Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Banc public [ft Meykiu Raizen]

Metaru Akagi
Metaru Akagi

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Ven 17 Sep 2021 - 18:17
Banc public


Le soleil s’approchait du zénith, un vent léger soufflait faisant virvolté dans l’airs les parfums mélangés des denrées du marché Kumojin. La foule dense de ce lieu égayait la matinée du Metaru perdu dans ses pensées encore affaiblit des suites de son hospitalisation. L’examen chuunin tout juste fini, récemment devenu gradé du village, le Metaru se sentait plus confus que jamais entre les agissements de sa cousine, son fils qui grandissait à vue d’œil mais dont il avait de moins en moins de temps pour s’occuper et ses nouvelles fonctions d’officier, le géant de fer ne s’ennuyait pas et sa vie s’écoulait sans qu’il n’ait le temps de la savourer.

Ainsi en cette matinée paisible, il avait décidé de prendre el temps de se balader au marché d’apprécier la vie Kumojin, discutant avec des civils qu’il connaissait et appréciant simplement une matinée au grand air. Sur son chemin, il attrapa une édition du kunaï émoussée qu’il paya une vingtaine de ryos. L’enroulant sous son aisselle, il continua sa route parmi la foule faisant signe au marchand d’arme avec qui il faisait souvent affaire pour vendre ses créations. Le bonhomme avait un pied bot et le dos un peu courbe mais le Metaru ne lui connaissait son pareil. Un sens des affaires innées et une capacité à déceler les perles rares incomparable faisaient de l’échoppe du marchand une véritable mine d’or pour ses clients. Loin d’être un escroc, il savait cependant faire une bonne affaire sans dépouiller trop ouvertement ses chers clients. Le bossu lui répondit d’un sourire et Akagi continua son chemin.

Arrivé dans une large avenue du village proche de l’assemblée, il trouva un banc et s’assit. La foule ici se faisait plus rare et le calme amenant avec lui d’autres bruits. Le champ des oiseaux, le bruissement des feuilles. Ce calme ravit le Metaru. Il croisa les jambes et ouvrit le kunaï émoussé souhaitant se mettre à jour des dernières nouvelles de ce monde troublé. La quiétude du matin lui faisait presque oublier les difficultés que le Yuukan connaissait et la course contre la montre qui était engagé. Des infos plus qu’étonnante était inscrite dans cette édition, l’empire qui était sans dessus dessous. La région de Matshu qui se relevait difficilement. Partout les marques de la guerre imprégnaient les pages de cette édition. Akagi pensa à son fils, il espérait que la cohalition trouverait rapidement une solution et donnerait un plan d’action aux shinobis. Il souhaitait rendre ce monde la paix, toute relative, qu’il connaissait afin d’assurer un avenir à sa descendance.

Plonger dans sa lecture Akagi ne faisait attention aux alentours. Il ne remarqua pas l’approche d’une icone de ce village qu’il aimait tant. Icône qu’il n’avait encore jusqu’ici pas réellement rencontré mise à part brièvement durant une réunion à l’assemblée Metaru. Akagi ne s’attendait pas à la personne qui allait le saluer.

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Sam 25 Sep 2021 - 7:30

Parcourant les alentours de Kumo après avoir effectué les fameuses annonces en lien avec le tournoi, alors que Raizen avait pu parler à Hideko, son attention était nouvellement portée vers un autre membre de ses effectifs. S’attelant dès lors à la tâche, le Meikyû était bel et bien parti à la recherche d’un dénommé Metaru Akagi.

Ayant eu l’opportunité de le croiser pour la première fois lors de la table ronde Metaru, voilà que son regard était de nouveau porté vers sa personne. Prometteur sous bien des facettes, sa présence en demi-finale du tournoi de Kumo n’avait aucunement surpris le Meikyû. Au contraire, quelles que soient les perceptions portées au clan Metaru, rien ni personne ne pouvait leur enlever leur puissance qui semblait par moment quasi innée.

Solide et robuste comme le fer, plus ceux-ci évoluaient, plus le métal qu’il représentait devenait solide, prêt à toute épreuve. Or, que se passait-il lorsque deux personnes coiffées d’un fer sensiblement aussi résistant s’opposaient et se confrontaient jusqu’à s’entredéchirer ?

Telle était la raison pour laquelle Raizen était curieux de rencontrer le Metaru en ce jour.

Arrivant dès lors sur les lieux alors qu’il venait de l’apercevoir, il mémorisa simplement son empreinte chakratique afin de le trouver avec plus d’aisance la prochaine fois.

-Bonjour Akagi, j’espère que je ne te dérange pas.

Se présentant soudainement devant lui, Raizen lui fit un sourire sympathique avant de s’approcher du banc.

-Tu permets que je m’assoie ?

Faisant preuve de politesse alors qu’il demandait avant de s’inviter, si ces formalités pouvaient paraître inaccoutumés pour quelqu’un de son grade, toutes ces mesures de politesses étaient loin d’être anormales pour le Meikyû qui n’avait jamais cessé de fonctionner de la même manière. Que ce soit lorsqu’il était genin ou même sans titre, il gardait toujours ce constant respect pour la zone d’autrui, sauf s’il jugeait nécessaire de briser leur confort.

Loin d’être le cas dans l’instant, l'ombre était plutôt là pour prendre des nouvelles du jeune Metaru qui aurait très bien pu y passer sans l’intervention d’Aizen et de l’arbitre. Conscient des risques, Raizen demeurait tout de même rassurer d’avoir forcé l’appel aux arbitres pour éviter tout accident. Prévoyant, cela n’avait pas empêché certains de se porter à la défense du jeune Metaru à une vitesse plus ou moins rapide, chose qu'il pouvait comprendre dans une situation aussi urgente.

-Encore félicitations pour ta promotion. Elle était amplement méritée. Toutefois, tu dois surement te douter que ma présence n’est pas un pur hasard. Si cela ne te dérange pas, j’aimerais savoir comment tu vis tout cela et comment tu te sens avant tout.


Se faisant vague dans ses propos, il donnait le champ libre au jeune homme de s’exprimer sans forcément lui donner les grandes lignes de ce qu’il voulait savoir. Comme dans la précision, il y avait de nombreux aspects positifs, dans le flou il y avait une certaine dynamique qui exprimait bien souvent des éléments pouvant surprendre. Ne désirant en aucun cas guider son partage d’une quelconque manière, le corbeau était donc présent à titre d’oreille pour faire preuve d’écoute avant toute chose.

Spoiler:
 

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Dim 26 Sep 2021 - 16:46
Une voix s’éleva proche de lui, Akagi plongé dans sa lecture matinale ne l’avait pas remarqué approcher. Il leva les yeux et découvrit le Raïkage qui le saluait et lui demandait s’il pouvait s’asseoir à son côté. Le Metaru se redressa se levant du banc et courba le buste en salut officiel.

« Bonjour Raikage-sama. Bien entendu vous pouvez vous asseoir. »

Le géant de métal se rassit au côté du chef du village, se demandant bien pourquoi celui-ci l’abordait ainsi. Jusqu’ici, il l’avait croisé à quelques reprises. L’assemblée Metaru avait été la seule occurrence où il avait été aussi proche du décideur du village. L’ombre de kumo, le tueur de dieux cet homme incarnait la puissance qu’Akagi espérait un jour attendre afin de pouvoir comme celui-ci protéger son village de toutes les menaces existantes en ce monde. Raizen reprit la parole. Le félicitant pour sa promotion puis abordant le sujet qui l’intéressait et qui justifiait sa présence.

Il prenait des nouvelles du Metaru des suites de son affrontement avec Hideko. Akagi fronça les sourcils, il ne savait pas quoi répondre particulièrement. Il avait fait la paix avec sa conscience et ses regrets. Pardonnant à Hideko son acte, sa convalescence à l’hôpital, sa discussion avec sa femme, Akio et Atsuo l’ayant aidé à faire un choix. Il leva les yeux vers le chef du village et lança :

« Je me sens bien, Raikage-sama, j’ai fait la paix avec ce qu’il s’était passé. Je n’ai aucune rancune envers Hideko. Son passé est sien et il influe sur son avenir. Trop à mon goût, tout du moins avant les évènements du tournoi. J’ai voulu l’aider mais je m’y suis mal prit. La résultante en a été son acte durant le tournoi. Désormais je ne la pousserais plus à faire ce qu’elle ne veut pas. Je ne lui tournerais pas le dos non plus. Cet évènement m’a aussi ouvert les yeux sur ma conception de certaines choses. »

Akagi se tut, il pensait qu’il avait amplement répondu à la question de Raizen et surtout il ne se voyait pas importuner l’ombre kumojin avec sa vie personnelle. Celui-ci avait bien d’autres sujet à traiter. Il continua cependant :

« Je pense qu’avant tout c’est cela qui uni une famille et un village. Le soutient indéfectible même dans les moments troublés. Un ami proche me l’a fait comprendre. »

Sur ces mots le Metaru clôturait à son sens la question de son bien être physique et psychologique. Il enchaina sur sa carrière :

« Ma promotion... je ferais honneur à celle-ci au mieux de mes capacités. Que ce soit dans mes fonctions du Kyuubu ou en tant que chuunin. Je souhaite avant tout assurer la protection de nos citoyens. Et dans nos temps troublés cela passe forcément par l’écoute de l’opinion publique. Après l’occupation se retrouver si rapidement dans une guerre contre un ennemi si puissant qu’il effraie tout le Yuukan à forcément des répercutions sur le mode de pensée de nos citoyens. Je me demandais comment on captait leur point de vue au sein de la cité ? »

Akagi profitait d'avoir le Raikage face à lui pour lui poser cette question qui lui tenait à coeur. En effet, peut être que les civils avaient des idées intéressantes à prendre en compte pour l'avenir du village eux aussi. Il ne voulait plus que la situation qu'avait connu son clan à l'époque se réitère par manque d'écoute. S'il avait bien apprit une chose de son entretien avec les anciens concernant l'histoire du père d'Hideko, il s'agissait bien de prendre le d'écouter l'avis du commun.

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Mer 6 Oct 2021 - 0:50

Curieux, Raizen devait avouer ne pas s’être attendu à une telle réaction de la part de l’Akagi. Faisant preuve d’un niveau de sagesse aussi flagrant qu’important, il pencha légèrement la tête sur le côté, comme s’il désirait mieux le comprendre.

Percevant dès lors l’approche qu’il avait tentée sous un autre angle, les liens claniques semblaient avoir quelque peu influencé son approche face à la situation. Bénédiction salvatrice s’étant transformée en malédiction personnelle, Akagi avait été brûlé par malchance à la main qu’il avait tenté de tendre vers autrui.

-Tu me vois rassuré de savoir que tu as été bien entouré à travers cette épreuve dans ce cas. Il n’est jamais simple de vivre un tel épisode, surtout lorsque nous frôlons la mort dans de telles circonstances. Être bien entouré devient plus que primordial, c’est même une nécessité pour ne pas sombrer dans un gouffre qui ne nous fait pas forcément bien, mais qui d’un seul coup peut s’avérer attrayant…

Faisant abstraction de ses paroles en lien avec le Kyuubu pour le moment, il poursuivit :

-J’ai parlé un peu à Hideko avant de venir te parler afin de lui rendre ma décision face à sa situation, mais surtout l’aider à prendre conscience des événements et de ce qu’il s’est passé, mais surtout de comprendre ce qu'elle vivait. Comme toute chose, nous ne pouvons sauver des gens qui ne veulent pas vraiment s’en sortir pour le moment.

Marquant une pause, il poursuivit :

-S’il est vrai que nous pouvons souligner certains éléments, chaque personne a un peu son cheminement à entreprendre et tant qu’elle n’en est pas consciente, raisonner quelqu’un n’est pas aussi simple que cela, surtout dans l’ivresse du moment.

Regardant nouvellement les cieux alors qu’il était sûr qu’elle avait tous les moyens entre les mains pour mieux avancer, il transitionna :

-Ainsi, elle aura besoin d’un peu de temps, fort probablement, mais je ne pense pas que tes paroles aient été vaines si cela peut te rassurer. Simplement, elle doit cheminer à son rythme sur certains éléments et nous comptons lui offrir un cadre pour nous assurer qu’elle aille dans une direction qui l’aide plutôt que l’inverse, elle a tout ce qu'il lui faut pour réussir et être sa vraie personne.

Or, tout cela ne dépendait que d’elle et des moyens qu’elle allait entreprendre pour faire avancer les choses. Ne s'évertuant pas davantage sur le sujet, il délaissa les généralités au mystère de la confidence entre lui et Hideko sachant qu'il devait respecter le jardin secret de celle-ci et le lien de confiance qui les unissait sur la confidentialité des informations.

-Même si tu vas bien Akagi, si jamais tu te surprends à te sentir hésitant en combat ou que tu as l’impression que ce moment t’a affecté plus que tu le penses, n’hésite pas à le signaler. Bien souvent, l’impact d’une situation comme celle-ci ne se manifeste que plus tard.

Lui ouvrant une porte au cas où il voulait la poursuivre, il bifurqua finalement sur le sujet vers lequel l’Akagi semblait témoigner d’un intérêt très cavalier.

-Il est vrai que c’est très anxiogène comme situation. Toutefois, permets-moi de te retourner la question avant tout.

Changeant plus ou moins la direction de la discussion avant de lui donner une réponse formelle, Raizen désirait avant tout savoir une chose :

-À titre de shinobis, mais surtout de Kumojine, comment te sens-tu par rapport à tout cela et que perçois-tu de tes confrères, du village, de tes pairs et des gens que tu souhaites protéger ?

Creusant davantage afin de voir de quelle manière l’Akagi procédait dans ses réflexions, mais surtout ce qui avait stimulé une réelle question, s’il était vrai que son profil avait grandement attiré le Kyuubu, il était plus que possible qu’il ait déjà un avis sur la question et qu’il ait même déjà des idées en tête.

Après tout, il se remémorait le genin parmi plusieurs élites et gradés pendant la réunion Metaru. Frais, vif et créatif, celui-ci s’était permis de donner des pistes d’innovations intéressantes qui laissaient sous-entendre de belles qualités pour le futur. Qu’en était-il à ce jour alors qu'il était plus fort, plus intelligent et un peu plus proche ou loin de l'atteinte de son plein potentiel ?

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Lun 22 Nov 2021 - 12:07
Akagi écoutait l’ombre kumojin lui faire part de ses actions et sa pensée concernant le rapport conflictuelle qu’il entretenait avec Hideko et les évènements du tournoi. Le Metaru ne pouvait cacher son étonnement que le Kage prenait le temps de discuter avec lui et de s’assurer en quelques sorte de sa santé mentale. En évoquant Hideko, la curiosité prit le dessus et il lança :

« Quel était cette décision ? Elle a gagné le tournoi et sa maitrise de nos arts n’est plus a prouvé. Vous parlez d’une décision, les évènements durant notre combat lui vaudrait une sanction ? Quel est tel ? »

Le Metaru comprit qu’il se laissait aller à son besoin de vérité compulsif et se reprit en se remémorant qui était face à lui :

« Excusez-moi Raïkage-sama, ma place n’est pas à juger vos décisions. »

Le discours de l’ombre était puissant et profond. Il parlait de la quête de son véritable moi et le Metaru ne pouvait qu’acquiescer. S’il avait joui de cette sagesse plus tôt aurait il mener tambour battant le bateau de sa relation avec Hideko contre l’iceberg de sa destruction ? Certainement pas. Il ne servait à rien de remuer le passé désormais. Akagi leva un instant la tête savourant le calme du matin et la présence du héros de Kaze qui partageait son savoir avec lui. Raizen finit son échange sur le sujet Hideko par une main tendue. Lui intimant amicalement de demander de l’aide, si des séquelles plus profondes l’empêchaient de mener à bien ses futures missions ou combats. Le Metaru hocha la tête et le remercia pour sa sollicitude. Cependant doté d’une volonté de fer, Akagi doutait qu’il serait affecté par cette événement. Tout du moins son cadre professionnel ne le serait pas. Socialement, il serait désormais moins prompt à accorder sa confiance et au final cette épreuve l’avait fait grandir. Il avait perdu une partie de sa naïveté contagieuse, enfantine mais l’endurcissement ne pouvait que l’aider face aux difficultés de ce monde.

Akagi rétorqua simplement :

« Cet évènement m’a marqué en effet. Il m’a changé. J’ai souffert quelques jours pour ce que je considérais comme une trahison mais comme je le disais j’ai pu procéder à une guérison psychologique en prenant le temps d’échanger avec diverses personnes proches et moins proche aussi pour compartimenter ce sentiment et pouvoir analyser la situation avec du recul. En tout cas, je n’hésiterais pas à le faire savoir le cas échéant, merci. »

Enfin Raizen redirigea ingénieusement sa question pour la lui asséner et connaitre le fond de sa pensée avant de lui-même y répondre. Akagi n’hésita pas :

« En tant que Kumojin. Je suis inquiet. Je perçois les changements et l’avancement sur divers sujets uniquement car je suis Shinobi et que j’ai travaillé sur divers projets notamment pour l’amélioration de la protection du village. Mais sans cette casquette, en tant que Kumojin, l’inquiétude et l’incertitude ne me quitterait pas. Les jours ne sont pas aussi sombres que pendant notre annexation cependant le manque de visibilité sur l’avenir et l’incertitude de son existence, rend nerveux la population. Je pense que nous devrions donner plus d’informations à nos concitoyens quant au projet en cours et pas seulement les conserver en secret militaire jusqu’à leur aboutissement. Aujourd’hui les foules se demandent sûrement ce qu’on entreprend pour les protéger des démons et d’une autre annexations. J’estime qu’avec ce qu’ils ont vécu, ils sont en droit de savoir. Je dirais même connaitre se genre d’information pourrait pousser les civils à donner leurs idées sur tel ou tel sujet. Deux cerveaux valent toujours mieux qu’un seul.»

Akagi se racla la gorge et finit :

« Je sais que nous travaillons sur divers sujets, mais est ce que des missions d’ordre publique, de communication et de prise de température dirais-je ont vu le jour ? Peut-être ne suis-je pas au fait de ce genre d’information du fait de ma très récente promotion ? »

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Dim 28 Nov 2021 - 5:58

Admirant la sagesse et la maturité dont faisait preuve le Metaru, celui-ci avait clairement cheminé dans sa vie et suite aux événements ayant impliqué Hideko pour en venir à une réponse finale. Pragmatique et dénué de ressenti personnel, il ne semblait être de ceux qui laissaient le coeur guider ses émotions. Or, pour une raison inconnue, Raizen ne pouvait s’empêcher d’avoir une impression similaire à une parcelle de sa personne.

Étrangement, il percevait Akagi comme un pragmatique qui développerait fort probablement un pouvoir encore plus riche et infini le jour où son coeur et sa raison ne feraient totalement qu’un.

Ne pouvant croire que ce qu’il avait vu lors du combat d’Hideko n’était qu’une supercherie, tôt ou tard, Akagi apprendrait à canaliser ce second vent et à se l’accaparer pour le manier de manière à amplifier l’écho de son pouvoir et de ses aspirations.

Or, peut-être divaguait-il ? Simplement, c’était l'impression qu’il captait de son regard de corbeau.

-Les sanctions si je peux les présenter ont beaucoup dépendu d’elle à vraie dire. Je ne sais pas si on pourrait qualifier cela de sanction, mais jusqu’à ce qu’elle regagne un certain contrôle de ses émotions dans certaines circonstances, celle-ci occupera un poste plus ou moins hybride, car comme tu l’as dit, elle a clairement démontré avoir tout ce qu’il faut pour gagner le tournoi et maîtriser les arts shinobis.

Levant un doigt avant de pointer sa propre poitrine, il précisa :

-Toutefois, un shinobi n’est pas qu’une entité qui doit pouvoir combattre et lutter. Il y a bien plus dans tout cela, notamment l’esprit du shinobi et son âme ainsi que ce qu’elle représente. Si certaines parcelles internes sont conflictuelles, le tout peut mener à des écarts qui ne bénéficient ni au corps de l’armée, mais surtout pas à l’hôte même qui en est victime voire déchiré.

Terminant, bien que sa réponse n’était pas la plus claire nette et précise, elle avait toutefois le mérite de souligner les grandes lignes.

-Autrement, sache que le moindre commentaire est bienvenu. Je ne suis pas du genre à faire primer mon autorité sur certaines décisions. La logique n’a pas pour variable l’autorité. Différents rôles ont différents regards qui pourtant, peuvent tous s’entendre sur certains préceptes moyennant un objectif commun dans la plupart des cas.

Émettant un léger sourire, il fit une transition sur des éléments plus importants pour Akagi.

-Cela me fait plaisir de savoir que tu es bien entouré et a su aller de l’avant en mettant le doigt sur ce que tu ressentais pour procéder à une guérison. Bien qu'anodin, chacun des éléments que nous vivons à titre de shinobis et d'être humain nous forge d'une certaine manière à condition que nous soyons ouvert à l'apprentissage.

Reportant son attention sur ce qu’il venait d’évoquer, Raizen garda le silence le temps d’y réfléchir avant de finalement y répondre.

-Il est vrai que l’information ne circule pas forcément de manière aussi fluide qu’elle le pourrait. Il y a même quelques mois, certaines informations ne circulaient pas forcément entre nous, ce qui a été rectifié à la suite de certaines recommandations ayant mené à la création des communiqués du village. Toutefois, la notion de confidentialité de certaines thématiques demeure parfois importante pour le bien-être public, notamment quand cela implique certains éléments pour lesquels il y a un manque d’information ou d’actions concrètes de prête qui pourraient avoir un effet inverse. Il y a aussi des informations qui entre de mauvaises mains, peuvent représenter un risque.

Dans bien des cas, il fallait être très attentif. Autrement, ce serait semer la panique pour semer la panique, un élément qui était à éviter sachant que trop d’information pouvait parfois avoir l’effet inverse. Toutefois, il pouvait tout de même comprendre ce qu’avançait Akagi. Après tout, Kumo avait un historique assez particulier.

-Par contre, ouvrir certaines informations de manière à les rendre de notoriété publics pourrait être pertinent lorsque cela consiste à mettre de l’avant le progrès de certains projets ou autres éléments pour le bien-être commun, un peu comme le Kunai Émoussé le fait, mais à l’intérieur du pays et du village, surtout qu’au final, avant d’être des shinobis, nous demeurons des Kumojines et la frontière entre un shinobi et un citoyen est très minces voire nulle à mon avis.

Mieux encore, sous certains angles, Raizen avait pour vision d’intégrer peu à peu différents courants d’expertise, permettant ainsi à l’armée Kumojine de devenir plus que des soldats, absorbant par le fait même différents talents de différentes sphères dans le but d’assurer la pérennité et la croissance du village, une des raisons pour lesquelles les piliers avaient été mis en place.

-Ceci pourrait faire l’objet d’un beau projet que la bibliothèque pourrait superviser, un peu comme une manière de protéger l’historique du savoir, tout en assurant une continuité de celle-ci au sein de publications qui finiraient éventuellement par être archivées, mais surtout partagées lorsque possible…

Réfléchissant dorénavant à haute voix, il était curieux et songeait déjà à des solutions assez intéressantes dont pouvait bénéficier l’ensemble du village.

-D’ailleurs, que penses-tu de l’utilité des communiqués du conseil, mais plus importants encore, de quelle manière désires-tu évoluer dans le village ?

Se demandant si Akagi avait des projets spécifiques en tête et en profitant pour avoir son avis, Raizen était curieux de voir ce qu’allait mettre de l’avant la relève du clan Metaru.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Metaru Akagi
Metaru Akagi

Banc public [ft Meykiu Raizen]  Empty
Mer 5 Jan 2022 - 15:50
Akagi acquiesçait alors qu’il entendait le choix de Raizen concernant le cas Hideko. Un choix difficile et qui devait sûrement faire sortir de ses gonds sa cousine mais qui se révélait juste aux vues de son instabilité mental. Comme Aizen le justifiait à sa façon, les conflits intestinaux qui putrifiaient l’esprit d’un shinobi pouvaient impactés ses actes et plus sa puissance était élevée plus le risque que ses actes toucheraient des innocents étaient grands.

Hideko serait sûrement en rogne pour un temps mais peut être que sa tête dure accepterait de voir le compromis consentit de façon positive. Certainement que non sa cousine y verrait seulement une insulte. Il se demandait de temps à autres si elle avait des remords quant à son acte à cette pensée, il resta silencieux un certain temps perdu une nouvelle fois dans ses pensées. Malgré les échanges avec sa femme et Akio, la paix fait avec les actes de sa cousine et la conviction qu’il mettait dans les propos tenus au Raikage par rapport à cet évènement. Il devait s’avouer qu’une part de lui-même avait été blessé par celle-ci et l’avait changé à jamais.

Répondant à ses interrogations et son sentiment sur l’ouverture des communications avec les villageois. Le Raikage lui parut très ouvert sur la discussion n’hésitant pas à donner son point de vue complet. Mettant en avant le besoin de conserver certaines informations secrètes, accordant à Akagi que certains sujets pouvaient être mieux diffusés en imaginant un système ressemblant au journal du continent qui pourrait être géré en combinaison avec la bibliothèque. Akagi appréciait son ouverture d’esprit et s’accorder sur la plupart des points proposer par le Raikage. Le Metaru ajouta à son discours :

« En effet je pense qu’une information bien maitrisée assure une cohésion plus grande et la population civil se sentira encore plus incluse dans les projets et l’avenir du village. Je vous accorde que les communiqués du conseil ont ajouté une plus grande transparence et facilité d’accès à l’information que ça ne l’était par le passé. Mais là on parle au sein du quartier général et des shinobis. Ce qui est une très bonne première marche mais je pense qu’il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin, tout en procédant avec logique et intelligence comme vous le disiez pour distribuer les informations souhaitées et non sensible.»

Akagi pensait aussi désormais à voix haute et se permit une citation de son cru :

« La peur ne sert à rien quand elle est distillée à des fins de paniques mais elle est puissante quand elle est motrice. Si vous voyez ce que je veux dire.»

Le Metaru ne voulait en rien dire qu’il fallait effrayer les habitants mais partager de façon maitrisée des informations sur les difficultés du village pouvaient ouvrir la porte à des propositions spontanées. Des solutions émanant de tierces personnes ou institut qui comprenant la vérité du climat choisissait de venir en aide à leur village. Bien entendu c’était à double tranchant, dans les mauvaises oreilles les faiblesses pouvaient être exploités. Des niveaux d’accréditations pouvaient être imaginé pour les civils comme pour les shinobis pour ce genre d’information. L’idée restait à travailler.

Perdu dans ses pensées Akagi entendit le Raikage lui demandait une question bien plus personnelle concernant ses ambitions. Le Metaru sourit, avoir l’oreille du Raikage le rendait fier. Bien qu’il comprît que l’homme se révélait bien plus abordable qu’il n’y paraissait, il appréciait se moment privilégier avec le corbeau.

« Je veux servir mon village. Je veux le protéger, le nourrir et le voir grandir. Et pour cela je souhaite participer aux décisions importantes le concernant. Je m’imagine donc continuer mon chemin pour arriver à entrer dans le conseil Metaru et en parallèle progresser dans les plus hautes sphères du Kyuubu. Une fois que j’en serais là… et ça sera déjà bien, sourit le Metaru, je verrais si mes capacités et mon investirent seront bien employées. Je pense avant tout que ce que dois rechercher un homme c’est ça, une place où ses capacités sont mises à contribution pour l’avancement commun et aussi son épanouissement personnel et intellectuel. Qu’en pensez-vous ? »

Akagi était curieux de connaitre la position de Raizen concernant la place de chacun dans la société, la discussion dérivait mais restait plaisante et toujours aussi inattendue.

_________________
Banc public [ft Meykiu Raizen]  Pg49_110
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi

Banc public [ft Meykiu Raizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: