Soutenez le forum !
1234
Le deal à ne pas rater :
12 + 6 gratuites = 18 bouteilles – Vin rosé de Languedoc-Roussillon
59.99 €
Voir le deal

Partagez

Capacités histoire de famille [Background/CS2]

Metaru Akagi
Metaru Akagi

Capacités histoire de famille [Background/CS2] Empty
Mer 16 Juin 2021 - 21:55
RENCONTRE HIVERNAL
Hiver 192


Les flocons ne cessaient de tomber en cet hiver cent quatre-vingt-douze. Les majestueuses montagnes surplombant Kumo se nappaient des couleurs de cette saison de fin d’année. Ce voile blanc réfléchissant le soleil, éblouissait Akagi alors qu’il suivait son père dans l’une de ses ascensions quotidiennes pour trouver du minerai rare dans les méandres des galeries s’enfonçant dans le cœur de la montagne. Le vent s’était levé alors que les deux Metarus gravissaient la pente vers l’entrée des galeries repérées quelques jours plus tôt par Kintaro. Soulevant avec lui la neige déjà présente sur les flancs de la montage et apportant la morsure cinglante du froid sur le visage des fils du fers.

L’ascension continuait cependant sans broncher, arrivant sur un plateau Akagi entendit son père ronchonner à propos d’un chemin obstrué et lui demanda de l’attendre le temps qu’il fasse un peu de reconnaissance. A dix huit ans Akagi avait depuis longtemps appris qu’argumenter avec sa figure paternelle lors de ses escapades minières ne servait à rien. Le Metaru vieillissant gardait ses habitudes comme si son fils avait encore la dizaine d’année. Cela importait peu, le jeune homme appréciait le temps passé avec son père désormais et les connaissances qu’il lui distillait sur l’art de la forge étaient devenues précieuses. Là où quelques années auparavant il ne laissait place qu’à la rancœur face à l’apprentissage à rallonge de son père l’empêchant d’intégrer l’académie. Il attendit donc sans broncher posant son regard candide çà et là sur la beauté de la nature.

Contemplant le paysage, une couleur plus chaude sur le côté gauche du plateau attira son attention, la corniche semblait continuer derrière la montagne et le rayonnement d’un feu de camp, probablement, se découpait sur la ligne de la montagne. Intrigué le jeune Metaru décida de s’en approcher. Arrivant à l’angle de la corniche il resta cacher derrière l’immensité rocheuse et observa discrètement la provenance des rayons de lumières ayant éveillés sa curiosité.

Le spectacle fut pour le moins inattendu. Quatre torches positionnées illuminaient une scène qui restera gravé dans la mémoire d’Akagi durant toute sa vie. Au centre des torches, une femme nue dans les âges du genin se faisait recouvrir de neige par une femme plus âgée vêtue elle de cuir et portant des peintures guerrières sur le visage. Akagi se concentra sur la jeune femme allongée au sol, elle aussi avait des peintures rougeâtres sur le corps et semblait résister pour ne pas montrer que le froid l’atteignait. Ses cheveux blonds encadraient un visage qui ravissait le jeune Metaru. Le jeune adulte sentit se joues s’empourprer légèrement et fut déçu de voir la neige recouvrir complètement ce corps parfait qu’il découvrait. Malgré tout il contempla toujours la scène essayant de comprendre les raisons de ce rituel, la jeune femme semblait se l’infliger de plein gré et sourit même à l’ancienne un court instant.

Après ce qui sembla être une éternité la jeune femme sortie d’elle-même de la neige et courue -tant bien que mal- attraper une hache de guerre à deux têtes. Elle s’élança dans une lutte virtuelle tachant malgré le froid et la circulation sanguine de son corps ralentie de se mouvoir avec vitesse et précision. Les traits de jeune femme se transformèrent, son visage si doux devint l’incarnation de la colère comme si elle luttait pour garder le dragon qui sommeillait en elle et qu’à cet instant il prenait le pouvoir. Ce balai meurtrier mêlant nudité, férocité guerrière et froideur hivernal resterait l’un des souvenirs les plus chers au Metaru. Une voix puissante, arrachant Akagi à son état contemplatif, s’éleva au loin :

« Akagi ?! »

Les têtes des deux déesses guerrières se tournèrent vers l’origine du son, dans la direction d’Akagi. Celui-ci bondit à couvert priant pour avoir été assez rapide, s’empourprant à l’idée de devoir expliquer la situation dans laquelle il se trouvait. Le Metaru retint son souffle et soupira discrètement lorsqu’il perçut à nouveau les mouvements dans la neige, la danse devait avoir repris. Il recula et se rapprocha de son père, puis partit à sa suite dans les grottes qu’abritaient la montage. Le genin ne le savait pas mais cette rencontre hivernale ne quitterait jamais son esprit.

_________________
Capacités histoire de famille [Background/CS2] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Capacités histoire de famille [Background/CS2] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 8:42
PREMIER ECHANGE
Printemps 193

Akagi participait bien plus souvent aux pérégrinations de son père qu’à l’accoutumée depuis l’hiver d’avant. Bien que Kintaro se demanda d’où provenez ce soudain regain d’intérêt de son fils pour la recherche de nouveaux métaux, il prit son enthousiasme avec joie et le laissa l’accompagné aussi souvent qu’il le souhaitait. Ce que le père d’Akagi ignorait, son fils profitait de ces voyages pour retourner sur cette fameuse corniche où son esprit s’égarait encore la nuit pendant son sommeil. Il espérait pouvoir revoir ces deux guerrières et notamment la plus jeune pour faire sa connaissance. Plusieurs jours, puis semaines passèrent sans que le jeune homme ne pût revoir l’idéal de ses rêves. Cependant s’accrochant à son rêve, sa détermination, trait bien connu du Metaru, ne flanchait pas, il continua inlassablement à retourner sur cette corniche.

Un jour de printemps, alors qu’il se rendait nonchalamment vers cette fameuse corniche son espoir s’amenuisant. Il tomba nez à nez avec la jeune femme de ses pensées, qui s’entrainait, cette fois-ci vêtue, au maniement de la hache. Akagi n’avait pas caché sa présence cette fois-ci, tout d’abord parce qu’il souhaitait lui parler mais aussi parce qu’il ne croyait plus tomber face à elle. Lorsque des yeux couleurs émeraudes se posèrent sur lui, le genin ne su tout de suite quoi dire. Il resta de marbre pendant quelques secondes. La jeune femme parut attendre tout d’abord qu’Akagi face le premier pas, puis comme se désintéressant de lui, elle recommença sa joute virtuelle. Enchainant gracieusement les coups d’estocs et de tailles. Alors que le Metaru s’apprêtait à lui adresser la parole, il comprit que celle-ci souhaitait finir tranquillement son entrainement et comme un message subliminal, elle lui faisait comprendre que sa présence ne la gênait pas pour finir celui-ci. Akagi s’adossa à la paroi de la montagne et la regarda s’entrainer pendant une heure sans émettre de son. Le forgeron ne pouvait qu’être ébahi par la dextérité avec laquelle cette être paraissant si fragile arrivait à mouvoir une arme paraissant si lourde et incongrue dans ses fines mains. Pourtant elle était féline, rapide et mortel. Le Metaru applaudissait intérieurement devant chaque nouvelles bottes, dont la complexité semblait ne pas s’arrêter d’augmenter.

Finalement la guerrière s’arrêta et rangea son arme. Akagi s’approcha doucement et lui :

« Impressionnant. Je suis bouche-bé par tes capacités c’était… incroyable, merci de ne pas m’avoir chassé »

La jeune femme finissait de nettoyait la sueur qui perlait à son front et regardant durement d’une lueur taquine le Metaru, elle lui asséna :

« Mieux que la dernière fois ? »

Le visage du Metaru vira au pourpre en moins de temps qu’il ne le faut pour le dire, il hésita. S’excuser semblait la bonne chose à faire cependant cette femme ne semblait pas du genre à aimer les regrets irréels. Comment pouvait-il s’excuser d’un moment qu’il choyait encore aujourd’hui. L’hypocrisie ne lui sied pas, il déclara donc avec franchise :

« Non, difficile de faire mieux que la dernière fois. »

Un sourire éclaira le visage de la jeune femme ainsi l’homme face à elle n’avait pas froid aux yeux et ne se cachait pas dans des explications fallacieuses. Elle appréciait cela, il n’empêchait que son indiscrétion méritait réparation. Elle se rapprocha doucement du Metaru, elle lui envoya un puissant coup de pied dans l’entre-jambe, sans se départir de son sourire, elle lui déclara :

« Je considère que l’on est quitte. »

Akagi plié en deux au sol, des larmes aux yeux reprit sa respiration plusieurs fois avant de lui demander alors qu’elle s’éloignait :

« Comment t’appelles-tu ? »

Le bourreau de la masculinité du Metaru se tourna légèrement et répondit après un petit temps de pause :

« Ylia »

_________________
Capacités histoire de famille [Background/CS2] Pg49_110
KUMO:
 


Dernière édition par Metaru Akagi le Dim 27 Juin 2021 - 18:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Capacités histoire de famille [Background/CS2] Empty
Dim 27 Juin 2021 - 18:30
Cadeau inattendu
Printemps 193



Akagi forgeait une hache, enfin il forgea plus d’une demie douzaine de hache depuis maintenant plus d’une semaine. Le Metaru travaillait sans relâche dans la forge familiale. Il semblait posséder. Toute les haches qui jonchait le sol semblait de prime à bord parfaite et bien équilibré mais le Metaru n’était pas satisfait. Il voulait créer la hache parfaite pour faire amende honorable. Kintaro passait de temps à autre dans la forge laissant son fils travailler. Il ne comprenait pas son soudain entêtement mais décida de le laisser faire. Akagi ne faisait que s’améliorer en pratiquant à quoi bon le retenir qu’importait la raison.

Akagi continua inlassablement. Chauffant le métal à blanc, utilisant au minimum son don travaillant autant que possible le métal de façon traditionnelle. Il suait à grosse goutte alors qu’il frappait sur le metal pour l’écrouir. Utilisant son marteau favori, il tenté d’incorporer dans sa création deux métaux très divergent. Un métal d’argent servant au fil des deux têtes de la hache de guerre qu’il créait ainsi qu’un métal de carbone d’un noir profond servant de manche et de soutiens aux deux têtes. Il créait aussi avec le métal argenté des reliures sur le manche. Ces reliures s’entrelaçaient telles les branches d’un arbre depuis le pied et trouvant leurs fins sur chacune des deux lames de cette magnifique hache. Les terminaisons donnaient naissance à des têtes de corbeaux, oiseaux annonciateurs de destin funeste. Akagi envoya un dernier coup sur la hache et la trempa ensuite rapidement dans un seau à sa portée. Après quelques secondes de plongée, il l’a sortie et la regarda sous toutes les coutures. Une étrange satisfaction naquit au sein du Metaru, il se tenait devant sa plus belle réalisation jusqu’à ce jour. Il comprit alors pour la première fois ce que son père ressentait lorsque qu’après des jours de travail acharné il créait l’objet de son imagination. Il enveloppa soigneusement sa création dans un linge puis quitta la forge.

Quelques semaines plus tard après plusieurs semaines d’essais et d’écher à retrouver Ylia sur le flanc de la montagne, il la rencontra une nouvelle fois. Celle-ci s’entrainait comme à l’accoutumée. Il s’approcha doucement annonçant sa présence. Celle-ci fint l’ignorance et termina sa routine. Lorsqu’elle s’arrêta Akagi révela le linge derrière son dos et lui tendit :

« En guise d’excuse et de réconciliation »

« Réconciliation, nous n’avons jamais été ami que je sache ?! »

Akagi ne releva pas attendant que la jeune femme ouvrît son cadeau. Elle le fit lentement suspecte et étonnée du geste. Lorsqu’elle finit de déballer l’arme, une expression de contentement et de choque semblait ne plus quitter son visage. Sans un mot elle détailla l’arme, passant son tranchant au fil de son doigt. Puis testa son équilibre en faisant quelques passes. Elle regarda finalement Akagi dans les yeux et lui lança simplement :

« Pourquoi ? »

Le genin sourit, loin de lui l’envie de lui dévoiler toutes les raisons de cet acte il lui répondit simplement :

« M’apprendrais-tu ton art martial du combat à la hache ? »

La jeune femme sourit en retour. Voilà un type bien inusuel. Cependant devant le cadeau incroyable qu’il lui avait fait comment pouvait elle refuser. De plus, il ne la laissait pas indifférent et elle sentait bien que son geste n’était pas uniquement dû à son envie d’apprendre. Elle acquiesa en le mettant en garde.

« J’accepte à une condition. Aucune plainte… Elle s’arrêta gênée de constater qu’elle ne connaissait toujours pas son nom, comment t’appelles tu ? »

« Akagi, s’arrêtant il décida de ne faire aucune cachoterie, Metaru Akagi. »

Yliua fronça les sourcils et regarda à nouveau l’arme. Ainsi elle venait d’obtenir une arme forgée par la maison la plus renommée dans cet art. elle n’en croyait pas ses oreilles. La blonde se demandait s’il elle devait railler l’homme face à elle pour sa stupidité dévoilant son appartenance à une étrangère mais la gladiatrice ne se sentait pas d’humeur railleuse surtout pas face à ce que son estomac lui faisait ressentir. Retrouvant sa contenance, elle leva sa nouvelle arme dans sa main et jeta l’autre au Metaru. Elle lui lança :

« Alors Metaru, on commence ? »

_________________
Capacités histoire de famille [Background/CS2] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Contenu sponsorisé

Capacités histoire de famille [Background/CS2] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Capacités histoire de famille [Background/CS2]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: