Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka]

Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Lun 8 Nov 2021 - 21:34
Filant à travers la cité en ce début d’après-midi, le véritable Yanosa conservait la compagnie ambivalente du Jûnin Borukan et de l’une de ses pupilles, Rin Hyûga. La mine renfrognée, songeur, le guerrier sans visage ne pouvait s’empêcher de faire porter la plus grande part de ses pensées vers ses différents clones et leurs missions respectives, disséminés sans doute aux quatre coins d’Iwa afin de poser les fondations de son plan. Alors que l’Académie se trouvait à présent visiblement à l’horizon, Yanosa se fit la réflexion cynique que même dans le cas d’un accord avec la hiérarchie, celle-ci aurait quoi qu’il arrive matière à lui reprocher son interprétation pour le moins fantaisiste et libérale des protocoles de sécurité. Aucune issue, même favorable, n’irait sans le moins heurt, et c’était avec cette certitude pragmatique que l’Oterashi enchaînait foulée après foulée vers le bâtiment qui abritait les bureaux du Triumvirat.

Le regard du Tellurique se déporta un instant vers Ashitaka sur son flanc, songeant à sa responsabilité envers lui : quelle que soit la façon dont allait se dérouler l’entrevue avec le Taishô du Manazuru, le Chûnin devrait faire tout son possible pour arrondir les angles et faire en sorte que ses actes ne rejaillissent que sur lui-même. Le Borukan, malgré son ascendance, était l’antithèse d’une tête brûlée, et si Yanosa était prompt à prôner une proactivité très agressive, il admettait également volontiers la valeur d’individus tels qu’Ashitaka. Iwa, quoi qu’il arrive, aurait besoin de lui pour la défendre, à sa façon. Mais alors que le trinôme pénétrait dans le bâtiment, le guerrier de pierre songea à quel point il allait s’avérer primordial que lui aussi, puisse faire ce qu’il fallait pour sa cause. Même si pour cela, il devrait une fois encore mettre sa vie en jeu.

Bien vite, la porte menant au bureau de Teruyo se trouva devant eux. Sans marquer de temps d’arrêt, l’Oterashi y toqua alors par trois fois et entra, accompagné du Jûnin du Shishiza et de Rin.

« Teruyo-Taishô. Nous avons d’importants développements à exposer... »

Yanosa laissa tout à chacun le loisir de se saluer et de se positionner dans la pièce avant de poursuivre.

« Nous revenons des geôles où est enfermé l’Ecorché, cet… homme, que notre Godaime avait capturé dans les cryptes. Sa complicité avec Kojima Reijirô, le nécromancien, est établie, mais tant à cause de ses capacités que de son tempérament, toute extraction d’information semble… compromise. »

Un regard anxieux à destination d’Ashitaka.

« Pour accepter de nous livrer ce qu’il sait, l’Ecorché en définitive a néanmoins formulé une requête particulière. La seule, à vrai dire, que nous soyons en faculté d’accorder. Un ultime affrontement à mort, sans entrave, devant témoins… contre moi. »

Le guerrier de pierre oeilla les différents participants à cette entrevue à huit clos, la mâchoire serrée.

« ...Un marché que je suis, pour ma part, prêt à accepter… Taishô. »

Spoiler:

@Miyamoto Teruyo
@Borukan Ashitaka

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Yano_b10

Theme MusicDésavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Jeu 11 Nov 2021 - 14:43

Comme souvent désormais, pour ne pas dire toujours, la journée avait commencé tôt, bien avant que le soleil ne toise les hauts sommets pour nous offrir leur douce lueur orangée. A bien y réfléchir, depuis la cohabitation, mon sommeil était bien plus léger. Peut-être « perturbé » serait le terme exact, mais à l’heure actuelle, rien ne me permettait encore de l’affirmer. De fait, dans ces conditions de réveil nocturne, le mieux qu’il me restait à faire était encore d’œuvrer au mieux aux tâches qui m’étaient dévolues.

Quelque peut éreinté par cette matinée chargée de sujets parfois d’envergure, dénotant de décision complexes à prendre, à prévoir ou à imaginer, le temps que je me rende compte de tout cela et l’heure du déjeuné était déjà passé depuis quelques heures. Absorbé dans d’obscures méandres diplomatiques, je n’avais pas entendu mon ventre crier famine et ce fut seulement une fois seul que mon estomac me rappela à la réalité.

Un bol de ramens bien chaud posé sur le bureau, ramens livrés avec passion pour un passionné et un client plus que régulier, le bouillon fumait largement pendant qu’il dégageait une douce odeur alléchante. Cuillère dans la main gauche, après avoir gouté ce nectar brun revigorant, j’y plaçais quelques nouilles et un fin morceau de porc pour prendre une première bouchée de mon déjeuner tardif. C’est à cet instant que la porte de mon bureau s’ouvrit brusquement après quelques brefs coups pour annoncer une visite. Surpris par cette interruption, aspirant mes nouilles, l’une d’elle gigota jusqu’à mon œil, m’obligeant à offrir à mes invités une grimace pleine de surprise.

Alors que j’essuyais mon œil d’un revers de la manche, le garde à l’entrée, faisant irruption à la suite de Yanosa intervint comme il put.

« Navré Taisho, il a … »

Levant la main pour stopper ses explications, avec tout le sérieux possible et un œil légèrement rougit, je prenais la suite des discussions.

« Il a fait ce qu’il est habitué à faire. » dis-je en invitant d’un geste amical de la main à nous laisser.
« Agir sans vraiment de considération, n’est-ce pas ? » terminais-je en basculant mon regard vers celui du calciné.
« Pour autant, je t’écoute … »

S’il y avait bien un sujet auquel je ne m’attendais pas aujourd’hui, c’était bien celui concernant ce prisonnier tout particulier. Pour autant, je me souvenais que nous avions mandaté quelques shinobis pour une mission d’interrogatoire. Quant au fait que Yanosa soit de la partie, l’information n’était pas arrivée jusqu’à moi. Quelle idée saugrenue que de demandé à celui qui portait pourtant le titre de clairvoyant que faire preuve de diplomatie. C’était faire preuve d’un certain manque de clairvoyance justement. Amusé par ma propre pensée, je refreiner un léger sourire, continuant à écouter les explications du chunin.

« Bien. » dis-je d’un ton neutre une fois l’intervention de l’Oterashi terminée.

Baissant à nouveau mon regard sur mes nouilles, je me préparais une seconde cuillérée avant de m’interrompre quelques secondes.

« Vous m’excuserez, je n’ai pas eu le temps de déjeuner à midi. » avant d’enfourner ma louchée, récupérant d’un coup de langue une goute de bouillon au coin des lèvres.

« Et donc Yanosa, quelle est ta demande ? Jusqu’à présent je n’ai pas entendu de question, juste des faits. »

La tête baissée, les yeux levés vers le duo, j’attendais la réaction du membre du Sazori. Je savais pertinemment ce pourquoi il était là, même si la question n’était pas formulée, son discours parlait pour lui. Il aurait fallu être un idiot pour ne pas le comprendre.

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Lun 22 Nov 2021 - 15:23
Le rouquin aux jambes métalliques accompagna son camarade qui s'éclipsa une petite minute sur le chemin du bureau des membres du Triumvirat. Il restait plutôt silencieux, pensif. Il jaugeait le pour et le contre, se demandait si les choix qu'il avait fait jusque là dans le cadre de cette mission étaient les bons. Est-ce qu'offrir à cet énergumène ce qu'il souhaitait était véritablement intéressant. Aurait-il des informations véritablement valeureuses ou s'agissait-il là d'une simple perte de temps ? Il leur demandait de jurer sur l'honneur, mais lui, sur quoi jurait-il que ses informations étaient véritables ? Pourquoi cette personne inhumaine leur dévoilerait-elle quoi que ce soit de son bon vouloir, simplement parce qu'elle avait été vaincue ? Est-ce que cette créature avait-elle un sens de l'honneur quelconque, ou bien lui était-il absent ?

Montant les marches avec l'assimilateur dont il connaissait l'attrait pour les passages en force au milieu des règles, le Borukan décida de lui laisser la main pour qu'il explique son projet en détails à Teruyo, la plus haute autorité présente à Iwa en ce moment.

L'entrée dans la pièce se fit directement sans réelles considérations pour les bonnes manières, du Yanosa tout craché. Ce que le Taisho du Manazuru, son ancien élève, se dépécha de lui signaler. Mais bon, la bienveillance était plus grande envers les contrevenants qu'elle ne l'avait été précédemment.

La question tomba alors, simple. Quelle est la question que souhaitait lui poser Yanosa. Mais plutôt que de laisser son camarade lui répondre, Ashitaka, plutôt en retrait jusque là, fit un pas en avant, fixant le trentenaire dans les yeux.

« Nous sommes venus te demander l'autorisation de mettre en place ce duel et d'organiser une sécurité avec le soutien du Shishiza. En temps normal nous serions venus vers Aimi mais elle est absente et tu es la figure d'autorité la plus importante du village. La dernière chose que je souhaite, c'est que cette tentative d'obtenir des informations tourne au massacre. Que Yanosa mette sa propre vie en jeu est une chose, mais je suis d'avis que ce duel ne peut pas se mettre en place sans prudence pour les habitants et les éventuels spectateurs. »

Allant au plus simple, ne se formalisant pas pour le fait que le Miyamoto était en train de se restaurer, le représentant des shinobis volcaniques jeta un oeil à l'Oterashi, attendant de voir s'il avait des détails, des précisions à ajouter.

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Mer 24 Nov 2021 - 22:15
Le guerrier de pierre n’avait porté aucune attention ou accordé une quelconque forme d’importance aux vaines protestations du garde à l’entrée du bureau, pas plus qu’il ne l’avait fait à l’égard de la remarque initiale du Taishô du Manazuru, visiblement en plein déjeuner. Par bien des aspects en effet, l’Oterashi estimait bien plus important de rapidement exposer et traiter le sujet qu’ils étaient venus porter à l’attention de Teruyo, plutôt que de permettre aux politesses et aux usages superflus de prendre trop de place. La quête de ces renseignements qu’ils convoitaient avait déjà rencontré trop d’obstacles et accumulé trop de retard, et c’était sans même prendre en compte l’enchaînement particulièrement serré des événements qui étaient sans doute déjà en branle à d’autres endroits de la cité. Le Tellurique, assurément, n’attendrait pas de pouvoir solliciter une entrevue avec le Miyamoto sur l’un des rares moments durant lesquels celui-ci n’ingérait pas de nourriture, et ce fut avec une mine impassible, dans l’expectative, que l’Oterashi observa la tête du Manazuru aspirer une nouille de plus.

Durant cet instant distendu, il eut tout le temps de ressasser les mesures qu’il avait prises pour faire face au possible refus du Taishô, guettant ses réactions sans pouvoir vraiment en capter la moindre. Lorsque finalement le Miyamoto répondit en feignant presque pour ainsi dire de ne pas avoir conscience du pouvoir décisionnel qui reposait entre ses mains, Yanosa dut longuement et profondément inspirer pour garder ses pulsions sous contrôle. Il voulait entendre les mots, songea-t-il. Il voulait l’entendre formuler sa requête explicitement, avant de faire un quelconque retour sur le sujet. Mais tandis que le Chûnin de la Roche tournait la langue trois fois avant de répondre, ce fut finalement de la bouche d’Ashitaka que parvint la demande d’autorisation, explicite et ne souffrant d’aucune ambiguïté.

Lentement, l’Oterashi accorda un regard à son coéquipier sur le côté, muet et tiquant malgré lui sur certains éléments de langage employés par le Borukan. Campant parfaitement le rôle d’agent du Shishiza, ce dernier ne faisait aucun secret de ses priorités, à savoir la sauvegarde des vies civiles et innocentes : que le guerrier sans visage vive ou non au terme de cette affaire, finalement, ne lui importait que modérément. Ce qui, dans les faits, ne provoquait plus le moindre émoi chez le Tellurique.

« ...C’est bien ça. Nous requérons l’aval d’un Taishô, pour mobiliser les ressources nécessaires au bon déroulement de l’opération. Même dans un cadre sécurisé, cet affrontement reste un pari : je pourrais perdre… Et, en cas de victoire, la probabilité existe que cet Écorché n’honore pas sa part. Il sait que si il ne le fait pas, il retournera croupir et pourrir éternellement dans nos geôles, mais si je l’ai mal jugé… cela reste une possibilité. »

L’Oterashi marqua une pause, pensif, s’autorisant un élan optimiste.

« Aucun tiers ne pourra intervenir pendant le duel, sous peine de rompre l’accord. Cependant, peut-être… qu’il serait possible que j’embarque avec moi des outils shinobis préparés à l’avance. Je pense notamment à des sceaux, ou à certaines substances... »

Yanosa méprisait cette pensée qui était pourtant la sienne, mais face à un tel adversaire, ne pas considérer les bénéfices potentiels d’une préparation pointue et méticuleuse aurait été pure folie. Il voulait ces informations. Il voulait la peau du nécromancien, et il était prêt à bien des sacrifices pour y parvenir.

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Yano_b10

Theme MusicDésavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Jeu 2 Déc 2021 - 19:03

Si mes paroles étaient destinées au Calciné, ce fut Ashitaka, l’un de mes anciens mentors à l’époque où nous étions Masami et moi sous ses ordres au sein de son équipe qui se chargea de m’offrir une première réponse. Silencieux jusqu’à présent, le Borukan se fit finalement bavard m’offrant dès lors tout un bon discours avec une demande cette fois, dûment formulée et qui, sans surprise, allait dans le sens de la demande de Yanosa.

Connaissant quelque peu le calciné, je me doutais que ce dernier ne serait pas du genre à laisser un discours qui n’était pas le sien sans réagir à la suite. Balayant mon regard entre les deux protagonistes installés devant moi, je pouvais être le témoin silencieux de certaines mimiques qui semblaient me conforter dans le sentiment que j’avais quant à cette situation qui se jouait entre nous. Désireux d’entendre les mots du chunin, je laissais à ce dernier tout le loisir d’intervenir à suite du membre du Shishiza.

Sans surprise, le discours énoncé correspondait à ce que je m’attendais lorsque le sacré personnage fit son entrée. Finalement, la surprise n’étant pas dans les mots choisis, mais le fait que le membre du Sazori se donne la peine de demander l’autorisation avant de faire quelque chose d’insensé, lui qui avait pour habitude de n’en faire qu’à sa tête. Une question trottait donc légitimement dans ma tête. Que se passerait-il ? Que ferait-il si je lui disais non, si je refusais d’accéder à sa requête ? Agirait-il tout de même ou accepterait-il le choix qui serait fait ?

Le regard plein de sérieux sans sombrer dans la sévérité, repoussant devant moi ce bol de ramens qui me faisait de l’œil mais que je ne saurais manger sereinement pour l’heure, songeant que la prochaine bouchée serait surement froide, mes premiers mots étaient donc adressés à Ashitaka.

« En tant que membre du Shishiza et donc garant de la sécurité du village et de ses habitants, cette demande te semble-t-elle raisonnable ? Et quels seraient les moyens logistiques à mettre en place pour parvenir à organiser un tel duel s’il devait avoir lieux ? »

Laissant le Borukan à ses réflexions, je portais mon regard vers le Clairvoyant.

« Quelle preuve avons-nous qu’il va réellement collaborer avec nous ? Quelle preuve qu’il tiendra parole ? Qu’est-ce qui pourrait l’obliger à révéler quoi que ce soit lui qui est resté muet jusqu’ici ? Un autre point me porte peine. Il a été vaincu par Toph supportée par deux autres personnes. Je ne remets pas en question ta force, tout le monde la connait, mais que se passerait-il si tu venais à perdre ? Nous devrions sacrifier l’un de nos shinobi de valeur ? Et que se passerait-il si notre prisonnier en venait à mourir au cours de cet hypothétique affrontement ? »

Les questions étaient nombreuses certes, mais à mon sens, elles soulevaient des questions essentielles et nécessaires avant de donner un verdict.


_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Mar 7 Déc 2021 - 1:37

Rin était là, silencieuse jusqu'à présent. Elle avait accompagné Yanosa, son enseignant, afin de rencontrer le Taisho Miyamoto Teruyo. Elle s'était tue jusqu'à présent, n'ayant pas sa place dans cette rencontre entre la lave, la pierre et la lumière. Elle estimait qu'une simple genin nouvellement sortie de l'académie n'avait pas nécessairement les qualifications requises pour déranger la tenue d'une conversation aussi importante.

Ainsi, elle était restée immobile et immuable. Accompagnant son enseignant comme si elle était un trophée, là pour faire jolie et sans plus. Bien entendu, elle savait bien que ce genre d'ânerie était bien en dessous de qui était Le Claivoyant et qu'il ne se rabaisserait jamais à ce genre d'action pour valoriser son égo. Cependant, une fois ça dit, c'était la position qu'avait décidée d'opter Rin. Profiter de la situation pour en apprendre le plus sur la politique interne du village. Elle ne connaissait que les rouages du clan Hyûga, étant elle-même membre du conseil du clan.

Cependant, alors que les différents interlocuteurs s'échangeaient la balle et se lançaient dans une joute verbale, la trentenaire s'était sentie obligée de partager quelques informations avec le seul représentant présent du Triumvira.

[Rin] - Miyamoto-Sama.

Dit-elle solennellement en s'inclinant en direction de son supérieur.

[Rin] - Pardonnez mon intrusion dans vos échanges, mais il y a quelques informations que je trouve important que je souhaite vous partager.

Attendant sagement qu'on lui donne la parole - quoi qu'elle l'avait quand même un peu prise de force.- La parange aux pupilles éburnés poursuivit.

[Rin] - Lors de notre interrogatoire, j'ai eu la chance de pouvoir observer avec mon Byakugan le désavoué sur une longue période de temps. J'ai pu voir toute la finesse et la maîtrise des spécialistes en fuinjutsu qui l'ont scellé et qui le gardent dans un état entre la pourriture et la vie. J'ai aussi vu le désavoué être sur le point de briser les sceaux de confinement qui le retenaient. Des micro fractures qui viendront tôt ou tard à bout de ce qui le retient. J'ai pu voir les tentatives de cet homme afin de créer des failles dans le rock pour s'échapper et je l'ai aussi vu, sur le bord du suicide, essayer de se sortir de ce qui le retient. Mes pupilles ne voient que deux résultats possibles s'il est maintenu dans les entrailles de la roche. La fuite ou la mort. La fuite, car, plus le temps passe, plus il parvient à s'acclimater aux sceaux qui sont posés et renouvelés. Il est clair pour moi, mais ce n'est peut-être pas ma place d'évaluer cela, qu'il parviendra un jour à briser ce qui le retient et à briser la terre qui l'emprisonne. Ce jour, Iwa ne sera pas plus en sécurité que s'il est libéré et que si Yanosa perd son duel. Là, cependant, nous avons l'opportunité de nous y préparer. Il est tout aussi possible qu'il n'y parvienne pas. Il va essayer, jusqu'à ce que ses tentatives le mènent dans la mort. Là, il emportera avec lui toutes ses connaissances sur le nécromancien et nous n'aurons rien. Nous aurons gaspillé d'énormes ressources pour le maintenir dans les profondeurs d'Iwa. D'énorme ressource pour maintenir les différents sceaux qui le gardent en place... parfois même maintenue par nos propres shinobis fusionnés à même le rock et nous n'aurons rien... Qu'il fuit ou qu'il meure, nous n'aurons rien. Je sais bien que l'espoir d'obtenir quelque chose n'est pas quelque chose en soi... mais c'est plus que ce que nous avons.

Puis, l'esprit de la politicienne se posait sur une hypothèse bien sombre. Un détail qu'elle trouvait important de nommer, mais qui n'aiderait sans doute pas la cause de son enseignant.

[Rin] - Je dois cependant dire que je trouve son désire de mort bien hors de son caractère. Un homme comme lui qui est allé jusqu'à défier la vie elle-même en développant une technique capable de le reconstruire tant que son coeur n'est pas détruit. Je ne peux pas concevoir que son désire dans la vie soit de mourir. Et si... Elle hésitait, car il ne s'agissait là que d'une idée. Rien de tangible, mais qui se devait d'être considéré. Et si le nécromancien ne possédait pas déjà une partie du corps du désavoué, prêt à le réanimer au moment de sa mort ?

C'était là, la seule raison que Rin pouvait trouver plausible pour essayer de justifier les désires qu'elle jugeait sans sens. Bien entendu, elle s'avançait sur un sujet dont elle n'en connaissait pas la véracité et sans doute se trompétait-elle. Après tout, son désire était la mort et la destruction. Chose que pouvait aisément lui offrir le nécromancien, même si ça voulait dire ne plus avoir son libre arbitre - encore fallait-il que ça lui importe.-

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Ven 10 Déc 2021 - 19:43
Ashitaka resta silencieux le temps d'entendre les réactions du groupe présent dans la pièce. Rin qui avait choisi de garder le silence dans un premier temps exposa alors son point de vue après que Yanosa ait expliqué ce qu'il attendait et que Teruyo les ai questionnés. Les paroles de la Hyûga trentenaire abordaient cependant un point intéressant que le rouquin reprendrait ensuite, mais tout d'abord, il voulait répondre au Taisho.

« Si je pensais la demande irraisonnable, je ne viendrais pas la porter devant toi. Je chercherai autre chose à faire. Quant au dispositif à mettre en place... Une vingtaine de policiers autour de l'arène devraient être suffisants pour arrêter ce fou s'il tente de fuir. Sans compter que dans les spectateurs, il y aura des shinobis supplémentaires dont moi. Toph l'a battu avec deux autres iwajins à l'époque, je pense qu'à une vingtaine sans compter qu'il y aura Yanosa face à lui, jamais il ne pourra partir. Sa seule solution serait une intervention de Tôsen. Et si Tôsen voulait le sauver, il l'aurait déjà fait comme il l'a fait pour Rei. »

Il soupira un peu, se passant la main dans les cheveux pour replacer une mèche rebelle. Il fallait qu'il les coupe, depuis le temps... Ils devenaient juste gênants.

« Pour ce qui est de ce qu'à mentionné Rin... Il est là depuis des mois, il est en train de littéralement pourrir vivant. Je ne sais pas dans quel état mental il faut être pour supporter ce genre d'abomination, mais il ne parlera jamais de force s'il reste silencieux dans cet état. La seule solution pour nous à mes yeux, c'est que ce fou accepte volontairement de parler. Il se pense immortel, mais son coeur devrait être consummé sans mal par la lave je pense. Aucune substance vivante n'y résiste, il n'y a pas de raison qu'il y fasse exception. »

Croisant les bras, il hésita un instant avant d'enchaîner.

« Pour ce qui est du duel en lui-même, je pense que c'est très respectable de la part de Yanosa de mettre sa vie en jeu pour peut-être recueiilir des informations qui pourraient être capitales. Donc le mieux à faire c'est de respecter son choix et de le soutenir dans cette prise de risques selon moi. Ce serait irrespectueux d'aller à son encontre en tant que son égal, et à sa place, si je m'estimais capable de le vaincre seul à seul, alors je prendrais sans doute ce risque aussi. Mais uniquement si je suis le seul à être en danger suite à ma décision. Comme ça, tu sais exactement pourquoi je suis venu avec lui pour te faire cette demande Teruyo. Parce que c'est pour moi la meilleure mais aussi la seule solution pour avancer. On ne peut plus garder cette créature dans nos murs, il nous coûte trop cher en énergie et en hommes pour simplement le garder enfermer. Ça n'a que trop duré. Acceptons ce combat ou tuons le, mais cessons d'y astreindre des soldats pour qu'ils soient pris dans des murs comme de vulgaires prisonniers. Ils ne méritent pas cela. »

Se faisant plus ferme à la fin de son discours, Ashitaka marquait clairement sa position cette fois-ci. L'état de ses trois collègues pris dans la pierre lui avait déplu grandement, et il ne voulait pas les savoir ici pendant des mois encore, à attendre on ne sait quoi pour enfin être libres à nouveau. Ils étaient des soldats, pas des coquilles vides. Ils méritaient plus de respect.

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Mer 15 Déc 2021 - 22:32

Depuis l’attaque de Yonbi, nombre de genin dépassaient l’âge de l’adolescence comme si le drame qui s’était déroulé dans le village avait ouvert les yeux à certains ou tracé des vocations, que ce soit pour assouvir une certaine vengeance ou apporter son aide à celles et ceux qui en avaient besoin. Rin, comme tant d’autres en faisait partie, même si pour son cas, sans que j’en sois vraiment certain, j’avais cru comprendre que sa motivation à servir en tant que shinobi résultait d’un mal plus profond. Je n’avais jamais eu l’occasion de discuter avec elle, seulement de lire rapidement son dossier comme tous les genins du village, histoire de préparer missions et équipe au mieux des capacités des uns et des autres.

Alors que je n’avais pas fait attention à sa présence de prime abord, mon esprit d’abord focalisé sur Yanosa puis sur le Borukan, celle qui était, jusqu’à présent, restée silencieuse, s’invita à son tour dans la conversation afin de partager ses informations et idées. Et il fallait dire qu’en terme de discussion, si la jeune femme s’était tue depuis le début de la conversation, elle se rattrapait fortement en l’instant présent. Ecoutant avec attention la Hyuga, je prenais en même temps quelques notes sur un parchemin qui trainait sur le bord du bureau et qui listait déjà toute une série de choses à réaliser.

S’en suivi dans la foulée la prise de parole du Borukan. Au moins, ce que l’on pouvait affirmer c’est que les protagonistes en face de moi avaient tous beaucoup à dire sur un sujet qui apparaissait comme de plus en plus épineux. Poursuivant ma page d’écriture, j’étais toutefois quelque peu étonné par certaines remarques du jonin, levant au moins une fois un sourcil suite à l’étonnement. Finalement, si chacun avait plus ou moins soufflé au cours de ces échanges, mon temps n’était pas encore arrivé de le faire aussi. Les discussions étaient encore nombreuses, je n’en doutais pas un seul instant. Me reculant légèrement sur mon fauteuil, je prenais en main mes notes, passant un regard furtif vers ces nouilles qui seraient définitivement froide une fois cette réunion terminée. Aurais-je encore faim seulement ?

« Bien … J’entends ce que vous dites et avant tout, merci pour cette franchise. » commençais-je avant de porter mon regard vers la Hyuga.

« Merci de ta vigilance Rin. Je note ta remarque quant à l’affaiblissement de la sécurité portée contre ce prisonnier. Si comme tu as pu le voir les sceaux qui le retiennent faiblissent, alors c’est notre système de surveillance qu’il faut revoir. Il n’est pas normal que ce soit une genin qui remarque ce genre de défaillance. Grâce à tes talents, nous allons pouvoir renforcer le système en place et nous assurer que ce que tu as vu ne se reproduise pas. »

Comment Yogiri avait-il pu passer à côté de cela, lui qui était d’ordinaire si clairvoyant malgré son handicap. Jugeait-il que cela n’était pas un problème où la jeune femme avait-elle décidé de dramatiser les choses. Quoi qu’il en soit, le problème concernait un prisonnier beaucoup trop important pour ne pas s’assurer que tout serait fait pour garantir sa détention et sa surveillance.

« En revanche, si je comprends bien ton raisonnement, vu que nos défenses sont en train de défaillir, autant le libérer tout de suite pour ce duel contre Yanosa plutôt que d’attendre qu’il s’échappe. En quelque sorte, nous serions maitres de ses actions en quelque sorte ? Pour faire simple, on s’aperçoit qu’à terme un prisonnier est possiblement en mesure de s’échapper, donc on préfère lui donner une opportunité de le faire avant plutôt que de se dire que renforcer la sécurité serait la meilleure solution. »

Barrant quelques lignes, je continuais ma liste, comme si j’étais à l’école et que je m’appliquais à suivre ma liste de devoirs à faire.

« Pour ce qui est de son tempérament, je suis d’accord avec toi. Quelqu’un qui a voulu se sortir des griffes de Toph de cette manière et qui a su développer de telles techniques n’a à mon sens pas envie de mourir ainsi. »

La pointe de ma plume sur le vélin, une grosse tâche d’encre se forma petit à petit. Immobile, les yeux fixés sur ma feuille, je venais de comprendre un point important que personne jusqu’à présent n’avait soulevé jusqu’ici.

« Combien de discussions ont été faites à propos du nécromancien et de ses capacités … »

Tout ceci n’était finalement qu’une question rhétorique en soit.

« Je ne saurais dire, mais à ma connaissance, au sein de la coalition, tu es la première à soulever ce point important. Et si le nécromancien possédait déjà un bout de corps de l’homme au chapeau et de ses lieutenants. C’est une notion à ne pas oublier, mais dans l’immédiat, je reviens plutôt sur ce cœur dont tu parles. Effectivement, tant qu’il n’est pas détruit, il survivra. Mais j’y reviendrais par la suite. »

Finalement, passant rapidement mon regard sur Yanosa, je terminais ma course vers le manipulateur de Yoton.

« Donc si je comprends bien Ashitaka, toi, en tant que membre du Shishiza, l’unité spéciale en charge de la sécurité du village notamment, tu trouves raisonnable une demande de duel où il est nécessaire de faire sortir un prisonnier de haut rang, lieutenant de l’homme au chapeau. De même, il est raisonnable d’organiser cela en plein air, devant des spectateurs civils. »

Dépité, cette fois je l’étais face à tout ce que j’avais entendu. Repoussant légèrement ma feuille, j’enfonçais mon dos dans le cuir de mon siège avant de continuer.

« Tu le dis toi-même, il n’est pas du genre à parler sous la contrainte de la force et ce malgré son état. Il vous faut donc agir sous un autre angle. Quant au fait de vouloir mettre sa vie en jeu dans un duel de cette ampleur pour espérer glaner, sans certitude de résultat, quelques bribes d’informations, c’est loin d’être raisonnable. Mettre sa vie en jeu dans une mission c’est quelque chose que l’on sait plausible, mais de cette manière ? »

Me levant, je me tournais vers la fenêtre dans mon dos, observant le village depuis les hauteurs de mon bureau.

« Irrespectueux de ne pas le traiter en égal ? C’est ce que tu as dit Ashitaka. » poursuivis-je en regardant un enfant courir dans la rue avant de se planter fièrement en attendant ses parents qui marchaient pour le rejoindre.
« Depuis quand un tel prisonnier peut être considéré comme un égal ? Dois-je vous rappeler qui il est, d’où il vient et ce qu’il a fait ? » terminais-je en me retournant vers l’autre rouquin de la pièce.

A nouveau assis, les coudes posés sur la table, les doigts croisés, je poursuivais mes différentes objections, alternant mon regard sur chacun des trois shinobis présents.

« En l’état, je ne peux accepter un tel duel. Premièrement, je ne risquerai pas la vie d’un shinobi de valeur dans de telles conditions. Si tu venais à perdre Yanosa, nous perdrions plus qu’un simple ninja. Deuxièmement, nous n’avons aucune certitude quant à collaboration en cas de défaite. Il pourrait décider de rester muet. Troisièmement, il est hors de question de plier aux volontés d’une menace telle que lui. Ce n’est pas à lui de dicter ses conditions. Il est notre prisonnier, qu’il ne l’oublie pas. Quatrièmement, directement en lien avec le point précédent, il est hors de question de prendre le risque d’un duel de cette ampleur avec des civils comme spectateurs ou témoins, même si plusieurs shinobis se trouvent dans les gradins pour assurer une certaine sécurité. »

Ces mots étaient amplis d’une certaine conviction, déclamé avec verve sans pour autant se laisser emporter par une quelconque forme de colère.

« Je sais que vous deviez l’interroger et obtenir des informations. Je ne doute pas un seul instant que vous avez utilisé les moyens à votre disposition avant de venir me voir avec cette proposition. Pour autant, désormais, retournez donc le voir et optez pour une autre voie. Vous l’avez dit vous-même, il est en train de pourrir, mais son cœur lui permet de rester en vie. Coupez-donc ce qui le rattache à cette prison et enfermez ce cœur et ce qui lui permet de communiquer dans une boite métallique. Faites-lui comprendre que désormais son monde se résumera à ces quelques centimètres d’espace. Lui qui a désir si ardent de vivre et de sortir de sa prison, voyons comment il appréhendera sa nouvelle geôle. Dites-lui bien que cette boite sera scellée hermétiquement, que les pouvoir du clan Borukan permettent cette prouesse. Dites-lui que les sceaux qui restreignent l’utilisation de son chakra seront maintenus. Annoncez-donc lui les conditions de sa nouvelle détention et voyez si désormais sa langue se délie. »

S’il y avait bien une chose dont j’étais certains, c’est que si les trois protagonistes en face de moi s’attendaient surement à un refus, aucun d’eux n’auraient pu imaginer les conditions de détention qui venaient d’être énoncées, pas par moi en tout cas, le gentil père de famille qui prônait une issue pacifique avant toute forme de violence. Malheureusement, la psychologie était aussi une forme de violence à mon grand désarroi.

« Cette décision prend effet dès maintenant et ne changera pas avant la prochaine réunion du Triumvirat sauf si vous m’apportez de nouveaux éléments probants. Votre mission n’est donc pas encore terminée. Quant à la sécurité du prisonnier, grâce aux informations de Rin, je vais m’assurer qu’elle soit renforcée comme il se doit. »

Décroisant mes mains, les posant sur la table, je savais malgré tout que rien n’était encore terminé.

« Maintenant je ne doute pas que vous avez d’autres questions ou remarques. Je vous écoute. »


_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Sam 15 Jan 2022 - 15:27
« Je ne compte pas me laisser sacrifier… mais je ne peux pas refuser de mettre ma vie en jeu. Le risque… en vaut la peine. »

Entendre de la bouche de Teruyo qu’il pouvait avoir la moindre valeur pour Iwa suscitait toujours chez le guerrier de pierre un étrange sentiment. C’était ce même homme, qui l’avait fustigé face à Toph, avait refusé de le laisser prendre des responsabilités en condamnant fermement ses agissements. Cette initiative, qu’il avait dû prendre pour corriger le tir de celle qui avait pourtant longtemps été sous la tutelle du Taishô lui-même. Un passé figé, qui continuait pourtant à créer des remous bien perceptibles dans le présent, dont cette ridule en particulier qui s’apprêtait à causer de véritables lames de fond. Impassible, l’Oterashi ne rajouta cependant pas un mot, écoutant d’une oreille faussement distraite les avis donnés successivement par ses deux coéquipiers qui étaient allés avec lui au contact du Désavoué. Des avis, il le savait, et ce malgré le fait que c’était avant tout sa vie qui était en jeu, qui comptaient dans ce bureau précis bien plus que le sien. Les divergences d’opinion, entre le guerrier de pierre et le leader du Manazuru, étaient avec les mois devenues une institution, et l’un pouvait difficilement accorder autant d’estime à l’avis de l’autre qu’il ne l’aurait fait avec un autre shinobi de la Roche.

Yanosa, silencieusement, d’aucun dirait solennellement, écouta donc avec un afflux d’espoir les développements de Rin, puis ceux d’Ashitaka. Sans le montrer, l’agent du Sazori ressentit alors un élan d’optimisme, en dépit de toutes les difficultés et des dangers qui les attendaient : l’un et l’autre, chacun à sa manière, appuyaient en effet le projet aussi risqué était-il. Rin, sa pertinence plus aiguisée que jamais suite à la remise à niveau fulgurante apportée par son mentor. Ashitaka, fidèle à sa droiture habituelle, à son respect des règles et à son jugement impartial, qui témoignait là une fois de plus d’une tempérance rarement constatée chez les Borukan. Tout allait dans le bon sens, songea brièvement Yanosa, qui guettait les réactions du Miyamoto, visuellement parfaitement à l’aise installé à son bureau, plume et parchemin au bout des doigts. Lorsque le membre du Triumvirat commença à formuler ses réponses aux différents aspects de la situation qui lui avaient été adressés, toutefois, le guerrier sans visage ne put empêcher une appréhension certaine de monter en lui depuis ses entrailles, et l’agent du Sazori avait suffisamment « pratiqué » le Taishô du Manazuru par le passé pour voir se dessiner devant lui les grandes lignes de sa pensée. Des réflexions qui ultimement ne pouvaient mener…

* Non… Non ne fais pas ça *

Yanosa vit le couperet tomber au ralenti, son propre corps figé et incapable d’arrêter sa course. Subtilement, il releva le menton, déployant des montagnes de self control pour ne rien laisser paraître même lorsque le jugement fut passé de façon on ne peut plus explicite. Teruyo, à cet instant précis, lui évoqua un étalon des plaines, fier et intransigeant… qui n’en refusait pas moins l’obstacle qui se présentait devant lui, incapable de prendre le moindre risque et de se lancer au-dessus du précipice.

* Est-ce vraiment ma vie qui te préoccupe à ce point… Teruyo ? *

Le Tellurique se força à hocher sobrement de la tête en signe d’acceptation, avalant intérieurement la pilule avec autant de sang froid qu’il lui était possible. Et au même instant, comme par le truchement d’un destin cynique, tous les souvenirs du bunshin qu’il avait initialement créé dans les souterrains lui parvinrent, lui apprenant pour le meilleur comme pour le pire tout ce dont il allait avoir besoin pour procéder. Tandis que le Miyamoto se mettait à suggérer de façon péremptoire la prochaine marche à suivre pour le trio, les pensées de l’Oterashi elles dérivèrent en dehors du bureau, songeant à toutes les implications de ce qu’il venait d’apprendre et de ce qu’il allait devoir faire. Une boîte pour confiner l’Ecorché, pour le faire craquer : il attrapa le concept au vol, se fendant d’un rictus intérieur quant à l’inefficacité probable de la manœuvre au vue du savoir qu’il venait de récupérer. L’heure des discussions, toutefois, était terminée : Teruyo ne changerait pas d’avis, et toutes les chances qui restaient à Yanosa de pouvoir continuer à oeuvrer de façon officielle pour la Roche venaient de s’évanouir, soufflées par le vent.

« … J’ignorais que ma vie avait autant de valeur à tes yeux, Teruyo-Taishô. La voie psychologique, tenter de briser son esprit… J’ignore honnêtement si ça portera ses fruits, mais ça vaut le coup d’essayer… On ne peut pas se contenter de renforcer la sécurité pour contenir ce type : on doit, lui extraire quelque chose. Coûte que coûte. »

Le guerrier en lui hurlait dans un océan de silence que l’Oterashi s’était lui-même créé. Son regard, neutre mais incandescent, glissa en direction de ses deux coéquipiers avant que son corps ne fasse de même.

« On se remet au travail. Plus tôt on aura des résultats, plus vite nous pourrons passer à l’action. Merci pour l’entretien », finit-il en se retournant vers Teruyo avec un signe de la tête.

Sans autre forme de procès, l’agent du Sazori prit alors la porte pour déguerpir de ce bureau qui devenait pour lui seconde après seconde toujours plus étouffant, rassemblant ce qui pouvait lui rester de tempérance pour ne rien laisser paraître de son tumulte intérieur. Avec un empressement somme toute naturel au vue des circonstances, il dévala alors les marches pour rejoindre l’extérieur de l’Académie, inspirant à grand poumon en attendant d’être rejoint par Rin et Ashitaka. Les mains sur les hanches, une fois le trio réuni, le guerrier de pierre tâcha de garder un air « positif », autant que ses habitudes le lui permettaient, en se préparant à l’entre-deux. Alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole, toutefois, la silhouette de Komorebi apparut au détour de l’esplanade toute proche, des traits et une allure qu’il reconnaissait à présent entre mille. Une apparence convaincante derrière laquelle se cachait, il le savait, l’un de ses clones créé quelques instants auparavant. Et tandis que le clone approchait droit vers le trio, sitôt qu’il fut à portée pour entendre ce qui serait dit, Yanosa prit enfin la parole.

« Ça ne s’est pas passé comme on l’espérait. Comme je, l’espérait. Compte tenu du type à qui on a à faire, on se dirige vers un interrogatoire d’attrition… Oui, Komorebi ? Fit-il en tournant la tête vers « elle », désormais toute proche.
- Je suis allée te chercher ce que tu voulais, tiens. »

Le bunshin aux traits transformés tendit la main, imité aussitôt par l’original qui recueillit et rangea dans son ceinturon les trois pilules fournies par Kisuke.

« Merci. Ashitaka, reprit-il en centrant à nouveau son attention sur le Juunin, tu es le plus qualifié, le seul à vrai dire, pour poursuivre selon les ordres de Teruyo. Tu sais aussi bien que moi que briser ce type prendra du temps. J’avais promis à Rin de l’accompagner dans la quête de son pacte Kuchiyose : nous allons nous employer à ça, plutôt que de perdre du temps ici. »

Non loin, « Komorebi » s’éloignait, toujours à portée d’oreilles, s’approchant progressivement d’une rue attenante dans l’ombre de laquelle elle finit par disparaître. Quelques tournants plus tard, seule dans la pénombre d’une grande bâtisse, elle disparut même pour de bon, le bunshin du guerrier sans visage cessant d’exister pour rapporter ses souvenirs à celui qui l’avait créé, plus loin dans les entrailles du centre ville.

« On se retrouvera à notre retour pour que tu nous mettes au parfum des éventuelles évolutions de la situation. Rin, avant d’entreprendre le voyage, passons rapidement au Dojo, je dois rassembler quelques affaire et te briefer sur ce qui nous attend. »

Résumé
Yanosa récupère les souvenirs du clone ayant extrait l'Ecorché, qui se dissipe dans Ce Rp . Il play along, sort de l'Académie en attendant d'être rejoint par ses coéquipiers, et reçoit les pilules de la main de la fausse Komorebi (Bunshin de Yanosa sous Henge, cf le même Rp ci-dessus). Ce clone transformé se retire ensuite et se dissipe à l'abri des regards pour rapporter le bilan au clone en possession de l'Ecorché, dans le centre ville.



_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Yano_b10

Theme MusicDésavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Mar 18 Jan 2022 - 18:26

Je restais silencieux face aux paroles du calciné. Mes ordres étaient donnés quoi qu’en pensent chacun et ce qui était dit pas l’instigateur de tout cela. Ne pas se laisser se sacrifier était une chose, mais ne pas parvenir à mourir en était une autre. Lutter pour sa survie, chacun est en mesure de le faire. Mais survivre n’est pas offert à tous malheureusement. Les cimetières débordent de ninjas qui avaient la volonté de survivre. Mais à quoi bon le dire, ces paroles ne sauraient trouver une oreille attentive et compréhensive.

Aussi étrange que ce soit, Yanosa sembla accepter le verdict énoncé. Si Masami avait son caractère et une manière de faire parfois limite, elle obéissait malgré tout aux ordres qui lui étaient donnés, chose qui n’étaient pas toujours le cas avec le clairvoyant. Autant dire que cette approbation avait de quoi être étrange et même si j’étais des plus sérieux dans mes paroles, je doutais fortement d’avoir suffisamment impressionné l’assimilateur pour qu’il obéisse sagement à mes ordres.

Pour autant, le chunin semblait agir avec une once de raison, acceptant de retourner voir l’écorché et d’opter pour un autre biais d’interrogation. Je n’avais aucune idée quant aux résultats que cela donnerait, je doutais même fortement que cela fonctionne, mais au moins, nous ne pourrions pas dire que cela n’a pas été tenté.

« Si tu penses que ta vie m’importe peu ou qu’elle n’a pas de valeur à mes yeux, c’est que tu te trompes lourdement sur moi ou que je ne t’ai pas suffisamment donné les moyens de t’offrir ce sentiment de confiance qui semble faire défaut. »

Balayant du regard les deux autres protagonistes, la discussion était désormais terminée.

« Merci d’être venus. Dite à Konishiro de venir en sortant. »

Les trois missionnaires partis, l’un des deux gardes, sur mon injonction fit son entrée dans le bureau et me salua brièvement de la tête, attendant sagement les ordres pendant que j’étais en train de coucher sur un parchemin les ordres qu’il allait devoir transmettre. La missive enfin pliée et après l’avoir cachetée à la cire, je remettais le parchemin au garde avec les consignes adéquates.

« Tu vas te rendre directement à la prison. Tu remettras ce pli à Yogiri ou à l’un de ses adjoints. Qu’ils renforcent tout de suite le sceau de confinement autour du prisonnier suite à la découverte de Hyuga Rin et de ses talents de perception grâce à son byakugan. Dépêche-toi, c’est important. »

D’un pas le shinobi oeuvra à sa tâche, passant surement devant le trio en train de discuter, jetant un coup d’œil furtif dans leur direction si présent et se focalisant sur sa tâche, continuant sa course pour livrer son information à qui de droit.

Spoiler:

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Hyûga Rin
Hyûga Rin

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Jeu 20 Jan 2022 - 0:43

Aux yeux de la parange, le nécromancien représentait un ennemi bien plus dangereux que l'homme aux chapeaux lui-même. La capacité de ramener les morts à la vie, de les plier à sa volonté et surtout, qu'ils sont en mesure d'utiliser toutes leurs techniques, sans se soucier de la mort. C'était là une capacité bien plus importante que l'arrêt du temps. D'autant plus que si l'homme au chapeau venait à mourir, qu'est-ce qui empêcherait le nécromancien d'agir ? Non, pour Rin, le nécromancien représentait le nerf de cette guerre qui venait d'être déclarée. Si Sasake Tosen était un atout majeur, il ne restait qu'un seul homme. Le nécromancien, lui, était une armée.

Elle trouvait sincèrement que de laisser passer l'opportunité d'obtenir des informations pouvant mener à cet homme était une erreur stratégique importante. La vie de Yanosa, contre le futur de la guerre. Pour Rin, la question ne se posait pas. Qu'était la valeur d'une vie contre toutes celles qui seraient perdues contre les shinobis réanimés d'un homme qui aurait peut-être pu être arrêté ? Combien de femmes allaient perdre leurs maris à cause du refus de Teruyo ?

Bien entendu, elle n'avait pas la position de Teruyo et elle n'avait pas ses responsabilités sur les épaules. Bien entendu, son avis n'engageait qu'elle et la veuve avait appris très tôt dans sa carrière politique qu'il valait mieux ne rien rajouter que de dépenser de l'énergie dans une cause perdue. Les ordres étaient tombés.

[Rin] - Le but d'une argumentation ou d'une discussion devrait toujours être le progrès, pas la victoire. Ici, ni l'un, ni l'autre n'était possible. Vous me voyez ravi d'apprendre qu'au moins la sécurité de vos sceaux sera renforcée.

Un bien maigre progrès, compte tenu de tout ce qui se passait dans l'ombre d'Iwa. Bien entendu, Rin n'était pas au courant des projets et des agir de son enseignant. Quoique même si elle l'avait été, sa position aurait été la même. Le nécromancien devait être arrêté et si Teruyo n'était pas prêt à être ce vecteur de changement, quelqu'un allait devoir l'être. Ce quelqu'un, ici Yanosa, aurait toute la collaboration de Rin. Une femme qui ne pouvait que s'imaginer toute la douleur des familles qui voyaient leurs êtres chers réanimer et retourner contre eux. Parange d'une kunoichi de 14 ans et veuve d'un shinobi d'Iwa, elle n'était absolument pas neutre dans cette situation.

Écoutant les paroles de son enseignant, elle ne pouvait que s'imaginer tout ce devait fulminer dans la tête du Tellurique. Une fois venu le temps de quitter, Rin s'inclina respectueuse en direction du Taishô.

[Rin] - Merci d'avoir pris le temps que nous recevoir.

Quoiqu'il n'avait pas vraiment eu le choix avec Yanosa qui avait pénétré dans son bureau sans la moindre invitation. Tournant les talons, elle suivit son mentore jusqu'à l'extérieur du bâtiment, silencieuse. Teruyo venait de leur donner un ordre, mais à quoi bon ? Une tentative veine de torturer un homme qui n'avait absolument rien a perdre.

Une fois à l'extérieur, Rin posait ses pupilles sur une silhouette qu'elle reconnaîtrait parmi des milliers - sauf si Toph faisait aussi partie des milliers...- Il s'agissait de Komorebi, la seconde membre de l'équipe cinq de la roche et sa cousine directe.

[Rin] - Komorebi !

Exprimait-elle, surprise de la voir. Cependant, elle fut complètement ignorée par l'Ersatz qui remit quelque chose à Yanosa. Ce n'était pas un comportement particulièrement hors de l'ordinaire... en fait, c'était tellement près de la réalité que Rin n'y voyait que du feu, n'ayant aucune idée qu'il s'agissait en réalité d'un clone déguisé en elle.

La voyant repartir sans rien dire, la parange soupirait mentalement. Un jour, elle s'attarderait sur la relation entre Komorebi et elle. Elles étaient dans la même équipe et allaient devoir outrepasser ce différend si elles voulaient être amenées à pouvoir collaborer adéquatement. Pourtant, malgré toute la formation de la parange, Rin n'avait absolument aucune idée par ou commencer.

Dans tous les cas, Yanosa échangeait quelques mots à Ashitaka avant de profondément piquer la curiosité de Rin. La veuve avait été voir Yanosa quelque temps plus tôt avec une requête. Désireuse de quitter le village en direction de la Forest interdite, elle souhaitait acquérir le pacte des Serpents. Motivée par son cousin, Hyûga Kisuke, elle avait fait son choix sur les bêtes à écaille après une démonstration des capacités de ce pacte.

[Rin] - Génial ! Je suis déjà prête pour partir. Je vous suis.

En vrai, elle n'avait rien de plus que ce qu'elle portait déjà sur elle. Sa mission venait tout juste de se terminer et elle portait encore tous ses équipements. Sur ses mots, elle se retournait en direction d'Ashitaka et s'inclinait de la même façon qu'elle avait fait avec Teruyo.

[Rin] - Ashitaka-San ! Ce fut vraiment un plaisir. Mon seul regret est de ne pas avoir pu observer le Yôton d'une personne aussi compétente que vous.

Dit-elle en se relevant, en tournant les talons et en suivant une nouvelle fois son enseignant.

_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin https://www.ascentofshinobi.com/t13337-hyuga-rin#118026 https://www.ascentofshinobi.com/u1087
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] Empty
Mar 8 Fév 2022 - 15:38
Ashitaka retint un soupir. La façon dont Teruyo présentait les choses montrait bien qu'il n'avait pas vu le prisonnier comme eux. Il n'avait pas vu ce dont cette créature était capable pour tenter de fuir. Alors la torture, quelle qu'elle soit... Elle serait sans aucun doute vaine. Le cloîtrer dans une boîte ne marcherait pas, il contraindrait juste d'autres mesures éreintantes pour des soldats.

Il décida de ne pas répliquer non plus à la mention du public. Non, ce prisonnier, si puissant soit-il, n'était pas un bijuu. Et si l'affrontement avec Yonbi s'était mal passé, c'était uniquement dû à la présence de Ketten pour perturber leur méthode. Donc s'ils étaient capables de gérer un dieu avec un dispositif mit en place en avance, pourquoi ne pourraient-ils pas maintenir un homme ? C'était absurde de croire que ce survivant des enfers était dangereux au point qu'une vingtaine d'agents du Shishiza ne sauraient le maîtriser. Ou alors il y avait un sérieux problème sur les critères d'admission dont le Borukan n'était pas au courant, puisqu'il était sensé s'agir de soldats un minimum compétents et expérimentés.

« Un prisonnier ? Non. Je parlais de Yanosa. C'est lui mon camarade et mon égal que j'aurais l'impression de trahir si je suis incapable de faire confiance à son jugement vis-à-vis de ses propres capacités. »

En effet, il se moquait bien de traiter correctement un fou comme celui qu'ils gardaient en geôle en ce moment même.

Pour ce qui concerna la réaction de son collègue, elle le surprit. Il pliait si facilement, lui qui parlait de faire s'évader le prisonnier pour le pourchasser et tenter d'obtenir plus d'informations ? Soit... Etrange. Peut-être croyait-il sincèrement à la proposition de Teruyo ? En tous cas, ce n'était pas le cas du Borukan qui lui n'y voyait qu'une perte de temps et de moyens. Si l'Écorché n'avait pas parlé jusque là, ce ne serait pas une boite, si petite soit elle, qui le briserait. Il n'y croyait pas un instant.

Mais soit, saluant Teuryo, il quitta la pièce avec le duo et soupira une fois dehors.

« Du temps... Je ne pense pas que ce fou va craquer, même dans ces conditions. Il a craqué depuis longtemps plus exactement. Ça ne semble plus l'affecter... C'est juste une perte de temps, mais on ne peut faire autrement. J'espère simplement que Teruyo se rendra compte de son erreur au plus vite. Je vais m'en occuper oui, faites attention à vous, il est facile de faire une erreur près de ces puissantes créatures et elles peuvent être parfois brutales dans leurs requêtes de preuves de votre puissance pour être digne de leur aide. Sois sur tes gardes, Rin. »

Un sourire triste fila sur les lèvres du rouquin alors que la Hyûga lui disait avoir voulu voir son Yoton. Si compétent ?.. Si seulement...

Partant de son côté pour aller s'occuper de son rapport avant d'aller voir Yogiri pour annoncer la nouvelle et voir si tout se passait bien pour le "transfert" de ce prisonnier, Ashitaka salua le duo. Il les reverrait bientôt, mais il doutait pouvoir leur apporter de véritable bonne nouvelle à ce moment là.

_________________
Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563

Désavoué - Union Ombragée [Teruyo/Ashitaka]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Union et force [Triumvirat]
» Union sacrée [PV Imekanu]
» [MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué
» Désavoué - Former les Rangs [Kisuke/Komorebi]
» Interroger le Désavoué - Le Gardien des Profondeurs

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: