Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Bistouri et Bouillon [Akio]

Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Bistouri et Bouillon [Akio] Empty
Mer 8 Sep 2021 - 17:00

Mori Sayuri, telle était l’identité de la kunoichi qui devait lui permettre de terminer sa formation en lui enseignant le scalpel de chakra et l’art d’extraire les poisons. Emi Sazaki l’avait dépeinte comme une jeune femme talentueuse et elle aurait naturellement dû être flattée de se voir ainsi confier une tutrice de renom alors que son maître était trop occupée pour lui transmettre son savoir, mais la motivation n’y était pas, car ni le scalpel, ni l’extraction de poison ne l’intéressait. Non, si Hideko avait fait tous ces efforts, avait travaillé d’arrachepied pour apprendre l’Iroujutsu, c’était pour soigner Bakeneko, par pour découper des cadavres ou pour extraire des poisons. Bien qu’inscrit dans la suite logique de son apprentissage, elle ne voyait donc cela que comme une perte de temps, un enseignement inutile qui lui faisait perdre toujours plus de temps, qui mettait toujours plus en danger son camarade.
En route vers l’Institut, vêtue d’une tenue simple et confortable, elle marchait d’un pas las. Les traits de ses visages étaient tirés, marqués par la fatigue, mais Hideko se tenait toujours droite, fière et était méticuleusement coiffée.
Les dernières nuitées avaient toutes été identiques : courtes et cauchemardesques. A la journée où tous la regardaient, où tous la jugeaient s’ajouta la nuit où le repos se refusait à elle. Le temps était devenu long, dans cette période difficile qui n’avait de cesse de se dégrader. Pourra-t-elle bientôt aller sauver son camarade ? Pourra-t-elle partir de ce village, de ce pays, afin d’enfin retrouver, ou plutôt trouver la paix ? Ces questions n’avaient de cesse de la tirailler, alors que l’espoir, naquit lors de l’entrevue avec Raizen, se faisait maintenant attendre avec impatience.

A chaque nouveau carrefour elle sentait le poids des regards et entendait les murmures qui se dévoilaient au grand jour, disparaissant quand elle s’approchait, puis réapparaissant aussitôt passée. Non, plus rien ne l’attendait ici. Chaque journée qui passait ne faisait que renforcer son sentiment d’isolement, son sentiment d’injustice et d’incompréhension. Chaque journée qui la séparait de son départ se faisait pesante.

Quand elle arriva à l’Institut, elle ne se présenta pas à l’accueil. Visage désormais bien connue du personnel, en tant que patiente puis maintenant en tant qu’apprentie, elle alla directement à la pièce que lui avait indiqué Emi, bureau dans lequel devait se trouver Mori. Les couloirs se ressemblaient tous, mais dans ce dédale qu’elle connaissait maintenant comme sa poche elle parvint sans mal à se repérer jusqu’à arriver à la fameuse porte A205. Plantée devant, elle soupira longuement, puis toqua à la porte et entra quand on l’invita à entrer.

– Bonjour, je suis Hideko, je viens de la part d’Emi pour terminer ma formation initiale. Vous êtes bien Mori Sayuri ? Demanda-t-elle d’une voix lasse.



Spoiler:
 

_________________
Bistouri et Bouillon [Akio] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Kentoku Akio
Kentoku AkioEn ligne

Bistouri et Bouillon [Akio] Empty
Mer 8 Sep 2021 - 22:33
Informations:
 

La jeune femme tournait en rond dans son bureau. Le document transmis par le service de l'Institut froissé entre ses doigts. Elle fixait l'heure, puis la fenêtre, puis la porte, tournait les talons et recommençait.

- Sérieusement... Non mais sérieusement... Hideko...

Le nom affiché sur la missive d'une de ses collègues. Métaru Hideko. Celle qui représentait le némésis de son ami d'enfance devait la rencontrer ce jour afin d'obtenir des cours particuliers sur différents domaines de la médecine shinobi. Risible clin d'oeil du Destin pour quelqu'un ayant intenté plusieurs fois à la vie de ses camarades.

- Si Akio le sait, il va cesser de me parler pour une bonne période... Et puis est-ce que j'ai vraiment envie de la rencontrer moi ?

Elle parlait seule, sans s'arrêter une seule seconde, relisait le document, le froissait de nouveau. Mori trouva la justesse d'esprit d'arrêter de stresser pour venir s'asseoir dans son fauteuil. Elle posa la lettre sur un coin de son bureau et détacha ses cheveux, essayant d'adopter une posture moins sèche qu'à l'accoutumée. La jolie brune tourna les yeux vers son étagère où trônait un magnifique dessin représentant les deux amis au bord d'une rivière. Ce souvenir lui arracha un sourire alors que déjà, on frappait à la porte. Elle tenta rapidement et très maladroitement d'acquérir une position confortable et avenante. Echec cuisant. Lorsqu'Hideko entra dans la pièce, l'Eisenin était, un bras sur le bureau, l'autre soutenant son menton, les jambes vaguement croisées.

La femme face à elle, à la chevelure blanche argentée, semblait "ravie" d'être présente. Pas démunie pour autant, la kunoichi se leva afin de la saluer, de façon toute aussi gênée que sa voix était peu assurée.

- Bonjour Hideko euh.. Oui c'est bien moi.. Et bien prends place je t'en prie. Et passons au tutoiement, on a le même âge ahah... euh...

Elle regarda autour d'elle, tournant un peu les talons, pour éviter de tomber sur les fesses en s'asseyant de nouveau sur son siège. Ses yeux pétillaient de curiosité, tandis qu'un sourire sincère s'affichait sur son visage. Elle croisa à nouveau l'œuvre dépeignant Akio, en se demandant si son interlocutrice savait la relation qu'elle avait avec lui. Pour se prémunir d'une réaction épidermique, elle aborda d'elle-même le sujet, avant d'enchainer sur l'intérêt de sa visite.

- Alors... Déjà sache qu'Akio est mon meilleur ami. Alors je sais que vous avez quelques imbroglios, mais ça ne regarde que vous. Parlons donc de ce qui t'amène, où en es-tu précisément de ta formation ? Emi m'a indiqué que tu touchais au but. Nous serions donc sur de l'application et de l'affinage de principes élémentaires ? Ou bien une spécialisation particulière ?

Dans les deux cas, la Sayuri avait déjà les idées qui rythmerait leurs journées, si celles-ci devaient être plusieurs. Entre les questionnements logiques, les mises en application, et la gestion de vrais patients, Hideko devait être prête à rencontrer pas mal d'embuches. D'ailleurs c'était la première véritable élève de la jeune médecin, et la pression, elle la ressentait aussi pour la première fois. Recommandée par ses pairs, elle ne pouvait pas se permettre de rater la formation de la Genin.

- Et j'aurais également une question à te poser pour débuter, une question qui me tient à cœur : Pourquoi tu voudrais acquérir l'Iroujutsu, ou ce qu'il te permettrait de faire à terme.

C'était une question absolument essentielle dans l'apprentissage des jeunes médecins du village caché des Nuages. La réponse désignait souvent la réussite ou non de l'enseignement, et surtout indiquait plus que clairement la mentalité de l'élève.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Metaru Hideko
Metaru HidekoEn ligne

Bistouri et Bouillon [Akio] Empty
Sam 11 Sep 2021 - 15:36

Un bras sur le bureau, l’autre sous le menton, complètement affalée, la jeune femme qui apparut devant elle sembla prise au dépourvue. Ne l’attendait-elle donc pas ? N’avait-elle pas été prévenue de son arrivée ?
Quand elle sut remis correctement, elle la salua, puis l’invita à s’assoir devant-elle et à la tutoyer. Hideko ferma la porte derrière elle, puis se rapprocha du bureau pour s’assoir.
Un coup d’œil furtif dans le bureau lui permit de comprendre à qui elle avait à faire : dossiers et autres documents s’entassaient sur toutes les étagères, quand ce n’étaient pas les livres ou les parchemins qui prenaient la place, dans une pièce bien trop chargée pour ce qu’elle aurait sensé du pouvoir contenir. Sayuri était sans aucun doute une femme occupée. Surtout, elle était jeune, très jeune, plus jeune qu’elle.
Encore, toujours.
Après tout, il était normal que tous ces talentueux shinobis soient à leur position, tandis qu’elle qui n’avait rejoint les rangs de l’armée que récemment restait toujours genins… ou plutôt, chuunin en probation, comme se plaisait à dire Raizen.

Mori l’invita à la tutoyer ce qui gêna Hideko, mais elle n’en montra aucun signe et se contenta d’acquiescer simplement.

– Très bien.

La conversation qui vint alors fut tout sauf celle à laquelle elle s’attendait, car Mori lui appris qu’elle était proche d’Akio, très proche. Le monde était-il donc si petit que ce devait être elle qui serait dorénavant son enseignante ? Hideko enragea, son regard las laissa place à la tension qui devint la sienne. Mori allait-elle profiter de cette situation pour lui en faire baver ? Faire comme tous ces moutons et lui pourrir la vie ? Il semblait que non, tout du moins, c’était ce qu’elle disait. Seuls les actes comptaient, seuls ses actes et sa façon de se comporter avec elle.
Mori demanda ensuite à Hideko de faire le point sur sa formation. Emi devait certainement lui avoir demandé se servir qu’elle lui rendait en ce jour durant une pausé, au détour d’un couloir, car Mori ne savait rien de Hideko et de l’avancement de son apprentissage. Les questions ne s’arrêtèrent cependant pas en si bon chemin, car vint la fatidique question des raisons qui poussaient Hideko à apprendre l’Iroujutsu. Soit, il fallait de toute façon y passer tôt ou tard et mieux valait tôt que tard.

– Emi m’a enseigné les soins et l’hyperforce. En ce qui concerne les soins, j’ai déjà commencé à traiter quelques patients, donc ma connaissance en la matière est avancé. Pour l’hyperforce, je dois encore m’entraîner à parfaire cet art.

Des explications directes qui ne laissèrent aucunement place à l’approximation.

« J’ai donc besoin de recevoir une formation pour apprendre à maîtriser les scalpels de chakra et l’extraction des poisons. »

Sur ces mots, sa tension s’évanoui, laissant à nouveau place à une certaine forme de lassitude, une lassitude aussitôt dévorée par une détermination sans faille, dans ce ballet incessant d’émotion qu’elle laissait paraître.

« Je souhaite acquérir la maîtrise de l’Iroujutsu pour soigner un camarade, pour le sauver. » Expliqua-t-elle.

L’inquiétude qui pesait sur elle, sur son cœur n’avait aucune limite. Tout serait plus simple si Bakeneko acceptait de se faire soigner par un autre être humain, mais rien n’était jamais simple.

« Il refuse de se faire soigner par quiconque, donc c’est la seule manière que j’ai de l’aider. »




_________________
Bistouri et Bouillon [Akio] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Kentoku Akio
Kentoku AkioEn ligne

Bistouri et Bouillon [Akio] Empty
Jeu 16 Sep 2021 - 0:27
Le sourire constant de l'eisenin se voulait rassurant, et surtout cachait les doutes et les craintes accompagnant les différentes paroles qui sortaient de la bouche de la Métaru. Si les motivations étaient louables et cohérentes, le changement de ton et d'attitude durant son discours définissait une petite hésitation, une inconstance dans la motivation qui pouvait l'empêcher de mener à bien sa quête. Mori se redressa et rapprocha tranquillement sa chaise vers son bureau, avant de se racler la gorge, main fermée devant sa bouche et de poser ses coudes sur le meuble face à elle.

- Je vois. Emi est une excellente enseignante. Bien alors allons-y, descendons à l'étage inférieur.

La Sayuri se leva, en se frottant les mains. Elle tira son rideau avant de fermer la porte tandis qu'Hideko la suivait. Ensemble elles se dirigèrent vers les escaliers. Le fameux étage inférieur désignait le couloir des opérations et des suivis post-opératoires. Endroit crucial de l'hôpital. C'est là qu'elles passeraient la majeure partie de la journée. Commençant à descendre les marches, la jeune femme désigna le point de conflit qui résidait dans sa motivation.

- C'est donc un apprentissage par contrainte... Ce n'est pas le plus optimal, mais si cela te suffit... Alors très bien.

Elle gardait un ton dans sa voix et un visage si illuminé que rien n'indiquait un quelconque jugement de valeur. Tout au plus elle suggérait de réels doutes, qui ne seraient soulevés que bien plus tard. Arrivées dans le couloir, Mori se dirigea machinalement vers la troisième porte à gauche. Une pièce contenant un bureau et quelques dossiers en cours dans les coursives du bâtiment. L'enseignante du jour commença à trifouiller à l'intérieur à la recherche d'un cas intéressant. Elle en trouva deux, l'un plus complexe que l'autre.

- Regarde, voilà deux patients. L'un a tenté de dévorer un Fugu. Mais mal préparé le voilà atteint d'une paralysie. Elle n'est pas menaçante mais très gênante. Le second patient, lui, c'est un peu plus critique... Il subit les premiers soins et l'état est stable, mais il a besoin d'être opéré à la suite d'une douleur lancinante au niveau du bas de l'abdomen. Tu l'as compris : Extraction de poison et ensuite scalpel de chakra.

Elle tendit les deux dossiers à sa comparse, tandis qu'au travers de l'encadrement de la porte s'agitait des hommes en tenue médicale. Le sourire de Mori disparut, remplacé par un haussement de sourcil interrogateur. Elle passa Hideko afin d'observer. Elle alla quelques mètres plus loin intercepter un médecin de garde afin d'en apprendre plus.

Celui-ci lui indiqua un retour de mission où l'un des shinobi déployé avait été blessé par inadvertance : une chute d'un arbre en pleine course puis quelques lacérations au niveau des cuisses et du bras gauche. Dont un morceau de lame de kunai, enfoncé profondément dans l'une des jambes.

- Viens voir, Hideko.

Au travers de la vitre, déjà, les médecins s'agitaient.

- La traumatologie, où l'art de soigner rapidement des blessés graves. Ca demande une froideur d'esprit et une organisation sans faille. Celui-ci a une blessure importante.

Elle tourna la tête, fit quelques pas et entrouvrit la porte. Mori fixa de nouveau Hideko alors qu'elle commençait à entrer dans la place en se lavant les mains avec l'un des savons secs.

- À toi de jouer, je t'assisterais. Et ensuite on attaquera nos deux autres patients. Donc nous avons un shinobi de dix-sept ans, blessé en mission des suites d'une chute en pleine course. Lacérations multiples bras et jambe, kunai enfoncé puis brisé dans la cuisse droite. Mets en place un diagnostic précis et explique tes démarches de soin.

Une petite mise sous pression, de quoi la sortir de sa torpeur et lui donner une expérience de soins précipités, sur un collègue qui plus est. Loin de ses préoccupations d'origine et des objectifs qu'elle avait aujourd'hui. Sortir de sa zone de confort était parfois nécessaire pour progresser et s'ouvrir à de plus amples disciplines. Comment allait-elle réagir ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992

Bistouri et Bouillon [Akio]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: