Soutenez le forum !
1234
Partagez

Barrière divine - 3eme édition

Aller à la page : Précédent  1, 2
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mar 25 Jan 2022 - 22:28

Epuisé, il l'était à n'en pas douter. Mais le Chûnin s'était également rassuré sur ses propres capacités. Sa création était belle, constante, sans prétention, comparé à certains qui déjà s'amusaient de leurs facilités en créant des structures de chakra complexes. Akio avait atteint l'objectif de la façon la plus rationnelle, la plus efficiente possible. C'était là tout l'intérêt de l'exercice pour lui. À terme ils allaient devoir maintenir une barrière contre une entité à la puissance démesurée, l'endurance était importante, ou plutôt primordiale.

Faisant parti des derniers à terminer, il n'attendit pas avant les dernières paroles d'Aizen, par rapport à Akagi par exemple qui avait une nouvelle fois survolée les débats. Il était le meilleur, et de loin. Comme depuis leurs débuts. Son hérédité, son expérience, tout jouait en sa faveur. Rien que le fait d'être capable de tenir la distance satisfaisait réellement le Céleste. Aizen annonça alors avec son ton de voix si classique que le lendemain serait plus difficile. C'était logique et en même temps une facilité appréciée des professeurs, pour garder leur auditoire concerné. La suite fut moins réjouissante : Si ceux ayant échoué à créer la structure étaient de facto éliminés, l'avoir réalisé n'assurait pas d'être retenu le lendemain... Cette annonce fit aussitôt réagir les apprentis avec quelques chuchotements ici et là. Akio ne comprenait pas la raison d'une telle annonce. Une simple feuille sur sa porte, déciderait si oui ou non il avait eu le niveau minimum pour la suite ?

Lorsque le groupe de participant se leva d'un seul homme pour évacuer la place et regagner leurs habitations, le Céleste se contenta de faire profil bas et de suivre le mouvement, toisant néanmoins les quelques visages dont il croisa les regards.

Certains semblaient plus sereins que d'autres. Connaissant un peu le Nara, Akio savait que rien n'était laissé au hasard, qu'il aimait tester la volonté de ses ouailles de façon parfois disproportionné, allant jusqu'à les menacer de son katana directement, par exemple... Alors il rejoignit, après une marche d'une dizaine de minutes, son appartement, dans un des quartiers civils calmes du village de Kumo. Là, sans se poser plus de question, il prit la décision de s'endormir au plus vite, sans vraiment souhaiter manger. La journée, épuisante de bien des façons, avait eu raison de sa faim. C'est l'esprit tranquille, à peine inquiété par l'épée au dessus de sa tête, qu'il ferma les yeux.

- - - - -

Le lendemain, encore torse nu tandis que ses yeux n'étaient pas encore complètement ouverts, Akio ouvrit sa porte d'un geste brusque. Les gonds tremblèrent sous le mouvement rapide, avant que la bâtisse tout entière ne tremble sous l'impact du bois qui venait de claquer brutalement.

- Mais quel enfoiré... Quel enfoiré !

Le poing serré, il alla prendre une petite douche, afin de calmer son sang qui semblait bouillonner sous sa peau. Ainsi ce satané manipulateur d'ombre l'avait laissé mourir pour finalement se refuser à lui enseigner un jutsu qui pouvait sauver le village ? Malgré sa réussite claire et nette sur l'exercice ? Impensable. Avalant une collation peu reluisante et attrapant un fruit qui trainait là, Akio sortit de chez lui, sans même avoir totalement enfilé son maillot. Il était bien décidé à se rendre au terrain d'entrainement, avoir des explications claires de son sensei, et également observer qui avait été sélectionné. Il était hors de question d'être le seul de sa génération à être mis de côté. Sur le chemin, le pas était lourd. Parfois le Chûnin tournait la tête vers les habitations des autres participants, et n'y trouvait pas de document attaché, certains restaient prostrés devant l'absence du mot, d'autres frappaient de colère, mais aucuns ne semblaient vouloir demander des comptes.

Tournant à l'embouchure de la rue, devant lui s'étendait déjà le lieu de l'apprentissage de la veille. La colère n'étant toujours pas retombée, elle pouvait clairement se lire sur le visage du jeune homme, dont le poing toujours serré en disait long sur ses intentions. D'une voix qui n'était pas encore chaude, il hurla à l'attention de la silhouette qui se dessinait déjà face à lui, faisant fi des convenances :

- Pour qui tu te prends Aizen ! Je l'ai réussi ton exercice ! J'ai accepté de boire ta connerie, et j'ai rien dit ! Pourquoi je suis pas pris bordel !


décision:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mer 26 Jan 2022 - 8:38
« Il se fout de ma gueule ce trouduc de Nara-té ? D’où je suis recalée, moi, enfant du crépuscule, alors que mon but est de protéger la patrie ? Ce debi-aizen va voir si je ne vais pas gueuler demain va ! »

Alors que la demoiselle rage de ne pas voir ce fameux papier, Maorou aboie et lui fait la fête. « oh désolée mon p’tit bout, écoute, demain je vais quand même voir ce pompeux de mes deux couilles en partant de la gauche, parce qu’il me faut cette technique, sinon je… quoique. »

Minako s’assoie sur son canapé et réfléchit. « d’un côté, je serai indigne du kyuubu si je n’arrive pas à protéger notre patrie, mais d’un autre côté, j’en serai également indigne si je n’écoute pas les ordres, que faire… »

De toute façon personne ne veut de moi, personne ne veut de moi et on m'abandonne encore. Aizen m’a abandonné ce connard… je le savais qu’il me détesterai et ne me jugerai jamais digne d’être ninja. Je ne peux pas continuer mais je n’ai pas le choix, je veux protéger les miens, je ne veux pas perdre qui que ce soit à cause de ma faiblesse.

La demoiselle s’allonge dans son futon aux côtés de son bien-aimé. Elle repense à la petite sœur de son ami, morte sans qu’ils n’aient rien pu faire. Et aux autres. Minako regarde son homme dormir, l’insomnie plus que présente cette nuit. Le déclic. Elle ne peut pas abandonner, elle veut et doit le protéger, encore et encore. De plus, qui sait, un jour, elle pourra le lui enseigner à lui et d’autres ninjas ? Avec une approche totalement différente que de celle de Aizen bien-entendu. Un peu plus vil et dur mais ô combien satisfaisante. Elle ferme les yeux et entre en transe avec elle-même, discutant ainsi avec son ancienne professeur.

« Oh ma petite, sais-tu pourquoi tu as échoué ? »

« J’ai été impulsive, j’aurai dû parler dès le début, calmement, annoncer directement comment on pouvait réaliser l’attaque à l’unisson, trouver les mots pour apaiser les tensions avant même qu’elles n’éclatent. Mais je veux continuer… je veux continuer cet apprentissage. »

« Tu n’es pas encore prête à ça, ouvre davantage ton cœur pour réussir à mieux apaiser les tensions, même au fond de toi. »

« Toi aussi tu t’y met, putain vous faites chier ! Bon, ok, ok. Le respect des règles étant plus important que de vouloir protéger la nation, je vais écouter. J’abandonne. Mais tout de même, j’ai mis le doigt sur un truc. Quand on faisait notre forme épaisse en chakra pur en individuel, c’est pour ensuite qu’on arrive à la réaliser à 4 en même temps telle l’attaque qu’on a faite en début de journée. C’est dommage que je ne puisse pas confirmer cette théorie. »

Sur cette discussion interne, Minako s’endort, blottie dans sa couverture, se promettant qu’elle ne sera que plus sage à présent.

Le lendemain. Minako est en tenue adéquate pour courir un peu de bon matin. Un simple pantalon militaire et un crop-top tout de noir vêtue. Tout de même, elle voudrait des explications sur les raisons de son échec, de la part de Aizen. Si en soi son auto-analyse a plu à son second esprit ancestral, ça ne lui suffit pas. Elle veut comprendre le point de vue du samouraï de l’ombre. Il n’y a pas de place pour l’ignorance, donc c’est pour cela qu’elle se dirige vers le terrain d’entraînement de la veille à petit foulée. Takegasa sur la tête, sur un muret, elle pu voir le Jonin semblant attendre des personnes. « Tiens donc, vous, seul ? Bon et bien, je peux venir vous embêter un peu alors ! » Dit-elle en riant, les échos de sa voix allant partout sur ce terrain vague. Alors qu’elle saute du muret pour s’approcher de Aizen, elle pu entendre par la même occasion Akio arriver, quasiment en même temps qu’elle. Lui-même explosant à cause du papier qu’il n’a pas reçu. Elle est étonnée de voir que lui-même aurait échoué, lui qui est bien meilleur qu’elle.

« Non rien de méchant bien-sûr, je sais que je n’ai au aucune paperasse, mais disons que j’aime bien recevoir des explications sur mon échec, de vive voix, afin que je puisse enfin apprendre cette technique… » dit-elle calmement, totalement neutre, sans pointe d'animosité. Il n’y a plus d’écho lorsqu’elle parle, signe que sa technique vocale est arrêtée. Et, montrant son insigne, elle continue. « Il y a pas si longtemps que ça, Kumo a été annexé. Nous, apprenti ninja, devions obéir et ne rien faire. J’ai pourtant essayé de les protéger mais… Mais j’ai perdu des amis, des proches. J’ai assisté à ça sans que je ne puisse rien faire à cause de ma faiblesse et à cause de l’obéissance à avoir. Alors aujourd’hui, en tant que Minarai du Kyuubu, je veux réussir à apprendre cette technique, je réessayerai encore et encore, même si je ne pourrai pas me reposer. Alors, vous qui m’avez sans doute jugé inapte à apprendre cette technique, n'êtes rien par rapport à la patrie… »

Puis elle se met face à Aizen, katana rangé dans son ombrelle. L’objet menaçant l’entrejambe du Jonin, prêt à frapper cette pinata à tout moment. Son regard est devenu plus vicieux, et amusé. Pourtant sa voix reste calme, seul le regard reflète l’assurance de la demoiselle qui veut s’imposer face au samouraï de l’ombre.

« Je réussirai à apprendre cette barrière, ici et maintenant, que vous le vouliez ou non, n’est-ce pas ? Vous ne voudriez pas perdre ceci si jamais vous refusez de me l’enseigner… » ce à quoi un geste accompagne ses mots : appuyant sur un bouton, sur son manche d’ombrelle, une lame sort du haut de l’ombrelle, pointue et aiguisée, frôlant ces bijoux si précieux à l’être masculin.

Technique utilisée – HRP – Équipement porté


Minako menace Aizen en lui obligeant à lui enseigner la technique de barrière divine au risque de...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Jeu 27 Jan 2022 - 21:27
Akagi assit en tailleur contempla les échecs et réussites de chacun constatant avec étonnement qu’Aizen faisait preuve de tolérance. Aucun participant ne semblait effondré après son passage. Preuve que le Nara distribuer encouragement et hochement de tête plutôt que remontrance et soupir de lassitude. Le Metaru se demandait se que cachait ce comportement. Akagi connaissait bien la méthode d’apprentissage d’Aizen, il n’était pas dupe. Son enseignement ne laissait pas de place à la compassion. Seule la réussite comptait. Son schéma d’esprit se résumait assez bien par une phrase que le Metaru s’imaginait à l’instant même : « Fait le ou ne le fait pas. Il n’y a pas d’essai ». Il avait toujours apprécié travailler aux côtés du Nara, préférant la rudesse d’un entrainement à de faux compliment.

Levant les yeux aux ciels, il constata que le soleil se couchait à l’horizon. L’épreuve arrivait à sa fin et il n’avait toujours pas déterminer ce que le Nara manigançait. Le géant de fer se leva du sol et épousseta sa cape, chassant ses questions de son esprit. Ses camarades avaient tous réussit même Hideko qui avait levé la main à la toute dernière minute. Aizen désormais au centre du contingent restant des fiers shinobis kumojins ayant survécus à la première épreuve allait donner son verdict. Les paroles mesurées qui débutèrent son propos laissèrent Akagi dans l’incompréhension. Qu’était ce donc que ce simulacre d’épreuve ? où tous réussissaient malgré la claire disparité des résultats. Akagi ne pensait pas être vaniteux cependant il ne pouvait accepter qu’on juge sa création au même titre que certaine qu’il avait pu observer. La pénombre et la distance le séparant d’Aizen ne lui permettait pas de clairement apercevoir son expression mais son ton se durcit alors qu’il continuait son explication. Plusieurs hoquets de stupeurs se firent entendre alors que le Nara annonçait que le choix réel ne leur serait que donné une fois de retour dans leur demeure. Akagi sourit. Il retrouvait le mentor qu’il connaissait.

Après un rapide signe à ses compagnons, il partit à grandes enjambées vers sa demeure. Sachant d’avance qu’il trouverait le fameux papier Nara sur sa porte. En arrivant à destination, il ne fit aucun détour. Se rapprochant de sa porte il constata rapidement que rien n’y était accroché. La note avait dû chuter à cause du vent. Après quelques secondes d’inspections des alentours proches de la porte, il ne constata rien. Une autre idée lui vint, il ferma la porte derrière lui et appela son fils, le salua puis lui demandant :

« Fiston, personne n’a déposé une note sur la porte que tu aurais récupéré ? »

« Non, Papa. Personne n’est passé depuis que je suis arrivé ! »


Jusqu’ici serein, le Metaru sentit le doute le gagner. Il cherchait une explication rationnelle mais n’en trouvait pas. Akagi restait certain que sa création était parfaite en tout point. Son fils lui demanda de s’entrainer avec lui au jet de Kunaï. Prit dans sa réflexion, il ne l’entendit pas et sortit pour aller dans sa pièce de prédilection. Afin de réfléchir à la situation. Sa forge. Il quelques morceaux de bois et les jeta dans le foyer pour lancer un nouveau feu, il activa les soufflets pour aider les flammes à prendre. Son corps faisait machinalement ce que des années de travail lui avait appris. Son esprit lui vagabondait à la recherche de réponse. Il se rappelait les paroles du Nara avant l’épreuve. Qu’importait la forme. La création devait être faite de chakra pur, stable, dense et durable. Les exactes mots d’Aizen tournait dans sa tête. Le géant de métal cherchait à voir s’il avait loupé un sens caché aux propos du Nara. Rien ne lui venait. Il continua ainsi à activer sa forge machinalement, laissant son subconscient ressasser les évènements de la journée.
Après une bonne heure de travail physique et d’introspection. Il s’arrêta net. Sa décision était prise. Il devait en avoir le cœur. Il devait comprendre. Rien ne le satisferait tant qu’il ne saurait où se situait son erreur. Le Metaru ne pouvait se rendre au terrain le lendemain. Les ordres du Nara avait été clair, cependant sa création était parfaite et s’il n’avait pas été retenu. Il devait y avoir un élément qu’il n’avait pas compris. Sapper l’autorité du Nara devant les autres élèves n’étaient pas dans les habitudes du Metaru. Il irait ce soir.

Prenant le temps de passer de l’eau sur son visage et se débarbouiller rapidement. Il partit ensuite en direction de la demeure du Nara. Arrivant proche de celle-ci, il se rappelait de la première fois où il était venu ici pour demander un apprentissage. Ce temps lui parraissait loin. Il passa sous le porche et frappa trois fois sur la porte puis attendit. Au bout de quelques temps le Nara ouvrit la porte. Akagi le salua et lança :

« Bonsoir senseï, Désolé de vous importuner mais j’ai besoin de vous demander quelque chose. »

Le Nara accéda à sa requête et il entra dans la demeure d’Aizen. Akagi ne perdit pas de temps une fois arrivé à l’intérieur. Le besoin de comprendre l’emportant sur son calme. Il enchaina :

« Je n’ai pas reçu de note comme vous devez le savoir… Je ne voulais pas saper votre autorité devant mes camarades demain en vous posant les questions qui vont suivre. Je ne me permettrai pas. Cependant j’ai besoin de comprendre. D’où ma présence.»

Le Metaru se racla la gorge et passa une main dans ses cheveux avant de continuer d’une voix calme mais empreinte d’une note d’agacement qu’il cherchait à contenir respectueusement :

« Ma création était parfaite. Densité, robustesse, durabilité. Je suis sûr d’avoir coché toutes les cases attendues voir même plus. J’ai beau chercher, je ne vois pas où j’ai fauté. Pouvez-vous m’éclairer ? Y a-t-il une facette de la technique que je n’ai pas comprise ? Une facette de cet exercice ?»

Akagi s’arrêta tout d’abord son agacement cependant prit le dessus pour ajouter :

« Sans vouloir vous manquer de respect. Je veux savoir pourquoi vous décidez que je n’ai pas ce qu’il faut pour défendre mon village ? »

La loyauté du Metaru envers le Nara et la hiérarchie Kumojin était mise en concurrence avec son amour pour le village. Son incompréhension du choix du Nara générait un agacement qu’il cherchait à contenir au maximum car Aizen devait avoir ses raisons mais le Metaru avait besoin de les entendre.
Décision:

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mer 2 Fév 2022 - 21:37

Sa fierté n’eût d’égale que sa satisfaction, car elle voyait déjà la défaite arriver, l’échec et de fait, l’expulsion, mais elle y était arrivée, seule.
Elle y était arrivée.
Epuisée par tant d’effort, elle releva la tête, les traits tirés, puis présenta sa sphère de chakra, la main tendu en direction d’Aizen qui, comme pour tout ce qu’il avait vu jusqu’alors, bon comme mauvais, acquiesça d’un hochement de tête sa réalisation. Était-il satisfait ? Déçu ? Elle tenta de sonder dans son regard, sur son visage, une mimique, la contraction d’une joue, mais rien, il resta de marbre et ainsi se termina cette journée, ainsi ce termina ce dernier exercice. Peu importait, au fond, qu’il ne lui eût rien dit, non, seule la réussite importait et cette réussite elle la gardait pour elle.
Aizen les félicita tous pour leur effort, puis annonça qu’un nouveau défi, le plus difficile qu’ils auraient à rencontrer, leur serait présenté. Aussi, il annonça la preuve de la réussite de ce test, un papier peint qui se trouverait derrière leur porte, ce soir même. Hideko, surprise, ne put retenir une grimace, mais se retint de tout commentaire. Pourquoi les règles venaient ainsi de changer ? Pourquoi cette façon d’annoncer les choses ? Quelque chose clochait… Elle avait déjà assez travaillé et combattue avec lui pour commencer à le comprendre… et ce genre de comportement était tout sauf normal. Aizen, bien que généreux en compliment, ne tergiversait jamais sur la réussite ou l’échec d’une technique, d’une mission ou d’un combat. L’unique condition de la réussite de cette étape devenait ainsi floue, remise en question, suspendue à un vulgaire papier accroché sur une porte. Un vulgaire papier.

Ainsi, Hideko retourna chez elle, harassée par la fatigue, crispée par une telle conclusion. D’un pas pressé, elle marcha, se joignant à un flux d’hommes et de femmes, d’adolescent et d’adolescente qui eux aussi rentraient chez eux. Sur leurs visages se lisait tantôt la joie, tantôt la fatigue, tantôt l’incompréhension. Aussi, elle eût tôt fait de prendre un premier virage qui, bien que la rallongeant, lui permit de retrouver le calme et la solitude dont elle avait tant besoin. Là, elle ralenti le rythme, prit le temps de souffler, de respirer, fermant les yeux l’espace de quelques secondes.
Quand enfin elle arriva chez elle, elle ouvrit la porte, non sans une pointe d’appréhension et ce qu’elle découvrit là la mit en rage.

« Quel connard… Toujours la même comédie. »

Aucun mot, aucun écriteau, ce qui ne signifiait qu’une seule chose : l’échec. Pourquoi ? Pourquoi alors qu’elle avait réussie à créer cette sphère avant la fin du coucher du soleil ? De colère, elle frappa la porte, manqua de peu d’en écorcher le bois. La douleur qu’elle ressentit dans sa main jaillit dans tout son être, mais ne la calma aucunement. Elle eût envie de le retrouver, de courir pour le retrouver, de lui dire ses quatre vérité, de lui cracher cette injustice, mais où habitait-il ? Où était-il maintenant ? Surtout, à cette colère se mêla une profonde fatigue, une fatigue qui, nourrit chaque jour par les regards, par les remarques, par les échecs, par les jugements, ne se tarissait jamais.
A nouveau, elle ferma les yeux, le temps, quelques secondes, de réfléchir et pour une fois, Hideko n’agit pas comme le ferait Hideko : elle referma la porte derrière elle et alla retrouver son lit, épuisée.

Le lendemain matin, à l’aube, alors que le soleil ne s’était pas encore élevée au-dessus du sommet des montagnes qui bordaient le village, elle sortit, vêtue de la même tenue et se mit en route pour le terrain de la veille.
La nuit fut agitée, particulièrement difficile, mais à défaut d’être reposante, elle avait pu murir sa colère, murir son sentiment d’injustice et transformer cet échec en arme, rebondir de cette déception qui l’avait envahie. Ainsi, ce fut avec son visage fermé si caractéristique qu’elle se présenta devant Aizen. Lui, qui fièrement les attendait. Lui qui fièrement observait le résultat de son test, car ce ne pouvait être nul autre qu’un test, un test décidé pour les manipuler, pour les éprouver.
Sans un mot, mais affichant un profond dédain sur son visage, elle resta légèrement en retrait de Akio et Minako, criant leur colère justifiée, menaçante, contre cette injustice qu'était la leur ; un rôle qu'elle aurait bien volontier endossé, s'il n'était pas déjà occupé et surtout, si elle n'était pas si éreintée.
Tant avait abandonnés… tant s’étaient contentés d’obéir bien sagement, tant qui ne le connaissaient pas.



BilanRésumé : Hideko croit voir clair dans le jeu d’Aizen et se présente sur le terrain le lendemain matin, à l’aube. Elle ne prononce pas un mot et obsersve Aizen avec dédain.



Dernière édition par Metaru Hideko le Jeu 17 Mar 2022 - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 22:38

Le soir même chez Aizen…

Lui qui pensait qu’il aurait le reste de sa soirée afin de profiter. En effet l’enseignement lui permettait de l’élever dans un sens, mais durant ce genre de moment il donnait plus qu’il ne recevait. Il aurait alors voulu profiter du reste de la soirée, bien que coute car il était fatigué, pour se recentrer sur lui-même. Son élève en décida autrement. Lorsqu’il ouvrit un léger sourire se dessina sur ses lèvres. Pas d’agacement du fait d’être dérangé, il comprit immédiatement en voyant le visage de son élève, dont les traits étaient clairement dessinés par un mélange de déception et d’incompréhension.

Aizen ne dit rien. Il se contenta de s’écarter intimant ainsi au Metaru de pénétrer dans son domicile. Aizen ne lui proposa rien, il n’allait pas s’éterniser. Il le contourna et se mit simplement face à lui, il n’avait rien à dire, il savait que son élève allait parler.
« Je ne vois pas où j’ai fauté… »
Répéta-t-il avec le sourire et en fermant les yeux, le visage amusé.
« Tu dis que ta création était parfaite. Puis tu dis ne pas savoir où était ton erreur. Cela signifierait que la simple absence d’un morceau de papier aurait su te convaincre. »
Mais Aizen savait bien que si le Metaru était face à lui cela voulait dire qu’il n’avait justement pas été convaincu de son échec. Contrairement à d’autres qui, frustrés, constateraient leur échec par l’absence du papier puis n’oseraient pas revenir voir le Nara, passant tout simplement à autre chose.

Il y avait ceux qui avaient obtenus un résultat médiocre, le Nara n’avait pas besoin de leur dire pour qu’ils en soient conscients. Et s’ils se voilaient la face l’absence de papier aurait finit de les convaincre. Il y avait ceux qui ne savaient pas, les indécis. L’absence de papier punirait leur indécision, les condamnant à se persuader d’une chose dont ils n’étaient pas sûrs. Puis il y avait ceux comme Akagi, qui avaient parfaitement réussis leur création mais n’étaient vraisemblablement pas pris. Que pouvaient-ils faire face à l’avis de celui qui était le seul à pouvoir décider de les faire continuer ? Pourquoi s’opposer ? S’il refusait ils ne pourraient pas le forcer à les faire continuer.
« Non… Si tu es là c’est pour autre chose. J’ai décidé que tu n’avais pas ce qu’il fallait pour défendre le village… Voilà ce que je voulais entendre. »
Était-ce la technique ou la volonté qui était mise à l’épreuve ? Quelque soit l’expert en ninjutsu, que pourrait-il bien faire, aussi expert soit-il, face à un immense démon s’en prenant à des milliers d’innocents. Il fallait avoir du cran, des réelles convictions.
« Toi qui es d’une loyauté sans faille. Envers qui l’es-tu ? Tes supérieurs ? Ton village ? Tes convictions ? »
Aucune de ces questions rhétoriques n’attendait de réponse. Aizen savait.
« Cette épreuve n’avait presque aucun sens. Maintenir une forme seule n’a rien à voir avec le fait d’en maintenir une à plusieurs. C’est drastiquement différent. Au mieux cela consolidait les bases de certains et au pire l’échec n’aurait pas du tout était bloquant pour la suite. Un jour, une semaine, un mois. Qu’est-ce qui nous empêche de travailler la technique jusqu’à réussir ? Personne n’est incapable d’aller au bout. »
Aizen se fit le visage plus sévère. Il n’aimait pas que certains l’oublient : ils ne s’amusaient pas. S’ils apprenaient cette technique ils devaient avoir à l’esprit que ce serait dans un contexte macabre, entourés de mort et de destruction. Ainsi, comment la simple absence d’un morceau de papier aurait il pu décider de chose aussi critique ?
« Les ordres. Je sais que c’est difficile à entendre pour toi mais un ordre n’est pas toujours légitime. Nous savons qu’un supérieur a une vision plus large empêchant ainsi bien souvent aux subalternes de comprendre la profondeur de toute action. Mais là, par arrogance j’aurais empêché à quiconque de continuer à tenter de défendre son pays en refusant de continuer à enseigner à ceux qui manquaient de perfection ? Sans avoir donné aucune indication ? Cette folie… »
Il fixa son élève droit dans les yeux, comprenait-il maintenant ?
« Ceux qui l’acceptent… Ce genre de personne ne serait pas capable de faire face aux dangers tels que ces démons. »
Aizen n’en dit plus, il n’avait pas besoin. Il aurait préféré que son élève vienne directement le lendemain, persuadé de sa réussite et de l’erreur du Nara. Mais il était de ceux qui ne pouvaient enfreindre les ordres, les lois. Il se trompait, il se voilait la face. Un jour il ferait face à ce dilemme. Et ce jour-là, il sera prêt.


Le lendemain…

Aizen ne fut pas surpris de ne voir foule. Beaucoup de monde s’était contenté d’absorber la nouvelle et de se soumettre à cet échec imposé.
« Comment ? »
Dit Aizen dans un premier temps aux deux qui s’en prenaient déjà à lui verbalement, Hideko dans leurs traces.
« Comment quelqu’un qui accepte si facilement la défaite pourrait défendre vos familles et amis face à un démon, force de la nature ? »
Il voulait qu’ils aient ce déclic, il voulait qu’ils comprennent. Aizen n’était pas sadique, tout ce qu’il faisait eu un but. S’il voulait emmener certains au bout de cette technique alors il exigeait que ce soit les bons. Mais cela ne signifiait pas simplement maîtriser la technique.
« Ceux qui parviendront à aller au bout de cet apprentissage seront enregistrés dans une liste. Et on fera appel à cette liste le jour où un démon fait son apparition sur notre territoire. Ce jour-là, vous voudrez que vote partenaire de droite et de gauche soient des gens sur qui vous pouvaient compter. »
Il se décala et repoussa ainsi la lame de Minako de la hanche, sans même la calculer. Il ouvrit les bras d’une façon théâtrales et regarda le ciel. Comprenaient-ils ?
« Des pouvoirs si puissants que les gens croient qu’ils appartiennent à des dieux. Si légendaires que certains nient même leur existence. Pouvant décimer des populations entières en un instant. Abattant sur vous sans prévenir mort et destruction, détruisant votre vie en un clin d’œil. »
Il se retourna vers eux, aucun sourire sur son visage et le regard lourd, comme celui qu’on avait lorsqu’on annonçait une funeste nouvelle.
« Et pour vous défendre de ce genre de choses vous seriez prêt à compter sur des gens qui abandonnent à cause d’un bout de papier ? »
Oui, ils comprenaient surement maintenant.
« Akio, tu n’as pas envisagé une seule seconde ton échec. Tu penses que ceux qui sont en proie au doute peuvent affronter une de ses créatures ? »
Vint le tour de Minako, qui eut une réflexion proche de celle de Akagi la veille.
« Minako, tu as raison. Comment l’arrogance d’un supérieur pourrait-il décider de si oui ou non tu peux défendre ta patrie. Si tu le veux alors fais le. »
Il se demandait si la Metaru avait appris à se contenir ou si tout simplement elle avait saisi le manège du Nara. Dans tous les cas, l’intelligence était aussi une chose récompensée sur le terrain.
« Hideko, contiens-tu ta colère ? Tout ce qui compte est que tu sois venu, quelque soit la chose que tu as compris. »
Venir, comme son élève Akagi qui les rejoignait sans doute. C’était tout ce qui comptaient. En revenant ils ne mettaient pas en cause la décision du Nara. Ils ne faisaient pas preuve de désobéissance. Ni de puérilité. Non, tout ce qui justifiait leur venue était leur envie de continuer, leur envie d’aller plus loin et de ne rien lâcher. C’était cette mentalité que le Nara voulait, et il souhaitait qu’ils en prennent tous conscience.

Ainsi il conclut, sobrement.
« Nul ne saurait vous dire si vous êtes capables ou pas. Seulement vous, pouvez-vous convaincre du contraire. Quelque soit le niveau du ninjutsu, même si cela peut prendre plusieurs années, n’importe qui pourra finir pas le maîtriser. J’aurais pu simplement demander qui aurait le cran de défendre sa patrie, qui aurait fait face à une créature aussi haute qu’une montagne pour protéger son héritage. Qui aurait su se regarder en face à ce moment ? J’aurais alors emmené au bout de cet apprentissage des personnes qui se seraient défilés au moment le plus crucial. »
Il sortit de nouveau le papier qu’il leur avait montré la veille, le seul exemplaire qu’il possédait.
« Je vous ai testé. J’ai testé votre dévouement pour les moments les plus critiques… avec un simple morceau de papier. »
Le Nara avait fini son explication. Il était important pour lui qu’ils comprennent son processus de pensée. Il était importé qu’il contextualise afin qu’ils n’oublient pas ce qui se jouait ici, sur un simple terrain d’entrainement dans un village paisible, là où, à tout moment, tout pouvait basculer. Il attendit quelques instants que chacun réfléchisse à ses paroles et qu’il ravale sa rancœur. Car il était temps d’avancer.
« Nous allons attaquer la prochaine étape. Vous n’êtes plus que quatre. Et vous finirez à quatre ou vous ne finirez pas. »
Ils devaient maintenant prendre conscience que sans le groupe, cette technique ne prendrait jamais forme.
« Mettez de côté vos talents personnels ou vos ressentiments des uns envers les autres. A partir de maintenant seul le groupe comptera, vous ne pourrez pas avancer autrement. »
Il les regarda un à un, se demandant franchement s’ils pouvaient travailler main dans la main.
« Vous allez devoir créer une sphère de chakra pure, comme celle que je vous ai montré hier. Mais j’en veux une au moins huit fois plus grande car vous la formerez au milieu de votre dispositif. »
Ils devaient donc représenter les piliers d’une unique structure et bâtir au milieu de leur groupe une sphère de chakra pure qui auraient les mêmes propriétés que la veille.
« Vous avez une semaine pour vous exercer. Je me fiche de savoir que pour vous ce sera finit dès ce soir. Il y aura toujours quelque chose à améliorer. Vous verrez que sept jours ne seront pas de trop. »
Ils avaient tant à faire, ils ne pouvaient l’imaginer tant qu’ils ne s’y exerçaient pas.
« Miscibilité de vos chakras respectifs, modulation de la forme, timing, densité, taille, durabilité, tout autant de facteurs à prendre en compte. Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive. »
Aizen reprit un air plus léger. Il pouvait se le permettre, ceux qui étaient encore là avaient maintenant sans doute pris conscience de ce qui se jouait ici.
« Vous vous gérerez durant cette semaine à savoir quand vous faites des pauses ou non. Ce que je veux : que cette sphère soit la plus parfaite possible et qu’elle soit maintenue le plus longtemps possible. Si vous pouvez la maintenir des heures : faites-le. Mais si vous avez des questions, n’hésitez pas. Le but est maintenant de maîtriser cette forme de chakra à la perfection. »
Mais Aizen ne comptait pas pour autant leur laisser une totale liberté. Il comptait bien entendu leur ajouter des difficultés, comme ils auraient des difficultés sur le terrain. Jamais ils n’auront l’occasion d’ériger tranquillement la barrière. Il fallait adapter l’entraînement à la réalité du terrain.


Résumé:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mer 16 Fév 2022 - 11:09
Minako, Hideko, Akio. Ils étaient tous trois à faire part à leurs façons de l'incompréhension née du fait d'être recalés. Comment pouvaient-ils l'être alors qu'ils avaient été dans les tous meilleurs sur la réussite des exercices de ce satané Nara ? Alors que la colère fusait dans chacune de leurs paroles, dans leurs regards, Aizen coupa court à toute velléité de violence provenant des shinobis face à lui, en évoquant simplement par de longues phrases et un monologue qui devenait sa marque de fabrique, qu'il ne s'agissait que d'un test, pour se rendre compte de l'opiniâtreté de chacun. Faire le tri entre les faibles mentalement et ceux qui seraient capable d'affronter les créatures gargantuesques qu'étaient les fameux dieux. Pris de court, comme ses collègues à ses côtés, il les regarda un à un, tandis qu'ils étaient rejoints par Akagi, ayant adopté une démarche bien plus calme. Avait-il reçu la note ? Peu importe, ils étaient les quatre derniers, ceux contre qui Aizen allait déchainer des tests pendant des heures, des jours, à n'en pas douter.

Et ce fut la suite de ses paroles : une semaine d'entrainement, à quatre, en autonomie totale, à s'exercer sur la maitrise d'un chakra nouveau pour tous d'il y a à peine une journée. Quelques pistes de réflexion à peine distillées que déjà le Jônin prenait ses distances avec le groupe. Tous se regardèrent quelques instants, avant qu'Akio ne fasse le premier pas, bien décidé à prouver à son Sensei, si sûr de son fait, que chacun d'eux valait bien d'être l'un des protecteurs du village des Nuages.

- Bien, nous voici donc là... Commençons ? Les pauses, se sera lorsqu'on rencontrera des difficultés, ou bien si on est prêt à tomber de fatigue. Essayons déjà de retrouver une synchronisation de nos chakras comme lors de l'attaque, mais cette fois-ci en usant du principe d'hier soir. Lorsque nous nous serons harmonisés, nous pourrons accélérer l'entrainement. En place.

Les shinobis dessinèrent un carré, où chacun se retrouvait à un angle. Puis essayant de le réaliser de façon synchrone ce qu’ils avaient tous réalisé en solitaire la veille, chacun pu se rendre compte de la difficulté à reproduire une sphère parfaite convenant à chacun. Elle était difforme, très peu stable, mais accueillait le chakra de chacun sans s’effondrer, preuve de leur succès lors du précédent test. Les mudras s’enchainaient sans discontinuer, et cela pendant plusieurs minutes, mais la sphère fluctuait, le chakra n’arrivait pas de façon fluide, et ce de chaque émetteur. Pour le coup il n’y avait pas qu’un fautif, simplement un manque de pratique évident qu’ils allaient facilement corriger avec le temps. Aizen avait pour cela accorder une semaine entière de travail. Mais Akio s’étonnait du traitement qu’il leur avait réservé : ils étaient autonomes sur l’ensemble de la manœuvre, sans indications de leur sensei, sans directives. Au bout de plusieurs essais et manipulation du chakra, la première pause de l’entrainement fut demandée, par le Céleste, alors que ses trois compères ne semblaient pas vouloir accepter le bien fondé d’une coupure salvatrice et réparatrice.

Le Chûnin s’en alla près de ses affaires, desquelles il en sortit plusieurs denrées qui raviraient les plus affamés de ses congénères : Un jus d’orange, qui commençait à perdre de sa fraicheur, quelques fruits et des petits laitages, rien de lourd, mais juste de quoi s’arrêter quelques instants. Le garçon amena tout son attirail vers ses camarades, qui s’installèrent sur l’endroit exact de leurs exercices.

- Cet Aizen quand même… Parfois je me demande vraiment si sa méthode éducative est la bonne. Mais bon trêve de parler de lui. Concernant l’exercice, essayons pour la prochaine étape de l’exécuter en faisant chacun notre tour fluctuer notre investissement en chakra, en forçant les autres à compenser. Je pense que ça pourrait être utile.

La proposition fut acceptée par tous. Même par Hideko, avec qui il était clair que le Kentoku essayait d’être moins agressif, plus avenant et proche de leur première rencontre. Aussi bien dans l’optique d’une réussite de leur quatuor que dans l’idée de garder sa réputation intacte, de ne pas passer pour un asocial doublé d’un shinobi mauvais. Akagi, fidèle à lui-même, droit dans sa stature, restait le meilleur en maniement de son chakra. Minako avait connu une vraie progression, des plus impressionnantes, sur le niveau de son Ninjutsu. Finalement de ce petit groupe, le plus à même de se retrouver en difficulté, c’était Akio. Mais il ne le montrait pas, faisant de son mieux et progressant à chaque nouvelle tentative pour rattraper son retard, là où son hérédité ne représentait qu’un lourd fardeau.

Le reste de la journée fut dédié à l’entrainement des fluctuations, avec pour objectif de conserver la structure centrale en lâchant chacun son tour son afflux de chakra. L’intérêt était double : permettre la déconcentration momentanée et surtout gagner en longévité en permettant de récupérer quelque peu. Comme il l’avait été évoqué précédemment, l’objectif était de jouer sur l’endurance des utilisateurs de la barrière, seul réel moyen de contrôler, et non pas d’asservir, une créature comme les Dieux pouvaient l’être. Lorsque la nuit tomba, ils décidèrent de concert d’arrêter pour partir se reposer, en appelant à se regrouper dès le lendemain, à la même heure que la précédente matinée, pour parfaire leur maitrise du Kinjutsu.

- - - - - - - - - - - -

Jour 2 :

La précédente journée avait été plus qu’intense. Emotionnellement parlant, le test que leur avait concocté Aizen s’était révélé éprouvant, l’entrainement en lui-même physiquement détonnant. C’est avec des visages légèrement marqués que les quatre protagonistes se retrouvèrent. Prenant le temps de saluer chacun, tous furent surpris de voir débarquer le Nara. Le responsable de leur entrainement leur demanda de commencer à exécuter leur technique, prétextant un besoin de voir les progrès de chacun. Alors le groupe se positionna comme la veille, exécutant à nouveau les mudras désormais parfaitement acquis, jusqu’à ce que la fameuse sphère sorte du néant et commence à fluctuer, mais beaucoup moins qu’au départ. Alors Akio pu apercevoir Aizen faire des signes incantatoires, avant qu’une épaisse couche de roche ne recouvre le quatuor, les plongeant dans une obscurité totale, dans laquelle même la création de chakra s’estompait. Les murs tremblaient, le sol craquait et déjà dans leurs corps, les quatre shinobis pouvaient sentir que maintenir la technique s’avérait encore plus complexe, prisonniers des songes de chacun, des craintes et des peurs de tous. Akio laissa place à son esprit rationnel, jaugeant qu’ils ne craignaient rien dans la création de son Sensei, qu’il était impossible de leur faire du mal dans le cadre d’un entrainement voulu par le village, que l’obscurité n'était que l’absence de lumière, qu’il maitrisait son environnement et qu’en cas de soucis, sa force brute saurait les extraire de ce dôme de roche.

Pour Akagi, cela semblait également aller, et aucune émanation parasite ne provenait de sa personne, au contraire de Minako et Hideko, qui paraissaient les plus sensibles à leur situation actuelle.

Alors qu’il pensait que toutes les deux pourraient gérer leurs émotions, la chanteuse lui rappela leur première rencontre à l’hôpital. Des cris puissants vinrent se confronter à la dureté de la roche, des cris de peur, qui mirent à mal la sphère de chakra, obligeant les trois autres participants à cesser l’activité. Akio se dirigea vers Minako en suivant ses cris, de moins en moins impactants, se rapprochant plutôt de sanglots. Lorsqu’il arriva à l’épicentre des cris, il trouva le corps de la jeune fille au sol, recroquevillé sur lui-même, dans un état de stress intense. Le Chûnin s’installa près d’elle, s’asseyant à ses côtés en posant sa main sur son bras.

- Minako, on ne craint rien ne t’en fait pas. Je vais faire appel à ton esprit d’analyse, l’esprit du membre du Kyuubu que tu es : C’est un test pour nous faire travailler notre stress, nous ne craignons rien, Aizen ne peut rien nous faire, c’est dans le cadre d’un entrainement. Relève-toi et reste auprès de moi, côte à côte, on va reprendre. Et quand tout ira mieux, je m’éloignerais doucement de toi pour retrouver notre formation en carré. En attendant Akagi, Hideko, on fonctionnera en formation triangulaire.

La petite intervention du Céleste fut suivi de paroles pleines de sens d’Akagi, jouant sur leur temps passé ensemble au travers de plusieurs épreuves, faisant valoir la force de sa volonté, évoquant même le jugement qu’elle apposa sur un être aimé pour rester en phase avec la droiture du membre du Kyuubu qu’elle était.
La jeune femme rassurée, la solution trouvée, la difficulté allait désormais être plus importante : en effet l’apport en chakra serait décuplé sur un sommet de la formation triangle, obligeant Akagi et Hideko à des prouesses. Heureusement il s’agissait des deux meilleurs dans le domaine du Ninjutsu. Pourtant, alors que tous se remettaient au travail, une nouvelle perturbation eut lieu, et elle semblait clairement venir d’Hideko. Sujet sensible que celui de la rassurer, surtout venant du Céleste, pourtant il prit le parti de l’interpeller durant l’exercice, avec des mots simples et rassurants.

- Hideko, reste concentrée. Tu sais bien que si nous étions en danger, nous pourrions nous en sortir, tu pourrais nous sortir de là toute seule. N’oublie pas que c’est un entrainement, un test. Restons concentrés.

Au fur et à mesure que la tentative progressait, que le temps filait, Akio s’éloigna d’une Minako quelque peu rassurée, du moins assez pour émettre la dose suffisante de chakra pour maintenir la sphère de son côté, afin de reprendre sa position et de rendre à l’ensemble la forme de carré qu’il avait au début de l’exercice. Une autre difficulté s’amorça alors, qui était de maintenir un rapport cohérent à la temporalité. Aucun d’entre eux ne savait quelle heure il était, où en était le soleil, quand devaient-ils s’arrêter. Alors ils s’exercèrent jusqu’aux premiers signes de fatigue. Une fois de plus ce fut Akio qui stoppa en premier l’entrainement, prétextant un réel besoin de souffler après l’énorme session qu’ils venaient de réaliser. La progression du groupe et la cohérence de leur assemblage n’avait eu de cesse de se renforcer. La dose de chakra de chacun semblait définie et quand l’un flanchait, un autre en donnait un peu plus, toujours plus, pour maintenir l’ensemble intact. Le stress du début avait fait place à une concentration des plus impressionnantes, le langage était réduit à son minimum pour ne pas briser les bulles de sécurité que chacun avait pu se forger, pour éviter de penser à l’endroit clos dans lequel ils exerçaient leur art.

- Je suis désolé, je me dois de progresser sur l’endurance quand j’utilise le chakra. Je n’ai pas l’habitude de gérer aussi longtemps du ninjutsu.

Les excuses étaient directes, sincères, alors qu’Akio pensait qu’il allait énerver ses compagnons par sa relative incompétence dans la durée. Assis, il se laissa aller à quelques exercices de respiration, proche d’un état méditatif pour recouvrer une énergie qu’il perdait de plus en plus. Laissant quelques minutes s’écouler, il se releva alors pour annoncer à ses coéquipiers qu’il était temps de se lancer dans la dernière phase de la journée. Ils exécutèrent à nouveau la technique, qui semblait gagner en amplitude. En plus de ça, le contrôle que chacun pouvait exercer sur la structure progressait aussi, elle était plus malléable, plus facile à gérer. C’est après ce qui sembla être plusieurs heures que le dôme s’effondra. Les quatre shinobi lâchèrent la technique sous la surprise, laissant apparaitre un soleil qui se couchait déjà. Malgré tout, ils paraissaient avoir réussi à s’entrainer selon les critères du Jônin, qui pourtant n’en montrait rien, restant là à les fixer sans rien dire de plus., fidèle à son flegme bientôt légendaire. Les quatre élèves mirent quelques minutes à reprendre leurs esprits face à la lumière qui entrait de nouveau dans leurs yeux.

- Je suppose que ce n’était que la première épreuve ? Quels tours nous as-tu donc préparé pour le reste de la semaine ?

Les paroles étaient lancées par Akio, en direction de son Sensei, non sans une pointe d’humour et de défi concernant la volonté de leur mettre des bâtons dans les roues, persuadé que son groupe arriverait à faire face à toutes les problématiques qui se profilaient déjà face à eux. Il fut alors temps pour chacun de vaquer à leurs occupations et d’aller se reposer, avant de se retrouver le lendemain pour repartir sur une nouvelle journée d’exercice dont ils ne savaient pas encore de quoi elle serait faite.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mer 16 Fév 2022 - 14:18
Le premier jour s’était plutôt bien passé, Minako a compris que le quatuor devait être sur la même longueur d’onde pour réussir à se coordonner pour réaliser la barrière divine. Sans relâche elle exécutait les mudras, bien qu’au final elle eut des crampes au poignet.

Cependant, lors du second jour, un phénomène inattendu se produisit ; la demoiselle fit une crise d’angoisse qui éveilla sa forme non contrôlée de l’onkyoton, cette forme primaire comme du temps où elle ne maitrisait pas son chakra et n’avait pas encore mis un pied à l’académie ninja. Pour la première fois, elle se rendit compte de sa peur d’être enfermée sans pouvoir s’en sortir, la claustrophobie.

Seul Akio pouvait connaitre cette forme primitive de l’onkyoton, lui qui l’a vu perdre sa sœur parasite. Lui et Akagi ont réussi, au final, à lui redonner du courage. Après de longues minutes elle a réussi à reprendre son souffle et à faire taire la banshee. Elle s’est relevée et a pu prendre place, tremblotante, et a commencé à réaliser des mudras. Timidement son chakra a pu prendre forme dans le dôme doton. Elle a donc réussi à se reprendre en main, après quoi elle remercie ses camarades de l’avoir soutenu.


Troisième jour ✘ la danse du Vent(re)



En ce jour, l’équipe fait face à des rafales de vent qui peuvent les bousculer ou les gêner. Minako se positionne pour essayer de s’ancrer au sol, cependant lorsqu’elle commença à effectuer les mudras, elle perd pied et se fait déconcentrer par le vent qui manque de la faire tomber. Rien ne se lit sur son visage à part de la concentration, et au bout d’un moment, la Banshee se retrouve les fesses par terre, la faisant arrêter dans ses mudras.

« Oups. Désolée. »

Alors que Minako tente de se relever, elle retombe à nouveau. Et quand la demoiselle arrive enfin à se mettre debout, elle se fait déséquilibrer par d’autres rafales de vent. Cela dit elle réessaye de mudra alors que son poids plume ne lui facilite pas la tâche. Puis, voyant le géant de fer sans sa cape s’asseoir, les incitant à faire de même, Minako se met aussi en tailleur pour refaire les mudras. Elle réussi enfin à se remettre sur la même longueur d’onde que ses camarades, c’est avec joie qu’elle mette davantage de rigueur dans son travail et qu’ils peuvent finir leur journée. Mais la demoiselle ne sait pas ce qui les attendra le lendemain…

Quatrième jour ✘ l'armée de bambins



En ce jour particulier, des enfants sont venu à leur rencontre et sont heureux de pouvoir leur parler. La plupart d’entre eux cherchent à avoir l’attention des apprentis et veulent jouer. Minako comprend que le but en temps réel est de les protéger. Le flash d’un combat passé remonte, et alors que son but est de pouvoir les protéger, une pointe d’animosité s’installe en elle. Commençant à en avoir marre du chahut, elle essaye de garder le contrôle d’elle-même et fait en sorte de rester dans sa bulle, jusqu’à ce que l’un des enfants lui morde le bras droit.

S’ensuit un coup qui bouscule l’enfant et le fait tomber par terre. Cette enfant aux yeux vert émeraude rit, car elle n’avait pas reconnu la genin qui était présente à l’académie pour la journée sportive. Sato Kikuri, celle qui torturait et tuait les animaux en les empalant sur la barrière de l’académie ninja.

« Oh t’as changé Mina, pourquoi t’a un œil tout noir ? Et pourquoi tu es brûlée sur ton visage et sur ton ventre ? »

L’œil de chouette et l’œil se saphir de Minako se plonge dans le regard d’émeraude de la fillette à la chevelure bouclée, pendant qu’elle reprend ses mudras pour se caler de nouveau à la barrière divine.

« Je fais partie du clan du Raikage, et mon œil gauche n’est nul autre qu’un sceau ancestral qui renferme un esprit qui pourra m’accorder un pouvoir au moment voulu. Quant aux brûlures, il s’agit là des marques d’un combat, rien de plus normal en soi… »

« Oui mais les filles se doivent d’être toujours belles et tu es devenue moche ! Surtout si tu es de la famille du raikage pas beau ! »

« Tsk… Est-ce que par exemple Aizen est beau pour tout le monde lui qui ne porte aucune cicatrice ? Et, plus généralement, qu’est-ce que la beauté ? Je te laisse méditer là-dessus et tu reviendras me voir lorsque tu auras la réponse, gamine. »

S’il est vrai que la chanteuse du crépuscule a entendu énormément de filles s’émerveiller par la beauté du Nara, Minako pense le contraire ; il ne fait pas partie de ses critères de beauté. Mais, elle veut que Kikuri comprenne que les critères de beautés sont propres à chacun. La fillette s’assied et essaye de comprendre notre protagoniste pendant son exercice.

« Comprends pas. C’est quoi cette question tordue ? »

« Je t’ai dit de te la boucler tant que tu n’as pas la réponse. »

D’autres enfants courent et tirent sur les vêtements de Minako, qui se contente de les pousser, d’utiliser ses hanches pour les bousculer, sans dire un mot, même si pour cela elle est assez déconcentrée ce qui affaiblit la barrière. Pour réussir à palier à ce souci, elle se répète qu’elle doit ériger la barrière pour protéger les enfants, tel un mantra, en même temps que ses mouvements répétés pour ne pas briser la construction chakratique.

La journée se termine, selon la jeune kunoichi sur un nouvel échec pour elle, car son comportement et son manque de concentration peut les faire échouer en temps réel. Mais elle ne va pas se lésiner, sa volonté est bien plus forte et ça se ressent sur la maitrise de son chakra qui est bien plus développée qu’à ses débuts. Au final, la petite Kikuri n’a pas trouvé de réponse et est partie.

Il ne restait plus que 3 jours d’entrainement intensif et ses poignets sont meurtris par la douleur, Minako se demande si elle va réussir à tenir le coup pour y parvenir.

/HRP\
Voyant l’onkyoton comme une capacité héréditaire, j’ai parlé de la forme primitive que l’on ne contrôle pas sans un apprentissage de la maitrise du chakra.

C’est donc purement RP donc il n’y a potentiellement aucun dégât à prendre en compte durant le second jour décrit par Akio.

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Reiu
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Ven 18 Fév 2022 - 21:35
La veille

Akagi sortit de la demeure d’Aizen sans un mot. Abasourdi par la méthode d’enseignement choisit par son senseï pour cette technique à l’importance capitale dans les heures difficiles que vivaient le Yuukan. Akagi entendait les arguments du Nara, il comprenait la portée de certains et l’idéologie qui avait mené à ce subterfuge, cette comédie d’épreuve. Le Metaru s’éloigna marchant doucement le regard vide cherchant encore à comprendre Aizen car l’irrationnalité demeurait le seul sentiment qui dominait son esprit des suites de son échange avec le fidèle de la lumière. Pour Akagi, en agissant ainsi, le Nara participait à la démilitarisation de Kumo. Lui qui évoquait la faiblesse du village et le besoin de redorer son image, lui que le Metaru estimait plus qu’aucun autre Jonin, lui en qui l’état-major avait investi, Akavai avait pensé avec raison, le pouvoir de choisir quels shinobis seraient aptes à apprendre cette technique interdite, le pouvoir de choisir qui composeraient les preux défenseurs de la cité des nuages. Ce jonin, que tous admiraient, écartaient ces pairs de leurs droits le plus instinctif et pour quelles raisons ? Pour une limite de talent ? Un temps trop court pour former les moins brillants ? Un échec à maitriser le chakra pur ? Un manque de maitrise et de travail en équipe ? Non... Pour une simple bravade… pour être resté digne face à l’échec, Parce qu’ils avaient obéit à un ordre ?!

A l’orée d’une guerre ce message paraissait décousu de la réalité à l’oreille du Metaru. Seul ressortait l’irrationalité d’une telle décision dans un contexte aussi tumultueux. Il comprenait l’intérêt de garder l’esprit critique, il s’agissait de la raison pour laquelle il déambulait dans les rues Kumojin à une heure si tardive. Il comprenait les mots d’Aizen qui le mettait en garde sur son allégeance trop prononcée. Akagi acceptait de le reconnaitre depuis l’acte d’Hideko, il se remettait plus en question. Cependant il n’arrivait pas à voir le bien-fondé qu’Aizen cherchait à défendre pour justifier cette ignominie d’épreuve. Il arriva à sa demeure, écœuré par ce qu’il considérait comme un coup bas. Akagi eut du mal à fermer l’œil se demandant ce qu’il ferait le lendemain, son estime d’Aizen diminuant devant cette décision incongrue.

Jour 1

Le géant de métal se dirigea doucement vers le terrain d’entrainement, décidé à réussir cet apprentissage. Malgré le schisme existant entre le raisonnement d’Aizen et le sien, il ne devait pas perdre l’occasion de s’armer pour les batailles à venir. En arrivant sur place Aizen conversait avec les trois seuls shinobis encore présent pour cet apprentissage. Akio, Hideko, Minako. Le Metaru se plaça derrière eux sans un mot complétant l’unique quatuor rescapé de l’épreuve traitresse. Il croisa les bras sur sa poitrine et ne pipa mot. Aizen justifiait son choix d’épreuve, essayant de faire comprendre l’incompréhensible. Ses mots resonnaient vides une nouvelle fois pour Akagi. S’il s’imaginait que le fait de braver un ordre prouvait une quelconque aptitude à retenir sa vessie face à une engeance du monde, le Nara nageait encore plus dans l’erreur que le Metaru le croyait. Il ferma les yeux et baissa la tête un cours instant. Puis se focalisa sur le tableau d’ensemble. Il ne s’agissait pas du combat du jour, Akagi se concentra à nouveau, pour suivre les explications quant aux évènements à venir.
Rapidement ils se mirent en position, Akio proposant de faire des pauses en fonction des besoins de chacun mais de limiter les coupures un maximum. Ils commencèrent à l’unisson réalisant les mudras et essayant de synchroniser leurs exécutions. Le compte à rebours avait commencé.

Le céleste commenta l’enseignement proposé par Aizen, commentaires habituels pour Akio dont la nature libéré et franche ne le bridait que peu lorsqu’il s’agissait de s’exprimer. Une fois n’était pas coutume le coéquipier du taijutsuka réagit à ce commentaire, pensant qu’Akio ressentait la même chose que lui :

« Une mascarade injustifiée..., murmura-t-il à la seule attention d’Akio »

Le Metaru se tut secouant seulement la tête en acceptant le jus d’orange proposé par Akio. Puis rapidement ils reprirent leurs essais

Jour 2

La sphère ondulait légèrement preuve d’une instabilité toujours présente dans la formation du quatuor que la perte de luminosité vint encore plus perturber. Des cris puissants expliquaient la raison de leur perte de connexion subite, la sphère explosant alors que la banshee dévoilait la puissance de ses cordes vocales. Akio se para de la coiffe du mentor et par ses mots rassura la jeune kunoichi, Akagi lui emboita le pas et renchérit en se basant sur leurs expériences partagées au sein du Kyuubu notamment connaissant l’importance que revêtait ce corps, pour la jeune femme :

« Minako, Akio a raison. Tu possèdes la détermination nécessaire pour braver tes peurs. Je l’ai vu, durant ton interrogatoire alors que tu restais stoïque face à mes questions portant sur un de tes proches. Alors que tu rendais ton propre jugement sans laisser tes sentiments interférés. Je l’ai vu à Humy quand tu es revenu sur les traces de ton passé difficile sans sourciller. Relève-toi. Sans toi nous ne pourrons protéger Kumo. »

Akagi appuya sa dernière phrase cherchant à jouer sur la loyauté de Minako qu’il savait importante pour la jeune femme.

Jour 3

Le vent soufflait fort sur le terrain d’entrainement alors que l’équipe cherchait à créer la technique parfaite. Bientôt la moitié du temps serait écoulé. Ils arrivaient à se synchroniser, la taille de la sphère s’approchait de l’objectif mais le maintien de la technique restait encore à améliorer. L’équipe progressait bien jusqu’ici. Aujourd’hui cependant le Nara semblait vouloir empêcher ses élèves de matérialiser quelconque orbe. Le vent les déstabilisants sans cesse, redoublant de perfidie pour venir à bout de leur vigilance et de la sphère qui naissait au centre de leur formation carré. Alors que l’équipe s’échinaient à se stabiliser et se synchroniser, malgré les affres du ciel, arrivant finalement à recréer la sphère, le coin de la cape d’Akagi propulser par le vent le frappa dans l’œil. Sur le coup il rata des mudras, la sphère explosant quelques secondes plus tard. Agacé Akagi jeta sa cape au sol et s’assit en tailleur et lança :

« Asseyons-nous pour avoir une meilleure stabilité ! »

A contrario de l’épreuve du papier Nara, Akagi approuvait la démarche choisit pour celle-ci. Mettre en situation réel les shinobis durant leur création afin de les préparer à toutes sortes d’assauts, rien de mieux qu’une situation réelle pour apprendre. Il imaginait que ses rafales de vents, aussi violentes étaient-elles, ne seraient pas les dernières cartes du Nara d’ici le septième jour. Il reprit la réalisation des mudras en boucle fermant les yeux après s’être assuré que tous suivaient pour ressentir à travers le chakra plutôt que par les sens la connexion les liants.

Jour 4

La foule d’enfant ne perturba que peu le Metaru. Père depuis plusieurs années désormais il était habitué à avoir un enfant turbulent lui courant autour et testant ses limites.

Jour 5

Aizen les regardait calmement sans esquisser de geste, le quatuor maintenait une sphère depuis quelques minutes déjà, ils la faisaient lentement grossir pour le moment se focalisant sur le maintien clé de voute de la technique. Un enfermement même réussit qui s’estompait rapidement ne servait à rien. Tous étaient concentrés sur la réussite de cette épreuve. L’harmonie qui régnait désormais entre eux lui avait semblé inatteignable quelques jours plus tôt. On aurait dit que l’animosité entre Akio et Hideko n’existait plus. Les écarts de niveaux entre la maitrise du chakra de quatre membres s’effaçaient devant l’harmonie de leur mouvement. Les huits bras se déplaçant de concert, réalisant la lancinante danse des mudras. Répétant encore et encore la même valse sans prêté attention au monde extérieur. La cape disparue des épaules du Metaru depuis les troisièmes jours posés au sol.

Soudain un déplacement furtif enchainé d’un coup de sabre passa à quelques cheveux de la tête de Minako, qui prise par surprise tomba au sol relâchant sa concentration. Akio, Hideko et Akagi cherchèrent à compenser le manque en augmentant leur flux de chakra mais la spontanéité de la frappe du Nara ne leur laissa le temps et la sphère de chakra explosa repoussant les trois compères encore debout au sol eux aussi. Le souffle puissant de l’explosion démontrait de la qualité du travail réalisé jusqu’ici. Le Metaru se tourna et remarqua Aizen en retrait le visage de marbre, comme s’il n’était jamais intervenu.

Akagi proposa une pause à ses coéquipiers afin de se désaltérer. Voici donc l’épreuve du jour. Le Metaru fit part de sa compréhension aux vues de ses connaissances de la rudesse des enseignements du Nara :

« Je pense que nous devons apprendre à esquiver sur place tout en maintenant la technique. Bien qu’il n’ait touché Minako et connaissant Aizen. Il devait utiliser cette frappe comme prévention. Désormais il cherchera sûrement à toucher. Nous devons observer et anticiper la fluctuation émanant de la personne qui doit effectuer l’esquive. Les trois compenseront cette fluctuation. Nous devons rester sur le qui-vive.»

Alors qu’il prononçait ses paroles Akagi repensait à son apprentissage de l’esquive rapide avec Aizen et son bras qui n’était pas passé loin d’être détaché de son corps. Cette situation comme un parallèle ravivait ses souvenirs. L’équipe se plaça une nouvelle fois ouvrant l’œil, se préparant aux offensives du Nara. L’ombre attaquait de diverses manières, frappe au sabre, pieux de terre et autres joyeusetés de son panel ahurissant de techniques. Ses élèves esquivèrent les quelques assauts qui suivirent, chacun son tour en fonction de la cible du Nara. Ils compensaient le temps de distraction comme ils le pouvaient. Au fur et à mesure de la journée cette fluctuation dans leurs synchronisations s’amenuisait. D’un part le quatuor arrivait de mieux en mieux à garder leurs concentrations malgré les mouvements nécessaires pour éviter les assauts du Nara et d’autre part tous avaient remarqué après avoir subit quelques attaques qu’en définitive Aizen ne visait pas réellement leur corps mais cherchait simplement à les déstabiliser. En fin de journée Hideko ne prêta même pas attention à la lame de vent passant dans son dos restant de marbre. Tout son corps immobile à l’exception de ses bras s’acharnant à réaliser l’enchainement de mudras nécessaire. La nuit tombait lorsqu’Aizen quitta le terrain d’entrainement sonnant la fin de la journée pour lui. L’équipe quant à elle ne s’arrêta pas pour autant. Les septs jours coulaient vite entre leurs doigts endoloris par les mudras répétés. Ils devaient gravir cette dernière marche les approchants du succès mais qui semblait si haute encore.

Akio eut la présence d’esprit, alors que seule la lune baignait désormais le terrain de sa pâle lumière, de sonner la retraite. Tous acceptèrent sans rechigner, Akagi se laissant aller au sol pour respirer. L’exercice lui drainait toutes ses forces. Lors du deuxième jour, Il avait construit avec Hideko une sorte de cabane en métal composé uniquement de quatre pans de mur, d’un toit plat et d’une ouverture rectangulaire sans porte. L’autonome ne permettant pas d’assurer un reveil au sec, ils avaient imaginé ce compromis ensemble afin de gagner en efficacité.

Les quatre membres se retrouvèrent dans cette cabane de fortune. Chacun ayant amené quelques fournitures pour se reposer dans un confort rudimentaire. Ils échangèrent quelques victuailles. Hideko se tenait debout contre le pan d’un mur silencieuse comme à l’accoutumée. Akio allongé sur le dos, les mains sous son crâne, contemplait le plafond en métal, certainement entrain d’analyser le jour passé et d’imaginer comment ils pourraient s’améliorer. Le Metaru assis la tête posée contre le mur froid reprenait des forces tranquillement. La voix de Minako s’éleva, la chanteuse du groupe, assise en tailleur, les envouta d’une mélodie, les aidant à sa manière à faire le vide, à chasser les penser parasites et apaiser les esprits fatigués. Offrant ainsi un moment de répit au quatuor subissant l’enseignement le plus rudes qu’ils avaient eu à subir jusqu’ici. Le Metaru remercia Minako pour ce chant et échangea quelques banalités, évitant de parler de l’entrainement profitant de cette accalmie pour souffler avec ses camarades Kumojin. Il s’endormit quelques minutes plus tard comme une masse, ses ronflements ne gênant guère le reste de l’équipe tout aussi exténué que lui.

Jour 6

Au petit matin ils sortirent un à un de la cabane de métal se préparant avant même l’arrivée d’Aizen à recommencer leur entrainement. Alors qu’il s’étirait, il encouragea l’équipe comme il le faisait tous les matins, afin de commencer la journée de manière positive :

« On est sur la bonne voie, la taille est presque parfaite à mon sens. On doit juste la maintenir un maximum de temps. Je ne sais pas ce que nous réserve Aizen aujourd’hui mais nous pouvons le surmonter ! ensemble ! »

Rapidement ensuite ils se placèrent en formation et commencèrent à réaliser les mudras que désormais leurs corps connaissaient par cœur. Sans même y penser où échanger ils se synchronisèrent et un petit orbe pâle apparut au centre de la formation, elle grossit d’un coup, devenant transparente puis sembla se remplir rapidement d’une sorte de fumigène blanchâtre, redevenant opaque après quelques secondes. La rosée du matin encore présente, le chant des oiseaux, les bruits lointains du village qui s’éveillait. Ils entendaient tout, voyait tout sans pour autant voir et entendre. Seul leur création importait et pourtant ils ressentaient leur environnement afin de parer aux éventualités. Ils se sentaient prêt à en finir avec l’apprentissage de cette technique en ce jour. Avec de l’avance sur ce qu’Aizen imaginait. Akagi se sentait plus que confiant, leur synchronisation parfaite, la taille, tout assurait une réussite. Seule leur endurance restait à tester. Hideko mit en paroles ce que tous pensaient. Ils devaient maintenir cette sphère en vers et contre tout afin de déterminer quelle était leur limite.
Elle finissait à peine son intervention, qu’une nouvelle fois du coin de l’œil Akagi aperçu le shinobi blanc. Il passa, d’un seul pas, à travers la sphère d’éther. Rengainant sa lame de l’autre côté sans qu’aucun ne l’ait vue la dégainer. Quand il eut finit son mouvement, dans un bruit clair caractéristique de l’arme noble du samouraï, la sphère se fendit en deux.... puis s’écroula sur elle-même, propulsant le géant de métal et ses compères une nouvelle fois au sol.

Aizen leur lançait un tout autre défis qui se passait d’explication devant sa démonstration. L’équipe devait protéger leur création. Tous se relevèrent, Akagi maugréa dans sa barbe mais ne pouvait qu’accepter la logique de la démarche. Akio semblait aussi irrité mais retenu un commentaire acerbe. Minako resta calme elle aussi, seulement agacée de finir régulièrement sur son arrière train. Hideko dont le tempérament prêtait rapidement à la colère resta étrangement stoïque comme si dans le cadre actuel elle se détachait de sa condition et préférait garder l’esprit focalisé sur l’enseignement. Akagi leur proposa de discuter deux minutes. Ils se rapprochèrent :

« Vous vous rappelez des directives d’Aizen ? »

Minako les cita à la perfection de mémoire :

« Exactement. Nous sommes capables désormais de compenser lorsque l’un d’entre nous est distrait ou attaqué ! Peut-être peut-on… »

Hideko continua, ayant saisit son idée :

« Compenser un court instant la perte d’un membre pour qu’il défende la sphère pendant un laps de temsp ! »

Akio renchérit :

« Logique. Pendant une bataille, on pourrait se retrouver sans défense. Il faut qu’on puisse se protéger seul. La perte d’un membre n’est pas comme une légère fluctuation... plus lourd à compenser et sur un temps plus court »

Akagi reprit :

« Oui, il faudra encore plus l’anticiper.»

Minako prit alors la parole de sa voix fluette :

« et euh.. il faudrait pas qu’on se tamponne pas en voulant protéger la sphère. Enfin qu’on soit pas deux en même temps quoi! »

Tous acquiescèrent. Comment assurer que deux membres ne réagiraient pas instinctivement pour protéger la création la conduisant forcément instantanément à sa perte ? Hideko prit la parole :

« On pourrait dans un premier temps annoncer oralement quand on relâche les mudras pour défendre la sphère. »

Une nouvelle fois l’équipe acquiesça à l’unanimité, dans le temps imparti il s’agissait de la meilleure option, il pourrait s’améliorer plus tard. Akio ajouta :

« Et pour éviter d’être plusieurs on va faire simple. On représente les quatre points cardinaux. Chacun s’occupe de son côté pour défendre le plus efficacement et réduire le temps de compensation. »

L’échange avançait tous ajoutèrent leurs pierres à l’édifice de la cohésion d’équipe, le grand metaru enchaina :

« Si une attaque vient entre deux membres, il faudra procéder avec logique. A état équivalent le shinobi ayant une meilleure défense se chargera de la défense. Si l’un ou l’autre et affaibli forcément son binôme du moment interviendra à sa place. »

Enfin Hideko ferma la conversation :

« Dans ce cas, le mieux est qu’Akagi se place sur le côté qui m'est opposé. Notre don héréditaire gage de défense solide. »

Leur raisonnement sans faille se finissait ils allèrent se positionner. Une nouvelle fois créant cette sphère de chakra pur. Après quelques secondes ils scrutaient chacun son tour les mouvements du Nara quand il entrait dans leurs champs de visions respectifs.

Akio fut le premier à devoir agir, il héla ses coéquipiers en quittant son poste. A une vitesse impressionnante le taijustsuka attrapa le bras du Nara avant même qu’il ne puisse abattre son attaque sur la sphère. Tout aussi rapidement il revint à sa place reprenant le fil de ses mudras alors que ses coéquipiers commençaient à ployer sous la masse de chakra à conserver. Il l’accueillir dans la formation avec soulagement.

Minako d’eut s’employer ensuite envoyant une vague sonore vers le Nara qui s’apprêtait à envoyer une nouvelle frappe sur la sphère. Son cri porté aux tympans d’Aizen le déstabilisèrent le faisant manquer sa cible. Cependant cette fois-ci l’équipe ne réussit pas à tenir le temps de l’absence de la jeune femme. Ils comprirent de concert où ils avaient fauté. Akio s’était déplacé si vite qu’ils n’avaient constaté le phénomène auparavant mais ils devaient réajuster leur position car en cas de membre manquant le chakra s’effondrait sur le côté du carré inoccupé. Ainsi ils commencèrent à s’ajuster. Transformant la formation en triangle équilatérale puis en carrée au gré des attaques d’Aizen.

Après plusieurs assauts Aizen s’arrêta quelques temps. Puis il enchaina deux frappes plus rapprochées qu’auparavant obligeant tout d’abord Hideko à sauter et se parer d’un bouclier de métal pour arrêter la lame de chakra puis Akagi à créer un mur pour protéger la sphère. Les Metarus quittant la formation presque coup sur coup déstabilisèrent la sphère une nouvelle fois. Portant l’équipe vers un nouvel échec.

La journée continua ainsi, les attaques d’Aizen variant désormais entre plusieurs frappes consécutives pour obliger les membres à se relayer rapidement ou des frappes simples mais plus puissantes engendrant une absence prolongée d’un seul membre. Le professeur cherchait toujours à amener au point de rupture les quatre élèves pour qu’ils s’améliorèrent constamment.

A la fin de la journée alors qu’Aizen quittait les lieux. Akio, Hideko, Minako et Akagi gisaient tous au sol, exténués. Pas de séance de rattrapage nocturne pour eux ce soir. Seul un repos bien mérité les attendait. Repos qui annonçait l’aube du dernier jour…

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Jeu 17 Mar 2022 - 17:36

Aizen s’adressa à cette colère qui lui éclatait à la figure avec calme et stoïcisme, mais plus encore que son contrôle de lui-même, ce fut sa réponse qui la pris au dépourvue.
Ainsi il voulait déterminer leur détermination, leur volonté d’acquérir ce Kinjutsu, d’aller jusqu’au bout de cet apprentissage, même si pour cela il leur fallait désobéir à un ordre direct. Cela n’allait-il donc pas envers et contre tout ce qu’on leur avait toujours inculqué ? L’obéissance, le respect de la hiérarchie ?
Pour sûr, Hideko contenait sa colère, même si elle ne répondit point à la question d’Aizen. Cette colère, naquit de l’injustice qu’elle ressentit devant l’absence de la feuille signant sa réussite, ne lui était pas étrangère. Toute sa vie elle avait ressentie cette colère, toute sa vie elle avait ressentie cette injustice. Que ce soit celle-ci ou un autre, elle se devait de faire profil bas. Avancer, courber l’échine, sans quoi tout ce pour quoi elle se battait serait perdu.

Vinrent ensuite les explications d’Aizen, leur objectif : former une sphère de chakra pur, tous les 4 et ce malgré les perturbations toujours plus importantes qu’Aizen causerait au fur et à mesure que les jours défileront.
Une semaine qui s’annonçait donc longue, pénible, mais cruciale, car l’échec n’était, comme toujours, aucunement envisageable.


Le premier jour fut rude, comme tout commencement. Akio eût l’idée d’augmenter la charge chakratique à tour de rôle, afin que chacun d’entre eux puissent apprendre à compenser les faiblesses des autres, si la situation l’exigeait, ce à quoi Hideko ne trouva rien à redire et s’effectua, mais ce ne fut pas la seule chose à redire, car tout comme lui et Akagi, elle ne comprenait pas la pédagogie, ou plutôt le manque de pédagogie de leur supérieure. Ce n’était cependant pas la première fois qu’Aizen prenait des décisions discutables en la matière…


Le second jour, la fatigue fut déjà palpable, bien que la détermination de Hideko n’en fût en rien affectée, mais l’épreuve qui vint ce jour, parvint à égratigner cette détermination qui la caractérisait tant. Alors que tous les 4 recommencèrent leurs essais, Aizen créa un dôme afin de les plonger dans le noir, expérience qui ramena Hideko à de vieux démons, lorsqu’elle se faisait enfermer dans le placard à balai, ou pire encore, en guise de punition. Une claustrophobie, héritée de ses traumatismes passés, qu’elle peina à contrôler et qu’elle ne put cacher, son flux de chakra perturbée par ce vide qui apparut en elle. Les tentatives réconfortantes de ses camarades n’eurent que peu d’effet, si ce ne fût de l’agacer et donc de l’aider à se reconcentrer. Une journée particulièrement éreintante pour Hideko.

Le troisième jour, Aizen tenta de les déstabiliser à l’aide de puissantes bourrasques. Des tentatives qui eurent raison de Hideko plusieurs fois avant qu’elle ne parvienne à trouver une position stable, assise sur le sol, réduisant ainsi sa prise au vent.


Le quatrième jour, ce fut une armée d’enfant qui vinrent les déstabiliser, des enfants qui évitèrent d’approcher Hideko, tant les ragots qui courraient à son égard, de part leur parent, avait forgé une crainte envers elle. Plus que leurs cris et leur curiosité naturelle qui, bien qu’agaçante, ne la déconcentra pas, ce fut le fait qu’ils la firent penser à Aya, sa petite-sœur, qui la peina et la pesa. Cette réussite, ce Kinjutsu, tout cela était aussi pour Aya et elle le réussirait.

Le cinquième jour fut la moins pénible : Aizen les attaqua, sans jamais les toucher réellement, se contentant de les effleurer ; une pression psychologique qui n’affecta que peu Hideko, car c’était dans ce genre de situation que résidait toute sa force. Aussi, elle suivit l’idée d’Akagi et se contenta d’esquiver sur place quand la situation le nécessita, toujours concentrée sur l’enchaînement des mudras, sans jamais se relâcher.

Le sixième jour vint mettre à mal leur travail d’équipe. Leurs efforts avaient payé et ils étaient parvenus à créer une sphère quasi parfaite, mais les attaques d’Aizen, qui visèrent à trancher le chakra de la sphère, les déstabilisèrent au premier abord. Après discussions, tous les quatre décidèrent donc de se scinder en deux groupes : l’un défendrait les trois autres, pendant qu’ils composeraient son absence durant la réalisation du Kinjutsu et ce afin d’empêcher Aizen de pouvoir trancher la sphère de chakra.
Ainsi, il continua sans cesse de les pousser jusqu’à leurs retranchements et à la fin de la journée, tous quatre s’étalèrent sur le sol, exténués par tant d’efforts.

Le septième et dernier jour fut, Aizen vint à leur rencontre, tandis que tous les quatre se tenaient là, côte à côte, dans un silence qui trahissait leur fatigue respective. Il leur le défi de la journée, en apparence simple, puisqu’ils devaient simplement maintenir la sphère, mais ne pourraient ni se nourrir, ni boire, tandis que lui se repaissait toute la journée.

« Au moins ça, ce devrait être simple, contrairement à ce qu’on a mangé avant. » Dit Akio.

Une pensée partagée par Hideko qui ne voyait là aucune difficulté.

Cependant, après plusieurs heures à maintenir la sphère, ils comprirent bien vite leur erreur. Tiraillés par la fatigue d’une telle semaine, la faim et la soif eurent tôt fait de les assaillir et de les rappeler constamment à une triste réalité : Aizen qui, juste à côté d’eux, bien évidence, ne cessait de manger de produits tous plus succulent les uns que les autres. Les effluvent des plats en sauces, viandes et légumes titillaient leurs narines, les faisant saliver et éveillant une frustration.

« Vous êtes sérieux à manger si près là ?! Vous pouvez pas aller voir ailleurs ? » Cria Minako à Aizen.

Aussitôt, Akagi, Akio et Hideko purent ressentir la perturbation du flux de chakra de leur camarade, mais ils parvinrent à la compenser sans que cela ne perturbe la sphère de chakra, grâce au fruit de leur entraînement acharné.

« Minako, nous devons garder notre calme. Oublie-le, imagine qu’il n’est plus là. Si nous nous concentrons sur lui, alors il a gagné. » s’exclama Akagi.

« Plus facile à dire qu’à faire. » Ronchonna Hideko.

Cette dernière ne s’attendait pas à ce que cette privation eût tant d’effet sur elle et plus généralement sur eux tous, tant ils étaient habitués à sauter des repas, lors de missions par exemples, mais la fatigue engrangée, les continuels mudras qu’il fallait former et le drain de chakra avaient raison de cet entraînement si bien ficelé.

La seconde à voir son flux chakratique perturbée fut sans aucune surprise Hideko, dont l’agacement devenait palable, tant le souffle cours et les narines dilatés rendaient sa respiration bruyante. Contre toute attente, ce fut à nouvelle fois Akio, qui tenta de l’apaiser, de la calmer, suivie aussitôt de Minako et tous se promirent, en cet instant, de se payer un repas aussi gros qu’ils le pouvaient, dès qu’ils le pourraient.
Ainsi la journée avança, leur sphère restant stable, malgré les fluctuations des uns et des autres, jusqu’à ce qu’enfin, le soleil ne se couche et que le repos tant désiré ne s’approche d’eux.



_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !


Dernière édition par Metaru Hideko le Lun 4 Juil 2022 - 10:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Jeu 31 Mar 2022 - 16:52

Impressionnant.
Tout bonnement spectaculaire.

Telles furent les pensées du Nara, qui se développèrent au fil des jours pour finalement arriver à cette conclusion à la fin de la semaine : ils avaient réussi avec brio. Une réussite dont il n’aurait point douté mais qu’il n’attendait pas à un si haut niveau.

Un sourire. Qu’il arborait fièrement suite à la fin de journée du septième et ultime jour.

Ce dernier témoignait qu’il avait eu raison, une fois de plus. S’il avait constaté sans grande surprise que ceux qu’il avait sélectionné de par leur simple présence avaient le goût amer d’une injustice, lui constatait surtout que son choix avait était d’une précision sans faille. Peut-être avait-il éliminé dans le lot des shinobis capables d’aller au bout, mais ils s’étaient éliminés seuls, finalement. Tel était le principe d’une sélection. Refuser de protéger son village sous la simple contrainte d’un ordre, ça semblait si ridicule que le Nara n’imaginait même pas une seule seconde combattre une telle calamité aux côtés d’une personne si simple. Mais ce qui était fait était fait, et seul le bilan comptait : les quatre encore présents montraient très clairement qu’ils avaient l’étoffe de gardiens du pays.

Aizen arrêta de manger son festin qu’il se forçait à apprécier. Il aimait manger, il était toutefois ridicule pour lui de manger à outrance mais ici c’était nécessaire. Un exercice qui aurait pu sembler simple pour des shinobis au mental d’acier pouvait s’avérer très compliqué après une telle semaine.

Jusqu’ici il n’avait fait qu’ignorer les commentaires de chacun restant impassible tel qu’un ennemi impitoyable l’aurait été. Il se leva et s’épongea la bouche avec un tissu d’une qualité bien trop grande pour un tel usage. Il regarda avec insistance chaque membre du quatuor qui ne ressemblaient plus à rien après cette semaine. Il lança un regard vers cette cabane de fortune que les Metaru du groupe avaient monté. Il ne se serait jamais attendu à une telle cohésion de groupe. Quelque chose était né ici, c’était clair.

Il claqua deux fois des mains.

Non loin de là ceux qui ne représentaient que des soigneurs se réorientèrent rapidement en serveur. Derrière eux avait été caché un buffet sur roulotte encore plus grand que celui que venait de se forcer à apprécier le Nara. Ils s’activèrent à une vitesse inouïe pour débarrasser la table et la dresser de nouveau comme si rien ne s’était passé. Très vite, un nouveau banquet venait de prendre naissance au milieu du terrain d’entrainement. La beauté des ustensiles contrastait avec la rusticité des lieux.

Le Nara montra la table d’un geste ample et théâtrale.
« Tout ceci est pour récompenser votre travail de cette dernière semaine. Profitez, dans deux jours nous reprendrons pour l’étape finale de cet apprentissage. »
Il fallait qu’ils se détendent car bientôt ile reprendraient les hostilités, et à un tout autre niveau.
« Prenez votre journée de demain pour récupérer, vous en avez besoin. Rendez-vous ici dans deux jours. Pour la dernière étape, celle qui décidera si oui ou nous vous faites partis de ceux pouvant protéger le pays contre ces créatures. »
Sur ces mots il les laissa. Ils pouvaient savourer leur réussite dans une ambiance sans doute plus détendue qu’au départ. Ils avaient créé des liens ici qui étaient rares. Des liens proches de ceux que l’on crée sur le champ de bataille bien qu’ils ne soient pas aussi forts, cela était impossible. Tout cela aussi faisait partie du plan de formation du Nara.

Deux jours plus tard…
« Bienvenue. »
Ce fut le premier mot du Nara adressé au quatuor qui s’approchait de lui en cette ultime journée de l’apprentissage du Kinjutsu de la Barrière divine.
« Tout d’abord, j’aimerais évidemment revenir sur la prestation da la semaine qui vient de s’écouler. »
Impossible de ne pas évoquer leur excellente prestation de la semaine. Si le Nara avait fait quelques observations sur des points à améliorer il ne pouvait qu’admettre que cela relevait du détail. Dans les grandes lignes, ils avaient réussi à la perfection.
« Je vais être honnête, vous m’avez impressionné. »
Il balada son regard de calculateur d’un visage à l’autre. Etaient-ils fiers ? Ou ce résultat était si évident pour eux ? Mais peu importait ce qu’ils ressentaient, ils étaient là car ils avaient réussi et c’était tout ce qui comptait pour le Nara. Le but ultime de réussir à maîtriser cette technique comme celui de réussir à protéger le territoire face aux démons était tout ce qui comptait. Ils devaient faire abstraction du reste, ils l’avaient sans doute appris au cours de cette intense semaine.
« Je ne saurais même par où commencer tant il y a de points positifs à ressortir de votre semaine. Que ce soit votre organisation, votre communication, votre cohésion, vos remises en question, votre entraide, votre intelligence… Bref, il ne manquait rien. »
Aizen aimait bien ressortir les points négatifs pour terminer afin que ses élèves recherchent toujours la perfection car l’entrainement était souvent bien plus facile que la réalité du terrain. Les points négatifs dans des situations de crise pouvant devenir majeurs sous certaines circonstances. Mais il avait beau chercher, il ne trouvait rien. En réalité… Si, mais ils méritaient bien pour une fois qu’il passe là-dessus.
« Vous avez d’abord optés pour un placement simple mais ô combien important. Vous avez travaillé de façon méthodique en vous créant vous-mêmes des difficultés pour vous adapter à la réalité du terrain. Vous avez su ensuite vous adapter à chacune des difficultés que je vous ai imposé. Chacun ayant ses facilités sur l’une d’elle aidant ceux qui en avaient moins, c’est le principe même d’un groupe. Malgré la fatigue tant mentale que physique vous avez su garder la tête froide pour vous relever après vos échecs pour trouver une solution rapide et efficiente, n’hésitant pas à réorganiser votre dispositif pour vous adapter à la réalité du terrain. Vous avez su même assimilé l’essence même de la technique. Ce sans quoi vous n’auriez pas pu tenir la sphère alors que l’un de vous pouvait être occupé. »
Puis pour conclure sur ce qui était passé.
« Vous avez présenté là toutes les qualités que l’on attend de vous pour ce genre de mission, vous avez été remarquables. »
Il fallait maintenant se reconcentrer sur le présent.
« Vous comprendrez bien vite que tout ce que vous avez subi vous sera utile. Mettez-vous en position, vous allez réaliser votre première véritable Barrière Divine. Dès que vous êtes prêts… »
La Nara attendit, il ne doutait pas qu’il leur faudrait que quelques minutes voire moins pour ériger une barrière après un travail de si longue haleine. Mais là n’était pas l’enjeu de cette étape.
« Vous vous en doutez, le jour où vous devrez réellement mettre en œuvre cette barrière le monstre qui sera piégé à l’intérieur ne se laissera pas faire. »
Le Nara réalisa un mudra puis un clone apparu à ses côtés. Il commença lui aussi à faire d’autres mudras, tout comme l’original. En face de lui le quatuor devait déjà avoir stabilisé une barrière divine tel que les Gardiens l’avaient créé.
« Vous devrez être capables de vous protéger afin que la barrière perdure pour protéger les infrastructures environnantes, les personnes mais aussi l’équipe de scellement dont les membres ont besoin de temps pour mettre en œuvre leur jutsu ! »
Aizen était obligé de crier pour couvrir le vent qui commençait à se former bruyamment devant lui. Contrairement au Raikage lors de son apprentissage il ne pouvait pas simuler les attaques de démons car Aizen n’était pas du genre à miser sur la puissance destructrice mais plus chirurgicale. Néanmoins, il avait dans son répertoire de quoi faire trembler le quatuor.

Alors que les tornades et les ombres fonçaient sur le groupe le Nara ajouta.
« Vous devez réussir à vous défendre tout en maintenant la barrière, voilà en quoi consiste cette étape ! »
Les tornades ravageaient le sol sur le chemin ne laissant que des débris sur leur sillage et les bourrasques paraissaient si puissantes qu’elles semblaient déchiqueter l’air lui-même. Mais ce n’était pas tout, en dessous, progressait des ombres qui de par leur nature n’étaient pas le moins du monde gêné par les tornades. Bien au contraire, les débris de roche qui s’accumulaient dans le cataclysme permettaient aux ombres de se démultiplier.

Nul doute qu’il aurait déjà était compliqué pour eux de se défendre d’un tel assaut et pourtant… Ils devaient le faire tout en conservant la barrière. Un défi de taille, à la hauteur des affrontements qui pourraient les attendre plus tard.


Résumé:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mar 19 Avr 2022 - 21:53
La fatigue accumulée n'était pas grand chose à côté du ressenti du Kentoku lorsqu'il comprit la dernière trouvaille de son sensei pour déstabiliser le groupe. Fixant celui-ci tout le long de l'exercice, laissant son instinct gérer la manipulation du chakra, devenue bien plus automatique que ce qu'Akio avait pu espérer. Ce fut un véritable succès.

Alors que le gradé à l'allure travaillée continuait de se sustenter à profusion, il claqua des mains, marquant la fin de la récréation pour tous. Les quatre shinobis, dont l'aspect rendait compte pour eux des aléas traversés durant cette éprouvante semaine de travail, ne comprirent pas de suite ce qu'il se jouait devant eux : un ballet inarrêtable des faire-valoir qui accompagnaient Aizen, laissant apparaitre un véritable banquet pour ceux qui avaient réussi l'exercice. Pour l'une des premières fois depuis qu'il avait intégré les forces militaires de Kumo, Akio pu percevoir, presque sentir, une once de fierté émanant du Samourai. Alors, doucement, il approcha de la tablée et vint d'abord se saisir d'une énorme quantité d'eau qu'il ingurgita n'importe comment. Une bonne rasade vint recouvrir ses vêtements qui étaient déjà dans un piteux état.

Pour la nourriture, Akio ne prit rien de lourd, conscient de la dangerosité de se laisser aller après avoir jeûné une journée : quelques légumes, des fruits, et du riz vinaigré qu'il prit son temps pour manger, en profitant de l'instant et du calme pour souffler un bon coup avant de saluer ses trois camarades et de rentrer chez lui.

La soirée fut courte, et à peine après avoir dépassé le palier de la porte, le Chûnin s'effondra sans même s'en rendre compte, en s'endormant sur le tapis de son salon, à peine un coussin pour soutenir son cou dans la nuit. Le lendemain, la journée fut dédiée à la récupération : une alimentation continue et légère pour reprendre des forces, des micro-siestes d'une trentaine de minutes toutes les heures et demi pour l'énergie. Aucune activité physique ni intellectuelle, pour être prêt pour le lendemain.

- - - - - -

Lorsqu'il arriva sur le lieu de l'entrainement, il rejoignit ses compagnons d'infortune pour ce qui s'avançait comme la dernière étape de leur pèlerinage. Il ne serait pas déçu.

Tout commença par un débriefing, très agréable d'ailleurs, où les félicitations se succédaient. Vint ensuite ce qui intéressait les quatre kumojins : la suite. Ils allaient créer leur première barrière divine. La tête légèrement vers le bas, le sourire qui habilla à cet instant le visage d'Akio témoignait de la confiance qu'il accordait à ses camarades. Alors tous se placèrent, chacun à un point cardinal différent. Ils exécutèrent ensemble une parfaite barrière, comme celle attendue de ceux maitrisant cette technique particulière. L'osmose était puissante, presque transcendantale.

Il fut rappelé à la réalité lorsque le Nara évoqua les entités dites divines comme des monstres incontrôlables, définition que le jeune homme ne partageait en rien avec le Nara.

Akio se redressa, en écoutant la suite : Savoir se défendre dans le même temps que la solidification de la barrière. Toute leur semaine avait été voué à cette finalité, et il savait pertinemment que chacun allait pouvoir apporter sa pierre à l'édifice. Un clone apparu aux côtés du Nara, puis les deux se lancèrent dans différents mudras. Une tempête de tornades infernales se rapprocha du groupe, la communication devint alors de suite bien plus complexe... Puis du duo enseignant se propulsa une ombre massive. Double attaque de zone... Très complexe à appréhender. Akio fut l'un des premiers à réagir, lâcha quelques instants la barrière en exécutant de nouveaux signes.

Une grandiose fabrication de pierre ailée au large bouclier se construisit, accroupi, les ailes repliées et le bouclier sur le dessus. Akio en son centre, érigé sur ce qui s'apparentait aux jambes de la création. Reprenant ses mudras liés à la barrière, le Céleste fit ce qu'il fallait pour se retrouver dans un petit refuge qu'il espérait suffisant pour se défendre. Aussitôt il augmenta l'intensité de son chakra, pour subvenir aux affaiblissements successifs de ses compagnons d'arme.

Technique utilisée:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Mer 20 Avr 2022 - 9:10
La semaine fut ô combien épuisante pour Minako. Tellement qu'elle n'a pu ingérer grand chose en cette fin de journée, et qu'une fois rentrée chez son père comme prévu, elle ne lui a pas souhaité une bonne soirée qu'elle s'est déjà endormie. Elle a enfin pu avoir des nuits de sommeil correctes.

Ayant compris à quel point le repos est important, la demoiselle a pu en profiter de manière à ce qu'en ce jour, elle paraît bien plus en forme que la dernière fois qu'ils étaient réunis. En position pour créer la barrière divine, le quatuor se met en place pendant que Aizen leur donne les consignes. Rassurée d'avoir au final été assez forte pour compléter la puissance des trois autres partenaires, de part les félicitations que le groupe a eu, Minako ne peut être que plus sereine pour la suite de cet apprentissage.

C'est alors que celui-ci les attaque, que l'un crée de violentes tornades alors que l'autre manipule ses ombres pour que tout le monde puisse être pris au piège. Minako ne réfléchit pas une seule seconde : presque immédiatement après que Akio ait invoqué un avatar de terre, protecteur, et qu'il reprenne ses mudras pour la barrière, la jeune kunoichi, se considérant comme faible jusqu'ici, elle se met à crier de manière puissante, violente, pour percer les tympans de celui qui manipule les ombres… dans l'objectif qu'il ne puisse plus les contrôler à l'instant T.

Ce fut comme si l'avatar de terre avait crié après son apparition, comme si le message à travers cette coïncidence est qu'il est impossible de faire flancher la volonté Kumojin pour protéger la nation. Minako n'y a pas prêté attention, se contentant de reprendre les mudras de la barrière, donnant le meilleur d'elle-même, de manière plus puissante que ses précédentes prestations…

Désormais assez fière, à l'esprit calme et purifié de pensées parasites, afin d'égaler ses camarades.

Techniques utilisées
Minako crie en ciblant la version de Aizen qui utilise la manipulation des ombres majeures.

BARRIÈRE DIVINE
Technique de rang A ─ Apprentissage
Kinjutsu ─ Ninjutsu ─ Maintenue

Technique apprise par Meikyû Raizen.L'utilisateur, et trois autres alliés, composent une succession de mudrâs pendant plusieurs minutes pour former une barrière de chakra suffisamment importante pour contenir le pouvoir d'un Dieu et empêcher ce dernier d'agir. Cette technique interdite, aussi appelée Kinjutsu, est l'héritage des Derniers Gardiens.

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Reiu
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Dim 24 Avr 2022 - 17:40
La semaine arrivait à sa fin, le claquement de mains d’Aizen résonna comme la fin de leurs martyrs. Des cernes profonds et un estomac dans les talons accompagnaient depuis plusieurs heures le quatuor qui se voyait récompenser, de leurs efforts joints, par un festin digne des rois. Fidèle à lui-même le Nara savait être dur, froid et rude instructeur mais il récompensait avec faste la réussite, démontrant toute son appréciation pour l’excellence. Une annonce de repos finit de pansée les esprits fatiguées, tel un baume annonciateur d’un bien être retrouvé. Akagi mangea avidement mais en silence trop exténué pour demandait quoi que ce fut. La récompense duement consomée, il se retira dans sa demeure pour profiter des deux jours de repos, administrant un sourire et salut à ses camarades qui eux aussi avait retrouvé quelques couleurs grâce aux montagnes de victuailles apportées par Aizen. Son mentor qu’il salua aussi d’une courbette respectueuse. Il ne voyait pas toujours du même œil les actes du Nara cependant le Metaru ne pouvait que constater des résultats actuels sur l’équipe qu’il menait vers le terme de cet apprentissage. Son cerveau enkylosée par la fatigue se rappela à lui, et c’est la tête vidée de toute autre pensée qu’il arriva chez lui pour un repos bien mérité.

~~~~

« Bienvenue »

Droit comme un I, Akagi se sentait prêt à déplacer des montagnes. Il espérait bien que l’équipe verrait le terme de leur apprentissage. Ecoutant les paroles d’Aizen cherchant la lueur au bout du tunnel, quelque peu anxieux de devoir revivre une autre semaine comme celle qu’ils venaient de vivre. Les chaudes félicitations du Nara ne laissèrent la place à une sempiternelle piste d’amélioration étonnant Akagi. Avaient-ils été si parfait ? Où Aizen faisait il le choix de ne pas ternir un tableau qu’il jugeait à la hauteur de ses attentes. Le Metaru ne pouvait le savoir mais sa fierté se trouva redorée par ce simple fait. Connaissant le perfectionisme de son senseï, ce simple fait prouvait d’une exécution de haut vol. Puis vint, le moment tant attendu. La fine équipe, les quatre membres du corps shinobi encore debout pour apprendre ce jutsu interdit, d’une importance capitale pour l’avenir du village, allait créer leur première barrière. Ils allaient entamer le sprint final afin de rejoindre le cercle fermé des défenseurs Kumojin. De l’élite même des défenseurs Kumojin. De ceux capables de retenir la puissance du divin, des bêtes nées du chakra lui-même.

Akagi garda son calme. Bien qu’il bouillât d’impatience à l’idée de s’essayer à ce fabuleux exercice, stoïque il attendit d’entendre où se situerait la bûche. Nul doute que la semaine passée les avait préparé à créer une barrière parfaite mais le Nara n’était pas connu pour la facilité de son enseignement. Pourtant il les laissa procéder. Akagi regarda ses coéquipiers et lança :

« On garde notre formation. Comme la semaine passée. Face à face, Akio et Minako, Hideko et moi. »

Cette formation leur permettait de jouir un maximum des capacités défensives apportées par le métal des Metaru et avaient contribué à leur réussite de la semaine passée. Chacun se positionna dans un coin du carré que représenterait la barrière une fois crée et d’un seul homme en parfaite symbiose ils réalisèrent les mudras nécessaires. De chacune de leurs positions, un mur translucide, un mur éthéré commença à grandir tout d’abord horizontalement jusqu’à ce que chaque coin soit joint. Puis rapidement il prit de la hauteur comme souhaitant toucher les cieux. La toiture de cette construction commune apparu et tel une clé de voute équilibra l’ensemble. Joignant leurs chakras respectifs en un tout indestructible. Akagi souriait, il ne doutait pas de la solidité de l’édifice, il le sentait dans ses mains, leurs chakras respectifs pulsaient à l'unisson. Il pouvait presque voir les fils des chakras qui sortaient de ses camarades puis rapidement les voir se mêler aux autres pour créer cette force homogène dont la puissance tutoyait celle des dieux. Les fils de chaque chakra semblait irradier autour des silhouettes des quatre compagnons avant de s'estomper dans l'éther de la barrière. De fins rayons pourpres, dorées, d'ébènes et grenats qui sortaient des pores d'Hideko, Akio, Minako et Akagi dans une synergie totale.

Soudain le couperet tomba. Akagi l’attendait plus tôt mais Aizen annonça la couleur de la véritable épreuve. Il s’occuperait personnellement de les attaquer pour mettre au défi leur capacité à se protéger tout en gardant la barrière intacte. Un nouveau défi de taille qu'il offrait à ses élèves. Un clone apparu à ses côtés. Puis de nombreuses tornades qui grossirent rapidement, obligeant Aizen à crier la fin de ses explications. La tempête qui s’approchait d’eux bloquait la vision du Metaru, l'empêchant de voir ce que préparait l'original réalisant de nouveaux mudras. Essayant de se focaliser sur les mains du Nara afin de constater s’il utiliserait les arts de son clan, souvent marqué par un maintient du dernier mudra, il dû abandonner les tornades lui cachant totalement la vue. Aux grands périls, les grands moyens. Akio et Minako réagissaient déjà. Le premier en se couvrant d’une couche de pierre ressemblant à un soldat agenouillé. Minako d’un cri chirurgical sûrement dans l’espoir d’explosé le clone et s’affranchir de menaces supplémentaires. Akagi savait ce que lui et Hideko devrait faire. Son tour arrivait, il relâcha la barrière un instant et réalisa de rapides mudras. Créant entre la tempête dévastant le terrain d’entrainement et eux un imposant mur de métal, afin de protéger ses camarades et lui-même. Le cataclysme semblait inarrêtable et malgré sa défense représentant son meilleur atout et l’aboutissement actuel de ses capacités, il savait que seul le travail d’équipe les sauverait. Reportant son attention sur sa tâche, il regarda Hideko qui enchainait déjà. Seuls ils n’avaient aucune chance. Ensemble ils arriveraient peut-être à contrer le Ragnarök qu’avait déclenché Aizen.

Techniques utilisées:

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Lun 4 Juil 2022 - 10:48

Enfin. Enfin les fruits de leurs efforts acharnés, de ses efforts payèrent et Aizen mit un terme à ce test. Hideko, exténuée, relâcha la technique, ses bras tombant le long de son corps. Les yeux fermés, debout, immobile, elle prit une profonde inspiration, puis expira, extériorisant ainsi toute la fatigue, tant physique que mentale. Son corps criait l’épuisement et son ventre famine. Une famine qui fut d’autant plus attisée par le festin que leur professeur avait préparé pour eux.
Hideko, cependant, se refusait à ainsi se laisser aller. Non, il était hors de question, trop de regards, trop de visages qui, dès qu’elle aurait le dos tourné, en profiterait pour répéter, déformer, amplifier ce qui se passerait là. Aussi, elle remercia ses camarades, se saisit d’une simple sucrerie, d’une boisson chaude, puis, après les avoir consommées, s’en alla vers un repos bien mérité.

Deux jours plus tard, Hideko se présenta au rendez-vous qu’avait fixé Aizen. Là, en ce lieu, à cet instant, allait se dérouler leur dernière épreuve. Ultime test qui validerait ou non leur apprentissage du Kinjutsu. Ultime examen qui déterminerait s’ils pourraient faire face à un dieu, si un jour le besoin s’en faisait sentir.
Quand tous furent réunis, Aizen présenta le tableau et aux félicitations de la réussite des jours précédents vint le défi : celui de tenir face à ses assauts répétés. Celui de résister face à l’avant-goût de ce que pourrait être le déluge que ferait pleuvoir sur eux un Dieu et surtout, tout en maintenant la barrière.
Alors tous se mirent en place. Tous se concentrèrent, manipulant leur chakra pour faire apparaître devant eux, face à Aizen, la barrière. Ce dernier contre attaqua : une première technique d’une puissance inouïe et une deuxième, plus insidieuse : la manipulation des ombres. Tous à leur tour élevèrent leurs défenses pour les protéger, à l’exception de Minako qui fit une contrattaque calculée, afin de déstabiliser leur ennemi. Tous à leurs tours relâchèrent la barrière, faisant de fait peser le poids de la technique sur ses camarades qui tinrent bon.
Quand enfin ce fut à elle, Hideko relâcha la barrière. La sueur de son front témoignait de la fatigue liée à la manipulation constante de la technique et de son chakra, art qui, bien que maintenant entraînée, n’était en aucun cas son point fort, comme elle l’avait malgré elle bien trop montré.
Ses mains toujours jointes, elle effectua une série de mudra. Devant eux se dressa alors un mur d’acier, jaillissant du sol, s’élevant dans les cieux, afin de les protéger de l’ultime attaque de leur adversaire. De faire barrage face à ses assauts répétés.
Une ultime défense.



Infos:

_________________
Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

Barrière divine - 3eme édition - Page 2 Empty
Sam 9 Juil 2022 - 18:01

Avant dernière étape avait-il dit, ils l’avaient fait mentir.

Une osmose parfaite, voilà ce qu’i lavait pu observer. La barrière s’érigea sans aucun problème, dans un calme olympien. Jusqu’ici aucune surprise. La semaine à travailler le moindre détail avait forcément porté ses fruits, réaliser cette barrière était devenu presque un jeu d’enfant pour eux. Nul doute qu’ils pourraient rester ainsi de très longues minutes sans que la barrière ne connaisse la moindre interférence.

Mais en ce jour la difficulté résidait tout autre part. Il l’avait dit et ils le savaient, ils ne se retrouveraient jamais dans une situation où ils pourraient ériger la barrière sans se soucier du reste, par définition cette barrière serait là qu’en cas de grand désordre. Et le défaut de cette technique était notamment de rendre vulnérable ceux qui l’érigeaient. Elle protéger ceux qui se trouvaient à l’extérieur oui pour éviter que la créature en son sein ne détruise tout en un éclair. Mais ceux au plus proches restaient que de vulgaires fourmis face à l’immensité.

Mais les fourmis pouvaient surpasser en travaillant en équipe. C’étaient ce qu’ils devaient faire. Chacun était sans doute assez fort pour résister seul à l’assaut. Mais c’était en groupe qu’ils devaient surmonter cette épreuve et avec comme témoin cette barrière qui devait rester debout.

Les cibles réagirent de concert superposant les deux défenses tout en reprenant la charge chakratique les uns après les autres. Pour couronner le tout le clone se fit attaquer. Meilleure défense contre les ombres Nara. Ne pouvant rien faire d’autre que d’encaisser en étant en pleine manipulation le clone ne put que disparaître en subissant le supplice sonore qui lui fut porté.

Le Nara déplora quand même le fait que chacun dure utiliser une protection individuelle pour se défendre. Certes ils les utilisèrent de façon à ce que ça fonctionne en équipe car un mur pouvait par exemple protéger plusieurs personnes. Mais il aurait préféré voire quelque chose de plus spécifique. S’ils étaient prêts pour utiliser la barrière il ne fallait pas négliger les à côté.

Une fois que la tempête fut passée et le silence revenu le Nara s’approcha tout en applaudissant lentement mais fortement.
« Détendez-vous, il n’y aura pas d’autre assaut. »
Il espérait bien qu’ils ne baisseraient pas leur garde juste par que le Nara leur disait de le faire… Même si effectivement, c’était la fin de l’apprentissage alors que le début semblait si proche et si éloigné à la fois.
« Votre maîtrise de la barrière est excellente que ce soit sa stabilité, sa force ou encore son ampleur. »
Il s’arrêta net et leva un doigt en guise d’avertissement.
« Néanmoins, l’assaut que j’ai mené là est très loin de tout ce que l’on devra affronter si jamais une telle rencontre doit arriver. Il faut que vous travailler encore votre puissance et votre polyvalence. J’aurais préféré voire une protection de groupe d’une toute autre ampleur. Cela aurait permis à au moins deux d’entre vous de pouvoir se concentrer sur autre chose. »
Aizen baissa son doigt et ferma les yeux pour afficher un visage satisfait.
« Pour ce qui est du sujet de l’apprentissage vous avez réussi. Et je ne regrette en aucun cas d’avoir gardé seulement quatre personnes sur le peloton de base. Et encore, c’est beaucoup. Si jamais nous devons affronter l’une de ses créatures je serais de la partie, je ne suis pas de ceux qui parlent mais n’agissent pas. Ainsi, pour rien au monde j’autoriserais que des shinobis à peine prêt puissent rejoindre les rangs dans lesquels je suis. Rien que par pur envie personnelle de survivre pour commencer, mais au-delà pour tout ce que je vous ai déjà expliqué. »
Il le savait, car il avait autant confiance en eux qu’il avait confiance en la préparation qu’ils avaient subis, ils feraient partie de ceux qui feront face à ce que tout le monde appelé un dieu.
« Vous êtes fin prêts, comme j’ai été préparé autrefois par le Raikage lui-même. La prochaine fois que nous érigerons cette barrière, cela voudra dire que nous ferons face à l’un deux. »
Ils étaient prêts à aller affronter un Dieu.
Il était prêt, à s’accaparer son pouvoir.

Spoiler:


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

Barrière divine - 3eme édition

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Barrière Divine [Kumo]
» Kinjutsu [Libre - apprentissage de la Barrière]
» Première Edition Émoussée | SOLO
» [Apprentissage] Paralysie Divine {FT. Meikyû Raizen}
» Présentation de Lee Sox, un gros boursin! [en cours d'édition]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: