Soutenez le forum !
1234
Partagez

In'ei Raisan d'une petite fille

Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

In'ei Raisan d'une petite fille Empty
Dim 5 Sep 2021 - 14:18

C’était une journée des plus classiques pour le Nara solitaire. Il était rentré chez lui en fin d’après midi après une journée de repos placée comme à son habitude sous le signe de la culture autant de l’esprit et du corps. Méditation, lecture, exercices physiques, travail de techniques. Tout autant d’activités qui rythmées les journées où il n’avait pas de mission ou de transmission du savoir de prévue. Depuis l’examen Chûnin ses élèves volaient de plus en plus de leurs propres ailes bien qu’ils n’aient pas encore eu leur propre équipe d’assignée.

Le Nara fut surpris lorsque que l’on toqua à sa porte, il n’était pas tard mais il recevait peu de visite, surtout directement chez lui. Il pensa forcément à un de ses élèves, qui venait peut-être lui raconter à quel point il venait de créer une technique extraordinaire. Le Nara ricana tout seul rien qu’en pensant à l’idée de trouver un tas de points faibles à la création annoncée. Lorsqu’il ouvrit la porte il tomba nez à nez avec un visage qu’il ne connaissait pas. C’était une jeune femme, aux cheveux et yeux encore plus noirs qu’une ombre. Elle était bien plus petite que Aizen et semblait jeune. Mais la chose la plus importante à noter était qu’il ne la connaissait pas, alors que lui voulait-elle ?

In'ei Raisan d'une petite fille D32d37cc0e580d6b97700badf23adcaa
Nara Éria

Cette dernière semblait timide, face au Nara qui ne dit mot elle semblait intimidée et n’osait ouvrir la bouche. Finalement, en balbutiant maladroitement au départ, elle finit par prendre la parole.
« Bonjour, Aizen, désolé de vous importuner directement à votre domicile. Je m’appelle Nara Eria et voici ma fille Nara Miku. »
Aizen ne l’avait pas remarqué au départ, une petite fille se cachait dans les jupons de sa mère, elle était encore plus timide et le Nara ne pouvait voir qu’un morceau de visage dépasser.

In'ei Raisan d'une petite fille E467116a5dd6b180dfc40893db20a678
Nara Miku
« Bonjour, que puis-je faire pour vous ? » Dit simplement le Nara.
Il n’avait aucune idée de pourquoi un membre de son clan qu’il ne connait pas viendrait le voir directement chez lui. En tous cas elle semblait le connaitre. Toujours après de longues secondes de silence et d’hésitation la jeune femme prit enfin la parole.
« A vrai dire c’est un peu gênant mais… Ma fille fête ses 7 ans aujourd’hui. »
De lointains souvenirs revinrent au Nara, le septième anniversaire. Date à laquelle un Nara devait suivre la cérémonie du In’ei Raisan pour que son ombre soit baptisée. Ce rituel auquel le Jônin n’avait jamais eu droit à cause de l’absence de ses parents. Mais il ne voyait toujours pas où elle voulait en venir et il semblait qu’elle ait du mal à cracher le morceau. Voyant l’incompréhension sur le visage du Nara la jeune femme reprit.
« Sans rentrer dans les détails ma fille n’a plus vraiment de famille proche… Je sais que souvent dans les cas comme ça une personne influente du clan doit s’occuper du In’ei Raisan mais ma fille a insisté… »
Elle posa une délicatement main sur le crâne de sa fille qui s’effaça encore plus derrière elle après qu’une extrême rougeur soit montée à ses joues. Le Nara ne comprenait toujours pas le rapport avec lui dans l’histoire et cette fois il exprima à l’oral.
« Je ne comprends pas où vous voulez en venir… »
Bien que malin le shinobi passait pour le plus grands des idiots devant la simplicité de la demande. Eria l’avait compris, elle devrait clairement cracher le morceau si elle voulait que le Nara puisse accéder à sa requête.
« L’autre jour, à la finale du tournoi des gradés. Nous étions dans le public et vous êtes un héros pour ma fille depuis ce jour. Et elle aimerait… Non, nous aimerions que vous soyez celui qui baptise son ombre. »
Cette demande qui pourrait paraître des plus banales tomba comme une enclume sur le crâne du Nara. La petite fille voulait que le Nara procède à son In’ei Raisan, alors que lui n’avait jamais eu l’occasion d’en avoir un vrai. Il ne savait même pas en quoi consistait le rituel lui qui était resté tant de temps à l’écart de son clan. Pour la première fois de sa vie il ne savait pas quoi répondre. Il resta là les yeux béants devant cette femme et sa fille, des secondes qui auraient pu paraître des heures.

Finalement, dans l’indécision la plus totale son corps réagit de lui-même. Il claqua la porte au visage de la femme, sans dire mot. La petite fille se mit à pleurer.


RP EN LIEN:

_________________
KUMO:


Dernière édition par Nara Aizen le Dim 24 Juil 2022 - 4:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

In'ei Raisan d'une petite fille Empty
Mar 4 Jan 2022 - 17:29

La jeune femme en resta bouche-bée. Elle serra son enfant contre elle comme lui dictait son instinct maternel. Instinct réveillé par les sanglots de sa fille mais aussi par le comportement du Nara. Car elle avait peur, peur pour l’avenir de son enfant qui ne pouvait grandir comme les autres, car elle n’avait pas de père. Là où son septième anniversaire, plus que tout autre, devait être un jour heureux n’était qu’un jour empli de tristesse. La mère voulait donner du réconfort à son enfant qui était si souvent peiné de l’absence de cette figure paternelle. Pourtant elle n’en avait jamais eu mais la différence était notable quand elle entendait ses camarades lui parler de ses deux parents. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été si heureuse qu’en voyant le Nara samouraï combattre. Un Nara orphelin qui se démarquait dans un tournoi rassemblant les plus grands de Kumo. Cela représentait tellement pour elle, un espoir.

Ce claquement de porte finit par faire craquer l’enfant en emportant presque la mère dans sa détresse psychologique. Mais malgré son apparence de jeune femme sans défense elle était plus forte que cela.
« Ne sois pas triste. Tu sais les Jônins sont des personnes très occupées mais ne t’inquiètes pas nous allons trouver quelqu’un pour baptiser ton ombre comme il se doit. »
Elle se mit accroupi pour être au niveau de sa fille et la serra encore plus contre elle, tendrement. Elle pleurait à chaude larmes mais la Nara ne s’en inquiété pas, ce n’était après tout qu’un chagrin passager qui s’estomperait avec le temps. Pourtant elle en était consciente, cela représentait bien plus qu’un caprice puéril. Sa fille n’exigeait que très peu de chose, si elle avait osé demander à que ce soit cet homme qui baptise son ombre alors cela ne signifiait pas rien pour sa mère.

Aizen le savait, un tel souvenir ne s’estompait pas si facilement. Lui en avait encore des séquelles bien qu’il ne l’aurait jamais admis. Il n’en était même pas conscient. Il était resté bloqué derrière la porte, la main toujours sur la poignée, ne sachant pas quoi faire. Pourquoi avait-il fermé la porte si violemment ? Mais en même temps il ne pouvait pas faire ça, il ne savait pas faire. Son ombre à lui, avait-elle vraiment été baptisé ? Il la maîtrisé depuis fort longtemps mais un vide persistait en lui.

Son comportement avait beau être celui d’un lâche sans honneur ni respect la jeune femme ne dit pas du mal de lui une seule seconde. Pourtant quelle que soit l’emploi du temps d’un Jônin elle savait que rien ne pouvait justifier une telle réaction. Car il avait tout entendu et il était facile de comprendre qu’elle ne voulait pas descendre le héros de sa fille.

Alors que la jeune femme et son enfant commencèrent à faire demi-tour pour s’éloigner le Nara ne put résister. La porte s’ouvrit, comme s’il ne contrôlait plus son corps. Ce dernier, victime d’empathie, face à la détresse de la jeune fille qu’il avait auparavant lui aussi ressenti et devant l’extrême gentillesse sa mère, réagit d’instinct. Comme rarement auparavant, aucune raison logique ne pouvait justifier son acte. Ainsi il resta muet, ne pouvant concevoir la situation, aussi banale pouvait-elle être. La Nara ainsi que sa fille aussi en restèrent sans voix, il fallait dire que le comportement du Nara était difficile à saisir à cet instant. En même temps qui pouvait comprendre sans avoir vécu ce qu’il avait vécu ? Finalement, reprenant la maîtrise de lui-même, Aizen reprit un air neutre avant de se décaler et d’annoncer avec un ample signe du bras qui ne tenait pas la porte.
« Je vous en prie, entrez. »
La petite fille regarda sa mère avec un regard qui demandait si elle avait bien compris. Elle lui rendit un grand sourire. Elle avait très bien compris.


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

In'ei Raisan d'une petite fille Empty
Sam 16 Avr 2022 - 16:25

Les trois jeunes gens liés par leur clan étaient maintenant installés dans le salon de l’hôte. Comme on pouvait s’y attendre, rien qu’en observant sa tenue, le Nara avait une décoration minimaliste. Mais sans pour autant que la pièce ne fasse trop vide. Il y avait juste ce qu’il fallait, où il le fallait, c’était précis et de couleur clair.

Mais si l’intérieur du domicile semblait si maîtrisait, ce n’était pas le cas de la situation. Aizen invita dans un premier temps la mère et sa fille à s’asseoir mais, depuis, de longues secondes de silence s’étaient installées.

Toutes sortes de pensées traversaient l’esprit du Nara. Et comme rarement auparavant, ou alors depuis très longtemps, il ne parvenait pas à les organiser. Que faisaient-elles là ? Pourquoi les avoir fait entrer ? Il ne pouvait pas baptiser son ombre, personne ne l’avait fait pour lui. Il ne savait pas comment faire. Ce devait être le seul de tout son clan. Comment une telle honte aurait-elle pu être énoncer à voix haute ? Aizen regardait le sol, perdu dans ce flot de pensées.

Devait-il les tuer ? Si jamais d’autres apprenaient que le Nara avait une faille… C’était une Nara, elle était forcément aussi intelligente, peut-être avait-elle comprit que l’ombre de Aizen n’avait pas été baptisée. Il pouvait simplement les faire disparaître…

Il leva les yeux sur elle.

Éria, le regard curieux, bougeait la tête de partout pour observer méticuleusement la maison. Elle était… Si belle, elle incarnait une pureté sur laquelle Aizen n’aurait pu mettre les mots.

Il secoua la tête. Pourquoi ce genre de pensée traversait ainsi son esprit ?

Il regarda en suite la petite Miku. Plus farouche que sa mère, elle se contentait de fixer ses genoux qu’elle secouait frénétiquement avec ses minuscules mains posées dessus. Comme si son instinct lui avait dicté qu’elle était observée, la petite fillette leva les yeux. Lorsque son regard se posa sur celui de Aizen le rouge monta encore à ses joues et elle se cacha à moitié dans le dos de sa mère, voulant complètement disparaitre.

Quand sa mère ressentit le malaise de sa fille, elle prit la parole pour enfin débloquer la situation.
« Tu vois Mik’, même un grand shinobi très occupé a le temps de bien ranger sa maison. Alors tu pourrais ranger ta chambre, tu ne crois pas ? »
Alors que Aizen ne pensait pas cela possible, les joues de la petite fille devinrent encore plus rouges. Elle tenta tant bien que mal de s’enfoncer dans le canapé jusqu’à disparaitre mais en vain. Tandis que sa mère ricanait tout doucement.
Elle avait un rire mignon… Non, il fallait se reprendre mais encore une fois ce fut la Nara qui le prit de court.
« Vous avez une très belle maison, Aizen. »
Son sourire était… Non, elle devait partir.
« On ne m’a jamais fait mon In’ei Raisan. »
Non ! Pourquoi venait-il de dire cela ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien se passer pour qu’il perde autant ses moyens. Il fut étonné des mots qu’il venait de sortir. Pourquoi dire ça à des inconnus ? C’était sûr maintenant, ça allait se savoir.

L’avait-elle piégé ? Il pensa à un genjutsu, était-il en danger ? Il ne savait pas. Mais maintenant qu’il l’avait dit c’était trop tard ? Il n’avait qu’à la regarder et attendre sa réponse.
« Oh… Bah… Je peux vous montrer ? »
N’était-elle pas choquée ? Étonnée, ça oui, ça se lisait sur son visage. Mais elle ne semblait pas juger le Nara là où d’autres ses serraient empressés de le faire. Il avait une faille, elle était la seule à la connaître, et elle n’en faisait rien.
« Je veux dire… Je peux baptiser votre ombre et vous pourrez faire de même avec ma fille ? Je suis sûr que ça lui ferait plaisir. Pas vrai Mik’ ? »
De nouveau ce grand sourire… Elle regardait sa fille avec une puissance. Elle affronterait tout pour elle, pas besoin de le dire tellement que cela se voyait.
« Si vous êtes d’accord bien sûr ? »
Si pure. La jeune femme semblait incarner la nature humaine comme elle avait était créée à l’origine.
« Avec plaisir. »
Aizen, connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, se faisait tout petit. Les mots qui sortaient de sa bouche ne semblaient même pas émaner de son esprit. Pourquoi lui faisait-elle cet effet. Pourquoi son esprit rationnel ne pouvait plus faire les connexions nécessaires ? Comment se comporter ? Il l’ignorait.


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

In'ei Raisan d'une petite fille Empty
Sam 23 Juil 2022 - 10:35

Gêné, très gêné. Voilà comment se sentait le Nara en se retrouvant face à cette jeune femme prête à baptiser son ombre. Chose qui était normalement seulement réservé aux enfants de leur clan. Elle lui avait même proposé de faire ça à l’extérieur pour être plus à l’aise. Bien sûr le Nara avait catégoriquement refusé une telle proposition.

Lui. Le Champion de Kumo. Qui se fait baptiser comme un enfant ? Hors de question.

Elle avait ricané de longues secondes d’un rire franc quand elle comprit que le Nara tenait à sa fierté. Aizen se serait offusqué d’un tel comportement face à quelqu’un d’autre mais pas face à elle. Elle avait ce quelque chose qui l’empêchait d’agir comme à son habitude. Sinon jamais ils se seraient retrouvés dans cette situation.

Il se montrait comme jamais il aurait osé se montrer face à qui que ce soit : avec des failles.

Même face à lui-même. Mais s’il ne comprenait même pas pourquoi il agissait de la sorte il préféré se laisser porter tant le courant était bienveillant. Pourquoi donc luter face à cette chaleur bienveillante d’un contact amical ? Il ne pouvait jamais profiter de ce genre d’échange après tout. Pour beaucoup il n’incarnait qu’une idéologie et non une personne à part entière.

Tantôt le professeur modèle et tantôt le stricte supérieur. Il n’avait aucune relation sociale normée au sein de Kumo. Son élève Akagi avait tenté une approche en ce sens une fois. Il s’en était sans doute mordu les doigts. Le naturel pragmatisme du Nara était forcément revenu à la charge et la soirée de beuverie s’était transformé en un sermon classique de la part du Jônin.

Mais en ce jour cet Aizen restait long de cette situation. Comme emprisonné dans un Genjutsu dont la structure serait représentée par son enveloppe corporelle il ne pouvait luter face à cette nouvelle facette de lui. Il se découvrait autant que Éria le faisait.
« Nous allons commencer. »
Elle le sortit de ses pensées. Elle était prête à agir comme le prouvait sa posture et ses doigts qui formaient cet emblématique signe du Rat pour les Nara. Aizen resta le visage incrédule, comme indécis face à la situation. Il était simplement désemparé de ce qu’il vivait. Situation pourtant classique pour toute personne ayant l’habitude d’interactions sociales normées.
« Si vous vous sentez prêt, Aizen ? »
Elle s’était rendu compte du décalage du Nara. Avait-elle eu raison de venir ainsi importuner un shinobi aussi occupé que lui ? Il avait sans doute autre chose à penser que de bien vouloir se plier aux exigences d’une fillette de 7 ans. Sa mère faillit tout abandonner, commençant à ressentir le malaise que traversait le Nara. Mais il intervint enfin.
« Vous pouvez y aller, je suis prêt. »
Il se crispa comme s’il devait faire face aux plus puissants des adversaires. Pourtant face à lui, une simple femme. Enfin simple… Il plongea son regard dans le sien, pourquoi ressentait-il cela ? Il ne la connaissait pas et pourtant c’était comme s’il pouvait sonder son âme, comme s’il l’avait toujours connu. Ou comme s’il était destiné à la connaître ?

L’ombre de la jeune femme se mit timidement en mouvement. Le Nara retint un sourire narquois qu’il n’aurait pas hésité à dégainer face à une quelconque autre personne. En effet il pouvait très clairement observer le faible niveau dans els arts clanique de cette jeune femme juste en observant les mouvements de son ombre. Mais cela restait suffisant pour qu’elle se connecte à l’ombre de Aizen et l’immobilise.

Il se sentit comme piégé. Et si elle n’avait pas les intentions qu’elle prétendait vraiment. Ne venait-il pas de se faire stupidement avoir ? À tout moment elle pouvait tenter de le tuer maintenant. Sa fille était sur un fauteuil, assise et bien attentive pour observer la scène. C’était le genre de chose qui n’arrêtait pas un assassin. Mais elle déclara.
« C’est à vous de jouer pour la suite du processus. Vous devez retourner la situation à votre avantage grâce à votre ombre. »
Elle ne lui voulait donc aucun mal. Elle était bien là pour ce qu’elle prétendait. Aizen ne mit que quelques instants à faire en sorte que son ombre domine celle de Éria. Elle était à son tour, immobilisée. C’était tout ? Mais avant même qu’il ne puisse le demander elle intervint de nouveau.
« Non. Ce n’est pas ça. Vous ne devez pas dominer mon ombre avec la vôtre. Vous devez faire en sorte que les deux résonnent ensemble afin qu’elles ne fassent plus qu’une. »
Le Nara n’avait jamais entendu parler d’un tel processus. Cette époque lointaine où il aurait dû se faire baptiser par ses proches était un temps révolu pour lui. Il ne s’était jamais posé la question depuis lors. Alors voyant l’air perplexe qu’arborait Aizen, la jeune femme ajouta quelques précisions.
« Cela va bien au-delà de la simple manipulation de l’ombre. Vous devez trouver le juste équilibre pour que nos ombres coexistent sans que l’une n’impose sa volonté à l’autre et en leur permettant à toutes deux d’exister pleinement. »
C’était comme se connecter à une ombre en ouvrant tous les verrous défensifs. Cela n’avait aucun sens pour lui, pourquoi devait-on apprendre ça aux enfants du clan ? Et là aussi comme si elle lisait dans ses pensées Éria développa.
« Soumettre quelque chose est chose plus aisée que de cohabiter avec. La force peut souvent voir raison sur bien des problèmes mais la sagesse de la compréhension peut faire tellement plus. C’est ce que le clan Nara veut enseigner à travers cette cérémonie. »
Il comprenait. Comme un fervent croyant des préceptes de la Lumière aurait pu ne pas comprendre. Aizen cultivait sa force autant que son esprit. Il savait surtout que si la force était un outil bien souvent efficace cela ne représentait pas une réponse absolue.

Il ne mit pas longtemps à se laisser aller, à baisser sa garde pour laisser cette ombre pénétrer la sienne autant qu’il l’a pénétrée. Il avait l’impression de ne faire qu’un avec elle… Il osa plonger de nouveau son regard dans le sien. Elle avait un regard sombre, comme souvent chez ceux de leur clan, mais il était pourtant tellement plein de vie.

Aizen se mit à bouger les mains pour comprendre cette sensation qui l’habitait. Éria, juste en face de lui, fit de même. Mais impossible de dire qui imposait les mouvements à qui. Il lui semblait que ce n’était ni l’un ni l’autre. Comme s’ils faisaient tout d’un cœur à l’unisson. Une sensation très bizarre mais surtout inédite pour lui. Il se surpris à rougir et Éria mis fin au processus calmement.
« Voilà, c’est fini. »
Le Nara s’était laissé porté comme jamais auparavant. Et comme si elle l’avait toujours connu elle savait quand changer de sujet ou arrêter pour pas qu’il se sente trop gêné par cette situation plutôt inédite pour lui.
« Merci… »
Elle venait de faire ce que personne n’avait jamais fait pour lui. Et la remercia d’une sincérité émotionnelle dont même lui ne se savait pas capable.

Et c’était maintenant à son tour de lui rendre la pareil en exauçant le souhait de sa fille.

De part sa grande maîtrise du Ninjutsu le Nara n’eut aucun mal à reproduire la scène pour la petite fille âgée de tout juste 7 ans. Sa mère et elle avaient intervertis leurs positions. Restant en observatrice totale elle semblait faire totalement confiance au Nara pour tout dérouler. La fillette eut beaucoup de mal. Elle mit assez longtemps à comprendre et encore plus à réussir. Mais patient et pédagogique le Nara su comment la rassurer et l’aiguiller pour réussir. Elle parvint finalement sous le regard plein de fierté de sa mère.

La fillette se jeta dans les jambes de Aizen de part sa petite taille pour le remercier chaleureusement.
« Merci msieur Aizen ! »
Ne voulant pas blesser la petite il s’abaissa pour lui rendre son étreinte.

Mais que lui arrivait-il ? Il n’osa même pas se poser la question. Il n’en avait aucune envie après tout. Il voulait simplement se laisser porter par cette journée des plus particulières pour lui.

Etant l’anniversaire de la petit Miku il se proposa de leur faire le repas pour fêter cela tous ensembles. Ainsi ils passèrent le reste de la journée à discuter et rire. Une scène classique et normale, comme en avait rarement vécu Aizen.

Et ainsi ce jour marqua le début d’une chose dont le Nara s’était promis de ne jamais vivre. Avait raison ou tort d’avoir jusqu’ici craint ce genre d’évènement, seul l’avenir pourrait lui révéler.

Spoiler:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

In'ei Raisan d'une petite fille

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivre dans un .. dojo, c'est difficile pour une petite fille de treize ans !!
» Pleine lune sur la dune (Tali)
» In'ei Raisan solitaire
» RP Solo ✘ Retrouvailles ✘ Un père et sa fille réunis
» La fille aux insectes - Takara

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: