Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le réveil [Libre]

Aka no Akuma
Aka no Akuma

Le réveil [Libre] Empty
Jeu 17 Juin 2021 - 20:08
Dix-septième souvenir ─ Lorsque tu te réveilleras, même si tu ne t'en souviens pas, tes efforts et sacrifices te reviendront. Tel est le sens du mérite.


La tête est encore lourde. Mais après quelques efforts bien consentis, l’homme arrive à se lever. Ses jambes sont fébriles, ce qui lui semble être inhabituel. Difficile, dans son état, de distinguer ses impressions de ses certitudes. Et à dire vrai, il n’arrive pas vraiment à trouver de ces dernières. Mais quelque-chose lui intime de penser à sa situation physique. S’il est aussi rouillé, au point d’avoir eu du mal à se tenir debout, c’est qu’il a dû dormir pendant longtemps. Combien de temps ?

Une question rapidement rétrogradée dans son importance. Car avant toute chose, le jeune étranger n’a aucune idée d’où il se trouve. Difficile de se concentrer sur de potentiels indices, puisqu’une autre priorité – qui lui est personnellement suprême en l’instant – lui revient aussitôt.

Ce paysage brumeux, il ne le voit presque qu’à moitié. Alors il se souvient de sa main qu’il n’a pas vu se poser sur son visage. Et pourtant, elle était là, lui tâtant un œil qu’il n’avait plus. A la place, il avait cette « chose » à la fois douce et rugueuse, presque… végétal.

* Qu’est-ce que cela peut-il bien être ? *

Une question des plus légitimes pour celui qui n’a plus de repères. Mais même sans ceux-ci, il est pris d’un réflexe directement lié à ce qu’il sait et ce qu’il a voit. Le brouillard se levant sur des marécages non loin. Il y a peut-être des points d’eau. Et qui dit point d’eau… dit reflet.

Alors il court puis manque de se trébucher, avant de s’agenouiller à la première rencontre avec un peu d’eau. Mais malheureusement, c’est face à un marais qu’il se retrouve, dont l’opacité lui interdit de constater son propre reflet.

Il doit rechercher pendant quelques minutes une source moins visqueuse, dans laquelle il n’hésite pas à plonger ses mains pour en écarter les résidus. Et c’est enfin là qu’il peut distinguer un reflet dont il est difficile d’y déceler les traits. Mais il a la confirmation de ses récentes sensations et de ses touchers.

Il n’a plus d’œil gauche. A la place, quelques tiges – faisant sûrement partie d’une fleur rouge – semblent s’être installées dans son orbite. C’est effroyable et étrange.

Mais cette absence d’iris gauche est presque éclipsée par autre chose que le jeune homme distingue. Sa mâchoire, on dirait celle d’un squelette. A moitié recouverte d’un masque – lui aussi incomplet – qui lui paraît étrangement familier, il se fait presque lui-même peur. A moins que ce soit les reflets du marais qui lui faussent ce qu’il voit, il a l’impression d’être devenu un démon.

Un démon.

Un démon !

Le mot se met alors à résonner dans sa tête avec une insistance sans pareille. Pourquoi ce mot lui paraît si important, si familier, si ancré en lui ?

C’en est insupportable. Il se relève aussitôt, et tente d’observer les alentours sans repenser à ce mot. Démon. Il essaie, et malgré son unique œil, il discerne quelque-chose au loin. Des bâtiments, ou peut-être des murailles ?

Il faut qu’il aille voir. Il le faut.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8835-kaguya-kosuke-dossier-shinobi
Okkoto
Okkoto

Le réveil [Libre] Empty
Jeu 17 Juin 2021 - 23:32

« Hep ! On passe pas ! T’es pas Chûnin toi, non ? »

Tokage jeta un regard noir au garde des portes qui venait de l’interpeller en ces termes.

« Non mais eh oh, malotrou … J’t’apprendrai à être poli moi hein … »

Ca bien sûr, il ne fit que le grommeler dans sa barbe. Il n’avait pas encore complètement perdu son envie de se balader librement dans les rues de Kiri. S’engager dans une discussion avec les gardiens, c’était avant tout initier un débat qui n’aurait sans doute ni queue ni tête, et qui n’aboutirait à rien de bon. Des ennuis, seulement. Tokage savait tout ça de source sûre : il s’était déjà pris quelques coups de pied au cul, ces derniers jours.

La brume qui ceignait le village de son doux manteau, depuis toujours, lui faisait de l’oeil depuis qu’il était revenue de Hi no Kuni. Difficile de dire pourquoi. Son voyage ne l’avait pourtant pas spécialement marqué dans le bon sens. Il n’en avait tiré rien qui l’ait fait particulièrement avancer : les Yamanaka étaient restés muets, et invisibles. Finalement, il n’était rentré qu’avec de la nostalgie dans ses bagages. De là à dire qu’il avait perdu son temps en traversant les mers …

Qu’attendait-il, alors, à regarder tous les jours la brume, depuis l’intérieur du village ? Il ne le savait trop lui-même. Des retours, peut être. Ou des opportunités de repartir … Il avait l’impression que tellement de choses s’étaient passées au village depuis son départ qu’il ne savait pas s’il était encore complètement chez lui. Alors, pourquoi ne pas essayer de repartir ? Pour aller voir ses parents, par exemple … C’est vrai ça, c’était pas une si mauvaise idée. Mais le laisserait-on jamais partir … ? Etait-ce ça, la dictature ?

Mais soudain … Comme une ombre passa dans le brouillard. Une ombre qui croissait.

« Eh ! »

Les gardes levèrent à nouveaux les yeux vers lui.

« Quoi, tu veux encore essayer de passer ? T’es bouché ou quoi, ducon ? On t’a dit-

-MAIS REGARDEZ BORDEL ! »

L’ombre s’approchait. Une nouvelle attaque ? Un instant, Tokage resta pétrifié. Il était mort. C’était foutu. L’histoire de Tokage, ça s’arrêtait là, parce qu’il y avait vraiment zéro chance qu’il survive à une attaque du genre de celles qui ciblaient Kiri. Mais …

Ca ressemblait à une attaque, ça ? Non … Une seule silhouette, c’était pas une attaque. Et puis, elle marchait pas vraiment droit cette silhouette. Elle ressemblait plutôt à celle de quelqu’un qui serait … blessé ?

« ARRÊTEZ-VOUS, OU VOUS ÊTES MORT ! »

Tokage les poussa de l’épaule en leur passant devant.

« EH ! REVENEZ, VOUS ! »

Il courut à travers la brume, et s’arrêta au niveau de la silhouette, en l’interpellant au passage :

« HEY ! Ca … Ca va ? T’as pas l’air- Oula. »

Il s’interrompit. La figure monstrueuse de l’inconnu l’avait pris de court. Il était véritablement hideux, et effrayant.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Yuki Misaki
Yuki MisakiEn ligne

Le réveil [Libre] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 0:31

Nouvellement arrivée dans les rangs de la Kenpei, Misaki avait été affectée à la patrouille des portes de la cité embrumée. Véritable forteresse cachée par la brume et protégé par les marécages brisés. Si elle avait plein de souvenirs de cet endroit, si ce n'est cet affrontement avec le Mizukage lui-même, elle tenait à coeur la protection de cette patrie qui était la sienne. Dans les meilleures journées, elle faisait des rencontres intéressantes et écoutait les histoires des différends marchant du pays de la pluie qui venait en visite à Kiri. Dans les pires, elle faisait les cent pas sans faire la moindre rencontre. Aujourd'hui allait être un jour porté sous le thème de la dualité.

Arpentant le seuil de la porte, elle valsait d'image en image, laissant aller son imagination vers des contrées lointaines et papillonnante. C'était, jusqu'à présent, une journée plutôt monotone. La température rendait le passage vers Kiri plus difficile et plusieurs voyageurs et marchands préféraient attendre une journée plus clémente. Après tout, la traversée des marécages représentait déjà un défi de taille, même dans des conditions idéales.

D'abord sortie de son imagination par l'apparition soudaine de cet homme à la tignasse violacé qu'elle avait connue quelques mois auparavant, elle ne s'était pas rendu compte immédiatement de l'apparition d'un homme au physique bien étrange. Tokage avait un don pour attirer l'attention et la soldate ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il pouvait bien faire à essayer de fuir le village, alors qu'il se frottait à un des hommes de la Kenpei qu'elle avait classer dans la catégorie des : « Soldat en plein powertrip. »

S'avançant vers le duo, souhaitant pacifier cette situation qui commençait à s'envenimer, elle s'apprêtait à ouvrir la bouche alors que l'éternel genin portait l'attention de ses collègues ainsi que de la sienne directement sur une menace potentielle – parce que soyons réaliste, un homme fleur au visage de mort, ça ne faisait pas très pacifique... surtout pas avec le nécromancien et son Edo Tensei.-

Son premier regard se portait sur la totalité de l'étranger, puis sur ses caractéristiques plus spécifiques. Apercevant cet étrange faciès rappelant celui de la mort, elle ne put s'empêcher de ravaler sa salive. Une dose d'adrénaline se déversa directement dans son système sanguin et se propageait dans son corps à chaque battement de son petit coeur de paniquer.

Prenant son courage à deux mains, elle s'avança au côté de Tokage, qui avait complètement semé ses collègues eux aussi quelques peu surpris de la situation. Son bandeau de kunoichi à son, son brassard de la Kenpei au bras gauche, la fille des glaces était facilement identifiable... encore fallait-il qu'il reconnaisse de telles identifications.

[Misaki] - Halte !Dit-elle avec la une voix douce, mais directe.Mon nom est Misaki. Yuki Misaki. Avant de pouvoir pénétrer à Kiri, il va faloir vous identifier.

Elle demandait une quelconque forme d'identification à l'homme d'une façon bien machinale. Seulement par l'apparence inhabituelle de l'homme à qui elle faisait face, elle savait que cette rencontre n'avait rien d'ordinaire. Cependant, il s'agissait là d'une façon pour elle pour aller chercher quelques informations. S'il s'identifiait, peut-être n'était-il pas hostile ? S'il continuait d'avancer en ignorant les demandes de la soldate, peut-être est-ce que cela justifierait une action plus corsée ? Dans tous les cas, elle se faisait un devoir de donner le bénéfice du doute. Peut-être était-ce là les signes d'une genin un peu sotte ?

_________________
Le réveil [Libre] Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Aka no Akuma
Aka no Akuma

Le réveil [Libre] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 12:27
Vingt-troisième souvenir ─ Lorsque tu jugeras être prêt, tu iras chercher ce katana.


La situation lui échappe. Se réveiller au milieu d’un « nulle part » qui n’en est peut-être pas un, avec un visage aussi terrifiant qui semble pourtant être le sien : voilà une épreuve à laquelle l’homme aurait préféré ne pas avoir à se confronter. Mais la réalité de la vie était brutale. Et aujourd’hui ne semble pas faire exception.

Ses pas maladroits le guident vers ces hauteurs et bâtisses qu’il croit avoir décelées plus tôt. Très rapidement, il a la confirmation qu’il ne s’est pas trompé. Devant lui se tient un village, peut-être même quelque-chose de plus important. C’est étrange de vivre au milieu de ce brouillard qui semble toujours avoir vécu ici, pense-t-il, sans trop savoir pourquoi il se fait cette remarque.

Des cris le sortent de cette solitude qui ne lui fait pas de bien. C’est au moment où l’inconnu qui lui criait dessus s’interrompt que l’étranger comprend. Son visage vient de l’effrayer. On peut voire au travers de ce « oula » aussi facilement que l’on décèle les pierres du ruisseau. Mais quel ruisseau, au juste ?

* Même si mon visage l’effraie, je n’ai pas à m’en faire. Je ne suis pas armé… ! *

C’est en se disant ces mots, auxquels il croyait fort, qu’il se rend compte de l’inverse. Son corps avait bougé tout seul, et sa main gauche tenait désormais le fourreau d’un katana que la droite était prête à dégainer.

Katana…

D’où lui venait-il ?

Il sait ce que c’est. Il connaît ce type d’arme. Mais il n’a aucune idée de pourquoi il en porte une autour de la taille, ni même ce qui a provoqué ce réflexe chez lui. Pourtant, étrangement, il sent que cette lame fait partie de lui. Elle fait partie… de qui il est. Mais qui est-il ?

Mais l’homme au visage de démon se rend compte qu’il s’est perdu dans des pensées trop nombreuses pour qu’il puisse les gérer. Que va penser le jeune homme qui est venu à lui ? Il se redresse, et voit également une jeune femme. Tous deux lui demandent des explications. Que craignent-ils ? Il faut les rassurer !

« N’ayez ta teur ! Je ne- ! »

Un sentiment de malaise s’empare de lui. Mais contrairement à de nombreuses autres zones d’ombres, celle-ci semble facile à éclairer. Il ne lui faut que quelques instants pour comprendre.

Sa mâchoire étant presque ressortie par-delà sa peau, il est incapable de la bouger, et encore moins de l’ouvrir. De fait, il ne peut pas articuler !

« Oh non ! Je wous résente nes esscuses ! Je ne te ta tarler. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8835-kaguya-kosuke-dossier-shinobi
Okkoto
Okkoto

Le réveil [Libre] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 13:56

Misaki s’était mise de la partie aussi. Elle avait dû être aux portes, elle aussi. Tokage ne l’avait même pas remarquée. C’était dire si l’apparition soudaine de cet inconnu défiguré lui avait fait une impression particulière. La réaction de la Yuki le déçut, cependant.

Certes, il ne put cacher lui-même un très léger mouvement de recul en voyant le bonhomme porter la main au sabre qu’il portait à son côté. Mais le mouvement s’était arrêté. Sans doute, s’il avait voulu occire les Kirijins, il l’aurait porté à son terme. Et sans doute seraient-ils déjà morts, d’ailleurs, ou au moins agonisants, les tripes à l’air, avec pour dernière vision la brume épaisse qui les avait jusque-là recouverts de son doux manteau. Rien de tout ça, cependant. Seulement une peur passagère. Et des deux côtés, semblait-il. Car, autant dans les yeux de Tokage que dans ceux de l’anonyme se reflétait la pâleur de l’effroi.

Aussi Tokage fut-il agacé, sinon dégoûté, par la réaction de Misaki. Il reconnaissait l’insigne de la Kenpei qui semblait tout neuf. Ses nouvelles fonctions lui étaient montées à la tête, au point qu’elle n’arrivait plus à faire la part des choses ? Etait-elle devenue de ces soldats qui, se réfugiant dans le protocole comme dans un cocon impénétrable et parfaitement sûr, oubliaient qu’ils n’étaient que des humains, et qu’ils ne faisaient face qu’à d’autres humains ? C’était, bien sûr, en mettant de côté les circonstances un peu particulières dans lesquelles des dieux décidaient de faire de Kiri leur bac à sable …

« Laisse tomber Misaki. Tu vois bien qu’il est pas dans un état normal. »

Ce devait être là la plus terrible des conséquences de la guerre : comme un poison dans les veines, elle distillait parmi les peuples la crainte de l’autre. Fi de l’hospitalité, du secours naturel que les hommes s’accordaient en temps de paix. Le reste de l’humanité devenait un potentiel ennemi, plutôt qu’un potentiel ami. D’aucuns auraient répondu qu’un tel comportement devait être la norme dans un village caché, militaire par nature, et particulièrement à Kiri. La Brume était, après tout, la cible privilégiée des assauts du Mal, semblait-il. Tokage ignorait ceux qui pensaient ainsi. Il n’était pas assez sage pour essayer de les convaincre de sa position. Mais il l’était suffisamment pour agir comme son coeur le lui dictait, lorsqu’il s’agissait de porter assistance à une personne en danger.

Il reporta donc son attention vers cet inconnu. Cette fois, il ne fit pas de grimace ou de commentaire en posant les yeux sur les défigurations de son visage. Elles étaient étranges, c’était certain. Mais toutes les horreurs pouvaient être apprivoisées par l’esprit. Un Yamanaka était particulièrement bien placé pour le savoir. Surtout un Yamanaka que l’on avait forcé à explorer les derniers souvenirs d’une foultitude de cadavres qui continuaient de hanter sa mémoire, par intermittences.

« Tu peux pas articuler, c’est ça ? »

La question était stupide. Ils l’avaient bien entendu qu’il ne pouvait pas articuler. La faute à la mâchoire à vif, sans doute, qui lui servait de menton.

« T’as l’air mal en point … On peut t’amener à l’hôpital du village. On a de bons médecins, j’suis sûr qu’ils pourront faire quelque chose pour toi. »

C’était un mensonge. Il était loin d’être convaincu qu’on puisse réparer une telle gueule cassée, même avec tous les secours du chakra. Une chose était certaine : la personne ou la chose qui l’avait mis dans cet état était d’une bestialité sans nom.

« Et puis après, p’tetre que tu pourras nous dire qui t’es. »

Ce seul secret était, pour l’instant, la clef de voûte de toute l’énigme. Mais pour l’heure, le plus urgent était de soigner ce qui pouvait l’être. Tokage tourna un regard d’une froideur de pierre vers Misaki.

« Et si la demoiselle préfère te laisser moisir ici, j’en fais mon affaire. »

C’était ainsi : sa détermination à aider ceux en détresse était grande.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

Le réveil [Libre] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 14:54
Quelle plaie quand même ! Elle avait lavé ses cheveux la veille, et voilà qu'elle était éclaboussée de sang au cours de sa mission … En même temps, elle n'avait jamais voulu faire de mal à personne. Le renégat qui terrorisait son village natal à quelques heures de marche de Kiri n'aurait eu qu'à se rendre pour qu'Atsumi le remette aux autorités compétentes : elle. Mais non, monsieur ne voulait pas être « capturé vivant ». Alors elle l'avait capturé tout court

Il était déjà difficile pour elle de faire preuve de pitié alors même qu'elle avait appris que l'odieux personnage s'en était pris au domicile du couple d’aînés du village. Les ayant connu tous deux lorsqu'elle était enfant, elle se souvenait toujours de leur présence apaisante lorsqu'ils venaient manger au restaurant de ses parents.

Enfin bref, le bougre l'avait tout de même obligée à ratisser la forêt pendant des heures. Elle était épuisée, couverte de sang, de boue et en plus ses cheveux étaient tout gras à cause de l'humidité.

Rentrant au village par les marécages boueux, la jeune demoiselle avait rassemblé sa chevelure dans un chignon boueux et mal serré. Et évidemment, il fallait qu'un maximum de monde soit aux portes pour l’accueillir, comme si parcourir le village dans cet état n'était pas assez humiliant.

Longeant les mus pour arriver à la porte, Atsumi fit face à une scène étrange. Il y avait les gardes, bien sur. Puis Misaki, elle la connaissait bien, sans parler d'un autre genin dont le visage ne lui était pas inconnu. Et puis il y avait …

« Eh ben, moi qui avait peur de passer pour un monstre dans mon état »
dit-elle, avant d'éclater d'un rire bruyant.

Enfin, elle finit par s'arrêter, constatant l'ambiance étonnamment lourde.

« Oh ... »

Posant d'avantage les yeux sur le ninja qui se présentait à eux, elle se rendit compte qu'il n'était pas d'ici. Elle n'était pas spécialement sur la défensive, mais elle était prête à agir en cas de besoin, comme toujours.

L'initiative du genin de l'emmener à l’hôpital était empreint d'une réelle bonne volonté et d'altruisme, mais Atsumi ne pouvait oublier le monde dans lequel elle vivait.

« Doucement. Il n'entrera pas dans le village sans avoir été fouillé avec précision. Il devra aussi être interrogé et analysé par le clan Yamanaka. »


Elle n'avait pas perdu la raison. Ainsi, elle effectua rapidement un repérage de chakra des environs. Il était seul, apparemment. Quant à son chakra … rien ne semblait clocher. Du moins rien qu'Atsumi pouvait détecter. Son aura ne laissait pas deviner une puissance écrasante … Il était dans un sale état. S'approchant avec prudence, elle regarda d'avantage l'individu.

« Acceptes-tu la fouille ? Si tu as besoins de soins ils te seront apportés, à condition que tu ne représentes aucune menace. Tu n'es pas le premier à te perdre dans les marécages boueux, nous allons t'aider. » dit-elle, d'une voix douce.

_________________



Kyoi Atsumi:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 https://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Ryûken
Ryûken

Le réveil [Libre] Empty
Ven 18 Juin 2021 - 15:29
Si l’on levait la tête pour observer le haut des remparts de Kiri, on aurait la chance d’apercevoir un duel au sommet entre deux sabreurs normalement chargés de surveiller les environs en cette bien belle journée d’automne. Comme à leur habitude, et d’autant plus depuis que l’Ambidextre avait hérité de ses lames, lui et son mentor dit le Torrent profitaient d’une petite pause pour régler leurs comptes à l’aide d’une belle joute martiale. Les lames tintaient et laissaient filer quelques étincelles dans une danse des plus harmonieuses, témoignant de toute la qualité des célèbres épéistes de la Brume.

Alors que le plus jeune des deux jouait de son agilité pour esquiver un assaut de Peau de Requin, la brute qui la maniait n’hésita pas à user de sa jambe droite pour venir faucher Ryûken au niveau du bassin. La puissance fut telle qu’il passa par-dessus bord et entama une chute vertigineuse, heureusement rattrapée avant la fin par quelques appuis chakratiques sur le mur de la Cité Brumeuse, amortissant sa chute tout de même douloureuse. Les rires de son senseï lui arrachèrent une grimace belliqueuse, déjà prêt à repartir combattre pour se venger de cet affront.

Mais soudain, sa vision périphérique détecta un bel attroupement et sa curiosité l’emporta sur son esprit vengeur. Ses deux sabres encore en main, le gamin au bandeau shinobi fièrement attaché au bras joignit la foule pour en apprendre plus sur les raisons de cette agitation. Ses yeux s’écarquillèrent avant d’afficher une mine évidemment dégoûtée par cette vision d’horreur. Il resserra immédiatement l’emprise de ses paumes sur ses deux sabres, avant de tourner la tête pour essayer d’identifier les personnes présentes.


- Oi, Misaki ! Il s’passe quoi ? Tout va bien ?

On aurait dit qu’il avait déjà oublié la potentielle menace que pouvait représenter l’inconnu. C’était presque le cas, puisqu’en reconnaissant la jeune Yukijine, Ryûken venait de se remémorer sa défaite au complexe shinobi. Par honte, il n’avait d’ailleurs par osé se rendre au restaurant gentiment proposé par la kunoichi. Doucement, il s’approcha de l’Inconnu pour se mettre au niveau de ses pairs, traversant les gardes plus reculés pour se frayer un chemin jusqu’au cœur de la scène.

- C’est quoi cette horreur…

Il ne se cacha pas pour exprimer son ressenti, dévisageant Akuma sans aucune forme de politesse ou de gêne, bien étrangère à son éducation. Réflexe évident de bretteur, l’Epéiste constata évidemment la position des mains de son potentiel adversaire. Il se tenait prêt à réagir s’il lui prenait l’envie de dégainer son katana, tandis qu’Atsumi et Tokage jouaient la diplomatie.

- Oh, le borgne, enlève tes mains de ton arme et coopère. Lâcha-t-il simplement, perplexe quant aux véritables intentions de l’immonde étranger.

_________________
"Venge."

Le réveil [Libre] Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Yuki Misaki
Yuki MisakiEn ligne

Le réveil [Libre] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 0:08

Fixant le regard de l'homme avec qui elle avait partagé une mission, son regard azurite se voulait d'abord sévère, puis empathique. S'il y avait des choses qu'elle aimerait dire, en cet instant et en ce moment, elle était bien trop professionnelle pour laver son linge sale sur la place publique. Le Yamanaka et la Yuki auraient des mots à s'échanger en privé au sujet de cette hostilité lui étant adressée. Elle qui n'avait rien fait d'autre que de vouloir protéger les intérêts de la brume, elle n'avait même en aucun cas menacé qui que ce soit. L'attitude anti-autorités du membre de l'équipe numéro quatre était plus qu'injustifiée et elle ne passerait pas sa menace sous silence.

Inspirant profondément, elle adressa quelques mots au genin qui lui avait manqué de respect, et ce, sur le ton le plus neutre qu'il lui était possible d'utiliser.

[Misaki] - T'es intentions sont noble Tokage, mais ne doute pas des miennes. Certes, les intérêts de la communauté et de la brume passent avant les intérêts d'un individu. Cela ne veut pas pour autant dire que je suis prête à abandonner un autre être humain, si je peux l'aider. Par contre, je ne le ferais pas au détriment de ce que j'ai juré de protéger. Cependant, il est clair que tu souhaites son bien et peut-être pourrais-tu nous référer un membre de ton clan en qui tu as confiance ? Il est dommage que tu aies perdu tes capacités de Yamanaka... car j'ai confiance en toi Tokage

Tel était le Nindo de Misaki. L'adolescente avait juré de protéger Kiri dans sa globalité et contre n'importe quelle menace. Pour l'instant, la seule personne présentant le moindre signe d'agressivité et d'hostilité était Tokage. Elle fut cependant interrompue dans la suite des choses par l'arrivée d'une multitude de personnes. C'était une bonne chose, car de toute façon les avis des deux genins divergeaient et arpentaient une ligne morale dont il n'y avait aucune bonne réponse.

D'abord rejoint par Atsumi, son intervention allait dans le sens de Misaki. Cela ne plairait sans doute pas à Tokage, mais elle avait bien raison. Dans tous les cas de figure, si l'homme au visage unique acceptait la fouille et qu'il acceptait de se désarmer, sans doute cette situation pourrait être pacifiée aussi vite qu'elle s'apprêtait à exploser.

Ensuite, un fantôme faisait littéralement son apparition. N'ayant pas donné signe de vie suite à son invitation au restaurant, elle n'avait plus recroisé Ryûken depuis quoi, plusieurs mois déjà ? L'été avait fait place à l'automne et elle se demandait s'il n'était pas mort au combat. Elle avait maintenant la réponse à son interrogation. Elle ne lui en voulait pas, loin de là. S'il s'était présenté, sans doute n'aurait-elle jamais eu la chance d'avouer à Mayumi tous les sentiments qu'elle avait pour elle. Son absence avait été une bonne chose, au final.

[Misaki] - Salut Ryû...

Elle fut interrompue par ses commentaires hautement déplacés. En réaction, elle lui donna un coup de coude en guise de « Ta gueule ».

[Misaki] - Excusez les commentaires déplacés de Ryûken, mais il a un point. Je sais que nous vous en demandons beaucoup, mais sachez que nos intentions ne sont pas négatives. Accepteriez-vous de vous désarmer ?

Dit-elle d'une voix douce et d'un sourire chaleureux. Elle lui tendait la main, offrant à l'homme l'opportunité de collaborer.

_________________
Le réveil [Libre] Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Aka no Akuma
Aka no Akuma

Le réveil [Libre] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 18:41
Trente-quatrième souvenir ─ Je n'ai pas de fortune, je fais de ma docilité ma richesse.


Pas dans un état normal ? Même l’intéressé ne pouvait dire le contraire ou se vexer d’une telle remarque. Malgré les ondulations du clair marais vers lequel il s’était penché plus tôt, il avait bien vu que sa peau avait presque disparu au niveau de la partie gauche de son visage, en particulier la mâchoire. C’était d’ailleurs cette dernière qui, finalement, semblait avoir doublé de volume. Il avait la face d’un monstre, d’un démon. Un démon… Démon… Pourquoi ce mot résonne aussi fort dans sa tête ? Pourquoi semble-t-il si… important ?

A l’instar de son corps quelques instants plus tôt, et de la garde qu’il avait adoptée face aux inconnus ; ce sont les mots qui sortent tout seuls.

« Akuna… Je ne nonne Akuna. »

Quelqu’un d’autre est là ! Immédiatement, le visage démoniaque se retourne vers la nouvelle arrivante. Une jeune femme, là encore, aux longs cheveux blonds. A cause de l’absence de son œil gauche, il ne l’a pas vue venir. Pourtant, il avait eu une sorte d’intuition. De la chance, sûrement ?

Elle semble moins altruiste que le jeune homme au perpétuel rictus. Les femmes de cette contrée sont-elles toutes ainsi ? Peut-être qu’ici, ce sont les femmes qui dirigent ?

Un quatrième étranger – bien que le terme soit mal choisi, ce sont bien ceux-là qui ont l’air d’être chez eux et non Akuma – arrive. Ses quelques mots, bien abrupts, écartent l’hypothèse soulevée plus tôt. Ils sont simplement méfiants, et l’apparence troublante de celui qu’ils découvrent ne doit pas aider. Sans vraiment saisir tous les tenants et aboutissants d’une rencontre qui faisait suite à tant d’inconnues, celui à l’effroyable mâchoire arrivait à se positionner dans le prisme de ses interlocuteurs.

« J’accete. »

Il agrippe son katana par son fourreau, et le retire de sa taille. Mais alors qu’il se croyait totalement décidé à « coopérer » pour reprendre les impératifs du dernier arrivant ; il ressent comme une gêne dans le fait de leur donner son arme. Dans un corps qui lui est presque étranger, il ressent quelque-chose de tout naturel : la séparation. Et elle est douloureuse.

« Haites attention, je wous rrie. »

C’est la moindre chose qui peut le rassurer. Le voilà désarmé, et s’il porte toujours son kimono noir, il se sent étrangement nu. De quoi lui donner l’impression que ce simple métal taillé signifie bien plus pour lui.

En attendant, il ne peut qu’être honnête. Du moins, c’est ce que son esprit tourmenté lui indique jusqu’alors…


Aka no Akuma accepte de coopérer et donne son katana à Tokage. La prédominance de sa mâchoire semble l'empêcher d'articuler.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8835-kaguya-kosuke-dossier-shinobi
Yamanaka Kiyon
Yamanaka Kiyon

Le réveil [Libre] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 22:15
En de rares occasions, Kiyon se retrouvait à devoir être assigné à la garde des Remparts du Village et de ses frontières. Comme tout Chunin, au final, il lui arrivait d'avoir à remplir ces quelques fonctions de vigile. Vêtu de son uniforme, il avait alterné entre plusieurs postes depuis déjà le début de la journée. L'heure de la relève avait d'ailleurs sonné pour lui ce qui le fit changer de position. Le cycle ainsi que sa rotation l'amenaient à présent à devoir surveiller l'étendue des Marécages brisés qui s'étendaient tout autour de la Cité de la Brume et sur les paysages que l'océan n'avait pas investi.

Le réveil [Libre] 190b0212
Yasei Takohebi, Chunin de la Brume

- Salut beau blond, on finit au même poste, encore.

- Coucou Tako
, s'exprimait le Yamanaka alors qu'il gravissait les marches le menant à son nouveau poste de surveillance.

Son collègue, lui, était déjà là depuis bien longtemps. Le roulement s'était fait avec une autre personne. Les deux hommes se retrouvaient donc entre eux.

- Du neuf ? lui demandait-il en resserrant son bandeau frontal arrangé en bandana, cachant le haut de son crâne alors que ses cheveux longs qui dépassaient déposaient quelques mèches sur les épaulettes de son uniforme aux couleurs de Kiri.

- Je t'avoue que j'ai pas fait grand-chose, aujourd'hui. D'après celui avec qui tu viens d'échanger ta place c'est assez calme.

- Tu vas me dire que tu as les pieds sur la table depuis ce matin ?

- Ça t'étonne ?

- On parle de la Sécurité du Village quand même, là.

- Sois pas stupide, on a je-sais-pas-combien de postes comme celui-ci tout au long des remparts du Village. C'est pas parce que ma petite paire d'yeux en fout pas une que le Village va se faire infiltrer.

- T'as pas peur de stagner au rang de Chunin, comme ça ?

- Monter en grade a jamais été dans mes intentions, tu le sais très bien. Je sais déjà pas comment j'me suis démerdé pour passer Moyenne-Classe, alors bon ...

- Tss ...
le Yamanaka pestait face à la désinvolture de son camarade. Mais l'amitié qui les liait et la récurrence de son comportement qui noyait la surprise et l'indignation l'empêchaient d'élever la voix pour corriger son collègue.Fais-moi voir ça.

L'Épouvantail posait ses deux mains sur la pierre de la muraille qui encerclait la Cité militaire. Malgré l'épaisseur de la Brume, on pouvait distinguer quelques éléments dans le Marécage qui faisait la facture du paysage périphérique au village. Laissant traîner son regard à peu près partout où les inclinaisons de son visage le lui permettait, Kiyon remarquait quelques tâches sombres au loin. S'il pouvait les voir d'ici, le panache brumeux empêchait malgré tout la distinction claire de ces silhouettes.

- Attends ... dit-il en affutant sa visée Il a dit "calme", l'autre, c'est ça ? Tu lui diras d'aller s'acheter un Byakugan de ma part.

- Hm ? Takohebi, cul sur la chaise, jambes sur la table et bras derrière la tête relevait son visage pour marquer sa surprise. Tu vois déjà un truc ?

- Ouais, et c'est pas grâce à toi. Reste ici, je vais aller voir ça de plus près. Mais cette fois tu me suis du regard, hein. Je vais ouvrir un canal de communication entre nous deux.

Formulant quelques signes incantatoires, Kiyon avait à présent lié l'esprit des deux soldats ce qui leur permettrait de communiquer même lorsque l'un d'eux sera au cœur des Marécages Brisés et que l'autre restait sur les remparts. Sans un seul mouvement de lèvres, la voix du Maître-Esprit résonnait dans les pensées du Yasei :

« Au moindre geste suspect, je te dis de tirer la sonnette d'alarme. Pareil si tu as plus de réponses de ma part, compris ?»

À défaut de répondre par les mots, Takohebi se contenta d'acquiescer pour confirmer sa participation, alors que Kiyon enjambait les pierres du rempart pour rejoindre les fanges en se déplaçant de branches en branches, profitant de la relative discrétion apportée par le feuillage des arbres sans pour autant pouvoir parler d'un réel camouflage. À une distance respectable d'une trentaine de mètres du rassemblement, Kiyon pouvait commencer à distinguer les quelques figures des participants de l'assemblée impromptue.

« Je reconnais deux genins : Yamanaka Tokage et Yuki Misaki. Ils sont pas censés pouvoir être hors de la ville. Cela dit un jonin les accompagne, Hayame Atsumi. Elle doit les couvrir. Il y a une autre personne, que je ne connais pas mais tout ce beau monde est réuni face à ... hm ... un homme avec un sacré masque. »

Voici les informations qu'il communiquait en temps réel à son collègue au Poste de Garde.

« Tu peux m'en dire plus sur les deux que tu connais pas ? »

« On a un petit jeune, brun. Une lame, non, deux lames. Il a l'air de connaître Misaki. L'autre qui leur fait face est un peu sur la défensive. Ils sont peut-être en mission tous ensembles, je sais pas. On a pas l'air d'être sur une tentative de désertion, en tout cas. Ça a l'air tendu en tout cas, Misaki et Tokage, de ce que je peux à peu près déchiffrer de leur langage corporel, ont pas l'air d'accord et celui sur la défensive vient de poser son sabre au sol. Je pense pas qu'ils le connaissent, ou alors ils viennent de l'appréhender, je sais pas. Je fais peut-être du zèle, ils m'ont l'air en mission contre le Masqué. »

« Reviens sur le Masqué. Il ressemble à quoi ? »

« Hm. J'ai dit "masqué" mais en vérité on voit très bien son visage. C'est plus sa mâchoire qui est couverte. Un masque blanc, couleur ivoire, dents sculptés, ça reprend l'ossature mais ça lui donne une vraie gueule de Bête. »

« Pas de gestes brusques ? »

« A priori non. Pas maintenant, en tout cas. »

« Ok. Bon. Garde-les en visu, je vais aller voir avec nos supérieurs si Hayame Atsumi, Yamanaka Tokage et Yuki Misaki sont en mission aux Marécages Brisés ou pas. T'es sûr que tu as pas les noms des deux autres. »

« Sûr et certain. »

« Ok ... tant pis. Je reviens. Si dans dix minutes tu as pas de renforts c'est qu'ils sont bel et bien censés être là et tu pourras revenir. Sinon je t'envoie du renfort. Fin de la communication. »


Et ainsi le canal se coupait. La relative distance qui les séparait à présent ainsi que le déplacement de Takohebi nécessaire à la vérification auprès des Supérieurs des ordres de mission des trois shinobis qu'avait pu reconnaître Kiyon rendaient impossible la continuité du Canal. Silencieusement sans pour autant être dissimulé, le shinobi perché sur ses branches joignait ses deux pouces et index ensemble, formant un cercle avec lequel, au loin, il visait celui qui lui avait l'air le plus fébrile, la Gueule de Crocs.


Résumé:





_________________
Le réveil [Libre] Wcl1
- #4a836c
Signature © Aditya
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10917-yamanaka-kiyon-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10957-yamanaka-kiyon-carnet#94051 https://www.ascentofshinobi.com/t11777-shinrin-songshu-terminee#102548
Okkoto
Okkoto

Le réveil [Libre] Empty
Sam 19 Juin 2021 - 22:49

Plus les guignolos arrivaient, plus Tokage se sentait acculé. Car tous n’avaient qu’une seule préoccupation à l’esprit : sonder cet étranger dans les moindres recoins (ou peut être pas les moindres, bande de vicelards) pour déterminer s’il était ou non un ennemi du village. Aucun d’entre eux ne semblait voir ce qui crevait les yeux au Yamanaka à l’esprit sans doute un peu trop candide : un homme en souffrance. Et il ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à la place de cet inconnu, dans une situation similaire. Un peu paumé, entouré de gens qui ne le connaissaient pas et qui le traitaient comme s’il était déjà un prisonnier de guerre. Quelque part, ça faisait froid dans le dos …

Mais d’un certain côté, ce qui faisait presque monter les larmes aux yeux de Tokage – mais pas tout à fait quand même – c’était qu’il avait vu les cadavres, les cimetières qui s’étendaient chaque fois un peu plus quand un étranger à la force colossale décidait de s’en prendre à Kiri. Et donc, une petite parcelle de son cerveau ne pouvait faire autrement que de comprendre les motivations de tous ceux qui s’étaient rassemblés autour de lui. Et pourtant …

C’était rageant.

D’autant plus rageant que la blonde en chef - dégueulasse comme une truie sortie de l’abattoir, cependant – avait décrété qu’il fallait qu’un Yamanaka inspecte l’esprit de l’inconnu pour décider ou non s’il était coupable – de quoi, ça restait encore à déterminer précisément. Et voilà que Misaki en remettait une couche en disant bien comme il faut que Tokage avait perdu ses pouvoirs … Eût-elle su tenir sa langue, il aurait pu prétendre, faire semblant de rentrer dans les pensées du pauvre hère, et le laver de tous soupçons par son seul mensonge. Mais non. Il était face à un dilemme, et de taille : conserver son petit secret, et du même coup sa tranquillité personnelle, ou le divulguer et renoncer à la vie pénarde qu’il s’était forgée en jetant un voile officiel sur ses pouvoirs.

A côté de ça, un excité du slip bardé de sabres avait ramené sa fraise, mais sans rien amener d’autre que de l’hostilité – qui, du reste, était déjà bien assez présente dans l’atmosphère. A croire que tout Kiri s’était donné rendez-vous aux portes du village.

Tokage considéra le groupe des shinobis, qui leur faisait face, à l’inconnu et à lui. Puis il considéra ledit inconnu, et le sabre qu’il lui avait remis. Il était armé, tout de même … Mais il n’avait montré aucune velléité d’utiliser son épée, et l’avait même livrée sans discussion. Par-dessus le marché, il avait donné un nom. Enfin, un semblant de nom.

« Akuna ? »

C’était tout ? Akuna quoi ? Matata ? Peu importait. Il avait peut être mal compris, de toute façon, avec sa parlote qui était toute de travers. Peut être s’appelait-il Djan-Kurodu.

Les yeux de Tokage se plongèrent dans l’unique iris visible d’Akuma. Il se mordit la lèvre inférieure. En valait-il seulement la peine ? Un pauvre bougre qui n’attirait que la méfiance, et qui repoussait tout le monde, mais qui, pourtant, n’avait pas mauvaise attitude ? Il n’était pas si différent de lui-même, en fait.

« Laissez-moi faire. J’vais m’occuper de lui fouiller l’esprit. »

Il jeta un bref regard à Misaki, entendant déjà ses protestations qui s’élevaient.

« Ouais, ouais, j’ai menti, j’ai toujours mes pouvoirs. J’t’ai même hypnotisée avec pendant notre entraînement, et t’as juste pas pigé. On s’en fout, c’est pas important. Je suis un Yamanaka, et j’peux lire dans son esprit aussi clairement que dans un livre. Mais ça, c’est juste s’il m’en donne la permission. »

Et, une dernière fois, il se retourna vers le défiguré.

« C’est bizarre comme sensation, mais si ça peut te tirer d’un mauvais pas, voire pire, ça vaut le coup de coopérer. Désolé qu’on doive en arriver là … »

Désolé, il l’était sincèrement. Mais s’il devait s’en charger lui, après tout, ce serait avec une infinie douceur. Ce n’était pas seulement par égard pour Akuma : le voyage dans l’esprit d’un autre était éprouvant pour le sondé comme pour le voyageur, après tout.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13105-okkoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t13127-okkoto#115795
Hayame Atsumi
Hayame Atsumi

Le réveil [Libre] Empty
Mar 22 Juin 2021 - 13:36
Un tantinet irritée de ne voir aucun supérieur se mêler à la foule, le groupuscule ressemblait d'avantage à une colonie de vacances qu'à des shinobis faisant face à un intrus. Et dieu sait qu'Atsumi n'a rien d'une animatrice.

S'adressant au jeune homme s'étant pointé comme une fleur avec ses deux épées, Atsumi détourna un instant son attention de l'Homme à la mâchoire végétale afin de remettre de l'ordre dans ce schéma brouillon.

« L'agité du bocal avec les deux épées là, ta présence n'apporte rien d'utile. Rentre au village, tu es hors des murs. Misaki, j’aimerais que tu sois prête à user de ta glace au moindre mouvement suspect. N'hésite pas, tu ne le blesseras pas de toute manière. »


L'autre genin avait appartement « perdu ses capacités de Yamanaka », scoop dont la divulgation sans sommation avait semblait-il beaucoup énervé le genin qui lui faisait face. Il s'engagea dans une scène ridicule comme quoi cette affirmation était un mensonge. Intox ou pas, la Jonin ne lui faisait de toute façon pas confiance.

« Tu ne le touches pas. Sa mémoire sera fouillée par un Yamanaka compétent et de confiance. Ton parti pris en sa faveur te met hors de course. Et je fais confiance à Misaki si elle dit que tu ne possèdes pas de tels pouvoirs. Je vous rappelle qu'aucun de vous trois ne devraient être ici. »

Toutefois, elle était touchée par son implication, ses intentions n'étaient pas mauvaises. Cet homme avait manifestement besoin d'aide, mais le jeune genin ne devait pas oublier dans quel monde ils vivaient. Atsumi ne pouvait tolérer qu'un inconnu pénètre dans le village sans passer par une inspection au préalable.

« Ton altruisme est plus qu'honorable. Je te promet que si cet homme ne représente aucune menace, il sera pris en charge rapidement. Ça ne devrait pas être long. Tu peux nous suivre si tu veux. » lui dit-elle, regardant d'un œil la lame qui venait de lui être remise.

« Des experts en fuinjutsu inspecteront également la lame. Nous en prendrons grand soin rassurez vous. Doit-on savoir quelque chose à son sujet avant de l'analyser ? »
dit-elle, empoignant le bras de l'inconnu, aussi bien pour le garder en joue que pour l'aider à marcher.

Commençant à se déplacer, la demoiselle se dirigeait vers les gardes, peut-être que l'un d'entre eux avait les compétences requises pour leur éviter de se rendre au centre de renseignement ?



_________________



Kyoi Atsumi:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2359-hayame-atsumi-termine#16787 https://www.ascentofshinobi.com/t8349-hayame-atsumi-carnet-de-route#69929
Ryûken
Ryûken

Le réveil [Libre] Empty
Jeu 24 Juin 2021 - 10:22
Loin d’un diplomate et dénué de tout tact, l’Ambidextre avait - semble-t-il – jeté un froid sur la scène par sa manière de s’exprimer. D’abord, Misaki le reprit, reprenant ses termes mais en adoucissant les bords pour ne pas brusquer l’étranger, allant même jusqu’à lui demander d’excuser le garnement pour ses paroles. Cela provoqua un curieux haussement de sourcil chez le Sabreur, qui se demandait d’un coup pourquoi tout le monde traitait un inconnu armé avec autant de douceur. Peut-être se trompait-il ? Faisait-il face à un membre du village un peu… bizarre ? Après tout, depuis son arrivée au village caché de la Brume, Ryûken avait rencontré de sacrés phénomènes. Cependant, celui-ci l’aurait marqué, et la discussion en cours prouvait que personne n’avait ne serait-ce qu’une idée sur son identité.

Le Chien Errant soupira, ennuyé par cette politesse extravagante dont tout le monde faisait preuve à l’égard d’un potentiel danger pour le village et ses habitants. On pouvait donc se présenter armé aux portes de Kiri la Grande, faire preuve de dangerosité en guidant ses mains jusqu’à son fourreau, puis s’en sortir avec des s’il vous plaît et des sourires. Tout cela semblait ridicule à ses yeux, mais il préférait ne pas faire de vagues pour éviter un potentiel sermon de son senseï. Toutefois, tandis que son mutisme régnait depuis quelques secondes, la Jônin en place décida d’en remettre une couche en lui manquant de respect devant tout le monde.

Encore jeune, le visage de l’épéiste trahit sa colère dans l’instant. Il semblait vexé et ne put s’empêcher de répondre dans une insolence qui était propre à son jeune âge. Ryûken était persuadé d’avoir bien agi et jugeait les remontrances de la blonde comme illégitimes. Comment pouvait-elle juger sa présence comme inutile alors que personne autour n’avait pensé à désarmer la cible avant de faire quoi que ce soit d’autre ?


- Si t’es trop idiote pour penser à désarmer un inconnu qui n’a… Visiblement pas toute sa tête, tu devrais en profiter et rentrer en même temps que moi. Sur ce,

Il se contenta de forcer un sourire, avant que ses yeux ne détaillent la silhouette du sabre de l’étranger. Plus que quiconque ici présent, Ryûken connaissait la valeur d’un katana aux yeux de son possesseur, et comprit évidemment sa difficulté quant à confier sa lame.

- Faites attention à sa lame.

Une simple remarque témoignant de son respect envers les artéfacts de chacun, ne s’imaginant pas une seconde confier Fuzen et Fuse à quiconque, pas même son mentor ou le chef de son clan. Ses talons se tournèrent enfin, le guidant sur le champ en direction des portes du village qui l’attendaient patiemment. Sur le chemin du retour, Kiyon qui l’observait peut-être encore pouvait potentiellement voir son bandeau shinobi accroché au biceps droit.

_________________
"Venge."

Le réveil [Libre] Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Yuki Misaki
Yuki MisakiEn ligne

Le réveil [Libre] Empty
Ven 25 Juin 2021 - 15:20

La main tendue dans le vide, laissé en plan, elle comprit quand même la décision d'Akuna et ne pouvait n'être qu'empathique. Après tout, Tokage avait été celui qui avait le plus verbalisé vouloir lui venir en aide, bien qu'il avait agi avec une attitude exécrable à l'égard de la Yukijin et bien au-dessus de son grade. En regardant l'arme s'échanger de main, Misaki croisait les bras.

En quelques instants, une multitude de gens s'étaient attroupés autour de l'homme à l'étrange tête, plusieurs même qui n'avaient pas leur place ici. Dans tous les cas, la situation semblait plus que sous contrôle et sa présence ne semblait plus du tout requise. Atsumi, bien plus haut gradé qu'elle allait prendre les reines pour la suite des événements et tous retourneraient sans doute à l'intérieur même des murs du village. N'ayant aucune capacité utile pour cette situation, elle considérait sérieusement simplement retourner à son poste. Quoiqu'elle était curieuse de nature et aurait bien aimé connaître la suite des choses.

Puis Tokage lâchait une bombe. Une révélation qui, couplée à son interaction du moment, faisait réellement contester la genin sur l'image qu'elle avait de celui qui lui était venu en aide par le passé. Bien qu'elle appréciait cette technique qu'il lui avait apprise, bien qu'il avait été d'une utilité sans nom, lors de leurs missions dans les ruines d'Aato alors qu'elle avait été d'une incompétence sans nom. Sauf que ça, c'était il y a plusieurs mois et elle n'était plus la même femme qu'à ce moment. Elle ne pouvait que douter de la loyauté de ce shinobi de la brume. Après tout, n'avait-il pas menti sur ses capacités ? N'avait-il pas tenu secret, même face aux autorités, ses capacités ? Ne venait-il pas de menacer directement une soldate de la Kenpei ? Non... Elle ne savait plus quoi penser de lui, mais elle n'avait pas la prétention d'être plus que ce qu'elle était. Une simple genin, une simple soldate. Elle rapporterait ses agir aux hautes-instances qui jugeront eux-mêmes de la situation. Malgré tout, sous le thème de la dualité, elle ne pouvait cependant pas s'empêcher d'être soulagée à l'idée que Tokage soit celui qui s'occupe de sonder l'esprit de l'énigmatique inconnu... Puis Atsumi coupa complètement ce plan.

Suivi de Ryûken qui se creusait une tombe de plus en plus profonde. Il y avait une limite à ce que Misaki pouvait mitiger comme attitude et ce n'était plus sa place – ça n'avait jamais été sa place – de le faire.

[Misaki] - ...

Sans aucun mot, alors qu'elle s'apprêtait à tourner les talons et à rejoindre le poste qu'elle venait tout juste de quitter, elle fut sollicitée par Atsumi. D'un simple coup de tête, elle indiquait qu'elle acceptait cette tâche qu'elle venait de lui remettre, puis jeta un regard à Tokage. Un regard neutre, mais fuyant. Elle aurait pu le dévisager et jeter un froid, mais à quoi bon ? Qu'est-ce que ça aurait changé ? Se remémorant le duel entre Tokage et elle. Ce qu'il avait avoué éclaircissait certain point, mais elle ne connaissait que très peu les capacités de ce clan éclaté, sans doute était-ce là un défaut qu'elle devrait combler. Un véritable manque de connaissance qu'elle rectifierait lorsqu'elle en aura l'occasion.

_________________
Le réveil [Libre] Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal

Le réveil [Libre]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chapitre 1: le réveil mélancolique du musicien alcoolique [libre]
» Lancement de l'Arc n°4 : Le Réveil !
» [Solo] Le réveil !
» Le réveil (w/ Shizuka)
» RÉVEIL AGITÉ ! [OUVERT]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: