Soutenez le forum !
1234
Partagez

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken]

Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Ven 20 Aoû 2021 - 19:54
Tipiak, Pirates


Ordre de mission:


En avance comme à l’accoutumée, Akagi attendait aux portes de Kumo les deux genins qui l’accompagneraient pour cette mission. La fraicheur de cette matinée d’autonome le ravissait. Les hirondelles volaient bas dans le ciel annonçant une pluie ou un orage passager. Les échos de la rue et de la vie kumojin semblait encore battre de l’engouement dû au tournoi des genins et gradés qui s’étaient tous deux achevés récemment. Le Metaru comme à son habitude scrutait les environs, appréciant paisiblement la mélodie relaxante qu’offrait le bruit de fond incessant du passage des badauds, des oiseaux qui chantaient, du charpentier sciant ses planches, du forgeron frappant son enclume. Cette disgracieuse mélodie, agençant divers sons, devenait monotone à l’écoute et procurait un sentiment d’accalmie permettant au fils du fer de presque oublier ce que représentait cette journée dans sa carrière.

Aujourd’hui, il serait officiellement pour la première fois à la tête d’une équipe de genin durant une mission, avant-goût de ce que pourrait être la vie de responsable d’équipe, le récent chuunin sentait le poid des responsabilités. Il ne doutait en rien de ses capacités mais comprenait désormais pleinement ce qu’attendait de lui Kumo en le faisant devenir chuunin. Diriger et décider. Le Metaru attendait désormais de rencontrer les deux genins qui seraient ses premiers cobayes en la matière. Il s’avérait qu’il connaissait l’une d’entre eux. Minako. Le Metaru avait déjà eu à faire équipe avec elle pour un encadrement à l’académie. Dans l’ensemble la journée s’était bien passée et la jeune genin avait pris ses responsabilités. Cependant en ce jour, la mission n’était pas d’apprivoiser quelconques académiciens.

En ce jour, Akagi retournerait à Humy. Cette destination lui rappela sa première mission de rang B, où en compagnie de Yuga, il avait dû affronter un capitaine pirate assimilateur suiton. Une première expérience des plus mouvementés. Il espérait ne pas recroiser la route de celui-ci. Cette mission à hauts risques demanderait à l’équipe une discipline de fer. Deux autres équipes avaient déjà été dépéché sur place afin de remettre de l’ordre dans cette contrée affectée par les évènements de Matshu. Akagi et son équipe allait devoir enquêter afin de quantifier la menace et secourir les victimes des pirates. Dans le processus il faudrait arrêter la menace, le fils du fer s’était demander si la négociation serait réellement possible et le degré de liberté qu’il aurait pour celle-ci. Questionnement qu’il avait fait parvenir à l’état-major afin de ne commettre aucun impair lors de la mission. Cette aventure ne serait de tout repos et son équipe et lui-même devrait redoubler de vigilance afin de s’assurer de la sécurité des victimes mais aussi de la leur. Par expérience Akagi connaissait la fourberie des pirates et ne souhaitait pas que ses camarades et lui-même en soient victimes.

Le Metaru se tourna vers la route, prêt à accueillir ceux qu’il aurait la lourde tâche d’encadrer. Il passa la main dans ses cheveux puis vérifia son paquetage. Vivre, vêtements de rechange, armes Akagi n’avait rien laissé au hasard pour cette mission qui durerait sur les îles aux larges de Kumo.
Info:

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Sam 21 Aoû 2021 - 17:28

Tipiak, Pirates !



Une vague de panique commence doucement à noyer Minako, celle-ci lisant la missive du jour. Elle doit, en compagnie de Ken et d'un chuunin, aller à Humy et chasser des pirates. Cela lui rappelle de terribles souvenirs. Dieu sait qu'elle n'avait pas envie de revivre ça. Elle s'écroule, n'arrivant plus à respirer, en larmes. Elle ne voulait pas y aller. Par chance, son bien-aimé l'a vu en panique, la câlinant et lui jouant sa magnifique mélodie pour la calmer. Kusuri no Taisen est très efficace sur elle. Recroquevillée contre son amant, la seule chose qu'elle a pu lui dire est : « Oh chéri, je ne veux pas… Cette mission me fait peur. » Elle lui a déjà raconté ce qu'elle a vu et ce qui lui est arrivé. Elle a failli faire partie d'un réseau de trafic humain lorsqu'elle était enfant, et par la suite, ses amis d'enfance commençaient à disparaître peu à peu, lui laissant penser qu'elle était maudite. Le réconfort de Ken lui fait du bien. Minako a mis du temps à se remettre avant de préparer quelques affaires de rechanges. « Tu as raison, tant qu'on est ensemble, rien ne nous vaincra. Tiens si tu veux on partagera quelques pains de Yuan à notre chef d'équipe ? »

Portant fièrement son bandeau et son blason, elle tient la main de Ken lorsqu'ils sortent de leur logis. Le ciel commence à être grisâtre, les oiseaux chantent, les hirondelles s'amusent en frôlant la tête du duo. « Notre sensei du jour, je le connais, c'est Akagi-san. Nous n'avons certes été ensemble uniquement pour jouer les professeurs, mais il inspire confiance, j'espère que mon instinct ne me trompe pas. On a eu un esprit d'équipe mais en même temps compétitif, mais là ce sera différent, il n'y a pas de jeu. » La gorge de Minako se noue. Elle appréhende son retour dans sa ville natale alors que la piraterie est présente. Elle a la main moite. Bien qu'elle essaye de faire en sorte de ne plus montrer sa peur, son regard est brillant. Elle essaye de rassurer Ken en lui disant qu'ils vont s'entraîner tous les deux sur la phobie de l'eau de celui-ci. « On ne doit pas se laisser tomber, à nous deux, chassons nos peurs, si nous voulons briller au sein de Kumo il n'y a pas trente six mille solutions. Et qu'on ne me dise pas de devenir ma peur pour la vaincre surtout ! »

Minako entend quelque chose atterrir sur son blouson, un bruit liquide. En regardant son épaule, elle ne put s'empêcher de dire à haute voix « Merci l'oiseau ! », à la fois amusée et dégoûtée. Alors qu'elle essaye d'essuyer cette pêche déposée gentiment par l'animal sur son vêtement, le duo voit leur chef d'équipe les attendre. À Ken, elle lui dit « Sisi, c'est bien lui, notre chef. Allons bon, ne le faisons pas attendre ! » Minako s'approche du Metaru et fait une courbette, le saluant ainsi de manière aussi respectueuse que possible. « Bonjour Akagi-san, enfin… Akagi-sensei. » N'étant qu'une apprentie du Kyuubu, elle doit le respect à l'officier se dressant devant eux, sachant que lui aussi porte ce blason de l'unité, bien qu'un oiseau aie laissé cette déjection sur le vêtement de la douce Minako. Est-il possible que celui-ci sente que le duo est bien plus soudé qu'une simple camaraderie ? Le couple ne peut pas cacher une once de l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre, bien qu'ils ne s'embrassent pas dans la rue. Minako a été formelle, rester discrète et pudique en public de sorte à ce que même de simple bisou ne soit pas vu en public.

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Dim 22 Aoû 2021 - 21:41

Lorsque Ken et Minako eurent leurs missive dans la boite a courrier, Ken mordilla tendrement l’oreille de Minako, il aime lui dire merci a sa façon quand ils s’offrent à l’autre. Aujourd’hui cependant, c’était pour une autre raison. Tout avait superbement bien commencé. Petit dej au lit, fleur de Lycoris dans un vase en bambou avec de l’eau, pour le petit déjeuner, il avait simplement fait des pancakes avec du flocon d’avoine, du lait, une banane, deux œufs. Un petit dej de champion avec très peu de calories. Sa véritable raison, était que le petit déjeuner était accompagné de leurs ordres de mission. Ken n’en menait pas large, ignorant même si il réussirait à accomplir cette mission qui à coup sûre se déroulerait sur l’eau.
Ken fut ravis du début de la matinée de sa chérie. Toutefois, il n’a eu d’autre choix que de lui avouer la vérité. Que si il faisait la tronche, se n’était pas par appétit sexuelle refoulé, enfin, pas que… Il connaissait les antécédent de Minako et lui montrer la missive, il savait combien ça lui mettrait à mal. Ils devaient se rendre dans une ville du nom de Humy, loin du village. Afin de chasser des pirates.
Le mot « pirate » sonna comme un glas pour les amoureux. Minako devrait affronter des pirates. Pour Ken, se serais encore plus difficile, il devrait affronter non pas que des pirates mais également, l’élément aquatique. Il avait réussi jusque là de se garder loin de cet élément et des utilisateurs suiton. Il n’y couperait pas.
Voyant sa femme au teint déjà blanc au naturel gagner de la blancheur de peau. Ken eu un sursaut. On aurait dit un cadavre, la porcelaine c’était changée en mort-vivante. Ken eu quelques seconde la peur de sa vie, il n’avait jamais vue Minako aussi cadavérique. Lorsque enfin elle éclata en sanglot. Ken se maudit d’avoir eu de tel pensé pour sa femme, pour sa reine, pour sa meilleur amie, pour sa sœur d’arme, pour la futur mère de ses enfants.



Ken, aprés avoir montrer tout son amour à sa femme physiquement, décide de lui caresser le coeur avec Kusuri no Taïsen, cette musique qu’il avait composé rien que pour elle, qui a été à l’origine du premier genjutsu de soutien qu’ils connaissent
Il repoussa le plus possible le moment où ils devraient partir en mission, ou même, en parler. Elle lui avoua qu’elle ne voulait pas partir. Il eu la délicatesse de ne pas lui demander d’explications, c’était logique. Il connaissait le passé tourmenté de son cœur.

— Je vais te faire un aveux mon amour, j’ai été au courant de la missive depuis trois jours, c’est pour ça que je déprimais… Excuse moi mon coeur… Je savais que cette missive te ferais du mal. J’ai voulu essayer de penser a toi, de te préserver. De te faire plaisir, de veiller sur toi. J’ai voulu…. Enfin excuse moi. J’ai pas envie de faire cette mission non plus. Quitter le village, aller dans un port. Affronter des pirates…. C’est trop pour moi. Je ne me sens pas à la hauteur. Nous n’avons pas le choix, nous ferons notre devoir ou autant brûler nos bandeaux. C’est pour ça que avec ton père, on se voyait en secret… il a fait une préparation spécial pour moi, pour cette mission. Une sorte de remède anti suiton… Entre nous, je ne pense pas que ca changera quoi que se sois. J’irais quand même en mer, au moins pour lui… Je voudrais que tu m’accompagnes. Si tu préfères qu’on abandonne alors abandonnons à deux…

— Mais rappelles toi, nous sommes le Daisho Minaken ! Temps qu’on reste ensemble, aucun obstacle sera insurmontable ! Je veille sur toi et toi, tu es ma force. Ensemble personne ne peu nous vaincre !


Minako, lui sourit maussadement et lui dit combien il avait raison, son morale semblait être revenue cela dit. Elle lui proposa de partager le bon pain frais que l’oncle Yuan fabrique grâce à son Suiton, élément indispensable pour tout boulanger ninja maîtrisant le rentanjutsu. Un pain unique puisque contrôlant l’eau. Le pain était humidifié à la perfection à la goutte d’eau prêt !

— On va même faire plus ! On va cuisiner pour lui, ça te dis ? J’espère juste que se sera pas un psychopathe à la Aizen brrrr. Apparemment, c’est un certain Akagi… Ken, grace à Anzu, mais surtout Hideko, avait un bonne image de se clan.

Ken alors se met au fourneau pendant que Minako prépara leurs affaires de ninja. Ken faisant une confiance aveugle en sa femme, il n’avait aucune crainte qu’elle prenne son t shirt collector Raikage contre le conte Alucardo di Nara ou une erreur comme ça. La connaissant, il est possible d’ailleurs qu’elle ai mit un coup de couteau dedans et jeté ensuite. Ken d’ailleurs, se las un peu de ce qui dans sa jeunesse, faisait sa passion. Les comics et objet collector du raikage.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Moment du départ
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ken ajusta son bandeau sur le front aprés l’avoir fait brillé avec de la cire et un chiffon. Prit la main de sa femme aprés avoir pris le repas de se midi pour eux trois et chargé de son sac à dos en bandouillière. Minako lui expliqua alors que Akagi, elle le connaissait pour avoir déjà été en mission avec lui. Lors de cette mission où elle à jouer les professeurs. Elle lui dit que cette fois il n’y a pas de jeu.

— Sois rassurée mon cœur, je t’ai promis de ne plus être un fanfaron en mission…. HO CA RIME !!! HAHAHAHA…. Pardon…. On est pas encore en mission ! ….. Je ne le fait même pas exprés en plus HAHAHAHA.
Ken voulait voir Minako rire, ou au moins sourire, et graver son esprit de cette image. Sa femme, heureuse, lui souriant. Si le pire lui arrivait. Tel etait sa promesse. Tout les jours apporter de la joie et du bonheur à sa femme, et tout les jours faire une nouvelle image mentale de se moment magique si Minako ou lui, disparaissait. Cachant son angoisse dans le rire et la pitrerie comme son habitude.

Une goutte d’eau, soudain, viens frapper le bandeau de Ken. Le temps est gris tournant un peu à l’orage. Ken sens la main de sa femme se faire de plus en plus ferme dans la sienne, ayant un peu de moiteur sur leurs deux mains. Ken adorait ça. L’idée que leurs chaleurs s’entre mêle, se complète.

Le jeune homme Eu une idée. Il décide de s’arrêter, comme ça, en plein milieu du chemin de boue. Elle lui demanda silencieusement ce qu’il faisait. Ils avaient vingt minutes d’avances sur l’horaire prévue. Il s’assura d’être le plus confortable pour sa douce moitié et s’assoie par terre, frappant sur ses genoux, pour l’inviter a prendre place. Il tire Minako pour la faire s’asseoir sur ses jambes. Il Mudra alors et créer au dessus de sa femme, un kuukimakuura, l’un de ses coussins d’air afin de s’abriter de la pluie.

— Je te sens encore stréssée mon amour. Prenons dix minutes pour souffler comme grand-mère Grisounous à appris. Aller….

Ken pose une main sous les vêtements de Minako pour poser sa main juste au dessus du nombril de Minako.

— Aller, malaxons du chakra… Ca te fera du bien… Rappelle toi, fait le vide, rien n’existe… fait appel a tes sens, interieur. Fait jaillir la paix interieur, la force interieur, explose ton amour, sens la vie affluer…. LAAAAA… Ken caresse le nombril de Minako de la paume de sa main, pour l’aider a se focaliser sur la sensation.

---- Biennn mon amour…. Maintenant prend une forte inspiration LAAAA….. BLOQUE ! RESSENS ! Sens la vie circuler dans ton nombril, ton vagin, tes cuisses, tes chevilles….. LAAA…..

— Souffle….. LAAA VIDE TOI…. BLOQUE…. Sens ta chair réclamer le chakra… encore… encore…. LAAAA INSPIRE….. BLOQUE…. Ressens le chakra a nouveau t’envahir… le nombril, ton estomac, tes seins, ton cou, ton visage, tes bras, tes mains…. Ressens, sa picote…. Continue…. LAAAA SOUFFLE !!!! ressens le chakra, ressens ton corps réclamer plus de chakra… LAAA… c’est bien mon amour…. Oublis tout… pense CHAKRA ! BIENNNNN !


Ken tout en faisant tourner et appuyer de plus en plus fort avec la paume de sa main sur le nombril de Minako, lui embrasse le cou.

— Ca va mieux hein ?

Minako garde le silence puis lui dit qu’ils ne doivent sous aucun pretexte s’abandonner. Qu’ils doivent etre unis envers et contre tous pour briller en Kumo. Ken en avait rien a foutre de Kumo, Il voulait rendre le monde meilleur ! Pas que Kumo. Cela dit il acquiesça à nouveau, aprés tout, Kumo n’etait qu’une étape vers son Nindo.

— Je te le promet mon coeur est à toi. Je suis à toi, même par dela la mort ! Compte sur moi pour veiller sur toi. Minako.
Dans le plus grand silence, le couple regarde la pluie tomber sur le coussin d’air protégeant Minako de la pluie. Hélas le temps défilant.
— Bon, mon trésor, aller, HOPHOPHOP ! Reprenons la marche.
Ken aidant Minako à se lever en profite un peu.

— Héhéhé… pardon mon coeur… Ken rougit un peu cela dit, se leva et frotta son Kimono, il se rendit compte que se dernier est tout marron de boue lorsque de sa main, il retire le plus gros.

Et merde…. Tu parle d’une première bonne impression…. BORDEL ! On dirait que je me suis fait dessus !
Ken prit soin d’écarter sa femme pour rompre son Jutsu. Une grosse flaque d’eau tombe alors par terre. Ken fit un enorme bond en arrière, comme un chat ne voulant pas se faire mouiller.

On a eu chaud ! J’aurais pu me déconcentrer…. La vache !
Reprenant la main de sa femme, Ken entend Minako se plaindre. En regardant la trace, il se dit que ça ne se verrai sûrement pas beaucoup. Aprés tout, c’était blanc sur blanc… C’est surtout que l’on aurait dit une longue crotte de nez.
Arrivant a l’endroit indiqué pour le rendez vous. Ken se sent mal, il reconnaît l’homme au coca. Dans les gradins, le même regard noir que Aizen. Ken eu l’echine electrifié,

— Dit….s...c..c’...c’e...c’es...c’est pas lui hein…. ? Ken figé, ses jambes ne bougeait plus.
Minako lui dit que c’etait bien lui malheureusement, le chef. La mission commençait bien…. En réfléchissant un peu mieux, Ken se dit que Akagi la connu quand il avait son kimono violet et surtout, son masque. Peut être ne le reconnaîtrait t’il pas ?

Bon sang, l’homme au coca ! Mais pourquoi !!!! POURQUOI !!!! paniquait Ken

Ken voulu se présenter à son tour.

Bonjour Daiii… d... Heuuu daishi Ken… heuuuu mes respects !

Ken, s’ayant exercé, il prend son dizzi de la main gauche, frappe de son poing gauche dans sa paume droite. Il tend les mains vers Akagi et place sa tête entre ses bras. Enfin, il se redresse et range son dizzi.

Nous voila comme convenu Akagi sensei J’espere ne pas vous decevoir
Ken, sert fort la sangle de son sac à dos contenant ses affaires, ainsi que le repas de se midi pour eux trois. Il mettrait deux à trois jours pour rejoindre la ville. Le repas était donc un excellent moment pour briser la glace. Ken fit un effort monstrueux pour essayer de rester sérieux. L’insigne du Kubyuu le metait mal a l’aise. Il désirait rejoindre le Kubyuu, Akagi pourrait l’aider, il ne devait faire aucune fausse note… L’avenir du daisho Minaken etait en jeu.
Ken avait fait le serment inviolable. Minako n’aura quasiement, aucun amour de sa part durant les missions, a pars des choses discrets. D’ailleurs, il lui fit un clin d’oeil pour lui dire que tout ira bien, et lui dire qu’il l’aime. L’avenir du daisho est en jeu, il ne fallait plus faire le loufoque en mission, il fallait grandir, devenir sérieux. Ken voulu se présenter un peu plus précisement, Nom prénom, passion, phobie, point fort, nindo, Giri. Cela dit, il se dit que c’etait a Akagi de proposer ça. Il se contenta alors d’affiché un sourire crispé et d’attendre.











_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Jeu 26 Aoû 2021 - 19:32
Akagi regarda arrivée ses deux coéquipiers de missions, analysant tranquillement leur démarche et l’aura qu’ils dégageaient. Confiance, inquiétude, fierté, mal-être, méfiances, colères, joie, bonne humeur toutes ses sentiments pouvaient transparaître dans la simple démarche de tout un chacun. Akagi appréciait prendre le temps de d’identifier c’est quelques marques dans le comportement avant d’entamer une discussion afin d’être le plus préparé possible aux réactions des autres. En ce jour ce qu’il perçu de la démarche des deux jeunes shinobis ne lui plaisaient pas forcément. Une certaine réticence comme s’ils marchaient lentement pour repousser au plus le départ en mission.

Arrivée à sa hauteur pourtant, le visage de Minako laissait transparaitre son envie de faire bonne figure et celui de l’autre shinobi qui devait donc être Ken lui transpirait en partie le stress. Sa première phrase bégayante le prouva. En le regardant de plus prêt Akagi eu un sentiment de déjà vu mais il ne su replacer le visage du genin, il ne chercha pas plus à le faire. Minako l’appela senseï, Akagi ne réagit pas extérieurement gardant un calme de façade, quant à l’intérieur de lui ce mot résonnait. Même si la jeune genin avait tort dans un sens car il n’était pas leur senseï à proprement parlé mais leur chef d’équipe, il sentit pour la première fois réellement le titre de chuunin et les responsabilités irrémédiablement liées prendre appui sur ses épaules. Désormais celles-ci testeraient sa résitance jour après jour, mission après mission, pour déterminer si son dos, son physique, son esprit détenait la faculté à rester droit malgré leurs poids. Si tel était le cas le fils du fer s’élèverait encore et tel en était sa résolution.
Il offrit un sourire de bienvenu à ses compagnons de mission et lança :

« Bonjour Minako, heureux de te revoir. Bonjour, Ken je suppose. Enchanté. Avant de partir, je voudrais faire une rapide introduction. Comme vous le savez surement, j’ai été nommé chuunin très récemment. Ceci est ma première mission en tant que chef d’équipe, Akagi préférait jouer cartes sur table. Comme Minako le sait, j’ai une approche méthodique des choses. Je respecte profondément la hiérarchie et lles lois. J’attends de vous le même respect et l’obéissance à mes ordres. Ceci étant dit je considère le travail d’équipe primordial. Ainsi si vous avez quelconques idées ou propositions, je vous invite fortement à m’en faire part. Vous serez écouté et si votre idée parait bonne à l’équipe on fera tel que. Cependant en pleine action si nous n’avons pas le temps de tergiverser vous devrez vous remettre à mon jugement. Est-ce que ça vous parait équitable ? »

Akagi attendit la réponse de ces coéquipiers désignés puis sans perdre plus de temps il ajouta.

« Je ne suis pas du genre à faire de long discours. Je veux juste vous rappelez que la mission qui nous est confiez aujourd’hui et de très hautes importances. Des civils sont en dangers et une région sous la protection de Kumo est persécutée. Il est de notre devoir de venir en aide à cette population. Nous nous devons d'être la meilleure version de nous-même pour apporter la paix à cette île tourmentée.»

Le Metaru n’avait pas pour habitude de parler tellement avant de commencer une mission mais les choses avaient changé. Désormais c’était lui le métronome qui imprimait par ses battements de tambour la vitesse au rameur pour s’assurer que le navire s’avancerait sans écueils sur la mer déchainée des risques de cette mission. Reprenant une dernière fois la parole, Akagi lança avec un nouveau sourire :

« Je vous propose de nous mettre en route, nous avons un long chemin jusqu’au port puis une traversée en bateau qui nous attendent. Nous ferons plus ample connaissance pendant le périple. Afin de resserrer nos liens et de mieux connaitre les capacités de chacun avant d’arrivée sur notre lieu de mission. »

Le chuunin leur fit signe de le suivre, il empoigna son paquetage posé au sol derrière lui et entama le chemin vers le port de Kaminari afin de rejoindre l’île d’Humy et ses péripéties. Sur le chemin Akagi se présenta plus amplement à Ken et même Minako car malgré leur mission commune celle-ci ne le connaissait que peu.

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Ven 27 Aoû 2021 - 19:16
« Nous devons le respect à nos supérieurs, et je suis heureuse que nous soyons en capacité d'avoir le droit de parole. Je n'ai rien à dire à ce sujet. » Minako laisse parler Ken si celui-ci a quelque chose à dire, et après cela, la petite équipe quitte l'arche grise. La chanteuse compte-t-elle lui raconter comment elle en est venue à porter le bandeau du village et l'insigne du kyuubu ? Il ne fait aucun doute que oui, elle n'a rien à cacher à son supérieur. Rien que le fait que le Metaru lui inspire confiance, le discours rapide de celui-ci imposant un cadre fort sympathique pour le duo de musiciens, elle se met à lui parler de manière sereine.

« J'habitais à Humy avec ma mère, elle a toujours voulu que je sois une couturière comme elle, mais j'ai réussi à la convaincre que je devais être ninja comme mon père. Il est d'ailleurs officier du Kyuubu et j'ai eu envie d'intégrer la même unité que lui. J'ai rencontré Ken à l'académie et nous nous sommes d'abord lié d'amitié grâce à notre capacité commune de l'onkyoton. Aujourd'hui, nous formons un couple de musiciens et nous espérons que notre art saura chasser les criminels. » Minako exprime également avoir passé son temps à améliorer ses techniques katon, son kenjutsu. Elle maîtrise quelques sceaux basiques de fuinjutsu et elle commence à développer quelques techniques sonores.

Minako se souvient qu'elle avait encore de la famille et des amis à Humy. Ça fait 3 ans qu'elle ne les a pas vu. Ils doivent avoir changé, et elle espère qu'ils n'ont pas été victime des sévices des pirates. Elle sait qu'elle ne peut pas foncer sans réfléchir. Elle devra se fier à son chef d'équipe et surtout, elle sait que le travail d'équipe prime sur le travail personnel. Elle se souvient qu'il faut emprunter une route de Kumo jusqu'à Matshu avant de prendre le bateau pour Humy. Elle a une certaine crainte non pas pour elle mais pour son camarade. Elle connaît la phobie de celui-ci et espère qu'il sera fort pour la surmonter. Aux côtés de Ken, elle a l'air confiante.

Ce début de route se fait doucement sans animosité. Elle se souvient que plusieurs équipes sont à Matshu pour régler la situation de crise là bas. Elle pense donc que leur départ à Humy se fera tranquillement. En tout cas, elle l'espère. Jamais elle ne parle de feu Mitsai, ni même de cette capacité du clan Meikyû qu'elle doit développer petit à petit. Elle veut garder ce secret au plus profond d'elle, secret que seul son bien-aimé connaît. Minako n'aime pas parler de sa vie privée, bien qu'elle ait expliqué vite fait son parcours de Humy à Kumo qui a fait qu'elle est devenue apprentie du Kyuubu. Elle préfère rester discrète à ce sujet et trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, bien qu'en temps normal, la vie de ninja prenne le dessus sur tout. Elle espère que ce qu'elle a raconté à Akagi sera suffisant pour lui.

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 31 Aoû 2021 - 16:13
Ken souffla fortement, Akagi ne lui fit aucune réflexion concernant le coca. Ca au moins, c’était fait. Le genin décida de faire un trait dessus et de passer à autre chose. Lorsqu’ils l’appelèrent tout deux senseï, le shinobi peux voir Akagi d'un air calme. Ken nota cette information dans un coin de sa tête. Était ce sa première mission en temps que chef ? Peut être a t’il reconnu Ken ? Non impossible. Il avait un masque. Ken n’arrivait pas à se calmer.
Après un léger silence presque gênant, Akagi esquissa un sourire pour leurs faire un discours de bienvenu ? Ken ne savait pas comment appeler se discours, cela dit il apprécia fortement le geste. Ken y répondit en ces termes.

— Akagi sama… Je suis également enchanté. Je tenais tout d’abord à vous féliciter pour votre promotion. J’apprécie les approches carré et directe. Un encadrement est la clé du succès. Désireux rejoindre le Kubyuu, je suis également à cheval sur nos lois. Je prend aussi en compte les règles apprisent à l’académie comme la règle A.P.N.E.E. Analyser, Protéger, Neutraliser. Evacuer. Evaluer. Ken respire

— La hierarchie est essentiel pour moi. Menti Ken.

Il se rappela de Aizen et son encadrement bancale, qui a refusé de le conseiller et cela lui a value des ennuis pour avoir tuer un malfaiteur. Il espéra que Akagi ne serait pas fait du même calibre et que lui au moins, saurait le rassurer, il saurait l’épauler. Devenir meilleur.

— Par conséquent, j’obéirais à vos consignes, votre expérience sera pour moi une chance extraordinaire.

— J’espère juste que vos ordres seront pas bancale, mais logique, claire, concis… Car si vous etes comme Aizen…. AIE !


— Je tiens aussi à ajouter que c’est important pour moi d’être écouté, conseiller, mes propositions pris en considération. J’agirais cependant uniquement avec votre autorisation. Car bon soyons sérieux, si jamais je fais une bourde la mission serait un échec. C’est inadmissible, vous avez bien plus d’expérience, du coup, votre regard sur la situation sera pour nous d’une importance capital. Je suis prêt a vous remettre mon bandeau sur le champs si jamais je vous fait défaut.

Ken voyant les deux le regarder avec un sentiment de fatigué son monde, il garde pour lui le reste de son plédoyé. Il avait tellement envie de bien faire, d’être digne du Kubyuu… Tout le monde lui tourne peu à peu le dos. Mis de coté car « hors norme ». Recement, il a même décidé d’offrir sa collection, complète des aventures de Raizen le raikage en comics dédicacé de sa propre main, au jeune orphelin de Kumo. Il ne voulait plus lui ressemblé. Raizen n’etait qu’un politicien. Ken peu à peu perd confiance en ses capacités de shinobi. Seule Minako et Hideko semble encore croire en lui. Son vœux de bien faire, de trop bien faire… se refletait dans ses mots et ses gestes. Il etait plein de bonne volonté, une motivation à ras bord. Pour une fois, devant Minako, Ken ne s’excusa pas. Attendant que Akagi reprend la parole. Il leurs rappella la mission de façon extremement condensé. Ken apprécia cela. Pour le moment, Akagi lui fit une excellente impression.

Ken n’osa pas lui répondre. La peur d’en faire trop, ENCORE. Akagi avait tout dit qui plus est, faire connaissance durant le chemin. Le genin tressaillit quand son chef lui dit le mot « port ». Si il savait que Ken avait la phobie de l’eau… Ken devait le lui dire. Il repousserait se moment le plus tard possible. Repondant au signe de Akagi, il se mit en route.
Minako se livra en premier au chunnin. Elle lui parla de ses origines de sa mère, de la couture, de Kaito. Ken fut surpris qu’elle n’ai pas parlée du coup de piston mais après mûre réflexion, il ce dit qu’elle avait raison de ne pas le dire. Ken dégluti, c’etait maintenant son tour.

— Pardon, je risque de m’étaler longuement… Je m’appelle Ken, Daishi, Ken. Se n’est cependant pas mon nom. Je tiens se nom de famille de mon oncle Yuan. Il ma recueilli tout bébé c’est lui qui ma donné le goût de la pâtisserie. Si vous me le permettez Akagi sama, j’ai pris l’initiative de vous fournir à vous et a Minako des vienoiseries que j’ai confectionné.

— Mon oncle ne ma jamais parlé de mes parents… il ma confié a ma grand-mère, la jonnin Yoko Okazuka, dé….c…. disparu il y a quelques mois… Je cherche mes origines quand j’ai du temps. La musique est mon royaume…. Que dire…..


Ken stoppa de sourire, plongeant son regard dans ceux de Minako cherchant de l’aide, de la force, puis dans ceux de Akagi.

— Jeee….j…. j’ai pour grand deffaut… d’etre spécial, tout le monde dans Kumo le dit, mais chose que personne ne sait… jeee… j’ai faillit mourir etant jeune, noyé par des cinglés vouant un culte a Jashin… j’ai … jeeee…. J’aiii…. J’ai la phobie de l’eau… j’ai peur du suiton… Je travail dessus…. Avec mon beau père. Kaito.

Ken n’avait plus d’air, il avait peur que Akagi lui demande de retourner a Kumo, qu’il sera un poid mort pour l’équipe, puisque la mission se passe malheureusement dans l’eau, rien que pour aller au village, il devra prendre un navire.

— J’ai aussi encore un certain malaise auprès des femmes… mais ça, je peu gérrer il n’y a aucun soucis Akagi sama.

Ken avait voulu être le plus franc possible pour aider Akagi à prendre les meilleurs décisions.

— Passons a mes qualités. Je suis quelqu’un d’original, qui pense différemment des gens en général. J’ai par exemple inventé un canon humain a courte portée avec deux de mes clones ! Ho oui, je suis Futon ! J’aime aussi par exemple piéger mes clones. Je suis courageux, Je défend mes convictions avec fermeté. Je saurais être un point fort de notre équipe. D’ailleurs… on s’appelle comment ? Ken laisse planer le silence avant de reprendre
— Mon giri est de servir Kumo au mieux, et se mieux est en rejoiniant le Kubyuu. Je vous ai fait part de la tentative de meurtre par noyade que j’ai subit. Je souhaite que plus personne n’ai a vivre ça et les autres atrocités que j’ai sub… que l’on a subit ! Ken fixe Minako avec un air sombre.

— Mon nindo est de devenir artiste, je suis un utilisateur Onkyoton, pour être plus précis, je veux inonder le monde de musique, que le monde sache la valeur, la puissance de l’Onkyoton d’ailleurs a se sujet, j’ai inventé un genjutsu inversé. Un genjutsu qui ne blesse pas, un genjutsu qui soigne….

— Puis je, jouer pour vous ?
Dit Ken en prenant son instrument.

— J’aimerais vous jouer le genjutsu dont je suis le plus fier, se genjutsu à pour ambition, de supprimer toutes les tentions, d’appaiser les douleurs, plongeant mon patient dans une illusion de paix. Imaginez une montagne, une foret, une plage…. Je serais heureux, sincèrement… enfin si vous le voulez Akagi sama Ken attend sa réponse

Si Akagi le souhaite Ken jouera un Genjutsu pour lui. Tout l’amour que Ken à pour Minako, toute sa passion, il joue pour Minako, bien qu’il visera Akagi et jouera Kusuri no Taisen.


Kusuri no Taïsen:

Si Akagi refuse.

— Je comprend Akagi sama, peut etre une autre fois ?

dans tout les cas

- Et vous, parlez nous de vous un peu. Une pâtisserie?

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 7 Sep 2021 - 19:11
La matinée passa très vite alors qu’il avançait vers le port l’équipe en renfort d’Humy pressait la marche. Akagi écouta avec attention les deux genins à sa suite. Minako concise comme ils avaient déjà fait équipe par le passé, mentionna qu’elle était originaire de Humy sans s’étaller sur le sujet. Information intéressante à prendre en compte celle-ci devrait connaitre la région ainsi que les possibles recoins permettant de créer une base pour des pirates. Akagi ne perdit d’ailleurs pas de temps.*

« Intéressant Minako, ta connaissance du terrain pourrait nous aider. N’hésite pas à réfléchir sur le chemin à une liste mentale d’endroit propice à l’établissement de Pirates sur les îles d’Humy si d’avance tu connais la zone ! ça nous aidera pour la suite de la mission à limiter les recherches en recoupant tes connaissances du terrain avec les informations que nous récupérerons. »

Akagi comprit aussi que pour la kunoichi devenir membre de Kyuubu était un objectif de longue date, il était heureux qu’elle y fût parvenue. Désormais elle devrait s’en montrer digne. Akagi s’assurerait que celle-ci remplisse les devoirs qu’incombaient à un tel poste qu’importe qu’elle soit officier, minarei ou autre. Les mêmes devoirs et respect de l’ordre devaient véhiculer et la même passion pour la sécurité du village devait les faire vibrer.

Ken s’exprima ensuite. Celui-ci fut bien moins concis, il s’étala sur son respect de la hiérarchie et ses connaissances parlant d’une technique apprise à l’académie qui fit tiquer le Metaru. Neutraliser avant d’évacuer, il se demandait bien ce que pouvait apprendre les apprentis à l’académie devant les mots du genins. Akagi lança :

« Tu peux m’en dire plus sur la technique dont tu parles APNEE je n’en ai jamais entendu parler, j’ai dû faire l’académie trop tôt, les méthodes ont visiblement changé depuis. Comme tu l’as décrit cela me semble plus qu’inapproprié comme ordre d’action et je doute que l’académie l’apprenne ainsi. »

Ken enchaina ensuite parlant de sa passion pour la pâtisserie et la musique, recueilli par son oncle et éduqué par sa grand-mère qui était décédé peu de temps auparavant. Tout en acceptant la patisserie proposé Akagi continua d’écouter Ken qui enchaina sur ses plus grandes frayeurs composées de l’eau, le suiton des suites d’un traumatisme d’enfance. Point qui pouvait être plus que problématique surtout lorsque la mission à venir se fairait face à des pirates qu’il devrait vraisemblablement sortir de leur tanière probablement par bateau. Une compose supplémentaires mais pas insurmontable à cette mission. Akagi se disait cependant que l’état-major sur des missions aussi importante pourrait devrait prendre en compte ce genre d’information.

Enfin son allocution arrivant à sa fin Ken expliqua son originalité, parlant d’un canon inventé avec deux clones et finissant avec des informations présentes dans sa fiche ninja. Maitrise de l’onkyoton et du genjutsu. Alors celui proposa ce qu’Akagi considéra comme étant une ineptie :

« Ken, je te remercie pour l’attention cependant réfléchis à la situation, certes nous sommes en plein voyage mais nous devons profiter de celui-ci pour nous préparer à la mission. Comme par exemple demandé à Minako de réfléchir à des lieux potentiels pour les pirates. Nous ne pouvons nous permettre de nous détendre. Nous ne pouvons prendre cette mission à la légère. J’écouterais avec plaisir ta partition une fois celle-ci terminée. Pour le moment je souhaite garder l’esprit vif et acéré pour réfléchir à la tâche qui nous incombe. »

Akagi ne voulait en aucun cas le braquer mais il était important que le genin réfléchisse à la portée de ses propositions avant de les transmettre. Il espérait que son discours serait entendu dans ce sens. Le Metaru enchaina :

« Très bien, merci pour le rattrapage concernant votre passé. De mon côté, je vais être court. Vous avez sûrement vu le combat de la demi-finale contre Hideko donc vous savez que j’utilise le raïton et le Kinton. En plus de cela je suis un senseur. »

Une idée lui vint pour s’occuper des soucis de Ken, il ne savait pas si s’était la meilleur mais il avait besoin de savoir si sa phobie l’empêcherait d’aider un camarade, il finit donc :

« Et je n’ai pas forcément peur de l’eau mais par contre je ne sais pas nager, mentit le Metaru une fois n’était pas coutume »

Le chuunin s’arrêta là. Aucunes autres informations n’étaient digne d’intérêt à cet instant, ils savaient tous deux qu’il était chuunin depuis peu et officier du Kyuubu. Ils continuèrent ainsi leur chemin. La nuit tomba rapidement sur le groupe alors qu’ils arrivaient à peine au port le plus proche de Kumo. Ils passèrent une nuit dans une auberge du port avant de se préparer à prendre la mer.
Le lendemain se levant tôt, Akagi suivit de ses deux coéquipiers de mission cherchait un navire voguant jusqu’à Humy. Alors qu’il marchait sur un ponton il s’arrêta et se tourna vers Ken et Minako.

« Ken j’ai besoin de savoir quelque chose. Minako je t’interdis d’intervenir c’est un ordre en tant qu'officier. Je ne sais pas nager. Je vais sauter dans l’eau, Ken tu devras me sauver de la noyade. Si tu ne le fais pas la mission est un échec dès son commencement et je risque de mourir. Je ne ferais rien pour empêcher cela. Si tu ne me connais pas bien sache que ma détermination est aussi dure que l'acier et que quand j'annonce quelque chose, je le fais. »

Le Metaru lançait un défi de haute volée dès le début au jeune genin, cependant le géant de fer devait savoir dès à présent à quel niveau Ken avait peur de l’eau. Etait il capable de passer outre sa phobie ou pas du tout même pour sauver un coéquipier. Le chuunin se rapprocha du bord n’écoutant pas les protestations du shinobi et sauta dans l’eau. Il attendait désormais de voir ce que Ken avait dans le ventre. Si celui-ci ne pouvait pas sauver un allié de la noyade, Akagi devrait significativement le surveillé durant toute la mission. Dans le cas contraire, il serait plus serein.
HRP:

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mer 8 Sep 2021 - 18:08
Réfléchir aux recoins dans lesquels les pirates peuvent faire leur planque. Il y a du choix pour ceux-ci. La chanteuse sait que deux petits îlots sont aux côtés de l'île de Humy. Derrière cette ville portuaire se dressent des montagnes et une forêt. Qui sait si la piraterie pourrait arriver de là en passant par l'îlot sur lequel une forêt est présente. Elle pensera sur le chemin, à tout ce qu'elle sait sur sa ville natale, petit à petit. Des idées peuvent bien émerger d'un moment à l'autre.

Cette nuit-là, Minako ne dormait pas. Elle pensait encore aux stratégies que peuvent avoir ces barbares, et aussi, à ce que Akagi leur a dit : il ne sait pas nager. Serait-il possible que seule elle est capable d'être dans l'eau sans problème ? Cette idée la fait frissonner. Et si jamais elle ne réussissait à sauver aucun d'entre eux ? Qu'ils l'abandonnent de la même manière que son grand-père ? L'idée de ce potentiel abandon lui fait atrocement mal, elle qui désormais est si seule sans sa sœur. C'est pour ça que cette nuit, elle reste à l'écart, farouche, n'appréciant guère qu'on lise une quelconque tristesse sur son visage. Personne ne doit la voir fragile.

Le lendemain. Elle n'a dormi que quelques heures et pourtant, la demoiselle se sent en pleine forme. Sur le ponton, l'apprentie du kyuubu déglutit en écoutant l'ordre de Akagi. Elle sait ô combien il faut obéir à son supérieur, c'est l'une des règles de base du shinobi. Pourtant, elle a peur, pour eux deux. Elle ne veut pas qu'on ne l'abandonne de nouveau. Plus jamais. Mais est-ce que l'ordre de ne pas intervenir s'applique aussi au fait de ne pas parler ? Ne pas encourager son petit-ami ? En parlant de celui-ci, elle le sait, les filles… Les filles qui l'auraient torturé et noyé dans le fleuve. Minako revoit son chéri dans l'eau alors qu'elle traversait le pont afin de retourner dans son quartier aussi pauvre soit-il. Sans elle et Koyama, Ken serait mort ce jour-là. Il était torturé, de nombreuses coupures et des hématomes sur son corps, étouffé avec l'eau. Minako en a toujours voulu à ces quatre filles d'avoir agi de la sorte. Mais, aujourd'hui, la situation était différente, leur chef d'équipe à demandé à Ken de le sauver d'une noyade, en demandant à Minako de ne pas agir. Elle acquiesce, simplement, en silence, et elle se met à distance suffisante pour les laisser ensemble, tout en regardant.

Ken devrait savoir ce que pense la jeune fille, ou même ce qu'elle pourrait dire. Elle pourrait lui demander de faire comme si c'était elle qui devait être sauvée, mais si elle utilise le dengon angouka, puisque Akagi est senseur, il pourrait détecter son utilisation du chakra et lui faire une remontrance sur le non respect envers lui. Mais, peut-être que Ken la connaît assez bien pour se dire qu'elle ne veut pas se retrouver seule et tient à ce qu'il arrive à sauver leur supérieur ? Dans sa tête, elle encourage son bien-aimé à aller de l'avant et réussir. En attendant, la demoiselle réfléchit aux cachettes des pirates. Plus elle y réfléchit, plus elle se dit que les forêts peuvent être des refuges pour ces barbares. L'heure viendra où la jeune Minako en parlera, lorsqu'ils sortiront de l'eau. Elle l'espère, en tout cas.

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Ven 17 Sep 2021 - 19:19
Ken ne fut en aucun cas surpris, alors que lui subit critique sur critique, Minako peut dire ce qu’elle souhaite, elle attire les bonnes réactions, les bonnes critiques. Alors qu’on lui met sa parole en doute, Minako elle, elle obtient des lauriers. Une fois de plus, Ken avait beau dire, beau faire, on lui crachait encore dessus, pourtant A.P.N.E.E était une méthode utilisé depuis plus de dix ans. Akagi ne connaissait visiblement pas la méthode et se permettait de l’ouvrir en grand, de le critiquer, de le rabaisser en disant qu’il n’avait rien compris à la méthode mise en place par l’académie. Pourtant il ne l’a pas inventée cette technique.

Ken, pourtant habitué a ce qu’on le prenne de haut, pour mieux l’écraser comme Akagi le fait, ne peut réprimé une micro expression de dégoût. Akagi ne le connaissait que depuis deux heures, et il était déjà entre un de le rabaisser. Comment le gennin pouvait progresser et avoir confiance en lui quand les chunnin prennent autant de plaisir à voir en lui un raté et de le lui rappeler constamment qu’il ne comprend rien. Au lieu d’essayer de le comprendre, de faire le nécessaire pour l’épauler…. Akio, Aizen, Raizen et maintenant lui, l’écrase sans le laisser le temps de faire son premier vol. Aucune aide, aucun coup de main.

Le gennin se revoit sur le toit du bar suppliant Aizen de lui venir en aide, lui demander conseil et n’avoir eu que du vent en guise de réponse, quand Ken avait commis l’irréparable, là par contre, les critiques ont fusées… Depuis tout petit, les Kumojins lui montrait que méprit et rabrouage. Lui enfant de parents inconnus ne connaissant que la honte d’être lui même. Seul Minako à su déceler en lui un grand potentiel. Lui ne vivant désormais que pour elle. Parfois il se surprend de vouloir mourir, d’être dégoutter de fouler la même terre que ses imbéciles qui se permettent des réflexions idiotes sans même savoir de quoi il parle.

« Je suis un débile, ASGUAGNEUUUUGNEUUUUUU BHEUHEUHEUEHUEHUUUUU. je m’appelle Akagi, Je connais pas la méthode APNEE et je sais mieux que Ken que la méthode qu’il a appris par cœur est complètement fausse…. » Ken souriait à cette pensée.

Elle etait totalement juste. Akagi ne connaissait rien de la méthode mais il savait mieux que lui qu’elle était fausse. Qu’elle comble ! Bientôt Akagi lui donnerait des cours de musique à se train là. Il reconnaît bien là les traits de Aizen. Critiquer et ensuite connaître. Il fallait juste espérer qu’il n’a pas dans l’idée de devenir chef d’équipe si il avait cette mentalité.

Ken obéi a son premier ordre, sans donner de signe de lassitude, il récita par cœur le protocole APNEE.

— A.P.N.E.E. Le protocole exacte, malgré ce que vous pouvez penser, appris à l’académie.

- A comme Analyser : Avant de courir tête baisser dans une mission, il faut analyser la situation. Prise d’otage ? Piège ? Nombre d’ennemis ? Des victimes ? Signe d’instinctif des ennemis, savoir si on peu les reconnaître. Sont t’ils de Kumo ? De Mizu ? Ont t’ils des sensorielles ? Peut t’on agir seul ou des renforts sont t’il obligatoire ? D’ailleurs des renforts sont t’il disponible ? Peuvent t’ils arriver à temps ? combien de temps? Sur qu’elle terrain se passe l’action ? Y a t’il de zone camouflante, combien à t’on de temps pour agir ? Si par exemple la mission est chronométré par un détonateur ? des otages? mission d'assassinat, où est la cible?

Une fois l’analyse faite, si il y a des otages, ou non, alors on passe a protéger.

- P comme protéger : On veille à mettre les otages hors de danger, mais aussi soit même. Si nous sommes dans un bâtiment, dans le meilleur des cas, nous sortons du bâtiment avec eux, on les met a l’abris. Dans le meilleur des cas, si nous avons des renforts, si nous pouvons évacuer les otages, qu’il n’y a aucun danger, nous évaluons et évacuons. Les renforts sont là pour neutraliser l’ennemi, ou, évacuer pour nous les otages pendant que nous neutralisons les malfrats.

Malheureusement, les missions comme ça n’existe pratiquement, voir jamais car sois les renforts tardent à venir, sois il n’y en a aucun de disponible, le plus souvent, nous sommes amenés à agir sans secours. La méthode A.P.N.E.E a été mise au point quand nous devons agir seul sans l’aide de renforts. L’évacuation deviens pratiquement impossible à se niveau là ! D’ailleurs parfois, la meilleur façon de protéger les otages est précisément, en ne cherchant pas à les évacuer tout de suite ! Souvent un piège dissimulé fait échouer la mission car justement, nous chercherons à évacuer à tout prix l’otage ou les otages sans prendre en considération que les otages sont peut être piégés. Les terroristes le savent et il se peut donc que si nous approchons les otages sans embûches, ça cache souvent un pépin de dernière minute.

Les ennemis sont loin d’être des idiots, si ils ont des otages, c’est pas pour les perdre à la première minute , encore moins sans se battre ou sans laisser un colis piégé. Souvent, les otages, font l’objet d’éléments pièges comme dit précédemment. Il n’est pas rare qu’un civil à des parchemins explosif dissimulé sur lui, ou est transformé en détonateur humain par un système de fuinnjutsu de zone complexe. En le touchant, ou même en entrant dans la zone d’activation nous pouvons activer un piège et nous sommes perdu ! Analyser la situation ne permet pas toujours de déceler se soucis. Et voila pourquoi la neutralisation prime sur l’évacuation

- Neutraliser : Par neutraliser nous n’entendons pas forcement par la neutralisation des malfrats, mais la neutralisation de piège, la destruction de parchemin explosif ou détruire un détonateur humain sans faire de mal à l’otage bien sur. C’est içi, si récupérer les otages n’est pas possible, que l’on met en place les effets de surprises, qu’on réalise le gros de son plan, que l’on doit neutraliser des ennemis, des pièges, des liens…

- Évaluer : L’évaluation sert à faire un dernier constat, définir si il y a d’autres ennemis camoufler, si il est nécessaire de les combattre ou si nous pouvons enfin nous occuper des otages. Si nous pouvons nous occuper des otages, évaluer si il y a un piège de type parchemin, fuinnjutsu avec détonateur. Nous devons donc définir si l’ Analyse, la Protection, et la Neutralisation ont été suffisante. Parfois c’est se point précis qui, bâclé fait raté la mission. Un parchemin trop bien dissimulé, un ennemi caché dans un endroit sombre et on se fait éliminer. Si durant la protection on a récupérer les otages, on peu Évacuer, mais encore une fois c’est extrêmement rare qu'on peu évacuer aussi vite, on a souvent affaire à des amateurs qui en sont à leurs premier essais. Car comme dit précédemment, un vrai terroriste aura piégé l'otage, ou se cachera dans un coin jadis invisible pour assassiner une proie. Parfois même, l'un des otages se déguise en otage pour prendre au piege.

- Évacuation : une fois qu’on a analysé, protéger les otages ainsi que nous même, qu’on a neutraliser le danger,il faut bien évaluer qu’il n’y a plus d’embûche, nous pouvons évacuer. Bien évidement, tout dépend de la mission reçus, si la mission consiste à délivrer des civils, si nous y arrivons durant la protection, nous pouvons évacuer tout de suite. C’est dangereux car un piège de dernière minute peux se refermer sur vous même. Mais si vous êtes sur de votre coup, ça peut être une stratégie excellente qui prend l’ennemi à dépourvus.

Nous sommes nombreux à avoir été choqué que l’on doit neutraliser avant d’évacuer. Si les otages sont libre, pourquoi ne pas partir ? Nous avons eu tord, car comme dit plus tôt, nous pensions tous que neutraliser veux dire, mettre hors d’état de nuire l’ennemi. C’est ainsi car d’une part, les occasions où nous pouvons libérer les otages sans avoir à combattre ou tomber sur un piège est extrêmement rare pour ne pas dire, jamais possible. D’autre part, quand on dit neutraliser, ça concerne toutes les embûches de dernière minutes. Un otage piégé, un ennemi donnant l’alerte car on a voulu aller trop vite et nous ne l’avions pas vue… Bien souvent, nous sommes mieux à neutraliser avant d’évacuer, ça augmente les chances de ne tomber sur aucun os de dernière minute et donc le succès de la mission.

De plus, les missions avec Otage étant assez rare, il n’y aura que peu d’occasion de protéger sauf nous même. Donc, Neutraliser deviens belle et bien l’étape avant l’évacuation, si la mission est d’assassiner une personne, on ne va pas évacuer avant de le neutraliser.

Si vous êtes toujours contre la leçon de l’académie, je ne peut que vous conseiller d’en discuter avec les professeurs voir le directeur. Je serais, quant à moi, honorer de connaître votre méthode si l’occasion se présente. Je vous obéirais sans faillir.



Ken souffla le cours théorique fini, il ne savait pas quoi ajouter. Il pense avoir tout dit, peut être à t’il mal énoncé l’une des clé d’une mission réussi ? Il a souvent répété les mêmes choses qui a paraître sans doute fatiguant. Il ignora si Akagi était conquis. Il en oublia son animosité naissante, après tout, après mure réflexion, il s’était assez mal exprimé. Peut être que Akagi apprécierait qu’il ai bien retenu les cours théorique. Il médita et ne vois rien à ajouter. En effet, Analysé, Protéger (et si possible d’ évacuer, certaine mission n’ont aucun otage et donc il n’y a rien a évacuer), Neutraliser, Évaluer (voir recommencer du début si il faut), et enfin Évacuer. Non il a tout dit. En suivant la procédure, il était très rare voir, impossible à se tromper.

Qu’elle plaisir de voir Minako et Akagi manger la pâtisserie il ne pu réprimer un sourire pour sa femme, qu’elle bonheur de la voir dévorer ses créations, surtout quand Akagi, lui semble t’il, y a aussi prit du plaisir. Cependant il lui rala dessus quand Ken lui proposa d’écouter sa musique. Une fois de plus, Akagi parla sans connaître ses réels attentions, ni même le connaître.

— Je comprend Akagi san.

Ken n’en dit pas plus, qu’elle interet d’en dire plus ? Sa musique aurait au contraire mit Akagi dans de meilleurs conditions en l’aidant à être zen, en éloignant les contrariétés. Il n’avait pas totalement tord, il fallait rester alerte mais la présentement que faisaient t’ils ? Ils discutaient évaluer le genjutsu de Ken en se laissant volontairement genjuté était sage, ainsi Akagi aurait pu évaluer les capacités du musicien. Ken accepta sa volonté et également, il n’en avait pas le choix, c’était là, le supérieur qui discutait hors, on ne met jamais la parole du supérieur de coté. Hors son genjutsu l’aurait aidé à gardé son esprit afuté mais soit. Il ne pouvait se permettre de se montrer faible, alors, il admira Minako en faisant mine de regarder la fôret qui se profilait au loin.
Ken n’avait pas vue la final contre Hideko, puisqu’il était à l’hôpital cependant, il nota les capacité de Akagi. Il fut surpris que se dernier ne savait pas nager. Un chunnin pouvait t’il exercer sans savoir nager ? Ken le regarde en fronçant des sourcils, son commentaire lui paraissait étrange.

« Pourquoi pas ? Mais bon c’est louche... Pourquoi il me dit ca ?»

A peine arrivé au port, durant la nuit, Ken apprécia que la nuit lui camoufla ainsi la mer qui était de plus en plus proche. Il décidèrent de bivouaquer et de repart au petit matin, pourquoi Akagi as t’il donc refusé le genjutsu de Ken ? A t’il pas confiance en lui ? Phobie au genjutsu ? Ken etait de plus en plus intrigué. Akagi, arrivé à un point, surpris encore une fois le gennin, interdisant à Minako d’intervenir, il dit qu’il ne sait pas nager et pourtant qu’il va sauter pour se noyer. Ken trouva ça idiot. Il dit qu’il allait jusqu’a se laisser mourir si Ken n’interviens pas. Ken écarquilla des yeux, se demandant si il était sérieux.

— Vous etes fou ? C’est quoi votre délire ? Mais non mais…

Trop tard, Akagi plongea la tête la première. Ken plongea pour le retenir, mais trop tard, très rapidement, la bouche aquatique l’avala d’une traite. Bientôt, son corps n’etait plus visible. Ken pleura en reculant un air de dégoût, quand l’eau se calma, il crus voir la crinière rouge de Akagi au fond de l’eau. Il recula, un pas de plus, les yeux rivés sur l’eau. Ken sait que si il fuit, il pouvait rendre son bandeau. Il aura non seulement échoué mais également désobéi.

Il sent soudain un poid sur son crâne, il sens le pied de Kyoko presser fortement sur sa nuque tendit que le talon de Manara lui appuya contre son front pour ajouter de la force, le forcer a rester sous l’eau.

Un pas en arrière, son visage, bien que croisant le visage de Minako, il ne pouvait pas s’avancer d’avantage, il recula, un pas de plus quittant presque le pont. Il revoit les cheveux rouge de Akagi, c’était comme du sang, une mare de sang au fond de l’eau, comme son propre sang quand Manara lui avait tailladé le torse et but à même les plaies l’embrassant les écorchures tant que le sang coulait. Ken surprend le regard ahuri de Minako, un pas de plus, il avait quitté le pont. Il était entre un d’échouer. Il allait perdre Minako. Akagi allait l’ejecter, lui prendre son bandeau. S’en était fini du Minaken.

Soudain dans son esprit, il imagina que ce ne soit pas Akagi au fond de l’eau, mais Minako. Il ferma les yeux pour ne pas voir l’eau, après tout, et si c’était elle au fond de l’eau ? Il se mit a chanter pour ne pas entendre les vagues, son chant devient rapidement des cris, il criait de plus en plus fort pour faire taire la houle. Il paraissait être un viel homme qui à du mal à se mouvoir. Trois pas en avant, un pas en arrière. Il chantait de plus en plus fort à se faire mal à la gorge, pour faire taire les ressacs contre les poutres du poteau claquant de plus en plus, lui léchant parfois les pieds. Ken en avait rien à faire d’Akagi, il se focalisa sur cette unique pensée, et si c’était Minako dans l’eau ? Inconsciente ? Personne pour la secourir. Il n’y avait que lui.

Ken avança, trois pas en avant, deux en arrière. Paralysé par la peur, il ferma les yeux si fortement, qu’il en avait mal au paupières. Ses jambes flageolante, il lui sembla même qu’il s’urina dessus, a moins que se soit l’eau qui lui a léché le bas ventre comme pour le torturer de façon perverse. Comme il avait chaud au bas ventre, il a du s’uriner dessus de peur. Il réussi cela dit à ne pas déféquer ce qui était un exploit pour lui. Ou peut être parce qu’il avait été à la selle tôt le matin. Quoi qu’il en soit, les yeux clos. Il etait maintenant accroupis, les orteils dans le vide. Il frappa a tâtons comme pour chercher l’eau. Visage tourné vers Minako, il hurlait maintenant à s’en faire mal aux poumons, il frappa l’air avec vivacité.

Le genin, enfin se mit à pleurer fortement, les yeux clos, il durcit ses muscles pour s’empecher de reculer. On aurait dit un chien qui couinait, Minako pouvait entendre des « Ahouuuuu….. houhouhouuuuu ahouuuuu….. ». Ken pleura à chaude larme, il ne voulait pas y aller mais l’image mental qu’il s’était mis en tête pris le dessus. Akagi etait sur le pont, et c’etait Minako dans l’eau. Dans quelques instants, elle allait cracher ses dernières bulles et seul lui pouvait la sauver. Akagi refusait de sauter à l’eau pour la sauver. Ken se pencha de plus en plus et se mit a flatuler de peur. Son estomac était si serré que commencait à se chier dessus de terreur. Il pleura de plus en plus, il en eu soudain mal au crâne. Si il ne plongeait pas, tout etait fini.

— Minako !!!! MI...M….MMMM…..M...MINAKOOO….MMMMM MAAA...M ?...MI...MIN….MINAKOOOO !!!

De peur il supplia sa femme de lui venir en aide, mais n’écoutant que son superieur, Ken attendit sans avoir de réponses. Les yeux toujours clos, il l’appella encore et encore. N’ayant aucune réponse, cela renforca son auto-genjutsu. Il s’imagina Minako sous l’eau sans capacité de répondre.

Il ferma les yeux le plus possible, le visage tourné vers sa femme, il ressemblait à un crapaud. Il respira vite, il respira fort gonfflant ses joues, les vidant, il ne restait qu’a faire « croa » pour parfaire l’illusion. Il plaça alors ses mains au dessus de sa tête comme pour en faire une corne pour briser les fagues. Retenant son souffle au maximum, en gonfflant ses joues. Il croassait en silence, ses mains liés dans une prière silencieuse.

Il bascula en avant en poussant sur ses pieds déployant ses bras de gauche à droite son visage heurta l’eau avec une tel violence que son air fut expulser d’un coup. Il reste un petit moment allongé sur l’eau, yeux clos, il se réveilla en criant de douleur. Les yeux clos, il tape l’eau avec énergie fouillant a moins d’un mètre pour chercher les cheveux rouge. Il hurla de peur en sentant des cheveux dans sa main. Il cria, mais ce n’était que des algues.
Yeux ouvert, il paniqua, il était prisonnier dans le fluide. Il battait des bras et des pieds pour essayer de sauver Akagi, mais il ne faisait que de se fatiguer.

— Au secobloup… Mibloup...nabloup….

Ken but de force l’eau, qui aussitôt ajouta du poid a son estomac, il ouvrit la bouche pour la vomir mais alors, une nouvelle goulée entra dans sa gorge. Epuisé, Ken etait maintenant à la verticale, peu à peu ses mains lève au ciel. Le soleil, ne lui à jamais semblé aussi beau, une pâleur cadavérique ressemblant à une peau charnue en décomposition. D’une pâleur légère. Izanami lui tendait la main.

« Viens mon cheri… accepte ma main, rejoins moi. »

La main de Ken peu à peu s’engloutit dans l’eau, les mains battant encore le fond des eaux luttait pour ne pas mourir bien que ses pieds, ses genoux, tout le reste de son corps, avait déjà rejoins Izanami.

« Adieu Minako, adieu mon amour, tu as été ma lumière tout du long, mon seul regret et de ne pas t’avoir donner des enfants, je voulais être ton bonheur, te rendre heureuse à tout pris, malheureusement, aujourdhui je pars, je pars pour de bon…. Izanami est venu me chercher. On ne dit pas non à une déesse. Je n’ai jamais su te dire non… Aujourdhui, alors que sur le pont tu es restée silencieuse, c’est Izanami qui en a profiter pour me parler, je n’ai pas su lui dire non… désormais, tu es ce qu’il reste du daisho Minaken, p… c’est vraiment con… mourir en obéissant à un idiot…. Au yeux de Kumo, j’ai été un raté, je pars en raté…. Je ne manquerai à personne, car désormais mon âme libéré de mon corps, trouvera le chemin en ton sein. Je t’appartiens à jamais, mon âme est lié à la tienne, maintenant, nous ne ferons qu’un, je n’ai plus d’âme, elle est tiennes à présent. Je t’aime mon amour ».

Spoiler:

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 21 Sep 2021 - 20:37
Akagi sauta dans l’eau. Pied en premier main bouchant son nez et se laissa couler tel une pierre. Le soudain silence tranquille et la vie sous-marine qui se déployait sous ses yeux l’enchanta. Parenthèse tranquille au fond assis sur le corail sous-marin du port alors qu’au-dessus de lui il distinguait à peine la lutte interne de Ken. Il ne savait pas ce qui l’avait poussé à avoir une peur phobique de l’eau cependant dans une mission comme celle-ci où la mer serait sans nul doute leur ennemi dompté par les pirates depuis longtemps, le chuunin se devait de connaitre les limites du genin.

Assis paisiblement au fond de l’eau, il remarqua un banc de sardines proche de la coque d’un bateau environnant, se nourrissant des algues accrochées à celui-ci. Il repensa aux discours de Ken concernant la technique APNEE. Le chuunin n’en avait jamais entendu parler mais après le cours magistral de Ken, il devait avouer que celle-ci paraissait adapté. Il n’était pas cent pourcent conquis mais comprenais mieux en quoi consistait la méthode.

Relevant doucement les yeux vers la surface agité de la mer, frappant de petite vaguelette le quai du port sur lequel Ken faisait des allers retours, s’approchant puis reculant de l’eau comme en pleine lutte intestine. Luttant entre sa couardise née certainement d’une traumatisante épreuve qu’Akagi ne connaissait pas. Après ce qui lui paru une éternité, Akagi s’approchant de sa limite, il constata non sans surprise que Ken se jetait doucement à l’eau. Dépassant sa phobie afin de relever l’épreuve. Akagi n’en avait pas besoin de plus. Il ne s’attendait pas à ce Ken soit capable de le sauver. A vrai dire peu d’homme était capable d’affronter leur peur. Il voulait simplement savoir de quoi était fait le jeune genin, ce qu’il vit lui plut. Ainsi il prit appui au sol et remonta à la surface d’une impulsion attrapant le jeune genin terrorisé au passage.

Sortant tout deux de l’eau en s’accrochant à la corde pendante tout le long du bois reluisant gorgé d’eau et d’escargot le parcourant se nourrissant des détritus divers rejetés par la mer le frappant. Il posa Ken assis sur le quai. Il essora rapidement ses vêtements d’une main. Puis il félicita Ken :

« Très bien Ken. Peu d’homme aurait affronté leur peur, si elle est véritable. J’ai donc confiance en toi pour que tes nerfs ne lâchent pas durant la mission qui sera sans nul doute au contact de ce liquide que tu haïs tant. Si tu choisis de me haïr pour ce que je viens de faire, soit. Je te demanderais seulement de continuer à suivre mes ordres en faisant fi de tes sentiments. Dans le cas contraire..., laissant sa phrase en suspend il enchaina, je suis content de savoir que certain genin de kumo possède un véritable courage. Car sans peur le courage n’existe pas.»

Sur ces mots Akagi donna une tape sur l’épaule de Ken et leur proposa de s’avancer et monter sur le bateau. La route vers Humy serait encore longue. Une fois sur le bateau, l’ancre de celui-ci relevé, prête à partir, il se tourna vers Minako laissant Ken qui se reprenait doucement suite à l’épreuve intense qu’il venait de lui faire subir :

« Minako, nous allons partir dans quelques minutes la traversé devrait nous prendre une nouvelle journée. Je souhaite que tu me trouves une carte auprès du capitaine. Si tu connais la région comme tu y as vécu n’hésite pas à indiquer des endroits sur celle-ci qui pourrait cacher des pirates et leurs flottes bien entendu. Un caverne proche d’une crique peut être, ou des forêts sombres proches du rivage. N’hésite pas, nous croiserons ces potentiels endroits avec les informations que nous recevrons en arrivant à Humy. »

Une fois son ordre passé Akagi se dirigea vers la poupe du bateau pour observer Kaminari qui s’éloignait. Lui-même prendrait le temps de bien observer les alentours durant le voyage pour s’assurer qu’aucuns bateaux pirates ne les attaquaient durant la traversé. Il demanderait à Ken de l’aidait une fois que celui-ci se serait pleinement remis de son aventure aquatique, pour le moment il préférait le laisser respirer afin qu’il comprenne qu’en ce jour il avait fait un grand pas pour vaincre sa phobie.

Le rivage s'éloigna rapidement, une fois la côte invisible, il se déplaça à côté de Ken et lui lança:

« Pendant la traversée tu observeras depuis la proue les alentours du bateau pour voir si une menace nous guette. Je ferais de même depuis la poupe. Minako, elle à déjà une mission compte tenue de ces connaissances du terrain. »

Sur ces mots Akagi retourna à son poste et commença sa surveillance.

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:


Dernière édition par Metaru Akagi le Sam 25 Sep 2021 - 22:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Sam 25 Sep 2021 - 22:21
Un hurlement de Banshee se fait entendre d'assez loin, de sorte à ce que des marins s'occupant de leurs bateaux se cachent dans leur cabine, que des promeneurs fuient. Tous ont peur de cet appel à la Mort, croyant que cette dernière, accompagnée de Shikome, ne viennent prendre les âmes de tous ceux qui entendent le cri de la créature.

La réalité n'est en aucun cas surnaturelle. Lorsque Ken a plongé dans l'eau pour essayer de sauver Akagi, le cœur de Minako s'est serré. Elle revoit, en quelques secondes, son chéri inanimé sur le rebord du fleuve. La peur de Minako en cet instant est si intense qu'elle a fini par crier, sentant qu'il allait finir par mourir sans qu'elle ne puisse rien faire. Que les deux hommes allaient mourir, la laissant seule au monde. Pourquoi serait-elle condamnée à porter malheur aux personnes qu'elle apprécie ? Alors qu'elle tremblait et se mit sur les genoux, son supérieur est remonté avec son bien-aimé. Ils sont vivants. Son regard humide se pose sur les deux hommes, se disant que Akagi a été horrible de leur faire peur de cette manière. Cela dit, elle est rassurée, elle comprend pourquoi il a donné cet exercice et elle reprend ses esprits. Elle se redresse, se mettant debout et essuyant ses yeux, voulant prendre Ken dans ses bras pour le câliner et l'embrasser, mais elle s'arrête afin d'écouter Akagi lui demander de prendre une carte pour réfléchir aux points stratégiques potentiels des pirates, ce qu'elle fait de ce pas lorsqu'ils arrivent sur le bateau.

Elle s'assied donc dans un coin, carte sur une table en bois et crayon à la main. Des souvenirs lui reviennent : plus d'une fois la demoiselle a vu des pirates dans la forêt, donc elle fait une croix sur celle qui est de l'autre côté du fleuve qui sépare Humy du boisé. La demoiselle fait tournoyer son crayon entre ses mains comme pour muscler ses doigts, afin de réfléchir si elle se souvient d'autres détails ou non. Des images lui reviennent, de ses balades en forêt et de ses jeux qui finissent souvent par lui faire peur à cause de bruits et rires étranges. Elle croyait à des fantômes d'êtres suicidés, de base, car le lieu était connu pour les personnes qui y sont retrouvées pendues en tenue de pirates en général. Puis, en replongeant encore dans ses souvenirs lointains, la demoiselle se souvient de la traversée d'un bateau de pirate entre un îlot désertique et le port de Humy. Ce bateau dont la proue ornait une sculpture de sirène borgne, dans lequel était celui qui avait failli la kidnapper alors qu'elle avait six ans. Minako ne dit rien à ce sujet, restant secrète sur son passé, au maximum. Elle marque ainsi d'une croix le deuxième point de repère des pirates sur la carte.

Humant l'air, la demoiselle regarde le ciel grisonnant, se demandant combien de temps il reste avant que tous trois arrivent sur place dans sa ville natale. D'un côté, la demoiselle a hâte de fouler de nouveau les terres de son enfance, mais de l'autre, elle appréhende l'accueil qu'elle recevra. Certes, désormais Minako est bien plus musclée qu'à ses 15 ans, ses abdos bien dessinés de sorte à former de manière discrète une tablette de chocolat, mais est-ce que les anciens la reconnaîtraient ? D'ailleurs, l'ambiance sur le bateau est pesante. On peut entendre des murmures, notamment cette conversation.

« C'est elle la Banshee qui a crié avant le départ du bateau, tu crois qu'elle fait partie des Shikome ? On devrait la jeter par-dessus bord, t'en penses quoi ?

_ Non, c'est là qu'elle nous maudira si on s'en prend à elle, et t'as vu sur son bras, elle est une ninja de Kumo, on ne peut pas l'agresser pour nous protéger.

_ Aaaah, comment diable peuvent-ils avoir cet être démoniaque dans leurs rangs ? Elle nous fait peur, cette petite.

_ Et puis sérieusement, tu penses vraiment que c'est elle la Banshee criarde ? Elle paraît si sage.

_ Le calme peut cacher quelque chose de bien plus dangereux, crois-moi… »


Carte avec les emplacements des pirates selon Minako:

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Dim 17 Oct 2021 - 23:05
La bouche gourmande et moite d’ Isonade avait happée depuis un moment le plancton de Kumo. Le shinobi avalé rendit les armes. Ses pieds pataugeant dans une sorte de masse chevelu du fond des eaux. Son cœur pesait plus lourde qu’une pierre. Sa bouche s’ouvrant, implorant pour une goulée d’oxygène. L’homme voit alors les dernière bulles de son existence, qui tel son âme, commençait à remonter à la surface, dans le plop discret. Le soleil noir le fixe de son regard unique.

A ses pieds, un peu plus profondément, une sorte de méduse rouge, une divinité étrange faisait du surplace. La créature patientait afin que sa proie ne puisse plus bouger. Soudain, un cri perçant, si puissant que même sous l’eau, la voix était pleinement audible. Ken sourit pour la première fois, son corps glacée, comme si la mort lui faisait un calin. A mieux y réfléchir, Ken reconnu la voix de Mitsai ou était ce Minako ? Quand il a du se faire soigné suite a l’entraînement avec Hideko. Est ce Mitsai qui l’appelle ?
« Mitsai…. M...mi...tsai »
Comme une réponse, le cris retenti de nouveau, bien plus fort cette fois.

« Mi….Mitsai… ? »
« Qu’est ce qui te prend ? Pourquoi as tu sauter ? »
« j’ai voulu être digne de ta sœur... »
« En te suicidant ? Hahahaha ! Tu es un vrai Ken...ard ! »
« J… j...je ne comprend pas…. »
« Si tu meurs, comment peux tu prendre soin d’elle ? Débiliken ! »
« ….. »
« PFFFF. Tu es déjà digne d’elle idiot ne l’entend tu pas qui te réclame ? Fait lui un bébé va ! C’est comme ça que tu sauras reelement la combler…. »

« Moi, père ? »

« ….. RESTE EN VIE IDIOT ! »

« Grand mère ?.... C'est.... c'est toi ? »


Tel un coup de bambou, son corps réagis étrangement, comme si on lui avait infligé un coup, un coup qui fait mal, bien placé, là derrière le crâne. Le manque d’oxygène commençait à se faire ressentir. L’extérieur semblait de plus en plus sombre, il agita mollement les bras comme un adieu à Minako, les pieds pris dans la vase le retenait dans le fond. Finalement, l’acceptation. Ken rabattis son bras le long de son corps, il se sentait étrangement en paix, il se sentait bien au fond des eaux. Il accepta enfin, et pleinement Isonade qui se fraya alors un chemin petit, a petit vers son œsophage. Isonade refusa de le laisser repartir au prés de Minako, apparemment, elle avait des choses à lui dire. Toutefois, la méduse de sang foncait sur lui de plus en plus vite. Le genin ferma les yeux, acceuillant Isonade, Izanami ou qui voudrait bien de sa dépouille en perdant connaissance. Il senti alors le démon se saisir de son corps. Le cris de Mitsai ou est ce Minako ? Gronda une nouvelle fois.

Le poisson mort gigota d’un coup, un soubre saut court, suivis d’une plus grande secousse. Soudain se tournant sur le coté. Isonade quitta son corps. Un goùut de vase en bouche, une impression de déjà vue. Pas de pieds sur son crâne pour le maintenir sous l’eau, pas de cris, pas de rire. La noir pureté le quitta. Les yeux toujours clos. Ken pleura, un mélange de sentiments confus. La joie de retrouver Minako, œuvré selon la volonté de Mitsai. La peur d’avoir failli la perdre à jamais. Le plus douloureux est sans conteste le retour en enfer, là où le blanc reigne en maitre. L’affreux soleil lui brulait la rétine malgrè ses yeux clos. Il aurait tant aimer mourir avec Minako. Il aimera tant devenir père. Mitsai le guidait lui, comment est ce possible ? Il ne l’a jamais vue, mais comme elles sont jumelles siamoise, elle devrait prendre les traits de sa Minako, comme il l’a admiré sous l’eau.

— D… D… Débiliken… dit t'il d’une voix presque étteinte en sourriant, le shinobi, allongé sur le dos ayant des spasmes glacées mélanger avec l’éclaircis, sans doute provisoire.
Ken usait de sa technique favorite, malaxer son chakra, afin de reprendre ses ésprits et aider son corps a lutter contre le froid. Entendant qu’a moitié les félicitations de Akagi, ses dents qui claquaient n’aidant pas.
— Sans peur, nul courage… ? répéta t’il machinalement.

Il réentend la suggestion de Mitsai. Combler Minako, faire d’elle une mère…. Sans peur, tout est possible. Tuer sa peur, c’est devenir divin. Une forme exalté de sois même. Sans peur, il n’y a plus besoin de courage. Sans peur, il n’y a que le divin. Fixant l’eau, il y vois une ombre, son propre reflet, là dans les abysses. Une ombre qui lui sourit, l’ombre claque le poing droit dans sa main gauche, et baisse la tête humblement façe a Ken. Ken reconnaît cette façon de saluer, se n’est autre que lui même !

— Vous avez vue…. ? Dit Ken surpris en fixant Akagi et Minako, mais lorsqu’il regarde à nouveau au fond de l’eau, il ne vois uniquement de longues algues gigotant au grès de la marré.

En guise de réponse, Ken reçus une tape de son chef d’équipe sur l’épaule et lui proposa de se remettre en route. L’Onkyotonka fixa l’eau troublé, mais fini par se mettre en route. Cependant, le shinobi semblait ailleurs, comme si une part de lui était resté au fond. Le regard vague, l’esprit embrumé. Le genin se remettait difficilement de son aventure. Tel un pantin, son visage perdu fixant droit devant lui presque sans vie. Les bras ballant, le jeune pantin attendait l’ordre de son maître. Il écouta à peine Minako qui parlait avec Akagi, trop absorbé par son expérience de mort. Voir Mitsai pour de vrai mais surtout entendre le son de grand-mère Yoko, il avait même senti le coup de bambou sur son crane. Comme il aurait aimer qu’elle le frappe à nouveau. Il se surprend alors, par nostalgie, a regretter les sévères coups de bambou de mamie Grisou. Ecoutant l’ordre du maitre, sans un son, sans un regard, le jeune pantin pris place à l’avant du navire.

Ken accquiessa quand Akagi lui demanda de surveiller l’avant du navire. Mais aussi le coté babord et tribord de la proue. Machinalement, l’homme prit place a la meilleur position pour effectuer sa mission. Il se positionna quasiment sur la statue de proue, une magnifique sirène en bois sculpté. Soudain, un croassement l’intrigua. Jetant un coup d’oeil vers babord, il y vit un corbeau, son corbeau. Que faisait t’il içi ? Lui disait t’il au revoir où… ? Il crut lire une expression d’inquiétude dans le regard du corvus corax. Sadako sautilla à sa rencontre, Ken, lui lança un sourire affectueux.

— J’adorerais papoter mais si Akagi te voit… fait attention à toi.

L’oiseau lui répondit d’un clin d’œil avant de voler haut dans le ciel. Fixant l’oiseau, Ken fut éblouis par le soleil. Il recula d’un pas, puis deux pour voir l’oiseau. S’abrittant du soleil de sa main, le sol se déroba sous ses pieds. Ken menacait de passer par dessus bord, il glissa contre la statue de proue, par chance il se retient in extremis en s’accrochant à la sirène.

— YEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!! PARDON !!!!

Ken hurla de peur, ses bras enlaçaient les seins de la sirène, sa bouche coller contre la chaire de bois. Il réussi cependant a revenir sur le navire.

Ken rouge de honte espéra que personne ne l’ai vue ou entendu s’accrocher à la statue comme il à fait. Le coeur nauséeux, il tenta néanmoins de rester a son poste. Il vomi toutefois son déjeuner en sentant son corps se soulever, et retomber lourdement, affrontant une mer de plus en plus déchainer. Ils n’affrontaient pas de tempête, juste le passage qui séparait le courrant marin des bas fond et des haut fond. La mer se noircissait, il tomba cul par terre s’accrochant au bastingage.

« Dire que j’ai même pas bu…. Hooooo ma tête…. ».

Il luttait pour ne pas tourner de l’oeil et remplir sa mission. C’etait sa première fois sur un navire, il aurait du refuser. Il n’allait vraiment pas bien du tout. Au loin, des recifs dangereux se profilait a l’horizon. Il tenta de hurler comme il put pour prévenir du danger potentiel. Zigzaguant pour ne pas tomber, il titubait.

— RECIF DROIT DEVANNNNT HA MEEEEEEEEERDE !!!! Ken tombe le visage sur le plancher. La pluie commencait à se meler à la partie.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mer 5 Jan 2022 - 23:13
Akagi tranquillement adossé au mat d’artimon regardait tranquillement le bateau vogué sur les vagues. Loin lui paraissait le temps où il appréhender de monter sur l’un de ses magnifiques voiliers. Désormais il trouvait une certaine alégresse à voguer sur les flots indomptés d’une mer d’opportunités. Il se prit à sourire à cette pensée, la piraterie ne l’intéressait en rien mais cette pensait fugace qui l’avait traversé en avait pour l’attrayant discours.

Depuis sa position il avait pu voir Ken se déplacer jusqu’à la figure de proue puis l’avait perdu de vue, caché par le mât de misaine. Le genin avait eu du mal à se remettre de son aventure sous-marine, divaguant un certain temps après son retour sur terre mais rien de bien étonnant. Le chuunin ne regrettais pas son acte, il devait s’assurer de la robustesse d’esprits de ses ouailles. Et malgré la maladresse du bougre, il devait reconnaitre que vaincre une phobie n’était pas donné à tous. Minako, elle l’avait surpris avec un cri à percé les tympans. Il l’a savait musicienne mais il ne connaissait pas sa voix puissante. Il avait lu leur fiche shinobi de l’état-major, prérogative d’un chef d’équipe avant de commencer une mission, ils connaissaient donc leur penchant pour l’onkyoton. Capacité qu’Akagi n’avait jamais rencontré.

Le Navire avançait rapidement les voiles gonflés par un vent favorable étaient pleinement déployées. Akagi regardait çà et là l’activité des marins. Certains s’activaient au nettoyage du pont, deux activaient la pompe permettant d’enlever l’excédent d’eau présente sur le navire, d’autres encore enroulait les câbles des voiles autour du cabestan qu’ils actionnaient à la force de leur bras. La mécanique bien huilée du navire et ce vent d’ouest ne pouvait que leur assurée une traversée rapide. La météo changeante s’apprêtait cependant à faire mentir une nouvelle fois le géant de métal.

~~~~

Akagi déposa un pied sur l’île d’Humy. Trempé de la tête au pied. Des péripéties qu’il avait envie d’oublier, leur avaient valu une journée de traversée supplémentaire. Transit de froid, Le Metaru fit signe à ses élèves de le suivre et le capitaine du bateau les remercia une nouvelle fois pour leur aide précieuse durant la traversé. Il acceptait même de les prendre pour le retour gracieusement. Akagi lui indiqua ne pas connaitre exactement le jour de leur retour mais qu’il conserverait en tête cette dette. L’homme lui tira son chapeau et s’en fut rapidement.

Le Metaru fit signe aux deux genins de le suivre jusqu’à une auberge, ils s’étaient bien comportés lors de la traversé. Ils méritaient de retrouver la chaleur de leur corps ainsi qu’un estomac plein avant de continuer la mission. Ils partagèrent une soirée dans une auberge à ripailler divers plats composés de denrées maritimes qui la principale nourriture des îles d’Humy. Akagi accorda un temps de repos et félicita Minako et Ken pour leur aide pendant la traversé. Puis leur rappela de se coucher tôt, pour se préparer au départ le lendemain. Il irait directement rencontrer le chef du village qui avait dépêché l’ordre de mission. Le géant de métal prit congés sur ces mots et se retira pour sombrer dans un sommeil réparateur après avoir consulté la carte que Minako lui avait remise plus tôt.

Le lendemain frais, alerte et surtout sec. Le contingent Kumojin se dirigea vers la demeure du chef de village. Le Metaru réfléchissait sur le chemin, bien entendu lors de leur repas, ils avaient dit à ses compagnons de se relaxer et de profiter d’un temps de pause mérité avant ce jour. Lui-même cependant avait pris le temps d’analyser la situation de l’auberge et avait vite compris que le village souffrait. Les visages hagard et tirés, les rumeurs concernant les raids allaient bon train et malgré que leurs estomacs fussent plein, il ne pouvait que constater le manque de variétés dans les mets proposés. Ainsi en arrivant dans le bureau du chef du village, il ne fut pas étonné de se retrouver face à un homme dont la chevelure semblait le quitter au fur et à mesure du frottement de sa main sur son crâne. L’homme tenta un sourire pour les accueillir mais même là l’éclat terne de son regard ne laisser aucun doute. L’homme était à cran et à bout de nerf. Il leur lança d’une voix éteinte :

« Bonjour chers Shinobi, vous ne pouvez pas savoir comme je suis heureux de vous voir. Voulez-vous boire quelque chose ? »

Akagi hocha la tête en signe de salut et présenta rapidement l’effectif :

« Zaiki Minako, Daishi Ken et Moi-même, Metaru Akagi, pour vous soutenir dans votre requête. Je ne suis pas homme à perdre mon temps et aux vues des traits de vos gens et les vôtres je pense que vous souhaitez que nous intervenions rapidement. Nous sommes frais et dispo merci pour votre sollicitude mais je vous en prie, entrons dans le vif du sujet. »

Le chef de village rabougri portant semblait il le poids du monde entier sur ses épaules, avait des binocles posés sur l’arête de son nez qui glissait régulièrement, il les réajusta avant de soupirer et répondre en s’asseyant derrière son bureau en bois de chêne :

« Koren Atemaru, enchanté, Très bien… Asseyez-vous, cela va prendre un peu de temps »

Le chef du village leur conta alors comment les raids des pirates s’intensifièrent régulièrement sans pour autant faire de victimes. La plupart venait pour les richesses et à la longue les villageois avaient pris l’habitude de se rançonnage forcé. Cependant cette richesse facilement atteignable attirait de nouveaux rapaces d’après le maire.

« … je mettrais ma main à couper que ce sont des pirates d’une autre région récemment débarqué qui nous ont… »

Il ne finit pas sa phrase, comme encore traumatisé par ce raid. Le silence ne s’éternisa pourtant rien ne servait de presser l’homme. Il voulait le bien de son village cela se voyait dans la prunelle de ses yeux cernées, dans sa calvitie naissante et ses membres fatigués. Il toussa et reprit las:

« .. enfin je n’ai aucune certitude tout est allé trop vite.. trois femmes et trois hommes ils nous ont pris comme si c’était du bétail… vous vous rendez compte ? »

Finissa-t-il comme toujours incrédule que cela ce soit passé. Une larme roula sur sa joue, pour se père, le village était ses enfants. Son mal-être était contagieux son récit semblait terminé mais trop peu précis pour les aider à ce stade. Akagi commença donc à l’orienter :

« Avez-vous le moindre indice pour nous aider à retrouver cette bande en particulier ? »

Le maire réfléchit :

« Très franchement regardez plutôt avec les poissonniers du ports et la guilde marchande qui fait parvenir les épices du continent chez nous. Ce sont eux qui sont les plus rançonnés. Ils connaissent la plupart des étendards de la région par cœur. Moi je n’ai que vu des bêtes se déchainer sur de simples innocents.. je ne sais pas quoi vous dire…, l’homme semblait profondément blessé de ne pouvoir aider, il baisssa la tête puis la releva en ajoutant, mais je connais la région comme ma poche la moindre crique tout c’est chez moi ici, chez nous. Si jamais des indices ou piste vous envoi vers un endroit ou un autre je saurais vous orienter sur le plus judicieux. »

Sur ces derniers mots une flamme brillait dans son regard, celle d’un homme prêt à rendre l’honneur bafoué des siens. Akagi respectait déjà l’homme. Il hocha simplement la tête et se tourna vers ses genins.

« Avez-vous des questions à soumettre à notre hôte ? »

Il attendit que ceux-ci s’exécutèrent si la pertinence le nécessitait puis ils sortirent de la bâtisse une fois dehors. Akagi donna ses ordres.

« Vous irez chez les poissonniers pour enquêter auprès d’eux sur les étendards et toutes les connaissances qu’ils peuvent avoir sur les pirates. J’irais vers la guilde marchande. On se retrouve ce soir à la même auberge qu’à notre arrivée. Pas de grabuge. Uniquement des questions et enquête. Si quelque chose vous interpelle vous venez me retrouver à la guilde marchande. Sinon à ce soir. »

Akagi se tourna et se dirigea vers la guilde marchande. Il avait hâte de mettre la main sur la bande qui osait terrorisé de si honnête gens pour leur apprendre la bienséance à coup de marteau.
Couleur chef du village:

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Dim 9 Jan 2022 - 12:43
Une nuitée agitée durant laquelle Minako caresse les cheveux de Ken pour l’apaiser. La peur qu’il fasse une potentielle crise par rapport à cette affiliation au clan Yasei s’étant instillée dans son cœur depuis la première fois qu’elle en a vu une. L’arrivée à Humy a été fatigante d’autant plus que la météo jouait en leur défaveur. Cela dit, la demoiselle finie par s’endormir paisiblement, la tête de Ken sur ses cuisses, pour entendre une nouvelle fois cette voix lui parler de l’Outretombe et de la Mort.

Le lendemain. Alors que Akagi parle au chef du village, son apprentie du kyuubu reste droite, en retrait par rapport à son supérieur. Elle peut voir le chef du village, un vieil homme âgé portant des lunette, dégarni, sourire en la revoyant. Il l’a reconnu, cette enfant partie sur le continent il y a trois ans. Les raids de pirates se faisant de moins en moins rare ne l’étonne guère, étant donné que Humy et Matshu sont connu pour le secteur marchand, leur port servant à faire les échanges de marchandises. L’argent y circulant facilement, les escrocs y sont forcément attirés. Les indications de Koren Atemaru sont pour le moins très importantes pour la minarai qui ne compte pas bâcler le travail. Minako répond par la négative à la question de Akagi, mais elle remercie le maire pour toutes les informations données.

« Oh ma petite, ça fait si longtemps que tu es allée les rejoindre au continent. Avec toi aux côtés de ton chef d’équipe je ne me ferai pas de mouron, ah ah, enfin… Toi et ton petit camarade. » le rire étant davantage nerveux qu’autre chose, ce qui est logique au vu de la situation actuelle. Minako salue le maire après quoi la fine équipe sort du bâtiment. Les ordres sont donnés, une répartition des tâches adéquate, notre protagoniste ravie et confiante.

« Bien, Akagi-san, comptez sur nous pour obtenir autant d’information que nécessaire avant ce soir. » dit-elle au géant de fer. Sa sériosité ne devrait pas être à prouver et elle espère qu’il en a conscience. De plus, elle est avec Ken et elle a le courage pour y parvenir. Enthousiaste, Minako prend la main de son petit-ami pour le guider. « Allez, viens Ken, allons sur le marché, c’est par là pour la cueillette aux infos ! On peut large faire confiance en notre boss, t’en fais pas pour lui ! »

C’est alors que le duo s’arrête à chaque stand pour demander des informations. Cependant, malgré son insigne du kyuubu, les poissonniers ne veulent pas lui parler à cause de la Banshee qui est en elle. En réalité, il s’agissait là de la forme primitive de son onkyoton, qu’elle ne controlait pas jusqu’à ce qu’elle apprenne à maitriser le chakra à l’académie ninja de Kumo. Minako ne peut que remercier son professeur d’académie d’avoir eu la patience de l’entrainer en lui faisant faire des heures supplémentaires lorsque celle-ci avait le temps. Elle espère rendre Tanako davantage fière d’elle.

« Excusez-moi, mais maintenant que j’ai appris à manier le chakra, ce démon a disparu de mon corps. Vous pouvez nous donner toutes les informations nécessaires à ce que l’on puisse secourir les personnes portées disparues. Et puis, regardez, je ne suis pas seule. Ce prodige de ninja, est le seul à avoir réussi à m’aider à me débarrasser de ce monstre et me protège, ainsi il peut vous aider. »

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Lun 24 Jan 2022 - 8:04
Ken n’etait pas lui même, il hurlait qu’il y a des recifs. Quand il se retourna, il n’y avait qu’Akagi qui hurlait en se mettant les mains devant le visage, comme si ça allait suffire à les protéger du piège. Minako elle, elle écarquilla les yeux en ouvrant la bouche dans un masque de terreur. Le choc fut si terrible qu’ils passèrent par dessus bord. Ken ne sachant pas nager tomba comme un pique. Il entendait Minako hurler sur Akagi qu’il faut le sauver a tout prix. Akagi, tel un grand chef prit tous les risques pour plonger et aller chercher Ken qui coulait de plus en plus. Le bras ferme d’Akagi le saisit par le col pour le remonter. Minako nagea avec joie voyant son homme remonter a la surface. Ils étaient si loin de la côte. Un à un, ils tentèrent de regagner le bateau qui coulait de plus en plus. Pour une raison obscure, Akagi ne fit aucun jutsu. Trop essoufflé et frigorifier pour réfléchir. De plus, il devait tenir Ken d’une main, incapable de mudra de l’autre main. Minako a pars mettre le feu a l’épave, ne fit rien de spécial. Trop froide pour réfléchir. Elle claquait des dents. Au moins, l’épave en feu chauffait moyennement l’eau. Parfois Ken fit hurler les braises d’une brise futon. Ils n’en pouvaient plus. Les heures passaient. Ils firent la planche pour tenir le coup. Ils ne devaient pas s’endormir mais le soir etait peu à peu présent. La carcasse du navire fini par se consumer.

Ken se réveilla en hurlant, il se rendait compte qu’il etait toujours dans l’eau. Akagi etait aussi blanc que Minako, il flottait à coté d’eux. A coté d’eux ! Ken hysterique bata des mains dans l’espoir de rejoindre Minako mais elle s’eloignait, sans vie, son cadavre voguait au loin. En regardant de plus prêt, plein de petit poissons se régalaient de son cadavre. Ken n’en pouvait plus, il hurla de terreur.

Il grelottait de froid, de peur, allongé à même la coque. Sur les genoux de Minako qui lui caressait les cheveux. Quand il se rendit compte qu’il était dans un rêve depuis tout a l’heure, son souffle se calma peut à peut. Il ouvrit les yeux et pleura sur le ventre de sa femme.

— TU ES EN VIE !!!! ho c’etait un cauchemars !!! UN CAUCHEMARS !!!!

Ken tremblait moins. Il avait peur du regard qu’ Akagi aurait sur lui en le voyant ainsi pleuré sur les genoux de sa femme. Depuis, il n’eut que honte. N’osant pas poser même un regard sur Akagi. Dès lors, il garda une mine basse. Il savait qu’une fois de plus, il serait le boulet du trio. De plus, il avait une pression supplémentaire. Il faisait partie du Kubyuu, et l’avait jugé. Ken n’adressa aucune parole ni durant la journée, ni la nuit, ni le lendemain quand ils accostèrent. Il n’avait qu’une envie, oublier ses journées en mer.

Il obéi sans un mot mais avec entrain quand on lui demanda de sortir du navire. Ken ne savait pas comment faisait les gens qui ont le pied marin pour supporter tout ça. Toujours sans un mot, Akagi lui fit signe de le suivre. Le genin, encore trop honteux, n’osa rien dire et le suivit docilement jusque à une agréable auberge. Pour Ken, il ne méritait qu’une chose, rentée a Kumo, sans son bandeau et se mettre au fourneau. Cependant il apprécia l’idée de pouvoir se chauffer, se changer et surtout de se restaurer. Le pire, c’est qu’ils n’etaient pas encore en mission alors que Ken était déjà en proie au ras le bol. Jamais personne n’a réellement pris son problème avec le suiton au sérieux. Seul Ken en payait le prix. Durant le diner, Ken parla a coeur ouvert.

— Je ne comprend pas pourquoi vous me félicitez… J… Je…. J’ai été nul, je me suis effondré, je n’ai pas su résiser à mon problème Suiton. J’ai fait honte à mon village. Je ne mérite plus le bandeau…. Mais je vous jure que si j’en ai l’occasion, je ferais ce que je peu pour apprécier l’eau… Je suis un poid mort, j’ai honte… Si vous préférez, faites la mission sans moi, je suis un poid mort… Je vais écouter votre conseil et aller me coucher. J’ai pas sommeil mais il faut que je dormes. Demain vous déciderez si je continue ou non…. Pour ma part, je ne veux plus être un poids mort ! Deux minutes à peine, Ken ronflait fortement.

Le lendemain, Ken, comme la veille, garda le silence. Ne sachant pas si il continuerait à être shinobi ou non. Il n’avait jamais été aussi honteux de son niveau pathétiques. Il se sentait depuis peu comme un shinobi de rang F. C’est sûrement pour ça que Akagi avait dit de prendre une journée de repos. Une journée bien mérité. Ken essayait d’aller au-delà de son échec. Trop concentré sur son nombril. Ken échoua pour la seconde fois, il ne prit pas la peine d’observer les personnes qui pourtant portaient leurs souffrances sur leurs traits tirés. Ken apercevait à peine la ville, ne pretait pas attention aux bâtiments. Se fichait du bureau du chef. Il esquissa un sourire un peu forcé quand Akagi le présenta. Il baissa simplement la tête dans un bonjour maussade.

Ken apprécia un peu plus le Metaru, bien qu’a cause de lui il eu des soucis de justice, il ne pouvait pas lui en vouloir indéfiniment. Il devait avouer qu’il tournait pas autour du pot, parlait juste, directe, pas de chichi rien. Le chef du village semblait de son avis et ne se fit pas prier pour passer au vif du sujet. Ken veilla à s’asseoir en dernier bien que le premier arrivé aux fauteuils. Il voulait montrer a Akagi qu’il avait compris la leçon. Lorsqu’ils furent tout les trois installé, le chef leurs conta l’expansion des raids fait par les pirates. Ken par respect du protocole, ne dit mot. Gardant pour lui ses pensées. Il essaya également de garder une attitude neutre. Ca nature cependant le trahi et un flot d’émotion le prit. Ses histoires d’esclavage comme du bétail. Ken en frissonna et serra les dents pour essayer de se contenir. Akagi une fois de plus vint a son secours en lui posant des questions sur cette bande. Le maire alors leurs donna comme suggestion, de voir avec les poissonniers du port, la guilde marchande pour ses épices. Qui serait paraît t’il les plus touchés par les attaques. Ca coulait de source et Ken n’apprit rien de spéciale. Cependant il se proposa d’être éventuellement leurs guides au cas où. Ken vit les flammes de la révolte brûler les pupilles de l’homme. Il serait sans doute un allié de poid.

Akagi le surprit en lui demandant de prendre la parole.

— Hai Akagi-sama. Répondit Ken de façon faussement pompeuse pour respecter le protocole a la lettre, peur d’encore mal agir.

« Je…. Je voudrais savoir où précisement les attaquent se situent t’elle, ainsi que les horraires. En pleines journées ? En pleine nuit ? »

de peur de dire une bêtise, Ken préféra s’abstenir. Minako en fit de même. L’homme apparement la connaissait, peu étonnant. Il avait apparement pleinement confiance en Minako et « en son petit camarade ».

— Je pense qu’il serait plus sage dans un premier temps d’aller enquêter, si nous n’obtenons aucune réponse alors nous pourrions revenir vous voir, avec votre appuie, nous aurons sûrement accès a des informations…. Disons un peu plus délicate. Sinon appellez moi Daishi Ken, non pas, petit camarade, merci monsieur.

— Excusez moi monsieur Daishi. Dit t’il en souriant avec nervosité.

Ils prirent alors congés, Akagi donna ses ordres. Ken alors avec Minako ira chercher des informations du côté des poissonniers, sur les étendards, les connaissances possibles des pirates. Ken lorgnait le symbole du Kubyuu d’un mauvais œil mais préféra ne rien dire sur le moment. Ils avaient aussi pour ordre de venir chercher Akagi si il y a un soucis, sinon, ils avaient rendez-vous a leur auberge.

Avec surprise, Ken fut trainé par Minako main dans la main. Il en rougit fortement et apprécia l’idée. Passé du temps en amoureux, de plus se faire passé pour ce qu’ils sont, un couple d’amoureux. La couverture parfaite ! Elle etait si enthousiaste, Ken en eu chaud au coeur.

— Oui mon cœur, je ne m’en fait pas, tu as déjà fait équipe avec lui. Tu lui fais confiance, alors moi aussi.

Le couple alla de stand en stand, personne ne leur parlaient. Minako faisant jouer de son badge sous leurs yeux, ou étais ce a cause de la banshee ? Qu’une dizaine de personnes connaissaient la banshee d’accord. Qu’aprés tout se temps le monde fuyaient toujours la banshee… Ken se mit a coté de Minako et lui arracha l’insigne du Kubyuu qui par chance tenait par un systeme de scratch. Elle pourrait alors le remettre plus tard. Il retira aussi leurs bandeaux pour effacer leurs appartenances à Kumo devenant maintenant des badauds ordinaires.

— Mon ange, je propose une autre approche… Essaye sans ça… Dit t’il en lui laissant tomber le symbole du Kubyuu dans les mains un peu comme ci c’était quelque chose de sale. Avant de s’excuser par un baiser tout tendre.

Le couple alors, sans la protection de l’insigne ou de leurs appartenances a Kumo, se présentèrent devant une boutique. Minako cependant n’en démordait pas et parla encore de se « démon » banshee. Tout en réclamant des indices. C’etait tellement maladroit. Ken fit de gros yeux pour éviter que sa femme ne le surprenne. Cela dit il s’approcha quand elle parla de lui sous un terme élogieux. Pour repartir encore sur ses délires de Banshee. Ken mentalement se frappa le visage d’une main géante et s’essuya le visage avec sans comprendre pourquoi Minako faisait chier tout le monde avec la banshee.

« J’ai réussi a me débarasser de la banshee donc vous pouvez me donner les informations.» CHERIE…. SERIEUSEMENT ???? 

L’homme ébété cligna des yeux. Lui non plus ne comprenant pas pourquoi elle lui parlait de banshee. Soudain il ouvrit le regard comprenant le charabia.

— HAAAAAAAA CAR C’EST VOUS LA BANSHEE ???

« Et voila… tu n’aurais rien dit il aurait pas fait le rapprochement… bravo…. »

— Vous dites ça, mais vous ça me rappel une histoire que j’ai entendue au bar il y a quelques heures, il parait qu’il y a eu un monstre qui a hurlé deux ou trois fois et s’est arrêté comme il est venu. Serais ce vous ? Mon père me racontait cette histoire pour pas que je quitte le lit le soir. « Reste au lit fiston sinon la banshee ira hurler que tu es un bon a rien ». Haha...

Ken perdit un peu patience voyant que la discussion mènerait nulle part.

— Nous avons rien a dire a ce sujet, mais vous par contre, avez sans doute des informations non ?

L’homme se renfrogna.

— N…. n… Il regardait à droite et a gauche de peur qu’on le surprenne ?

— J’ai peut etre une info mais pas içi.. rendez vous, à 10h au bar… Venez seul….

Ken plissa les yeux. Méfiant par l’attitude de l’homme.

— non… 8h a l’auberge… nous serons seul… Menti Ken.

— Hummm qu’elle chambre ?

— la 10. Dit-il d'un ton tranchant

— Bien, si vous ne m’achetez rien alors, à tout à l’heure !!!!

Ken n’en crut pas ses oreilles mais après tout. C’était parfait ! Soit l’homme était sincère et serait là à l’auberge pour parler, ou c’était un piège, et Ken avait installé un contre piège. Ils ne seraient pas deux voyageurs mais trois shinobis dont deux membres du Kubyuu. Dans tous les cas, Ken eu raison de faire ça. Au pire, l’homme ne viendrait tout simplement pas.

Ken et Minako ne s’avouaient pas vaincu continuant leurs chemins. Une poissonnière semblait lutter en voyant Ken au bras de Minako. Soudain, sans crier garre, elle explosa de chagrin et fuit le petit stand. Son garçon alors sauta sur ses pieds et prit sa place.

— Qu’as donc cette dame ? Tout va bien ?

— Oui… c’est juste que… Il regarde Minako.

— Que ? L’invita Ken.

— J’ai perdu mon père il y a peu. C… ce que vous avez fait, caresser l’épaule de madame… je… Ca nous a rappellez Papa… HO PAPA, PAPA !!!!

— Hummm… c’est arrivée quand ? Si se n’est pas trop indiscret.

— Quelque jours, les pirates, vous savez…

— Bon… Ressort ton insigne cherie, s’il te plait. Ken remit son bandeau sur son front.

— Nous étions là incognito mais je pense qu’il est temps que nous parlions plus serieusement…
Le jeune homme écarquilla les yeux.

— Nous enquêtons justement sur des disparitions lié au pirate. Votre témoignage nous sera d’un grand secours, pouvons-nous, nous entretenir avec madame quelques instants… ?

— Oui biensur…

La maisonnette ouvrit sur un couloir sans prétention. La femme se leva d’un bond en les voyant arriver. Elle semblait dévastée, et désolée.

— Restez assise madame, s’il vous plaît. Se sera difficile, mais nous sommes la pour enquêter sur la disparition dont celle de votre mari…

— Makoto HO MAKOTO…. Je…

— Prenez votre temps madame… Ken senti sa main etre sérrée dans celle de Minako tout deux touché par la douleur de la dame.

— Quand etais ce ? Qu’elle heure… ? Quand vous serez prêtes répondez nous.

Au bout d’une dizaine de minute, Ken laissa Minako parler avec la femme, Ken quant à lui, se dit que de les laisser entre femme seraient mieux, surtout si il lui faisait pensé a son mari. Aprés avoir apporté de l’eau aux femmes, il alla discuter avec le garçon. Confronter les dépositions seraient surement une excellente idée.

Minako sortait de chez la poissonnière quand Ken serra la main du jeune homme en prenant la paquet de calamar frit. Il se dit que de faire un geste pourrait les aider. En contre partie, le garçon fit un croquis rapide, tout en montrant une marque sur son stand, une marque qu’il n’avait pas vue les premier jours. Une marque étrange, qui selon lui, change d’intensité la nuit, Le jour elle était presque invisible.

— On fait quoi mon coeur ? Demanda Ken.

Ken se rappella l’ordre d’ Akagi, ils devaient sur le champs lui faire leurs rapports si ils entendaient quelque chose de pertinent. Ken alors, avec Minako, allaient à la guilde des voleurs. Comme il l’appelait. Il patienta longtemps pour pouvoir parler avec Akagi.

— D’après nos renseignements, il se pourrait que les attaquent se fasse à l’aube, de ce que nous avons compris. Avant six heures. Ils repèrent des proies, des lieux, les marques. Ce qui me semble sinon, étrange est un homme qui n’a pas été très précis mais qui tenait a nous donner rendez-vous se soir a 10h dans un bar…. Mais j’ai réussi a négocier avec lui pour 8h a notre auberge, dans nos chambre. Nous nous etions fait passé pour les badauds. Je me suis dit sois il est fiable, soit c’est un piège. Si c’etait un piege, il tomberait lui même dedans… Peut être faisait t’il partie des pirates ? Ou des informateurs pour les pirates ? Nous ne savions pas quoi faire avec lui, on a préféré obéir aux consignes et de vous rejoindre. En tout cas, par peur du Kubyuu, de la banshee ou de Kumo, nous n’avons pas eu énormément d’informateur…

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Lun 14 Fév 2022 - 22:03
Le Metaru regarda ses genins partir en direction du port d’un œil critique. Le plaidoyer de Ken la veille en tête, il se demandait pour quelle raison ce jeune homme se remettait en question si régulièrement. Comme si un élément de son passé lui avait fait perdre sa confiance ou qu’il n’en avait jamais eu. Devenir shinobi avait d’eut être particulièrement dur pour une personne de sa trempe. L’académie n’était pas faite pour les faibles d’esprits, pour Akagi le simple fait de porter le bandeau Kumojin démontrait de réelles capacités et un potentiel à découvrir. Dans le cas de Ken, plus il passait de temps avec, plus il remettait en question son constat. D’abord le jeune homme l’impressionna en réussissant à passer outre ses peurs, prouvant son courage. La seconde d’après il se lamentait sur sa faiblesse. Akagi n’avait jamais eu à faire à un genin de ce type et se demandait comment l’encourager sur le bon chemin. Se disant aussi intérieurement que l’académie aurait dû le rendre plus robuste que ce qu’il démontrait. L’éducation des shinobis se détérioraient elles où s’agissait-il d’un cas particulier ? Le Metaru secoua la tête, il devait se rendre vers les marchands d’épices pour récupérer des informations. Il se faisait confiance pour trouver les mots permettant d’aider le Daishi à trouver l’amour propre qui lui manquait. Le géant de métal ne renonçait pas facilement.

Il quitta le péron de la maison du maire et se dirigea vers le quartier commerçant d’un pas rapide. Le buste droit et fier dans la démarche caractéristique de son clan. La démarche de ceux à qui appartient le monde. Arrivée devant le quartier général des guildes marchandes et plus particulièrement devant la porte menant au quartier des épices. Il demanda audience respectueusement expliquant les raisons de sa venue sans cacher son appartenance au force Kumojin. Dans le cadre actuelle les marchands chercheraient sûrement de l’aide pour éradiquer la menace pirate. Il patienta une trentaine de minutes à l’extérieur sur un pont chevauchant un canal menant au port, profitant des effluves de la mer. Poissons, fruits de mer lui chatouillaient agréablement les narines là où les échos des cris des marchands lui perçaient les tympans. Finalement le garde le chercha et l’accompagna à l’intérieur. Il se retrouva dans une pièce entièrement recouverte de soierie ou plusieurs divans aux milliers de coussins étaient occupés de divers personnages en grande discussion. Celle-ci s’arrêtèrent quand Akagi fit irruption dans la salle. Le Metaru salua l’assemblée :

« Bonjour à vous Nobles marchands. Je suis Metaru Akagi, officier du Kyuubu et chuunin de Kumo. Je viens ici pour prêter main forte à Humy dans ses temps troublés. »

De vif hochement de tête furent les premières réactions accompagnées d’exclamation :

« C’est pas trop tôt ! Nous avons besoin de vous !!... »
« Finalement Kumo réagit ! »
« Vous êtes seul… ? »

Akagi leva la main alors que le brouhaha s’intensifier réclamant le silence afin de répondre à toutes ses questions et invectives :

« Kumo m’a dépêché en tant que chef d’équipe. Je ne suis pas seul rassurez-vous. Le quartier général a répondu aussi vite qu’ils ont eu les nouvelles comme à son habitude. Si vous ne souhaitez pas perdre de temps, je vous invite à me donner des détails précis des attaques que vous subissez. »

S’en suivit quelques commentaires à demi-étouffés que le Metaru choisit de ne pas relever, puis finalement les marchands firent un rapport précis et quelques peu exagérés de leur situation financière catastrophique bien entendu. Leurs bateaux étaient attaqués régulièrement par le passé mais la rançon semblait limité comme une sorte de droit de passage qu’ils avaient à la longue pris l’habitude de payé et qu’ils avaient bien entendu intégrés à leur marge. Cependant depuis les évènements de Matshu, un nouveau groupe de pirates semblaient avoir pris la place des pirates qui les abordaient jusque-là, Akagi intervint :

« Pourquoi dites-vous qu’ils ont été remplacé ? »

« L’étendard pirate n’est plus le même les attaques se produisaient toujours au même endroit mais nos bateaux finissaient coulés ou alors certains de nos marins mourraient sous les coups des pirates... »

« Et où se situe ses attaques ? »

« Proche de l’île à l’ouest d’Humy… Nous nous…»

Akagi ne prononça pas de mot attendant simplement que le marchand finit sa pensée.

« Nous avons changé notre route quelques peu de temps avant le pillage et les enlèvements. Nos marins avaient peur et le prix a payer en vie.. en ryos… ne valait plus le temps gagné en passant par ce chemin… »

Le Metaru nota mentalement les priorités du marchand, rien d’étonnant aux vues de sa profession mais tout de même il restait légèrement écœuré par ce manque d’intérêt pour la vie humaine. Cependant le marchand semblait penaud comprenant que leur changement d’itinéraires avait conduits des pirates violents à attaquer les terres pour se sustenter. En effet ceux-ci ne trouvant plus pitance, les bateaux environnements ne portant pas les richesses de ses grand commerçants venues du continent. Ils avaient décidé d’aborder le littorale et d’en faire sa proie. Mais cela ne répondait toujours pas à la question principale. Pourquoi faire des prisonniers ?
Les marchands se plaignirent encore essayant d’obtenir d’autres aide de la part de kumo aux travers du Metaru qui tout en politesse repoussa leur demande en expliquant qu’il n’était pas de son ressort de prendre de tel décision. Ils pouvaient joindre le gouvernement kaminarijin pour ce genre de question. Puis il prit congés ayant reçu les informations qu’il attendait. En sortant de la guilde marchande, il tomba nez à nez avec Minako et Ken. Ce dernier lui fit un rapprot de leur découverte. Akagi hocha la tête :

« Je suis étonné que les marchands de poissons ont eu peur de notre insigne. La menace pirate auraient dû leur délié la langue.. Soit. Vos informations restes intéressantes. Nous resterons donc aux qui vive avant l’aube pour réceptionner ses pirates si jamais ils venaient. En attendant dirigeons nous vers l’auberge. L’heure du rendez vous n’est pas encore arrivé mais j’irais dans la chambre avant et me hengerais en armoire histoire d’espionner la conversation et de surprendre notre invité s’il se trouvait mal intentionné. »

Le Metaru fit signe aux deux compères de le suivre vers la tavene. Sur la route il leur fit le rapport de ses découvertes et finit par dire :
« La position des attaques corrèlent avec l’île que tu as marqué comme possible cachette Minako... Il y aura un intérêt de vérifier ce lieu demain. »

Ils continuèrent ainsi jusqu’à arrivé proche de l’auberge. Akagi entra dans celle-ci en premier seul pour ne pas donner l’impression d’être avec Minako et Ken si jamais leur informateur était déjà là.

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 22 Fév 2022 - 16:28
La position des attaques corrèle avec la position de l’île non loin de celle sur laquelle sont nos protagonistes. Cette information donnée par leur chef d’équipe sonne comme un coup de marteau pour Minako. Car là était la base du navire du capitaine Nobunaga, là où elle passait ses journées à jouer avec les enfants de cet équipage, là où après le décès du capitaine il y eut des problèmes avec la concurrence. Là où finissaient par se battre des équipages ennemis avant que celui de son meilleur ami ne finisse par battre en retraite. Du moins c’est ce que lui racontait sa mère à leur sujet avant leur départ de l’ile pour rejoindre le continent afin de trouver une solution spirituelle pour la Banshee qui sortait, pour au final découvrir qu’il s’agit du chakra onkyoton et qu’il a fallu à l’enfant qu’était la minarai, apprendre à manier le chakra pour enfin contrôler sa voix.

Minako ne dit mot, mais elle apprécie la stratégie de son chef d’équipe, se fondre dans le décor pour que lui aussi puisse suivre la discussion entre le couple et l’informateur. C’est ainsi que pour parfaire l’idée que Akagi n’aie aucun lien avec le couple, lorsque celui-ci s’éloigne d’eux, Minako demande à Ken de l’attendre devant la porte des toilettes, pendant qu’elle fait sa petite commission, après quoi tous deux regagnent leur chambre de l’auberge, et constatèrent ainsi l’armoire en bois qui n’était pas là avant. Elle fait donc comme si rien n’était et entame une discussion avec Ken, en attendant l’arrivée de l’informateur.

« C’est fou que certains marchands se souviennent encore de mon onkyoton tiens… Ah oui je ne te l’ai jamais raconté d’ailleurs, je suppose que ça t’intéresse de savoir comment j’ai développé cette capacité. »



Minako lui avait promis que désormais, elle ouvrirait pleinement son cœur à Ken. La présence du chef d’équipe ne la dérangeant pas pour ce qu’elle s’apprête à dire, elle lui raconte comment elle a obtenu l’onkyoton.

« J’avais six ans quand le capitaine du navire a voulu me corriger pour avoir découvert qu’il comptait faire du trafic humain, c’est alors qu’en pleurant ma voix s’est mise à être si forte que tous se sont bouchés les oreilles, mon grand-père l’a donc tué. Mais depuis, à chaque fois que l’enfant que j’étais pleurais ou râlais, à chaque fois, ma voix était telle que personne ne pouvait m’approcher, et ce même lorsque je rejoignis le continent pour trouver un remède. Puis j’ai fini par venir à Kumo afin d’apprendre à maitriser le chakra à l’académie. »



Elle attendit la réponse de Ken, puis ils attendirent le poissonnier, sachant que l’heure arrivera bien vite. C’est alors que l’on toque à la porte de leur chambre, la numéro dix. L’informateur n’avait donc pas menti sur le fait de les rejoindre. Il apparait comme étant un jeune homme semblant avoir une vingtaine d’années.

« Quel adorable couple, haha, en tout cas ça fait plaisir de vous voir. Vous pouvez m’appeler Uosuke ! »

dit-il avant de les rejoindre à l’intérieur de la chambre.


Uosuke, l’informateur poissonnier


« Au fait, j’ai entendu dire que vous faisiez peur avec votre œil noir. Vous savez, la légende des enfants aux globes oculaires noirs, qui dit que si on accepte leurs demandes, ils passent d’enfants respectueux à de véritables monstres en puissance capable de les torturer à mort pour leur simple amusement ! Du coup les marchands n’ont pas osé vous répondre... »



Intérieurement, l’esprit lié à ce sceau ancestral lié à ce que Minako appelle "l’œil de chouette" bouillonne. Comment diable peut-on dire que le don de Yoko accordé à son héritière est comparable à une légende urbaine liée à des petits monstres ? L’esprit de la grand-mère n’eut qu’une envie : celui de châtier le poissonnier à coup de bokken. Cela dit, elle ne demandera pas à Minako de lever la main sur l’homme de part la nature de la rencontre de celle-ci avec lui.

« Je comprends mieux, merci très cher, installons-nous pour pouvoir discuter un peu à l’abris des regards. »



L’homme au teint halé les regarde tous deux avec sourire avant se s’assoir en tailleur auprès du couple de ninja, ne se méfiant pas du décor pouvant l’observer.

« Comme vous le savez, notre couple est présent pour éviter qu’un drame ne se produise, et dans le cas présent retrouver les personnes disparues. Je voudrai donc connaitre les informations que vous possédez. »



« Je voulais vous faire part d’une bataille navale que j’ai pu voir au loin, il y a de ça quelques années. L’équipage Ushi-oni s’est fait attaquer par l’équipage Umibozu. C’est cette dernière qui a gagné et pris le monopole. Ils ont installé leur QG sur l’ilot qui appartenait à l’équipage précédent. Comme je sais maintenant que vous êtes la banshee, je peux vous faire part d’une requête. »



Une moue triste se lit sur son visage. Le poissonnier reprend la parole après un petit silence.

« Je faisais partie de l’équipage Ushi-oni avec mon père et je jouais souvent avec une fille que j’ai beaucoup appréciée. Après qu’elle et sa mère soient parties sur le continent, ce conflit a eu lieu et j’ai ainsi perdu mon père. Je sais qu’on a des choses à se reprocher vu qu’on volait des biens matériaux, et je suis prêt à me rendre, mais eux… Ils prennent des vies humaines en otage et on ne peut rien faire ! »



Minako écoute attentivement le poissonnier, son œil sondant l’âme de celui-ci. Silencieuse, la demoiselle veut qu’il continue à parler. Un duel de regard oppose la douce femme et le fils de pirates. Quelle information a-t-il à annoncer après ça ?

« Je me suis donc rattaché à eux pour qu’ils ne fassent pas de mal à ma mère déjà affreusement malade, j’ai donc des informations sur leurs futures chasses. Et notamment, leur capitaine a vu votre œil. Il faudra faire attention… »



HRP
Code couleur du poissonnier : #4B0082

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 8 Mar 2022 - 16:33
Le fiancé est certain d’avoir vue sa femme défaillir quelques secondes quand le chef d’équipe leurs parlèrent de la position des attaques. Ken n’en avait cure, trop absorbé par le feu de la mission ! Akagi l'avait forcé par un astucieux piège à sauter dans l'eau. C'est pas Aizen qui aurait fais ca... Rien que pour ça, Ken était plus déterminé que d'ordinaire pour réussir à se faire bien voir par ce Metaru. Une rumeur avait été confirmé concernant son lien de parenté avec Hideko, sa grande sœur. Si un sang proche de celui d' Hideko coulait dans ses veines, alors, il ne pouvait qu'être quelqu'un de bon.

Le ninja ne connaissait pas cette région, puisque depuis toujours, il était coincé à Kumo. Cependant il était touché par l'attitude de sa douce petite amie. Il se souvient que Minako lui avait parlé de son enfance. C'était d’ailleurs pour ça qu’il avait accepté de partir avec Akagi et elle. En savoir plus sur sa femme, en explorant le village de son enfance. Quelle idée folle que de se dire qu’il y a des années, Minako, aussi haute que deux pommes, avait peut être couru là où il marchai aujourd’hui. Une envie étrange lui traversa l'esprit. L'envie d'embrasser la touffe d'herbe, et la bas, se rocher, voir cette motte de terre. L'homme devant l'absurdité de ses pensées se figea quelque instant avant d'exploser hilare devant son idiotie. Il valait mieux qu'il se calme, qu'il n'ai pas besoin d'avouer qu'il avait envie de Chérir de la terre juste par ce que, peut être, Minako l'avait écrasée de son pied minuscule il y a une dizaine d'année. Une crotte canine séché fini par le dissuader d'y mettre les lèvres. Il reprit alors le voyage vers l'auberge.

Rapidement, tous trois, attendaient l’informateur potentiel qui devait venir à l’auberge. Ken accepta, en attendant, de tenir la porte des toilettes à Minako. Elle avait cette phobie étrange de se savoir enfermée. Son homme aimait tellement se rendre utile pour Elle, simplement tenir la garde devant les toilettes princières suffisait à lui faire tenir un large sourire. Puis, vue que c'était le seul toilette de la petite auberge, il était préférable pour elle qu’il garde la porte, en effet. Imaginer quelqu’un lui ouvrir la porte, sans verrous, était malaisant, surtout si c’était se gros monsieur la-bas qui avec sa serviette rouge et son mawashi, turquoise; allait vers les sources chaude dans un bâtiment adjacent. Surement un sumo, Akimishi.

Minako finissant ses besoins, fut accueilli par son homme constatant par son sourire, qu'elle n'avait eu aucun soucis de transit. Il en etait soulagé. Alors qu'ils montèrent dans la chambre, Ken ria dans son fort intérieur en voyant l’armoire. Il ferma la porte à clé pour obligé l’aubergiste à s’annoncer, si il venait. Il admira l'armoire, le fer sculpté avec le symbole de Kumo, la lasure rougeâtre. Sûrement, ses cheveux. Ken se senti obligé d’ébouriffer l'armoire, Ken se douta que c’était Akagi puisque à leurs arrivé tout à l'heure, elle n'y était pas et que Akagi n'etait pas présent.

“hummm… Si j’ouvre l'armoire, est-ce que j’ouvre Akagi?” se demanda Ken.

Il ria quand ses yeux tombèrent sur les poignets. Étaient-ce les mains d’Akagi, ou…? Ken fixa Minako et lui demanda en message codé Onkyoton.

“ Tu crois que c’est ses couilles, ou ses tétons?”

Ken se mit à genoux devant Akagi armoire, et avec ses mains, pouce contre index, imita des pinces tétons, qu'un sado maso se fixait pour apprécier la douleur.

— KLANG KLANG… KLANG KLANG KLANG ! Dit t’il en pinçant et relâchant les poignets, supposé être les tétons d’Akagi. Du moins, il l'esperait... Sinon il venait de lui toucher les bourses. Qu'elle effroi à imaginé pour Ken, cela lui permit de reprendre son sérieux.

— Pardon… Je… je… Dit Ken en guise d’excuse se redressant au moment où une nouvelle idée germa.

“ Que se passerait-il si je mettais un blouson, ou même, si je m'installais dans l’armoire, Akagi me mangerait?”. Bien sur il avait eu un cours accéléré de Henge, par Minako, mais elle ne le lui avait rien dit à se sujet, sans doute parce que personne avait essayé? D'ailleurs, l'armoire est t'elle manipulable? Durant l'académie, martyrisé par ses camarades, le shinobi n'avait pratiquement suivie aucun cours.

Ken n’osa pas essayer pour autant de l'ouvrir, par respect pour Akagi. Il préféra ne pas tester sa patience. Il en avait déjà assez fait en imitant les pinces tétons. Il avait promis à Minako de devenir un peu moins enfant. Certes, elle adorait quand il faisait le clown, mais il y avait les instants missions où il se devait d'être au top. Cela dit, il se demanda où étaient les yeux d’Akagi. Fixant les poignets, il ne vit aucune pupille, ni serrures. Las, il retourna auprès de Minako pour attendre l’informateur. Minako pensa comme lui. C’etait étrange qu' après tout se temps là. Tout le monde semblait se souvenir d’elle.

— Tu as fait quoi pour que ca arrive? Je veux dire, tu as tuée des gens? Tu as détruit la ville? comment ça se fait? Tu me diras moi, je me rappelle encore des quatres folles qui ont voulu m’assassiner… mais bon j’ai été traumatisé… Tu aurais traumatisé une ville complète? Je me demande vraiment… Ken grelotta d’effroi. Ses yeux de chouettes de Megumi, un genjutsu Yamanaka inscrit dans son âme.

Ken oublia la présence d’ Akagi , il se confia indirectement à lui. Jamais il ne lui avait parlé de son traumatisme. Également, d’un genjutsu installé dans son esprit qui n’a jamais été totalement effacé. Le ver mentale jugé trop profondément enfouis à force d'être continuellement répété, à été jugé trop dangereux à faire sauter.

Minako lui répondit en parlant de ses six ans quand un capitaine de navire pirate à voulu la mettre hors d’état de nuire pour éviter qu'elle révèle son sombre secret, concernant le trafic d'esclaves. Son grand-père aurait ôté la vie pour défendre Minako, c’est ainsi qu’elle aurait découvert ses capacités Onkyoton. Cherchant un remède avant même de chercher sa maîtrise. Ken en resta bouche bée devant autant d'idioties.

- Comment peut-on chercher à vouloir se débarrasser d’une chose, sans chercher à la comprendre avant? Ça me dépasse… ton grand-père doit être de la trempe de Kaïto non? Je veux dire, quelqu’un qui… fonce sans forcément réfléchir, à une stratégie, non? Te soigner de l’Onkyoton? Comment à t’il pu prendre l’Onkyo… Ken ne finit pas cette phrase, on toqua à la porte.

Ken instinctivement, par la pression de la mission, se surprit d’être sur la défensive quand Minako et lui ouvrirent la porte. Il s'agissait du pêcheur. Ken alors, souffla et tendit son bras pour saisir le bras du pêcheur. Dans un salut cordial. L’homme fixa Minako, Ken, puis le mobilier, comme s’il s'attendait à voir débarquer une ou plusieurs autres personnes. Il trouva le couple charmant quand Ken rejoignit Minako. Il se présenta comme etant Uosuke.

Uosuke apprit à Ken la raison pour laquelle ils n’avaient aucune réponse. La légende des enfants aux yeux noirs. Ken n'en avait jamais entendu parler. En quoi un enfant à l’oeil noir etait plus violent qu’un oeil aux yeux vert ou bleue? Il préféra ne rien dire, aucun rapport avec l’affaire qui les concernent. Cela dit, Ken savait qui était “l’oeil de chouette”, sa grand-mère, rien avoir avec le genjutsu apposé en lui par Mégumi. Ken serra les dents pour s’empêcher une remarque cinglante, il imagina celle-ci mettre un coup de bambou sur son crâne pour lui apprendre la politesse. Ce qui le retenait, ce fut l’armoire imposante de couleur acajou.

Comme toujours, Ken aimait laisser les autres mener les interrogatoires et autres recherches d’informations avant lui. Dès lors, il garda le silence, s’assurant que d’une chose, que Uosuke ai le dos tourné à l’armoire, à même le sol, en tailleur, afin que Akagi puisse le neutraliser en cas de besoin. Ken essaya de ne pas rire quand l’homme lança son manteau sur l’armoire et que le tissu se prit dans l’une des poignets. Akagi faisait maintenant le valet de chambre, tenant le vêtement de sieur Uosuke. Surtout si la poignet etait ses tétons ou pire, sa bourse. Il tenait un blouson avec ses.... Ken se racla la gorge pour reprendre son sérieux. Il proposa à son invité et à sa femme, de prendre le thé, peut être que ça mettrais le pêcheur en bonne disposition pour parler un peu plus.

Minako, parfaitement à l’aise, entama l’interrogatoire en lui demandant les informations qu’il avait à fournir. Le poissonnier leur parle alors d’une bataille navale, il y avait l'équipage du Ushi-oni affrontant celui du Umibozu. Umibozu avait apparemment gagné et à choisi l'îlot de feu Ushi-oni comme nouveau quartier. Ce qu’entendait Ken le déplut fortement. Uosuke disait avoir vue la bataille navale de loin. Pourtant, il savait tout…. Les pirates sont t’ils des hommes de vantardise? Pour quelqu’un qui observait “de loin” il semblait un peu trop au courant…
Ken se surprit lui-même. Il ne parlait pas mais il fronçait fortement les sourcils tout en croisant ses bras de mécontentement. Non, quelque chose clochait. L’homme avoua faire parti de l’équipage du Ushi-oni, avec son père. Ils ont subit cet assaut, son père est mort durant cette guerre pirate. L’homme semble prêt à répondre de ses actes tout en se plaignant que personne ne s’occupe de l’équipage du Umibozu.

L’homme se perdait en explication au sujet de son amie fille qu’il appréciait beaucoup qui a rejoint le continent avec sa mère. Quel était le rapport avec l’affaire? Faisaient t’elle partie des pirates? Pourquoi parler de la mère et de sa fille sinon ?

Ken ne dit mot, accentuant volontairement l’atmosphère du moment en prenant une mine sombre, reluquant le poissonnier comme s' il était un malpropre. Uosuke continue son histoire. Maintenant il expliqua qu’il a rejoins l’équipage des Umibozu, avec qui il était en mauvais terme, car ils ont tuer son père pour sauver sa mère…. L’histoire était de plus en plus confuse et compliquée. L’homme, enfin, dévoila qu’il était détenteur d’informations sur leurs futurs chasses et surtout sur le capitaine qui aurait sois disant vue l’oeil de Minako.

Ken vit rouge, cet information était la goutte de trop. Comment le capitaine aurait pu voir l’oeil de Minako sans que eux ne vois le capitaine. Un henge? comment ont put-ils se faire avoir par un henge tout à fait basique… ou est ce que comme le poissonnier, le chef pirate se cache parmi la population? Une double vie? Visiblement… Le poissonnier filtrait ses connaissances. Il était clairement en possession d’informations mais pourquoi filtrer ? Ken en avait plus que marre.

— Hop,hop,hop… je résume, dites moi si j’ai bien compris… Tu faisais partie d’un équipage pirate du nom de Ushi-oni… un jour alors que tu n'étais pas avec ton équipage… ils ont combattu l’équipage Umibozu et vous avez perdu la bataille… Vos ennemis ont poussé le vice jusqu'à s'installer dans votre quartier général… Tu as non seulement perdu tes frères d’équipage, mais en plus, ton père dans la bataille… Tu comptes sur nous pour TE venger c’est ça? Tu parles de ta mère qui a rejoins le continent, etait t’elle pirate? Je ne….

— Alors pour répondre à ta question….

— Laisse-moi finir s’il te plait ! coupa Ken

— Je vais te dire ce qui me dérange encore… Donc tu perds ton équipage, ton père, ta mère fuit. Tu rejoins l’équipage adverse… dans qu’elle but ? Nan car bon, si Teikoku tuais Minako, je ne me mettrais pas à leurs services quoi… J’ai fini pour le moment…. à toi. L’homme resta quelques instants indécis, se sentant sûrement insulté mais se calma rapidement.

— Oui… mes agissements peuvent sans doute paraître étranges en effet… En effet. J’ai pas été à bord lors de l’attaque, j'étais… en perm. Je n'ai pas été là pour défendre mon père. J’ai juré vengeance en intégrant l’équipage ennemi… Que faire d’autre? mon équipage a été dissous, je n’avais plus de Quartier général, plus rien… J’ai tout perdu. Ma mère est morte peut de temps aprés et mon amie a dissparus. Pour ce qui est de faire appel à vous pour me venger… Je ne te cache pas que voir se pourris mort par tout les moyens. Je serais prêt à tout pour venger les miens ! Même à trahir Kagaribi. Ken n’etait pas pleinement satisfait, mais, il se contenta de ses réponses pour le moment.

— Kagaribi ? C’est qui ça? Je voudrais savoir comment ton capitaine a pu nous surprendre… connais tu ses jutsus ? Il a pour habitude de se cacher par mis la population? C’est pour ça que tu voulais nous parler en privé? Je ne sais pas pourquoi, mais, tu me donnes l’impression de donner les informations au compte goutte…

— Je ne pense pas… Posez moi des questions aussi !!! Pour ma part, c’est comme ça qu’on prépare nos assauts. Technique pirate. On se cache par mis la population, on écoute les gens parler… et en fonction de ce qui se dit, ou qui va en mer, on prépare un abordage… Vous étiez passé au moment où Kagaribi était de passage surement…

— Pour répondre à ta question, le peu que je sais, et qu’il est maître en camouflage, il s’appelle Atsumi Shinkuu mais il aime qu’on l'appelle par son nom de pirate. Oui, nous avons tous un nom normal, et un nom de pirate, une sorte de sobriquet, ou nom d' "artiste". Pour lui c’est Kagaribi. Aussi glacial que le fer, aussi meurtrier que le feu. Il est à l’origine d’une arme nouvelle pirate. Des boulets qui explosent comportant du feu grégeois à l'intérieur… Il est entouré d'ingénieurs passant leur temps à trouver de plus en plus de manière de distribuer la mort a leurs ennemis…


Spoiler:

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Ven 18 Mar 2022 - 16:21
Minako et Ken entrèrent dans la chambre quelques temps après le chuunin. Ils s’installèrent en face d’Akagi. Ken s’approcha de lui. Il resta muet pendant un moment puis commença à toucher les poignets de l’armoire que le chuunin était devenu. Le Metaru failli perdre le contrôle de son henge. Quel imbécile. Ne savait-il pas que le henge simple pouvait être perturbé très facilement par le touché ? Que faisait il à immiter des bruits de poignets. Akagi soupira intérieurement. Soudain le genin s’arrêta son expression changea comme atterré et il s’éloigna.

Ken et Minako discutèrent un instant, Akagi découvrant un peu plus sur l’enfance de la jeune kunoichi comprenant que celle-ci avait vécu des moments difficiles marquant son âme au fer rouge. La force de caractère de la Zaiki pour se sortir de ce genre d’épreuve et garder la tête haute, impressionna Akagi. Ce n’était pas donné à tous les enfants de surmonter les atrocités de leur passé. Soudain quelqu’un toqua à la porte de la chambre. Le Poissonnier.

Minako et Ken questionnèrent l’homme. Il se révélait être membre de l’équipage fauteur de troubles. L’équipage Umibozu apparemment. Devenant membre par dépit pour trouver un moyen de le détruire de l’intérieur. Une aubaine pour la troupe Kumojin, moins pour le fameux Kagaribi. Après quelques minutes d’échanges Akagi et la certitude que l’informateur ne leur ferait rien le metaru cessa son henge. Il se dévoila dans le dos du pirate sans un bruit. Rattrapant la veste que le bougre lui avait jetté dessus nonchalamment avant qu’elle ne touchât le sol. Il s’approcha et posa une main lourde sur l’épaule du Pirate qui sursauta mais sous la poigne du Metaru resta cloué en tailleur.

« Intéressant tout ça, l’homme se tortilla la nuque pour voir le visage du fils du fer le surplombant, deux choses. Qu’est ce que Kagaribi sait sur Minako ? et comment sais tu qu’il est au courant pour elle ? »

Le pirate déglutit :

« Vous vous êtes qui ? lâchez moi !
remuant essayant de se libérer de la main du Metaru »

« Je suis Akagi, chuunin et chef de mission de Minako et Ken ici présent, shinobi de Kumo et Officier de la police du Kyuubu, le Metaru retira sa main de l’épaule de l’homme, et toi tu vas nous mener à ton quartier général. Réponds à mes questions. »

Le pirate resta assis un instant muet. Il grommela quelque chose qu’Akagi ne saisit pas totalement, quelque chose à propos de son camouflage inutile, qu’il décida de ne pas relever. Le poissonnier reprit :

« J’étais aussi en mission de reconnaissance aujourd’hui pour connaitre les prochains mouvements de bateau... Kagari était avec moi quand j’ai vu Minako au loin, voilà comment je le sais. Il n’en sait pas plus sur elle, ni qu’elle est une shinobi, vos deux coéquipiers avaient planqué leurs insignes. Mais s’il la revoit il se méfiera à cause de cet œil maudit. »

Akagi réfléchit un instant. Puis reprit :

« Lorsque vous venez pour ce genre de repérage comment venez-vous de votre île à Matshu ? »
« Nous avons quelques chaloupes que nous utilisons pour aller et venir. Nous les cachons plus loin du village. »
« Donc si tu ne repars pas ce soir… »
« Oui, les équipages pirates sont normalement frivoles mais Kagaribi est pas un capitaine normal, il aime tout contrôler.. Si je ne suis pas là il saura que quelque chose se trame. »
« à quelle heure et où dois tu les retrouver ? »

L’homme sortit une carte de son manteau et montra à Akagi ou se trouvait la chaloupe, lui expliquant comment y aller comprenant sûrement où voulait en venir le chuunin. Le Metaru lui posa d’autres questions sur le quartier général afin de ne pas être totalement perdu quand il y serait. Notamment le lieu où sont retenues les prises humaines, la position de son dortoir, les informations qu’il avait récupéré dans la journée concernant les mouvements de bateau etc. Le metaru ne souhaitait ne rien laisser au hasard. Il réalisa une nouvelle fois le henge prenant les traits du pirate, puis se tourna vers Minako et ken.

« Minako connais tu assez les lieux pour vous rendre sur l’île du quartier général sans ce pirate ? »

Le Metaru attendit la réponse et continua :

« Très bien dans ce cas, je n’ai rien contre vous mais nous ne pouvons vous faire confiance et nous ne pouvons fermer les yeux sur vos crimes, si vos informations s’avèrent exactes nous en ferons part dans notre rapport. »

Akagi changea le ton de sa voix pour essayer de s’approcher du timbre de celle du pirate et continua :

« Ken tu vas ligoter fermement cet homme et l’amener au maire. Je ne connais pas les autorités de la ville. Le maire saura à qui faire confiance. Une fois que ça sera fait, tous les deux vous irez sur l’île des pirates et accosterez sans vous faire voir. De mon côté je vais aller au rendez-vous à la place de ce pirate, je profiterais de ma couverture pour voir où se trouve les personnes retenues en otage. Une fois sur l’île approchez-vous discrètement du quartier général et attendez. Vous n’interviendrez que lorsque vous verrez le signal, pas avant. Bien compris ? Ne vous inquiétez pas, vous saurez quand, le signal sera clair. Minako, tu seras la chef d’équipe en qualité de Minareï. Ken je te fais confiance pour suivre ses ordres en attendant que l’on soit réuni. Grâce aux explications reçues vous savez où sont les esclaves. Quand j’aurais donné le signal votre premier devoir sera de les protéger. »

Akagi s’apprêta à sortir mais se ravisa, il fit signe à Ken de le suivre. Une fois dans le couloir le Metaru tapait du doigt la poitrine du Daishi pour marquer ses propos, reprenant sa voix naturelle:

« Ken, je ne te connais que peu mais je vais te dire une bonne chose. Le genre de pitrerie que tu as fait avant que le poissonnier n’arrive dans la chambre sont à bannir d’une mission de cette ampleur. D’une mission tout court… bref. Comment veux-tu que je te prenne au sérieux. Tu dois apprendre à canaliser ton énergie, les moments de détente sont bons pour le mental mais chaque chose en son temps. Grandis ! »

Akagi se racla la gorge et allait partir :

« Je te fais confiance pour me montrer que le garçon courageux qui a plongé dans l’eau pour me sauver, peut être exemplaire pour la suite de cette mission. Je ne serais pas avec vous jusqu’à demain probablement. »

Le Metaru tapa l’épaule du jeune homme, pour lui montrer qu’il s’agissait plus d’un discours d’encouragement que d’une remontrance, il finit :

« Montre toi digne de ton bandeau, gamin. Allez à plus tard ! »

Le Metaru sortit de l’auberge rapidement et gagna la chaloupe dans la nuit noire. Quatre pirates y était déjà, il reconnu Kagaribi rapidement en se basant sur les descriptions du poissonnier. Il monta à bord d’un simple grognement et ils prirent la mer. La traversé fut courte. En une heure ils aperçurent les lueurs de l’enclave dans laquelle se trouvait le quartier général de la bande de pirates qui posaient tant de soucis à Matshu. Akagi descendit de la chaloupe et se déplaça avec le groupe remontant la plage vers les lueurs des cabanes en bois. Le camp restait simple. Sur la droite comme lui avait indiqué le poissonnier on pouvait voir une cabane avec une seule entrée gardée par deux pirates. A l’intérieur de celle-ci se trouvait les kidnappés, détrempées le toit fuyant ne les protégeant de la pluie d’automne, apeurées et vivant dans leurs propres excréments. Le Metaru passa non loin de la cabane sans s’en approcher pour le moment, il put cependant sentir l’odeur horrible en émanant. Il continua son chemin avec les autres. Trois autres cabanes existaient. Une centrale qui servait de dortoir et de lieu de fête et réunion des pirates. Et deux autres sur la gauche de la crique. La première servait d’entrepôt, la seconde quant à elle y voyait les ingénieurs et artisans « recrutés » par les pirates œuvrés à créer, réparer les armes et bateaux pour rendre l’équipage le plus performant possible.

Le soir même Akagi partagea une cervoise avec ses camarades temporaires et s’éclipsa prétextant une migraine pour aller dormir. Il ne tenterait rien ce soir laissant Ken et Minako se positionner. A l’aube il irait voir les otages.

Le lendemain le Metaru se leva très tôt. Comme il s’y attendait une bonne partie des pirates dormaient encore mais alors qu’il sortait de la bâtisse principale, il fut étonné de voir que l’équipage conservait une certaine rigueur. Rien de ce qu’il connaissait de la part de ces truands des mers. Des gardes restaient toujours devant la cabane aux esclaves. Et une patrouille prenait place sur la plage. Scrutant l’arrivée de navire. Kagaribi quand à lui semblait s’étirer après une routine matinal proche de la cabane des ingénieurs. Le metaru s’approcha de la cabane aux esclaves marchand pied nus dans le sable fin de l’île abritant les malfrats. Arrivé devant la porte l’un des gardes lança :

«kes-ce tu veux Uosuke ? dégage d’là.. t’sais bien qu’le Captaine aime pas qu’on touche aux prises.. »

Akagi s’arrêta et répondit :

« Ouais je sais mais je voulais voir s’y avait pas une jolie garce.. »

« T’fatigues pas, mec. Pas l’d’roit de toucher, t’le sais bien depuis la dernière fois ! c’pour les clients. Dégage. »

Le metaru opina du chef et s’éloigna, se rapprochant cette fois de Kagaribi et de l’atelier d’ingénierie de son équipage. Alors qu’il approchait le capitaine l’interpella :

« Moussaillon. Va récurer le pont plutôt que te balader inutilement. »

« Ok, captaine. »

Décidemment, il n’obtiendrait pas d’informations facilement. L’ordre de mission parlait de négociation, si possible mais le metaru ne voyait pas comment il pourrait convaincre un groupe si organiser d’accepter une quelconque offre. Ce trafic humain lui donnait la chair de poule et la mention de client le révulsait. Mais forcément. Akagi savait déjà que même s’ils sauvaient les civils présents ici et coupaient la tête de ce serpent, une hydre invisible continuerait à vivre. Si des clients existaient le mal continuerait.
Il arriva sur le bateau et découvrit une vision épouvantable. Du sang séché partout, quelques membres humains pendaient encore attacher aux chaines du bastingage. Membres appartenant certainement à des otages récalcitrant… Le Metaru sentit la colère l’emplir mais se contint comme à l’accoutumée. Le fils du fer devait trouver un moyen de mettre en sécurité les civils avant de lancer les hostilités. Une idée lui vint alors qu’il commençait à récurer le pont du bateau. Il devait attirer l’attention des pirates à lui. Tous ne verraient que lui, les gardes l’attaqueraient laissant l’opportunités à Minako et Ken d’évacuer les civils vers l’embarcation qu’ils avaient utilisés pour venir. Un plan simple mais intéressant. Ils espéraient que ses genins sauraient réagir de la bonne manière. Il devait leur faire confiance, comme lui ils avaient entendu les explications de leur informateur et savait où se trouvait la cabane aux otages. Le metaru avait passé ses consignes et se concentra sur sa tâche.

Le metaru se redressa sur le bateau, puis réalisa des mudras aux yeux de tous les pirates présents dévoilant son apparence réelle. Sous ses pieds un impressionnant pilier de métal naquit perforant le pont en bois ne pouvant reprendre ce poid. Pourfendant le navire et s’appuyant sur le fond du récif pour élever Akagi en hauteur. Détruisant au passage le seul navire pouvant permettre à l’équipage de s’échapper tous ensemble. Et rendant la navigation de ce côté de la petite crique compliqué. Le Metaru beugla alors :

« Kagaribi. Toi et tes hommes allez être jugé ! »


Le Metaru se tenait bras croisé sur son pilier de métal, répétant ces quelques mots en criant afin d'ameuter le plus de pirates possible.
Techniques utilisées:

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 22 Mar 2022 - 19:21
Minako reste parfaitement impartiale face à son supérieur apparaissant derrière Uosuke, elle écoute d'ailleurs ses ordres, le duo devant emmener celui-ci chez le maire pour l'arrêter ultérieurement. Elle a pu noter mentalement le nom de Atsumi Shinkuu, ou Kagaribi, le Capitaine du navire Umibozu, ainsi que le passage pour aller au quartier général, dans une caverne creusée naturellement dans le flanc d’une petite montagne rocheuse sur l’ilot à l’ouest de Humy.

Son regard croise celui de Uosuke lorsque Ken est sorti avec Akagi, ce dernier s’étant henge pour piéger l’équipage de l’intérieur. Un blanc s’installe entre les deux personnes lorsque le poissonnier se mit à sourire, puis lui pose cette unique question avant le retour de Ken : « Minako hein. La fillette avec qui je jouais avait ton nom, avait des yeux bleus pétillants et de jolis cheveux noirs, comme toi. Tu as vraiment changé, qu’est-ce que cet œil et ces brûlures ? »

Minako regarde Ken ficeler le poissonnier selon les instructions du supérieur, puis parle un peu.

« Uosuke, je n’ai rien à dire sur l’œil, puis les brûlures sont venue suite à un combat non désiré. Bien, Ken, pour la forme on va se henge aussi, toi en arme ou tout objet de ton choix, assez grand pour que je le mette dans le dos et moi en personne lambda. » dit-elle en retirant son badge du kyuubu et son bandeau de shinobi pour les ranger dans sa poche. « Enfin, avant qu’on sorte de la demeure du maire. »

Ainsi le duo se dirige vers la demeure du chef de village, récupérant quelques graines de café pour la route, Minako enfilant un cache-œil pour cacher le sceau ancestral de Yoko-sensei avec une pointe de dégoût car ça lui donne l’air de celui qui lui a martelé le corps de brûlures et l’esprit de sa manipulation physique. Non loin de cette grande demeure, deux gardes les arrêtent pour savoir ce que le duo veut. Minako explique la situation et après un regard, l’un des deux hommes les accompagnent à l’intérieur du domaine. Cela pour que le maire lui-même puisse rediriger le prisonnier vers l’une des chambres en attendant le retour de l’équipe.

Une fois cela fait, Minako se transforme en jeune femme à la chevelure rose, bouclée, bandana bleu sur la tête et vêtements locaux et laisse Ken se transformer en arme quelconque en s’inspirant de cette apparence. Prêts, Minako peut ainsi se diriger vers l’une des embarcations à l’est de Humy, l’une d’elle semble être à l’abandon : la leur qu’ils ont utilisé pour venir sur ces lieux. Son idée est de faire le tour de l’ile principale : passer par l’Est et faisant le tour au Nord afin de rejoindre discrètement l’îlot. Lorsqu’ils font le dit chemin sur la barque, la demoiselle se lance dans une nouvelle explication pour maintenir Ken éveillé.

« Jte jure, les efforts que j’ai fait pour ne pas mourir de rire avec ton dengon angouka… Bref, pour en revenir à cette histoire d’onkyoton.

J'ai détruit à mainte reprise la ville ainsi que les oreilles des gens, ça les faisait sombrer dans l'inconscience au vu des blessures aux tympans, c'est pour ça que l'on doit sûrement se souvenir de moi. Je suis bien heureuse aujourd'hui d'avoir un certain contrôle sur mon chakra onkyoton grâce à ces deux années d'académie et aux cours particuliers auprès de mon grand-père Zenjiro. Aussi, ce n'est pas lui qui a tué capitaine Nobunaga mais mon grand-père maternel. Disons juste que la famille maternelle est quelque peu teuteu…

Zenjiro vivait avec mon père et je les voyais que peu. Si j'étais plus souvent avec ces deux-là ils auraient su qu'il s'agit de mon chakra onkyoton, car Zenjiro est un fin stratège, sage, qui a une certaine pédagogie avec ses cadets et j'aurai pu apprendre à manier le chakra plus tôt. Par ailleurs je te conseille de prendre des cours de taijutsu à ses côtés, je pense que vous avez un style de combat relativement similaire. »


Une fois arrivé sur place, Minako grimpe sur les rochers et s’assied. Elle utilise le dengon angouka en frottant un caillou sur la roche.

♪ Il nous faudra régler nos oreillettes sur une fréquence commune pour inspecter ces rochers lorsqu’on aura son signal et secourir les otages dans la cabane. Je vais le régler sur le numéro 3. Une fois dans le QG on pourra reprendre notre forme initiale pour les retrouver. On les fera passer sous ces roches qui font comme un tunnel afin de rejoindre l’embarcation. ♪

Une fois le code fait, Minako attend, restant en alerte, l’entrée de la caverne étant en dessous de la roche la surplombant, prête à sauter si besoin, en restant relativement discrète sur sa position. C’est alors qu’au bout de quelques instants d’attente, apparaît sur l’horizon un imposant pilier sortant de nulle part.

♪ Oh, v’là un signal bien bourrin. On va pouvoir se préparer au sauvetage. Les sentinelles s’agitent et se dirigent vers la chaloupe en question. ♪

• • •


Kagarigi


De son côté, le capitaine, surpris, plonge dans l’eau et semble disparaître, comme s’il venait de se dissiper. Instinctivement, l’homme s’est transformé en crevette pistolet et nage, se demandant comment diable c’était possible. Comment était-ce possible que Uosuke, l’un des membres les plus fidèles de son équipage, a-t-il pu se faire usurper son identité de la sorte ? Dans tous les cas, il cherche une solution, un moyen de retrouver l’homme qui a pu briser ce bateau. L’homme nage donc vers le fond du récif avec un but en tête…

_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Lun 11 Avr 2022 - 22:42
Durant la totalité de l‘interrogatoire, Ken garda son calme, riant parfois intérieurement à l’idée de la surprise qu’aurait Uosuke en voyant une armoire devenir un homme. Il tenta et réussit à garder son calme tout du long, surtout que le sujet ne prêtait absolument pas à rire. D’ailleurs, quand Akagi reprit sa forme humaine, Ken, tourné vers le tatsujin ne broncha pas le moins du monde en gardant son sérieux. Puis, sans crier gare, il fit comme un salut militaire, main sur la tempe puis son index tendu en direction du pêcheur qui lui lança alors un regard véhément, comprenant qu’il à été roulé. Pire, Ken, silencieusement, par ce geste, voulait lui dire “on ta bien niqué”. Il regretta son geste, mais le mal était fait.

Comprenant sûrement que toute rébellion serait sévèrement étouffée, l’homme, sans résistance, dévoila toutes ses connaissances concernant Kagaribi. Ou peut-être par preuve de bonne foi.Sursautant de peur quand la main du chuunin lui pris l’épaule. Il protesta encore mais fini par être docile. Au fur et à mesure de l’interrogatoire, Ken échafauda un plan d’une simplicité enfantine. Il resta cependant à regarder avec intérêt qu’elle plan allait mettre en place Akagi. L’homme commença à sortir la carte de la région, Ken retira rapidement les verres dérangeant la suite de l’interrogatoire. Uosuke dévoila les endroits clé comme l’endroit où se trouve la chaloupe, comment y accéder. Ken le trouva trop docile, il ne pouvait pas imaginé que l’homme etait honnête. L’image que Ken avait des pirates excluait les mots pirate et honnête.

Ken allait obéir à l’ordre d’Akagi quand ce dernier le rappela à l’ordre. Ken, comme souvent, n’écoutait que d’une oreille pour la bonne raison est qu’ils étaient précisément en période de détente, puisque L’homme n'était pas encore là. D’ailleurs, est ce qu’en mission ils avaient le temps de prendre le thé? Non, pourtant, Ken et Minako avaient pris le thé tranquillement. Par habitude, Ken ne chercha pas à se défendre. Il se contenta de prendre un air désolé et de faire ses excuses. Il y avait un peu de vrai dans ce qu’Akagi lui avait dit. Il ne s'excusait donc que pour cette partie de vrai. Peut être devait-il grandir en effet? Cependant, il ignorait tout de Minako et encore plus de Ken. Cherchait-il à les connaître? Rien de moins sûr. Ken toutefois, réitère ses excuses.

— Vous pouvez compter sur moi, tatsujin, je ne faillirais pas. Minako avait besoin de sourire, je ne referais plus l’erreur encore pardon. Je grandirais, n’ayez aucun doute la dessus. Ken pour marquer ses propos avait usé du vouvoiement, afin qu’ Ajkagi comprenne que c'était à son supérieur que Ken avait répondus.

— Se n’est pas la première mission que je fais avec ma… Minako. Je n’ai jamais trahi ni failli à ma tâche. A demain, tatsujin. Attention à vous, ce n'est pas parce que vous êtes chuunin que vous devez tout faire seul.

N’ayant pour unique réponse de devoir se montrer digne du bandeau, Ken sourit et n’ajouta rien de plus. Il retourna dans la pièce et sortit un mètre de fils de fer de sa sacoche. Le coupant avec un kunai. Il fit deux nœuds coulissant aux poignets de sa proie afin que chaque fois qu’il bougeait les bras trop violemment, les nœuds se resserrait, quitte à lui lacérer la chair. Ken était sceptique quant à l’idée de le livrer au maire. En effet, Kagaribi avait l’air d’être un homme influent et contre une promesse d’amnistie ou d’une solide rentrée d’argent, l’homme le plus cupide pouvait devenir un saint homme. Si le maire était un pourris? Cela dit, que faire du pirate? se détacher de la mission pour s’en occuper? Attendre des renforts? Akagi avait surement raison, où du moins, avait-il trouvé là, la meilleure alternative? Au pire, Kagaribi serait ralenti et l’équipe serait complète pour la mission.

Ken pesta, il remarquait encore une fois avec quelle énergie effroyable il prêtait aux autres des intentions toujours plus malveillantes. Pourquoi ne pouvait t’il pas voir parfois le bon côté chez les personnes, comme il le faisait avec Minako? Jusque là son mode de fonctionnement ne lui avait apporté qu’une vie douce, loin de la violence et des soucis mais pour combien de temps encore? Pourquoi se faire autant de soucis? D’un côté il valait mieux voir le pire chez tout le monde et se méfier que de dire amen à tout pour passé de vie à trépas un Kunai dans les omoplates. Akagi avait peut être raison, il était temps de grandir. Accepter parfois que le monde n’est pas pourris. Que le monde ne cherchait pas à le détruire. Comment faire?

Ken repassa en vue les ordres d’Akagi, ficeler l’homme, l’amener au maire. Pourquoi pas à la milice local? Ken n’en savait rien mais il respectait les ordres. Puis se rendre sur l’île où ils accosteront en toute sécurité. L’intervention ne se ferait qu’au signal du supérieur. Ils devront protéger les esclaves. Ken avait tout bien compris, mieux, hors le sujet délicat concernant le pirate, il approuvait l’entièreté du plan. Il n’avait pas encore totalement les tripes pour le combat, sa place serait mieux appréciée en soutien.

Ken ne comprenait pas pourquoi ils parlaient de l’oeil de Minako. Pourquoi elle lui racontait sa vie, à un étranger, mais il préféra ne rien dire. Une discussion commença lorsqu’il reçut le savon, sans doute. Ken ne comprend pas plus pourquoi Minako avait choisi qu’il devait être une arme… mais il accepta le deal. Elle etait la cheffe de mission et avait sûrement une idée en tête.

N'ayant rien à faire à part regarder Uosuke et transmettre naïvement son futon a Minako, il se laissa porter par les ordres de Minako jusqu'à la demeure du maire. Minako pouvait sentir le souffle de Ken devenir plus lent, plus chaud, plus régulier. Assurément, il s’endormait petit à petit. Chose qui était inadmissible en mission, il le savait ! Il luttait pour ne pas sombrer. Il était le bouclier de Minako, le garant de son existence, le gardien de la minaraï. Il ne pouvait pas s’endormir. Si bien, qu’il était ravi que Minako lui acheta des grains de café. Elle avait sûrement perçu l’endormissement de son fiancé? Ken se réveilla à la vue des gardes qui les interpella. Surtout qu’il était menaçant avec sa forme fuma. Il regretta son choix d’armes, peut-être aurait-il dû choisir un kunai comme ses clones? Par chance, les gardes étaient comprehensif voir même, un peu idiot. Aucune vérifications, ils étaient si idiot que ca? Est ce que ça ne cachait pas quelque chose? Ken ne dit rien et laissa sa cheffe agir. Il était important de la laisser diriger lui qui avait trop tendance à se mettre en avant quand ils étaient tout les deux.


Une fois cela fait, tandit que Minako choisi une femme à la chevelure rose, bouclée, bandana bleu sur la tête, Ken réfléchi et lui dit

— Cher… heuuuu…. CHEFFE… j’ai une idée… regarde ça !

Ken fait trois clones. Chaque clone se henge en un Kunai. Ken, veillant à ne pas les entrechoquer, les confie à Minako. Lui-même s’asseyant sur une souche, concassa le grain de café qu’il plaça entre ses lèvres et ses gencives inférieur. Une technique que Tanako sensei leur avait apprise afin de rester éveillé plus longtemps. Puis crachant sa chique, il se choisis la forme d’un shuriken fuma avec une sacoche en cuir. A présent n’attendant que le dos de Minako. Dés qu’il sentit le contact avec son dos, Ken déploya ses bras. Ses bras ressemblaient à une sacoche en cuir qu’il enroula avec bonheur, un bras par-dessus son épaule droite, la gauche sous l’aisselle droite. Ses mains se cramponnaient à ses seins qu’il malaxait comme s' il avait du mal a trouver la bonne position, en réalité, c'était le seul moyen qu’il trouva pour donner de l’amour a son bonheur, une sorte de “bonne chance” intime. Il finit enfin par entrecroiser ses doigts faisant de la sangle une attache parfaite. Le reste de son corps était bien plaqué sur son dos. Ken déploya ses lames, puis, se laissa porter. En cas d’attaque, il ferait barrage de son corps pour veiller sur elle.

♪ En cas de problème, lance-nous, commençons par les Kunais. Si tu manques ta cible, nous pourrions bénéficier d’un effet de surprise et réaliser un jutsu au moment le plus propice. Voilà une nouvelle leçon sur la stratégie mon coeur...♪

Se laissant porté par sa femme, n’eyant rien a faire,, il en profita pour malaxer son chakra. Il tenta une nouvelle fois une expérience dont Minako n’avait peut-être pas conscience. Tandis qu’il malaxait son chakra, il s'arrangea pour être en contact avec la peau de Minako et tenta de le malaxer non pas uniquement dans son corps à lui, mais également, dans son corps à elle. Il eut cette idée en se trompant de tasse un jour, lorsque Minako avait laissé un fond de café et qu’il s'était fait un thé par-dessus. Le goût du café ne la dérangé en rien. Ou alors, c'était comme mettre de l’eau dans un verre de jus de fruit a ras bord et qu’il coule encore et encore… le jus finissait par disparaître et de ne laisser que de l’eau à la place. Il serait l’eau de Minako. Il se demandait s’il était possible d’offrir une affinité à une personne, d'influencer son affinité, si on malaxait du chakra à travers elle. Minako, plusieurs fois, lui avait dit combien elle adorait le futon. Ken, depuis, voulait tout tenter pour lui offrir ce cadeau.

Parfois, au hasard d’une côte, ou d’un obstacle, Minako frappa sans force le shuriken fuma, permettant à la lame du haut d'effleurer son cou. Ken parvenait alors sans effort à lui placer de tendre baiser. Profitant de l’instant pour déposer du futon sur sa nuque et espérer à chaque fois, que Minako devienne de plus en plus futon avec le temps. Il sens le futon glisser sur la peau de sa femme et lui electiser les poils, ca peau devenant chair de poule. Parfois, en se concentrant bien, il pouvait ressentir la nuque de son amante accepter l’offrande en s'appropriant son souffle imprégné de chakra, il pouvait alors ressentir une infime partie de son être entrer en elle. Ken était satisfait, peut-être que cela ne servait à rien, car si jamais ça fonctionnait, il devrait sûrement lui insuffler pendant cent? Deux cent ans? du chakra de cette manière pour que son corps produise son propre futon. Quel importance? Savoir que le corps de Minako aspirait son souffle lui plaisait fortement et ça lui allait très bien comme ça. Au moins, elle pouvait sûrement sentir ce souffle, et parfois le métal de ses lèvres fusionner quelques secondes avec elle. Sa petite taille lui permettait de passer outre son besoin physique, un besoin que seule Minako était en droit de satisfaire.


Ken accroché plus tendrement à Minako avec les heures, voir les minutes qui défilaient, adorait ça. Peut-être pourrait-il proposer plus souvent à Minako ce mode de déplacement? Quoi qu’il en soit, il souffla et embrassa à nouveau le cou de Minako avec la même passion, le même amour qu’au début de leurs realtion. Minako finit par prendre la parole. Elle fit plaisir à Ken en lui disant combien elle avait faillit mourir de rire alors que lui, préfèra taire l’épisode du savon. Il est vrai qu’il avait mal choisi sa victime. Ken ainsi, mit dans un coin de son esprit que Akagi n’avait aucun humour. Leurs conversations fut de moins en moins gai. Elle lui apprit la destruction répété de la ville de par ses cris incessant au point de faire tomber les gens dans l’inconscience. Ken n’en croyait pas ses choux de métal plaqués dans les omoplates de Minako.

— Quelques peu Teuteu? Étrange expression c’est de Humy ? J’ai peu l’habitude de l’entendre hahahaha. Est ce que tu penses que nos enfants feront la même chose a Kumo ? Tu ne m'as jamais parlé de ton grand-père maternel, comment était il? Aprés la mission on contactera Zenjiro? Si me rendre plus fort me permettra de mieux veiller sur toi alors je pourrais même apprendre le karaté avec Rukina HAHAHA.

Ken regretta son humour sur Rukina, mais n’en dit rien de plus tentant de noyer l’humour.

— Tu sais que je suis fier de toi? Pour ma part, j'espère un jour en savoir plus sur moi même, même si je ne me fais plus d’illusion. Je suis et resterais seul à jamais. Tu es ma seule famille.

***

Aprés le transport en barque

***


Ken voulu cracher son vomi mais se força à l’avaler. Minako aurait été douché dans le cas contraire. Un shuriken fumas qui avait la nausée. C'était pour le moins pittoresque. Ainsi, Ken etait ravi d’être encore attaché a Minako. Il décida néanmoins de se détacher légèrement puisqu’il était entre un de l'étouffer. La nuque de Minako était couverte de bave et de larmes. L’homme avait hurlé plus d’une fois a Minako de le lancer aux loins, qu’il ne voulait pas continuer. Il regretta maintenant d’avoir encore agi en lâche. Surtout que la houle n’avait pas été si effrayante au final. Il se félicita cependant puisqu’il avait réussi à surmonter une fois de plus sa phobie suiton.

Ken se mit à rire quand elle lui dit en frottant un cailloux, en langage Onkyoton qu’ils devraient régler leurs oreillettes sur le fréquence adéquate. En temps que Shuriken, il ne le pouvait pas. Preuve que Minako avait encore quelques lacunes en stratégie. Rien de choquant cela dit, mais c'était le genre de détail crétin qui pourrait lui saper son autorité si un jour elle devenait Chunnin. Erreur qu’il ne ferait pas lui.

Ken décida de lui répondre en frottant les fer inférieure de son shuriken. Un son strident presque désagréable, mais il n’avait que ça. En réfléchissant bien, il choisit un autre moyen. Il utilisa ses doigts sangles en cuir qu’il serrait et déserrait sur la poitrine de Minako pour former un rythme audible. Ainsi, Ken prenait un grand plaisir, en détachant chaque syllabe une à une caresse sans fin.

♪ Nouvelle, lecon, de, de,de hummezezae he Joben est parti fumé de la vache avec Adolf et Rebecca, de, voile… de stratégiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie pardon… ♪ Ken tenta de reprendre ses caresses onkyoton plus audiblement.

♪ Nouvelle leçon de stratéééégie… Tu, aaaas, oublier, que, je, suis, en, henge…. Je, te, parle, avec, mémé !, mes mains… Je pourrrrrrrrrrr pourais changer de fréquence, que, que, que, que, que, que, que… que quand tu m’auras lancer, ou, briser, nos, henges.♪ Ken tenta de reprendre son sang froid.

♪vvvvvvvvvva. Pour, 3. Laaaa…. OHHHH MAMAA !!! La prochaine fois, prend celaaaaaaaaa mama !!!! en compte ! ok pouuuuuuur….. pour le reste… HOOOOO !♪

Minako ayant recus le signal, ils passèrent à l’action.


***

Pendant se temps

***


Kagaribi était installé au fond du récif, dans la cabine de capitaine de son ex pire ennemi, se pinçant ce qui faisait office d’ongle du pouce tellement fort que l’ongle sauta dans sa bouche, il le crachat nerveusement. Certains de ses hommes mettaient du temps à rentrer. Cependant, l’homme leur avaient laissé du temps, jusqu’au levé du jour pour intervenir. Peut-être qu’une prostituée ou un verre de rhum de trop les avaient empêchés de revenir à la maison. Depuis quand était-il devenu si permissif? S' il s’en sortait, il se jurait qu’on ne le reprendrait plus. Repérant depuis les fonds l’endroit du grabuge, il pointa sa pince pistolet. effectuant un mudra pour enclencher son hydrocanon.

— Meurs Uosuke ! Cria-il sous l’eau n’ayant pas vu Akagi reprendre sa forme.

Un jet de vapeur d’une chaleur comme le soleil sorti de son immense pince pour se diriger vers son ancien navire ainsi que l’endroit approximatif d'où se trouve Akagi. L’homme se pensait invincible aux fond des eaux fit peu de cas de ses hommes. Il tira dans le tas sans ménagement. La haine envers Uosuke était si dévastatrice qu’il se jura de le tuer même si ça devait lui couter son équipage. Après tout, il pourrait partir là où il le souhaite, refaire un équipage, qu’importe le reste.

A la surface, le bâtiment recevait comme une salve d’une dizaine de canons en un coup bien précis. Une déflagration énorme fit voler des tas de marins qui, pour les plus chanceux, fut éjecté loin dans la mer.

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Lun 18 Avr 2022 - 15:16
L’effet fut immédiat, la création de son pilier de métal détruit le navire qui sombrait peu à peu. Les pirates présents à son bord plongeaient dans l’étendue bleutée pour fuir la prison de bois et d’acier qui coulait doucement se rapprochant du fond du récif. Akagi les yeux fixés sur Kagaribi le vut se précipiter et disparaitre sous les eaux dès l’apparition du pilier. Le Metaru se demandait comment un homme pouvait se déplacer si rapidement en nageant, il le perdu de vue. Quelques flèches cherchèrent à l’atteindre mais les bords relevés de son pilier le protégèrent efficacement. Son objectif était atteint. Les pirates se focalisaient sur lui, tout du moins pour l’instant. Ses camarades pourraient investir les lieux et aider les otages. Le chef d’équipe leur faisait confiance. Ils sauraient choisir les actions à mener de leur côté pour protéger les civils.

Soudain son pilier vibra et commença à chuter. Il perçut la fin comme de la vapeur qui disparaissait et suivi du regard l’origine de celle. Ses yeux rencontrèrent la surface mouvementée d’une mer engloutissant l’épave du navire pirate. Sous ses pieds la partie supérieure de son pilier glissait. Coupé en deux par le puissant jet de vapeur. Akagi n’y prêta pas attention restant droit alors que le pilier commençait à bouger. Il devait d’abord déterminer l’origine de cette attaque. Il réalisa de rapide mudras et se concentra pour trouver son adversaire. Nul doute que Kagaribi ayant disparu précédemment était derrière cette attaque. Il chercha grâce à un jutsu de détection et finalement trouva l’homme. Caché dans les fonds marins. Rouvrant les yeux Akagi chutait. Il se tourna en vol et enleva sa cape, découvrant son torse recouvert à moitié de bandage pour seul vêtement. Signe des nombreux exercices, combat et mission qu’il enchainait sans interruption. Il savait ce qu’il devait faire, profitant des débris il ajusta sa chute pour se rapprocher un maximum du capitaine. Enfin proche de la surface, il sauta à pieds joint et percuta la surface de l’eau, la traversant facilement. Le Metaru réalisait déjà les mudras nécessaires quand ses pieds touchèrent le fond marin face au capitaine ahuri de le voir surgir si proche de lui. L’homme mi-crevette tenta de lui attraper le cou avec son énorme pince mais lui et le Metaru furent plaqué au sol quand un nouveau pilier de métal les propulsait hors de l’eau.

Akagi savait qu’un combat marin était perdu d’avance. La facilité de disparition de l’homme sous l’eau et le fait qu’il l’avait détecté sous l’eau soulignait forcément une capacité liée à la mer. Assimilateur, il avait imaginé, fort heureusement ce n’était pas le cas. Un yaseï apparemment. Une sorte de crevette que le Metaru ne connaissait pas. La stratégie du Metaru était partie de ce constat simple. Une fois à l’air libre le fils du fer enchaina, il s’approcha de l’homme au sol et l’attrapa avant de sauté du pilier sur la terre ferme d’un bond puissant, afin de s’éloigner de la mer. Le capitaine ne l’entendait pas de ce ton et durant leur vol, celui-ci frappa le Metaru à l’estomac, lui faisant perdre la maitrise de son saut. Ils s’écrasèrent de concert sur la plage.

Le géant de métal se releva rapidement, accusant cependant des ecchymoses sur le flanc droit. Kagaribi lui aussi était debout, un sourire sur ses lèvres alors que ses forbans le rejoignaient en nombre. Armées d’arbalètes, d’épées et de haches.

« Alors Shinobi. On fait moins le malin maintenant que tu n’es plus sur ton piedéstal ! Les gars ont le détruit ! »

Le Metaru fit un rapide coup d’œil autour de lui. Il remarqua sur la droite dans le dos des pirates l’évacuation discrète à laquelle s’adonnait Ken et Minako. Ne laissant transparaitre aucun indice de cette découverte qui le ravissait, il reporta son attention sur les pirates qui s’approchaient de lui. D’un geste rapide, il lança un nouveau jutsu. De longue cornes noires recourbées vers l’arrière se dressèrent sur un heaume recouvrant son faciès, l’ensemble de son corps se drapa du métal qui semblait s’écouler de tout ses pores. La fumée de la création sembla un instant s’échapper du heaume puis Akagi fit un pas lourd vers ses assaillant. La bataille finale s’annonçait endiabler. Le fils du fer décida d’appeler en embuscade l’un de ses compagnons. Encore une fois le chef d’équipe faisait confiance à son duo d’acolyte pour s’organiser au mieux. Il beugla vers les pirates mais surtout à l’attention des musiciens :

« AUCUNE PEUR NE M’HABITE, QUAND LA MUSIQUE EST EN SOUTIENT. DIS ADIEU A LA MER CAPITAINE. »

Il espérait que le message serait compris. Dans leur dos Minako ou Ken serait largement amène de faire de lourds dégâts avant d’être découvert. Peut être même que le duo en avait fini avec l’évacuation et pourrait le rejoindre de concert. Akagi ne pouvait le savoir toujours était il que seul, tout chuunin qu’il était, il ne pouvait assurer d’en finir avec les forces pirates en présence.

Résumé:

_________________
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 19 Avr 2022 - 22:02
Une horreur.

Les quelques esclaves en vie sont mutilés, des membres en moins, chair à vif, dénudés. Souffrant de potentielles maltraitances, lorsqu'ils virent la jeune femme avec le shuriken dans le dos, ils prirent peur, priant pour qu'elle ne les torture pas.

« Kumo a entendu vos prières, nous venons vous délivrer. » dit-elle en montrant son bandeau du village. Ensuite, Minako crée deux clones qui l'aident à emmener les victimes sur l'embarcation, bien que méfiance soit de mise chez eux. Des pleurs se firent également entendre de leur part car certains d'entre eux sont touchés de voir des sauveurs. Les clones de Minako ont pris les Kunai, avec précaution, pour qu'ils ne se transforment pas en Ken tout de suite, afin de couvrir un maximum du chemin qu'ils se frayent jusqu'à l'embarcation.

Elle chuchote ainsi à Ken. « Plus on est nombreux, plus on peut être efficace, au moins on peut réussir à tous les rapatrier. »

Elle entendit son chef d'équipe exprimer quelque chose qui la fit sourire, alors qu'elle aidait une personne avec les deux jambes en moins à se reposer dans le bateau, laissant son clone être aux petits soins pour les blessés. Si aucune peur n' habite Akagi lorsque la musique est en soutien, alors la demoiselle et son bien-aimé doivent aider leur supérieur à faire face aux pirates.

Discrètement, la demoiselle donne des coups de pied derrière les genoux des assaillants qui sont dos à elle, confiante quant aux clones de Ken et d'elle-même protégeant les esclaves. Ainsi un coup de pied sur le menton de l'un d'entre eux est donné alors que l'effet de surprise est en place, puis elle pose ses mains sur le sol afin que, d'une imitation du scorpion, un coup de pied enflammé se dépose sur le torse d'un autre combattant. De la capoeira, une danse de combat, rythmée par son jeu de jambes visant différentes parties du corps des ennemis. Elle laisse donc le soin à Ken, l'original, de reprendre forme humaine quand il le souhaite afin d'améliorer la surprise chez eux. Ainsi, ça laisse à Akagi le soin de s'occuper du principal concerné, c'est -à -dire le capitaine, et si besoin, décocher un coup de talon dans la mâchoire du Kagaribi au besoin.

L'un des pirates lui a cela dit fait une coupure légère sur son flanc gauche. Une petite entaille anodine de prime abord, sauf que cela cache potentiellement quelque chose, un poison aux effets pas encore dévoilés, sans que Minako ne s'en rende compte dans l'immédiat. Peut-être que les effets apparaîtront bientôt…

Résumé du tourMinako potentiellement empoisonnée, mais les effets du poison apparaîtront au prochain tour. Elle danse la capoeira en combattant les petits pirates à la solde de Kagaribi pendant que ses clones veillent sur les personnes dans l'embarcation.

Techniques utilisées :



_________________
"Le crépuscule, tel le royaume des flammes, là où valsent l'ombre et la lumière..."
Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 54d8e35c589ce677675992f94ac78434Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 135993Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] 0078fd85f8467e7ccadfd28da1de0ac8
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Daishi Ken
Daishi Ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken] Empty
Mar 10 Mai 2022 - 23:43
Kagaribi félicita interieurement son ennemi de tenter ainsi et ayant presque réussi a l’éloigner de l’eau. Il avait raison, si Akagi lui cèda du terrain, il avait gagné. Tout comme, si il restait sur la terre ferme, il avait perdu. C’etait clairement un combat inhabituel. Un combat pour un territoire. L’assaut avait été rapide et efficace. Son adversaire n’etait apparement pas un débutant. Qu’en était-il des des autres? Il n’etait pas venu seul, c’etait impossible.

Lachant son assaut sur Akagi, Kagaribi souriait, la diversion était parfaite. Il fallait dans un premier temps penser à sa sécurité. Puis, dans un second, tenter de sauver ce qu’il y avait à sauver. Kagaribi n’avait que faire de son équipage. Ils étaient là pour le servir, de la chair à cannon, du menu fretin. D’ailleurs la plupart du temps, a chaque coffre piller, une partie a été lancée dans l'océan. En temps que Yasei crevette, il n’aurait aucun mal à aller les chercher dans le fond. Donc, il n’avait rien à perdre. L’or lui permettrait de racheter un équipage, puis, d’un autre côté. Ses maîtres seraient ravis de le savoir loin des shinobis de Kumo dont il avait reconnu le bandeau. Il savait que s' il se faisait prendre, il serait mort. Le triangle de prêt ou de loin, refuserait qu’il vive plus longtemps pour protéger leurs secrets. L’océan était son dernier espoir.

Il retourna vers le combat, Akagi avait revêtu une sorte de paire de cornes sur son casque. Kagaribi souria et profita de l’instant pour faire des clones prenant des directions différentes.

— HENGE ! cria un clone vers l’équipage.

Certains obéirent, d’autres non. Quoi qu’il en soit, ceux qui obéirent choisirent de consacré un court instant a prendre les traits de Kagaribi. Clones, original et pirate sous henge prirent des directions différente. Un clone prit la direction originel de Kagaribi alors que l’original lui, changea de direction. La confusion semblait total. D’autres pirates furent happés par la galvanisation du combat, puis une courte pause s’installa comme surpris par le crit de Akagi. Pourquoi parlait-il de musique? Quoi qu’il en soit, un pirate sourit en sortant son accordéon. D’un jutsu mortel, le ressac de la mer se fit de plus en plus forte, un tsunami géant englouti Akagi le noyant et l’envoyant valdinguer contre la roche coupante de la falaise.

—-----------------

Il y a quelques minutes

—-----------------

Dans le dos de Minako, fermement accroché a elle, Ken assura les arrières de sa femme tandit qu’elle, elle s’occupa de la mission. Ken apprécie ce plan, cet effet de surprise. Faire croire qu’elle était seule alors que non. Il senti un malaise naître sur sa femme. Elle ne parlait presque plus. Il avait envie de retirer ton henge mais il devait rester sous couverture. Quand Minako s’avança le long de ce champ morbide, Ken eut un haut le cœur. Tant de souffrance encore une fois. Ken vit contre le mur deux personnes en malnutrition avec des chaines tête et poignet coincé entre deux planches de bois. Visiblement, ils mourraient de faim si on ne s’occupaient pas d’eux rapidement. Des mouches volaient sur des moignons parfois purulents. Ken se retenait de ne pas vomir pour éviter de perdre le henge.

Caché du visage de sa femme, le henge semblait se brouiller, l’outil ressemblait à un rond de brouillard passant d’un Shuriken fuma à un corps humain en position foetale. Des victimes pleuraient de peur en voyant cette monstruosité sur le dos de la femme. Ken luttait pour ne pas succomber à la rage. La voix de Minako le réveilla de sa torpeur. Il est sorti de sa rage, du moins, pour le moment. Il devait garder la tête froide. Akagi le surprit également en hurlant un appel à peine voilé à leurs attention. Ken serra son étreinte sur la gorge de Mina, juste légèrement, pour lui indiquer son envie d’y aller, tandis que ses clones à lui attendaient un peu pour voir si on aurait besoin d’eux ou non.

Ken sur le dos de Minako attendait son heure pour frapper. Mais l’attente etait de plus en plus longue et rien ne se passait. De son coté, Minako elle, elle se donnait à fond pour combattre. Pour le moment, elle se débrouillait bien, trop bien même. Il était subjugué par son art nouvellement acquis. Tandit qu’elle dansait, un taijutsuka suiton se transforma en brume afin de cacher sa prochaine attaque. Ken ne le vit qu’au dernier moment, une lame visant la nuque de sa femme le forcant à intervenir. Une main ferme sorti du dos de Minako lui saisi le poignet.

— Ne touche pas à mon trésor pirate…

Ken, dans une transe meurtrière de voir sa femme qui a faillit se faire tuer lui planta la gorge avec le propre Kunai de l’homme qui surpris, l’avait laissé. Il piqua un sprint vers Akagi ayant peur pour lui en entendant un accordeon jouer sur le champ de bataille, Ken ne savait pas si Akagi saurait contré un genjutsu ou non, dans le doute, il préfèra tenter de Kaï son supérieur.


“ Bon sang pas ca !!!!” cria Ken dans son esprit.

En se retournant pour voir comment allait Minako, il vit sa femme en posture légèrement défavorable. C'était t’elle fait touchée? Ken lança sans réfléchir ses aiguilles vers l'accordéoniste. Puis couru comme il pu pour la soutenir. Allait-il avoir le temps?


Spoiler:

_________________
Moi Ken, déclare que dés à présent, mon talent de musicien inondera le monde. Que ma musique atténue les blessures, que mes andante aident à se renforcer, que mon adagio ébranle les cœurs et les esprits. Que mes lento échauffent les amoureux et rajeunit le gâteux. L’Onkyoton réussira là où la guerre VA échouer.


LIVE ONKYOTON DE KEN

.

THEME DE KEN



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11373-daishi-ken-le-taiko-de-kumo https://www.ascentofshinobi.com/t11421-dossier-12457887-daishi-ken

Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La sécurité est de mise [Mission B/Libre/Zaiki Minako/Daishi Ken]
» Becs et bobo ! [Ft. Metaru Hideko, Zaiki Minako et Daishi Ken]
» Dossier shinobi ♪ Zaiki Minako
» à propos de la criminalité (Avec Zaiki Minako)
» Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: