Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée

Narrateur
NarrateurEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Mer 29 Sep 2021 - 21:12

De toutes les arènes, à la gloire de la tradition de l'île, il en était une qui cristallisait l'essence même des coutumes d'Asosan. La plus belle, la plus grandiose. Un spectacle à elle seule, tant son architecture retranscrivait des siècles d'histoire à travers la majesté de la pierre et du marbre. Ses proportions titanesques témoignaient de la grandeur des duels qu'elle a accueilli. Théâtre du couronnement des champions de la gladiature, ce lieu saint du duel représentait le symbole même de l'île d'Asosan.

De tous les combattants qui ont perpétué l'héritage insulaire, il en était un en cette génération qui personnifiait cette tradition séculaire. Ce n'était pas sa force qui caractérisait le plus sa réputation. Non. Ni même ses faits d'arme. Mais bien le charisme naturel qui magnétisait les foules en sa présence. Cette aura de combattant inné qui attirait les guerriers de tout horizon. Ce n'était pas une force de la nature, non. Il avait gravi les échelons à la seule force de son courage et sa détermination. Connu les victoires comme les défaites, sans jamais rechigner. Il était un exemple pour tous les autres. Puis, après avoir connu l'ombre des projecteurs, s'illustra enfin jusqu'à enfin connaître un prestige : celle du Champion d'Asosan. Sans jamais n'abandonner sa discrétion professionnelle, renforçant paradoxalement son aura de gladiateur. Le guerrier n'avait pas besoin d'haranguer les foules pour s'affirmer ; seule suffisait l'expression de son talent martial sur le sable de l'arène.

En cette journée d'automne, le champion attendait dans sa Maison.

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Bc7aEzn

Il attendait, acclamé par les siens. Ils devinaient déjà les enjeux par la simple tenue du duel dans la fascinante arène autour de laquelle orbitait toutes les autres. La foule s'était empressée d'assister à l'évènement. Les cœurs battaient d'ores et déjà pour ce qui serait, ils l'espéraient, comme une attraction grandiose, que seules les plus héroïques batailles menées par les forces de Mizu sauraient égaler. L'enjeu même de ce duel s'avérait si évident pour la plupart du public que l'étendard argentée flottait au sommet de l'amphithéâtre guerrier. Un vent discret soufflait sur chaque bannière d'argent, comme si les éléments même respectaient la présence du champion d'Asosan. L'agencement des draperies formait sur la cime de l'arène une couronne platinée qui s'offrait au maître des lieux.

Pour l'arbitre en charge de superviser ce combat, la tâche s'avérait rude. La responsabilité de présider à un tel duel faisait frissonner déjà le jeune homme. Il releva ses lunettes, abaissa sa tête vers le cœur du terrain ensablé. Malgré des débuts hésitants, le gringalet avait appris à gagner en confiance. Et quel honneur pour lui aujourd'hui de s'adresser à la plèbe, avide de pain et de jeux. Un dernier pas, et le voilà prêt à confronter le regard de la foule. Il avala sa salive, et se débarrassa enfin du poids qui se nouait dans sa gorge. Cette fois, il le savait : il n'aurait pas besoin du soutien de Jōjirō-sensei.

« Spectateurs, spectatrices ! Aujourd'hui, je vous accueille au sein de la Grande Arène d'Asosan, temple de la gladiature à la gloire des traditions ancestrales de l'île, pour un grand combat. Oui ! Vous l'avez deviné ; pour vous, public, nous vous offrons une belle bataille sous l'égide de la Division d'Or… que dis-je… d'Argent ! Mais soyez rassurés : le spectacle en vaudra la peine. »

Tous devinaient déjà l'identité du prétendant à la deuxième division de la gladiature insulaire. Tous acceptèrent sans équivoque la promesse de l'arbitre, qui leur annonçait une lutte à la hauteur de l'ordre doré, le plus prestigieux des trois divisions. Spontanément, leurs regards convergèrent vers l'entrée de l'opposition au gladiateur dont la venue serait imminente.

« Et comme il n'y a pas de belle bataille sans adversaire valeureux, avant toute chose, je vous prie d'accueillir celui qui défiera notre champion ! »

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Gôgon Medyûsa
Gôgon MedyûsaEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Dim 3 Oct 2021 - 12:11
À la gloire du Colissée


L’île d’Asosan, connu pour ses combats de gladiateurs comme si chaque jour, c’était un festival, un jour de fête. Medyûsa n’avait jamais mis les pieds sur cette île et pourtant, la réputation de l’île était connue dans tout l'archipel. La blonde avait entendu parler de ce qui se tramait en ces lieux, depuis Buntan, une des îles de l’archipel de Mizu où elle s’était réfugiée. La Nukenin avait décidé de bouger un peu de sa planque, question de ne pas rester au même endroit, un peu trop longtemps. Et de plus, c’était surtout pour changer d’air et penser à autre chose que sa situation. Il y avait bien des arènes et beaucoup d’animation. Cela faisait plaisir à voir, de plus, la participation au combat semblait gratuite, tant que les combattants en donnaient à cœur joie pour satisfaire le public. La Hebi s’était aventurée dans l’une des arènes, seule. Izaya était occupé par des affaires et la construction de leur demeure temporaire, pour y vivre convenablement. L’ancienne Fukutaisho du Teikoku avait prévenu son ami de son voyage sur l’île d’Asosan, ainsi, s’il voulait aller la chercher, il sera où elle se trouve. Il y avait tellement de monde, c’était vraiment incroyable et difficile d’accéder à une place, ainsi, la kunoichi se rapprochait un peu du bord afin d’être aux premières loges si un combat se déroulait. Apparemment, le public semblait motivé et s’impatienter de voir un certain combattant, qui semblait connu par tous, sauf Medyûsa. Un champion de cette arène ? Il y a forte chance, au vu de l’agitation et l’excitation du public.

Un combat, la blonde était bien motivée à se dégourdir un peu et à se battre pour le plaisir. Cette fois-ci, personne n’était là pour l’empêcher de s’amuser et autant participer pour progresser un peu dans son style de combat. Après tout, cela faisait un moment que la Mamba ne s’était pas battu contre qui ce soit et aujourd’hui, il fallait bien reprendre du service. De plus, l’adversaire semble puissant et coriace, en plus d’être aimé par le public. Cela sera une bonne occasion de se tester à nouveau et gagner en force pour l’avenir qui approche. Ainsi, Medyûsa se propose en tant que combattante, mais difficile si elle sera la seule sur le terrain pour affronter le champion. Patiente derrière une porte, elle laisse l’arbitre prendre la parole et se donner en spectacle afin de motiver tout le monde pour le combat qui arrive. Dommage, elle aurait bien aimé qu’Hanae soit à ses côtés pour combattre ensemble. La dernière fois où elle a combattu au côté de sa petite amie, c’était au Teikoku contre un assimilateur Mokuton. D’ailleurs, elle n’avait plus de nouvelle de la Senbazuru et difficile d’obtenir plus d’informations sur eux. Étaient-ils à Joheki ? Ou quelque part dans le Yuukan ? ont-ils été capturé ou tué lors de leur voyage après s’être séparé d’eux ? Impossible d’en savoir plus pour le moment. De plus, Med était rassuré que sa sœur et sa nièce soient entrées dans Joheki afin de mener une vie en toute sécurité. La Yasei aurait bien aimé les suivre, mais le destin en a décidé autrement.

Revenant en dehors de ses pensées, il semblerait que la Yasei ne soit pas toute seule. Peu importe, elle était là pour prendre du plaisir à combattre, ni plus ni moins, cela allait lui permettre de s’occuper un peu, au lieu de rester à ne rien faire. L’arbitre se met à dire sa dernière phrase afin de faire l’entrée des opposants face à leur champion. La grille s’offre, laissant ainsi à Medyusa et à l’autre femme d’entrée dans l’arène. Ainsi, elle ne sera pas toute seule dans ce combat. Pourquoi pas, ça pourrait être intéressant. Med se met à s’avancer dans l’arène, se montrant calme et observatrice, elle ne dit pas un mot. Cela dit, elle ne pouvait pas se présenter en tant que Gôgon Medyûsa. Arrivant à une certaine distance de l’arbitre, elle regarde l’arène à nouveau et il y avait pas mal de monde, voire beaucoup. Cela ne sera pas facile, c’était la première fois qu’elle combattait devant tant de monde et de cette manière. Il y a une première fois à tout. « Kiyohime est mon prénom et je suis celle qui affrontera votre champion, en compagnie de cette femme. » Dit-elle en se mettant à regarder celle qui la suit. Difficile de mettre un nom sur ce visage, Med n’a pas pris le temps de le lui demander. Et maintenant, il ne manquait plus qu’à patienter.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Yuki Misaki
Yuki Misaki

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Dim 3 Oct 2021 - 17:18

« D'accord... »

Formulait-elle dans sa psyché. Elle n'avait pas eu la chance d'interagir avec celle qui serait sa partenaire pour cet affrontement. Ce n'est pas faute d'avoir tenté le coup, mais la femme n'avait même pas pris le temps de se présenter avant même de pénétrer dans l'arène. C'est bien dommage, car Misaki aurait bien aimé échanger quelques tactiques, voir même connaître un peu des forces de sa partenaire. Elle avait devoir improviser et ce n'était absolument pas quelque chose qu'elle appréciait.

Pas après avoir été explosé dans l'arène, car voyez-vous, ce n'est pas son premier duel ici et elle garde un souvenir amer de son dernier affrontement. S'il y avait deux challengers, c'était bien parce qu'ils auraient besoin d'être deux pour affronter le gladiateur. Ça, elle l'avait apprise de son dernier combat. D'autant plus que l'annonciateur avait lui aussi parlé de la division Or en voulant présenter celui qu'elle affronterait. Bon, il semblait s'être trompé plus qu'autre chose, mais ça ramenait Misaki dans une impression de déjà vu.

Medyusa avait pris les devants et s'était présenté sous le nom Kiyohime. Un nom qu'elle n'avait jamais entendu venant avec un visage qu'elle n'avait jamais vu. Haussant les épaules, elle ne pouvait plus tourner les talons. Son dernier affrontement lui avait appris certaines choses, certaines lacunes et elle espérait que cette fois, la finalité allait être différente. D'autant plus qu'elle n'était plus ici en tant que genin et espérait redorer le nom de la brume qui, disons-le, n'avait pas remporté un seul duel dans l'arène.

[Misaki] - Misaki ! Yuki Misaki !

Dit-elle quand était venu le temps de se présenter. Ses affrontements dans l'arène lui avaient soulever des désires de sobriquet tel que : "Les Crocs de l'Hiver" ou bien "La Princesse des Neiges", mais elle avait rapidement chassé cette idée ridicule de son esprit à grand coup de gifle mentale. Restant un peu en retrait, elle attendait avec impatience - et anxiété - la venue de son adversaire.


_________________
L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Narrateur
NarrateurEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Lun 4 Oct 2021 - 0:03
Le Colisée accueillerait aujourd'hui en son sein non pas un, mais deux prétendantes pour tenter de vaincre le champion d'Asosan.

Kiyohime. Yuki Misaki. Une voyageuse, et une initiée de Kiri.

Les deux femmes prirent place dans l'immensité de la scène sablonneuse. Sitôt leur entrée sur le terrain, leurs silhouettes furent assaillis de myriades de regards acérés du public. Les discussions allaient bon train sur la posture de l'une, la prestance de l'autre. On misait déjà sur laquelle des deux tousserait du sable par grosse quinte. Certains se moquaient. D'autres se prenaient d'affection pour ces femmes qui défiaient le Champion d'Asosan. La puissance d'une corne de brume mit un terme aux racontars et autres flâneries de gradins. L'arbitre remonta nerveusement ses lunettes.

« … bien ! A ma gauche, pour défier l'élu d'Asosan : Kiyohime, et Yuki Misaki ! »


Sans plus attendre, le cliquetis mécanique de deux épaisses chaînes métalliques se répéta en contrebas de l'arbitre. Les étendards argentés flottaient fièrement, alors qu'une bourrasque se leva. Un nuage de sable couvrait l'arrivée du champion que tous attendaient. Sa chevelure se confondait avec l'averse de grains de poussière, avant que l'éclat solaire ne rétablisse toute la splendeur de sa toison d'or. Mais son regard, lui, demeurait le même lorsque l'ombre de la fumée se dissipa. Ce même regard qui vous fixait avec fermeté.

« A ma droite, veuillez accueillir… Haaaaatoooo ! »

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Bpl5

Sa main agrippait solidement son arme de prédilection. D'un tour de poignet, elle fit une rotation pour s'échauffer dans un geste savamment maîtrisé, ce qui ne manqua pas de séduire le public. Sa lance avait fait sa réputation de Gladiateur symbolisant toute sa profession sur l'île. Hato était loin d'avoir l'ambition de prétendre au titre de Kagai. Toutefois, ses capacités en tant que membre de la caste héréditaire des Gladiateurs lui avait permis aujourd'hui de se hisser en tant que fière représentante de cette lignée. Pourtant, dans son allure, la lancière n'affichait aucunement les stigmates d'un orgueil exacerbé au gré des victoires. Au contraire, Hato manquait de considération pour son public. Elle se contenta de fixer froidement ses deux adversaires, adoptant sa garde habituelle. Seul le combat l'importait.

« Réglons ça rapidement. »

Presque importunée par le soutien de l'assemblée des gradins, Hato décida de lancer le combat à sa propre initiative. Elle marqua quelques secondes de réflexion, pour jauger ses deux opposantes, puis se résigna à les attaquer frontalement. Profitant des quelques mètres qui séparaient la gladiatrice des deux shinobis, Hato lâcha prise sur sa lance avec une de ses mains. De l'autre, elle insuffla un ordre destructeur à son arme par le biais de son chakra. Les traits de son visage se muèrent en une expression de férocité glaciale, alors qu'elle s'élança dans une danse guerrière redoutable. Un coup d'estoc pour commencer, puis une fente latérale. Puis une frappe en diagonale. Le tout sous l'influence du pouvoir mystique qui faisait croître et décroître sans arrêt la hampe.

La foule, ainsi que Misaki et Kiyohime furent ainsi les témoins d'une terrible tempête de bois et d'acier qui grondait à même l'arène. Hato ne laissait aucun répit à ses cibles. Elle continua de faire tournoyer son arme, visant à ne laisser aucun angle à l'abri de sa fureur martiale. Les coups fusaient de tous les côtés, du haut et du bas. Et sans arrêt, l'arme ne cessait de changer de taille, semant la confusion dans son sillage ensanglanté. Si les spectateurs se délectaient de cette scène grandiose, à la hauteur des attentes qui reposaient sur l'artiste de gladiature, l'appréciation de cette démonstration de force en serait tout autre pour ses principaux destinataires…

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Misaki
Yuki Misaki

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Lun 4 Oct 2021 - 1:25

Étrangement, le regard froid de la Gladiatrice avait un je-ne-sais-quoi de rassurant pour Misaki. Elle avait le regard furieux de la sauvage de gravé dans sa tête et ça venait balancer - en quelque sorte - l'image qui était restée dans sa psyché. Certes, celle-ci n'avait pas entamé les hostilités en déferlant une quantité importante de chakra, mais la Yukijine savait pertinemment qu'il ne fallait sous-estimer personne. Elle ne serait pas son adversaire si elle n'était qu'un vulgaire lancier.

Alors qu'elle se mettait en garde, son adversaire proposait - sans doute à elle-même - de terminer ça rapidement et Misaki ne pouvait qu'en être d'accord. Les choses s'étaient étirées la dernière fois et elle ne souhaitait pas répéter ce combat. Elles allaient devoir être expéditives et surtout, conserver son chakra n'allait sans doute pas être une bonne idée. Pas face à une adversaire de la sorte.

Portant son attention sur son adversaire, le monde autour d'elle semblait cesser d'exister. Elle entendant la foule, mais le son était comme vaguement étouffé. Seules subsistaient les trois femmes et l'arène. Sans doute était-ce là un état combatif propre aux natifs des terres enneigées de Yuki No Sato ou bien est-ce simplement une évolution naturelle chez ceux qui vivent dans la guerre et la violence.

Échangeant un regard sans merci, les adversaires s'évaluaient jusqu'à ce que Hato décide d'ouvrir le bal par le biais d'un dance guerrier. Dès son premier mouvement, les signes incantatoires de Misaki se lancèrent à son tour. Elle n'en était pas à son premier duel et dernièrement, elle n'avait fait qu'affronter des spécialistes du corps à corps. Elle ne souhaitait pas attendre et évaluer, elle voulait agir. Elle ne voulait pas perdre le moindre tempo et décidait de lancer sa défense la plus importante.

Prenant une grande inspiration, Misaki crachait ensuite une importante quantité de glace qui prenait sans attendre la forme d'un gigantesque mur de glace. Pouvant facilement séparer le terrain en deux, elle l'avait placé de sorte qu'il lui était possible de protéger autant sa partenaire qu'elle-même. Cependant, malgré la présence de la construction cristalline, Misaki s'était assuré de créer une version translucide de son mur, lui permettant de garde un oeil sur ce qui se passait de l'autre côté. Après tout, un coup fourré était rapidement arrivé.

Puis sans perdre une seule seconde, la femme des glaces remit ses doigts en marche et effectuait une nouvelle série de mudras. Se terminant par un signe qu'elle maintenait - celui du chien - la Yukijine faisait apparaitre sur la zone de combat une fine neige. Commençant par quelques flocons, ils se multiplièrent rapidement afin de créer une petite tempête qui était complètement inoffensive pour Medyusa et sa créatrice, mais pas pour son adversaire qui, si elle venait à entrer en contact avec eux, se retrouveraient piégés dans un genjutsu.

Ce qui était particulièrement difficile était le manque de communication et de connaissance de sa partenaire. Comment pouvait-elle informer sa partenaire qu'il s'agissait là d'un genjutsu et que c'était maintenant le temps de frapper, et ce, sans dévoiler la moindre chose. Elle ne pouvait juste pas et allait devoir faire confiance à cette femme qu'elle n'avait jamais vue de sa vie. À bien y penser, c'était une bonne pratique pour la Grande Guerre qui arrivait. Là où elle allait devoir combattre avec des inconnus qui, quelques années auparavant, auraient bien voulu lui trancher la gorge.

Spoiler:


_________________
L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gôgon Medyûsa
Gôgon MedyûsaEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Lun 4 Oct 2021 - 16:35
À la gloire du Colissée


Dans l’arène à la surface sableuse, Medyûsa s’y trouvait afin de combattre un gladiateur et apparemment, champion de sa catégorie. De plus, la Yasei n’était pas toute seule, car une femme à la chevelure dorée est présente à ses côtés pour s’allier face à l’adversaire du jour. Yuki Misaki, tel était son identité, un ninja de Kiri, sans doute. Le clan Yuki fait partie d’un des principaux clans majeurs de Kiri et ça ne serait pas une surprise que sa camarade du jour, soit une Kirijin. Sur le coup, la Hebi n’avait pas eu tort de donner une fausse identité à l’arbitre afin d’éviter qu’on sache qui elle est. Si son contrat est inconnu pour certains, il n’était pas nécessaire de se faire trop remarquer. Elle a certes combattu aux côtés de deux Kirijins par le passé et rencontrer Reikan, il ne fallait pas croire naïvement qu’elle était amie avec Kiri. Kiyohime, de son nom d’emprunt, était au centre de l’intention pendant quelques instants. La jeune femme ne fait pas attention aux propos qui pouvaient être audible, que ce soit des moqueries, encouragement, pitié ou autres. Il fallait qu’elle reste concentrer sur son combat. D’ailleurs, leur adversaire fait son entrée en scène où les spectateurs semblaient la soutenir. Une femme, longue chevelure dorée, un regard perçant et froid, une tunique blanche et une cape rouge, ainsi qu’une lance. Elle ne semble pas quelqu’un d’arrogant et de hautain, elle semble même ignorer ses fans. Intéressant. Mignonne, mais sous cet air d’ange, elle ressemble en réalité à un lion prêt à bondir sur ses proies.

Hato ne semble pas arrogante ou insolence, mais elle est sûre de ses capacités pour vouloir en finir rapidement. Au vu de son arme, elle privilégie le combat au corps-à-corps et à moyenne distance grâce à sa lance. L’approcher ne sera pas une mince affaire, surtout qu’elle est considérée comme la championne de sa division. Dans un premier temps, il va falloir la désarmer et l’empêcher de trop bouger. Or, il est compliqué de mettre un réel plan en place, sans connaître les capacités de son adversaire. De plus, Med ne connaît pas sa partenaire du jour, mais les Yuki utilisent le Hyôton et cela dit, par forcément tous. Craquement de ses doigts, la Yasei reste sur ses gardes et elle devra se montrer attentive pour remarquer et analyser chaque détail de son adversaire. D’ailleurs, il semblerait que la gladiatrice ne perd pas de temps et décide de commencer les hostilités. Sa lance s’allonge comme elle peut diminuer en taille. D’accord, une arme légendaire capable de changer de taille, cela va être problématique avec le temps si elle ne neutralise pas leur adversaire sur ce terrain. Son attaque semble redoutable et puissante, il n’y a pas de doute à avoir surtout qu’elle souhaite en finir rapidement. Il faut se défendre face à son attaque, heureusement, Misaki a décidé d’agir rapidement en créant un mur de glace afin de bloquer les assauts. De glace et presque translucide, il était possible de voir à travers et de garder un œil sur Hato. Il faut un moyen de s’approcher et de réduire sa capacité à combattre. Sa partenaire décide de continuer sur son élan, en utilisant un jutsu. Des flocons tombent du ciel, peut-être qu’elle cherche à masquer la vue de la cible. Or, ça ne semble pas assez, mais inutile de perdre du temps. « Couvre-moi, Misaki. » Dit-elle calmement et dont la voix est assez basse pour que seule la Yuki puisse entendre.

Pensant que les flocons vont s’accumuler avec le temps, Medyûsa contourne le mur de glace et concentrant du chakra dans ses pieds, elle s’élance très rapidement en direction de Hato et le tout en chargeant ses paumes de chakra, la transformant en lame de chakra digne de scalpel. Devant Hato, la blonde s’abaisse et elle frappe les tendons d’Achille de la Gladiatrice afin de les trancher et l’empêcher ainsi, de se déplacer aisément. De cette manière, la lancière ne sera plus capable de se déplacer sur le terrain. Medyûsa lui prive donc de sa mobilité. Concentrant une grande quantité de chakra dans son bras et sa main droite, la Hebi se relève, peu après avoir tranché les tendons de la blonde et frappe d’un uppercut la guerrière avec de l’hyperforce. Ainsi, elle fera en sorte que la Gladiatrice s’envole dans le ciel et dont la chute risque de faire très mal. Après cela, Kiyohime recule de quelques pas, tout en l’observant afin de ne pas la quitter de son champ de vision.

Résumé du tour:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
NarrateurEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Mer 1 Déc 2021 - 21:50
Épicentre d'un typhon de bois et d'acier, l'arène accueillait en son sein la manifestation d'une colère martiale. Celle de son champion : Hato. Une impression de gigantisme galvanisait la foule, dont les attentes furent exaucées dès l'ouverture du bal. La réaction de ses adversaires fut à la hauteur de cette splendeur qui avait nourri l'adoration du public pour cette figure taciturne qu'incarnait la gladiatrice à la lance magique. Alors que la combattante professionnelle se déchaînait dans une chorégraphie meurtrière, l'une de ses opposants sépara le champ de bataille en deux grâce à son Ninjutsu. L'hiver s'invita à la fête : une vaste muraille de glace s'érigea entre les opposantes de Hato et la lancière. Aussitôt l'amazone se heurta à la solidité du mur, à de multiples reprises. Sa lance rebondissait sur ce miroir arctique, une fois, deux fois, avant que la tempête de bois et d'acier ne s'estompe d'elle-même. La mélodie du combat s'estompa ; Hato reprit son souffle. Elle constata l'ampleur de ses dégâts. La muraille de glace avait disparu, pour laisser place à quelques tas de bris de glace en tout genre.

Mais la Gladiatrice n'eut guère le temps de contempler davantage l'étendue de ses dégâts qu'une de ses opposantes se rua sur elle. Sa vélocité avait de quoi la surprendre ; la distance qui les séparait fut réduite en quelques instants. Tout juste de quoi permettre à la Dame de fer d'ériger son arme face à elle et la faire tournoyer promptement. La tempête précédente se concentra entre les mains de la guerrière : le bois tourbillonnait dans un bruit caractéristique, et sa vitesse de rotation soulevait quelques maigres nuages de poussière de part et d'autre. Il y eut une maigre opposition à cette parade de fortune, avant que peu à peu, la vision de la gladiatrice ne soit couverte d'un étrange voile opaque. Des maigres flocons qui pleuvaient sur ses épaules, ce fut bientôt le tour d'un blizzard glacial qui s'emparait de l'arène entière. La panique souffla à Hato l'issue de cette technique : dorénavant, elle était vulnérable de toute part.

L'arène se mua en une terre hostile, au beau milieu des steppes arctiques. Le ciel bleu n'existait plus. Seul dominait en maître un blizzard qui éprouvait l'acuité de sa prisonnière. Son premier réflexe fut de lutter spontanément contre le froid et le vent glacial qui sifflait en emportant dans son sillage des cohortes de flocons menaçants. Tout avait disparu dans son champ de vision. Elle ne distinguait plus les gradins, encore moins la clameur de l'assemblée. L'imposante muraille de givre s'était évanouie dans la bise, tout comme les silhouettes de ses adversaires. Hato se retrouva seule, perdue dans l'immensité d'une toundra fictive. Livrée à elle-même face à ce blizzard incessant qui constituait dorénavant son unique ennemi.

L'expérience imposa sur la panique de garder son sang-froid pour trouver un plan d'action. Mais les adversaires de Hato en décidèrent autrement. Sans lui laisser un instant pour trouver une seconde parade à cette bourrasque qui n'en était pas une, la lancière fut subitement prise d'une vive douleur à l'abdomen. Son unique réflexe fut d'aggriper fermement son précieux outil de travail, sans lequel elle ne serait qu'une moitié d'elle-même. L'instant d'après, la vision arctique céda pour une autre, plus inquiétante : Hato découvrait son public d'un tout autre point de vue. Là, à quelques mètres de hauteur, elle réalisait qu'elle avait été la victime d'une illusion la forçant à abandonner son sens visuel. Pire encore, la voilà condamnée à choir sans pouvoir réagir. Il y eut un moment de flottement, où le temps sembla s'immobiliser, et l'espace se figer dans les airs. La chute fut lourde et soudaine. Malgré le sable pour amortir sa chute, Hato sentit les os de sa cage thoracique se briser. En retombant sur l'avant, le coup porté à son ventre se réveilla aussitôt. Le visage auparavant impassible de la guerrière s'habilla de colère, de dégoût envers soi-même. La grimace désagréable qui maquillait son visage était le bâtard de la douleur et de la fureur. Face à l'assemblée, elle effaça aussi vite que possible ce faciès indigne pour se relever péniblement. Hato prit la pleine mesure de ses blessures : son ventre lui faisait un mal de chien. Et un mollard ensanglanté confirma l'étendue des dégâts internes.

« Tssk… C'est bien ma veine ça, maugréa-t-elle. »

La contre-attaque se devait d'être à la mesure de l'affront qui venait de lui être commis. La lancière essuya sa bouche en sang du revers de la main, abandonnant le peu de féminité qu'on lui prêtait à tort.


Hato dérouilla ses phalanges pour indiquer la préparation d'une technique. Provisoirement, elle abandonna le registre du Bukijutsu pour épouser les arcanes du Ninjutsu. Peu à peu, un halo d'étincelles recouvrit son corps, tandis qu'elle parachevait l'exécution de son jutsu. Ce fut comme si une colère sourde s'évacuait de chaque pore de sa peau pour épouser sa silhouette sous les traits d'une aura électrifiée. Le grésillement aigu confirma la scène : la foudre revêtait dorénavant les traits de la combattante. Elle récupéra son arme, plantée précédemment au sol, et compensant la torpeur de son corps précédemment violentée, elle passa à l'assaut. Pour le plus grand bonheur de ses admirateurs, la Championne du Colisée fit appel à l'une de ses plus puissantes techniques. Chaque fibre de son être était dédiée à l'exécution d'une danse martiale, adressée à son adversaire, tout comme à celle qui se trouvait derrière elle. Comme son attaque précédente, d'aucun put penser que son attaque ne ferait pas mouche, tant la distance séparait Hato de ses proies. Mais ce serait oublier la faculté surnaturelle de son arme, qui se jouait de l'espace. Avec la célérité octroyée par son rituel, Hato fendit l'air sans pitié. Sa lance, dans le prolongement de son corps, occupa tout le volume qui lui faisait face, et on aurait dit comme si toute une légion entière fonçait sur Medyūsa et Misaki. La guerrière avança d'un pas déterminé, alors que sa dextérité égalait celle d'une phalange. Elle serrait les dents, acceptant cette douleur qui lui rappelait les épreuves l'ayant conduite jusqu'ici. Pour vaincre, il lui fallait accepter cette souffrance, ces blessures. Et être capable de les rendre au centuple.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Yuki Misaki
Yuki Misaki

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Jeu 2 Déc 2021 - 19:11

« Shit. Encore... »

Pensait la guerrière des neiges, alors qu'elle apercevait son adversaire prendre en vitesse. C'était la première fois qu'elle voyait un manteau Raiton parcourir le corps d'un adversaire, mais ce n'était absolument pas la première fois qu'elle affrontait un adversaire capable d'améliorer ses propres attributs physiques par le biais du chakra. Que ce soit Nobuatsu Saji, Gozan Arukisa, Ryûken, Nagasama Kurama, Okogoto Ken, Naragasa Otsuge ou bien Yaseiko, il semblerait que tous les adversaires qu'elle affrontait dernièrement semblaient être capable de prendre de court Misaki directement dans ses faiblesses ; Le corps à corps. Renforçant ce constat voulant qu'elle était bien trop dépendante de ses mudras et de son ninjutsu.

D'autant plus que même la lancière était capable de l'agresser de loin, comme si elle était juste en face d'elle. Une capacité qui, très franchement, fascinait complètement Misaki, mais qui la poussait dans une réflexion profonde. Était-ce là la dure réalité ? Était-elle... simplement faible... car incapable de faire ce que tous ses adversaires faisaient ? Comment pouvait-elle bien parvenir à combler cette faiblesse grandissante ? Des questions qu'elle allait devoir cogiter, si elle souhaitait poursuivre dans son parcours de kunoichi.

Là, elle n'avait absolument pas le temps de s'y attarder, car son adversaire relâchait une tempête de frappe qui la percutait de tous les côtés sans qu'elle soit capable de se protéger. Elle n'était pas assez rapide. Elle n'était pas assez équipée. Elle n'était juste simplement pas capable de réagir. Les frappes trahissaient une vitesse digne d'une déesse de la guerre.

Chaque frappes percutaient avec violence le corps de la chunin sans défense. Chaque contacts avec la lame de la lance tranchaient la chair de la Yukijine et chaque percussions avec le bois du manche frappaient ses os et laissaient des bleus ici et là. Une fois la tempête passée, car c'était exactement ce que venait de réaliser son adversaire, une véritable tempête vengeresse de coup, Misaki évaluait rapidement les dégâts sur son corps. Multiples lacérations, plusieurs bleus rendant ses mouvements douloureux, une ou deux côtés fracturés et probablement autant qui sont fêlés.

Elle était cependant encore debout, bien qu'elle venait d'encaisser de graves dégâts. Elle ne pourrait sans doute pas encaisser ce genre de frappe de nombreuse fois et si elle ne donnait pas tout ce qu'elle avait maintenant, sans doute n'y parviendrait-elle jamais.

Ainsi, elle joint ses mains ensemble et réalisait un premier enchaînement de mudras. Elle avait terminé sa technique avec ce qu'elle qualifiait être : "Le mudra du fusil". Une grande quantité de chakra Hyôton s'accumulait au bout de ses doigts et d'un seul coup, relâchant une véritable balle de glace capable de perforer le roc.

Sans perdre de temps, elle réalisait une seconde série de mudras tout en se déplaçant afin de ne pas être dans le même angle que Med. Tandis que sa balle filait en direction de son adversaire, elle répétait la même séquence de signes terminant une nouvelle fois sa technique avec le même mudra et mit en joue son adversaire. S'attendant à ce qu'elle esquive son premier tiers, ce qui ne devait pas être difficile à faire considère la vitesse qu'elle avait, elle tirait une deuxième balle après que la première eut touché - ou pas - son adversaire, ajustant la trajectoire en fonction de ses déplacements.

Finalement, elle réalisait une dernière série de signes incantatoires, alors qu'elle était toujours en mouvement. Ils étaient différents cette fois-ci et c'est dans sa gorge que se concentrait désormais son chakra. Elle pouvait sentir la température de son corps descendre de quelques degrés alors qu'elle regroupait le chakra nécessaire à l'activation de sa prochaine technique. D'un seul coup, elle crachait une quantité importante de glace qui prit la forme d'une gigantesque tête de dragon. Ouvrant la quelle en plein vol, elle se dirigeait rapidement vers son adversaire, prête à se refermer dessus.


Spoiler:

_________________
L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Signamisakigif
~ Thème ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki https://www.ascentofshinobi.com/t11620-kiri-equipe-5-shotosenpei https://www.ascentofshinobi.com/t11635-yuki-misaki-la-rose-hivernal
Gôgon Medyûsa
Gôgon MedyûsaEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Sam 4 Déc 2021 - 15:31
À la gloire du Colissée

Une attaque frontale, c’était plutôt risqué pour Medyûsa d’agir de la sorte. En effet, son adversaire est très douée dans le maniement de la lance, ayant un certain avantage au combat au corps-à-corps avec l’allongement de son arme plutôt longue qu’un bras humain. Cela dit, la Yasei pouvait compter sur sa camarade, Yuki Misaki pour la couvrir et perturber les actions de son adversaire pour l’empêcher d’attaquer afin de la toucher. Difficile de savoir ce qu’elle comptait faire, même si la blonde avait l’impression que son allié allait utiliser une technique de dissimulation pour brouiller la vue de son adversaire avec des flocons. Or, arrivant devant Hato, il n’y avait pas de tempête ni rien, ce qui empêche la Hebi de toucher la gladiatrice à ses talons d’Achille grâce à ses scalpels de chakra pour la handicaper tout le combat. Étrangement, la guerrière n’a pas pu éviter l’uppercut de l’hyperforce de plein fouet, l’envoyant valdinguer dans les airs. Profitant de ce moment pour reculer, l’ancienne lieutenante continue de l’observer attentivement, cherchant un moyen de voir ce qui va se passer par la suite. Atterrissant au sol avec fracas, Kiyohime pouvait voir son adversaire se relever avec faiblesse due à ses blessures. Son attaque avait porté ses fruits et pourtant, ça ne semblait pas terminer pour autant. Combat de blonde, mais avec intensité et sérieux, au revoir les clichés. Il semblerait que l’ennemi oublie un tant soi peu son Bukijutsu pour utiliser le ninjutsu. Un marteau de foudre entoure Hato, ce n’était pas bon du tout ça.

La suite risque de ne pas être plaisant surtout quand Hato reprend avec rapidité sa lance afin de bombarder Medyûsa et Misaki d’une attaque visant une large zone face à elle. Difficile d’esquiver la technique avec cette rapidité, l’attaque doit être rapide de base, mais avec ce boost, c’était monstrueux. La Yasei ne parvient pas à esquiver les multiples attaques de la lancière et se fait blesser à maintes reprises, entre coupures, bleus et cote fêlée dont quelques-unes, peut-être fracturés. En tout cas, la Gôgon ressent des douleurs, mais ça ne va pas l’empêcher de continuer de combattre. Lorsque ce fut terminer, Med reprit son souffle, tout en observant Hato. « Impressionnant. » Dit-elle. À cette allure, elles ne vont pas durer longtemps, si elles ne trouvent pas à un moyen de l’atteindre. La kunoichi sentit une balle de glace passait à côté d’elle, apparemment, la jeune Yuki a commencé à la contre-attaque et donc il fallait réagir aussi. D’une série de mûdra, Medyûsa touche le sol et invoque un marécage de boue devant elle sur une large zone afin d’embourbé et restreinte les mouvements de son adversaire. Par chance, Misaki n’était pas tombé dedans et la voilà qu’elle attaque à nouveau, dans une nouvelle position, d’un mûdra, Kiyohime crée deux clones dont un part en direction de Misaki, mais restant éloigné pour être derrière elle. L’autre reste derrière Medyûsa et lance un kunai vers Hato, l’originale réalise des mûdra et crée des serpents de roche qui foncent vers la Gladiatrice, afin d’immobiliser ses bras. Le but est d’immobiliser ou de perturber pendant un instant, son adversaire pour permettre à Misaki d’attaquer sa cible avec une autre attaque. Pendant ce temps, le clone 2 était resté avec elle, garde un œil sur son adversaire afin de vite réagir en cas de riposte.

D’un coup, Misaki envoie un dragon de glace plutôt rapide en direction de leur adversaire, espérant ainsi, parvenir à la toucher. Et que l’immobilisation ainsi que le marécage puisse servir à quelque chose.

Résumé
Santé : Multiples lacérations peu profondes sur son corps. Quelques côtes fracturées. Quelques côtes fêlées. Des bleus qui rendent ses mouvements douloureux.
Chakra : 4B / 2A

Résumé du tour :

- Medyûsa ne peut pas esquiver l'attaque de Hato à cause de la vitesse d'attaque de la lance.

- Lorsque Misaki lance sa première offensive, Med la sent passer à côté d'elle. Ainsi, elle ne perd pas de temps et réalise des mûdra avant de poser ses mains au sol. Elle utilise Yomi Numa (A) pour créer un marécage boueux devant elle et sur une large zone afin d'embourbé son ennemi et de restreindre ses mouvements.

- Par la suite, elle utilise le Kage Bunshin (B) pendant que sa partenaire se déplace et cherche à attaquer Hato une seconde fois. Le clone 1 va vers Misaki, cherchant à être derrière la Yuki et un peu éloigné d'elle. Tandis que le clone 2 est derrière l'originale.

- Medyûsa réalise un mûdra tandis que le clone 2 envoie un kunai en direction de la Gladiatrice. Medyûsa utilise ensuite, SutônSunêku (B), des serpents de pierre qui viennent rapidement vers Hato afin d'immobiliser ses bras pendant que Misaki utilise son dragon de glace dans la direction de Hato.


équipements utilisés :



Techniques utilisées :










Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Narrateur
NarrateurEn ligne

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée Empty
Dim 19 Déc 2021 - 21:19
L'expérience militaire de la gladiatrice imposait de ne pas subir la pression de la foule. Même au beau milieu des acclamations, des huées, des applaudissements, la Lancière demeurait de marbre, insensible. Seule l'issue du combat mobilisait son attention. La disciple, comme un mantra qui habillait avec dignité la vétéran des arènes. Pourtant, le poids de la douleur qui l'accablait la ramenait au centre de l'arène. Elle avait beau s'en échapper, faire s'évader son esprit à l'extérieur des gradins, l'exercice mental ne prenait plus. Hato sentait à chaque inspiration ses côtes brisées. Chaque expiration lui remémorait sa lourde chute dans le sable. Alors, lorsqu'elle dansa telle une diablesse, lance en main, pour terrasser ses adversaires, la respiration effrénée de la guerrière ne fit qu'intensifier ces traumas.

Provisoirement, l'adrénaline effaça cette douleur. Dans le mouvement, Hato sentit sa lance faire mouche plus d'une fois. Au palpitant, se succéda l'essence de la satisfaction, le plaisir de la réussite. La dopamine prit le relais pour délivrer temporairement la combattante du mal qui frappait son corps. Le sang abreuva le sable en offrande aux générations de combattants destinés à se sacrifier pour le plaisir des yeux. La javeline de Hato se nourrissait à son tour de l'essence vitale de ses proies. Non sans mal pour sa détentrice qui accusait le coup d'un tel enchaînement de frappes, en dépit de son état.

La suite ne fit qu'aggraver les choses.

Malgré la démonstration de force de la lancière, cela n'avait suffi en rien à assurer sa victoire. Il restait encore tant à accomplir pour y parvenir. Munie de son manteau de foudre, Hato se préparait à accueillir la contre-offensive de ses deux antagonistes. Mais elle fut loin d'imaginer que la première offensive prit la forme d'une balle de glace. Le projectile fendit l'air dans sa course. Hato se prépara à éviter d'un pas sur le côté l'attaque, mais elle fut prise de courte par la vélocité incroyable du projectile. Avant qu'elle n'eut le temps de réagir, la balle avait traversé son épaule. Une vive douleur s'en suivit, précédant une giclée de sang abondant. Une main sur la lance, l'autre sur sa plaie béante, Hato constatait impuissante l'ampleur des dégâts. Le choc fut tel, tant sur son corps que dans son esprit que son aura de foudre se dissipa inconsciemment. Ses pensées commencèrent à se perdre sur les raisons de cet échec. Était-ce la fatigue, qui avait éreinté ses sens ? Ou bien un excès de confiance dans sa capacité à éviter un projectile aussi simple ? Cette réflexion se dissipa sans réponse, tandis que la Yuki réitérait sa technique, et que bientôt, les jambes de la Gladiatrice furent scellées au sol. Hato essaya de se débattre, en vain. La boue entravait ses déplacements, et elle ne fit que s'empêtrer davantage à vouloir échapper ces sables mouvants.

La situation la força à faire avec les moyens du bord. A défaut de se déplacer pour éviter la trajectoire de la balle, alors Hato se contorsionna sur place pour la contourner. Aidée de son arme enfoncée dans le sol, son torse se plia vers l'arrière. Hato serra les dents pour oublier la douleur et le sang, et son regard suivit tout juste le passage de la balle de glace. Ses yeux s'écarquillèrent. Quelques centimètres de plus, et l'attaque se logeait dans son poumon droit. Le combat serait dès lors plus que terminé pour elle. En se redressant, le sang de sa blessure s'égrainait comme le sable d'une clepsydre, et Hato prit conscience de l'échéance de ce duel. Tenir sa lance avec son épaule endommagée devenait de plus en plus compliqué. Elle avait assez de force pour dévier le kunai qui arrivait, mais lorsque dragon et serpents se ruèrent sur elle, elle sut que c'était la fin.

La Gladiatrice fit tournoyer une dernière fois sa fidèle alliée face à elle. Son corps lui hurlait d'arrêter, mais il lui était impossible d'accepter la défaite. Le dragon percuta violemment la Lancière. En dépit de l'exécution de sa parade, sa douleur à l'épaule l'empêcha d'encaisser correctement l'attaque. Hato tomba en arrière, accompagnée d'un rideau d'éclats de glace. Ce n'était pas une simple chute. C'était là la chute d'un symbole, d'une image révérée par les adorateurs d'Asosan, qui se brisaient au bon vouloir de ses adversaires. L'attention de la foule fut galvanisée, puis choquée d'une telle issue. Un imposant silence s'abatttut dans l'assemblée. Les regards de chacun convergèrent confusément dans la mare fangeuse, à la recherche du Champion d'Asosan. Certains espéraient qu'elle se relève. D'autres, plus humains, souhaitaient sincèrement que rien de grave ne lui soit arrivée. Mais tous se sentirent émus par la scène qui suivit.

« Je… je peux… plus bouger… 'peux plus rien faire. Merde… merde ! »

Lorsque Hato se releva, cela ne relevait plus de sa propre volonté. Des chaînes de terre et de pierre l'extrayaient vulgairement de la boue. Le visage de la guerrière était tailladée de toute part par la glace, tout comme une bonne partie de ses bras, qui avaient vaillement tentés de repousser la gueule du monstre de givre. L'image de la Championne souillée choqua le public. Rares étaient ceux qui avaient vu Hato dans pareil état. Pourtant, la vérité s'offrait avec eux avec fracas : Hato venait d'être défaite. Et elle avait beau se débattre, tenter de lutter contre l'étreinte de ces chaînes de silice qui scellaient ses gestes, Hato fut forcée d'accepter l'évidence. En dépit de l'état de son corps, elle lutta jusqu'au bout, avant que l'arbitre ne décide à sa place avant que la situation n'empire. Un gong mobilisa l'attention de l'arène toute entière. L'arbitre avait hésité à en arriver là, pour l'amour du spectacle, et l'amour-propre même de la Gladiatrice. Mais en prenant la parole, il savait dorénavant que ce qu'il faisait était juste.

« Le combat est terminé ! Le combat est terminé ! insistait-il, tant pour se donner de l'assurance que pour confirmer à tous l'issue de ce spectacle. La victoire revient à Yuki Misaki, ainsi qu'à Kiyohime ! »

La foule hésita, mais applaudissait malgré tout les gagnantes. En dépit de l'attachement profond pour le Champion d'Asosan, la majorité des spectateurs de l'île exprimait un profond respect pour quiconque parvenait à s'arracher la victoire, fusse-t-il Gladiateur ou non. Une victoire était une victoire, et pour cette raison, les deux kunoichis purent quitter l'arène avec les honneurs. Au même moment, l'arbitre mobilisait quelques guérisseurs pour extirper Hato de la roche, de la boue et du sang afin de stabiliser son état. Tandis que Misaki et Medyūsa furent invitées à profiter d'un ultime tour d'arène pour profiter de la clameur de la foule, elles furent l'objet d'un regard noir de la Lancière. La rancune qu'elle exprimait ne leur était pas adressée : dure envers elle-même, Hato se détestait d'être arrivée à pareil résultat.

Il était des blessures dont on guérit au fil du temps. Et les médecins d'Asosan savaient comment réparer la chair. Mais Hato, elle, allait devoir apprendre à vivre avec ces plaies de l'esprit qui ne se referment jamais totalement…

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas

L'Appel de l'Arène #05 : à la Gloire du Colisée

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Colisée
» La loi du plus fort peut fonctionner par moment [Recrutement Colisée]
» La gloire et les honneurs.
» Gloire à Benten la fabuleuse [Libre]
» Goro Haruka - Gloire à l’Empire

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: