Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sur la Voie IV

Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Sur la Voie IV Empty
Sam 26 Juin 2021 - 11:46
Jamais il n’avait pensé auparavant fouler ces terres. Jamais, en tout cas, avec un esprit aussi clair que celui dont il était empreint à présent. Pendant longtemps, Ieyasu avait dû lutter contre cette petite voix, celle qui lui avait soufflé des idées de revanche et de rétribution à l’égard de ceux qui avaient, concrètement, causé la mort de son père sur le champ de bataille. Il n’y avait jamais succombé, avait toujours repoussé ses avances, peut-être en partie par lâcheté devant l’immensité, le caractère inatteignable d’un objectif aussi absolu que la vengeance. Mais aujourd’hui, il en était sûr : les aspirations noires qui avaient pu lorgner par-dessus son épaule s’en étaient allées, remplacées par une sérénité résignée qui lui avait permis de lâcher prise.

Il rentrerait chez lui, en Homme, et non pas en instrument sans âme. Mais avant…

Avant, une dernière étape l’attendait sur son périple fait d’innombrables rencontres. D’un pied assuré, le manchot arpenta les sentiers de montagne en direction du nord-est, s’épatant des similitudes entre les montagnes qui l’entouraient avec celle qui faisaient le caractère de son pays natal. Fer et Terre, à bien des égards, étaient semblables songea-t-il, mais était-ce justement à cause de leurs similitudes qu’ils semblaient si prompts à vouloir éradiquer ou assimiler l’autre ? Sans vraiment espérer se la formuler, c’était peut-être finalement une réponse à cette question qu’il aspirait à obtenir en traversant ces contrées. Marquant une pause sur le relief d’une crête particulièrement haute en altitude, le Nomura prit le temps d’observer l’horizon saisissant devant lui. A chaque pays revenait, en dépit des apparences, son lot de spécificités : jetant sa main dans sa besace à son flanc, le bretteur y récupéra quelques un des échantillons de plantes qu’il avait récupéré au Pays de la Griffe. En dépit du décor ravagé que ce pays avait eu à lui offrir, des espèces rares y poussaient malgré tout, des variétés qu’Ieyasu ne s’était pas risqué à consommer sans équipement adéquat pour en tester les propriétés par avant.

Il s’agissait là de l’une des curiosités les plus pure et innocente qu’il lui restait encore, lorsqu’il était question de son regard sur le monde. Tant d’espèces interagissaient entre elles dans le monde animal et végétal, tant de cycles existaient à tant de niveaux différents que l’idée de tout découvrir lui donnait parfois le tournis. Mais avec ce vertige de la connaissance venait également le plaisir de la découverte, la promesse de l’utilité révélée de tous ces végétaux et de ces sécrétions animales. Un puits sans fond dans lequel se jeter avec allégresse. L’état de ses cueillettes vérifiées, le bretteur mit fin à sa pause après avoir rempli sa gourde en peau de bête et se remit en marche sur le versant opposé. Il y prit le temps, pas à pas, de prélever de nouveaux échantillons prometteurs de plantes inconnues, ralentissant volontairement l’allure, s’émerveillant de la variété de spécimens qu’il n’avait jamais pu observer à Tetsu. Le climat ici était en tout point comparable au régions du nord du Fer : la différence, se dit-il donc instinctivement, devait par conséquent se trouver dans les sols.

Seul mais avec une détermination saine retrouvée, Ieyasu progressa ainsi.. jusqu’au coeur du Pays de la Terre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Sur la Voie IV Empty
Mer 14 Juil 2021 - 23:49
L’astre solaire disparaissait dans le lointain, offrant un spectacle inouï et fugace à quiconque pouvait prendre le temps de l’observer. Sa main droite machinalement portée au fourreau de son sabre tandis qu’il arpentait un sentier escarpé, sa paranoïa naturelle affûtée depuis ses échauffourées à Tsume, Ieyasu fut l’un des heureux élus de ce soir là à pouvoir poser ses yeux sur les nimbes nuageuses, teintées d’un orange violacé par la grâce des rayons du soleil mourant. Il n’avait pas vu le temps passé, se dit-il. Avoir une destination, avoir un but, n’avait pas suffit pour lui faire suffisamment presser le pas pour lui éviter une course contre l’obscurité. Du haut de ses quinze jeunes années, le bretteur manchot n’avait en effet pas pu résister aux appels de la nature. Des appels bien silencieux, uniquement portés par le bruissement des végétaux battus par les vents d’altitude, et par les teintes subtiles qu’arboraient les différents spécimens qu’il lui avait été donnée l’occasion de recueillir.

Sa besace pleine depuis longtemps déjà, le Nomura avait une fois de plus béni le temps qu’il avait passé sur ses terres natales à parfaire ses connaissances dans l’art des sceaux. Connaissances qui lui permettaient à présent, sans autres ressources que quelques rouleaux de parchemin communs et d’un peu d’encre, de stocker sans contrainte une large quantité de ressources végétales, dont il aurait tout loisir d’examiner les propriétés lorsqu’il pourrait s’installer temporairement dans un lieu propice. De cette opportunité, il lui tardait de pouvoir s’en saisir… mais certainement pas autant que le temps où il pourrait arriver à destination, à une journée de marche encore sans doute du vallon où il finit par arriver ce soir là.

Les lueurs d’une auberge l’aiguillèrent aisément dans la pénombre naissante, et il les suivit sans se soucier du pécule qu’une halte comme celle-ci pourrait lui coûter. De l’argent, il ne s’en souciait désormais presque plus : la prime qu’il avait touché de l’Empire pour service rendu, lors de l’escarmouche qui lui avait coûté son bras gauche, il lui restait encore une très large partie. Une somme substantielle qui, une fois ramenée chez lui à Tetsu, suffirait amplement à adoucir le quotidien. Du moins, il l’espérait. Sans sourciller, il entra donc dans le grand hall de l’établissement, oeillant le pupitre où se dépêcha de se rendre une hôtesse burinée et bien bâtie à qui l’on avait certainement pas envie de chercher querelle. Sur la gauche, la salle de restauration était presque pleine à craquer, et pour cause, Ieyasu n’avait pas raté les nombreux chevaux et chariots postés à l’extérieur et dans les écuries. Des commerçants et négociant de tout horizon, songea-t-il.

« Hééé bonsoir ici !
- Bonsoir madame, je- Est-ce qu’il vous resterait une chambre, par hasard ?
- Chanceux qu’on est, dites-moi ! Et… bien équipé, aussi ! »

Ieyasu jeta un œil à son armure qu’il ne quittait pas, panoplie dont seul le casque était absent et qui laissait donc choir ses cheveux de jais sur ses épaules.

« Je ne vous ferai pas de souci, je vous le promets.
- Noooonnn, pas de mal, coco ! Simplement, le lit qu’il me reste… il est dans une chambre de quatre. Donc on y va mollo pour pas faire peur à ses colocataires d’un soir, hm ? D’accord ?
- Je ferai de mon mieux. »

Le jeune adolescent déposa les Ryos nécessaires sur le pupitre et oeilla à nouveau la salle de restauration et l’effervescence qui y régnait.

« C’est… toujours aussi animé, par ici ?
- On est jamais vraiment vide, ça oui, répondit-elle presque distraite en enregistrant le paiement, mais là j’avoue qu’on bat des records !
- Il y a… une raison particulière ?
- Quoi, vous savez pas ? Enfin remarque, habillé comme ça, vous pourriez bien venir de Jôheki que ça m’étonnerait pas ! Vous savez le type, là, Sakass Tozin. Il a envoyé ses hommes sur Iwa… et s’est fait rebouté comme un malpropre ! Le grand croque-mitaine, qui nous a parlé dans nos têtes, le tout-puissant, voyez ? Pouf, dégagé ! Hahahaaa ! »

Interloqué, ne sachant trop quel crédit accorder à ce racontar, le bretteur manchot marqua un temps de recul.

« Chambre 26, au fond du couloir en haut, ajouta-t-elle en fournissant une clef au Nomura. Vous pouvez pas vous tromper.
- ...Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Sur la Voie IV Empty
Jeu 15 Juil 2021 - 1:14
La nuit passée à l’auberge ne s’avéra pas aussi désagréable que le jeune adolescent aurait pu le penser de prime abord. L’excitation latente de ses colocataires d’une nuit quant aux profits qu’ils avaient en vue avait assez largement pris le dessus sur une quelconque envie de venir le titiller, et la présence d’un sabre à son côté avait définitivement pu avoir raison de leur hypothétique envie de lui subtiliser quoi que ce soit. Ce qui turlupina le plus Ieyasu au coeur de la nuit, en réalité, ne furent pas les quelques ronflements ou mouvements intempestifs de ses camarades dans les lits tout proches, mais plutôt ce que lui avait à priori révélé la tenancière à son arrivée. Elle avait beau avoir écorché son nom, difficile pour le tout jeune homme de ne pas faire le lien entre l’homme dans les rangs duquel il avait songé à s’enrôler et celui qui avait supposément connu un revers de taille au Village caché de la Roche. Village qui était, justement, sa destination choisie depuis déjà une lune de cela.

Où qu’il allait, le conflit et la mort semblaient le suivre, comme un sillage qui le précédait sans cesse et qui lui rappelait dans quel genre de monde impitoyable il vivait. Le Nomura avait beau avoir acquis une nouvelle sérénité après son face-à-face avec Hanzo, le frère de Shinpachi, avoir décidé d’un nouveau cap à conserver pour mener le frêle esquif de sa vie, il lui semblait de plus en plus impossible de pouvoir maintenir ce cap en gardant ses œillères en place. Il n’était pas un grand homme, n’était pas un homme tout court d’ailleurs, et rien ne le prédestinait ou le n’obligeait à prendre part à cette guerre qui grondait. Le devait-il, pour autant ?

Taraudé par cette question, le bretteur manchot trouva malgré tout un sommeil réparateur quoi qu’agité, et ce fut aux commandes d’un corps revigoré qu’il descendit de sa chambre avec l’ensemble de ses affaires. Croisant le regard d’un bleu brillant de la tenancière qui lui rendit un franc sourire, il osa alors demander.

« Bonjour, euhm, dites moi… Vous auriez un établi libre que je pourrais utiliser avant de partir ?
- Hm bonjour… Un… établi ?
- Oui, avec quelques outils, peut-être… quelques ustensiles de cuisine ?
- C’est… bizarre, mais… j’imagine que je peux vous laisser le poste d’Anji là derrière pendant une petite heure.. Mais ne laissez rien traîner, sinon c’est moi qui vais trinquer !
- Ha, promis… je ferai attention, merci ! »

Une petite heure. C’était peu, pour tenter de préparer quelques onguents et décoctions à partir des plantes qu’il avait en stock et dont il connaissait déjà les propriétés, mais mieux valait pour le Nomura s’atteler à la tâche sous un toit, à l’abri de l’humidité et sur des surfaces planes accompagnées d’outils que dehors. Ne perdant pas un instant, le jeune homme se pressa de déballer de son paquetage et de ses sceaux ce dont il avait besoin, mettant rapidement à chauffer un bon litre d’eau au-dessus du fourneau toujours alimenté en braises ardentes. Toutes ces manipulations, ne put-il s’empêcher de penser, auraient été beaucoup plus simples avec ses deux mains, mais jour après jour, avec la résignation permise par son esprit clair, Ieyasu parvenait toujours un peu plus à se débrouiller dans les manipulations rapides et précises que requerrait la préparation de ses mixtures. Broyant les feuilles de lotus bleu à l’aide d’un mortier et d’un pilon, y ajoutant un peu d’huile qu’il trouva sans mal au fond de la cuisine pour lier la consistance, l’herboriste en herbe se hâta de verser un peu d’eau brûlante après avoir ajouté les vesse-de-loup pour amener les effets de son remède de fortune à leur plus haut niveau d’efficacité.

Et d’une, se dit-il ensuite en stockant le produit de son labeur dans une fiole. Le mélange manquait de puissance, mais c’était le mieux qu’il pouvait produire avec les ingrédients à sa disposition, et le Nomura n’était définitivement pas prêt à expérimenter à l’aveugle avec d’autres composés de sitôt. Ce premier onguent préparé, le bretteur se hâta d’en produire d’autres pour parer à toute éventualité, et libéra l’établi quelques quarante minutes plus tard.

« Merci pour le petit passe-droit, lança-t-il presque gaiement à la tenancière en lui passant devant.
- De rien mon garçon, de rien... »

D’un pas leste mais malgré tout chargé d’émotions quelques peu conflictuelles, Ieyasu se remit donc en route, direction… Iwa.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892

Sur la Voie IV

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: