Soutenez le forum !
1234
Partagez

Affiliation concomitante [Musashi]

Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Sam 26 Juin 2021 - 23:21
Le temps. La seule et unique ressource, entre toutes, qui leur filait entre les doigts sans qu’ils ne puissent rien y faire. Et à penser que le seul être capable de braver cette constante universelle était leur ennemi juré, celui qui avait promis leur disparition avec celle du Chakra, il y avait pour Yanosa matière à éprouver un niveau de frustration qui frôlait la stratosphère.

Les hauteurs du ciel. C’était en les tutoyant, d’ailleurs, que l’Oterashi avait entrepris le voyage qui devait le mener, juste à temps, jusqu’aux contrées de la Griffe. Le pays même où, de son propre aveu, Sakaze Tôsen avait enjoint tous ceux qui croyaient en sa cause à le rejoindre. Croisant dans les cieux, son corps si léger que les brises aériennes lui permettaient périodiquement d’accélérer sans effort vers sa destination, le Tellurique eut tout le temps de réfléchir et de ressasser, pour le meilleur et pour le pire, durant le trajet qui devait le mener au point de rendez-vous qu’il avait fixé à Musashi. Iwa… Il considérait cette cité comme le berceau de sa renaissance, l’emblème vivant de ce qu’il était et de ce pour quoi il se battait. Un coeur battant où les maîtres du chakra côtoyaient sans distinction de classe les artisans, commerçants, roturiers et familles de tout bord. Il voulait, envers et contre tout, continuer de reconnaître en chacune de ces facettes une part de lui, continuer de se percevoir dans le reflet de toutes ces vies qu’il défendait, qui le constituaient, en un sens, en lui donnant un but. Un point de départ à son ambition de pouvoir, un jour étendre et faire profiter des bienfaits du Chakra à des civilisations entières.

Mais entre lui et l’accomplissement de ce rêve fou, un homme subsistait. Un homme duquel, pour autant qu’il sache, il était peut-être même en train de se rapprocher en ce moment même.

Mais ce jour-là, ce n’était pas pour partir en chasse que se déplaçait l’Oterashi si loin des terres qu’il foulait d’ordinaire, et si il espérait bien ne pas repartir les mains vides, figurativement parlant, ce n’était pas le scalp de Tôsen qu’il convoitait. Naviguant tant dans les rayons naissant du soleil qui lui balayèrent le flanc que dans les nappes brumeuses de haute altitude, le guerrier tout de bandages recouvert investissait cette fois de son temps – peu il l’espérait – pour s’assurer autant du sort d’un camarade, que de l’utilité qu’il pourrait revêtir pour sa cité. Deux choses, à dire vrai, qui pouvaient se trouver liées d’une façon ou d’une autre, dépendant de la façon dont allaient tourner leurs échanges.

Au crépuscule de cette journée complète de voyage céleste, alors que la pénombre commençait à envelopper l’air ambiant, Yanosa reconnut le relief qu’il avait repéré en amont sur une carte, et près duquel devait théoriquement se trouver l’emplacement prévu. Arborant la trajectoire de descente qu’aurait pu adopter un véritable grand rapace, camouflant son énergie au cours de cette phase d’approche délicate, le guerrier sans visage rejoignit alors le niveau du sol dans un léger souffle d’air compressé par son atterrissage. A nouveau en contact avec le sol, qui pouvait lui renvoyer toutes les informations dont il pouvait avoir besoin pour sentir approcher toute entité terrestre, l’Oterashi se dirigea alors à pieds vers le point précis de la latitude qu’il avait communiqué à Musashi. De cette rencontre, de ces retrouvailles même, dépendait peut-être peu sur le papier, mais le guerrier calciné pressentait que d’autres choses pourraient être en jeu.

Spoiler:
 

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han Musashi

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Dim 27 Juin 2021 - 18:50
Tsume no Kuni, Automne 204.
La Vallée des Ombrages.


Laissant provisoirement la gestion de ses affaires à ses fidèles partenaires, l’épéiste fonça de bon matin en direction du pays des griffes. Il ne s’y rendait non pas pour des vacances ni pour traquer qui que ce soit, mais plutôt pour retrouver un camarade. Un ancien camarade. C’était ce qu’était, en effet, l’Oterashi, auprès qui il avait appris beaucoup de choses, des choses sans lesquelles il ne serait peut-être plus en vie aujourd’hui, mais aux côtés de qui il avait aussi combattu pour le salut de la cité de la roche. En outre, Yanosa l’avait aussi couvert à la suite de son départ de la cité pour traquer Ryuma, son grand-père, son pire cauchemar. Tant de choses s’était produites depuis cette décision, depuis ce départ duquel il ne rentrera plus...

Vêtu d’une légère armure et équipé de ses deux armes autour de la taille, une large et longue cape rouge encapuchonnée dissimulait le tout et le protégeait des retombées d’une infernale tempête de sables, qu’il tentait tant bien que mal de contourner. Le désert et ses caprices, il s’y était fait désormais, mais il avait tout intérêt à ne pas manquer de vigilance car, un petit faux pas pouvait parfois engendrer de lourdes conséquences.

Des heures plus tard, après avoir bravé les tempêtes et combattu ces immondes vers de sable géants, Musashi atteignit la frontière des pays de griffes. Il put, pour la deuxième fois, contempler le petit territoire de ce pays qui servait apparemment de fief à l’homme au chapeau. Alors que la lumière du soleil cédait peu à peu sa place à la clarté du crépuscule, le Kazejin se déplaçait en se faisant le plus discret possible. Muni de sa carte, il s’orienta et trouva le point de rendez-vous indiqué par celui qui incarnait la volonté de la roche.

Quelques arbres, pour la plupart desséchés, ainsi que des rochers, dont certains portaient encore les stigmates des guerres passées, constituaient en partie le lieu du rendez-vous. Après un mudrâ, le Han fit apparaître deux doubles de lui-même et leur ordonna de surveiller les environs. Les clones s’exécutèrent en s’enfonçant dans la pénombre, tandis que l’original se hissait au-dessus de l’un des rochers, qui lui donnait une vue sur toute une partie du pays. L’ombre de quelques silhouettes projetée par des feux de camps et trahie par une agitation palpable l’invitait à la vigilance, bien qu’une certaine distance semblât malgré tout le maintenir de ce qui avait tout l'air d'une horde de mercenaire.

Alors qu’il contemplait toujours l’horizon en attendant l’arrivée de Oterashi, le Han sentit soudainement une présence derrière lui, l’obligeant à se retourner. S’il songea naturellement à son camarade, l’apparence de l’individu qui se manifestait le fit douter au point qu’il se vit contraint de poser la main sur son arme.

« … Yanosa ? » Fit-il, lorsqu’il put regarder le visage du colosse de plus près.

C’était bel et bien l’Oterashi, il était simplement devenu méconnaissable. Autant le samouraï savait à quel point le guerrier aimait le goût du risque, autant là les blessures qu’il voyait dépassait pour ainsi dire l’entendement.

« Le singe n'est pas allé des mains mortes à ce que je vois. » Se contenta -t-il, alors qu’il retirait sa main de son arme.

Il lui laissa le soin de développer, de le corriger ou non.

Il se décala ensuite légèrement avant de se retourner pour porter son regard vers l’horizon, invitant implicitement son ancien camarade à faire de même…

Spoiler:
 

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Dim 27 Juin 2021 - 22:49
Posté sur un piton rocheux d’où il pouvait à la fois garder une préhension sensorielle maximale sur la zone et où il pourrait se faire repérer par celui qu’il était venu retrouver, l’Oterashi resta accroupi un long moment, scrutant l’obscurité grandissante et surtout, absorbant les innombrables informations que lui rapportaient ses sens telluriques. Si la distance à couvrir pouvait être sensiblement la même pour lui que pour son ancien coéquipier, la traversée d’un désert à pied pouvait légitimement s’avérer beaucoup plus chronophages et pleine d’embûches qu’un simple vol en ligne droite, qui s’affranchissait de tout obstacle, jusqu’aux sommets même des montagnes. Aussi fut-il patient, et était prêt à accorder à Musashi le plein et entier intervalle qu’il lui avait donné dans sa dernière missive. Cependant, à en juger par les signaux qu’il se mit à capter une poignée d’heures après son arrivée, le bretteur n’allait pas le faire attendre jusque là.

Trois individus. Yanosa, de prime abord, crut à une embuscade, ou à un malheureux hasard qui aurait pu mener trois âmes égarées jusque dans ces collines austères et inhospitalières, même si la probabilité d’un tel événement était particulièrement faible. Déployant dès lors une autre partie de ses sens affûtés, le guerrier tout de bandages recouvert vérifia alors la signature énergétique des trois humanoïdes qu’il avait repéré. Identiques… et surtout très familières. C’était bien lui, à n’en pas douter. Se redressant du piton rocheux, l’Oterashi fit quelques pas feutrés en direction de l’homme de tête de la formation qu’il avait repéré, contournant comme par une déformation professionnelle qui cantonnait à l’efficacité l’angle de vu initial de son comparse. Bien assez vite, toutefois, ce dernier le repéra… et le reconnut. Plus ou moins.

« C’est bien moi, Musashi. »

Des mots qui auraient pu être rassurants, si celui qui les avait prononcé n’avait pas ressemblé à une momie à la carrure imposante et monolithique. D’une oeillade, il remarqua la main prête à dégainer, puis la vit se déporter sur le côté. Attentif, il l’était certainement, car quel qu’ait pu être le passif qui existait entre lui et Musashi, les deux soldats ne s’étaient pas revu depuis plus d’un an à présent.

« … Je n’ai pas manqué de lui rendre la politesse, crois-moi.

… Des clones à toi ? Ils feront des sentinelles idéales. Même si je gage que nous n’en aurons pas pour très longtemps.
 »

D’un pas lourd et lent, le guerrier de pierre alla s’installer contre un relief d’où il pouvait encore observer l’horizon sur le côté. Voler sur une si longue distance s’était révélé énergivore comme toujours, et son métabolisme ne refuserait certainement pas un peu de repos si il lui était possible de lui en prodiguer.

« … Hm, par où commencer. Quand Oden m’a dit que tu étais parti chercher Ryuma à Kaze… J’avoue que j’ai craint le pire, mais… Te voilà. J’imagine donc que ta croisade a pu trouver une fin heureuse, en fin de compte. »

Un préambule qui aurait presque pu sonner concerné et attentionné, surtout pour quelqu’un ayant connu l’Oterashi de longue date comme c’était le cas de Musashi. Le soldat de la Roche, en vérité, venait là d’utiliser toute la part d’optimisme qui pouvait encore se trouver en lui.

«  Écoute, je ne vais pas y aller par quatre chemins : que tu te sentes lié à Iwa ou pas m’importe peu, surtout maintenant. Ce que je veux savoir… c’est si à la lumière de tout ce qui s’est passé depuis notre dernière rencontre, tu te trouves engagé dans la même lutte que moi ou pas. Que tu la livres ici, à Jôheki ou à Kaze je m’en fous. Des Hommes ont pourfendu l’un de ces soit-disant « Dieux », au Pays du Vent. Je suis moi-même passé à deux doigts de réussir, à Iwa, à étendre toutes les tripes de Yonbi sur le pavé. Nous pouvons exterminer ces bêtes d’un autre temps. Mieux encore… Nous pouvons tuer cet homme, qui se présente comme le messie omnipotent et prétend pouvoir nous dicter comment vivre nos vies.

La question que je vais te poser, j’exige que tu y répondes clairement. Musashi… Te battras-tu, contre Tôsen ? Te battras-tu… pour éradiquer ces divinités factices ? Car le reste, je te le dis… Le reste, pour moi… n’a vraiment plus autant d’importance. Je suis las des jeux de pouvoirs. Las de voir la lâcheté et la faiblesse se répandre... 
»

L’amertume était palpable dans les paroles du Tellurique, mais sa détermination et sa résolution l’étaient tout autant, prouvant si il en était besoin au bretteur aux cheveux or que son ancien coéquipier, si il avait certainement subi certaines transformations… était toujours la même tête de mule invétérée qu’auparavant.

Techniques utilisées



_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han Musashi

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Lun 28 Juin 2021 - 20:40
Tsume no Kuni, Automne 204.
La Vallée des Ombrages.


« Je n’en doute pas. » Rétorqua le samouraï.

Il connaissait bien le guerrier, qui était du genre à prendre tous les risques nécessaires, pourvu qu’il puisse produire des résultats. D’ailleurs, à le regarder de plus près, avec toutes ses brûlures, c’était comme s’il revenait tout droit de l’enfer, comme s’il était aller de lui-même chercher ce dieu singe qui sommeillait dans les entrailles volcaniques de la roche. Alors, oui, il le croyait sur parole lorsqu’il lui disait qu’il n’avait pas manqué de rendre la pareille à la créature antique.

Sur la présence des clones qui quadrillaient la zone, le samouraï confirma d’un petit hochement de tête que c’était bien son œuvre, avant qu’ils ne se tournent finalement tous les deux vers l’horizon. L’Oterashi commença alors par une brève introduction, évoquant la raison du départ du Kazejin, qui lui aurait fait craindre le pire, avant de supposer, à partir de sa présence, du possible aboutissement de sa quête personnelle. C’était à peu près ça oui, à quelques détails près certes, mais c’était bien résumé, songea l'épéiste.

« On peut dire ça oui. » Répliqua l’enfant du désert.

L’Oterashi put alors entrer dans le vif du sujet. Il lui fit en effet comprendre qu’il n’était pas là pour le convaincre de retourner à Iwa. Non, il l’avait convié pour autre chose, quelque chose de plus important, à en juger par la tournure que prenait ses paroles. Relevant et tournant légèrement la tête, le Han regarda un instant son vieil camarade, curieux de connaître la suite de ses propos. C’était alors qu’il apprit, avec un brin de surprise, que le guerrier calciné souhaitait éradiquer ces créatures antiques, dont beaucoup convoitaient, ou convoiteront tôt ou tard, la force. L’Iwajin les savaient donc désormais mortels, sans doute grâce aux exploits des Kazejins qui avaient retentit aux quatre coins du globe. Quoique il déclara avoir lui-même failli accomplir une telle prouesse ; mais les autres Iwajins l’en avaient sans doute empêcher, songeait l’enfant du soleil.

Finalement, après ses révélations sur ses objectifs, l’Oterashi interpella le samouraï et lui demandait ce qu’il en était pour lui. Non, il exigeait une réponse claire sur ce qu’il comptait faire le moment venu. Combattra -t-il Tôsen et contribuera -t-il à l’éradication de ces créatures que beaucoup qualifiaient de « dieux immortels » ? C’était les deux interrogations auxquelles Musashi devait répondre. Agréablement surpris par la tournure que prenait cette petite entrevue, le Han tourna une seconde fois la tête vers son camarade pour lui répondre.

« C’est dommage que tu ne sois pas parvenu à en venir à bout du singe... Cela nous aura épargné des considérables efforts à l’avenir… » Commença -t-il, laissant ainsi entrevoir sa position sur les interrogations de son interlocuteur. « Tu sais, je l’ai vu tombé, le dieu du désert. Certes un peu de loin. Mais j’ai vu de quoi il était capable et comment il s’est évaporé dans le désert.

Aussi, depuis que j’ai découvert qu’ils pouvaient être blessés et tués, je me suis fait la promesse de me préparer à les affronter et les exterminer. Alors, oui, pour répondre à ta question, je compte vigoureusement lutter contre ces fléaux, et si cela m’attire tôt ou tard les foudres de ceux qui les convoitent à d’autres fins, alors je les considérerais aussi comme mes ennemis.
» Reprit-il, en plongeant ses iris flamboyant dans ceux du guerrier.

Cela pouvait sonner un peu prétentieux, mais il y croyait, après tout il n’était pas seul. Il comptait bien s’en donner les moyens et déployer, le moment venu, tous les efforts possibles pour faire disparaître ces abominables créatures. Kaze avait failli se faire entièrement engloutir une fois, cela ne devait pas se reproduire, songeait-il. En l’occurrence, le meilleur moyen de s’en assurer, c’était simplement de faire disparaître ces bêtes, qui, il n’y avait pas encore longtemps, étaient relégués au rang de mythes. Qu’elles redeviennent donc des mythes pour les générations futures !

Quant à l’homme au chapeau… Et bien il était à l’origine de l’éveil des ces calamités. C’était une raison suffisante pour mesurer le danger qu’il représentait. Si Musashi avait trouvé, par le passé, son projet quelque peu louable, il ne pouvait accepter l’idée qu’un seul homme se présente comme le messie de l’humanité et détermine le destin de tous.

« Quant à Tôsen… Eh bien, ce n’est pas à lui de déterminer mon destin ni celui des miens, et encore moins celui de l’humanité. Alors, oui, nulle doute que le moment venu je ferais partie de ceux qui se dresseront face à lui, pour Kaze et pour l’humanité ! » Déclara -t-il, en plongeant de nouveau son regard dans celui de son ancien camarade.

Si, en fin de compte, le projet et la détermination du guerrier ne l’étonnait point, c’était sa démarche de venir jusqu’à lui, pour y trouver peut-être un potentiel allié, qui le faisait s’interroger. Il laissa néanmoins cela de côté pour le moment, c’était à vrai dire assez secondaire. Il y avait plus important, comme ce qu’il était advenu du singe, entre autres...

« Qu’est-il finalement advenu de Yonbi ? » Glissa -t-il, le regard cette fois-ci tourné vers l’horizon. « Tu sembles plus optimistes que tout ceux que j’ai côtoyé sur la possibilité de tuer Tôsen. » Ajouta -t-il, en tournant la tête vers l’Oterashi pour savoir si cela reposait sur quelque chose ou non. « Tu sais, concernant les dieux, nous ne serons pas beaucoup à vouloir les éradiquer. Les shinobis sont déjà obnubilés par les pouvoirs que ces êtres peuvent leurs conférés. Ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour s’en accaparer car, s’il s’agit pour eux d’un moyen à court terme de combattre Tôsen, c’est aussi la meilleure façon pour eux d’assurer leur hégémonie sur le long terme. Je ne t’apprends rien. Alors, si tu es prêt à prendre le risque de te les mettre à dos, saches que tu as déjà un allié, mais il faudra aussi continuer à en trouver d’autres… » Conclut-il, laissant alors la parole à celui que le destin avait de nouveau remis sur son chemin.


_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Mar 29 Juin 2021 - 10:12
Les bras croisés sur son poitrail et le dos reposant sur la fraîcheur d’un massif rocheux sur le côté, le guerrier enrubanné eut du mal à contenir son impatience regardant la réponse qu’allait lui formuler le Han. Car de cette réponse dépendait en réalité tout ce pour quoi il s’était déplacé jusqu’ici en premier chef, et si celle-ci n’allait pas dans le sens qu’il attendait, alors l’Oterashi aurait perdu un temps précieux. Un temps qu’il ne récupérerait jamais, et qu’il ne pourrait plus investir dans quoi que ce soit : autant dire, pour un maniaque de l’efficacité tel que lui, que la déconvenue aurait été de taille, surtout dans le contexte qui l’occupait activement à Iwa. Cependant, dès les premiers mots du bretteur aux cheveux or, un subtil frisson de satisfaction commença à lui parcourir l’échine.

Non, il ne serait effectivement pas venu ici pour rien.

Pendant une période de temps non négligeable, Yanosa avait côtoyé Musashi dans la cité de la Roche. En tant que camarades, en tant que rivaux et en tant que frères d’armes, les deux jeunes hommes s’étaient poussés l’un l’autre à s’améliorer et étaient finalement resté éloignés, en ce temps là, de tous les jeux politiques et de pouvoir qui pouvaient se jouer au-dessus de leur tête. Après une séparation si longue toutefois, le Tellurique avait préféré se préparer au pire en revoyant de visu l’épéiste expert, et avait envisagé chez lui des mutations qui auraient pu drastiquement changer sa perception du monde ainsi que ses projections pour celui-ci. Force était de constater, cependant, que loin d’avoir scindé leurs vues sur des sujets aussi incontournables et importants, leurs expériences respectives n’avaient fait que les rapprocher.

« ...Voilà une résolution qui fait plaisir à entendre », se contenta-t-il de répondre dans un premier temps au Han.

Pour autant, le guerrier de pierre ne se départit pas de la mine lugubre et impassible qui semblait pour autant qu’on puisse en juger gravée dans ses traits. De relâchement et de satisfaction véritable, il ne pouvait s’autoriser que de fugaces manifestations, considérant la situation dans laquelle il se trouvait et les objectifs qu’il s’était fixé. Musashi était pour l’éradication des créatures de Chakra, et opposé à la main mise que souhaitait obtenir Tôsen sur leur destin : une bonne chose, assurément. Mais lui comme son ancien coéquipier savaient qu’il ne s’agissait là que d’un préambule. Une introduction théorique, pour ainsi dire, aux sujets qu’ils allaient devoir à présent aborder. Et avec une subtilité qui aurait pu passer inaperçue aux yeux d’un non initié, ce que n’était certainement pas Yanosa, le bretteur fut finalement le premier à tenter de s’enquérir d’informations cruciales sur ce qu’il était advenu de Yonbi et sur Tôsen lui-même. Brièvement, l’Oterashi eut un rictus, hochant simplement et légèrement la tête en signe d’approbation aux dires suivant de Musashi.

« … Yonbi a été scellé dans un soldat iwajin. A un homme qui est affiché comme un déserteur et qui officie pour le compte d’un autre pays, je ne pourrai rien dire de plus vus les enjeux, mais… nous y reviendrons. Quant à Tôsen… Hm. »

Il marqua une pause en regardant à son tour l’horizon, puis revenant braquer les braises qui lui servaient d’iris dans celles de son ancien camarade.

« … Disons qu’il a voulu payer une visite de courtoisie à Iwa, et que notre hospitalité n’a pas été à son goût… Pour faire simple, il a débarqué par un portail pour sauver l’un de ses Lieutenants, et a pu repartir par le même moyen… après que nous l’ayons privé de son bras gauche. »

Lâchée de façon anodine, l’information pesait malgré tout très lourd dans la balance. D’entité hors norme et imbattable, l’Homme au Chapeau avait été ramené à ce qu’il était : un Homme. Et ce changement de paradigme, aussi insignifiant pouvait-il semblait, pouvait en réalité tout changer.

« Un bien maigre accomplissement vues les ressources employées… Mais à ceux qui pourraient clamer que Tôsen est intouchable, nous pouvons désormais dire… que leur idole ou leur némésis n’a rien d’un Dieu, et qu’il peut connaître la défaite. »

D’une impulsion du dos, Yanosa s’écarta du massif rocheux et fit quelques pas entre Musashi et l’horizon obscur qu’ils oeillaient tout deux à intervalles réguliers, faisant peser chacun de ses pas dans une expression naturelle de sa résolution.

« Tôsen a expliqué son plan au monde entier. Ceux qui pensent encore que sceller les bêtes à queue peut les aider à le vaincre sont des idiots : ils se contentent de jouer le plan de leur ennemi, sans se questionner ni se pencher sur les véritables solutions à leurs problèmes. Heureusement, même au sein des villages, tous ne sont pas dupes. Ton ancien mentor, notamment… lâcha-t-il avec un regard sur le côté.

… La question de savoir si nous sommes lancés sur la même trajectoire, toi et moi, a trouvé sa réponse. Mais parce qu’il faut aussi jouer avec les règles avant de penser à les briser… il y a une autre question, de forme celle-là, que nous devons élucider. »

Le Tellurique se planta cette fois droit face au samouraï, les bras le long du corps, ses yeux ardents plongés dans les siens.

« … Iwa te recherche. Ce n’est pas de moi qu’ils obtiendront ta localisation, mais si ils s’en donnent les moyens, aucun doute qu’il arriveront à remonter jusqu’à toi. Il va donc falloir leur donner un os à ronger, un os qui leur passera l’envie de gaspiller des ressources à te traquer. Je te connais, Musashi. Tu as un coeur honnête, un code d’honneur. Ce que tu fais à Kaze, sans l’ombre d’un doute, jouera dans la stabilité de ce pays, de sa capitale où mon messager t’a retrouvé. La Roche a eu ses démêlées par le passé, avec des agents de l’ombre qui officient à Taiyô et ses environs… Tu vois où je veux en venir ? »

Il laissa un bref instant au Han pour tenter de voir où ses projections pouvaient bien le mener avant de reprendre.

« … Iwa n’est plus rien pour toi. Mais en te déclarant agent déporté et en leur faisant parvenir régulièrement un rapport sur ce qui se passe à Kaze, tu t’offriras l’assurance qu’ils n’enverront personne à tes trousses. En ce qui me concerne, du moment que tu ne cherches pas à les désinformer, tu peux bien trier les informations que tu donnes selon ton bon plaisir, mais songe aux bénéfices. Nous n’avons pas besoin de tensions inutiles entre les grandes nations. Maintenant encore moins que jamais. »

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han Musashi

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Ven 2 Juil 2021 - 20:37
Tsume no Kuni, Automne 204.
La Vallée des Ombrages.


Alignés sur ce qu’il convenait de faire de ces créatures appelées « dieux » et sur la nécessité de combattre Sakaze Tôsen, alias l’homme au chapeau, les deux camarades poursuivaient en entrant un peu plus en profondeur, à commencer par Musashi qui cherchait naturellement à glaner quelques informations sur Yonbi. Seulement, comme il s’y attendait, le guerrier calciné se contenta de lui confier que le singe avait été scellé dans un soldat Iwajin, information que n’importe qui aurait pu deviner. Ainsi, il ne lui donnera pas le nom de ce soldat, et ce notamment du fait du nouveau statut du Kazejin. Logique.

Hochant d’un léger signe de tête, le Han laissa son ancien camarade poursuivre sur l’homme au chapeau. C’était ainsi qu’il apprit que Tôsen avait récemment débarqué à Iwa pour sauver un de ses lieutenants avant de repartir avec… un bras en moins. Oui, un bras en moins. On parlait bien de Tôsen, celui que tout le monde craignait et pensait plus ou moins invulnérable. Il était reparti de la cité de la roche avec un bras en moins. Si le faciès du samouraï demeurait en apparence toujours stoïque, le simple fait de retourner sa tête vers le clairvoyant témoignait tant de sa surprise que de sa curiosité.

L’Oterashi estimait quant à lui l’exploit bien maigre compte tenu des ressources qu’ils avaient déployé, mais cela aura eu le mérite de dévoiler une information capitale, à savoir : que Tôsen n’était pas intouchable, qu’il n’avait rien d’un Dieu. Autrement dit, s’ils s’en donnaient les moyens, ils pourraient le vaincre. Voilà une information qui ne faisait que renforcer davantage la détermination du fils du désert.

Roulant lentement des yeux pour suivre les mouvements de son ancien camarade, le samouraï entendit l’avis du guerrier écarlate sur la position des institutions ninja, qui se bornaient à traiter le problème à l’envers. Seulement, à l’image de l’Oterashi, tous n’étaient pas d’avis pour suivre scrupuleusement les règles et jouer au jeu voulu par Tôsen. Au sein de la cité de la roche, l’éclair vert, l’ancien mentor du Kazejin, était également de ceux qui souhaitaient traiter le problème autrement, d’après les confidences du calciné...

« Je vois. C’est bon à savoir. » Glissa finalement Musashi, l’air visiblement songeur. « Mais, dis-moi, qu’est-ce que ce lieutenant recherchait à Iwa ? Et Tôsen… Dis-moi tout ce que tu peux me dire sur ses facultés. Plus j’en saurais, mieux je pourrais me préparer à l’affronter. » Ajouta -t-il, en regardant l’Iwajin dans les yeux.

Si dans ses propos il s’en était tenu à l’essentiel, Musashi ne considération pas moins qu’il ne fallait pas minimiser l’exploit réalisé par les Iwajins, et ce quand bien même ils se seraient tous jeté sur Tôsen pour finalement ne lui arraché qu'un bras. Car, cet exploit, parce que oui c’en était bien un, signifiait qu’avec de la détermination, de la préparation et une bonne coordination, ils pouvaient blesser mortellement celui qui se pensait jusqu’alors invulnérable, ou tout du moins que tout le monde considération comme invulnérable.

Cependant, tous ceux qui avaient combattu Tôsen lors de son incursion à Iwa, ainsi que le samouraï, savaient désormais que l’hôte du démon à cinq queues se savait vulnérable. En d’autres termes, Tôsen s’efforcera d’une manière ou d’une autre de combler ses lacunes pour les prochaines échéances. Dans tous les cas, il ne restait pas moins un homme… Oui, un homme, avec des pouvoirs dépassant probablement l’entendement, mais bien un homme.

Quoi qu’il en fût, après ses révélations et les interrogations du samouraï, l’Oterashi jugea bon d’aborder un autre point, qui trouvait visiblement plus d’importance à ses yeux que ceux de Musashi. Il s’agissait en effet de la « désertion » du Kazejin et du fait que la cité de la roche soit à sa recherche. Détournant le regard pour le jeter vers l’horizon, l’enfant du désert laissa son camarade développer et voir finalement ce qu’il lui suggérerait ou simplement ce qu’il attendait de lui. Le calciné lui fit alors une proposition pour le moins inattendue, le forçant à reporter ses pupilles sur lui, sans broncher. Musashi laissa en effet Yanosa aller au bout de son monologue sans l’interrompre, puis laissa quelques secondes de silence, sans doute pour y réfléchir, avant de lui répondre.

« Il y a une chose qu’il faut que tu saches : je ne me suis jamais caché d’Iwa et je n’ai pas l’intention de le faire. » Lâcha -t-il, dans un premier temps. « Si je comprends tes préoccupations et apprécie ta proposition, qui paraît de prime abord être un bon compromis pour gagner du temps, je n’ai toutefois pas l’intention de jouer aux espions ni prétendre en être un pour m’assurer qu’on ne me traque pas. Aussi, maintenant que je sais ce qu’il en est, je ferais le nécessaire pour clarifier ma situation. Laisse-moi faire. » Ajouta -t-il, en le regardant dans les yeux. « Si je ne souhaite plus avoir affaire aux autorités de la roche, il va sans dire que je n’exclus pas de collaborer avec toi, pourvu que cela ne porte pas atteinte à l’intégrité de Kaze, et si cela peut nous permettre de mieux atteindre nos objectifs communs ou d'assurer la protection de nos deux nations. » Conclut-il, laissant de nouveau la parole au clairvoyant.

Ainsi, c'était une collaboration officieuse qu'il lui proposait, dont chacun serait libre de faire profiter les siens des éventuels bénéfices ou non...




_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Sam 3 Juil 2021 - 15:02
« ...Jouer aux espions ? C’est tout le contraire que je te propose, Musashi. Tout le contraire... » fit-il en levant le bras sur le côté comme pour écarter l’idée.

La frilosité du bretteur aux cheveux d’or, il l’avait bien sûr anticipée. Qui en effet, dans ce genre de contexte et nonobstant le passé commun partagé avec son interlocuteur, pouvait parvenir à prendre une décision pareille sans l’ombre d’une réflexion préalable ? Dans la forme, Yanosa décela sans mal un ersatz de langue de bois dans le discours du Han, mais nul doute que dans le fond, les deux jeunes hommes tout autant que les nations dont ils dépendaient respectivement partageaient les mêmes objectifs. Une certitude qui allait aider, le Tellurique l’espérait, à ce qu’il puisse repartir de ces contrées de perdition sans avoir le désagréable sentiment d’avoir perdu son temps.

« ...Si tu partages bel et bien mes vues sur ces soit-disant divinités, tu n’as pas pu passer à côté du sobriquet qui colle à la peau du nouveau Gouverneur de Taiyô. « Tueur de Dieu ». C’est accrocheur, surtout si c’est vrai. Mais le plus important dans ce surnom vient surtout du fait qu’il confirme que lui aussi, veut la fin de ces fausses idoles… »

Il marqua une pause en se retournant sur le fond de l’horizon obscur de Tsume, où se détachaient à peine quelques reliefs décharnés sans qu’aucune trace de civilisation ne vienne ponctuer les environs.

« Je ne veux pas essayer de jouer au plus malin avec toi, Musashi, et je n’ai pas envie non plus que nos pays s’amusent à le faire entre eux… Effacer les conflits de la surface du Yuukan est une utopie déconnectée de la réalité, mais nous avons définitivement besoin d’un peu d’unité par les temps qui courent. Tu me dis que tu géreras toi-même ta relation avec Iwa : parfait. Mais quitte à agir dans la lumière et la transparence, faisons-le jusqu’au bout. Kaze et Tsuchi entretiennent déjà des relations commerciales en plein essor : à nous de faire en sorte que cette entente s’étende à d’autres domaines.

Cet Ashina Mitsuhide… j’imagine que tu le connais, n’est-ce pas ? Tu ne peux pas parler en son nom, ni moi en celui d’Iwa ou de Tsuchi, mais si notre entente à tous les deux peut servir de passerelle à de plus grands intérêts, c’est notre devoir de le faire, et c’est pour cette raison… que je te dirai dès maintenant ce que je peux.
 »

Le Tellurique stoppa son mouvement en se plantant de trois-quart par rapport au bretteur, le fixant à nouveau dans les yeux.

« ...Les Lieutenants de Tôsen, Reijirô le nécromancien et Yamanaka Rei, nous ont attaqué pour pouvoir mettre la main sur Nara Alderan. Un ancien révolutionnaire, éminent tacticien, exécuté par Akimoto à l’époque à Iwa même. Un plan, malheureusement, qu’ils ont réussi à mener à bien.. mais pas sans l’intervention de leur leader.

Comme je te l’ai déjà dit… Tôsen est arrivé pour sauver Rei d’une mort assurée. Et quand je dis qu’il est arrivé, je veux bien dire qu’il est apparu d’un seul coup par un portail noir duquel il est sorti… Ses facultés… sont à l’image de ce qui nous en avait été rapporté. Il peut littéralement stopper le temps autours de lui… et rembobiner toute technique qu’il est en mesure de percevoir. La seule faille que nous avons pu révéler chez lui… est qu’il reste sujet à la causalité. Il peut voir le futur, c’est une évidence… mais il ne peut apparemment pas visualiser les changements qu’il provoque lui-même dans son propre avenir, pas en situation de combat en tout cas.

Exploiter une telle « faiblesse »… est encore plus compliqué en pratique que ça ne l’est sur le papier, mais c’est la seule que nous lui connaissons.
 »

Yanosa se tut et se détourna en croisant les bras sur son poitrail, songeur.

« ...Tant que je n’aurai pas de quoi attester de la bonne foi du Gouverneur en retour de ces renseignements que je t’ai donné, tu veilleras à ce que leur source ne s’ébruite pas, ça va de soit. Kaze et Tsuchi peuvent faire front ensembles, je n’ai presque aucun doute là-dessus, mais les prémisses d’une telle entente sont souvent fragiles… Tout comme peut l’être la main mise sur le pouvoir de Mitsuhide en ce moment à Taiyô, j’imagine. Si il partage tes valeurs, je suppute qu’il aimerait pouvoir se débarrasser des ombres qui rôdent à Kaze, notamment à la Porte du vent de l’Est…

Le clan Kurogo, ces marionnettistes… ils risquent d’être un problème ?
 »

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han Musashi

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Mer 7 Juil 2021 - 22:42
Tsume no Kuni, Automne 204.
La Vallée des Ombrages.


Le Kazejin s’était visiblement mépris sur les intentions de son interlocuteur. Ainsi donc, Yanosa ne voulait pas faire de lui un espion pour le compte de la roche ni qu’il prétende en être un, cela avait au moins le mérite de clarifier ce petit malentendu.

Laissant le guerrier rouge poursuivre son monologue, Musashi l’écouta rebondir sur la personne du gouverneur de Taiyô, Ashina Mitsuhide, aussi connu sous le titre de « tueur de dieu ». L’Oterashi fit en effet le rapprochement entre leur objectif commun et la réputation du gouverneur, qui laissait penser que lui aussi souhaitait l’éradication des Bijuu. Si le samouraï ne pouvait confirmer ou infirmer cette déduction, il allait sans dire que dans le fond il pensait la même chose que son camarade. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il s’était récemment rapproché de l'ancien esclavage, au destin hors du commun, pour lui proposer ses services…

« C’est ce que je crois aussi. » Finit-il par rétorquer.

Laissant de nouveau la parole à l’Iwajin, celui-ci clarifia un peu plus sa position, concédant par ailleurs au Han, comme il l’avait demandé, la gestion de sa relation avec la cité de la roche. Voilà qui avait le mérite de faire avancer les choses. Yanosa poursuivit en mettant, cette fois-ci, en exergue les relations commerciales entre Tsuchi et Kaze, dont l’enfant du désert n'avait pas forcément connaissance, pour mieux présenter ses desseins. A l’écoute, Musashi opina naturellement de la tête lorsque le calciné lui demandait s’il connaissait le gouverneur, puis le laissa aller au bout de son monologue.

Si les intentions de l’Oterashi paraissaient désormais très claires aux yeux du samouraï, celui-ci se voulait malgré tout prudent. Il ne serait, évidemment, pas contre l’idée d’une normalisation des relations entre Kaze et Tsuchi car, cela ne pouvait de prime abord qu’être profitable aux deux nations. Après tout, les tensions existantes entre les deux pays remontaient d’une époque qu’ils pouvaient, désormais, considérée comme révolue. Toutefois, pour avoir été Iwajin, ils savaient comment les politiciens de la roche songeaient. Il savait comment le Daimyô Tsuchijin avait tendance à agir contre les nations qui ne disposaient pas de village militaire. En outre, il savait aussi ce que les Kazejins pensaient de la roche… Autant de facteurs qui invitaient à la prudence.

Attaché à cette collaboration naissante, qui s'étendait visiblement au-delà de leur objectif initial, l’Oterashi daigna répondre aux interrogations du Han, notamment pour lui témoigner de sa bonne foi. Chose que le samouraï saura évidemment s’en souvenir. Ainsi, il apprit beaucoup de choses pour le moins importantes, mais pas forcément réjouissantes. Entre les têtes pensantes du Yoake détenues par Kâtenshêdo, le corps de l’impératrice et de Kuuli, la cheffe du clan Asaara, tombés entre les mains de l’ennemi, il fallait désormais compter celui de Nara Alderan. Ça se trouve, il y en avait beaucoup d’autres cadavres récupéré par les lieutenants de Tôsen et dont ils n’avaient pas forcément connaissance, songeait Musashi, le regard perdu vers l’horizon. A cela s’ajoutait les facultés de l’homme au chapeau dont la seule faiblesse connue était qu’il ne pouvait prédire les conséquences que ses propres actions pouvaient avoir sur lui. Au moins ils savaient cela désormais, songeait le Han pour rester optimiste, qui avait parfaitement conscience que ce ne sera pas aussi évident à exploiter en pratique qu’on pouvait le croire…

« Je me doute. Mais au moins il a un point faible. Si, à nous tous, nous n’arrivons pas à l’exploiter pour le vaincre, alors c’est peut-être que nous ne méritons pas préserver notre chakra. » Finit-il par glisser, en haussant légèrement les épaules. « Ainsi, ils continuent de piller les tombes. Ils détiennent également le cadavre de l’ancienne impératrice, j’imagine qu’ils continueront, tant qu’ils le peuvent, pour former la plus grande armée possible… » Ajouta -t-il, plus en guise de commentaire qu’autre chose.

Reijirô et Rei, deux têtes que les Shinobis avaient tout intérêt à couper avant le début de la bataille finale, mais force était de constater que leur attention était, pour le moment, ailleurs, du moins concernant les Kazejins qui avaient déjà beaucoup affaires.

L’Oterashi informa toute de même le samouraï de sa volonté de ne pas être citer comme la source de ces renseignements, tout du moins pas tant qu’il n’aura pas de quoi attester de la bonne foi du gouverneur. Musashi opina naturellement d’un léger signe de tête, tout en le laissant conclure son monologue, qui démontrait que le calciné n'ignorait pas tout à fait les enjeux qui s’annonçaient dans le grand désert.

« Les Kurogo… Ce n’est pas impossible qu’ils soient un obstacle pour le gouverneur, en effet. Si c’est le cas, il fera le nécessaire, je n’en doute pas.

Je lui ai aussi récemment proposé mes services, à titre provisoire, il me sera ainsi plus facile d’agir pour aider le pays. Sinon, la main mise du gouverneur sur la capitale est plus importante que tu ne l’imagines. Il bénéficie de nombreux soutiens et a l’avantage d’être aimé par son peuple.

Concernant Tsuchi et Iwa, je crois que les Kazejins n’ont toujours pas digérer leur ingérence lors de la rébellion populaire. Depuis, rien n’a vraiment été fait pour arranger les choses, c’est même le contraire avec l’affaire dont tu as évoqué plus tôt... Je pense néanmoins que les deux pays auraient, aujourd’hui, tout à gagner à normaliser leurs relations. Si notre collaboration peut permettre de faire table rase du passé, on aura accompli une bonne chose pour nos deux nations.
» Glissa le Han, qui regardait les avantages d'une normalisation des relations entre les deux pays, surtout aujourd’hui avec toutes les menaces qui les guettent de part et d’autre.

Oui, inutile d’avoir d’autres ennemis ou d’autres tensions qui accaparent l’attention que ce que représentait Tôsen et ses sbires, songeait le samouraï.

« J’aborderais le sujet avec le gouverneur ou ses fidèles conseillers. Pour le reste, je crois que c’est inutile de nous projeter aussi loin pour le moment. » Ajouta -t-il, préférant s’en tenir à ce qui lui paraissait le plus plausible.

Pour le reste, si l’Oterashi attendrait probablement d’en connaître davantage sur le gouverneur, il allait sans dire que Musashi cherchera à obtenir quelques garantis avant de se projeter. Mais pour l’heure, ils en étaient loin...


_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Jeu 8 Juil 2021 - 12:14
Ne pas mériter le Chakra, voilà un concept auquel l’Oterashi eut initialement du mal à accorder du crédit, mais il était en définitive relativement correct dans sa finalité. Pour peu que Tôsen soit considéré comme une épreuve mythologique à surmonter pour tous les manieurs de chakra, comme un obstacle placé là par la main du destin, alors il leur appartenait en effet de se montrer à la hauteur du défi, même si l’argument pouvait être fait que le Chapelier n’était finalement qu’un Homme aux desseins particulièrement arrêtés. Mais Musashi, se dit-il, se plaçait là dans le rôle de l’historien qui contemplait l’Histoire : son rôle, tout au contraire, et à l’instar de celui de Yanosa, devrait se trouver au coeur de l’action pour qu’ils puissent espérer forcer le destin.

« ...Certainement. Les troupes de l’Humanité massées à Tsume ne sont qu’un leurre grossier, destiné à décrédibiliser encore un peu plus les shinobis en les incitant à s’attaquer à des populations entières sur la seule base de leur idéologie. L’armée de réincarnés que Reijirô a composé pour Tôsen, en revanche… C’est elle qui risque de causer notre perte. Et c’est donc ce nécromancien… qu’il faudra traquer en premier. »

Le guerrier tellurique fit une pause dans son raisonnement tactique, écoutant ce que le Han avait à lui répondre concernant l’uniformisation des relations entre Kaze et Tsuchi. Le terme « d’alliance » n’avait pas encore été lâché, mais les deux hommes savaient bien de quoi il retournait : si les deux pays pouvaient enterrer leurs anciens différents et se concentrer sur les bénéfices de leur association à différents niveaux, ils ne pouvait qu’augmenter leurs chances de voir naître le futur qu’ils espéraient et pour lequel ils s’étaient battus. Le bretteur comme Yanosa savaient que leur simple entente personnelle ne pouvait pas suffire, mais là où l’avis du second divergeait de celui du premier, c’était sur la nécessité de voir loin.

« Au contraire, Musashi. Il faut, anticiper. Je n’ai pas envie que des complots de bas étage viennent ruiner nos chances, là, maintenant, d’associer nos forces pour les combats à venir. Au-delà d’aborder le sujet, j’aimerais que tu le défendes autant que possible, si tu y crois autant que tu le dis. Laissons au moins à Tôsen la satisfaction… d’avoir provoqué sans le vouloir l’union des nations. »

Marquant une pause, le Chûnin de la Roche fit quelques pas sur le côté pour se positionner sur le flanc de Musashi.

« Quoi qu’il en soit… comme je le disais plus tôt, c’est sur le cas du nécromancien qu’il faut s’attarder en premier, et ce pour une raison simple… Le terrasser, c’est enlever à Tôsen la meilleure partie de son armée. Et, à supposer qu’il veuille empêcher ça en sauvant ce Lieutenant comme il l’a fait avec Rei… il nous fournira une nouvelle opportunité de le tuer, lui aussi. Et crois-moi quand je te dis que moi certains autres, à Iwa… nous sommes préparés à ça. Musashi. Tu as proposé ton aide à Mitsuhide, je l’entends… mais est-ce que moi et ces quelques autres… nous pourrons compter sur toi, pour nous assister dans ce combat qui s’annonce ? Est-ce que je, peux compter sur toi ? »

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Han Musashi
Han Musashi

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Ven 9 Juil 2021 - 19:31
Tsume no Kuni, Automne 204.
La Vallée des Ombrages.


Le Han opina de la tête.

Il n’y avait, en effet, pas besoin d’être un génie pour saisir la nécessité de traquer le nécromancien en premier. Les deux hommes le savaient. Tous les shinobis devaient le savoir. Maintenant, il fallait voir si, durant le prochain sommet de la coalition, auquel Musashi devrait à priori prendre part, les ninja aborderont et accorderont la priorité que ce lieutenant méritait. Sinon, le Han ne manquera sûrement pas de le leur rappeler.

En ce qui concernait les relations entre Tsuchi et Kaze, si le samouraï s’accordait à penser, d'un point de vue objectif, à l’instar de son camarade, qu’une normalisation des relations serait profitable aux deux nations, il n’entendait pas pour autant se projeter loin dans l’avenir, au point de parler d’une « alliance ». Car, outre le fait que cela ne dépendra ni de lui ni de son camarade, d’autres variables, dont certains encore inconnus, entraient également en jeu. L’Oterashi en avait visiblement tout à fait conscience, et c’était pour cette raison qu’il proposait d’anticiper. Il craignait, en effet, à défaut de toute anticipation, que d’autres éléments ne viennent s’y ajouter pour leur compliquer la tâche.

L’enfant du désert était d’accord sur ce point, sur le fait d’anticiper et d’empêcher toutes les manœuvres qui pourraient venir non seulement pour dégrader les relations entre le pays de la terre et du vent, mais aussi entre les autres nations et sa patrie. Kaze n’avait pas besoin de se faire des ennemis ni d’être en mauvais termes avec les autres, surtout pas aujourd’hui, puisque toute discorde ne pourrait que profiter à l’homme au chapeau. Au-delà de ça, Musashi souhaitait voir son pays repartir sur des nouvelles bases, de bases saines, pour le bien de ses habitants, qui avaient déjà beaucoup soufferts.

Aussi, lorsque son camarade lui demanda de défendre autant que possible l’idée de la normalisation des relations entre leurs deux nations auprès des siens, il le regarda en opinant d’un léger signe de tête. Il le fera, assurément, autant pour Tsuchi que les autres nations, car il en allait dans l’intérêt du nouveau pouvoir et de la population que Kaze entretiennent de bonnes relations avec les autres. Toutefois, il allait sans dire qu’il était encore beaucoup trop tôt pour parler d’alliance, surtout avec une nation qui détenait la force d’un Bijuu. Et si cela venait à se faire malgré lui, il ne manquera pas de mettre les siens en garde contre les risques qu’ils encourent. D'autant plus qu'il serait aussi absurde que irresponsable d'envisager une telle chose avant de pouvoir visualiser et mesurer toutes les conséquences, songeait-il.

« Le pouvoir en place n’a aucun intérêt à chercher à nuire à ses voisins ou aux autres pays. Au contraire. C’est pourquoi nous déferons les forces qui tapissent dans l’ombre, qu’ils cherchent à nuire à Kaze ou aux autres nations dans le but de tirer leur épingle du jeu. » Finit-il par glisser, pour rassurer le guerrier rouge. « A toi aussi de faire en sorte que les tiens ne s’ingèrent pas dans nos affaires, et bientôt nos deux nations pourront peut-être de nouveau entretenir des relations amicales. Je ferais tout ce qu’il pour. » Ajouta -t-il, en songeant autant à Tsuchi que les autres nations avec qui Kaze n’entretenait pas de bonnes relations.

La promesse de défaire les forces qui pourraient manœuvrer pour nuire à Tsuchi et de faire ce qu’il pouvait pour que le nouveau pouvoir renoue le dialogue avec le pays de la terre, voilà donc ce que proposait le samouraï à son ancien camarade. S’il en attendait autant de la part du clairvoyant, il exigeait aussi que les autorités de la roche ne s’ingèrent pas dans les affaires des Kazejins, surtout avec le contexte actuel où n’importe quel pays pourrait être tenté d’intervenir directement ou indirectement.

D’un mudrâ, le Han fit disparaître ses deux clones qui surveillaient les environs, tandis que son camarade vint se placer sur son flanc, abordant de nouveau le cas du nécromancien. Il partagea la raison pour laquelle cet individu devait être appréhendé rapidement, raison que le Han trouvait aussi évidente puisque, outre le fait de tuer Reijirô, cela pouvait aussi pousser Tôsen à intervenir pour le sauver et ainsi leur offrir une nouvelle opportunité de le tuer… ou au moins d’en connaître encore un plus sur ses éventuels points faibles. L’Oterashi assurait à son camarade que lui, ainsi que ceux qui partageaient leur objectif commun au sein d’Iwa, à l’instar de Taishi, était prêt à l’affronter de nouveau. Chose qui n’étonnait pas le Han, qui, pour sa part, se devait de développer des nouvelles stratégies qui prendraient en compte la seule faille connue du pouvoir presque divin de l’homme au chapeau. Enfin, le clairvoyant lui demanda, une seconde fois, s’il pouvait compter sur lui pour les assister dans le combat qui s’annonçait. Si le Han avait déjà donné sa réponse, il se retourna naturellement vers Yanosa pour le lui confirmer une seconde fois.

« Oui, tu peux compter sur moi. Je mobiliserai mes partenaires et, nous aussi, nous tâcherons de nous préparer autant que possible. » Rétorqua -t-il, en regardant son camarade dans les yeux.

En parlant de partenaires, il songeait principalement à Mukuro, grâce à qui il avait découvert le Mont Shinryoku et appris beaucoup de choses, et Izanami, la samouraï qui l’accompagnait depuis quelques temps et avec laquelle il exécutait pas mal de contrats.

« Dans quelques jours se tiendra le second sommet de la coalition. Nous verrons si les shinobis aborderont et accorderont la priorité que ce nécromancien mérite. Sinon, ce sera à nous de leur rappeler ou d’entreprendre les actions nécessaires... » Ajouta -t-il, d’un air songeur. « Quoi qu’il en soit, pour rester en contact, je te propose que nous changions régulièrement d’intermédiaire, on n’est jamais trop prudent. Et en cas d’urgence absolue, nous pourrons nous retrouver ici, si nécessaire. J’aimerai aussi que tu continues de me partager les informations relatives à Tôsen ou ses hommes. Je ferai naturellement de même. »


_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Qmep
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 https://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Affiliation concomitante [Musashi] Empty
Sam 10 Juil 2021 - 0:03
« Mitsuhide veut que Kaze règle ses problèmes seule…. C’est compréhensible. Mais si il devait avoir besoin de soutien pour se débarrasser de ces ombres, qu’il ne se prive pas de demander à cause de sa fierté. La stabilité du Vent profite à la Terre : nos huiles seraient trop heureuses de pouvoir donner un coup de main. »

A tous les tournants de son discours, l’Oterashi avait pu lire l’approbation et l’accord de Musashi dans son regard et sa gestuelle. Trop tôt pour se réjouir de quoi que ce soit et il le savait mieux que personne, mais pouvoir observer la naissance de potentielles prémisses concomitantes apportait malgré tout sa part de satisfaction. Kaze était une terre chargée de mystères et de complots, une contrée avec une histoire propre, et le Tellurique comprenait qu’un homme qui jouissait d’une réputation telle que celle de cet Ashina Mitsuhide voulait s’assurer que le pays dont il était devenu Gouverneur se sorte lui-même de ses méandres. Ré-affirmer l’assistance potentielle d’Iwa dans les affaires du Vent faisait donc surtout figure de formalité polie de sa part, Tsuchi ayant également à son niveau son lot de problèmes à régler. Parfois, un accord de principe était tout ce qu’il fallait pour mettre des nations sur la bonne voie.

« Je doute avoir de nouvelles aussi importantes de sitôt… Le Sommet de la Coalition… J’espère qu’ils ne feront pas l’erreur d’investir leurs ressources dans la recherche des bêtes de chakra, d’autant plus si ils songent à trouver eux-même l’emplacement du Renard…. Ça reviendrait littéralement… à faire le travail de notre ennemi à sa place. »

Yanosa s’était autrefois mis des oeillères sur les erreurs grossières dont étaient capables ses propres alliés et sur la façon qu’ils pouvaient avoir de se fourvoyer quant à la justesse de leurs raisonnements. Avoir laissé Toph nommer son propre cousin Tsuyoshi aux rennes du Sazori, en l’occurrence, avait eu de lourdes conséquences qu’il avait failli à prévoir. Et sans doute tous les représentants réunis pour ce Sommet, dans leur globalité, étaient-ils capables des mêmes errements, même si le guerrier de pierre aurait préféré ne pas juger cela possible. Heureusement, la détermination de certains individus singuliers, tel Musashi qui se tenait devant lui, Taishi ou bien encore Masami, pouvait leur permettre de trancher dans le vif lorsque ce serait nécessaire. Le Han, songea le Chûnin d’Iwa, était heureusement resté le même qu’auparavant, tout en mûrissant malgré tout face aux épreuves qu’il avait eu à surmonter, et il serait donc de ce fait un nouvel allié sur lequel compter dans le creuset sanglant des batailles à venir.

« ...Je ne pourrai pas me rendre au Sommet, pour ma part, mais j’ai de quoi me garder occupé à Iwa pour essayer d’avancer sur le sujet. Faisons comme tu le suggères : un lieu de rendez-vous unique, des intermédiaires fluctuants. Si jamais je devais te demander de me rejoindre à Tsuchi pour une raison ou pour une autre, ce sera uniquement pour me retrouver dans un cabanon de chasse. Sur le versant nord d’un mont qui fait face au domaine Oterashi, de l’autre côté de la vallée, dans la région sud-ouest du pays. Le domaine est facile à trouver, je te fais confiance pour le reste. »

Le corps du Tellurique changea alors d’orientation, se tournant à nouveau brièvement vers le nord duquel il devrait bien vite reprendre la direction avant de revenir face à Musashi, une main enrubannée ouverte et tendue vers lui en offrant une ferme poignée de bras.

« … Bonne chance de ton côté, Musashi. Reste en vie. »

_________________
Affiliation concomitante [Musashi] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Affiliation concomitante [Musashi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Humanité :: Tsume no Kuni, Pays des Griffes
Sauter vers: