Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une visite à hauts risques

Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mer 21 Juil 2021 - 21:15
Le voyage s’était déroulé sans vraiment d’accroc. Hiko était un électron libre ; comme avait aimé le lui rappeler Raizen ; il n’avait donc de compte à rendre à personne pour se déplacer dans tout le Yuukan. C’était l’un des avantages de sa désolidarisation des forces armées de Kumo. Cependant, une fois qu’il arriva vers le pays de Kaminari no kuni, le Tueur de Dieu sentit comme une boule se former dans son ventre. Comme une crainte qui naissait au fur et à mesure qu’il sautait d’un arbre à l’autre. Serait-ce un regret qu’il ressentait ? Un attachement profond à son pays ? Un remord d’être parti car il n’avait pas su se plier aux règles et exigences de certains politiciens dans le pays ?

Pas du tout. Il savait juste que sa présence serait scrutée. Kumo avait déjà subi une invasion lorsque le Teikoku avait décidé de venir les attaquer. Ils étaient passés sans aucun problème et personne n’avait su les arrêter avant qu’ils n’arrivent aux portes du village… Moment qui était bien évidemment déjà trop tard. Ils ne s’y feront pas prendre à deux fois ; Hiko le savait. Il avait lui-même participé à des réunions visant à augmenter la sécurité aux abords du village, il avait donc totalement confiance en leur capacité à mettre en œuvre les moyens nécessaires pour ne pas répéter les erreurs du passé.

Une fois la frontière passée, du moins géographiquement car Hiko n’aimait pas vraiment se présenter aux postes avancés, le moins d’intermédiaires il y avait… Mieux ça serait. Connaissant les lieux comme sa poche, le Tueur de Dieu n’avait aucun mal à éviter les endroits stratégiques ; même s’il y avait sûrement dû y avoir des changements depuis son départ. Cependant, il commença à ressentir certaines présences aller dans la même direction que lui. Ces dernières restaient à bonne distance et l’enfant aux cheveux blancs se douta qu’ils n’étaient là que pour le suivre de loin et non l’intercepter. Après tout, il jouissait tout de même d’une certaine réputation sur ces terres, et il ne serait pas bien malin à un éclaireur de venir le confronter de la sorte.

Un sourire aux lèvres, le Sairyo s’amusait un peu de cette situation et ne faisait aucun effort pour semer ceux qui le suivaient. Il se contentait de garder le même rythme et la même trajectoire qui serait sans doute évidente aux yeux des gardes Kumojins ; il se dirigeait vers les portes principales du village caché des Nuages. Et ce fut donc là qu’il arriva après une course relativement fatigante. Un léger voile de sueur s’était installé sur son front ; chose qu’il n’hésita pas à effacer d’un revers de la manche tout en levant les yeux sur l’Arche Grise non sans une certaine nostalgie dans le regard.

Cette vue lui arracha alors un sourire franc tandis que les gardes qui le suivaient depuis un moment venaient d’arriver et discutèrent avec ceux postés à l’Arche Grise. L’ambiance générale se tendit alors perceptiblement à ce moment là ; les Kumojins échangeant de façon « discrète » sur la venue du Sairyo. Sans doute Raizen avait-il fait une communication à sa population sur le choix du Tueur de Dieu et la menace qu’il pourrait potentiellement représenter.

Chose pour laquelle Hiko n’était pas aussi confiant et décontracté qu’il le montrait extérieurement. Il savait que ce village n’était plus sa maison à l’heure actuelle, il n’en faisait plus partie. Il ne savait pas quel traitement lui serait réservé, mais il espérait que Raizen n’avait pas donné l’ordre de l’attaquer à la moindre occasion… Car cela serait plus que contreproductif. Hiko n’était pas revenu ici pour finir des barreaux, voire mort, mais bien dans un but précis. Il ne montrerait patte blanche que si ses interlocuteurs se montraient courtois ; comme lui le serait.

Tandis que la tension augmentait, Hiko trouva que c’en fut assez. Il s’avança donc doucement les mains dans les poches de sa cape, le regard fixé sur le poste des gardes. S’arrêtant à bonne distance pour ne pas leur donner de raison d’être inquiets, il s’éclaircit la voix avant de prendre la parole en leur direction.


Yo ! Je suis ici pour demander une audience au Raikage. Pourriez-vous lui prévenir que Sairyo Hiko souhaite s’entretenir avec lui s’il vous plaît ?

Les yeux plissés dû à son sourire affiché, notre jeune héros montrait ainsi toute sa bonne volonté et les réelles intentions qui motivaient son voyage. Mais il doutait que cela ne soit suffisant pour qu’ils le fassent rentrer bien gentiment. Après tout…

Eux aussi avaient sûrement grandi.

HRP:
 

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Une visite à hauts risques Empty
Sam 24 Juil 2021 - 20:52




Visite à Hauts Risques



Une nouvelle journée commençait et j'étais une fois de plus assigné à la surveillance des portes. D'un autre côté, cela faisait parti du travail intrinsèque des forces du Kyubu, et il semblerait que ces derniers temps j'avais de plus en plus souvent de visites intéressantes à vrai dire. Il y avait peu, c'était le Raikage qui était revenu par ces portes. Encore un peu auparavant, c'était l'un des membres de la résistance, un shinobi du nom de Sharrkan, qui était revenu à Kumo et qui avait maintenant rejoint nos rangs. Décidément, c'était quelque chose de travailler aux portes ces derniers temps. Cela rendait mon travail un peu plus mouvementé et bien moins ennuyant qu'il ne l'était initialement. Et ce n'était pas pour me déplaire bien évidemment.

Et aujourd'hui ne dérogeait pas à cette règle, visiblement. Car alors que je patientais calmement aux portes, réfléchissant à mes axes d'amélioration encore et encore...une ombre se découpa à l'horizon. Une silhouette...petite. Vraiment petite. Et il y avait peu de gens que je pouvais qualifier de petit dans ce monde, c'était pour dire. Quelque chose dans sa démarche me paraissait familier, malgré le fait qu'il portait une capuche tout en avançant. Au début, je ne remarquai que sa présence. Mais bien rapidement, j'avisai dans l'ombre des reliefs aux alentours qu'il était suivi par un groupe de shinobi. Cela n'était pas souvent qu'un arrivant recevait ce genre d'accueils. Cela voulait dire de deux choses l'une : c'était une personne connu des services de Kumo, mais il était aussi dangereux et pas censé se trouver ici. Toutefois, s'ils ne l'avaient pas encore arrêtés, cela signifiait certainement qu'il n'était pas non plus un danger immédiat, et qu'ils étaient curieux de savoir la raison de sa venue. Et de ce fait, moi aussi. Je posai ma main sur la poignée de Thunderbird et m'avançai un peu avec mon habituel sourire.

Toutefois, à mesure que la silhouette avançait, j'aperçus quelques mèches blanches dépassées et les traits de son visage. J'écarquillai les yeux face à la personne qui avançait vers moi d'un pas si décontracté. Hiko ! Un ancien jonin du village et un shinobi puissant qui avait été connu comme étant "La Chouette" lors de la Résistance. Il semblait qu'il avait quitté le village des Nuages pour des raisons qui m'étaient restées obscures. Mais le revoir ici, aujourd'hui, en tant qu'officier du Kyubu...Mes sentiments étaient partagés. Entre la joie de revoir un ancien camarade, partenaire et un shinobi puissant, et inquiet de savoir pourquoi il revenait aujourd'hui. Et il s'adressa à nous avec une voix assez décontracté, malgré les shinobis qui l'avaient suivi lors de sa marche vers l'Arche. Je m'avançai à mon tour et lui offrit mon habituel sourire.

-Yo, Hiko-san ! Héhé j'espère que tu m'reconnais ? C'est Ikari ! J'm'attendais pas à te revoir, mais j'suis content !

Cette fois-ci, je ne jugeai pas nécessaire de lui faire passer le test que j'avais l'habitude de faire passer aux gens qui arrivaient au village. Si jamais la personne qui se tenait devant moi n'était pas Hiko, il aurait été stupide de prendre son apparence pour un Henge. Prendre un "déserteur" pour couverture était certainement le meilleur moyen pour qu'on le garde en vue pendant tout le temps qu'il resterait ici. Toutefois, je ne pouvais pas non plus le laisser passer sans poser plus de questions. Me tournant brièvement vers un de mes collègues pour lui dire de prévenir le Raikage, je me tournai à nouveau vers le jeune homme et ancien Kumojin et continuai avec mon habituel sourire.

-Eh beh ! T'étais passé où hein ? J'aurais bien voulu profiter de tes techniques ! Haha.

Puis avec un sourire un peu adoucit mais plus curieux, et insistant.

-Comme tu t'en doutes, j'peux pas juste t'laisser rentrer comme ça. On peut en savoir un peu plus sur la raison d'ta présence ici, Hiko-san ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Narrateur
Narrateur

Une visite à hauts risques Empty
Dim 25 Juil 2021 - 18:43
Une visite à hauts risques 4ae38911
Nara Keisuke - Chef Temporaire du Kyuubu & Co-Chef du Shin-Kekkaimusho

Dès que cette ombre fut repéré dans le pays, une myriade d’yeux commencèrent à la suivre. Patiemment, calmement, tous l’observèrent sans l’interpeller, tant la menace qu’il représentait était grande. Un potentiel affrontement pourrait avoir des conséquences dramatiques, un affrontement où ils auraient de grande chance de trouver la mort et aucun n’ignorait cette vérité. Surtout, leurs ordres étaient clairs : suivre cette ombre à distance et rapporter son évolution.
Une question les tiraillait pourtant : pourquoi Sairyo Hiko était-il revenu en ces terres ? Pourquoi maintenant, alors que la menace de l’ancien Samouraï venait tout juste d’être éliminée ? Était-ce une simple coïncidence, ou Sakaze Tosen envoyait-il là un de ces lieutenant pour semer la destruction et affaiblir le Nuage ?
Après plusieurs jours de route, prenant soin de ne pas suivre les trajets fréquentés, une nouvelle alerte fut donnée : Hiko s’approchait de l’Arche Grise, le tueur de Dieu était définitivement de retour.
Tandis que Nara Keisuke était assis sur sa chaise, penché sur un dossier, alors que son bureau débordait de tous bords, un homme entra dans la pièce, sans même prendre soin de frapper. Agacé par un tel manque de respect, il releva les yeux, dévisageant Metaru Ryu, le chuunin qui osait ainsi l’importuner, mais il n’eut le temps de le réprimander que celui-ci s’exprima, l’air paniqué.
– Il est arrivé monsieur… Saryo Hiko est à l’Arche Grise ! Dit-il, essoufflé.
– Nous y voilà… Murmura-t-il, tel un assoiffé en quête de combat et d’intensité.
Pourtant, bien qu’envieux à l’idée de se débarrasser d’un traître de sa trempe, il n’ignorait pas que ce traître était particulièrement puissant. Plus encore que le combattre, il désirait comprendre pourquoi il était de retour en ces terres, des terres qui n’étaient plus siennes et dont il avait été banni.
Keisuke se leva, son esprit, déjà, se préparait à l’éventualité du combat à venir, mais pour l’heure, il devait rejoindre les shinobis postés à l’entrée du village.
Deux chuunin étaient, en ce jour, responsable de la garde : Ten no Ikari et Metaru Akagi. L’un avait prouvé à de maintes occasions son sérieux et son expérience d’officier n’était plus à prouver. L’autre venait tout juste d’être promu à la suite du tournoi shinobi et bien qu’expérimenté, sa promotion au rang d’officier, sans même passer par celui de Minarai, témoignait de sa valeur.
Aussi, ce seraient à eux de gérer la situation en attendant qu’il n’arrive, peut-être même pourraient-ils la gérer de manière adéquate après sa venue ? Voilà donc qui leur servirait de test, un test à la hauteur de l’attente qui était placés en eux.
En attendant, Keisuke se hâta de rejoindre l’Arche, accompagné d’une petite poignée de chuunin, parmi les meilleurs de son office. Zigzaguant entre les bureaux, défilant les couloirs, il leur donna l' ordre de les suivre, sans donner d’explications et tous le suivirent sans un mot. Alors qu’il quitta le centre d’opération du Kyuubu, tous se mirent à courir vers l’Arche, habités par l’envie de voir cette ombre qui se profilait sur le Nuage.

Informations complémentaires:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mer 28 Juil 2021 - 13:49
Debout face à cette immense arche qui représentait toute la grandeur du village caché de Kumo, Hiko sentait les foules commencer à s’agiter. Si certains ne l’avaient pas reconnu du premier coup d’œil, le mot se propageait assez rapidement dans les rangs Kumojins. Un ancien shinobi du village de la Foudre était de retour sur « ses » terres. Bien que jeune, le Sairyo s’était bâti une certaine réputation ces dernières années au sein de son village, bien qu’il n’ait que peu porté le bandeau ninja de Kumo.

Le jeune garçon aux cheveux blancs restait stoïque, il ne voulait montrer aucun signe d’agressivité ni d’hostilité ; car ce n’était pas pour cela qu’il était venu à l’Arche Grise aujourd’hui. Il s’était gentiment laissé suivre par les pisteurs du village caché des Nuages lors de son entrée sur le territoire ; et il n’essayait même pas de se tenir sur ses gardes ; du moins en apparence ; alors que les habitants de Kumo commençaient à s’activer. Bien sûr, il était attentif et n’était pas ici pour se faire capturer ou même attaquer. Il ne savait pas quels avaient été les ordres de Raizen à son égard, mais vu l’agitation ; il se doutait qu’un mot leur avait été transmis.

Cela lui arracha un sourire encore un peu plus large. Comme quoi on pouvait ternir ou sublimer l’image que la population avait d’une personne, il suffisait de savoir trouver les bons mots et d’être dans une position légitime à cela. Le Sairyo souriait aussi car il put observer à quel point son statut avait évolué depuis quelques mois. Il n’y a pas si longtemps, il présentait une alternative au système dépassé qu’était celui des Kage. Bien que non accepté, une partie de la population avait soutenu son choix.

Et tandis que d’innombrables souvenirs refaisaient surface, Hiko vit alors une silhouette familière se détacher du lot. Il s’agissait d’un genin ; du moins à l’époque ; qui avait énormément d’avenir. L’ayant affronté dans un entraînement, Hiko avait pu s’apercevoir qu’il possédait déjà une force certaine… Mais il lui fallait encore du travail pour atteindre un niveau élevé.

Bien sûr Ikari, ça fait un bail !
Lui répondit-il avec un sourire et un petit geste de la main en sa direction. Il était sincèrement content de le revoir ; bien qu’il ne soit pas un des plus proches du jeune garçon ; revoir une tête connue était réconfortant. Mais tout ceci, ce n’était que le prélude à ce qui l’attendait. Hiko se doutait bien qu’il ne pourrait pas revenir aussi facilement dans l’enceinte du village, cependant il n’était pas non plus prêt à plier à leurs exigences sans rien dire.
J’ai un sujet que je dois aborder avec Raizen, et lui seul malheureusement.
Répondit-il avec sérieux, son sourire s’étant désormais effacé de son visage. Dévoiler son intention à un garde n’était pas prévu au programme, Ikari n’avait pas besoin de savoir la teneur de la conversation, mais il souhaiterait sûrement en savoir plus… Du moins, c’était ce que pensait Hiko.
Tout ce que je peux te dire, c’est que je n’ai aucunement l’intention de nuire au village, ni à ses habitants.
Il n’en dira pas plus. Du moins pas pour le moment.

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Une visite à hauts risques Empty
Dim 1 Aoû 2021 - 4:41




Visite à hauts-risques



La venue de Hiko à ce moment précis avait suscité pas mal de remue ménage. Une agitation que je faisais mine de ne pas avoir remarqué, comme tous les protagonistes sur place, mais s'il y avait une chose de sûr : personne n'était dupe. Que ce soit au sujet des shinobis qui l'avaient discrètement suivi jusqu'aux portes de l'Arche, ou des autres qui s'étaient pressés vers l'intérieur de la cité des Nuages pour aller avertir mon supérieur. Ou du moins, c'est ce que je pensais au vu de l'importance de la figure qui venait tranquillement se présenter à l'Arche, les mains dans les poches. Et si j'étais content de revoir le jeune homme aux cheveux blancs, je n'étais pas sans savoir le statut qu'il avait. Un déserteur, un renégat, dont les actions restaient un grand mystère pour la plus part ces derniers mois. Une seule chose que nous savions sur le shinobi qui venait aujourd'hui nous faire face, c'était l'acte que lui et ses compagnons avaient accompli à Kaze et qui leur avaient valu le surnom de "Tueur de Dieu".

Ce qui signait sa dangerosité. Non pas que je l'ignorais auparavant, mais réussir un tel exploit, ce n'était pas rien. Il s'était par ailleurs probablement amélioré depuis. Ce qui rendait ce shinobi particulièrement dangereux. Et c'était aussi cette même raison qui poussait à ne pas laisser rentrer purement et simplement Hiko au village, malgré sa promesse qu'il n'était pas venu ici pour nuire à Kumo. Bien évidemment, je le croyais. Mais il restait un déserteur et un puissant shinobi, et bien que j'aurais eu envie de l'accompagner et papoter avec lui sur comment ils avaient réussi à tuer un "Dieu", ce n'était pas la priorité aujourd'hui. D'un autre côté, s'il détenait réellement des informations capables d'aider le village mais qu'il préférait en référer à Raizen-sama en premier lieu, je pouvais le comprendre. Le choix était quelque peu difficile.

-Huuuum...J'te crois, mais tu comprends qu'on peut pas trop t'laisser te balader dans le village Hiko-san...Dis-je en réfléchissant à une alternative.

Après tout, quels étaient les principales problématiques qu'il pouvait causer ? De ce que je savais, ce n'était pas un maître en combat rapproché. Mais il était fort en ninjutsu et il s'y connaissait en sensorialité. Je ne savais rien de ses capacités en Genjutsu ou en matière de Fuinjutsu. Mais dans un cas comme dans les trois ou quatre autres, il aurait besoin de faire des mudras s'il comptait faire la moindre chose. Sauf si quelque chose dans sa composition avait profondément changé, mais j'en doutais très sérieusement. Je finis par soupirer.

-S'tu veux voir le Raikage, on va d'voir s'assurer qu'tu puisses mettre personne en danger. Si ça t'va, on va d'abord te fouiller et te retirer ton attirail ninja. Ensuite j'demanderai aux Metarus de forger des menottes qui t'empêcheront d'faire des mudras. On va aussi t'attacher les pieds...

Cela semblait dur comme traitement pour un seul homme. Toutefois, nous n'étions pas à l'abri d'espionnage ou de trahison, et même si je doutais que Hiko fasse quoi que ce soit allant contre ses paroles, je préférais ne pas tenter de chance. Après avoir fait mon petit discours, je me rendis donc compte que, même s'il pouvait rien faire, il restait une source de potentielle information. C'était un ancien shinobi du village de Kumo, donc s'il nous avait trahi, il y avait de fortes chances que les personnes avec qui il était soient déjà en possession des informations. Mais je préférais encore une fois ne prendre aucune chance, il était peut-être espionné à son insu.

-Et on va t'couvrir les yeux et les sens pour pas qu'tu puisses t'repérer. On te posera certainement encore quelques questions. Et après cela, tu pourras p'tet voir Yondaime-sama, accompagné de plusieurs shinobis. Ça t'va ?

C'étaient mes conditions à moi pour pouvoir qu'il rentre au village. Après tout c'était un héro internationnal, mais aussi un déserteur des Nuages. Et dans d'autres circonstances, à peine aurait-il franchi le seuil que de membres de la police l'auraient arrêté. C'était peut-être par respect pour son ancienne position que rien de tout cela n'était encore arriver. Mais pour ma part, je lui proposais la solution qui me semblait la plus acceptable et pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Narrateur
Narrateur

Une visite à hauts risques Empty
Mar 3 Aoû 2021 - 21:01
Une visite à hauts risques 4ae38911
Nara Keisuke - Chef Temporaire du Kyuubu & Co-Chef du Shin-Kekkaimusho

Atteignant finalement l’Arche, le calme était présent malgré la posture imminente des nombreux shinobis qui composaient le corps de protection de Kumo, un élément aussi attendu que prévisible au regard de l’état d’urgence constant et perpétuel dans lequel ils étaient depuis plusieurs mois.

Observant et écoutant ainsi les échanges des deux jeunes garçons électriques à leur manière, Keisuke demeurait de marbre étant donné qu’il connaissait le profil du jeune Hiko et les motifs réels pour lesquels il avait été banni du village.

Représentant le pilier principal de la sécurité en ce jour, sa venue n’était certainement pas dans le but d’effectuer une promenade de santé, chose qu’ils devraient confirmer tôt ou tard.

Laissant ainsi à Ikari l’initiative d’établir le protocole, sa manière de faire était adéquate et juste, suffisamment pertinente pour qu’il n’ait pas forcément à lever le moindre doigt, si ce n’est que de le soutenir d’une certaine manière.

Appuyant ainsi mentalement le fait qu’ils ne pouvaient bien entendu pas le laisser se balader dans le village sans oublier qu’ils ne pouvaient pas vraiment le laisser voir le Raikage. S’ils devaient permettre à tous les citoyens demandant à le voir de le voir, il passerait fort probablement son temps à rencontrer des gens.

Souriant par pure courtoisie, son faciès demeurait étrangement très sérieux alors qu’il se demandait quel pouvait être l’objet de sa visite pour qu’elle nécessite une rencontre avec lui seul. Préférant ainsi y aller droit au but, le Nara décida de soutenir Ikari.

– Sinon, tu peux aussi écrire une lettre qui lui sera livrée en main propre ou me partager les informations que tu désires lui partager puisque je suis au courant des circonstances ayant mené à ta situation Sairyo Hiko.

Marquant une pause, son regard demeurait alors qu’il dévoilait connaître le passé de Hiko mieux qu’il n’aurait pu le croire.

– J’oubliais, je suis Nara Keisuke, Chef de la police de Kumo.

Déposant le tout tel un marteau de fer avec légèreté, il n’ajoutait aucun poids supplémentaire à son titre ou son nom sachant qu’il était concentré sur autre chose, prêt mentalement à toute éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mar 3 Aoû 2021 - 22:50
Comme il s’y attendait, la foule commençait à s’agglutiner au niveau de l’Arche Grise. Il ne savait pas vraiment ce qui avait été annoncé à son sujet dans le village, mais il se doutait bien qu’il n’était plus vraiment le bienvenu. Les senseurs qui l’avaient suivi jusqu’ici en étaient la preuve. Trop prudents pour intervenir, trop méfiants pour ne pas le laisser se balader tranquillement sur les terres qu’il chérissait pourtant tant.

Pourtant arrivé à bon port, il se pliait désormais aux petits jeux des gardes présents. Sans doute était-ce aussi un moyen pour eux de faire du zèle auprès de leurs supérieurs, montrer qu’ils ont le cran de venir affronter une menace aussi grande qu’un adolescent n’ayant jamais juré que par Kumo, pour Kumo. Mais après tout, il ne jugeait pas. Il connaissait le revers de la médaille lorsque l’on faisait partie d’un groupe, parfois on était obligé de faire des choses qui n’auraient pas été naturelles chez nous dans d’autres circonstances.

L’assimilateur de foudre était donc là, à lui poser tout plein de conditions aussi farfelues les unes que les autres. Apparemment, il voulait ôter au Sairyo ses moyens de ripostes mais aussi ses sens… Mais ce n’était pas tout, car Hiko avait aussi l’impression qu’il souhaitait lui prendre sa dignité en le traitant tel un rebut de la société. Lui qui avait tout donné pour son village, voilà comment la nouvelle génération le traitait…

C’en était déprimant.

Bien que la proposition soit tentante…
Ou pas.
Je ne suis pas venu ici pour me faire humilier et que l’on me rabaisse tel un déchet de la société, Ikari-kun. Tu sembles cependant penser que je suis une menace pour le village… Mais si je l’étais réellement, penses-tu que j’aurai laissé les pisteurs me suivre jusqu’ici et que je ne m’en serai pas occupé en route ? Tu peux penser ce que tu veux de moi…
Fit-il avec un sourire décontracté sur le visage, tandis que ses yeux montraient le plus grand sérieux, au contraire.
… Mais je n’ai jamais agi contre l’intérêt de ce village.
Le ton s’était durci, sans doute l’enfant aux cheveux blancs était quelque peu offusqué de la façon dont Ikari l’avait traité dans sa première demande. Bien qu’il aime la personne qu’il était lorsqu’il avait quitté le village, il ne s’attendait pas à un retour aussi… Dégradant pour sa personne.

Et tandis qu’une certaine tension venait de s’installer, du moins du côté du Sairyo, un nouveau protagoniste fit son arrivée. Bien qu’il ne le connaisse pas personnellement, Hiko n’eut pas besoin qu’il se présente pour savoir ce qu’il représentait. Son arrivée assurée, le fait que chacun le regarde avec un mélange de respect et de crainte. Il devait être une des figures emblématiques de Kumo sous le joug de Meikyu Raizen.

Enchanté Keisuke-san.
Fit-il tout en retrouvant un rythme cardiaque moins soutenu. Le manque de respect d’Ikari était passé, il pouvait maintenant se concentrer sur la proposition beaucoup plus raisonnable que le nouvel arrivant lui offrait sur un plateau.
Très bien, cela facilitera donc sûrement les choses si vous êtes au courant de la teneur de notre… Discussion. Du coup, j’accepte que vous passiez un message à votre Raikage.
Tout en faisant attention à ne pas faire de gestes brusques, le Sairyo enleva alors ses mains de sa cape et en tendit une vers le Nara. Il voulait ainsi se saisir du papier et de la plume que ce dernier lui avait proposé, le tout afin d’écrire le mot qui serait ; apparemment ; transmis au chef de village.

Une fois qu’il eut saisi les objets, Hiko se laissa alors tomber en tailleur au niveau du sol, histoire de bien faire attention à ce que personne ne puisse deviner ce qu’il écrirait sur le papier. Non pas que cela ne soit des informations très sensibles, mais Hiko ne voulait pas que la raison de sa venue s’ébruite de trop. Ainsi, il ne marqua que quelques mots, une phrase bien énigmatique pour des yeux non avisés… En espérant que Raizen soit en mesure de le comprendre.


Ce qui est arrivé à l'un peut arriver à d'autres.
A trop nous reposer sur nos savoirs, il se peut que l’on s’endorme sur ce que nous prenions pour acquis.
Cependant, il faut toujours se méfier de l’eau qui dort.
Car un jour ou l'autre, elle peut se réveiller et tout détruire sur son passage.


~ ~ ~

Raizen,

Rencontrons-nous en personne, avec la sécurité que tu souhaites. Je veux seulement discuter de vive voix avec toi, j’ai des informations qui pourraient s’avérer vitales pour le village de Kumo.

Sairyo Hiko


Relisant son papier, Hiko ne put s’empêcher de sourire. Il avait réfléchi à de nombreux messages qu’il aurait pu envoyer par lettre, mais l’écrire de la sorte lui faisait bizarre et lui donnait presque envie de rigoler. Ce n’était pas subtile, mais il espérait que Raizen réussirait à lire entre les lignes, et surtout qu’il accepterait qu’ils se rencontrent, une nouvelle fois…
Bien, maintenant que j’ai écrit le mot, je suppose que je dois patienter jusqu’à ce qu’il soit délivré à votre Raikage… Du moins si vous tenez parole.
Dit le Sairyo en fixant le Nara et en rouleau le parchemin qu’il déposa ensuite par terre devant lui avant de se relever. Il remit un peu de distance avec ses interlocuteurs et reprit une dernière fois la parole.
Bien, j’imagine que désormais tout est entre vos mains ?
Les dés étaient jetés de son côté, il ne restait maintenant plus qu’à attendre… Et voir si la parole des Kumojins avait encore de la valeur.

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Une visite à hauts risques Empty
Jeu 5 Aoû 2021 - 20:12




Une Visite à hauts risques



Peu de temps après avoir donné les consignes que je jugeais nécessaire pour la sûreté de tout un chacun, Nara Keisuke, mon supérieur et le chef de la Police de Kumo fit son apparition avec un sourire plaqué sur les lèvres. Je n'avais pas l'occasion de le voir bien souvent, et je m'inclinai rapidement par respect pour sa position avant de me retourner vers Hiko. Je n'étais pas un fervent sujet à suivre les règles et autres, mais je n'étais pas non plus fou pour ignorer la position du Nara aux cheveux roses. Pour un déserteur, j'estimais l'alternative donnée plutôt judicieuse, mais cela ne semblait pas convenir au Sairyo qui semblait même déçu du traitement qu'on lui réservait. Comme il l'avait si bien dit, il ne voulait aucun mal au village des Nuages, mais il considérait pourtant les mesures prises contre un déserteur comme étant une forme d'humiliation ? Pourtant il n'avait jamais été question de l'humilier et de le traîner dans la boue en public. Je pris une moue un peu perplexe et déçu à mon tour.

-Hum et pourtant c'pas l'cas, Hiko-san. Après tout, même si j'te crois sur parole et que j'ai confiance en tes intentions, tu n'as pas été au village depuis un moment. Et p'tet que tu pourrais nuire au village sans même le savoir, on n'sait pas de quoi sont entièrement capables nos ennemis au-dehors...Et j'ai juré de faire de mon mieux pour protéger Kumo et Kaminari des menaces, même celles que l'on ne voit pas immédiatement. J'serais négligent de laisser ma confiance en toi m'aveugler des autres dangers, sempai ! terminai-je avec un air bien plus sérieux que d'habitude pour répondre à son ton dur.

Mais au lieu d'accepter ma première proposition, il préféra se tourner vers celle que lui avait offerte le chef de la Police. Une alternative qui semblait d'avantage lui correspondre, préservant son sentiment de dignité. Etait-ce aussi par fierté qu'il avait quitté le village ? Du moins, à entendre la discussion entre Keisuke-dono et Hiko-san, les conditions de son départ étaient bien particulières et semblaient s'être fait à l'amiable. Auquel cas, je me doutais qu'il aurait déjà eu des menottes passées de forces à ses poignets. Je me demandais qui du Chef ou du Nukenin était le plus fort si jamais affrontement il devait y avoir ? Il était certain que nous autres shinobis seraient tenus d'intervenir et de maîtriser la menace, et donc un duel entre les deux puissants ninjas ne verrait pas le jour aujourd'hui. Mais la question me titilla tout de même l'esprit. D'ailleurs je n'avais jamais affronté Keisuke, et je me demandais à quel point il était fort. J'avais entendu qu'il n'était pas qu'un simple Nara...

Mais ce n'était pas le sujet du jour. Acceptant le papier et la plume tendue par mon supérieur, Hiko se mit en tailleur pour pouvoir écrire sa lettre. Il semblait faire bien des secrets de ce qu'il voulait annoncer au Raikage, mais si cela concernait réellement tout le village alors pourquoi simplement ne pas nous en faire part ? Je n'étais certes que chunin, mais je faisais déjà parti des gradés du village, et Keiseku encore bien plus que moi. Je n'avais jamais réellement compris cette tendance à vouloir toujours parler au chef du village. C'était certes lui qui prenait les décisions, et Hiko désirait certainement aller plus vite ainsi...mais quelque chose m'échappait. Dans tous les cas, sa proposition avait été acceptée, et le Nara semblait se plier à ces volontés, je n'avais donc pour ainsi dire pas mon mot à placer. Après avoir rédigé sa lettre, la chevelure blanche remit sa missive et s'éloigna, confiant au chef de la police le soin de faire passer son message à Raizen-sama. De mon côté, tout en restant attentif et sur mes gardes, je souris de nouveau à l'ancien jonin des Nuages en m'asseyant un peu en hauteur avant de m'adresser à lui.

-Héhé p'tet qu'à l'occasion tu pourras m'raconter comment vous avez réussi à tuer le Dieu du Désert ! Ça a dû être éééépiiiic ! terminai-je tout excité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Narrateur
Narrateur

Une visite à hauts risques Empty
Lun 9 Aoû 2021 - 17:08
Une visite à hauts risques 4ae38911
Nara Keisuke – Chef Temporaire du Kuubu & Co-chef du Shin-Keikaimusho

La proposition d’Ikari ne plut à Hiko. Bien que celui-ci s’était invité en ce lieu, en toute connaissance du sort qui l’attendait s’il revenait, le jeune homme refusa les conditions proposées. Humilié ? Rabaissé tel un déchet de la société ? Non, mais traité comme un criminel : le déserteur qu’il était aujourd’hui, le déserteur qu’il avait choisi d’être, idée soutenue par l’énumération d’Ikari qui n’était encore une fois qu’une partie de toutes les raisons qui justifiaient un tel traitement. Keisuke ne pouvait s’empêcher de ressentir un certain dégoût pour ce type de soldat : brillant, mais imbus d’eux-mêmes. Surtout, incapable de respecter leur engagement pour leur village. Pourquoi Raizen l’avait-il donc laissé partir ? Voilà donc une énième erreur que cet homme avait commis là.

La tension était palpable, mais Hiko tenta d’apaiser la situation et saisit l’opportunité que venait de lui offrir Keisuke.
Raisonnable à défaut d’être loyal.
Il donna l’ordre à un chuunin de lui fournir de quoi écrire son message, puis attendit patiemment qu’il ne le fasse, observant chaque geste de Hiko, prêt à déployer son ombre pour l’immobiliser au moindre signe d’agression, même s’il était peu probable qu’il agisse de la sorte. Il était certes un déserteur, mais il n’était pas non plus sot et il ne devait aucunement douter qu’en cas d’agression, seul un sort funeste l’attendrait, un sort bien plus funeste que la mort.

Son message posé sur le papier, il le laissa au sol et se recula, laissant ainsi le même chuunin qui lui avait donné le récupérer alors que Keisuke l'inspecta pour y détecter le moindre source de problème.
– Effectivement. Répondit Keisuke à l’affirmation de Hiko. Amène ça rapidement au Raikage et explique-lui la situation. Dit-il au chuunin qui venait de récupérer le papier.
Le soldat disparut aussitôt les ordres donnés, se hâtant d’aller faire parvenir le précieux message au Raikage.
« Ne nous reste plus qu’à attendre de voir ce qu’il en dira, n’est-ce pas ? » Dit-il d’un air supérieur.

__

Nobu Hiroya, chuunin de Kumo et officier du Kyuubu arriva au bureau du Raikage, essoufflé par sa course. Là, se tenant devant la porte en bois qui le séparait encore de lui, il toqua deux fois puis entra sans attendre de réponse.
– Raikage ! Un message de la plus haute importance : Ten no Ikari, Nara Keisuke et un groupe de shinobi sont intervenus pour appréhender Saryo Hiko. Ce dernier refuse de se laisser faire et a voulu vous faire parvenir le message que voici. Dit-il en tendant la lettre à Raizen.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Une visite à hauts risques Empty
Mer 11 Aoû 2021 - 4:16

Grandement occupé depuis qu’ils avaient mis un terme à la fameuse menace du samouraï de Matshu, le Meikyû se devait de finaliser les derniers préparatifs afin de déployer quelques unités en ces lieux. Nécessitant du soutien d’urgence, le temps représentait une réelle rareté, surtout qu’il ne s’était pas arrêté de travailler depuis son retour.

Représentant un savant mélange de rattrapage et de tentatives d’innovations, plus les choses avançaient et plus le Meikyû voyait la nécessité de délégué le plus rapidement possible à la relève. Après tout, il ne pouvait plus être à de multiples endroits comme jadis, le limitant ainsi à devoir se concentrer sur des micromoments tout en maintenant pour objectif d’être le plus efficace possible.

Ce jour ne faisait pas exception, surtout qu’il aurait dû être au même endroit que la fameuse coalition, lieu où jadis il avait révélé ses couleurs en faveur de la nation Kumojine.

Or, bien qu’ils étaient libérés du joug de l’ennemi, l’adversité ne les quittait jamais. Ressentant de nouveau l’effroi électrique qui avait parcouru ses veines alors que le samurai aurait très bien pu mettre un terme à leur vie respective, c’est un Meikyû totalement nouveau et ressentant encore l’impulsion électrique de l’adversité qui déployait tous ses efforts dans les préparations à venir.

Après tout, ils avaient tous perdu un temps fou…

Malgré tout, contre toute attente, une personne livra un message à son égard, lui rappelant que l’imprévisible était toujours possible. Hiko était sur les terres de Kaminari et demandait à le voir. Toutefois, ce jeune homme paraissait plus que paniqué… Que se passait-il?

Ne pouvant s’empêcher un soupir d’exaspération, il se demanda l’espace d’un instant si celui-ci réalisait sa posture actuelle. Lui ayant plus ou moins donné ce qu’il avait demandé, Raizen demeurait curieux de savoir quels étaient les motifs de sa venue et pire encore, pourquoi résistait-il ? Avait-il oublié qu’il avait été banni du corps Kumojine?

Or , avant de sauter aux conclusions, il trouvait cela improbable qu’il ait fait tout ce chemin tout en étant forcément surveillé pour poser problème à l’Arche. Ainsi, Raizen décida d’être prompt.
Voyant dès lors un papier qui recelait la fameuse information, le Meikyû ne put s’empêcher de se demander si celui-ci n’aurait pas pu procéder par lettre. Après tout, rares étaient les informations nécessitant d’être communiqués en personnes. Généralement, le tout se devait d’être forcément capital et venait bien souvent d’alliés. Or, qu’arrivait-il lorsque la personne qui demandait à vous voir n’était en aucun cas un allié ?

Exaspéré, le Meikyû remercia la personne lui ayant livré la fameuse lettre.

-Merci, mais garde une certaine distance et dis-moi s’il a attaqué ou menacé quiconque ?

Négatif, son objectif n’était pas de nuire à Kumo d’une quelconque manière.

-Merci. Peux-tu lire le contenu de la lettre ?


Le laissant faire, le Meikyû soupira légèrement. Laissant la loi sur la relativité des opinions prendre le dessus, il se multiplia et effectua un bref mudras avant de sceller le papier et son contenu alors que la distance était sa règle d’or par précaution.

Une fois qu’il réalisa n’avoir rien à désamorcer grace au scellement, il était prêt à agir.

Haussant un sourcil, cet homme ne semblait clairement pas avoir compris le but usuel d’une lettre.

Ressemblant en tout point à un piège ou plutôt une demande dont il voulait entendre une quelconque réponse de vive-voix, Raizen demeurait tout de même sur ses gardes. Regardant ainsi l’essence même de sa personne alors qu’ils représentaient dorénavant une trinité, il fit ce qu’il faisait de mieux : voir au-delà des apparences.

Ne cherchant pas de midi à quatorze heures, il déploya son entité principale en hauteur de manière à observer le moindre élément louche. Pendant ce temps, une autre de ses entités résidait au sein du village, veillant à ce que rien de grave ne se produise au sol.

Ainsi, la dernière entité tertiaire ou secondaire se dirigeait vers la porte du village de Kumo afin d’aller à la rencontre de l’énergumène quémandant sa présence.

Traversant ainsi les portes sans attendre, il aperçut Keisuke, Ikari ainsi qu’une quantité de shinobis signalant la présence et la mise en place de l’état d’urgence. Faisant dès lors signe aux autres de se reculer et de laisser un peu d’espace au Sairyo, le Meikyû tertiaire s’approcha de manière à être à une distance d’environ deux mètres du jeune homme tandis que certains se repliaient en hauteur pour avoir une vue d’ensemble sur le terrain.

-Merci à tous pour vos interventions.


Allant droit au but, Raizen allait se faire court.

-Bonjour Sairyo Hiko, je ne m’attendais pas à te voir sur ces terres. J’imagine que tu es au courant de ton statut actuel, mais aussi du fait que ta présence n’est pas forcément vue du meilleur regard par la défense Kumojine.

D’un sérieux qui transparaissait qu’il n’avait pas forcément de temps à offrir aux fioritures, il alla droit au but.

-Je préfère être clair avec toi sur le fait qu’au moindre signe de comportement hostile, des actions seront prises à ton égard au regard de ton statut.

Balayant le tout comme une formalité superficielle, il poursuivit :

-Maintenant que je suis présent, que voulais-tu me partager qui n’aurait pas pu être communiqué dans une lettre ?

Sachant qu’ils étaient à une distance convenable pour qu’il puisse prononcer ses mots sans que tous puissent entendre, ils demeuraient pourtant respectivement sur le qui-vive.

Pendant ce temps, le Meikyû à de multiples fois et endroits plutôt qu’un demeurait très attentif à son environnement, guettant le moindre signe de problématiques. Après tout, la dernière fois qu’ils s’étaient parlé, Hiko signifiait son désir de rejoindre l’homme au chapeau, un élément non négligeable qui était dorénavant impossible à vérifier. Ainsi, en cas de doute, il était plus important d’assumer le pire. Bien qu’il ne s’était pas encore mordu les doigts depuis son départ, il était clair que Hiko était un homme imprévisible dont il fallait être aux aguets.

Or, avec un peu de chances, il ne pourrait que conclure que cette discussion aurait pu être résolue par un simple échange de lettres, ni plus, ni moins.

Ainsi, la table était dorénavant mise pour Sairyo Hiko.

Spoiler:
 


_________________
Une visite à hauts risques J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mer 11 Aoû 2021 - 11:20
Bien qu’il n’ait pas du tout apprécié la proposition de Ikari, Hiko ne put s’empêcher de sourire intérieurement et de voir là un signe certain de satisfaction. Bien qu’il ne soit pas dans une position enviable, il ne pouvait pas nier que la sécurité avait été amplement renforcé dans le village. Voilà un des points positifs de l’arrivée de Raizen au poste de Raikage ; enfin semblait-il. En l’entendant parler, Hiko sut alors qu’il ne mentait pas. Même s’il ne lui voulait pas de mal, les ordres étaient les ordres. Et connaissant un minimum Ikari, il savait qu’il avait tout du bon soldat sur lequel le village pouvait compter.
Je comprends Ikari-kun, après tout c’est dans l’intérêt de Kumo que tu fais cela… Même si je dois avouer que vous vous méprenez sur mes intentions. Toujours étant que ce serait avec plaisir que je te raconterai ce qu’il s’est passé à Kaze une fois que tout ceci serait terminé !
Finit-il avec un sourire à l’adresse de l’élémentaliste. Bien sûr, il se doutait bien qu’il ne pourrait pas aisément rentrer dans le village, mais c’était ce dont il avait envie ; au fond de lui.

Tournant ensuite son regard vers le Nara, il ne put s’empêcher de ressentir une certaine aversion à son égard. Est-ce que tous les gradés de Kumo étaient aussi présomptueux de leur puissance ? Il se trouvait face à un homme qui, à défaut d’être sympathique, fut au moins efficace ; il fallait le lui reconnaître. Mais Hiko n’éprouva aucune sympathie envers cet homme, mais l’heure n’était pas aux affrontements.

Le subalterne partit alors en courant et le temps sembla alors se figer durant les minutes qui suivirent. Que ce soit Hiko ou les autres shinobis, plus personne ne disait mot et chacun restait silencieux ; attendant le moindre signe de retour de la part de l’actuel Raikage. Ainsi passèrent plusieurs minutes où Hiko restait tout de même sur ses gardes, on l’avait considéré tel un criminel… Alors que son seul crime avait seulement été de ne pas embrasser le nouveau pouvoir en place.

Puis, tout s’activa rapidement. Hiko n’eut pas besoin de le voir pour savoir que le Raikage arrivait sur les lieux. Il le sentait, un chakra aussi imposant avec cette signature ; c’était bien lui. Bien sûr, il ne savait pas que c’était un clone qui lui faisait face, mais cela n’avait que peu d’importance. Tout ce qu’il voulait, c’était discuter, pas vrai ?

Salut Raizen, la forme ?
Fit-il avec un sourire affiché sur le visage. Bien sûr, le Meikyu ne se ferait pas avoir par cette apparence de façade, il devait bien se douter qu’un shinobi tel qu’Hiko ne relâcherait pas sa garde, surtout pas à un tel moment.
Je t’avoue que je ne m’attendais pas à un tel comité d’accueil en arrivant ici. Il semblerait que ce village ait la mémoire bien courte et qu’il ne faille pas bien longtemps pour changer de statut sans avoir été une réelle menace pour ce dernier…
Il se devait de lui faire savoir qu’il n’appréciait pas la façon dont il était traité ; même si cela devait sûrement n’avoir aucun impact auprès du Meikyû. Mais comme le Raikage semblait vouloir aller droit au but, Hiko le ferait à son tour.
Sache cependant que je ne viens pas en tant qu’ennemi, mais bien en tant qu’allié aujourd’hui. Mon cœur appartient à Kumo ; comme je n’ai cessé de le dire ; cela n’a pas changé. Cependant, l’information dont je dispose ne doit en aucun cas aller aux oreilles des plus curieux. Ainsi, tu comprendras que je ne peux pas te la fournir en l’état, alors que tous les gardes sont aux abois et que certains sont sûrement doués en sensorialité.
Une information d’une telle importance ne pouvait pas être entendue de tous, cela causerait bien plus de dégâts que d’avantages et Hiko serait alors perçu comme un annonciateur de mauvaises nouvelles… Encore.
Il faudrait donc que nous soyons un peu plus… Isolés, si tu le veux bien. Bien sûr, j’ai bien compris que tu ne peux pas prendre le risque d’être avec un être aussi méchant et cruel que moi en seul à seul ; ainsi je te propose de choisir deux personnes de confiance et de nous isoler. Si tu le veux, un périmètre élargi pourra être établi autour de nous, et nous utiliserons l’endroit de ton choix.
Bien qu’il avait certaines demandes quant à l’information qu’il allait donner, Hiko montrait plutôt patte blanche et avait son air angélique affiché sur le visage. Mais Raizen ne s’y trompait sûrement pas, il savait bien que tous les sens de notre jeune héros étaient aux aguets ; car lui non plus ne faisait pas totalement confiance à ce village qui semblait lui avoir tourné le dos. Son village…
Et puis, soyons honnête… Si je souhaitais nuire au village, ou même à ta personne, je ne me serai pas contenté de venir frapper à la porte tranquillement en sachant pertinemment que j’étais suivi depuis la frontière. Arrêtons les faux semblants Raizen, et faisons preuve de discernement.
Cette fois, son sourire avait disparu et son regard était plongé dans celui de son interlocuteur. Mais cela serait-il suffisant pour que Raizen daigne bien vouloir accéder à sa requête ? Hiko ne le savait pas, mais il sentait que tout se jouerait sûrement dans les prochains instants.

Pourra-t-il avoir une discussion avec le Raikage ? Tout ceci ne dépendait plus de lui désormais, c’était à Raizen de trouver la réponse qui serait la mieux pour son village.
HRP:
 

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Une visite à hauts risques Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 20:25

En arrivant sur les lieux, Raizen ne s’attendait pas forcément à ce que tout soit très efficace. En effet, s’il avait dû être déplacé, c’était qu’à un certain degré, Hiko n’était pas forcément coopératif. Or, était-il réellement en position de négocier ? Ses demandes étaient-elles légitimes ?

L’écoutant initier la discussion en premier lieu, il ne répondit pas à sa première question, se contentant d’attendre l’objet concret de sa visite.

Réitérant ainsi sa perception du village de Kumo et n’émettant aucun regret, Hiko ne semblait pas avoir changé. Au contraire, il s’était même possiblement fait à l’idée qu’il avait raison et que ses acquis envers le village de Kumo seraient à jamais bafoués.

Mentionnant certains éléments qui pouvaient paraître normaux sous un angle réel, il était toutefois intéressant de voir qu’il détenait des aptitudes humoristiques particulièrement bien masquées. En effet, derrière ses paroles, on pouvait nettement voir qu’il semblait avoir oublié les derniers mots qu’il avait jadis proposées sans oublier sa proposition d’infiltration qui, si elle était intéressante, ne pouvait se faire, du moins pas sur une longue durée et pas de cette manière.

Dès lors, alors que Raizen n’avait fait que soulever ses actions dont tous avaient été témoins, il était clair à ses yeux qu’Hiko n’avait forcément pas pris l’ampleur totale de sa proposition ni l’incertitude qui correspondrait à sa position en refusant de changer sa position lors de leurs dernières questions.

Y voyant ainsi un signal clair qu’il devait être aux aguets, chacune de ses paroles, même les plus réalistes étaient remises en doute, faisant ainsi honneur à l’inaptitude qu’ils avaient eue à se faire confiance du début à la fin de leur courte relation. Au final, tous avaient leurs motifs et leurs objectifs. Or, toutes les mesures ne comportaient pas forcément le même degré de risque, lieu du reproche principal qui lui avait fait.

Laissant ainsi l’idée de l’isolement le mettre à la puce quant à ses possibles intentions, que ce soit à travers son expérience à titre de membre du Kyuubu ou de négociateur, le Meikyû ne lisait que trop bien le type de tempo que tentait d’imposer le Sairyo au regard de son positionnement.

Rehaussant de nouveau son positionnement et sa vision micro et très personnelle de sa position, le Meikyû eut une légère pensée pour Sazuka qui contrairement à lui aurait fort probablement agi de manière plus tranchante, quitte à opter pour un emprisonnement direct. Or, Raizen avait pris un pari risqué en le laissant à l’air libre, un élément pour lequel il ne s’attendait pas particulièrement à avoir la moindre reconnaissance.

-Tu parles beaucoup pour quelqu’un qui n’a rien à se reprocher Hiko, je pensais que Kumo ne méritait plus d’être sauvé? Aurais-tu oublié tes paroles ou était-ce sur le coup de l’impulsivité ?

Transcendent ainsi ses justifications défensives, d’une parole aussi brève que tranchante, il poursuivit en en lui accordant qu’un bref moment pour se souvenir les derniers mots qu’il avait proférés avant son départ :

-Mes doigts vont bien si c’est ce que tu demandes.

Faisant référence au fait que Kumo devait supposément se mordre les doigts de sa disparition, le Meikyû acceptait de céder quelques secondes à son jeu que pour mieux imposer un changement de rythme.

-Merci de tes inquiétudes sur le maintien de la confidentialité. Sache toutefois que le corps Kumojine repose sur la confiance. Il y a certaines informations qui demeurent classées, mais étant donné l’absence d’éléments conséquents nous permettant d’identifier un moindrement ce que tu désires communiquer, il peut être difficile d’en jauger l’étendue ou la pertinence, surtout que ma présence n’était peut-être pas forcément nécessaire, qui sait.

S’arrêtant alors qu’il s’évertuait dans des longueurs, il fut plutôt prompt.

-Je te demanderais donc d’être efficace dans ton discours et dans l’information que tu as à véhiculer.Toutefois si tu es un moindrement inquiet, laisse-moi répondre à tes inquiétudes en posant une zone qui brouillera le son dans l’environnement autour de nous.

Effectuant quelques mudras, Raizen termina son enchaînement à l’aide d’un seul mudras ayant pour objectif de poser sa main au sol pour y marquer une zone qui fut envahie d’une vague de vent transparente sous forme d’un dôme. Légèrement visible, le tout entourait dorénavant Hiko, Keisuke et le jeune Ikari malgré leurs distances.

-Si jamais tu n’es pas certain de sa pertinence, fait quelques pas arrière, tu n’entendras rien de ce que je dirais. Maintenant si tu le permets, quelles sont les informations que tu désirais nous partager ?

Attendant et faisant preuve d’une patience inouïe, le Meikyû venait d’imposer son propre rythme. S’il était vrai qu’Hiko avait possiblement des informations importantes pour Kumo, le Meikyû partait du principe que ce n’était pas pour autant qu’ils allaient tous se courber l’échine et répondre à la totalité de ses requêtes. Ainsi, s’il ne voulait pas suivre le protocole et collaborer, ils ne se plieraient pas à la totalité de ses volontés, équilibrant ainsi la situation.

Or, comme toute chose avait sa logique, maintenant que la barrière sonore était posée, peut-être se sentirait-il plus à l’aise à parler, lui qui jusqu’à présent n’avait jamais émis de gêne ou de réserve par rapport à ce genre d’éléments.

Plus important encore, il était important pour Raizen de ne pas oublier qu’Hiko était peut-être à ce jour un membre du Ningen qui n’avait pas des intentions positives. Après tout, quelles que soient ses intentions et même s’il disait vrai, ce qui pouvait ne pas être de mauvaises intentions envers le village ou sa population à ses yeux pouvait grandement différer de l’opinion collective, un dénouement particulièrement unique, mais nettement possible au regard de son archétype et sa vision unique de ses actions.

Spoiler:
 

_________________
Une visite à hauts risques J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Dim 15 Aoû 2021 - 21:46
Il fallait admettre quelque chose, le Raizen qui se trouvait devant lui n’était pas une personne qu’il fallait prendre à la légère. Et ce n’était clairement pas ce qu’il allait faire, Hiko n’était pas de ceux qui sous-estimaient, bien au contraire. Il avait longtemps été dans la position du plus faible sur le papier, et pourtant… Il était toujours là.

Mais pourtant, bien que le plan se déroulait plutôt bien pour le moment. Bien qu’il ne s’était pas attendu à être aussi pisté et interrogé, il se doutait bien que pour arriver jusqu’au Meikyû, il aurait dû passer par quelques étapes peu plaisantes. Il s’était assuré que son interlocuteur soit bien le Raikage et non un sous-fifre quelconque. Enfin, sa technique n’était pas infaillible et ne lui donnait pas toutes les informations, il ne se doutait donc pas que le Raizen en face de lui soit un clone. Mais cela avait-il réellement de l’importance… ?

Seul l’avenir nous le dira.

Tu as bonne mémoire Raizen, c’en est presque effrayant.
Dit notre jeune héros aux cheveux blancs tout en se grattant l’arrière du crâne avec un sourire mi-gêné, mi-amusé par ce qu’il venait d’entendre. Bien sûr, tout cela n’était que façade. Et même s’il était clairement dans un terrain désavantageux pour lui si cela tournait mal, il ne se laisserait pas piéger aussi facilement que certains pourraient le penser.

C’est donc attentif qu’il écouta les prochaines paroles de Raizen. Autant dire que ce n’était pas l’amour fou entre ces deux shinobis. Et bien que Hiko soit celui banni, le Meikyû semblait avoir un certain ressentiment encore présent envers celui que certains appelaient le Tueur de Dieu. Hiko ne lui en voulait pas, de ce qu’il avait vu, la sécurité avait grandement évolué depuis son départ et il s’imaginait bien que le Salvateur en soit l’initiateur.

Attendant donc la réponse à sa proposition, Hiko reçut le petit coup de pression de l’homme le plus important de Kumo, à l’heure actuelle. Il n’avait pas de temps à perdre, et chaque seconde de sa présence ici était déjà un énorme compromis qu’il faisait. Et bien qu’il ne laissait pas Hiko mener complètement la danse, il ne put cependant pas faire semblant de ne pas remarquer qu’il avait fait des efforts pour se faire entendre. Il fit donc aussi, à son tour, un pas en avant en proposant sa barrière.

Sceptique, l’attention du jeune garçon se renforça lorsqu’il composa ses mudras avant de poser la main au sol. Lui faisait-il confiance ? Ses sens s’agitant et son regard devenant plus vifs, il ne bougea cependant que très peu mais un œil avisé l’aurait sûrement remarqué. Il sentit alors une petite vague se répandre autour du groupe formé par les principaux intervenants. Une fois la peur d’êre pris par surprise passée, Hiko se détendit un peu et testa alors la bulle de Raizen tandis que ce dernier parlait. Avec un sourire enfantin, il pénétra à nouveau dans la bulle créée par Raizen et lâcha avec un sourire.

Très impressionnant en effet ! Je vois que tu respectes ta part et me donnant une certaine confidentialité, à mon tour désormais d’être le plus bref et concis possible.
Finit-il par dire en reprenant un air sérieux. Tout se jouait désormais, il ne fallait donc pas faire le moindre faux pas. Il s’était beaucoup répété ces paroles dans sa tête ces derniers jours, mais cela n’avait plus vraiment d’importance. Car l’auditoire était maintenant présent, et c’était aujourd’hui que les violons devaient être parfaitement synchronisés.
Si je suis venu ici aujourd’hui, c’est parce que j’ai de bonnes raisons de croire qu’un démon à queues se trouve à Kaminari.
Lâcha-t-il en plongeant son regard azuré dans les prunelles de son interlocuteur principale, Meikyû Raizen. Les deux autres présents dans la bulle n’étaient qu’accessoires pour cette discussion, Hiko ne leur lâcherait sûrement plus un regard. Car celui qu’il voulait convaincre, c’était bien Raizen.

Et pour lui faire croire en sa bonne volonté, le Sairyo aux cheveux blancs voulait que Raizen prenne bien la mesure de ce qu’il allait lui dire ; que le Salvateur soit convaincu de la bonne volonté de son interlocuteur.

Je tiens cela d’un Lieutenant de l’Homme au Chapeau s’étant un peu trop aventuré dans le désert de Kaze no kuni. Tandis que le combat était terminé et sa défaite assurée, il m’a sorti ces quelques mots.
Prenant alors une grande respiration, il tenta de se répéter les mots avant de les sortir à Raizen.
Tu crois avoir gagné en supprimer le premier des neuf… Mais dans un avenir proche, son frère ravagera ce pays que tu chéris tant… Son sommeil ne sera pas éternel.
Une énigme qui aurait sûrement trouvé écho chez notre jeune héros aux cheveux blancs si tout cela était réel. Bien sûr, il n’était pas un fou et avait pris ses précautions avant de s’inventer une telle histoire. A Kaze, il avait trouvé un shinobi capable de prouesses en Genjutsu. Ainsi, en lui donnant un script bien ficelé, ce dernier lui avait fait vivre ce moment. Une précaution qui pourrait être inutile en fonction du potentiel interrogatoire que subirait Hiko par la suite…
Et avant que tu te dises que cela aurait pu être dit de façon plus transparente ; mon but n’est pas d’engranger une panique au village. C’est donc pourquoi je voulais m’entretenir avec toi pour te demander l’autorisation de parcourir librement le pays à la recherche de ce fameux démon… Si tant est que ses dires soient vraiment corrects.
Cette fois-ci, plus de sourire. Bien que son récit ne soit qu’une histoire inventée de toute pièce, Hiko croyait dur comme fer en la présence d’une Abomination de la Nature dans ce pays qu’il chérissait réellement de tout son cœur ; malgré leur histoire quelque peu mouvementée. L’intensité dans son regard était réelle… Mais cela serait-il suffisant ?

Hiko en doutait. Mais il avait abattu ses cartes, c’était à Raizen de jouer désormais ; et de montrer ce qu’il avait dans la main.

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Une visite à hauts risques Empty
Ven 20 Aoû 2021 - 7:19

Attentif et patient, plus que jamais, Raizen ne laissait aucun détail lui échapper. Dénotant d’une concentration hors norme, une mouche aurait pu voler qu’il ne l’aurait fort probablement pas entendu, tellement ses sens étaient déployés sur la totalité de cette conversation. Se demandant même par moment si certains de ses organes n’avaient pas cessé de fonctionner pour amplifier ses aptitudes sensorielles, les iris perçants du corbeau ne mentaient pas.

Acceptant ainsi sans broncher le compliment du Sairyo, il se demandait si sa mémoire était bel et bien bonne ou si son impulsivité le rendait amnésique. Représentant le parfait revers du décor, Raizen dévoilait à nouveau à quel point la perception pouvait prendre bien des tournures différentes en fonction de l’angle par lequel on la regardait.

Pourtant, il continuait de prendre de la hauteur, gardant la tête au-dessus des évidences pour se concentrer autant sur le flou que le clair. Allant jusqu’aux nuances, il ne laissait rien lui jouer des tours. Que ce soit dans le fait qu’Hiko ait testé la viabilité de sa barrière ou le signalement soudain de ses sens affutés, il laissait ainsi le verbal et le non verbal s’exprimer.

Ne pouvant s’empêcher de se demander ce qu’Ikari avait bien pu lui demander comme protocole pour qu’il ait démontré un quelconque signe de blessure émotionnelle, Raizen devait avouer être constamment impressionné par l’aptitude du jeune homme à le surprendre. Beaucoup plus doué que lui à l’époque où il avait été policier dans les interceptions frontalières, il avait hâte de voir de quelle manière le jeune éclair comptait évoluer.

Revenant ainsi à ses moutons, c’est d’un air anormalement neutre que Raizen l’écouta proférer ses déclarations. Allant de sa soudaine déclaration quant à la disposition des démons à queue, à l’affrontement soudain d’un lieutenant de l’homme au chapeau, que ce soit les menaces proférées ou l’ensemble de l’histoire, Raizen pouvait comprendre le désir de confidentialité bien que ce n’était pas suffisant pour nullifier l'utilité des lettres. Au contraire, c’était le type d’information qui avait l’avantage d’être beaucoup trop costaud pour que tous puissent y bénéficier d’une quelconque manière.

Ainsi, Hiko en venait finalement à son sujet posé : un désir d’obtenir de nouveau sa liberté au sein du pays pour poursuivre ses recherches.

Ne pouvant s’empêcher d’avoir l’envie folle d’émettre un sourire, Raizen n’en fit rien. Se concentrant plutôt sur sa respiration, évitant par le fait même de commettre l’erreur d’avoir une réponse rapide, prompte ou la moindre réaction.

Laissant le réactionnel à son homologue, il préférait s’attaquer au tangible comme le lui avait enseigné Spero et voir au-delà des apparences. Or, le meilleur moyen pour cela était d’ouvrir ses yeux et de prendre encore plus de hauteur. Combinant le tout à son historique de policier et de négociateurs, Raizen voyait clairement là où Hiko voulait en venir. Pourtant, certaines interrogations demeuraient alors qu'il était encore en pleine ascension quant à ses questions.

-Merci d’avoir respecté ton engagement.

Commençant par lui accorder ce qui lui était dû il poursuivit :

-C’est en effet une information pertinente qui mérite notre attention. Toutefois, j’ai quelques questions pour toi à ce sujet.

Demeurant toujours aussi calme, le tout en était presque devenu surnaturel. Or, c’était un signe de confort pour le Meikyû alors que le flot avait bel et bien eu l'effet disruptif visant à rétablir l'équilibre de la discussion.

-Neuf Dieux hein ?

Paraissant perplexe face à ce nombre, le Meikyû avançait le tout avec une carte assez importante. Sachant avec pertinence que seuls les haut-gradés des différentes factions avaient eu accès au nombre de Dieux lors de la réunion principale, mais que certaines personnes, dont Mukuro s’étaient infiltrées, il ne pouvait s’empêcher de donner du poids à ses dires étant donné que seuls une personne faisant partie du cercle rapproché ou un lieutenant de l’Homme au chapeau pourraient avoir cette information. Or, il ne pouvait s’empêcher d’avoir quelques doutes conséquents.

-Intéressant, je vais donc être concis et te poser 4 questions au total. La première étant : Que faisais-tu à Kaze ?

Connaissant son pays comme étant une mine d’information conséquente, Raizen doutait qu’il fasse référence à la fois précédente dans laquelle ils avaient respectivement affronté la mort à Kaze. Non, Hiko devait y être retourné pendant son absence à Kumo. Couverture ou réalité, il n'y avait qu'un seul moyen de le savoir.

-Tuer un lieutenant n’est pas facile et si tu dis vrai, ce serait un exploit. N’étant pas n’importe qui et étant respectivement connu à leur manière pour pouvoir aisément gérer 3 soldats de haut niveaux sans broncher, permets-moi toutefois de te poser une question : De quel lieutenant s’agissait-il ?

N’hésitant pas à le regarder avec calme et délicatesse, qu’il ait raison ou non, pour triompher d’un lieutenant de cet homme, il fallait être très fort, voire même être plusieurs de haut niveau. Que ce soit Mamushi ou Katenshedo, elles étaient respectivement toutes fortes à leurs manières et bien qu’Hiko devait très bien se débrouiller, il devait avouer être surpris du faible accent qu'il avait mis sur la chute d’un des lieutenants de cet homme, un peu comme s'il préférait éviter que ce soit le sujet principal de cette discussion.

Or, toutes les confrontations auprès de ces hommes et femmes ayant laissé la mort de puissants soldats derrière eux, se pouvait-il qu’il avait réellement réalisé un tel exploit ou était-il de mèche avec eux ? Après tout, jusqu’à preuve du contraire, Hiko pouvait très bien être affilié au ningen sans forcément le dévoiler.

Ainsi, Raizen préférait demander des détails concrets sur lesquels son réseau international et ses précédentes expériences l’avaient outillé à en valider les informations en grande partie.

Poursuivant comme si de rien n’était, il ajouta :

-Ensuite, sachant que je ne sais pas depuis combien de temps tu as eu l’information, qu’est qui te dit que nous n’étions pas déjà au courant et que le Dieu en question n'est pas déjà scellé ?

Posant une question ouverte, ne représentant en aucun cas un objectif de déstabilisation, il poursuivait :

-Et finalement, si ce n’était pas le cas, quel serait l’intérêt de laisser le champ libre à un tueur de Dieu qui a préféré tuer un Dieu au risque d’augmenter les victimes possibles au lieu d’effectuer le scellement ou de lever une barrière de protection comme convenu à Kaze ? En quoi cela pourrait être positif pour Kaminari sachant que je doute que ton objectif soit de trouver le Dieu pour le trouver tout simplement. Que comptes-tu faire de sa disposition si tu l’obtiens ?

Calme et serein, Raizen lui laissait maintenant le champ libre alors qu’il attendait patiemment que le Sairyo fasse preuve de clarté.

Après tout, la connaissance étant la pièce maîtresse de tout, le doute était aussi particulièrement efficace d’autant plus qu’à sa connaissance, Hiko n’avait aucune idée des informations qu’un jonin et qu’un Kage pouvaient obtenir. Profitant ainsi de son expérience internationale pour mettre de l’avant ses cartes, le Meikyû était plus qu’attentif à la suite. Après tout, ils avaient peut-être un fidèle de l’Homme au Chapeau devant eux.

Spoiler:
 


_________________
Une visite à hauts risques J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Ven 20 Aoû 2021 - 10:41
Bien que la pression soit montée d’un cran, le Sairyo restait pour le moment de marbre. Alors oui, il n’avait pas toute l’expérience que pouvait avoir Raizen, se trouvait seul « face » à trois shinobis qui avaient le niveau de Kage, ou sa confiance. Il était dans un territoire qui ne lui était pas amical au premier abord. Mais étrangement, il ne se sentait pas menacé… Du moins pas pour le moment.

Avait-il confiance en Raizen pour se dire que l’entrevue, si tant est qu’il ne dépasse aucune limite, ne tournerait pas au vinaigre ? Pas vraiment. Il savait que le Raikage actuel était quelqu’un qui n’était pas impulsif et prônait la discussion, mais il n’en restait pas un idiot pour autant. Il avait ses limites, comme tout un chacun. Hiko savait donc qu’il fallait respecter une certaine part du marché en répondant à ses questions, tout en se montrant convaincant dans ses dires. Ce fut donc pourquoi il ne lâchait pas Raizen des yeux ; tout comme lui semblait l’analyser bien au-delà de ses paroles. Une discussion entre deux garçons que tout semblait opposer, et qui pourtant partageaient de nombreuses similitudes si l’on décidait de gratter un peu la surface.

Bien que je n’ai plus à me justifier devant toi de mes déplacements depuis le jour où tu m’as banni de mes terres, je vais répondre à tes questions.
N’y voyez là aucune offense de la part du Sairyo ; du moins pas dans son comportement. Si les paroles pouvaient choquer, elles avaient été prononcées avec douceur et notre jeune héros aux cheveux blancs montrait ainsi patte blanche au chef du village avec lequel il souhaitait négocier. Les deux autres shinobis n’existaient plus à ses yeux désormais, ils n’étaient que des figurants dans la pièce qui se jouait devant leurs yeux ; leur rôle était terminé.
Ne sachant où aller après notre discussion, j’ai longtemps réfléchi avant de retourner au Pays du Vent. Alors oui, je vais être honnête et je vois bien que tu as des doutes à ce sujet… Suis-je donc passé par le Ningen ? Ai-je rejoint l’Homme au Chapeau ? Suis-je en train d’essayer de te tromper ? Peut-on réellement lui faire confiance… ?
Marquant une petite pause, il enchaîna simplement.
Ce sont des questions légitimes. Cependant, voici la vérité de ce qui s’est passé une fois que j’ai quitté le village. Oui, j’avais envie d’infiltrer les rangs ennemis, de me rapprocher de l’Ennemi et de faire en sorte de le faire tomber de l’intérieur.
Jusqu’ici rien de nouveau.
Mais du fait de mon… histoire avec l’Empire du Feu la mission serait tout simplement suicidaire si je n’avais pas de soutien logistique du Village que j’ai juré de protéger… Chose que tu m’as refusée.
L’amertume avait disparu de son comportement, cela faisait bien longtemps que le Sairyo avait digéré ce refus de la part du Salvateur.
J’ai donc décidé de prendre la direction du pays qui avait récemment subi d’énormes pertes, Kaze no kuni. En arrivant, j’ai essayé au mieux d’aider la population avec mes capacités et j’ai participé à la reprise du Colisée ; la libération des esclaves… Enfin quelques petites activités qui m’ont maintenu occupé pendant quelques temps…
Jusqu’ici il avait été totalement honnête avec Raizen. Parlant avec des faits, mais aussi ses sentiments, il savait la force que pouvaient avoir les émotions dans un discours. Elles le teintaient généralement d’une couche de véracité ; et Hiko en aurait bien besoin pour les prochaines questions.
Selon ses dires, il s’appelait « Hoken ». Je n’en sais pas plus sur son identité. Mais je vois bien que tu sembles mettre en doute ma parole quant à ma capacité à me débarrasser d’un tel adversaire. Je suis donc disposé à répondre à tes questions, si bien sûr tu en as d’autres.
Hiko connaissait bien ce genre de jeu d’esprits auquel s’affairait Raizen. Cette question avait tout pour être piège pour le jeune Tueur de Dieux. S’il en disait trop, Raizen pourrait alors penser qu’il tentait de se justifier à tout prix pour imposer le fait que ses paroles soient la vérité. S’il en disait trop peu, alors le Raikage pourrait mettre en doute la véracité de ses propos, trouvant qu’il n’avait que trop peu de détails à fournir malgré l’exploit dont il se vantait.

Il avait donc trouvé un moyen de contournement. Dans ce genre de discussion, la parole était d’argent mais le silence était d’or. Il s’était préparé à ce genre de questions et suivait pour le moment le plan initial, rien de ce que Raizen n’avait dit ne semblait le faire dévier de sa zone de confort pour le moment. Mais il n’était pas à exclure que cela n’arrive, chose pour laquelle il devrait être convaincant dans ses réponses aux quatre questions.

En effet, je n’ai aucune certitude quant à ce sujet. Cependant, mon combat a eu lieu il y a de ça 6 jours, il m’apparaît donc peu probable que tout se soit accéléré d’ici là. Mais comme tu le soulignes, il est possible que ça soit le cas. Si tu me dis que vous savez déjà identifié la menace, je n’ai en effet aucune raison de te faire cette demande et je la retirerai sans hésiter.
Six jours hein… ? Bien sûr, il n’y avait jamais eu de combat face à un Lieutenant et Hiko le savait bien. Cependant, il s’était durement entraîné face à Musashi dans le Pays du Vent il y avait de ça six jours maintenant. Le timing était donc respecté et si Raizen souhaitait des détails, il pourrait alors lui fournir lieu et date du prétendu affrontement. Un endroit désertique, les ruines de Yûba.

Vint maintenant le tour de la dernière question de Raizen. Il fallait l’avouer, tandis que Hiko était resté impassible aux différentes remises en cause et questions, il ne put s’empêcher de lever un sourcil à l’entente de ces dernières questions. Raizen semblait lui reprocher sa mise en péril de la population Kazejine lors de sa prise d’initiative. Chose que Hiko n’acceptait pas ; mais il savait bien qu’il manœuvrait dangereusement ici. Aller trop fortement à l’encontre du Raikage n’était pas sage décision.

Au risque d’augmenter les victimes ? Les seules victimes que le Dieu n’ait fait à Kaze sont dues à l’incompétence des Kazjins à ériger des défenses pour se protéger. J’ai moi-même protéger le quartier qui m’incombait… Et sauf cas contraire, avoir pris de court Icihibi nous a permis d’éviter de nouveaux assauts meurtriers…
Raizen ne pouvait le nier. Ichibi avait ensuite concentré ses forces sur les shinobis prévus pour la défense de Taiyo sans faire de nouvelles pertes parmi les civils. De ce côté-là, le plan était une réussite.
Et je ne suis pas tel que tu me décris. J’ai toujours eu la survie des miens en tête, dans chacune de mes actions ; qu’importe ce que tu penses. Et oui, évidemment je compte tuer le Dieu qui se cache à Kaminari ; une telle abomination ne peut se balader en liberté… Et encore moins dans le corps d’un shinobi. En faisant de quelqu’un un réceptacle tu en fais une cible vivante et donc une menace pour le pays. Mais j’imagine que tu as dû réfléchir à ce genre d’effets secondaires…
Le Meikyu n’était pas un idiot, Hiko ne ferait pas l’erreur de le considérer ainsi.
Alors je te le demande une nouvelle fois… Laisse-moi enquêter sur ce Dieu qui semble se cacher à Kaminari… Donne moi l’opportunité de protéger ce village qui m’a tant donné, de lui rendre la pareille.
Il ne l’implorait pas, mais Raizen pouvait bien sentir que c’était sa plus profonde volonté.

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Une visite à hauts risques Empty
Ven 27 Aoû 2021 - 20:40

Attentif comme toujours, Raizen devait avouer être assez curieux de savoir de quelle manière il allait répondre à sa première question. Après tout, peu importe les moyens employés, dès le jour où Sairyo Hiko avait décidé de quitter le village en n’optant pas pour un terrain d’entente, il avait fragilisé sa relation avec Kumo. Or, comme si ce n’était pas suffisant, son plan, aussi pertinent que dangereux quant au fait de rejoindre les rangs de l’homme au chapeau, était venu comme la goutte faisant déborder le vase.

Le personnifiant ainsi à tout jamais comme un possible ennemi, son impulsivité et son comportement plus ou moins imprédictible lui créaient un précédent qui malgré ses justifications demeurait tout de même omniprésent.

Ainsi, alors que celui-ci semblait plus ou moins gagner du temps ou plutôt faire des tournures de phrases plus longues, signe d’une possible nervosité ou d’une nécessité de réflexion, sa conclusion fut particulièrement… évidente.

Ne comprenant pas forcément en quoi en ce jour, il comprenait que sa mission était suicidaire, plus que lors de leur dernière discussion, il voyait encore une fois le soutien logistique du village comme étant une nécessitée, chose qui ne pouvait se faire étant donné que le risque pour Kumo était plus fort que le gain. Ainsi, transformer un Kumojine en bombe à retardement ou en une arme à double tranchant ne l’intéressait pas et ne l’intéresserait jamais, pas lorsque ce Kumojine était un électron trop libre pour le bien-être collectif.

Prendre des risques était certainement conséquent tout comme il fallait prendre des initiatives. Or, il était hors de question qu’il ait à se demander constamment si la personne lui rendant des comptes jouait un jeu de double espionnage, surtout contre un adversaire aussi omniscient que l’homme au chapeau, encore moins au regard de son inaptitude à suivre les consignes… sans oublier l’aspect destructeur pour le jeune homme qui était encore en pleine croissance.

Dès lors, alors que son récit se faisait de plus en plus long, la mention de la reprise du Colisée et de la libération des esclaves était certainement importante. Or, en aucun cas Hiko ne pouvait se vanter d’avoir fait cela seul au regard de sa qualification participative.

Ainsi, avait-il été en faveur du pouvoir actuel ou à son encontre ? Était-ce possible que l’Homme au Chapeau ait refait la même chose qu’il avait effectué à Wasure en libérant les fanatiques?

Intéressé, Raizen demeurait ouvert d’esprit. Or, la mention du fameux Hoken lui permit de conserver un visage de marbre bien qu’il devait avouer ne jamais avoir entendu parler d’un tel lieutenant. Après tout, il était possible que l’Homme au chapeau se soit plus ou moins outillé et équipé depuis la dernière guerre. Or, cela semblait quelque peu particulier sachant que cet homme s’était toujours équipé et outillé de gens influents. Que ce soit Mamushi pour ses capacités ou Katenshedo, Yamanaka Rei, Raranoa Ao et tout récemment Sen’Sei Ketten suivi de Kojima Reijiro, ces noms étaient tous imposants à leur propre manière, chose dont il savait au regard de son réseau international et de sa propre expérience en rencontrant plusieurs d’entre eux…

Que ce soit le fait qu’il est escorté KAtenshedo à son exécution, affronté Mamushi en compagnie de deux acolytes pour freiner l’Éveil du Dieu du Désert ou tout simplement… par mégarde… sauvé Sen’Sei Ketten, tous avaient un profil particulier et distinct..

Ainsi, si l’armée de l’Homme au chapeau s’était multipliée, le lieutenant dont Hiko faisait référence ne devait pas être du même calibre que les autres, d’autant plus que cela infirmerait la nécessité de réveiller une armée des morts, un élément que Reijiro faisait pour le moment à merveille et qui coïncidait avec les récentes actions de l’Homme au Chapeau.

Ainsi, se devait-il de croire Hiko ?

Perplexe, le Meikyû en avait suffisamment entendu.

-Le monde ne tourne pas autour de toi Hiko. L’information que tu as obtenue depuis 6 jours ne veut pas dire qu’elle existe pour autant depuis 6 jours. Le tout date peut-être même d’avant ton départ bien que ton statut rendait quelque peu difficile le partage d’information sensible pour des raisons que tu connais. N'oublie pas que plus d'une saison s'est écoulée depuis ton départ...

Étant tout à fait honnête et transparent, c’était la triste réalité sachant qu’Hiko n’avait pas forcément voulu échanger suite aux élections. Que ce soit par occupation ou autre, ils n’avaient jamais pu réellement faire le moindre status.

-Quant aux défensives, à mon souvenir la barrière nécessitait un minimum de quatre personnes qui malgré les nombreux rappels n’est jamais survenu au regard de tes paroles allant en sens inverse. Ta présence a certainement été pertinente sur ton unité, toutefois je ne peux m’empêcher de me demander si les dégâts n’auraient pas été mitigés si le plan avait été suivi. Après tout, les kinjutsus défensifs existent bien pour une raison qui va au-delà de protéger son angle....

Préférant clarifier ce qu’il voulait dire à cet égard, il n’hésita pas.

-Les regards et perceptions varient, mais n’ont généralement que très peu d’intérêt sachant que la réalité est variable. Ce que tu peux considérer comme étant une bonne idée peut toutefois être tout le contraire au regard de la prise de risque qui n’en vaut pas le résultat. Si par miracle, le tout peut parfois fonctionner, la chance ne jouera pas toujours en ta faveur. Là ou il y a une différence, c'est dans la cohésion de groupe dans les décisions. Nous luttons ensemble, gagnons ensemble ou tombons ensemble.

N’ayant pas besoin de mentionner les nombreux exemples dans lesquels tous deux avaient eu des divergences de perception quant au cas concret, Raizen préféra parler du tangible :

-Il n’a aussi jamais été forcément mention d’un réceptacle humain. Les possibilités sont multiples et diverses, mais à mon avis, répéter le miracle qui a coûté de nombreuses vies par rapport à la destruction possiblement temporaire d’Ichibi ne fait pas partie du prix que quiconque devrait avoir à payer, surtout que cette créature était dans son élément...sans oublier que si nos ancêtres les ont scellés, c’est fort probablement, car ce n’était possiblement que la seule solution bien que seul l’avenir le prouvera… J'espère toutefois que Kaze n'aura plus jamais à connaitre un mal aussi intense. Autrement, ne t’en fais pas. Sans vouloir confirmer ou infirmer, il est clair que le réceptacle choisi serait fort probablement gardé confidentiel pour éviter que certains tentent d’intenter à sa vie au risque de provoquer l’éveil de la bête et par conséquent, un danger pour la population.

Émettant un doute sur la disparition réelle des Dieux et de leur suppression, cette remarque était légitime et importante. Toutefois, il ne pouvait trop en révéler. Or, une chose était claire, Hiko de par sa manière de penser représentait en totalité les préceptes que pouvaient chapeauter l’Homme au Chapeau et son unité. Après tout, sceller les Dieux pour ensuite supprimer le chakra représentait le moyen le plus efficace de possiblement les faire disparaître, un élément dont Hiko semblait adhérer étrangement.

-Sans vouloir reprendre littéralement tes paroles concernant la rétraction de cette demande, permets-moi de valider d’autres éléments :

En profitant ainsi pour finaliser sa conclusion, il termina sous ces dernières questions alors qu’Hiko avait mentionné le fait de retirer sa demande si la menace était déjà identifiée :

-En compagnie de qui as-tu participé à la libération du Colisée à Kaze ?

Poursuivant, il ajouta :

-Je pense que tu sais que le réseau international nous permet d’avoir des informations sur nos ennemis et par conséquent les lieutenants de l'Homme au Chapeau. Ainsi, si tu as bel et bien affronté le Hoken, quelles étaient ses aptitudes spéciales et à quoi ressemblait-il ?

Terminant sur sa dernière question, il soupira légèrement :

-Entre toi et moi, qu’est qu’une réelle abomination ? Les humains qui participent à la mort et à la destruction de leurs pairs ou des créatures scellées qui jusqu’à preuve du contraire n’ont fait qu’une poignée de morts dans certaines zones suite à leur libération ? Je tiens d’ailleurs à souligner ne pas forcément prendre parti en leur faveur, je ne fais que poser une question au regard de ton positionnement.

S’arrêtant, il hésita puis ajouta une dernière question :

-Je réitère aussi ma question : Quel serait l’intérêt de rendre libre quelqu’un qui pourrait faire partie des corps ennemis et qui, en dehors de ses possibles bonnes intentions n’obéissait au moment de son départ et n’obéirait en aucun cas aux préceptes et décisions prises par les autorités Kumojines si elles vont à l'encontre de sa philosophie ? Puis, que ferais-tu si ces créatures étaient bel et bien scellées dans des humains ?

Laissant retomber le marteau, cette fois-ci, il l’invitait à se mettre à la place d’autrui et à penser pour la collectivité que représentait Kumo plutôt qu’à sa propre personne. Après tout, quel était l’intérêt de déployer une personne en qui les Kumojines n’avaient en aucun cas confiance malgré ses compétences ? Kumo n’était plus à l’état fragile dans lequel il l’avait quitté sahcant que des shinobis de confiance et de puissance se développaient de plus en plus au sein du village. Ainsi, tout comme l'essence même du Fukkatsu, la cohésion demeurait plus importante que la force brute, au risque d'être une bombe à retardement.

Spoiler:
 





_________________
Une visite à hauts risques J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mar 31 Aoû 2021 - 10:14
Hostile.

Tel était le comportement de Raizen à l’heure actuelle. La discussion avançait, et avec elle les ressentis se dévoilaient peu à peu. Bien sûr, Hiko ne s’attendait pas à être accueilli tel un messi ou une personne se trouvant dans les petits papiers des hautes instances Kumojines. La faute à son manque d’adhésion à la politique actuelle, et aux choix effectués auparavant. Cependant, le Raikage actuel se montrait de plus en plus vindicatif dans ses paroles, allant même jusqu’à affirmer que le monde ne tournait pas autour d’Hiko.

Cette remarque eut pour effet de lui faire arquer un sourcil. S’il ne se savait pas en position plus que périlleuse, il aurait sûrement rigoler suite à la remarque de celui qui se faisait appeler le « Salvateur ». Et tandis que les deux autres shinobis ne pipaient mots, Hiko se contenta d’une simple remarque, qui n’améliorerait sûrement pas les relations entre les deux fortes têtes.

Le monde ne tourne en effet pas autour de moi Raizen, mais un politicien comme toi ne devrait pas surinterpréter mes paroles ; cela ne colle pas vraiment avec la petite réputation que tu t’es forgée. Et permets-moi de simplement te répondre cela : Et même si l’information datait de plus longtemps, même si vous l’aviez déjà ? Pourquoi cracher sur une personne souhaitant partager ce qu’il a appris plutôt que de le remercier ?
Sans agressivité apparente dans la voix, Raizen pouvait tout de même sentir une certaine animosité agiter le jeune garçon aux cheveux blancs. Sa remarque était déplacée, partager cette information n’était aucunement une façon pour Hiko de tirer la couverture vers lui, comme semblait le sous-entendre le Raikage.

Mais bref, passons, ce n’était pas le plus important et le Sairyo ne lui ferait pas le plaisir de perdre ses nerfs pour cette simple remarque. Il voulait juste être considéré, et non dénigré par un homme qui semblait bien haut perché sur son piédestal et aveuglé par la hauteur vertigineuse à laquelle il se plaçait en comparaison de ses interlocuteurs.

Eh bien figure toi que sur ce point nous sommes d’accords. Tu parles de perception et regards en confrontation avec la réalité. Qui te dit que la barrière aurait suffi à arrêter Ichibi ? Qui te dit que le démon à queues n’aurait pas ravagé tout le pays si la barrière n’avait pas suffi ? Ou même si le scellement avait échoué ? Tant d’idées hypothétiques que tu sembles privilégier face à une seule réalité… La défaite de l’abomination.
Parlant calmement, Hiko préférait faire redescendre le tempo. Comme semblait l’avoir compris Raizen, ses émotions prenaient le dessus et il savait qu’il évite ce cas de figure à tout prix.
Permets moi cependant de t’offrir un nouveau point de vue. Là où tu vois la chance, là où tu parles de « miracle », d’autres perçoivent au contraire un espoir. Une lueur d’espoir, aussi infime soit-elle, de se débarrasser définitivement de ces monstres ; car oui c’est ce qu’ils sont ; qui ont un jour peuplé le Yuukan. Et oui, peut-être reviendront-ils, mais encore une fois… Jusqu’à preuve du contraire, le Yuukan est désormais débarrassé d’une de ses neuf plaies.
Hiko l’avait bien compris, Raizen était loin d’être une tête brûlée. Cependant, le management des risques avait parfois ses limites, et c’était aussi son rôle de savoir sur quel pied danser, et de comprendre qu’à un certain moment, il fallait prendre ses responsabilités.

Le chapitre Kaze n’était toutefois pas vraiment terminé car l’actuel Raikage tenta alors d’approfondir les dires de notre jeune héros aux cheveux blancs. Il revint sur l’évènement concernant le Lieutenant de l’Homme au Chapeau. Hiko ne broncha pas, il s’était grandement préparé à cette question et ne répondit ni trop subitement, ni en attendant trop longtemps. Gardant le même ton pour ne pas trahir son mensonge, il répondit alors factuellement à Raizen.

J’ai participé à la libération du Colisée en compagnie d’Asaara Ôji ainsi qu’un ancien gladiateur du nom de Keijiro. Si tu ne les connais pas, ils sont désormais de fidèles alliés de Ashina Mitsuhide ; régent de Taiyo et Tueur de Dieux.
Au moins, désormais, Raizen pourrait situer un peu les activités de notre jeune héros et aurait tout le loisir de faire vérifier ses propos si le cœur lui en disait. Hiko voyait bien qu’il avait du mal à le croire, chose pour laquelle il allait crever l’abcès dans ses prochaines paroles, préférant anticiper de futurs doutes de la part du Raikage.
Si, j’ai bien affronté un Lieutenant hein ?
Dit-il en souriant pour lui faire comprendre qu’il voyait clair dans le questionnement que s’imposait le Meikyu. Il ne le croyait pas, c’était évident.
Je vais passer sur cet énième manque de considération à mon égard et te répondre. L’homme que j’ai affronté n’était autre qu’un élémentaliste ; il pouvait donc utiliser tous les éléments primaires dont le chakra nous donne accès. Mais ce n’était pas tout.
Une lueur anima alors l’œil de notre jeune héros.
Au fil du combat nous avons réalisé qu’il n’était pas qu’un simple élémentaliste… Mais aussi un assimilateur de ses affinités. Voilà pour ses capacités, je laisserai ton fameux réseau se renseigner sur lui si tu le souhaites. Quant à son apparence, il n’avait rien de vraiment particulier à part ses cheveux inexistants et sa voix rauque. Je ne saurai t’en dire plus, n’ayant pas vraiment eu le loisir de l’épier sous tous les angles.
Comme une invitation à couper court, car la courtoisie du jeune garçon avait aussi ses limites. Il écouta une nouvelle fois Raizen lui poser de nouvelles questions, le laissant finir avant de reprendre la parole. S’il devait le convaincre, c’était maintenant, et il savait qu’une victoire totale n’était pas une option.
En effet, les abominations peuvent être diverses et variées, mais tu l’as vu aussi bien que moi… Et si nous n’avions pas été là ; pour l’arrêter ou le sceller ; Ichibi aurait ravagé toute une ville. Là, cela serait rentré dans ton idée d’une « abomination » ?
Le Sairyo connaissait Raizen, il aimait faire parler autrui tout en taisant son propre avis. C’était sûrement cela qui l’avait poussé à accéder à un rôle si important. Mi-figue, mi-raisin, il ne se mouillait que trop peu. Du moins, du point de vue de l’enfant aux cheveux blancs.
L’intérêt serait que Kumo gagnerait un combattant ayant l’expérience de ce genre d’évènements. Quoi que tu puisses en dire, tu comptes peu de shinobis ayant mon expérience pour ce genre de situations. De plus, comme je ne cesse de le répéter, Kumo est ma famille ; Kaminari mon foyer. Si je viens ici c’est pour te prévenir en premier lieu, et vous prêter main forte pour tenter d’éviter un potentiel massacre.
Marquant une pause, l’enfant finit par ces quelques mots.
Je suis prêt à négocier des mesures de surveillance, si tu trouves cela nécessaire, nous pouvons en discuter. Et si jamais une de ces créatures était effectivement scellée dans un être humain…
Les yeux de jeune garçon se remplirent alors de tristesse ; il ne souhaitait ce destin à personne, pas même son pire ennemi.
Je ne ferai bien évidemment jamais couler le sang d’un frère Kumojin et ferait mon possible pour contrôler le risque qu’il représenterait tout en le protégeant ! Cependant, je tiens à préciser quelque chose… Je ferai aussi tout mon possible pour que cette situation n’arrive pas ; ou simplement en dernier recours.
Il avait répondu honnêtement ; mais cela suffirait-il pour l’actuel Raikage ?

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Une visite à hauts risques Empty
Lun 6 Sep 2021 - 8:28

Calme, si le Meikyû ne s’attendait pas forcément à une réponse rapide, celle-ci ne tarda pas à arriver. Utilisant par le fait même de nombreux mots qui laissaient sous-entendre un jugement, si ce n’était du sérieux du moment, le Meikyû se serait fort probablement permis un sourire. Que ce soit la mention de son rôle politique ou le fait de souligner la petitesse de sa réputation, Raizen ne pouvait s’empêcher d’avoir cette impression : il l’avait bousculé et il voulait piéger Raizen à son propre jeu. Simplement, Raizen était sérieux. N’était-il pas celui qui avait mentionné la finalité de son combat il y a 6 jours, et par conséquent un doute que le tout s’était accéléré en 6 jours, comme si une saison entière ne s’était point écoulée ?

Plus intéressants encore, les mots du jeune homme devenaient plus caractériels. Allant jusqu’à qualifier son scepticisme d’arrogance.

Transformant ensuite la situation pour s’ancrer sur un point de similitude, il divergea, bifurquant à nouveau sur une propre interprétation de la réalité alors que les Dieux n’avaient pas été scellés par leurs ancêtres avec ces deux Kinjutsus pour faire joli. Sans forcément réfléchir à la source d'apprentissage ou des déploiements réussit contre certains Dieux, il demeura silencieux alors qu'il entendait à nouveau la mention des neufs, une information dont il était plus que curieux de savoir sa provenance.

Laissant ainsi ses iris écouter, tel un corbeau, il analysait et suivait le moindre élément conséquent. Ainsi, s’il restait impassible jusqu’à présent, seul le nom d’Asaara Ôji provoqua une réaction alors que ses pupilles devinrent soudainement plus grosses. Lui rappelant un bon souvenir, il se demandait comment allait ce cousin éloigné bien que ce n’était pas la question. Malgré tout, il pouvait dorénavant confirmer qu’Hiko avait fort probablement été à Kaze pendant une partie de la saison, un élément très utile et rassurant à un certain degré sur une certaine temporalité.

Faisant fie des remarques pour se concentrer sur le tangible après avoir conclu qu’il semblait avoir touché l'orgueil du jeune homme, le Meikyû poursuivit son analyse, notant chacun des éléments afin de remplir son dossier interne.

La capacité de maîtriser les éléments était déjà un atout féroce. Or, la possibilité de s’assimiler en différents éléments était plus que particulière voir intéressante. Ressemblant par conséquent un peu plus au type de pouvoir presque divin que semblaient porter les lieutenants de l’homme au chapeau, Raizen ne put s’empêcher de remarquer une soudaine transition du possessif au collectif. Passant du fait qu’il avait défait le lieutenant de l’Homme au Chapeau au fait qu’ils avaient collectivement fait le tout, pourquoi n’avait-il pas pris le temps de préciser qu’il n’avait pas été seul au tout début ?

Avait-il réalisé le tout avec le dénommé Mitsuhide, Keijiro et Oji? Le tout restait à confirmer. Pourtant il ne pouvait s’empêcher de se demander de quelle manière ils avaient vaincu celui-ci. Après tout, Raizen venait tout juste d’affronter un assimilateur de foudre assez particulier. Homme de haut niveau, si celui-ci avait été en parfaite maîtrise de ses aptitudes, ils auraient tous succombé, que ce soit de sa personne, Mairu ou Kyohei. Ainsi, qu’en était-il d'un élémentaliste qui pouvait s'assimiler en tous les éléments ?

N’étant pas forcément invincible pour autant, il délaissa cette réflexion pour se concentrer sur le reste alors que le vent semblait tourner. Ainsi, Hiko dévia sa question d’une autre question, laissant par le fait même en suspens le réel objectif de celle-ci pour en venir à sa demande.

Optant cette fois-ci pour un compromis, l’homme fier réitérait son objectif et ses désirs alors qu’il était dorénavant prêt à négocier des mesures de surveillance. Ne pouvant s’empêcher de relâcher ses traits concentrés, la proposition de Hiko était claire, tout comme le fait qu’à nouveau, il ferait tout en son possible pour éviter une telle situation, un élément sur lequel, il n'avait qu'un droit d'influence.

Lâchant dès lors une courte respiration, son silence s’estompa soudainement.

-Merci pour ta déposition et les précisions que tu as ajoutées.

Ignorant par le fait même les aspects du dialogue pour lesquels il ne se sentait pas concerné, le Meikyû alla droit au but.

-Je pense que tu es conscient que toute information est bonne à condition qu’elle soit légitime. Ainsi, en fonction de la source, il n’est pas rare de prendre le temps de la questionner pour en savoir davantage et vérifier la véracité de ce qui est dit. Autrement, je ne pourrais prétendre au rôle qui m’est conféré pour le bien-être de la population et de ses enjeux.

Poursuivant alors que la barrière silencieuse se défaisait graduellement, il poursuivit :

-Concernant la performance des Kinjutsus, en dehors du fait que nos ancêtres aient utilisé ces techniques pour protéger la population et sceller les Dieux, si je ne peux partager d’informations à cet égard, je peux te confirmer qu’ils fonctionnent. Ils ne sont certainement pas infaillibles, mais ils fonctionnent bien que je pense que tu préfères prendre le verre à moitié rempli dans le cas suivant.

Ne pouvant dévoiler davantage d’information sans effectuer un bris de confidentialité à cet égard, il poursuivit après avoir ré-utilisé une phrase qui allait rappeler des souvenirs à Hiko :

-Nous sommes aussi en accord sur le fait que la gestion des Dieux de manière efficace est plutôt désirable pour répondre au désir de protéger et rassurer la population.

Levant la main, il ajouta :

-Autrement, je suis heureux d’apprendre que le Colisée a finalement été libéré du joug de son bourreau. J’espère que Ôji va bien. D’ailleurs, c’est avec eux que tu as défait le fameux lieutenant ou est-ce que tu étais seul ? Dans tous les cas, ce n’est pas si important. Après tout, un assimilateur maîtrisant les cinq éléments est certainement très redoutable… C'est un bel accomplissement dont tu peux être fier.

Faisant totalement abstraction du reste, il en arriva au vif du sujet :

-Autrement, n’y voit pas un manque de considération à ton égard. Nous sommes tous au courant que tu as joué un rôle important au sein de la résistance interne de Kumo. Tu t’es investi à titre de soldat pour protéger cette terre tout en prenant même le risque d’attaquer trois personnages d’importantes statures sur le territoire malgré les indications qui étaient apportées par le Fukkatsu, car tu pensais être en présence d'un danger imminent. Je ne pense pas que tu pensais mal faire même si tu devais te douter que les tuer n’allait fort probablement pas détruire le reste de l’armée Teikojin à leur base. Tu as aussi récolté approximativement 25% des votes lors des élections, signes qu’une fraction de la population voyait ta proposition d’un œil favorable de leur point de vue. Par la suite, même si je n’ai pu te trouver de manière disposée pour discuter avant les événements de Kaze, bien que tu aies totalement désobéi aux ordres qui étaient déclarés à Kaze et que tu mentionnais être prêt à en assumer les conséquences, tu as aussi joué un rôle favorable quant à la destruction du Dieu du Désert pendant que nous étions occupés à détruire le gigantesque samurai. Sans l'un, l'autre n'aurait pas été possible, que l'on soit clair. Ce sont tous des éléments dont je suis conscient et n'ait aucun mal à déclarer. Toutefois, comme toute décision, je me dois de peser les pour et les contres et répondre à la confiance que la population a adressée à mon égard pour prendre les meilleures décisions, et ce , même si ça veut dire remettre en question et demander au moindre informateur de clarifier certaines informations. Tu es certainement un combattant d’expérience pour ce genre d’événements et je pense fondamentalement que tu crois fermement que tes idées sont bonnes pour la population.

Marquant le point tournant de son dialogue, il offrit ainsi le revers de la médaille alors qu’il échangea un regard avec Keisuke.

-Mais, historiquement, tu as pris un risque, qui dans les faits et la conclusion, en l'absence de pression externe, aurait pu transformer cette alerte à la bombe en réalité, à un coût bien plus important. Tu as aussi été kidnappé, revenant sans être joignable au début alors qu’un membre du Teikoku était porté disparu, attrapé par l’Homme au Chapeau, ce qui aurait pu causer un autre conflit diplomatique de taille. Après, nous avons appris que tu étais libéré, car tu avais une dette en sa faveur. Sachant qu’il voit le futur, bien que tu puisses être contre cela, je doute qu'il t'ait dit cela pour rien sachant que tu pourrais agir en sa faveur sans forcément t'en rendre compte. Pour continuer, lorsque nous nous sommes rendus à Kaze, tu as ouvertement défié les commandements qui étaient proférés, optant pour une option qui a été favorable, mais aurait pu être encore plus coûteuse qu’elle ne l’a été. À ton retour, prêter allégeance à Kumo était le seul élément qui t’était demandé, ce par quoi tu as préféré proposer un plan que j’ai pris le temps d’écouter et d’analyser tout en t’indiquant clairement qu’encore une fois, celui-ci était trop dangereux pour Kumo, car il impliquait de fortes possibilités de contre-espionnage dont un homme omniscient comme l’Homme au chapeau n’aurait pas eu de mal à retourner contre Kumo, nous mettant dans l'eau chaude en t'utilisant. Ainsi, devant ton refus de te conformer au corps Kumojine, et au regard des éléments cités, tu as été mis à pied, un élément dans lequel tu aurais très bien pu suivre ton plan sans mettre en péril Kumo dû aux liens séparés avec le village et son pays. Dans toutes ces situations, la confiance a toujours été affectée, même si selon toi, ton raisonnement n'était pas forcément négatif. Ainsi, à ce jour, la confiance est fragilisée.

N’hésitant pas, il précisa :

-En ce moment, rien ne nous indique que tu n’as pas d’affiliation quelconque avec l’homme au chapeau suite à ton départ et tes idéaux. Ainsi, la mention sur laquelle ton passé peut être plus ou moins utilisé en guise de référence ne joue pas non plus en ta faveur, sachant que plusieurs fois plutôt qu’une, c’était en grande partie ta décision de refuser de rester intégrer totalement au corps Kumojine en te pliant aux consignes que tu suivais fort probablement avant l’arrivée du Teikoku. Un choix et une chance t’ont été offerts et à ce jour et bien que tu représentes un combattant d’expérience, je ne peux agréer tes demandes, car les conditions mêmes sur lesquelles pourraient reposer une entente pourraient être transgressées à tout moment. Ainsi, devant le refus de traîner ton nom dans la boue, seuls les éléments concrets ont été soulignés.

Bien que tu puisses avoir des motifs ou des excuses dont nous avons plus ou moins discuté, cela ne change pas le fait qu’un contrat basé sur la confiance serait difficile. De plus, même en ajoutant de nombreux compromis, ta présence représenterait toujours plus un risque qu’une aide, d’autant plus qu’impulsive ou non, tes dernières paroles n’allaient pas du tout en notre faveur. Au contraire, à un moment calme de notre discussion, tu as toi-même dit que tu avais agi en fonction de ce que tu crois juste, qu’importe les conséquences. Ainsi, si tu as un revirement d’esprit, la confiance ou le cadre imposé ne fonctionnera plus, que tu aies raison ou tort, et ce en mettant possiblement en péril la direction des corps armés du village.

N’ayant aucun mal à mentionner tout cela, le Meikyû répondait de manière tangible et concrète. Se retenant d’ajouter plus d’exemples, la référence à ses propres paroles était suffisante.

-Je compte tout de même prendre le temps d’analyser les informations que tu m’as partagé. Si tu dis vrai, elles nous seront fortement utiles et je suis plus que reconnaissant au nom de Kumo. De plus, je garderais en tête ton désir d’aider si jamais un ou plusieurs Dieux quelconques se manifestent au sein du Yuukan.

Marquant le point névralgique de sa décision, le Meikyû termina :

-Ainsi, pour le moment, jusqu’à nouvel ordre, il te sera demandé de quitter le territoire Sairyo Hiko. Si jamais j’ai du nouveau ou la moindre information qui puisse pencher la balance, la sécurité de notre monde et de Kumo comme Kaminari étant de mise, je te ferais savoir si les choses changent. Toutefois, pour le moment et jusqu’à nouvel ordre, tu es encore révoqué de tes fonctions et ta présence sur le territoire ne peut être approuvée.


Terminant, le Meikyû ne démontra aucun état d’âme alors qu’il venait de gérer la situation. Après tout, sa décision représentait ce qu’il considérait le mieux pour le village, car il ne suffisait qu’une seule pièce pour engendrer un mouvement et détruire les fondations mêmes par lesquels tenaient une entité. Certes, il n’était pas parfait, mais il savait avec pertinence que la cohésion engendrait de meilleurs résultats que le travail d’équipe par association et sans unicité.

Ces paroles, il les avait proférées haut et fort devant la Coalition qui tenait sur des fondations brèves. Après tout, au moment opportun, si tous les acteurs ne bougeaient pas dans la même direction, seul le chaos pouvait régner, un élément que l’homme au chapeau manipulait d’une main de fer alors qu’en révélant l’existence des Dieux, il avait bouleversé les fondements déjà fragiles sur lesquels tenaient la population.

Diviser pour mieux régner, telle était son approche et cette situation en était une réelle caricature.

Ainsi, dans le doute, seules les intangibles subsistaient. De ce fait, bien qu’il aurait pu s’adonner à demander à ce qu’ils sondent son cerveau pour confirmer ou infirmer certains éléments comme la véracité de certains propos, il préférait mettre de côté cette réflexion alors que l’historique passé n’était pas forcément favorable à la cause ni même l'historique de demain. Au final, jadis Hiko avait fait un choix. Ayant la possibilité de prendre le temps d’y réfléchir, il avait opté pour l’option qui lui convenait le mieux personnellement.

Faux comme vrai, s’il était fort probable que Hiko ait à coeur le bien-être de la population, dans sa chaîne de priorité, sa personne passait en tout et pour tout en premier alors qu'il utilisait la justice comme point de référence.. Quoiqu'il en soi, bien qu’il lui avait offert le grand portrait sans entrer dans tous les détails, il espérait qu’il comprenne que cette décision, il l'avait prise lui-même le jour ou il avait refusé de réintégrer les rangs malgré une tentative suivie d'un ultimatum lui permettant de revenir sur ses paroles et de continuer d'aider Kumo en trouvant un terrain d'entente différent, mais collectif.

Spoiler:
 

_________________
Une visite à hauts risques J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Une visite à hauts risques Empty
Mar 7 Sep 2021 - 10:15
Se heurter à un mur était une chose assez désagréable, et Hiko venait d’en faire une nouvelle fois l’expérience. Car malgré toutes ses belles paroles, Raizen ne semblait pas être aussi altruiste qu’il ne voulait le faire croire. Sceptique ; à raison ; sur les faits d’armes dont s’était vanté notre jeune héros aux cheveux blancs, le Raikage mettait sa parole en doute, ce qui eut pour effet de faire sourire Hiko. Décidément, cet homme ne lui inspirait rien. Trop reculé, trop dans l’analyse, il en perdait toute humanité aux yeux du Sairyo. Ses discours interminables, sa volonté incessante d’avoir raison… Tant de choses que l’enfant n’aimait pas chez son interlocuteur, mais qu’il se gardait bien de lui dire pour le moment.

Et tandis qu’il brassait pas mal de vent en, cette fois ci, reconnaissant les faits d’armes d’Hiko… Chose qu’il n’avait pas fait jusqu’alors, avait-il eu une révélation en ces quelques minutes de discussion ? Ou était-ce simplement parce qu’il venait de faire baisser l’intensité de sa barrière bien que Hiko ne le ressente pas ? Dans tous les cas, le Sairyo souria ; ces paroles sonnaient faux. Et les prochains mots qu’allaient utiliser Raizen lui donneraient alors raison.

Malgré toutes ses bonnes intentions pour protéger la population Kumojine, Hiko ne se voyait donc pas laisser l’opportunité d’aider car un homme ; et un seul ; semblait avoir des griefs avec lui. Le pouvoir semblait être une chose à laquelle on s’attachait parfois un peu trop, quant à se mettre des œillères sur les potentiels bénéfices d’une aide que l’on attendait plus.

Le laissant terminer, Hiko ne put s’empêcher de se sentir blesser par la vision qu’avait Raizen de lui. Le Meikyu qui avait passé plusieurs mois à faire griller des chamallow au bord d’un feu et qui s’était attribué tout le mérite de la reprise de Kumo en compagnie de ses compagnons n’ayant rien prouvé pour Kumo jusqu’alors. Il se retint de lui cracher à la figure tout le bien qu’il pensait de lui, préférant rester calme. Il ne voulait pas se retrouver en prison ou six pieds sous terre ; cela ne lui servirait à rien.

Je vois, eh bien je dois t’avouer que je suis déçu. Déçu d’un homme prétextant avoir à cœur les intérêts de son village et de sa population. Je te propose une alternative, des mesures de surveillance que tu serais prêt à choisir et pourtant ta réponse reste la même. Tu dis peser les éléments et les faits, mais as-tu jamais essayé de comprendre pourquoi j’agissait ainsi et quelles étaient les réelles motivations qui m’animaient ?
Il marqua alors une petite pause, se rendant compte que la barrière de son s’était peu à peu dissipée.
Bien, je vois que ta décision est prise. J’espère que vous êtes bien témoin de ce qui s’est passé, et des réelles raisons de mon exil Ikari ; et toi aussi le Nara. Malheureusement, je ne peux offrir plus que l’information que je vous ai communiquée, et l’aide que votre chef m’a refusée. Je vous souhaite donc de vous débarrasser des menaces qui pèsent sur Kumo et de protéger la population ; car c’est bien là le plus important…
Des paroles en l’air ? Sûrement pas.

Mais Hiko avait bien compris la leçon, et il ne ferait pas à Raizen le plaisir de lui dire tout ce qu’il pensait ; aussi bien verbalement que physiquement. Il tourna donc les talons, ses sens toujours aux aguets tout en lâchant ces quelques mots avant de prendre une nouvelle fois la route.

Je vous souhaite bonne chance pour le Dieu dormant à Kaminari ; si tant est que vous ne l’ayez pas encore vaincu ! Et si jamais tu veux me joindre Raizen, je suis sûr que ton réseau « international » saura me retrouver.
Dit-il avec une petite note amusée dans la voix. Et ainsi, Hiko reprit une nouvelle fois la route, à un rythme plutôt régulier et lent. Le dos tourné à Kumo, comme le village venait une nouvelle fois de lui tourner le dos.

- - - - - - - - - - -

Tandis que ses pas l’emmenaient loin de Kumo, Hiko sentait monter en lui une sorte de fureur intérieure. Le poing serré, les yeux légèrement humides du nouvel affront qu’il avait subi de la part du Raikage, il se sentait bafoué de la tête aux pieds. Chose pour laquelle il courrait désormais à toute vitesse, après avoir accroché un objet symbolique à son bras… Son bandeau Kumojin.

Et tandis que les arbres voyaient certaines de leurs feuilles voler après le passage du banni, le jeune garçon aux cheveux blancs se rapprochait dangereusement de sa nouvelle destination… Un lieu que certains appelaient…

Le Berceau de l’Humanité.

_________________
Une visite à hauts risques Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Une visite à hauts risques Empty
Jeu 9 Sep 2021 - 15:27




Visite à Hauts risques



Les choses s'étaient rapidement accélérées après la proposition du jeune shinobi aux cheveux d'argent. La lettre avait été reçue par le chef de police, transmise à un autre shinobi pour qu'il l'apporte au plus vite au Raikage. Et visiblement, ce dernier avait compris l'urgence de la situation au vu de la tension qui régnait aux portes du village malgré tous ses airs décontractés. Si les shinobis étaient passés maître dans une chose, à l'instar des samouraïs, c'était bien cela : dissimuler ses réelles émotions, ainsi que ses réelles intentions par moment. Et si je m'étais longtemps refusé à aller dans ce sens, cette fois-ci c'était bien plus facile de prétendre que tout allait bien. Car, malgré les tensions, et malgré l'animosité sous-jacente, j'étais réellement ravi de revoir la tête argentée. Quelques instants plus tard, j'aperçus du coin de l'oeil le retour du shinobi qui, plus que les autres, ne pouvait dissimuler la tension et l'urgence de la situation.

Quelques instants plus tard, ce fut Raizen qui débarqua. Et même si ce n'était qu'un seul homme, je sentis les tensions s'apaiser autant autour de moi qu'en mon for intérieur. Comme à son habitude, le Yondaime Raikage en imposait de par sa présence et rassurait par la même occasion sans avoir besoin de ne rien dire. Lorsque je me rendis compte que mes épaules s'étaient relâchées et que mon attention aussi, je me repris en me secouant mentalement. Et avec, ce petit sentiment gênant d'avoir eu l'impression d'être pris en flagrant délit en train de s'endormir en plein cours à l'Académie. La comparaison ne manqua pas de me faire sourire une demi-seconde, avant que la situation ne me rattrape. Reportant mon attention sur les deux protagonistes qui se faisaient face, je me concentrai sur la discussion qui débutait.

Il était clair que Raizen, malgré la proximité qu'il avait consenti à accorder à Hiko, ne le portait pas forcément dans son coeur. Son attitude restait distante, et sèche, à l'instar de mon compatriote court sur patte, mais il restait à l'écoute. Et lorsque le Nukenin demanda au Yondaime, ce dernier obtempéra en réalisant des mudras. Puis posant sa main au sol, l'Ombre spéciliste en fuinjutsu fit s'étirer sur le sol de longues lignes noires qui englobèrent son interlocuteur, lui-même, mais aussi Keisuke-dono et ma personne. Une fois les lignes en place, une sphère de vent se déploya. Légèrement surpris, je regardai autour de moi pour tenter de comprendre la manoeuvre. Le but était donc de faire uniquement rempart d'une sphère de vent ? Une sphère qui, selon les dires de Raizen, empêcherait autrui d'entendre ce qui se disait à l'intérieur. Ouvrant les yeux, découvrant un peu plus ce que les affinités pouvaient permettre de faire, je me risquai à la curiosité en tentant de faire un pas dehors. Et une fois sorti de la sphère, la discussion claire que j'entendais entre les deux shinobis de renommés s'estompa immédiatement, ne laissant que le bruit de la douce brise générée par le jutsu du Yondaime. Intéressant...!

Mais nous n'étions pas là pour nous amuser. Je pénétrai à nouveau dans la sphère, tentant de ne pas regarder mon supérieur hiérarchique qui devait se demander si j'avais réellement mis un pied dehors pour vérifier les dires du chef du village. Si je ne le regardais pas, alors je ne verrais certainement pas le jugement dans ses yeux, et de par ce fait, ce dernier n'existerait jamais. Du moins dans mon esprit. Etait-ce la voie de l'autruche plutôt que celle du Bushi ? Tout à fait, mais à chaque situation requérait une réponse différente. Me penchant à nouveau sur la discussion en cours par la suite, les choses....devinrent rapidement compliqué. Et qui disait compliqué, impliquait forcément l'Homme au Chapeau et ses desseins, dont faisaient parti les Dieux. Sans grande surprise, l'annonce de la présence d'un Dieu à Kaminari ne m'étonna guère. Après tout, chaque grande puissance ninja en avait découvert un dans ses placards, ce n'était donc que pure logique qu'un autre se trouve sur nos terres. Ce n'étaient pas les seuls bien évidemment, d'autres de ces créatures de chakra se trouvaient ailleurs, dans des lieux qui n'étaient pas régis par la main des shinobis. Mais cela vint quand même à me faire me demander si...ces grands villages et ces grandes villes n'avaient pas été construits dans le but précis de servir de prison à ces êtres titanesques... Et si nous n'étions que des gardiens involontaires d'une puissance dont nous n'avions même pas connaissance...à plus forte raison que nous ne maîtrisions pas ?

Devant ces questions sans réponses, je me contentai d'écouter la proposition d'Hiko. Celle d'aider le village à combattre ce Dieu. Une force de la nature qu'il avait déjà affronté auparavant, et qu'il avait réussi à tuer avec d'autres de ses camarades. Et si cela paraissait être une excellente idée sur le papier, Raizen n'en semblait pas convaincu pour autant. S'en suivit une longue discussion qui semblait reprendre un historique de faits nombreux résultant à la perte de confiance. Et là devant les arguments des deux camps...je me demandai ce que j'aurais fait. Pouvais-je accorder ma confiance à quelqu'un qui n'en faisait qu'à sa tête ? Et malgré les bonnes intentions, parce que j'étais sûr qu'il en était rempli, pouvais-je me permettre d'avoir un soldat imprévisible dans mes rangs pour le bien de Kumo ? Cela pouvait certes représenter un atout certain...ou un risque énorme. Outre ce fait, d'une manière bien plus personnelle, je n'étais pas sûr d'agréer aux convictions d'Hiko en ce qui concernait le bien de Kumo, même si j'étais certain qu'il voulait bien faire. Et puis...depuis quand me posais-je autant de questions ?

Je soupirai. Au final, le temps que j'avais passé ici, à Kumo, en présence de dirigeants, de gradés, et la promesse que j'avais faite sur mon katana de protéger Kumo s'étaient avérés être les tremplins vers une nouvelle forme de conscience. Soupirant intérieurement, j'assistai à la fin des échanges en me doutant de la décision finale de Raizen au vu de tout ce qui avait été présentée. Il était vrai que le Sairyo avait apporté des informations pour le moins intéressantes, comme cet assimilateur capable de s'assimiler en les cinq affinités primaires...entre autres. Mais cela ne suffisait pas à justifier son retour parmi les rangs des Kumojins, ou son laissé-passé sur les terres de la Foudre. Et même si une part de moi en était triste, je finissais par comprendre les raisons et motivations du Yondaime. La discussion se termina ainsi, et le déserteur reparti. Certainement par égard pour son passif au sein du village et pour son désir de bien faire, le Kyubu ne s'était jamais lancé à ses trousses en tant que Nukenin, et aujourd'hui ne ferait pas exception. C'était tant mieux, car je me voyais mal affronter Hiko dans un combat à mort, tout en sachant que ce dernier oeuvrait en son for intérieur pour le bien de Kumo. Tout comme moi, et bien d'autres...

Mais que se passerait-il le jour où ses actions, même si serties par de bonnes intentions, porteraient préjudices au Nuage...? Serais-je alors capable d'honorer ma promesse faite au village et brandir mon katana envers celui que je considérais jadis comme un camarade, et presque un mentor...? Je ne voulais pas y penser pour le moment. Car autant j'aimais à combattre, autant j'aurais préféré à ne pas le faire contre lui...M'adressant alors au Raikage et au chef de Police, je m'inclinai.

-Merci pour la confiance qui m'est portée. Je tairai ce que j'ai entendu ici sauf ordre contraire. Je retourne à mon poste.

Puis je retournai un peu plus loin, auprès de mes collègues aux portes, en attendant que l'effervescence de la venue de l'ancien jonin des Nuages ne s'essouffle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Une visite à hauts risques

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: