Soutenez le forum !
1234
Partagez

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako]

Ten no Ikari
Ten no Ikari

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Jeu 16 Sep 2021 - 3:46




Missions et débodements



Les yeux fermés, en position du lotus sur l'une des pointes du bâtiment de police, j'avais profité de mes quelques instants d'inactivité pour méditer. Cet exercice avec lequel j'avais eu tant de mal dans ma jeunesse, jusqu'à m'aliéner la sympathie des autres samouraïs de Tetsu, était devenu mon petit rituel. Là où j'y voyais auparavant une tentative ennuyante d'éveiller ses sens et ses perceptions, j'avais fini par comprendre que la méditation avait des vertus diverses et variées, comme l'introspection et se recentrer sur soi-même. Ces derniers mois, j'avais remarqué que j'avais fini par changer d'une manière à laquelle je ne m'attendais pas. Loin de l'enfant hyperactif qui n'avait absolument que faire de la politique et des questions existentielles de ce monde. Oh, bien évidemment, ma passion du combat et bien d'autres choses étaient restées intactes. Et si je trouvais toujours encore souvent futile bien des questions politiques et leurs consoeurs ennuyantes, je les comprenais et les appréhendais bien mieux à présent.

Sur la plus haute pointe du bâtiment, je profitais de la brise de vent pour apaiser les tumultes de mes pensées sur mon changement lorsqu'un bruit léger et presque inaudible de pas derrière moi m'interpella. Pendant quelques secondes, la personne qui venait de me rejoindre sur le toit ne dit rien. Et rien que le fait qu'il se tenait là à attendre que je me retourne avant de prendre la parole m'indiquait déjà qui cela pouvait être. Si la plus part de mes collègues officiers ne se privaient pas de m'interpeler lorsque cela était nécessaire, Miyuki quant à lui était bien trop timide pour le faire. Sans rouvrir les yeux immédiatement, je ne pus toutefois m'empêcher de sourire légèrement, me demandant si j'allais faire durer le plaisir quelques instants pour le cuisiner. Mais quelque chose dans son silence tendu et dans sa posture que je ressentais plus que je ne voyais me faisait dire qu'il y avait une urgence. Je finis par me retourner vers lui, et avec un sourire je levai la main pour le saluer.

-Yo Miyuki ! Quoi d'neuf ?

-Nous...nous avons une plainte venant du Teikoku.

-Oh, un Kumojin a attaqué un gars d'l'Empire ?

-Euh...C'est plus compliqué...et ça concerne un de nos officiers, Metaru Akagi...

Je haussai un sourcil. Le Metaru roux ? Je savais qu'il était passé officier du Kyubu après le tournoi, par contre je n'aurais pas cru qu'il serait l'objet d'une plainte. Sans un mot de plus, Miyuki me tendit le rapport de la mission ainsi que la plainte qui allait de paire avec cette dernière. Je récupérai les deux documents, et les lus alors que je voyais les pieds de Miyuki s'éloigner timidement. Un rapport de plainte alors que le marchand n'avait même pas été blessé ? Je soupirai.

-Mais quelle chochotte celui-là ! murmurai-je pour moi-même.

Dans tous les cas, ce n'était pas le plus important. Si plainte il y avait, enquête il y aurait, c'était la procédure. Je relevai ma tête vers Miyuki, qui semblait avoir une dernière chose à me dire, et l'interrogeai du regard.

-Metaru Akagi vous attend, mais aussi une de nos plus jeunes recrues en formation, Minako...souhaiterait vous suivre.

-Yosh ! C'parti alors !

Et descendant de mon perchoir pour retourner dans le poste de police, je me dirigeai dans un premier temps vers Minako. Je l'avais déjà aperçu auparavant, sa tête me disait quelque chose, mais j'avais un peu de mal à visualiser. Peu impotait, à vrai dire, je me représentai à elle.

-Yo ! Moi c'est Ikari. T'es prête ?

Puis je me tourner vers le grand gaillard roux et musclé avant de cette fois m'adresser à lui.

-Allons dans un bureau plus calme Akagi-san. Et tu pourras un peu me parler de cette affaire.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Jeu 16 Sep 2021 - 19:36
Un bras de fer qui tourne mal. Après l’un de ces duels opposant Minako à Kira, deux apprentis du kyuubu sous la tutelle de l’officier Yamanaka Hanzō, la chanteuse s’est retrouvé le bras dans le plâtre avec le poignet déboité. Elle ne peut pas réaliser de mission en interne ou en externe pour le moment, donc elle peut seulement être dans le bureau auprès de son tuteur et de son camarade.

La jeune genin a fait mention à son supérieur de son désir d’observer comment se déroule un interrogatoire afin d’apprendre comment cela se déroule ; car celle-ci n’a jamais participé à quelconque convocation de ce genre auparavant et souhaiterai acquérir des connaissances de cette manière car elle comprend mieux qu’en lisant simplement un déroulé de ce genre de situation. Mais aussi, afin de perfectionner son onkyoton sensoriel de sorte à ce que ce soit utile lors de ce genre de convocation le jour où celle-ci deviendra un officier qui interrogera des personnes.

C’est alors qu’un jour, son tuteur la convoque en lui annonçant une bonne nouvelle : elle peut assister à un interrogatoire en tant qu’observatrice. Il s’agit là d’une convocation qui ne sera pas dangereuse pour l’apprentie qui viendra prendre des notes et analyser la situation afin de réaliser par la suite un exercice écrit préparé par son officier attribué. Aujourd’hui, la Zaiki doit rencontrer Ten no Ikari et Metaru Akagi, deux officiers de confiance. Paraît-il qu’un marchand a porté plainte pour une menace verbale à l’encontre du Metaru qu’elle respecte profondément. Elle n’a pas de jugement en particulier car elle n’a aucun contexte à ce sujet. De toute façon elle ne doit pas parler ni agir sur quoi que ce soit : il lui faut juste observer, analyser les mouvements, le langage non verbal. Et, pour son savoir personnel : les fluctuations sonores, que ce soit le flux de chakra dans le corps des deux shinobis ou dans leur voix, dans leurs pas.

Son tuteur aux longs cheveux blonds l’a accompagné jusque là où la demoiselle trouverait les deux concernés, mais ils ne retrouvent que le tout nouvel officier du Kyuubu. « Bonjour Akagi-san. Je vous présente ma nouvelle apprentie, Zaiki Minako. Dans le cadre d’un stage d’observation elle va assister à votre interrogatoire en compagnie de l’officier qui viendra s’occuper de vous. J’espère que cela ne vous dérange pas. » prononce Hanzō, de manière nonchalante, à l’accusé du jour. Puis, il s’adresse à Minako « Je compte sur toi pour être attentive lors de ce premier interrogatoire que tu vas voir. Tu reviendras au bureau lorsque ce sera fini, c’est d’accord ? », sa main accompagnant ses derniers mots se pose sur l’épaule de la petite Minako le regardant lui parler. Celle-ci ne répond que d’un signe de tête et le voit partir.

Elle s’approche de Akagi et le salue d’une petite révérence, restant silencieuse et droite en attendant l’officier qui va diriger cette enquête, qui par ailleurs, est selon elle inutile au vu de cette plainte. Elle leur parlera de son objectif d’apprendre le déroulement de telles convocations afin d’analyser les fréquences sonores après cet entretien, afin d’éviter de potentiellement mettre la pression à qui que ce soit, car son tuteur a tout dit. Elle fait une petite révérence à Ikari en le saluant : « Zaiki Minako, enchantée. Je suis prête à assister à cet interrogatoire. » lui répond Minako d’une douce mélodie qu’est sa voix. Aussi sagement que d’habitude, elle suit les deux officiers, totalement neutre à ce qui va pouvoir se raconter en chemin jusqu’à un lieu plus correct pour passer l’entretien.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Ven 17 Sep 2021 - 16:19
La convocation ne l’étonna pas, le Metaru avait été transparent évoquant son dérapage dans son compte rendu de mission comme la procédure l’exigeait. Tout débordement méritait enquête. Sa femme secouait la tête à son côté lisant la convocation par-dessus l’épaule de son mari appuyé contre son dos, tous deux étendu dans leur lit conjugal. Elle désapprouvait totalement sa rigueur martiale sans faille et régulièrement le trouvait idiot de ne pas prendre des raccourcis logiques pour éviter des pertes de temps. Ils avaient passé la matinée à parler de cette convocation. Akagi répondait toujours de la même manière à ce genre de proposition :

« Si je n’applique pas les règles à moi-même comment pourrais je faire régner la loi à mes concitoyens ? »

Elle savait inutile de continuer à argumenter sur le sujet, leur perception de la vie ne saurait se joindre sur le sujet et trouvait des arguments légitimes mais opposés. Le Metaru déposa un baiser sur le bras de sa femme en guise de fin de discussion, elle répondit d’une simple caresse dans ses cheveux. Il se leva quittant la chaleur de la chambre et s’habilla.

Sur le chemin Akagi rumina les différents scénarios. Il savait avoir fauté, il était préparé à accepter tous jugements qui seraient prononcés. Cependant il espérait ne pas perdre son grade au sein de la police si rapidement après l’avoir intégré. L’état-major l’avait testé, il en était maintenant persuadé. Ils savaient très certainement que ses parents avaient été tué par l’empire lors de l’occupation. La cohalition existant entre les divers pays nécessitaient de garder une entente entre chaque force et le village devait s’assurer que leurs gradés sauraient se tenir face à ceux qui jadis les avaient assujettis. C’était logique. Le Metaru le comprenait désormais mais la marchande… il n’osait penser à son nom, avait su trouver les bons leviers pour désamorcer sa patience et lever les chaines retenant sa fureur et sa haine pour ses compatriotes. Cet épisode l’avait cependant fait grandir comprenant que son amour pour son village, son clan, sa famille était plus grand que sa haine pour le teikoku, il avait réussi à éviter le pire.

Entrant dans le poste de police, Akagi aperçu Minako et se rapprocha d’elle. Alors qu’il allait retourner son salut, Ikari débarqua, le foudroyant officier du Kyuubu fit irruption comme à son habitude en coup de vent, salua Minako puis lui lança :

-Allons dans un bureau plus calme Akagi-san. Et tu pourras un peu me parler de cette affaire

Akagi fit un signe de tête vers Minako et hocha la tête simplement pour toute réponse à Ikari. Il le suivit jusqu’à arriver dans ce qui devait être son bureau au sein du teikoku. Le géant de métal s’assit sur l’une des chaises disponibles et attendit que l’interrogatoire débutât. La vérité et les faits seraient les seules choses qui sortiraient de sa bouche, il n’avait aucun désir à cacher un acte qu’il avait déjà confesser dans le rapport fait pour cette mission.

_________________
Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Sam 18 Sep 2021 - 22:44




Missions et débordements



Lorsque j'arrivai face aux deux intéressés, Minako fut la première à se présenter et à me répondre qu'elle était prête pour suivre l'interrogatoire. Quant à Akagi, ce dernier semblait plus réservé, et ne répondit que par un hochement de la tête avant de me suivre. Sans dire un mot de plus, je tournai donc les talons pour me diriger vers un des bureaux qui était vide et spacieux. Je n'aimais pas rester enfermé dans des endroits clôts, moins encore quand ces derniers faisaient l'envergure de mes deux bras étendus sur les côtés. D'un autre côté, vu ma taille, je doutais que quelconque apprécie de rester enfermé dans un espace aussi exiguë. Mais ce n'était pas le sujet aujourd'hui, et je ne pouvais décemment pas mener des interrogatoires dans les rues de Kumo. Le bureau dans lequel je pénétrai était plus spacieux, c'était d'ailleurs l'un des plus grands du commissariat, mais restait tout aussi épuré que les autres. Des murs d'une couleur terne, uniformément grisâtre, et une simple table carrée de la même couleur avec quatre chaises autour trônait au milieu de la pièce.

-Vous pouvez vous asseoir.

Je prie moi-même une chaise, me plaçant de facto face à Akagi, laissant Minako s'installer à mes côtés face au nouvellement chunin. C'était à moi qu'on avait donné la mission de faire cette petite enquête, même si à mon sens elle n'avait pas lieu d'être. Ou du moins, la plainte en elle-même n'avait pas lieu d'être. En ce qui concernait le comportement du Meta-roux (haha oui, je venais de trouver cette blaque, mais je ne comptais pas la faire à voix haute), c'était une toute autre chose. Mais toute plainte devait être étudiée, et une enquête en découlait systématiquement, et nous voici. Je restai un court instant sans rien dire, m'adossant au dossier de ma chaise tout en repensant au rapport que j'avais lu. Puis je finis par croiser les bras et relever la tête vers le grand gaillard.

-Bon, j'vais pas passer par quatre chemin. J'ai bien lu le rapport, mais j'aimerais que tu m'racontes toi-même c'qu'il s'est passé. Comment l'incident est arrivé. Où vous étiez à ce moment là, les personnes qui se trouvaient là, s'il y a eu des blessés ou pas...tout le tralala.

L'enquête portait d'abord sur "l'affront" d'Akagi envers le Teikoku au vue de cette mission, et c'était sur cette partie que je comptais me pencher en premier. Le reste...viendrait certainement après en fonction de ce que j'entendais. Si d'habitude j'arborais toujours un sourire avenant, cette fois-ci c'était un air concentré qui était affiché sur mon visage, preuve que je n'étais pas là simplement en tant qu'Ikari mais inspecteur du Kyubu. Et même si j'appréciais le guerrier, cela ne changeait en rien mon travail. Mais quelque part, la part de moi qui restait simplement moi, ne pouvait s'empêcher de se demander si le Metaru en face de moi avait progressé depuis notre dernier affrontement. C'était déjà le cas entre notre premier combat et le second. Entre temps il avait participé au tournoi des genins et été promus chunin. Peut-être qu'après toute cette histoire...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Dim 19 Sep 2021 - 13:53
La discrétion et le silence de la demoiselle font comme si elle n'était pas là. Elle s'est assise à côté du jeune blondinet. Mains sur les genoux, la Banshee balaye le bureau du regard, et, bien que les couleurs tristounettes sont encore une fois de mise, comme dans la plupart des bureau, la demoiselle se dit, via la disposition du bureau et des chaises, que l'ambiance est assez chaleureuse pour que les trois protagonistes se sentent un minimum détendus. Baissant les yeux sur son bras emplâtré, elle a une légère appréhension, ne voulant pas qu'on la voit comme étant fragile. Son chéri voulait en démanger une à celui qui a remporté le bras de fer ce jour-là, elle s'en souvient bien. Relevant les yeux vers Ikari, posant les questions, la demoiselle est perplexe : ce dernier lui paraît trop flou sur les questions posées et pas assez professionnel. Les mots employés notamment sont un peu trop familiers, on dirait que l'être foudroyant se contrefiche du travail qu'il effectue en ce jour. N'importe qui serait en face de l'assimilateur foudroyant pourrait le prendre de haut, le traiter d'imbécile, de faire exprès de dire n'importe quoi pour l'embêter, ou pire… Mais peut-être que Akagi sait de quoi ils vont parler aujourd'hui et que les deux hommes se connaissent déjà bien ? Minako espère dans tous les cas que la discussion se passera bien. Les deux officiers lui inspirent confiance.

Étant souvent en train de travailler et de parler avec Hanzō, Minako est perdue, se demandant quelle est la force mentale de Ikari, car ses méthodes diffèrent de son tuteur. Est-ce que ses observations du jour peuvent lui montrer qu'importe la méthode et le comportement de chacun, on peut être aussi efficace dans le travail effectué ? Elle ne le sait pas et se contente seulement d'écouter et regarder les deux officiers. Replaçant son bras cassé correctement, elle maintient son carnet de note, prête à noter toutes les informations pertinentes non verbales qu'elle voit, espérant ne déranger personne en ce jour. Elle le sait, elle doit étudier la voix de chacun des deux personnages apparaissant dans ce tableau, ainsi que leur regard, leur faciès, les mouvements de leurs mains lorsqu'ils dialoguent. Son regard ne reste pas fixe, ses yeux se posent sur un officier puis sur l'autre, et ce au bon moment à chaque fois. La demoiselle n'a qu'une chose à faire : savoir ce qui a bien pu se passer et rester silencieuse comme la Mort ayant récupéré les âmes qui lui sont dues.

Minako paraît détendue, mais pourtant si sérieuse dans sa posture et dans ce qu'il se passe, on ne peut pas réellement savoir ce qu'elle peut penser à ce moment-là, et pourtant son cerveau travaille. Minako est juste perdue dans ses pensées et essaye de faire de l'ordre. Puis, elle se souvient de la méditation lui permettant de se mettre en état de flow et chasser les pensées parasites. De par cette astuce, la demoiselle arrive à se concentrer sur son exercice qu'elle doit effectuer pour comprendre la base d'un interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Sam 25 Sep 2021 - 22:34
Direct, Ikari lui demanda à sa façon particulière de faire un résumé de la scène. Le Metaru le regarda simplement et exposa les faits sans fioritures. Redonnant les détails de la mission. L’escorte d’ancien Kumojin ayant trahi la cité durant l’occupation de l’empire et ayant rejoint leur camp. Pui détaillant la scène en question, qui se déroulait non loin de l’académie, alors que la troupe marchait vers la zone commerciale. Les incessantes remarques et piques d’Asami avait atteint leur paroxysme quand elle avait osé mentionner son père avec sa langue perfide de traitresse.

« … elle a trouvé mes points faibles. L’assassinat de mes parents par le teikoku, mon envie de vengeance sur cet empire, ses piques incessantes durant le trajet et la mention de mon père… j’ai perdu le contrôle un court instant. J’ai saisi ma hache, prêt à l’abattre sur le cou de cette femme du Teikoku qui représentait à cet instant tout l’empire et les perfidies que celui-ci engendrait à cette époque néfaste de l’occupation…. Mais ma main ne s’est pas abattue sur elle. Ma conscience à prit le dessus. Au lieu de sa ma colère vivace m’a fait la menacer pour qu’elle se taise et que je n’ai plus à subir ses constantes remarques. Sakura Okita était présente, elle m’a aussi aidé à ne pas commettre l’irréparable.»

Akagi se tut un court instant. Il regrettait cet acte qui lui valait désormais cet interrogatoire et cette remise en question mais dans un sens, cette étape l’avait fait grandir et comprendre qu’il était plus fort que sa haine. Il continua :

« Je sais que j’ai fauté. C’est pourquoi je l’ai signalé dans mon rapport à l’état-major. Comme je le disais dans celui-ci, je suis prêt à accepter tout jugement. Je mérite sanction. »

Akagi sortit de sous sa cape une copie du rapport qu'il avait rédigé pour cette mission afin de prouver sa bonne foi.

Rapport de mission:
 

Le Metaru s’arrêta cependant tout l’avenir qu’il s’était tracé passait par son adhésion au Kyuubu et la peur des conséquences de cet acte, le poussa tout de même à ajouter :

« J’affronterais tout jugement, cependant je souhaiterais au devant de mon historique sans tâche demander à ne pas encourrir une exclusion du Kyuubu. Je suis fier d’appartenir à ce corps et j’assure qu’un évènement similaire n’arrivera plus. J’ai compris mon erreur durant l’acte. J’ai compris que la haine n’engendrerait pour moi que des conséquences néfastes. »

Akagi se tut une nouvelle fois. Il n’avait pas voulu aller plus loin mais ses convictions et sa fierté d’appartenir au Kyuubu l’avait poussé à ajouter. Ses quelques mots. Se déshonnorant. Il secoua la tête et lança :

« Pardonne-moi, Ikari-senpaï. Ce n’est pas digne de moi. Comme je te le disais, j’accepterais tout jugement. »

Akagi jeta un œil à Minako aux côtés d’Ikari, quelle image devait-il donner à la jeunesse Kumojin en se comportant de la sorte. La colère naissante dans ses entrailles était dirigée contre lui-même et sa faiblesse passagère. Gardant le port droit durant tout l’entretien, son regard redevint d’acier prouvant sa détermination à affronter la sanction qui s’annonçait.

_________________
Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Sam 2 Oct 2021 - 17:11




Missions et débordements



Lors de ce petit interrogatoire, je ne portais que peu d'attention en apparence à la jeune Minako qui était là en tant qu'observatrice. Mais si toute mon attention semblait diriger vers le principal concerné, le Métaroux, je gardais un troisième oeil discret sur l'expression neutre de la demoiselle. Quant à Akagi, il ne fut pas surpris par mon étonnante franchise et mon désir d'aller droit au but, et sans se démonter, il me reprit consciencieusement tous les éléments de cette mission et notamment son débordement. Comme je m'en étais douté, cela allait un peu plus loin qu'un simple ressentiment envers l'Empire qui avait assujetti Kumo et les traîtres qui avaient déserté les rangs des Nuages pour rejoindre ceux de "l'ennemi" à l'époque. Cette histoire était bien plus personnelle, touchant à l'assassinat de ses parents par des soldats de l'Empire. Ses sentiments avaient été mis à vifs par cette mission, et j'imaginais bien le conflit émotionnel auquel il avait été livré, je trouvais presque cela cruel. D'un autre côté, ceux qui lui avaient assigné la mission avait connaissance de son dossier, et certainement de cette histoire...Avaient-ils donc voulu tester Akagi ? Très certainement. Et il avait failli échouer.

Malgré toutes ces pensées, je gardai une expression sérieuse et imperturbable sur le visage dans un premier temps. Lorsqu'il me tendit le rapport que je venais de lire quelques minutes, je le récupérai, et y jetai un coup d'oeil rapide sans réellement m'attarder sur le document. Il comprenait ses fautes, et les avaient exprimé relativement tôt, prouvant une certaine maturité et un certain sens du recul que l'on ne pouvait nier. Il allait même jusqu'à réclamer une sanction pour lui...mais après une courte pause, son attitude changea légèrement. Il plaida sa cause. Se raccrochant à sa place au Kyubu presque autant qu'à se propre vie, faisant comprendre sans effort l'importance qu'il portait à cette place qu'il venait tout juste d'acquérir. Intérieurement, son assurance et son culot me firent sourire, car comme tous les Metaru que je connaissais étaient aussi déterminés qu'acharnés pour atteindre leurs objectifs. Extérieurement, cependant, je ne laissai apparaître qu'un haussement de sourcil mi-amusé, mi-réprobateur. En prenant alors un ton faussement plus léger, je lui répondis donc.

-Et qu'est-ce qui te fait penser que tu mérites encore ta place au Kyubu, Akagi-san ? Ou même dans le corps shinobi de Kumo ? Toi qui a failli déclencher un incident diplomatique avec l'Empire pour un coup de sang ?

Mes paroles étaient dures, tranchantes comme le katana à ma ceinture, mais nécessaires. Car si je savais bien une chose, c'était que nous étions des shinobis, des guerriers mais aussi des instruments au service d'un village. Et beaucoup semblaient penser d'avantage à leur honneur, et à leur principe, qu'au bien des leurs. L'une des premières leçons des shinobis étaient de savoir dissimuler leurs émotions et ainsi faire passer le bien du village avant leurs intérêts personnels. Ma voix restait posée, et mon langage corporel ne renvoyait qu'une impression de calme et de légèreté alors que je continuais délibérément à enfoncer le couteau.

-Es-tu encore plus faible que tes parents, qui se sont faits tuer par des soldats sans nom de l'Empire ? Au point d'être susceptible de déclencher une nouvelle guerre ?

Si cela me coûtait de prononcer ces mots, ma voix ni mon expression ou mon langage corporel n'avaient rien trahi de cette ambivalence, gardant le même masque calme et posé, presque désinvolte. Et après ces quelques questions sous le ton de la provocation, j'observai d'un oeil faussement innocent le guerrier roux, tout en gardant un oeil sur la réaction de Minako. La pauvre qui n'était là que pour observer.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Ven 8 Oct 2021 - 19:31
La poupée ferme ses yeux d'océan, entrant en état méditatif, cachant en réalité une peur et un mal-être. Minako ne veut pas qu'un homme tel que Akagi se fasse retirer l'insigne du kyuubu, alors que des personnes dotées d'une véritable folie ont quant à elles rejoint les forces ninja. Elle ne veut pas y songer une seule seconde. Peut-être que là n'est qu'un coup de pression à l'encontre du membre du clan Metaru, mais au fond d'elle, la jeune apprentie le sait. Si la justice fait mal son travail, alors elle se battrait jusqu'au bout pour devenir taisho du kyuubu et revoir ainsi ce qui fait d'une personne un danger public ou non.

Minako ne pense pas avoir le droit de parole, c'est pour cela qu'elle reste silencieuse. Elle le sait et le sent, au vu de ce qu'il a raconté à Ikari plus tôt, la demoiselle se sent davantage en confiance et admirative face au forgeron. Malgré sa dérive, il a su se freiner et s'arrêter, là où d'autres auraient lamentablement échoués, et de plus, il assume ses actes. La jeune pousse, en comprenant cela, se dit que Akagi est un bien meilleur exemple à suivre que certains ninjas, dont elle ne donnera pas les noms, mais qui ont fait parler d'eux dernièrement.

Respirant lentement, inspirant, gardant son souffle quelques secondes, puis expirant, la demoiselle est capable de reprendre ses esprits aisément. Elle ne peut pas croire qu'un homme tel que lui se fasse interroger et encourt un tel risque de rétrogradation pour une simple agression verbale alors que d'autres ont attenté à la vie d'autrui et n'encourent pas la prison. Son regard, vers Ikari, veut tout dire. Minako ne veut pas que Akagi ne se fasse retirer du Kyuubu. Elle pense qu'il a sa place ici, largement. En aucun cas il n'y a de subjectivité, ne le connaissant pas personnellement.

Minako note quelques observations, dont et surtout le sérieux et la formulation des questions de Ikari. Cela peut lui servir le jour où elle-même passerait dans le rôle de interrogatrice. Elle espère qu'elle s'entraînera à faire des mises en situations avant qu'elle ne soit confrontée à mener de telles enquêtes. Mais, ce qui l'intéresse, surtout, sera la voix de Akagi lorsqu'il répondra aux dures paroles de Ikari. À quel point elle entendra un changement dans ses futures paroles ? C'est en ce jour ce qui l'intéresse, même si ce qu'elle comprend lui fait mal au cœur. La perte des parents, tués par les anciens ennemis dont certains habitants sont venu actuellement, a dû susciter énormément de douleur en lui et la demoiselle ne peut que comprendre les paroles déplacées de l'homme. En aucun cas elle n'est déçue, au contraire. Elle veut le soutenir pour surmonter son traumatisme. Au moins faire de son mieux pour l'aider.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Sam 4 Déc 2021 - 10:29
Les paroles d’Ikari le frappèrent virtuellement au plexus solaire, faisant écho à sa propre pensée. Méritait-il de continuer à porter l’insigne après cet écart de comportement. Il visualisa la scène une nouvelle fois. Son bras armé de sa hache, les yeux fous, prêt à prendre la vie d’une étrangère pour de simples paroles. Aussi acerbes, perfides ou viles fussent-elles, il ne s’agissait que de paroles. Des paroles frappant sur les plaies ouvertes de la mort de sa famille, avivant facilement sa rage tel une brise sur un feu de forêt. Des paroles lui rappelant l’horreur de la soumission de son clan et de sa cité face à l’envahisseur. Des paroles le plongeant à nouveau dans la servitude, où sa liberté envolée pour assurer un avenir à sa progéniture maintenait fermement la bride à ses envies de rébellion. Mais malgré tout, uniquement des paroles. Une nouvelle fois le Metaru se sentait grandir à se consta. Les paroles ne devraient pas avoir le pouvoir d’engendrer de tels émotions. Il devait apprendre à prendre du recul, analyser la situation, la personne énonçant ces paroles avant de réagir. Akagi, du haut de sa trentaine d’années, comprenait qu’il avait appris une leçon importante, grâce à son écart.

La réponse à la question d’Ikari, il ne l’avait pas. Voilà la seule vérité. S’il avait encore sa place au sein du Kyuubu. Il l’espérait. Lui-même avait son idée sur la question mais il sentait que la question n’était pas vraiment là. Il répondit donc d’un calme olympien :

« Il n’est pas ma place de donner cette décision. C’est la vôtre Senpaï et de l’état major. Comme je le disais précédemment. Je me plierais à tout jugement. Vous connaissez mon respect pour nos lois et la ferveur que j’ai envers notre caste. Si pour l’image des shinobis Kumojin, du Kyuubu, il faudrait faire un exemple de mon cas. Je le comprendrais. »

Akagi ne s’abaisserait pas à se défendre plus. Il avait en effet levé le bras mais n’avait pas abattu son courroux. Il avait fait preuve d’une faiblesse passagère sans réelle conséquence. Le géant d’acier comprenait son erreur et la portée politique de son acte. Rien ne servait donc de se défendre inutilement, si le village pouvait s’accommoder de la résonnance de son geste auprès de ses voisins. Il ne serait très certainement pas puni. Dans le cas contraire une sanction serait forcément mise en place. Voilà, où la réflexion du Metaru l’avait menée.

Quand Ikari enchaina, cherchant à voir si le fier Metaru avait retenu la leçon de ses erreurs en piquant là où le serpent de l’empire l’avait mordu. Akagi ne broncha pas. Il serra seulement le poing, quelque peu déçu qu’on le prit pour un idiot capable de réitérer les mêmes erreurs. Il répondit à Ikari froidement :

« Non. »

Malgré lui cet entretien et les deux dernières questions posées par la foudre kumojin, égratigna le respect qu’il avait pour son senpaï. Il ne faisait que son travail, mais le Metaru lui en voulu sur le moment de cette question mesquine. Il ne montra rien gardant cela pour rien, forçant son esprit à comprendre qu’Ikari ne faisait que son travail.

_________________
Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Dim 19 Déc 2021 - 15:47




Missions et débordements



Comme je m'y attendais de cette situation étrange, les attentes et les sentiments en jeu étaient importants. Et pas seulement pour l'Akagi qui pensait jouer sa place au sein de la police, mais aussi pour la jeune Minako qui avait pour objectif d'y rentrer, d'où sa présence à l'interrogatoire. A certains moments de cet interrogatoire, je pouvais sentir son regard sur moi, insistant et plein de détermination. Un regard qui ne laissait aucun doute sur le fond de ses pensées et sur l'objet de sa détermination. Elle croyait le Metaru, et désirait si fort son amnistie que cela transpirait presque par delà de son esprit. Mais pour le moment, je fis semblant de ne pas voir ses regards ni de les sentir sur le côté de mon visage, faisant mine de me concentrer entièrement sur le guerrier roux devant moi. Rien dans l'expression de mon corps ne trahissait d'émotion, pas même ma respiration ou ma gestuelle.

Sans réelle surprise, le Métaroux ne réagit pas le moins du monde à ma tentative de provocation, et je savais d'ores et déjà qu'il n'en aurait aucune. Je connaissais sa détermination, je connaissais sa passion et son désir de protéger Kumo. Son désir de devenir fort, suffisamment fort pour que l'on puisse s'appuyer sur ses piliers en acier. Si j'avais lancé cette provocation, ce n'était pas tant parce que je pensais qu'il allait une nouvelle fois craqué et s'énerver. Auquel cas, sa place n'était définitivement pas parmi nous. Autant du Kyubu que du corps ninja de Kumo. Non. C'était un homme intelligent, et malgré ses forts sentiments et son fort caractère, il apprenait vite de ses erreurs et progressait à une vitesse hallucinante. Alors pourquoi cette pointe de mesquinerie ? Je finis par soupirer en retirant l'air délibérément insouciant voir provocateur sur mon visage, et finis par me pencher sur ma chaise vers le guerrier. J'arborai cette fois un sourire qui n'avait rien de malicieux, mais où une pointe paradoxale de sérieux avait trouvé sa place.

-Très bien. Car je te connais, Akagi-san, et je sais à quel point tu es fort, et intelligent. Je ne doute pas que tu aies appris de tes erreurs. Mais ce n'est pas le cas de tout le monde. Ce mépris que je t'ai montré plus tôt ? Tu risques d'y faire face. De la part d'autres shinobis d'autres contrées, de la part d'étrangers, mais aussi de la part de tes collègues. Tu ferais mieux de t'y habituer rapidement.

Je m'adossai à nouveau sur ma chaise avec un grand sourire et croisai les jambes. Le reste de mon discours n'était pas tant adressé au Metaru qu'aux deux shinobis présents.

-Je ne vais rien te reprocher pour ma part. Tu n'as commis selon moi aucune faute grave. Tu as su contenir tes émotions, même si c'est au dernier moment. Mais il faudra à l'avenir faire bien plus que ça. Et cela vaut pour toi aussi, Minako-san ! Tes émotions et ton désir transpirent dans la salle depuis presque le début de cette interrogation, haha. J'dis pas qu'c'est une mauvaise chose, mais parfois, va falloir savoir non seulement la contenir, mais aussi la dissimuler aux yeux de tous !

Sur ces quelques paroles, je leur adressai un sourire et me levai de ma chaise avec un aplomb qui ne voulait dire qu'une seule chose. L'interrogatoire était fini. Sans autres sommations, je me dirigeai alors vers la porte de la salle. Ma main posée sur le métal froid de la poignée, j'ajoutai ces dernières paroles.

-Parce que nous sommes des shinobis de Kumo.

Et suite à cela, je m'en allai de mon pas sautillant, me dirigeant vers un lieu tranquille où je pourrai faire mon petit rapport en paix.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Jeu 23 Déc 2021 - 11:10
Au moins faire de son mieux pour l'aider. C’est bien ce que voudrait faire Minako parce qu’avant d’être ninja, ils sont tous humain. Même un grand criminel doit avoir ses raisons de l’être car il n’en est pas possible autrement ; une éducation foireuse, une enfance difficile…. La demoiselle en est quasiment sûre et voudra tout faire pour étudier leur psychée, en interrogeant des détenus par exemple, accompagnée d’officier pour sa propre sécurité, bien entendu..

Minako admire le calme de Akagi. Elle a nettement l'impression qu'il est suffisamment droit et honnête pour continuer à porter fièrement le bandeau du village. Elle aimerait apprendre à avoir un tel self control, elle qui est si impulsive. Quant à Ikari, la demoiselle le trouve assez nonchalant et sympathique, elle se demande s'il est assez professionnel pour interroger des êtres plus dangereux d'ailleurs. Cela dit, une question lui brûle les lèvres lorsqu'il parle de contenir et dissimuler ses émotions. C'est vrai que depuis quelques temps, Minako se demande comment on peut en arriver à avoir des monstres se baladant en ville, des ninjas si faibles et une perte de temps dans certaines enquêtes qui n'en valent pas la peine.

Au moment où Ikari posé sa main sur la clanche en disant qu'ils sont ninja de Kumo, Minako se lève pour enfin s’exprimer. « Attendez, Ikari-san. Comment peut-on dissimuler ses émotions comme cela ? » dit-elle calmement, mais de manière assez froide qui ne veut dire qu’une chose sur sa colère bouillonnante de l’intérieur…

« Comment ne pas être en colère quand des êtres dangereux sont en liberté et que des ninjas aussi droits que Akagi-san soient interrogés pour des broutilles ? Et si d'autres personnes plus dangereuses agissent alors qu'on est sur ce genre d'enquêtes ? » Minako marque une pause avant de reprendre : « Faut-il que ce genre de personnes fassent des dizaines de morts d'innocents pour trier les enquêtes â faire ? »

Minako en a marre de devoir rester sage et se taire au vu de son statut d’apprentie. Elle s’est suffisamment forcée à se soumettre qu’elle ne veut plus, _qu’elle ne peut plus_, intérioriser ses démons intérieurs, sa rage de vaincre, sa colère vis-à-vis de l’injustice. Déjà qu’elle est en pleine recherche des chanteuses du bar qui l’ont empêché de mettre à bien sa mission de vigil, si elle constate que des officiers, plus expérimenté et gradé qu’elle, se tournent les pouces, la banshee voudra rendre ce blason qu’elle a tant espéré avoir.

Bientôt, la demoiselle ne supportera plus de travailler auprès de ninja dont la volonté et les lois qu’ils respectent sont aussi faible et minables. Ce qu’elle veut, c’est la puissance, cette rage qui fera trembler tous ceux qui voudront s’en prendre à sa patrie, ne plus voir de telle faiblesse que lors de cette crise entre le Teikoku et Kumo. Plus jamais la demoiselle ne veut voir de telles immondices se produire, plus jamais elle ne veut voir de personnes avec des œillères, plus jamais elle ne veut voir de lâcheté. Minako serre ses poings sur la table avant de dire ceci : « Mais peut-être que les paroles d’une genin n’a aucun sens pour vous… »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Mar 4 Jan 2022 - 21:26
Akagi écouta sans broncher le verdict d’Ikari. Avec son flegme habituel le foudroyant kumojin révéla le véritable objectif de sa manœuvre non concluante. Akagi comprenait le subterfuge et le besoin de l’exercice. En effet comment s’assurer autrement que le Metaru ne promettait pas des illusions, si on ne le poussait pas à la faute. Le Metaru avait relevé le défi et se sentait grandit. Sa haine pour les meurtriers de ses parents était toujours vivace mais sa sagesse grandissait et il savait désormais que s’emporter contre de simple pion sur l’échiquier le desservait. Il saurait remettre à plus tard sa vengeance ou éteindre les flammes de sa rage mais il était certains que tant qu’il ne jouirait pas d’une certaine autonomie octroyée par un rang important, il ne pourrait assouvir ses envies de vengeance sur le Teikoku.

Quelques années auparavant il aurait voulu brûler l’entièreté de l’empire désormais il comprenait que sa vengeance se voyait mal orienter. Le peuple n’avait rien à voir avec le choix d’une poignée et c’était cette poignée que le Metaru comptait bien toujours mettre au pas.

Alors qu’Ikari allait partir, Minako prit la parole. Incrédule la minarai semblait plus qu’effarée par le comportement de l’officier de la foudre face à Akagi. Cependant Ikari ne faisait que son travail et alors que Minako finissait sa dernière phrase. Faisant preuve d’une insolence qu’Akagi n’apprécia guère le Metaru intervint.

« ça suffit Minako, tonna-t-il. »

Ikari s’éloignait déjà. Il n’avait pas du apprécier les reflexions de Minako mais avait choisit de les ignorer. Peu verser dans l’enseignement la foudre restait fidèle à elle-même et partait se libérant de son devoir effectuer, en jugeant le Metaru innocent et ne lui imposant aucune sanction tout du moins pour le moment.

Akagi se tourna vers l’apprentie du Kyuubu et la toisa de toute sa hauteur. Il la regarda avec dureté avant de lui enseigner l’une des leçons de la police :

«Crois tu que tu es rentrée dans la police pour faire du sentiment ? Quel est le devoir de notre corps ? »

Akagi n’attendit pas de réponse :

« Faire respecter la loi. La loi est universelle. Elle fait fi des rangs et des connivences. Elle est aveugle devant les sentiments. Elle ignore la richesse et abat son épée même sur les plus justes.»

Sa voix était ferme et forte, il faisait la leçon à sa camarade comme il l’avait rarement fait jusqu’ici son manque de respect pour son ainé l’irritait autant que son manque de considération quant à la difficulté de l’exercice auxquels Ikari venait de se prêter avec un camarade Kumojin.

« Si tu te permets déjà de choisir qui doit être ou ne pas être juger tu ne deviendras jamais officier… »

Akagi secoua la tête, il soupira et lança d’une voix toujours ferme mais plus calme souhaitant inculquer une leçon à la jeune apprentie tout en ne laissant le temps à la répartie :

« Crois-tu qu’Ikari était heureux alors qu’il me tourmentait ? être l’interrogateur s’est savoir oublier son identité et entrer dans le rôle d’une personne qui doit juger. Être impartial. Devenir la justice. Représenter la loi. La leçon qu’il nous a donné sur les sentiments à maitriser est plus que juste et elle l’est encore plus pour un officier du Kyuubu. »

Akagi attendit un peu sur sa dernière déclaration. Laissant Minako comprendre la dimension de ses paroles. Avant d’ajouter :

« Es-tu réellement prête à avoir la charge de potentiellement juger des amis à toi ? Pour vingt tueurs que tu arrêteras, un innocent ayant fauté à cause de ses sentiments sera dans le lot mais est-ce que ça voudra dire qu’il faut changer la loi pour lui ? Si demain je tuais un homme de sans froid serait tu prêtes à me mettre aux arrêts ? »

Le Metaru attendait la réponse de la jeune Kumojin, il s’agissait d’une leçon importante pour s’imaginer pouvoir devenir officier du Kyuubu.

_________________
Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 20:29




Missions et débordements



Alors que je m'apprêtais à tourner la poignée de la porte de la salle d'interrogation, pensant avoir fini avec ce petit interrogatoire que je trouvais somme toute superflu, la voix de l'apprenti du Kyubu m'interpela. Elle n'avait pas prononcé un mot depuis le début de l'interrogatoire, se contentant d'assister à la séance. Mais son mécontentement et sa mauvaise humeur s'étaient faites sentir au fur et à mesure de l'avancée des évènements, jusqu'à son regard insistant sur ma personne. Pour autant, je n'aurais pas pensé qu'elle prendrait ainsi la parole. Elle n'avait pas explosé, comme on aurait pu s'y attendre, mais son ton froid et presque vindicatif était suffisamment explicite pour qu'il n'y ait aucun doute sur son ressenti. Je finis par lâcher la poignée de métal qui, au vu de mon électricité presque naturelle, relâcha brièvement un arc électrique discret entre le métal et ma peau tandis que je me retournais vers la demoiselle avec un sourire.

Je ne répondis pas tout de suite à sa question, car il était plus qu'évident qu'elle en avait plus derrière la langue, et qu'elle n'avait pas fini d'exposer son point de vue. Alors je mis mes mains dans mes poches d'une manière décontractée comme à mon habitude, et attendis patiemment qu'elle finisse avec mon habituel sourire. De toute évidence, elle trouvait cela injuste qu'Akagi se trouve là à être interrogé pour quelque chose qu'elle considérait comme anodin. Alors que d'autres shinobis bien moins exemplaire que le Meta-roux ne se trouvaient pas en prison quant à eux. Faisait-elle référence à Joben ? Très certainement, du moins je ne voyais pas de qui elle pouvait parler d'autres. Et sur la théorie, j'étais entièrement d'accord avec elle. Mais elle semblait oublier quelque chose d'essentiel. Quelque chose pour lequel je n'eus même pas intervenir, car la voix du guerrier retentit pour stopper sa pupille. Et discrètement, j'entrouvris très légèrement la porte de la salle de réunion pour laisser les sons s'échapper du bureau. Cela permettrait à tous ceux présents dans le commissariat de police de se rendre compte des mots du nouveau membre du Kyubu. Si certains avaient pu se faire encore des soucis quant à la droiture et à la conscience professionnelle d'Akagi, son discours finirait de faire taire les foules. A la fin de son monologue à l'intention de Minako qu'il semblait connaître, je souris une nouvelle fois.

-Il semblerait que j'n'ai pas eu à répondre à tes questions, Minako-san. Nous sommes les forces de l'ordre, mais cela n'nous donne pas l'droit d'en faire à notre guise, en bravant les règles. Sinon l'ordre tourn'ra au chaos.

Je finis par ouvrir la porte de la salle en grand, et commençai à sortir. Mais la référence à Joben qu'elle avait faite plus tôt me fit me stopper une nouvelle fois dans mon élan. Et je me retournai vers elle avec un nouveau sourire, plus taquin cette fois.

-Ceux qui dépasseront les bornes ne resteront pas impunis. Mais peut-être aurais-tu besoin de défouler ta colère de manière...plus physique ? Me montrer la détermination que tu pourrais mettre à arrêter quelqu'un qui va sur la mauvaise pente selon toi...me montrer la force de tes convictions.

Une provocation ? Pas réellement. Plutôt une proposition, même si elle m'intéressait fortement. Elle semblait s'être beaucoup retenue pendant cet interrogatoire, mais malgré notre discussion, je doutais que de simples mots lui permettent de calmer le tumulte de ses émotions. Un combat, quant à lui pourrait grandement aider. Et cela me permettrait par la même occasion d'évaluer les capacités de cette future prétendante au Kyubu. Si elle acceptait. Je me dirigeai donc vers la sortie du poste de police, et en croisant le regard des officiers présents, je sus qu'ils n'avaient rien perdu de la diatribe du Metaru, et que ces derniers sauraient retenir sa dévotion et son sérieux. Mon sourire ne faisait que s'agrandir alors que je sortais par la porte, invitant silencieusement la genin à me suivre, si elle le désirait.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako] Empty
Jeu 6 Jan 2022 - 21:18
Minako sursaute lorsque la voix de Akagi se lève. Le cœur battant, la demoiselle se retourne pour lui faire face. Pourquoi diable lui demandait-il de se taire ? Lorsqu’elle l’observa, elle crut reconnaitre les mimiques similaires à ce que ferait son propre père. Alors qu’elle voulait répondre à ce qu’est le devoir de leur corps, il enchaina avec ses affirmations. La loi est universelle et est supérieure en tout point aux sentiments ; c’est alors que l’on doit enfiler un masque neutre et jouer un rôle. Et, cette phrase sortie, parut une flèche en plein cœur de Minako.

« Si tu te permets déjà de choisir qui doit être ou ne pas être juger tu ne deviendras jamais officier… »

Minako se figea face à cela, comment peut-elle réussir à se canaliser ? Comment peut-elle réussir à mettre totalement de côté ses émotions ? C’est là qu’elle entendit son interlocuteur parler réellement du comportement à avoir ; ne faire qu’un avec la justice, car celle-ci est la même avec tout le monde. Au final, la jeune brûlée n’arrive plus à garder son regard rivé sur les yeux de Akagi. Comment peut-elle réussir à le regarder droit dans les yeux alors que le géant est pleinement en position de dominant ?

Minako est silencieuse face à sa dernière question. Ne pouvant changer la loi pour quelques exceptions, elle devrait se contraindre de seulement obéir aux ordres, tel un chien bien dressé. Après ces minutes de silence, aussi longues soit-elle, durant lesquelles Minako se demande quoi dire, quoi répondre à l’officier. Akagi n’avait pas tort, et de toute façon, Kaito lui aurait fait exactement la même leçon. Ne faire qu’un avec la justice.

« On ne peut pas changer la loi aux exceptions, mais on pourrait l'adapter au cas par cas, avec des circonstances atténuantes ou aggravantes, pour cela on devrait connaître les lois par cœur et savoir les utiliser de la bonne manière. Si vous tuez une personne de sang-froid, je n’hésiterai pas à vous juger et à vous condamner. Je pourrai de même vous faire exécuter et ce, sans regret, car en tant que membre du kyuubu, je ne dois faire qu’un avec la justice. »

Après la réponse de Minako, elle entend la voix de Ikari derrière elle. Par respect, elle se tourne et le regarde de son œil gauche d’enfant aux yeux noirs et de son œil droit d’océan, le fixant du regard sans broncher. Alors que le blond electrique appuya les propos de Akagi, une fois sa phrase terminée, Minako décide de lui présenter des excuses. Alors qu’elle reformulait dans sa tête la meilleure manière de le lui dire, le joyeux officier lui propose de se défouler physiquement pour faire partir la colère en elle. Quelque peu étonnée, la jeune apprentie se demande comment Ikari peut donner l’impression de ne pas être frustré ou même rancunier…

« Je… Je vous prie d’accepter tout d’abord mes excuses, Ikari-san. Je vous rejoindrai bien selon votre proposition, mais avant ça… » Minako retire son plâtre qui immobilisait son bras qui semblait en tout point réparé et fonctionnel. « Je vous présente aussi mes excuses, Akagi-san. Comptez sur moi pour me seppuku la prochaine fois que je dérape une nouvelle fois. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189

Missions et débordements [Ft Akagi et Minako]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: