Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN

Narrateur
Narrateur

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Mar 22 Juin 2021 - 22:30
300 - Rise of An Empire

Celui qui craignait n'était rien.

Cet état d'esprit, il n'avait de cesse de porter et de guider les combattants et les spectateurs des arènes de l'île d'Asosan, qui pour la plupart préféraient la violence et les heurts du combat à la tendresse et les délices d'une existence plus plate. Car des sèches rocailles de ses falaises sans fin, les cœurs de ses habitants semblaient s'en être inspirés pour demeurer aussi durs et térébrants qu'elles. Vieillards ou jeunots, admirateurs de la lutte ou fanatiques de la mort, cette lice, qui ouvrait ses portes au monde entier pour le défier et accueillir le combat doré, se voulait déjà bien remplie de ces visages torturés par l'envie de voir tout ce sable se rendre plus carmin. Dans cette vague humaine de témoins, il fallait surtout bien prendre son temps et plisser les paupières afin d'espérer en détacher les moindres traits d'une innocence encore vierge de toute cette folle impétuosité. Tous s'entremêlaient de hâte et de turbulence, fiévreux de nervosité sous le soleil de plomb qui les rudoyait. Tous grondaient et hurlaient sous le supplice de l'effervescence intestine qui les faisait bouillir d'impatience, rendus fous de fébrilité derrière les murailles de cette enceinte où l'empyreume se voulait roi.

Vous, guerriers de la Brume, vous étiez là.

Prêts à pénétrer ces ergs construites par les Hommes, pour qu'elles puissent porter toute l'inhumanité qui les bouffait.

Et à entrevoir le destin qui vous attendait, dansant sous la vacarme de la plèbe.

Les fracas des chaines et des cages se mirent à rivaliser avec ceux d'une tempête. Parmi tout ce chaos criard et phonique, vous pouviez entrevoir à l'ombre de l'amphithéâtre les faciès d'hommes et de femmes convaincus ou abattus par leur sort de gladiateurs, dans l'attente d'en découdre et d'affronter celui qui après vous allait peut-être les pourfendre. Certains rugissaient leur colère, pendant que d'autres acceptaient leur condition et très probablement, leur fin sur ces grains, derrière les murs du silence. Qu'importe leur manière de faire face aux acclamations assassines d'une foule qui ne savait se divertir qu'en voyant couler la sève de ses pairs, ils ne pouvaient que patienter. Patienter et prier pour que les enfants des Arènes les laissent partir plus en paix qu'en guerre avec eux-mêmes. Tandis que pour vous, la voix invisible mais autoritaire d'une femme se décidait enfin à résonner dans toute l'arène pour vous intimer son premier et ultime ordre.

« Enfants du Brouillard, avancez. Avancez... vers le soleil d'Asosan, afin de divertir son peuple de vos agonies! CAR LA DIVISION D'OR VOUS TEND LES BRAS! »

Le râle se mit à retentir, à faire frémir les murs et le limon qui les soutenait.

Car alors que vos oreilles subissaient une kyrielle stridente, se soumettait à vos yeux la silhouette que tous attendaient.


La brume que vous connaissiez à Kiri se voulait faite de sable, sur Asosan. Et de cette dernière, l'ombre de votre opposant se réprimait sous les poids de ses larges épaules et de son austère carrure, que sa seule immaculée chevelure osait polir et adoucir. Sa démarche, elle, paraissait peser autant qu'elles sur les méandres de la pierre moulue. Sorti de sa prison de fer, le bestiaire fit pulser d'excitation les artères de ses congénères après leur avoir fait oublier toute leur impatience passagère. Seisai. Voilà le nom de ce combattant que l'armada humaine fulminait avec véhémence, braillait avec démence. C'était lui, ce fameux soleil dorénavant échappé des spectres de l'enclos aux gladiateurs. C'était lui, qui avait insufflé l'épouvante dans les entrailles de ses détracteurs.

C'était lui, que vous alliez devoir affronter pour revenir vainqueurs.[invisible_edit]

résumé:

indications:

*Seisai (星彩, litt: Lumière d’une étoile)
Revenir en haut Aller en bas
Ryûken
Ryûken

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Mar 22 Juin 2021 - 23:29
Du haut de son mètre soixante-dix, l’encore jeune shinobi n’arrivait plus réellement à se souvenir comment ses pas l’avaient mené jusqu’aux portes de la Mort. Il se souvenait d’une discussion échangée rapidement avec son senseï, Honryu, qui l’avait confié à un chûnin pour une mission qui devait soi-disant « l’endurcir ». Du jour au lendemain, le Septième épéiste de la Brume avait décollé en direction d’Asosan, une île dont il ne connaissait que les mythes contés par de vieux hommes trop alcoolisés pour paraître honnêtes.

Et pourtant… L’Enfer pouvait sembler moins oppressant que le couloir qui contenait nos protagonistes dans l’attente de leur combat. Haise, sur le chemin, s’était occupé de le briefer sur le déroulement d’un échange martial en ces terres barbares, lui expliquant par la même occasion tout le système de classement autour des gladiateurs. Bien qu’excitants lors de sa première écoute, tous ces détails s’étaient volatilisés dès son arrivée sur les lieux de la joute, disparaissant pour ne laisser place qu’à un poids au milieu de son ventre qui ne cessait de gonfler. Il souffla pour tenter d’expier un semblant de pression, cherchant de l’air, quelque chose, quoi que ce soit qui puisse le rassurer à l’orée de son jugement.

Mais il ne reçut rien d’autre que la ferveur aliénée des supporters présents pour embraser le théâtre de son malheur. De ses quinze ans, le prodige de la lame se sentait ridiculement petit au milieu des mastodontes qu’il croisait parfois aux carrefours du Colisée. Un misérable insecte, que n’importe qui pouvait écraser s’il ne faisait pas attention, qui devait lutter pour sa survie avant même le début de son combat. Bref, les mots ne suffisaient pas à décrire la pression énorme que subissaient ses pauvres et maigrichonnes épaules.

L’Ambidextre fit soudain sorti de sa bulle par une tape ferme du chûnin l’accompagnant, le ramenant à la réalité, celle où un adversaire les attendait pour en découdre.


"Amuse-toi gamin, profite, ce n’est pas tous les jours que tu auras l’occasion de goûter cet amour pour le combat."

Sous les mots amusés de Fuzen, le rejeton d’Ashikage consuma sa peur et s’immisça dans l’arène aux côtés de son compagnon du jour. Le visage ferme, la mâchoire serrée, ses yeux déterminés se déposèrent sans attendre sur l’homme au teint hâlé. Seisai, si l’on en croyait les centaines ou milliers de personnes présentes pour le soutenir. Tandis qu’il réfléchissait déjà au début des hostilités, Ryûken secoua les mains pour en dégager les fourmillements désagréables qui pouvaient handicaper son maniement du sabre, avant de les déposer sur les fourreaux qui ornaient sa ceinture.

Il était prêt. Ainsi, après un dernier échange de regard avec son coéquipier, le Chien Errant s’élança en direction de l’Inconnu sans plus attendre. Voilà ce qu’il savait faire, voilà ce qui lui permettait enfin d’occire ce vilain stress qui tétanisait ses muscles. Né pour se mesurer aux autres, élevé avec la puissance comme seul objectif, le Bâtard se nourrissait de la distance qui le séparait encore de son adversaire pour reprendre contenance. Pleinement concentré sur son combat, des mudrâs vinrent annoncer son premier assaut lancé par l’extraction de ses magnifiques artéfacts.

Fuse vint éblouir l’arène et ses spectateurs de sa superbe, tandis que Fuzen sembla grogner en sortant de sa tanière. Le grincement strident provoqué par la lame sombre tenta ainsi de plonger l’adversaire du jour dans une illusion des plus terrifiantes. L’esprit Maudit prit forme sous un aspect vaporeux, laissant sa gueule démoniaque apparaître sous ses deux yeux vides surplombés d’un masque à l’allure antique. La créature mystique joua de sa grandeur pour occuper le champ de vision du moine, puis plongea à son encontre pour tenter de lui arracher la vie d’une morsure bien placée.

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Do29
Fuzen & Fuse

Pendant ce temps, le garnement continuait son chemin en direction de l’Étranger, chargeant dans sa direction à l’aide de son chakra pour peut-être profiter par la suite d’une ouverture créée grâce à son illusion.


Spoiler:

_________________
"Venge."

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Mer 23 Juin 2021 - 5:03

Soupirant, Haise se demandait s’il n’était pas tombé sur un autre phénomène particulier. En effet, le genin qui l’accompagnait dans l’arène lui faisait étrangement penser à ses deux alliés lors d’une ancienne alerte à Kiri. Aux côtés du Mizukage, ceux-ci l’avaient soutenu au maximum de leur capacité malgré le danger important que représentait leur adversaire. Le tout avait même couté la vie de l'un d'entre eux...

Ainsi, Haise était de retour dans l’arène. Après avoir récupéré en grande partie de sa blessure à la jambe, il était plus que prêt à relever un défi, mais pas seul. En effet, il était surtout et avant tout un shinobi basé sur le soutien. Ainsi, le meilleur moyen de s’en sortir était d’être accompagné le temps de tester les eaux et voir s’il pouvait s’en sortir jusqu’au prochain combat solitaire. Après tout, si ses deux partenaires et son équipe en entier était en mission, il ne pouvait se permettre de chômer, surtout qu'il venait enfin de sortir de son hibernation...

Malgré tout, ce n’était pas pour autant qu’il allait pouvoir prendre ses aises. En effet, un tel duel nécessitait une synergie hors norme, un élément qui n’était pas facile pour des gens qui ne se connaissaient pas.

Ainsi, Haise allait devoir improviser ce qui était là tout son objectif. Étant en phase de tester sa créativité dans le feu même de l’action, il désirait voir jusqu’où l’objet de ses capacités pouvait l’amener.

Ainsi, devant eux se trouvait un adversaire de taille qu’ils allaient respectivement découvrir.

Laissant ainsi son partenaire initier le début des hostilités, Haise ne tarda en aucun cas à se synchroniser sur la même longueur d’onde que celui-ci alors qu’il composait des mudras.

Suivant ainsi l’étincelle de potentiel que dévoilait son adversaire, alors que celui-ci allait au front, Haise comptait opter pour une tentative de soutien assez particulière. En effet, si son partenaire chargeait l’homme en question, il allait s’assurer de couper les angles de sortie de leurs opposants.

Crachant dès lors une boule de feu qui allait venir le rejoindre en arc, celle-ci était dirigée de manière à le forcer à aller en frontal, excentrée légèrement derrière lui de manière à éviter qu’elle n’atteigne aussi son partenaire. Maximisant ainsi ses chances au front, son intention était tel qu'il aurait diminué la puissance de son offensive s’il le fallait. Ainsi, Haise comptait tout faire pour supporter son allié du mieux qu’il le pouvait.

Lui ayant dit en amont quelles étaient ses aptitudes, ils avaient beau très peu se connaitre qu’ils risquaient bel et bien de se découvrir lors de cet affrontement, ni plus ni moins.

Ainsi, alors que sa première offensive venait de se décoller, le Sakkaku effectua quelques mudras afin de faire apparaître deux clones. Leur confiant respectivement deux kunais et un explosif à celui de gauche, ceux-ci décolèrent de manière à venir se réceptionner leur opposant sur les côtés tout en aidant son partenaire. Celui de gauche, heureux élu et receveur de l'explosif venait d'ailleurs tout juste de cacher le fameux parchemin dans son foulard, un subterfuge qu'il avait jadis testé sur Reikan.

Pendant ce temps, le véritable Haise venait tout juste de profiter de cette distraction pour disparaître, comme si depuis le début il n’avait été que mirage. Se permettant ainsi de contourner complètement leur adversaire, il mettait plus ou moins la table pour plus tard.

Après tout, ils allaient avoir besoin de tous leurs efforts et capacités pour la suite de ce combat.

Spoiler:



_________________
L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5906-light-in-the-shadow-presentation-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9175-l-ombre-de-la-lumiere
Narrateur
Narrateur

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Jeu 24 Juin 2021 - 23:00
300 - History of Artemisia

Le courage de l'arène.

Il vous avait offert la force d'y pénétrer, mais aussi la folie d'y rester face au Soleil assassin que nul n'osait froisser et dont tous détenaient l'épouvante.

Car sous le feu des éloges qui pleuvaient sur et tremblaient sous l'amphithéâtre, la confiance ne pouvait qu'être maîtresse sur les traits de Seisai, à la posture et au faciès martelés dans le plus noble des marbres. Vous ne saviez peut-être pas la raison enracinée derrière toutes ces acclamations, toutes ces louanges qui tombaient des cieux pour ne ruisseler que sur sa crinière de lumière et ses épaules de montagne humaine? Peut-être que, sur votre minuscule île bien protégée des ardeurs d'Asosan, vous n'aviez pas eu l'ouïe assez fine afin d'entendre parler de ce gladiateur qui terrassait les lions, détruisait les colosses du monde et insufflait la terreur dans les cœurs de tous les Hommes? Vous alliez le connaître bien assez tôt, entre les murs de cette cage, de ces geôles de fer et de pierre où vous étiez sur le point de devenir ceux qui venaient tout bonnement de lui être donnés en pâture. Ceux qui allaient lui servir comme barbare passe-temps, sous les yeux injectés de sang de ses plus fous témoins.

Vous étiez nés pour vous mesurer aux autres et les soutenir?

Lui, il l'était pour les pourfendre.

Sitôt, le Soleil assassin porta son attention sur celui qui eut l'audace de fouler le sable entre eux pour refermer distance. Ses signes, il alla jusqu'à les mémoriser sans briser sa posture de gladiateur, sans fêler son flegme. Élevé par le silence, bâti par le calme, il autorisa son adversaire à démêler l'une de ses lames de son fourreau de Sabreur afin de lui épargner d'engager la hargne. Deux lames... une seule ne lui suffisait-elle donc pas? Si bien que le son stridulant de sa sortie lui cogna les oreilles, lui bouscula l'esprit pour le plonger dans une illusion où le ciel, l'air, le sable et même les hurlements de la foule demeuraient immuables. Fidèles à la réalité, ils semblaient tous l'être. À la seule exception de ce Loup enténébré, qui s'élevait de manière exponentielle jusqu'à priver le soleil de toute sa lumière. Cette croissance, Seisai la sentit le menacer et lui cracher tout son écueil d'admonestations et de colères. Et pourtant les hurlements de l'armée humaine des gradins restaient inchangés, loyaux à sa carrure.

Devant cette abjecte imposture.

Le voilà qu'il fermait les paupières, lorsque ses deux mains se lièrent.

Et alors que la Bête des ombres grandissait pour mieux s'abattre sur lui, il ne bougea pas d'un poil. Ce tsunami de ténèbres, il le laissa l'approcher jusqu'à ne plus en voir l'éclat du jour. Jusqu'à ce que son corps entier ne se mette à luire, à pétiller d'une divine nitescence si immaculée qu'elle en faisait souffrir de rage les spectres et les mânes. D'un clignement de paupières, les plis de ses vêtements de guerrier se mirent à se trémousser, à s'agiter sous cette purge de son esprit. Mais aussi à pâtir, à résister silencieusement contre une induration de son corps. Et à leur ouverture, les crocs de la nuit n'étaient plus. Ceux des flammes, eux, fendaient pourtant déjà le terrain pour le mordre et le réduire en charpie. C'était une illusion. L'alliance de Kiri... n'est plus à refaire. Ni même à en douter, d'ailleurs. Vous pouviez peut-être penser que vous l'aviez semer, par le temps perdu au bras de ce crépusculaire mirage. Il n'en était rien, pour celui qui avait aussi bien prévu l'assaut de ses pensées que celui de ses chairs. Lui que vous étiez en mesure d'encercler par le bûcher, de cerner par le surnombre. Lui que vous aviez peut-être eu tort de vouloir carboniser jusqu'aux os, aveuglés par votre ignorance.

Par votre excès de défiance.

Vous pensiez retrouver un tas de cendres, à la place.

Cependant, même au cœur de ce brasier, le Soleil assassin ne tombait pas, ne s'affaissait pas. Rougeoyant par les braises, fumant par la chaleur, il se tint, là. Devant vous et toujours debout, pendant que le courroux de l'incendie faiblissait, capitulait au pied du Titan de lumière. Les yeux entièrement blancs, la chevelure dansante, les habits encore gorgés d'étincelles qui ne lui avaient toutefois pas infligé le moindre mal. Aucun son de souffrance ne sortit de ses lèvres, épargnées par le feu comme tout le reste.

Mais vous pouviez entendre le rugissement de toute l'animosité, de toute la rancune qui grondaient derrière les barreaux de sa chair impénétrable. De concert avec une foule rendue folle, à la vue d'un Homme qui avait triomphé du Feu.

Et qui allait vous montrer l'étendue de sa foi.

« ...Ne mourrez pas. »

Ses poignes rougies par le feu, elles se tordirent pour prendre position. Pour faire jouer de sa mélodie, l'une des clochettes de jade à sa ceinture. Ce soleil qui écrasait l'arène d'Asosan de tout son poids, vous le pensiez descendre à même l'enceinte. Car face à vous, Seisai s'était mis à briller. À irradier si fort de sa lumière ses témoins qu'ils purent assister à l'apparition d'une divination à mille lieues de la hauteur des cieux. Brutalement, les grains de sable s'écartèrent en forme de cratère autour de l'enfant des Arènes, au même titre que les tréfonds telluriques s'étaient mis à flancher sous tout son poids rendu colossal. Une entité suprême, voilà ce qui venait de naître près de la montagne immaculée. Et ce qui allait bientôt vous mettre dans l'ombre, tant cette énormité n'avait d'égale que sa sublimité.

Parce que d'ores et déjà, le chakra monial s'était mis à étendre son bras en arrière.

D'abord, pour récupérer le souffle d'une foule stupéfaite.

Puis, afin de l'abattre de toute sa monstrueuse puissance sur la totalité de l'arène tremblante.

résumé:
Revenir en haut Aller en bas
Ryûken
Ryûken

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Ven 25 Juin 2021 - 17:25
Les prunelles du téméraire fixaient la silhouette du favori de la foule, détaillant ses moindres faits et gestes pour en apprendre un maximum à son sujet avant d’arriver à son corps à corps. Il fallait essayer d’évaluer l’étendue de ses capacités, tenter de savoir quel panel de techniques pouvaient se cacher derrière les griffes acérées ornant ses bras. Sa posture, sa réaction quant au premier assaut reçu, ces évènements allaient donner le ton pour la suite du combat. Les pas de l’ambidextre continuaient pendant ce temps de le mener à l’abattoir.

Et le Boucher semblait enfin réagir. Une première émanation de chakra vint secouer l’espace tandis qu’il ferma les yeux, accueillant dignement la colossale sphère infernale invoquée par le chûnin de la Brume. Il fallait être idiot pour penser que le combat venait de se conclure, mais Ryûken ne faisait pas partie des plus malins. Alors il se demanda, l’espace d’un instant, si ce fameux « Soleil Assassin » n’avait pas tout simplement sous-estimé ses opposants ? La combinaison de l’illusion avec l’assaut d’Haise avait-elle suffi à le vaincre ?

La réflexion ne put être poussée plus longtemps, car du torrent embrasé sortit une apparition Divine. Transformé par le flux d’énergie parcourant son épiderme, Seisai se présenta à l’arène sous la forme qu’ils adulaient, comme en témoignaient les innombrables hurlements de ferveur qui secouaient les entrailles du Chien Errant. Le Miraculé laissa les flammes s’éteindre d’elles-mêmes, trop faibles pour ne serait-ce que gêner le Gladiateur dans ses mouvements, trop futiles pour provoquer le moindre doute dans sa foi. Une attitude qui laissait transparaître toute son assurance malgré sa position défavorable en infériorité numérique. Sa phrase, elle, suffit à prouver qu’il ne craignait pas la défaite. La considérait-elle seulement ?

Mais soudain, l’Invincible jusqu’alors sur la défensive choisit de passer à l’action. Le tintement d’une clochette annonça l’imminente action entreprise par son possesseur. La lumière inonda les lieux et berça Ryûken d’une chaleur presque similaire à celle de Fuse, trahissant toute la pureté du chakra monial de leur adversaire. La tension se multiplia de manière exponentielle, tant le poids de l’invocation pesait sur le reste de l’arène, tant le danger que représentait ce jutsu semblait inestimable.

Mais tout cela ne suffisait pas à interrompre l’initiative de l’intrépide, bien décidé à prouver au monde entier l’étendu de son potentiel. Le petit prodige resserra l’emprise qu’il avait sur ses sabres, s’attachant à eux comme à sa vie, puis chargea de front au même moment que son jugement fut prononcé. L’immense frappe de l’être divin balaya l’espace dans un silence imposé aux spectateurs par l’ampleur de l’attaque. Ryûken contracta l’ensemble de ses muscles, puis laissa la vague d’énergie s’approcher jusqu’à ce que l’arène entière ne retienne son souffle. Était-ce là sa fin ?

Un fracas monstre accompagna ce qui sembla être la collision, soulevant une quantité de poussière astronomique pendant que le bras gargantuesque continuait son chemin jusqu’au bout du terrain, faisant ainsi trembler l’ensemble des gradins encore bouche-bée. Mais une brèche en son sein pouvait alerter les plus attentifs, qui pouvaient dès lors observer le frêle shinobi fuser en direction de celui guidé par sa foi. Les résidus d’énergie Fûton quittant les lames du Bâtard apportaient les explications nécessaires aux initiés.

Surprenant par sa vitesse, l’inarrêtable épéiste gagnait enfin sa zone de prédilection et enchaînait directement d’un enchaînement dévastateur visant à pourfendre l’épiderme du Moine. Même les Dieux pouvaient saigner, et Ryûken comptait bien mettre ce proverbe sur chacune des bouches ici présentes. Infusant Fuzen et Fuse d’un chakra venteux aiguisant leurs lames déjà effilées, l’Ambidextre fit parler toute sa maîtrise du Kenjutsu en assénant deux séries de coups croisés d’une puissance dévastatrice à l’égard du Gladiateur d’Asosan. D’abord en croix, puis en rabattant ses lames de chaque côté du Miraculé, le Sabreur comptait mesurer les talents de son arrogant antagoniste.


Spoiler:

_________________
"Venge."

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Unknown
© Aditya

"Tolère."
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11578-pas-le-temps-pour-les-regrets-ryuken https://www.ascentofshinobi.com/t11586-ryuken-dossier
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Ven 25 Juin 2021 - 20:03

Ayant littéralement le vent dans les voiles, tandis que ses clones défilaient à toute vitesse, Haise comprit pourquoi ce combat était organisé de la sorte. Voyant dès lors le derme du moine prendre une ampleur et lueur quasi divine, si ce n’était de l’adrénaline, son corps se serait presque arrêté de fonctionner en fonction de la puissance du divin qui venait de se manifester devant eux.

Pire encore, ressortant indemne de son escapade enflammée, l’homme en question venait d’utiliser sa main de manière à imposer sa loi divine sur la totalité de l’arène. Les prenant pour cible, lui et son allié, le Sakkaku ne pouvait s’empêcher de retenir sa respiration.

Ébloui, émerveillé et choqué, il n’en demeurait pas moins une personne ayant déjà vu le divin. Ayant brisé les chaines deux fois plutôt qu’une, il espérait sincèrement que son partenaire n’ait aucun mal à s’en sortir au regard de la lourdeur de l’offensive qui se dirigeait dans leur direction.

Toutefois, il devait avoir confiance, comme jadis Reikan avait eu confiance en lui contre la déesse de l’eau.

Dès lors, alors que ses clones venaient tout juste de se faire écraser au sol par l’importante frappe, Haise tout comme son partenaire réagirent sur la même longueur d’onde, multipliant ainsi les efforts défensifs à l’aide d’une barrière quelconque à base de fuuton.

En effet, sans laisser son reste ou attendre, il déplia un shuriken de Fuma avant de l’infuser de chakra à base de vent pour effectuer un réel bouclier. Tourbillonnant dans sa main à une vitesse éclair, le tout lui permit dès lors d’encaisser en grande partie l’offensive dans sa direction.

Serrant les dents sous l’impact et forcées à avoir un léger recul sous l’impact, cette sensation aussi douloureuse qu’intéressante venait d’éveiller quelque chose de particulier en lui…

Dès lors, que ce soit en voyant les jambes de son partenaire s’infuser de chakra pour bondir de l’avant ou l’inspiration sincère de vouloir faire taire la foule, il rangea son shuriken aussi rapidement qu’il l’avait déplié avant de composer des mudras.

Baladant rapidement ses yeux et de manière instinctive, alors qu’il était toujours sous le couvert de son invisibilité, il libéra une masse lumineuse excessivement rapide, se retenant ainsi de prononcer les mots qui incarnaient la stature même de son offensive.

Si les Dieux existaient, alors il comptait se servir de l’entéléchie divine qui lui conférait les pouvoirs de la lumière, abattant une sentence à l’homme en question afin de supporter du mieux qu’il le pouvait l’offensive de son partenaire qui n’allait pas tarder à s’abattre sur lui. Il allait voir ce qu'était réellement une attaque divine...

Puis, comme si ce n’était pas assez, Haise profita du dernier poing d'honneur de son clône, qui au lieu de se défendre, déclencha son explosion de manière à créer un petit nuage de fumé qui saurait détourner l'attention vers lui afin d'ouvrir justement l'angle de droite au vrai Haise.

Après tout, si ses clones ne pouvaient se défendre, ce n'était pas pour autant qu'ils devaient être inutiles. Chaque seconde comptait et celle qu’il venait d’utiliser pour déployer son sceau explosif comptait aussi.

Ayant pour objectif de capturer l’attention et d’attirer les iris de son adversaire en direction opposé, le tout venait non seulement renforcer son aptitude à possiblement atteindre sa cible avec son rayon lumineux, mais créait aussi une diversion adéquate pour supporter son partenaire ou sa propre personne alors qu’il comptait opter pour l’élément le plus simple possible afin de contourner cet homme.

Après tout, ceci n’était qu’un bref rythme éphémère de la créativité du Sakkaku qui n’attendait qu’une seule chose pour mettre son adversaire au sol.

Ainsi, bien qu’ils ne se connaissaient pas, les deux âmes éclectiques en Ryuken et Haise commençaient peu à peu à créer un climat décrivant la totale lueur de deux petites créatures essayant de défaire une divinité.

Se rebellant ainsi contre les préceptes mêmes de la supériorité, il était temps de faire taire la foule et imposer son rythme afin de souhaiter à cet homme la bienvenue dans un monde bercé d’ombre et de lumière :

Le Domaine des deux antipodes.
Spoiler:

_________________
L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5906-light-in-the-shadow-presentation-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9175-l-ombre-de-la-lumiere
Narrateur
Narrateur

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Lun 19 Juil 2021 - 23:52
Kevin Penkin - Irregular God

Vous sembliez confiants, vous, enfants de la Lumière et de Personne.

Devant le parfait déluge des dieux qui avait bien voulu s'arracher des cieux pour s'enraciner sur ces terres, votre opiniâtreté avait su se rendre aussi tenace que lui. À elle seule, cette pertinacité qui vous appartenait et vous détachait de ces faiblards avait pu vous faire échapper à la mort qui longeait férocement le long de ce bras colossal et divin, qui soulevait le sable à en investir sans permission tous les poumons ouverts et qui faisait rage de ses fracassants heurts contre les murs de l'arène. La foule, elle tremblait face à ce spectacle où la lumière de Seisai carbonisait les impotents, les insignifiants. Elle hurlait, sous la fièvre de la peur et la fébrilité de l'excitation, de l'émulation qui s'amusait à soulever ses bronches et affaiblir ses jambes, sous le vibrato de l'enceinte brutalisée par ce qui n'était pourtant que le premier assaut de son tourmenteur, de son persécuteur. De sa plus grande fierté, de son plus beau et terrible joyau qui se tenait juste là, ici-bas, au cœur de l'île d'Asosan où vous aviez eu l'audace de pénétrer avec le sourire aux lèvres et la crétine croyance de sortir de l'amphithéâtre sans torpeurs ni douleurs. Au creux du nid des gladiateurs, où vous osiez vous battre avec l'espoir fou de malmener et d'ôter la vue à l'astre d'Asosan.

Mais le Soleil assassin, lui, n'en avait pas que l'aspect.

Sa confiance, elle l'habitait.

Comme elle le hantait et rendait chacun de ses choix décisifs, face aux forces de la Brume, voisine de son si cher berceau.

Cette carrure providentielle qui l'avait grandi, elle disparut pour soumettre notre nitescent de l'arène à vos yeux et lui libérer le chemin vers le Sabreur qui, à peine, puisait dans ses ressources pour faire taire la maudite distance qui les séparait. Crépitant encore de chaleur, rutilant toujours d'ardeur, Seisai ne bougea pourtant pas d'un poil pour permettre à son corps d'éponger les dernières meurtrissures laissées par la véhémence du brasier. Et aussi afin de se laisser le temps, au fil des pas de Ryūken, d'accueillir le lointain bruit d'une détonation qui ne laissait la trace d'aucun homme dans son sillage, derrière le pan de fumée qu'elle avait abandonné. Le sombre émeraude de ses pupilles, il se mit à se promener d'un trait sur le sable traumatisé qui lui offrit l'apparence d'un territoire dévasté, que seules des traces de pas semblaient adoucir et rendre plus humain. Envolé. C'est ce que tu veux bien tous leur faire croire... Ses sourcils s'étaient froncés, assez pour démanteler son marbre et repeindre son visage sous le pinceau de tout le mépris qui fleurissait en lui comme une fleur du mal, qui gonflait en son sein tel un poison au-devant de cette sotte diversion. La disparition de son second adversaire, elle avait su se rendre source d'inquiétudes et de mystères au goût des spectateurs, jusqu'à les époumoner de stupéfaction. Mais au sien, elle se voulait bien morne et insipide.

Car Seisai ne restait pas qu'un enfant des Dieux.

Il était tout ce qu'un guerrier priait de ne pas avoir à combattre, sur un champ de bataille.

Et vous alliez bientôt vous en rendre compte, en mordant ce sable sur lequel vous aviez tant lézardé de fierté à outrance, tant manqué de respect à outrecuidance.

Cette guillotine vivante qui grésillait d'envie de lacérer les Hommes, bien d'entre eux pouvaient en ressentir la terreur au point d'en baisser les bras. Le Soleil assassin, lui, il les dressa. Il les éleva contre son torse, à mesure que ses lourds poignets de métal donnaient naissance à des griffes aussi épaisses qu'acérées sous les yeux d'un peuple d'Asosan qui implorait les dieux de lui offrir plus de fantasmagories encore. Et à l'instant même où les sabres de la chevelure de charbon empruntèrent la voie et la vibration des vents les plus meurtriers afin de lui mutiler les côtes, les gants de notre crinière d'ivoire se mirent à terminer leur croissance pour les arrêter et croître, plus encore, en puissance. Le hurlement strident du heurt entre des fers opposés, il déchira les entrailles de la maison des Gladiateurs et cracha ses étincelles sur son sol. Mais bien plus que de rougeoyer au seul contact du feu de l'adversité, les griffes de Seisai gagnèrent en éclat plus que la friction de la lutte pour la victoire n'aurait dû le permettre. Ce détail, il ne l'empêcha toutefois pas de plisser ses paupières vers ce qu'il pensait être les dernières prières du jour à l'aube de ce qu'il s'apprêtait à faire – qui, en vérité, devenaient les prémices du rayon lumineux lâché par le soutien de son vis-à-vis.

Le son perçant des griffes, il ne s'amenuisa pas.

Et il s'accompagna de la mise en garde du Soleil assassin, envers celui qui ne voulait pas se montrer.

« Toi qui te croit à l'abri de ma lumière, ...vois. »

Le halo de pâleur qui voulait l'aveugler, il venait à peine de survenir en ce monde.

Que déjà, les griffes de Seisai absorbèrent tout ce qui rayonnait de chaleur et de brillant autour d'elles, comme de véritables assoiffées de lueurs étrangères qui s'échappaient du dos de Ryūken pour mieux caresser ses flancs et finir temporairement englouties par elles. Parce que lui qui se trouvait juste à côté de ce Dévoreur de lueurs, il ne put que se surprendre à devenir l'impuissant témoin de l'enténèbrement de tout ce qu'il connaissait. L'hostile lumière qui voulait l'aider à ôter la vue de Seisai, le jour fort de son zénith, les imposantes flammes des torches, leurs reflets dans les innombrables parures du public et dans leurs yeux qui se comptaient par centaines, même l'exubérance de son sabre le plus pur ; tout ce qui se voulait puits ou miroir d'illuminations dans l'arène fut arraché à la réalité de cette clarté en vue de se languir dans les gants griffus du nitescent, qui grignotèrent jusqu'à la plus petite et faible phanie avant de se satisfaire de l'opacité des ombres apparues en un clignement de paupières autour de lui.

Leur soleil, il l'avait banni.

Et leurs souffles apeurés, leurs cris d'alarmes, il s'en servit afin de renforcer sa prééminence, devant Kiri.

Son omnipotence, dans les bras de l'arène d'Asosan et de sa Division d'Or.

C'était un monde précipité dans les ténèbres, avec pour seule guide la voix du Soleil assassin qui en était le maître.

« Vois à quel point ton art se met à croupir et abandonne tes camarades, lorsque le soleil se meurt. »

Et qui n'allait contribuer qu'à rendre sa contre-attaque plus atterrante encore.

Doucement, le Shinobi aux deux lames ne trouva plus appui contre les éperons du Gladiateur aux griffes qui recula d'un pas. Car les mudrās défilèrent en silence au sein de la noirceur de cette zone, aux doigts de la dextre de Seisai. Pour que soudain, ses vêtements finissent par gigoter et en libérer sur l'ensemble de son corps une multitude de bêtes à écailles encore éprises par les ombres. Sa main dominante, elle se dressa en avant, là où il se souvint de la dernière position du Genin. Et alors que les chimères de la nuit perdirent peu à peu en intensité, il laissa se propager sur tous les côtés une vague de salamandres de feu, tachées de doré et faites de son chakra nourri de sa foi. Ses Griffes de Lumière, elles abandonnèrent leur virulence et la laissèrent à ces reptiles qui explosèrent au grand retour du jour sur l'arène. Parce qu'aussitôt élancées dans son enceinte, les créatures voulurent s'accrocher à tout ce qui se tenait sur leur passage, avec cette même férocité qui régnait dans le regard du Soleil assassin.

résumé:

*Hikari no Tsume (光の爪, litt: Griffes de Lumière)
Revenir en haut Aller en bas
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Ven 23 Juil 2021 - 5:36

Alors que le combat se passait relativement bien pour le moment, un sentiment étrange d’incertitude traversait les membres du Sakkaku. Incertain, contrairement à d’habitude, il n’avait pas le vent dans les voiles, comme si quelque chose de surprenant n’attendait que le bon moment pour le saisir, le renversant ainsi dans sa course encore une fois.

Dès lors, au moment durant lequel son tir lumineux fut envoyé avec suffisamment de vitesse pour surprendre, si son subterfuge avait semblé parfait sur papier, celui-ci s’éteignit à la même vitesse que la lueur de leur espoir.

Ainsi, les ténèbres furent.

Zone qu’il ne connaissait que trop bien, le Sakkaku était cette fois-ci dans une position externe, observant ainsi les ténèbres plonger l’endroit dans un chaos temporaire alors que la lumière dégagée par sa technique se faisait avaler par la source même de sa naissance.

Dès lors, si l’envie de lâcher prise semblait presque nécessaire, voire imminente, seules les paroles de son adversaire résonnèrent dans son esprit.

Se croyant au-delà des lois célestes et se permettant d’ordonner avec fureur certaines conditions de cette arène, le tout lui faisait visiblement repenser à Ao, homme qu’il avait su aveugler, sans pour autant écraser. Or, depuis ce jour, il s’était dit qu’il gagnerait la puissance suffisante pour vaincre n’importe qui de cette stature qui menaçerait sa sérénité... Depuis ce jour, s’il avait perdu sa mobilité, son esprit avait lui connu un gain monumental. Effectuant dès lors des progrès autant psychique que psychologique pendant toute sa période de convalescence, c’est un esprit nouveau qui commençait de plus en plus à faire surface.

Dès lors, dans un silence absolu, alors qu’Haise comptait se rebeller, certains pigments lumineux irradièrent de la zone des ténèbres, annonçant la venue d’une offensive.

Effectuant dès lors des mudras, s’il n’avait pas entamé le combat avec le vent dans les voiles, alors cette fois-ci, il comptait se l’accaparer.

Agissant dès lors de manière instinctive et s’accapant des ténèbres comme étant sa nouvelle source d'énergie, il laissa ses pupilles se garnir de l’hymne de sa bénédiction. Ayant vécu et conquis les ténèbres, il ne craignait point.

Manifestant dès lors une armure céleste qui tourbillonnait autour de sa personne grâce à sa vitesse de réaction et sa vue parfaite, plus que pertinente, celle-ci vint freiner brusquement l’offensive de son adversaire alors que certaines créatures commençaient de plus en plus à imposer leur présence sur le haut de son corps.

Désagréable, il avait toutefois encore sa mobilité alors qu’il était forcé de libérer un léger râle de douleur devant la défense imparfaite qui couvrait la totalité de sa peau…

Dès lors, le créatif eut un flash lumineux, revoyant la scène sous un angle nouveau. L’espace d’un instant, il se voyait soudainement dégainer un katana avant d’effectuer une série de frappes tranchante et irradiante, bannissant dès lors la moindre opposition contre son sabre lumineux avant qu’il entame une course vers son opposant, brisant ainsi son domaine d’ombre et sa griffe. L’espace d’un instant, le prisonnier des enfers avait été captivé par un univers des possibles ressemblant vivement à un appel alors qu’il brandissait soudainement un kunai comme un sabre.

Pourtant, ce n’était pas le moment… En effet, quelque chose lui manquait avant d’avoir accès à cet appel. Or, une chose était dorénavant certaine : Il ne pouvait plus lésiner sur les moyens. Ayant passé trop de temps dans les ombres, il refusait catégoriquement d’y retourner au risque de perdre ce combat. Or, quoiqu’il arrive, il comptait exprimer sa rébellion, acceptant ainsi de briller plus que jamais alors que son génie créatif atteignait peu à peu son réel potentiel.

C’était l’heure

Voyant dès lors son rêve éveillé s’éteindre, seule une série de mudras fut composée alors qu’il était visible. Ainsi, que ce soit sous l’effet de la douleur restrictive ou l’excitation du moment, son kunai fut projeté avec un certain décalage alors que son angle partait en direction ne mettant pas en danger son opposant. Pourtant, bien qu’anodin voire un raté, le résultat était tout autre. En effet, en plus d’y avoir imbibé une quantité phénoménale de chakra peu visible, sa résultante était dévastatrice et représentait un réel pilier offensif sur lequel il comptait capitaliser.

Ainsi, si son partenaire arrivait à ouvrir une brèche, il n’aurait qu’à cueillir le pseudodieu et lui ouvrir les portes du paradis...

Se permettant ainsi de piloter le tout de la main, Haise avait plusieurs mots d’ordre dans sa conduite de tir : contrôler pour ne pas affecter son partenaire et prendre un angle avantageux en venant le chercher sur les côtés,directement dans son angle mort alors qu’à première vue, son tir semblait avoir manqué.

Dès lors, il connaitrait la réelle sentence qui lui était réservée, percuté par un tir guerrier qui était similaire à Haise.

D’apparence sensible douce et fragile, son caractère était pourtant aussi dévastateur que puissant. Ainsi, Haise incarnant une force tranquille représentait l’entéléchie de son potentiel dans cette idée des plus réfléchies, forçant dès lors son opposant à avoir un avant-goût du courroux céleste. En d’autres mots : C’était un Tir quasi divin et dès lors, Haise semblait avoir regagné un semblant de vent dans les voiles alors qu’il défiait la puissance quasi divine du divin Or, cette fois-ci, les ténèbres ne le sauveraient pas au regard de sa vision.

Payant dès lors le prix d'un tel courroux alors que ses bras brûlaient et étaient quelque peu restreint malgré son armure à base de vent, il savourait dès lors le goût des enfers, prix à payer de sa rebellion, un mince sacrifice pour la salvation.

Spoiler:



_________________
L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5906-light-in-the-shadow-presentation-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9175-l-ombre-de-la-lumiere
Narrateur
Narrateur

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Mar 24 Aoû 2021 - 13:55
Derrière la bravoure de chaque sauveur, se cachait toujours la lâcheté d'un faiblard.

Qu'ils soient Héros de l'Eau, de la Foudre, de la Terre, du Vent ou même du Feu, les Hommes appréciaient s'alourdir de titres gratifiants, véritables caresses pour leur égo abyssal par nature. Afin de mieux dissimuler toute la misère de ceux qui ne leur arrivaient pas à la cheville et avaient sans cesse besoin d'une autre épaule pour survivre, ils savaient se mettre en lumière et parfois même s'y pavaner avec plaisir. Comme s'il pouvait être plaisant, de voir les abîmes qui séparaient les guerriers des autres par la puissance et rien d'autre. Comme s'il devait être satisfaisant, de comprendre toute la disharmonie qui habillait, de la tête jusqu'aux pieds, ces personnes et leurs villages. À l'ombre de toute la grandeur de son squelette et de la dignité de sa stature, Seisai avait essayé. Lui, avait essayé de chercher, au cœur des enfants du Brouillard et non plus des Arènes, une chance de gommer cette fâcheuse destinée qui voulait tant lui soumettre ces affreux écarts au creux même de l'humanité entière. Hélas, le constat demeurait rude et ne désirait abandonner contre son palais qu'un goût d'amertume, le laissant plein d'indifférence. Et bien vide d'espoir. Puisque devant le pitoyable spectacle qui se déroulait devant lui, il n'y avait plus deux combattants qui se battaient pour s'arracher la fierté du Soleil assassin. Mais un. Un homme qui, même enlacé par les doigts des ombres et menacé par les griffes des salamandres, montrait qu'il était prêt à se battre, même avec un tenace poids mort accroché au talon. Cette vue de l'abandon, c'était la dernière issue à laquelle la crinière de lumière s'était préparée en foulant ce sable rendu chaud par les flammes de ses fidèles et de ses débatteurs.

Mais cette pusillanimité, elle se présenta bien à lui avec toute son arrogance.

Parce que l'impuissant, qui devait mourir de son terrible feu, il ne daigna même pas bouger le petit doigt, autre que se tordre de douleur, pour œuvrer au plan de son camarade. Dévoré par l'ardeur de ses génies du mal, Ryūken se fit bien sourd. Bien muet, face à l'appel à l'aide de Sakkaku Haise perdu dans les torturantes stridulations des salamandres qui ne souhaitaient pas encore s'évanouir, sous le joug de l'émule de Kiri.

Kiri la Grande.

...

Cette veulerie est-elle donc tout ce qui se terre, sous son rude visage de marbre?

Infécond de force et aride de courage. Ce jeune guerrier, tenu au-devant, il se trouvait à mille lieues de mériter son partenaire.

Ni même ce public, qui aurait peut-être cru en la Brume plutôt qu'en son Soleil, même l'espace d'un instant.

Sa seule gloire, elle se résuma à la bonté de Seisai.

Qui, malgré sa dextre levée sur le jeunot, n'alla pas plus loin que la fièvre de ses bêtes.

Car au lieu de le dépouiller de sa tête, il lui vola son honneur.

En même temps qu'il leur vola la victoire, dès l'instant où il mit fin au maintien de ses féroces servantes pour diriger sa main dominante contre le projectile, dont la brillante tentative de le briser par derrière se rendit bien infructueuse sans la distraction de son frère d'armes. Ses griffes, elles sortirent de nouveau de son unique gant droit pour défaire les vents qui caressaient le kunai, avant de le heurter et de l'envoyer ricocher sur les grains d'Asosan. Et il abandonna un ultime regard à celui qui avait délaissé son coéquipier.

Un son acéré et strident perça les oreilles de la foule.

Mais la voix de Seisai revint les bercer, lui qui venait de se tourner vers son belliqueux aux yeux azurés.

« Il est de ces gens, en ce monde, sur lesquels tu ne pourras plus compter, Héros de l'Eau. Car même le plus brave perdra et mourra, si le poids du faible qu'il protège s'avère trop lourd. »

Une légère brise lécha l'amphithéâtre, avant que le silence de plomb installé après ses mots ne soit finalement menacé. Ne soit enfin radié, par une première et timide acclamation de la part d'un spectateur pour cette danse si meurtrière. Plus encore pour la témérité de celui qui n'avait toujours pas baissé les bras, face à notre Soleil assassin. Des applaudissements, l'armada humaine lui en donna à flots afin de lui réchauffer le cœur. Et une main tendue, Seisai lui en offrit à bon entendeur pour l'aider à se redresser pendant que sa chevelure immaculée profitait de la berceuse du vent.[invisible_edit]

« Enfants des Arènes, enfants du Brouillard. Cette lutte pour les sommets de la Division d'Or est enfin terminée. Le Soleil assassin d'Asosan ressort vainqueur et reste ainsi à la tête du tournoi. »

résumé:


Dernière édition par Narrateur le Mar 28 Sep 2021 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sakkaku Haise
Sakkaku Haise

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN Empty
Mer 25 Aoû 2021 - 5:51


Ayant le vent dans les voiles, le Sakkaku au regard bleu ardent était concentré et semblait imperturbable. Surfant sur un nuage d’invincibilité et prêt à reprendre contrôle de cet affrontement, le moment à venir annonçait l’arrivée des ténèbres et le couché du soleil. Or, alors que ce qu’il percevait semblait en tout point suffisant pour sceller l’issue de leur affrontement, seul un puissant bruit sonore retentit.

Signe clair que son offensive avait été parée, sur le coup, il ne put s’empêcher de se demander ce qu’il s’était passé. Or, à trop se concentrer sur son offensive, il en avait oublié le rythme du combat et par le fait même sa dépendance face à son allié.

Si sa combinaison était adéquate, elle n’était toutefois en aucun cas suffisante pour sceller l’issu d’un tel combat seul.

Ce faisant ainsi sauvagement ramené par la réalité, les serpents enflammés eurent graduellement raison d’eux, incarnant une fièvre suprême qui annonçait la chute. Contraire à la croissance de température, ils venaient respectivement de flancher face à l’adversité.

Désormais à genou devant un tel constat, son regard s’éleva calmement vers le soleil ardent que manifestait le gladiateur à la griffe. Laissant dès lors l’hymne du vrai soleil percuté l’arme pour se répercuter sur son faciès trempé par l’effort.

Violenté par l’effroi du moment, les paroles du guerrier lumineux le percutèrent ainsi de plein fouet, lui apprenant la lourde responsabilité qu’il devrait tôt ou tard assumer.

Déchiré et perturbé par cette prophétie autoréalisatrice, un mélange de colère et de tristesse percuta la totalité de son être alors que ses mèches retombaient dorénavant sur son faciès. Visualisant dès lors son opposant de manière beaucoup plus flou, semblait-il que la vie tentait de le ramener à l’ordre, lui ordonnant de baisser son regard face à plus fort que lui.

Luttant tant bien que mal, il regagna dès lors sa vision après avoir légèrement cligné des yeux, dévoilant ainsi les prémisses de quelques larmes.

Se mordant la lèvre, Sakkaku Haise, s’élevait de nouveau, défiant comme à ses débuts la puissance divine que lui imposait Seisai.

Or, contre toute attente, si la colère, la rage ou une quelconque fureur était en droit de transcender sa personne, seul le haut de son buste se courba vers l’avant. Mettant dès lors à la poubelle son grade, sa fierté et ses ambitions, Haise avait cumulé la totalité de son courage pour démontrer son appréciation vers ce dénouement des plus particuliers, car il n'avait que sa propre personne à blâmer pour un tel échec.

-Seisai-san, je vous remercie d’avoir épargné la vie de mon camarade et la mienne devant notre inaptitude à établir une parfaite synergie pour vous convaincre.

Prononçant ses premières paroles depuis le début de ce combat, le silencieux, parfait antipode du manieur de lumière à la griffe céleste prenait le blâme dans cette défaite quelque peu crève-cœur. Pourtant, Haise ne pouvait que regarder de l’avant alors que s’élevait désormais une cible qu’il se devait d’atteindre quitte à parcourir et à braver les sentiers ténèbreux qui l'attendaient.

Dès lors, le Sakkaku devait cesser d’être l’ombre de lui-même et d’incarner sa promesse. Brillant ainsi par sa résilience, la défaite venait étrangement de lui ouvrir le chemin d’un sentier qu’il n’aurait pour le moment pas forcément su identifier.

Or, il avait encore du chemin à faire pour atteindre ses objectifs tout en protégeant l’emblème de Kiri la Grande.

-Ma faiblesse n’est en aucun cas le reflet de Kiri la Grande dont je n’ose accepter de porter le titre de Héros devant un tel échec. Ainsi, devant cette fleur que vous nous offrez par rapport à mon échec à avoir mené notre duo à la victoire, je ne peux que vous offrir une défaite à notre prochaine rencontre.

Laissant dès lors ses iris bleutés briller d’une lueur soudainement plus vive, l’ombre lumineuse osait finalement déclarer sa vision de manière public. La visualisant et usant du pouvoir de la manifestation, Haise lui lançait un défi pour un autre jour.

-Si j’ai encore beaucoup à apprendre, je m'assurerais que Kiri ressorte gagnante la prochaine fois, que je sois accompagné ou seul. En ce jour précis, je ferais briller l’éclat de la division d’or à son juste titre comme réel héritage de la lueur qui abrite notre potentiel après avoir surpassé la vôtre.

Basculant entre Kiri et son propre nom, Haise savait pertinemment qu’il avait bafoué la stature du sang bleuté qui parcourait ses veines. Or, il avait dorénavant une meilleure idée de là où il devait aller tandis que son regard ne pouvait s’empêcher de visualiser cet enchainement au sabre qui les aurait possiblement menés vers une victoire.

-Merci d’avoir éclairé mes failles et au plaisir d’inverser le contraste entre nos lueurs, car le jour viendra ou même dans les ténèbres la lueur de Kiri brillera dans toute sa splendeur.

Car la prochaine fois, Haise comptait lui montrer l’ombre que pouvait représenter sa lumière face à plus éclatant et puissant.

Marchepied, mais réel objectif, le Sakkaku devait dorénavant cumuler certaines expériences s’il voulait fouler de nouveau la division d'or dans l’honneur. Or, jusqu’à nouvel ordre, il abandonnait son titre de Héros de l’Eau, car s’il avait jadis protégé la bannière de l’eau deux fois plutôt qu’une , il avait dorénavant la connaissance et l’expérience nécessaires pour comprendre qu’il n’était en rien à un niveau suffisant pour prétendre soutenir sa nation, mais aussi ses ambitions.

-Seul à ce moment précis, je serais digne de porter le titre qui me précède. Pour le moment, appelez-moi simplement Sakkaku Haise et gardez le titre de Héros pour les gens dignes de ce titre.

Se courbant à nouveau, Haise se redressa avant d’aider le camarade qu’il avait abandonné. Plus clair que jamais, son chemin était totalement tracé et il comptait plus que jamais faire apparaître l'objet de son imagination.

C’était l’heure… et la prochaine fois, tous pourraient constater collectivement : l’heure de l’éveil.

Tel était ainsi son cheminement, celui dans lequel tout n'était qu'un marche-pied vers sa vision personnelle de son réel potentiel : L'hymne de l'éternel insatisfait et de son infinité.

Ce n'était ainsi que le commencement...

Spoiler:






_________________
L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN 265b88ce07a0093b971210eed11b9a33
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5906-light-in-the-shadow-presentation-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9175-l-ombre-de-la-lumiere

L'APPEL DE L'ARÈNE #03 : LE SOLEIL ASSASSIN

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le câlin assassin
» Futur assassin [Mého]
» Ando Akame - L'assassin aux pupilles ardentes
» L'empereur et l'assassin [ Kakuzo, Yahiko,] ( libre entrée)
» Soleil ; Zénith. [uc]

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: