Soutenez le forum !
1234
Partagez

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako.

Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Dim 8 Aoû 2021 - 20:46
CHERS LECTEURS....:
 

Cela fait plus d’un mois qu’ils sont sortie de l’hopital. @Zaiki Minako avait acceptée d’emménager avec lui au Dojo. Bien que non mariés encore, il avait promis à Kaito que son amour pour sa fille était véritable. Ça lui a valu un œil au beurre noir, mais le géant semblait rassuré, du moins, pour le moment. Quoi qu’il en soit, Minako à eu la bonne idée de renouer contact avec @Metaru Hideko, un peu poussée par Ken qui s’inquiétait pour elle, sans doute par peur des femmes, il n’avait pas osé lui envoyé de lettre lui même. A pars Minako, Hideko était la seule femme qui ne mettait pas Ken trop mal à l’aise. Le jeune homme à jamais réussi à surmonter son mal être. Cependant toute la semaine est si vite passé, il était excité, impatient et en même temps redoutais de revoir Hideko. Il avait eu comme tout le monde eu vent de son accès de folie. Minako en bonne petite amie le soutenait de son mieux, Ken en etait certain mais il ne pouvait pas s’empêcher d’imaginer Hideko le noyer.

— Et si on annulait ? Dit Ken à sa petite amie. D’un air à peine humoristique.

La crainte de voir Hideko triste, ou pire, colérique. Le fait que Minako aille avec lui le rassura fortement. C’est de bon cœur, dans les bras de sa belle qu’il s’endormait vite.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La journée était passée extrêmement vite et alors que Ken savourait son moment de tranquillité avec sa douce, dans le jardin zen, a prendre soin du bambou familiale. Il dut arrêter pour aller au terrain d’entraînement pour y revoir Hideko. Il avait hâte d’apprendre des choses à son contact. Il est vrai qu’il avait entendu des choses sur Hideko.

— Plutôt crever de m’entrainer avec cette malade ! Au moins je souffrirais pas !

— Tu veux vraiment t’entrainer avec la tigresse blanche de Kumo ? On dit qu’elle est si cruelle qu’elle castre les hommes et qu’elle te fait remonter tes testicules, te les sorts par l’anus et te les donne à manger. Juste pour le plaisir de t’entendre hurler, je serais toi… J’en ferais rien !

Ou alors

— Il parait que Akagi Metaru, à cause d’elle, à du ce forger une mâchoire en métal !!

— Nan tu déconnes ?!

— Sisi je te jure ! Il a plus un chicot, il a un dentier de métal c’est pour ca qu’on l’appelle gueule d’ange !

— Ha ? Je pensais que c’était parce que les femmes le trouvaient trop sexy, surtout sans barbe….

— Nan ça c’est ce qu’il raconte… En vérité c’est parce qu’il a les dents qui brille au soleil, ça fait comme une apparition divine.

— hummm… Je l’ai croisé j’ai pas trouvé qu’il brillait tant que ca…

— Tu me crois pas ? Pas grave, moi je te dis ce que je sais aprés… tu te débrouilles !!


Hideko avait méritée sa victoire. Oui elle a débordée mais Ken n’avait pas fait autant ? Sans l’arbitre il se serait fait exploser le bras pour gagner. La seule différence entre elle et lui, c’etait leurs niveaux. C’est pour ça que Ken n’accepte pas sa faiblesse.

Plus il se donne à fond, moins les gens s’intéressent à lui. Entraînement contre Hideko ? Minako est encouragée et en plus elle à un rouleau…. Alors que Ken gagne contre elle, elle est prise au Kubyuu lui rien a pars des critiques. Mission avec Aizen ? Il lui demande d’aller chanter, restant avec Minako et le laissant, lui sans conseils, sans rien si se n’est que des critiques. Depuis peu, Ken à décidé de se donner comme objectif qu’un jour il irait vaincre le raikage. Si il bat le raikage, le village sera obliger d’arrêter de le critiquer et sera obliger de lui donner de l’importance !

Tout le monde vois Ken comme un imbécile, un faible, un bon à rien, un lâche… Ken, maintenant qu’il a une femme chez lui se dit que son image devait changer ! Imagions que Minako tombait enceinte maintenant ! Il se donna donc neuf mois pour être plus fort. D’un coté il se sentait comme Hideko. Elle en paria, en psychopathe… Lui comme bouffon, comme faible. Ils ont tellement de points communs. Peux être que Minako le fois différemment ? En tout cas, Ken se sens autrement avec elle et c’est aussi pour ça qu’il s’est totalement offert à elle.



Ken a aussi hâte de voir Bakeneko, il avait lu la souffrance de l’animal. D’ailleurs Ken avait hâte de parler à Hideko de se drôle d’oiseau qui lui tourne autour. Un rapport avec Bakeneko ? Il est vrai que Ken ne lui avait jamais demandé comment le liens entre eux était né.

Le jeune homme, enfin, a hâte d’avoir des nouvelles de la sœur de Hideko. Il a tellement souffert suite à la disparition de Yoko qu’il en avait oublié que Hideko avait peut être aussi perdu un proche. Il pense tellement au plaisir de revoir son amie qu’il en oublia sur le moment Minako. Il lui serra la main pour qu’elle le regarde. D’un sourrire, d’un regard qu’il plante dans ceux de sa douce, un je t’aime silencieux. Il sens à nouveau son cœur se sérer, comme si Minako lui faisait un câlin de l’interieur. Il reprend alors sa marche vers le terrain d’entraînement.

Plus il se rapproche du terrain, plus son coeur se serrait, non pas d’amour mais de crainte. Peur pour Hideko, qu’elle soit démolit pour la vie, peur pour lui qu’elle perd les pédales, peur pour Minako qu’elle le retrouve décédé. Ken aussitôt se secoue la tête pour chasser cette idée. Peut être était t’il naïf ? Mais il a confiance en Hideko. A pars sa femme, elle etait la seule à non seulement lui donner confiance mais aussi, à lui donner envie de pratiquer le taijutsu. Sa grand-mère elle même ne lui avait pas donnée cette envie. A dire vrai, c’est surtout a Minako qu’il fallait dire merci pour ça. Hideko avait quand même orienté son envie dans se sens.

Ils arrivent enfin sur le terrain, en début de fin de journée, le terrain est illuminé de faible lumière pour l’occasion. Apparemment, d’autres personnes l’avaient utiliser et probablement après également.
Au loin, une silhouette se dessina peu à peu.

— Youhouuu… HEY Hideko, c’est nous  ! Crit Ken de façon enthousiaste

Toujours avec Minako à coté de lui, il lui lâche timidement la main, pour la tendre à Hideko une fois à portée. Ken à fortement changé, puisque face à Hideko, il se présente sans masque, des yeux… Des yeux, de couleur d’or et intense, braqués sur la guerrière. Un sourire un peu discret. Pour la première fois, il se présente, visage nue. Il a de plus, abandonné son kimono violet au profit d’un kimono noir bien plus sobre. Il semblait avoir changé.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN





Dernière édition par Daishi Ken le Jeu 12 Aoû 2021 - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Jeu 12 Aoû 2021 - 11:41
“Hideko, tu as raison. Nombre de gens m'ont pointé du doigt à cause de ma gaminerie. Je m'en veux, je ne sais pas comment gagner de la crédibilité. J'aurai dû me battre jusqu'au bout ce jour-là. J'espère que tu dis vrai et que tu ne me donneras pas de leçon à ce sujet.” Minako s'en veut terriblement, elle a fait honte à elle-même et à Ken, mais les mots du Raikage la réconforte "tu sauras l'inspirer en étant la meilleure version de toi-même." La jeune kunoichi ne sait pas encore comment devenir cette nouvelle version d'elle-même, mais elle pense qu'à force de se battre aux côtés de Ken, elle la trouvera, sa réponse. Minako sourit lorsqu'elle apprend que Hideko veut apprendre l'iroujutsu. Elle est contente que son amie aie trouvé un but si beau, mais elle s'attriste pour Bakeneko. “ Et s'il compte mourir seul dans son coin, comme le font la majorité des félins ? Non… ” pense-t-elle. “ Suis-je bête, s'il voit son invocatrice se donner corps et âme à apprendre l'art du soin pour le sauver, il aura sûrement la force de se battre pour sa survie. ” Aussi, elle ne comprend pas en quoi Hideko n'a pas su dompter la rage de vaincre. Minako elle-même ne sait pas comment faire, et jusqu'ici elle n'a personne pour lui donner une réponse concise et claire. La jeune femme sort de ses pensées par un baiser amoureux de Ken.

Le lendemain. Minako commence à réussir à maîtriser sa méditation pour malaxer et renforcer sa réserve de chakra. En compagnie de Ken, dans le jardin zen. Le soir venu, le couple se promène jusqu'au terrain d'entraînement à côté de l'Académie. « Pourquoi on annulerait ? Si on fait ça, Hideko pourrait se sentir trahie, dieu sait que ça fait mal… » dit-elle dans un premier temps, se rendant compte que Ken a encore une crainte vis-à-vis des femmes. En effet, le lieu peut leur rappeler de mauvais souvenirs. Pourtant, elle lui a bien dit que le karma reviendra toujours sur la tête de quiconque dérivant, y compris les filles. C'est pour cela que Minako paraissait neutre face à Megumi, l'une de leur harceleuse, lorsqu'ils se sont revus, avant l'examen des chuunin.

Minako fait la moue en entendant les rumeurs. Ok, selon elle, Akagi est beau, mais est-ce là la seule raison de le défendre ? La jeune musicienne, ne connaissant pas l'histoire des deux cousins, ne juge pas ce qu'elle a entendu, et, quoi qu'il arrive, soutiendra celle avec qui le duo a passé les épreuves ensemble. Minako a une certaine crainte que Hideko dérive dans la folie à cause du nombre de personne la pointant du doigt ou en lui tournant le dos, ce qui est selon elle compréhensible, car personne n'est fait pour rester seul. D'un autre côté, elle veut montrer qu'elle reste avec elle, l'artiste n'a pas peur de la Mort ni du Jugement. Elle n'a pas peur quant à ses croyances qui sont bien ancrées en elle. Elle le sait et l'affirme intérieurement : Hideko est son amie.

Un sourire se lit sur son visage quand elle reconnaît Hideko au loin. Minako a elle aussi changé, son œil gauche étant continuellement légèrement sombre, un eye-liner discret le mettant en valeur. Un petit tatouage de fleur de lycoris dessiné sur le dos de sa main droite, également présent. Même si ces deux sceaux lui sont inutilisables par manque de puissance, elle est marquée par ceux-ci, signe que ses esprits sont pour le moment canalisés et qu'elle ne court aucun danger, ne serait-ce pour elle ou pour autrui. « Hideko-chaaaan, bonsoir ! » lance-t-elle, sans gêne. Elle est bien plus familière avec sa comparse, signe de sa confiance bien installée chez la poupée humaine, illuminée par cette vie autour d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Ven 13 Aoû 2021 - 21:48

Tout juste sa session d’apprentissage à l’hôpital terminée que Hideko se mit en route vers les terrains d’entraînements. Là, deux camarades l’attendaient, les deux camarades avec lesquels elle avait traversé les épreuves de l’Examen Chuunin.
En venant ainsi, elle avait répondu à la demande de Ken de la former à l’art d’esquiver, atout essentiel de la panoplie de techniques du shinobi, bien qu’elle-même l’utilisait rarement. Surtout, elle avait répondu à celle de Hideko qui, la rappelant à son devoir, s’était aussi révélée être une personne qui semblait être de confiance. En ces temps de doutes et de solitude, alors que tous lui tournaient le dos, l’idée de revoir des visages amicaux, des visages qui ne la jugeraient pas, lui pesait lourd.
Vêtue d’une somptueuse robe bleu, richement décorée de fleurs, elle marchait d’un pas rapide vers le lieu de rendez-vous. Alors qu’elle s’en approchait, elle sentit son cœur se nouer. Son esprit ne cessait de la mettre en garde, d’écouter ses peurs, de se méfier d’une telle invitation, une proposition qui pouvait se révéler être une main empoisonnée, mais elle n’écouta pas ses peurs et ce fut le visage fatigué, les traits tirés, mais toujours armé de la même détermination, qu’elle apparut devant eux.
Tous deux l’accueillirent avec énergie, avec chaleur et ceci la rassura, tout autant que sa gorge se noua. Hideko n’était pas du genre à pleurer, surtout, pas en compagnie des autres. Aussi, elle se contenta de sourire et de répondre.

– Ken, Minako, je suis heureuse de vous revoir en bonne santé.

Avant toute chose, les politesses s’imposaient. Aussi, arrivé à leur niveau, elle s’inclina légèrement et dit :

« Je vous présentes toutes mes condoléances pour la perte de vos proches. »

En l’honneur de la grand-mère de Ken et de la sœur de Minako, elle ne pouvait en faire autrement.

« Comment vous sentez-vous ? »

Hideko remarqua rapidement que tous deux avaient légèrement changé. Chez Minako, ce changement était perceptible par le délicat maquillage qu’elle portait, tandis que chez Ken cela transparaissait dans sa façon de se tenir. Etaient-ce les épreuves qu’ils venaient de vivre qui les avaient forgés ?

« Si je me souviens bien tu souhaitais apprendre à esquiver Ken, c’est bien ça ? Quel genre d’esquive souhaites-tu apprendre ? »



_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mar 17 Aoû 2021 - 18:28
Ken arrive avec Minako proche du terrain, il est heureux d’y voir sa femme si radieuse. Il est vrai que Ken se faisait du soucis, dans qu’elle etat il retrouverait Hideko ? Portant avec fierté son blouson gravé du signe du dojo du paon. L’école que voulait ouvrir ça grand-mère. Jusque là, n’étant pas du Kubyuu, il n’avait rien de mieux à faire que de représenter son dojo partout où il passe. Ken lâche la main de sa petite fleur avec un leger regret mais il se devait d’offrir une meilleure image de lui. Yoko le regarde depuis les cieux, l’age de l’insouciance à durée longtemps chez le jeune homme, mais, bien que foufou, ses yeux reflètent maintenant une certaine maturité fraîchement gagné. Une étincelle qui ne demande qu’a se faire plus vivace.

Ken avait un peu honte subitement de revoir Hideko, une pensée, une crise de honte aiguë. Minako lui dira forcement qu’elle est du Kubyuu, sauf si Hideko le sait déjà, mais il devra encore faire face a son problème, son manque de confiance en lui, mais, quand personne ne te fais confiance, comment se faire confiance a sois même ? Il cacha aussitôt sa honte dans un sourire forcé, par chance, sa femme parla la première quand Hideko était finalement à leurs portées.
Subitement, son sourire forcé, devint réel. C’était si bon de la voir, ce qui l’empêcha de la câliner, hors sa phobie des femmes, c’était la peur que Minako prenne l’étreinte comme une trahison. Il n’était pas encore tout à fait a l’aise dans les relations humaines surtout concernant les femmes. Du coup, il préféra rester à distance et se mit à faire se nouveau salut qu’il a inventé à l’hopital.

Sortant son dizzi de la main gauche, il frappe son poing dans la paume droite, tend les bras et abaisse sa tête, présentant son arme à Hideko puis range son instrument de musique.
— Mes respects mon amie ! Ca me fait également plaisir de te revoir. Comment va tu ? Dit Ken en froncant les sourcils esquivant les condoléances de Hideko. La douleur étant encore trop fraîche, il préfèra cacher sa peine dans l’humour.
— Didonc, tu es certaine de vouloir m’apprendre l’art ninja dans une tel robe ? Tu n’ as pas ton armure ? Tu me fais un immense honneur, enfin NOUS. Tu es splendide mais pourquoi être aussi bien habillée ? Tu pensais qu’on serait seuls pas vraiiii? Ken réagis avec un clin d’œil forcé, jouant volontairement les gros lourds, en explosant de rire.

— Nan je plaisante, tu sais bien que j’appartiens a Minako ! Mais en vrai, je te trouve splendide ! C’est des sakuras nan ? Ken rougit le vent soufflant fit apparaître un bout de cheville. Ken tout rouge eu la gorge nouée.


— GNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII J’AI RIEN VUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE PROMIIIIIIIIIIIS !!!!!!

Ken recule de quelques pas comme pris d’un violent Genjutsu. Il se cache derrière Minako et la câline.

— Pardonne moi mon coeur j’ai pas voulu c’est le vent ! J’ai même pas fait de futon en plus ! Pardon les filles !!!
Ken prit un long moment avant de se remettre de ses émotions s’excusant au moins une dizaine de fois à sa femme pour avoir malgré lui vue le morceau de cheville. Ken maintenant regarde Minako pour discuter avec Hideko

— Excuse moi, Minako m’apprend a surmonter ma phobie des femmes, c’eeeest…. J’ai encore du travail hahahaha. Excuse moi.

— Pour répondre à ta question, j’aimerais apprendre l’esquive que tu as faites avec Keisuke quand tu as bondis très haut et très loin l’empêchant ainsi de te brûler les chevilles. J’ai été inefficace durant cette phase a cause de se soucis, j’ai été condamné dés le départ, j’ai été un poid mort, d’ailleurs…. Je me sens encore comme un poid mort… J’aimerais apprendre à bondir loin très loin et rapidement ! Combien de fois je me serais sauvé de grave situations avec cette technique… Etre fort pour Minako ne suffit pas, elle mérite le meilleur et je suis se meilleur. Je dois m'éveiller ! Je dois savoir esquiver !


Esquive B:
 

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Ven 20 Aoû 2021 - 13:56
« Ça fait plaisir de te voir. Je te remercie pour Mi… pour ma sœur. »

La solitude envahit le cœur de Minako. Elle qui a toujours vécu avec Mitsai, elle a l'impression de se sentir abandonnée, lâchée dans la nature, sans aucun repère. Bien sûr, elle doit se montrer forte pour Ken, mais les temps sont durs. La plaie béante est encore trop fraîche et douloureuse pour la jeune ninja. Ses yeux s'humidifient à cause de ce deuil, et pourtant, son maquillage ne coule pas. Minako se sent vide sans elle. « Excuse-moi, je me sens très bien. Je vais reculer pour vous laisser la place pour vous entraîner. » Minako faisait tout pour ne pas penser à elle, mais c'est pareil, tous les soirs, tous les matins, où qu'elle aille, son cœur se serre. Bien qu'elle se forge un masque inexpressif, seul son regard trahit ses émotions.

Alors qu'elle commence à reculer, Ken se cache derrière elle, paniquant et s'excusant une bonne dizaine de fois pour une raison totalement ridicule. Restant de marbre face à la situation, contrastant avec le comportement peureux de Ken, notre protagoniste est froide, silencieuse. Le retour de la poupée sans vie peut accabler son amour, mais il doit certainement le comprendre aussi bien qu'elle, que le vide s'est installé dès lors que la Faucheuse est venue lui voler la vie qu'était Mitsai. « Qu'est-ce que j'en ai à foutre que tu vois une cheville, revois ta définition de ce qu'est la fidélité. » dit-elle de manière sévère. Minako saute pour s'asseoir sur l'un des rochers pour regarder de haut les deux combattants. « En effet, si tu veux être digne d'un ninja tu chasses ta phobie. Si tu veux porter toi aussi ton blason du kyuubu bien-sûr, huhu. » Le blason du kyuubu est visible sur le bras droit de la nouvelle stagiaire de cette unité, habillée d'un simple pantalon ample gris et noir et de son t-shirt aux motifs de bandages blancs. Son bandeau de ninja a été réajusté pour aller sur son bras gauche, car il n'était pas mis en valeur derrière sa frange.

Minako pense que la tenue de Hideko est parfaite pour renforcer le mental de Ken. En effet, si cette dernière saute, il est probable que celui-ci voit sa culotte. La musicienne a hâte de voir la réaction de ce dernier si ça arrive. En tout cas, elle trouve son amie rayonnante. Derrière ce masque inexpressif et ce vide dans sa solitude de cache une joie inespérée de se retrouver en compagnie des deux personnes avec qui elle a traversé les épreuves de l'examen.

« Bon courage Kenny, huhu. »

Un corbeau se pose non loin de Minako, ayant l'air d'observer Ken. Celle ci ne le remarque pas, concentrée sur ses deux comparses.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mar 24 Aoû 2021 - 21:43

Ken la salua à nouveau, puis passa sur le sujet de sa peine et lui demanda si elle désirait réellement lui apprendre l’esquive dans l’accoutrement qu’elle avait choisie. Ne pouvait-elle donc être féminine et combattante à la fois ? Voilà bien là la réaction d’un homme et son trait d’humour qui s’en suivit n’apaisa aucunement son agacement. Une bourrasque souleva légèrement sa robe et les bas de Minako, faisant apparaître une cheville de cette dernière qui fit réagir Ken au quart de tour, criant comme s’il venait de commettre un crime en observant la un morceau de chair de sa bien-aimée.
Malgré les mois qui passaient, Ken ne semblait pas changer, ou tout du moins, pas sur son rapport avec la gente féminine. Il s’excusa, encore et encore jusqu’à ce qu’enfin Minako ne l’ai rabrouée, une réaction qui lui fit plaisir.
Décidément, les deux jeunes femmes semblaient avoir plus de points communs qu’elle ne l’aurait imaginée. Car elle avait parfaitement raison : s’il voulait être digne d’être un ninja et monter en responsabilité, alors il devrait passer au-dessus de sa phobie, sans quoi il n’y parviendrait jamais, mais après tout, qui était-elle pour parler ainsi ? Alors qu’elle-même s’était vue refusée sa promotion. Aussi, Hideko se contenta de se taire jusqu’à ce que ses deux camarades aient terminés leur conversation. Ken s’excusa à nouveau, ce à quoi elle ne put s’empêcher de répondre.

– Arrête de t’excuser et fait en sorte que cela ne se reproduise plus. Lui dit-elle sèchement.



Peu importait les excuses, seules les actions comptaient. Ken expliqua ensuite les raisons qui l’avaient poussé à demander à ce qu’elle lui apprenne à esquiver. Pourtant, son explication lui paru étrange, incohérente, car elle n’avait jamais esquivé quelconque attaque que Keisuke leur avait asséner. Non, elle n’avait rien pu faire face à ses flammes qui s’étaient répondus plus vite qu’elle n’avait pu réagir. Elle avait cependant bel et bien esquivé lors de leur combat à tous les trois, avant le début du tournoi, mais au fond peu importait.

– Je vois, alors faisons en sorte que tu saches esquiver ! Lui dit-elle avec force pour l’encourager. Tout d’abord, un peu d’explication.

Avant de commencer par la pratique, Hideko allait s’attarder sur la façon de procéder afin de réaliser une telle esquive, sans pour autant trop s’y attarder, au risque de perdre son jeune élève.

« Le principe de l’esquive n’est en soit pas bien compliqué : il faut concentrer son chakra dans les muscles de ses jambes, comme tu pourrais le faire pour donner un coup par exemple, puis bondir afin de réussir à esquiver une attaque. Ce qui est par contre complexe à maîtriser c’est la quantité de chakra et le timing, car la fenêtre pour esquiver sera très petite et à la moindre erreur, tu risques de le payer très cher. »

Hideko se rapprocha de lui jusqu’à arriver à son niveau, puis se plaça en face.

« Avant de maîtriser la concentration de l’énergie, on va commencer par un petit exercice. Je vais commencer par t’envoyer des kunaïs, d’abord de loin, ensuite de plus près. L’objectif pour toi sera de les esquiver, mais pour se faire tu devras bondir, sans utiliser de chakra. Interdiction de les esquiver sur place, c’est compris ? »

Ses ordres donnés, Hideko vint se placer à une dizaine de mètre de Ken, puis forgea un premier kunaï.



Quand Ken fut prêt, elle le lança sur lui, comme s’il s’agissait là d’un ennemi, sans aucune hésitation.


_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Sam 28 Aoû 2021 - 20:00
Alors que le gennin ferme les yeux pour faire le vide en lui, il s’auto-analysa et le constat etait peu reluisant.

Ken eu un pincement au cœur en entendant Minako parler de sa sœur, il ne pouvait que difficilement se mettre à sa place, lui qui n’a jamais eu, ni sœur, ni mère, ni père… Du moins, pas à sa connaissance. Il devait bien venir de quelque part. Il avait envie qu’elle reste auprès de lui pour s ‘entraîner. Il perdait l’habitude d’être seul et il trouva ça très bien comme ça. Il avait apprit à lire les yeux de Minako qui s’embrumait comme maintenant. Elle, assise sur un rocher, les yeux balayant la zone de combat.

Soudain son esprit se remémora la scène, quand il cria après avoir vue la cheville d’ Hideko. Elle lui répondit d’une manière si violente qu’il prit la réponse comme une énorme gifle lui indiquant qu’une cheville n’était pas important, qu’il devait revoir son concept de fidélité. Si il voulait être digne d’etre un ninja, il devait chasser sa phobie surtout si il veux un jour entrée au Kubyuu. Sans même le laisser répondre, elle alla sur un rocher. Elle lui montra par soucis d’ encouragement l'écusson tant convoité. Elle lui souhaita enfin bonne chance. Comme si ça ne suffisait pas, le visage un peu dégoûtée de Hideko lui fit comprendre que ça blague était de trop.

— J’aurais du considérer l’apprentissage comme une mission alors… bien !

Hideko a son tour lui fit une remontrance au sujet de ses excuses à ralonge.

— Oui, pard…. Heuuu…. O…. oui grande sœur.

Le mot était lâché. Sans se rendre compte, il avait appelé Hideko, sa grande sœur. Ce qui était vrai. A pars Minako, Hideko était la seule a veiller sur lui. Ils ont tellement fait de missions, d’entraînement et maintenant un apprentissage… Étrangement, il y prit goût, c’est ce qu’il ressentait pour elle… une grande sœur. Hideko etait réellement une soeur pour lui. Elle lui prodiguait des soins, des conseils, des encouragements. Elle répondait présente à chaque fois qu'il en avait besoin. Ken aurait aimer avoir une sœur de sang, comme elle...

Ken se sentait honteux, mais, c’était plus fort que lui… dans son passé, la chaire féminine ne lui avait fait que d’énormes souffrances. Minako le savait et ça ne la pas empêché de le prendre de haut, mais elle a eu raison. Le jeune homme, trop concentré sur le passé. Il revoyait les sévisses de son passé, la noyade, encore et encore sans réussir a fermer se chapitre de sa vie. Cette fille avec son pied nue sur son crâne appuyant fortement jusqu’à ce qu’il ne puisse plus bouger, jusqu’à la disparition des bulles d'air, jusqu’à ce que son corps, tel un pantin désarticulé ne bouge plus. Personne ne pouvait comprendre, d’ailleurs jamais personne n’a essayé a pars Minako. Même Hideko, sa grande soeur, ne lui avait jamais rien demandée à se sujet.

Hideko brise soudain les pensées de Ken, le ramenant dans la réalité. Sa force, le motiva. Elle lui propose un peu d’explication.

— Oui grande sœur ! Lui répond Ken avec la même intensité et enthousiasme.

A t’elle relevée que Ken la considère comme une sœur ? Une sœur de cœur, une sœur d’arme…. Qu’importe, Ken apprenant et comprenant l’importance de la hiérarchie voulait lui souligné qu’il considère Hideko comme sa supérieur hiérarchique et qu’il était prêt, auprès d’elle, à grandir. malgré qu'ils soient genin pour genin, Ken ne se sentait pas du tout à ça hauteur.

— concentrer son chakra dans les muscles des jambes, comme si je voulais frapper et tout relâcher d’un coup pour faire un bond… faire attention au timing. Oui gran… Oui !

Ken ne voulait pas se montrer trop agaçant en donnant du « grande sœur » à tout bout de champs. Il essaya de ne pas sourire, de se faire dangereux. Il voulait faire bonne impression à Hideko, une des rare à lui montrer encore un minimum de respect et de crédit. Il y avait plus qu’un apprentissage en jeu. Ken le savait, si il perdait le soutien de Hideko, il aurait presque tout perdu. Il n’avait pratiquement plus le droit à l’erreur, vue comme celle ci lui avait expressément demandée d’arrêter ses bêtises. Il l’avait déjà en partie perdu. Il en était certain.

Hideko s’approcha de lui, Ken avala sa salive ne comprenant pas ce qu’elle voulait. S’échauffer en s’échangeant des coups ? Il se tenait en garde prenant la même posture que Kaito. Jambe écarté, un poing hissé comme un bouclier, le second chargé, un poing prêt à partir. Au lieu de ça, elle lui dit qu’ils commenceront par un petit exercice, il devra tenter d’esquiver des Kunais, de loin et si il y arrive, de plus en plus prés. Avec interdiction de rester sur place.

— Oui grande sœur ! Dit t’il sans sourire, de façon totalement neutre.

Ken vit Hideko forger un premier Kunai. Puis le lance, par pure réflexe, Ken se baisse en se tenant la tête dans ses mains. Sans se rendre compte, son corps tomba par terre. C’était plus une chute qu’un saut. Est ce que Hideko s’en contenterait ? Il ne pense pas, lui même était un peu surpris. Ses jambes avait été comme bloqué pris dans un bolas.

— FAIT CHIER !!!! Ken frappe du poing plusieurs fois de suite ! D’une rage inconnue des ninjas de Kumo.

Il en avait marre d’être à la traîne. Surtout devant les deux personnes qui compte le plus pour lui. Minako, la femme de sa vie, et Hideko, sa grande sœur de cœur et d'arme. Il se met tellement de pression, qu’il explose de rage sur le sol. Ses deux poing martela le sol a diverse reprises ne se rendant même pas compte qu'il y avait mis du futon dans ses coups. Le sol trembla comme un léger tremblement de terre ou était ce autre chose?

S’en était trop, lui même ne supportait plus sa faiblesse. Le corbeau, un œil méfiant envers Minako s’approche un peu du bord du rocher et se mit à croasser. « Henzo… Henzo », comme si il était inquiet. Un simple exercice où la consigne est simple, SAUTER ! Même ça il l’échoue. S’en était trop, il rajouta une dizaine de coups de poing dans le sol. Il ne voulait pas perdre sa sœur, il ne voulais pas décevoir Minako. Plus le temps passe, plus il a l’impression qu’il devrait renoncer à être genin, mais si il renonce, c’est renoncer a Daisho Minaken. C'etait hors de question, la mort étant préférable.

J’ai pas esquiver, grande sœur, recommençons ! Sa voix claquait comme un ordre !

Son regard changea, comme quand il a combattu Hideko, une rage qui l’envahi. Son souffle se fit lourd, comme un souffle animal. Un animal féroce, prêt à en découdre. Le corbeau arrêta de croasser comme surprit du subit changement, admirant la fougue de Ken tout en fixant Minako, tournant sa tête de coté comme pour lui demander son avis clignant de l’oeil. Soudain, non loin de là un autre oiseau s’approche du rocher, un magnifique oiseau à la tête bleue. Pour une raison étrange, ni l’un, ni l’autre ne semblaient effrayés par la gennin.

Lors du second essai et du troisième, Ken ne se laissa plus tomber, il plongea à terre effectuant une roulade pour se remettre debout. La rage de s’imaginer vue comme un raté par, ses deux personnes qui lui sont très chers. Minako sa femme, et sa grande sœur Hideko. Le problème qu’il remarquait est qu’il s’épuisait beaucoup physiquement. Respirait t’il comme il faut ? Il ne se sentait pas à l’aise, mais refusa de faire une pause pour autant. En combat il n’y aura pas de pause !

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Jeu 2 Sep 2021 - 16:13

Ken l’appela à plusieurs reprise « grande-sœur » ce qui dans un premier temps l’étonna, la prenant au dépourvu, puis l’agaça rapidement : elle n’était la grande-sœur que d’Aya et c’était bien assez comme ça. A ses yeux, les liens familiaux avaient toujours été synonyme de souffrances : ce fut le cas avec ses parents, avec Akagi et c’est le cas tous les jours avec Aya, depuis son retour. Akagi… Elle se surprenait elle-même en pensant ainsi à lui, comme un membre de sa famille. Sa conception déformée du cercle familial, de cette fameuse famille clanique, l’influençait-elle ?
Tous les soirs, sans jamais à sa tâche, à moins qu’elle soit occupée dans une mission importante, elle ne manquait d’aller la voir, mais cette situation la fatiguait petit à petit et elle se surprenait elle-même à avoir envie de l’abandonner, de la laisser à son sort, pour ne plus avoir à s’en occuper. Dès que cette pensée apparaissait, elle ressentait l’instant d’après de profonds remords : comment pouvait-elle penser ça de sa sœur ? Elle était tout ce qui lui restait, tout ce qui lui restait de cette famille et c’était justement ça le problème. Cette ombre du passé qui ne la quittait jamais et contre laquelle elle se débattait, essayant de lui échapper sans jamais y parvenir : voilà ce qu’Aya lui rappelait constamment.
A cela s’ajoutait sa garde qui s’éternisait à être confirmée, constamment repoussée à cause des rapports que l’on faisait de Hideko, de sa soi-disant propension à la violence alors qu’elle n’en avait jamais fait usage en dehors d’un combat encadré. Pourrait-elle seulement la revoir un jour ?

Quand le premier kunaï fut lancé et qu’il atteint Ken, celui-ci céda à ses premiers instincts et se projeta au sol pour l’esquiver. Il n’était pas chose aisée que d’aller à l’encontre de ses réflexes et de changer d’habitude et elle ne s’attendait pas à ce que Ken réussisse du premier coup. Non, ce qui l’étonna fut son comportement : il s’énerva instantanément et ce ne fut là pas un léger coup de chaud, mais une réelle rage qui ne disparut pas aussi vite qu’elle était apparue. Hideko, dans un premier temps, se contenta de l’ignorer et de continuer l’exercice. Ken, habité de cette rage, sentiment qu’elle n’avait encore jamais aperçu chez lui, fit une roulade pour esquiver le second, puis le troisième Kunaï.
Ce n’était pas ce qu’elle voulait.
A la seconde et dernière roulade, il parut totalement épuisé, était-il donc si faible physiquement ? Hideko stoppa l’exercice et resta muette : elle se posa et prit le temps de réfléchir, d’analyser la situation.

Ken était un jeune homme immature : gentil, mais naïf. Il ne savait pas gérer ses émotions, comme il ne savait pas gérer son corps et son esprit. Pour ce dernier aspect, elle était mal placée pour le conseiller, aussi, elle se décida à ne pas faire de remarquer sur son comportement. Non, s’il avait besoin d’extérioriser, qu’il extériorise. En ce qui concernait l’exercice, avec lui, mieux valait les actes que les paroles. Aussi, il serait bien plus efficace de lui montrer que de tenter à nouveau de lui expliquer ce qu’elle voulait et enfin, il devait arrêter de l’appeler comme il le faisait. L’air sévère, elle s’adressa comme à un soldat.

– Je ne suis pas ta grande-sœur, mais Hideko, genin de Kumo et tu es Ken Daishi, genin de Kumo.

Le ton était donné. Elle pointa du doigt le Kunaï qui gisait au sol et sa gauche.

« Ramasse ce kunaï et envoie-le sur moi, comme si tu m’attaquais. »

Quand le kunaï fut projeté sur elle, Hideko bondit sur la gauche pour l’éviter.

« Voilà ce que tu dois essayer de reproduire : bondir pour esquiver. C’est le bon timing que tu dois essayer de maîtriser, esquiver au bon moment. Si tu esquives trop tard, tu te feras toucher. Si tu esquives trop tôt ou toujours du même côté, de la même manière, ton adversaire pourra le prédire et t’attaquer en plein vol. Tu dois donc bondir pour esquiver ces kunaïs et toujours d’une manière différente : en arrière, sur la gauche, sur la droite et ainsi de suite. Compris ? »

Les explications redonnées, elle forgea trois nouveaux projectiles et les lança l’un après l’autre sur Ken.


_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Lun 6 Sep 2021 - 23:13
Pendant que Ken souffle durant sa prestation, Hideko lui semble exaspérée. Pour une raison étrange, Hideko faisait de plus en plus la tête, il ne comprenait pas pourquoi elle lui semblait d’un coup renfrognée. A t’il dit une chose négative ? Pourtant non, au contraire, il s’est montré si gentil avec sa grande sœur.

« Pourquoi fait t’elle une tronche de 20 mètres de long ? J’ai fait quoi encore ? Je lui montre du respect et ça fait la tronche ? Je dis des bêtises, sa râle, je ne dis rien ça râle, je chie sur la herarchie sa râle, je montre du respect pour mes supérieur et ça râle …… BON SANG MAIS QUOI !!!! ras le cul serieux. Kumo bande de raleur vous êtes chiant…. Il vous faut quoi pour arrêter de me râler dessus bon sang ! »

Ken souffle de dépit. Ken est à cours d’idée, comment faire pour que Kumo, au moins sa sœur, sois satifaite sans râler… Est ce un trait de Kumo de voir tout en mal, ou pire, la vision de souffrance ou le désir de tout tuer comme se Joben qui semble obsédé par le meurtre si on se fit à son Izanami qu’il aime crier par moment.

Le jeune homme à til était trop vite avec Hideko ? Celle ci est la seule femme, hors Minako avec qui il arrivait à parler sans avoir peur ou de gène. Les relations humaines est une si grande plaie pour lui. Les résultats du premier test n’a pas arrangé les choses, elle semblait assez déçus de sa condition physique. Il est vrai qu’il a toujours privilégier son mental à son physique. Sans rien dire a se sujet. Elle lui demanda de ramasser un kunai non loin de lui et de le lui lancer comme si il l’attaquait. Sans rien dire, de peur de la frustrée, il le lui envois sur sa droite, elle plongea à gauche sans pour autant faire une roulade comme lui. Il comprit l’une de ses erreurs, en effectuant une roulade, il faisait des gestes inutiles. Hideko utilisait juste ce qu’il fallait d’energie sans rien gaspiller. Alors que lui, voulant bien faire, gaspillait son energie. Akio lui faisait le même constat sur son chakra.

Après que Hideko lui expliqua le timing idéal pour esquiver, Ken acquiesca n’osant plus rien dire de peur qu’elle lui en colle une pourtant, ce qu’il aurait aimer la remercier sa grande sœur. Ken se tenait prêt. Lorsque les kunais lui bondit dessus, le premier il voulu bondir en arrière. Bien qu’il bondit étrangement de façon disgracieuse en diagonal étrange, il réussi à l’esquiver de justesse. Les deux autres ne lui causait aucun problème. Respectivement, par un bond à gauche, puis a droite reprenant sa place au début.

« Je suis vraiment pas a l’aise…. Je dois essayer autrement…. »

Ken se remémora ce qu’elle lui avait dit, de l’énergie dans les jambes. Tout relâcher en une fois… étrangement ses paroles sonnait comme sa dernière technique, la peau de serpent. Si cette technique était la solution ? Faire un manteau d’air et la relâcher sur le sol ?

« Essayons ça... »

Est ce que c’était mieux grande…. Heuuu…. Hideko ? Pouvons nous poursuivre un peu plus durement ?

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Sam 11 Sep 2021 - 15:14

Sa première tentative d’esquive fut maladroite et il s’en fallut de peu pour que le kunaï se plante dans sa chair. La seconde et troisième tentatives furent plus réussies : Ken avait compris l’idée et ne lui restait plus maintenant que de s’entraîner encore et encore afin de transformer cette réflexion en réflexe.

– Bien, c’est très bien. Lui dit-elle pour le féliciter.

Son air sévère s’effaça peu à peu, son visage retrouvant une certaine neutralité, sans pour autant afficher quelconque douceur.
Les feuilles de l’arbre où se tenait Minako dansaient au gré de la brise. Le vent qui était jusqu’alors léger semblait se renforcer, donnant l’impression qu’une tempête se levait. Pourtant, le ciel était toujours parsemé de nuages, sans qu’aucun signe menaçant n’ait daigné se montrer jusqu’à maintenant.

Hideko observa ainsi quelques secondes le ciel, sentant le temps passer, essayant d’estimer si oui ou non leur temps sur ce terrain était compté avant que la tempête n’arrive, ou s’il ne s’agissait là que d’une hypothèse erronée, puis elle reporta son attention sur Ken.

– Maintenant que tu as compris la façon dont tu devais esquiver et surtout le timing, on va se concentrer sur la concentration de chakra et on s’arrêtera là pour aujourd’hui.

Cet exercice se révèlerai plus difficile que le premier et pour le réussir, Ken devrait puiser dans ses réserves. Il ne faisait que peu de doutes qu’il en parviendrait à bout avant d’y parvenir.

« Tu te doutes bien que tu n’arriveras pas à maîtriser l’art de l’esquive en un jour. »

Hideko prit les devants, sentant déjà que Ken ne serait guère content de s’arrêter en si bon chemin.

« Cet exercice que nous allons attaquer là requiert que tu puises dans tes réserves. Une fois acquis, tu auras les deux premières clés qui te permettront d’esquiver correctement. Il faudra ensuite que tu combines ces deux clés pour maîtriser cette technique. »

Court temps de pause pour lui permettre d’ingérer ces informations avant de continuer.

« Quand tu auras acquis cette deuxième clé, la concentration de chakra, tu devrais continuer à t’entraîner sur ces deux éléments et ce tous les jours jusqu’à que cela ne devienne inné et sache que ce n’est pas en un jour ou en une semaine qu’on arrive ainsi à passer d’un geste réfléchit à un réflexe. Nous n’allons cependant pas attendre tout ce temps : tu vas t’entraîner pendant une semaine, ça et ta condition physique que tu dois améliorer. Dans une semaine, nous nous reverrons et je t’enseignerai comment combiner ces deux éléments pour esquiver. »



Le point donné, il était temps de passer aux explications pratiques. Hideko commença à se mettre en marche vers un coin du terrain.

« Le chakra que tu dois concentrer dans tes muscles va te permettre d’améliorer tes capacités physiques, l’espace d’un instant, afin de bondir assez loin et assez haut pour esquiver l’attaque. Tu dois donc apprendre à justement doser cette quantité de chakra dans tes muscles, puis à la libérer d’un coup afin de bondir plus loin et plus haut que tu ne pourrais normalement le faire. »

Arrivé là, elle effectua une série de signe et forgea un mur d’environ deux mètres de hauteur.



Puis elle se plaça à côté et marqua le sol d’une barre en métal.



Puis elle s’avança de trois mètres et marqua le sol d’une seconde barre de métal.

– Voilà les deux exercices que tu vas devoir réussir : sauter ce mur d’un seul bond et à l’arrêt, puis sauter ces trois mètres au sol de la même manière. Pour y parvenir tu vas devoir concentrer ton chakra dans tes jambes et comme je te l’ai dit, le relâcher d’un seul coup pour améliorer tes performances physiques.
Sur ces mots, elle vint se placer à côté du mur, ce dernier dos à elle et d’un seul bond elle passa au-dessus et atterrit derrière.



Elle réapparu ensuite sur la gauche.

– Des questions ?


_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Sam 25 Sep 2021 - 22:49
Bien que les félicitations de Hideko, celle qui considère comme sa sœur d’arme, lui fit un bien fou, lui, le raté, il refusa cette fois de céder à sa joie habituel. Il a toujours été pointé du doigt comme etant le raté, quand il s’adonnait à la joie. Quand il frappait du poing, il gagnait en respect. Lui châtié à l’exile de l’élite de Kumo depuis son plus jeune age. Avait t’il enfin trouvé la clé de voûte ? L’édifice cesserait t’elle enfin de tomber ? L’enfant apatride à t’il enfin trouvé le chemin menant au respect ? Sa fierté n’opterait plus préférentiellement pour la mendicité de la plèbe. Il en avait fini depuis quelques mois avec ses excès d’humour. L’humoriste avait tout donné pour faire plaisir à cette populace endoctrinées à ignorer les vivants désireux de chérir le monde et à honorer les morts qui se sont offerts aux ordres d’un seul homme. Ses gens la tronquant leurs cœurs contre de l’honneur. La banshee, ou plutôt, la vampire psychique l’a assassiné le jour ou elle posa ses lèvres contre les siennes scellant l’âme du comique en elle et son âme de messagère de la mort en lui.

Il n’y avait qu’a voir l’aspect moins sévère de Hideko, sa chère sœur, pour s’apercevoir que la mort du comique était source de réjouissance. Pourtant, feu Kenny brûlait les cœurs glacés qu’il croisait, enfin, pour lui. Un genjutsu infini venait pourtant d’être rompus depuis peu. La joie de Ken vacillait entre l’humour et l’amour et entre la guerre et la rage tel une flamme pris dans un blizzard. Triste les fort d’esprit, Ken vivait dés à présent, une nouvelle période sombre. L’âme de Minako en lui, avait mit fin a l’un des pire genjutsu qui portait comme nom, adolescence, là ou rien de mal n’arrive jamais, sauf pour les enfants n’ayant jamais été plongé dans cet univers. Triste période quand le mensonge de la sécurité disparaît et dévoile un monde avec de nouvelles nuances de couleurs. Une palette bien plus éclatante lorsque Minako, proche de lui, devenait palpable quand elle se collait à lui. Plus terne, lorsqu’elle s’éloigne de lui. Sans Minako, Ken ne possédait plus rien. Un oncle trop absent, un beau père génial mais là uniquement car il veille sur sa fille, une grand-mère qui, bien que morte, a préférer se sceller a Minako, plutôt que dans son petit fils se qui accentua la douleur de Ken, une douleur qu’il n’ose partager, un cancer qui le ronge. Sa propre grand-mère la renié, lui. Son seul ami, Hanzô était maintenant disponible que pour Minako, ses autres amis, Koyama, Kaori, Ryuku, seraient t’ils encore ses amis sans Minako ? Lui même désormais n’appartenait qu’a Minako.

Ken n’avait plus l’humeur à se réjouir, lors de l’exercice, il s’est trouvé des plus minable. Le dormeur doit se reveiller, désormais, le dormeur s’est éveillé mais somnole encore, il menacait à chaque instant de cligner une fois de trop pour retourner dormir. Quoi qu’il en soit, le constat du genin etait alarmant bien que non fatal. Il n’avait réalisé qu’a peine un tiers voir un quart de sa vie et qu’avait t’il accomplis ? Triste les fort, esprits. Ken, depuis peu ayant gagné en maturité, refusa de rire durant les entraînements ou les missions. Le bouffon tragique tel la guêpe du désert fracassait sa coquille de chaire, pour se repaître de son propre cocon. Ken, la guêpe lézardait au soleil pour que ses ailles se durcissent, pour enfin, voler de son propre chef. Il allait pouvoir rejoindre les siens, faire son devoir de guêpe, défendre sa colonie. Nul justicier pour sauver la veuve ou l’orphelin. Nul comique qui sauve le monde grace a un Onkyoton. Nul pleurnichard qui en à marre de vivre. Ken monta enfin sur scène, le rideau était déjà levé. Ken ferais juste se pourquoi il était présent. On attendait de Ken une aptitude à l’écoute total, alors il s’exécuta.

Sa sœur, et professeur lui expliqua les directives à suivre, la clé numéro un, le timing. Il aurait sans doute besoin de Minako pour ça. Jusque là Ken n’avait jamais rien esquivé. Les yeux de chouette, le genjutsu des adoratrices de Jashin. Sa phobie de l’eau. tout sauf ldeux choses. Une, la peur de se confier a Minako concernant le fait qu’il n’ai qu’elle au monde et que sa l’effraye par le simple fait de peut être la perdre. En second, les coups, le simple fait de penser à en prendre lui faisait peur, ainsi il fuyait tout les combats par le rire Il était encore un enfant dans un corps d’adulte. Désormais, depuis peu, il engagea toute son énergie a combler son retard. Par peur de perdre Minako, par peur qu’elle, elle prenne des coups.

La seconde clé fournis par Hideko ne concerna qu’une chose, la libération du flux de chakra idéal. Trop de chakra et il esquiverait trop fortement ce qui est idiot, peu de chakra et l’esquive rate. Toutefois, il serra le poing comprenant que l’exercice prenait fin dés maintenant. Il se saisit des clés les fixant dans son esprit pour en faire une sorte de genjutsu mentale. Le temps du chakra, le temps du chakra, le temps du chakra. Tel un chorus, cette simple phrase s’incrusta à son esprit. Le disque mentale chanta se Mantra. Tel une routine, cela lui apparut comme une évidence, frapper de son poing exigeait la même rengaine. Frappe fort, frappe sans hésiter, frappe le premier.

Ken ferma les yeux acquiesçant en silence. Yeux clos, il n’etait plus qu’une machine, une machine sans conscience, une machine sans but si se n’est de graver ce qu’elle entendait. Une connectique sans âme, il devait se faire violence et ne pas géner Hideko, il devait laisser sa sœur le manipuler, lui laisser se graver dans son esprit. Immobile, tel une statue, que même le vent ne perturba pas un seul instant, il fit taire sa conscience. Devenant l’extention d’ Hideko, il n’etait plus rien, rien de plus qu’une machine a enregistrer. Il ouvrit enfin les yeux, comme pour mettre fin a l’enregistrement. Dans son esprit, c’etait un exercice des plus simple. Cela se retrouvait également dans l’Onkyoton. Choisir le bon tempo. Un rythme trop lent et la musique perd de son intêret et endors. Trop rapide, la musique agace. Une note trop basse l’oreille est perturbé, le genjutsu est troublé, une note trop haute et l’oreille se déconcentre, le genjutsu est rompu. Peut être devait t’il voir ça comme tel ? Non pas exactement, Hideko lui expliqua qu’un saut efficace demandait non seulement suffisamment de chakra, mais aussi une libération parfaite. Il y avait donc une notion supplémentaire, une notion autre que l’Onkyoton ne possédait pas. L’onkyoton demanda au contraire, une libération chakratique faible mais constant, du moins pour ce qui était des illusions. Il se devait de faire parfaitement l’inverse. Au pire, peut être que là aussi, Minako pourrait l’aider. Si il etait une force tranquille, elle, elle etait une force vive. Peut être pourrait t’elle l’aider a se sujet ?

Hideko fini par réaliser un mur de deux mètre puis plaça deux barre en métal de deux metres puis trois mètre de distance. Ken ebaubi la vit presque volante sur le trois mètre. Il ignorait qu’elle pouvait aller si haut, elle, qui durant leurs duel ne s’etait contentée de deux mètres pour le plus haut. Pouvait t’elle plus haut encore ? Ken lui demanda donc qu’elle etait sa hauteur maximale ?

Il fut surpris d’apprécier les cours de sa sœur, ce fut la première fois qu’on lui apprend sans lui demander de prendre des coups. Tanako, Kaito, Hanzô, Akio, même elle au début. Ils avaient tous cherché a lui enseigner le taüjutsu par la force et échouèrent quasiment tous, à lui enseigner les choses. Plus ils frappaient et plus Ken fuyait. Tanako ou même sa grand-mère avaient finalement jeté l’éponge. Le jeune homme refusa d’apprendre par la force, le moyen pédagogique trouvée par Hideko lui plut totalement. Ken fut surpris que ses impressions etait fausse. Kenny n’etait pas mort non, elle avait réussi a comprendre comment il fonctionnait tout simplement. Les lèvres pour la première fois de la soirée de Ken esquissa une banane de joie. L’entraînement fini, il était l’heure de la récréation. Kenny sorti de sa cachette pour tenter de faire rire Hideko et Minako et ne trouva rien de mieux que de courir jusqu’au deux mètres et sauter pour finalement se manger méchamment le mur dans la figure à une hauteur extraordinaire de un mètre soixante dix, un gros coup de front dans le mur. Ken n’avait même pas réussi a décoler du sol.

— Hahahaha, heuuuu oui…. Heuuuu j’ai fais exprès…. HAHA….. Mentit Ken en se frottant la nuque en guise d’excuse géné.

— Pour les questions oui c’est quoi ta hauteur maximale de saut ? J’imagine qu’on peu pas faire une marque à heuuu un mètre du….. heuuuu non oublis… Ken coupa net sa question en voyant Hideko absolument pas souriante.

* J -7 *

En se jour là, il pleut, Ken alors au lieu de s’entraîner au saut du mur, mit diverse objets dans le terrain vague de son dojo qui fera l’objet d’un terrain d’entraînement pour l ‘école du paon. Ken y posa une chaise qu’il sauta par dessus avec une facilité déconcertante. Il durcit l’exercice en y mettant divers autres idioties, une assiette, une comode et même le canapé. Trés vite, il se dit que ce qu’il faisait était contre productif et que Minako le tuerait si elle le voyait entre un de dégueulasser le mobilier. Il eu alors une idée. Sa femme était au travail, partie depuis peu. Il savait qu’elle finirait à dix sept heure. Il fit alors un jogging pendant dix bonnes heures ayant pour objectif de ressentir l’afflux de chakra dans chaque pas. Il se demandait ce qu’il se passerait si au lieu de tout libérer d’un coup, il en libèrait tel un métronome. Gauche, droite, gauche , droite, gauche, droite. Il remarqua que ses pas était de plus en plus rapide. Cela lui donna une idée de Jutsu et l’écrit sur le calepin de brouillon. Il avait tellement honte de lui, tout ça, combien de personnes se sont battu pour le lui apprendre. De Tanako à Kaito, pas une seule personne n’avait réussi a lui instruire comme il le fallait, de sa faute à lui seul, le voila maintenant à apprendre les bases du ninjutsu alors qu’il aurait du le savoir depuis toujours. Il décida alors de faire des burpees en écoutant le cours des professeur de Taijutsu. Il nota les conseils des enseignants, et les remarques de certains élèves.

«  Au final, libérer le chakra c’est comme libérer un pet. On est mal, on ne va pas bien, on contract le cul, on pousse comme pour faire caca et hop sa sort »

Ken trouva cette remarque débilement intelligent. C’est en effet le conseil que lui a donné Hideko, contracter ses muscles, canaliser le chakra et tout relâcher d’un coup. Le soucis est comment on fait pour tout relâcher d’un coup ? Il aurait du le demander a Hideko et regrette que par pudeur, par égo, il ne l’ai pas fait. Son ninjutsu : Fujo, les illusions, les aiguilles de vents, la peau de serpent, les coussins. Tout ses jutsus là avait qu’une chose en point commun, devoir relâcher progressivement le chakra et pas tout d’un coup. Ken, pour reprendre l’expression des enfants, était plus du genre à lâcher un furtif qu’un bombardier. Il demanda enfin des conseils a Minako pour le relâchement du chakra.

* J -6 *

Là où ses bottes sales par la pluie incessante, avaient arpenté le chemin jusqu’au terrain d’entraînement, de gros flocs se faisaient entendre. Là où ses chausses de cuir noir foulaient la gadoue, il s’entraînait à pousser l’immonde glaise en effectuant de brèves pressions chakratique éclaboussant parfois un passant audacieux, le crétin. S’ayant aventuré a ses cotés afin de s’assurer que le genin va bien, se dernier frustré d’être déranger a bien failli confondre le pied du passant avec la boue de la fôret. Chaque un de ses pas, de plus en plus lourd semblaient avoir fait par un monstre de deux cent kilo au regard des traces de futon injecté dans la terre. Tel fut l’échauffement du genin. Chaqu’un de ses pas, comme le jour précédant formait un métronome dans son esprit. Ses pieds battaient la mesure, il ecrasa parfois les pavés avec une tel puissance que la route jadis, d’un rose sombre, ressemblait parfois à une ruine. Le ninja ne se rendait pas compte qu’il saccageait la ville. Dans son malheur, il eu de la chance, que de très rare curieux remarquairent les pas d’un mystérieux animal dans leurs ville. Aucun de ceux là n’eus le courage nécessaire pour traquer la bête. Toute fois, ils rejoignirent le membre du Kubyuu le plus proche pour leur parler du Yokaï mystérieux. Une battu extraordinaire eu lieu se jour là.

Ken continua son entraînement par une session de méditation, jouant avec son chakra. Il prit plaisir à le malaxer, tout en le vidant d’un kukimakura qu’il façonnait de plus en plus gros. Le coussin d’air, de la taille d’un parapluie d’air l’épuisait de plus en plus. Sans l’intervention de Guken Inuzuka, il se serait évanoui. Kashern, le chien de Guken mit une option sur le jeune homme l’ayant clairement identifié comme étant le Yokaï. Ken eu du mal à s’excuser et passera le lendemain à réparer la ville.


* J -5 *

Derrière chaque un de ses pas, l’empreinte de la honte mais aussi de son succès. Armé d’une pelle, il enterra sa vie d’adolescent, jetant la terre sur sa défunte dépouille, chaque trous rebouché marqué le début de sa nouvelle existence. Le firmament de son savoir shinobi. Il entera aussi ses craintes, ses peines. Chaque jour étant une nouvelle épreuve, elle devait l’aider à être une meilleur version de lui même et non pas, une nouvelle raison de pleurer sur son passé, entre autre, sa noyade. Comme lui disait Hanzô qui fut un peu comme son psychiatre. Un jet de terre pour mettre un terme à l’œil de chouette, un autre jet de terre. Mégumi est morte enterrée. Un second jet, Kyoko maintenant défunte, Son gros pied ne foulera plus jamais son visage. Ken n’aura plus jamais l’occasion de baiser ou lécher ses plantes de pieds. Dans son esprit, la rouquine gagna le royaume d’ Izanami. Facile dans son esprit, plus dur a faire dans son cœur, mais c’était un bon début. Cela lui fit du bien, mais pour combien de temps ? Un troisième jet de terre, cette fois pour Manara. Jamais plus Ken n’aura à boire le sang de cette cinglée, plus jamais il n’aura à lui servir un jus de tomate, comme elle disait. Possible qu’un jour Manara revienne et que donc le pacte reprenne. Pour le moment, etant internée au pôle psychiatrie, Ken l’enterra avec les autres, non pas avec un frissons d’effrois en imaginant le retour de Manara, mais comment le pourrait t’elle ?

Le vent glaciale, prémisse d’un hiver glaciale lui caressa l’échine, lui susurrant des promesses de morts, une amoncellement de cadavres a venir. Les mains d’Izanami lui saisit les biceps et les serra si fort que ses bras blanchirent aussitôt. Le genin grelottait, claquant des dents. Izanami n’épargna personne, parfois amour libérant le mourrant de sa longue agonie, parfois monstre de haine, se saisissant d’un enfant dés le berceau voir une bête qui ne peu attendre son âme a dévoré et viens le chercher directement dans le ventre de la mère. Aujourd’hui, elle s’acharnait sur les Kumojin. Testant un à un les habitant, seul les plus fort ou les plus malins, voir les plus chanceux s’en sortiront sans trop de dommage.

Le jeune homme avait fini par abattre sa besogne, ses intérêt généraux fini, il s’en sorti avec un simple avertissement de Guken. Ses pas se dirigèrent non pas chez lui, au diable les bain chaud, il était en retard sur son programme, il passa le reste de la journée s’époumonant comme un buffle essayant l’exercice du métronome a plus grande echelle. Libérant son chakra en premier en faisant comme le premier jour, puis comme le second jour. Trés vite, le terrain d’entraînement donnait l’impression qu’un troupeau de buffle y avait élu domicile, puis, a force de marcher en projetant son futon, fini par être damer. Frappant de toute ses forces, il s’essaya cette fois en sautillant, les deux pieds en même temps ! Il fut incroyablement surpris par la hauteur de ses sauts. Il fini alors par se rendre compte qu’il etait tard en fixant le ciel. Ou était ce les remontrances de Minako qui était venu le chercher ?

* j -4 *

Le cocon est doux, le cocon est chaud pourtant le musicien se sens mal, très mal. Chaque un de ses gestes est d’une extrême lenteur. La guêpe prise dans le cocon douillet remue, détestant être coincée. Peine perdu, le cocon se reforma inexorablement autour de ses pâtes. Entre deux vertiges, une voix famillière retentit. Le disputant fortement, le forçant a rester dans la coque de plume. Était ce Minako ? Ken ne le savait pas, son mal de crâne l’empêcha d’ouvrir les yeux. Le musicien, abattu lutta contre l’appel d’Izanami, une lutte inégal. On lui changea à nouveau le torchon d’eau glacée de son front, se qui a eu pour effet de le réveiller d’un coup. Il ouvrit les yeux, cligna et les ferma de nouveau. Une ombre terrifiante entouré d’un halo lumineux semblait vouloir l’empêcher de répondre à l’appel de la déesse. Etait ce une divinité inconnue ?

L’engeance du divin le réveilla quelques heures plus tard en entendant le genin luttant pour un peu d’air. L’asticot remuant de gauche à droite se fraya un chemin afin de parvenir à sortir des draps. Il n’y arrivait pas en passant par les côtés, qu’importe, il passa par le haut. Ken, tel un homme ivre alla percuter le mur à sa gauche mais fut réceptionné de justesse. Une murmure, un son, une voix… l’homme ne comprenait rien, il demanda juste qu’on le laisse uriné en paix. Il fut alors dirigé de force. Il avait l’impression de flotter, quand enfin, plus rien ne se mit à bouger, il se soulagea et retourna au chaud.

Allant déjà mieux, le genin profita de la solitude pour s’entraîner, utilisant ses mains comme ses pieds, il tenta de projeter le cocon au loin. A ses cotés, très rapidement il du arrêter. Une force douce le tenait fermement envelopper dans un havre de paix et d’amour. Impuissant, le genin rompit sur le champs l’entrainement et se donnait une possibilité de plus de devenir le meilleur des pères avec le concours de Minako. Son coup de froid ayant passé depuis. Ses mains tel des racines poussant autour du corps de sa femme la privant de tout mouvement, offrant toute la nuit durant sa chaleur, aux fesses de cette dernière.

Une personne inconnu dans un logement jamais vue, un songe. L’inconnu avec seul chat comme compagne l’appellant Gala. L’homme écrivait sur une tablette noir gravé d’un alphabet étrange la vie de Ken, elle s’affichait d’une écriture noir sur un petit mur blanc qui brille tel la lune dans la nuit noir. Le songe le terrifia, donnant un sens amer à son existence. Le réveillant d’un bond. Sa femme assoupi le bloquant au sol de sa main. Le genin trempé se demandant si cette vision n’était pas un cauchemar. Coincé dans une divine comédie. Le front en sueur, il regarda sa main, tout semblait être revenu dans l’ordre. Il profita de la musique de sa femme, elle expirait et soufflait bruyamment. Il lui sourit alors.

— Je t’aime Minako. Je t’aime plus que tout.

* j -3 *

Au fait de son amélioration notoire de sa santé, le musicien osa une nouvelle sortie, le vent souffla fort mais aucune trace de pluie. Il profita alors de cette journée pour reprendre tout depuis le début. Koyama le surpris entre un de créer comme des coussins sur le sol pour accélérer son pas de course. Se dernier senti là comme un défi, une occasion de se dépasser, une occasion de surclassé l’adepte du taïfu, le taïfu l’alliance du Taïjutsu et du Futon. Ken trouva surprenant que Koyama etait là comme par hasard au moment où il choisi de sortir pour s’entraîner au mur de fer. La musicienne de son cœur généreux ou son envie de contrôle, avait sans doute demandée à Koyama de le surveiller oui, cela paraît une étrange coïncidence . Une coïncidence si énorme que la théorie du hasard semblait ridicule. Le taïfuka n’en avait cure au contraire, la présence de son ami tombait pis poil.

En guise d’apéritif, une fois que les frère d’armes se soient parlé. Koyama fit jaillir du sol une motte de terre d’une cinquantaine de centimètre que Ken sauta aisément. Le genin se venta si intensément qu’un concours fut organisé. Koyama, eu alors la lourde tâche de rendre la motte de plus en plus haute. Rapidement, le terrain d’entraînement aurait put faire jalouser beaucoup d’archéologue de Kaze. Ken cependant tempera son ami qui grommela pour reprendre des hauteurs atteignant à présent les un mètre cinquante. L’apprenti de Hideko eu de plus en plus de mal à partir de là, retombant dans ses travers, relâchant son chakra au fur et à mesure, au lieu de tout lâcher d’un coup. Le ventard au corps huileux, n’eut aucun mal à battre Ken. Il passa alors l’heure à se moquer de lui, à le ridiculiser, à lui dire combien Minako n’avait pas de chance de l’amour pour petit ami. Il n’en pensait pas un mot mais Koyama eu une idée dérrière la tête.

Un tremblement de terre, tel fut la réponse de Ken, martelant le sol de ses pieds avec violence. Un saut, le corps du genin semblait flotter dans l’air pour se fracasser deux mètre plus loin. Koyama écarquilla des yeux quand prit d’une extrême fureur, son rivale musiciens passa aisément les deux mètres. L’ assimilateur alors, lui désigna le premier obstacle de Hideko. Ken, sans trop de soucis compris enfin la manœuvre. Il parvint à bondir sur le premier mur de Hideko.

* j -2 *

L’orgueil, il en avait plein se jour là , le poison coulait dans ses veines tel de l’ oxygène vicié, il but au calice de la vantardise très tôt le matin . Si fier d’avoir sauter deux mètres. Lui le bouffon de Kumo, le raté, le pathétique. Il parvint à prouver une fois de plus qu’il avait de la valeur. Son entêtement le conduisit à nouveau sur le terrain d’entraînement, seul face a son destin. Comme tout les jours maintenant, il pietina avec force le terrain, il le damait, faisant disparaître les vestiges de la présence de Koyama,.

Plutôt que de sauter le trois mètre tout de suite, il frappa son némésis en plein visage, d’abord au pied, puis au poing. Son reflet dans le mur des deux mètres au visage brouillé, il le frappait sans douceur. Il canalisa ensuite son chakra dans sa jambe gauche, D’un coup, il poussa sur cette jambe en criant « DANSE DU DRAGON » Propulsant son poing vers le ciel, son genoux percuta la structure de fer, par chance il ne s’était pas blessé. Il senti la structure bouger ou etait ce dans son esprit ? Le titan du vent gonfla la poitrine devant ce piètre édifice et eu un rictus amusé. A sa démarche, on reconnaissait aisément combien il était fier de lui.
Toutefois, au moment de passé a la grosse structure, ses yeux se voilait d’angoisse. Une fois de plus, il passa un nouveau cap, et une fois de plus on lui en demanda plus, encore plus, toujours plus. Le titan en tomba à la renverse quand il percuta le grand mur. Visiblement, encore incapable de sauter à la perfection. Fournir un effort qu’avec ses muscles semblait insuffisant. Poing dans le sable, il le martelait avec une si grande force. En criant sa rage qu’il ne put totalement évacuer. Il voulait être le digne élève d’ Hideko.

Tel était sa vie, on lui en demandait plus, toujours plus, il avait beau donner le meilleur de lui même, se n’était jamais assez. Chaque un de ses pas le menait inexorablement au sommet, une fois au sommet, il constatait qu’il n’y avait jamais eu d’obstacle mais qu’en face de lui, il y avait toujours la montagne a gravir. Ses pas chancelles, le souffle saccadée, le genin se sentit à nouveau enfant. Il rentra chez lui de dégoût.

* j -1 *

Déconfit, il ne voulait rien faire. En boule, il râle, dans son fort intérieur. Par la même occasion, il voulait profité de sa douce qui dort toujours à coté de lui. Le week-end avait débuté. Le cœur et la gorge pleine de bulle d’air. Il imaginait Hideko déçus, encore. Comme lorsqu’il avait embrassé Minako sur leurs combat. Il n’en avait pas honte, d’un coté c’était à se moment là qu’il a su qu’il ne serait jamais seul. La vue des shinobis de Kumo par contre à été une lourde et pénible expérience. Il honora sa femme de la meilleur des manières. Puis, un peu contrains elle le força à quitter le lit pour aller s’entraîner.

Le genin fixa la bande de métal, là, au sol. Trois mètre de largeur et de hauteur, comment pouvoir le faire en une journée ? Il regretta d’avoir rien fait au début, comme le jour ou il a réparer les pavés de Kumo, où lorsqu’il a été malade.
Il inspire, concentre son chakra sur ses pieds et relâche tout d’un coup. Bien sur, c’était un échec. Encore. Cela dit, il passa les deux mètres. Il manquait quelque chose. L’angoisse grandissait avec la journée qui déclinait. L’échec se lisait sur son visage. Il lui manquait quelque chose. Plutôt que de sauter bêtement, après son septième essais, tombant d’une hauteur de deux mètre soixante dix. Le gennin s’assit contemplant le reflet, son némésis. A travers le fer, de façon très flou, la structure le renvoyait à son echec, plus bas que terre. Si misérable qu’il n’a pas de visage, il n’est personne. Il ne sera jamais personne.

D’un furreur, il frappa de son poing, l’impact fit un grand trou dans le sol du terrain. Contemplant son échec, il contemplait également son succès. Fermant les yeux, il se remémora ses moments de peine, ses moments de joie, puis ses moments de succès.

« Les sentiments mène au firmament »

Ken en joie, il n’était pas concentré pour ce qui est du taïfu mais il excellait dans les genjutsu positif.

Ken en peine, il n’etait pas concentré pour ce qui est du taïfu, mais il excellait dans les genjutsu négatif.

En analysant ses résultats, quand est ce qu’il avait réussi a excellé au taïfu ? En premier avec Mianko et Aizen quand il avait arraché la gorge et les yeux de sa victime, mégumi jouant de son genjutsu sur lui, elle lui avait insufflé un sentiment de rage, de folie, Ken la broyé avec une puissance hors du commun. Puis face a Akio, une colère calculé. Il avait certes puisé tout son chakra en si peu de temps mais ses enchaînements était puissant et parfait. Plus récemment, il y a sept jour, avec Hideko, lorsqu’il à échoué et frapper du poing, cette rage la fait agir presque d’instinct. Pour finir, contre Koyama qui la provoqué et maintenant, il parvenait a sauter deux mètre. Si son taïfu se nourrissait de sa colère ?

Naturellement, le jeune homme face a cette découverte, chercha en lui de la colère, il courru, sauta, mais échoua à nouveau à deux mètre soixante. Il etait épuisé, son chakra à sec. Il tomba lourdement sur le sol. Ainsi, son dernier jour d’entraînement prit fin, demain il était temps de voir Hideko pour lui montrer ce qu’il savait faire.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Sam 16 Oct 2021 - 10:06

L’assurance qu’était la sienne ne souffrait que rarement de faiblesse, en dépit de ce qu’elle pouvait penser ou ressentir. Entre elle et les autres, elle avait toujours mis un mur, défense qu’elle avait tôt fait d’ériger, pour se protéger de son père et du cercle néfaste qui gravitait autour de lui.

Ken semblait retrouvait la joie qui était la sienne, cette innocence qui le caractérisait, tant sa force que sa faiblesse, puis il s’élança vers le mur et tenta de le sauter. Ses pieds ne décolèrent pas plus d’un mètre du sol et il s’écrasa contre la paroi en métal dans un bruit caractéristique qui lui arracha un sourire en coin.

– Ça va ? Lui demanda-telle mécaniquement.

Ken était toujours Ken, se disait-elle. Le jeune homme allait bien, quoi qu’un peu sonné par le choc, puis sa pitrerie terminée il lui demanda jusqu’à qu’elle hauteur elle pouvait sauter.

– Trois mètres, peut-être un peu plus. Tout dépend de si j’ai de l’élan, quel appui… Au fond, la hauteur importe peu, ça fait beau, ça impressionne, mais ce n’est pas ce qui compte.

Un avis sévère, même sur ses propres capacités, comme à son habitude. Le sourire qu’elle affichait disparu quand Ken essaya de réduire la difficulté de l’épreuve.

– Non. Répondit-elle sèchement. Tu n’y arriveras pas en un jour, mais tu dois y arriver si tu veux acquérir cette technique.

Pas de raccourcis possibles et sur ces mots, Hideko passa encore un peu de temps avec ses deux camarades avant d’aller vaquer à ses propres occupations.

Une semaine plus tard, tous trois devaient se retrouver au terrain d’entraînement, à cet endroit même où ils s’étaient donné rendez-vous sept jours plus tôt. Hideko était légèrement en retard, ce qui n’était guère dans ses habitudes.
La fatigue qui était la sienne se lisait sur son visage, bien que dans sa posture et son regard, elle n’en laissait rien paraître. Son esprit restait solide tel l’acier, pliant, sans jamais céder, mais son corps lui s’approchait inexorablement de ses limites. Ses traits tirés et ses cernes tournant toujours plus vers un violet profond la trahissait, son propre corps la trahissait.
L’air frais la glaçait jusqu’aux os. Bien qu’habillée d’un épais manteau en cuir et fourrure véritable, elle pouvait sentir le sang glacé de ses extrémités parcourir son corps, la morsure du froid la dévorant de l’intérieur.
Elle se concentra afin de retenir de trembler, de paraître encore plus affaiblie qu’elle ne l’était déjà et marcha d’un pas rapide, tant pour ne pas perdre plus de temps qu’elle ne l’avait déjà fait que pour se réchauffer.

Quand elle tourna au coin de la ruelle, elle aperçut le terrain ainsi que leurs deux silhouettes familières et elle s’arrêta. Avait-elle envie d’aller les voir ? De leur parler ? D’être avec eux ? Non. Elle avait envie d’être seule, de rester seule, qu’aucun regard ne se pose sur elle, qu’aucune parole n’atteigne ses oreilles, mais elle s’était engagée et son honneur, défendre son honneur était tout ce qui lui restait.
D’un pas assuré, faussement assuré, elle se remit en marche. Une fois arrivé au niveau de Ken et Minako elle les salua d’un léger sourire.

– Ken, Minako. Dit-elle en hochant la tête en guise de salue. Comment allez-vous ?

Elle tourna la tête vers son élève et porta son attention sur lui.

« Tu t’es entraîné comme il fallait ces derniers jours ? Car j’ai hâte de voir ta progression. »



_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Lun 20 Déc 2021 - 20:34
C’est avec une maussade joie, disparaissant petit à petit, que l’homme accompagné de son cœur dévala sans plaisir apparent la distance les menant au lieu de rendez-vous. Une fois encore, Minako a dû se montrer un peu ferme pour forcer Ken à retrouver celle qu’il nomme sa grande sœur. Cette dernière était importante pour lui. Il était la seule femme, hors sa Minako, à ne lui provoquer aucune frayeur. S' il hésitait à la voir c'était à cause de sa sensation d’être rejeté par Hideko, il ne lui en voulait pas vu ce qu’il a cru comprendre de son passé. C'est-à-dire si peu, Hideko ne se confiait pas beaucoup. Pour Ken, elle avait la même phobie pour les hommes que pour les femmes. Il ne pouvait que la comprendre et la laissa venir à lui.

La seconde raison pour laquelle Ken n’avait que peu envie de voir Hideko c’est parce qu’il savait au combien elle était exigeante, et enfin il se voyait comme la plupart des shinobis le voient. Comme un abruti incompétent. Sa semaine d’entraînement en était la preuve. Tellement d’efforts pour si peu de résultats. Hideko aura tellement honte de son élève. Quand elle le verra s’écraser une fois de plus contre le mur, il ne s’en remettra pas.
 
 Le stress se lisait sur sa figure, tel une statue, son visage coincé ne souriait plus malgré sa femme. Pour rien arrangé, une forte chaleur lui parcourait le corps lui donnant des nausées. Il avait l’impression de revenir au tournoi des chuunins. Il se souvient alors oh combien il avait été ridicule. Chaque pas semblait peser de plus en plus lourd, Ken prenait de l’age à vue d’œil. Son dos se voûta de plus en plus, fixant ses chaussures.

Tel un bagnard qu’on mènerait à sa cellule, le genin se mettait une pression incroyable, une pression palpable que Minako avait du mal à faire disparaître, un sourire ne suffira pas cette fois. 
 
Voila qui nous gardera de tes pitreries.  Que tu es faible. Se dit-il. 
 
— Minako, tu crois que je vais encore me ridiculiser ? Je ne…. bref excuse-moi. Il voyait son regard sur lui.

Ken regretta sa question, Minako adorait la force de caractère, il se secoua la tête en se demandant ce qu’il faisait encore comme connerie. Il souffla, puis inspira à plein poumons, souffla a plein poumon, et ainsi de suite une dizaine de fois. Comme le lui apprit mamie Grisou. Comme elle lui manquait mamie Yoko. Après une dizaine de minutes d’exercice de respirations, le visage se décrispa peu à peu. Ils arrivèrent au terrain où Hideko devait se trouver, mais il n’y avait aucune trace d’elle. Ce qui arrangea finalement le ninja.

Fesses sur le petit muret de fer, Ken soufflait. Il ne fallut qu’un souffle, un simple souffle pour  évacuer le reste de stress apparent. Son cœur lui, était toujours en proie à une folie légère. Arriverait-il à sauter le grand mur ?
 
Hideko pointait le bout de son nez après presque un quart d’heure de retard. Ken avait depuis un moment la bougeotte et provoqua Minako en duel de pompe poirier sur une main. 

— Celui qui perd est au service du gagnant disons le week-end prochain de samedi minuit à lundi minuit !
 
C’est ainsi que Ken se présenta à Hideko, tête vers le bas, embrassant le sol et remonta de son bras droit avec une époustouflante facilité.

— EUCHHHH !!! EUCCCHHHHH !!!! HUMMM SALLLLLLLLLLLLLLLLLLLLLUUUUUCHHHHHH !!!! EUUUUUUCHHHHH !!!!! HUMMMMMMMMM EUUUUCHHHHHHH HUMMMMMMOUIIIIIIIIIIIIIII EUCCHHHHHA VAAAAAAA ? Peina de dire Ken en articulant très mal tellement son effort etait grand.

— ASGUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA GNIK GNIAAAAAAAAAAA KKKAAAAAA GNNNNNEUUUUUU. Poussa Ken d’une voix rauque le visage extrêmement rouge.

Finalement, Ken roula sur le dos mettant fin à sa participation au concours, reprenant son sérieux devant Hideko.

- Pardon grande.. heuuuu senpai pardon. Hideko ?

Ken fixa sa sœur avec un air étrange, il lui a semblé la voir différente quelques instants, mais il avait surement révé, elle avait toujours son air habituel faussement blasée de grosse boudeuse qui le faisait tellement rire. Avec ses joues de hamster Ken rêvait tellement de lui appuyer sur le nez en criant BOOP ! Il ne peu réprimé un sourire, presque un amusement en imaginant Hideko se faire écraser tendrement le nez avec son index. Seulement voila, il avait encore trop peur des femmes pour seulement essayer. De plus, l’endroit et le moment etaient bien mal choisis.

Il fut surpris du choix vestimentaire de sa soeur, adieu les jolies robes. Au moins, elle ressemblait bien plus à sa grande soeur, ce manteau neutralisait quasiement l’intégralité de sa part de féminité. Ken appréciait se choix vestimentaire, il se sentait moins insulté qu’il y a une semaine quand elle s’etait habillée limite provoquant pour son entraînement ! La, il reconnaissait sa grande soeur ! Quelle plaisir de la voir. Il en oublia sa pression.

Pourquoi je ressens… bhaaa sans doute le stresse de montrer mes progrès… pensa Ken.


— Heuuu non rien… Pour répondre à ta question… J’espère que tu seras fière de moi…

Ken mit sa main gauche sur son épaule droite qu’il fit rouler dans sa main d’avant en arrière, d’arrière en avant pour soulager sa douleur. Il fixa Hideko, s’attendant à ce qu’elle ajoute quoi que se soit, mais, rien.

— Et… toi ça va? Je…  Ken rougit gêné, il avait une drôle d’impression sans mettre le doigt dessus et il savait que Hideko parlait rarement, voir, jamais d’elle. Pourtant il aimerait… Peut-être pourrait-il jouer pour elle afin de la remercier de tout ce temps qu’elle lui consacre. 
 
Ken sentait la gêne, comme une honte en avance, qui s’emparait de lui. À dire vrai, il n’avait jamais réellement réussi l’entraînement de Hideko et il le savait forcément. Elle allait être dégoûtée d’avoir perdu tellement de temps pour lui. Comment avouer à sa sœur qu’il avait échouée? Il etait au pied du mur. Ken traina des pieds, il perdait de plus en plus son assurance. Dans quelques minutes Hideko verra au combien il était misérable. Qu’elle nullard, qu’elle bon a rien son élève etait devenue.

— J…je….jeeee…. j…je….j….jeeee…je su…su…suppose que tu…. enfinnn…. quuueeeee…. queeee…. Ken s’en voulait, il rougissait tellement, il avait l’impression d’avoir régressé. Il etait soudain, comme il y a quelques mois en arrière quand il fit sa connaissance, beggeyant devant elle car elle est une femme et lui un homme. Il était toujours stressé mais cette fois, c'était parce qu’il prévoyait sa défaite. 
 
Il voyait bien qu’il lui faisait perdre son temps. Son pied caressa la barre en fer sur le sol délimitant le point de non-retour, là où il devait sauter. Il recula et voyait dans son esprit Kaito froncer les sourcils de dépit croisant les bras. A côté de lui, Minako le fixant d’un air désolé et maussade. Le pire, c'était Hideko, il la voyait se retournant sans un mot et partir tout simplement. Ken se secoua le visage, il devait réussir.

— Bon bennnn…. heuuu…. o…onnn…. je vais te montrer…
C’est ainsi énormément stressé que Ken cours vers la marque, saute et s’étale dans le mur toutefois à une hauteur incroyable dénotant les résultats d’un entraînement difficile et vigoureux. Le nez presque écrasé sur le mur, Ken se tourna vers Minako et Hideko visiblement extrêmement gêné en plus d’être en stress. Il se mit à rire, un rire jaune. Un rire sans humour, un rire presque démentiel. Il detestait être faible aux yeux de sa femme mais en plus maintenant, aux yeux de sa soeur, s’en etait trop pour lui. Son rire cessa, il serra les dents lui donnant un air sévère le faisant ressembler rapidement à Kaito mais avec des cheveux noir de jais.

Pauvre débile…. concentre-toi merde !!!! arrête de pleurer tu me fais honte !

Les dents serrées, Ken repris sa place sans attendre de réponse de la part de Hideko ou de Minako. Il fit les cents pas se maudissant, puis se demandant où il avait échoué quand soudain, se remémorant son entraînement, il se souvient dans les derniers jours, d’avoir insufflé du Futon dans son saut ! La solution était LE FUTON ! Le stress de l'échec l'a totalement privé de son cerveau, il avait totalement oublié tout ses efforts, tout ses espoirs. 
 
Ken pris plusieurs inspirations effaçant de son esprit Minako mais aussi Hideko, il était seul à présent. Les yeux clos, il effectua un chant diphonique pour tenter de se faire un genjutsu à lui seul. Il voulait oublier qu’il était observé, il avait conscience qu’elles le regardaient assis bêtement à grommeler une sorte de mantra constitué à la fois du son HO et du son OU ouvrant et fermant la bouche passant du Ou au HI tout en gardant le HO. Les vibrations lui faisait comme une caresse dans les poumons.

Sans crier gare, tout en maintenant son chant diphonique, Ken se redressa en ayant du mal a garder son calme, il serra les poings et ressens alors, son sang affluer a ses mollets mais aussi le vent lui caresser le corps. Il savait alors qu’il était prêt !

Ouvrant les yeux, sans attendre, Ken effectuant une ruée vers le mur poussé par un vent mystérieux. Tel une main, Ken sentait sur son postérieur, comme si on le portait, le shinobi alors hallucinait. Son saut était si grand qu’il ne voyait plus le mur, il s’écrasa alors estomac contre le mur. Un peu plus et il se serait castré. Menaçant de tomber sur le sol, un peu sonné par son saut, Ken, in extremis, lança sa jambe de l’autre coté et se mit debout sur le mur de fer attendant le verdicte de Hideko.

Il tiqua sur ce qu’il venait de se passer, il constata que se qu’il venait de faire avec son futon le permettait non seulement d’esquiver mais pourrait le faire sauter très haut, le faire reculer ou au contraire, charger un ennemi lui permettant ainsi d’obtenir une technique offensive et défensive à la fois. Un bond extraordinaire.

Brandissant ses poings au ciel, Ken hurla sa joie à la fasse du monde, il tendit les poings vers Hideko et la salua la remerciant pour se jutsu. Il attendait avec impatience, cette fois, le verdicte des filles, regardant enfin sa femme, qu’il était fier de lui. Pour une fois, il montra sa puissance a Minako, il se sentait fier pour la première fois de sa vie.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mer 22 Déc 2021 - 22:39
Une semaine s’est passée alors que le bien-aimé de Minako s’entraîne. A côté, celle-ci s’entraine à malaxer son chakra et méditait pour sentir le chakra autour d’elle, voulant améliorer sa sensorialité. Jusqu’ici, sans flagrant succès. Parfois elle médite sur le terrain pendant que Ken essaye de bondir par-dessus le mur, parfois lorsqu’elle est dans le bureau de Kaito lorsqu’elle travaille dans le commissariat. Par ailleurs, récemment, elle a entendu des rumeurs comme quoi un yokai traverse la ville jusqu’au terrain d’entrainement au vu des traces de boue, comme par hasard sur le chemin de Ken. C’est alors qu’un jour, Minako suivit ces traces et découvrit son doux petit-ami s’entraîner inlassablement. Elle rougit et sourit, le trouvant magnifique. Elle le trouve si beau lorsqu’il donne son plein potentiel dans des entrainements.

Aujourd’hui, Minako est à ses côtés, heureuse car ils vont retrouver leur amie commune. Son kimono gi épais blanc aux bordures dorées et son pantalon shaolin noir charbon la tient bien au chaud, la demoiselle porte fièrement un Takegasa* au-dessus des épaules, son ombrelle étant sur son dos. Soupirant en écoutant son chéri demander s’il ne va pas se ridiculiser, elle se contenta de dire « Aie confiance en tes capacités, sans ça c’est sûr que tu te feras encore écraser. » Minako le laisse souffler un peu, il en avait besoin pour évacuer les mauvaises ondes liées au stress. Elle est sûre qu’il peut y arriver cette fois-ci. Le défi qu’il lui lance par la suite lui arrache un sourire. « Allez go ! » prononce-t-elle, enjouée, avant de commencer les pompes sur le poirier elle aussi. La demoiselle a l’air de bien se débrouiller, surtout qu’avant de maitriser le kenjutsu, elle maitrisait fortement le corps à corps. L’entretien des muscles est très important pour elle. Elle entendit son homme parler, en peinant à cause des pompes qu’il réalisa en même temps ; elle comprit que Hideko est arrivée. Elle arrêta. Toujours en poirier, de sa souplesse, Minako se remit sur ses jambes sans tomber. Bon, on va sans doute annuler le gage pour cette fois, mon cher.

« Bon matin Hideko ! » prononce-t-elle toujours aussi enjouée, jusqu’à ce qu’elle voie clairement ce manteau de fourrure, qui a l’air authentique et assez riche. Rapidement, son regard fut glacial ; car elle a pensé devoir tuer celle qu’elle considère comme sa sœur au vu de cet habit ressemblant à celui de personnes riches. Mais rapidement, elle retrouve un faciès neutre, comme à son habitude, comme si aucune pensée néfaste n’a traversé son esprit. Elle n’a pas oublié le jour où Hideko l’a sauvé d’une mort certaine si elle était restée dans le bateau au milieu des flammes auprès de son adversaire. Minako ne peut pas penser à la tuer, pas pour ça…

Prenant de la hauteur sur les rochers, cette fois, son œil étant resté totalement noir, de manière définitive, scrute le paysage. Minako se demande si Yoko-sensei peut voir ce qu’elle-même voit sans que ce sceau soit éveillé et le pouvoir lié offert. Elle soupire en voyant Ken bégayer. Aie confiance mon cher, aie confiance… Le voyant sauter, la banshee se dit qu’il peut y arriver cette fois. Cependant, il fini par s’écraser le nez contre le mur en métal. L’assassin flamboyante fait la moue car elle sait quelle peut être la douleur d’un coup en plein dans les naseaux. Imitant Kaito instinctivement, Minako hoche la tête, insinuant que Ken ne doit surtout pas abandonner au premier essai. Tu peux le faire, mon chéri.

Surprise. Minako ne s’attendait pas à ce retournement de situation. Alors qu’elle voit son homme faire les cents pas, et se calmer grâce à son chant, il court et se sert de son vent pour réussir son exploit. C’est magnifique, il peut le faire. Cela dit, quelque chose la chiffonne. Il n’aura peut-être pas le temps ou sera incapable à certains moments de se servir du vent. Il devrait réussir à mettre autant d’énergie sans utiliser le futon. Mais, Minako ne dit rien, ici, c’est Hideko l’enseignante, à voir ce qu’elle en pense. En tout cas, son visage montre qu’elle admire son bien-aimé, heureuse de le voir ainsi. Elle l’aime et l’encourage dans ses réussites. Je t’aime.

* Takegasa :Chapeau pointu en paille asiatique.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mar 28 Déc 2021 - 17:45

Car comme tout professeur, Hideko ressentait une certaine fierté à voir ainsi son élève progresser, surtout avec Ken, lui qui manquait tant de confiance en lui, qui mettait tant d’effort à l’ouvrage. Derrière ses pitreries et ses blagues, elle comprenait bien ce qui se cachait : un esprit blessé, une confiance et estime de soi inexistante. Seuls les réussites parviendront à le guérir, une réussite qu’il obtiendrait par le travail et la volonté de changer.
Ken semblait, comme à son habitude, content de la revoir, bien que le fait qu’il l’appelait encore et toujours grande sœur lui fit grincer des dents.
Je ne suis pas ta grande-sœur ! Aurait-elle voulu lui crier, mais elle se tut. L’heure n’était pas aux remontrances, pas avant qu’il ne lui ai montré le fruit de son travail, au risque de ruiner tous ses efforts.

Serait-elle fière de lui comme il l’espérait ? S’il avait suffisamment travaillé, oui, mais dans le cas contraire, elle ne se gênerait pas pour lui remonter les bretelles comme il se doit. Après tout, la fierté se méritait.

« Moi ? Je vais bien. » Répondit-elle simplement.

Allait-elle réellement bien ? Non, mais jamais elle ne le disait, jamais elle ne s’en plaignait, car elle n’avait personne d’assez proche à qui le faire, personne qu’elle ne considérait digne de confiance pour lui ôter toute défense, ouvrir la porte de son cœur, celui-là même qu’elle avait protégé derrière d’épaisses plaques d’acier.

Ken était stressé et cela était bien naturel. Hideko resta silencieuse, attendant patiemment qu’il ne parvienne à se contrôler, puis à s’élancer. Quand enfin il y parvint, il couru en direction du mur, puis bondit plus haut que jamais il n’était parvenu. Ses yeux ne ratèrent pas un seul instant, pas un seul mouvement de Ken et il bondit plus haut qu’elle ne l’avait jamais vu faire, mais pas assez haut pour le sauter totalement et il s’écrasa près du sommet.
Hideko resta de marbre, son visage n’affichant aucune émotion. Allait-il réessayer ? Allait-il abandonner ? Voilà ce qui l’importait.
Ken ria, il ria presque comme s’il avait perdu l’esprit, affichant au grand jour son stress et ses faiblesses, puis se calma et enfin, réessaya.
Voilà la seule chose qui comptait, voilà ce qui lui importait.
Il reprit son élan puis, avec plus de concentration, s’élança à nouveau. Elle nota cependant que pour parvenir à réussir son saut, il ne se servit pas seulement de son corps, mais aussi de sa maîtrise de l’air. Une ruse qui la fit sourire, un sourire qu’elle ravala aussitôt.

Ken se tenait maintenant au sommet du mur, brandissant ses poings, exultant sa joie d’avoir enfin réussi, les yeux rivés sur Hideko, attendant avec enthousiasme, mais aussi crainte, son jugement. Quand enfin il se calma un peu, elle lui dévoila, non sans afficher avec retenue la fierté qu’elle ressentait.

« Mes félicitations, Ken. » Commença-t-elle. « Tu as bien travaillé, ça ne fait pas de doute. En revanche, je vois que tu as utilisé ta maîtrise de l’air pour gagner le mètre qu’il te restait à gagner. C’est très malin, mais tu ne pourras pas t’en servir en combat. Il te faut continuer à t’entraîner, te muscler, pour gagner en puissance et en agilité et enfin parvenir à sauter ce mur, sans aucune aide que ce soit. »

Il lui restait encore du travail, mais elle ne doutait pas qu’il y parviendrait, le plus dur était fait.

Sur son visage se dessina un sourire malicieux. Soudain, Hideko effectua une série de signes et forgea tout autour d’elle une trentaine de projectiles, lances et autres armes, qu’elle projeta aussitôt terminés sur Ken.



« Et qu’en est-il face à une attaque bien réelle ?! » Lui cria-t-elle.

Puis elle s’élança de toutes ses forces vers lui.



Frappant le sol de ses pieds, elle bondit à quelques mètres du mur pour s’élancer au sommet et le poursuivre jusqu’à arriver à côté de lui. Là, elle pivota dans sa direction et décocha un puissant coup de pied.



Allait-il tout esquiver ?



_________________
[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Daishi Ken
Daishi Ken

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mer 12 Jan 2022 - 7:05
Torse bombé. Yeux perçant, il regardait Hideko, elle semblait si petite. Du haut de ses presque cinq mètres. Ken etait le roi du monde. De ses dents blanches, il sourit à s’en faire mal a la mâchoire. Joie toutefois écourtée par une réplique d’une terrible justesse. Ravalement de fierté. Ken sauta des trois mètres en lançant un coussin d’air, exécuta un saut périlleux carpe arrière pour se réceptionner sans dégâts sur son coussin moelleux.

— C’est vrai, j’ai utilisé mon futon… Je ne comprends pas pourquoi je ne pourrais pas m’en servir, que veux-tu dire par là ? Sinon je comprends… La joie de Ken s’estompa un peu vexé qu’on remet ses performances physiques en cause, mais, elle avait raison. Il était encore faible.
Il n’avait pas su sauter le mur, non sans aide. C’était donc un échec. Encore… Au moins l’exercice avait été mené à terme. Songe difficile. L’homme goutta une fois de plus à sa défaite. Se battre pour des miettes. Son lot quotidien. Son plus beau combat, Minako. Pour elle, il irait tuer Raizen s’il le fallait, qui pourtant, durant de nombreuses années, fut un modèle pour lui. Pour ça il devait avoir de la puissance, de la force, des réflexes et surtout de la détermination. Il se soumettra donc aux conseils de sa sœur.

Le regard changeant, dur, froid. En un instant, le courage reprit le dessus. Puis enfin, la surprise, la consternation. Il connaissait suffisamment sa grande sœur pour savoir que se sourire narquois cachait quelque chose. Aussitôt de sœur, la guerrière devint ennemie. Elle effectua des mudras. Ken eu juste le temps de sauter en arrière et se mettre en position de défense.

Comprenant que c’était un exercice lié a l’esquive en voyant les lames menacantes. Ken voulu faire bonne impression et joua le jeu. D’une formidable roulade sur la gauche il en esquiva deux d’un coup. Seconde roulade sur la droite, il en esquiva trois de plus. Un saut lui permis d’éviter une ablation testiculaire. Il eut alors une idée. Plus il bougerait, de façon imprévisible, plus les projectiles manqueraient ça cible. Trois sauts périlleux en arrière et une dizaine de projectiles le loupa. Bandant ses muscles. Ken tenta de la prendre par surprise et esquiva en mettant un peu de futon perdant du temps pour insuffler de l’affinité à ses jambes. Il comprit aussitôt pourquoi mettre du futon dans l’esquive était une mauvaise idée. La hallebarde lui taillade le mollet. Dans son malheur il eut de la chance, s’il n’avait pas renoncé a son idée, il aurait pu ce la faire trancher.


Ainsi, c’est pour ça que l’esquive ne se futon pas…. L’instinct…. Je vois. C’est vrai que mon man…. HO MERDE !!!!

Ken fit une roulade avant pour esquiver les dernières lames. Il se surprit lui-même de la distance parcourue en une roulade effectué par pur instinct. Est-ce ça l’instinct ? Crachant ses poumons, l’après coup de l’effort. Ken mit les mains à ses genoux pour souffler. Pensant que l’exercice était fini . Sa sœur alors cria comment se sortirait-il d’une attaque réelle.


Charge surpuissante, la vitesse le prit de cours. Hideko se téléporta presque à sa hauteur en utilisant le mur. Il n’était pas prêt pour esquiver, pas complètement. Il tenta sa chance. Le coup fut fulgurant, d’une maîtrise et une exécution parfaite. Le coup fit extraire l’air de ses poumons, poussant un cris silencieux. Ken enragea d’être si mauvais, malgré le fait qu’il avait quasiment esquivé le coup. Ce n’était pas encore ça, bien loin d’être suffisant. Sa rage fut si énorme qu’il ne réfléchissait plus. Il prit le poignet d’Hideko à sa portée, se plaqua le dos contre son torse. Sans même réfléchir que son dos se frotta contre la poitrine d’Hideko. D’un mouvement de hanche violente méllé à du futon, il la propulsa à terre la faisant rouler par-dessus son épaule. Son ippon shippu nage fut parfaitement exécuté, avec une prodigieuse vitesse.

Toujours à la portée d’Hideko, Ken attendit qu’elle se relève pour s’accroupir afin de disparaître quelques secondes de son champ de vision, pour la prendre par surprise. Il se redressa d’un coup, poing visant sa mâchoire, le genou de son autre jambe tenta de trouver son estomac. Au moment de retomber, sa rage fut comme calmé. Son bras le lançait un peu, l’aprés coup du coup de pied de sa sœur. Il aurait dû totalement esquiver, c’est vrai, il n’eu réussi qu’en partie. En partie, était égale à pas du tout. Il etait furieux contre lui-même. Toute fois, il espérait que ses derniers assauts allait suffire pour qu’elle constate ses changements. Son jeune élève n’était plus le petit garçon chétif qui se cachait derrière sa femme pour faire du genjutsu. Maintenant, il n’avait plus peur de venir au contact et de faire parler ses poings. Tout comme elle, son héroïne, la seule femme qu’il respectait à pars sa femme. Si Tanako senseï pouvait le voir en cet instant. Elle qui n’avait jamais réussi à lui apprendre quoi que se soit en taijutsu.

Haaa il espérait plus que tout que Minako ai tout vue. Qu’elle etait fière de lui, Qu’elle se disait qu’elle pouvait compter sur lui. Il avait tout donné dans ses attaques leurs montrant à toutes les deux ses derniers progrès. Avec cette esquive, quand il la maîtrisera parfaitement, il deviendra un shinobi accomplis prêt à défendre bec et ongle sa douce, son porte-bonheur. Ça Minako.

« J’espère que je t’ai impressionné chérie, je ne resterais plus derrière toi t’utilisant comme bouclier le temps que je fasse du genjutsu. Maintenant, je combattrais à tes côtés. Gagnant avec toi, ou mourant avec toi. Le daisho Minaken ne fait qu’un. Je ne serais plus jamais là à t’attendre. Je suis désormais ton égale et j’espère te l’avoir prouvé. Tu as intérêt à t’accrocher car pour notre bien, le bien de notre futur, être ton égale ne me suffit plus. Je saurais te surpasser avec le temps et t’aider à combler ton retard. Tirons-nous vers le haut, sans relâche. Devenons invincibles !»

Il était en effet, plus agressif, plus hargneux. Il espérait qu’elles étaient fières de lui de son net changement. D’accord il avait mal esquivé, bien qu’il en réalisât de nombreuses et jolie esquives qui plus est. Sa réponse n’en fut pas moins excellente et sans appel. Il serra les poings ne sachant pas si Hideko voulait continuer l’exercice ou, si elle avait vu ce qu’elle voulait. Ken était prêt a toute éventualités cette fois. Si elle n’etait pas satisfaite, allait-elle encore lui lancer des projectiles ? Le combat prendrait fin qu’a son K.O, à elle ou si, elle annonce la fin de la séance.



Techniques utilisées en HD avec le son stéréo surrond de la mort qui tue sans oublier le porte gobelet chapeau et le distributeur de pop corn branlix 2000 et heuuuu c'est déjà pas mal !:
 

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Zaiki Minako
Zaiki MinakoEn ligne

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako. Empty
Mer 12 Jan 2022 - 15:33
Takegasa sur la tête, Minako a adopté le style vestimentaire traditionnel de ninja de l’ancien Kumo (Shidateru). Du haut de son perchoir, elle a pu voir l’intégralité de la scène. Admirant la force de Hideko, c’est avec soulagement qu’elle a vu Ken réussir l’exploit de comprendre qu’il faut lier instinct de survie et l’intelligence d’utiliser un chakra neutre au bon moment dans les muscles pour espérer se sortir d’une situation houleuse. Hideko lui a donné raison ; en combat on n’a pas nécessairement le temps d’utiliser son affinité pour réussir à se dépatouiller d’une offensive dangereuse telle que les armes lancées sur son tendre amoureux. Minako semble parler seule sur son rocher, mais de là où elle est, les deux autres ninjas présents ne peuvent pas entendre clairement ce qu’elle dit.

« Je suis impressionnée par la réactivité de Ken, mais je le suis davantage pour son enchaînement de coups. Avez-vous vu ça, Yoko-sensei ? »

« Imbécile, je t’ai déjà dit d’éviter d’être si formelle parce que je suis rattachée à ton œil maintenant ! Quoi qu’il en soit, ses efforts ne sont pas vains. Je ne peux qu’être fière de mon petit-fils et c’est grâce à ton père et toi ! »

Minako fait une légère moue face à cette remarque. Elle peut visualiser Yoko, la grand-mère de Ken devenue l’un des deux sceaux ancestraux, à ses côtés, assise en tailleur. Pourtant, la vieille femme que seule notre protagoniste peut voir prend un air sévère en direction de la jeune Metaru.

« Qu’y a-t-il, Yoko-sensei ? »

« Oh tu sais, plus je la regarde et plus je me dis qu’elle me fait penser à toi lorsque tu es venue la première fois dans le dojo. Cachée derrière l’armure glaciale de guerrière, ne voulant montrer ni fatigue ni quelconque souffrance, tu voulais protéger ton cœur au lieu de ne faire qu’un entre la raison et l’émotion. On dirait bien que cette jeune femme est pareille que toi ; plein de potentiel gâché par cet instinct de se forger une coquille… »

Minako regarde à nouveau la scène. Peut-être que la sagesse de Yoko a raison après tout. « Qui sait, avec le temps son cœur s’ouvrira telle une fleur ? Tant qu’elle voit qu’on est toujours à ses côtés. Dans tous les cas, là, à l’instant T, je me demande quel est son verdict sur la manière dont Ken a réussi à esquiver ses offensives et sur l’enchainement qu’il a fait. Après tout il voulait réussir au moins une fois à la toucher lors d’un combat… AH AH AH. »

Un rire que Ken devrait bien connaitre lorsque Minako et Grisou riaient ensemble. La demoiselle dont le visage est caché par ce chapeau asiatique se rassoit sur le rocher, heureuse. « Enfin tu as compris, Ken. Enfin tu as compris que je ne veux pas d’un chien en guise de petit-ami, mais bel et bien d’un égal. Et j’espère même mieux, qu’on arrive à avoir un esprit de compétition amical sur notre puissance et qu’on arrive à se coordonner de sorte à ce que l’ennemi tremble devant nous. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189

[APPRENTISSAGE] Esquives nocturne. FT Hideko et special guest Minako.

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: