’adressait à elle. Est-ce que je me tromperais en disant que, même sans te retourner…. tu serais capable de dénombrer précisément mes orteils ? »

Il laissa passer un instant tout en faisant quelques pas, lents et lourds, pour rompre la distance entre lui et la jeune femme mystérieuse.

« C’est dommage… se donner la peine d’aller jusque là, et s’en aller aussi vite… Quoi, c’est l’odeur, hm ? On s’y habitue, pourvu qu’on sache pourquoi on tombe aussi bas… Mais je gage… que tu ne sais pas vraiment pourquoi tu es descendue, pas vrai ? »

Une autre pause, un autre pas.

« … Je te préviens. N’envisage pas une seconde de parler de cet endroit aux autorités. Et si la pensée t’a traversée l’esprit, alors oublie-la vite : certaines personnes ont besoin de certaines choses… que le cadre légal ne peut leur offrir. C’est bien clair ? »

_________________
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Ven 11 Juin 2021 - 13:42
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa K_r6enWn

Elle pensait s'extirper de cette géhenne organisée. Sereinement, sans embûches. Elle croyait qu'en flattant le gladiateur, elle quitterait l'arène plus facilement. Aux portes de la nuit, elle fut vite rattrapée par le combattant. Une brise nocturne couvrit le râle de l'héritière du Byakugan. Le Clairvoyant l'interrompit de justesse. Au vue de l'heure avancée, ils demeuraient seuls dans cette ruelle, avec pour seul témoin l'éclat diaphane de la lune drapée de quelques nuages cotonneux. Loin des aficionados de la violence encadrée, ou des citoyens lambda de la Roche. L'occasion pour Komorebi de s'octroyer un gain de liberté.

A moins que vous n'ayez perdu un orteil dans un combat, ou que vos parents vous aient pas gâtés à la naissance… je dirais dix orteils, comme le commun des mortels.

La rose blanche présentait ses épines. Sans prendre la peine de révéler son dōjutsu, par la parole ou l'action, elle se retourna pour confronter son interlocuteur. Le guerrier se tenait fermement face à elle, comme si leur discussion n'était que l'extension du combat mené dans les entrailles d'Iwajuku. Si la nature n'avait pas doté la Hyūga des compétences pour égaler ses pairs sur le champ de bataille, la vie l'avait suffisamment endurcie pour affûter sa langue, plutôt que ses poings. Aussi fit-elle preuve de silence à l'égard de la remarque du pugiliste, quant à sa venue en ces lieux sombres. Elle-même ne saurait pourquoi elle était venue, et encore moins pourquoi elle resta un temps à s'imprégner de la véhémence confinée dans Iwa, fief des marchands et des fiers représentants du Bushidō.

Depuis la disparition de son paternel, jamais Komorebi ne fut confrontée à pareille démonstration de violence. Recluse dans son dojo familial, elle n'avait fait qu'effleurer la réalité d'un monde régi par l'expression de la force sous toutes ses formes. Le reflet maudit de l'Amazone demeurait bloquée sous un plafond de verre régi par son impuissance et l'autorité parentale. Alors, lorsqu'à la fin du combat, elle tenta de s'extraire de l'antre de la bête et qu'elle bouscula à nouveau celui qui manqua de trahir sa formation en Jūken, Komorebi n'en revenait pas. Quelques lanternes éclairaient péniblement la sortie, mais on distinguait suffisamment la silhouette érodée du Clairvoyant. Un instant d'hésitation résulta de ce choc involontaire, avant que par habitude, la demoiselle n'abaisse nerveusement sa capuche.

En revanche, lorsque vint le moment des menaces, Komorebi s'affirma davantage. Elle n'avait rien à craindre sur ce terrain. Alors elle s'approcha de son vis-à-vis, sans toutefois présenter son regard argenté à ce dernier. Ses yeux se perdirent sur l'enchevêtrement de bandages qui habillait Oterashi Yanosa, avant que la sentence ne tombe.

Et si je parle de cet endroit, vous allez me faire quoi ? Essayer de me massacrer à mon tour, sur la place publique ? Vous plaindre aux autorités ? Vous n'avez aucun droit sur moi, encore moins de me dire ce que j'ai à faire ou à ne pas faire.

La tension grimpait entre les deux soldats de la Roche. On aurait dit que la voûte nocturne se couvrait d'une nue grisonnante. Qu'à tout instant, l'orage viendrait à gronder. Mais tout se désamorça aussitôt que Komorebi pouffa de rire.

Ne vous en faites pas pour votre « réunion de quartier ». Je n'ai aucune raison d'ébruiter son existence à quiconque. À vrai dire… cet endroit m'intrigue, mais je n'arrive pas à mettre des mots sur ce que je ressens. Elle marqua un temps, comme pour accentuer cette introspection qui échappait à son analyse. Et vous, alors ? Vous bagarrer en mission et vous frotter à un gorille géant, ça ne vous suffit pas ? Qu'est-ce que vous venez chercher dans cet endroit crasseux ? questionna-t-elle le baroudeur sur un ton plus léger.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Ven 11 Juin 2021 - 20:09
A son hameçon jeté au gré du courant, le Chûnin enrubanné ne trouva aucun poisson pour mordre, mais tel le pêcheur rompu à l’exercice qu’il était, il savait que ça ne voulait pas nécessairement dire que l’affluent n’abritait pas l’objet de sa curiosité. Avec un aplomb qui trancha net avec l’attitude gênée et contrite que Yanosa avait observé plus tôt, la jeune femme se retourna sans révéler davantage de son visage que son menton et sa lèvre inférieure, timidement éclairés par les lumières ténues qui évitaient à Iwajuku de sombrer dans une obscurité de fait. La manœuvre était fine, le verbe assuré, et si rien dans les mots de la mystérieuse observatrice ne pouvait infirmer ou confirmer la mince théorie du Tellurique, le fait même que cette femme n’ait pas dénoté l’absurdité de la question qu’il lui avait posée pouvait laisser la balance pencher d’un côté en particulier.

« … Te massacrer ? Allons bon. Seuls ceux qui ont des penchants pour le sado-masochisme ou qui sont exceptionnellement sûrs d’eux peuvent évoquer une telle éventualité avec autant de décontraction... »

Il doutait évidemment de la possibilité que cette inconnue ait ce genre de penchant, mais la titiller sur le point fort qu’elle avait commencé à afficher en s’adressant ainsi à lui aurait le mérite de vérifier si il s’agissait ou non d’un bluff éhonté. Selon toute vraisemblance, Yanosa venait de tomber sur une bête qui possédait des griffes, et il était dès lors curieux de voir à quel point elles pouvaient se montrer acérées. Lorsque la féline inconnue rompit la tension d’un rire étouffé, le guerrier de pierre haussa toutefois brièvement un sourcil en remontant le menton, quelque peu soulagé au fond que cette femme n’ait pas été un agent du Shishiza chargé de monitorer les activités illicites qui se déroulaient dans les profondeurs d’Iwajuku. A supposer qu’elle joue carte sur table, songea-t-il, cette inconnue ignorait apparemment elle-même ce qui l’avait poussé à venir observer de près les élans de violence bruts qui pouvaient sévir dans ce genre de sous-sol, et sans savoir qui elle était, difficile pour le Tellurique de se livrer aux conjectures qu’il affectionnait tant d’ordinaire. Même si, au fond, plusieurs hypothèses et profiles pouvaient commencer à se dessiner dans son esprit.

« Oh. Alors tu sais qui je suis. Si injuste, que je ne puisse pas en dire autant de toi… lança-t-il d’un air presque narquois au travers des bandages qui recouvraient son visage. Ce que je cherche… Sûrement à ne pas oublier. Ce que c’est d’être humain, de devoir se frotter à la violence de ce monde, sans pouvoir me reposer sur ce que la nature m’a donné. Les luttes auxquelles doivent faire face les civils peuvent paraître bien insignifiantes en comparaison d’un singe de lave géant capable de balayer des cités… Et pourtant, elle sont à la base de tout. C’est quelque chose que nous, shinobis, ne devrions pas oublier. »

Observant le vide de la ruelle au-delà de la jeune femme, il s’avança vers elle mais en la dépassant sur le côté, inspirant profondément l’air frais de cette soirée estivale pour en savourer les embruns montagneux.

« … Si cet endroit t’intrigue, de deux choses l’une… Soit tu es fascinée par l’inconnu, et fais partie de ces gens qui aiment toujours comprendre ce qu’ils ont sous les yeux, soit… Tu as toi-même des raisons de vouloir expérimenter cette violence, cette… « crasse ». Et si je ne te cache pas que ça m’amuserait beaucoup de dénicher ces obscurs desseins que tu te dissimules peut-être à toi-même… c’est avant tout à toi de les trouver, si tu veux avancer. »

Un pas de plus, en direction du fond de la ruelle, laissant la jeune inconnue derrière lui.

_________________
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Ven 11 Juin 2021 - 23:42
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa K_r6enWn
Ne pas oublier, donc ? Entretenir le cycle de la violence auprès des civils ? Drôle de réponse. Est-ce donc là le sort qui attend les vétérans du monde shinobi ? Quelle plaie… susurra-t-elle pour finir, à elle seule.

Les motivations d'Oterashi Yanosa le Clairvoyant firent douter davantage la Hyūga. Malgré son absence de convictions, elle avait toujours été élevé dans un environnement qui favorisait les apparences à l'exercice de la violence. Le Clan Hyūga, malgré sa puissance incontestable, exsudait d'une aura de noblesse qui prônait une belle harmonie des choses plutôt qu'une lutte des idées. Le Poing Souple, le statut privilégié du clan, l'héritage des ancêtres et de la nouvelle génération… Komorebi avait grandi dans cet environnement-là. Malgré sa constante faiblesse, on lui avait appris à bien se tenir, à faire honneur au nom de son clan, d'abord dans la lumière des rencontres mondaines, puis en se plongeant dans l'ombre de l'oubli. Même dans le dojo familial, l'apprentissage du Jūken inculquait à ses praticiens une certaine esthétique, une distinction martiale qui visait tant à impressionner qu'à suivre les traces de ses prédécesseurs. Le Poing Souple ne constituait pas qu'un simple outil pour frapper l'ennemi à l'intérieur, il s'avérait aussi être un art qui visait à exposer sa noblesse d'âme à l'extérieur.

Elle savait pourtant que par-delà l'enceinte de son village caché, le conflit existait sous différentes formes. La guerre. La famine. L'oppression. Le crime. Et qu'il ne suffirait pas de beaux discours et de faire montre du talent des Hyūga pour la calligraphie pour faire taire la plèbe étouffée dans le Yuukan par le chakra et ses conséquences désastreuses. Alors… il fallait se battre. Et pour ceux qui n'avaient pas hérité de cette pupille magique qu'était le Byakugan, la violence devenait leur art. À cet égard, Komorebi voyait en Yanosa un esthète en la matière, par ses exploits comme son affrontement quelques minutes plus tôt.

L'inconnu, hein… Komorebi leva la tête vers la Lune, dos au Clairvoyant. Que c'est étrange. J'ai toujours vécu comme enfermé en cage, ici. Emprisonnée dans le respect des apparences, d'un héritage que j'ai jamais demandé. J'ai eu ensuite la chance de voyager à travers le monde, pour découvrir de nouvelles cultures, des paysages insoupçonnés. Mais je me suis pas rendu compte qu'on faisait que me transporter dans ma cage. Et c'est finalement au cœur de cette cage que je découvre l'inconnu. Un autre monde caché sous la Roche, dans la « crasse ».

Komorebi contempla longuement la projection astrale de son Dōjutsu sur la voûte céleste. Cette soirée n'avait rien de ses escapades solitaires, passées à échapper son quotidien. Rien à voir avec ses journées, passées à essuyer les conséquences de sa condition auprès des siens. Elle ne savait toujours pas où cette discussion avec cet homme la conduirait, mais elle décida de se laisser porter par la bise.

Je ne sais pas si je peux comprendre ce monde. Cet univers qui m'était inconnu auparavant. J'ai déjà suffisamment expérimenté ma propre violence avec les miens. Par réflexe, elle porta une main à son avant-bras gauche afin de la recouvrir dans une expression de peine. Au final, je ne fais qu'errer entre les mondes. Je n'ai plus le droit de vivre dans la lumière, ni l'envie et la force. Et quant à l'ombre… j'y ai encore moins ma place. Je tiendrai pas deux minutes même contre le gorille le plus aviné parmi vos petits copains d'en bas… fit-elle remarquer dans un éclat de rire.

Alors que la brise nocturne soupira à sa place, elle réalisa que son obsession personnelle tournait à l'égoïsme. Elle se confiait depuis des minutes à cet homme que le village tout entier connaissait, mais qui demeurait un inconnu pour elle malgré tout. Mais après tout, n'était-elle par attirée par l'Inconnu ? Alors, une énième fois… elle décida de plonger son regard dans l'abîme.

Qu'est-ce qui vous a conduit là-dedans, vous ? Comment on en arrive à votre parcours de vie, pour au final se défouler le soir contre quelques gaillards histoire de pas perdre la main ? Je vous rassure, je ne compte pas vous plagier.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Sam 12 Juin 2021 - 15:38
« Ha… Le mot « violence » dans ta bouche sonne si mauvais, maléfique… évitable. Si tu penses vraiment que notre but en tant qu’espèce devrait être d’éviter toute forme de violence… j’espère que tu t’es préparée à courir après des chimères. »

C’était un euphémisme dans la bouche du Tellurique qui, bien loin d’espérer éradiquer la violence du monde, était convaincu que la cultiver dans un terreau sain et propice était au contraire la meilleure façon de la canaliser et de l’utiliser à bon escient. Civils comme shinobis, tous aspiraient d’une façon ou d’une autre à exprimer par leur corps ce que leur esprit leur soufflait, et pour bâtir une société qui puisse accepter pleinement les prémisses qui dictent les fondements de l’espèce dont elle était composée, mieux valait les embrasser que de tenter de les cacher honteusement et grossièrement sous le tapis.

Son attention partagée entre le discours de la jeune femme et l’obscurité qui se terrait au bout de la ruelle, Yanosa fronça légèrement les sourcils en continuant à additionner les éléments qui tendaient à confirmer sa théorie. Grandir dans une cage, voir le monde autrement que par le prisme de missions à haut risque, autant de détails qui trahissaient de plus en plus l’ascendance noble et codifiée de celle dont il ignorait toujours le nom. Et de ces castes de personnes qui se percevaient toujours au-dessus des autres tout en ne craignant pas ouvertement la confrontation, il n’en connaissait pas moult.

« … Si tu nourrissais l’ambition de pouvoir te défendre contre ces hommes imbibés d’alcool, dit-il en se retournant vers elle, ce serait à toi de t’en donner les moyens. Car, et c’est certain, personne ne viendra te les donner sur un plateau, à contrario du reste… Si cette errance t’insupportes, alors arrache t’en. Choisis qui tu veux être, et quel chemin tu veux arpenter. L’inertie, jusqu’à preuve du contraire, n’a jamais mené nulle part. »

D’un œil inquisiteur, flamboyant dans la relative pénombre, le guerrier sans visage cerclé de ses bandages étudia la posture de la jeune femme qui lui tournait le dos. Elle cherchait quelque chose, c’était certain, mais en était-ce à dire que c’était tout bonnement une identité qu’elle convoitait ? Si il n’avait aucun doute qu’elle avait un nom, cela pouvait en tout cas expliquer pourquoi elle n’avait pas jugé opportun de le lui révéler, car peut-être, au fond, ne s’y identifiait-elle que peu voire pas du tout.

« ...Ha ! Vaste question… L’école militaire dans laquelle mes parents m’ont envoyé enfant a joué son rôle, pour sûr, mais pas certain que ce séjour ait eu exactement l’effet escompté au final. Le reste… le reste tient des cadeaux que m’a fait la nature, et de ma résolution à les utiliser pour me battre pour mes idées. Contre celles que je juge ineptes ou fallacieuses. J’ai beaucoup à accomplir et pour y arriver… je ne dois pas faiblir. »

Laissant son regard voguer quelques instants sur le côté, il regagna ensuite les frêles épaules de son interlocutrices mystère.

« … Qui que tu sois. Je ne refuse jamais mon aide à un défenseur de la cité qui désire s’améliorer. Si tu trouves la volonté pour t’extirper de tes carcans… retrouve-moi demain, sur le haut plateau nord-est. »

_________________
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Hier à 22:49


Duel of the Tough • Oterashi Yanosa K_r6enWn

Dès sa naissance, l'espèce humaine se confrontait à la rudesse d'un monde hostile. Combien de mères ont souffert pour voir leur progéniture quitter l'obscurité de leurs entrailles ? Combien de rejetons ont hurlé à la mort dès les premiers instants de leur vie ? Si tôt la vie instillée, l'Homme devait accepter la brutalité de son éphémère vie. Il devait affronter la violence de ce monde sans cesse, sous différents obstacles : la maladie, la faim, l'ire de la nature sous toutes ses formes. La vie en elle-même était une manifestation hétéroclite de la violence pour tout un chacun. Et le Yuukan, territoire par excellence de la caste des shinobis, constituait un sanctuaire naturel à la gloire des luttes qui animaient les peuples depuis la nuit des temps. Komorebi, enfermée dans sa cage, se refusait pour l'heure à embrasser ce dogme, préférant cultiver l'illusion d'une malédiction qui la frappait à elle seule.

Yanosa semblait néanmoins éveiller quelque chose en elle. Une prise de conscience inconsciente qui stimulait l'égo de la Déchue. Depuis des années elle s'était résolue à accepter ses limites. A se contenter d'une vie dans l'ombre. Mais les mots du Clairvoyant résonnèrent en elle avec fracas. Au fond d'elle, une part d'elle désirait acquérir cette force, cette capacité à vaincre. Non pas pour être reconnue comme une Hyūga, mais avant tout comme Komorebi. Une kunoichi. Une pensée curieuse traversa son esprit. La scène de son duel avec quelque balourd conduisant à sa victoire éclatante. Le spectacle, bien trop irréaliste au demeurant, ne la dégoûtait pas néanmoins. Mais elle continuait de serrer le poing en parallèle, alors que le souvenir de ses multiples défaites défilait en rafale dans sa psyché.

Komorebi se refusa à admettre ses torts. Face à cet inconnu qui ne connaissait rien d'elle, elle n'avait pas besoin de lui ressortir la même soupe neurasthénique qu'elle servait à ses pairs à propos des raisons de son impuissance. Elle esquiva également cette introspection qui la faisait douter de son statut de Déchue, et la faire rêver de plus grand. Elle se contenta d'écouter l'histoire d'Oterashi Yanosa, celle des prémices de sa carrière au sein d'Iwagakure no satō.

Je vois mieux, à présent… C'était faux. Elle se contenta de répondre pour meubler la conversation. Bien trop perdue dans ses pensées. Mais elle tâcha d'en faire comme s'il en était autrement.

La main tendue de Yanosa acheva d'instiller le doute dans son esprit. Des années que ses pairs la poussèrent à se surpasser, d'abord par conviction héréditaire, puis par orgueil, et enfin par obsession. Des années que Komorebi se persuade qu'elle était capable de s'asseoir sur l'épaule de géant, avant de se rendre compte qu'elle n'avait fait que de s'enfoncer sous leurs pieds. Méritait-elle une seconde chance ? En était-elle au moins capable ? Le désirait-elle ? Et pourquoi maintenant ? Du haut de ses vingt-sept ans, elle avait fini de se convaincre que son médiocre potentiel avait atteint son acmé, là où des illustres presque deux fois plus jeunes qu'elle s'élevèrent au rang d'Amazone et d'Idole de la Roche.

Je…

Elle n'eut guère la capacité de trouver la réponse. Elle préféra au lieu de ça remercier le Chūnin pour sa compagnie et disparut dans la pénombre nocturne. A vrai dire, elle-même n'avait pas vraiment la réponse à la proposition de Yanosa.


L'aube était passé depuis un certain temps. La matinée amorçait sa seconde moitié. L'éclat du roi des cieux couvrait avec ardeur les terres de Tsuchi. En hauteur, nul n'échappait à son emprise. Il n'était nulle lumière qui filtrait parmi les arbres*. Du moins pas encore. Alors que la silhouette du Clairvoyant demeurait solitaire, elle fut bientôt rejointe par une ombre. La forme qui charriait cette ombre semblait faite de la même étoffe; elle peinait d'ailleurs à subsister tant la chaleur du soleil devenait oppressante. Mais Komorebi put heureusement compter sur quelques rafales qui l'extirpèrent du joug du soleil une fois son ascension achevée.

Par fierté, elle tâcha d'éviter de haleter devant le Clairvoyant. Au fond d'elle, elle demeurait encore peu sûre des raisons qui la motivèrent à faire le premier pas. Un maigre espoir de rédemption, peut-être. Toujours est-il qu'elle avait accepté qu'elle le veuille ou non la proposition du Géomancien.

Me voici.

A la faveur du jour, son œillade nivescente apparaissait comme le soleil. Et, à la fois pour lutter contre la chaleur presque estivale, que contre les tourments de son passé, elle se présenta face au Chūnin les manches relevées. Ses bras dévoilaient dès lors une multitude de cratères. Autant d'impacts qu'une lune de chair éprouvée par des années de sévices paternels. Ce n'étaient en rien des brûlures de cigarette, mais bien l'expression forcenée du Poing Souple qui se gravait éternellement dans l'enveloppe charnelle de Komorebi. Et c'était pour vaincre ce même Jūken qu'elle se tenait probablement ici, sur les hauteurs qui dominaient son propre domaine clanique.

*Komorebi, en japonais.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Empty
Aujourd'hui à 13:06
Subrepticement, le pugiliste enrubanné avait senti une forme de trouble envahir l’inconnue qu’il avait suivi au dehors du sous-sol où se livraient des combats clandestins. Il ne pouvait pas voir son visage, mais son stoïcisme apparent, son soudain manque de répondant qui contrastait drastiquement avec la confiance qu’elle avait affiché quelques instants auparavant le poussaient à croire que d’une façon ou d’une autre, son discours ne l’avait pas laissée indifférente. Le tout était de savoir dans quelle mesure, et il fut bien forcé d’admettre, surtout après que la jeune femme se soit éclipsée sans rien ajouter de plus, qu’il lui était difficile de le déterminer. Allait-elle relever cette forme de défi qu’il lui avait lancé en l’invitant à le rejoindre le lendemain au Haut Plateau ? L’envisageait-elle seulement ? Cette interlocutrice mystère avait eu la langue bien pendue, mais avait semblé aux yeux perçants du Tellurique quelque peu désarçonnée lorsqu’il avait s’agit de s’attaquer concrètement à ses problèmes.

Il soupira, crachant au sol dans la ruelle un mollard encore chargé de son sang. Inutile de lui donner la chasse, songea-t-il : elle viendrait, ou ne viendrait pas. Peu importait à la vérité, puisque sur ce temps de rencontre qu’il lui avait proposé, l’Oterashi était déjà supposé se trouver sur le plateau en question à s’entraîner comme il le faisait souvent afin de perfectionner ses arcanes et enchaînements les plus complexes. Des exercices auxquels il ne pouvait, sous aucun prétexte, se livrer dans le genre d’endroit qu’il avait fréquenté ce soir. Sans demander son reste, Yanosa arpenta donc les avenues restaurées de la cité, allant retrouver la sérénité de son cocon de pierre au coeur du Dojo afin de laisser ses pensées s’épancher dans la Terre.

Le lendemain, aussi sûrement que le soleil s’était levé, le guerrier calciné se rendit au plateau qu’il usait la plupart du temps, se plaçant en tailleur sur sa surface maintes fois ravagée faite de rocs et de poussière. Ainsi en position, il s’évertua alors à étendre ses flux telluriques à travers les strates de la montagne aussi profondément et discrètement que possible, flirtant dans son esprit avec l’omnipotence de ces titans millénaires tout en restant parfaitement immobile. Ainsi plongé dans son exercice, il en vint à totalement oublier sa rencontre de la veille, et ce ne fut que lorsque ses sens lui rapportèrent les mouvements d’une personne seule, et au gabarit relativement fluet, qu’il se rappela. Un sourire vint subtilement fendre son visage recouvert de bandages, ses yeux fermés toujours concentrés sur sa tâche.

« ...On dit parfois que c’est le premier pas qui coûte le plus. Que les suivants coulent de source. »

Lentement il se releva, sentant toute la douloureuse tension dans ses cicatrices et ses plaies se répercuter à l’infini dans son système nerveux. Ses yeux du même coup s’ouvrirent, se posant pour la première fois sur les traits fins et durs de la kunoichi. Ainsi que sur ses prunelles blanches si reconnaissables qui siégeaient dans ses orbites. Intérieurement, il se félicita brièvement d’avoir vu juste dans son raisonnement de la veille, mais bien loin de vouloir se targuer ouvertement d’une déduction aussi vide de conséquences, il se contenta de hausser légèrement le menton.

« … Ce dicton ne s’applique pas vraiment aux arts du combat. Mais ça, j’imagine que tes pairs te l’ont déjà enseigné… fit-il en laissant son regard se poser un bref instant sur les marques de coups sur les bras de la Hyûga. Tu veux devenir plus forte, t’extirper de ta cage : parfait. Maintenant dis-moi : pourquoi. La liberté ? Ta, liberté ? Pour prouver ta valeur, te faire une place dans les hautes sphères de ton clan si réputé ? Allez... »

D’un vif mouvement de la main, le guerrier sans visage expédia alors prestement un projectile de roche effilé apparu dans l’ombre de son avant bras, droit vers le buste de la jeune femme aux traits pourtant si mûrs et cerclés d’amertume.

« … brise ces chaînes, et montre-moi de quoi tu es capable. »



Spoiler:
 

_________________
Duel of the Tough • Oterashi Yanosa Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Duel of the Tough • Oterashi Yanosa

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: