Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au bout du rouleau [mission - Komorebi]

Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Mer 7 Juil 2021 - 15:03
Intitulé de mission:
 

Un vol à l'Académie.

L'Inspecteur Kisuke et Komorebi étaient dépêchés pour l'affaire, en cette sombre et froide journée de l'hivers. Lui, il était arrivé depuis trente minutes déjà. Un vieux qui avait tout vu et une jeune. Cette histoire aurait pu commencer comme un cliché. Mais oubliez les imper et la sombre ambiance du chicago des années trentes, cette histoire se passe à Iwa en l'an 204, dans un mode de shinobi et de samourai. Kisuke portait donc un kimono vert, un haori noir et un bob qui était on ne pouvait plus discret, parfait pour récolter des informations et faire des filatures.

Il aimait bien arriver un peu en avance.

Kisuke avait postulé pour une mission avec sa cousine Komorebi. C'était un brin de femme particulier. De la branche principale, bien entendu, mais reniée car légèrement différente. Elle avait du mal à contrôler son chakra et à l'expulser, ce qui était vu par pas mal de membre du clan comme une tare.

Ce que Kisuke voyait comme tare, c'était plutôt les abus qu'elle avait subit suite à cette différence, plutôt qu'un traitement appropriété, et surtout, un peu d'humanité et de bon sens. Il avait préparé il y a quelques jours un remède pour elle et n'avait pas eut de nouvelles depuis. Rien de très étonnant, ni d'inquiétant. Mais le Hyûga de la "vieille branche" était curieux de savoir si cela donnait ses fruits, ou si sa fabrication avait été complètement inutile. Il avait proposé une mission à la genin.

Cela serait sans doute plaisant, en plus de satisfaire sa curiosité. Et de remplir son quota de mission. Enfin, quota était un grand mot, mais il était attendu des autorités iwajins une certaine activité. En échange de quoi, les genins recevaient rémunération précuniaire et le sentiment du beau travail accompli.

En outre, cela changerait la routine.

Mais déjà, sa cousine se pointait à l'Académie - l'endroit où le vol avait eut lieu, et où ils pourraient analyser les empreintes. C'était une mission qui venait de son propre sensei. Il s'agissait de ne pas le décevoir, tant que possible. Il fit des grands signes de la main à la jeune dame au loin.

Par ici, Komorebi-sama !

Il allait pouvoir commencer cette enquête !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Dim 11 Juil 2021 - 14:21


Au bout du rouleau [mission - Komorebi] K_r6enWn

Un froid hivernal venu des sommets de Tsuchi s'abattait en cette journée sur la capitale militaire. Vêtue d'une épaisse écharpe sombre qui se mariait bien avec le reste de sa tenue, Komorebi arpentait les ruelles de la cité marchande à la recherche de son partenaire de mission. Cela faisait déjà quelques semaines que la kunoichi n'avait pas été envoyée représenter les intérêts d'Iwagakure no sato. Curieux hasard ou arrangement de l'ombre, elle serait en compagnie de Kisuke, le galéniste du clan. L'occasion parfaite pour échanger à propos des effets de son traitement cutané.

À vrai dire, Komorebi avait observé quelques améliorations en s'entrainant. Elle arrivait à mieux faire s'écouler son chakra pur depuis sa peau. Mais cette évolution s'avérait si subtile qu'il était difficile de dire si la pommade fournie par Kisuke s'avérait efficace comme attendu. Quoiqu'il en soit, la Genin déambulait dans l'allée principale de la ville en direction de l'académie Hashira. Le point de départ de leur enquête pour cette mission. Une histoire de disparition de parchemins sur l'art du Fūton. Les premiers indices suggéraient que les voleurs n'avaient pas encore l'âge légal pour descendre une bière à la taverne du coin.

Sur place, elle fut vite interpellée par son aîné de la seconde branche. Kisuke n'hésitait pas à être bruyant, là où Komorebi cultivait l'art de la discrétion. Naturellement, elle invita son cousin à se contenir. Elle ne désirait pas se faire remarquer, et encore moins être affublé d'un tel suffixe qu'elle ne méritait pas.

Bonjour, Kisuke-san. Je vois que vous êtes… en forme aujourd'hui. Je compte sur vous pour mener à bien cette mission.

Après les salutations d'usage, le tandem de Hyūga débuta leur enquête sur les lieux du crime. La remise dans laquelle était rangée les rouleaux demeura dans le même état qu'au moment où elle fut trouvée par le dénommé Teruyo. On distinguait quelques traces de craie à même le sol, qui permettaient de deviner des empreintes de pas. En effet, elles appartenaient vraisemblablement à des adolescents. Ou des adultes de petite taille. Komorebi s'abaissa pour mieux constater le délit. Puis elle se tourna vers son acolyte.

Ça m'a tout l'air d'être un vol organisé. Trois, quatre personnes plus ou moins.

En observant la position surélevée du coffre, la présence d'une échelle dans une autre pièce, et l'agencement des pièces adjacentes à la remise, Komorebi essaya de visualiser le mode opératoire des suspects.

A priori, ils ont dû poster quelqu'un pour monter la garde pendant qu'ils dérobaient les parchemins. Vu la hauteur du coffre, il fallait s'y mettre à deux au moins pour y accéder. Quant aux traces… elles sont trop nombreuses, et pointent vers l'extérieur. Ils ont dû déguerpir plus vite que prévu.

Pour le moment, je pense qu'on devrait interroger des employés de l'académie pour déterminer les personnes les plus susceptibles d'avoir fait ça. Des élèves je dirais, au courant de l'existence de cette remise, et des rouleaux à l'intérieur. Qu'en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Dim 11 Juil 2021 - 17:58
Sa cousine, bien discrète, semblait un peu embarrassée par son manque de retenu. C'était une réaction classique de la branche principale, et Kisuke pouvait difficilement s'en passer tant il avait cultiver cette habitude pour les caresser dans le mauvais sens du poil.

Ha, oui. J'ai eu quelques succès dans mon laboratoire, d'où ma bonne humeur.

Ils allèrent sur le lieu du délit et passèrent la pièce au peigne fin. Komorebi fit une excellente analyse, très professionnelle, et cela limitait déjà les recherches. Kisuke était relativement d'accord avec ses conclusions à elle, avec l'un ou l'autre bémol, et proposa d'autres potentiels pistes de questionnement au sein des maitres de l'Académie. Deux idées, en particulier.

Les voleurs connaissaient l'existence de cette remise mais aussi de ces parchemins. Des élèves ou des anciens élèves de l'Académie, avec des petits gabarits, sont des possibilités logiques. Même si on ne peut pas mettre de côté l'existence potentiel mais peu probable d'un gang de voleurs nains. Questionner le corps enseignant parait une bonne idée, ainsi d'avoir une idée de la fenêtre temporelle du vol. On pourrait en profiter pour savoir qui était en classe à ce moment-là. Les professeurs prennent les présences, après tout. Je propose qu'on se sépare pour interroger plus rapidement chacun de notre côté.

Observant une dernière fois le sol de la pièce, Kisuke s'approcha d'une empreinte partielle plus éloignée que les autres. On y voyait un certain motif triangulaire répété. Ce n'était pas une preuve complète, mais un indice potentiel. Il fit signe à sa cousine puis pris un parchemin et un fusain.

Cette empreinte-ci me parait encore bien visible. Je vais la copier sur un parchemin, elle pourrait aider à identifier un suspect potentiel.

Kisuke et sa cousine se séparèrent pour interroger plus rapidement les professeurs. Kisuke rencontra brièvement son sensei - fort occupé - qui lui décrivit précisément les circonstances de sa découverte. Il passa après dans différentes classes et récolta les absences, et des éventuelles informations intéressantes. A sa surprise, il y avait très peu d'absentéisme dans l'Académie, et cela concernait surtout des jeunes en décrochage scolaire déjà marqué. Tout le monde ne sortait pas genin de l'Académie. Il rencontra également, dans une salle de repos, le personnel de nettoyage qui avait des points particuliers à lui faire part.

Teruyo-sensei s'est rendu compte du vol des parchemins lors de l'avant-dernière heure de cours, alerté notamment par l'état de la pièce. Et un homme de ménage est passé à midi et tout était nickel. Il m'a d'ailleurs raconté une anecdocte intéressante - un étudiant à été exclus de l'Académie l'année passée pour avoir tenté de voler dans la remise. Shinichi Yoruto. Il a été pris la main dans le sac et expulsé. Il est possible qu'il fasse partie du casse, bien que cela ne soit pas certain. Il aurait pu aussi se contenter de partager ses connaissances avec des élèves encore dans le cursus. On pourrait lui rendre visite.

Un nom. Un début de piste, une clarification du moment du vol, mais rien concernant les élèves absents, pour le moment. Ou de professeurs qui auraient surpris un élève dans ce couloir à faire le guet. Mais peut-être que sa cousine avait obtenu d'autres informations de son côté ?

Qu'as-tu glâné de ton côté ?


_________________
Palmarès shinobi:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Sam 17 Juil 2021 - 21:15
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] K_r6enWn

L'enquête débutait sous la concertation des deux Hyūga. Après s'être séparés, Komorebi et Kisuke en profitèrent pour glaner des informations de leur côté. L'aîné en profita pour arpenter les différentes salles de classe ainsi que d'interroger Miyamoto Teruyo, son sensei. Komorebi se contenta d'acquiescer aux informations apportées par l'homme au chapeau d'Iwa. La piste du groupe d'étudiants s'avérait de plus en plus crédible. Dans la pièce adjacente à la remise, la Déchue fit à son tour son compte-rendu.

J'ai dans un premier temps étudié la pièce où on se trouve. La fenêtre sur notre gauche donne sur une grande cour où sont organisés des cours de renforcement physique. Impossible pour des voleurs de passer par l'extérieur au risque d'être vus par d'autres élèves et enseignants. À priori, ils n'ont pas eu le choix que de passer par l'intérieur. J'ai vérifié, la remise est normalement verrouillée pour éviter ce genre d'incidents. Je suis allé me renseigner dans la salle des professeurs - elle est dans le couloir qui mène à la remise - la clé est normalement rangée dans cette pièce.

Komorebi s'exaspéra intérieurement que ce dispositif de sécurité ait pu ainsi être ébranlé. Après avoir lorgné longuement sur la serrure de la remise, elle déposa son regard à nouveau sur son cousin.

Entre la remise et la salle des profs, j'ai remarqué qu'il y avait une infirmerie. En demandant à l'infirmier, il m'a indiqué que quelques temps avant le vol, il n'y a eu qu'un seul élève qui est venu. Nakayama Isei. Un premier de la classe, apparemment, qui aime aider les enseignants. Ça a étonné l'infirmier d'ailleurs… Il avait apparemment mal au ventre, mais ça avait l'air bidon limite. Pour moi, ça mérite qu'on aille l'interroger.
Après avoir recueilli l'approbation de l'apothicaire, le tandem de Pupilles blanches se dirigea vers la salle des professeurs pour organiser l'entretien auprès du dénommé Isei. Au lendemain du vol des rouleaux, ils durent attendre naturellement la pause du midi pour avoir la fenêtre de tir idéal afin de poser leurs questions. Au détour d'un croisement entre deux couloirs vides, ils se posèrent aux côtés du jeune homme. En présence des deux ninjas d'Iwa, Isei montrait un comportement assez nerveux. Craintif, son regard fuyait les yeux nivescents de ses aînés. Le garçon aux lunettes se gratta compulsivement le bras, ne sachant plus où se mettre. La Déchue notait que l'enfant avait tout d'une personne sujette à de mauvais traitements de la part d'autrui. En sa qualité de Hyūga malmenée par son père, elle devinait aisément cette stature apeurée en présence de plus intimidant. Il était temps de commencer l'interrogatoire, et Komorebi, assez dithyrambique quant au rôle du bon élève dans l'affaire, bouillonnait d'envie de lever le voile sur ce vol.

Bien Isei. On a des questions à te poser concernant les parchemins qui ont été dérobés hier. Tu es au courant de ça, n'est-ce pas ?
Euuh… oui. Oui, oui. Je suis au courant. J'ai appris ça ce matin par mon professeur…
Et tu sais rien de qui a pu faire le coup ?
Je vous jure que je sais rien ! s'exclama presque instantanément Isei, au point de surprendre la Déchue. J'ai rien à voir là-dedans, et je connais personne qui irait faire ça, je vous le promet !

A nouveau, Komorebi croisa les bras. Elle toisait d'un air sévère l'enfant, qui ne lui inspirait guère confiance.

Tu es sûr ?
Oui ! Sûr de chez sûr. J'apprécie beaucoup Miyamoto-sensei, je n'ai aucune envie de lui causer des soucis à l'académie…
Alors dans ce cas, tu peux m'expliquer pourquoi t'étais à l'infirmerie juste avant que le vol n'ait lieu ?
Je… j'avais très mal au ventre… j'avais besoin de sortir de classe…
Ça, je le sais déjà. Et je sais aussi que tu as bidonné cette histoire de mal de ventre. L'infirmier me l'a dit. Alors ?

La kunoichi touchait au but. Mais se heurtant au mutisme de sa cible, elle dut hausser le ton, et se résoudre à aller plus loin dans son rôle de mauvais flic. Sans prévenir, elle bloqua l'élève contre le mur derrière lui en tapant violemment de la paume contre le dit mur.

Alors ?! Parle, sinon c'est toi qui iras t'expliquer devant Teruyo-sensei et les autres !
…Oui, pardon, ne… ne me tapez pas ! L'élève manqua de fondre en larmes. Komorebi demeura indifférente, fidèle à son rôle. …Oui, c'est moi qui ai volé la clé de la remise pour voler les rouleaux ! Mais… mais je vous jure que c'est tout ce que j'ai fait… Pitié ne le dites pas aux autres…
Ça, on verra plus tard. Je veux des noms. A qui as-tu donné la clé ? Qui ?
Je…
Parle !
L'enfant sursauta, et se protégea le visage avec ses deux bras. Ce n'était clairement pas la première fois qu'il était violenté. Et les quelques mots qu'il bredouilla pour conclure ne firent que confirmer les soupçons de la kunoichi.

Je… je peux pas. Sinon, ils vont me taper encore…
Dans un léger soupir, Komorebi sentait qu'elle avait atteint les limites. Jouer sur les nerfs de l'élève s'avérerait improductif si elle s'acharnait davantage. De fait, elle se tourna vers Kisuke, candidat idéal du bon flic, l'invitait à prolonger l'interrogatoire, et ainsi espérer obtenir l'identité des cambrioleurs juvéniles.

_________________
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Ebpfvj4

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Lun 19 Juil 2021 - 23:29

Sa cousine avait fait un excellent travail d'investigation. Contrairement à Kisuke qui avait restreint le faisceau d'indice, elle avait carrément trouvé une piste et un nom qui marchait dans la plage horaire décrite. Tout corroborait, il n'y avait rien à redire sur son travail ou sur son analyse.

Beau travail, commençons l'interrogatoire.

Bon flic, mauvais flic. Une stratégie d'interrogatoire classique, même si Kisuke n'aimait pas trop l'utiliser sur des enfants. D'un autre côté, il n'allait pas couper l'herbe sous le pied de sa collègue et il n'avait pas d'autres choix tout de suite à proposer. Kisuke se mit en retrait, prenant note du comportement du jeune homme.

Il montrait tous les signes des enfants harcelés. Ou alors il était excessivement bon acteur. Sa peur d'être frappée, en particulier, fit tordre ses boyaux dans un terrible sentiment de malaise et d'impuissance. A un moment, il avoua être coupable d'avoir subtilisé la clef, mais se bloquait sur les commanditaires de l'activité. Komorebi avait déjà fait un excellent travail d'en arriver là, et c'était maintenant à Kisuke de montrer ses capacités d'élocution.

Ha Isei-san ! Je m'excuse du tempérament de ma collègue. Elle veut aller droit au but et veut punir les responsables. Et on sait tous les trois ici que tu ne l'es pas. Tu sais, j'étais moi-même académicien dans ces murs. J'ai été jeune. Je sais ce que c'est. Je comprends que c'est dur. Je comprends que tu n'as pas le choix. Est-ce que tu as soif, par hasard ? Ou un petit peu faim ?

J'ai... Si vous avez un petit biscuit... je ne dirais pas non...

Kisuke sortit de sa besace magique un cookies qu'il avait cuisiné la veille au soir. Ce n'était pas le plus frais mais les cookies pouvaient tenir plusieurs jours sans problème. Il lui tendit le cookies avant de s'agenouiller pour se mettre à son niveau. Le regarder droit dans les yeux. Cela mettait une relation d'égal à égal, et non pas de supériorité. C'était parfait pour établir un lien de confiance.

Voilà. J'espère que tu le trouve bon, c'est une recette qui me vient de mon sensei. Je te trouve très brave de supporter tout ceci sans vouloir embêter les adultes. Mais nous sommes ici pour cela. Pour aider tous les jeunes, et remettre dans le droit chemin ceux qui s'en écartent.

Oui... je vois.

Pas encore convaincu, le bougre. Et c'était bien normal. Peut-être qu'on le lui avait déjà dit mille fois. Et qu'il n'avait pas vu de changement. Mais a partir du moment où cela devenait une mission shinobi, changements il y aurait.

Ceux qui sont méchants n'iront pas en prison, non. Nous ne sommes pas des barbares. Mais leurs attitudes seront corrigés et ils seront surveillés. Tu ne les reverras pas de si tôt. Et tu seras certainement un puissant shinobi d'ici là. Peut-être même déjà un chunin ? Tes professeurs m'ont dit que tu étais doué. Devenir chunin est probablement facile pour quelqu'un intelligent comme toi. Et les chunin n'ont peur de rien, pas vrai ? Je pense pouvoir dire avec assurance qu'ils ne te poseront désormais plus de problème. Seulement...

Ses yeux avaient un espoir dedans. Une petite lueur, encore fragile.

Seulement ?

Seulement, si on sait pas qui c'est, on ne peut ni t'aider toi, ni les aider eux, ni retrouver ces dangereux parchemins. C'est embêtant pour nous, parce que cela nous empêche de pouvoir t'aider toi, mais aussi de retrouver les parchemins de Teruyo-sensei. Alors, déjà, j'aimerais que tu me confirmes leur nombre.

Un début d'information. Une fois celle-ci lâchée, le restant serait plus facile à obtenir.

Hyûga-san... Ne leur dîtes rien sur moi. Ils...Ils sont... quatre. Il n'y en a qu'un seul à l'Académie.

Bien. Maintenant, je sais qu'il y a un chef de bande. Et que tu as peur de lui. Mais je pense que tu as moins peur de ses sbires. Tu peux me donner leur prénom à eux ? Ils sont pas si redoutables, en fin de compte. Ils sont juste sournois et nombreux. Et même pas très futé je parie.

Itachi... Sasuke... et Obito...

Des parfaits inconnus, et sans doute capablement incompétents. Les jeunes compétents ne s'abaissaient pas à l'harcèlement. Uniquement les gens en manque de reconnaissances dans la vie de tous les jours. En manque de reconnaissances... ou d'accomplissements. Des imbéciles qui compensaient sur d'autres. Le chanvre de la société.

Très bien. Tu fais ça très bien, Isei-san. J'ai une dernière question maintenant, et tu ne dois pas me dire de nom. Tu dois juste me répondre par oui ou par non. Ou même hocher de la tête, si tu ne t'en sens pas capable. Shinichi Yoruto ?

Un coup qui ne venait pas de nul part, puisqu'il avait eut des informations sur cette personne et que si elle avait déjà tenté seule, elle pouvait avoir recommencé à plusieurs. En tant que chef d'un petit gang de petite frappe, par exemple.

Oui.

Kisuke jetta un regard de biais à sa compagne de mission avant se prendre les épaules du jeune académicien et de le calmer de sa voix la plus douce possible. De le rassurer. Ce n'était pas dans sa mission, mais c'était important. C'était, en quelques sortes, son nindo de s'occuper des enfants et des gamins.

C'est tout ce qu'on devait savoir. Je te remercie, Isei-san, et je te rassure tout de suite. Ce cauchemar va se terminer pour toi très rapidement. Tu vas être un grand shinobi, et aujourd'hui tu as fait le bon choix.

Il le lâcha et se releva.

Merci... Hyûga-san.

Il sortit de la pièce et attendit que Komorebi en fasse de même avant de fermer la porte. Isei n'avait plus besoin d'être au courant de la suite de l'enquête. Cela serait un manque de professionnalisme de leur part. Ils avaient des noms. Une confession. Un mobile. L'arme du crime. Il ne manquait plus que de trouver ce qui avait été volé. Pour ce faire, la discrétion était encore de mise - arriver toute sirène hurlante était le meilleur moyen de faire disparaitre toute la marchandise volée.

Il faudrait avoir une description de ces gens, et leur lieux de résidences. Puis on pourrait faire travailler ton Byakugan... ou le mien. Il faudra en tout cas arrêter ce groupe de canailles.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Lun 16 Aoû 2021 - 12:26
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] K_r6enWn

L'interrogatoire en deux temps avait finalement porté ses fruits. Ce ne fut non pas un, ni deux, mais bien quatre noms qui furent confirmés par les lèvres hésitantes du jeune Isei. La mission progressait à un rythme appréciable pour les deux Pupilles blanches. Si tout au long de l'entretien entre l'enfant et le vieux Hyūga, Komorebi demeura impassible, elle relâcha néanmoins ses traits inflexibles au final. Une maigre expression de satisfaction se lisait dans la commissure de ses lèvres. Une fois l'interrogé au loin, Komorebi ressassa faiblement l'avancement de la mission.

Yoruto, Itachi, Sasuke… et Obito, donc…

Le nom des quatre canailles lui était pour l'heure inconnu. Impossible d'y associer le visage du crime sur ces quatre dénominations. Kisuke suggéra à sa camarade de mission de les identifier pour pouvoir les arrêter. La fausse Toph se contenta d'acquiescer d'un signe de la tête, avant de proposer une idée auprès de Kisuke.

On sait que ce Yoruto était un ancien élève d'ici. On ne devrait pas avoir de mal à obtenir des informations à son sujet dans les registres de l'Académie. Pour le reste… Elle soupira. Ces gamins doivent se déplacer en meute, comme des hyènes. Si on trouve l'un d'entre eux, on remontera facilement auprès du reste du groupe. L'aide d'Isei n'aurait pas été de trop pour avoir une idée de la tête de ces gosses, mais on fera sans.
Plutôt que de brusquer davantage l'élève modèle avec ses bourreaux, le tandem de Hyūga inspecta une dernière fois les archives de l'Académie militaire. Leur cible ayant quitté les bancs de l'Académie depuis un certain temps, la recherche fut plus longue qu'attendue. Mais au bout du compte, Komorebi et Kisuke débusquèrent une fiche au sujet de Shinichi Yoruto.

D'après les informations transmises à l'Académie, il habitait à proximité du domaine clanique des Borukan, seul avec sa mère. La fiche d'inscription du garçon turbulent était accompagné d'un registre de classe. Ses professeurs décrivaient le personnage comme quelqu'un d'agité, au tempérament fougueux. Un brin bagarreur, il n'hésitait pas à s'affirmer lors des épreuves physiques, à défaut de briller lors des épreuves plus intellectuelles. Il n'hésitait pas à affirmer à qui bon voulait l'entendre que son père était un Borukan, et confrontait avec les poings quiconque réfutait cette prétendue vérité. Une note de bas de page insistait sur son obsession sur l'apprentissage des techniques, en dépit du programme qui réservait cette pratique à plus tard.

Avec toutes ces données en poche, le duo de Hyūga fut en mesure de se diriger vers le dernier domicile connu de Shinichi Yoruto. Le Byakugan allait s'avérer particulièrement utile pour mener à bien la filature de la tête de file du groupe de bandits juvéniles. Pour mener à bien leur nouvel objectif, Kisuke et Komorebi se dirigèrent vers les hauteurs du village. Un point de vue idéal pour dominer l'ensemble de la cité marchande, et ainsi épier le moindre mouvement de la foule au moyen de leur dōjutsu.

L'œil braqué vers le domaine des maîtres des volcans, Komorebi parcourut les maisons à la recherche de celle de Shinichi Yoruto. C'était la fin de la journée, et que ce Yoruto travaille ou non, il semblait très probable qu'il passe par ici. Avec ses jumelles organiques, Komorebi put apercevoir une silhouette trapue, celle d'un jeune homme qui correspondait en tout point à l'idée qu'elle se faisait de Shinichi Yoruto. Cheveux crépus, regard dur, ses gestes lents trahissaient une certaine fatigue. Un écriteau au seuil de la modeste demeure confirmait la présence des deux Shinichi dans les parages.

Je crois bien avoir trouvé Yoruto. Il est avec sa mère. L'intérieur est assez… simple. Pas de traces de rouleaux pour le moment.

Komorebi continua d'observer la scène. La mère commença à préparer de quoi nourrir son fils et elle-même. On sentait une certaine précarité dans le mobilier, la pauvreté de l'alimentation des deux Shinichi. Pourtant, la mère tentait de garder le sourire auprès de son fils. Le regard omniscient de Komorebi décelait une légère mais permanente hargne du jeune homme, qui sans doute racontait le déroulé de sa journée de dur labeur. Un brin d'empathie envahissait les traits de son visage. Après le repas, le jeune homme quitta la demeure pour profiter de son temps libre. Si l'attention de la Hyūga fut abaissée au fil du temps et du manque de rebondissements, elle redoubla d'efforts pour suivre le trajet du délinquant présumé et le mémoriser. Sans doute conduirait-il vers ses complices.

Malgré la foule croissante, Komorebi parvint tant bien que mal à suivre les déplacements de Yoruto jusque dans le centre-ville d'Iwa. Là, elle constata l'ajout de plusieurs garçons du même âge que Yoruto, lesquels discutaient et riaient bêtement aux côtés du déscolarisé. La suite de la filature prit alors une tournure inattendue. Une demi-douzaine de ces vagabonds nocturnes s'éloignèrent d'Iwajuku pour se diriger vers une destination… dangereuse.

Kisuke-san. On doit se préparer à se mettre à l'abri. Ils… se rapprochent de nous.

En effet, après avoir traîné dans les ruelles de la ville, Yoruto et sa bande se retrouvèrent sur les hauteurs de la ville. Ils étaient sur un plateau voisin de celui où Kisuke et Komorebi se postèrent pour suivre les mouvements de Yoruto. Certains avaient apportés avec eux de quoi grignoter, d'autres de quoi s'enivrer, en dépit de leur âge. Sans doute s'étaient déplacés jusqu'ici pour être à l'abri des regards indiscrets. Sans se douter qu'ils seraient la proie de l'œil absolu du clan Hyūga. Si la fatigue commençait à assaillir l'œillade nacrée de la kunoichi, son bilan était clair : un des six personnages présenta au reste de la bande les fameux rouleaux volés. Dissimulés derrière un rocher escarpé, la kunoichi rapporta la découverte à son partenaire de mission.

On tient nos coupables, on dirait. Et ils ont apporté leur butin avec eux… J'ai l'impression qu'ils essaient de s'approprier le contenu de ces parchemins… on fait quoi à présent ?

_________________
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Ebpfvj4

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Lun 30 Aoû 2021 - 12:47
Excellente idée, Komorebi-san.

Kisuke trouvait excellente les suggestions de sa cousine sur le pistage. Elle était intelligente. Compétente. Ils trouvèrent des informations dans les archives de l'Académie et partir de là pour retrouver l'emplacement de la maman de Yoruto. Ils n'habitaient pas très loin du clan Borukan. Ce qui, avec ses affirmations qu'il faisait partie du clan, laissait peindre une amère réalité. Il était peut-être un batard rejeté de tous.

Cela ne lui donnait pas le droit d'être un criminel pour autant. Mais il avait un peu de capital sympathie. Surtout que sa famille ne semblait pas rouler sur l'or, bien loin de là. Mais toujous aucune trace des rouleaux. C'était presque inquiétant, jusqu'au moment où ils revinrent de visu. Le gang était plus grand qu'initialement estimée. Ils étaient six, et l'un d'entre eux était en train de remettre les rouleaux à Yoruto qui les examinait.

Komorebi demanda quoi faire de la suite des opérations. Elle avait un petit peu forcé sur son Byakugan, aussi, Kisuke se décida à prendre sa part des choses et aller à la confrontation.

La mission stipule de récupérer les rouleaux et de dispenser une punition juste. Commençons donc ce sac, je vais le récupérer puis essayer de négocier qu'ils se rendent. C'est possible... qu'ils essaient de s'enfuir, au moins certains d'entre eux, mais je vais essayer d'en diminuer l'envie et le risque. Reste ici, je m'occupe des rouleaux et de la parlotte.

Il contourna le lieu du rassemblement (pour ne pas divulger l'emplacement de Komorebi, mais aussi pour une autre raison qui deviendra apparente plus tard) avant de trouver l'endroit parfait pour faire son entrée. Il marcha simplement à leur rencontre, gonflant ses pectoraux, avant de concentrer du chakra dans ses pieds et de charger sa cible principale. Yoruto, qui avait les parchemins en main.

Yoruto, surpris, n'avait plus les parchemins en main.

Kisuke les agita aux yeux de tous. Un air de trouble s'invitait à la fête et ils firent silence et se levèrent tous. Il avait leur attention. Bien, il était temps de commencer le spectacle. Ce n'était pas une envie particulièrement de Kisuke, plus un souci d'efficacité. Un spectacle bien mené rendant souvent la transition plus facile.

Merci, mais ceci appartient à l'Académie. Bonjour à vous Yoruto, Itachi, Sasuke, Obito... et les autres.

Kisuke fit alors sa "démonstration". Il s'agissait d'une de ses techniques les plus puissantes du moment, mais qui n'étaient pas excessivement forte et restait assez non léthale pour cette opération tout en étant impressionnante. Il expira son souffle, et dans son prolongement, expira un pulse de chakra omnidirectionel. C'était la base du Kaiten, une arcane bien connue du clan Hyûga. Mais ici l'arcane avait été déssassemblée à son plus simple appareil. Une simple projection de chakra, sans tourner sur soi même. Pas de mudras, pas de déplacement de muscle. Il n'y avait plus que le squelette de la formation défensive classique du clan. Ce qui restait, par contre, avait un certain impact, comme se prendre quelques coups de poings sur le corps. Pas suffisant pour mettre quelqu'un KO. Suffisant, par contre, pour mettre au sol plusieurs des six délinquants, renverser des bouteilles et des meubles, leur faire réfléchir deux fois avant de se jeter sur lui, et surtout, assumer sa dominance.

Et ce via une technique qui n'était pas classique et avait un certain air de mystère. Le spectacle !

Je suis un vieux et puissant shinobi, je connais vos identités, rien ne sert de fuir, mais il est temps de faire face aux conséquences de vos actions. Faites preuves de bon sens, et la punition sera amoindrie, tout ne doit pas nécessairement mal se passer. Mais il arrive un temps où chaque enfant doit devenir adulte, et ce n'est pas avec ce genre d'alcool là que vous y arriverez. Je vous conseille d'ailleurs mon alcool de cerise...

C'était du bluff, evidémment. Son chakra ne lui permettait pas encore d'enchainer ce genre de techniques. Son souffle était difficile à maitriser par l'effort d'enchainer une charge avec une grosse dépense. Le spectacle, c'était son bouclier en ce moment. Il comptait sur son apparence de vieillard qui était souvent correlé - faussement - à celle de puissance dans le monde shinobi. Il essayait ensuite d'atteindre leur bon sens cartésien.

Y'en a toujours un qui se croit plus malin que les autres.

Il courrait dans la direction opposée de Kisuke, opposée à celle qu'il avait prise pour les surprendre dans ces joyeusetés et ces ripailles. Il courrait... droit sur Komorebi. (Ce qui était la raison pour laquelle le Hyûga les avait initialement contourné). Kisuke mit cérémonieusement deux doigts en bouche et se mit à sortir un grand sifflement strident à l'intention de sa collègue avant de se tourner vers les autres délinquants.

Il va sans dire que je ne suis pas seul. Bon, pour votre collègue, pas de réduction de peine et sans doute quelques os de brisé, s'il fait le difficile. Mais vous allez être raisonnables, pas vrai ? Allez, mains derrière la tête et tous au sol.

Ils obtempérèrent assez vite. Ne restait plus que le fugueur. Kisuke sortit du fil de fer et se mit à les menotter du mieux qu'il pouvait. Il avait assez confiance dans sa cousine. Et au pire... Au pire, il pouvait toujours retrouver ce fugueur à l'ancienne, par la traque et le byakugan.
Spoiler:
 

_________________
Palmarès shinobi:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Jeu 2 Sep 2021 - 17:04
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] K_r6enWn

Ils y étaient. La mission touchait à son but. Sur les hauteurs d'Iwagakure no sato, les deux Hyūga parvinrent à débusquer les voleurs de rouleaux. Curieux hasard, ces derniers se jetèrent sans s'en rendre compte dans la gueule du loup. Il convenait néanmoins pour Komorebi et Kisuke d'interpeller les délinquants juvéniles avec la manière. Ce fut l'aîné, Kisuke, qui prit l'initiative de prendre en tenaille les six vagabonds. Komorebi suivit attentivement sa progression, jusqu'au moment où il parvint à attirer leur attention tout en subtilisant leur magot. La Hyūga souffla de soulagement; mais le plus dur restait encore à faire. Son parent se tenait désormais dans une meute de rebelles à dompter. Pour se faire, l'homme au chapeau-bob rusa au moyen de son chakra. Une véritable tempête de chakra naquit au creux de ses tenketsus, balayant tout dans son passage. Une mise en garde accompagné d'un avertissement à la hauteur du coup de bluff de son créateur.

Komorebi s'amusa de cette démarche, et des réactions des adolescents. Pantois, ils ne firent qu'observer impuissant la démonstration de force de Kisuke. Tous, ou presque. Un récalcitrant décida de fuir dans la direction opposée, là où ses camarades se soumirent à l'autorité du ninja. Le plan de Kisuke fonctionna à merveille : le piège qu'il avait tendu sur ces rebelles se refermaient, alors que le fuyard courrait droit vers Komorebi.

Là, la Genin n'eut qu'à sortir de sa cachette, à la grande stupeur du jeune homme. Il tenta de modifier sa trajectoire pour entamer sa descente, mais l'agilité de la kunoichi prit le pas sur la démarche effrayée du rebelle. Komorebi coupa court à sa course en lui fauchant les pieds. Il trébucha aussitôt, s'écrasant dans un tas de terre et de gravats. Là, il se releva, furieux. Sa fuite ne pouvait pas s'arrêter là. Pas après tout ce qu'il avait entrepris. Tremblotant, il confronta le regard glacial de la Déchue. Figé sur place, le quidam tenta de se donner le courage de l'affronter. Le palpitant qui serpentait dans ses tempes lui donna les ressources pour fondre sur sa proie, dans une ultime tentative désespérée.

Idiot…

Cette ruée n'avait rien d'impressionnant. Comparée aux duels avec son sensei, Komorebi ne voyait en ce blanc-bec qu'une charge de moustique incapable de piquer. D'une main, elle repoussa promptement son adversaire. Sa paume percuta son plexus, le figeant sur place avant qu'il ne retombe à nouveau au sol. De l'autre dextre, parcourue d'étincelles blanches, elle donna une correction à son opposant. La paume se posa à même la jambe droite du malheureux, qui poussa un cri de pucelle. Komorebi sanctionna l'effronterie de son adversaire au moyen du Raiton. L'adolescent se tordait de douleur, agrippant sa jambe qu'il découvrit engourdie après le châtiment modéré de la kunoichi. Dorénavant, il n'irait pas bien loin. La kunoichi se tourna vers le reste des récalcitrants, progressivement maîtrisés par Kisuke. Son visage était sévère.

Voilà ce qui vous attend si vous tentez une connerie comme votre petit camarade. Obéissez, et tout se passera bien. Sinon, vous aurez droit à une correction du même genre.
Bon flic, mauvais flic. Komorebi appliquait invariablement ce principe tout au long de la mission.

Mais l'avertissement de la Déchue avait probablement éveillé les tendances de refus à l'autorité de certains. Ainsi, alors que la plupart des voleurs furent ligotés au fil de fer, un seul profita de la distance avec Komorebi et du fait que Kisuke menotte un de ses camarades pour tenter de se rebeller. Il composa nerveusement quelques mudras, quitte à se tromper et à recommencer. La kunoichi discerna l'entourloupe que trop tard pour prévenir son acolyte.

J'me laisserai pas encore diriger par de foutus ninjas ! Fūton, la …

Mais avant qu'il ne termine d'incanter sa technique, Yoruto fut propulsé en arrière par son propre jutsu. La bourrasque qui visait Kisuke fut trop puissante pour le corps de Yoruto, lequel fut propulsé en arrière, et dégringola immanquablement en contrebas. Les dégâts de recul de cet échec de ninjutsu firent disparaître le chef de la bande du sommet du plateau. Komorebi accourut pour porter assistance à Kisuke, lequel était plus proche du disparu.

Kisuke-san ! Je m'occupe d'eux ! Yoruto est tombé quelques mètres plus bas, allez l'aider avant qu'il ne finisse plus bas encore !

La mission prenait une toute nouvelle tournure. Ce qui n'était pas vraiment du goût de Komorebi, essoufflée, qui tentait de prendre le relais afin de garder le groupe de voleurs sous le contrôle des deux Hyūga.

_________________
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Ebpfvj4

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Ven 3 Sep 2021 - 12:07
Kisuke pensait que tout était réglé, que la mission était terminée. Il n'en était rien - ou du moins, il y avait un gros imprévu. Il entendit un avertissement de sa collègue. Ses sens en aguet se dirigèrent vers la source de bruit et de chakra. Il mit son bras gauche devant lui. Heureusement. Le jutsu futon qui résultat était tout sauf une réussite.

Et le résultat lui dévasta le bras tout en propulsant le jeune adulte au loin.

Bordel.

Kisuke avait une lacération profonde sur son bras gauche. Même si le genin raté n'avait pas bien appliqué sa technique, le résultat avait été dévastateur. Sans l'esquive et l'avertissement de Komorebi, Kisuke aurait été certainement bon pour les urgences. Non pas que l'Hopital n'allait pas très rapidement devenir nécessaire, mais ce n'était pas l'absolue nécessité. Ils étaient sur les hauts plateaux, en bordure de falaise, et Yoruto venait de s'envoler sous la puissance de son jutsu mal contrôlé.

Kisuke devait très rapidement le trouver et le sécuriser.

Il flasha son Byakugan, le trouva en train de glisser le long d'une paroie et accouru à côté de lui d'un saut - avec ses pieds chargés de chakra. Une charge qui le mena lui aussi en terrain accidenté, mais il avait l'avantage du kinobiri pour s'accrocher à la surface de pierre. Et la jambe du jeune homme semblait mal en point, elle lui faisait visiblement souffrir le martyr. Une mauvaise réception ? Une fracture ? Il tendit son bras droit - le seul qui était encore bien en état après la déflagration futon.

Yoruto, donne-moi ta main ! VITE !

Par réflexe, sans doute, les mains s'agrippèrent et Kisuke fit un nouveau déplacement accéléré en arrière, trainant le jeune homme derrière lui dans sa course effrenée. Les bruits de cailloux qui tombaient laissère place à un long silence, tandis que les rochers tombèrent dans le précipice jouxtant le village.

Précipice dans lequel Yoruto aurait pu plonger par inadvertance. Et quand bien même il était un délinquant et une racaille, il ne méritait pas de mourir pour ce genre de petite bétise. Kisuke reprit son souffle. Cela avait été moins une, et sa réserve de chakra en avait pris un sérieux coup. Komorebi semblait garder le contrôle sur la situation pour les autres, ce à quoi Kisuke fit un hochement de tête avant de regarder la jambe de Yoruto et de palper certains endroits.

Vu les grimaces de douleur qui lui tordaient le visage, sa jambe était au minimum cassée. Mais Kisuke n'était pas eisenin.

Bon, le plus important c'est qu'il n'y a pas de dégâts permanents. Plus de peur que de mal, pas vrai ? Allez,vous allez avoir une discussion avec l'Académie et du travail d'intérêt général. Toi et moi, Yoruto, on va commencer par aller à l'Hopital puis on fera le même détour. Pas d'enterloupe, cette fois-ci. Komorebi-sama, vous pouvez vous charger de ramener les parchemins également ? Je vous remercie.

Après cette répartition des tâches, Kisuke demanda implicitement à sa partenaire un accord verbal pour finaliser cette mission.

Et avec sa dernière once de chakra, Kisuke invoqua un large serpent qu'il monta avec Yoruto pour l'emmener rapidement à l'Hopital. Sa jambe prenait une sale couleur violacée et sans doute qu'il y avait une fracture derrière. Au plus rapidement ils allaient à l'Hopital, au plus vite ils seraient statués sur son état de santé. L'avenir ne serait certainement pas si clément que cela pour le shinobi qui avait essayé de se battre avec des techniques mal maitrisée. Il devrait sans doute aller dans un institut spécialisé dans la délinquance juvénile. Mais Kisuke laisserait les autorités en juger, ce n'était pas son rôle.

Accessoirement, Kisuke profiterait du passage à l'hopital pour se soigner le bras gauche. Cela pissait un peu le sang.

_________________
Palmarès shinobi:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Empty
Sam 4 Sep 2021 - 15:32
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] K_r6enWn

Tout semblait indiquer que la mission touchait à son terme. Pourtant, obstiné à s'opposer à l'autorité de ses aînés, Yoruto décida de faire montre de son "talent" pour le ninjutsu. Une démonstration qui se retourna littéralement contre lui puisqu'il disparut du plateau, forçant Kisuke à partir à sa rescousse. Dans sa course effrénée, Komorebi s'empressa de maîtriser la situation en lieu et place de son cousin. Si la Déchue comptait faire montre de son inclination à menacer quiconque refusait de l'obéir, la chute de Yoruto figea ses camarades sur place de trouille. Était-il encore en vie ? Jusqu'où le jeune homme était-il tombé ? Est-ce que les ninjas de la Roche pouvaient le sauver ?

Kisuke, malgré son bras salement amoché, détenait la réponse à toutes ces inquiétudes en lui. Sans hésitation, l'homme fusa à la rescousse de celui qui précédemment l'avait blessé. La sévérité qui tiraillait le visage glacial de Komorebi se mua provisoirement en une expression d'amertume. Elle plissa les yeux en songeant à la tâche ingrate qu'elle confia machinalement à son aîné de la Bunke. Elle regrettait de ne pas avoir pris en compte l'ampleur de sa blessure plus tôt. Alors elle demeura fermement debout parmi les cinq autres vagabonds, espérant de tout cœur qu'il n'était rien arrivé de grave au jeune Yoruto.

Après quelques minutes d'angoisse sans voir Yoruto ni Kisuke, les cinq garçons furent soulagés de voir leur camarade indemne, malgré une vilaine blessure à la jambe. Komorebi, grâce à son Byakugan, fut la première à être détendue de l'issue de ce sauvetage express. Elle remercia d'un signe de la tête son parent, puis approuva le plan de ce dernier.

Pas de soucis, Kisuke-san. Je m'occupe de rapporter les rouleaux à l'Académie, et de laisser ces jeunes hommes entre les mains de l'administration de l'Académie. Ils sauront quoi en faire.

Tandis que Kisuke fila à dos de serpent géant, ce qui ne manqua pas de surprendre la Déchue, les cinq autres délinquants suivirent Komorebi au rythme du fuyard, boitillant légèrement. L'aura que dégageait la Genin en cet instant, emplie de rudesse, dissuada les quatre autres voyous de tenter quoique ce soit sur le chemin de l'Académie. La kunoichi en profita même pour se délester du poids de son Byakugan, présent depuis le début de son ascension sur la cime de la Roche. Là, après avoir errés dans les ruelles assombries par l'aube du soir, Komorebi et ses obligés déposèrent les parchemins volés au sein de l'Académie de la Roche. Elle confia aussi les cinq voyous sur place, en attendant que les autorités prennent la main.

Un sentiment de libération emplissait progressivement la kunoichi alors qu'elle quitta l'enceinte de l'établissement. Aux côtés de Kisuke, elle avait accompli une mission. Certes, de rang C, mais elle avait prouvé aux autorités qu'elle n'était pas une marginale qu'il fallait laisser de côté. Ses rencontres récentes lui avaient prouvé qu'elle pouvait encore espérer quelque chose d'elle-même. Ainsi, malgré la fatigue qui pesait sur son regard nivescent, elle profita de cet élan de fierté pour trouver la force de rédiger son rapport de mission avant de se coucher. Kisuke en avait suffisamment fait pour cette mission. Elle considéra ainsi évident que ce soit elle qui se charge de compiler le résumé de leur mission et de le transmettre aux autorités d'Iwa.

_________________
Au bout du rouleau [mission - Komorebi] Ebpfvj4

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757

Au bout du rouleau [mission - Komorebi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: