Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !

Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Ven 18 Juin 2021 - 23:45
ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !
Muramasa x Rin

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Le village caché de la Roche, le plus somptueux berceau de l’humanité du Yuukan, où les myriades les plus insensées qui émanaient de la folie et du génie des hommes venaient naître, s’épanouir et s'éteindre sans discontinuer un seul instant. Une boucle infinie, intemporelle, insondable, qui ne connaîtrait de fin que lorsque les oronymies se lézarderaient, que lorsque le monde serait rendu à son ultime et dernier chapitre.

Ne pas reconnaître les regalia de ce hameau si petit dans une étendue si vaste, c’était tout simplement être en proie à une cécité qui n’aurait d’égale que les méandres d’un abysse aussi ténébreux que le plus détestable Nukenin ayant foulé les terres impies.

Néanmoins, les griffes du mortifère et funeste destin se déchaînaient dans les coulisses avec un plaisir grivois, afin de porter atteinte à la Roche immaculée, au dernier bastion de la justice qui jamais, Ô grand jamais ne céderait face à la barbarie. En effet, un singe volcanique déchaîné avait odieusement semé chaos et désolation dans le Shangri-La, ce qui ne parvint point à faire vaciller la flamme Iwajine, aussi chaude que la braise, et ce qu’importent les coups du sort.

Dans cette déveine pas piquée des hannetons, il fallait aller de l’avant, et reconstruire les bâtiments qui furent sacrifiés sur l’autel de l'aliénation de ce triste monde tragique. En effet, le Yuukan était sombre et emplit de terreurs, mais de meilleurs lendemains sauraient se faire montre, pointant - pour toujours et à jamais - le bout de leur nez mutin à l’horizon d’un futur incertain. L’esprit Iwajine était fier, son honneur inflexible et sa soif intarissable.

Alors que les astres s’alignaient dans une cacophonie stellaire, une mission pour le moins atypique se profilait dans les tréfonds de la sombre toile qui guidait le temps et l’espace d’une main de fer. Alors que les irascibles et hardis architectes se déchaînaient afin de terminer l’enjeu de la reconstruction de la glorieuse cité des Shinobi telluriques, ces derniers se heurtaient à un épineux problème. Le célèbre et inégalable Kazuyo Seijima avait disparu sans laisser de traces, dans des circonstances pour le moins louches. C’est avec frénésie que l’équipe d’architectes demandaient l’aide des maîtres du chakra afin de retrouver l'hurluberlu qui était la pierre angulaire de la nouvelle Iwa.

Bien sûr, le Bureau des Missions, plus communément surnommé BDM par les badauds qui raffolaient des acronymes plus ou moins obscurs, se penchait avec entrain sur la question, mandatant deux experts qui sauraient mener l'enquête avec abnégation, afin de découvrir la vérité et surtout ne pas prendre de retard sur les plans de restructuration qui étaient réglés comme du papier à musique d’un de ces farfelus manipulateurs de l’Onkyoton.

Muramasa était un homme qui était d’une perspicacité et d’un pragmatisme digne du vieux sage qui s’était retiré du monde afin de trouver l'illumination. Après moult enquêtes impossibles, mais résolues, dans le quartier sombre et tentaculaire d’Iwajuku, il était logique que le BDM fasse appel à ses services. Bien qu’il ne fît point partie du tigre à dents de katana, le Shishiza, le médecin des miracles était un peu - de par son passé et de la tragique histoire de feu le poste douze - une sorte de consultant dont les espiègleries étaient reconnues par les plus fins limiers qui appréciaient l’art de la subtilité. Une telle quintessence d’humour noir et une pointe de cynisme, donnaient un parfait mélange, digne des décoctions alchimiques les plus pittoresques.

Le lieu du rendez-vous de la fine équipe était devant le bâtiment provisoire de l’équipe d’architectes, qui était une sorte de campement pour le moins bizarroïde s’érigeant au milieu d’un champ de ruine qui se trouvait en plein centre-ville. Plusieurs hommes vaquaient à leurs occupations, s’affairant à entrer et à sortir d’un bâtiment qui devait surement être la salle de réunion de l’équipe d’architecte.

Le Borukan était là à l’heure du rendez-vous, contemplant le tragique spectacle d’une Roche désolée du haut de son perchoir. En effet, sur le toit du palais des ingénieurs fous, l’oiseau de mauvaise augure attendait l’autre Shinobi qui avait été mandaté dans la sacrale mission. Faisant jouer de crépitement malicieux et insondable son encensoir empoisonné, une voûte nébuleuse planait autour de son auguste personne. La seule information sur l’identité de ce mystérieux personnage qui allait l’épauler dans sa quête était son affiliation clanique. Une Pupille Pâle devait faire montre de sa présence, ce qui serait sûrement facilement reconnaissable. Bien que disposant d’une expertise conséquente dans ce genre d'odyssée, le corbeau des tempêtes se sentaient un peu comme un pingouin dans le désert, car jamais il n’aurait pu penser que le village caché finisse dans un si triste état...

« ... » -silencieux, à l'image marmoréenne de ses traits qui jamais ne vacillent-




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Sam 19 Juin 2021 - 4:10

Fraîchement sortie de l'académie, la vieille genin s'attendait, certes, à être affectée à une multitude de missions et ici et là, mais jamais elle n'aurait pu imaginer la complexité de la tâche qui l'attendait. Alterner entre un violent entraînement avec sa cousine, une rencontre particulière avec lui qui devrait le chef de son équipe – en plus de faire face à un défi lui infligeant sa première fracture -, de multiples missions et l'amélioration de ses capacités chakriques s'étaient avéré être un véritable duel d'attrition entre ses réserves d'énergie de femme vieillissant et les opportunités d'amélioration qui se tramait sur son chemin.

Le résultat était bien simple, soit elle en ressortait plus fort – et nettement plus épuiser -, soit elle croulait sous la pression et pouvait ranger son bandeau de kunoichi. Dans tous les cas, elle n'était pas prête à abandonner ce nouvel objectif qu'elle s'était fixé. Cette parange aux yeux opalins souhaitait plus que tout relever les défis qui se montraient le bout de son nez et pour se faire, elle ne pouvait que suivre le sens du vent, tel un voilier victime de la vie.

Arpentant les méandres des rues Iwajins. Elle voguait pas à pas en direction du point de rencontre qui lui avait été fixé. Là, elle allait devoir rencontrer un certain Borukan Muramasa et ensemble, ils allaient devoir retrouver un architecte porté disparu. Ça allait faire changement de rencontrer un shinobi lambda – croyait-elle naïvement – alors que ses dernières rencontres avaient été avec deux shinobis à la réputation bien construite. Un jônin capable de manipuler la lumière et un éternel chunin manipulateur des arcanes Mitsudo. Dans tous les cas, elle était bien contente de faire une nouvelle rencontre et, l'espérait-elle, pouvoir ressortir de cette mission avec de nouveaux apprentissages pleins la tête.

Il y avait cependant un petit quelque chose qui lui trottait dans la tête, alors qu'elle s'approchait de la tente des architectes. La mission semblait pourtant assez simple, mais elle était notée comme étant de niveau B. Ça lui indiquait que la personne qu'elle allait rejoindre était minimalement chunin, mais elle ne voyait pas très bien le sens derrière la classification de cette besogne. Sans doute était-elle encore trop aveugle pour pouvoir bien évaluer la dangerosité de la vie ? Peut-être ne disposait-elle pas de toutes les informations et qu'elle s'apprêtait à pénétrer dans la gueule du loup ?

Dans tous les cas, elle chaussait rapidement ses questionnements alors que se dessinait directement devant elle son point de rencontre. Il ne lui fallut pas très longtemps pour identifier celui qui allait visiblement être son coéquipier pour la journée. Son regard ivoirien se posait sur la silhouette d'un homme perché en hauteur. Fixant l'homme d'une vingtaine d'années, la trentenaire ne put s'empêcher d'y voir là les signes précurseurs d'un hurluberlu. Qui d'autre pouvait bien attendre à un pareil endroit qu'un membre des forces militaires du village ?

Offrant une légère rotation d'une trentaine de degrés vers la droite, l'héritière du Byakugan esquissa un très léger sourire presque imperceptible. Elle avait d'ores et déjà le sentiment qu'elle n'allait pas s'ennuyer en cette chaude journée automnale.

[Rin] - Borukan Muramasa ? Sa voix résonnait suffisamment fort pour se porter aux oreilles de son partenaire.

Bien qu'elle le trouvait déjà un peu spécial, vautrée là, sur son perchoir, la neutralité légendaire de l'ex-ambassadrice du clan Hyûga.

[Rin] - Je m'appelle Rin. Hyûga Rin.

La distance qui les séparait n'était pas propice à la moindre conversation. Elle aurait bien pu le rejoindre, dans les hauteurs du village de la terre, mais elle restait là, arborant une attitude que les gens comparaient bien souvent à de la nonchalante.

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Ven 25 Juin 2021 - 13:35
ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !
Muramasa x Rin

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il était la vengeance, il était la nuit, qui se plastronnait fièrement devant l’oronymie qui se perdait à l’horizon. Muramasa entendit une voix scander son nom, telle une ode qui faisait écho au creux de la Roche afin de capter son attention. Le Borukan aperçut en contrebas une étrange personne qui était indubitablement la coéquipière qui fut mandatée afin de sauver le futur du village caché, et ainsi assurer de meilleurs lendemains aux Genin joufflus qui n’avait plus d’abris au dessus de leur tête où le bandeau frappé des armoiries telluriques scintillait de mille feux, même dans l’infamie de ce triste monde tragique. Il s’agissait d’une Hyûga, ce qui ne faisait aucun doute en croisant son regard d’albe aussi vide que les méandres du néant. Se présentant avec une nonchalance n’ayant d’égal que son affiliation clanique, la femme demeurait sur ses positions, ne comptant certainement pas rejoindre le perchoir qui menaçait de percer les cieux. Bien sûr, le parangon prit la peine de se présenter à son tour, descendant dans une chute vertigineuse qui se terminait dans une réception aussi fantasmagorique que ce que les lois de la gravité s’en trouvaient violenté avec hardiesse. Atterrissant comme une plume, ou pas vraiment à en croire l’impact sur le sol qui frappa comme le tonnerre des tempêtes, le médecin des miracles fit quelques pas en direction de l’étrange Kunoichi au regard absent, mais si perçant. Bien sûr, rien de vraiment impressionnant quand on connaissait les secrets des arts des ombres dont les Shinobi pouvaient faire montre, mais tout non-initié en aurait eu le souffle coupé, haut et court.

Le marmoréen fixait les pupilles de la pale Hyûga, tandis qu’il sortait son encensoir préféré, bien qu’empoisonné. Faisant rugir les étincelles d’un volcan déchaîné, le crépitement aux lueurs d’une nitescence proche des lucioles joueuses se mêlaient à un nuage dont l’encre oblitérait les sens dans une toile aussi chimérique que ténébreuse.

« Hajimemajite, Oujo-san. Je suis Borukan Muramasa, votre coéquipier sur cette triste affaire de disparition. » -dit-il, avant de prendre une nouvelle inspiration de sa brume qui se transformait en nuage sibyllin-

Comme à son habitude, le taciturne allait donner un surnom à l’espiègle Kunoichi. Il l’avait déjà trouvé, mais ne l’employa pas immédiatement en vue de la tyrannie qui régnait sur le village caché. En effet, il valait mieux cerner la femme qu’il avait en fasse de lui, car se mettre dans le collimateur une dévote de l’Ordre des Amazones aurait été bien fâcheux...

« Avez vous une idée concernant cette affaire et par où commencer ? Pour ma part, je pense qu’interroger les architectes, puis examiner la loge du disparu, serait un bon début. » -demandant l’avis de la pupille immaculée-






_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Sam 26 Juin 2021 - 1:54

Véritable prouesse physique, l'homme qui allait être son partenaire de mission, était descendu avec panaches des hauteurs ou il avait pris refuge. Les pupilles éburnés de la trentenaire valsaient entre les différents aspects du jônin avant de finir sa danse dans le regard ce dernier. Elle n'avait encore jamais eu la chance de rencontrer cet homme par le passé, il ne semblait pas avoir évolué dans les sphères politiques de la cité de la roche. D'autant plus qu'il n'était pas doté d'une réputation particulière, le rendant parfaitement indiscernable, véritable shinobi agissant dans l'ombre.

[Rin] - C'est un plaisir de faire votre connaissance ! Dit-elle, aussi sincère qu'elle pouvait l'être.

Cet homme avait un je-ne-sais-quoi d'intrigant aux yeux de l'héritière du Byakugan. À la fois mystérieux, il se dégageait de lui une aura impénétrable et envoyant un imposant frisson dans l'échine de Rin. Si son impression pouvait se résumer en quelques mots, elle dirait sans doute « qu'il est dangereux. » Sauf que ce qu'elle ressentait à son égard était infiniment plus complexe. Écoutant sagement les dires de son partenaire, elle ne pouvait qu'être en accord avec son plan d'action.

[Rin] - Vous m'enlevez les mots de la bouche, Muramasa-Sama.

Il n'y avait pas trente-six solutions. Ils disposaient de très peu d'information concernant cet architecte si ce n'est qu'il a disparu du jour au lendemain et qu'il avait des conflits avec des membres de son équipe. Le bâtiment provisoire en face d'eux, le trajet pour se rendre aux architectes n'étaient pas bien longs. Pénétrant aux coeurs du campement de ceux qui s'efforçaient de produire des plans pour la reconstruction du village de la roche, Rin identifia à l'oreille la position du groupuscule. S'approchant doucement de ce qui semblait être un amalgame de six individus provenant de différente sphère de la vie, ils avaient tous – ou presque – quelque chose en commun. De magnifiques pommettes érythrosique agrémentaient leurs faciès. Dans leurs mains, diverse concoction éthylique, véritable poison de l'esprit, il semblerait qu'elle n'avait pas avoir trop de difficulté à obtenir la coopération du regroupement atypique d'hommes et de femmes.

[Rin] - Pardonnez-moi ! Dit-elle d'une douce voix afin d'obtenir leur attention Nous aurions quelques questions au sujet d'un des vôtres, un certain Kazuyo Seijima.

Le brouhaha généré par les architectes un peu réchauffé par l'alcool s'arrêtait immédiatement, alors qu'elle prononçait le nom de la cible de cette mission.

[Tekkan] - S't'enculé, il est plus un des nôtres. Prononçait un homme dans le début de la vingtaine. Fin'... Il a jamais été un des notre... m'k'ay ?
[Kiyumi] - Ta gueule, Tekkan ! T'es saoul. Dit une trentenaire, comme Rin, en lançant une bouteille en direction de celui qui venait de prendre la parole.

Un homme dont les bras étaient sans doute aussi gros que le torse de la genin venait de se lever. Son regard et ses pommettes indiquaient qu'il était particulièrement intoxiqué. Fronçant les sourcils, il dévisageait Rin et son partenaire.

[Okoto] - Z'Êtes qui ?

Faisant un pas vers l'avant, il manquait de perdre l'équilibre. Cette mission commençait définitivement bien.

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Dim 27 Juin 2021 - 17:47
ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !
Muramasa x Rin

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Apparement, la Hyûga semblait adhérer aux idées du médecin, ce qui assurait de ne pas tondre la banquise en tergiversations inutiles. Ni une, ni deux, les vaillants défenseurs de la Roche se dirigèrent donc vers le bâtiment où les badauds - adorateurs de plans et autres normes Yuukanites de construction - se réunissaient afin d'assurer la rénovation d'un village caché en bien triste état. Un petit groupe d'énergumènes, au nombre de six, semblaient mettre la viande dans le torchon avec une espièglerie sans nom. Décidément, le Yuukan était sombre et empli de terreurs. La Pupille Pale les aborda avec une voix suave, un peu trop pour ne pas trahir sa pensée, du moins aux yeux du Borukan qui demeurait de marbre tandis que la brume le nimbait dans une euphorie cathartique.

Les paroles de la demoiselle semblaient faire réagir tout particulièrement l’un des convives de ce banquet funèbre, tout comme la morue qui tentait de faire taire son acolyte alcoolique. On pouvait déjà interpréter cette réaction comme un indice caractéristique sur l’affaire que les Shinobi devaient résoudre. Un gorille se levait alors, défiant les dignes justiciers en osant poser une question aussi sotte que ses biceps étaient emplis du poison des arts obscurs du rentanjutsu.

Muramasa, en tant que médecin érudit dans les arts, autant que ceux de la planète des singes, que ceux des décoctions alchimiques interdites, laissait échapper un léger sourire, avant de répondre au grossier personnage.

« Qui nous sommes ? Vous nous faites la nique, Môsieur ? » -dit-il, écrasant sa cigarette sur la table jonchée de bouteilles d’alcool vides et divers produits hallucinogènes de contrebande-

Le vil faquin commençait à s’énerver, tapant sur son torse avec ses poings en hurlant comme un gorille enragé. Apparemment, ces architectes étaient tous aussi défoncés qu’un Akimichi se goinfrer de tuiles de patates frites dans la graisse.

[Okoto] - Cherchez vous querelle ?

« Non Môsieur, et vous ? Cherchez-vous querelle ? Môôôsieur ? » -fixant les yeux injectés de sang du manant aux muscles saillants-

[Okoto] - Oh poutiou de poutiou ! Laissez le moaaa !!!

Le faquin se ruait sur le Corbeau des Tempêtes comme un rhinocéros sauvage qui tentait d’enfoncer un mur. C’était là l’erreur de ce triste sire, qui buvait pendant le service.

Muramasa se contenta d’utiliser la puissance infinie des arcanes de la nuit pour calmer le goguenard, lui mettant une bonne baffe sur son faciès simiesque. Le rustre tomba lourdement en s’affalant dans le mobilier, à cause de l’élan qu’il avait pris, mais surtout son manque d’équilibre dû aux nombreuses substances qu’il avait consommées. Les autres architectes étaient pour certains choqués, tandis que d’autres étaient trop défoncés pour réagir à ce qui se passait. Le Borukan était consterné de constater que les ressources de la Roche étaient détournées de pareille manière, alors que la reconstruction du village était d’une importance capitale. Néanmoins, cela offrait un motif tout à fait légitime pour interroger via la torture ces vils détraqués, puis les faire incarcérer par les forces du tigre à dents de Katana.

« Nous sommes la justice, et nous venons enquêter. Si vous ne voulez pas finir dans une geôle froide et humide, pour vos petits passes-temps pernicieux pendant le service, vous feriez mieux de choisir vos prochaines paroles avec sagesse. » -regardant chacun des malandrins qui étaient encore conscients-« Qu’entendez-vous par, je cite ; “Il a jamais été un des notre …” »

Muramasa était un parangon, qui jamais ne céderait face à la barbarie.





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Dim 27 Juin 2021 - 23:25

[Kiyumi] - Écoutez pas ce que se saoulons de Tekka dit.Adressait-elle à Borukan Muramasa.Il est juste aigri parce qu'il a plus de travail à faire depuis que le type s’est sauvé.

De tous les groupes, cette femme qui adressait la parole aux deux iwajins semblait être la moins en état de consommation. Alors que l'homme que son partenaire venait d'envoyer au tapis se relevait et reprit sagement sa place, les deux shinobis semblaient avoir désormais toute l'attention de son public.

[Rin] - Nous sommes ici suite à une plainte déposée par l'un d'entre vous. Nous avons pour ordre de retrouver votre collègue et pas pour faire la police des substances illégales. Son regard éburné se plongeait longuement dans celui de ses six interlocuteurs.Mais comme l'a dit mon partenaire, nous n'y penserons pas deux fois.
[Tekkan] - Tsk... vous voulez savoir quoi ?
[Rin] - Commensez par répondre à la question de mon partenaire. Son regard se posait de nouveau sur cette femme qui lui avait répondu plus tôt.Il est évident que votre commentaire n'était pas que celui d'un ivrogne.

Est-ce que les informations reçues par ce groupuscule allaient avoir la moindre valeur ? S'ils étaient ceux qui avaient effectivement rapport la disparation de leur cible aux autorités, ils semblaient pourtant particulièrement réticents à la venue des deux shinobis. D'accord, la présence d'alcool et de drogue semblait assez louche, mais pourquoi avoir attiré l'attention de la roche si c'était pour agir de la sorte ? Il y avait anguille sous roche... ou scorpion dans le sable, comme dirait Yugure.

[Tekkan] - D'abord, on le connait pas. Fin'... Le gars s'est pointé y'a deux mois. Il est apparu comme ça avec une lettre à la main disant que s't'ai lui le boss. En guise de pause, il engloutit une gorgé d'alcool.Sauf qu'on n'a jamais entendu parler qu'on allait avoir un nouveau boss.
[Okoto] - Ouais ! Pis l'g'ars, il change les plans dès qu'il arrive. Il ne demande l'avis à personne et il raye des semaines de travail en quelques heures. Plus que ça, les plans originaux sont maintenant introuvables.
[Kiyumi] - On a bien essayer de fouiller sa demeure à leur recherche, mais que dale. C'est comme s'il avait jamais existé. On s'est dit qu'il était peut-être venu voler nos plans et c'est pour ça qu'on vous a contacté.

Était-ce vraiment là une simple histoire d'espionnage industriel ? Pourquoi ne pas avoir questionné le village de la validité de cette lettre qu'il trainait avec lui ? Peut-être l'avait-il fait et avait obtenu une réponse insatisfaisante ? Dans tous les cas, il était clair que le groupe ici présent n'allait pas être d'une très grande utilité pour retrouver leur cible.

[Rin] - Autre chose ?
[Tekkan] - L'g'ars était grave parano.
[Rin] - Mais encore ?
[Tekkan] - Bah quelques jours avant sa disparition, il s'est pointé sur un chantier avec les mauvais plans et s'est mis à engueuler l'autre taré là. Il pointait un autre des hommes avec eux et qui semblait être dans un coma éthyliqueIl est même aller jusqu'à lui prendre le collet et tout. Y'a fallu qu'Okoto les sépare de forces. On aurait dit qu'il allait l'égorger...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Dim 4 Juil 2021 - 0:12
ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !
Muramasa x Rin

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





L'une des architectes, surement la moins éméchée, tentait désespérément de calmer les ardeurs des deux hommes virils qui se cherchaient mutuelle querelle, tantôt à coups de verve, tantôt à coups de poing. Qui était cette morue ? Un épais mystère, mais à en croire ses yeux larmoyants en constatant que son compatriote gorille venait de se faire rosser devant elle, la demoiselle devait indubitablement entretenir une relation qui dépassait la franche camaraderie. Il s'agissait là d'une des plus pernicieuses terreurs que comptait le Yuukan, à savoir jouer au docteur entre collègues de travail. Pour sûr, les Katons de la Roche étaient très friands de ce genre de scandale, mais le moment n'était pas venu de révéler à la populace locale que les architectes de la Sainte cité de la Roche n'étaient pas aussi purs qu'ils se le devaient. Néanmoins, on ne la faisait pas au Borukan, car il était médecin, ce qui lui octroyait le passe-droit de pouvoir jouer au docteur en toute impunité avec les Kunoichi ou encore les infirmières sexy. Ajustant le col de son manteau de jais qui avait était manufacturé par le célébrissime Gushi, marque éponyme, le taciturne écoutait attentivement l'interrogatoire mené par la Pupille Pâle aux yeux si vides et absents que cela remettait en cause la présence d'une âme dans son corps de poupée de porcelaine.

D’après les dires de la renarde aux dents longues, son collègue - clin d’oeil, clin d'œil - était particulièrement irritable à cause de la perte de son gagne-riz. En effet, cela était plausible, mais la réalité était que le gorille devait abuser de quelques décoctions alchimiques aux effets secondaires peu réjouissants, notamment sur l'agressivité. La Planète des Singes était un monde à part, dont les non-initiés ne pouvaient se targuer d’en saisir la substantielle moelle.

Selon les dires des travailleurs des charpentes chimériques, le disparu était arrivé de nulle part, puis avait disparu avec les précieux plans. Tout cela était étrange, ne tenait pas vraiment la route, mais les situations les plus rocambolesques s’avéraient l’apanage de la sombre Iwajuku. Peut être que le quartier interdit avait semé les graines du chaos, afin d’assurer que la folie régnerait aux quatre vents.

Le point qui suscitait une nitescence d'intérêt dans l’esprit du Muramasa sauvage était sur les dernières révélations des hurluberlus au chômage technique. Sortant un encensoir de l'intérieur de son plumage crépusculaire, le médecin des miracles se tournait vers sa coéquipière, afin de lui faire part de son opinion plus ou moins précieuse… L’occasion de lui donner son surnom, qu’il saisit sans vraiment demander d'autorisation.

« Sekieihime, ne sentez-vous pas quelque chose de sibyllin planer au dessus de ces individus ? » -le regard mordoré qui croise les quartz jumelés-« Outre le fait de leurs relations un peu trop louches pour être innocentes… »

En effet, l’instinct de Muramasa était d’une perspicacité terrifiante. Ces gredins, en plus de boire pendant le service et de s’enivrer de substances plus ou moins hallucinogènes, devaient se livrer au stupre et à la luxure de manière peu conventionnelle à travers des orgies et autres joyeusetés peu recommandables. Heureusement, les bras de la justice n’étaient pas arrivés à un moment inopportun, lorsque ces goguenards n’enfilaient pas que des perles. Du moins, c’est ce que la sagesse infinie et l’expertise sans faille du Borukan avaient conclu.

Si Seiji avait voulu écharper le comateux, cela était sans doute encore une histoire ténébreuse, tirant du crime passionnel. Le gredin avait peut être tentaculé la femme de l’architecte, ou qui sait quelles horreurs avait pu prendre racine dans cette flore démoniaque. Cependant, les propos tenus par les autres mettaient en évidence que la belle au bois dormant n’était pas bien vue dans la confrérie des architectes.

« Taré ? Ce n’est donc pas votre ami ? En quoi est-il, je cite, taré ? »

Expirant une volute de brume qui prenait des formes fantasques, rappelant les dragons des légendes de la nuit des temps, le Muramasa était assez pointilleux sur les mots pour n’en épargner aucun.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Lun 19 Juil 2021 - 22:22
[Tekkan] - Ah euh... Dit-il quelque peu prit au dépourvu par MuramasaC'est qu'une façon de parler... une appellation entre amis, quoi !?

L'esprit de Rin était resté quelque peu surpris par l'appellation que lui avait offerte son partenaire de mission. « Sekieihime » avait une sonorité qu'elle aimait bien et elle ne pouvait n'être qu'en accord avec sa définition. C'était bien amusant, mais un peu sorti de nulle part. N'offrant que pour simple réponse, un sourire bien sincère, l'héritier du Byakugan aimait bien ce petit titre qui venait de lui être offert.

[Rin] - Définitivement, Muramasa-sama. Je ne saurais dire quoi, mais il est évident qu'on ne nous dit pas tout.

Visiblement, il n'y avait plus grand-chose à tirer de ce groupuscule d'Architecte un peu bourré et dans les vapes. Le comportement du nouveau venu était certes bien inquiétant, mais il n'y avait rien qui sautait aux yeux de la genin quanta la façon dont ils pourraient s'y prendre pour le retrouver. Enfin, pas ici et maintenant.

Réalisant un unique mudra. Un signe qui n'existait que pour la création même de ce jutsu, deux copies parfaites de la genin faisaient son apparition de derrière un voile de fumée. La kage bunshin, une technique lui permettant de créer deux versions de sa propre personne qui, s'ils venaient à être détruits, lui ramènerait les informations et les stimulus acquit jusqu'au moment de leur trépas.

[Rin] - Je crois qu'il serait pertinent d'aller inspecter les dortoirs tandis qu'ils festoient.

La genin avait volontairement prononcé ses quelques paroles haut et fort. Elle cherchait à voir d'éventuelle réaction de la part de ses interlocuteurs, mais soit ils étaient trop inhibés par l'alcool, soit ils n'avaient rien à cacher. Ce qu'elle doutait.

[Rin] - Un dernier commentaire avant que nous nous mettons en route ?

Aucune. Le groupe restait silencieux. Tournant les talons, elle sortit de la tente. Ses deux clones, eux, restaient avec le groupe les bras croisés. Ils étaient prêts à disparaitre advenant le cas où ils auraient rapidement besoin de transmettre une information à leur créatrice.

À l'extérieur de la tente, Rin adressait quelques paroles à son partenaire de mission.

[Rin] - Difficile de penser qu'il s'agit la de ceux qui ont comme responsabilité de reconstruire Iwa. Je propose qu'on se sépare ou qu'on se clone pour fouilleur leurs habitations plus rapidement. Ils ne m'ont offert aucune réaction particulière en entendant ça, mais je ne peux chasser une mauvaise impression à leurs égards. Je ne saurais pas trop dire quoi, mais il y a quelque chose qui cloche. Je me trompe peut-être.

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI ! Empty
Mer 4 Aoû 2021 - 14:06
ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !
Muramasa x Rin

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Les explications du petit groupe d'architectes décadents n'étaient pas vraiment convaincantes, mais il s'agissait certainement de pauvres bougres qui n'étaient pas responsables de la disparition du pauvre homme. Du moins, de manière aussi efficace, vu l'équipe de bras cassés qui était chargée de la reconstruction de la Roche glorieuse. Même si la situation paraissait désespérée, la Pupille Pâle n'avait pas étranglé le Parangon de par son audace à lui attribuer un sobriquet avec une familiarité assez déplacée. C'était un petit pas pour la mission, mais un bond de géant pour la justice.

En effet, les sacripants ne disaient pas tous aux fiers représentants du village caché, ce qui n'était guère surprenant aux vues de leur passe-temps digne des allées les plus sombres du quartier d'Iwajuku. La Hyûga prenait l'initiative de faire appel à ses jumelles ténébreuses, afin de s'assurer que les malandrins ne fassent pas les malins. C'était du bon boulot, dont bien trop peu de Genin joufflus auraient pu se targuer avec vantardise. Au moins, la coéquipière qu'on avait attribuée au médecin des miracles était efficace et faisait preuve d'ingéniosité.

Laissant les vils faquins entre les griffes des doubles maléfiques, la Rin sauvage et le Borukan taciturne sortaient de l'antre de la débauche afin d'inspecter le dortoir qui révélerait surement de très précieux indices sur la sinistre affaire de disparition d'un honnête gentilhomme.

« Excellente idée, Sekieihime. » -dit-il, exécutant l'arcane démoniaque de la duplicité et se multipliant dans un nuage de fumée vespéral-

La technique la plus répandue et appréciée dans le monde obscur était la base de tout Shinobi, permettant d'accomplir les desseins les plus sardoniques. L'idée de la Hyûga était la bienvenue, assurant d'être l'ubiquité du bras armé de la justice tellurique. Les copies du médecin arboraient toutes une Shogi-face digne des plus grands goguenards que le Yuukan ait connu, prenant des directions divergentes tout en crachant des nuages de brume évanescentes qui les nimbaient mystérieusement tels les fantômes de minuit. L'original fit quelques mots à l'intrépide demoiselle aux yeux vitreux, avant de partir vers l'une des chambres de la damnation, portant l’inscription calligraphiée sommairement du nom du propriétaire sur une petite plaque. Tekkan, l'effroyable, était le possesseur de la chambre des secrets.

« Il est incontestable que ces individus sont louches, prenez garde lors de votre inspection. Comme le disait si bien un Genin Akimichi joufflu, mais terriblement avisé " les missions c'est comme un Bento, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. " »

Sur ces paroles étranges, voire décadentes, le Muramasa des tempêtes laissait la jeune Kunoichi en entrant dans une pièce d'un des hurluberlus. Il fallait tout inspecter à la loupe afin que l'énigme soit élucidée. Néanmoins, alors que le Borukan pénétrait dans le repaire du démon, l'atmosphère était plus lourde et intense que nul n'aurait pu imaginer, bien que tout paraissait dans un ordre digne des plus aliénés défenseurs du ménage.

Examinant calmement les lieux, le sage adepte du scalpel vint rapidement à la conclusion que tout cela n'allait pas du tout. Fin psychologue, le malicieux arriva rapidement à l'hypothèse que l'habitant était proche de l'état d'esprit si caractéristique du psychopathe. Décidément, le parangon était un fin limier, se risquant même à penser que l'affaire allait être vite réglée. Examinant la bibliothèque, le scientifique s'aperçut très vite que les lectures du malandrin étaient pour le moins équivoques. Cinquante nuances de Pupilles Pales, l'un des plus grands romans à succès du terroir, était usé de manière louche, si bien qu'on arrivait rapidement à comprendre au combien cet ouvrage était l'un des préférés du possesseur de la bibliothèque de l’effroi. Sans oublier le fameux livre qui avait fait polémique ces dernières années, à savoir le Daimyo de Sade, dont la présence prouvait que l'hurluberlu était un amateur de récits assez troubles. Cependant, ce qui fit écarquiller les yeux à l'apôtre de l'Iroujutsu, qui était pourtant imperturbable, c'est lorsque ce dernier découvrit la fameuse collection interdite des Indécentes Princesses, en édition originale de surcroît. Toute la collection, en parfait état, était dissimulée de manière pernicieuse derrière une rangée d'autres bouquins. C'était pour une bonne raison que ces œuvres étaient proscrites à travers le Yuukan tout entier, car elles indignaient les pouvoirs en place, mais surtout, mettait dans des positions délicates les ingénues aux tiares d'or et d'argent. Décidément, le vaillant défenseur de la veuve et de l'orphelin était certainement tombé sur un pervers, mais cela ne l’avançait pas dans son enquête. Alors que le Borukan s'apprêtait à sortir du repaire de la damnation, il s'aperçut que quelque chose clochait avec le meuble qu’il avait examiné. Suivant son instinct, le médecin appuya sur l’un des romans qui venait faire tache dans la thématique du bastion de l’érudition, ce qui déclencha un mécanisme digne des plus épiques odyssées. La bibliothèque fit un son mécanique, comme se déverrouillant, puis se mit à s'entrebâiller, en pivotant sur elle-même. Le Jonin venait de découvrir une pièce cachée, ce qui démontrait toute l’ingéniosité des architectes. Enfin, était-il vraiment judicieux de mettre ce genre de chose dans une habitation temporaire ? Mystère. Sûrement la passion ou l'aliénation. Avec prudence, l’explorateur en quête de vérité s'avança dans le repaire secret, découvrant alors avec horreur une sorte de temple secret où moult objets plus inavouables les uns que les autres étaient entreposés de manière solennelle. D’innombrables statuettes de Kunoichi en petites tenues et dans des poses plus que suggestives étaient disposées, mais le plus choquant était l’immense pièce maîtresse de ce sanctuaire, qui consistait en une représentation grandeur nature d’une représentante bien connue de la Roche qui s’érigeait comme la pierre angulaire de ce culte mystérieux.

Choqué, le divinicide sortit de la pièce, puis se dirigea vers l’extérieur, allumant une de ses cigarettes et prenant une bouffée, autant d’air pur que de poison.

« Quelle bande de dégénérés. » -fixant le ciel où les nuages joueurs s’esclaffaient avec panache-.

La Hyûga allait peut-être elle aussi faire des découvertes plus que troublantes…





_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

[MISSION/B/IWA] ARCHITECTE DISPARU ? LE NÔTRE AUSSI !

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: