Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 9:13 par Ekko Snow

» [Iwa] Daiki Iranos
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
Les profondeurs de l'âme [Solo] EmptyHier à 22:26 par Han Musashi

-26%
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] – 200€ sur la TV OLED UHD 4K – 65″ LG 65BX3
1399 € 1899 €
Voir le deal

Partagez

Les profondeurs de l'âme [Solo]

Nagamasa Izanami
Nagamasa Izanami

Les profondeurs de l'âme [Solo] Empty
Dim 20 Juin 2021 - 2:09
Taiyo - Automne 204

La jeune samourai s’était fait sa petite place depuis un bon moment dans la capitale du pays du vent, ou du moins de ce qu’il en restait. Depuis le passage du dieu du désert dont sa divinité et sa fierté furent anéantis ; Taiyo n’était plus que l’ombre d’elle même. Certains quartiers étaient abandonnés car personne ne voulait se prendre la peine de faire un peu le ménage. La jeune femme ne cherchait pas forcément à comprendre la chose, elle n’était pas là pour faire de la gestion, mais pour vivre sa vie comme elle l’entendait.

On avait souvent tenté de lui dicter la conduite à avoir et dans le fond, elle n’aimait pas. Un léger esprit rebelle, une certaine soif de liberté qu’elle ne voulait abandonner. Elle tentait tant bien que mal de profiter de chaque instant de sa vie comme si s’était son dernier jour. Cette matinée n’était pas vraiment différente, elle s’était réveillée dans la couche d’un autre, une petite aventure d’un soir comme elle appréciait en avoir quelques uns. Elle tournait la tête vers l’homme toujours endormi, un regard indifférent.

Elle ne ressentait rien de particulier pour lui, il n’était pas plus qu’un certain… amuse-bouche allait-on dire. Elle se redressait un peu, toujours nue, son regard détailla un temps l’homme. Elle ne pouvait s’empêcher d’afficher un petit sourire amusé en voyant les quelques marques de griffures sur le torse. Elle pouvait s'avérer fort sauvage et pour être sincère, elle appréciait se déchaîner sans aucune retenue... Une étrange chose pour quelqu'un qui avait été formé pour rester maître de soi-même. Elle n’attendait pas plus longtemps pour quitter le lit et de commencer à se rhabiller.

Sa formation l’avait poussée à apprécier la violence… Ou du moins, c’est ce qui en résultait pour elle. Après tout, comment pouvait-on survivre quand sa vie, son quotidien se résumait à souffrir et faire souffrir sans broncher ? Parfois, pour survivre, il fallait aimer ce qui tentait de nous briser pour devenir plus fort, c’est précisément ce qu’elle fit.

Elle finie de se rhabiller discrètement dans son kimono classique, bien que plus élégant pour ce genre d’occasions. Elle attacha rapidement sa chevelure en une queue de cheval. Son regard se posait une dernière fois sur l’amant du jour, elle se mordit légèrement la lèvre inférieure, ressentant une envie de faire couler son sang… Un besoin de sang, de violence qu’il lui était – parfois – difficile de contrôler. Elle prit une profonde inspiration avant de quitter son appartement par la fenêtre en bonne voleuse.

Son regard parcourait les rues qui étaient déjà actives de bonne heure. Certains regards se posaient sur la jeune femme, c’est que ce n’est pas tout les jours que l’on voyait un samourai sauter d’une fenêtre vous savez… Mais elle se contenta d’ignorer la chose. Sa main se glissa sur sa nuque qu’elle se massa doucement, marmonnant pour elle.


P’tain… J’aurais bien besoin de mon thé matinal…

Elle ne tardait pas à reprendre la route pour aller se siroter sa petite tasse de thé, chose qu’elle appréciait toujours faire. Après tout, certaines personnes préféraient un verre d’alcool, d’autre une tasse de café et elle… Ma foi, c’était son petit thé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12010-nagamasa-izanami-terminee#104755 https://www.ascentofshinobi.com/t12066-nagamasa-izanami#105165
Nagamasa Izanami
Nagamasa Izanami

Les profondeurs de l'âme [Solo] Empty
Mer 21 Juil 2021 - 22:09
Année 184 – Tetsu

La pluie en grande quantité depuis un moment sur le pays du fer, il pleurait pour ce qui allait arriver ou pleurait-il déjà ? Nagamasa Izanami se trouvait l’extérieur, observant son domaine familiale depuis un petit moment. L’eau l’avait trempée de la tête jusqu’aux pieds et pourtant son regard restait d’une grande froideur. La nuit était tombée et seul quelques torches offraient un peu de lumière à ce domaine de samurai, un lieu dont les souvenirs étaient loin d’être joyeux.

Depuis toujours, son père lui avait fait la misère, l’avait traité comme une moins que rien. Il l’avait formé, mais avec un mépris non voilé. Il avait toujours voulu un fils, mais sa femme ne lui avait offert qu’une fille…. Pire, cette fille lui avait prit un être qui lui était cher. Il l’avait traité comme si c’était un garçon, il lui reprochait la mort de sa propre mère comme si elle y pouvait quelque chose. Un monstre, un démon… Voilà ce qu’elle était par moment. Peut-être que ces mots n’étaient que des choses envoyés comme ça sous l’émotion, mais à termes, ne devait-elle pas devenir ce qu’on lui reprochait ?

Elle avait su trouver un peu de réconfort et de plaisir dans les bras d’un jeune amant, elle avait pue découvrir autre chose de la vie que seulement la violence, le mépris, l’humiliation. Pourtant, même ça, son père n’était pas prêt à lui concéder. Il voulait un mariage arrangé pour elle afin de former une quelconque alliance politique avec un autre clan. Une pratique qui n’était pas rare et pouvait être louable dans certains cas, mais pour Izanami, ce n’était pas une chose qu’elle accepterait.

L’amant avait tué sur ordre de son père, il n’était pas question qu’une telle chose ne soit même tolérée. Une honte pour le clan d’après lui alors que pour elle c’était la goûte d’eau de trop. Il voulait un monstre, un démon ? Alors, elle allait lui offrir la chose. Il n’était plus question de faire preuve de dignité, il était question de laisser ses démons prendre le relais. La colère, la haine, la soif de sang et de combat allaient s’exprimer aujourd’hui de la façon la plus sauvage et primitive.

Aujourd’hui, elle prendrait tout à son père, ce qu’il a construit, ce qu’il aime ainsi que sa vie pour ne laisser vivre que ce qu’il méprisait le plus au monde : Sa propre fille. Elle continuait d’observer un temps le domaine familiale dont l’habitation était entourée d’une très petite muraille, juste assez pour ne pas faciliter l’intrusion dans la zone. De temps à autre quelques gardes patrouillaient et surveillaient la porte d’entrée. Une vision somme toute classique. Son regard se relevait vers le ciel, contemplant la petite lueur de la lune que les nuages laissaient passer de temps à autre avant de reporter son attention sur le domaine.

L’heure était venue pour elle et elle se mis en route. Elle marchait d’un pas calme, laissant une main sur son katana. Lorsqu’elle était à portée de la porte d’entrée du lieu, les deux gardes stationnés là l’observait un temps. Il ne la reconnu pas immédiatement dans l’obscurité de la nuit. Ils n’étaient pas mauvais dans le fond, mais aujourd’hui, personne n’allait survivre.


Oh dame Izanami, c’est vous. Ne traînez pas trop dehors et entrez.

Un large sourire se dessinait sur ses lèvres, mais ce n’était pas le genre de sourire que vous vouliez voir sur le visage de qui que se soit… Surtout lorsque cette personne savait se battre. Le visage des gardes changeait, une forme de peur, d’inquiétude se dessinait sur leur visage ; peu certain sur comment ils devaient comprendre ou interpréter la chose. La jeune Nagamasa ne trainait pas et dégaina sa lame dans un mouvement rapide et fluide, tranchant en diagonale le premier garde. Elle avait presque réussi à le trancher en deux alors que son sang giclait.

Elle se tourna rapidement vers l’autre dont la terreur était visible sur son visage. Il ne savait pas pourquoi elle faisait ça, mais l’heure n’était pas aux questions ni à la compréhension. La lame de la jeune femme s’abattit tout aussi vite sur le second garde dont le corps inanimé s’écroula sur le sol. Le sang se répandit rapidement sur le sol, aidé par l’eau de la pluie. Elle observait les deux morts puis poussa les portes en bois du domaine pour entrer qu’elle laissait entre ouverte. Elle se trouvait maintenant dans le domaine, la lame dégainée et couverte de sang. Elle observait le bâtiment avant qu’elle ne le pénètre pour y commettre son plus beau massacre. Tout le monde y passait, les servants et servantes ainsi que les quelques élèves de son père. Des gens venus de partout. Ils étaient tous massacrés, certains avaient le privilège de mourir rapidement, d’autres n’allaient quitter le monde que dans la souffrance.

Quelques cris, quelques entre chocs de lames brisaient le silence de la nuit. Certaines zones du parquet étaient noyés dans le sang des innocents alors que certains murs pouvaient laisser penser à une fresque artistique dont l’unique couleur était le rouge.

Elle marchait d’un pas tranquille à travers ce qui fut son chez elle pendant tant d’années, observant les morts et le sang qui couvraient les différentes pièces. Elle-même en était couverte de ce liquide précieux et vital. Elle ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine joie, une certaine satisfaction pour cette œuvre. Elle se sentait soulagé, libérée… Mais il manquait une dernière personne.

La jeune Nagamasa attendit dans ce domaine maudit jusqu’au retour de son père. Il avait retrouvé un domaine calme et en suivant le chemin du massacre que sa propre fille avait laissé derrière elle, il avait enfin retrouvé la responsable.

Izanami était assise dans la cour centrale autour de laquelle s’organisait la maison, elle l’observait alors que la pluie lui tombait dessus, la débarrassant d’une partie du sang. Elle lui sourit, elle avait encore soif de sang, de massacre et elle était décidée à tuer cet homme qui se disait son père.


J’aurais du te tuer à ta naissance… J’ai toujours su que tu ne valais rien…. Tu as toujours été qu’un monstre… D’abord ta mère et maintenant tout ces gens…

Le mépris, le dégoût se lisait dans les yeux de son père, mais étrangement, elle s’en délectait. Elle se relevait, dégainant à nouveau son arme.

Je deviens ce que tu désir… Père… Alors réjouis toi.

Elle soufflait un petit rire, elle n’était pas d’humeur de discuter avec lui. Elle voulait le voir mort et elle allait réussir. Lui-même savait que le combat était inévitable à ce stade, il ne pouvait pas reculer : Son honneur et sa dignité en dépendait. Les deux s’observaient un temps, katanas dégainés avant de se charger pour se lancer dans un combat enragé. Les lames s’entrechoquaient, brisant ce silence morbide que la jeune femme avait imposée au lieu. Le combat durait de longue minutes où aucun des deux n’arrivait réellement à prendre dessus sur l’autre, un combat plutôt équitable, mais la chose ne pouvait durer éternellement.

Finalement, la jeune femme trouva une faille, elle dévia l’un des assauts de son père, créant au passage l’ouverture souhaitée. Elle s’y engouffra sans attendre comme son amant… Bref… Une rapide contre-attaque trancha le bras de son père qui s’envola dans les airs avec larme toujours tenue fermement. Elle ne s’arrêtait pas pour autant, la contre-attaque fut suivie d’une frappe rapide contre son genou droit qu’elle trancha.


Elle ne parvint pas à débarrasser son père de sa jambe, bien qu’elle n’en n’était pas loin. L’homme ne pouvait que tomber sur son cul avec un bras en moins alors que sa jambe ne tenait qu’à la peau et la chair. Il n’était plus capable de se battre, il le savait, mais en tant que samurai ; il gardait sa dignité.

Il cachait tant bien que mal sa douleur alors que son corps laissait le sang échapper de ses failles en abondance. Il respirait fortement et l’observait avec ce mépris dont elle s’était habituée.


Elle collait sa lame contre la gorge de l’homme, affichant un petit sourire satisfait.

Aimes-tu ce que ta répugnante fille est devenue ?

Demandait-elle dans un ton presque moqueur.

Tu ne seras jamais une Nagamasa, tu es juste une honte et dire que j’ai perdu ta mère pour… Une telle chose.

Elle laissait échapper un petit rire, écrasant un peu la pointe de sa lame contre sa gorge.

Je porterais fièrement le nom Nagamasa, tout le monde connaîtra Nagamasa Izanami. Pour le meilleur ou pour le pire… Père. Contemple ta fille se faire un nom et porter fièrement le nom que tu ne lui accorde pas. Maudit moi, haïs moi de tout ton corps…. Je te renvoi auprès de ta femme, pourvu que tu finisses au même endroit qu'elle, mais j’en doute.

Un large sourire se dessine sur ses lèvres et sans lui laisser le temps de parler, elle le décapite purement et simplement. La tête roula dans la boue alors que son corps s’écrasa au sol. La tête de son père allait être plantée sur une pique devant le domaine alors que le logement en tant que tel allait être mis à feu.

Elle savait que tôt ou tard ils allaient la soupçonner d’être responsable d’un tel massacre et ils n’auraient pas tords. Elle ne pouvait plus rester ici, elle allait quitter ce pays qu’elle aimait malgré elle. Pour la première fois dans sa vie, elle se sentait réellement libre, liberté par les chaînes que son père lui avait mise, libre des tourments qu’elle avait subie et enfin prête à pouvoir tracer sa propre voie… Même si celle-ci sera couverte de sang.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12010-nagamasa-izanami-terminee#104755 https://www.ascentofshinobi.com/t12066-nagamasa-izanami#105165

Les profondeurs de l'âme [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Taiyô
Sauter vers: