Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki]

Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Sam 13 Nov 2021 - 14:02
Le soleil venait juste de pointer le bout de son nez lorsque Mizuki s’éveilla et passa une main sur son visage, chassant les reliquats d’un rêve trop étrange pour perdre du temps à tenter de le comprendre. Comme tout les matins, la jeune femme se réveiller avec une précision à faire pâlir d’envie un horloger kumoijine. Son regard se promena sur le bordel ambiant qui habitait sa chambre et, comme à son habitude, Mizuki choisit de repousser à une prochaine fois le fatidique moment où il faudrait faire le ménage, son némésis de toujours ! Et puis aujourd’hui, elle avait une excellente raison de repousser une fois de plus cette tâche : c’était un grand jour, celui de sa première mission. D’ailleurs pour ne pas l’oublier, une énorme croix rouge bien visible avait été marquée sur son calendrier.

Après s’être glissée sous une douche revigorante qui acheva de chasser la torpeur de ses muscles, la jeune femme aux cheveux argentés s’habilla d’une tenue simple mais fonctionnelle : une tunique grise aux nombreuses poches dissimulées dans les coutures, un pantacourt beige passe-partout et de robustes chaussures. Le reste de son attirail de shinobi était dissimulé dans de petites sacoches à sa ceinture ou sous ses vêtements, de sorte qu’elle apparaisse quelconque à un œil non-initié. Avant de partir, Mizuki ouvrit le battant de sa fenêtre et déposa quelques graines dans un bol sur le rebord du balcon. Visiblement la jeune femme avait un petit compagnon animal amateur de fruits secs, même si elle ne l’avait encore jamais vu, la seule preuve de son passage étant le bol vide qu’elle retrouvait chaque soir en rentrant chez elle. Une fois ses affaires réglées, Mizuki prit la direction du Kyuubu.

Le trajet jusqu’au siège de la police fut rapide, sans soute car l’esprit de la jeune femme vagabondait en tentant de deviner quelle mission important on aller bien pouvoir lui confier ? Surveiller un diplomate étranger ? Patrouiller les frontières à la recherche d’espions d’autres nations ? Tant de possibilités s’offraient à elle de briller et montrer ce qu’elle pouvait faire pour son village. Sur son petit nuage, Mizuki revint à la réalité rapidement quand elle pénétra dans les locaux du Kyuubu. Immédiatement, la jeune femme se sentit épiée et scrutée bien que personne ne fut visible, hormis un jeune homme derrière un comptoir faisant office d’accueil et arborant un sourire avenant.. C’était la première fois qu’elle venait dans ce bâtiment et elle se demanda tout à coup si elle n’avait pas enfreint un protocole ? Fallait-il qu’elle s’annonce ? La jeune femme décida que non, après tout elle avait un ordre de mission pour prouver sa bonne foi. D’un pas décidé, elle s’avança vers l’accueil quand une porte s’ouvrit soudainement sur sa droite.

« Suzuri Mizuki. Veuillez entrer. », se fit entendre une voix grave.

Obéissant à l’injonction, la jeune femme se glissa dans le bureau et plissa les yeux quand une lampe fut braquée dans sa direction, l’aveuglant et l’empêchant d’identifier son interlocuteur autrement que par une forme sombre et massive.

« Suzuri Mizuki, vous êtes en avance. Qu’avez-vous à répondre à cela ? », continua la voix grave d’un ton intimidant.

Mizuki eut un mouvement de recul involontaire et son dos heurta la porte fermée. Fermée ? Quand s’était-elle fermée cette fichue porte ? Un silence inconfortable s’installa alors que Mizuki cherchait à comprendre ce qui se passait. Puis un éclat de rire retenti. La lumière braquée dans sa direction se fit plus douce avant de s’estomper et qu’une luminosité plus agréable se fasse dans le bureau. Assis derrière un grand bureau de bois robuste encombré de parchemins se tenait un agent du Kyuubu massif au teint mat occupé à rire à gorge déployé. Lorsque le calme revint, le géant lui adressa un regard amical.

« Vous auriez dû voir votre tête ! Détendez-vous, ce n’était rien de plus qu’une petite mise en scène et je suis ravi que votre première réaction ait été d’analyser la scène plutôt que d’envoyer un kunai dans cette pauvre et innocente lampe de bureau. »
Maintenant qu’il le mentionnait, la jeune femme pouvait voir que la lampe de bureau semblait avoir vu de meilleurs jours et avaient dû recevoir un certain nombre de projectiles divers et variés…

« Vous avez un sens de l’accueil particulier. », fit remarquer Mizuki tandis que la tension quittait peut à peu son corps.

« Effectivement, veuillez m’en excusez. Je me nomme Soburo Tanaka et je serai votre contact pour cette mission. J’étais en train de parcourir votre dossier, je ne m’attendais pas à ce que vous arriviez si tôt. Installez-vous. », dit-il en désignant une chaise. « Votre partenaire ne devrait pas tarder. Je n’ai pas envie de me répéter sur les objectifs de votre mission. »

Échangeant quelques banalités avec l’agent du Kyuubu, Mizuki s’assit en attendant que le porte du bureau ne grince à nouveau, annonçant l’arrivée de son équipier.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Jeu 9 Déc 2021 - 22:45
ORDRE DE MISSION:
 

Ainsi le Nara était de nouveau affecté à une mission. Lui qui s’attendait à une mission importante et à haut risque il déchanta. Bien que cette dernière semblait nécessaire elle ne lui apporterait pas la notoriété qu’il recherchait. Alors que son visage était de plus en plus connu au sein du village notamment grâce à son parcours au tournoi des gradés il n’empêchait qu’il n’était qu’un combattant n’ayant rien accomplit de concret, d’autant plus à l’extérieure des frontières du pays. Savoir vaincre en combat singulier était bien mais c’était loin d’être assez impactant pour que son nom marque l’histoire de son village puis du Yuukan.

Il relu plusieurs fois la missive afin de s’en imprégner et commença déjà à bâtir un plan d’action. Bien qu’il avait forcément connaissance du nom de famille de sa partenaire son prénom ne lui disait rien. Pourtant il commençait à connaître un bon nombre de Genins mais il n’avait jamais entendu parler de celle-là. Peut-être était-elle nouvelle ou peut-être s’était fait elle discrète jusqu’ici. Le Nara s’en fichait il espérait juste ne pas tomber sur un boulet.

Lorsque Aizen arriva il pénétra dans le quartier général du Kyuubu sans hésiter. Il commençait à connaître les lieux et il se dirigea vers la bonne salle sans s’attarder sur les quelques personnes qui le dévisageaient. Alors qu’il voulu entrer il s’arrêta en entendant un morceau de la conversation qu’il y avait à l’intérieur. Le Nara soupira, encore un idiot de gratte papier qui voulais faire son intéressant. Cela dit cela lui permit de commencer à en apprendre sur cette Genin, sur son sang-froid notamment. Même si ici rien était très concluant au vu de la piètre prestation de l’homme qui se voulait impressionnant pour des enfants en bas âge au maximum.

Le Nara pénétra dans la salle et s’adressa à la jeune femme qu’il voyait pour la première sans même daigner adresser le moindre regard à Tanaka.

« Mizuki, on y va. »

Dit-il sèchement en tournant les talons.

Peut-être hésiterait-elle face au contre ordre que venait de donner le Nara mais l’homme qui lui avait demandé de s’assoir avança d’un pas et balbutia quelque chose allant à l’encontre de l’exigence du Nara.

Sans même chercher à comprendre ce qu’il voulait dire le Nara fit un bond d’une vitesse impressionnante tout en se retournant pour se retrouver nez à nez avec ce gratte papier inutile qui voulait lui faire perdre son temps.

« N’ai-je pas été assez clair ? Mizuki, on y va. »

Le Nara n’était pas vraiment d’humeur à jouer n’ayant déjà aucune envie de se retrouver sur une mission de ce rang avec une bleue. Cette fois il ne regardait que Tanaka, fixant bien ses yeux de son regard le plus sévère.

Enfin il reprit son sourire habituel et se retourna pour avancer jusqu’à la porte. Sans se retourner il ajouta.

« Nous n’avons pas besoin de briefing particulier pour une mission de ce niveau. J’ose espérer que vous savez à qui vous avez à faire… »

Rien que le fait de vouloir briefer un Jônin tel que lui pour ce genre de mission étant un manque de respect à ses yeux. Tout se faisait vraiment à l’envers dans ce village, il soupira se demandant quand est-ce que tout cela pourrait enfin changer.

Sans attendre plus de réponse le Nara partit espérant bien, sans doute pour elle, que sa nouvelle coéquipière soit sur ses talons. Une fois à l’extérieur du bâtiment le Nara prit la parole.

« Pardonne-moi pour cette piètre mise en scène mais parfois avec certaines personnes il faut savoir prendre le fouet pour qu’elles restent à leur place. Peut-être que la prochaine fois il ne s’amusera pas à faire ce genre de numéro à un Genin. »

Ainsi il dévoila qu’il avait été derrière la porte et avait tout entendu. Cet homme ne s’était finalement qu’avoir à son propre jeu. Le Nara était tout sourire, marchant et regardant de biais sa camarade. Mais il était déjà temps de revenir aux choses sérieuses, il ne voulait pas perdre plus de temps que nécessaire sur cette basse besogne que représentait cette mission.

« Nous devons commencer par établir un plan d’action pour cette mission qui a comme contrainte majeure la discrétion. Cette contrainte fera qu’une fois lancée nous n’aurons plus beaucoup de marge manœuvre. Elle a au moins l’avantage de ne représenter aucun danger pour notre intégrité physique ce qui nous permettra d’attaquer la chose avec une grande sérénité. Alors dis-moi… »

Le Nara s’arrêta et se tourna vers la Suzuri en plongeant son regard dans le sien, comme pour la sonder.

« D’après toi, qu’est-ce qui pourrait représenter le mieux ce fameux pilier d’informations informel ? »

Le Nara avait bien sûr une réponse mais il savait la vérité pas absolue et aimait bien tester les Genins qu’il avait sous ses ordres pour savoir à qui il avait à faire. Quelle serait sa première impression sur celle-ci ?

Technique utilisée:
 

_________________
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Ven 31 Déc 2021 - 12:08
Mizuki ne pu s’empêcher de dévisager le nouvel entrant lorsque, sans la moindre cérémonie il lui intima l’ordre de la suivre. Ben, et le briefing alors ? La jeune femme hésita un instant à emboîter le pas à ce shinobi qui ne s’était même pas donné la peine de se présenter formellement. La politesse et l’étiquette n’étaient certes pas la priorité des shinobis, mais un minimum de diplomatie ne pouvait pas faire de mal, n’est-ce pas ? D’ailleurs, l’officier du Kyuubu tenta de faire valoir ses prérogatives mais fut rapidement interrompu par le déplacement éclair du Nara. Mizuki avait à peine eut le temps de cligner des yeux que le shinobi se tenait devant l’officier, le dominant de toute sa hauteur. Sans ajouter un mot de plus, la jeune femme sortit du bureau et attendit que le Nara ne finisse sa prestation plutôt, il fallait bien l’admettre, intimidante et impressionnante. Du moins du point de vue de la jeune shinobi, cela va sans dire.

Ce n’est que lorsqu’ils sortirent du bâtiment qu’elle se décida à prendre la parole après qu’il se soit expliqué sur son intervention.

« Il va néanmoins faire un rapport à sa hiérarchie sur notre attitude. », dit-elle d’une voix calme, sans jugement aucun.

Il y avait bien peu de chance qui cela puisse leur nuire d’une quelconque façon mais c’était malgré tout un fait. La genin jeta un regard en biais pour observer son aîné dont la colère semblait désormais évanouie et remplacée par un large sourire amusée. Il firent encore quelques pas, s’arrêtant sous l’ombre d’un arbre. Non loin, le clapotis de l’eau d’une fontaine se faisait entendre. Là, il reprit la parole d’un air plus sérieux en concentrant son attention sur sa personne. Affichant une attitude déterminée, Mizuki soutint le regard du Nara avant de prendre la parole.

« Tout d’abord, les présentations. Je me prénomme Suzuri Mizuki. Et tu es Nara Aizen. », commença-t’elle, citant l’évidence même puisque son nom figurait sur la missive. Elle se fendit d’un sourire timide. « Le Nara Aizen. Ton nom circule parmi les étudiants de l’académie, c’est un honneur de faire ta rencontre. », continua-t’elle avec une sincérité véritable.

L’étiquette ayant été respectée, la jeune femme se concentra sur la véritable raison de leur présence à tout deux dans les rues de Kumo. Les bras croisés sous sa poitrine, Mizuki réfléchissait aux paroles d’Aizen. Il avait forcément une idée, voir peut-être même déjà des contacts qui pourraient régler cette mission en deux temps, trois mouvements. Mais elle comprenait aussi parfaitement qu’il n’allait pas lui mâcher tout le travail.

« Je mentirai en disant que je connais parfaitement tout les us et coutumes des gens du peuple, mon enfance ayant été très… protégés. Néanmoins il faudrait un lieu où les gens se rassemblent, échangent leurs idées, se détendent… Les bains ? Le marché ? », commença-t’elle à énumérer avant que cela fasse tilt dans sa jolie petite tête. « Une taverne ! En endroit où les gens mangent, boivent et se racontent leur vie. Ce serait parfait pour mener notre enquête, non ? », demanda-t’elle en guettant l’approbation de son aîné, une pointe d'enthousiasme dans la voix.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Sam 1 Jan 2022 - 8:24

Notre attitude. La jeune femme s’inclut dans le comportement du Nara comme si elle en avait été responsable. Était-elle maligne au point d’éviter de critiquer seulement son chef de mission dès les premiers instants de cette dernière ou avait-elle seulement un grand esprit de cohésion ? Dans les deux cas sa réponse témoignait d’une certaine vivacité d’esprit, ce qui ne laissait pas le Nara indifférent. Car les premiers instants d’une rencontre étaient souvent déterminants et la Suzuri s’appliquait à soigner cela, il doutait d’avoir à faire à un boulet comme il l’aurait craint.

« Il peut bien faire un rapport s’il le souhaite. Tu sais, même si on te dira souvent, le contraire c’est bien souvent le résultat final seulement qui compte. Va-t-on réussir la mission ou va-t-on échouer ? C’est sans doute tout ce qui sera regardé. »

Bien entendu cette théorie avait ses limites. Pour une mission de ce gendre il serait inacceptable que le rapport mentionne des blessés graves ou pire. Mais il n’y avait aucune raison que ça arrive sauf tournure inattendue, ce que le Nara avait connu à de maintes reprises. Toujours était-il que de ne pas écouter le personnel du Kyubuu passerait bien inaperçu tant qu’ils réussissaient leur mission avec brio, ce dont Aizen ne doutait point.

Bien que le Nara l’eût déjà nommé par son prénom la jeune kunoichi se présenta avec entrain. Elle ne faiblissait pas face à un plus haut gradé qui venait en plus de faire une démonstration d’intimidation. Excès de politesse ou de formalisme elle en profita même pour flatter le Nara non sans une certaine sincérité, à première vue en tous cas. Il était loin des rencontres hasardeuses avec d’autres Genins qu’il avait eu l’occasion d’avoir, tout ceci était plutôt encourageant pour la suite bien que les flatteries d’une bleue ne lui soient pas d’une grande utilité.

« Et c’est pour moi un honneur que d’inspirer les nouvelles générations. »

Dit-il en s’inclinant sommairement.

Il le savait que le tournoi allait être un boost à sa carrière mais surtout à sa notoriété. Il ne cherchait pas la gloire sans but, mais se faire connaître auprès du plus grand quelle que soit la classe sociale lui permettrait de gagner des voies. Lorsque ce jour viendra.

Elle n’avait pas forcément raison de dire que parce qu’elle venait d’une famille aisée elle était éloignée aux coutumes du bas peuple. Au contraire, l’argent et le pouvoir faisait ressortir bien souvent les pires vices chez l’Homme. Alors que ce soit dans une taverne de quartier ou un restaurant de luxe le commérage y était semblable, et c’est bien là ce qu’ils cherchaient.

« Dans le mile ! »

S’exclama le Nara, bienheureux que la Genin donne la bonne réponse si vite.
« Nous allons simplement passer un bon moment dans une taverne des quartiers populaires. L’alcool, la nourriture et la bonne humeur délieront les langues pour nous. »

Il allait gagner du temps pour une fois, aucune leçon de morale à faire à la kunoichi car elle avait trouvé la réponse exacte qu’il attendait. Mais il y avait un détail à régler avant de se mettre en route.
Le Nara exécuta un mudra puis un nuage de fumée l’encercla. Quand ce dernier se dissipa c’était un tout autre homme qui se présentait face à la Genin. Plus jeune, moins grand et moins athlétique, presque chétif, ce ne serait pas à shinobi qu’on penserait si on le regardait.

« Voilà qui est mieux. Je suis trop connu au sein du village pour me permettre de me balader comme si de rien était. Il ne faut pas oublier la discrétion exigée par notre mission. Nous jouerons un jeune couple qui cherche juste à manger et boire un coup. Tu peux garder ton apparence tant que tu ne possèdes rien de visible faisant penser à notre appartenance aux forces du village. »

Aizen avait une adresse en tête. La moyenne d’âge de ce lieu serait élevée d’où le choix d’un jeune couple. C’était un endroit qui brassait du monde mais où il y avait une forte clientèle d’habituées. L’endroit parfait pour récolter des avis sans langue de bois sur le village. Les anciens avaient souvent la langue bien pendue. D’autant plus qu’ils voudraient sans doute partager, ou plutôt imposer, leur avis à cette jeune génération fragile qu’ils incarneraient.

Le Nara attendit le choix de sa coéquipière quant à son apparence puis ils se mirent en route. Il en connaissait des bars, il avait même fait des missions dans plusieurs d’entre eux. La dernière avait un peu mal tourné mais il avait finalement maîtrisé la situation, étant un bar plutôt familial et festif ce n’était pas du tout la cible du jour.

« Ah oui et je m’appelle Kenji sous cette forme. »

Dit le Nara avant de pousser les portes de l’établissement.

Lorsqu’ils passèrent les portes le Nara fut pleinement satisfait de son choix. Un brouhaha s’élevait dans toute la pièce. Il y avait surtout des hommes d’une quarantaine d’années, certains vieillards et même un groupe de jeunes femmes qui s’emblait s’être perdu. Mais aussi des barmans et serveurs aussi aguerris que les clients les plus fidèles qui eux étaient accoudés au bar en scrutant le jeune coup qui pénétrait les lieux.

Il fallait avoir l’air naturel, ou plutôt jouer le naturel du personnage que le Nara voulait incarner. Ainsi il avait un air timide, pas très sûr de lui. Il était alors comme un agneau qu’on faisait entrer dans une cage aux lions.

« Ce sera pour manger ? »

Les agressa presque un serveur à l’air fatigué, pas par la journée mais simplement par la vie.

« Euh… Euh oui… Pour deux s’il vous plaît. »

Il sembla déjà agacé par le comportement hésitant du jeune homme mais les guida à une table en leur déposant des cartes. Le problème était qu’il venait de les placer à une table très excentré des autres, à côté des toilettes. Le Nara ne pouvait pas intervenir il venait de jouer le timide et ne pouvait pas d’un seul coup s’affirmer pour demander à être changer de place. Un regard vers sa coéquipière, c’était à elle de jouer.

Résumé:
 

_________________
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Suzuri Mizuki
Suzuri Mizuki

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Sam 1 Jan 2022 - 12:06
Mizuki haussa un sourcil circonspect lorsque Aizen résuma leur mission à passer du bon temps dans une taverne des quartiers populaires. La jeune shinobi s’attendait bien sur à ce qu’ils mettent les pieds dans la dite-taverne, mais pas à ce côté bon enfant qu’affichait le Nara. Lorsqu’il expliquait la manière qu’il aurait de procéder, tout paraissait si simple et évident, comme si tout ceci n’était qu’une formalité anodine à passer. Ce qui, à la réflexion que ce fit la jeune femme, devait être exactement le cas pour un shinobi de son calibre.

« Je comprend la ruse. », dit-elle en observant avec attention la nouvelle apparence de son équipier.

Mizuki réfléchit à ce que venait de dire Aizen, sur sa propre apparence. Une vieille leçon de son précepteur lui revint en tête, voulant que dans toutes choses on retrouve l’équilibre. C’était bien entendu très métaphorique mais, avec une petite sourire en coin, Mizuki se décida à appliquer cette règle.

« Oh, je crois avec une idée ! », dit-elle en se concentrant sur l’image mentale qu’elle voulait donner d’elle : des cheveux noirs de jais, une peau hâlée par le soleil, des mains caleuses d’une femme habituée à travailler la poterie, un petit quelque chose de farouche dans le regard.

L’image mentale fermement ancrée dans son esprit, la jeune femme exécuta un mudra semblable à celui d’Aizen.

« Et voilà. Voici Romi, ta fiancée aux cheveux noirs qui te mènent par le bout du nez. Ne voudrais-tu pas m’inviter à manger par cette belle journée ? », termina-t’elle d’un ton enjoué.

Visiblement, le Nara avait une idée bien précise de l’endroit où se rendre. Marchant bras dessus-dessous comme un petit couple filant le parfait bonheur, il arrivèrent devant une taverne à l’ambiance animée et bien remplie en cette heure de la journée. Mizuki nota mentalement le nom par lequel elle devait nommer son cher fiancé du moment puis scruta la salle, ses réflexes d’observation de shinobi reprenant le dessus. La jeune femme ne nota aucune menaces apparentes et entra à son tour en adressant un sourire charmeur à Kenji. Mizuki nota la réaction de son partenaire face au serveur et fronça les sourcils lorsqu’elle constata où l’employé les avait installer. Près des toilettes, ce n’était vraiment pas l’endroit idéal pour capter les conversations et se mêler à la populace. Elle jeta un regard vers Aizen qui le lui rendit, confirmant que c’était à elle de rattraper le coup.

« Et tu ne vas rien faire ? », dit-elle en adressant un regard agacé à son fiancé. « Kenji, regardes où on est placé ! Tu m’avais promis un bon repas dans un endroit chic ! », continua-t’elle juste assez fort pour que ses paroles soient entendus aux tables alentour.

Le serveur finit par revenir, visiblement agacé. Du coin de l’oeil, elle remarqua un groupe d’anciens qui avaient remarqué son manège et discutaient entre eux. Et il restait de la place à leur tablée. Parfait.

« Un problème ? », demanda-t’il d’une voix lasse.
« Oui, absolument. Sérieusement, on n’y voit rien ici et ça pue. Vous n’auriez pas une autre table ? », continua-t’elle d’une voix teintée de fatigue et d’une pointe d’agacement, adaptant son ton à son interlocuteur. « Je ne demande pas la lune, mais juste en endroit propre où je puisse voir ce que je mange. C’est trop demandé ? »

C’était un coup de poker, mais les enjeux n’étaient au final pas très élevés. Au pire le serveur ne pouvait rien faire pour eux et ils passeraient simplement à la taverne suivante. Qui plus est, cet incident pourrait même servir à renforcer leur couverture. Du coin de l’œil, elle remarqua qu’une vieille dame avait relevé le regard et les fixait d’un air amusé. C’était maintenant ou jamais se dit Mizuki.

« Bon, on s’en va ! », finit-elle par décréter en attrapant le bras de son compagnon et en passant devant le serveur.

Alors qu’ils étaient rendus à la moitié de la distance les séparant de la porte de l’établissement, la vieille femme assise à la tablée centrale lui fit un signe ainsi qu’au serveur.

« Oh Hotoga, c’est pas tout les jours que tu reçois de nouveaux clients et c’est comme ça que tu les traites. Tss mon garçon, ton vieux père se débrouillait bien mieux que toi pour se faire une clientèle fidèle. La preuve, on est toujours là depuis toutes ces années ! », s’exclama-t’elle avec un rire qui se propagea aux autres convives de la tablée.

« Allez les jeunes, venez vous asseoir avec mamie Soriko. Par contre, les boissons sont pour vous, hehe !»

La vieille dame tapota une place à ses côtés tandis qu’un homme d’une quarantaine d’année se décaler pour laisser "Kenji" s’installer en face de la shinobi.

« Ah qu’est-ce que j’aimerai encore avoir la fougue de ma jeunesse. Mais attention à ce que ta beauté ne te fasse pas perdre la tête, jeune fille ! »

Sans perdre de temps, la jeune femme s’assit aux côtés de l’ancienne qui ne perdit pas de temps pour leur partager sa sagesse. En quelque sortes.

Résumé :
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12594-suzuri-mizuki-termine https://www.ascentofshinobi.com/t12734-suzuri-mizuki
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki] Empty
Dim 2 Jan 2022 - 10:15

Le Nara ne pouvait qu’être étonné. En plus de ne pas le décevoir la jeune Genin le surprenait. Elle se métamorphosa et rentra immédiatement dans son rôle. Se trouvant un physique, un nom et un caractère faits sur mesure pour l’occasion. Elle prit même la confiance au point de tutoyer et prendre par le bras le Nara alors qu’ils étaient encore dans la rue. Aizen lui jeta un regard équivoque mais ne dit mot, après tout c’était son plan. Il ne pouvait lui reprocher de jouer la comédie si pour lui tout cela était une simple modalité peut-être que pour elle s’était un facteur de stress supplémentaire. Mais si jamais elle était anxieuse à l’idée de devoir espionner tout en cachant sa vraie nature elle n’en montra rien. Elle avait tout simplement le comportement que le Nara attendait, le comportement que devrait avoir tout shinobi.

Et alors qu’ils allaient être mal placé au sein de l’établissement l’échange de regard porta ses fruits. Celle qui maintenant s’appelait Romi simula un petit scandale. Le Nara grimaça mais seulement intérieurement. D’un point de vue extérieur il avait juste l’air très gêné et n’osait pas faire de remous.

« Euh… Mais non… Ce n’est pas grave c’est bien ici aussi… »

Dit-il sans grande énergie dans la voix.

Le Nara ne comprenait pas la méthode de la kunoichi, ils devaient se faire discret et pourtant à ce moment là tous les regards étaient posés sur eux. Il lui jeta un regard inquiet lorsqu’elle annonça en le tirant qu’ils quittaient l’établissement. Mais elle avait tout prévu. En deux temps trois mouvements la situation changea et ils furent assis à côté d’une vieille dame, à priori une habituée des lieux. Ils étaient maintenant bien au milieu des gens, ils ne pouvaient être plus proches. Le Nara avait prévu de rester en tête à tête et d’échanger avec les tables voisines au moment opportun. Mais ils étaient maintenant mélangés à la populace. Si la méthode leur avait fait perdre en discrétion le résultat était là. Il l’avait dit lui-même auparavant : seul le résultat comptait. Mais il ne fallait pas se réjouir trop vite, rien n’était encore fait.

Aoi : « Et toi alors jeune homme, ne fais pas autant ton timide. Comment t’appelles-tu ? »

L’haleine de la vieille femme témoignait de quelques verres déjà descendus, ce qui justifiait sans doute cette familiarité si rapide avec des inconnus d’une autre génération.

« Je… Je m’appelle Kenji… Madame. »

Elle éclata de rire devant le manque de confiance du jeune garçon et sa politesse inadéquate au lieu. Elle rigola de bon cœur pendant de longues secondes avant de reprendre.

Aoi : « Excuse-moi mon garçon je ne me moque pas de toi, rassures toi. Simplement il est rare ici qu’un homme ait ce genre de comportement ici. Bwarf vous me direz ça changera ! Je préfère ça que cette bande de lascars ! »

Son regard changea et d’un signe de tête elle pointa un groupe de quatre hommes qui semblait âgé entre trente et quarante ans. Ils descendaient des bières à grande gorgées et avaient déjà des chopes vides sur leur table à ne plus pouvoir en compter. Voyant que la vieille femme les dévisageait ils posèrent sur elle un regard mi moqueur mi dédaigneux. Le Nara comprit que des tensions devaient exister dans le coin mais ce n’était pas du tout ce qui les intéressait, il fallait faire dévier la conversation.

Aoi : « Enfin bref je me nomme Aoi et j’adore venir ici car l’ambiance est bon enfant avec la plupart et on peut parler de tout, je préfère ça plutôt qu’aux clubs de sexagénaires, ils sont si ennuyeux là-bas ! Et toi jeune fille comment t’appelles tu ? »

Le Nara comprit à qui ils avaient à faire. Une femme à la retraite qui n’avait plus rien à faire de sa vie, elle s’ennuyait et elle avait trouvé refuge ici afin de discuter, d’extérioriser. Elle avait sans doute beaucoup à dire, elle comme d’autres en ces lieux.

« Oui justement on ne voulait pas déranger… »

Intervint timidement le Nara camouflé.
« Cette table là-bas nous allait très bien. »

Une grimace se dessina sur le visage résignait de la vieille femme. Elle qui était de l’ancienne époque avait l’habitude des hommes entreprenant et elle voulait inculquer cela au jeune homme.

Aoi : « Mais non ta fiancée a raison ! Regarde comme elle est belle, elle mérite bien mieux que de manger à côté des toilettes non ? Tiens d’ailleurs… Chef, la spécialité ! »

Chef : « Ok Aoi ! »

Cria une voix d’où on ne pouvait voir la provenance.

Aoi : « Et vous ne sortez pas votre argent hein ! C’est pour moi. »

La vieille femme était d’une gentillesse sans commune mesure. Mais elle semblait bien trop aimer les petites choses de la vie pour que sa langue se délie d’elle-même. Mais heureusement une intervention allait pouvoir lancer le duo sur une piste.

Takuya : « Ah bah je peux vous dire que si vous aviez été des shinobis il vous aurait donné la meilleure table ! Peut-être même que vous auriez la bouteille offerte aussi ahahah. »

Un rire graveleux pour finir ponctuer sa phrase. Celui qui s’était exprimé n’était autre que l’homme qui s’était décalé auparavant.

« Comment ça ? »

Demanda timidement le Nara mais en sautant sur l’occasion.

Aoi : « Oh arrête avec ça un peu… »

Intervient la vieille femme à destination de l’homme qu’elle devait sans doute connaître.

Takuya : « Non mais c’est vrai quoi. Tout le monde se jette à leurs pieds à nos fiers shinobis. Pourtant ils sont censés nous protéger et on dirait qu’on est à leur service. L’autre fois j’ai même entendu que certains se faisaient rincer par les patrons par contrainte sinon il arrivait quelques bricoles à leur établissement. »

Un agacement certain dans sa voix, la machine était clairement lancée et le Nara n’avait même plus besoin de diriger.

« Chuuuut, ne dis pas des choses comme ça ici ! »

L’avertit en chuchotant à autre voisin.

Takuya : « Ah bah voilà !!! »

S’offusqua le quarantenaire de manière théâtrale.
« Les gens ne peuvent même plus parler car l’un d’entre eux pourrait se cacher parmi nous. »

Aoi : « Tu disjonctes Takuya, tu vois le mal partout. »

Alors ce dernier soupira et retourna à sa boisson qui n’était sans doute pas la première. Mais cela ne suffisait pas alors le Nara se permit une intervention.

« Mais non ils nous protègent, c’est leur rôle. Sans eux la sécurité de notre pays serait compromise non ? »

L’air innocent le Nara posait une question guidée, attaquant ainsi la question de la sécurité. Celui qui se faisait appeler Takuya sauta sur l’occasion, la machine était relancée.

Takuya : « Pfff tu parles ! On serait aussi très en sécurité sans eux ! S’ils n’étaient pas là alors personne ne viendrait nous embêter. Pourquoi le Teikoku est venu hein ? Sans shinobi chez nous ils ne se seraient jamais intéressés à nous. Ce sont eux qui nous apportent la guerre contre laquelle soi-disant ils nous protègent. »

Un autre homme intervint, ne pouvant résister à s’inclure dans la discussion qui battait son plein il se faisait prendre dans l’engrenage.

« N’importe quoi je ne peux pas vous laisser dire ça ! Notre pays possède énormément de ressources et sans une protection adéquate nous ne serions que l’esclave d’une autre puissance shinobi. Prenez les mines par exemple, elles sont… »

Ce nouvel intervenant se fit couper la parole par Takuya qui ne semblait pas supporter le fait qu’on le contredise.

Takuya : « Ah bah oui tiens parlons en des mines ! J’ai entendu dire qu’une partie d’entre elles avaient été détruite à Teitetsu. Et par qui ? Des shinobis ! Un pan de la montagne entière se serait écroulé après plusieurs explosions. Qui serait capable de faire ça si ce n’est les shinobis ?! Ils se battent au milieu de nous comme si de rien était, ils se croient tout permis ! »
« Oui il a raison ! »

Intervint encore un autre prit dans le courant houleux avant d’ajouter :
« L’autre jour une créature faite de feu s’éleva dans le ciel en plein village, comment se fait-il qu’ils aient le droit de faire de telles choses ? Mais en même temps pouvons-nous les arrêter ? Ce n’est pas le Daimyo qui va leur dire quelque chose il ne sait même pas ce qu’il se passe ici, il ne vient jamais. Et quand bien même il serait au courant que pourrait-il bien faire face à la puissance d’un Raikage ? »

Un énième nouvel itnervenant en profita pour surenchérir, le débat qui semblait à sens unique semblait battre son plein et Aizen n’avait plus besoin de rien faire pour alimenter ce dernier.

« La dernière fois j’ai vu des enfants faillis être blessés par des shinobis alors qu’ils jouaient trop proche d’un terrain d’entraînement. Sous prétexte qu’ils aient ces terrains vagues à dispositions ils envoient parfois une force de feu qu’ils ne peuvent pas contenir. »

Mais Aoi, semblant plus agacé que jamais par une discussion qu’elle semblait avoir entendu mainte et mainte fois, se permit enfin d’intervenir.

Aoi : « Vous radotez sans cesse les mêmes âneries, sans eux nous serions à la botte d’un autre pays, tout simplement. »

Takuya sauta une fois de plus sur l’occasion.

Takuya : « Bah voyons tiens ! Justement car les autres pays ont aussi des shinobis. Mais peut-être que… »

Il sembla hésiter. Mais son taux d’alcool dans le sang permis de lui donner le courage qui lui mentait pour parler de ça ouvertement.

Takuya : « Peut-être que l’Homme au Chapeau a raison, on serait bien mieux sans chakra et nous ne serions plus soumis à cette protection qui nous semble imposée. »

Cette phrase jeta un blanc dans le groupe changeant radicalement l’ambiance de la salle. Certains décidèrent de se désolidariser du groupe alors que d’autres plongèrent leur regard dans leur chope afin de ne pas participer à une discussion qui semblait converger vers un interdit. Le Nara jura intérieurement, tout était à refaire.
Le Nara se demandait depuis quand le village était habité d’une telle bande de pleurnichards. Était-il seulement conscient du sacrifice de vie de certains pour qu’il puisse tranquillement boire sa bière ici ? Les shinobis étaient plus puissant et il voulait quoi ? Qu’ils se soumettent peut-être ? Déjà qu’ils étaient au service des plus faibles et en plus ils se permettaient de râler. D’après Aizen si le village avait un système moins permissif les shinobis seraient bien plus respectés. Bientôt les civils oseraient s’en prendre aux shinobis qui ne pourraient rien faire car ils devaient les protéger et ne pas user de leur ascendant ? Tout cela était désolant, une insécurité au service de l’incivilité.

Spoiler:
 

_________________
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

[Mission] Poul sociétal [Nara Aizen / Suzuri Mizuki]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: