Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 9:13 par Ekko Snow

» [Iwa] Daiki Iranos
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué EmptyHier à 22:26 par Han Musashi


Partagez

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Lun 19 Juil 2021 - 13:57
Intitulé de Mission
Interroger le DésavouéAlors que Ketten venait de réveiller le Dieu Singe, le village s'est fait attaquer par deux autres individus venus pour voler les cadavres des shinobis importants du village de la Roche. Si l'un a réussi à s'échapper avec leurs dépouilles, l'autre a été arrêté et emprisonné. Votre mission est d'interroger cet homme pour obtenir des informations sur lui, les raisons exactes de sa présence et en bonus, des informations sur l'ennemi public.

Se rendre au nouveau commissariat.
Interroger le désavoué.
Lui extraire des informations sur le nécromancien, l'homme au chapeau, ses alliés ou sur sa propre identité.
Bonus : trouver une potentielle localisation d'où se trouve le nécromancien.





La tension qui avait rongé les nerfs du guerrier de pierre ces derniers jours venait de redescendre de plusieurs crans, et si il était encore très exagéré de parler de relâche, l’esprit de l’Oterashi pouvait à présent se permettre de se focaliser sur sa prochaine mission. Une mission, à vrai dire, qu’il aurait voulu qu’on lui confie des mois auparavant, car de sa réussite pouvait dépendre la traque sans doute la plus importante de la guerre toute entière qui les opposait à Tôsen et ses sbires.

Slalomant entre les monts qui cerclaient la cité pour se rendre au plateau sud-est où se trouvait l’agent du Shishiza qu’il cherchait, Yanosa ne pouvait s’empêcher malgré son soulagement tout relatif de fulminer. Que de temps perdu, songeait-il. Que d’opportunités manquées, gaspillées, pour de simples considérations bureaucratiques et à cause d’un burn-out qu’il avait vu venir à des kilomètres. Mais aussi tentant que cela pouvait être pour lui de remuer le passé, contrairement au Chapelier, le Tellurique n’avait aucun moyen d’influer dessus et devait se focaliser sur ce qu’il pouvait faire dans le présent. Aimi, en sa qualité de Taishô du Shishiza, avait enfin avalisé l’interrogatoire du mercenaire captif, et le temps était venu, enfin, de s’atteler à la tâche. Et ce ne serait, pensa-t-il cyniquement, toujours pas grâce à son propre chef d’unité que cela était enfin rendu possible.

In extremis, peut-être même sans le savoir, le Commandement d’Iwa venait d’éviter de provoquer une chaîne d’événements qui aurait fait emprunter à l’Oterashi une trajectoire totalement hors piste, et si l’intéressé n’aurait jamais reculé une fois engagé, lui-même n’aurait su dire où elle aurait pu le mener exactement. Le pire, pour le moment, était évité… Mais Yanosa était loin d’oublier ses griefs pour autant ou de changer son fusil d’épaule. Tout. Il ferait tout, pour obtenir les informations dont il avait besoin, et Toph elle-même ne pourrait pas l’en empêcher aurait-elle été présente et apte au service. Ses pas l’entraînant rapidement vers le prochain haut plateau dont l’absence de relief commençait à se dessiner au loin, le guerrier de pierre sentit instinctivement l’énergie de celui qu’il cherchait, et eut bien vite la confirmation visuelle de sa présence. Il fallait dire qu’Ashitaka, lorsqu’il s’entraînait… était difficile à manquer.

Les langues de lave dansaient dans les hauteurs, l’énergie rougeoyante du Borukan irradiant presque sur tout le plateau comme un soleil miniature. Prudemment, quoi que sans douter une seconde que le Juunin l’avait déjà senti arriver, Yanosa contourna le rouquin pour arriver dans son dos dans un dérapage sec et brutal qui témoignait aisément de son empressement.

« Ashitaka. Je viens d’obtenir l’aval d’Aimi pour interroger le Désavoué qui croupit dans nos geôles. Elle demande à ce que tu sois présent et que tu prennes part à l’interrogatoire… Voici le document. »

D’un geste leste, l’Oterashi lança le rouleau de parchemin où figuraient les instructions de la Chiwa en direction du Borukan, le laissant prendre connaissance de son contenu.

« ...Nous nous y rendons immédiatement. Je veux m’assurer des services d’un Byakugan pour ce travail, il faudra simplement faire un crochet par le Domaine Hyûga. Mon apprentie, Rin, devrait se trouver chez elle. »

Tournant le dos à Ashitaka pour se préparer à s’élancer en direction du centre, le Tellurique tourna légèrement la tête pour jeter un regard en arrière à son coéquipier, avec qui il avait déjà partagé plusieurs missions et pas des moindres.

« ...Agent du Shishiza. T’y voilà donc finalement. Satisfait par notre Triumvirat… ou bien brigues-tu toujours le poste d’Ombre, Ashitaka… ? »



Spoiler:
 

_________________
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Jeu 22 Juil 2021 - 13:10
Posé sur l'un des hauts plateaux, le rouquin aux yeux de loup fixait l'horizon. Il était là depuis une heure déjà à s'entraîner, mais il n'était pas réellement satisfait de ses résultats. Il souhaitait parvenir à faire autrement, Trouver une idée de technique en deux temps pour prendre par surprise ses adversaires mais surtout l'un d'eux. Il ignorait si la méthode marcherait, mais de toute façon, pour l'heure, il n'y parvenait pas. Terminant l'outre d'eau qu'il avait amené avec lui, torse nu tant la chaleur que dégageait la lave était grande, le jônin retourna au travail. Il enchaîna à nouveau une dizaine d'essais sans succès qui lui plaise suffisamment avant que des pas n'attirent son attention.

S'arrêtant dans son oeuvre potentiellement meurtrière pour tout visiteur impromptu qu'il n'aurait pas remarqué, il reconnu alors l'Oterashi qui semblait s'être remit de leur affrontement avec l'Homme au Chapeau. L'homme de pierre était plutôt coriace, il fallait bien l'admettre.

« Ohayo Yanosa. Très bien. »

Jetant un bref coup d'oeil au papier qui explicitait très simplement l'idée de la mission, le guerrier roux alla récupérer sa serviette et s'essuya avant de reprendre le haut de sa tenue et de l'enfiler. Emboîtant le pas à son collègue de la Roche, Ashitaka parvenait de mieux en mieux à marcher sans que cela ne puisse particulièrement se remarquer qu'il avait des prothèses.

« Je comprends. Elle pourra nous aider mais ce sera surtout une bonne formation pour elle. »

Accompagnant Yanosa vers le domaine Hyûga où ils pourraient récupérer la jeune femme et aller ensemble jusqu'au nouveau poste de police, le Loup resta pensif quelques instants suite à la question de son camarade.

« Il y avait besoin de bras, et j'en ai encore, alors bon... Autant aider. Pour le reste... Non. Un Triumvirat n'amène que plus de longueur pour chaque décision. On l'a vu lorsque Chôgen a fini par devenir le premier Tsuchikage, c'était parce qu'Iwa n'avait aucune capacité à répondre efficacement. Et je doute que Tsuyoshi, Teruyo et Aimi puissent rendre ce système viable juste à cause de sa nature. Quant à moi... Non. Pas pour l'instant en tous cas. J'ai un autre problème plus important. Plus personnel. »

Et il n'avait pas très envie d'en parler. Mais tant que les choses restaient ainsi, il ne parviendrait jamais à se concentrer suffisamment dans la gestion d'un village complet, qui plus est un village qui n'avait pas montré de réel engouement lorsqu'il s'était proposé en tant que Tsuchikage.

« Et toi Yanosa, où en es-tu de tes ambitions ? »

Tout en continuant de disucter, le duo arrivait enfin chez les Hyûgas. Frappant à la porte de la demeure principale du clan, le Borukan s'y présenta avec l'Oterashi et déclara qu'ils avaient besoin de Rin pour une mission. Ne restait plus qu'à attendre la jeune femme pour enfin aller trouver leur prisonnier.

_________________
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Jeu 22 Juil 2021 - 15:19

Ça devait faire quelques semaines que Rin avait rejoint les rangs militaires du village caché par la roche. Depuis, une routine commençait à s'imbriquer chez la trentenaire qui, si elle avait de la difficulté à suivre au début, parvenait désormais à retirer un maximum de ce quotidien qu'elle s'était créé. Bien différent de quand elle n'était que dans la vie politique de son clan, cette membre du conseil Hyûga devait désormais jongler avec plusieurs chapeaux.

Si les raisons qui l'avaient mené à se joindre aux shinobis et aux kunoichis du village étaient claires pour elle, les efforts qu'elle avait mis depuis qu'elle a pris cette décision ne sont que davantage de preuve de la détermination de l'héritière du Byagukan. C'est des multiples entraînements, divers apprentissages et une panoplie de mission qui avaient égayé l'agenda de Rin.

Ainsi, dans cette routine bien établie, Rin débutait toujours la journée par un passage sur le tombeau de son époux et de sa fille. Il s'agissait d'un désir personnel de se recueillir auprès de ceux qui avaient occupé sa vie pendant tant d'années, avant l'apparition de ce dieu du magma. C'était sans doute là une preuve quelconque de la difficulté qu'elle avait à lâcher prise, mais les événements étaient encore ressent et guérir d'une pareille ignominie prenait du temps.

Une fois cela fait, elle s'était mise en direction du dojo du clan. Rin avait eu quelques idées afin d'adapter son style personnel de combat aux divers arcanes claniques et elle avait passé les derniers jours à travailler les tenants et aboutissants d'un tel jutsu. S'il n'était encore pas prêt à être utilisé, c'était un objectif qui permettait à la parange de canaliser son énergie.

C'est à cet endroit qu'un serviteur vint la chercher. Deux individus l'attendaient aux portes du domaine. Ce n'était pas la première fois qu'elle était sommé de rejoindre Yanosa à cet endroit et, il fallait dire, il l'avait bien prévenu qu'elle allait devoir être prête à tout moment pour partir en mission avec lui. En ce moment, elle ne l'était pas tant que ça. Enfin, pas pour une représente de clan. En effet, il aurait été impensable pour les ancêtres que Rin se présente à ses invités - ou parte en mission - en tenue décontracter et couverte de sueur.

Ce n'était cependant pas quelque chose qui importait l'Oterashi qui serait sans doute plus énervé de devoir attendre qu'elle se prépare que de la voir arriver ainsi. Elle s'était personnellement distancée de certaines coutumes du clan en rejoignant l'académie d'Iwa et c'en était une. De toute façon, ce n'est pas tous les vêtements claniques qui était pratiques en mission, en entraînement ou peut-importe ce qu'avait en tête Yanosa quand il venait la chercher.

Pas à pas, elle se dirigeait vers le duo. Bien qu'elle reconnut immédiatement son mentor, son partenaire n'était pas complètement inconnu pour elle. Représente politique et membre du conseil du clan Hyûga, Rin avait évoluer dans les sphères administratives toute sa vie et s'était enquise de l'identité des divers représentants des grands clans de la roche. Si elle ne l'avait jamais rencontré et n'avait, à vrai dire, que peu d'information sur lui, il ne lui avait pas été difficile de reconnaître le manipulateur du Yoton. Après tout, être à la tête d'un clan offrait une certaine réputation, qu'on le veuille ou non.

Arrivant devant le duo, elle ne put s'empêcher de saluer celui qu'elle n'avait jamais vu de la façon la plus formelle possible. Se penchant vers l'avant, elle lui dit sur un ton de voix apaisé.

[Rin] - Enchanté ! Je m'apelle Rin !

Elle se relevait aussitôt. Ses pupilles éburnés analysaient la carrure du Borukan, puis se posait sur son enseignant.

[Rin] - Yanosa-Senseï ! Que me vaut l'honneur de votre visite ?

En quelques mots, ils informèrent Rin de la mission sur laquelle ils allaient se lancer et ensemble, ils se mirent en direction du commissariat en construction.

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Jeu 22 Juil 2021 - 18:38
Vous ne tardâtes pas à arriver au commissariat, tout en sachant déjà au regard de vos responsabilités quelle était la direction à prendre pour vous rendre dans les galeries souterraines que le commissariat veillait en silence. A votre passage, plusieurs Iwajins inclinèrent du chef, martelant par ce réflexe myotatique la rigueur de leur discipline et vous permettant de vite prendre la mesure de votre réputation au sein de ces murs : vous étiez connu, de tous.

Griffonnant sur un chiffon de papier depuis la table du poste d’alerte, la cheffe de vigie vous invita par un mouvement du bras à progresser vers les dédales abyssaux des geôles souterraines. Le chemin à prendre était dissimulé, et vous dûtes marcher quelques minutes au sein du bâtiment pour trouver le couloir d’accès. Vous devançant, vous croisâtes une jeune Genin qui tapa lourdement du pied sur une armoire en fer pour réveiller le gardien des portes closes. Au son vibrant de la paroi métallique, le gardien sursauta d’inquiétude et bondît de sa chaise en armant sa main sur le pommeau d’un large cimeterre ; un truc beaucoup trop gros pour faire dans la finesse. Presque à se demander si le fil de sa lame avait véritablement du tranchant…

Décollant difficilement ses paupières, le gardien vous adressa à son tour une inclinaison de tête en vous reconnaissant. Après un long soupir, il se soulagea et approcha de l’accès au dédale. Sa sénestre longea sa ceinture pour aller chercher le porte-clef grâce auquel il déverrouilla le mécanisme d’une porte massive de roche, qu’il dût pousser avec un effort physique particulièrement intense. Vous vîtes sur son corps les muscles se contracter avec une intensité remarquable, ses stries squelettiques gainant des paquets de fibres nerveuses : un colosse, littéralement. Il traîna devant lui le lourd obstacle, ce qui ne vous laissa pas indifférent : il fallait une puissance surhumaine pour débloquer cette porte, prouvant à quel point on n’accédait pas n’importe comment aux profondeurs du dessous.

Fier d’avoir libéré le passage, il vous adressa un large sourire tandis que la Genin le dépassait. Derechef, elle composa des signes incantatoires et mit feu à une torche couverte d’un torchon imbibé d’huile. Le flambeau s’alluma dans une étincelle prodigieuse et ses flammes crépitèrent rapidement, gagnant l’ensemble du torchon et s’arrêtant au niveau d’un bandeau blanc que vous supposâtes ignifugé, peut-être par un sceau.

Deux pas plombèrent le sol, annonçant l’approche du gardien colossal dont l’épaisse barbe rousse rappelait presque sans équivoque l’appartenance aux maîtres du magma ; d’ailleurs, il avait un air de sympathie pour Ashitaka qu’il avait déjà reconnu comme son semblable. Mais le message qu’il avait à faire passer n’était pas familial.

« On va peut-être enfin pouvoir en tirer quelque chose. Méfiez-vous. »

Et il se figea sur le côté pour vous laisser pénétrer dans les dédales souterrains et caverneux des geôles d’Iwagakure. La remarque qu’il vous fit avait cependant de quoi jeter dans vos esprits des flots d’incertitude. On n’avait pas interrogé le Désavoué depuis qu’il était là ; depuis qu’il avait été vaincu par la dangereuse Intendante, accompagnée de deux fidèles shinobi, Meho et Karasu. On n’avait pas interrogé le Désavoué car un mystère planait à son sujet et peu d’élus avaient eu la chance de savoir pourquoi.

Dans cette cellule, quelque chose d’anormal s’était produit. Aucune prison n’était semblable à celle du Désavoué, pour la simple et bonne raison qu’il l’avait fait sienne.

Vous marchâtes une bonne dizaine de minutes. Vous longeâtes plusieurs corridors, passâtes plusieurs portes et gardes. Les souterrains carcéraux de la cité étaient très bien gardés et vous saviez pour quel motif : il y respirait des dangers qu’il ne faisait pas bon chatouiller. La moindre évasion pouvait littéralement signifier la fin de la cité de la roche, sa destruction inéluctable. Une hypothèse que personne, pour cause, ne désirait.
Vous passâtes un énième coude menant à un énième couloir, profitant des raies de lumière jetés par les étincelles crépitantes de votre flambeau dans les tréfonds obscurs, humides et grisâtres du dédale. Et au détour de cet angle, vous arrivâtes enfin à destination en découvrant la longue allée qui menait à la cellule maudite.

Votre arrivée précéda la fuite de tout essaim de chauves-souris qui couinèrent et vous encerclèrent sans le vouloir, avant de s’enfuir par d’autres aspérités.

La suite arrive...
Revenir en haut Aller en bas
L'Écorché
L'Écorché

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Jeu 22 Juil 2021 - 19:34
Alors que les geôles s’alignaient parfaitement dans le couloir obscur, réparties en quinconce le long des murs gris qui empestaient l’humidité et la pierre, vous vîtes une irrégularité à faire frémir les plus audacieux d’entre vous. Au fond, parmi les dernières portes, une excroissance de roche paraissait engloutir une partie du couloir, jetant ses renforts minéraux un peu plus loin comme si à cet endroit, le mur avait cherché à élargir ses appuis. Inéluctablement, le couloir atrophié de sa largeur ne laissait plus qu’un mince passage au sein duquel il fallait se contorsionner pour pouvoir se faufiler à l’intérieur.

La base était plus large que le haut, mais après avoir rasé le mur de d’en face, vous fûtes à même de pouvoir jeter vos prunelles dans le mystère de ce phénomène. Il fallait se contorsionner puis entrer dans la saillance tellurique pour découvrir la singularité de ces dômes creux, qui derrière l’épaisseur de leurs parois protégeaient un secret inavouable.

Au cœur de l’aspérité rocheuse, des cavités abritaient trois de vos shinobis. L’espace était assez vaste pour accueillir une personne à la fois, vous obligeant à progresser en colonne. Deux cavités, face l’une à l’autre et réparties de chaque côté de ce mince corridor, abritaient des Genin dont les membres s’incrustaient dans la profondeur des parois rocheuses. Vous comprîtes que ceux-là, enchaînés à la matière tellurique, nourrissaient de leur propre chakra les renforts de Doton qui permettaient à cette geôle de garder captif le Désavoué. Accrochés aux pans de murs tel des sangsues, ils vous apparurent tels les otages d’un monstre de pierre qui s’amusait à aspirer leurs chairs au sein de ses membranes telluriques ; à la saillance des nerfs qui saillaient vigoureusement des bras noueux de ces deux bâtisseurs, vous comprîtes que l’exercice était pénible et épuisant.

Vous continuâtes de progresser entre ces deux énormes excroissances rocheuses. Les renforts n’étaient pas très longs, et s’il vous fut difficile de vous contorsionner au sein de ce mince corridor, vous n’eûtes qu’à tâtonner quelques secondes de plus pour découvrir le troisième shinobi. Un Chunin, cette fois. Leur chef.

Lui aussi au cœur d’une irrégulière cavité rocheuse, située sur le côté gauche des deux excroissances de mur. Lové dans la pénombre de son abri, il vous toisa de haut en bas avant de se rendre compte qu’il était face à deux autorités, en l’occurrence Yanosa et Ashitaka.

Par instinct, il inclina la tête en guise de respect et d’approbation. Sa vigilance accrue, il sonda chacun de vos faciès en se penchant légèrement pour pouvoir jeter ses orbes dans la brèche obscure que vous veniez de pénétrer.

Il attendit. Une bourrasque s’infiltra dans la brèche et souffla net votre flambeau, vous laissant dans le noir. Le shinobi savait ce phénomène parfaitement normal, et vous dûtes attendre que vos yeux s’accoutument à l’obscurité ambiante pour progresser.

Les secondes mortelles passèrent, vous rapprochant de votre rencontre.

Sans un traître mot pour ne pas alerter la vigilance du Désavoué, il posa enfin sa paume sur les parois de sa cavité et vous entendîtes le tremblement sourd d’une porte de pierre massive se mettre en mouvement. Le mécanisme s’ouvrit lentement, à la manière de la porte qui menait au dédale. L’obstacle était si massif qu’il paraissait invraisemblable d’espérer pouvoir le briser. Du plafond s’effritèrent quelques résidus de roche tandis que la lourde porte vous ouvrait ses secrets, s’arrêtant à cause des lourdes chaines d’acier qui bloquaient son ouverture complète.

Horreur.

Vos yeux accoutumés à la pénombre mirent encore quelques secondes à détricoter le schéma macabre de ce spectacle à nul autre pareil. Contrairement aux autres cellules, il n’y avait ici aucune lumière. Tout n’était que néant et pour une raison bien précise.

Le garde vous interpella.

« Prenez garde. Il peut être n’importe où. J’ai pour consigne de vous enfermer. Faîtes vite, je vous prie. »

Son visage qui paraissait pourtant imperméable aux émotions traduisit une peur refoulée. Il vous empressa d’entrer dans l’hospice du mal.

Derrière vous, le lourd battant se rabattît en faisant vibrer des gonds métalliques épais et en grondant, comme si un monstre de pierre, après avoir pompé les chairs des Genin, exprimait un râle de satiété.

Vous y fûtes enfin, mais au moment où vous entrâtes, tout prenait une tournure imprévue. Partout autour de vous se répandaient des fils membraneux. Oubliées ces cellules spacieuses et habillées de la lumière d’un flambeau que les autres prisonniers pouvaient vous offrir. Ici, l’habitat paraissait être le royaume ombrageux d’une créature tapie dans sa tanière, et étirée ou du moins, démêlée de tout ce qui pouvait la composer, comme une bobine de fil qu’on avait défait. Les fibres noires du Jiongu s’étaient étalées dans toute la cellule à la manière d’une araignée qui répand sa toile tout autour d’elle pour accueillir ses proies. Pire, vous eûtes beau vous concentrer, vous ne vîtes pas trace de l’Ecorché.
Il n’y avait là qu’un tissu noir et épais dont les filaments dardaient chaque paroi rocheuse, du sol jusqu’au plafond, rendant l’atmosphère encore plus ténébreuse. Les artères tissées passaient d’une surface à l’autre en sondant l’espace en biais ou tout droit, se répandaient de façon anarchique sur chaque zone possible. Impossible de progresser dans ce labyrinthe de tissus noirs : le piège était omniprésent et vous interdisait tout avancée possible. Ce n’était plus une prison à proprement parler.
C’était l’antre d’une veuve noire.
Vous vîntes à la rencontre du Désavoué. Et vous vous retrouvâtes bien dans son territoire.

« Qui ose. »

La voix caverneuse de votre ennemi résonna de nulle part, comme s’il s’agissait d’un spectre.

« Qui ose troubler ma quiétude mérite la mort. Cette cellule dans laquelle on m’a enfermé est mienne. Inconscient est celui qui croit pouvoir pénétrer ma toile sans qu’il ne s’y enlise et que je ne le dévore. Parlez, étrangers. Parlez, avant que je ne décide de votre sort. »

Les matières filamenteuses qui vous encerclaient, suspendues à tous azimuts et sur chaque relief de cette geôle, se mirent à vibrer.
Revenir en haut Aller en bas
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Ven 23 Juil 2021 - 2:08
« ...Je vois. »

Laconique, le guerrier de pierre ne rebondit pas davantage sur la réponse du Juunin. Ce dernier voyait dans le Triumvirat une organisation fondamentalement peu efficace du pouvoir au sein d’Iwa, ce à quoi l’Oterashi ne pouvait que concourir, mais il n’avait également aucun doute que les réserves du Borukan sur la gestion du village s’arrêtaient plus ou moins là. Nulle question de problème de confiance ou de bravade envers le pouvoir en place : seulement une observation objective, structurelle. Et loin d’Ashitaka était l’idée, vraisemblablement, de tenter à nouveau de se hisser au poste d’Ombre de la Roche.

« Toujours les mêmes. Nous faire gagner, sur tous les plans, et coûte que coûte. »

Yanosa ne pouvait pas se montrer plus franc que cela à l’égard de son coéquipier, avec qui il avait déjà partagé bien des labeurs et échangé sur leurs rôles au sein du village. Le Tellurique connaissait les forces du Borukan, et avait pleinement conscience des différences qui définissaient leur âme à chacun : de plus fidèles guerriers, sans doute Iwa ne pouvait-elle pas compter plus impliqués que les deux hommes. Le registre sur lequel ils opéraient, cependant, n’était parfois pas le même. De concert, ils rejoignirent cela dit sans délai le domaine Hyûga, où ils firent rapidement comprendre que Rin devait les accompagner sur le champ. Lorsque la kunoichi endeuillée parut à leurs yeux, l’Oterashi lui fit immédiatement comprendre l’importance et l’urgence de la situation. Car si cette dernière était toute relative il s’agissait, pour lui, d’un dossier oublié qui devait être traité au plus vite.

« Pas de visite aujourd’hui, mais une mission », lança-t-il en déposant rudement le parchemin de mission dans la dextre de la Hyûga.

Il laissa un instant tout juste suffisant à la jeune trentenaire pour prendre connaissance de son contenu avant de reprendre.

« On aura besoin de tes yeux, là-dessous. En route, ne perdons pas de temps. »

D’un signe de tête à Ashitaka pour s’assurer qu’ils étaient prêts, le guerrier de pierre s’élança le premier, direction le Commissariat. Ou plutôt, ce qui en tenait lieu. Car depuis le cataclysme Yonbi, le bâtiment était resté l’ombre de lui-même, et ne pouvait guère être qualifié que d’antichambre aux geôles qui se trouvaient loin, loin en-dessous. Sans échanger un mot avec les troupes en faction, Yanosa échangea une série de regards entendus, menant la marche avec une détermination empreinte d’impatience.

« ...Tu es le plus haut gradé Ashitaka, et tu es garant de cet endroit, maintenant. Cela étant dit je préfère te prévenir : je ferai tout… Tout ce qui est nécessaire, pour avoir les renseignements dont on a besoin. »

Lui comme Rin savaient ce qui était en jeu, et le guerrier de pierre n’allait pas le leur répéter. Se repérant non sans mal dans le début de dédale qui s’enfonçait sous l’ersatz de commissariat de la surface, le trio parvint à un premier point de contrôle. Attentif, Yanosa nota mentalement les embranchements, l’enchaînement des angles et la disposition des gardes. D’un coup de pied, une jeune femme en poste réveilla son comparse roux assoupi sur le côté en faisant toner le son cinglant d’une armoire en métal. Le type songea le Tellurique était imposant, même pour ses standards, et l’usage qu’il semblait faire de son cimeterre, vu son état, devait être peu académique. Un regard entendu, et le colosse savait exactement ce qu’on attendait de lui : se mouvant lentement mais efficacement, faisant rouler ses muscles, il déplaça l’imposante porte de pierre qui bloquait le passage de sa masse imposante et de laquelle l’Oterashi était fort coutumier.

« On y compte bien », répondit simplement le guerrier calciné à celui qui était vraisemblablement un Borukan.

Dans une pénombre seulement brisée par une série de torches maintenues par des sceaux, le trio s’engagea alors dans les tréfonds. Si Iwa avait pendant des années été le berceau du Yonbi sans le savoir, dans ces profondeurs, les hautes instances savaient au contraire pertinemment ce qui se terrait, et c’est en toute connaissance de cause que Rin, Ashitaka et Yanosa s’engouffrèrent alors dans leurs propres méandres, ceux de la Terre elle-même. Renouvelant son travail mental de mémorisation, l’Oterashi grava dans son esprit les intersections, tournants et voies de traverse exiguës des souterrains, de même que la position des postes de garde, leur densité et leur fréquence. L’épopée des profondeurs, malgré leur cadence soutenue, sembla durer une éternité au pugiliste de roche, qui ne desserrait pas la mâchoire depuis leur arrivée.

« ...Si ces torches faillissent, j’imagine que tu pourras nous éclairer un tant soit peu, Ashitaka. Mais Rin, ce sera toi et tes yeux, en bas, qui nous serviront de garde-fou… Tiens-nous informés de la moindre anomalie, et par pitié utilise un des expressions brèves et concises. »

Quelques minutes plus tard, le trio arriva dans un corridor ponctué de cellules de part et d’autre de ses parois de pierre brute et humide. Au loin dans le couloir, la largeur de ce dernier diminuait, engorgé par des excroissances de pierre qui firent froncer ce qui tenait lieu de sourcils au Tellurique. Il ne s’agissait pas d’un effondrement.

« ...Rin. L’homme que nous allons voir… se rend maître d’un matière filaire noire qu’il créé à partir de son corps. Il a été vaincu par Toph. Neutralisé et réduit à un fragment de vie humaine avant d’être enfermé ici. Prends les traits de la Godaime… et tâche d’être convaincante. Je veux voir sa réaction. »

Ils s’engagèrent dans l’étroit passage droit devant, faisant fi des chauve-souris, Yanosa courbant l’échine pour se faufiler en tête de colonne et profiter du relief moins marqué vers le bas. Mais alors qu’il passait l’obstacle, la réalité le frappa de plein fouet.

« ..Ce sont... »

De jeunes soldats, les membres comme aspirés par la pierre des parois, respiraient difficilement sous l’effort, concentrés sur le maintient d’une barrière Doton de haut niveau qui visait certainement à maintenir le Désavoué enfermé. Sa mâchoire serrée à l’en rompre, l’Oterashi porta doucement mais fermement sa main sur l’épaule de l’un et de l’autre.

« ...D’une façon ou d’une autre, votre garde prendra bientôt fin. »

Des mots d’encouragement. Des mots bien rares à sortir de la bouche de Yanosa, qui ne pouvait que louer le dévouement de ces camarades qui se chargeaient de maintenir un mal sous scellé. Et bientôt, le trio arriva près du troisième membre de l’équipe de garde. Un homme plus âgé, mais surtout tout à fait silencieux. Dans leur dos à tous, une bourrasque souffla soudainement, chassant la lumière des torches, appelant le règne de l’obscurité. En son for intérieur, l’Oterashi espéra qu’il n’aurait pas à rappeler son rôle à Rin en pareilles circonstances et songea que son idée de Henge la concernant s’avérait bien bancale avec si peu de luminosité. Il porta ensuite son attention sur le mouvement de l’immense dalle de pierre qui venait de se mettre à bouger sous l’injonction du Chûnin devant eux. Un déclenchement chakratique, pour déplacer une masse qui était certainement encore plus importante que celle de l’entrée des souterrains. Dans l’expression du shinobi en poste, le Tellurique décela un relent de peur : pour autant, ce fut avec une détermination redoublée, face à un trou noir béant qui siégeait en plein coeur de leur quartier carcéral, que le guerrier força le pas droit devant lui tout en joignant les mains, créant deux clones à ses côtés dont l’un resta en retrait près du gardien.

Et dans le dos du reste du groupe, le retentissement lourd et implacable de la dalle se propagea alors, tandis que les sens de Yanosa commençaient à s’étendre autour d’eux pour tâcher d’obtenir une quelconque information sur la nature de cette antre sans commune mesure. Et d’information, il en obtint rapidement une, alors que ses doigts entraient fugitivement en contact avec une matière à la fois souple et tendue à l’extrême, une fois, puis deux, avant que ce ne soit finalement son tibia qui ne se heurte à la même matière filandreuse et que son clone ne traverse des expériences similaires. C’est alors que la voix du Désavoué, tout autant que son chakra, résonna chez l’Oterashi.

« ...Lorsqu’on prend tout à un Homme… il semble qu’il puisse malgré tout faire sien tout ce qu’il pourrait avoir à portée de main. Pas grand-chose, dans ton cas… Mais la proposition qui t’avait été faite est toujours sur la table. A moins… que tu n’aies pris goût à cette… vie ? Ou peut-être est-ce l’espoir que l’un des tiens ne vienne te sortir de là un jour qui te fait t’accrocher comme ça ? Non… Non… Tu ne peux pas être si naïf. »

Plongé comme ses coéquipiers dans l’obscurité la plus totale, et voyant bien que sa vue n’était pas prête de trouver une quelconque source de lumière pour tenter de s’y acclimater, Yanosa s’assit alors en tailleur sur le sol, laissant seulement son bunshin debout non loin de lui.

« Tu as l’éternité pour la quiétude. Donnes-nous donc un peu de ce temps infini que tu as à disposition, tu veux bien. Oh et, à ta place… je me méfierais des indigestions. Si nous sommes ici, tu te doutes… que c’est car nous ne sommes pas des mets des plus savoureux. »

Résumé et Techniques
Yanosa créé deux bunshin (B) à l'entrée de la cellule proprement dite et un clone reste à l'extérieur tandis que l'autre accompagne le trio. Dans l'antre du Désavoué, il mémorise ensuite le chakra de ce dernier (D) et s'assoie en tailleur sur le sol, tandis que le bunshin qui l'accompagne reste debout.


_________________
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Dim 25 Juil 2021 - 16:46
Découvrant la jeune Hyûga, Ashitaka la salua, sérieux. La mission qu'ils avaient aujourd'hui était potentiellement importante en termes d'informations arrachées à l'ennemi. Restait maintenant à découvrir ce qu'ils pouvaient en tirer exactement, bien que le Borukan doutait qu'une créature comme celle-ci soit véritablement simple à faire parler. Dans l'idéal, il préférait éviter d'utiliser la force puisque cette dernière pouvait donner n'importe quoi au final. L'important serait donc de convaincre cet homme de leur dévoiler ce qu'il savait.

« Hajimemashite, Rin-san. »

Simple et efficace, Ashitaka laissa les deux se saluer comme ils l'entendaient. Bien que ce soit Yanosa le professeur, ce dernier avait le même âge que lui et ils étaient sensiblement plus jeunes que la Hyûga. Qu'importe, l'âge ne voulait pas dire grand chose dans ce monde où même les enfants partaient à la guerre.

Accompagnant donc ses camarades jusqu'aux geôles, ils y pénétrèrent sans soucis, tous les détails administratifs ayant étant réglés au préalable. Saluant au passage l'une des rares personnes du village pour qui Ashitaka devait lever les yeux, le Loup passa les portes tenues par le membre de son clan, bien barbu à l'image du Nidaime. Cette pensée lui arracha une moue encore douloureuse, mais ils avaient déjà passé le colosse et ce dernier ne pourrait pas le remarquer. Le Représentant du clan Borukan n'était pas du genre à montrer sa peine.

Longeant tant bien que mal les couloirs étroits de la cellule si particulière, le trio rencontra les shinobis qui s'occupaient de maintenir la prison en place. Un travail terriblement épuisant pour garder ce genre d'homme enfermé. Une fois à l'intérieur, avec "Toph" et Yanosa, le guerrier roux écouta les premières paroles qui émanaient du lieu clos sans qu'ils puissent déterminer d'où elles provenaient exactement. Les multiples fils Jiongu étaient sans doute peu rassurants pour les débutants, mais le manipulateur de lave resta impassible comme bien souvent. Les émotions étaient des emprises que ce genre de chose pouvait tenter d'utiliser contre vous, il y avait donc bien longtemps que l'homme aux yeux mordorés ne les laissait plus à découvert devant elles.

« Je te propose autre chose. Parles-nous de ce que tu sais et dis-nous ce que tu souhaites. Que nous trouvons un arrangement. Te garder là ne nous apporte rien actuellement et tu ne fais que pourrir ici. Il ne tient qu'à toi de changer cette situation. »

Simple et efficace, le rouquin n'aimait pas s'étendre en paroles. Encore une fois, chaque mot pouvait éventuellement être utilisé contre eux, pour leur faire perdre du temps ou leur donner de fausses informations.

« Il fait un peu trop sombre ici d'ailleurs. Évite de trop bouger, je risquerai de te blesser. »

Enchaînant tranquillement les mudras, le Borukan créa une dizaine de petites boules de Yôton qu'il plaça çà et là autour d'eux, évitant de toucher leur prisonnier pour apporter un peu plus de lumière dans cette prison souterraine. Dans la foulée, il enchaîna avec quelques autres mudras, développant ses sens chakratiques pour repérer où se situait la source principale de chakra de l'homme qui était retenu ici depuis plusieurs mois.

HRP:
 

_________________
[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Dim 25 Juil 2021 - 17:30

Une fois les salutations terminées, Rin fut mise au parfum des tenants et aboutissants de cette mission. Sur le chemin vers la prison souterraine, elle feuilletait une multitude de rapports faisant état de leur dernière rencontre avec le prisonnier qu'elle allait devoir interroger. En peu de temps, elle mémorisait le plus d'information qu'elle pouvait sur l'individu qu'elle s'en allait voir. Pour une fois, son passé en tant que membre du conseil allait avoir un petit je-ne-sais-quoi d'utile. Après tout, avant d'être shinobi, elle passait la majorité de son temps à lire ce genre de document officiel et avait développé une certaine compétence pour la lecture en diagonale.

Dans tous les cas, elle avait passé tout le trajet la tête plongée dans l'ancre des parchemins qu'on lui avait remise. Ce n'est qu'en commençant la descendre dans l'antre d'Iwa qu'elle relevait la tête, d'abord par manque de luminosité, finalement par simple curiosité. Ce n'était pas tous les jours qu'elle pénétrait dans les geôles de la roche et ce n'était pas tous les jours qu'elle rencontrerait un prisonnier de guerre. Elle ne pouvait qu'être sur ses gardes, autant à l'égard de sa cible que des propres mécanismes de défense mis en place pour empêcher ce genre de criminel de s'évader.

Le trajet jusqu'au désavoué était... unique ? Une multitude de chemins, une panoplie de portes et de mécanisme et surtout, une noirceur des plus tenaces. Elle avait bien essayé de se faire une carte mentale des lieux, mais si tout venait à tourner au vinaigre, elle savait qu'il serait plus judicieux pour elle d'utiliser son Byakugan dans un tel environnement. D'ailleurs, l'idée de s'en servir ici et maintenant la démangeait, mais il valait mieux économiser son chakra plutôt que d'assouvir sa curiosité.

Alors que Yanosa lui échangeait quelques mots, elle comprit sans problème le plan du Clairvoyant. Saurait-elle, cependant, être une "Toph" convaincante ? Elle n'avait jamais réellement interagi avec sa cousine. Si elle l'avait croisé ici et là, elle ne s'était jamais complètement imbriqué de sa personnalité. Arriverait-elle à l'imiter suffisamment pour tromper la vigilance de son ennemie ? Seul le temps nous le dirait.

S'il y avait cependant une chose à laquelle elle ne s'attendait pas, c'était de tomber nez à nez avec une multitude de soldats ayant fusionné à même la roche. Une multitude de genins qui nourrissait la terre et la prison du Jiongu. Aujourd'hui, elle découvrait un nouveau visage de la roche. Un visage qui venait la dégouter profondément. Si elle saluait le patriotisme des genins qui se donnait corps et âme à cette tâche, elle ne pouvait qu'être dégoutée de cette besogne. Était-ce là leur futur, s'il décidait de laisser le désavouer en vie ?

Juste avant de pénétrer dans l'antre de la bête, Rin composait un unique mudra. S'en suivit une très légère explosion de fumé qui, en se dissipant, révélait les traits de la godaime ; Hyûga Toph.



Alors que le trio s'avançait pour pénétrer dans la prison, la trentenaire composait un autre mudra, lui permettant de canaliser son chakra dans ses yeux. D'imposantes veines firent leur apparition autour des yeux de "Toph", elle activait son Byakugan.



Ses pupilles éburnés valsaient dans la pièce, elle était à la recherche de son ennemie. Cependant, pour le moment, elle ne voyait qu'une multitude de fils recouverts de chakra. Il y avait cependant quelque chose qui clochait - enfin qu'elle trouvait bien étrange -. Les fils présents dans la pièce étaient certes parcourus de chakra, mais d'une quantité très minime.

Comment pouvait-elle envoyer cette information à ses collègues sans griller sa couverture ? Elle souhaitait d'autant plus renforcer son image de "Toph" et, avec la voix de la godaime, prononçait quelques mots hauts et forts.

["Toph"] - Arrête ton théâtre, tu n'impressionnes personne ici. Surtout pas avec la maigre quantité de chakra qu'il y a dans tes fils.

Résumé Chakra : 1D - 1C.

- Rin utilise un Henge (D) avant d'entrer dans la pièce ou est le désavoué. Elle pour prend l'apparence de Toph [J'assume qu'étant du clan Hyûga et au vu de la réputation de la godaime, qu'elle connait son apparence et sa voix].
- En pénétrant dans la pièce, Rin active son Byakugan. [J'assume que même sous henge, les veines font quand même leur apparition autour de ses yeux.]
- Apercevant la faible quantité de chakra dans les fils (vue avec la narration en MP], elle relaie l'information tout en prononçant quelques mots avec la voix de Toph.

Objectif : Faire croire au désavoué qu'elle est la vraie Toph. Elle essaie de renforcir cette impression par : 1) L'utilisation du Byakugan. 2) La révélation qu'elle peut voir le chakra [si les veines du Byakugan pouvaient être imitées par Henge, de cette façon, il sait qu'elle l'a activé] 3) Que la lumière créer par la lave permettent de voir l'apparence de "Toph" 4) En utilisant la voix de la Godaime.


_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué Empty
Revenir en haut Aller en bas

[MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: