Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe

Aller à la page : Précédent  1, 2
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Jeu 16 Sep 2021 - 10:48
Pitié, voilà un mot absent du vocabulaire de l’ancienne prisonnière de Wasure no Kuni. Si quelqu’un était assez stupide pour venir affronter plus fort que soi, il fallait le payer dans le sang. S’ils avaient de la chance, ils en sortiraient en vie, meurtris, mais le cœur battant encore. Cependant, de pauvres erres ou des shinobis, Masami n’aurait aucune retenue pour des idiots de cette encablure. Elle avait dû briser le bras d’un protagoniste, le second quant à lui semblait être plus à même de reprendre le combat, il fallait en finir. Ces gens ne paraissaient pas être capables d’une quelconque réflexion. Ce que ceux de l’extérieur pouvaient être limités. Était-ce dû à leur formidable chance, l’opulence de leurs conditions de vie ? L’absence d’épreuves réelles pour gagner le droit de vivre ? L’adolescente et survivante se trouvait bien plus en droit de vivre que ceux-là, peut-être même aussi de ses compagnons de lutte du moment. Enfin peu importe, ce n’était pas un concours, seul le survivant à la fin de la journée avait eu raison de ses choix.

La Jiki fit glisser lentement de sa manche son kunai dans sa main droite. Se portant sur le côté avec un regard montrant le peu de considération pour ces formes de vie, ces humains, elle se contenta de parer les attaques une par une avec une facilité déconcertante. Ce genre d’assaut était digne de lorsqu’elle avait six ou sept ans peut-être. Elle se rappelait alors une petite bagarre organisée entre jeune pour avoir le droit de manger un rat capturé. Cela avait beaucoup amusé les prisonniers, et si jamais la conteuse de cette histoire était encore en vie aujourd’hui, vous pouviez deviner qui avait remporté cette rixe ridicule.

Jiki Masami • « Vous êtes à peine de simples morceaux de viandes qui s’agitent comme ils peuvent … pitoyables déchets … »

Osa, alors dire la châtaigne dans sa petite danse au milieu de ces agresseurs. Il était évident du résultat de cet affrontement, s’en était ridicule. D’une seule main, elle faisait des mudras afin de déclencher une technique de ninjutsu. Si ce n’était la preuve de sa très grande maîtrise en ce domaine, mais ces pauvres ombres d’humains allaient-ils au moins le comprendre ? Dire que la majorité des shis nobis dits bien-pensants se battait pour l’amour, la justice et défendre des humains comme ceux-là. C’était totalement ridicule. Bien entendu, Masami se trouvait face à ladite lie de la société, comme l’horreur que l’on décrivait de ceux qui avaient été enfermés à la prison légendaire.

Si jamais Masami pouvait avoir une vague impression d’action lorsqu’elle tuait quelqu’un, là, il ne se passait absolument rien que ce soit dans ses gestes ou ses pensées. À ses yeux, ces amalgames de chaires et de sang étaient à peine vivants. Une forêt d’arbres stylisée en roche sortit de terre pour venir empaler ses quatre adversaires. Sans doute que n’importe qui venant étudier ici comprendrait ce qui venait de se passer, une technique de ninjutsu de moyenne puissance. Sans doute qu’il n’y en avait pas assez pour les tuer, ce n’était pas nécessairement le but. Elle entendit la réflexion apparemment forte surprise de Tsuyoshi au sujet des personnes à l’intérieur. Il n’y avait rien ni personne qui rattrapât quoi que ce soit à ses yeux.

Jiki Masami • « Voilà qui est risible … S’il n’y a rien à sauver ici, alors on devrait tuer toutes formes de vie humaine dans cette région … Heureusement pour eux … je n’aurais pas assez d’énergie aujourd’hui pour ça … »

Profitant de sa technique, la Jiki trancha la gorge à un premier si jamais elle en avait le temps et la possibilité. Le geste était parfaitement maitrisé comme si cela était aussi naturel que de se verser un verre d’eau d’une carafe.

Jiki Masami • « Qui dirige la région ? Qui commande ici ? Quelle est la plus grande et puissante bande ? »

Masami allait les égorger les uns après les l’autres tant qu’elle n’aurait pas de réponse qui la satisfasse. Ils étaient à ses yeux du simple bétail. Pour répondre à Tsuyoshi, une fois l’affaire terminée, elle se contenta d’essuyer sa lame, de la ranger pour lui répondre.

Jiki Masami • « On peut aussi passé rapidement l’ouest de ce pays décadent pour avoir des réponses et des informations. La position de cette montagne est une évidence, il y aura des forces armées, mais cela n’empêche pas que l’on approche. On sera pris au mieux pour ces pauvres types. »




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Ven 17 Sep 2021 - 0:10




Les dessous de la Griffe



Je n'avais pas bougé d'un pouce depuis que mes deux coéquipiers s'en étaient allés, me chargeant de surveiller leurs arrières. Mais pour le coup, au vu de la situation, il n'y avait pas grand chose à surveiller au final. Les personnes présentes étaient soit à l'agonie, soit dépourvus de chakra et ne représentant donc aucune menace. Masami n'aurait aucun mal à les gérer. De son côté, Tsuyoshi ne tarda pas à revenir de sa petite escapade à l'intérieur de la taverne. Jetant un regard dans sa direction, mes yeux ne croisèrent pas les siens alors que son regard baignant dans un vide dubitatif. Inquiet un instant, je le détaillai pour voir s'il était blessé ou autre, victime d'un genjutsu qui justifierais son regard vide. Mais je n'eus pas le temps de lui demander ce qui s'était passé à l'intérieur qu'il s'adressa à moi en regardant le vide. Enfin, je supposais que c'était à moi, ce n'était pas très clair même si j'étais en effet la seule personne aux alentours. Et ce qu'il avait à dire était assez inquiétant...

-Que se passe-t-il ici pour que des hommes aient abandonné tout espoir de vie, et instinct de survie...

Quelque chose ne tournait pas rond ici. Réellement pas rond. Comme si un voile noir de désespoir avait recouvert cette région du monde. Et cela ne fit qu'accentuer ma colère sous-jacente envers le Ningen et les hommes de Tôsen. Ils étaient puissants, et ils clamaient que leurs objectifs étaient nobles, délivrant le monde du plus grand fléau : le chakra. Mais voilà que toute une région de là où ils semblaient s'être établis était voué à l'abandonné, aux pires aspects de l'humanité, et cette fois-ci sans la moindre goutte de chakra dans leur veine. A se demander si c'était cette énergie bleutée qui était réellement le problème, ou simplement le Sakaze n'avait-il trouvé d'autres échappatoires à son chagrin et sa souffrance de blâmer la seule chose qu'il pouvait se targuer de supprimer pour le "bien de tous". Car il était évident qu'effacer l'humanité entière et ses décadences était...un peu moins convaincant. Je finis par soupirer en attendant que Masami ne termine sa besogne sous mon oeil tout de même attentif.

Une fois tout cela fait. Nous finîmes par nous réunir. Tsuyoshi proposa d'établir un campement en haut de la montagne avec des tours de garde, et de repartir le lendemain après avoir inspecté la zone avec son Byakugan. Ce repos leur ferait du bien. Car mine de rien, ils venaient d'utiliser une certaine quantité de chakra. Se reposer leur permettrait de restaurer leur réserve. Quant à moi, jusqu'à présent, je n'avais pas fait grand chose. Du côté de Masami, celle-ci proposait d'aller vers l'Ouest pour obtenir des informations. Cette partie que nous avions tenté d'ignorer se révélait maintenant quasi-inévitable. Je hochai la tête à l'intention de mes deux coéquipiers.

-On pourrait en effet se reposer ce soir, observer les alentours, puis repartir vers l'Ouest. On risque de ne pas obtenir beaucoup d'informations de ce côté du Pays. Je prendrai le premier tour de garde, si ça vous va.

Si tout le monde était d'accord, il était temps de se mettre en marche. Les choses n'allaient pas se faire par elle-même.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Sam 18 Sep 2021 - 18:14
Vos cœurs pouvaient palpiter sous l'adrénaline, mais vos yeux ne percevaient la moindre difficulté. Parce que vous aviez apprit à vous défaire des ras de marées, ces bagarres de bac à sable ne vous impressionnaient guères. Vous étiez tels les Maîtres de ces Lieux, de nouveaux marionnettistes tout juste débarqués et déjà capables de tirer les ficelles de vie de tous ces pantins insignifiants. Masami et Tsuyoshi, aux premières lignes, pouvaient contempler avec dédain ou avec peine toute l'impuissance qui caractérisait ces hommes de l'Est. Etaient-ils tous similaires, dans tout l'Est du Pays, ou étiez-vous tombés par un malheureux hasard sur les moins débrouillés ?

La deuxième option semblait être une coïncidence folle. Vous pouviez évidemment imaginer qu'il existait des groupes de brigands plus compétents que les autres, comme les quatre que combattait Masami en comparaison avec tous les récents macchabées de la taverne. Mais un constat se dessinait sous vos yeux ignorants : peu importe à quel point ils pouvaient être forts, peu importe à quel point ils pouvaient être entraînés à manier leurs armes... face aux chakras, face à cette source qui alimentait le corps de tous les shinobis, ils ne valaient rien.

Et avec ça, en plus de ce lamentable et injuste constat, il y avait cette imparable logique qui se dressait face à votre perspicacité. Ces hommes et ces femmes, ils étaient pourtant les résidents du Pays de l'Homme au Chapeau. Le même dont les Lieutenants avaient récemment attaqués votre village, le même qui avait crié au monde son souhait de voir disparaître le chakra. Ces hommes et ces femmes, qui logeaient sur ses terres, lui montraient ce que serait la vie sans chakra. Un chaos infini, alimenté par la crainte de la mort et le devoir de survie.

Alors pourquoi croyait-il toujours en son plan ?

Cette question pouvait persister dans vos têtes. Pourquoi persévérer à retirer le chakra alors que les hommes étaient destinés à s'entretuer ? Voulait-il secrètement aider son peuple en mettant à genou l'entièreté du Yuukan ? Avait-il fermé les yeux sur les propres massacres de Tsume ? Vous ne pouviez avoir une réponse certaine en tête, et vous étiez d'ailleurs libres d'en tirer les conclusions que vous vouliez, seule votre mission devait actuellement vous importer et celle-ci prenait un tournant tout particulier.

Parce que vous aviez le choix. Bien des choix. Après avoir laissé mourir cet homme dans la taverne, le laissant s'écrouler sous son funeste sort sans pouvoir lui tirer la moindre once d'information, après avoir paré l'intégralité des coups qui vous avaient été donné par les trois malheureux qui s'étaient déjà effondrés au sol, les assaillant de roches formés tout particulièrement pour les blesser, et après en avoir égorgé un pour démontrer votre écrasante supériorité, ce qui ne faisait pas vraiment de vous un criminel dans ce pays aux Milles Homicides, vous pouviez imaginer tous les scénarios qui se présentaient à vous...

~~

-«Shinobis...»

La femme qui semblait diriger le groupe s'adressait étrangement à la Jiki. Qu'est-ce qui la motivait à renseigner les shinobis ? Pourquoi acceptait-elle de vous répondre alors que vous n'apportiez que désespoir et horreur dans leurs terres ? Les raisons étaient obscures, mais votre petit groupe avait tout intérêt à écouter attentivement son répondant.

-«Ceux qui dirigent, c'est ceux qui manient le mieux la lame. Ici, c'est nous, mais nous savons très bien que si nous allons ailleurs, ce seront d'autres.»

Son regard était rongé par la haine et l'envie... si bien que la question qui se posait était la suivante : en voulait-elle vraiment à la kunoichi de leur prendre leur vie, ou y avait-il autre chose ?

-«Et notre région... avez-vous cru que quelqu'un pouvait gouverner nos terres ?»

Elle mit un petit temps de silence pour déglutir, réflexe nécessaire pour reprendre sa respiration, elle qui avait encaissé une technique qui l'avait mise mal en point.

-«Ecoutez moi bien. Ici, il y a autant de bandes que d'humains. Vous autres shinobis êtes suffisamment stupides pour estimer qu'une seule personne est apte à en diriger des centaines, comme si elle était assez intelligente, comme si son pouvoir légitimait sa position.»

Son pouce s'écrasa sur son coeur, comme si sa parole se voulait légitime. Evidemment, à ses yeux, elle l'était.

-«Nous, quand nous voulons quelque chose, nous le prenons. Pas besoin de dirigeant. C'est ça, la vie.»

Vous constatiez alors qu'un monde vous séparait. Loin de toute l'éducation qui vous avait été insufflée depuis votre naissance, loin des règles de civilités que vous aviez du construire pour vivre en harmonie dans votre village, il existait un tiers monde, plus lésé, plus démuni, qui ne se trompait pas vraiment. Car de la même manière que la vie signifiait pour vous la paix au sein d'Iwa ou au sein du Yuukan, pour eux la vie signifiait l'obligation de tuer ou d'être tué. Voilà pourquoi les belles intentions de Tsuyoshi étaient naïves : peu importe à quel point vous étiez puissants... pouviez vous véritablement transformer l'Est de Tsume en un milieu habitable et sécuritaire ?

L'assassin ne continua pas plus longtemps. Elle ne fit que vous darder de ses prunelles affaiblies, consciente du fossé qui vous séparait d'eux.

Vous aviez alors toute la liberté de vie ou de mort sur ces criminels.

~~

De tous ces scénarios, certains s'éloignaient plus ou moins de votre objectif de base. Vous pouviez continuer à l'Est, après avoir éliminé ou non ces pauvres âmes impuissantes, soit pour explorer ces terres que vous ne connaissiez pas avec l'espoir d'en apprendre plus, soit pour exterminer tous les bandits et tenter d'apaiser ce climat. Inexorablement, ces choix s'éloignaient bien de vos buts initiaux, vous qui aviez compris que vous n'obtiendriez pas les informations que vous vouliez à l'Est de Tsume, de la même manière que vous aviez compris que les avant-postes de la rivière incarnate ne servaient pas à l'Ouest qu'à se protéger des étrangers au Pays...

Il les protégeait également du pays lui-même.

Vous pouviez également repartir à l'Ouest, là où votre destinée pouvait vous attendre également, en suivant une logique imparable. "Partout où il y avait de la protection, il y avait une raison de l'ériger". En plongeant à l'Est, vous aviez choisi la sécurité, mais en choisissant la sécurité, vous aviez omis la dangerosité de vos intentions. Vous n'alliez rien obtenir sans risque, et là était toute la complexité des shinobis...

Pour obtenir ce que vous vouliez, vous deviez risquer vos vies.

Message de l'équipe Narratrice:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Sam 18 Sep 2021 - 19:28
Le Hyûga avait écouté les réactions toujours mesurées et pleines de bon sens de Seiki. A ses côtés, l'impulsive Masami matait de l'humain ou si vous préférez du civil. D'un œil distrait, le Hyûga suivait la scène, perdu dans ses pensées qu'il était. Il avait la volonté de poursuivre un peu vers l'Est non pas qu'il était obtus ou fermé d'esprit -d'aucuns pouvaient le penser- mais plutôt parce qu'ils avaient fait le choix ensemble il y a peu d'aller vers cette partie de Tsume pour différentes raisons et que jusqu'ici, mis à part l'épisode de la taverne, rien de concret ne leur était tombé entre les mains. Il ne pouvait à son sens, changer d'avis aussi vite et ce malgré le spectacle effarant de cet homme dans la taverne, à l'article de la mort, tentant pourtant de l'agresser. Un signe important du niveau de criminalité dans le secteur, certes, mais cela excluait-il pour autant la possibilité d'obtenir des informations intéressantes ? Il y avait de quoi en douter.

Les doutes du Hyûga s'estompèrent pourtant, après que ses yeux choqués avaient été témoins de la tentative d'agression du mourant, virent ses oreilles encore moins ménagées par ce qu'il venait d'entendre. Quelques révélations de la jeune femme, la survivante du groupe malmené par Masami. Elle annonçait sans peur, malgré la suprématie évidente de la kunoichi, que cette région était à la merci de la loi du plus fort et qu'en l'occurrence, ce plus fort était changeant. Ce pouvait être, dans l'entendement du Hyûga un homme mais aussi un groupe. La fatalité faisait alors qu'à tout moment ce léviathan en venait à être dominé par un autre dans une région plongée dans la violence.

Tsuyoshi avait été marqué par Wasure no Kuni. Un pays perdu au milieu de l'océan, reclus, exclu de tout. Un pays plongé dans le chaos à cause de bandes rivales. Les assimilateurs du feu qui y pullulaient vivaient dans leur coin s'opposant certainement par moments voire régulièrement au Seigneur des cendres et ses ouailles. Les pauvres âmes perdues entre ces deux camps se faisaient littéralement détruire à n'en pas douter. Si vivre à Wasure no Kuni n'était pas une sinécure, Tsuyoshi plaignait du plus profond de son être ceux d'ici. A ses yeux Tsume no Kuni, du moins l'Est de ce pays, était 10 fois pire que Wasure puisque plongé dans une anarchie permanente sans aucun horizon d'ordre ou de stabilité. Les habitants de cette contrée envisageait-il seulement pareil état ? En soupçonnait-ils même la possibilité ?

_ Laisse la Akane... La tuer ne changera rien de toutes façons... Lâcha Tsuyoshi dépité.

Il s'accorda un moment de réflexion, laissant Masami agir à sa guise. Quoi qu'elle fasse, il s'en moquait bien, sachant que l'ex wasurejine elle même était au plus profond de son être une anarchiste et qu'il n'y pouvait rien. Dans cette atmosphère de chaos, probablement que ses instincts les plus félins devaient ressurgir, faisait réapparaître en elle la bête qui n'était jamais loin.

Après un temps de réflexion, observant d'un œil distrait les éventuels agissement de Masami ou écoutant le propos de Seiki, Tsuyoshi finalement abonda dans leur sens. Cela devenait une évidence... Il n'y avait rien à l'Est, rien du moins qui les intéresse là maintenant.

Jetant un dernier coup d'œil vers les montagnes et ce passage qui l'intriguait, le Hyûga finit par faire signe au duo et à ouvrir la voie vers l'Ouest. Ils progresseraient afin de se rapprocher des tours qu'il avait aperçu très tôt après avoir pénétré dans Tsume puis ils trouveraient un endroit pour récupérer. Une fois qu'ils seraient au mieux, l'aventure se poursuivrait vers la véritable partie dangereuse de Tsume no kuni : l'Ouest.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Dim 19 Sep 2021 - 10:40
Masami était calme, parfaitement calme, comme si des années à vivre l’honneur, les affrontements, jouer sa vie qui ne tenait qu’un fil l’avaient dotée d’une armure indicible. Tout lui paraissait bien plus fade que sa vie pittoresque que le putain de destin lui avait imposée. Quoi que non, ce ne fût pas le destin, non, ce serait bien trop facile, ce fût ce groupe de personnes, dit Daimyo qui avait organisé cette petite fête. Elle avait beaucoup appris dans ce qui était sans doute le pire tréfonds sombre et insondable que l’humanité pouvait faire. Cependant, au lieu d’être brisé, des femmes et des hommes s’étaient relevés, plus forts que jamais. Quelque part, l’ancienne prisonnière devait accorder au moins quelques crédits à cela. Une colère infinie, une rage de vivre, une ténacité à toute épreuve, voilà ce que lui avaient offert ces gens, ces morts en sursis. Elle paraissait calme à l’extérieur, de glace, ne jamais montrer aucune émotion que quelqu’un pourrait utiliser contre soi. La base de la survie dans un milieu hostile.

Lorsque Masami observait ce pays, ces terres, cela ne pouvait que lui rappeler toute sa vie. La seule petite différence, c’était qu’elle avait arraché son destin de force. Elle n’avait de pitié pour personne, ceux plus faibles devaient avoir l’intelligence de plier le genou, d’apprendre et de se renforcer. Avoir la force de l’esprit de ce geste fou, d’attendre son heure. Tout ce qu’elle voyait dans cette scène pathétique, ce n’était que le désespoir, comme si rien ni personne ne pouvait les sauver. La Jiki serra ses poings de rage contre ces gens brisés. Alors c’était comme cela qu’elle aurait pu finir ? Elle détestait la faiblesse, et surtout ceux qui s’y complaisaient. La plus maline du groupe prenait enfin la parole, que de temps, d’énergie et de bras perdus pour de la stupidité. Était-ce un test ? Elle avait pourtant été claire dès le départ.

Jiki Masami • « Hey … rassure-moi … tes petites leçons, ce sont pour les deux du fond qui n’ont connu qu’un paradis comme terrain de jeu ? Tu n’as pas entendu ce que j’ai dit ? Je suis née à Wasure no Kuni, la prison de la perversité, de la haine et de la mort. C’est là-bas que la bonne société se débarrasse de ceux qui gênent. J’ai subi toute ma vie la mort, des expériences toutes plus dégeulassent les unes que les autres, des viols, des meurtres, et tout ce que la société peut inventer comme merde pour leurs têtes ! »

Commença alors à hurler l’adolescente alors qu’elle ouvrit un peu sa tenue simple afin de montrer sans aucune pudeur son corps meurtri de blessures, de traces de coups de toutes les formes. On pouvait très clairement voir qu’elle avait eu des problèmes également de sous-nutrition et pire encore. C’était seulement il y a peu qu’elle pouvait manger à sa faim après tout.

Jiki Masami • « Ici ou ailleurs, ça fonctionne de la même façon, la loi du plus fort. Le plus puissant dirige, ordonne et les autres baissent la tête ou meurent. Alors, ils peuvent se parer de titres, de médailles ou de faux-semblants, c’est exactement la même chose ! Daimyo, roi, capitaine, maître ou chef, la belle affaire. »

Masami balaya de sa main toutes ces sottises qu’elle et cette femme devaient connaitre par cœur. Sans doute que Tsuyoshi et Seiki pourraient peut-être entrevoir l’indicible horreur que personne ne voulait voir tout en ayant conscience de son existence. La Jiki laissait échapper sa rage et elle ne pouvait que comprendre cette femme. Elle-même avait tué pour bouffer un rat, tenir une journée de plus, et puis encore une.

Jiki Masami • « Justement, je le sais bien. C’est toute ma vie ce que tu vis, la seule différence, c’est que j’ai trouvé une nouvelle voie. Ne me parle pas de mon chakra, tout le monde est doté de chakra, il faut juste apprendre à le manier. Mes geôliers, ceux qui m’ont torturé tous les jours ont fait une très grave erreur. Ils m’ont appris à l’utiliser, et ils l’ont tous regretté ! Tous ! Si je suis venue ici, à voir comment vous vivez, c’est pour ouvrir une nouvelle voie à vous autre que personne ne peut comprendre qu’une personne comme moi. Le putain de destin veut notre peau, il nous explique que personne ne veut de nous, que l’on a qu’à crever. Personne ne va pleurer sur notre sort, ça non, parce que c’est chacun sa merde. »

Masami déposa au sol une forte somme, l’équivalent de la récompense de la mission qu’elle était en train de faire. Ce n’était pas grand-chose à ses yeux, elle en avait encore d’autres. On payait bien les assassins, cependant, elle avait conscience que pour ce pays, cela devait être une fortune.

Jiki Masami • « Tu crois que c’est de la compassion ? Que je jette quelques pièces pour me sentir mieux ? Je pense que tu as compris que cela n’a rien à voir. Je n’en ai rien à foutre de vos gueules, et les autres non plus. Ils vont vous dire « hooo les pauvres », une petite grattouille derrière la tête et après ils vont retourner s’empiffrer. Cependant, vous avez de l’or dans vos mains, et vous ne le voyez même pas. Arrêtez d’être stupide, d’essayer de voler une richesse entre vous que vous n’avez pas alors qu’il y a des tonnes d’or, de nourritures et tout ce que vous pouvez imaginer dans les régions d’à côté. Il y a tout, et ils ne s’en rendent même pas compte de leurs putain de chances. »

La kunoichi rangea son kunaï dans sa manche comme si de rien n’était, comme si les morts qu’elle venait de provoquer ne représentaient rien à ses yeux et c’était vrai. Des rivières de sang lui coulaient entre ses mains depuis à plus tendre enfance.

Jiki Masami • « Toi, tu as un choix crucial à faire, là maintenant. Tu peux prendre ce fric, courir loin et tu te feras toi par d’autres, qui se feront tuer par d’autres. Ça, c’est la méthode stupide, par ce que je viens de te donner, ce n’est qu’un tout petit acompte de ce que vous avez des chances de gagner. Organisez-vous en guilde, tous les malandrins, les voleurs, les assassins, les mendiants, toutes les personnes qui ne sont rien, que personne ne veut voir. Rassemblez-vous, car ensemble et si vous la jouez subtilement, vous allez gagner des fortunes. Quand on n’est pas la plus forte, on doit être la plus maline. Vous allez diriger vos propres terres, et si vous êtes malin et que vous jouez comme je vais vous le dire, les puissants comme la coalition, l’homme au chapeau ou peu importe les prochains crétins qui diront diriger le Yuukan vont vous manger dans la main. Oui, vous, les indigents, comme moi. »

Masami malgré les apparences se rangeaient sans aucune espèce d’hésitation dans la même case que ces gens-là. C’était peut-être même pourquoi elle enrageait encore davantage de leurs réactions. Elle ne connaissait que trop la vie que cette femme décrivait.

Jiki Masami • « Il va vous falloir manier la carotte, et le bâton. Organisez-vous en guilde, rapporter à la coalition toutes les informations, tout ce que vous voyez, et vous aurez de l’or, et encore de l’or pour être roi vous-même. Vous pourrez même voler ceux qui ont quelque chose, comme à l’ouest. Il ne faudra pas trop exagérer, subtile, la carotte et le bâton. Il faudra suffisamment donner pour avoir le droit de prendre. Vous serez utilisé autant que vous utiliserez. Tu vois ? Moi, une pauvre fille née dans la haine, j’utilise le monde ninja, je deviens plus forte, on a peur de moi, mais ils ne peuvent plus se passer de moi parce que je suis efficace dans mon métier. L’organisation que vous pourriez faire fera fit des dirigeants, des guerres de pouvoirs, vous n’êtes pas des combattants, non, vous pourrez servir qui vous donnera de l’argent et des biens. Restez entre vous et allez chercher là où se trouve ce dont vous avez besoin. Soyez des yeux, des oreilles, des mains de personnes que ces gens ne veulent pas voir, tant mieux. Ca m’arrangerait que vous bossiez dans mon intérêt, et pour le moment, c’est la coalition. Moi, je me contente de survivre une journée de plus, j’arrache le destin que personne ne veut bien nous donner, parce que c’est ça la vie, c’est ça … notre vie. S’il faut que je réexplique ça devant une assemblée des moins cons de votre coin, ça ne me dérange pas. En attendant, le monde avance, il n’attend personne, alors, choisissez votre destin plutôt que de vous le faire dicter. »

Finit par dire la châtaigne alors que le flot de mots semblait se tarir. Elle reprit bien rapidement son visage de glace où aucune aspérité ne pouvait se faire remarquer. Elle espérait bien être un modèle pour ces gens, car ils venaient du même endroit au final et ce peu importe la distance en kilomètres. Elle ne l’avait pas vraiment expliqué ainsi aux ninjas d’Iwa, à Teruyo, Aimi ou tous ces privilégiés. Que pouvaient-ils bien saisir là-dedans ? Absolument rien, Masami avait appris les règles et elle les utilisait pour son propre compte. Vous ne l’aimez pas ? Tant mieux, elle non plus. Sa seule faute, c’était qu’elle était honnête et qu’elle disait les choses, même celles que la société nous ordonne de taire. Ça fait mal ? Et alors ? La Jiki se méfiait de ses « coéquipiers », elle n’avait aucune confiance en eux. Après un tel discours, ils pouvaient fort bien se retourner contre elle également. Cependant, elle avait taillé sa propre force afin de survivre à tout et à tout le monde. Elle était sur ses gardes comme si une agression pouvait venir de tous les côtés.

L’ouest du pays était d’une importance vitale pour la collation. C’était le but de cette mission après tout, alors, cette femme allait choisir son destin, tout pouvait changer pour un pays par une simple volonté. Le petit groupe allait partir vers l’ouest, les montagnes. Cependant, secrètement, Masami espérait bien que ces gens se réveillent. La solution qu’elle avait proposée pouvait fonctionner et si jamais cela se révélait nécessaire, elle les guiderait. Dans l’indicible obscurité de Wasure no Kuni, elle avait eu de la chance de rencontrer des prisonniers qui lui avaient montré la lumière, l’espoir. C’est tout ce dont ce peuple avait besoin, que quelqu’un leur montre d’une toute petite fenêtre qu’une autre voie était possible. Elle ne le faisait pas que pour leur bien, le sien aussi bien évidemment comme tout à chacun, car le monde était empli d’égoïste et de faux-semblants.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Lun 20 Sep 2021 - 14:52




Les dessous de la Griffe



Les choses s'étaient rapidement réglées du côté de Masami aussi, le combat marquant sa fin lorsque ces derniers, impuissants, avaient vu l'un des leur se faire égorger sans le moindre effort. Cela avait suffi à poser le cadre, et c'était presque avec dédain que celle qui dirigeait ce petit groupe de bandits sanguinaire avait prononcé le mot "shinobi". Mais si son ton n'était pas avenant, ce qui était largement compréhensible au vu de sa situation, elle décida toutefois de restituer les quelques informations qu'elle avait en sa possession. J'aurais pourtant parié que Masami aurait tranché quelques gorges supplémentaires avant d'arriver à un quelconque résultat, même négatif. Mais ce ne fut pas le cas, et cela m'interpella. Après tout, elle n'avait aucune raison de nous répondre...Sauf si contrairement à ceux de la taverne et à l'apparence qu'elle dégageait, elle tenait à ses hommes. Elle ne tenait peut-être pas à tous les perdre...Ou alors peut-être se disait-elle simplement que sans eux, la mort l'attendait à la prochaine colline qu'elle gravissait, au prochain buisson devant lequel elle passait insouciamment. Impossible de savoir, mais l'un comme l'autre renvoyait à une certaine tristesse.

Toujours caché derrière mon buisson, à ma grande surprise, j'entendis Masami éclater et élever la voix pour s'adresser à la cheffe. Si elle n'avait pas hésité à en tuer un, et j'étais sûr qu'elle était encore prête à tuer les autres, son discours quant à lui...était déchirant. A travers ce dernier filtrait toutes les horreurs de son passé, de sa réalité, et la certitude qu'elle s'identifiait bien plus au groupe qu'elle venait d'affronter qu'aux shinobis des villages cachés. Un poignant témoignage qui m'enserra le coeur, me faisant baisser les yeux vers le sol dans une moue pensive. Masami ne pouvait pas me voir, mais la cogitation devait être plus que claire sur mes traits pour Tsuyoshi. J'avais beau entendre toutes ces paroles, et en saisir intellectuellement l’indicible horreur ne permettait pas pour autant de pleinement la réaliser. Cela me faisait par la même occasion découvrir une facette de la personnalité de Masami qui semblait encore plus complexe que l'idée du personnage lui-même. Une sorte d'empathie dont je la croyais incapable, alors qu'elle faisait face à une semblable. Un discours qui se voulait encourageant pour aider la femme et sa bande à sortir de cette spirale vicieuse et sanguinolente sans jamais tenter de s'élever.

D'un autre côté, ses paroles étaient inquiétantes de par leur véracité. L'est de Tsume était certainement assez grand et avec une population certainement suffisante pour en devenir un petit pays autonome composé de mercenaires, à l'image d'Ame no Kuni. Ou encore la terre première d'une organisation de l'élite des criminels. Il ne manquerait plus que cette dernière adopte un uniforme avec des capes noires et des nuages rouges, ou encore une marque de reconnaissance tel un tatouage d'araignée avec des numéros à l'intérieur pour que...Enfin bon, je divaguais très certainement. Il y avait de fortes chances pour que, malgré le discours endiablé et engagé de l'ancienne Wasurejin, la femme continue ses petits larcins et leurs insignifiants desseins criminels sans ambitions et finissent par mourir de la main de leurs semblables. D'une petite pulsion sur mon dos, je me détachai de l'arbre sur lequel j'étais appuyé depuis si longtemps dans l'ombre pour que l'on reprenne notre chemin.

Comme nous nous en étions doutés au vu de nos observations et des paroles de la cheffe un peu plus tôt, les choses à l'Est semblaient être similaires à peu près partout. Ce qui ne nous laissait pour seule conclusion que celle que nous avions tirée un peu plus tôt : l'Ouest se devait d'être exploré. J'avais espéré en passant par l'Est obtenir des informations sur le fonctionnement global du pays et celui de l'Ouest. Mais le sort en avait décidé autrement. Pas de raccourcis, pas de facilités, il allait falloir faire fonctionner les bonnes vieilles cartes que nous avions. Après cette bonne nuit de repos où nous avions pu un peu recharger nos batteries, il était temps de partir. Après un signe du chef de notre petite escouade, nous nous dirigions maintenant vers l'Ouest.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mer 22 Sep 2021 - 13:51
La situation dans laquelle vous étiez plongé prenait un tournant inattendu. Face à l'engagement de Masami, face à tout son raisonnement et toutes ses anecdotes qui se voulaient aussi effrayantes que réalistes, la cheffe du groupuscule, malgré son orgueil sa fierté et tout ce qui l'animait, ne savait que répondre. Pas tous les arguments qu'avait évoquée la Jiki n'avaient pu faire mouche, ces criminels savaient après tout qu'il était absolument inenvisageable de tenter la moindre discussion avec les bandits du coin. Tout plan pouvait fonctionner, mais l'assassin connaissait parfaitement ses limites comme elle maîtrisait le sujet de la Vallée de l'Anarchie. Elle n'avait été éduquée comme elle n'avait l'esprit stratège, mais elle avait toutefois le recul de réaliser son incompétence.

Mais si tout n'était pas juste, ou si tout ne trouvait pas écho dans sa psyché de criminelle, elle était en mesure de démêler le rationnel de l’irrationnel. Elle ne fut animée par une quelconque animosité, son air perdit de sa hargne comme ceux de ses camarades encore vivants, et Masami pouvait trouver dans ses yeux le fruit d'une longue réflexion qu'elle était en train de mener. Évaluer les risques, analyser son environnement, remémorer son passé et façonner l'idée la plus constructive possible, voilà tout ce qui animait la truande sous les iris de son rédempteur.

Elle caressa de sa main la liasse de billets qui reposait sur les herbes de son pays, et si elle le prit en comptant vivement la somme que cela devait représenter, elle tendit le bras en direction de l'Iwajin... pour le lui rendre.

-«Vos projets fonctionneraient effectivement dans vos pays civilisés. Ici, il n'en est rien. Votre vie fut pénible, mais que vous le vouliez ou non, vous avez eu une chance à laquelle nous autres n'avons pas eu droit.»

Elle se redressa, comme déterminée par une dramatique fatalité. Après tout, tout le monde avait l'opportunité de tout recommencer... mais certains n'en avaient tout simplement plus la force.

-«Nous refusons votre argent, nous ne saurons rien en faire. Mais je pense que vous pouvez faire quelque chose d'autre pour nous.»

Ses yeux pétillèrent de malice, sans aucune gêne, elle dévoilait très clairement à la rouquine un marché qu'elle peinerait normalement à refuser.

-«Je ne sais pas ce qu'est la Coalition, mais vous désirez des informations sur ce pays, n'est-ce pas ? Tout ce qui vous intéressera se situe à l'Ouest. Nous n'avons jamais pu traverser les avant-postes, mais nous avons pu suffisamment les déranger pour mieux les analyser.»

Son plan se dessina alors doucement aux oreilles de la Jiki qui allait pouvoir comprendre où son interlocutrice voulait en venir.

-«Nous ne pouvons vous renseigner sur ce qu'il se passe de l'autre côté du Pays. Mais nous sommes en mesure de vous faire traverser ces avant-postes... si vos capacités sont aussi impressionnantes que ce que vous avancez.»

Regardant ses compagnons, elle leur adressa un signe de tête qui leur fit imaginer ce qui les attendait... une sorte de routine, qui pouvait cette fois leur coûter bien plus cher.

-«Laissez nous faire diversion, et faufilez vous là où nous vous indiquerons. Si tout se déroule comme prévu, vous pourrez infiltrer leurs rangs...»

Et comme tout marché avait une part de réciprocité, elle conclut sur l'avantage que son groupuscule pourrait en tirer.

-«Survivez, comme nous survivrons, et promettez nous en échange de nous sortir de Tsume.»

Un cri d'espoir, un appel au sauvetage, parce que malgré toutes les horreurs qu'ils avaient vécu, malgré toute cette ignoble fatalité qu'elle avait semblé dégagé dans ses paroles et dans ses actes... il y avait cet instinct de survie.

Qui, pour une fois dans sa vie, lui faisait espérer qu'elle et ses amis pourraient enfin vivre en paix. Loin de ce pays maudit.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Dim 26 Sep 2021 - 0:34
Le Hyûga était spectateur de tout ce tsunami de sentiments provenant du fond des entrailles de la ténébreuse Masami. Elle se livrait, elle qui ne savait que montrer les crocs et bander les muscles. Masami en se laissant aller à un flot de paroles, livra le plus profond de son être révélant, ce que le Hyûga savait déjà en partie, son passé plus que difficile. Pour avoir mis un pied à Wasure no Kuni, Tsuyoshi avait une légère idée de ce que la kunoichi pouvait avoir vécu. Il savait que dans ce pays là, comme ici à Tsume no Kuni, seule la force pouvait permettre de survire. C'était la le point commun numéro 1 de ces deux.

Seulement, si le passé de Masami avait pu être tumultueux, celui des Tsumejin, aux yeux de Tsuyoshi, était sans commune mesure avec ce que pouvaient vivre les Wasurejins. Comment expliquer sinon le fait que ceux de Tsume soient totalement incapables de se projeter à l'intérieur de ce pays ? N'y avait-il aucun avenir possible ici ? Du moins, n'était-il pas possible d'espérer dans la partie Est de ce pays ? C'était bien ce que laissa entendre la truande, elle qui refusa la forte somme et les perspectives proposées par Masami. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'était vrai, c'était la réalité, autant que celle du mourant qui avait tenté de l'agresser dans la taverne précédemment.

La proposition de la truande, quoique bizarre en ce sens où elle semblait en partie vouloir faire montre de largesse ou de grandeur d'âme, elle qui pourtant un instant auparavant s'était montrée totalement détachée de tout, même de son propre sort. Etonnant oui. La proposition de la truande cependant était bien trop intéressante pour ne pas être acceptée. Une diversion qui leur permettrait de passer au travers les mailles du filet ailleurs ? Pourquoi pas...

Tsuyoshi sorti de sa cachette, même si Masami, de par son comportement, en lui parlant tantôt notamment, avait plus ou moins révélé la présence d'un allié. En agissant en solitaire, il laissait la place à Seiki de décider de lui même s'il lui était nécessaire ou non de révéler sa présence.

_ Personnellement j'accepte cette aide et nous vous aiderons en retour le moment venu. Dit le Hyûga, laissant cependant la kunoichi Masami plus se prononcer sur les détails du contrat qui la liait en réalité bien plus. C'était elle qui avait initié tout ceci après tout.

Lorsque le mouvement du groupe désormais élargi se fit en direction de l'Ouest et des tours de défenses Tsumejines. Dès que le groupe d'assassins bougea en direction d'une tour ciblée par eux, le Hyûga masqua son chakra prêt à s'infiltrer derrière les tours par la voie de la terre au besoin.

Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Lun 27 Sep 2021 - 13:29

Masami n'avait aucune considération pour la vie humaine, en tuer un ou quatre, cela changeait quoi exactement lorsque dès son enfance elle avait déjà dû tué ? À ses yeux, la capacité médiocre de la responsable de ce groupe à discerner la puissance lui avait coûté un homme pour aucun avantage. La seule utilité de cette femme allait être les mots qu'elle allait prononcer. Pourquoi s'arrêter à les tuer alors que le petit groupe de shinobis se trouvait en plein territoire ennemi ?

Le discours qu'elle avait tenu, la Jiki voudrait le faire devant le monde entier et de pointer d'un doigt accusateur en direction de ces Daymos pourris qui avaient organisé cela depuis des siècles. Ils étaient encore pires que les gardiens et les scientifiques qui travaillaient à Wasure no Kuni. Elle ne se plaignait jamais, une faiblesse bien trop flagrante, l'adolescente s'accrochait et avançait coûte que coûte. Il fallait d'ailleurs bien vite gommer tous ces sentiments de son visage, reprendre son regard de glace, comme si le monde entier n'était que de l'eau sur un plumage huilé. Elle se rhabilla également, car elle n'était pas au spectacle non plus. Masami avait dû être parfois dans le plus simple appareil devant des gens et elle ne le tenait pas plus que cela. Elle offrait pour avoir, rien d'extraordinaire, pourquoi une femme dans sa situation aiderait une ennemie si ce n'est en tirer quelque chose ? Elle-même ne le ferait jamais, alors pourquoi une autre personne, par la force ? Non, c'était le meilleur moyen de se prendre un coup de kunai dans le dos.

Masami n'attendait aucune réponse après sa petite lancée sur quasiment entièreté de sa vie. Tout ce qu'elle espérait, c'était un résultat positif et la réussite de cette mission qui était bien trop importante pour raté. Encore sur ses gardes, car elle n'avait confiance en personne, la châtaigne regarda les trois morts en sursis baisser leurs gardes face à leurs impuissances. Elle laissa alors cette femme réfléchir sans rien ajouter. Masami en avait déjà suffisamment fait sur la question. Elle avait tendu la main, c'était à cette femme de choisir son destin. La genin hocha la tête dans sa direction lorsqu'elle lui rendit l'importante somme.

Jiki Masami • « La vie n'est qu'une question de choix. Je suis certaine qu'avec de la volonté de tous, cela peut fonctionner, mais je respecte. La chance, elle se trouve face à toi maintenant. »

Est-ce que cette femme était trop désespérée pour entrevoir un faible espoir, que pour son cas c'était bien trop tard ? Quelle déchéance. Cependant, Masami ne perdait pas espoir, son projet avait à ses yeux de l'avenir, mais, tout n'allait pas se régler en une seule journée.

Jiki Masami • « En effet, le plus d'informations possibles, c'est très important. Soit, on va suivre ton plan et au retour, toi et tes hommes vont nous suivre. Cependant, il ne faudra pas faire de mal là-bas, pas de vols, pas de meurtres, rien. Il n'y en a pas besoin, tu peux travailler et gagner ton pain. Tu ne trouveras pas meilleure assassin que moi. Fichez le bazard et on s'infiltera. Attendez nous à la frontière avec le pays de la terre, on vous prendra au retour. Je le jure son mon honneur de prisonnière. Avez vous la position de la surveillance autour de votre région ? Tu peux me les marquer sur ma carte ? »

Finit par déclamer Masami comme si ce genre de choses était normale, que cela appelait à des valeurs importantes. Lorsque l'on était privé de tout, la seule chose qui restait s'avérait être l'honneur. Elle ne pouvait pas inviter la moitié du pays de l'autre côté, mais trois personnes, l'adolescente le ferait et ce peu importe les réflexions des uns et des autres.

Jiki Masami • « Quoi qu'il en soit, passer par l'est et de traverser les défenses à ce niveau-là sera bien plus aisé et surprenant pour l'ennemi. »

Commenta alors Masami à ses deux compagnons uniquement quand ils seraient seuls. Toute cette aventure n'allait pas être pour rien. Sans doute que la surveillance n'était pas du même acabit que la ligne de front. Lorsqu'il fut temps d'aller au contact de la surveillance du pays de l'ouest, elle ferait ce qu'il faut pour traverser les tours de surveillance en utilisant deux techniques de son répertoire. Elle allait disparaître de la vue de la majorité des combattants, ainsi que faire disparaitre son chakra. La seule interrogation allait être pour l'unique membre de l'équipe ne faisant pas partie du Sazori. Comment allait-il s'en sortir ?




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mar 28 Sep 2021 - 15:18




Les Dessous de la Griffe



Au final, ce massacre auquel je pensais assister lorsque ces bandits avaient sans scrupules attaqués Masami ne se produisit pas, tournant finalement à une discussion aux débouchées plus qu'intéressantes. J'en avais appris bien plus sur le passé de la Wasurejin, mais nous en avions aussi appris sur l'histoire de ces Tsumejins livrés à eux mêmes dans l'est de ce pays qui était censé devenir le berceau pour une humanité égalitaire. Et si l'importante somme d'argent proposée par Masami fut refusée, cette dernière ouvrit la porte à une entraide inattendue. Nos ennemis d'il y a quelques instants se proposaient maintenant de nous aider à traverser les Frontières de l'Ouest, faisant diversion pour que notre petit groupe puisse s'infiltrer derrière les lignes "ennemies". Et cette proposition surprenante me laissa un brin sceptique. Les tueurs sanguinaires sans raisons venaient de retrouver un instinct de survie et prêts à aider, en échange de l'asile pour pouvoir quitter Tsume...

Sûrement était-ce le discours de Masami qui avait ouvert le chemin de la raison, agissant comme une résonance de leur souffrance leur permettant de s'ouvrir à de nouvelles possibilités. Mais, malgré la visible authenticité de leurs paroles, cela me dérangeait tout de même de confier une importante part de notre mission à un groupe de bandits qui venaient de tenter de nous assassiner. Nous n'étions pas à l'abri d'une trahison, ou juste d'une mauvaise coordination avec ce groupe qui n'avait aucune formation à part celle de la "rue". D'un autre côté, c'était une locale, et même si elle n'avait jamais été à l'Ouest, cela avait indéniablement ses avantages. Me tournant vers Tsuyoshi pour savoir ce qu'il déciderait, nous finîmes par sortir de notre cachette pour faire face aux autres bandits. Le chef d'équipe prit finalement la décision d'accepter l'aide proposée, et Masami se chargea de finaliser le sujet avec sa manière si particulière de dire merci et rendre service tout en menaçant de mort nos collaborateurs.

-On saura se rappeler de votre aide.

Je ne pouvais pas dire grand chose d'autre, étant donné que je n'étais pas officiellement un membre du village caché d'Iwa. Je n'avais donc aucune autorité, ni légitimité dans ce contexte précis. Mais s'ils nous aidaient comme prévu, il était normal que nous leur apportions quelque chose en retour. Et l'asile semblait peu cher payé pour la réussite d'une mission de cette importance. Dans le cas contraire, s'ils nous trahissaient et révélaient nos véritables intentions, cela allait être bien, bien plus compliqué. L'infiltration voulait dire que de facto, cela rendait quasi caduque notre couverture selon laquelle on voulait intégrer le Ningen. Cela allait tourner en bagarre, et si nos amis ici présents n'étaient pas éveillés à l'utilisation du chakra, je me doutais que ceux de l'Ouest l'étaient au moins en partie.

-Même si on n'a eu aucune information jusque là, ça a peut-être eu du bon de passer par l'Est au final...On verra bien, répondis-je à Masami lorsque nous fûmes seuls tous les trois.

Après un bon repos, nous repartîmes donc vers l'Ouest en compagnie des brigands et de notre petite équipe. En s'approchant des postes de surveillance, la partie allait commencer. Seuls les bandits avançaient à vue d'oeil, pour notre part, nous étions dissimulés dans le décor des environs. A l'instar de Tsuyoshi, je supprimai toute émission de mon chakra pour éviter de me faire détecter par ce moyen. Si jamais nous passions sur des chemins à découvert, j'alternerais avec une autre technique me permettant de me fondre dans le sol pour passer de points morts en points morts.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Dim 3 Oct 2021 - 15:35
La discussion de Masami eu parfaitement porté ses fruits. Votre groupe entier pu alors tirer une conclusion bénéfique de l'aigreur du comportement de votre camarade : le monde shinobi était si cruel qu'il n'attendait pas forcément la bonté ou le professionnalisme du chef de votre escouade. Ayant agit comme un raisonnable ninja, l'Hyûga avait tenté par sa discrétion et son autorité de récupérer des informations dans l'ombre de ceux qui répandaient le sang, mais une donnée qu'il ignorait contrecarrait cette approche que tant aurait adopté. L'Est de Tsume était peuplé par un banditisme plus alimenté par le désespoir que par les vivres, les ninjas étaient ignorés, haïs ou enviés, et jamais l'entraide ou la cohésion n'avaient su allier les habitants de la Griffe.

Il n'y avait que ce proverbe, « tuer ou être tué », qui prenait sens et qui façonnait toutes les alliances. Rester en vie, là était leur seul nindô.

Alors le caractère de la Jiki était parfaitement cohérent, et résonnait on ne peut mieux dans la psyché de ceux qui avaient goûté à la misère. Se liant indirectement avec eux d'un passé commun, même si chacun était orné de ses spécificités, la franchise et la violence avec laquelle elle s'était adressée à eux avait fait mouche... Si bien qu'elle avait obtenu de la part de vos anciens adversaires une étonnante coopération. Car d'adversaires, ils étaient maintenant devenus des alliés de taille. Ils allaient vous permettre, on ne peut plus efficacement, de traverser ces avant-postes que vous aviez tant redouté.

- « Nous nous remercierons lorsque nos parts du marché seront respectées. »

La cheffe du groupuscule ne pouvait se laisser sombrer dans ces futilités qu'étaient les bons sentiments. Il n'y avait que ce pacte qui vous liait, et le bonheur ne saurait émerger de leurs yeux que lorsqu'ils se seraient assurés que vous comptiez tenir parole.

Elle prit la carte que lui avait tendu la Jiki, et commença une petite explication sur les quelques informations qu'elle donnait et qu'elle vous partageait.

- « Ici, il y a les avant-postes. Je n'ai pas pu les compter, mais il y en a un tous les trente mètres environ. Avec toutes nos tentatives pour tenter de passer à l'Ouest, nous avons pu remarquer que très peu de gardes ne maîtrisent le chakra, mais qu'ils compensent cela avec un système particulier. »

Après avoir inscrit sur la carte de Masami les points qui signifiaient les avant-postes, elle se mit à tracer une grande ligne qui reliait tous ces avant-postes non seulement entre eux, mais également sur ceux disposés sur les montagnes. Ceux que Tsuyoshi avait pu voir à votre arrivée à Tsume, mais dont la limite n'avait même pas pu être perçue par son Byakugan.

- « Cette ligne, c'est le système de feu de détresse qui leur permet de communiquer jusqu'à la Capitale et jusqu'aux villes aux alentours. Les détruire représenteraient un avantage conséquent, mais ils peuvent facilement communiquer entre eux. A la moindre faille... ce sont les Maîtres de l'Ouest qui interviendront. »

Vous pouviez alors comprendre ce que cela signifiait. Les Maîtres de l'Ouest n'étaient nul autre que les véritables ninjas compétents de Tsume... de shinobis à des sous-lieutenants... et de Lieutenants de Sakaze Tôsen à l'Homme au Chapeau en personne.

Vous pouviez alors être intéressés à l'idée de nuire à ce système, ce qui pouvait représenter un avantage conséquent pour la Coalition si cette dernière comptait s'organiser pour enchaîner les futures attaques sur l'Ouest de Tsume, mais nul doute qu'une telle entreprise vous empêcherait complètement d'accomplir vos objectifs initiaux.

Et l'autre choix était alors de compter sur la diversion de vos nouveaux alliés pour vous glisser dans ces terres interdites, à la recherche des informations que vous désiriez avoir.

Après votre repos, vous vous mîtes enfin tous en marche vers ces dits avant-postes. Vous ne saviez véritablement ce qui vous attendait, peut-être pouviez vous d'ailleurs craindre ce système de surveillance qui, au moindre doute, pouvait être déclenché -ce qui vous mettrait potentiellement dans une dangereuse embûche, mais vous comptiez sur vos capacités et sur les connaissances de ces bandits pour vous aider à franchir cet obstacle.

- « On attaque en trois groupes. Mes camarades et moi faisons diversion à droite et à gauche, et pendant qu'on leur coupe la visibilité, vous vous faufilez entre les deux avant-postes. »

Vous ne pouviez alors qu'accepter le plan de celle qui semblait savoir ce qu'elle faisait, sans savoir véritablement si elle comptait bien vous aider, mais le plan semblait tenir la route. Avec une telle organisation et en prenant en compte la distance entre chacun des avant-postes, vous pouviez clairement réussir à vous faufiler... à un détail prêt. Celui du doute, qui s'effacerait par une funeste tromperie.

- « Daiki, Asahi, on applique le plan vingt-trois... C'est à mon tour. »

Et alors que vous vous apprêtiez à utiliser vos techniques, chacun des renégats se mit en place, ornant un visage marqué par une effarante fatalité, et sortit de sa poche deux ustensiles que vous connaissiez bien : une boule explosive, et ce qui devait être un fumigène.

En regardant ses deux camarades, sa main se mit en action. Révélant le départ du plan, les trois bandits coururent à toute vitesse vers les avant-postes. Criant leur rage la plus profonde, jetant dans un premier temps les fumigènes pour les aider à s'approcher sans que les gardes ne puissent les attaquer à distance, vous comprîtes à ce moment précis que c'était votre moment. Vous glissant dans le sol pour deux d'entre-vous, vous camouflant dans le paysage pour la dernière, vous passâtes avec une extrême facilité au milieu des deux tours de guets...

Une explosion dantesque résonnant sur votre droite, dans cette fumigène si dense que vous ne pouviez percevoir son sein, là où la chef de la bande se trouvait.

Car mimer l'attentat suicide avait été la seule manière pour elle de duper les gardes, les persuadant d'une attaque sous désespoir, condamnant simplement ses confrères au rejet vers l'Est alors que vous étiez les véritables bénéficiaires de cette initiative.

Car elle jugeait que votre réussite sauverait ceux qu'elle avait de plus cher, au péril de sa propre vie qui n'avait plus de valeur, elle vous avait aidé.

Avec l'espoir que plus tard, vous puissiez sortir ses frères de la misère. Une fois que vous serez revenu de ces vastes plaines dans lesquelles vous vous enfonciez, en sachant que vous ne pouviez tout de suite vous révéler sous peine d'être déjà repéré.

Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mar 5 Oct 2021 - 19:54
Le Hyûga était un homme blasé. Il était blasé de la vie mais aussi quelque part, sans prétention aucune, de la mort. Combien de fois ne l'avait-il pas côtoyé pendant toutes ces années ? Combien de fois l'avait t-il infligée telle une sentence divine et ce, sans la moindre hésitation ? Combien de vies avait-il fauché au gré de son existence et combien avait pris fin à ses côtés alors qu'il était engagé dans une cause ou une autre pour le bien d'une idée, d'un groupe, d'une nation ou d'un village ? Voir la tragédie et même l'absurde se mettre en œuvre et se réaliser devant ses yeux lui fit l'effet que devait ressentir un papillon tentant de trouver sa voie dans un environnement enfumé. Il eut la sensation d'évoluer comme dans un moment en dehors du temps. Un coup d'oeil vers l'arrière alors qu'il s'engageait déjà entre les lignes et qu'il comprenait cette explosion là où se trouvait la petite cheftaine de bande n'était autre que le résultat d'un suicide... Il ne chercha pas à comprendre ni même à réagir alors que derrière lui deux autres ouailles de l'incomprise cheftaine tsumejine se faisaient capturer. Était-il seulement laxiste ? Sans honneur ? Pleutre ? Il ferma les yeux et continua d'avancer. Possiblement. Une certaine Katsuko lui avait déjà signifié cela, l'une des seules fois de sa vie où il avait laissé sa peur se manifester sur un champ de bataille... Après tout il n'était qu'un homme.

En silence, sans mot dire, le Hyûga ouvra la marche un bon moment en avant, sous couvert de leurs divers camouflages afin de s'éviter une détection par ces gens aux avants postes. Une fois qu'il se fut assuré qu'il avait mis une bonne distance entre eux et le danger que pouvait représenter ces tours de garde, le Hyûga fit s'arrêter la petite troupe iwajine.

_ En voilà un bien curieux pays... Dit alors le Hyûga levant les yeux vers le ciel. Cette expérience, comme celle qu'il avait vécu à Wasure no kuni l'avait remué, troublé. Pouvait-on vivre pareil désarroi en ce monde ? Il était à mille lieux de s'imaginer les affres, les souffrances que certains pouvaient vivre. Lui qui était né une cuillère à la bouche avec comme seules difficultés celles que lui imposait sa stricte éducation. Elle était dure certes, mais il avait supporté toutes ces épreuves claniques et familiales avec un but, un espoir, un avenir clair...

*Mais ici...* Pensa le Hyûga en regardant ses acolytes l'un après l'autre. Il marqua une courte pause, le temps d'évaluer quelles étaient leurs dispositions mentales. Ils devaient être tout aussi troublés que lui, même Masami qui jouait la dure et qui avait finalement révélé tantôt qui elle était réellement devant l'évidente épreuve de vie de ces tsumejins.

_ Nous allons suivre de loin des avants postes afin de remonter vers la capitale mentionnée par cette tsumejine. Mais avant j'aimerais d'abord tenter quelque chose histoire d'être sûr que nous manquons aucun épisode.

Le Hyûga rabattit sa capuche sur lui, se mit à couvert afin de cacher jusqu'à ses mains et activa son byakugan. Il laissa sa vue aller au loin et fouiller les coins et recoins de la végétation mais aussi de toute trace d'humanité à portée de vue sur plusieurs kilomètres.

Bientôt, il saurait s'il fallait suivre les avants postes et rechercher la capitale ou tout simplement prendre une autre voie, celle qui semblait la plus adéquate.
Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mer 6 Oct 2021 - 8:41
C’était amusant comment les gens qui pouvaient voir Masami s’imaginait une tueuse sanguinaire, d’accord, elle en était capable, mais ce n’était pas pour cela que derrière son passage plus rien ne poussait. L’adolescente était juste à sa manière, on pouvait rester en vie et en bon état si jamais on respectait des règles simples établies dans le monde de la prison. Si jamais elles étaient valables et bonnes là-bas, pourquoi elles ne le seraient pas dans le monde extérieur ? Un univers si propre et pure, à l’instar des plus vicieux et dangereux que l’on avait isolé sur l’ile.
D’ailleurs, l’exemple de bienveillance se montrait encore ici, et partout ailleurs, le monde extérieur était encore plus tordu, pervers et dangereux que Wasure no Kuni. Beaucoup plus de haine, bien davantage de noirceur que la Jiki était capable de contenir. Ce pays à l’abandon total était un exemple de la cruauté. Aucune porte, aucun mur, mais jamais personne n’irait ne serait-ce que tendre la main vers ces gens. Pourtant, il ne manquait pas grand-chose pour en faire quelque chose. Pitoyables moutons.

D’ailleurs, Masami regarda tour à tour ses compagnons de route du moment, seraient-ils réellement différent de leurs compères de ce monde ? Bhaaa, peu importe, elle tiendrait sa promesse surtout lorsqu’elle le promettait sur son honneur. Encore quelque chose en commun avec ces gens, gagner le droit de vivre une journée supplémentaire. La châtaigne n’était pas si tranchée à mettre des personnes dans des cases, utiles, pas utile, ennemi. Il était tout à fait possible de rapidement changer tant que sa survie était en jeu. Elle avait eu du mal à ranger ces désespérés dans la case d’adversaires, ce n’était pas très sérieux. Masami en tout cas buvait les paroles de cette locale, si jamais quelqu’un pouvait détenir des informations, c’était bien eux. Le système de surveillance était fragile, mais pouvait s’avérer efficace. Déjà, la genin avait plusieurs plans dans sa tête afin de passer cette ligne de surveillance grâce à la violence. Elle se contenta de hocher la tête doucement mémorisant tout cela.

S’attaquer maintenant à cette organisation ne servirait à rien du tout. Il était tout à fait possible de neutraliser plusieurs maillons de cette chaine, mais elle serait reconstruite aisément par la suite. Cela donnerait également l’information à l’ennemi qui ne manquerait pas de changer la donne. Elle préférait largement savoir où elle mettrait les pieds dans quelques temps que le contraire. Que cette femme tente de tromper son monde ou non, ce n’était pas cela qui allait lui nuire véritablement. La Jiki survivrait, elle s’adapterait voilà tout. Saut après saut, elle passa le poste de surveillance gardant toujours un œil sur la situation. Au moment de l’explosion, elle comprit rapidement ce qui venait de se passer. Rien sur le visage ne la marqua, surtout lorsque l’on était comme invisible. Le suicide, voilà une notion impensable à ses yeux, elle était une survivante. Elle avait gagné le droit de vivre jusqu’ici par la seule force de ses poings et de sa volonté. Elle ne permettrait à personne de remettre ceci en cause.

Jiki Masami • « Encore plus minable que je pensais ce pays, ce n’est que la marque de l’indifférence, encore pire que la haine ou la violence. En avant … »

Se contenta de dire la jeune fille au cœur piétiné, maintenant qu’ils étaient passés. Ils devaient être des ombres, sans aucune trace. Il fallait poursuivre et recueillir le plus possible d’informations, ce n’était surement pas la seule protection contre une armée potentielle. Cependant, si jamais une telle installation était présente, c’était bien la preuve que l’homme au chapeau ne voyait pas tant de choses que cela, sinon, il n’aurait pas besoin de tout cela. Une volonté de fer, voilà ce qui marquait les traits de Masami.

Jiki Masami • « Il faut noter le terrain, la végétation, la faune aussi en plus des dispositions de défense. Si jamais on doit assaillir tout un pays, il faudra de la subtilité et de l’efficacité. »

L’ancienne prisonnière de Wasure no Kuni ne laissa rien paraitre comme à son habitude. Elle laissa agir le Hyuga, c’était la meilleure tour de contrôle dont on pouvait rêver bien évidemment. Elle ne regarda pas le passé, ce n’était que des références, il fallait seulement son souvenir et ne pas être diriger par celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Jeu 7 Oct 2021 - 21:22




Les dessous de la Griffe



Avant d'aller nous reposer, nous avions toutefois eu droit à un petit récapitulatif de nos nouveaux alliés. Ils restaient un brin méfiants quant à notre promesse, même s'il était évident que le discours de Masami avait su les toucher et les amener à accorder leur aide. Il existait toujours un risque que ceci n'était qu'un piège, et que nous allions nous faire duper, mais à bien y réfléchir, quel serait leur intérêt de faire une telle chose ? L'Ouest s'en fichait pas mal de leur sort, visiblement, et ils avaient du voir en l'ancienne Wasurejin une forme de repenti et de sauveuse. Dans tous les cas, ce qui se déroula par la suite semblait n'augurer que du bon. Après avoir pris possession d'une carte, la cheftaine du groupe de bandits que nous avions affronté nous marqua quelques endroits sur la carte en nous expliquant brièvement tout ce qu'elle savait sur les avant-garde de surveillance. Et si nous avions déjà l'information selon lesquelles ces derniers semblaient se suivre à intervalle régulier d'une trentaine de mètre, le fait que très peu de gardes maîtrisaient le chakra était précieux et à garder en mémoire.

Je devinais que les seuls qui devaient posséder du chakra dans cette part du monde étaient peu nombreux, et rassemblés à la Capitale et dans les lieux alentours. Ce qui faisait sens, pour des guerriers se battant pour la disparition de cette force incontestable que représentait le chakra. Même si combattre des shinobis sans avoir recours aux arts ninjas relevait bien souvent du suicide et de la bêtise. Ils avaient même leur petit nom hein, les "Maîtres de l'Ouest". J'étais partagé entre la consternation et l'amusement. Mais l'heure n'était à ni l'un ni l'autre, et à la place, nous terminâmes cette petite réunion pour ensuite aller nous reposer. Le lendemain, nous repartîmes comme convenu, et nous nous avançâmes vers l'Ouest. Comme convenu, le groupe de bandits se prépara à faire la diversion, et s'armèrent d'un fumigène et d'une sphère explosive. Classique, mais diablement efficace. Hochant la tête dans mon esprit, nous continuâmes notre avancée tandis que la cheftaine annonçait son plan à ses coéquipiers. Et l'assaut fut lancée, tandis que nous nous dissimulions au regard des surveillants sans peine.

La traversée fut assez facile, mais alors que nous passions les frontières, une explosion retentit, et avec elle un mauvais pressentiment. Regardant derrière moi après être sorti de terre, je n'eus aucun mal à comprendre ce qui s'était passée. La cheffe du groupe s'était suicidée pour nous laisser passer, et ses amis s'étaient faits attrapés par les gardes. Si je ne les connaissais pas suffisamment pour véritablement éprouver du chagrin, mon regard se voila tout de même d'un film de tristesse. Je baissai les yeux vers le sol, regrettant cette âme perdue dans ce geste qui semblait presque anodin pour eux, mais qui était loin de l'être en réalité. Et je continuai à avancer, car nous ne pouvions faire autrement. Si mes camarades avaient eu quelques commentaires empreints de la même tristesse et le désarroi que l'on pouvait voir dans mes yeux, je choisis de rester discret alors que nous continuions à avancer. Au lieu de ça, je commençai à regarder aux alentours pour tenter d'identifier les lieux autour de moi et de les mémoriser.

Tsuyoshi, une fois de plus, fit appel à son don héréditaire pour scanner les environs. Ce qui nous était diablement utile dans ce contexte. Je glissai mes mains dans mes poches tout en les écoutant. Suivre de loin les avants postes afin de nous rendre à la capitale semblait le meilleur moyen de procéder. Le seul aussi, d'ailleurs, qui était judicieux. Car détruire les avants postes aurait certes un fort impact, mais le temps qu'on ressorte du pays, cela donnerait largement l'alerte au Ningen de changer un peu tout cela et cela ne profiterait en rien à la Coalition.

-Si rien ne vient contrarier notre avancée, allons donc vers cette capitale pour en apprendre plus. Mais une fois là-bas, nos couvertures et nos fausses histoires risquent d'être inutiles s'ils se rendent compte que l'on n'est pas passé par les postes de surveillance...

Ce qui signifiait que nous allions encore devoir rester dissimuler pendant un certain temps. Et alterner entre la dissimulation et les détections, cela risquait de nous prendre pas mal de chakra...Surtout à Tsuyoshi qui était le vigile parfait, mais dont les Byakugan à répétition allaient finir par épuiser.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Lun 11 Oct 2021 - 12:27
- « Un attentat suicide ? »

Les dents d'Asahi grinçaient derrière sa moue attristée. La perte de sa camarade, le pari qu'elle avait effectué pour vous, tous ces sacrifices pour vos personnes alors que le groupuscule ne savait même pas si vous méritiez leur confiance. Son esprit était torturé, pour lui qui n'avait plus rien si ce n'était ce stupide espoir qu'il vous avait confié. Sous la poigne d'un des gardes qui le maintenait en l'air, l'ayant auparavant attrapé au col en le menaçant de torture, il hésitait fortement à dévoiler la réalité derrière la tromperie.

Car le pouilleux qui n'avait vécu que dans le désespoir et la misère ne savait se fier en l'avenir. Il n'y avait que les gestes, qu'une croyance en l'action, et jamais n'avait-il su se reposer sur des êtres qu'il n'avait lui-même pas même sondé. Alors son choix était si simple : devait-il honorer la naïveté de celle qui les avait dirigé jusque là et qu'il aimait du plus profond de son être, ou devait-il tout trahir pour retourner à sa vie déplorable ?



- « Nous n'étions pas ceux que notre camarade voulait faire passer. Trois ninjas se sont faufilés entre vos avant-postes. »

Le regard du garde se fronça de doute, avant de se tourner vers son camarade. Il avait regardé derrière lui, là où vous étiez passé, mais il n'avait rien pu percevoir de votre passage.

- « Hé, Gai. Devons nous sonner l'alerte ? »

~~~~


Vous aviez tous les trois avancé dans ces grandes plaines, restant à l'abri des avant-postes qui s'éternisaient sur les montagnes qui cernaient le Pays, jusqu'à ce que vous ayez pu trouver un oasis de tranquillité. Cachés derrière tous ces arbres séchés par le froid du pays, vous aviez décidé d'annuler vos techniques de dissimulation une fois vous être assurés de ne plus pouvoir être repérés, et il était alors le temps pour vous de débriefer quelques peu.

Et avec quelques discussions, vous persistâtes même à l'idée de dessiner cette fameuse carte sur laquelle vous aviez déjà quelques traits de tracés. Toutes ces plaines, ces herbes, ces arbres, ces montagnes et toutes les autres structures naturelles que vous pouviez rencontrer étaient importantes à retranscrire, mais vous gardiez logiquement la place pour indiquer de potentielles habitations, villages, voire même la Capitale si celle-ci s'offrait à vous.

Mais jusque là, vous ne vîtes pas grand chose d'humain. Mère Nature avait elle-même tracé des chemins et dessiné tant de formes qui ne semblaient avoir été encore foulés par des pas humains, mais au fil des minutes qui passaient, le Byakugan afficha à l'esprit de votre Taichō une étape primordiale de votre mission. Au loin, à dix kilomètres de vous, s'illustrait aux prunelles cristallines de l'Hyûga les murailles d'une grande ville. Plus vous avanciez, plus il pouvait percevoir sa constitution.

De nombreuses maisonnées étaient bâties et entreposées les unes à côté des autres, formant de grandes ruelles droites. L'ensemble de leur élaboration ne semblait pas refléter une grande richesse, elles n'étaient pas bien grandes et les murs n'étaient pas bien épais, ce qui devait être on ne peut plus inconfortable dans ce climat rafraîchissant. Votre chef pouvait alors vous donner toutes les indications dont vous aviez besoin pour alimenter la carte que vous entreteniez, mais une pensée persistait encore dans votre esprit.

Malgré tous les risques que vous pouviez rencontrer, en sachant que vous n'aviez pas le choix que de vous confronter au risque du village ou de la Capitale pour obtenir les informations que vous désiriez... alliez vous pénétrer dans ce qui semblait être une Ville Majeure de l'Ouest de Tsume ?
Important:
 


Dernière édition par Narrateur le Sam 16 Oct 2021 - 19:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga Tsuyoshi

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mar 12 Oct 2021 - 14:16
Le Hyûga utilisa donc à nouveau ses dons héréditaires afin de guider au mieux le groupe dont il était membre. Sa vue perçante scanna les environs sur une dizaine de kilomètres lui permettant de déceler assez rapidement tout signe, toute trace de chakra tout autour de lui et jusqu'à une distance phénoménale même pour un senseur de bon niveau. La force des Hyûga résidait entre autres en cela que sur le plan de la sensorialité, ils disposent naturellement d'un talent leur permettant d'être quelque peu en avance sur leurs compères. La végétation qu'ils pouvaient rencontrer, les animaux, les humains, les shinobis n'ayant pas masqué leur chakra, tout se révélait à ses yeux tout sans aucune exception. Ce fut donc sans grande difficulté que le Hyûga repéra un village assez lointain et une grande ville qui semblait encore plus éloignée. Ayant reçu l'information, comme à son habitude, il souhaita partager l'information et ensemble, en groupe, ils décideraient.

_ Je vois un village par là. Dit-il en indiquant la direction en question. Il poursuivit dans la foulée. Il y a une grande ville par là. Il indiqua la direction de ladite grande ville. Il était presque certain qu'il ne s'agissait pas de la capitale, du moins dans son entendement, d'après les dires de la Tsumejine kamikaze, la capitale semblait bien plus éloignée. Par ailleurs, une autre question pouvait être posée. La capitale coïncidait-elle avec l'emplacement du Ningen ? A ses yeux pas nécessairement. Tout puissant qu'il était Tôsen n'avait visiblement pas souhaité prendre en charge lui même la destinée des populations Tsumejines. Il fallait pour s'en convaincre, constater le désarroi et l'abandon à elles-mêmes des populations de l'Est comparativement à la protection de celles de l'Ouest. Il ne restait plus qu'à constater comment ces dernières vivent.

_ Tu dis vrai... Dit-il en se tournant enfin vers Seiki. La façon dont-ils avaient pénétré dans l'Ouest et même le constat de cette séparation entre ces deux mondes Tsumejines entraînait de facto la perte de leurs couvertures, du moins au yeux de gardes un peu trop regardant sur qui ils sont. Voilà un petit dilemme pour lequel il faudrait trancher rapidement.

_ Nous allons tenter une nouvelle approche. Nous allons tenter d'espionner la grande ville, car autant y aller une bonne fois, les chances que l'on se fonde dans la masse là bas via Henge notamment est supérieure à une infiltration dans un village où les habitants sont plus susceptibles de tous se connaître et donc de remettre en cause nos fausses identités plus aisément. Il marqua une courte pause avant de continuer. Une fois aux abords de la ville nous l'observeront du dehors avant te l'infiltrer ou de capturer des gens à la recherche d'informations. Si vous avez de meilleures idées ou des idées complémentaires je suis toute ouïe.

Une fois que les choix furent fait, le trio s'avança dans la direction qui aura été choisie par le plus grand nombre.

Spoiler:
 



_________________
Spoiler:
 


[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mer 13 Oct 2021 - 17:49

Masami s'apperçut lors du passage du poste frontière que l'un des deux pauvre hère semblait parler aux gardes, malgré la longue distance, elle préféra comprendre ce que ce type voulait dire. Cela pouvait être fort banale comme important, mais cela lui indiquerait ce qu'elle devrait faire par la suite. La Jiki fit un simple mudra afin de pouvoir lire sur les lèvres de ce dernier. Elle soupira légèrement à capter les mots prononcés. Inutile d'étayer la théorie fumeuse lancée par ce type en assassinant ces types.

Jiki Masami • « On a été trahis. »

Lança simplement une fois à l'abri le groupe à discuter de la suite. Un petit village, une grande ville, le second choix semblait être un meilleur choix bien évidemment.

Jiki Masami • « Avec tes capacités, on n'a pas besoin de rentrer dans la grande ville, il suffit d'aller aux remparts afin de capter toute la ville. Sauf si jamais une cible intéressante se montre comme le nécromancien. Le plus important est de localiser le village caché ou équivalent de ce pays. Si vous voulez absolument rentrer dans la ville, alors c'est assez simple. On élimine discrètement trois personnes sabs importance comme des pauvres sans attache dans la rue et on prend leur place en métamorphose. »

Proposa alors l'ancienne prisonnière de Wasure no Kuni sans aucun sourcillement ou réaction quelconque alors qu'elle venait de proposer très clairement d'assassiner trois pauvres types afin de leur permettre de réussir leur mission. À ses yeux, les faibles étaient sous le joug des forts. Leurs seuls crimes étaient leur manque d'implication afin de devenir puissant à leurs manières. Elle n'avait aucun état d'âme à tuer si jamais cela pouvait lui permettre de garder son précieux chakra.

Jiki Masami • « Si on cherche des informations importantes, il va falloir soit capturer et tuer quelqu'un d'important, car impossible de le garder en vie sans trahir notre passage, soit cambrioler un lieu de pouvoir comme des archives par exemple. Ils doivent bien avoir des cartes de commandement précises. C'est sûrement plus sécurisé et plus simple.faire disparaître quelqu'un susceptible de répondre à de telles question va se remarquer. On peut très bien faire brûler les archives une fois les documents récupérés afin de cacher les documents dérobés. Il faudra autant se faire se peut d'utiliser du chakra pour ça, un senseur pourra deviner qu'une technique ninja a été utilisée pour l'incendie par exemple, pareil pour l'assassinat, le taijutsu ou les armes sont préférables. Je suis capable d'utiliser des sceaux de contenance pour le transport d'informations ou de cadavres. »


Spoiler:
 



Dernière édition par Jiki Masami le Dim 17 Oct 2021 - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Jeu 14 Oct 2021 - 22:38




Les dessous de la Griffe



Nous venions de passer le premier obstacle qui nous faisait face et nous étions en train de pénétrer dans les lignes ennemis dans ce qu'on se voulait être la plus grande des discrétions. Pour ma part, jusqu'à ce que nous soyons hors de vue et de danger, je continuai à dissimuler mon chakra lorsque j'étais à l'abri des yeux, me faufilant sous terre dans le cas contraire. Lorsque nous fûmes suffisamment éloignés, je gardai ma dissimulation de chakra active, mais me rapprochai de mes camarades pour qu'on se tienne informé de la suite. Mais visiblement, une mauvaise nouvelle et une très mauvaise nouvelle se battaient en duel pour nous accueillir dans cette nouvelle zone. La moins pire ? La grande ville qui se trouvait encore loin était suffisamment loin pour que Tsuyoshi ne puisse en percevoir que les murs de là où on était. La très mauvaise nouvelle, c'étaient qu'ils semblaient que Masami avait intercepté le fait que nos camarades nous avaient trahi...Je soupirai. Cela ne tenait pas vraiment debout, leur cheffe avait tout de même donné sa vie pour nous laisser passer, et ces derniers...ruinaient le sacrifice de leur leader juste après en nous dénonçant ?

D'un autre côté, à quoi nous attendions-nous ? Que de parfaits inconnus donnent leur vie et endurent la torture pour nous sans rechigner ? Ce n'était plus un service à ce stade. Nous aurions dû nous en douter. Dans tous les cas, il fallait qu'on prenne une décision rapidement sur la marche à suivre, car à tout moment l'alerte serait donnée. Et il valait mieux qu'on sache quoi faire dans ce cas, et choisir où nous nous trouvions pour pouvoir établir un plan d'action. Et nous n'avions pas beaucoup de choix à notre disposition.

-Si on continue vers cette grande ville, il faudra qu'on le fasse rapidement. Et une fois qu'ils auront décidé de lancer l'alerte, ce sera difficile de faire demi-tour. On atteint un point critique...

Mais il semblait assez évident selon le discours de mes camarades qu'ils ne comptaient pas abandonner la mission maintenant que nous étions arriver si loin. C'était un risque à prendre...mais un risque qui pouvait nous rapporter gros. A Iwa, mais surtout à la Coalition, si nous arrivions à prendre des informations cruciales. Je prenais de mes yeux des photographies de l'entourage pour les encrer dans mes souvenirs afin de pouvoir restituer le maximum de choses. Mais c'était certain que pénétrer dans cette ville serait bien plus informatif encore. Quant aux propositions de Masami...je ne pus m'empêcher de tiquer. Je pris une seconde pour réfléchir en portant mon index à ma lèvre inférieure, pesant le pour et le contre de sa proposition, tentant de savoir si c'était le simple fait de tuer des innocents qui me dérangeait ou s'il y avait autre chose. Et finis par me rendre compte que c'étaient en fait les deux. Les moments d'insensibilités de Masami me faisaient parfois froid dans le dos, et parfois je me demandais si elle n'était pas avec nous simplement car elle pensait avoir plus de chance de survivre avec nous. Si jamais elle venait à penser que l'Homme au Chapeau représentait un meilleur parti, peut-être retournerait-elle sa veste aussi simplement. Soupirant intérieurement, je décidai de mettre cette pensée de côté pour répondre à sa proposition.

-Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Il faut qu'on fasse vite, et si l'un des gardes a un bon nez, ou connaît bien nos cibles, on risque d'être rapidement en difficultés. Si la ville est si grande, en prenant une apparence totalement aléatoire, on devrait s'en tirer assez facilement sans avoir à tuer personne. Pour l'instant en tout cas... On devrait se dépêcher.

Tuer ne me dérangeait pas quand cela était absolument nécessaire. Mais je tenais quand même à la vie humaine un minimum, et verser du sang comme si c'était de l'eau me posait quelques sérieux problèmes d'éthique. Suite à cela, je réalisai un signe et changer mon apparence pour prendre l'apparence d'un homme bien plus mâture en âge que je ne l'étais, sans être réellement vieux, et aux traits quelconques. Je fis en sorte d'être aussi bien plus petit, raccourcissant ma taille d'une voir deux bonnes têtes. Celui que j'étais devenu ressemblait un peu à mon grand-père maternel, que je n'avais que peu connu, mais qui était resté toute sa vie reclue dans un village paumé de Kaminari no Kuni. Faisant un mudra de plus, j'étouffai une nouvelle fois mes émanations de chakra. Et c'était parti...


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Sam 16 Oct 2021 - 20:15
-« Non, il doit mentir. Tu vois pas que personne n'est visible à l'horizon ? Il a juste tenté de se sauver les miches. »

Les yeux écarquillés, les dents d'Asahi grinçaient devant son impuissance. Lui qui avait trahit les croyances de celle qu'il aimait le plus profondément se voyait arrêté net par ses propres adversaires, ce qui lui donnait subjectivement une nouvelle chance avec votre équipe. Il ne pouvait à ses yeux et dorénavant que tenter de se rattraper, et Daiki qui fut bien plus pragmatique et neutre que son coéquipier sauta sur cette occasion.

-« Oui, tu as raison. Hey, le brun, t'as si peur que ça qu'on t'élimine ? »

Ses dents étaient toujours serrées et elles apparaissaient aux deux gardes comme la plus grande marque d'un désespoir. Pourtant, elles n'étaient que le fruit de tout le dégoût que la situation inspirait à Asahi.

-« ... »

-« Évidemment qu'on a peur. Vous représentez notre seul espoir de nous sortir de la misère. »

Le regard presque désolé, les mains qui agrippaient les cols d'Asahi et de Daiki les envoyèrent valser au dessus des avant-postes, leur corps s'écrasant sur la terre fraîche de l'Est de Tsume. Ils étaient de retour à l'état sauvage, attendant de savoir si vous alliez revenir vers eux... ou si vous alliez les abandonner à leur sort.

-« Désolé, on ne peut rien pour vous. »

Puis les deux gardes s'approchèrent l'un de l'autre, reluquant les carcasses des deux brigands se tordant au sol sous la douleur de la chute, se chuchotant à l'oreille des discours qu'ils avaient dû tenir des milliers de fois.

-« De là à mourir pour leur liberté... Ils ont l'air sacrément désespérés. »

-« Te laisse pas avoir, Hitoshi. C'est pas pour rien qu'ils sont à l'Est. Ils ont simplement une nouvelle fois perdu l'un des leur... pour rien.»

~~~~

Vous continuâtes de marcher en direction de la Grande Ville. Celle-ci avait de quoi vous obnubiler et prendre toute votre attention tant elle était la seule destination que vous aviez en tête. Vous pouviez comprendre que plus vous vous approchiez de la civilisation, moins vous aviez besoin de vous cacher des avant-postes. Ces derniers, bien trop éloignés de vous, ne pouvaient vous percevoir de là où vous étiez et vous n'aviez ainsi plus aucune raison de cacher votre chakra, sauf si vous y trouviez un intérêt vis à vis de l'agglomération dont vous vous approchiez petit à petit.

Plus vous vous approchiez, plus vous pouviez discerner les quelques éléments qui composaient l'entrée principale de la ville. Deux silhouettes se tenaient de part et d'autres d'une entrée ouverte, encadrée par deux grands piliers qui formaient une voûte s'élevant à quelques mètres du sol. Celles-ci étaient armées de lances, mais vous ne pouviez savoir si elles étaient capables de manier un quelconque Ninjutsu ou une quelconque technique en lien avec leur armement. Simplement, vous pouviez voir une grande cloche qui surplombait la voûte, et vous pouviez même deviner qu'elle était sûrement apte à prévenir l'ensemble de la cité d'une potentielle intrusion, si une personne tierce venait à la faire danser.

Autre fait plus étrange, en vous approchant, vous pouviez voir que les deux gardes avaient une posture particulière. Leur visage avait une teinte rougeâtre qui vous était facilement reconnaissable, si vous étiez de ceux qui côtoyaient les tavernes et autres bâtisses de beuveries, mais vous pouviez légitimement vous demandez s'ils protégeaient véritablement la ville dans des états aussi désastreux. Penchant sur leurs lances respectives qui étaient plantées au sol, elles semblaient porter leur poids plus que l'inverse, et leurs regards vides tentaient de prévenir au loin de la potentielle arrivée de potentiels entrants.

Vous étiez alors à l'aube de votre deuxième infiltration. Après être passés au travers de la Rivière Incarnate, vous aviez une deuxième étape à valider... pénétrer la grande ville sans vous faire reconnaître, prendre des apparences qui ne trahiraient pas vos identités... et partir à la recherche des objets de vos convoitises.


Important:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Mer 20 Oct 2021 - 14:32
Le délai de @Hyûga Tsuyoshi ayant expiré, son tour est passé. Attention, il s'agit de la deuxième fois, il devrait normalement être exclu. La prochaine fois, il sera définitivement écarté de la mission !

Pour rappel, un délai lui est toujours disponible.

Merci de votre compréhension, le tour est à présent à @Jiki Masami.

Bon RP !
Revenir en haut Aller en bas
Jiki Masami
Jiki Masami

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Jeu 21 Oct 2021 - 17:46
Ce n'était pas la fin du monde, avec ou sans ces homme de l'est, sa mission serait accomplie et elle respecterait sa parole. Cependant, Masami n'allait pas non plus attaquer une prison pour si peu, le rendez-vous avec les deux survivants se trouvait être à la frontière. Elle avait la foi en ses capacités pour réussir à s'enfuir même en plein milieu du pays ennemi.

Jiki Masami • « On se détend, même s'ils savent où peuvent s'en douter, cela prendra du temps pour vérifier, lancer une recherche et il faut qu'ils nous trouvent. »

L'adolescente malgré la situation, dont elle avait bien conscience, elle gardait un calme et une maîtrise de soi. La Jiki ne cachait pas sa seule volonté, son seul désir était sa propre survie. Elle était une étrangère à Iwa, au pays de la terre, qu monde extérieur même. Aucun sacrifice ne pourrait être insuffisant pour remplir ses objectifs. Rejoindre l'homme au chapeau avait été une possibilité, mais elle avait eu la validation qu'il ne ferait rien pour lui permettre de garder son chakra. De ce fait, il devenait totalement inutile et une gêne à ses yeux. Elle se moquait entièrement du sort des autres, mais elle ne s'était pas entraînée à ce point pour ne pas défendre sa position avantageuse.

Jiki Masami • « C'est bien pour cela qu'il fait cibler des gens qui vivent dans la rue, que votre société abandonne à leurs sorts. »

Masami jugeait gravement la soit disante bonne société extérieure face au monde qu'elle avait connu dans la prison. Cependant, elle s'était bien rendue compte que l'herbe n'était certainement pas plus verte ailleurs, que cet univers était tout aussi pourris d'une manière différente. Vu le nombre de cadavres qu'elle trainait dans son sillage, la Jiki se moquait d'en rajouter encore. La vie humaine n'avait aucune valeur si cela pouvait l'aider à vaincre.

Il était une évidence que cette grande ville ne pouvait être un lieu militaire. Les défenses étaient dérisoires, les forces militaires également. Cela devait être une grande ville d'une importance moyenne pour le pays. Cependant, Masami pensait réellement qu'il serait possible de récupérer beaucoup d'informations que ce soit chez le gouverneur de cette ville où l'équivalent d'un lieu d'archives. Ils devaient bien conserver des cartes, des échanges de lettres, peu importe. Avec des sceaux de contenance, il serait aisé de transporter une grande quantité de documents. De petits murs, des gardes ivres morts à l'entrée, toute la décadence du monde extérieur. La présence de cette cloche afin de prévenir la ville entière était une information intéressante pour notre rapport, mais pas nécessairement vital pour tout de suite. Ils s'étaient organisés quoi qu'il en soit avec des moyens simples de prévenir largement d'assauts, qu'ils se doutaient imminents sans l'utilisation des arts ninjas.


Jiki Masami • « Bon ... Allons-y ... »

Indiqua alors Masami devant l'absence de réaction suffisamment rapide à son goût. Elle n'avait que faire des grades, des organisations ou autres, si jamais elle devait donner des ordres ou agir, elle le ferait sans hésitation quand bien même personne ne la suivrait. La châtaigne pouvait remplir cette mission seule de toute façon, c'était en tout cas son sentiment.

Jiki Masami • « Suivez moi, je vais me camoufler et je vous dirais quand vous pouvez passer. Si jamais vous creuser pour passer le mur, il vous faut refermer parfaitement le sol sans aucune trace. Si vous vous faites griller, fuyez le pays, je me débrouillerais. »

Masami n'avait aucune envie de rajouter des si ou les conséquences de ne pas suivre ses instructions. Habituellement, les faibles connaissaient ce qui pouvaient arriver lorsque les forts étaient fâchés. S'ils n'étaient pas capable de le comprendre, il valait mieux débarrasser la Terre des personnes inutiles. Malgré sa manière de parler, l'adolescente ne cherchaient pas la discussion. Elle allait agir ainsi. À l'aide d'une suite de mudras, elle se rendit invisible en grimpant le mur avec une certaine facilité vu le peu de distance. Elle observa alors sur quoi elle tombait avant de trouver une ruelle ou quelque chose de suffisamment discret pour ne pas être vu de passants comme de tout ou autre. Elle lâcha alors une petite phrase lorsque les conditions idéales étaient réunies. Enfin, Masami se changea en une apparence d'une jeune fille lambda grâce à la métamorphose.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Shizen Seiki
Shizen Seiki

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Sam 23 Oct 2021 - 12:24




Les dessous de la Griffe



Les choses continuaient à avancer, et si jusqu'ici nous n'avions rencontré aucunes difficultés, j'avais toujours ce sentiment quelque part au milieu de mon dos...Je soupirai discrètement alors que nous continuions notre chemin, préférant écarter de mauvaises pensées et des pressentiments pessimistes de mon esprit pour me concentrer sur ce qui nous attendait. Contrairement à moi, Masami ne semblait pas le moins du monde inquiète. Et cela ne faisait que renforcer mon inquiétude. Au final, même si Tsuyoshi avait été désigné comme le chef de cette équipe un peu improbable, Masami ne semblait pas réellement le prendre en compte. Tout comme Tsuyoshi ne semblait pas réellement s'imposer. L'ex-Wasurejin, pleine de confiance en ses capacités qui l'avaient aidé à survivre jusqu'ici semblait agir comme si elle pouvait se sortir de n'importe quelle situation, et ne se gênait pas pour donner des directives, ou prendre des initiatives personnelles. Quant à Tsuyoshi, bien plus prudent, avait tendance à analyser et à privilégier la discussion plutôt que la décision. Ce qui n'était pas forcément une mauvaise chose, mais cela me faisait me demander, si les choses tournaient mal, comment ces deux-là allaient réagir ?

Pour ma part, je préférais rester en retrait et me faire discret, n'intervenant que lorsque je trouvais cela réellement nécessaire. Après tout, c'était une mission d'Iwa, et même si j'avais été accueilli dans le village et que je participais à cette mission, je n'étais pas un gradé du village, ni même réellement un membre. Même si j'étais certainement la meilleure solution pour cette mission au moment où cette dernière avait été lancée. Peu importait maintenant. La proposition de Masami de prendre l'apparence de personnes dans la rue était tentante, Mais était-elle réellement réalisable ? Nous ne savions pas s'il y aurait des personnes dans la rue, abandonnée de la société. Ce n'était peut-être pas comme les autres villes, même si les gardes semblaient bien plus éméchés qu'il n'était conseillé de l'être pour surveiller une entrée. C'est pour cela que je revêtis un premier henge. De son côté, l'ancienne prisonnière se rendit invisible et monta sur les murs de la ville pour tenter de nous faire passer discrètement de l'autre côté de la muraille sans se faire repérer.

-On ne partira pas sans toi. Si tu te fais attraper, et ne fait pas l'erreur de penser que c'est impossible, on pourrait avoir de gros ennuis.

C'était en tout cas l'impression qu'elle dégageait, d'être incapturable, intouchable. Et cela risquait d'être un gros problème pour la suite, si elle pensait pouvoir gérer toute seule et ne pas se faire prendre. L'excès de confiance menait souvent à des erreurs, et dans cette partie du monde, la moindre erreur pourrait s'avérer dangereuse. Pour nous, comme pour notre village et la Coalition. Pour le reste, c'était un plan plutôt correct, et je finis par le suivre. Réalisant des mudras lors de son discret signal, je plongeai sous terre d'un endroit à l'abri pour passer ensuite sous le mur et ressortir à l'intérieur de la ville. Je rebouchai immédiatement le trou que j'avais formé et dissimulai aussitôt mon chakra une fois fait, gardant mon apparence sous Henge. Une fois que tout cela fut fait, je me tournai alors vers Tsuyoshi, reportant mon attention sur ce dernier, et lui demandai alors.

-Bon maintenant, on fait quoi, on va où ? demandai-je à voix basse.

Si nous étions suffisamment à l'abri des regards, peut-être qu'user du Byakugan serait d'une grande aide. Toutefois, s'il y avait des senseurs dans les parages, dissimuler son chakra était une meilleure idée. Peut-être que cette fois-ci il serait plus avantageux de simplement se fondre dans la masse, et de se renseigner d'abord auprès de lieux publics tout en se renseignant sur des endroits plus sensibles.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe - Page 2 Empty
Aujourd'hui à 12:02
Vos techniques, très classiques, se révélèrent efficaces. Qu'il s'agisse de Masami qui réussit à passer les remparts comme s'il ne s'agissait que d'une vulgaire haie ou de Seiki qui profita du sol pour s'engouffrer dans la Grande Ville Inconnue, vous pûtes tous les deux passer sous l'attention de la garde de la cité pour commencer à explorer les différentes ruelles. Vous ne connaissiez alors pas son nom, tout comme vous ne saviez combien de villes telles que celle-ci pouvait exister dans l'Ouest de Tsume, mais vous commenciez à découvrir cette fois de vos propres yeux les différentes structurations que vous avait déjà décrit Tsuyoshi, lorsqu'il eu utilisé son Byakugan quelques instants auparavant. Votre chef d'équipe ne vous avait d'ailleurs pas rejoint pour une raison qui vous était inconnue, mais vous restiez libres de progresser comme vous le désiriez.

Car transformée en une apparence tout à fait hasardeuse, Masami savait qu'elle ne risquait pas fortement d'être reconnue ni appréhendée. Elle le savait autant que vous autres, il était impossible que tous les visages soient reconnus au sein d'une même grande cité et c'était en jouant à ce jeu qu'elle put avancer, contrairement à Seiki qui resta en retrait, attendant que son supérieur hiérarchique ne le rejoigne dans sa position isolée.

Mais aux yeux de l'individualiste, plusieurs choses pouvaient déjà se dessiner. Premièrement, elle put découvrir des ruelles on ne peut plus droites et rangées comme si les quartiers étaient séparés selon des critères qui vous étaient inconnus. En cherchant d'autres informations visuelles, elle put découvrir un fonctionnement assez particulier qui organisait cette cité : bien des hommes et quelques femmes étaient armurés, comme s'il s'agissait d'un campement militaire. Il y avait évidemment des civils, qui se baladaient dans cette ville aux allures tout à fait modeste, mais bien des soldats étaient répartis au sein même de la Grande Ville. Longeant les bâtisses conçues principalement par un espèce de bois renforcé, ce qui donnait une allure digne des maisonnées du japon féodal, ces mêmes gardes semblaient porter attention à un danger quelconque, qui ne vous concernait probablement pas, mais vous ne pouviez évidemment savoir lequel.

Vous constatiez tous en tout cas deux éléments très importants qui orchestraient votre mission.
Premièrement, vous pouviez comprendre que cette ville en particulier, par son organisation militaire, semblait vouloir palier à son manque de chakra.
Deuxièmement, vous commenciez à vous douter que pour trouver ce que vous vouliez, indubitablement... il vous faudrait vous confronter au plus grande risque.

Faire passer des interrogatoires auprès d'habitants comme de soldats, avec le risque que cela n'émeute toute la ville.

Avec le risque que cela ne mène à votre perte.
Important:
 
Revenir en haut Aller en bas

[MISSION/A/IWA] Les dessous de la Griffe

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Humanité :: Tsume no Kuni, Pays des Griffes
Sauter vers: