Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki

Shimazu Aomine
Shimazu Aomine

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Dim 27 Juin 2021 - 12:52
[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Yuoc
---------Aomine se considère comme une arrière-garde identitaire et dépassée. En effet, il n'apprécie guère la voie que semble prendre le pays de l'Eau, loin des histoires qui ont bercé son enfance. Il n'est pas non plus politicien et son rôle dans la société se limite à la sécurisation de quelques quartiers et habitations sous sa tutelle. Il y a une chose qu'il est cependant, c'est un homme loyal. En dépit de ses opinions déclassées concernant le futur du village et du pays, il a toujours fait confiance aux différents pouvoirs en place tout comme avec les autorités si ce n'est envers les Hyosa, pour donner à la nation l'avenir qu'elle mérite sur l'échiquier mondial. Mais quand on lui a raconté les tenants et les aboutissants du futur de la coalition ainsi que l'association momentanée de la nation de l'Eau avec celles du continent, il passa trois jours dans un état presque livide et désarmé. Ceci nous rappelle la deuxième chose que l'homme n'aime pas non plus, ce sont les étrangers. Les étrangers sous toutes leurs formes pour leurs différences culturelles et religieuses représentent un risque à long terme issu du brassage démographique qu'induirait une paix à grande échelle entre les divers villages et armées en place de combattre. Le sentiment est plein d'amertume quand il doit se faire à l'idée que les relations s'ouvrent peu à peu envers leurs ennemis d'autrefois, l'ordre naturel lui paressant comme bouleversés par des ouvertures de ce type vers le monde extérieur. C'est dans sa chair et dans son âme que ce shinobi de rang moyen subit le contrecoup des politiques de son temps, ne se cachant pas d'être durement affecté par les décisions qui s'opèrent autour de lui sans qu'il ne puisse agir pour les empêcher. Ses opinions tranchées et à revers de sa génération l'auront poussé à rejoindre la police militaire du village dans l'espoir d'y trouver un refuge, une utilité toute relative quand on sait que son grade l'avait toujours cantonné à des responsabilités qui impactaient peu la vie des habitants de Kiri. C'est dans ce monde qu'évolue Aomine. Il se sait à la fois porté par les autres et amené vers de possibles lendemains où son nom serait prononcé, mais sa main restait dans sa poche, par crainte de ne pouvoir assumer la charge qui lui incombe. L'abnégation, la droiture, le sérieux, l'amélioration constante et vitale de ses compétences, juraient avec un caractère délaissé depuis tout petit où le brun se voyait encore libre de ses choix. En se rangeant du côté de la justice, il prenait peu à peu conscience de son effacement aux yeux des jeunes hommes et femmes de son âge, un caractère impersonnel émanant de lui, un miroir de la Justice qui coûtait cher en principe, un libre-arbitre bafoué que les ordres et la gravité de la situation savait contenir à l'intérieur de cette gueule d'ange aux arts sanglants.

Nul doute qu'une mélancolie toute singulière émanait des expressions de ce personnage tiraillé par les instincts primaires de sa famille déjantée et la voie qu'il choisit de suivre, celle de la Loi et de l'équilibre. Le nectar qui coule dans ses veines fut toujours pour lui l'objet d'une vénération frôlant le fanatisme, mais au service de l'Humanité naissait l'espoir, utopiste pour beaucoup, naturellement réaliste pour l'homme, que le sang devait être versé pour une raison précise, qu'il était dans l'ordre des choses que les hommes aient été créé pour se livrer à des conflits interminables. L'un d'eux sut déstabiliser le Shimazu dans ses convictions profondes lorsqu'on lui annonça l'ordre de mission qui lui avait été confié très tôt dans la matinée. À sa lecture, le jeune homme enragea pour deux raisons précises dans un lien étroit avec l'influence que le Vent tentait d'agrandir dans son propre village, si bien que la création de la Banque Sabaku devînt à ses yeux tout aussi criminelle que les agissements des gladiateurs dont les répercussions touchaient de près à la sensibilité de l'Adjudant.

L'affront ne restera pas impuni mon Capitaine. Ces braqueurs de banque paieront pour leur cupidité. Accordez-moi la présence d'un Soldat et nous nous chargerons ensemble des coupables.

Bien Bien.. Mais ne faites pas de grabuge Shimazu. Ne vous imaginez pas au-dessus des Lois de ce village. Ce sont des voleurs et non de meurtriers, pesez l'acte à sa juste valeur, une main trop sévère attire plus de défiance que vous ne semblez l'imaginer. Votre inexpérience est compréhensible, c'est pourquoi le Soldat Misaki prendra soin de vous rappeler quelles sont vos prérogatives.
Yuk-.. Misaki ? Ou-.. Oui je vois, c'est un choix judicieux. Quand devons-nous agir ?
Dés l'aube, vous partirez en direction du village d'Oami. Une voile vous attend et vous transportera jusqu'à l'île d'Asosan. Rompez !
---------Durant le reste de la journée, le Chunin prépara ses affaires en emportant avec lui tout le matériel nécessaire pour accomplir leur mission, il repensa plusieurs fois aux mots que son supérieur lui avait prononcés, lui confiant à nouveau et à juste titre le souvenir de ses jugements trop hâtifs comme de ses condamnations passées outrepassant le cadre juridique de Kiri. De la même façon, il espérait en apprendre plus sur la coéquipière avec qui il devait partir en vacances, Yuki Misaki. Son nom n'a rien d'étranger, tout le monde se souvient de l'exil des Yuki et de la scission d'une partie du clan désertant le village pour rallier Iwa. Ce devait être certainement dur pour une jeune femme quittant l'adolescence, de continuer à vivre une partie de cette histoire sur les épaules. Le destin a fait en sorte de les réunir et si la compagnie de cette jeune femme ne pouvait pas déplaire à l'homme, il ne pouvait s'arrêter de penser à la façon dont elle, accueillerait la nouvelle en apprenant qu'elle devrait l'accompagner. C'est vrai.. les deux s'étaient déjà croisés dans les locaux du Commissariat cependant une collaboration aussi étroite, c'était bien la première fois que ça arrivait, un plan bien pensé par les officiers pour qui sait, faire retomber sur terre les espérances du brun et lui rappeler que la vie ne se résume pas qu'à un champ de bataille, de l'autre qu'une Soldate puisse gagner ses galons dans une mission plus palpitante que les quelques petits larcins que l'on confie généralement aux plus jeunes soldats. Toujours est-il qu'en apprendre plus sur elle pourrait servir par la suite, s'instruire de ses collègues, former avec eux une équipe soudée, il s'agissait de la première leçon que le Lieutenant-Général avait tenu à lui partager lors de son recrutement, une leçon à laquelle il se plierait sans défaut.

Après un voyage d'une demi-journée à dos d'âne sur les routes du pays, le sous-officier rejoignit les quais du village où se trouvait leur embarcation comme convenu par les autorités. Seul un homme attendait là, semblant connaître le chemin et les courants marins mieux que personne pour les guider à bon port. Il s'agissait d'un marin aguerri, une sorte d'indic' dont se servait la Kenpei pour rassembler des informations sur les mouvements, entrées et sorties côtières via ce village. Ils lui avaient donné une petite somme non-négligeable pour s'occuper du transport, mais ne serait d'aucune utilité pour la suite. La nuit promettait d'être courte, le départ serait fixé peu avant l'aube pour intervenir dés le matin auprès des gladiateurs, c'est à ce moment de la journée que les vents sont les plus favorables pour les pêcheurs de cette région du pays, la kenpei ne ferait pas exception aux lois de la nature.

C'est sur la plage que le lieu de rendez-vous fut fixé. Arrivant plus tôt que sa coéquipière, il s'offrit un bain de pieds au bord des vagues, un chapeau de paille sur la tête comme pour éviter les rayons de soleil à se pointer pendant la journée. Sous l'éclat diaphane de la lune, se reflétait une lumière opaque à chaque écrasement de vague sur la plage. Au bord de celles-ci, Aomine s'était mis à profiter d'un moment de calme et de répit, dans une forme de méditation semblable à celles qui sont employées par les samouraïs du pays de Tetsu. Coïncidence, rien de tout cela. Les sabres à côté de lui laissaient aisément supposer que son élément à lui n'était pas qu'une question d'hémoglobine, et qu'en dépit de son nom venait se rajouter quelques secrets bien gardés. Son oreille frétilla dés l'approche une silhouette dans son dos. Attentif aux bruits qui l'entourent il fit tomber son chapeau lorsqu'il se pencha outrageusement vers l'arrière en laissant une vue pleine sur son torse. Il vit la silhouette de la jeune femme, bien qu'elle baignait dans la pénombre.

Yuki. Misaki ? Je crois que nous voyageons ensemble aujourd'hui.
Une alliance empoisonnée Dès l'installation officielle de la Banque Sabaku à Kiri, sous l'impulsion d'Asaara Fuu, un groupe de malfrats a décidé de s'en prendre à cette graine d'influence du Pays du Vent en raison de la médisance qu'ils vouent aux hautes instances du Désert et désormais, à celles de l'Eau également pour avoir pactisé avec elles. Sans détour, ils ont tenté de cambrioler la banque. D’après les informations déjà collectées, les bandits seraient des gladiateurs originaires du Vent, mais s’étant installés à Asosan par les réseaux des arènes avant d'entendre les rumeurs sur la filiale de la Banque Sabaku sur l'île-mère. Votre mission consiste à vous rendre à Asosan pour retrouver les coupables et les traduire en justice.

Rendez-vous à Asosan
Trouvez des pistes vous menant aux coupables
Arrêtez les coupables et ramenez-les à Kiri
Faites votre rapport



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Dim 27 Juin 2021 - 18:24

[Misaki] - Arigato !

Formulait-elle au messager du complexe shinobi du village caché par la brume. Misaki venait d'être interpellée par celui-ci afin de recevoir un ordre de mission. Si ce n'était pas la première fois qu'elle quittait le village pour partir en quête de quelque chose, c'était la première fois qu'elle allait le faire dans ses capacités de Soldate de la Kenpei. En effet, elle avait rejoint les rangs de cette unité spéciale depuis peu de temps, ayant rapidement passé de Jeie-Kan à soldate.

Si elle avait été affectée à des tâches mineures, telle que la garde des geôles tenues par son clan ou la protection des murs du village, elle n'avait encore jamais eu à agir en tant que Soldate à l'extérieur de Kiri La Grande. Ses pupilles azurés valsaient sur les mots qui composaient la missive et s'arrêtaient sur le nom de la personne qui allait l'accompagner. Enfin, plutôt qu'elle allait accompagner, car étant une simple genin, elle n'avait pas le possible de sortir des murs sans la présence d'un chaperon.

« Shimazu Aomine »

Un nom qui lui était bien inconnu. Enfin, elle l'avait déjà croisé au coeur du commissariat du village, mais n'avait jamais porté une attention plus grande à cet homme. Elle assumait d'amblé qu'il devait être au minimum chunin pour le village. Puisque Misaki ne l'était pas, il fallait que son accompagnateur soit au moins de ce rang, malgré leur implication dans les rangs de la Kenpei.

Dans tous les cas, elle retournait à l'intérieur de sa demeure afin de se préparer. Le point de rencontre avait été fixé sur les docks à l'extérieur du village. Elle avait trouvé le tout quelques peu étrange, compte tenu de la présence du port Naragassa au coeur du village caché de la brume, mais n'en avait pas fait plus cas que ça.

Fière comme un coq, elle portait son bandeau autour de son cou et le brassard de la Kenpei autour de son bras gauche. Une trentaine de minutes avait été nécessairement pour rejoindre le lieu de rencontre. Misaki n'était pas spécialement en retard, mais son partenaire de mission était arrivé plus rapidement qu'elle. Assis sur le sable, les pieds dans l'océan, il attendait la Yukijine. Son visage lui disait définitivement quelque chose, mais sans plus.

Alors qu'elle avançait pas en pas en direction de son partenaire pour la journée, il entamait la discussion. Le sourire au visage, elle s'inclinait respectueusement en direction de son supérieur. Deux longues mèches d'orée tombèrent le long de son visage. Elle en coinçait une derrière son oreille et saluait d'une douce voix.

[Misaki] - Enchanté de faire votre connaissance ! Shimazu Aomine-Senpaï !

Elle se relevait et, naturellement, la dernière mèche rebelle vint se coller contre son corps. Ses yeux azurés valsaient sur le physique de son coéquipier, enregistrant et gravant dans sa mémoire les détails de sa personne.

[Misaki] - Je suis prête à partir dès vous l'êtes.

_________________
[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Shimazu Aomine
Shimazu Aomine

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Lun 28 Juin 2021 - 11:14
[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Yuoc
---------Pas trop mal formée, un joli visage, sauf qu'elle était un peu trop jeune à son goût. Il voulait au plus possible éviter une condamnation en parallèle de la mission qui lui vaudrait les foudres de tout le village et se releva donc comme si de rien n'était, comme si son interlocutrice n'avait rien de charmant, ce qui n'était pas le cas. Le fait est que le reste de la mission se passerait de réjouissances, c'était le seul point noir qu'il voyait chez cette soldate aussi polie qu'elle semblait prête à l'action.

Moi de même Soldate Misaki, je suis très heureux que nous formions ce duo aujourd'hui, faisons de notre mieux ! C'est troublant, vous me rappelez ma sœur cadette, la ressemblance est frappante.

L'homme retira ses pieds de sous le sable humide et s'avança vers l'eau pour les nettoyer, c'est jamais très agréable de voyager avec des grains qui vous courent entre les doigts de pied. Tout en faisant cela il pouvait observer sa coéquipière sous plusieurs coutures bien que son nom en disait déjà assez sur ses prédispositions, l'assurance-vie incarnée en quelque sorte, cela lui convenait et vu l'endroit dans lequel le duo devait se rendre il valait mieux avoir les reins solides et une paire d'yeux dans le dos, ses aptitudes pouvaient se rendre très utiles en cas d'escarmouche et rien ne disait que les responsables du braquage de la banque allaient se rendre aussi facilement que prévu sous la simple injonction.

Notre embarcation nous attend, nous devrions nous dépêcher avant de nous faire repérer sur les mers. Ce serait encore plus fâcheux que l'on doive leur courir après dans tout l'Archipel, même si le prolongement de la mission en votre compagnie n'aurait rien de déplaisant je dois dire.

C'est qu'il ne peut décidément pas s'empêcher d'en placer une alors que sa raison lui cris l'inverse, son regard chavirant vers le ciel dans un roulement des yeux, quel lourdingue alors. Il leva la paume de sa main droite pour balayer le vide devant lui, écartant le sujet de la table, puis récupéra ses affaires sur le bord de plages. Tout son attirail était présent dans une sacoche en cuir, autant ses kunaïs que quelques vivres au cas où le séjour s'annoncerait plus long que prévu, une pierre à feu et un slip de rechange, très important le slip de rechange pour éviter les mauvaises odeurs et faire toujours bonne impression auprès de la population. Le bretteur sembla faire signe de la tête à sa collègue, un sourire à la commissure de ses lèvres apparaissant avant de s'élancer du côté des docks.

S'il a été décidé de partir d'ici c'est parce que le port semble complètement vérolé. Les taupes courent les rues et nous faisons régulièrement l'objet de bruits de couloir. Les rues ont des oreilles dont je m'suis toujours méfié. D'ici j'ose espérer qu'ils ne s'attendront pas à notre arrivée. M'vous voyez l'idée quoi.. discrétion, intervention.. Zbleh ! Arrestation, comparution, condamnation.

Il prit place dans l'embarcation ressemblant fort à une embarcation de pêcheur, une petite chaloupe simple à deux voiles dont les restes s'éparpillaient encore dans le fond du bateau, tantôt des petits crabes, tantôt une sèche desséchée agonisant dans un coin. La bonne odeur du sel marin rentrait dans ses poumons et il n'y avait pas à dire que de tout le Yuukan, Mizu no Kuni disposait d'une géographie en somme toute paradisiaque pour ses habitants. L'homme n'attendait plus que la Yuki prenne place à son tour à ses côtés ou encore en face d'elle, il lui avait fait une place juste à côté et deux corps valent mieux qu'un pour se tenir au chaud, surtout à cause de la fraîcheur matinale qui frappait le rivage Mizujin. Puis il fit un mouvement de tête envers l'homme qui les accompagnait pour les mener à bon port. Ce dernier se rapprocha des deux petits mâts dont disposait le bâtiment et étira une voile après l'autre pour commencer à prendre un peu de vitesse. Le marin alla ensuite s'asseoir en silence du côté du gouvernail sans pouvoir toutefois s'empêcher de lancer quelques regards vers le duo, se demandant sans doute ce qui les réunissait de si tôt pour rejoindre Asosan.

En prenant ses aises, le Shimazu vint sans demander poser sa tête sur l'épaule de sa collègue. Un adage dans la police disait qu'il ne fallait toujours dormir que d'un seul œil et c'est ce qu'il fit, à moitié alerte, confiant le reste à sa voisine pendant qu'il piquait un somme pendant la traversée.

M'dites moi quand nous sommes arriv-.. RrrrrrPshhhhh ZzzzZzZzZZ.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Mar 29 Juin 2021 - 18:39

Les commentaires de son partenaire de mission – et supérieur hiérarchique – n'étaient pas passés inaperçus. Bien que Misaki avait choisi de jouer à la nouille sympathique et à ne pas réagir sur les avances prononcées par ce Shimazu Aomine, elle ne pouvait qu'être inconfortable. D'abord, parce qu'elle était déjà dans une relation avec une kunoichi fantastique, ensuite parce que cette genin à l'estime dans les chaussettes ne savait pas particulièrement comment prendre un compliment ou vivre avec le malaise qu'une telle situation créait.

Voyant son partenaire s'installer dans le navire, Misaki décidait de s'asseoir en face de celui-ci. Désireuse de ne pas nourrir cette situation inconfortable en s'installant à ses côtés. Ne désirant rien de moins qu'une relation platonique avec cet inconnu à la drague facile. L'air frais de la cote avait toujours été quelque chose que l'adolescente appréciait. Si ce froid ne rivalisait jamais avec celui de son pays natal, elle trouvait la fraîcheur offerte par la brise marine plus que bienvenue. Certes, il s'agissait d'une chaude journée automnale, mais ils n'étaient plus en été et ça commençait à se faire sentir.

Faisant signe au tenancier du bâtiment voguant sur les mers, ils se mirent en route au même moment que, pour une raison obscure pour Misaki, son partenaire changeait de place pour venir déposer sa tête sur l'épaule de la femme des glaces. Si, cette fois-ci, elle s’était permis un petit commentaire, il était tombé endormi à une vitesse folle qu'elle n'eut la chance de manifester son désaccord et son malaise. C'était une chose de passer un commentaire évident, s'en était une autre d'initier un contact physique.

Dans tous les cas, elle déposait le coude de son bras droit contre les rebords de l'embarcation et supporta le poids de sa tête, pendant que son regard azuré se perdait dans le bleu de l'océan. Ses pensées et son imagination fertile virevoltaient dans tous les sens, abordant d'éventuels projets de développement personnel - telles que de nouvelles idées de techniques à développer – autant qu'elle se laissait distraire par les comptes et légendes des monstres marins qui arpentait les océans du pays de l'eau.

[...]


Au beau milieu de l'océan, les vagues de cette étendue aqueuse indomptée venaient se briser sur la coque du navire qui voguait en direction de l'île d'Asosan. Le bruit du flot marin avait un effet apaisant, voir même endormant pour la psyché de cette femme anxieuse de nature. Les ronflements de son partenaire dont la tête était tombée sur ses cuisses au fil des heures avaient empêché la jeune de sombrer dans les bras de morphée à son tour.

Alors qu'elle profitait du moment, qu'elle profitait de la vie, qu'elle humait cet air salin, une chose inattendue la sortit de cette trance. En un seul instant, en un seul moment, la quiétude de la mer avait fait place à une impression de danger. D'un seul coup, elle avait perçu comme un désir profond de meurtre à son égard. Sur cette impression, son coeur avait sauté et battement et ses iris céruléens valsaient dans toutes les directions à la recherche de la source de cette désagréable impression.

Tandis que son attention traversait les différents membres du navire, son regard croisait celui du conducteur. Un homme dont la peau avait pris une couleur grisâtre et dont les dents rassemblaient à celle d'un requin. Une série de branchies avait fait son apparition sur le côté de son cou et il n'était plus à la barre du bateau. Non, il s'était propulsé en direction de Misaki et “volait” vers elle, la quelle prête à lui ouvrir la carotide.

Sans doute était-ce dû à cette intense atmosphère sanglante ou simplement parce qu'il n'avait jamais cessé de porter son attention sur le conducteur, mais son partenaire avait eu un réflexe sauvant la vie de la genin. En effet, sans qu'elle sache trop pourquoi, son supérieur venait de porter une frappe à l'aide du pommeau de son katana, ce qui eut pour effet de faire dévier la gueule de la bête juste assez pour épargner Misaki.

Tombant dans la mer, elle put aisément apercevoir le mouvement des vagues créer par le déplacement aquatique de celui qui semblait être un Yasei Requin. Son partenaire s'était rapidement relevé de sur les cuisses de la genin. Leur adversaire, revenant en direction du bateau, plongeait dans l'océan afin de dissimuler son prochain assaut. Réalisant quelques mudras, Misaki voulait capter sa signature chakrique, mais n'eut pas le temps de terminer sa série qu'un énorme trou apparu au beau milieu du navire. Le Yasei venait de frapper la coque dans le but de faire couleur l'embarcation. Alors qu'ils coulaient, l'aileron de son adversaire sortit de l'eau et fuyait le lieu du crime. Par réflexe, Misaki réalisait une série de signes incantatoire et enregistrait la signature chakrique de celui qui fuyait.



Ils étaient maintenant dans une situation bien précaire, si les shinobis avaient la capacité de marcher sur l'eau, ils étaient perdus au beau milieu de l'océan et leurs réserves chakrique finiraient sans doute par s'épuiser avant de retrouver la terre ferme. Ça, c'était s’ils n'étaient pas dévorés par l'un des monstres marins qui vivaient dans cet océan maudit. Réalisant quelques mudras, Misaki crachait une quantité importante de glace qui prit la forme d'un bateau cristallin.

Montant à bord, elle diminuait de cette façon les dépenses chakrique du duo, mais ne pouvait faire naviguer son embarcation qui irait au gré des courants...



_________________
[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Shimazu Aomine
Shimazu Aomine

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Mer 30 Juin 2021 - 21:22

En voyant les réactions de sa coéquipière il comprit rapidement que de mauvaises intentions lui furent prêtées. Tout au plus il se prêtait à quelques éléments de langage plus qu'à une drague ouverte, cherchant sur ce visage de glace un sourire, un rire, rien de plus qu'une sympathie que sa maladresse venait de faire basculer dans un malaise. Quand il décida par la suite de venir se servir d'elle comme d'un oreiller il espérait lui montrer toute son innocence et sa non-dangerosité, après-tout ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes mais sa nonchalance et son naturel peu frileux revenaient à la charge pour l'envoyer dans les limbes aussitôt installé dans le bateau. Dès qu'il posa un pied dans la chaloupe le Chûnin sans en faire cas ressentit une sensation dérangeante dans tout son corps, comme si la barque en elle-même était gorgée d'une mauvaise énergie. Depuis qu'il avait acquis certaines capacités habituellement attribuées aux Samouraïs, l'homme était en mesure d'aiguiser ses sens jusqu'à percevoir d'infimes changements dans son environnement.

En premier lieu la barque qui devait les mener à bon port semblait peu utilisée. En fait, si un pêcheur du coin avait réellement l'utilité de ce transport, le bois n'aurait pas été aussi sec et craquant sous leurs pieds, de la même manière la voile n'aurait pas été aussi crasseuse et mal entretenue, cependant le pire dans tout ça se trouvait pour une oreille aussi fine que la sienne dans le comportement étrange de leur conducteur, dont la respiration s'était alourdi en plus de devenir plus irrégulière depuis que les deux membres de l'unité spéciale prirent place dans l'embarcation. Prétendant s'assoupir et baisser sa garde au profit de celle de sa voisine, sa vigilance s'en retrouvait renforcée lorsqu'il sombra dans un état de méditation avancée.
Ils devaient avoir fait au moins la moitié du voyage et se retrouvaient au beau milieu de mer légèrement agitée lorsque les pieds du conducteur fendirent le bois sans crier garde. Son comportement était devenu étrange et de toute évidence plus personne ne semblait diriger le navire qui commençait à suivre seul le courant des flots et la houle du vent. Aomine se fendit d'un sourire sur l'épaule de Misaki mais c'est le goût de l'amertume qui vint s'installer dans sa bouche car les précautions prises s'étaient avérées inutiles malgré les informations récupérées en amont de la mission. Il suffit d'un pas de trop de la part de l'indic pour que la menace révèle son véritable visage. Quel était son mobile ? Était-il de mèche avec les personnes recherchées sur l'île d'Asosan ? S'il ne semblait disposer d'aucune arme propre aux gladiateurs, sa véritable forme avait tout d'inquiétante, seulement il se heurterait à un poisson encore plus gros que lui s'il espérait s'en prendre à sa partenaire sans en payer le prix fort. Rouvrant les yeux au dernier moment le brun s'empressa de poser sa main droite sur le pommeau de son arme, il aurait voulu pouvoir la dégainer, c'était devenu chose impossible vu leur position et la rapidité de l'offensive. D'un bras, il fit un mouvement rapide de l'avant pour frapper l'homme poisson en plein dans son estomac mais cela n'avait pas suffît à calmer la poiscaille.
.. Par tous les Saints j'ai oublié de prendre ma canne à pêche.
En se précipitant du côté de la barge il voulut prendre en poursuite l'homme aux nageoires mais c'était une tâche ardue pour laquelle il lui manquait différents atouts poissonneux ainsi que des techniques plus sophistiquées que celles qu'il maîtrisait à cet instant. Quand cette dernière se brisa de l'assaut inattendu du Yasei, il eut à peine le temps de concentrer un peu de chakra dans ses pieds et ses bras pour se rattraper in extremis sur la surface de l'eau.

La Soldate avait de son côté eu le bon reflex de leur construire une nouvelle embarcation, c'est avec l'esprit vif qu'elle comprit qu'une dépense de chakra leur porterait de toute manière préjudice et sans ses capacités le bretteur aurait été très embêté. Sa quantité de chakra l'aurait sans doute permis de se rapprocher du rivage, malgré tout la fatigue aurait eu raison de lui et qui sait, aurait pu le tuer s'il n'avait pas pu être ramené sur la plage. Telle semblait en tout cas être l'intention de l'homme poisson qui venait de s'échapper de leur filet. Pourquoi faire ça ? Qui est le commanditaire ? L'Adjudant se posa les questions dès qu'il repris son assise dans la nouvelle barque. Toujours est-il que perdu au milieu de la mer, leurs options étaient minces. L'aube se levait à peine et la première chose que demanda l'homme à sa voisine était de lui confectionner deux grandes rames avec la même technique qu'utilisée précédemment. Cela coûterait un peu de chakra mais ils n'avaient pas le choix de renoncer à ce petit sacrifice pour combattre le courant marin.

Il déchira quelques lambeaux à partir de ses habits pour s'en faire des gants de fortunes qu'il enroulait autour de ses mains, puis saisit les rames faites de glaces pour commencer à pagayer en direction de l'île d'Asosan. Au prix d'une dépense physique à ne pas négliger, la silhouette des hauteurs de l'île devint visible au fil du temps qui passait. Là, il tourna la tête pour apercevoir les monts rocheux et les premiers oiseaux adeptes du rivage, signant leur arrivée prochaine au niveau des docs habituellement utilisés. Pendant ce temps il avait pris un moment pour converser avec sa coéquipière, tous deux arrivèrent après quelques doutes et questionnements à la même conclusion.
.. Tu as raison Misaki. On m'avait assuré que le passage serait sécurisé et ça n'a pas été le cas, j'aurais dû être plus prévoyant, c'était un risque à prendre. Mais si on en parle c'est aussi risquer d'avertir leurs sources sur place, ça peut être n'importe qui en qui on aurait confiance. Un collègue, un supérieur. Je pense qu'on peut éliminer les soldats et sergents qui ne disposent que d'une source d'informations limitée mais qui alors ? Si tout le service apprend la nouvelle on pourrait même faire partie des prochaines cibles dans leur tableau de chasse comme aujourd'hui. La Kenpei corrompue ? Il manquait plus que ça. Sur ce coup-là, ça sera toi et moi, on ne peut pas laisser le bruit se propager avant d'avoir de solides preuves.
Leur petite virée prenait fin quand ils arrivaient aux abords des autres navires dont les passagers et marins avaient pour certains le rire aux lèvres en les voyant et pour d'autres quelques grognements de ronchons. Tous les loustics loin du village pouvaient se retrouver dans ce coin, autant des petits brigands d'infortune sans grande importance, autant des pêcheurs et peuplades vivant de la mer. Ceux qui se taisaient étaient d'ailleurs ceux à ne pas tellement apprécier que l'unité spéciale vienne foutre son pif dans les affaires de l'île, l'ordre la justice et la loi, si ces trois choses sont au cœur de l'engagement du duo uni dans leur mission, elles ne font pas l'unanimité partout. Ils pouvaient alors ressentir une certaine pression s'exercer sur eux et le poids des regards interrogateurs, qui pour certains jugeaient et condamnaient carrément leur présence dans ce havre loin de Kiri.

Néanmoins l'accueil ne manqua pas de les délester de leur navire de glace qui avait fini par faire escale puis couler dans le vieux port. Ils n'en avaient plus besoin pour le moment, seulement de quoi boire et marquer une pause du côté des quais d'amarrage où se ravitaillaient les bateaux. Le brun sorti de sa poche quelques ryos qu'il venait glisser du côté du pupitre du responsable des quais. S'ils n'avaient plus de bateau ça ne les exonérait pas pour autant de la taxe à payer pour tout passage, on pouvait pas dire que l'économie était si florissante et diversifiée en dehors des combats d'arène non loin de là.
.. C'est bon ? Écoutez, je vous mets le double si vous me donnez un petit renseignement. Le triple ? C'est même plus être dur en affaires, si c'était pas moi n'importe qui aurait déjà mis les voiles avec une offre comme ça. Approchez.. On nous a déjà presque détroussés moi et ma collègue et je veux savoir si vous connaissez l'homme qui a fait ça.
Il tenta du mieux qu'il put de prendre une position décontractée pour ne pas se rendre trop visible durant l'échange, quoi qu'il suffisait de le voir tout habillé de bleu vêtu pour comprendre que sa présence ne répondait pas au besoin de vacance ni à quelconque envie de faire du tourisme dans la région. Pendant ce temps il avait confié à sa plus jeune voisine de faire un repérage elle aussi dans les environs proche, peut-être qu'elle dénicherait quelque chose à son tour tandis qu'il conversait avec le vieux loubard. Durant leur conversation il pointait différentes directions, la discussion tournant autour de l'emplacement des arènes de gladiateurs et des différents événements continuellement proposés autour de ces édifices. Curieusement l'Adjudant outre la mission semblait intéressé de comprendre comment vivaient les habitants de l'île et comment celle-ci prospérait, et si à la toute fin il n'eut guère d'avancées concrètes sur l'homme poisson ou la bande de malfrats, il avait au moins obtenu la localisation des différents camps de gladiateurs qui habitaient l'île.
L'autre roublard m'a dit que récemment un camp de gladiateurs étrangers avait fait son apparition. C'est peut-être les gars qu'on cherche mais il a pas su me dire d'où ils venaient. Apparemment le camp bouge sans cesse sur l'île, les types restent jamais plus d'une semaine au même endroit. C'est probablement comme ça qu'ils couvrent leurs arrières.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee
Yuki Misaki
Yuki Misaki

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Empty
Sam 3 Juil 2021 - 14:09

[Misaki] - À l'impossible, nul n'est tenu ! Aomine-Senpaï.

Avait-elle répondu à son partenaire de mission, alors qu'il exprimait avoir dû être plus prévoyant. Il y avait certaine chose dans la vie qui était bien hors de notre contrôle et de penser que soudainement, le transporteur d'un navire secret caché à une trentaine de minutes de marche du village caché de la brume, allait se transformer en requin pour agresser le duo, c'était un plan particulièrement difficile à prévoir. En fait, ça indiquait seulement qu'il y avait une taupe dans la Kenpei et que, peut importe le plan qu'aurait bien pu mettre Aomine en place, ils auraient rencontré des embuches sur le chemin. Sans doute que l'alliance Kiri et Kaze venait générer de fort sentiment de vengeance autant sur l'île d'Aosan que dans la cité de la brume sanglante.

[Misaki] - Je ne crois pas que la Kenpei soit corrompue. Quelques éléments croches ne dénaturent pas une institution de cette envergure. À moins que les hauts dirigeants le soient, ce que je doute fortement, auquel cas on aurait eu droit à un accueil plus corsé qu'un amateur aux dents tranchantes.

Elle disait amateur, mais si ça n'avait pas été des réflexes de son partenaire, peut-être ne serait plus de ce monde ? La simple idée de voir sa jugulaire dans la gueule de la bête, tandis qu'elle se vide de son sang sur le bateau ne l'enchantait pas du tout. S'il avait bien quelqu'un qui avait failli à quelque chose, elle avait le sentiment que c'était elle et pas l'adjudant. Dans tous les cas, elle était déterminée à retrouver cette tête de poisson et à en faire une conserve. Cette genin avait un coeur glacial, quand il s'agissait d'ennemie de sa patrie et, malheureusement pour lui, elle avait eu la chance d'enregistrer sa signature chakrique. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'elle mette la main sur lui.

[Misaki] - Et puis, ça nous offre quand même une piste. C'est déjà ça de positif.

Une fois arrivée sur la terre ferme, elle dit un au revoir mental à son embarcation de glace qui, comme n'importe laquelle de ses constructions, allait finir par fondre. C'était là une des limites de son don héréditaire et elle ne pouvait rien y faire. Ce n'était pas comme si elle était particulièrement attachée à ses créations, mais l'idée de répandre une glace immunisée au katon, shakuton et au soleil lui-même créait chez cette genin à l'imagination fertile des images de conquête hivernale et d'océan piéger sous sa glace.

Alors que son partenaire discutait le plus subtilement possible, Misaki avait reçu comme tâche de jeter un coup d'oeil dans les alentours. Ses pupilles azurées valsaient au travers du décor. Ça lui avait pris quelques minutes, mais son regard s'était posé sur une irrégularité au port. Une voile de bateau semblait s'enfoncer dans l'eau. Pas à pas, elle avançait vers l'embarcation, essayant de comprendre ce qui se passait. Une fois arrivée devant, elle put constater qu'il s'agissait d'une simple barque en train de couler. Aller savoir pourquoi c'était pertinent dans sa tête considère que celle sur laquelle ils avaient été au tout début était maintenant au coeur de l'océan. Elle haussa les épaules et retournait à son inspection.

C'est à ce moment qu'elle aperçut des pas dans le sable, près du port. S'y approchant, elle remarquait la forme particulière qu'ils avaient. D'abord palmés, à mesure qu'il s'avançait vers l'intérieur de l'île, ils redevenaient de plus en plus humains, pour finir par disparaitre là où l'herbe débutait.

De retour près de son partenaire, elle écoutait ses propres trouvailles. Du coup, si le camp de bougre bougeait tant que ça, il y avait fort à parier que suite à cet assaut contre deux shinobis de la brume, qu'ils allaient par précaution se déplacer. Les informations qu'ils pourraient collecter à la recherche de ce groupuscule n'allaient sans doute pas être les plus fraîches. C'était assez embêtant, mais ils allaient devoir composer avec.

[Misaki] - De mon côté, j'ai trouvé des traces de pas sur la plage. Les pieds semblent d'abord être palmés pour redevenir humains. Sans doute notre Yasei qui retrouvait sa forme.

Sauf s'il y avait, bien entendu, plus de Yasei poisson qui s'amusait à aller se baigner sous leurs formes animales. Si cette option n'était pas impossible, il était plus logique de penser qu'il s'agissait de leur agresseur revenant au bercail. Si ça n'offrait pas grand avantages, ça confirmait cependant au duo que celui qui les avait attaqués était quelque part sur cette île.

Se mettant en route dans la direction des pas – enfin, ce qu'ils avaient pu estimer – il ne fallut pas très longtemps pour comprendre qu'ils se dirigeaient vers un village de la grosseur de Kiri. Véritable amalgame de campement de fortune, de bâtiment rudement construit, le village semblait en pleine expansion. Arrivé aux lisières des premiers bâtiments, arpentent doucement les rues, Misaki chuchotait à son partenaire quelques mots.

[Misaki] - Je vais lancer une traque pour retrouver notre agresseur, mais j'ai besoin que vous me protégiez pendant ce temps-là.

Elle était alaise à laisser sa sécurité dans les mains du chunin. Il avait, après tout, déjà démontré être capable de la protéger et elle lui faisait quand même confiance. S'il était de mèche avec les agresseurs, il aurait l'occasion parfaite pour s'en prendre à elle, mais elle doutait fortement d'une telle allégeance.

Réalisant quelques mudras, elle activait une technique de traque lui permettant de poursuivre une cible dont elle disposait de la signature chakrique. Malheureusement pour le wanabe marin, Misaki avait eu le réflexe de mémoriser sa présence. Le seul problème avec cette technique était qu'elle devenait particulièrement vulnérable puisque son esprit se détachait en quelque sort de son corps. Dans tous les cas, elle avait quelqu'un avec elle qui saurait réagir à temps, si quelque chose devait arriver.



Tranquillement, son esprit s'élargissait et elle parcourait les ruelles et les rues du village. Son attention se portait sur les gens et sur la vie à la recherche de cette énergie si familière. Tandis que son corps avançait machinalement, son esprit lui était bien loin. Soudainement, parmi les abymes de ses perceptions, un homme sortait d'une masse de gens attroupés dans ce qui semblait être un quartier marchant. La genin souriait.

[Misaki] - Je sais où il est ! Suis-moi.

_________________
[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal

[Mission B] UNE ALLIANCE EMPOISONNÉE - Yuki Misaki

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission B] Une alliance empoisonnée [Pv : Yuki Misaki]
» [Mission C] Dompter la créature [Pv : Yuki Misaki]
» [Mission C] Discipline pénitentiaire [ft Yuki Misaki]
» [Mission B] Restaurer la mémoire [Pv : Yuki Misaki]
» [Mission C] Vous avez dit ringard ? Ft. Yuki Misaki

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: