Soutenez le forum !
1234
Partagez

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo]

Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mer 4 Aoû 2021 - 1:24
Ieyasu s’était rendu à Iwa pour entériner la paix qu’il souhaitait imposer entre son esprit et les shinobis de la Roche, et selon tous les indicateurs, sans doute le jeune vagabond était-il sur la bonne voie pour y parvenir. En si bonne voie, en fait, que le bretteur manchot se retrouvait à présent à écumer les marchés florissants de la vieille Rokkusu en quête de matériel, ressassant sans cesse les conseils et considérations que cet herboriste lui avait suggéré de garder à l’esprit dans sa quête de perfectionnement alchimique. La vie avait bien des facettes, songea le Nomura, tantôt capricieuse voire tout à fait cruelle, et d’autres fois salutaire, amusante et positivement malicieuse. S’accrocher à l’illusion de pouvoir les contrôler, c’était sans aucun doute vouer son existence à la poursuite d’une chimère, mais le jeune homme gardait depuis peu cet espoir que ses efforts dans la poursuite d’un avenir meilleur ne pouvaient pas rester vains. Du bon et du mauvais existait dans tous les coins du Yuukan, et de cela il en était sûr : à lui donc de faire en sorte de pouvoir faire peser la balance, à son échelle, du bon côté.

« Euhm, excusez-moi, ces tubes dans votre vitrine, c’est bien du verre ? Lança-t-il à un commerçant qui avait pignon sur rue, au coeur du quartier mercantile presque entièrement rénové de la cité.
- .. Hein ? Hee, oui, oui c’est du verre, pourquoi ?
- J’aimerais vous les acheter, c’est possible ?
- C’est que, fiston,c’est juste un élément de décoration dans ma vitrine, c’est pas vraaaaaiment à vendre…
- Mais vends-les lui donc ces satanés tubes ! Intervint soudainement une femme un peu plus loin dans la boutique. ‘Fait des lustres que j’te dis que ça fait vieillot ! On s’est trimballé ces machins d’ici jusqu’à Torii, puis à nouveau ici,…
- O- Oui, bon, c’est vrai, d’accord. Ça fera de la place.
- … 100 Ryos le tout, ça vous va ? »

Un silence un tantinet inquiétant s’ensuivit, durant lequel Ieyasu ne sut trop dire si sa proposition avait été bien ou mal perçue.

« … Banco, faisons ça. »

Un sourire radieux illumina le visage du jeune homme, qui se hâta de finaliser la transaction et de sceller ces tubes en verre en parfait état dans l’un de ses sceaux de stockage libres. Ce Kisuke avait vraiment eu raison de lui conseiller de concentrer ses recherches sur le seconde main et sur le marché parallèle : ces éléments de verrerie, aussi modestes étaient-ils, lui auraient coûte cinq fois, si ce n’est sept fois plus cher dans un magasin spécialisé. Et aussi longtemps qu’il parviendrait à éviter d’avoir à en appeler à ce genre de boutique, il pourrait faire des économies substantielles sur l’addition finale. Tubes à essai, check, pensa-t-il pour lui-même. Sans doute tous les équipements dont il avait besoin ne se trouveraient-ils pas ainsi au hasard de son vagabondage, mais il devait creuser le filon autant que possible. Ses affaires en ordre, il se remit donc en marche, prêt à écumer la suite de l’avenue commerçante.



Spoiler:
 


Dernière édition par Nomura Ieyasu le Mer 4 Aoû 2021 - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mer 4 Aoû 2021 - 11:21
Ieyasu-san ! Par ici !

La voix était reconnaissable et appartenait à la même personne qui avait conseillé à Ieyasu de faire ses courses dans ce coin-ci de la ville. Kisuke lui-même venait régulièrement pour fouiller et trouver de bonnes opportunités. Il fit signe de la main au samourai de venir à sa rencontre. Il était... occupé et ne pouvait pas se déplacer lui-même.

Il était atablé avec un autre iwajin qui avait plusieurs caisses dans la rue. Une sorte de vide-grenier temporaire. Ce n'était pas rare dans la ville.

Tu tombes bien, je faisais mes courses et je suis tombé sur Tanako-san. Un très chouette gars.

Il pencha la tête sur un vieux marchand, un gobelet à la main - vide mais à l'odeur caractéristique de liqueur à la cerise, et qui avait le regard un peu confus. Il vit le samourai et leva son verre dans sa direction.

Yo !

Tanako-san à une très chouette caisse de livres usagés de son papa - paix à son âme, c'était vraiment un chic type.

Il lui montra une caisse tout à l'arrière. Très poussièreuse. Kisuke lui-même avait un gobelet en main, mais encore à moitié rempli seulement. Il était plus modéré dans sa boisson, et ses yeux étaient encore vivaces. Le marchand interjecta.

Oui, enfin, il était quand même un peu salopard sur les bords. J'suis pas mécontent qu'il ait passé l'arme à gauche. C'était un eisenin à l'ancienne, qui faisait ses propres médocs mais qui laissait sa femme tout faire à la maison comme un gros fénéant.

Kisuke fit une mine choquée.

M'enfin... un peu de piété filiale !
Je... reveux bien de ta piététtté...piééttéé dans mon verre !

Le marchand tendit son gobelet et Kisuke y versa une grosse quantité de son alcool de cerise avec un grand sourire. Ha, le plaisir de discuter et de partager avec des iwajins ! Cela n'avait pas de prix. Et l'alcool déliait les langues et facilitait les échanges - en plus de faire connaitre sa propre marchandise. Puis il interpella une dernière fois le samourai en chuchotant cette fois-ci.

A l'arrière Ieyasu-san ! Je négocie l'achat, il y a qu'un seul livre qui m'intéresse vraiment dans le lot, mais on peut tout se partager. Regarde si des choses t'intéresse et on peut partager les frais.

Kisuke continua de discuter avec le marchand, en enfonçant bien sûr sur le fait que Tanako était un ami avant tout, et que c'était pour cela qu'il venait l'aider en achetant tout ce "vieux brôle" dont il pouvait ptet tirer une petite valeur d'exposition dans sa boutique comme matériel d'antan.

... Que direz-vous d'un dernier verre pour conclure ce petit achat ? La caisse et le vieux matériel presque inutile qui va avec pour mille Ryos ? C'est vraiment pour te débarasser Tanako.

Une caisse qui avait pas mal de fracas mais qui pourrait avoir quelques surprises encore de bonnes qualité pour le pharmacien... ou le samourai. Et Kisuke était tout à fait prêt à partager les fruits de sa trouvaille de ce matin. Après tout, aider un apprenti Rentan-user était important. La science n'avait pas de frontière.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mer 4 Aoû 2021 - 14:40
Ses yeux plissés par l’effort de concentration que lui demandait l’écumage de tous ces étalages fourmillant de marchandises, Ieyasu mit un peu plus longtemps que d’habitude à réagir lorsqu’il entendit son nom hélé au loin par une voix familière. Son regard se ré-haussa soudainement à la recherche de son origine et le bretteur manchot ne tarda pas à la repérer, là au loin attablée près d’une échoppe. Il s’agissait bien sûr de Kisuke qui, suivant son motto habituel, semblait partager une boisson à forte teneur en alcool avec un citoyen iwajin. Les saluant tout deux de sa main et s’approchant, le Nomura ne put pas faire autrement que de remarquer les tas de caisses explosées là au regard des passants et au contenu particulièrement hétéroclite.

« Bonjour, Kisuke-san, Tanako-san. Enchanté de vous rencontrer », fit-il en s’inclinant respectueusement après avoir rejoint les deux hommes.

Si l’idée avait pu traverser l’esprit du jeune vagabond de s’installer au côté de l’homme au bob, elle lui passa rapidement en ayant la confirmation visuelle que les verres qui étaient trinqué entre les deux hommes étaient bel et bien remplis d’alcool. Plutôt que de risquer l’impolitesse de décliner encore une fois de partager ce genre de breuvage, Ieyasu préféra donc rester debout pour marquer un tant soit peu de distance.

« Ah, toutes mes condoléances, Tanako-san. »

Le Nomura fut tenté d’aborder immédiatement le sujet de cette supposée caisse de livres dont venait de parler Kisuke, mais s’en abstint par respect pour le deuil de l’autre homme. Une déférence qui s’avéra somme toute superflue étant donnée l’opinion que ce Tanako avait de son défunt père, et si Ieyasu comprenait bien que tous les fils du monde ne pouvaient pas partager le même ressenti face à la perte de l’un de leurs parents, évoquer le sujet de la sorte lui remua malgré tout légèrement les entrailles.

« Et bien, j’imagine… qu’il est difficile de se montrer vertueux tout au long de sa vie. Le choix qu’avait fait votre père d’aider autrui était louable, en tout cas, et ses livres… dit-il en oeillant les ouvrages en question. … pourraient servir à d’autres après lui. »

A la vue de l’état d’ébriété de ce Tanako qui progressait rapidement, Ieyasu douta que ses propos aient pu réellement lui effleurer les esgourdes. Tant pis, se dit-il tout en reportant son attention sur le lot de livres qui était en jeu. Kisuke avait apparemment travaillé Tanako au corps pour négocier avec lui, comprit le jeune vagabond, et s’apprêtait donc à lui rendre un fier service en abaissant le prix de tous ces ouvrages qu’il se hâtait à présent d’examiner. Mais la geste de l’homme au bob ne s’arrêtait visiblement pas là, car en progressant à travers les caisses grossièrement assemblées qui se trouvaient rassemblées, Ieyasu entendit distinctement le tintement du verre contre lui-même. Du fond de la boutique, il releva vivement la tête vers Kisuke, d’abord incrédule, puis un sourir irrésistible sur le visage. Ce vieux singe, se dit-il, était en train de négocier pour les livres, d’aviner cet homme… et de lui « forcer » la main le plus naturellement du monde pour qu’il se sépare de tout un tas de matériel de chimie indéterminé.

Et sur le coup, le jeune homme ne sut dire si il était davantage impressionné par la morale bancale de cet homme ou par son génie commercial.

Toujours était-il qu’une fois les transactions conclues avec Tanako et les Ryos dûment donnés, les deux alchimistes se trouvèrent en possession d’une quantité incroyable de livres, ainsi que d’une grosse caisse remplie d’équipements que le Nomura avait temporairement stocké dans un Fuuin. S’éloignant de ce qui pouvait presque être qualifié de scène de crime, tant la valeur de ce qu’ils emportaient excédait de loin la somme qu’ils avaient déboursé, les deux « négociants » se dirigèrent machinalement vers la boutique du soldat iwajin.

« Kisuke-san… Même si tout ça me paraît un peu… douteux, je me dois vraiment de vous dire… Merci. Mais pourquoi… comment avez-vous pu vous mettre en relation avec cet homme aussi vite ? Je veux dire, un homme… qui avait précisément ce dont j’avais besoin entassé dans des caisses... »

Cet homme était vraisemblablement un bourlingueur né, et savait manœuvrer habilement pour avoir ce qu’il voulait. Une fois arrivé en sa compagnie jusqu’à sa boutique, Ieyasu se dirigea dans son laboratoire, où il descella la caisse de matériel en se mettant à la fouiller comme si il tâchait d’ouvrir un énorme paquet cadeau.

« Nom de… Kisuke-san, vous saviez… ? »

Béchers, ballon, serre-joints, supports en métal, bouchons divers,… Le bretteur avait peine à vraiment énumérer tout ce qui se trouvait là sous ses yeux, et en appela implicitement par la gestuelle à ce que Kisuke vienne voir ça de plus près pour faire avec lui l’inventaire de ce que recelait cette caisse.

« Comment installe-t-on tout ça, c’est… Whow... »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mer 4 Aoû 2021 - 21:14
Voilà, Tanako-san. Le paiement ! Mon associé a déjà tout scellé. Nous vous souhaitons un excellent deuil. Je vous laisse ma bouteille.

Kisuke finalisa l'achat et y ajouta une bouteille a demi-vide tandis que Ieyasu revenait à son encontre. Les mains vides, mais il avait des sceaux de stockages bien remplis. Kisuke se fit une note mental d'ajouter ces techniques à son répertoire, même si c'était plus pour un aspect pratique qu'autre chose. Puis le samourai lui demanda comment il savait. Comment il avait sut. Le pharmacien eut un sourire mystérieux...

Et lui tandis un journal iwajin ouvert à une certaine page en particulier.

La rubrique nécrologique d'iwa. Je garde un oeil sur tous mes anciens concurrents ou toute personne ayant travaillé dans un secteur adjacent. Lui, c'était un herboriste sur le côté. Je me doutais qu'il avait des choses intéressantes mais vivant il ne voulait se séparer de rien même s'il n'en n'avait plus l'usage. Mais parlons-en ailleurs et inspectons le butin.

Il préférait ne pas attirer trop de convoitise dans les lieux publiques, tant que possible. Et puis quelqu'un d'un peu trop poussé sur les règles et les lois pouvait potentiellement lui causer des soucis s'il s'en vantait. Ils prirent la direction de la boutique et s'installèrent dans le laboratoire sur un plan de table presque inoccupée.

A part des rats morts. Des restants d'une vieille expérimentation sur des drogues de combat. Il les poussa par terre et siffla pour appeler son invocation (un serpent, ca mange les rats oui) avant de reprendre la conversation sérieuse avec son invité.

Ne t'attends pas à une solution miracle. C'est du matériel... basique et désuet. Il y a des pièces intéressantes oui, surtout pour quelqu'un qui va se lancer dans la professions. Certains bocaux seront cassés et à remplacer. Tout est à nettoyer, et si certains crasses sont trop ancienne ou trop dur à retirer - pareil, cela sera pour la casse. Le seconde main ne veut pas dire que tout vaut de l'or. Cela vaut tout au plus du bronze, et si on fait attention à ce qu'on dégotte, de l'argent. Les véritables experts prennent du neuf et du sur-mesure pour leurs applications et si j'en crois les livres dans cette caisse...

Il en tira trois qu'il mit de côté, en direction du samourai. Il hocha de la tête. C'étaient des vieilles éditions de biochimie mais c'était toujours d'actualité. Cela ne permettait pas de faire des composés tels quels, mais cela expliquait qu'est-ce qu'il se passait au niveau microscopique, qu'est-ce qui faisait qu'une réaction se produisait, pourquoi certaines étaients exothermiques, d'autres endothermiques, et comment anticiper ce à quoi s'attendre. Des bases excellentes.

Puis il prit un livre et ouvrit à la première pâge pour y découvrir un titre assez raccoleur. "Pillules bleu et autres aphrodi..."

Il referma tout de suite le livre.

Oui, tout ne sera pas bon à prendre.

Il jetta le livre avec une mine dégoûté dans un coin de la pièce, avant de poser la main sur un manuscrit qui avait l'air plus ancien, écrit sur du velin et à la couverture fortement abîmée. Oh oui. Ce livre là était différent. Un sourire s'élargissait sur les lèvres du pharmacien. C'était son objectif, ce livre, depuis quelques années. Et il était enfin dans ses mains. On pouvait deviner un titre dans une étrange langue ancienne. "lapis philosophorum".

Ceci est un manuscrit plus rare, et c'était ce que je cherchais avant tout. Le restant... le restant est à toi.

Ce livre était le début d'une quête éternelle pour les Alchimistes. Lapis philosophorum, ou la pierre philosophale. C'était un mythe. Une légende. Et ce livre serait certainement rien de très concret. Mais c'était une étape dans le processus pour s'appeler véritablement un Alchimiste que de commencer à son tour cette quête et cette recherche chimérique.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Jeu 5 Aoû 2021 - 11:51
En comprenant le raisonnement qui avait conduit Kisuke à exécuter cette « manoeuvre » commerciale, le jeune vagabond avait écarquillé les yeux, laissant son attention se dilapider sur le journal que lui avait tendu son allié décidément très dégourdi et mettant un et un ensembles. Ce vieux singe, songea-t-il, avait patienté, observé, puis agi avec la méticulosité d’un chasseur, et si il avait cette fois là usé de ces talents pour un objet relativement sans conséquence, le Nomura en déduisit rapidement qu’en tant que shinobi, cet homme… devait être particulièrement dangereux. A cette pensée, le visage faussement angélique de Shinrin Hanzo lui revint. Un autre homme dangereux, à n’en pas douter, mais quelque chose dans ses tripes lui susurrait que ce n’était pas pour les mêmes raisons.

« Je vois… c’est… très malin », s’était-il contenté de répondre en tâchant de ne pas émettre de jugement.

Car si la manœuvre était discutable, elle n’avait en définitive fait de mal à personne et surtout… Ieyasu lui-même figurait parmi les bénéficiaires de la combine.

Déballant tous les articles qui se trouvaient dans la large caisse un par un, le bretteur manchot n’avait de cesse de s’extasier, tant devant le matériel dont il reconnaissait pleinement l’usage et la fonction que face à ceux qu’ils ne connaissaient pas. Malgré son entrain, le Nomura garda malgré tout la tête froide et écouta avec attention les mises en gardes que lui faisait Kisuke, notant par la même occasion sur certaines pièces d’équipement les maux dont il était justement en train de parler. Bécher fissuré, tube voilé ou incrusté de crasse innommable,… Les pertes sèches étaient nombreuses, dans ce paquet cadeau improvisé, tout comme les causes de détérioration. Hochant presque gravement la tête pour signifier qu’il comprenait bien les nuances à apporter à la grandeur de leur « butin », Ieyasu fronça les sourcils en voyant son mentor improvisé écumer les livres qui s’y trouvaient, plus particulièrement en entrapercevant le titre de l’un des ouvrages qui fut rapidement mis au rebu par Kisuke.

« ...Oh. Oui, en effet, belle illustration du fait… qu’il y aura effectivement pas mal de déchets dans tout ça », fit-il en laissant retomber au fond de la caisse un nouveau tube à expérimentation totalement inutilisable.

Le jeune vagabond continua néanmoins à fouiller et à trier, mettant à profit l’espace devant lui tacitement mis à sa disposition par l’homme au bob pour ordonner les trouvailles qui valaient le coup. D’un air distrait, il jeta un œil au parchemin sélectionné par le shinobi iwajin, retenant davantage le fait que tout le reste, bon ou mauvais… était à lui.

« ...Pour ce que j’ai payé, vraiment ? Ha… ! Ce n’est pas la première fois que je vous dois des remerciements, Kisuke-san. Et quelque chose me dit… que ce ne sera pas la dernière. »

Avec la patience de l’étudiant assidu, quémandant au fil de l’eau des explications lorsqu’il en avait expressément besoin, Ieyasu se mit alors à nettoyer consciencieusement tout le matériel viable qu’il avait mis de côté, hochant parfois la tête pour lui-même en signe de d’espoir de voir tous ces éléments enfin s’imbriquer entre eux. Passant chaque unité à la lumière, ne s’épargnant aucun aller-retour à l’extérieur pour s’assurer de la qualité de son nettoyage, le Nomura tria peu à peu sa pile informe d’équipements en ordonnant les différentes pièces et, la longue et fastidieuse phase de récurage accomplie, il se mit à assembler une chaîne grossière de transformation chimique.

« Cet endroit est vraiment parfait pour un premier montage… dit-il tout en s’appliquant à relier correctement le ballon à une série de tubes à évaporation. Je n’aurai pas toutes les possibilités que vous avez vous-même avec votre installation, mais ce sera déjà tellement, tellement mieux que ce à quoi j’ai l’habitude ! »

L’installation rudimentaire prenait forme et bientôt, sous les conseils avisés de l’homme au bob, Ieyasu fut en mesure de compléter totalement sa chaîne de transformation après s’être assuré du serrage approprié de tous les éléments entre eux.

« ...Bon ! Dites-moi, Kisuke-san que diriez-vous pour inaugurer mon installation… de tenter une préparation à base de ceci... »

D’un geste leste de sa main unique, le jeune vagabond fit jaillir d’un sceau l’une des plantes qu’il avait présenté l’avant-veille au shinobi et qui avait le plus attiré son attention. Un échantillon récolté sur les terres dévastées de Tsume, mais qui recelait d’étonnantes propriétés.


En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Piment10

« De la racine de Pimenta Dioica. J’avais pris des notes sur cette variété avant-hier et apparemment, d’anciennes tribus du Pays de la Griffe l’utilisaient dans des rituels de passage pour aider les participants à relever des épreuves particulièrement physiques. Je pense qu’en isolant l’essence de ce qui donne ses propriétés à cette racine, nous pourrions obtenir quelque chose d’intéressant... »

Ieyasu oeilla les récipients du laboratoire de Kisuke, notamment ceux qui contenaient de grandes quantités de liqueurs diverses.

« … Nous pourrions avoir besoin d’une base alchimique faite d’alcool fort, ce qui, l’un dans l’autre… tombe assez bien. Même si ça ne m’enchante guère. Mettons-nous au travail ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mar 10 Aoû 2021 - 12:30
Pour tout remerciement, tu pourras répendre des médicaments dans le Yuukan, accessible à tous. Comme c'est le devoir pour chaque pharmacien. Ce n'est pas un fardeau si léger que cela.

En aidant un nouveau pharmacien à s'établir, Kisuke aidait avant tout le développement scientifique et l'Humanité, même si c'était un grain de sable dans le désert de Kaze. Mais c'était un pas en avant, aussi insignificant que cela puisse paraitre. Un pas qui ne pouvait plus revenir en arrière.

Mais Kisuke ne se contentait pas de regarder, bien entendu. Il aida le nouveau venu à tout nettoyer, tout démonter et tout remonter. Il avait des solutions de nettoyage à base de vinaigre assez efficace, mais certains résidus chimiques devaient d'abord être analysé avant d'entreprendre toute autre action. Pour cause - le vinaigre pouvait réagir avec et relâcher des fumées toxiques ou commencer une réaction exothermique voir même explosive. Eviter tout cela était du véritable travail, tant intellectuel que d'huile de coude puisque souvent la meilleure solution était simplement de frotter mécaniquement avec un tissu jusqu'à cela parte.

Une fois une chaine monté, Ieyasu se montra satisfait. Il ne regrettait pas le caractère un peu sommaire de l'installation. Kisuke n'aurait pas eut la même satisfaction, mais il ne voulait pas réduire son enthousiasme. L'expérience lui avait appris de ne pas critiquer le jouet reçu à Noël le jour même. La politesse nécessitait d'attendre au moins une semaine avant d'expliquer que certains êtres ne pouvait mathématiquement pas exister.

Il faut un début à tout. Evidemment, être en itinérance n'aide pas spécialement à se constituer un laboratoire complexe. Mais le fuin peut aider en cet égard.

Et pour inaugurer le tout, le samourai proposait d'essayer de reproduire un breuvage du pays de la griffe, à base d'une plante dont il avait acquérit certains échantillons. L'idée était plus qu'alléchante. Une façon de tester le matériel, mais aussi de partager et d'échanger leurs connaissances respectives en Alchimie.

Une boisson initiatique ? Aider à accomplir des tâches peut prendre différente forme. Augmentation purement physique des capacités. Augmentation de l'acuité mentale. De la vitalité et de l'endurance. Mais cela peut aussi être simplement un poison pour endormir les sens ou rendre particulièrement docile face à l'adversité. Intéressant. Il y a là moult possibilités et ne pas savoir le résultat final rend le tout particulièrement difficile. Mais commençons par faire de l'alcool...

Ce dont Kisuke se réjouissait. Il se frottait les mains tout en expliquant toute la procédure à son visiteur, les différents outils utilisés, et à quelles réactions chimiques chaque étape correspondait. Cette fois-ci il avait pris comme base la pomme. Il n'avait pas encore d'alcool de pomme, et les pommes étaient de saisons. Il avait acheté un énorme stock et tout mis dans la barrique principale, une fois nettoyée, avant de les broyer et de laisser le tout fermenter une quinzaine avec des enzymes, des bactéries spécifiques qu'il avait mis de côté et un peu de sucre ajouté.

Il avait des barils à plusieurs stades de décomposition. Il les montra à Ieyasu, avec moult commentaires inutiles, puis arriva au deux derniers barils avec lequel il avait déjà commencé le soutirage - il s'agissait de retirer le pseudo alcool et de le transvaser dans un baril vide et propre, tout en filtrant tout résidu solide de cette étape. La partie difficile était d'éviter un maximum le contact avec l'oxygène qui perturbait tout le procédé.

Enfin, dans le dernier baril, il y avait le résultat. Kisuke se tira un petit verre de l'alcool final. Le goût était très agréable.

Il tira une bouteille complète qu'il mit de côté avant de passer un volume au distillateur - ou plus communément appelé l'Alambic. Si Ieyasu avait besoin d'une base forte pour sa préparation, alors l'alcool de fermentation n'était pas suffisant dans sa pureté. Il fallait de l'essence même. Le Hyûga lança le procédé tout en discutant de la suite de l'opération.

L'une de mes meilleures réussites. Alors... que penses-tu pour la suite ? Doit-on infuser du chakra dans l'alcool ? Dans la plante ? Dans les deux ? C'est une partie encore difficile à bien comprendre pour moi. Le Byakugan aide à bien doser le tout, bien évidemment. Mais on arrive ici à de la recherche, alors je te proposerai de faire quatre tests sur des petits échantillons. Un témoin. Un échantillon de plante infusée de chakra. Un échantillon d'alcool infusé de chakra. Un échantillon où les deux le sont. Et, pour faire cela dans les règles de l'art, nous utiliseront une procédure en double aveugle, où uniquement le Byakugan pourra permettre de retrouver qui est quoi.

Kisuke attendait la réponse de Ieyasu avant de s'affairer. Il n'était pas question de lui voler le lead dans cette fabrication. Aujourd'hui, c'était avant tout lui l'Alchimiste, et Kisuke était le diabolique assistant fou.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Mer 11 Aoû 2021 - 15:17
Ieyasu avait voulu rétorquer quelque chose lorsque son mentor improvisé l’avait qualifié du titre de pharmacien, sa bouche entrouverte pour commencer à former une syllabe. Il avait voulu objecter, respectueusement répondre qu’il n’avait rien d’un pharmacien, mais la réalisation l’avait frappé l’instant suivant qu’au fond, si ses efforts engagés pour apprendre à concocter de nouvelles formules et des baumes plus efficaces portaient leurs fruits, alors peut-être… Oui, peut-être aurait-il après tout ce petit quelque chose de pharmacien, de parangon de la chimie capable de porter assistance à diverses peuplades à travers Tetsu à commencer par sa mère, ses oncles et cousins.

« C’est déjà tellement plus que ce que j’avais avant… Et oui j’ai justement ce qu’il faut regardez, fit-il en sortant un rouleau de parchemin de son ceinturon. Un sceau de stockage. Juste assez grand je dirais… j’espère. »

L’entrain affiché par Kisuke alors même que les prémisses relativement bancales de leur projet semblaient peu engageantes fit tiquer le jeune bretteur, qui écarquilla un instant les yeux en tâchant de comprendre le raisonnement de l’homme au bob. Se tromper était-il donc si enviable ? N’était-ce pas qu’une simple perte de temps et de ressources que de rater une expérimentation et de se retrouver avec un résultat qui n’avait rien à voir avec ce qui était attendu ? Les remarques de Kisuke faisaient toutefois parfaitement sens, et si Ieyasu espérait bien qu’ils parviennent ensembles à tirer le meilleur de cette racine, il devait également s’attendre à d’éventuelles complications.

« O- Oui, l’alcool.. »

Il n’était pas consommateur, mais le jeune vagabond devait bien admettre que l’alcool était une base particulièrement utile dans la conception de décoctions stables et puissantes, démultipliant l’efficacité des composés avec lesquels il était mélangé et lui permettant de se maintenir longtemps dans l’état désiré. Il s’agissait de l’un des ingrédients qu’il devrait bien se faire une raison d’acheter, l’alcool ne se trouvant évidemment pas à l’état naturel et le matériel pour en produire requérant temps et espace. Deux ressources dont le Nomura ne disposait qu’en quantités limitées. Patiemment quoi qu’avec une moue assez peu intéressée, avant tout reconnaissant de l’attitude que ce shinobi adoptait sans faille avec lui, Ieyasu écouta les explications de Kisuke concernant le processus de fermentation et de filtrage. Celles-ci tirant sur leur fin, et un volume d’alcool mis à l’alambic pour être distillé, le jeune bretteur originaire de Tetsu se passa sa main sur le menton en mûrissant les propositions de son mentor, fronçant les sourcils en repensant à un mot utilisé par l’homme au bob.

« Le Byakugan… c’est donc ça, vos yeux… Vous êtes… Un Hyûga ? Désolé, je dois paraître un peu bête, mais je n’avais jamais rencontré un de vos semblables avant, je n’avais pas fait le rapprochement.

Enfin bref, pour notre expérience… Oui. Je veux dire, oui, votre protocole me semble extrêmement pertinent, et je pense que c’est la meilleure façon de faire. Cela étant dit, pour tester nos résultats proprement dits… il va falloir sortir de votre laboratoire. Votre cité est une base militaire, entre autres choses… j’imagine qu’il se trouvent des terrains d’entraînement un peu partout ? Préparons nos quatre tubes de décoction, et rendons-nous à l’un d’entre eux.
 »

L’alcool fermenté proprement distillé, les deux hommes se mirent alors au travail sur la chaîne de transformation chimique fraîchement montée avec les équipements récupérés par Ieyasu. Ce dernier fut d’abord surpris de voir Kisuke rester en retrait, mais plus encore il fut surpris de sa propre propension à donner des consignes simples au Hyûga à mesure que les extraits de racines subissaient transformations et mutations dans l’ensemble de tubes. Comme ils l’avaient convenu, du chakra fut insufflé tour à tour dans l’alcool utilisé comme base, puis dans la pâte obtenue après broyage de la racine, puis enfin dans les deux éléments à la fois. Le ballon chauffé, les distillats portés à ébullition, la vapeur s’amoncela, l’essence primaire de ce qui faisait à priori la puissance de la Pimenta Dioica, et avec beaucoup d’application et de patience, les deux alchimistes purent bientôt disposer des quatre échantillon de test qu’ils avaient prévu. A ce stade, tous se ressemblaient aux yeux d’Ieyasu, et ce serait avant tout suite à leurs tests en extérieur qu’ils pourraient déterminer les différences entre ces concoctions à la fois semblables et différentes.

« ...Bien. Sortons. Je… Je me porte volontaire pour essayer nos mixtures, si ça te va. Je te suis... »

Anxieux à l’idée d’échouer, le jeune vagabond l’était certainement, mais c’était également plein d’espoir qu’il emboîta le pas à Kisuke pour se rendre à un endroit propice aux expérimentations de terrain. Une fois rendu sur place, Ieyasu s’empara d’une fiole au hasard, accordant un regard excité et paniqué à la fois à l’encontre de l’homme au bob.

« ...Et bien… souhaite-moi bonne chance ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Jeu 12 Aoû 2021 - 19:47
Ieyasu ne semblait pas très à l'aise avec le nectar qu'était l'alcool. En même temps, il était jeune. Cela viendrait avec l'âge. Ses yeux glissèrent rapidement sur son moignon avant de revenir à ses occupations. Il n'a même pas eut l'âge d'apprécier l'alcool que déjà le Yuukan lui a pris un bras. Il secoua la tête, dégoûté par ce monde sans foi, sans loi, sans éthique où un jeune adolescent même pas encore adulte devait suivre la difficulté de l'amputation et de la revalidation.

C'était pour cela qu'il se battait, se répétait-il. Pour que cela ne se reproduise plus.

Je ne m'étais pas présenté de manière complète ? Excusez mon étourderie. Oui, je suis un Hyûga. Nos yeux peuvent voir du chakra imperceptibles aux pupilles classiques. Pour peu que je les active bien entendu.

Il montra l'activation au mercenaire. Il n'allait pas trop dans les détails de ses capacités - c'était un sujet touchy à dévoiler en-dehors du village et la branche principale détestait spécifiquement quand il en lâchait des infos. Autant, pour les iwajins, il s'en foutait royalement. Autant les étrangers du village, il pouvait un peu comprendre ses aînés. Une telle information pouvait se répandre dans les autres villages et se retourner contre eux.

Non, il se contentait de la version courte. Il voyait le chakra. Ce n'était pas un mensonge, et tout le monde le savait.

Ils travaillèrent longtemps et produisirent quatre échantillons après moult aventures, déceptions, rush d'adrénaline et blagues à papa que quelques mots ne pouvaient pas véritablement décrire. C'était comme une nuit précédent la remise d'un travail de fin d'étude. Tellement de choses à faire, avec un peu d'aide maladroite, un esprit carburant à du cent à l'heure mais avec les mains et la vision qui s'essouflaient et qui commençait à faire des bêtes erreurs (qui avait décidé de prendre une éprouvette rose ? C'était absolument moche).

Ils sortirent pour se rendre à un terrain vague dans une zone dévastée du centre d'iwa (tout n'était pas encore reconstruit, non non non, on attendait la prochaine attaque de hatman pour ça). Le jeune se saisit d'une fiole mais Kisuke leva la main. Il allait un peu trop en besogne, ce jeune. Une bien belle ardeur. Mais la SCIENCE devait se faire un pas après l'autre. C'était dans les règles et les méthodologies.

Un instant ! Avant cela, il faut mettre au point un test fiable et répétable pour référencer la puissance physique. J'ai une idée un instant...

Kisuke sortit un kunai et s'éloigna quelques minutes avant de revenir avec plusieurs long et gros bambous sous ses deux bras. Il y en avait huit de chaque côtés, soit seize en tout. Mais il les coupa de nouveau en deux avec son kunai pour doubler leur nombre. Il en installa huit devant son visiteur, rentanjutsu-curieux, et les enfonça profondément dans le sol avant de tapoter du doigts sur sa hanche à lui - pour indiquer au samourai de dégainer son sabre.

Avant de commencer, essayer de trancher le plus de pousse de bambou possible, d'une seule traite.

Il y aurait sans doute une petite différence du à l'aléa de chaque frappe, mais c'était perceptible et mesurable. Ce que Kisuke recherchait, par contre, c'était un éventuel exploit - ou catastrophe, même s'il ne le désirait pas spécialement. Un outlier statistique dirait vraisemblablement que la susbtance avait fait effet. En bien ou en mal. En vérité, ce n'était pas tout à fait suffisant car il faudrait réitérer les tests une bonne centaines de fois pour s'assurer qu'ils n'allaient pas trop en besoin (merci la loi des grandes nombres lol). Mais cela suffirait pour le moment, sans doute.

Ieyasu s'activa sans rien. Sans ajout. Sans boost quelqueconque. Une pure tranche diagonale qui allait servir de référence à toutes celles qui allaient suivre.

Bien, nous allons réitérer l'expérience avec chaque mixture, en attendant un peu de temps pour que les potentiels effets s'estompent entre chaque essai, sans que je ne sache exactement ce qui est quoi. C'est le principe d'une expérience en double aveugle - si je sais ce qui est quoi, je risque de dire indirectement là où je m'attends à de meilleurs résultats. Ou pire, je risque de mal interprêter de manière inconsciente. Puis nous allons pouvoir tirer les conclusions.



_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Ven 13 Aoû 2021 - 1:23
Ieyasu s’apprêta à ingurgiter le contenu de la première fiole mais fut ardemment interrompu par l’interruption de son mentor iwajin. Le jeune homme porta donc rapidement la fiole loin de sa bouche, craignant que l’alchimiste qui l’accompagnait sur ses propres pas de chimiste ne se soit rappelé d’une donnée cruciale concernant leur décoction et qui pouvait peut-être engendrer un danger fatal en cas d’ingestion précipitée. Toutefois, en homme avisé et professionnel qu’il était, c’était plutôt concernant leur procédé de test que Kisuke avait une remarque à faire, et pas des moindres effectivement. Opinant immédiatement du chef, le Nomura comprit où voulait en venir l’homme au bob et se hâta de ranger le tube à son emplacement initial, observant le mouvement de son mentor avec un brin de circonspection.

« Kisuke-san, vous… Vous ne voulez pas un peu d’aide ? »

Trop affairé pour répondre, le Hyûga revint les bras chargés d’épaisses pousses de bambou, les disposant ensuite au sol pour les retailler encore de moitié afin de disposer d’une trentaine de tiges qui, rassemblées de façon compacte, constituaient un obstacle particulièrement résistant même pour un bretteur tel que l’était Ieyasu. Comprenant l’idée, ce dernier aida Kisuke à installer cette imposante muraille végétale du mieux qu’il put même avec son infirmité, puis prit un peu de recul une fois leur besogne accomplie.

« Un coup d’essai. Je vois… Je vais tâcher d’y mettre du mien… sans pour autant en appeler au chakra. »

D’un geste leste, la main droite du Nomura se porta au pommeau de son katana, qu’il dégaina en faisant tinter le métal contre le bord du fourreau. Fixant la muraille de bambous face à lui, d’un geste net, précis et sans bavure, Ieyasu trancha alors une seule et unique fois, sa lame passant au travers de l’équivalent de quatre troncs avant de s’arrêter, stoppée par la densité ligneuse. Non sans peine, tâchant de ne pas émousser inutilement la lame de son arme, le jeune vagabond la ramena à lui et la rengaina tout à fait.

« Parfait ! Un protocole impeccable, Kisuke-san. Commençons.. »

Pour de bon cette fois, Ieyasu empoigna la première fiole et en but le contenu jusqu’à un marqueur témoin, qui permettait de boire la même quantité de chaque échantillon en en laissant chaque fois un peu en vue de la vérification finale. Son katana mis au clair à nouveau, l’épéiste frappa selon un angle similaire dans le rempart de bambous, et fit la moue en constatant une traversée similaire de sa lame à l’intérieur.

« ...Bon… Je me sens… bien, mais sans plus. »

Peut-être s’agissait-il du tube témoin, se dit-il, aussi ne devait-il pas sauter hâtivement à une conclusion ou une autre. Rester concentré sur son ressenti et sur sa frappe, là demeurait l’important en ces instants. Après un délais suffisant et un peu d’eau pour se rincer le gosier, Ieyasu ingurgita la dose convenu d’un second tube, se délassant les épaules comme pour faire circuler plus efficacement la décoction. Le coup de katana qui suivit, dans le mur végétal, alla à peine plus profondément s’y enfoncer, provoquant une ire silencieuse et camouflée chez le jeune homme. Troisième essai. Le Nomura, peu à peu, commençait à croire que toute cette expérience allait se solder par un échec. Mais alors qu’il empoignait son sabre de son unique main, celui-ci perçut assez nettement des picotements le parcourir. Essayant d’en faire fi pour ne pas parasiter le test, Ieyasu donna alors un nouveau coup de sabre oblique…

Jamais ne lui avait-il semblé se déplacer aussi efficacement et avec autant de force au cours d’un mouvement de Kenjutsu. La sensation, pour un peu, en aurait été effrayante. Et lorsqu’il vit jusqu’où sa lame s’était enfoncée dans la muraille de bambous, l’alchimiste en herbe en eut le souffle coupé.

« Wh- Whoaw.. ! Kisuke-san… ! »

Dix troncs de bambous venaient d’être traversés par la lame étincelante de l’adolescent. Laborieusement mais excité comme une puce, Ieyasu retira son arme de son entrave végétale, le sourire aux lèvres.

« M’est avis, qu’il va falloir que j’attende un peu plus longtemps pour le faire passer, celui-là... »

Le jeune alchimiste, pour la forme, testa bien évidemment la dernière version disponible de leur décoction, et si le résultat de la frappe qui s’en suivit demeura enthousiasmante avec presque sept troncs traversés, l’expérience qui ressortait grande gagnante était dans les faits clairement définie.

« Alors… Verdict ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Ven 13 Aoû 2021 - 17:18
Le samourai se mettait donc à l'exécution du processus d'expérimentation avec entrain. Il semblait habile de son sabre. Enfin, moins habile que s'il avait pu jouir de ses deux mains, forcément. Mais Kisuke chassa à nouveau cette idée noire qui lui trottait en tête. Tout alchimiste qu'il pouvait devenir, jamais il ne pourrait devenir eisenin. Tout au mieux pouvait-il préparer des décoction, des anti-poisons et des baumes.

Il trancha plusieurs fois. Il n'y avait initialement que peu de variation. Les deux premières doses n'avaient donné aucun semblant d'amélioration. Kisuke était curieux d'activer son Byakugan, mais il ne pouvait pas. Il DEVAIT le garder inactivé pour le moment. C'était le processus de double aveugle qui le nécessitait. Heureusement, ils eurent enfin un résultat. Et quel résultat ! L'acier qui trancha plus du double des troncs de bambous. C'était inhumain. Oui, aucun maitre de l'épée sans utilisation de chakra n'aurait pu égaler ceci. Il eut un sourire aux coins des lèvres.

Résultat exceptionel, il faut objectivement admettre.

Ils attendirent que l'effet se dissipa, avant de tester la dernière éprouvette. Il y eut un effet quantifiable, oui. Mais pas aussi bon que pour le résultat précédent. Il s'agissait donc de tirer d'abord des observations en levant le voile sur le caractère aléatoire de l'épreuve. Son Byakugan s'activa, reconnaissant directement les quatres liquides.

La plante est le résultat le plus efficace, et le résultat mi-efficace est pour le mixte plante-alcool.

Et maintenant, il se devait de faire son analyse et ses conclusions. Le fait que le mixte plante-alcool soit quasiment moitié aussi efficace que le procédé complet lui mit la puce à l'oreille. Ce genre de relation scientifique n'était pas une coincidence. C'était parce qu'il n'y avait eut que la moitié du chakra qui avait été utilisable. D'une façon ou d'une autre. Et c'était le mixte plante-alcool. A moitié raison. A moitié tord.

Mon hypothèse ici n'est vérifiée que de manière faible - car nous avons un échantillonnage faible. Pour la valider empiriquement il faudrait faire beaucoup de variations et de tests. Mais même si faiblement vérifiée, il semblerait que des éléments vivants soient plus aptes à devenir potent avec du chakra que des composés inertes. Ces derniers ont même peut-être un effet inverse, absorbant le chakra sans changer de particularités chimiques. Ou peut-être que les alcools sont particuliers, il s'agit après tout d'un composé excessivement réactifs à bien des choses.

Tout pouvait être remis en question lors d'expériences futures, c'était certain. Mais les résultats ici ne pouvaient pas être contestés eux. C'était cela la véritable puissance de la science. Elle avançait toujours vers l'avant. De génération en génération. C'était un pouvoir en marche et qui n'allait jamais s'arrêté.

Sans doute certains chakra fonctionnent particulièrement mieux que d'autres, également. Je... pense que cette expérience peut également m'aider à atteindre l'Alchimie.


_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Sam 14 Aoû 2021 - 13:41
Observant attentivement le faciès de Kisuke pour y déceler une trace de la réponse qu’il attendait, le jeune épéiste y remarqua avant tout les veines qui se mirent à saillir autours de ses pupilles, devenues d’un seul coup plus claires et brillantes. C’était donc ça le Byakugan, se dit-il. Un pouvoir clanique capable de voir le chakra, c’était l’explication sommaire que le quadragénaire lui avait fourni, et même si il n’était question que de cela, ces yeux lui apparaissaient dors et déjà comme une merveille de la nature. Mais parlant de merveilles, et même si la dernière décoction qu’il avait ingéré n’avait eu qu’un effet moindre sur sa performance sabre à la main, Ieyasu sentait toujours distinctement les picotements caractéristiques lui parcourir l’échine, se propageant comme une marée timide mais prégnante qui avait prouvé son influence sur ses muscles et son adresse. Une preuve inaltérable, s’il en était besoin, que l’alchimie était décidément une voie de passage pour accéder à de nombreuses facultés enfouies.

« ...La plante, vous en êtes sûr ? »

La question était davantage rhétorique qu’autre chose, car le Nomura ne se sentait pas sérieusement de remettre en cause le jugement et l’appréciation de son mentor en matière d’alchimie. Il était plutôt question de surprise en réalité pour le bretteur manchot, qui ne s’était pas forcément imaginé ce résultat pour cet échantillon en particulier. Les explications données par Kisuke pour expliquer le phénomène, toutefois, mirent quelque peu en lumière le pourquoi du comment et, même si leurs tests avaient une portée limitée de par leur nombre, il était difficile de remettre en question la conclusion qui s’imposait.

« C’est donc la matière organique dans le mélange qui profite le mieux de l’addition du chakra… Et trop en mettre semble à priori saturer la solution, atténuer les bénéfices tirés de cette addition. Intéressant.. »

Mûrissant ses propos comme ceux de l’homme au bob, Ieyasu se demanda, peut-être par excès de gourmandise alchimique, si il était possible d’améliorer encore davantage l’efficacité du composé en appliquant un traitement en amont à l’alcool utilisé comme base ou à son distillat. En effet, le chakra qu’ils avaient instillé dans cette partie du composé était peut-être resté trop actif pour permettre une homogénéité parfaite, et il était encore permis de penser que des opérations effectuée sur l’alcool lui-même pouvaient encore améliorer l’efficacité finale de leur décoction. Pour aujourd’hui, toutefois…

« En tout cas, ce que j’ai lu sur la Pimenta Dioica était fondé, et pas qu’un peu… Cette racine est proprement fantastique.. ! Kisuke-san, si vous permettez, j’aimerais retourner à votre laboratoire pour sceller mon matériel. Vous m’avez été d’une aide absolument cruciale, et je ferai de mon mieux pour utiliser ces équipements au mieux. Votre apport sur les méthodes, les raisonnements,… il faut que je les intègre pleinement, à présent, mais c’est grâce à vous que j’en ai l’opportunité. »

Le Nomura s’approcha du Hyûga, un air enjoué et solennel à la fois sur le visage, avant de tendre sa dextre vers lui pour solliciter une poignée de main.

« L’alchimie nous attends, Kisuke-san ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Hyûga Kisuke
Hyûga KisukeEn ligne

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo] Empty
Lun 16 Aoû 2021 - 16:20
L'enthousiasme du tetsujin faisait chaud au coeur. C'était quelqu'un qui était passionné du domaine, et cela se voyait. Il était encore un petit peu novice, certes, mais le feu qui brûlait dans ses tripes et son âme couvrait pour ces manquements. Sans aucun doute, il serait un jour un grand alchimiste. Kisuke prit du temps à bien lui expliquer sa vision des choses et la réflexion derrière ses expériences et sa méthodologie. Ce n'était pas aussi trivial qu'il y paraissait.

C'est tout l'avantage d'un procédé scientifique. Si la méthodologie est claire, on peut être relativement sûr du résultat. Et si l'on a des doutes, et bien, on peut toujours réitérer les tests. La répétabilité est essentielle. Je noterai notre procédé précisément et je t'enverrais une copie.

Il était plus que piqué, le jeune shinobi. Cela fit rire le Hyûga, avant qu'il ne reporte son attention sur cette plante curieuse. Tant de questions, finalement, pour un petit bout de plante. Une plante parmis combien d'espèces connues, combien d'espèces inconnues ?

Je suis certain qu'il y a d'autres choses encore à découvrir. C'est un bon début, disons.

Il y avait encore beaucoup de variables à étudier dans cette équation, l'association avec d'autres composés, l'interaction avec d'autres plantes, d'autres types d'alcool ou d'autres types de chakra, en jouant sur le refroidissement et sur la température de chauffe. Tout ceci était un travail de titan qu'un seul homme ne pouvait véritablement faire seul.

Heureusement, les shinobis pouvaient se dédoubler plutôt que de devoir compter sur des post-docs sous-payés et shootés au café. Peut-être même que ses kuchyioses pouvaient l'aider à faire des tests. Et si cela ne suffisait pas, Kisuke pouvait compter sur la communauté internationnale d'Alchimiste qui partagerait certaines leur savoir très facilement (lui en tout cas comptait le faire).

Et ce Ieyasu semblait être en passe de devenir un futur correspondant avec qui échanger des informations scientifiques intéressantes. Il proposait de rentrer au laboratoire et lui tendait la main pour la serrer tout en proliférant des phrases que tout scientifique aurait trouvé plus cheesy qu'un Mac'n'cheese sans pâte, mais sur Kisuke cela eut pour effet de lui tirer un large sourire. Il s'empressa de lui serrer la pince et dit chaleureusement.

Pour l'Alchimie et le Yuukan, oui. Retournons à mon laboratoire.

C'était dans ce genre d'échange qu'il se disait que le futur du Yuukan n'était peut-être pas destiné de manière ultime à l'autodestruction mutuelle. Il pouvait y avoir du progrès, ils pouvaient travailler ensemble à autre chose que de se taper dessus. Et le Hyûga ferait ce qui est nécessaire pour faire de ce rêve une réalité. Ils se mirent à marcher lentement vers le coeur dévasté, les ventres vides, les muscles fatigués mais les têtes plus remplies qu'avant.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880

En Quête de Matériel [Ouvert/Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur dévasté
Sauter vers: