Soutenez le forum !
1234
Partagez

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura]

Metaru Akagi
Metaru Akagi

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Mer 1 Sep 2021 - 23:56
Sur les traces du passé


Ordre de mission:
 


Une mission de rang A. Akagi sortit de la salle du quartier général Kumojin, où il avait été convoqué pour être briefé sur la mission. Le Metaru n’en revenait pas tout s’enchainait. Depuis son passage chuunin, il avait pu mener à bien quelques missions hors des murs de la cité et voilà que le village lui confiait la direction d’une équipe lors d’une mission de la plus haute importance. Une mission afin de récolter de potentielles informations pour se prémunir de Kojima Reijiro et son emprise sur les morts. Le Metaru rentra chez lui, l’ordre de mission à la main, pensif. Son équipe se composerait de Sakura et… d’Hideko. Akagi, après sa discussion avec Atsuo et Akio en était arrivé à la conclusion qu’il n’avait aucune rancune pour sa cousine. Malheureusement avant cette mission, ils n’avaient eu aucune occasion de se croiser pour échanger. A n’en pas douté leurs histoires communes pourraient causer malaise dans l’équipe. Il ne connaissait pas l’état d’esprit de sa cousine. Akagi réfléchissait déjà comme si la mission avait commencé, alors qu’il arrivait face à sa demeure. Il devrait dès les premières minutes rétablir une relation seine pour la mission qu’ils allaient mener ensemble. N’ayant jamais su trouver les mots justes avec sa cousine, il n’était pas sûr d’y arriver, mais il tenterait. Mise à part cette problématique, il connaissait très bien la puissance de sa cousine et le flair de ses invocations, à n’en pas douter elle serait un atout pour la mission. Concernant Sakura aucune inquiétude à pointer, à priori. Lors de leur première mission elle avait été professionnelle et durant leur entrainement elle avait su répondre à toutes les offensives du géant de métal.

~~~~

Le lendemain Akagi se dirigea vers les portes du village, lieu de rencontre des trois compagnons afin de prendre la route ensemble. Un mélange étrange d’excitation et d’appréhension le suivait depuis l’aube. Il savait que cette mission allait être le plus grand défi de sa carrière shinobi jusqu’ici. Voyant sa cousine et Sakura. Il les salua toutes les deux. En commençant par sakura, lui tendant une main amicale :

« Bonjour Sakura, Heureux de te retrouver si peu de temps après notre entrainement. »

Il se tourna ensuite vers Hideko, une grande partie de la nuit le Metaru avait réfléchit à leur rencontre mais suivant les conseils de sa femme, qui avait accepté sa décision -de ne pas abandonner Hideko- sans l’approuvé, avait procrastiné afin de se reposer. Instinctivement, il fit comme pour Sakura, tendant la main vers sa cousine et n’attendant pas qu’il la saisisse lui lança :
« Bonjour Hideko, content de voir que ta jambe va mieux. »

Le chuunin faisait référence à sa dernière attaque lors du combat de demi-finale du tournoi, il enchaina décidant de désamorcer tout de suite les tensions, n’appelant aucune fois celle-ci cousine comme autrefois, et gardant un ton calme et sérieux :

« D’ailleurs je n’ai pas encore pu te le dire. Félicitations pour ta victoire finale. J’espère que ton entretien avec Raizen s’est bien passé. »

Le chuunin laissa ses coéquipières s’exprimer. En tant que chef d’équipe, il avait pour habitude de faire une rapide introduction à la mission avant le départ ainsi il enchaina :

« Je ne vais pas vous rappeler que cette mission est primordiale pour le village mais aussi pour tout le Yuukan. La moindre information permettant de contrer les morts vivants de Kojima Reijiro est primordiale. Lorsque nous serons à Datsu notre objectif est de localiser l’homme qui nous a été décrit dans l’ordre de mission. Il nous faudra faire preuve de tact et d’adresse autant lors de nos recherches que si nous le trouvons. Il ne faut pas que nous alarmions les alentours, il pourrait quitter la région comme il l’a déjà fait par le passé lors de la prise de pouvoir du Teikoku.. Nous ne connaissons rien de lui, alors soyons prudent. Voyageons discrètement, garder caché votre attirail shinobi. Une fois à Datsu, restez aux aguets mais n’appelez pas le combat. »

Akagi s’arrêta, première mise au point faite, il devait aussi partager avec eux sa vision du fonctionnement d’un équipe. Il s’agissait de sa première avec Hideko et de sa première en tant que chef avec Sakura. Il continua :

« Concernant le fonctionnement de l’équipe, je prône l’échange et la collaboration. Si vous avez la moindre proposition ou idée n’hésitez pas à la proposer. Cependant si nous sommes dans des situations nécessitant stratégie rapide, je vous demanderais de vous fier à mon jugement et de vous plier à mes ordres. En retour, je vous ferais confiance lors de vos prises d’initiative. »

Il savait que tout ne plairait pas, notamment à Hideko. Cependant il savait aussi sa cousine investit dans la défense du village et du monde shinobi, il espérait que cela suffirait à contrecarrer ses sentiments négatifs à son égard pour accepter son autorité sur cette mission.

« Je vous propose de nous mettre en route. Nous discuterons sur le chemin si vous avez quelconque élément à apporter avant notre arrivée dans la région de Datsu. Pour ma part je vous connais toutes deux. Je pense qu’il serait bon si jamais vous ne vous connaissez pas ou peu de profiter du chemin pour échanger sur vos capacités. »

Akagi prit la tête du groupe et s’élança sur la route se dirigeant vers la région de Datsu. Habillé en simple voyageur sa cape cachant sa hache courte plaquée dans son dos, son insigne rangé dans son paquetage pour ne pas risquer de le révéler en arrivant à Datsu.

~~~~

La marche fut longue mais une fois arrivée dans cette région, ils trouvèrent un gite se faisant passer pour de simple voyageur. Ce gite serait leur lieu de rendez vous afin de débriefer de la journée de recherche. Akagi lança :

« Hideko, Sakura, La région de Datsu est vaste. Afin de se renseigner sur l’homme et de le retrouver le plus efficacement possible, je vous propose que l’on se sépare afin d’interroger rapidement la population des différents villages alentours. Si l’un de nous obtient une piste, il n’engagera aucune action et nous nous retrouverons ici en fin de journée pour établir le plan et suivre cette piste ensemble. Qu’en pensez-vous ? Avez-vous une autre idée ? »

Fidèle à ses dires Akagi laissait la possibilité à la discussion. Il attendait désormais le retour des ses coéquipières avant de débuter les recherches. Il savait qu’Atsuo serait un atout pour cette recherche mais il laissait Hideko apporté ses idées et elle connaissait bien mieux son partenaire pour expliquer comment elle pensait procéder avec lui. Akagi lui-même avait travaillé sa sensorialité mais avant de l’utiliser, l’équipe devrait trouver une piste tangible sur l’identité de l’homme.
Résumé du tour:
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Okita Sakura
Okita Sakura

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Jeu 2 Sep 2021 - 10:59
Sur les traces du passé


Méditation, calme et zen, libération de l’esprit pour rejeter toutes mauvaises pensées et être sain d’esprit. Dans son jardin, la rosâtre paraît faire qu’un avec la nature dans son moment de méditation. Ceci est une séance qu’elle réalise tous les jours, au moins, une à deux fois par jour et tout dépendait de ses disponibilités. Il y a peu, la Onna-Bugeisha avait pu apprendre de ses faiblesses en les ayant repéré durant divers entraînements. Metaru Hideko, Nara Aizen ou encore, Metaru Akagi, avec ses trois-là comme adversaire, la jeune femme avait pu se faire une idée sur quel plan martial et ninja, elle devait bosser : le ninjutsu. En effet, elle compte trop sur l’art du samouraï et le Kenjutsu. Cela pourrait lui jouer de mauvais tours durant une mission importante et dans un combat contre un ennemi de Kumo ou du monde comme le Ningen. Du coup, la bretteuse avait commencé à y bosser et peut-être qu’avec le temps, elle parviendra à combler cette faiblesse. Cela dit, son moment de zenitude a été perturbé par un messager. Ce dernier lui avait transmis un parchemin où son contenu possédait un ordre de mission de haute importance. Cela n’allait pas être une petite mission, Sakura en lisant bien le tout, allait devoir prouver sa valeur en tant que ninja. Elle devait être prête pour demain. Ainsi, elle informe sa mère malade ainsi que sa sœur cadette de son absence pour une mission de haut rang. En faisant cela, elles pouvaient prendre des précautions pour s’occuper de leur mère.

Le lendemain matin, Sakura était déjà prête pour sa mission, après s’être levé tôt. Pour cette mission, elle aura deux Metaru comme coéquipiers : Hideko et Akagi. Là-dessus, ça la rassurait de les avoir à ses côtés vus que c’est deux ninjas qu’elle connaît assez bien. Avec les deux, la jeune Okita avait déjà réalisé une mission et un entraînement, du coup, elle connaissait leur capacité et leur mentalité, dans le milieu professionnel. Cette mission devrait bien se passer sur le plan professionnel, même si durant le tournoi, Hideko avait vaincu Akagi, à voir comment ça va se passer entre eux. Arrivant aux portes, la jeune femme repère Hideko, mais Aka n’était pas encore là. S’avançant vers la blonde, la bretteuse affiche un sourire, heureuse de la voir et d’être à ses côtés durant cette mission. « Coucou Hideko-san. Finalement, on se retrouve plus tôt que prévu et tu vois, c’est durant une mission. » Dit-elle en lui tapotant amicalement l’épaule droite. « Je suis honoré de t’avoir comme coéquipière, faisons de notre mieux pour réussir. » Finit-elle là-dessus avant d’attendre l’arrivée du dernier membre de l’équipe et qui est plus, celui qui prendra la tête de l’unité. D’ailleurs, ça ne dure pas longtemps avant de le voir débarquer. Il semblait motiver et déterminer à réussir cette mission. Ce dernier s’adresse dans un premier temps à Sakura en lui tendant la main pour la saluer. La kunoichi lui serre amicalement la main avec un léger sourire. « Ohayo Akagi-san. Je te retourne le compliment, heureuse de travailler à tes côtés et de te revoir, mon ami. » Dit-elle avec joie. Suite à cela, la rosâtre pouvait observer les retrouvailles entre les deux Metaru.

Sakura n’intervient pas pour leurs retrouvailles et il semblerait qu’Akagi fait le premier pas pour renouer un lien avec la blonde. Au moins, il cherchait à ce que tout se passe bien entre eux et surtout pour que ça n’empiète pas sur la mission. Espérant qu’après la mission, ils pourront se revoir et discuter à nouveau pour recoller le tout, entre Metaru. Après leur prise de parole, laissant Hideko s’exprimer si elle en avait envie, Akagi prit à nouveau la parole. Ce dernier leur fait un topo de la mission, leur rappelant l’objectif et la raison de leur départ pour Datsu. Il est vrai que l’homme qu’ils recherchent, est du genre fuyard et du coup, il fallait se montrer discret et attentif, au moindre signe suspect pour le retrouver et obtenir des informations. En espérant que Kumo est l’unique force ninja à sa recherche, sinon ça pourrait mal se passer si Sakaze Tôsen ou Kojima Reijiro décide de se mêler à leur recherche. Or, il n’y avait aucun signe suspect dans Kaminari qui a été apporté au Raikage, mais soit, il ne fallait pas baisser la garde pour autant. Et trouver un homme qui semble douer pour se cacher, ça n’allait pas être facile. Sakura dispose de peu de technique de détection, mais espère que cela sera nécessaire pour aider ses coéquipiers. Pour l’instant, la jeune Okita ne dit rien et laisse le chef de l’équipe parler sans l’interrompre. Ce dernier se permet de donner sa définition d’une équipe afin qu’ils soient sur la même longueur d’onde et sur quoi ils doivent se baser pour réussir.

Échange et collaboration, deux mots-clés qui sont importants dans son équipe, en plus d’obéir et de suivre les ordres en cas de souci. Croire en son jugement et à côté, il leur fera confiance pour la prise d’initiative. Au moins, elles pouvaient donner des idées si elles en avaient à fournir pour le bien de la mission. La Onna-Bugeisha hoche la tête. « Je prends note, Akagi-san. Je ne suis pas contre votre idée du fonctionnement d’une équipe, chacun sa façon de voir les choses. » Dit-elle. Laissant un moment avant de le revoir reprendre la parole, il propose de partir tout de suite pour Datsu. Sur le chemin, elles pouvaient, selon lui, apprendre à mieux se connaître en tant que personne et aussi, sur leur capacité de combat. Sakura sourit avant de prendre la route avec eux. « Hideko-san et moi, on se connaît pour s’être déjà combattu. Cela dit, je peux résumer rapidement mes capacités pour tous. Je suis spécialisé dans le Kenjutsu, le Genjutsu, le ninjutsu et aussi, dans la sensorialité, mais dans la détection de chakra. Voilà. » Dit-elle avec le sourire.


Après un long voyage de quelques heures, le trio arrive dans la région de Datsu. Sur le chemin, l’équipe n’a pas rencontré de danger, mais soit, la mission ne faisait que commencer à présent qu’ils étaient dans la zone de recherche. L’idée du gîte n’était pas mal surtout que Sakura avait caché le bandeau ninja de Kumo dans son kimono, dans une proche intérieure. Ainsi, il était possible de se faire passer pour de simples voyageurs. Pour commencer le débriefing, Akagi commence à donner ses consignes pour la mission et comment ils vont procéder pour les recherches. Son idée était de se séparer pour collecter le plus d’information possible à travers différents petits villages. Cela dit, elles n’avaient pas le droit de suivre la piste et elles devaient revenir sur ce lieu pour la partager avec ses coéquipiers afin de commencer à chercher la piste ensemble. Cela dit, en l’écoutant, le mieux n’était-il pas d’agir rapidement avant que la cible décide de partir de la région, voire du pays ? Cela dit, en se faisant passer pour de simples voyageurs, ça pourrait aller surtout qu’ils n’étaient pas des ninjas très connu dans Kaminari ni dans le Yuukan. « Il est vrai que la région est vaste et que chercher ensemble pourrait prendre beaucoup de temps, au risque de perdre la cible. Cela dit, se séparer reste risquer, mais bon, ça reste la meilleure solution pour récolter le plus d’informations possible sur notre homme. Si on se sépare, je prends le sud de la région et comme tu l’as dit, on se retrouve ici en fin de journée pour partager nos informations. Ça me va comme idée. Et toi, qu’en penses-tu, Hideko-san ? » Demande-t-elle à sa coéquipière, car dès qu’elle donnera son avis et si elle est d’accord, Sakura partira vers le sud pour chercher des indices et informations.

Spoiler:
 



_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Di3f
Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11953-okita-sakura-raiju#104131 https://www.ascentofshinobi.com/t12140-okita-sakura-samurai-usagi#105792 https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Mar 7 Sep 2021 - 18:56

Affalée sur la chaise devant son bureau, la pièce plongée dans l’obscurité, Hideko était-là, immobile, depuis plusieurs heures, attendant le temps passe. Le soleil avait cédé la place à la Lune dans ce ballet perpétuel qui rythmait le monde, un rythme auquel Hideko s’était soustrait depuis son entrevue avec le Raikage.
Chuunin en probatoire : voilà quel avait été le jugement rendu par ce dernier, une humiliation qui n’avait de cesse de la hanter. En ce jour où elle s’était ouverte, pour la première fois, à quelqu’un d’autre, elle avait cru entrevoir de la pitié, ainsi que la volonté de l’aider, mais cette aide prenait plus la forme d’une énième punition qu’autre chose, car l’assignation à la fameuse mission dont il avait parlé venait de tomber. Une mission importante, la plus importante à laquelle elle s’était vue affectée, mais celui qui la dirigerait ne serait autre qu’Akagi, celui-là même qu’elle avait essayé de tuer lors du tournoi. Cette opportunité se transforma ainsi en cadeau empoisonné.
De prime abord perplexe, elle ne put s’empêcher de ressentir une certaine forme de gratitude à l’égard de celui qui lui avait cédé à sa demande, qu’importe la forme que cela devrait prendre, mais cette dernière nouvelle la bouleversa et à cette gratitude eût tôt fait d’être teintée de rancune et de colère.

Plusieurs heures durant, avant qu’elle ne se retrouve là sur cette chaise, le regard vide, perdu dans les limbes de son esprit, elle s’était risquée au sommeil, mais les bras de morphée ne se présentèrent pas. Seule avec elle-même, elle se résignât et se posa, là, las, attendant que la fatigue ne vienne la saisir et que le soleil ne se lève à nouveau, sonnant le début d’une nouvelle journée.

Ce ne fut non pas la douce caresse du soleil qui l’extirpa de son sommeil, mais son corps ankylosé qui l’en arracha. Affalée sur le bureau, elle se leva péniblement, puis resta ainsi debout plusieurs secondes avant de commencer à se préparer. Quand elle eût terminé, elle se mit en route vers le point de rendez-vous, bien plus tôt que l’heure qui avait été convenue. Lorsque qu’elle ouvrit la porte et seulement alors elle se rendit compte que le village était encore plongé dans un profond sommeil. Seuls quelques oisillons chantaient gaiment, mélodie que la brise automnale portait à travers les ruelles. Pas une seule âme humaine n’encombrait encore la rue.
La fraicheur matinale vint la saisir tout entière, son corps ne put retenir un léger tremblement, aussitôt dominé et tu. Hideko prit une profonde inspiration et ferma les yeux, puis se mit en marche, d’un pas lent, fatigué, vers les portes du village. En cet instant où personne ne la regardait, elle ne revêtit pas l’armure d’assurance et de détermination qu’était la sienne, mais se présenta telle qu’elle était, tant qu’elle le pouvait encore.

Une chose la tiraillait, plus encore que ce périple dans lequel elle s’engagait : elle n’avait pas prévenu Aya. Cela faisait même plus de deux jours qu’elle n’était pas allée la voir, fuyant une discussion qui, elle le savait, s’avérerait complexe, car après cette mission, cette courte absence qui serait la sienne en viendrait une bien plus longue et avec elle le spectre d’un retour à la maison se faisait de plus en plus trouble, de plus en plus éloigné. Comment pourrait-elle le lui avouer ? Comment pouvait-elle lui expliquer qu’elle avait besoin de partir, de l’abandonner la laissant seule, dans les tourments et les souffrances qui était les siennes ? Car depuis tout ce temps, pas une seule fois son état ne s’était stabilisé et elle ne pouvait s’empêcher de penser que s’il en était ainsi, peut-être ne fallait-il pas chercher du côté de son corps ni de son esprit, mais de celle qui veillait sur elle. Comment pouvait-elle croire qu’Aya irait mieux avec elle ? C’était impossible et cela, comme tout le reste, justifiait son départ. Cette confrontation qu’elle tentait par tous les moyens esquiver devait avoir lieu, elle le lui devait, mais plus le temps passait, puis elle sentait qu’elle n’y parviendrait pas et lentement sa détermination s’érodait. Trop d’eau avait coulé sur ce rocher pour qu’il ne puisse se dresser, fier, droit, affrontant les aléas de la vie sans marquer quelques signes d’érosion. Lentement, le voile qui dissimulait l’évidence de sa fuite se déchirait.
Le lui pardonnerait-elle jamais ? De la laisser ainsi, de la quitter sans un mot ? Non, elle ne lui pardonnerait pas, mais peut-être serait-ce mieux ainsi. Peut-être qu’après les pleurs et les cris, Aya pourrait enfin se reconstruire. Tout ce qui comptait, c’était qu’elle soit recueillie dans une famille aimante, une famille qui prendrait soin d’elle. Oui, cela pour cela au moins elle pourrait trouver la force.

Vêtue d’une tenue qui masquait complètement ses jambes et ses bras, elle portait également des gants, bien trop chaud en cette saison, mais qui lui donnait un sentiment de sécurité dont elle ne pouvait se passer. Quand au dernier carrefour elle tourna à droite, apparut devant elle l’entrée du village. Là, seuls quelques gardes et quelques marchands matinaux vaquaient à leurs occupations. Hideko salua ses collègues, dont certains trouvèrent plus commode de l’ignorer que de lui répondre tandis que les autres la regardèrent avec méfiance, s’échangeant quelques messes-basses. Elle se contanta de se poser contre le mur d’un poste de garde, dans l’attente que ses deux camarades ne viennent la délivrer de sa solitude. Ces regards, ces murmures sur son passage, elle y était déjà bien trop habituée pour y réagir.

Sakura fut la première à se présenter, alors que plus d’une heure était déjà passée. La jeune femme semblait particulièrement contente que sa demande se soit révélée prophétique et que toutes deux s’eussent retrouvée dans cette mission qu’elles s’étaient vu confier. Hideko lui rendu son sourire, quoi que malgré tous ses efforts, elle ne put parfaitement faire semblant. La main qui se posa sur son épaule était chaude, cette main qui se voulait amicale, rassurante et qui la réchauffait autant qu’elle la dérangeait.

– Bonjour Sakura. Comme tu l’avais souhaitée. Faisons de notre mieux pour réussir.

Malgré ses tentatives pour cacher l’épuisement qui était le sien grâce à du maquillage, Hideko savait que ni elle, ni Akagi ne serait dupe. Encore faudrait-il que ce dernier n’ait pas d’envie de se venger. En pensant à lui, elle se remémora la discussion avec Atsuo, ce dernier lui ayant confié avoir rendu visite à Akagi lorsqu’il se rétablissait dans sa chambre d’hôpital. A ce moment, elle ne put retenir les mots qui avait été les siens, furieuse que son camarade, que son ami se soit ainsi mêlé de ses affaires, mais avec le recul, elle comprenait pourquoi il l’avait fait et elle appréhendait aujourd’hui la décision que Akagi aurait prise. Toutes deux attendirent donc leur chef d’équipe.

Une attente qui au moins ne fut que de courte durée, alors que Akagi les rejoignit à son tour. Ses yeux se posèrent en premier sur Sakura, qu’il salua d’une main amicale. Tous deux se connaissaient déjà, voilà qui leur épargnerait l’effort des présentations. Puis il lui tendit la même main, alors que ses yeux se posèrent sur les siens. Hideko esquiva la confrontation et se contenta d’ignorer sa main tendue et le salua.

– Bonjour Akagi, contente de voir que toi aussi tu vas mieux. Dit-elle sans conviction.

Akagi la félicita pour sa victoire au tournoi, félicitations de façades qui cachait une rancune tenace ou paroles sincères ? Elle ne saurait le dire, ni quoi croire. Puis vint le sujet de son entrevue avec Raizen et de son grade partielle, humiliation qu’il était inutile de dévoiler, il avait déjà bien assez d’armes pour la tourmenter.
Sakura et lui échangèrent quelques mots, des mots qui confirmèrent son hypothèse : ils se connaissaient et s’appréciaient. Hideko se tenait en retrait et les observait d’un œil distrait, puis Akagi fit un rapide briefing de la mission, rappelant son importance, tant pour le village que pour la Coalition. Le mot d’ordre était donné : il fallait éviter toute confrontation à moins que la situation ne les y contraigne. Il passa ensuite en revue le fonctionnement de l’équipe : un fonctionnement basé sur l’échange, le respect et la liberté, à moins que la situation ne demande une prise de décision rapide, rôle qui lui était le sien.

– Compris.

Elle ne ressentit ni colère, ni agacement, simplement ce grand vide qui l’accaparait et qui était maintenant le sien, mais ce comportement, cette image d’elle-même qu’elle leur donnait aurait tôt fait de semer les doutes sur ses capacités à mener à bien cette mission et cela elle devait l’éviter : son départ à Iwa était conditionné à cette mission, cela ne faisait aucun doute. Elle ne devrait montrer ni signe de faiblesse, ni désobéissance. Non, cette mission devait bien se passer, quoi qu’il lui en coûte et sur cette pensée, Hideko se raffermit. Elle se redressa et prit une profonde respiration afin de rentrer dans le rôle qui serait le sien.

A la fin de sa prise de parole, Akagi invita les deux jeunes femmes à faire connaissance, mais toutes deux, comme le souligna Sakura, se connaissaient déjà bien assez. Un nouvel élément était cependant inconnu de Akagi et quand Sakura eût terminé de parler de ses capacités, elle prit la parole, avec cette force, cette détermination qu’était la sienne, même si celle-ci, en cet instant, n’était que de façade.

– Vous connaissez tous les deux mes capacités, mais certains éléments ont changé. Sachez tous les deux que je suis devenu plus puissante que la dernière fois, mais que je ne peux plus faire appel à Bakeneko. Dit-elle sans aucune arrogance, exposant là un simple fait.

Sur ces mots apparut furtivement sur son visage une profonde tristesse. Son camarade n’avait plus longtemps à vivre, mais avec ses nouvelles capacités, elle avait bon espoir de le sauver, même si pour cela elle devrait prendre une décision drastique.
Cette nouvelle puissance qui était la sienne concernait les failles qui avaient valu à Bakeneko sa blessure : plus jamais elle ne se ferait prendre de vitesse, ni pour assaillir, ni pour défendre ; ça et sa maîtrise du Taijutsu qui, sous l’influence de Ryujin, avait grandement progressé.

– Sache aussi Akagi que je suis initié aux techniques liées à l’Iroujutsu.

Elle ne s’étala pas plus longtemps en détail et tous trois partirent en direction de Datsu, ville qui se trouvait au nord-ouest et qui lui était inconnue, tout autant que cette région du pays à l’exception de la forêt, car c’était là que se trouvait, cachée dans les bois, le sanctuaire Caracal. Elle disposait cependant d’une carte de la région qu’elle avait pris soin d’emprunter à la Bibliothèque, afin de palier à ces lacunes qui étaient les siennes.

Après plusieurs heures de voyages, le petit groupe s’arrêta à un gite qui allait être leur point de rendez-vous. Avant que le groupe ne commence à discuer, Hideko invoqua Atsuo, camarade qui la suivrait tout au long de cette mission et qui se révèlerai sans aucun doute d’une grande aide.



Akagi donna ses premières consignes : il proposa de se séparer pour rechercher plus efficacement des informations. Les ordres étaient clairs : ne pas éveiller les soupçons, n’engager aucune piste et reporter le rendu de leurs recherches à la fin de la journée afin qu’ils puissent ensuite décider de la marche à suivre. Sakura approuva sa proposition et ce qu’elle dit ne saurait être contredit : la région était vaste et il serait plus efficace de se séparer pour abattre un maximum de terrain avant que le soleil ne se couche. Se séparer représentait inévitablement un risque, mais un risque mesuré en ce début de recherches.

– Ça me va aussi. Je vais m’occuper de l’est, des villages proches de la forêt. Je connais un peu la région, nous nous retrouvons ici à la fin de la journée.

Les dernières paroles échangées, Hideko se mit en route vers Ine, petit village de bucheron bordant la forêt à l’est, le plus proche de Datsu. Accompagné de son camarade qui resta discret, ils se séparèrent un peu avant d’arriver. Hideko prit soin de cacher son bandeau, puis prit l’apparence d’un homme fort et musclé, ayant des traits des gens vivant à l’est du pays avant d’entrer dans le village. Atsuo quant à lui prit de l’altitude, veillant à ne pas se faire remarquer.



Ainsi « habilée », Hideko entra dans le village, puis alla directement à l’auberge du coin tandis que Atsuo se déplaça de toit en toit, veillant à rester discret.
Là, elle arriva devant un bâtiment en mauvais état : le toit et parsemé de tuiles posées les unes sur les autres tandis que les murs en bois était rongé par l’humidité. Quand elle ouvrit la porte, une odeur de renfermé vint lui piquer le nez et elle dut faire attention à ne pas grimacer. Le lieu était quasiment désert : les hommes qui avaient l’habitude d’y traîner étaient encore occupés aux champs ou dans les bois. Seul deux hommes se trouvaient devant le comptoir, chacun de son côté, ainsi qu’un autre qui tenait le bar. Dès qu’il mit un pied à l’intérieur elle sentit les regards insistants se poser sur elle, pour sûr sa chevelure blanche ne manquait pas d’attirer l’œil. Elle alla directement au comptoir et commanda un alcool du coin, puis quand elle fut servi, attaqua le sujet de manière détournée.

– Je suis de passage dans le coin et je cherche un vieil ami qui à l’habitude de vivre à l’écart des autres. J’aurai dû le trouver dans le coin, mais il n’y est plus. Sauriez-vous s’il est passé par là ? Demanda-t-elle d'une voix parfaitement masculine et grave.



Résumé :
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Narrateur
Narrateur

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Sam 2 Oct 2021 - 23:50
Arrivé dans le village d’Ida, connu pour ses contrées marécageuses et ses terres extrêmement fertiles, vous êtes immédiatement frappé par la quiétude des lieux et de ses habitants, la boue qui s’agrège à vos souliers et l’humidité ambiante laissent entrevoir des journées particulièrement intensives physiquement. Le ciel relativement éclairci, les arbres balayés par une brise froide de l’automne qui s’installe. Pourvu que notre équipe de fiers Kumojins aient prévu des vêtements de rechange, autrement ils devront passer tout le clair de leur temps dans des vêtements souillés par le bourbier qui recouvre les chemins intersectant la bourgade. Néanmoins cela reste un détail mineur comparé à l’ampleur de la tâche qui leur était confiée, à savoir de récupérer des informations concernant l’homme du moment, l’un des plus redoutables lieutenant de l’Homme au chapeau, le Nécromancien. Un ami de ce dernier serait en fuite depuis l’occupation impériale, et aurait été dernièrement vu de passage dans ce village, d’après le service de renseignement kumojin. Reste maintenant à savoir où exactement, il aurait été aperçu, avec qui et pourquoi. A peine arrivé, Akagi propose à ses compagnons de route d’adopter un plan simple mais efficace: se séparer et interroger la population locale.

Le chûnin fut aussitôt approuvé par ses coéquipiers, si bien que celles-ci se proposèrent respectivement de se répartir une partie de la région: Sakura au Sud, et Hideko à l’Est, pour une raison particulière ou non, l’idée était de gagner du temps. Pour commencer, Sakura se dirigea vers le sud du village, en espérant glaner quelques informations de la part des villageois sans savoir forcément à qui s’adresser dans sa recherche. Après plusieurs minutes à marcher à tâtons, en essayant de faire fi des tâches de boue maculant déjà sa tenue de voyage, elle put apercevoir un trio d’enfants en train de jouer au chat perché. Au milieu de leur course, ils bousculèrent un paysan portant un gros sac sur le dos — trois fois plus grand que lui, tombant la tête la première dans une flaque. L’ensemble de ses articles se renversèrent. Des babioles, de la nourriture, des rouleaux de parchemin… Au milieu de la foule, personne ne semblait se hâter pour l’aider à se relever, d’aucuns lui prêtaient à peine attention et poursuivaient leur route. En comparant son teint plutôt hâlé avec celui des habitants, en plus de l’accoutrement, l’homme n’était probablement que de passage ici. Le marchand ambulant se releva péniblement, tentant de remettre tous les objets dans son sac, se parlant à lui-même avec un air agacé:

« C’est bien ma journée… Maudit village. Maudits marécages. Je ne resterai pas un jour de plus ici. »

Interroger le marchand ambulant Peut-être a-t-il croisé votre cible

Demander aux enfants Mieux vaut questionner les locaux qu’un étranger



Pendant ce temps, Hideko préféra aller vers l’est où se trouvaient des villages à la lisière de la forêt où elle connaissait des gens. Le village d’Ine était peuplé de bûcherons, elle le savait pour y avoir été auparavant lorsqu’elle fit la rencontre des Caracals, le royaume auquel appartenait son Kuchiyose. Plutôt que d’y aller avec sa propre figure, elle décida d’opter pour une apparence locale et se fit donc passer pour un des bûcherons vivant dans les parages: un homme grand et musclé, les mains marquées par le labeur physique. Naturellement, elle cacha aussi tous les éléments trahissant son appartenance au village ninja afin de s’intégrer parfaitement au décor. Contrairement à Sakura, elle semblait savoir exactement où elle allait et s’arrêta directement à l’auberge suivante située à Ide: comme la façade extérieure le laissait prévoir, le lieu était complètement déserté, ou presque. Deux hommes se trouvaient au comptoir: le tavernier, et un client assis en face de lui. Posté sur le toit du bâtiment, Atsuo posté comme observateur sur les toits put remarquer à travers un trou dans la toiture un kunaï à la ceinture du client, ainsi que des bombes fumigènes. Un ninja. Tandis que Hideko ne pouvait distinctement apercevoir cela derrière le long manteau qui recouvrait le dos de l’individu, il initia la conversation, demandant s’ils avaient aperçu son “vieil ami”. Le client assis tourna légèrement la tête, sans daigner regarder dans la direction du nouvel arrivant, avec une attitude montrant nulle agressivité mais non sans générer un brin de tension tandis que le tavernier ne:

« Tu pourrais être un plus précis dans ta description M’sieur ? Des vieux paysans qui veulent être laissés seuls il y en a beaucoup dans l’coin t’sais. »

Donner un portrait précis (bluff) L’individu sera moins soupçonneux mais l’information risque d’être mauvaise

Rester vague L’individu soupçonnera quelque chose mais l’information aura plus de chances d’être correcte

Éviter de répondre ou ne rien dire Tout peut arriver



Enfin, voyant ses camarades prendre la route, Hideko se prépara à partir lui aussi à la recherche de nouveaux indices concernant cet ancien ami du Nécromancien, il remarqua plusieurs pistes qui lui étaient offertes, notamment à l’intérieur-même de la taverne où le choix le plus évident n’était autre que le tavernier gérant l’établissement. Il s’agissait d’un homme sans trait particulier, si ce n’est sa moustache qui lui donnait cet air cultivé, il n’en demeurait pas moins un roturier qui vivait dans un village au milieu des marécages, servant à des clients qui était pour certains sans-le-sou. Néanmoins, le village possédait une agriculture impressionnante et qui leur permettait amplement de subvenir à leurs besoins, à l’exception des temps de crise. Ainsi en restant davantage à la taverne Akagi put apprendre que ceux-ci étaient très croyants et accordaient un respect profond aux rites funéraires qui étaient en quelque sorte une condition pour obtenir de meilleures cultures. L’automne représentant la mort et en même la perspective d’un renouveau, il était obligatoire de respecter les rites s’ils voulaient obtenir les meilleures récoltes possibles en été. Pour autant, le dernier été était le fruit d’une récolte catastrophique, à en croire un des paysans qui annonçait déjà que l’été suivant serait pire que le précédent. Le paysan inquiet vivait dans une maison non loin d’ici, au sein du village, avec sa femme et deux enfants. En restant plus longtemps à la taverne, Akagi entendit aussi parler d’un chasseur qui avait aperçu un phénomène étrange lors de sa dernière excursion en forêt.

Rendre visite au paysan inquiet Trouver l’objet de inquiétude

Interroger le chasseur Découvrir la nature du phénomène étrange

Rester dans la taverne Peut découvrir d’autres informations utiles (ou pas)



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Lun 4 Oct 2021 - 20:28
Akagi regarda un instant ses deux camarades s’éloigner. Il décida de rester un peu plus longtemps dans la taverne pour écouter les bruits et ragots des badauds savourant une pinte de cervoise méritée après un dur labeur. Lui-même commanda une boisson pour passer le temps, sa carrure de forgeron le faisant facilement passer pour l’un des habitants des marais. Rustres et endurcis par leurs vies passées à cultiver ou à bucheronner, d’aucun pourrait être attirer par leurs faciès violacés par l’abus de spiritueux ou par le soleil frappant leur cuir à longueur de journée.

Le Metaru fut particulièrement intrigué par leur rapport à la mort. Ici pas de dieu, Kougen ou Isonade n’avait pas d’empreinte pour ne citer qu’eux. En opposition, des croyances païennes existaient encore. Honoré ses morts en suivant des rites funéraires précis semblaient d’une importance primordiale afin d’assurer l’équilibre et la satisfaction de quelconque figures divines influant sur la vie des citoyens de cette région Kumojin. Comme-ci les âmes des défunts revenaient détruire les récoltes des vivants en punition d’une quelconque maltraitance de leur enveloppe charnelle sans souffle. Le géant de fer ne croyait pas en ces histoires mais là n’était pas la question, il devait s’imprégner de la culture de la région pour comprendre l’état d’esprits de ses compatriotes des marécages.

Après quelques temps deux pistes semblèrent se détacher, l’un des fameux païens semblaient inquiet pour la saison des récoltes prochaines. Postillonnant tout son saoul que celle-ci serait encore pire que celle de cette année. Faisant un lien rapide avec les croyances communes du lieu, Akagi se disait que l’homme devait avoir une raison d’affirmer ceci, cette raison pourrait avoir un lien avec sa mission tout autant qu’être une cause perdue. L’homme pouvait simplement divaguer ou faisait référence à une bourde faite lors d’un rite funéraire d’une personne de sa connaissance. Difficile à dire. Le paysan s’afférait à convaincre son auditoire quand l’un de ses camarades accoudés au bar le rejoint dans ses affirmations. Expliquant avoir croisé un chasseur qui lui avait parlé d’un phénomène étrange quelques nuits auparavant alors qu’il jouait aux dés ensemble. Une autre piste qui pouvait s’avérer payante. Il n’avait cependant pas la moindre description du chasseur, par contre il connaissait la position de la ferme du paysan ayant capté celle-ci durant la conversation. La question ne se posait donc pas. Dans tous les cas il devrait se rendre à la ferme étant la piste la plus tangible sur laquelle il avait le plus d’info mais il décida de s’approcher du groupe ayant parlé du chasseur afin de glaner quelques infos supplémentaires avant son départ vers la ferme. Il s’accouda au bar lui aussi, prenant un ton familier comme parlant avec des gens qu’il côtoyait fréquemment, le Metaru lança :

« Les gars, je n’ai pas pu faire autrement qu’entendre, le chasseur là c’est le vieux Kintaro dont tu parles ? Toujours été un peu cinglé lui nan ? »

Avisant les chopines vides des piliers de bar, Akagi se tourna vers le tavernier et lui lança :

« T’en remets une pour les gars s’t’plait ? »

Le Metaru ne laissait rien au hasard cherchant à s’attirer la sympathie du groupe en leur offrant à boire pour délier leur langue et titillant leur égo, mettant en doute ce qu’ils venaient d’annoncer. Prêchant le faux pour découvrir le vrai, ne connaissant aucun chasseur de la région, il inventait pour délier les langues. En faisant ainsi, il pourrait s’en sortir avec une description du chasseur avant de rejoindre la maison du paysan.

Une fois la discussion terminée, il quitta la taverne, celle-ci pouvait être une mine d’or d’information et dans tous les cas comme il s’agissait de leur point de rendez-vous, le groupe passerait bien assez de temps dans celle-ci pour y capter les diverses conversations à la nuit tomber à l’heure de pointe durant leur debriefing.- Si Akagi reçoit une description du chasseur– Le Metaru une fois hors de l’auberge se cache à l’arrière de celle-ci s’assurant discrètement que personne ne le voit et réalise les mudras nécessaire pour créer un clone raïton de lui-même. Celui-ci devra retrouver la trace du chasseur et le questionner sur le phénomène étrange qu’il a vu, en se faisant passer pour un simple bucheron ayant entendu des rumeurs dans une taverne, ce qui était finalement presque la stricte vérité. – Dans tous les cas - L’orignal se dirigea vers la ferme du paysan inquiet, il peaufina son histoire afin de ne pas alerter l’individu. Sur le chemin marécageux, il fit attention de bien s’assurer que ses vêtements soit salit, pas trop ni trop peu pour induire dans l’esprit de son interlocuteur qu’il était travailleur, salissant ses mains légèrement les rendant crasseuses. La boue avait séché d’ici qu’il arrivât à la ferme pour donner ne pas donner l’impression qu’il venait de se rouler dans celle-ci.

Proche de la masure, le Metaru enleva sa cape gardant uniquement son maillot de corps crasseux désormais. Il s’approcha doucement et héla plusieurs fois à qui voulait bien l’entendre pour éviter de créer une impression d’intrusion. Quand quelqu’un lui répondit – hypothèse – il s’approcha et se présenta rapidement :

« Bonjour, J'm’appelle Akagi. J’arrive dans l’coin et j’cherche du travail. J’ai entendu parler d’la ferme et j’me suis dit que j’viendrais ici pour voir. J’propose mes services sur la durée, hin ! j’voudrais bien m’établir dans l’coin, j’sais pas si une paire d’main en plus pourrait vous aider. »

Le Metaru au courant que les récoltes étaient maigres espérait bien que le paysan refuserait son aide pour cause de vache maigre afin d’embrayer sur le sujet qui l’intéressait vraiment.

- Si c’est le cas –

Akagi demanda au paysan :

« Qu’est ce qui se passe la terre parait bien pour la pousse ? nan vous avez trop d’eau ptet dans les marais ? Bizarre quand même…. »


- Si ce n’est pas le cas –

Akagi répondit:
« J’peux commencer quand ? vous pouvez m’payer d’avance ? On m’a parlé de problème de récolte dans l’coin… J’veux juste être sûr qu’j’bosserais pas gratis… voyez.. sans vouloir vous vexer m’sieur.. C’est vrai c’qui s’dit ? qu’est qui s’passe v’savez ? la terre parait bonne ici pour le riz par exemple! »
Résumé:
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Okita Sakura
Okita Sakura

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Mer 6 Oct 2021 - 16:06
Sur les traces du passé


Une mission plutôt particulière, elle et son équipe sont à la recherche d’un homme qui est selon le daimyô, une connaissance, voire meilleur ami de son fils, le nécromancien et allié de Sakaze Tôsen, Kojima Reijirô, fils du daimyô. Cela dit, le Seigneur de la Foudre n’a pas daigné donner le nom de cet homme et du coup, il sera difficile de le retrouver, même en glanant des informations auprès de civils. Par chance, sa dernière position a été connu et il serait dans la région de Datsu. Sakura ne sait pas comment elle va s’y prendre, mais la rosâtre fera de son mieux pour y parvenir. La kunoichi a retiré tout ce qui ferait d’elle, une kunoichi de Kumo afin de passer inaperçu. Là actuellement, elle ressemble plus à un simple rônin, mercenaire sans affiliation et c’était le but. Avec Akagi et Hideko, ils s’étaient rendus dans la région où pouvait se trouver cet homme. Cela dit, la zone de recherche est immense et il ne sera pas aisé de le trouver de manière regrouper. Ainsi, l’équipe a eu l’idée de se séparer dans la région, au lieu de rester grouper. Ainsi, ils pourront se déployer sur un plus grand périmètre et obtenir diverses informations avant de se retrouver à un lieu de rendez-vous. Cela dit, être seul peut être compliqué en cas d'attaque ennemie. Du coup, il faudra se montrer prudent et discret, du mieux qu’ils peuvent afin de ne pas trop se faire remarquer. Pour le moment, la kunoichi des Nuages se retrouve seule à la recherche d’information et prudente à toute éventualité.

Sakura s’est rendu dans le sud de la région de Datsu, arrivant près d’un village, la rosâtre se demandait si elle parviendrait à trouver les informations qui pourraient lui servir. La zone qu’elle a traversée était marécageuse, au point que sa tenue était un peu sale à force de marcher. Cela dit, elle devait faire fi à ce détail insignifiant. Ce n’est pas de la boue qui va la perturber. D’un coup, la Onna-bugeisha remarque un trio d’enfant en train de jouer à chat perché. Peut-être qu’ils pouvaient l’aider dans sa recherche, mais bon, des enfants n’ont pas une aussi bonne mémoire ou attention qu’un adulte lorsqu’un étranger passe. Surtout si celui-ci faisait en sorte de passer inaperçu pour éviter les problèmes et être reconnu. Cela dit, l’ami du nécromancien a fui durant l’annexion du Teikoku, il avait peut-être trouvé refuge chez eux afin de se cacher, le temps que tout se calme et qu’on l’oublie. En tout cas, c’est ce qu’aurait fait Saku si elle avait été à sa place. Or, au lieu d’aller vers eux, elle les observe avant de remarquer la présence d’un paysan transporté un sac trois fois plus gros que lui. Comment faisait-il pour se déplacer avec un tel poids sur le dos ? Les gosses le font trébucher par accident pendant leur petit jeu et ils ne le remarquent pas du tout. S’ils ont du mal à se concentrer sur leur bêtise et à ignorer un paysan, ils n’ont pas dû faire attention à quoi ce soit. Au vu de sa dégaine, il n’était pas du coin et surtout au vu du contenu du sac qui se retrouve à la vue de tous. Un marchand ambulant ? Suspect, après tout, sa cible se trouve dans la région de Datsu et il se peut qu’il ait pu prendre comme couverture, l’apparence d’un marchand. Ainsi, elle n’a pas besoin d’aller voir les gosses ou trouver un adulte du village pour poser des questions, pour l’instant.

D’ailleurs, en regardant bien, personne ne semble se hâter pour venir l’aider. Ses villageois n’ont pas appris la compassion et l’entraide. Ce pauvre marchand est sale et ses articles, sans doute ruiner ou juste besoin de nettoyer pour certains. Cela faisait mal au cœur de la rosâtre que de le voir ainsi humilier et que tout le monde l’ignore. Sakura se rapproche de lui et prend un objet encore au sol avant de le lui tendre, avec un léger sourire. « Tenez, monsieur. Ceci vous appartient. » Dit-elle avec calme et gentillesse. Sakura avait décidé de l’aider, même si ce n’est peut-être l’homme qu’elle recherche, au moins, elle aura aidé son prochain sans arrière-pensée. La Onna-bugeisha l’aide comme elle le peut pour tout remettre dans son sac avant de lui adresser la parole, à nouveau. « Navrée que ces gens n’aient pas daigné à vous aider. Si vous le souhaitez, je peux vous aider à obtenir des vêtements propres et demander que vous puissiez vous laver. Je doute que vous puissiez vendre dans un tel état. Vos futurs clients ne risquent pas de vous prendre au sérieux, mon bon monsieur. » Dit-elle en sortant un mouchoir et frottant légèrement son visage avec délicatesse. « Et votre tête, est-ce que vous allez bien ? Ou avez-vous besoin d’aller voir un médecin ? Car vous avez fait tout de même une sacrée chute, d’après ce que j’ai vu. Je me demande bien ce que peut faire un marchand ambulant dans un coin aussi paumé. » Dit-elle en cherchant à prendre soin de lui et gardant le sourire.

Résumé:
 



_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Di3f
Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11953-okita-sakura-raiju#104131 https://www.ascentofshinobi.com/t12140-okita-sakura-samurai-usagi#105792 https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Dim 10 Oct 2021 - 20:29

Le Caracal bondit subtilement de toit en toit, effectuant chaque saut avec la discrétion propre à sa famille, les félins et la puissance propre à son espèce. Il suivit Hideko de près, dans la possibilité où il devrait intervenir, veillant à ce qu’aucun œil aiguisé ne puisse le repérer. Ce petit village perdu n’inspirait guère confiance, mais il n’était en aucun cas différent d’un autre et le danger, même s’il était peu probable, n’était pas nul.
Ce dit danger ne planait pas sur lui, tant il y avait peu d’yeux qui trainaient dans les ruelles d’un village perdu en pleine journée ; non, il planait sur sa camarade. Il jeta de furtifs regards à droite, puis à gauche, en bas et en face. Rares étaient les hommes et les femmes encore présents au village : tous vaquaient à leurs occupations, tous sauf quelques irréductibles qui occupaient leur temps comme ils le pouvaient.
Son inquiétude ne venait pas seulement du fait de la mission, mais aussi de l’état de sa camarade. Dire qu’elle était sous-pression serait un euphémisme : Hideko vivait une période particulière difficile. Chaque événement, chaque rencontre pouvait faire basculer son choix dans un sens ou dans l’autre : construire ou détruire ; une instabilité qu’il taisait, mais qu’il n’oubliait jamais, les yeux plantés sur elle, auscultant chacun de ses mouvements, chacune de ses expressions.

Quand il vit Hideko entrer dans l’auberge, il bondit sur le toit, toujours avec discrétion et aperçut un morceau de tuile endommagé. Une patte après l’autre, les griffes rentrées afin que ses coussinets absorbent tout bruit, il s’en approcha, puis vit l’intérieur : Hideko s’approchait du comptoir, où un homme, le tavernier, tenait l’affaire. Un client, un autre homme occupait aussi les lieux.
Un homme dont le reflet métallique du kunaï attaché à sa ceinture attira le regard de l’animal. Hideko ne pouvait le voir d’où elle venait, mais lui entrevoyait clairement son arme, ainsi que deux bombes, probablement des fumigènes.
Un shinobi.
Qu’est-ce qu’un ninja faisait donc en ce lieu perdu ?


Le client ne daigna l’observer : pas un seul regard à son intention, comme s’il se moquait de quiconque pouvait entrer en ces lieux, ou comme s’il désirait ne pas se faire remarquer. Toutes les idées étaient permises, aucune assurance sur celle qui était la bonne. Il détourna cependant légèrement son attention vers elle, ou plutôt vers lui, sous son apparence masculine, quand il eût posé sa question.
Elle n’eût guère à attendre : pour sûr, nombreux devaient être ceux qui préféraient être laissés seuls parmi ces terres. Si elle voulait obtenir plus de réponse, elle devait s’engager dans la discussion et prendre le risque de le décrire.
Sans montrer signe d’anxiété ou de gène, elle porta à sa bouche son verre et dégusta une gorgée d’alcool, profitant de ce court temps pour prendre une décision. Devait-elle bluffer ? Ou devait-elle prendre le risque de le décrire et d’attirer l’attention sur elle et leurs activités ?
Les ordres étaient clairs : essayer de trouver une piste, sans entreprendre aucune action et Hideko n’étaient pas de ceux qui aiment bluffer ou manipuler. Non, seule la franchise pourrait lui permettre d’obtenir des informations, non sans toutes les précautions nécessaires. Cette franchise lui permettrait d’être le plus naturelle possible et en ce sens, d’éviter de trop éveiller les soupçons. Hideko s’exprima donc de sa voix grave, mais non sans un brin de légèreté.

Haha, c’est vrai que si vous ne savez pas à quoi il ressemble… ç’va pas bien vous aider. C’est un homme intelligent, vous savez, pas les comme moi et d’un certain âge… Un sage en quelque sorte, avec une longue barbe… Il a même travaillé pour l’administration, ceux d’en haut. Vous voyez ? ‘Doit pas y en avoir des masses dans le coin, non ?

Elle omit volontairement de donner son penchant pour la nécromancie, agissant avec précaution.


Résumé :
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Narrateur
Narrateur

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Mar 19 Oct 2021 - 6:37
A l’affût de la moindre information qui pourrait les mettre sur une piste tangible, Akagi décida de rester un peu plus longtemps afin d’en savoir plus sur le chasseur dont le groupe de paysans venait de parler. En les abordant en se faisant passer pour l’un des leurs, ceux-ci le regardèrent d’abord avec un air interloqué, se demandant de qui celui-ci pouvait parler, ils acceptèrent néanmoins de se faire servir un nouveau verre et ne lui offrirent guère qu’une indication d’où se trouvait le chasseur. Ce dernier aurait tout simplement cru voir un fantôme circuler non loin du village, avant de s’en aller. Trop superstitieux et peureux pour aller enquêter, il n’a pas osé en savoir davantage et s’est enfermé chez lui. Un indice qui pourrait très bien s’avérer hors propos par rapport à l’objet de leur recherche, mais le Metaru ne pouvait se permettre de mettre de côté la moindre piste, aussi décida-t-il de faire un clone de lui-même pour voir ce qu’avait à dire ce chasseur. Puisqu’il était souvent aux abords du village, il avait sûrement dû remarquer autre chose ou remarqué la présence de la personne qu’ils traquent? En suivant les indications qu’on lui a donné, Akagi arrive à la cabane du chasseur, il remarque plusieurs “sceaux” sur la porte censés repousser les mauvais esprits. Personne ne répond à la porte et celle-ci est verrouillée.

Dans un même temps, Akagi se dirigea vers la maison du paysan inquiet, l’homme avait peur d’une mauvaise récolte à venir. Pour quelle raison? C’était ce que le Kumojin désirait découvrir en allant lui parler. Tandis que son fils jouait à la porte et que sa femme étirait le linge dans le jardin, le paysan était en train de cultiver des radis blancs (daikon) pour le dîner de ce soir. Au milieu de sa cueillette, il aperçut l’inconnu arriver vers lui et se présenter sous le nom d’Akagi. Un jeune main d'œuvre qui souhaitait proposer ses services mais voulait tout de même avoir la garantie qu’il serait payé.

« C’est simple, ces derniers jours j’ai remarqué que certaines tombes ont été saccagées, ainsi qu’un autel dédiée à la déité des cultures… Le ou les coupables… qui sait de qui il peut s’agir. En tous cas, le village tout entier va en pâtir si on n’a pas assez pour se nourrir à la prochaine récolte. »

Face à la détresse du marchand ambulant, ignoré de tous sauf par Sakura, cette dernière lui ramassa un objet avant de le lui tendre avec le sourire. Guidée par la bonté du coeur mais aussi en suivant la raison qui lui disait qu’il avait plus de chances d’avoir des informations sur leur homme, elle tenta de s’attirer la sympathie de l’étranger qui se relevant péniblement de la boue, ramassant une à une les pièces tombées à terre , il adressa un hochement de tête à la Kumojine avant de lui répondre, avec un air de soulagement:

« Merci pour votre attention ma bonne demoiselle, comme vous l’avez deviné je ne suis que de passage. Ma passion, c’est le négoce. Et ce matin, je me suis fait racketter juste après avoir fait mes affaires avec quelques habitants. Apparemment, j’avais en ma possession un bijou qui appartenait autrefois à un ancêtre de celui qui m’a agressé. Franchement, je ne savais pas quoi lui répondre, comment je pouvais savoir que l’amulette était volée? »

Il pointa du doigt un homme très costaud adossé devant la porte de la taverne, visiblement légèrement imbibé, il n’avait pas l’air très enclin à la conversation. Les hématomes sur son visage indiquent même qu’il sortait d’une bagarre récente.

Réfléchissant à la meilleure approche à adopter face au mystérieux client qui lui avait adressé la parole sans pour autant tourner la tête, portant des outils ninja d’après le renseignement récupéré par son kuchiyose perché sur le toit, le ninja écoute attentivement la réponse et les détails donnés dans la description lui valent de marquer un temps de silence, suivi d’une réponse peu convaincante et pour le moins décevante:

« Donc un vieux barbu cultivé… qui a travaillé dans l’administration? Hum… Non je vois pas ce que tu veux dire. Mais peut-être que tu pourrais m’aider à me souvenir? »

L’individu en manteau se lève enfin, il se retourne, dévoilant le kunai et les bombes fumigènes à sa ceinture. Fier de l'attirail qu'il a dépouillé sur sa victime, il est loin de se douter qu'il a face à lui un ninja du village de Kumo sous couverture.

« Je suis un collectionneur d'objets, tu vois. Ma dernière pêche était plutôt bonne, je suis tombé sur un ninja de Kumo. Maintenant il est six pieds sous terre. Alors, ça te va comme un marché? Tu me donnes quelque chose contre un renseignement. »

Chacun avait ses lubies, et la sienne, c'était apparemment de collectionner des objets qui sortaient de l'ordinaire, par exemple des objets ninjas.


Revenir en haut Aller en bas
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Sam 23 Oct 2021 - 19:45
Le clone d’Akagi fit le tour de la bâtisse après avoir constater de la présence de sceaux. Puis décidant qu’il ne pouvait rien faire de plus sans risquer d’alerter les possibles témoins des environs, il décida de disparaitre pour apporter les fruits de sa recherche à son original.

Le géant de fer face au fermier, salua la femme et l’enfant du viel homme à la peau tannée par les années passées au soleil. Il écouta son retour. Le shinobi était heureux mais très étonné que l’homme lui servit sur un plateau la réponse à ses questions sans même le saluer ou l’éconduire quant à sa proposition initiale. A croire presque le fermier ne l’avait pas entendu. Sans s’attarder sur ce détail sans importance. Akagi enchaîna :

« Oh ok.. Bizarre ça M’sieur. Ça fait froid dans l’dos quand on y pense..Qui pourrait bien vouloir toucher aux morts ?? »

Termina Akagi en regardant le paysan pour déterminer à ses expressions s’il en savait plus. Ne voyant pas l’homme réagir rapidement et celui-ci ne lui ayant pas parlé du tout de sa demande de travail, il décida d’enchainer :

« Bon.. dans s’cas j’vous laisse, M’sieur, j’irais voir le cimetière si j’peux réparer l’autel ptet qu’y aura une bonne récolte et vous m’donnerez du boulot.. »

Le Metaru traina à partir pour voir si l’homme le retiendrait d’aller au cimetière pour une quelconque raison. Puis après quelques temps il fit ses adieux et se dirigea vers l’auberge de départ. Il avait demandé à ses coéquipières de ne pas pousser les pistes sans en avoir discuté au préalable pour éviter de se retrouver chacun esseulé face à un danger. Il comptait bien respecter sa propre règle. Il marcha bon train et entra dans l’auberge alors que le soleil se cachait peu à peu à l’horizon. Il se plaça à la table d’où ils s’étaient tous les trois quittés et attendit patiemment le retour de ses camarades en tendant l’oreille si d’aventures d’autres échanges dans l’établissement pouvait indiquer eux aussi le cimetière où si d’autres pistes pourraient être découverte.

Il commanda une chopine en attendant. Lorsque les deux kunoichis des nuages arrivèrent, Akagi baissant la voix lança

« Bon je ne suis pas revenu bredouille mais je ne peux encore assurer que ce que j’ai appris est en lien avec vous savez qui. Un fermier m’a indiqué qu’un cimetière a été saccagé et des tombes profanées. et de l’autre un chasseur qui aurait vu un phénomène étrange.. Mon clone n’a malheureusement pas pu entrer en contact avec le type. Sa maison était bardée de sceaux et aucune réponse lorsqu’il a toqué à la porte. »

Le chuunin s’arrêta laissant ses coéquipières comprendre et entendre les informations. Puis il finit :

« Et de votre côté plus d’infos ? »

Akagi écouta attentivement les retours d’Hideko et Sakura. Puis relança la discussion qu’ils avaient eu la veille pour déterminer leur course d’actions. Allait il rester tous ensemble pour explorer une piste ou continuerait il à travailler en solo pour le moment, le chuunin en avait une idée, il cherchait à savoir la pensée de ses coéquipières avant d’annoncer la sienne.
Résumé:
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Okita Sakura
Okita Sakura

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Lun 25 Oct 2021 - 10:51
Sur les traces du passé


Ce marchand ambulant avait été ignoré par tout le monde, après sa chute. Personne pour l’aider et pourtant, il était clair que certains regards avaient remarqué sa chute dans la boue. Pourquoi ses gens avaient-ils si snobé envers lui ? Rien qu’en le regardant, cet homme n’avait pas l’air méchant, au contraire, il avait l’air gentil. Comme beaucoup de monde, il cherchait juste à gagner sa vie en vendant ce qu’ils pouvaient trouver durant ses voyages dans le monde. À voir son sac, il avait l’air de transporter pas mal d’objets de toutes sortes et cela malgré son âge. Il devait être fort physiquement, mine de rien, car vu la taille de ce sac, il devait contenir beaucoup d’objet. Sakura ne savait même pas si elle aurait été capable de se trimballer dans les forêts, montagnes et autres zones du monde avec ça sur le dos. En tout cas, la jeune Okita ne pouvait pas rester les bras croisés et sans hésitation, elle part l’aider à ramasser ses objets et à le relever. Au vu de son état, il allait avoir besoin d’un bon bain pour être présentable pour ses prochains clients. Encore une fois, là-dessus, la bretteuse serait capable de l’aider pour qu’il n’est pas de souci. Après tout, il n’avait rien fait de mal pour se retrouver dans un tel état. Sa mère lui avait toujours dit de se montrer aimable et au service de son prochain, car un jour, sa gentillesse pourrait lui être utile.

L’homme se met à parler à Sakura, comme elle l’avait deviné et ce n’était pas difficile avec son sac et son contenu. Il est un marchand ambulant et sa spécialité est le négoce, ce qui n’est pas surprenant. Cependant, il s’est fait racketter un peu plus tôt dans la matinée, après qu’il a eu fini ses affaires avec quelques habitants. Peu importe l’endroit, la sécurité n’est pas partout et le métier de cet homme est plutôt risqué surtout avec une telle besace dont le contenu peut attirer le regard de mauvaise personne. D’après lui, la raison est le fait qu’il avait en sa possession un bijou qui appartenait à l’ancêtre du ravisseur. Le marchand n’en savait rien du tout, mais bon, ça pouvait juste n'être qu’une excuse pour le lui voler par la force et le revendre plus cher. Ce n’était pas pardonnable. Et puis, en effet, il ne semblait pas être au courant que le bijou a été volé. « Je doute un peu de la raison qu’il l’a poussé à vous voler votre marchandise. Une excuse pour vous le prendre, surtout s'il ne vous a pas donné de preuve de cela vu qu’il vous a racketté. » Dit-elle avant de finir de nettoyer le visage de l’homme et apercevoir les hématomes sur son visage. Cela dit, le marchand avait pointé un homme du doigt, plutôt costaud et endossé devant la porte de la taverne. En plus de cela, il n’avait aucune gêne. Elle soupire et sort des ryôs de sa sacoche. « Tenez, vous en avez assez pour trouver des vêtements propres et des soins d’un médecin avant de reprendre votre route. Cependant, j’aimerais parler à nouveau avec vous, dès que je me serais occupé de ce type. N’ayez aucune crainte pour moi, je suis un rônin de Tetsu en quête de découverte sur le monde et je sais me défendre. » Dit-elle avant de se diriger vers l’homme près de la taverne.

Sakura se dirige vers l’homme endossé devant la porte de la taverne que le marchand lui avait montrée. Il n’était pas question de le laisser impuni pour ce qu’il avait fait à ce vieil homme. Face au racketteur, la rosâtre, ayant la main sur le fourreau de Benihime, son katana, l’observe dans les yeux. Il est certes, plus grand qu’elle, mais la Okita n’est pas impressionnée par ce dernier. Elle a connu plus impressionnant comme Hideko, Akagi, Ikari ou encore Aizen pour que ce type l’intimide et puis, ce n’est pas un vulgaire agresseur qui va la terroriser. « Et toi, ce marchand m’a dit que tu l’avais racketté pour un bijou et tu t’es même permis de l’agresser physiquement pour le lui voler. Au vu de ton comportement, je doute fortement que ce bijou appartienne à l’un de tes ancêtres, et si c’est le cas, donne-moi une preuve de cela. Si ce n’est pas le cas, je serais contrainte de le récupérer en te considérant comme un vulgaire voleur. Et puis, il ne méritait pas que tu lui roues de coups de la sorte. » Dit-elle sévèrement. « Et ne me fais pas perdre mon temps avec du sarcasme, des mensonges ou des excuses. » Fixe-t-elle l’homme avec un regard froid. Il y a bien une chose qu’elle déteste parmi d’autres, c’est la violence gratuite sur des innocentes personnes qui n’ont rien demandé.

Résumé:
 



_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Di3f
Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11953-okita-sakura-raiju#104131 https://www.ascentofshinobi.com/t12140-okita-sakura-samurai-usagi#105792 https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Mer 27 Oct 2021 - 20:09

Mais ses précautions ne payèrent guère. L’homme, toujours assit au comptoir, tourné dans sa direction, paru réfléchir sans grande conviction. Rien. Il ne lui donna aucune information.
Soudain son ton changea. Il se leva, puis tout en s’approchant d’elle dévoila sous son manteau un kunaï et des bombes fumigènes. Une fierté évidente se lisait sur son visage, comme le sourire qu’il affichait pouvait en témoigner.
Un ennemi ?

Atsuo resta immobile, mais plus que jamais prêt à intervenir. Il huma l’odeur de l’homme, puis la grava à jamais dans sa mémoire.




Hideko quant à elle fut prise au dépourvue. Sous son apparence masculine, elle ne retint aucunement sa surprise, ni sa crainte. Après tout, si elle avait réellement été un bucheron, elle serait en grand danger face à une telle personne.
L’homme se pavana, se désignant comme un collectionneur d’objet, puis il raconta qu’il avait fait la rencontre d’un shinobi de Kumo, un shinobi qu’il avait tué. Était-ce vrai ? Avait-il réellement tué l’un de ses confrères ? Ou était-ce du bluff ?
Il lui proposa une échange : une information contre quelque chose qui pourrait l’intéresser. Un échange qui la laissa perplexe.
Son regard oscilla entre son interlocuteur et l’autre homme au comptoir, le fixant en quête d’une aide qui ne viendrait évidemment jamais. Elle avait sur elle nombre d’objets qui pourrait trouver grâce à ses yeux, mais devait-elle accepter ? Surtout, devait-elle ignorer les propos qu’il venait de soutenir ? Avait-il réellement tué un shinobi de Kumo ?
Même si tel était le cas, cette mission relevait d’une importance plus élevée. Plus élevée que la vie d’un homme ? Pouvait-elle réellement penser ainsi ?
Tiraillée, elle se décida pourtant après quelques secondes, car le pire serait de rester ainsi à ne rien faire. Aussi, ce fut la voix hésitante – toujours masculine – qu’elle répondit.

« Euh… J’veux pas de problème moi monsieur… »

Elle renchérit après quelques secondes.

« J’ai peut-être quelque chose qui peut vous intéresser, attendez là. »

Elle sortit avec hésitation, puis aussitôt derrière la porte effectua des mudras et forgea un hache de grande qualité.




Quand elle rentra, ce fut avec la hache entre les mains, baissée avec de ne pas paraître agressif. Un pas, puis deux, se rapprochant de lui, elle s’arrêta. Sa main releva la hache et elle plaça la seconde à côté, présentant ainsi l’objet, comme l’on présenterait un objet précieux.

« C’est ma hache. ‘Pas grand-chose évidemment, mais c’était un ami qui me l’avait fait, elle est de bonne facture, acier Metaru. Ça vous irait ? »

Les dés étaient jetés.


Résumé :
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Narrateur
Narrateur

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Lun 15 Nov 2021 - 6:58
Plutôt que de tourmenter le pauvre chasseur davantage, Akagi décida de le laisser en paix et privilégiant la piste du plaintif fermier, il se fit passer pour un paysan sans le sou qui venait de débarquer à Datsu pour joindre les deux bouts. Il en fallait peu au ninja de Kumo pour délier la langue du père de famille qui expliqua le saccage récent des tombes qui annonçait à coup sûr la misère des récoltes.. pour l'esprit cartésien du Metaru jurant par la rationalité plutôt que par la superstition des petites gens, il proposa de s'occuper personnellement de régler cette sombre affaire, en espérant que cela incite son interlocuteur à lui donner une idée plus détaillée des pilleurs du cimetière. Avaient-ils vraiment un lien avec l'homme qu'ils recherchaient à Datsu?

«Je n'oserai pas vous demander de faire une chose aussi risquée que de vous aventurer là-bas. Personne au village ne serait assez fort pour leur tenir tête aux pilleurs, ni le courage par ailleurs. C'est pour cela que d'habitude on ne visite le cimetière de jour et jamais de nuit. S'ils continuent comme cela, ils risquent de réveiller les esprits... »

Sur ces mots, Akagi décida de se rendre à l'auberge et se retrouva seul pendant quelques minutes en attendant que ses compagnons le rejoignent comme prévu au point de rendez-vous, menant respectivement leur enquête dans les alentours. C'était l'occasion pour lui de glaner des informations supplémentaires qui pourraient les aider dans leur recherche, il resta attentif aux discussions qui s'ensuivirent: un éleveur de poules sujet à des douleurs dorsales en raison de son âge avancé était en besoin de main d'œuvre, une affiche avertissait ses voisins d'arrêter leur chien d'aboyer la nuit ou bien il y aurait des conséquences, un client se plaignait d'avoir des problèmes d'indigestion depuis sa dernière cueillette de baies. Un des clients fit mention d'une affiche placardée au centre du village qui l'intéressait et qui parlait de retrouver un chariot qui transportait des marchandises qui lui étaient destinées. Volées par des bandits, détruites par des animaux sauvages, tout était possible au sein des marécages. L'auteur de l'affiche se trouvait à l'étage supérieur du gîte. Akagi remarqua aussi du coin de l'œil une des serveuses se voir remettre par le propriétaire de l'auberge un tas de fruits et viande séchée qu'elle empaqueta dans une nappe à carreaux. Elle prit alors le chemin de la sortie, jetant un regard furtif derrière elle avant de quitter l'auberge. Pendant ce temps, un homme toussait de manière répétée dans un coin de la pièce.

« Oh merci, merci beaucoup mais je ne peux accepter. Je ne sais comment vous rendre tant de gentillesse, je ne suis qu'un humble négociant vous savez. »

Sensible à la situation pénible du marchand qui venait de se faire extorquer sa marchandise sous prétexte qu'elle était volée, Sakura le consola en lui assurant qu'elle irait demander des comptes au patibulaire gaillard adossé devant la porte de l'auberge. Un homme au physique musclé résultant de plusieurs heures de travail physique à couper le bois et à travailler la terre, il n'était pas de sorte à se laisser impressionner par une gamine effrontée. Le regard du gorille se déposa sut le visage de celle qui lui adressa des paroles vindicatives et réclamant une explication de sa part pour la violence qu'il abattit sur le marchand ambulant.

« Une preuve? Je n'ai rien à te prouver petite insolente. Ce voleur a eu tout ce qu'il méritait pour avoir profané la dépouille de mon père. Maintenant file avant que je ne perde patience. »

Voleur? Dépouille ? Jamais je ne commettrais un tel sacrilège je le jure ! »

Il ne pouvait rester en retrait face à ces accusations. Clamant haut et fort son innocence, le marchand avait une voix tremblante qui inspirait peu la confiance et encore moins le respect de son interlocuteur qui l'avait pris en flagrant délit. Il s'approcha de lui pour l'attraper par le col, le soulevant à quelques centimètres du sol en le regardant d'un air furibond, prêt à reprendre ce qu'il avait commencé, le poing encore rougie par sa précédente rouade de coups.

« Alors comment cet objet s'est-il retrouvé entre tes mains ? »

Je... Attendez, je me souviens maintenant. Un de mes clients plus tôt dans la journée, il avait l'air très louche. C'est lui qui me l'a vendu ce matin. »

Je vois, tu avoues donc tu fréquentes des malfrats qui commettent des larcins pour toi! Où sont-ils maintenant ? Parle! »

Ramenant son bras en arrière comme pour prendre de l'élan, des exclamations dans la foule laissaient entendre qu'ils approuvaient le lynchage du marchand - risquant alors d'intervenir à tout moment, alors que celles plus raisonnables se muraient dans le silence ou voyaient leur voix s'étouffer au milieu de la foule et par-dessus-tout n'ayant pas la capacité physique pour se confronter à la brute.

Loin de toute cette violence, le collectionneur d'objets regarda Hideko prendre quelques instants pour répondre, hésitante face à l'échange qui lui était proposée avant de sortir du bâtiment, toujours sous l'apparence d'un bûcheron. Elle fabriqua alors à l'abri des regards une hache en acier à partir de son propre chakra, afin de préserver les apparences, elle rentra à l'intérieur et lui offrit le précieux objet qu'il mira quelques instants avant d'empoigner la manche afin de le scruter de plus près.

« Cela fera l'affaire. Bon écoute: j'ai entendu parler d'un homme barbu qui est passé au village, il est resté plusieurs semaines à Datsu avant de partir. Il posait des questions bizarres ici-et-là aux clients, jusqu'à ce que l'aubergiste décide finalement de l'interdire d'entrer. Il se présentait sous le nom de Shun. Depuis, il a disparu, si cela se trouve il est toujours dans les parages à camper dans les marais. C'est tout ce dont je me souviens. Il s'asseya au comptoir en haussant les épaules, reprenant la même position qu'avant. Tu auras certainement plus de chances là-bas. Je ne te conseille pas de traîner trop longtemps ici, les monstres risquent de revenir. »

Il rangea la hache au niveau de sa ceinture et commanda une nouvelle pinte de bière. Le reste du patelin, contrairement au village de Datsu semblait beaucoup moins fréquenté et seuls quelques familles y demeuraient et pour une raison singulière étaient de tout temps à l'abri entre quatre murs, si ce n'est pour sortir chercher des provisions. Pourtant aucune trace de "monstre" à l'extérieur.



Revenir en haut Aller en bas
Okita Sakura
Okita Sakura

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Jeu 18 Nov 2021 - 21:36
Sur les traces du passé


Le marchand ambulant a été violenté par un type, qui a cru qui lui avait volé un bijou appartenant à sa famille. Cela dit, le vieil homme ne méritait pas une telle correction et là-dessus, Sakura ne pouvait pas accepter une telle chose. Ainsi, dès que le marchand lui a montré l’individu qui l’a attaqué, la jeune femme n’a pas perdu son temps pour aller quémander des explications. Sa main sur son katana, toujours dans son fourreau. Pour le coup, la kunoichi des Nuages n’allait pas utiliser la lame de son sabre pour attaquer. Enfant, elle avait appris le Fugutaiten, le style d'épée non dégainée afin de ne pas blesser ses adversaires trop violemment ou ses partenaires en cas d’entraînements. Évidemment, certaines attaques peuvent aller jusqu’à briser des os ou à tuer si le coup est bien placé. Pour le moment, la jeune Okita souhaite juste éviter de tuer, mais si ce dernier se montre hostile, elle n’aura pas trop le choix d’utiliser la force létale pour éviter tout débordement. Face au grand gaillard, elle se met à lui demander des explications sur son comportement envers le marchand. Or, il se met à se montrer hautain envers la Onna-bugeisha et cela ne plaisait pas trop à la rosâtre. « Et toi, surveille ton langage. » Dit-elle avec un regard noir tandis que le marchand se défend des propos de l’homme. Voyant l’air de la victime, il est clair que ce dernier ne s’attendait pas à se faire piéger et qu’il disait la vérité en se disant innocent.

Sakura regarde le marchand et hoche la tête. « Je vous crois. » Dit-elle avant que le gaillard passe à côté d’elle afin d’aller attraper le marchand par le col et le soulever de terre. Il n’était pas d’humeur et les propos du marchand ne semblaient pas lui plaire. Ce type risque de le passer encore à tabac si elle ne s’interpose pas du tout. Et rien que ses propos, la diplomatie ne fonctionne pas avec ce rustre idiot. Le marchand assure et plaide encore une fois son innocence, en se souvenant que c’est un homme qui le lui ait vendu. Peut-être une piste pour sa mission et du coup, elle ne doit pas laisser le grand gaillard faire du mal à ce vieil homme. La Usagi Samouraï armé de son sabre en main et toujours lame dans son fourreau se rapproche rapidement, à pas accéléré vers lui. Il n’était pas question qui le roue de coups, surtout qu’il semble être encouragé par certains. « Cela suffit ! » Cri-t-elle en frappant violemment le gaillard d’un enchaînement de trois coups, visant le pli derrière son genou droit pour le déstabiliser et le faire poser le genou au sol. Les deux autres coups visant les bras de l’homme afin de relâcher le marchand. S’ils veulent de la violence, ils vont être servis. Là-dessus, elle n’en finit pas avec le costaud. D’un mouvement rapide, elle le frappe au plexus du type afin de lui couper temporairement la respiration avant de faire reculer le marchand. « Monsieur le marchand, dites-moi où avez-vous vu ce client étrange et à quoi il ressemblait, s’il vous plaît. Ainsi, je pourrais être innocenté de ses accusations. Et vite. » Dit-elle en pointant le gaillard avec son Benihime. « Quant à toi, si tu cherches à riposter ou à t’en prendre encore à ce marchand, ce n’est pas avec mon fourreau que je te frapperai, mais avec la lame de mon sabre. Et ce ne seront pas des blues qui parcouront ton corps, mais des entailles profondes. » Finit-elle là-dessus.

Cela dit, la mentalité des villageois Kaminarijin ne plaisait pas à Sakura. L’Onna-Bugeisha ne s’attendait pas à une telle mentalité au sein de ce pays. Déçue de leur comportement, la jeune Okita prend la parole. « Pour vous autres, dispersez-vous. Vous devriez avoir honte de votre comportement à insister pour que cet homme tabasse un pauvre marchand. Où est passer votre humanité ? Franchement, personne ne mérite une telle chose. » Dit-elle d’une voix légèrement énervée, tout en continuant à fixer l’homme afin d’éviter une mauvaise surprise.

Résumé
Santé : RAS
Chakra : 2D / 2B
Résumé du tour :
Sakura n’accepte pas le comportement agressif de l’homme et décide de l’attaquer en frappant sur le pli derrière son genou droit pour le déstabiliser et poser son genou au sol avant de frapper ses bras pour relâcher le marchard, grâce à Chimamire no Dansu (B). Cependant, Sakura n’en finit pas avec lui et lui porte un coup au plexus pour lui couper temporairement la respiration, avec Iwa no Ichi – Usagi no En (B). Par la suite, elle demande l’endroit où le marchand a rencontré le vendeur étrange et à quoi il ressemble. Dès que c’est fait, elle menace le grand gaillard que s’il continue son agression, elle utilisera la lame de son sabre et les blessures ne sont pas mineur. Pour les civils, elle leur demande de partir, en ayant honte de leur comportement.

PS : Changement d'ordre discuté en pv entre nous pour ce tour-ci.

équipements utilisés :



Techniques utilisées :










_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Di3f
Ce que vous faites dans la vie résonne dans l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11953-okita-sakura-raiju#104131 https://www.ascentofshinobi.com/t12140-okita-sakura-samurai-usagi#105792 https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Metaru Hideko
Metaru Hideko

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Dim 21 Nov 2021 - 16:14

L’homme observa la hache avant de s’en saisir, l’examinant sous toutes les coutures avant d’accepter l’offre. Hideko écouta attentivement son histoire, curieuse, intrigante, intéressante. Quelles étaient donc ces questions bizarres que ce vieux barbu du nom de Shun posait ? Renchérir sur ce sujet serait sûrement de trop, elle devait se contenter de ce qu’elle avait là, au risque de trop attirer l’attention sur elle, mais cela signifiait une chose : ce vieil homme devait être à la recherche de quelqu’un, ou de quelque chose.
Il lui donna ensuite sa localisation, ou tout du moins ce qu’il pensait l’être. S’était-il réellement installé dans un lieu aussi inhabitable et malsain que les marais ? Etrange… mais cela restait une information de première importance qui, même si elle restait vague, les guidait déjà vers un endroit où chercher plus précisément. Si ce vieil homme campait effectivement dans les marais, cela ne devait guère être éloigné de ce village, surtout s’il s’y était rendu ces derniers temps.

« Merci monsieur, je n’en espérais pas tant… » Dit Hideko, feintant d’être toujours gênée.

Son interlocuteur retourna au bar et lui communiqua une dernière information : la présence de monstres dans les environs. Qu’étaient donc ces monstres ? Cette information coïncidait-elle avec les questions que posaient leur cible ?

« Je vais vous prendre au mot et rentrer dans ce cas, merci ! »

Sur ces mots, Hideko sortit du bar et s’en alla vers l’extérieur du village.

Veillant à ne pas être suivi autre que par Atsuo, qui ne la lâcha pas un seul instant, elle le retrouva un peu après la sortie du village, sur le chemin qui serpentait dans la forêt. Là, elle quitta son apparence d’emprunt, mettant fin au henge. Son corps redevenu sien, elle s’étira pour enlever cette sensation inconfortable qu’était celle de ne pas se sentir dans son propre corps, ne pas se sentir soi-même. Sa main vint ébouriffer ses cheveux, puis les recoiffa grossièrement. Atsuo l’interpella en premier.

« Ce n’est pas passé loin cette fois… J’ai bien failli lui bondir dessus pour l’attaquer. » Dit-il de sa voix féline.

« Et moi l’éclater contre le mur. Tu as vu ce qu’il a dit ? Sur ces armes, où il les a prises… »

Son visage afficha du dégoût, pensant à cet homme qui se ventait d’avoir tué des shinobis et kumojines et d’avoir dépouillé leur cadavres.

« Tu as mémorisé son odeur ? »

« Oui. »

« Alors on s’occupera de lui nous-même. Pour l’instant, rentrons à l’auberge retrouver Sakura et Akagi et surtout, pas un mot sur ça. »



Quand ils arrivèrent au petit village, leurs pas les menèrent directement à la petite auberge de passage. Hideko poussa la porte en boîte, les odeurs de nourriture, de viande grillée vint lui piquer les narines. Elle grimaça, puis garda la porte ouverte afin que Atsuo puisse entrer.
Son regard balaya les quelques visages assis ci-et-là. Tous l’observèrent quelques instants, curieux, inquiets, puis la fuirent la seconde d’après. Rares étaient ceux qui avait déjà fait la rencontre de shinobis en chair et en os. Ses yeux se posèrent sur une silhouette masculine en coin, légèrement retranché derrière une poutre en bois ; Akagi, discrètement installé les attendait. Il était seul ; aucun signe de Sakura, la genin n’était-elle pas encore arrivée ?
Elle s’approcha de lui, Atsuo à ses côtés, puis tira bruyamment une chaise et s’affaissa dessus, loin de toutes les manières qu’elle avait toujours pu montrer.

« Alors, la pêche a-t-elle été fructueuse ? Car de mon côté oui, mais Sakura n’est toujours pas arrivé non ? » Lui demanda-t-elle.

Quand elle eut la confirmation, elle se tourna vers Atsuo qui était à ses côtés.

« Va la rejoindre, on ne sait jamais avec ces fameux monstres dont il a parlé. Soit prudent surtout. »

Atsuo s’exécuta et sortit de l’auberge en direction du sud, là où Sakura avait indiqué se diriger. L’ayant déjà combattu par une fois, il connaissait déjà son odeur et n’aurait certainement pas trop de mal à la retrouver. Tout n’était question que de temps.



« Je disais donc, je suis allé dans un village par lequel j’étais déjà passé, qui borde la forêt. Là, je suis directement allée à l’auberge en prenant l’identité d’un bucheron de passage dans le coin, à la recherche de notre homme. J’y ai fait la rencontre d’un autre homme, contre qui j’ai échangé des infos. »

Hideko s’interrompit quelques instants, apercevant le tenancier croiser son regard. Elle lui fit signe de s’approcher et attendit qu’il ne se soit exécuté.

« Du saké s’il-vous-plaît. »

Elle attendit que Akagi fasse sa commande et que le tenancier ne parte avant de continuer.

« Il m’a appris qu’un vieil homme du nom de Shun était passé à plusieurs reprises dans le coin à la pêche aux infos. Je ne sais pas lesquels. Il pense qu’il est toujours dans les parages et qu’il campe dans les marais ce qui nous fait une bonne piste. Il m’a aussi parlé de monstres… et pour y être déjà venu, je n’ai jamais croisé aucun monstre dans les parages. Enfin, j’étais plutôt allé du côté de la forêt, jamais près des marais, mais je n’en avais pas non plus entendu parler. »

Cela ne voulait pas dire que l’apparition de ses monstres était récente, car après tout, lorsqu’elle était venu au sanctuaire Caracal, elle ne s’était presque pas arrêtée jusqu’à arriver à destination. Surtout, elle avait tout fait pour éviter d’être remarquée en traçant directement à travers les bois, guidés par son mentor.

« Et toi ? Qu’as-tu trouvé ? »



Résumé :
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Empty
Dim 21 Nov 2021 - 17:36
Akagi assit à siroter sa cervoise prêtait attention à son entourage. Essayant de glaner de nouvelles précieuses informations quant à la vie quotidienne des marécages. Une histoire de marchandises volées, un homme qui avait attrapé froid et toussait régulièrement, des problèmes de voisinages. Rien qui ne semblait réellement sortir de l’ordinaire. Cependant quand la serveuse s’empara d’une quantité importante de viande séché pour les sortir de la taverne. Le metaru fit rapidement quelques signes sous la table entre ses jambes pour pouvoir la retrouver une fois sa destination atteinte. Il se concentra sur son essence pour la suivre même sur une longue distance.

Le chuunin fit un signe de tête à Hideko lorsqu’elle arriva.

« Alors, la pêche a-t-elle été fructueuse ? Car de mon côté oui, mais Sakura n’est toujours pas arrivé non ? » Lui demanda-t-elle.

Akagi haussa les épaules. A ce stade le chuunin ne pouvait affirmer qu’il détenait une quelconque piste tangible. Seulement quelques infos intéressantes qui méritaient leurs attentions. Il confirma que Sakura ne s’était pas encore présenté à l’auberge. Sa cousine missionna son partenaire quadrupède pour aller la chercher. Akagi arrêta l’animal et demanda à la kunoichi des nuages :

« Attends Atsuo. Hideko peux-tu créer un clone, furtivement bien sûr, pour accompagner Atsuo. Actuellement je ne peux pas, je maintien le suivi sur une personne qui est sortie de la taverne, indiqua Akagi en déplaçant son regard vers son mudra discrètement maintenu entre ses jambes, ainsi lorsque le flair d’Atsuo aura trouvé Sakura, ton clone pourra disparaitre et instantanément t’informer de la situation. Si d’avance nous devions rapidement intervenir. »

Peut-être était-ce inutile mais le chuunin ne souhaitait laisser place au hasard. Il comptait bien réussir cette mission avec son équipe au complet. Le kunoichi s’exécuta, il l’écouta ensuite lui faire son rapport et commanda au passage une nouvelle cervoise lorsqu’un serveur fut à portée. Des montres et un vieillard curieux. Voici donc ce qu’Hideko avait pu découvrir. Un vieillard qui cherchait des réponses sur on ne savait quel sujet et des montres rôdant dans les marais. La taverne se remplissait en fin de journée. Les fermiers et chasseurs cherchant chaleur, victuailles et réconfort au fond d’une chopine après une nouvelle journée de dur labeur peu fructueuses. La lassitude et frustration des badauds de ce bourg marécageux semblaient contagieuse. Le manque de nouvelle de Sakura déplaisait à Akagi, surtout que le soleil finissait sa course dans le ciel laissant son amante prendre peu à peu la relève.
Il reporta son attention à Hideko :

« Intéressant. De mon côté, je suis resté dans la taverne quelques temps après votre départ et j’ai pu entendre parler d’un fermier inquiet qui semblait savoir que les récoltes seraient mauvaises cette saison aussi pour des raisons occultes et un chasseur ayant aperçu un phénomène curieux. »

Il se racla la gorge, vérifiant que personne ne les épiait. Il continua :

« Je suis allé à la rencontre du fermier, grimé en étranger cherchant du travail et j’ai envoyé un de mes clones à la cabane du chasseur. Côté du chasseur choux blanc, l’homme n’était pas présent et sa cabane protéger par des sceaux ne laisser aucune chance à mon clone de s’y introduire. De l’autre côté j’ai appris que des pilleurs de tombes sévissaient dernièrement et qu’ils avaient saccagés le cimetière du bourg. Il semblerait qu’aucun villageois ne s’y aventure la nuit tombée désormais car les pilleurs y seraient toutes les nuits. »

Akagi finissait son rapport des faits, il en avait presque oublié son mudra maintenu :

« Concernant ma technique en cours.. Une serveuse est sortie juste avant que tu n’arrives avec un bon paquet de fruits et de viande séchés. La salle de conservation des auberges et habituellement plutôt au sous sol afin de profiter de la fraicheur. J’ai donc lancé une technique de détection pour sentir son chakra même à longue distance et voir où elle se dirige avec toutes ses denrées permettant de nourrir un homme facilement sur une semaine voir plus. »

Le temps était venu de déterminer les actions de chacun pour donner une suite à leur recherche. Il réfléchissait à ce qu’il avait appris et ce qu’Hideko lui avait indiqué. Aucune de leurs pistes ne semblaient assez concrètes pour permettre de faire un choix arrêté. Akagi proposa :

« Interroger le vieillard pourrait nous en apprendre plus. Je pense que c’est intéressant. Je pense aussi, que nous devons rencontrer ses pillards, les confronter est trop dangereux. S’ils sont commandités par une tierce personne, celle-ci pourrait se méfier et rester dans l’ombre. Je pense que l’un de nous devrait aller se repentir au cimetière un soir sous le couvert des deux autres qui observerait en embuscade. »

Un nouveau regard vers la porte, toujours pas de Sakura, il soupira et finit :

« Bon si je résume ma pensée. On irait au cimetière demain soir pour constater de la présence des pilleurs et les confronter d’abord pacifiquement via un déguisement puis au besoin avec notre savoir-faire Kumojin. Pour le reste, ton vieillard parait intéressant et on pourrait pousser la piste demain dans la journée ensemble. Tout ceci dépend de l’arrivée de Sakura. Tant qu’elle ne sera pas là ou qu’on n’en saura pas plus sur sa situation, je ne veux rien entreprendre. Qu’en penses-tu ?»
Résumé:
 

_________________
Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi

Sur les traces du passé [MISSION A / FT Metaru Hideko & Okita Sakura]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: