Soutenez le forum !
1234
Partagez

La Conjonction des Elements

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

La Conjonction des Elements Empty
Sam 24 Juil 2021 - 19:09
« Hey ! Le Cercle se réunit bien tout à l’heure ? »

La voix grave et caverneuse, quoi que toujours marquée par une pointe d’engouement de Ryûji tira le guerrier de pierre de ses pensées, tandis qu’il s’apprêtait à grimper dans ses quartiers pour aller y déposer un rouleau de parchemin qu’il venait de récupérer. Figurait dessus une arcane qu’il aurait aimé avoir le temps d’étudier aussi tôt que possible, mais le rappel que venait de lui faire l’Assimilateur de feu quant à l’une de ses obligations qui lui prodiguait incidemment le plus réconfort allait nécessairement changer ses plans.

« Oui. Oui, c’est bientôt l’heure, je vous rejoins dès que possible. »

Il envoya un signe de tête entendu à l’un des piliers du Dojo et de son bon fonctionnement et prit la direction de ses quartiers à l’étage, y mettant en ordre autant ses possessions physiques que ses pensées. Balayant du regard les quelques rangements en pierre qui siégeaient ici et là dans cet environnement minimaliste et spartiate, Yanosa se rendit compte qu’aucun de ses effets personnels n’était dénué d’une fonction utilitaire pure et dure. Du matériel militaire, des rations, des réserves de bandages, quelques parchemins recelant d’antiques savoirs qu’il lui tardait de pouvoir étudier de plus près. Tout ici avait un but, un but précis, et l’Oterashi ne sut trop sur le moment si il devait s’en réjouir ou au contraire se blâmer de ne pas laisser la moindre place à quelque chose, n’importe quoi, qui ne remplissait pas un rôle défini. La Conjonction des Éléments approchait de toute façon à grand pas, et il n’avait pas le temps pour s’appesantir sur cette question. Le Tellurique redescendit donc à grandes enjambées dans les larges couloirs qui mêlaient pierre et bois pour traverser à nouveau l’atrium, puis se dirigea dans le petit dédale des salles d’entraînement de l’aile ouest, au bout desquelles se trouvait la pièce plus modeste souvent réservée à cette occasion en particulier.

Sa silhouette imposante mais qui évoquait toujours celle d’une momie ambulante apparut soudainement aux yeux des membres du Cercle, rassemblés autours d’une personne que le pugiliste reconnut immédiatement sans pour autant comprendre tout de suite pourquoi elle se trouvait là. Il stoppa net, voyant les regards de Ryûji, Tsukiko, Furitomo et Ichirô se tourner vers lui tout en se décalant pour laisser apparaître clairement l’invitée surprise qui se trouvait au milieu d’eux.

Membres du Cercle:
 

« Hey, salut beau gosse.
- Asuka… »

La dureté dans les yeux incandescents de l’Oterashi était routinière, mais il dut faire un effort conscient pour ne pas laisser apparaître le trouble qu’il ressentait à la vue de la Bakuhatsu. Sans doute était-elle la seule, par de simples mots et par un simple regard anodin, à pouvoir le désarmer ainsi.

« Tes p’tits copains… Ils sont venus me voir pour me proposer de participer. J’ai pas su résister aux yeux d’chien battu de Furitomo, donc…
- Ouééé, bien sûr... »

Lentement, Yanosa hocha la tête, déjà résigné. Il ne pouvait pas la chasser, l’aurait-il voulu. La Conjonction requérait une entente parfaite entre ses participants, une symbiose qui ne pouvait pas souffrir d’une humeur massacrante de la part d’un ou plusieurs de ses participants.

« … Très bien, ça me va. Voyons ce que ça donne… en position. Asuka, place-toi au milieu du cercle et tâche de suivre le mouvement. Le contrôle, l’application, l’équilibre… sont les maîtres mots ici.
- Entendu, entendu…
- Alors Tsukiko, ça fait quoi… de plus être la seule minette, hmm ?
- Mais tais-toi et mets-toi en place toiii !! Rhhhr ! »

_________________
La Conjonction des Elements Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

La Conjonction des Elements Empty
Dim 25 Juil 2021 - 0:40
la petite assemblée de six personnes au total se mit en mouvement, tous les esprits déjà connectés entre eux par la force de l’habitude et par les liens qui les unissaient. Tous, sauf celui d’Asuka, songea l’Oterashi. La jeune femme avait beau avoir participé à la reconstruction du Dojo après le cataclysme causé par Yonbi en usant de ses dons particulièrement rares et secrets pour la création et la manipulation du bois, jamais Yanosa ni aucun de ses pairs du Cercle n’avaient tenté de faire communier leur élément respectif avec elle, et si ce mélange impromptu pouvait effectivement marcher, le guerrier de pierre ne pouvait s’empêcher de penser à toutes les raisons qui pouvaient causer l’échec de cette Conjonction. Toutefois, lorsqu’il se mit en tailleur du côté opposé à celui de Furitomo à quelques mètres de là, l’Oterashi arriva subitement à mettre le doigt sur ce qui n’allait pas.

Car le principal danger qui pesait sur cette itération de leur symbiose élémentaire ne venait en réalité pas d’elle, ou d’un autre membre du Cercle. Le danger… venait de lui.

C’était ses sentiments à lui, ceux desquels il ne savait pas quoi faire et qui lui apparaissaient davantage comme des fardeaux que comme des outils dignes de ce nom, qui représentaient ici le risque. L’imprévisible. Depuis des mois, Yanosa négligeait ses contacts autrefois réguliers avec la Bakuhatsu. Non, pensa-t-il, il ne les négligeait pas… il l’évitait tout à fait, elle. Cette évidence lancinante et presque douloureuse lui apparut clairement lorsqu’il la vit s’installer au centre de leur cercle, tournée de moitié vers lui et vers Ryûji à sa droite et lui cachant de par le fait les traits tirés qu’il avait l’habitude d’observer sur le visage de Furitomo. Le guerrier de pierre, avec plus de certitude que jamais auparavant, se rendit à l’évidence : il aimait le Lilas. Mais cet amour, loin de se muer en force dans son coeur d’obsidienne, formait en lui une faille, un défaut fatal qui avait un million de façons de prendre corps. Le temps de la réflexion toutefois tourna court, alors que tous les acteurs coutumiers ou non de l’exercice avaient fini de se mettre en place.

Chacun assis en tailleur dans une formation en pentagramme au centre de laquelle figurait Asuka, tous échangèrent un dernier regard entendu avant de fermer les yeux. Tous, sauf le Lilas, qui forma consciencieusement plusieurs mudras pour préparer son chakra à l’ouvrage tout en continuant d’observer ce qui se passait. Pendant un moment qui sembla s’étirer, rien ne se passa. Mais alors que la Bakuhatsu commençait à se demander si cela était normal, chacun à leur tour en commençant par Yanosa, les membres du Cercle se changèrent en leur élément, arborant dès lors les caractéristiques de ce dernier. Le pugiliste enrubanné sembla se fossiliser, avant que Ryûji ne se mue en torche géante aux contours humains. Furitomo devint quant à lui un amas d’éclair crépitant en suspension, juste avant que Tsukiko, suivie rapidement par Ichirô, ne viennent compléter la Conjonction en devenant respectivement des silhouettes d’eau et de vent contenues dans l’espace.

Rares étaient les occasions comme celle-ci, pour l’Oterashi, de communier avec la nature profonde de ce qu’il était et d’entrer en résonance avec les éléments de la création. L’expérience, chaque fois, restait unique en son genre, et en appelait dans son coeur à une forme d’existentialisme primaire qui définissait qui il était. Qui définissait ce qu’il, était. Et là, dans le clair-obscur de la pièce, les cinq éléments commencèrent à grandir. Imperceptiblement d’abord, puis plus vite et plus largement. Les silhouettes humaines se muèrent en colonnes, les langues de flammes joignant leur mélopée aux crépitement des éclairs et à la danse de l’eau. Et alors qu’Asuka commençait instinctivement à faire jaillir de ses paumes le tronc timide d’une création Mokuton, levant les yeux vers le plafond illuminé d’énergies, elle vit tous ces flux, opposés et complémentaires à la fois, se rejoindre dans un ballet d’outre-monde.

_________________
La Conjonction des Elements Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

La Conjonction des Elements Empty
Mer 28 Juil 2021 - 16:08
Les flux élémentaires grandirent dans la pièce au plafond en forme de coupole, et si il ne faisait aucun doute que tôt ou tard tous se réuniraient selon une trajectoire oblique, chacun demeurait pour le moment presque immobile à l’orée de la limite de pierre imposée par la salle. Le spectacle, pour Asuka, était proprement saisissant, la stabilité des éléments irradiant sous ses yeux en laissant tout juste entrevoir la force brute que chacun semblait pouvoir relâcher d’un instant à l’autre. Dans la vie d’un shinobi, observer de tels phénomènes pouvait être plus ou moins monnaie courante, beaucoup étant affiliés une à deux affinités et ne se privant pas de s’entraîner à les utiliser et les maîtriser tout au long de leur carrière. Pour avoir été capable de fusionner son Suiton et son Doton pour former la forme du bois, la Bakuhatsu était en l’occurrence particulièrement coutumière du fait. Le caractère exceptionnel de ce dont elle était témoin venait donc de davantage que sa seule vue. Car ce qu’elle avait sous les yeux n’étaient pas des jutsu, non, mais des individus.

Des forces de la nature, au propre comme au figuré, qui arboraient là leur « vraie » forme, celle au travers de laquelle ils se sentaient chacun totalement accomplis et en phase avec leur identité. Un consortium inhumain, si calme et si gorgé de pouvoir à la fois. Et tandis que le tronc formé par le Lilas commençait à grandir en enveloppant ses jambes pour y trouver ses racines, son sommet atteignit lentement et délicatement les alentours du plafond. De concert, tous les flux élémentaires se mirent alors à s’en rapprocher, comme attirés par un fruit défendu, mais au lieu de décrire une ligne droite, chacun se mit à décrire une courbe en entourant petit à petit le tronc de bois pur, le ballet entier formant bientôt une spirale entremêlée qui commença à descendre le long du tronc. Les yeux toujours levés vers le haut, aux premières loges de ce phénomène, Asuka vit l’eau, le feu, la terre, le vent et la foudre épouser petit à petit, toujours un peu plus sa propre création, jusqu’à ce que le tronc entier semble paré d’une écorce multicolore qui l’entourait totalement. Les flux élémentaires, à l’ampleur réduite à quelques centimètres de diamètre chacun, restèrent ainsi sans bouger pendant un instant figé dans le temps, les prunelles bleues de la Bakuhatsu braquées sur le ballet. Puis d’un seul coup, le spectacle revint en arrière à toute vitesse.

Chaque flux retourna sur ses pas aériens, décrivant à rebours la spirale qui entourait le tronc d’Asuka et réintégrant la base de son corps humain d’origine dans un claquement général qui envahit la pièce. Tous les membres du Cercle reprirent leur forme de chair et de sang, rouvrant les yeux, échangeant un regard serein et extatique à la fois.

« J- J’ai rien fait de mal… j’espère ? »

Un silence légèrement pesant s’ensuivit, suscitant un certain malaise chez la jeune femme.

« ...Non, non pas du tout.
- C’était comme retrouver Hondô, pendant un instant.
- V- Vous sentez vraiment… des trucs ? »

Le premier, sans être imité par quiconque, Yanosa se redressa de sa position en tailleur.

« Ce serait particulièrement difficile à décrire à quelqu’un qui ne partage pas notre nature, mais… Je pense que pour quelqu’un de croyant, ce serait l’expérience la plus proche de la communion avec ses divinités..
- Sauf que les divinités en question existent pour de vrai, quoi.
- … Et que tu en es une toi aussi, forcément.
- Forcément. »

Asuka fit disparaître le tronc de bois en réintégrant son chakra dans son organisme et se releva à son tour, bientôt suivie par les Assimilateurs autours d’elle qui arboraient tous une mine particulièrement détendue.

« … Tu peux me rejoindre dans mes quartiers.. ? Lança-t-il à Asuka en se penchant légèrement vers elle.
- … Oué, bien sûr. »

Les deux amants impossibles s’éclipsèrent, non sans que le Tellurique n’ait à jeter un regard en arrière à l’attention de Ryûji pour l’empêcher de proférer une remarque qu’il aurait pu regretter. Une manœuvre pas tout à fait superflue, étant donné le sourire qui s’effaça de son faciès à voir ainsi les iris incandescentes de l’Oterashi braquée vers lui. Le duo parti, les autres membres du Cercle s’observèrent un instant.

« ...C’est quoi, leur problème ?
- Ah, c’est vrai, tu es arrivé le dernier ici, Ichirô…
- Bah, vois les choses comme ça : tu imagines Yanosa avec une femme ?
- Hmm, je n’y avais jamais réfléchi, mais… Non ?
- Bah voilà, t’as ta réponse.
- Il ne nous dit pas tout ce qui le tracasse et c’est son droit. Laissons-le tranquille. »

_________________
La Conjonction des Elements Giphy

Theme


Dernière édition par Oterashi Yanosa le Lun 20 Sep 2021 - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

La Conjonction des Elements Empty
Lun 20 Sep 2021 - 21:25
« Eh ben, c’est… cosy. »

Avec un entrain presque enfantin, le Lilas avait jeté un large coup d’oeil à l’intérieur des quartiers spartiates du guerrier de pierre avant d’aller propulser son séant sur la massive table d’obsidienne qui semblait naître du mur lui-même sur le côté. Elle s’y assit sans gêne, balançant ses jambes selon un rythme alterné, et continua d’observer tout autours d’elle comme si elle cherchait des détails qui n’étaient pas là.

« C’est fonctionnel. C’est… ce dont j’ai besoin. »

Les yeux bleus perçants de la Bakuhatsu se rivèrent sur la silhouette enrubannée de Yanosa, le toisant presque avec un air dur et inquisiteur.

« Ce dont t’as besoin, hein… t’es jamais intéressé que par ce qui t’est utile, pas vrai ? »

L’Oterashi ne répondit rien, soutenant tout juste le regard brillant de la kunoichi. Un silence pesant s’installa, au terme duquel Asuka finit par bondir de la table en pierre en se propulsant des deux mains pour rapidement éliminer la distance entre elle et l’Assimilateur. Ce dernier sentit venir le geste de la kunoichi : pour autant, il n’essaya pas de s’y soustraire, accueillant la gifle magistrale assénée par la main gantée du Lilas avec le stoïcisme d’un roc.

« T’es un putain de goujat, tu le sais ça !!? Bordel... »

Elle se détourna du Tellurique, donnant à voir à ce dernier sa silhouette tendue et musculeuse, tandis qu’un tourbillon d’émotions indisctinctes et indissociables semblait gronder au creux de l’abdomen de Yanosa.

« ...Je te l’ai déjà expliqué, je ne suis pas… disponible, pour ça.
- « Ça », espèce d’abruti, c’est une nana qui a des sentiments, pour toi, qui tient, à toi… ! T’es pas le seul, à enchaîner les missions, à devoir t’entraîner dur sans arrêt, pour espérer mettre un terme à ce conflit ! »

La mâchoire de l’Oterashi se serra face à la véracité indiscutable des propos de la jeune femme aux cheveux rosés. Il n’avait rien à rétorquer, rien à répliquer, pour la simple et bonne raison qu’il était d’accord avec le constat du Lilas : il l’avait négligée, l’avait laissée à l’écart de tous ses projets et du moindre aspect de son quotidien. De cela, il se savait coupable, et pourtant…

« … Ça m’a fait du bien. De t’avoir avec nous, tout à l’heure. De t’avoir… avec moi. »

De façon subtile, presque imperceptible, le corps de la Bakuhatsu se détendit, son regard toujours courroucé mais le reste de son visage trahissant un début de surprise.

« Il faut que tu comprennes… le réconfort que je ressens, à tes côtés, ce… relâchement. Il me fait peur. Si je fais une place en moi pour cet apaisement, cette douceur… je ne sais pas si je pourrai en revenir. Si je pourrai continuer à me battre, comme je le fais . »

Tourmenté, tiraillé entre deux besoins primordiaux, le guerrier de roche baissa alors le regard, tentant envers et contre tout de contenir ces émotions qui tempêtaient en lui pour les empêcher de déborder. Ses paupières se pressèrent l’une contre l’autre, endiguant le plus gros du torrent : une vague d’humidité s’anima malgré tout, au coin de ses yeux.

« ...Yanosa... »

La valkyrie s’approcha lentement, en apparence impassible.

« C’est de toi que j’ai besoin. De toi… que j’ai envie à mes côtés.. Toi… avec toute ta colère, ton imperfection et ton intransigeance. Toi… en entier. »

Arrivée à la hauteur de l’Oterashi, Asuka agrippa les bandages dans lesquels il était entouré au niveau du poitrail, tirant sèchement dessus pour en arracher une partie et dévoiler ce qu’il y avait en dessous.

« Q-Qu’est-ce que tu fais.
- Je veux te voir. Tel que tu es. »

Le Chûnin de la Roche voulut l’empêcher de poursuivre, écarter ses mains de ce corps en ruines qui n’évoquait que mort et souffrance, mais l’insistance de la Bakuhatsu prit aisément le dessus. Peu à peu, l’épiderme crevassé et strié de toute part se dévoila sous ses yeux, la honte de l’Oterashi l’envahissant comme une vague submergeant tout sur son passage. Au pris de tous les efforts du monde, face à cette femme qu’il se savait aimer, il resta immobile, jusqu’au dernier instant, la dernière révélation, celle de son visage méconnaissable.

« ...Je te vois, enfin. Baka. »

A nue, Yanosa ne put que rendre son regard à la kunoichi, incapable de bouger, et ce même lorsque ses lèvres rejoignirent les siennes avec une fougue flirtant avec la force d’un coup de tête. Alors, tout s’évanouit et s’éveilla à la fois, tandis que les mains musculeuses du Clairvoyant empoignaient fermement la taille du Lilas.

_________________
La Conjonction des Elements Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

La Conjonction des Elements Empty
Mar 21 Sep 2021 - 21:24
« ...Hm.
- … Quoi ?
- Je me disais, sur de la pierre… c’est pas banal. Un peu rude, mais… Au final, ça te ressemble. »

Le silence reprit sa place dans les quartiers de l’Assimilateur, les corps nus de ce dernier et du Lilas mêlés l’un à l’autre sous un large drapé de fortune. Cela faisait déjà un moment qu’ils étaient là, que tout semblait s’être figé, et que l’Oterashi contemplait sa propre inertie. Son corps avait beau être immobile, le relâchement et l’apaisement qu’il avait tant redouté n’avaient pas pointé le bout de leur nez. C’était même tout au contraire une nouvelle énergie bouillonnante qui semblait s’être fait une place, tumultueuse et indomptable, et qui avait trouvé exactement où se lover entre les différentes poches de colère et de violence à peine refoulées que le Tellurique couvait en lui. Brisant soudainement mais lentement l’étreinte, Yanosa se redressa pour se trouver assis au devant d’Asuka, observant au loin à travers l’ouverture donnant sur la cité qui traversait le crépuscule.

« … C’est donc pour ça, que tant de gens ont dû périr au cours des siècles. D’un côté, je peux comprendre…
- … Attend, fit la jeune femme en s’appuyant sur son coude pour se redresser légèrement. C’est… C’était… Tu l’avait jamais fait !? »

L’Oterashi tourna la tête en arrière pour capter le regard d’Asuka, lui adressant par la même occasion un mince sourire en coin avant de fixer à nouveau l’ouverture de l’autre côté de ses quartiers.

« Je dois bien avouer que j’avais tort. Faire ça avec toi… n’avait rien d’un relâchement.
- Ha ! Regardez qui parle. Si tu me l’avais pas dit, j’aurais jamais deviné. Vraiment pas.. »

Faire l’amour. Le guerrier de pierre s’était imaginé bien des choses par le passé sur le sujet, et si son avis sur les simples sensations ressenties pendant l’acte serait à jamais influencé par les douleurs qu’il éprouvait au quotidien, il comprenait à présent bien mieux ce qui se cachait réellement derrière cette union des corps et des esprits. Réduit à sa plus simple expression, le sexe était un combat, songea l’Oterashi, une joute singulière livrée avec des armes qui l’étaient tout autant. La rivalité la plus intime qui pouvait exister entre deux êtres, et qui permettait à chacun des deux partis de contempler les pourtous les plus enfouis de son âme. Yanosa venait d’acquérir l’intuition d’une nouvelle vérité, une forme de pouvoir qui, bien loin de l’attendrir, était venue renforcer encore davantage la force de ses convictions.

« ...Merci. »

La Bakuhatsu termina de se redresser pour s’asseoir au côté du soldat de la Roche, tirant à elle le drapé par pudeur tout en affichant une mine perplexe.

« « Merci » ? Quoi tu crois que je t’ai pris en pitié ?
- Ha… Non. Tu t’es montrée assez claire là-dessus. Non, je te remercie… pour m’avoir ouvert les yeux. Je n’avoue pas souvent avoir eu tort alors profites-en. »

La jeune femme aux cheveux rosés dévisagea longuement Yanosa, détaillant son faciès martyrisé avec une intensité évocatrice, avant que celui-ci finalement ne tourne la tête pour lui rendre son regard. Presque de concert, les deux amants saisirent alors la nuque l’un de l’autre, unissant leur front en se mirant avec une une ardeur aussi belle que bestiale. Le Tellurique, consciemment ou non, avait ouvert grand la brèche qui s’était depuis longtemps créée dans son coeur là où Asuka s’était fait sa place. Mais, se dit-il, ce serait à présent avec elle… ou avec personne.

_________________
La Conjonction des Elements Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

La Conjonction des Elements

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: