Soutenez le forum !
1234
Partagez

Rencontre avec Yashigare Masumi

Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Dim 20 Juin 2021 - 19:42
Les dernières démarches de sécurité se terminent sans encombres. Ayant apportés la preuve de leurs identités et des raisons qui les poussent à se rendre dans le Pays du Rempart, la délégation de Kirijins menée par Wutu-Fuku est autorisée à entrer dans ce pays réputé pour son isolement par rapport aux autres nations du grand continent. Alors qu’il fait ses premiers pas de l’autre côté du Rempart Millénaire, le Kaguya s’arrête pour regarder son bras droit, sur lequel est désormais gravé un sceau de localisation. Sceau qu’on lui a déconseillé de briser par ses propres moyens. Pas naïf pour un sous, le Heidan se doute bien que la lourdeur apparente de ce protocole stricte est certainement destinée à créer une sorte de pression psychologique sur les personnes entrant à Jôheki afin d’augmenter les chances qu’elles ne posent pas de problèmes durant leur séjour.

Perdu quelques instants dans ses pensées, Wutu-Fuku revient à lui tandis que le quatuor de la brume commence son périple à travers le Pays du Rempart. L’Académie n’est pas tout à fait la porte à côté mais avec une allure de ninja, le trajet peut se faire en une ou deux heures. Durant leur voyage, les Mizujins sont escortés par un soldat Jôhekijin jusqu’à finalement avoir en vue la fameuse Académie. Le Kaguya n’en avait entendu que de vagues descriptions dignes d’un conte mais il ne peut que se rendre à l’évidence devant l’édifice qui se dresse fièrement devant lui. Un bâtiment immense, entouré de murailles. Une pensée ironique traverse un instant l’esprit du Kaguya, imaginant les autochtones obsédés par les murailles au point d’en placer partout.

Mais plus que pour son apparence, l’Académie de Jôheki est réputée pour être un véritable temple du savoir, ouvert à tous quel que soit son affiliation, sous réserve d’être respectueux des coutumes locales bien entendu. Ce savoir ne s’arrête pas aux domaines shinobis : on raconte qu’il est possible d’y trouver des connaissances sur une myriade impressionnante de sujets. Wutu-Fuku doit bien reconnaître que le Complexe Shinobi a encore un long chemin à parcourir pour pouvoir prétendre rivaliser avec une telle structure. Et c’est bien normal : Le Complexe Shinobi est sorti de terre il y a un peu plus d’un an, tandis qu’il ne serait pas surprenant que l’Académie soit aussi ancienne que le Rempart Millénaire.

Une myriade de connaissances que le Kaguya dévorerait bien, mais il n’est pas certain d’avoir le temps pour ce genre de loisirs. Il ne peut pas se permettre d’oublier l’essentiel : son entrevue avec Yashigare Masumi, Daimyô du Rempart, dans le but de créer une entente entre les deux pays afin de développer une technique de défense permettant d’imiter le Rempart géant de la nation éponyme.

L’intérieur de l’Académie est fidèle à l’idée que l’on peut s’en faire depuis l’extérieur : un lieu gigantesque, une infinité de couloirs qui ne demandent qu’à être arpentés. Mais pour le moment, les Kirijins sont conduits jusqu’à des appartements où ils sont invités à patienter jusqu’à leur rencontre avec le Seigneur du Rempart.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Narrateur
Narrateur

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Sam 26 Juin 2021 - 4:07

Voilà quelque temps que la délégation Kirijne menée par Kaguya Wutu-Fuku était arrivée. Reconduit aux appartements dans lesquels ils séjourneraient jusqu’à leur rencontre, le personnel de l’Académie s’assurait qu’ils étaient bien. Allant de simples éléments liés à leur commodité au reste, tous les éléments pour garantir une certaine hospitalité étaient présents.

Une personne en dehors de leurs appartements avait notamment été désignée comme personne-ressource. Prêt à tout moment à être contactée au besoin, le jeune homme serviable fut notamment celui qui cogna à la porte des appartements du Kaguya.

Toussotant légèrement, il déclara certains éléments :

-Chère délégation Kirijine, Madame Yashigare Masumi est prête à vous recevoir. La garde est prête à vous guider jusqu’au lieu de rendez-vous.

Attendant patiemment qu’ils répondent, un groupe de plusieurs gardes se tenaient prêts à accueillir la délégation Kirijine afin de les accompagner vers ce qui représentait une gigantesque salle de réunion.

Bien équipés, les gardes n’étaient en aucun cas hostiles. Bien que sérieux, ils demeuraient très calmes, veillant surtout au bon traitement des invités pendant leur séjour et à leur sécurité. Marchant ainsi d’un rythme sincère au regard du respect des protocoles, ceux-ci comptaient mener le groupe dans leur lieu de rencontre.

Ainsi, une fois arrivés, ils effectuèrent une rythmique codifiée de frappe contre une porte en bois. Signalant dès lors leur arrivée, la porte fut ouverte de l’intérieur, ouvrant ainsi la voie vers une très grande salle.

Arborant une grande table en bois de chêne massif, la grande table avait suffisamment de place pour une réunion réunissant une quinzaine de personnes si ce n’était plus. Or, en ce jour, un nombre inférieur de personnes seraient réunies.

En effet, loin au fond, on pouvait y voir deux personnes : un homme et une femme. S’il y avait un doute sur l’identité de la personne à ses côtés, la chevelure pâle et soyeuse du Daimyo ne laissait aucun doute sur son identité.

Dégageant une classe et une stature même en étant assise, la joue sur son poing, elle attendait patiemment les invités. Ainsi, au moment où la porte s'entrouvrit, un délicat sourire traversait son faciès, comme si elle était heureuse de finalement pouvoir mettre un visage sur l’auteur de la fameuse lettre.

Pendant ce temps, l’homme aux côtés du Daimyo portait un accessoire étrange sur son visage. Ressemblant à un masque partiel, le tout était composé de deux formes jumelles vides en bois. Essentiellement pour le style, elles étaient toutefois assez robustes bien qu'elles venaient calmement glisser le long de son nez. Lui donnant un air quelque peu hautain ou plutôt analytique, tout comme Yashigare, il observait les inconnus.

-Suivez-moi.

Prenant les devants, un garde entra avant de poser son poing sur sa poitrine et de se courber devant la Daimyo :

-Dame Masumi, je vous annonce l’arrivée de Kaguya Wutu-Fuku et sa délégation.

Terminant son rapport, l’homme en question se positionna sur les côtés, laissant ainsi entrer la délégation Kirijine ainsi que les autres gardes qui n’allaient pas tarder à se positionner sur les côtés, dans les quatre coins de la salle.

Dès lors, les Kirijines étaient invitées à entrer dans la salle et à s’asseoir à l'autre bout de la table. Suffisamment confortable au regard de la distance les séparant, le tout ne donnait certainement pas l'impression qu'un nouveau rempart s'immisçait entre les deux camps. Pourtant, il y avait tout de même une certaine zone de respect qui respectait la bulle de chacun, mais qui laissait aussi le temps d'une intervention si l'un des interlocuteurs se décidait à lancer un raisin à l'autre...

S’il n’y avait sur la table aucune trace d’un repas consistant, il y avait tout de même du vin et quelques accompagnements qui pouvaient aisément compléter la discussion à venir.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Sam 26 Juin 2021 - 4:18

Soupirant, c’est avec élégance et classe que se leva la Daimyo.

-Merci Takumi-san,

Connaissant le nom de chacun des membres travaillant en sa compagnie, elle n’avait aucun mal à faire preuve de respect envers les individus qui travaillaient avec elle. Après tout, les jeux de pouvoir étaient si intenses qu’il fallait parfois éviter de se retrouver dans une situation impliquant un moindrement le fait de se faire des ennemis. Après tout, il était si facile d’empoisonner de la nourriture et d’être retrouvé empoisonné.

De plus, cela faisait aussi partie de la personnalité de la Yashigare. Sérieuse, mais légère comme sa chevelure, elle était respectée par sa prestance, sa stature, mais aussi par sa puissance. Ayant une personnalité joueuse par moment, on pouvait notamment voir dans ses iris une certaine lueur. Beaucoup trop calme pour ne pas qu’elle soit une accoutumée de ce genre de réunions d’importances, vous aviez devant vous une cheffe dans toute sa puissance.

-Bonjour Monsieur Kaguya Wutu-Fuku et ses accompagnateurs. Bienvenue à Joheki. J’espère que vous avez fait un bon trajet et qu’Horiko comme Azo n’ont pas été trop sévères avec vous...

Leur souriant, elle savait pertinemment que s’ils étaient passés par la frontière, c'était qu’ils s’étaient bien comportés. Après tout, la lettre qu’elle avait reçue combinée aux informations en amont de la réunion avait décrit un groupe préparé, calme et très coopératif : tout ce qu’il fallait pour entamer une bonne réunion. Après tout, dès leur première lettre et leur arrivée à Joheki, l'entrevue avait commencé...

Or, sauraient-ils avoir les bons arguments pour réussir à consolider le début d’une quelconque entraide entre les deux nations sur un projet quelconque ? Le tout restait à voir.

- Des victuailles sont à votre disposition accompagnées de vin si vous le désirez. En attendant, je suppose que nous pouvons vous servir respectivement un vin rouge si cela ne vous dérange pas ?

Lâchant le tout assez simplement avant de se rasseoir, au moment ou elle se déplaça, un katana siégant à ses côtés était un peu plus visible alors qu’il était tenu par une structure de bois portative. N’étant pas prudent d’avoir des armes à table, celle-ci avait préféré posé à ses côtés sachant que c’était plus un trésor personnel qu’une arme. Un peu comme un collier, celle-ci ne la quittait jamais des yeux, jamais.

Ainsi, alors que le début de la réunion allait s’annoncer, elle fit signe à l’un des membres de sa garde de s’occuper de servir tous les gens présents à la table tandis que l’homme qui l’accompagnait se levait à son tour.

-Mon nom est Hideo Ryuushi , ravi de faire votre connaissance…

Homme de peu de mots, il se posa de nouveau tandis que Yashigare démarra les hostilités :

-Alors qu’avez-vous pour nous en ce jour Kaguya Wutu-Fuku, nous sommes tout ouïe.

Lui cédant la parole, certains dirigeants préféraient mener la cadence d’une conversation d’une main de chef, imposant ainsi leurs objectifs les uns après les autres. Or, pour une Directrice d’Académie, l’écoute avait toujours été une précieuse alliée et l’un des préceptes mêmes par lequel Joheki respirait… parfois un peu trop même…

Dès lors, la table était mise pour la suite de leur discussion alors que tous les deux étaient très attentifs au comportement de leurs visiteurs allant de si le vin allait leur plaire à leurs premiers mots.

Spoiler:
 


Dernière édition par Yashigare Masumi le Dim 11 Juil 2021 - 7:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Jeu 1 Juil 2021 - 1:46
Malgré leur apparente sévérité à la frontière, les Jôhekijins sont bien plus agréables avec ceux qui sont dans leurs bonnes grâces. Le confort dans lequel la délégation Kirijin baigne rendrait presque l’attente agréable. (Mal?)heureusement, le jeune homme ayant été désigné comme homme à tout faire pour les invités vient finalement leur annoncer que la Daimyô Yashigare Masumi est prête à les recevoir.

-Bien. Merci beaucoup.

Encore une fois, le tout est très protocolaire. C’est sous bonne escorte que Wutu-Fuku est guidé jusqu’au Seigneur du Rempart. Même la façon dont l’un des gardes frappe contre une porte semble respecter une obscure règle de politesse. Après une courte attente, la porte est ouverte depuis l’intérieur et les Kirijins sont invités à entrer dans une salle encore plus grande que celles que le Kaguya a pu voir jusqu’ici.

Au loin, une grande table en bois à laquelle deux personnes sont installés : une femme qu’il est facile de reconnaître comme étant Yashigare Masumi et un inconnu portant un drôle d’attirail sur le visage mais dont la présence ici et les vêtements témoignent certainement d’un haut rang social. Mais rien à voir avec le rang social d’un Seigneur : la plus haute noblesse existante. C’est la première fois que le Heidan rencontre un personne d’un tel rang. Il sait qu’aussi fort soit-il, aussi prestigieux soit son rang au sein de Kiri, cela ne vaut rien devant un Daimyô. Le décorum veut que ce soit elle qui parle en premier, Yashigare saluant cordialement la délégation.

Avant de s’asseoir, Wutu-Fuku s’incline respectueusement.

-Votre majesté, merci de nous accorder un peu de votre temps.

Il s’incline également devant l’homme aux lunettes. Laissant son regard papillonner sur le contenu de la table, le représentant de Kiri recentre son attention sur la discussion.

-Sévères ? Pas le moins du monde pour des gardes chargés de filtrer les entrées dans un pays. Je ne peux que formuler mes compliments à l’égard de vos sujets.

Le contenu de la table intéresse également la Seigneur de Jôheki : de quoi grignoter un peu mais surtout de quoi boire. S’il est peu adepte des spiritueux habituellement, le Kaguya ne souhaite pas commettre d’impair et accepte donc volontiers la proposition de son hôte concernant le vin et sert la Seigneur, tout en attendant un peu avant de s’asseoir : il ne voudrait pas prendre place avant sa majesté.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, l’homme mystérieux se présente enfin : un certain Hideo Ryuushi.

-De même.

Alors que tout le monde est enfin installé, la véritable discussion peut commencer.

-Comme indiqué dans notre correspondance, la brume souhaite développer un partenariat avec l’Académie. Avec comme objectif principal la possibilité de pouvoir envoyer à Jôheki des experts en Doton afin de créer ultérieurement une technique de défense s’inspirant du Rempart Millénaire pour notre village. Les menaces qui pèsent sur nous sont de plus en plus importantes et nous ne pourrons pas défendre les nôtres sans les moyens adéquats.

Le Kaguya fait une pause.

-Bien entendu, nous n’entendons pas acquérir ce savoir gratuitement. Nous sommes ouverts à un échange de bons procédés. Vous disiez être intéressée par l’expertise Mizujin dans les arts de la navigation, si je ne me méprend pas… c’est effectivement une compétence qui peut s’apprendre, et que nous pourrions transmettre à un groupe de Jôhekijins envoyés au Complexe Shinobi. Et dans le cas où ce premier échange serait concluant, nous pourrions peut-être envisager un partenariat plus durable entre nos deux institutions.

Il conclue en portant le vin à sa bouche afin de ne pas vexer le Daimyô.

résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Dim 11 Juil 2021 - 7:08

Laissant les notes de son vin mettre la table pour le reste de la discussion, bien que légère, la Yashigare dévoilait une concentration importante. Que ce soit les principes de son invité ou ses paroles, rien n’était laissé au hasard sachant que Joheki n’était pas réputé pour faire affaire avec n’importe qui. Au contraire, elle avait subsisté très longtemps sans dépendre de qui que ce soit. Ainsi, ce partenariat n’était pas obligatoire pour eux bien qu’ils avaient certains éléments à gagner.

-Merci pour ces compliments, Kaguya Wutu-Fuku

Comme dans bien des situations, au-delà des facteurs tangibles subsistaient bien souvent d’autres éléments qui pouvaient influencer une alliance, et ce, même temporairement.

Ainsi, alors que le Kaguya se prêtait au jeu de la boisson, elle apporta finalement sa coupe à ses lèvres afin de déguster une fine parcelle de vin. Savourant dès lors les arômes et les connotations qui marquaient celui-ci, elle reprit dès lors la parole.

-Le vin est-il une boisson populaire à Mizu ? Je m’en voudrais que vous ayez des maux de tête demain si vous n’êtes pas habitué à celle-ci. Autrement, Santé.

Prononçant ses quelques mots de manière presque joueurs en levant sa coupe puis buvant une nouvelle fois de son vin, elle revint toutefois au vif du sujet. Gardant toujours une certaine légèreté dans ses paroles, on pouvait tout de même y dénoter une prise au sérieux particulière.

-En effet, l’échange de bons procédés pour vous aider à bâtir ce moyen de défense serait assez intéressant en échange de recevoir certains membres de l’académie et de faire un partage de vos connaissances en matière de navigation. Le tout pourrait se révéler un bon début de partenariat pour le long terme même…

Marquant une brève pause, il y avait toutefois un mais qu’elle se permettait de partager sans aucune hésitation.

-Mais avant tout, vous devez bien être au courant de notre positionnement d’apparence assez neutre. Comme vous avez pu le voir, Joheki vit grâce à Joheki, mais demeure un noyau pour l’information à travers l'Académie.... Au-delà de tout cela, il est toujours important de savoir à qui nous avons réellement affaire, car aussi alléchante est une offre, certains éléments se doivent toujours d'être validés si l’on veut…

Menant tranquillement son sujet avant de boire de nouveau de son vin, si elle se demandait si le Wutu-Fuku allait l’accompagner chaque fois qu’elle comptait boire, elle n’attendit en aucun cas sa réaction avant de finaliser sa question.

-Si vous le permettez, j’aimerais que vous m’expliquiez brièvement les prémisses par lesquels Kiri vie dorénavant et vos aspirations actuelles.

Marquant une pause, elle précisa :

-S’il est vrai que votre population a été particulièrement affectée par de nombreuses catastrophes dont vous avez su vous défendre, je serais curieuse d’avoir une réelle description de vos valeurs et de ce qui anime en ce moment le village et ses objectifs. Loin de là l’idée de faire référence aux perceptions externes parfois fausse, mais j’aimerais savoir de la bouche des principaux concernés à qui j’ai réellement affaire. Cela va d’ailleurs pour vous Kaguya Wutu-Fuku, je suis curieux d'en apprendre davantage sur vous et vos objectifs.

Lui demandant ainsi d’élaborer sur les principes mêmes qui connotaient la formation Kirijine ainsi que leurs objectifs, Yashigare Masumi désirait aussi en savoir davantage sur son interlocuteur principal en Kaguya Wutu-Fuku.

Bien que le tout pouvait paraître anodin pour les motifs entourant leurs discussions, Masumi était certainement du genre à vivre le moment présent, mais malgré son côté assez détendu pour une Daimyo, elle n’était pas à son poste pour rien.

Sachant que l’alcool était un élixir déliant les langues, si l’objectif n’était certainement pas d’intoxiquer leur invité, elle désirait voir de quelle manière le tableau Kirijine serait peint par la Main de Kiri grâce à sa question ouverte.

Bien qu’elle supposait plus ou moins avoir un manque quelconque d’information, se pouvait-il qu’elle en sache davantage qu’elle n’osait le mentionner ? Seul l’avenir le révèlerait. Pour le moment, alors qu’elle attendait une réponse, l’homme qui l’accompagnait changea soudainement sa posture alors qu’il accompagnait la Daimyo dans son attente de réponse, comme s’il s’apprêtait à juger la moindre information partagée par le Kirijine.

Qui était-il réellement ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Lun 19 Juil 2021 - 18:38
Masumi écoute silencieusement les tirades de son invité, tandis qu’Hideo Ryuushi ne quitte pas le Kaguya des yeux. Le Kaguya est précis : il est conscient de l’opportunité qu’il a de pouvoir s’exprimer en personne auprès du seigneur du Rempart. Il insiste bien sur ce que Kiri peut apporter à Jôheki, car Wutu-Fuku est également conscient qu’il est ici en position de demandeur. Ce potentiel accord n’est vital pour aucun des partis mais s’agissant d’une demande express du Nanadaime Mizukage, la Main de Kiri fera tout son possible pour accomplir sa mission.

Le Heidan est surpris de constater que la première question de Yashigare Masumi concerne le vin qu’ils ont entre les mains. Malgré la solennité du moment et les protocoles de sécurités sans fins, le daimyô adopte une posture plutôt légère.

-On le retrouve aux tables des notables. Les alcools populaires à Mizu no Kuni sont plutôt à base de riz. Même si je dois avouer ne pas être un grand adepte de ce genre de boissons dans la vie de tous les jours. Je préfère me tenir éloigné de tout ce qui pourrait être à même d’altérer ma lucidité.

Dit-il en portant le verre à sa bouche tout en prenant une gorgée de vin.

-Mais il faut bien tenter de nouvelles expériences parfois. Ce vin vient-il de Jôheki ?

Il doit bien avouer que cette boisson est somptueuse, même si en tant que profane, il ne doit certainement pas en apprécier tous les arômes et toutes les subtilités. Il s’agit d’un vin servi à un seigneur, tout de même.

Après ce petit détour viticole, les protagonistes entrent dans le vif du sujet. Yashigare Masumi demande sans détours au Kaguya quels sont les aspirations et objectifs de Kiri. Et, note plus personnelle, elle souhaite en apprendre plus sur le Heidan lui-même. Wutu-Fuku pose son verre. Il va parler, et il va le faire un petit moment.

-À cause de son isolement géographique et sa politique isolationniste, Mizu a toujours été une nation repliée sur elle-même. Le pays est donc bien logiquement mal connu à l’étranger, si ce n’est la réputation de guerrier sauvage et sanguinaire qui colle à la peau des enfants de l’eau.

Cette réputation n’est pas forcément usurpée, mais il faut la remettre dans son contexte : nous avions jusqu’à il y a quelques années déjà fort à faire sur nos terres, avec une criminalité très haute et une situation similaire à celle d’Ame no Kuni selon certains. Le pays a été purgé de ses criminels, dans le sang. On peut discuter la légitimité d’une telle solution mais elle a incontestablement le mérite d’avoir amélioré les conditions de vies de tout le pays.

De plus, la gestion « discutable » des premières autorités de la brume n’ont pas été en faveur d’une bonne réputation Kirijin auprès des autres nations du grand continent. Nous en payons encore les conséquences sur le plan international même si les choses s’améliorent et que la nouvelle génération de dirigeants semble plus apte à ne pas se tenir l’un l’autre responsables pour les actes de leurs prédécesseurs.

Kiri aspire aujourd’hui à s’ouvrir pacifiquement au reste du monde en laissant derrière lui son passé mouvementé. Cela passe par une ouverture internationale, une présence au sein de la Coalition, mais aussi ma présence ici par exemple. Nous cherchons aussi à mieux nous connaître. Car le pays de l’eau et ses archipels renferment encore bien des mystères, même pour nous. Certains peuples insulaires sont aussi étrangers au Mizujin moyen que peut l’être un Mizujin pour un habitant du Yuukan. Bien évidemment, la sécurité du peuple Mizujin reste notre priorité mais avec les enjeux actuels, cela ne peut pas se faire en restant seuls sur nos îles.

Difficile aussi d’évoquer la politique de Kiri sans parler de la Coalition et de la fameuse grande guerre contre l’Homme au Chapeau. J’ignore ce que Nobuatsu Saji prévoit précisément pour le sommet à venir mais le connaissant, je serais étonné qu’il suive aveuglément l’idée d’aller se battre frontalement à Tsume no Kuni. Même si au regard du contexte actuel nous ne pouvons pas nous permettre la moindre faiblesse militaire et Kiri cherche à se renforcer en cas de besoin. J’espère que malgré les différents intérêts en jeux, les peuples de la Coalition pourront arriver à un consensus raisonné.


Le Kaguya fait une petite pause avant d’attaquer la seconde partie de la demande de son hôte.

-Je pense personnellement que la situation ne se résoudra pas durablement par un conflit armé. Même si la Coalition l’emportait, les causes de la défiance envers le chakra et les shinobis existeraient toujours et cela ne serait qu’une question de temps avant qu’un nouveau Sakaze Tôsen ne voit le jour. Quant aux intentions de Tôsen et son objectif annoncé, je ne pense pas que supprimer le chakra permettrait vraiment d’éviter les guerres à l’avenir. Si je peux d’une manière ou d’une autre éviter la guerre totale qui s’annonce, je le ferais.

Mais peut-être les représentants des différentes entités de la Coalition ne seront pas du même avis. Seul le temps le dira.

-Concernant le reste de mon temps, je le dédie principalement au Complexe Shinobi et à certaines recherches médicales menées dans le but de guérir une maladie propre à mon clan et dont souffre la mère d’un de mes plus proches amis.

Le Kaguya reste vague sur le mal blanc et ses détails. Ce n’est pas le moment de partir dans des explications médicales complexes.

-Pour être tout à fait honnête avec vous, rien ne me destinait à devenir un grand shinobi, ni directeur du Complexe de Kiri. J’ai été et suis toujours un affront pour mon clan, même si ce n’est plus pour les mêmes raisons. Je ne suis pas un grand guerrier. Je n’aime pas me battre. Je suis devenu shinobi car c’est ce que nous faisions au sein du clan Kaguya. Le Complexe Shinobi, je l’ai porté avec la première personne que je respectais assez pour l’appeler maître. Un Kaguya peu porté sur le combat, comme moi. Nous devions le diriger conjointement, avec l’espoir de trancher radicalement avec les méthodes existantes, pour qu’aucun jeune Kirijin ne s’engage dans la carrière de shinobi à la légère, et surtout pas contre sa volonté.

Wutu-Fuku se fige. Penser à Shyko le rend mélancolique, même s’il se garde bien de montrer ses sentiments dans un tel moment.

-Mon maître a perdu la vie lors d’une tentative de coup d’état. L’idée de diriger cet établissement seul ne m’enchantait pas. Mais en ne prenant pas la tête du Complexe, je l’aurais indirectement laissé aux mains de Kaguyas aux intentions moins nobles. Je voulais changer les choses, éviter aux nouvelles générations de vivre ce que j’ai vécu et cela passe par la jeunesse, et pas par les anciens fermés d’esprits qui ne changeront de toute manière plus d’avis. Alors j’ai pris cette responsabilité et je dirigerais le Complexe jusqu’à ce que je trouve un successeur digne de ce nom. Aussi longtemps qu’il le faudra.

Rien de bien confidentiel ici. Bien entendu, Wutu-Fuku ne peut pas partager tous ses objectifs avec un dirigeant étranger, surtout s’ils sont en lien avec le Dieu de l’Eau.

-J’ai d’autres objectifs, que je ne peux me permettre d'aborder ici pour des raisons de confidentialité. Mais je peux vous garantir qu’ils n’impliquent en aucun cas une mise en danger de Jôheki, de ses habitants, ni de qui que ce soit d’autre. J’espère que vous comprendrez.

Le regard du Kaguya se tourne vers Hideo Ryuushi. Il n’a pas dit un mot depuis le début de l’entretien mais il doit bien avoir une utilité pour être assis à cette table. Après un instant de réflexion, Wutu-Fuku se met à penser que cet homme doit d’une manière où d’une autre être capable de déceler les mensonges.

-Puis-je me permettre de vous retourner la question, Yashigare Masumi ? Comment Jôheki se positionne-t-il à l’aube des événements d’envergures qui s’annoncent ? Quel est votre regard, en tant que chef d’état, sur la situation actuelle ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Mar 27 Juil 2021 - 18:44

Écoutant calmement le Kaguya, Yashigare devait avouer ne pas forcément s’être attendu à des réponses aussi complètes de sa part. Paraissant quelque peu réservé, semblait-il qu’il avait la discussion facile ? Était-ce l’effet de l’alcool qui semblait possiblement délier sa langue plus qu'accoutumer ? Après tout, il ne semblait pas vraiment être l’un des plus grands amants de beuverie, ce qui était compréhensible, surtout s’il était malade comme il l’avait mentionné.

Se contentant ainsi de répondre brièvement, Yashigare ne s’attarda pas forcément à la poursuite d’une discussion autour du vin. Représentant un élément idéal pour briser la glace, le vif du sujet était plus que lancé.

-En effet, ce vin vient du domaine Ryuushi, toutefois ce sujet n’est qu’éphémère par rapport aux nombreuses informations que vous me partagez.

S’étant littéralement délecté de chacune de ses paroles, la Daimyo buvait les informations, passant des origines et de l’évolution de Kiri à son propre parcours. Or, contre toute attente, la discussion prit une tournure quelque peu particulière alors qu’elle découvrait plus ou moins son historique à titre de meneur d’un complexe. Lui faisant plus ou moins penser à sa propre position en lien avec l’Académie, tout comme elle, ils chérissaient un pilier important : celui de la culture et du savoir dans leur univers respectif.

Si leurs quêtes pouvaient respectivement diverger, ils se comprenaient toutefois sur ce sujet, un élément favorable à ce qu’un début de confiance puisse s’établir. S’il était vrai qu’une négociation pouvait très bien se passer lorsque les deux partis avaient des atouts complémentaires, les points communs pouvaient aussi à leur tour avoir ce genre d’effets.

Ainsi, Yashigare avait posé son faciès sur son poing, ne délaissant ainsi aucune information, comme si elle transcrivait mentalement tout ce qui lui était rapporté dans un livre qui finirait tôt ou tard par rejoindre la mine d’or en savoir que détenait Joheki…

-J’apprécie votre transparence sur l’historique de Kiri qui a bel et bien su énormément évoluer. Même d’un regard lointain, il semble que votre contrée soit beaucoup plus stable bien qu’elle ait été sujette à quelques turbulences qui sont de notoriété publique liée à certaines catastrophes divines.

Perplexe et concentrée, elle poursuivait alors qu’elle avait délaissé son vin. Or, toujours avec légèreté, ses interventions étaient nettes, précises, soignées et claires.

-Je suis d’ailleurs choyée d’avoir eu droit au partage d’une bonne partie de votre parcours qui semble avoir été assez difficile par moment. J’en profite d’ailleurs pour exprimer mes condoléances pour votre maître. Cela n’a pas dû être facile.

Témoignant de sentiments honnêtes, on pouvait voir qu’elle ne s’arrêterait pas à cela que pour bien paraître.

-Quant à votre rôle actuel, je crois que le destin est une essence parfois dysfonctionnelle bien qu’elle semble parfois trouver écho dans un raisonnement quelconque. Au final, seul l’avenir nous le dira, mais je ne peux pour le moment témoigner d’une déception au regard de votre présence et de ce que vous représentez Kaguya Wutu-Fuku. La santé étant le nerf de la guerre, il est plus que pertinent de pouvoir la conserver. Ainsi, si vous désirez partager l’objet de vos recherches pour qu’on y jette un coup d'œil, cela serait une possibilité. Toutefois, nous avons tous nos secrets, donc je comprendrais si cela faisait aussi partie des éléments confidentiels sur lesquels vous travaillez.

Changeant soudainement son allure, la Cheffe de Joheki et de l’Académie passait graduellement de l’émotionnel aux faits concrets alors que la question posée l’interpellait sur un plan assez stratégique.

-Amenez-moi un journal, je vous prie.

Se retournant pour sourire à Kaguya Wutu-Fuku, quelques secondes s’écoulèrent avant qu’un homme revienne avec l’édition d'automne 204 du Kunai Émoussé. Plus ou moins en avant-première alors que sa diffusion venait d’être entamée au sein de tout le Yuukan, elle pointa le second article au Kaguya.

Lui laissant l’occasion de le lire, Hideo Ryuushi échangea une communication silencieuse du regard avec celle-ci avant de détendre quelque peu ses traits.

S’il demeurait silencieux depuis le début des échanges, il était pourtant plus impliqué dans cette discussion qu’on pouvait y croire…

-Deuxième article.

Après une trentaine de secondes, Yashigare Masumi poursuivit :

-Comme vous devez le savoir, Jôheki a bien souvent été très neutre et a préféré se séparer de certains conflits grâce à son mur. Ce mur qui fait notre renom n’a pas été fondé pour rien et nous a permis d’éviter bien des maux alors que Hi était sujet à de nombreuses turbulences, croyez-moi.

Introduisant sa pensée, si elle donnait l’impression qu’une réponse très complète allait lui être offerte, ce fut tout à fait l’inverse. Au contraire, elle demeura brève et succincte.

-Le faux dilemme proposé par Sakaze Tosen est très particulier, autant pour les shinobis que les civils. Ce type d’éléments a tout pour diviser bien des populations. Si mon objectif premier demeure de garder ma bannière soudée, je ne peux qu’exprimer mon positionnement que d’une manière.

Soudain, alors qu’un rythme de croisière s’était imposé dans la grande salle, une aura beaucoup plus froide et brusque se fit sentir :

-Profaner les terres de Joheki en commettant un tel acte ne demeura pas impuni.

Bref moment de silence, tous contribuaient étrangement à cette atmosphère nouvellement pesante avant qu'elle soit brisée par un léger toussotement de Hideo.

-J’espère que cela répond à votre question.

Lui faisant soudainement un clin d'œil, elle venait de regagner sa stature naturelle.

-Dans tous les cas, je pense que nous avons une certaine compatibilité qui sera mise à l’épreuve lors de notre première collaboration. En attendant, je pense qu’un bon élément pour solder un tel échange serait de permettre aux membres de l’Académie de venir au sein de vos terres découvrir les arts que vous maitrisez tout en ayant l’aptitude d’en apprendre davantage sur vos talents maritimes et en matière de navigation. Cela pourrait faire d’une pierre deux coups pour consolider le début de possibles échanges futurs entre nos deux institutions.

Lui faisant une proposition dans laquelle elle faisait appel à un accès à leur infrastructure shinobi dans le cadre d’un échange académique et la découverte de savoir maritime, si Masumi pouvait se montrer impitoyable en négociation, celle-ci savait aussi voir de belles opportunités et se projeter sur le long terme.

-Si cela vous convient, je me permettrais d’ajouter une boisson Kirjine afin de consolider ce premier accord.

La balle étant dans son camp, qu’allait-il conclure alors que tous l’observaient d’un regard inquisiteur ?

Ayant respectivement cessé de boire, on pouvait voir une certaine gradation en matière de discussion. Allant aux sujets d’ouvertures jusqu’à l’accord final, il était clair que Masumi n’était pas à sa première réalisation de partenariats quelconque. Après tout, être plutôt neutre et isolé ne voulait pas dire être totalement excentrée des réalités du Yuukan. Bien au contraire...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Jeu 12 Aoû 2021 - 0:56
Le long discours du Kaguya fait ses preuves, sous les regards inquisiteurs de Yashigare Masumi et ce mystérieux Hideo Ryuushi. S’il n’a rien d’un négociateur ou d’un diplomate, Wutu-Fuku reste un bon orateur et ses arguments font mouche. Le seigneur du Rempart dit apprécier la transparence de la Main de Kiri et reconnaît que même depuis le grand continent, il est évident que les heures sombres de la brume sont derrière elle.

-Divines… peut-être. C’est un sujet qui reste à trancher.

La véritable nature de ces entités reste à définir. Elles ne sont qualifiées de Dieux que par des Fanatiques et des vieux moines en toge. On dit même que les combattants du désert sont parvenus à tuer Ichibi. Mais si se débarrasser des Bijus est possible de cette manière, pourquoi Tôsen ne fait-il pas de même avec les huit autres ? C’est bien un de ses prétendus objectifs et si une poignée de valeureux ont pu réussir à Kaze, lui et ses lieutenants ne devraient avoir aucun mal à faire de même.

Malgré sa position royale, Masumi semble être une femme compatissante et ayant les pieds sur terre, puisqu’elle présente même ses condoléances au Kaguya. Wutu-Fuku ignore comment le Rempart fonctionne politiquement et si elle tient sa position de son sang ou d’un autre mécanisme de succession.

-Merci. Le temps guérit les blessures de ceux qui sont prêts à aller de l’avant. Mais je n’aurais jamais pensé qu’un jour je pourrais peut-être retrouver une version réanimée de ce dernier dans l’armée de Sakaze Tôsen.

Plus largement, l’idée d’affronter les amis du passé l’écœure. Mais il n’est pas de ceux qui ne pourront pas porter des coups à ses frères et sœurs tombés au combat. Les laisser dans cet état entre la vie et la mort est un sort bien plus cruel que tout autre. Et le Heidan en est d’autant plus conscient puisqu’il a lui-même rencontré une création du nécromancien en la personne de Yuki Sôsuke et observé la lutte intense de l’ancien Mizukage pour simplement retrouver le contrôle de lui-même ne serait-ce que temporairement.

L’entretien se passe encore mieux que prévu, puisque Masumi propose même son aide à Wutu-Fuku concernant ses recherches sur le mal blanc.

-Ce serait un honneur. Néanmoins, même si votre aide est la bienvenue, la maladie en question est endémique à ceux qui partagent le Shikotsumyaku. Mais je ne ferais pas preuve d’arrogance en assumant que vous ne disposez pas de connaissances sur le sujet ou de quoi que ce soit qui pourrait faire avancer mes recherches.

Qui sait, peut-être que le Rempart abrite un obscure savoir provenant d’un Kaguya ermite, ou des informations sur des malades proches qui touchent d’autres personnes.

D’un coup, la discussion prend un tournant bien moins réjouissant. Le Daimyô fait venir un exemplaire du dernier numéro du Kunaï émoussé, relatant le meurtre de la journaliste Ohana et l’enquête qui s’en est suivi et ses conclusions : Sakaze Tôsen serait le responsable de ce meurtre.

-Ohana…

Wutu-Fuku reste interdit. Il ne connaissait pas personnellement cette femme, mais respectait son courage, puisqu’elle n’avait pas peur d’aller sur le terrain, comme il a pu le voir sur le Pays Oublié.

-Je comprends d’autant plus les précautions dont vos services font preuve.

Des précautions dont on peut douter de l’utilité, puisque l’Homme au Chapeau a déjà montré sa capacité à voyager à travers des portails.

-Je vous retourne mes condoléances. Je l’ai croisé très furtivement, sur Wasure no Kuni, lors de la destruction de la Prison Inavouée. En même temps que l’Homme au Chapeau.


Un point de pivot pour le Kaguya. C’est cet événement qui a, dans un sens, marqué la fin de son innocence, et entraîné les événements actuels. Les Fanatiques, les Dieux, la guerre… seulement, un point chiffonne Wutu-Fuku.

-Pardonnez mon ignorance, mais c’est d’autant plus perturbant que j’imaginais entre eux un minimum de collaboration, puisque c’est Tôsen qui a révélé l’existence de Wasure et de la prison à Ohana. Pourquoi l’assassiner dans ce cas ?

Le Kaguya est un observateur et les paroles de l’Homme au Chapeau à l’encontre d’Ohana sont toujours gravées dans sa mémoire. Il ne peut qu’arriver à la conclusion qu’Ohana a été un outil pour Tôsen, dont il s’est débarrassé pour une raison inconnue.

Mais il est nécessaire de recentrer la discussion sur son sujet principal. Après avoir écouté les arguments du Kaguya, Yashigare Masumi formule une proposition, que le Kaguya n’a aucune raison de refuser puisque c’est ce qu’il proposait à la base.

-C’est avec plaisir que Kiri accueillera les représentants de l’Académie sur son sol. Je ne pense pas me fourvoyer en disant que Nobuatsu Saji approuvera les termes de notre accord. Si vous n’y voyez aucun inconvénients, je suggérerais au Mizukage l’envoi de shinobis de l’eau afin d’assurer un voyage en toute sécurité à nos futurs invités. Les mers de notre archipel sont dangereuses et je ne voudrais pas faire courir le moindre risque aux Jôhekijins.

Propose-t-il. Wutu-Fuku hoche humblement la tête en signe d’acceptation lorsque son hôte propose de sceller l’accord par de l’alcool Kirijin. Il tourne ensuite le regard vers le mystérieux homme à lunettes, qui n’a pas dit le moindre mot depuis sa présentation. Après un instant d’hésitation, le Kaguya ouvre la bouche.

-Monsieur Hideo, oserais-je vous demander en quelle qualité vous êtes présent ?

Le Heidan doute qu’il s’agisse d’un garde du corps. Pas à cause de son apparence, l’habit ne fait pas le moine. Et puis il y a bien assez de gardes dans la pièce. Non, il doit avoir une autre fonction.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 20:10

Alors que la discussion se poursuivait, Yashigare Masumi était plus que consciente que Joheki n’était pas la science à toute question tout comme elle savait avec pertinence qu’ils avaient encore bien des éléments à découvrir. Pourtant, ce n’était pas pour autant qu’elle comptait laisser passer l’opportunité d’en savoir davantage sur un sujet aussi particulier que fascinant.

Bien qu’il conservait une nature quelque peu triste, il y avait parfois des liens là où ceux qui étaient au beau milieu de la problématique ne voyaient. Or, quoiqu’il arrive, elle ne comptait pas s’aventurer là où le terrain ne semblait pas tout à fait prêt. Du moins, pas cette fois-ci et pas de cette manière.

Au contraire…

-Une version réanimée dans l’armée de Tosen? À quoi faites-vous référence Wutu-Fuku ?

Posant une question qui pouvait paraître anodine, l’espace d’un instant, elle avait la vague impression d’avoir manqué une partie. De qui parlait-il exactement en lien avec l’armée de Tosen ?

Ne s’y arrêtant pas trop longtemps, de force, elle fut encore une fois tirée vers une question qui lui rappelait Ohana et le traitement qu’elle avait reçu.

-Ohana a toujours été fidèle à son métier et à son travail. Son objectif a toujours été de peindre la réalité telle qu’elle était.

S’arrêtant, elle observa temporairement sa coupe, comme si elle se perdait au loin ou dans un passé qui n’était pas forcément si distant.

-Qui sait réellement pourquoi il l'aurait assassiné. Peut-être savait-elle des informations compromettantes à son sujet ou peut-être n’avait-il plus besoin d’elle? Dans tous les cas, pour mettre un terme à sa vie ainsi, elle devait lui être plus dangereuse que l’inverse

Ne pouvant prononcer le tout avec autant de confiance qu’elle ne l’aurait désiré, il était certainement le présumé coupable, mais jusqu’à preuve du contraire, il n’était que la cible numéro 1 sur cette affaire.

-C’est généralement le type de comportement qu’on reproche à certaines royautés. Elle utilise de nombreuses personnes pour réaliser ses sombres desseins et le jour où elle atteint ses objectifs, elle couvre ses arrières en effaçant les traces.

Avalant une nouvelle gorgée avant de regarder le Kirijine, elle termina :

-C’est assez cynique étant donné ce qu’il reprochait aux grands pays lors de la découverte de Wasure.

S’arrêtant là, Yashigare Masumi en avait assez dit à son goût. Poursuivre davantage signifiait devenir amer, chose qu'elle préférait conserver pour le jour du jugement.

-Merci pour votre invitation. Je suppose que l’équipe qui vous viendra en aide sera plus que satisfaite d’entendre cela.

Tournant son regard pour observer Hideo, c’était maintenant à son tour.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 20:12

-J’aimerais n’être présent que pour écouter et savourer un bon vin, mais je dois avouer avoir trop peu de temps libre pour me permettre ce type de fioritures.

Portant sa main à son faciès, il adopta une position de réflexion avant de se lever calmement.

-Je suis Hideo Ryuushi et je serais votre principal point de contact dans l’objet de votre quête.

Effectuant une brève révérence, il regagna sa chaise avant de poursuivre.

-On m’a informé au préalable de vos objectifs et je devais avouer être quelque peu sceptique. Or, n’eusse été votre comportement et la description que vous avez faits de Kiri, je me serais fort probablement senti dans l’obligation de refuser.

Observant Masumi, tous deux savaient respectivement qu’il disait vrai.

-Par contre, je pense bel et bien que vous avez cogné à la bonne porte.

Ne souriant pas, il patientait, comme s’il observait les moindres réactions se dessiner peu à peu sur le visage du Kaguya.

-Ma famille a longtemps été impliquée dans tout ce qui avait attrait à la construction et comme vous le savez, la clé d’une bonne arme n’est pas forcément que sa qualité de base, mais bel et bien son entretien et la manière dont elle est conservée à travers le temps. C’est exactement la même chose pour un bouclier et pour une muraille.

Puis, comme s’il n’y avait pas déjà de formalité, il se leva, cette fois-ci avec un peu plus d’aplomb :

-Je m’occupe donc du juste traitement de nos murailles de sécurité et bâtiments avec mes équipes. Je suis…

Un silence.

-... à mon sens un artiste. Mais, à Joheki, je suis connu sous le nom de : L’Architecte.

Lâchant son pseudonyme, bien que quelque peu théâtral, si Masumi secouait calmement de la tête devant la démonstration du perfectionnisme incarné qui parlait mieux qu’on pouvait le penser, Hideo quant à lui demeurait de marbre.

S’il était connu principalement au sein de Joheki, il avait à quelques reprises voyagé afin de peaufiner ses connaissances. Or, jamais il n’avait pu visiter Kiri dû à leur contexte et son emploi du temps chargé.

-J’espère que vos équipes sont plus que prêtes, je ne compte pas du tout vous ménager, soyez-en conscient.

N’ayant clairement aucun temps à perdre, il faisait partie des personnes qui étaient étrangement la représentation humaine de leur métier. Dans sa manière de s’exprimer, il était parfois surprenant, mais conservait tout de même de manière constante une certaine structure et rigidité.

Presque surnaturel, on pouvait aisément deviner son sens du détail et de l’attention.

Dans une autre vie, il aurait plus que certainement été un bon médecin. Pourtant, la vie l’avait mené ailleurs et le dirigeait maintenant en direction de Kiri…

-Merci.

Tirant sa révérence, sans attendre, il quitta les lieux alors qu’il devait préparer son départ. Après tout, il ne voulait pas être en retard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Jeu 19 Aoû 2021 - 19:26
Wutu-Fuku accueille volontiers la boisson Kirijine offerte par Yashigare Masumi. Il apprécie même l’attention. Mais il manque d’avaler de travers lorsque le Daimyô de Jôheki questionne le Kaguya au sujet de corps réanimés dans l’armée de Tôsen. Un court silence envahit la pièce dans laquelle se tient la réunion.

-Vous… ne savez pas pour l’Edo Tensei ?

L’humeur du Heidan en prend un coup. Comment Masumi, un chef d’état, peut-elle ignorer l’existence du Nécromancien ? Personne parmi les grands pays n’a pris la peine de prévenir les petites nations de ce problème ? Pourquoi ? Il ne s’agit pas d’une information critique qu’il faudrait garder secrète mais d’une donnée que chaque pays devrait avoir afin de prendre les mesures nécessaires.

-Je suis désolé. Vous devriez savoir. Tout le monde devrait savoir. Quelqu’un aurait dû vous le dire, aurait dû penser à vous informer. C’est inqualifiable. Inqualifiable…


Wutu-Fuku ressent une certaine désillusion envers ses propres institutions, qu’il sait imparfaites, bien sûr. Mais il en attendait tout de même un peu plus. Il n’est plus question de ne prévenir que des pays alliés à ce stade. Malgré son amertume, le Kaguya reprend sa contenance, prêt à partager ce qu’il sait avec Jôheki.

-L’un des lieutenants de Sakaze Tôsen est un nécromancien. Il s’agit de Kojima Reijirô. Il est capable de ramener les morts à la vie. Pas juste de manipuler leurs cadavres, mais de ramener leurs âmes du monde des morts dans un corps bien tangible. Je sais que cela peut paraître impossible et je ne le croirais pas si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux.

Le Kaguya laisse le silence s’installer quelques instants avant de reprendre.

-Il s’en est servi contre la brume pour tenter de dérober des corps d’anciens kirijins lors du dernier assaut des lieutenants de Tôsen contre nous. Mais en recoupant les informations, je peux affirmer que la première occurrence de cette technique date au minimum de 203, ou j’ai moi-même été confronté à ce que je suppose être un prototype en la personne du second Mizukage, Yuki Sôsuke.

Se remémorant l’affrontement en question, le Kaguya prend conscience de la chance qu’il a d’être encore en vie. Encore simple chûnin à l’époque, il n’aurait pas été capable de tenir sérieusement tête à un tel adversaire si le combat n’avait pas été interrompu.

-S’il cherche à obtenir les corps d’anciens combattants, c’est puisqu’il en a besoin pour réanimer les personnes en question, même s’il me semble qu’il n’ait pas besoin de l’intégralité du corps pour effectuer la résurrection.

Les paramètres précis de la technique ne sont pas connus. Il est donc d’autant plus difficile d’y faire face.

-Les corps réanimés sont soumis à la volonté du nécromancien et disposent de toutes les compétences qu’avait le mort de son vivant. De plus, leurs corps sont spéciaux, se régénèrent après les assauts et ils semblent avoir un chakra illimité. J’imagine ne pas avoir besoin de vous expliquer à quel point combattre un seul de ces zombies est compliqué. Alors une armée entière…

Un affrontement impossible à gagner, à moins que la coalition ne découvre un véritable moyen de neutraliser un Edo Tensei. Mais en l’état actuel des choses, il n’existe aucun moyen connu de s’en débarrasser pour de bon.

-J’aimerais pouvoir vous informer d’un point faible mais nous n’en avons pas trouvé. Il est possible de « piéger » les cadavres avec un succès plus ou moins relatif, comme il est possible de piéger un mortel. La chose se rapprochant le plus d’une faille est le fait que l’âme du défunt, même si « en sommeil » est toujours là, en souffrance. J’ai pu le noter puisque par chance, un de mes compagnons d’armes lors de mon escarmouche avec Yuki Sôsuke était un Yamanaka, qui a constaté, lors d’une tentative de transposition, la présence de l’esprit du mort et de celui du nécromancien. L’esprit du Yamanaka en question a été « éjecté » du corps mais cette interférence a suffit pour que l’espace de quelques instants, Sôsuke retrouve le contrôle de son corps. J’ignore si un meilleur résultat aurait pu être obtenu avec un Yamanaka plus expérimenté puisque dans ce cas de figure, il s’agissait d’un genin.

La présence de l’âme du défunt m’a été confirmée par Nobuatsu Saji lui-même, qui a aussi été confronté à Yuki Sôsuke. Mais lors de ce second affrontement, Sôsuke a été « libéré » de l’emprise de son maître après que l’équipe de Kirijins soit parvenue à l’entraver complètement, certainement pour éviter qu’un de ses pantins ne tombe entre les mains de l’ennemi. Il est retourné dans le monde des morts quelques instants plus tard.

Finalement, la plus grande faiblesse de l’Edo Tensei semble être son utilisateur qui lui, n’est pas immortel.


Voilà de quoi mettre à jour les informations détenues par le Rempart, qui le mérite bien aux yeux du Kaguya.

-Je ne peux que vous conseiller de surveiller les dépouilles de vos illustres combattants ou celles de personnes pouvant disposer d’informations cruciales. J’imagine que la mémoire d’un corps réanimé doit être accessible au nécromancien. Nous avons fait le choix, à Kiri, de détruire les corps de nos morts, pour éviter qu’ils ne tombent entre les mains de ce monstre.

Un choix qui n’est pas facile et Wutu-Fuku comprend parfaitement que d’autres ne soient pas capables de le faire. Mais Kiri se veut pragmatique et la peine provoquée par la destruction des dépouilles n’est rien en comparaison du mal qu’elles pourraient faire entre de mauvaises mains.

Finalement, après avoir été questionné directement, Hideo Ryuushi sort de son mutisme et se révèle être le responsable de l’architecture et des constructions du Rempart, rien que ça. Un homme occupé selon ses dires, et l’argumentaire de Wutu-Fuku a été décisif puisque l’Architecte aurait probablement refusé d’aider la Brume si le Kaguya n’avait pas fait preuve de civisme et de diplomatie. Après avoir écouté les paroles du Jôhekijin, le directeur du Complexe lui répond avec tout le respect nécessaire.

-Je vois. Merci de l’honneur que vous nous faites en acceptant de nous aider et du temps que vous nous accordez, Monsieur Hideo. Je suis certain que les Kirijins chargés de travailler sur ce projet seront à la hauteur de vos attentes.


Le Heidan salue poliment l’Architecte alors que ce dernier se retire, restant face-à-face avec Yashigare Masumi.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yashigare Masumi
Yashigare Masumi

Rencontre avec Yashigare Masumi Empty
Dim 29 Aoû 2021 - 21:50

Écoutant avec attention les propos du Kaguya, Masumi ne s’attendait pas forcément à de telles révélations. S’il était vrai que Joheki était un pays très cultivé grâce à son académie et son pôle d’information à travers le Kunai Émoussé, certains renseignements n’étaient pas forcément acheminés aux oreilles des différents pays neutres, un élément aussi particulier qu’intéressant.

Après tout, Ohana avait jadis été celle à prendre contact avec la Coalition. Ayant été présente à ses prémisses, elle n’était plus présente pour poursuivre son merveilleux travail. Comptait-elle avoir une relève ? Quelqu’un était-il réellement à la hauteur de la remplacer ?

Plusieurs questions demeuraient à cet égard et pourtant, Masumi restait concentrée, ne laissant ainsi aucune parole au hasard.

Marquant un sourcil quant à la mention du nom des Kojimas, elle se souvenait avoir déjà entendu ce nom. Lui étant familier, la barbe blanche et grise combinée au rire marquant du Daimyo de Kaminari lui traversa l’esprit. Étaient-ils liés d’une quelconque manière ?

Ne pouvant conclure, elle conserva tout de même ses pensées à cet égard, préférant adopter une posture neutre au regard du lot important d'informations qu’elle se devait de filtrer.

Lui offrant ainsi un cas pratique sur le second Mizukage, mais aussi des informations sur la gestion des corps, leurs aptitudes en réincarnation et bien d'autres éléments, la Daimyo demeura perplexe. Semblant presque horrifié pour la première fois, son visage se dénatura, dévoilant un aspect horrifié et un peu plus colérique que précédemment. Elle n’aimait pas ce qu’elle entendait.

-Merci pour ces informations Kaguya Wutu-Fuku. La nation Johekijine vous en est redevable bien que je ne puisse contenir mon horreur face à la manipulation des corps de défunts de manière aussi barbares...

Expirant bruyamment, elle attrapa de nouveau sa coupe avant de regagner son calme, dévoilant dès lors une maîtrise quasi surnaturelle de ses moyens. Semblant beaucoup plus humaine tout d’un coup, elle avait là un moyen et l'information nécessaire afin de garantir que sa population ne souffre pas d’une réincarnation déplacée…

-Il existe dans de nombreux écrits des théories et des pratiques sur la réincarnation, certaines plus éthiques que d’autres. Or, élever les morts pour en faire une armée tout en torturant leurs esprits alors qu’ils sont censés être en paix n’est pas du tout acceptable, surtout pas de cette manière.

Regardant le vide, on pouvait y voir la réflexion d’une Chef d’État en pleine réflexion pour prendre des décisions.

-Nous suivrons vos conseils sachant que de toute manière, nous avons plus que renforcé nos protocoles de sécurité. Le tout devrait nous permettre d’être plus agiles et plus rapides à notre manière. Par contre, il sera important d’arrêter ce nécromancien, car aussi puissant est l’Homme au Chapeau, le priver d’une telle armée est la chose à faire pour le freiner.

Le volume et la puissance étant deux pièces maîtresses de hautes statures, avoir un pouvoir presque infini de la sorte était beaucoup trop dangereux…

-Bien que les gens aptes à maîtriser les esprits n’existent pas à profusion face à de telles adversaires, je compte relayer l’information à nos ressources internes pour qu’ils se préparent en conséquence.

Terminant, elle absorba les dernières parcelles de sa coupe avant de redéposer celle-ci.

-Quoiqu’il en soit, merci beaucoup de nous avoir fait honneur de votre présence en ces lieux Kaguya Wutu-Fuku. À moins que vous ayez un autre élément à partager, je vous souhaite un excellent séjour au sein de Joheki et je suis certain qu’Hideo saura vous aider du meilleur de ses compétences. Il peut parfois sembler peu bavard, mais il est très compétent, croyez-moi. En attendant, s'il y a quoique ce soit, n'hésitez pas à demander du soutien auprès de Takumi ou à m'acheminer une lettre.

Signant la fin de la discussion, Yashigare attendait patiemment de voir s'il voulait préciser autre chose afin qu'elle puisse se lever, prendre son katana et se courber en guise de politesse et salutation.

Naviguant de réunion en réunion, une coupe à la fois, elle comptait annoncer sa sortie d'un léger sourire alors qu'elle était plus que satisfaite. Or, il était maintenant important pour elle de vaquer à d’autres occupations. Après tout, les tâches qui l’attendaient n’étaient pas de tout repos.

----

Arrivant à son bureau, une information lui trottait à l’esprit. Se demandant comment une information de ce niveauavait pu lui échapper, celle-ci entra dans son bureau et éplucha la liste de documents qu’elle avait reçue.

Multiples, ceux-ci étaient presque trop nombreux, relatant par le fait même qu’elle était excessivement sollicitée. Pourtant, parmi la liste, une lettre capta son attention après en avoir lu quelques-unes.

Découvrant ainsi la fameuse information dont le Wutu-Fuku venait de lui partager, l’information lui avait bel et bien été remise. Simplement, le tout n’avait pas été filtré parmi la liste d’éléments à lire, une erreur de sa part.

Soupirant, elle appela l’un de ses assistants avant de lui remettre une lettre qu’elle venait fraîchement d’écrire.

-Kaguya Wutu-Fuku est-il toujours présent ?

Hésitant, celui-ci hocha calmement de la tête.

-Très bien, remettez-lui cette lettre en priorité, je vous prie. Il semblerait que j’ai fait une petite erreur.

Se courbant, celui-ci se dirigea aussitôt vers les habitations du Kaguya afin de lui remettre un document.

Citation :
Cher @Kaguya Wutu-Fuku,

Les informations concernant les Edo Tensei me semblaient quelque peu familier ou du moins, je trouvais cela étrange de ne pas être au courant. Ainsi, après davantage de recherches, j’ai pu trouver une lettre en provenance de la Coalition à ce sujet.

Signée Ashina Mitsuhide, celle-ci a bel et bien été reçue il y a quelque temps, mais il semblerait qu’elle ait été submergée par un lot de nombreuses lettres.

Mes excuses pour la fausse alerte et merci encore d’avoir amené le tout à mon attention.

Au plaisir,

Yashigare Masumi


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Rencontre avec Yashigare Masumi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart :: L'Académie
Sauter vers: