Soutenez le forum !
1234
Partagez

Secret bien gardé [Natsumi]

Nagamasa Ippo
Nagamasa Ippo

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Jeu 23 Déc 2021 - 12:50
Secret bien gardé [Natsumi] Gt7b

百科事典



Le secret d'un homme devait être bien gardé. La chance lui avait souri, Ippo, de nature diplomate, voulait entendre l'histoire d'un inconnu. Son espérance ? Obtenir une soirée riche en information. Pour sonder les pensées les plus franches du géant de fer, il suffisait de connaître son histoire. Il n'en avait que faire qu'une personne veuille retrouver les siens, ou possède le mal du pays. Ce qu'il désire par-dessus tout, c'est une histoire. Il avait choisi ce lieu, discret et bordé par des hauteurs, car la pleine lune le rendait fabuleux, propice à une conversation ouverte. Seulement, il devait y prendre ses dispositions pour sa propre sécurité.

Ouvrant un parchemin, il apposait la paume de sa main gauche sur celui-ci avant de le lancer, rejetant un amas de limaille venant s'éclater contre les arbres face à lui. Ses paroles étant prêtes et son terrain préparé au pire, ce sont les mains dans le dos qu'il contemplait le chemin en contre bas, respirant d'une bouffée l'air frais qui se dégageait de cette nuit illuminée par l'entièreté de la lune.

Dos au potentiel arrivant, il profitait de ce calme plein pour se ressourcer. Son maître, Kuro, était dissimulé non loin, afin d'écouter la prochaine discussion qui aurait lieu. Le natif du pays du fer aurait certainement besoin de conseils avisés dans sa prise de décision. Le temps et l'attente se faisaient longs. Ne sachant pas si la venue d'un inconnu était sûre, il s'asseyait, préférant être à son aise au bord de la falaise. Les craquements des branches et les bruits de déplacement pouvaient être celui qu'il attendait ou simplement un animal sauvage.

Il continuait d'observer le sentier de terre situé plus bas et qui menait jusqu'à sa position. Il était facile de le repérer en le cherchant, ne serait-ce qu'un petit peu, ayant opté de se poster à cet endroit particulier avec tous les intérêts et avantages que cela amener. Finalement, d'un sourire curieux et enthousiasmé, il tournait que très légèrement sa tête pour avoir un point de vue sur la silhouette qui arrivait.

« Vous êtes celui qui s'apprête à me conter une histoire cette nuit ? Prenez place près de moi sans vous souciez de la poussière de fer. C'est une simple précaution. » Précisait-il en souriant. « Nagamasa Ippo, de l'unité Coloniale. Je suis ici pour vous écouter, mais j'aurai surtout quelques questions à vous posez. » Il se décalait un petit peu sur la gauche, pour laisser à l'individu, si il le souhaitait, la place adéquat pour s'installer au bord de la falaise à ses côtés.
Technique(s):
 
Revenir en haut Aller en bas
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Mar 28 Déc 2021 - 2:17



D’un pas claudiquant, je foulai petit à petit ce chemin de terre sinueux serpentant entre les arbres aux branches partiellement dénudées de leur feuillage en cette fraîche soirée automnale. Déformées par l’éclat de la pleine lune, leurs ombres s’étiraient jusqu’à moi comme autant de créatures avides de se délecter d’un peu plus du courage que j’avais tant bien que mal rassemblé dans le but d’affronter le destin inconnu qui m’attendait au bout du sentier. Chaque pas me rapprochant de celui-ci me délestait d’un peu plus de cette énergie qui m’avait permis de tenir le coup depuis la réception inopinée d’une réponse à l’endroit de mon précédent appel à l’aide. Ne sachant pas qui était cet « ami » ayant omis de lever le voile sur son identité réelle, je ne pouvais réprimer l’angoisse qui me hantait désormais et cette forte appréhension quant à la finalité de cette intime rencontre au clair de lune. S’agissait-il d’un piège visant à me démasquer? Devais-je craindre pour ma sécurité ou ma survie? Les réponses à ces questions ne pouvaient être moins évidentes. Je devais me tenir prête à toutes éventualités.

C’est pourquoi, lorsque le chemin en vint à s’élever doucement, indiquant une arrivée prochaine au point de rendez-vous, je pris l’initiative de m’écarter de la route, m'enfonçant, le pensai-je, hors du champ de vision de quiconque, à même les arbustes et la végétation tapissant l’orée des bois. Dans la pénombre, la petite silhouette encapuchonnée que j’étais en vint à composer les mudras nécessaires à une métamorphose pour le moins cruelle, prenant l’apparence de celui que j’avais tant aimé étant encore kumojine, des mois auparavant. Mes mains se joignirent ensuite en un unique et ultime signe incantatoire faisant surgir, de par les discrètes volutes blanchâtres, un trio de Kappa Tengoku parfaitement identiques. L’un resta sur place tandis que je me dissimulai derrière un tronc en retrait, au plus près possible du lieu indiqué. Loin de moi l’idée d’attenter à la vie de l’inconnu, je me devais, néanmoins, de prévoir le pire… en laissant le second ersatz s’accaparer le rôle principal de cette histoire. Je ne pouvais, de par mes expériences passées, placer une confiance absolue en quiconque.

Installé sur le bord d’une falaise surplombant le couvert forestier et la route que je venais de franchir se dessina bientôt la silhouette d’un jeune homme aux traits tirés par l’éclairage céleste. Une déformation conférant au personnage une aura à la fois angélique… et terriblement sinistre. Le sol aux alentours, quant à lui, paraissait s’illuminer avec la même force que l’astre régnant sur ce royaume nocturne… Un phénomène des plus étranges, bientôt expliqué par les mots de ce… Nagamasa Ippo. De la poussière de fer, donc.

Ne cédant point à la panique, j’inspirai longuement, humant une dernière fois le parfum des feuilles en décomposition et des plantes desséchées avant de m’avancer en direction de celui qui s’était présenté comme soldat de l’unité coloniale. Tout sourire, il m’apparaissait un peu moins menaçant qu'au premier regard. Et pourtant…


« U-Un s-soldat..? »

Lorgnant l’espace vide à ses côtés, j’eus un léger mouvement de recul face à son invitation non-verbale. Ce n’était donc pas Kumo qui avait répondu à mon appel de détresse. Misère. Comment pouvais-je me sortir de cette situation, à présent? Devais-je l’écouter, lui répondre? Devais-je le combattre et tenter de fuir vers le nord, jusqu’à la frontière du pays?

« Q-Que voulez-vous… r-réellement? Q-Quelles questions? »

S'il voulait ma coopération, cet Ippo se devait d'obtenir ma confiance. Pour l'heure, ce n'était pas gagné...


Technique(s) utilisée(s):
 

_________________
Secret bien gardé [Natsumi] X8eh
Merci à Aimimoumi pour le kit et à Itô Kiu pour le second vava ! <3


Dernière édition par Harusame Natsumi le Mer 29 Déc 2021 - 0:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi#93917 https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Nagamasa Ippo
Nagamasa Ippo

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Mar 28 Déc 2021 - 2:44
Secret bien gardé [Natsumi] Gt7b

百科事典


La lune annonçait une nuit pleine de saveur et de surprise. À la venue de ce mystérieux personnage, le géant de Fer déroula un nouveau parchemin. Une technique ? Une attaque sournoise ?! Non rien de tel. D'un simple touché de la paume de sa main, il déstockait depuis ce papier trois tasses et une théière encore chaude, qu'il avait préparée avant sa venue ici. Appliqué, il servait le thé via des mouvements gracieux : digne d'un serviteur de l'élite. Mais il n'était pas bien content de la réponse qu'avait pu apporter l'inconnu. Celui-ci semblait oublier que le Nagamasa était ici en ami. « Prenez place jeune ami. » Cette fois-ci, c'était sous un ton légèrement plus autoritaire, mais tout de même amical, qu'il réitérait sa précédente proposition... Toujours un large sourire en coin.

Il avait lui-même pris ses dispositions. La lettre qu'il avait obtenu auparavant, sans savoir qu'il s'agissait d'une soldate du Teikoku, avait été remise à Kuro, son maître, attendant plus loin dans la zone, à portée d'écoute. Démunis de toute capacité au combat, il n'avait cependant pas repéré le subterfuge de la Kunoichi qui était bien hésitante à la vue d'un homme, face au vide, prêt à avoir une conversation.

« En temps normaux et avant de commencer, j'aurai sans doute pris la peine de vérifier que vous êtes bien venu seul. » Il buvait sa première gorgée de thé. « Mais, j'ai pris mes précautions. Un ami de confiance détient votre lettre, il attend de mes nouvelles d'ici deux heures avant de prévenir les autorités compétentes. Cela nous laisse un peu de temps pour discuter ensemble. » Un simple bluff, qui lui faisait oublier le principal. « Pardonnez-moi, j'ai omis d'apporter le sucre ahahah. »

La passivité, ainsi que la diplomatie d'Ippo pouvait laisser au premier abord... Un malaise. Une sensation sournoise. Mais il n'en reflettait seulement son éducation martiale et civique qu'il obtenu au Pays du Fer. Formé à conseiller les plus braves guerriers, il devait lui-même prendre un certain recule sur les événements qui pouvaient se présenter à lui. Ce soir-là en était un. Bien qu'il pouvait attaquer d'une centaine de façon ce jeune homme et le livrer aux plus offrants, il avait fait le choix du savoir : connaître les vérités et l'histoire.

« Je suis natif du Pays du Fer et ne suis arrivé ici que récemment. J'aimerai par ce fait, connaître votre histoire et celle du Teikoku. Je n'accepterai cependant que la vérité. Pour être franc, votre quête de liberté ne m'intéresse pas plus que ça. Je pourrais moi-même vous faire voler par-dessus les postes frontières grâce à ma limaille si l'envie m'en prenait.» Une courte pause, quelques secondes, pas plus.
« J'ai besoin d'une bonne conversation. D'apprendre et de connaître. C'est ma représentation du Yin et du Yang tel qu'on me l'a enseigné. » Il finissait sa tasse de thé et se resservait sans attendre, tout en continuant son dialogue. « Alors qui êtes-vous ? Et que souhaitez-vous vraiment ? Kappa Tengoku. »

Revenir en haut Aller en bas
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Mer 29 Déc 2021 - 23:17



Sous l'égide du clair de lune, rien de plus que l'angoisse de l'appréhension. La crainte d'une menace pour mon existence. Une bouffée d'air aigre, un cœur battant la chamade au creux de ma poitrine, des mains moites, excessivement moites. Face à l'apparition du rouleau de parchemin, un bref instant de panique. Un énième recul, un battement cardiaque manqué, une déglutition laborieuse. Lentement, oui, tout doucement, une connexion semblait s'établir. Telle une chorégraphie parfaitement orchestrée, nos mouvements entraient en synchronie. Tandis que la paume de sa main se rapprochait de l'objet jusqu'à en frôler le papier, la mienne s'écartait de l'avant-scène, se frayant petit à petit un chemin jusque dans le confort de la besace shinobi pendue à ma ceinture. Une confrontation à venir? Un kunai bientôt tiré? Que nenni ! Car le thé était enfin servi.

« V-vous ne comptez pas m-m'empoisonner, si…? »

Ma méfiance envers cet homme ne dérougissait pas. Pour contrer son insistance, j'initiais une nouvelle plongée temporaire dans le mutisme. Pas question de prendre place à ses côtés. Pas dans l'immédiat. Pas sans certaines garanties.

À sa première gorgée, je brisai donc le silence.


« J-je me répète : Que… Que voulez-vous, réllement? V-vous n'êtes pas au service de Joo Jun? Du V-valeureux? »

Une courte pause, ma mâchoire se contracta. Il me fallut inspirer, me libérer de l'effroi. Puis, je repris.

« Je… Je n'ai pas l'intention de v-vous faire quoi q-que ce soit. M-Mais je préfère être honnête : J'ai… J'ai eu assez de m-mauvaises expériences avec les m-membres de votre empire… pour savoir qu-qu'il ne faut pas vous faire confiance. A-Assurez-moi que… que vous ne me ferez au-aucun mal. Retirez votre… votre poussière de fer et j-je prendrai place à vos côtés pour discuter. »

Mon visage, pourtant sous le joug d'une capuche rabattue, trahissait la tension qui m'habitait encore. Je savais, cependant, qu'il me faudrait concéder afin de reçevoir. Tendre la main pour que mon vis-à-vis en fasse de même. Ainsi, ma dextre relâcha son emprise sur l'arme dissimulée dans la pochette, abandonnant la froideur du métal pour la fraîcheur de la nuit et la douceur des fibres du tissu qui me drapait toujours le crâne. D'un geste qui aurait pu être lu comme maladroit, je dévoilai au soldat mes traits faussement masculins, arborant une fière chevelure orangée. Un masque, une fausse identité, celle d'un Kappa Tengoku tel que je l'avais autrefois connu.

« V-vous voulez une bonne c-conversation, en échange d-de quoi, vous m'aiderez à… r-rentrer à Kumo? C'est… C'est tout..? »

Jaugeant quelque peu le natif du pays des samouraï - que je ne connaissais déjà que trop bien - d'un œil circonspect, l'ombre d'un sourire parut se dessiner sur mon joli minois. Je m'avançai alors d'un pas, observant l'homme se resservir un peu plus de cette infusion fumante. J'étais curieuse... et effrayée.

« Un… Un Nagamasa de T-Tetsu no kuni, hein... »

Des mots soufflés en un murmure à peine audible, un timbre de voix en disant long sur le lien qui me rattachait à ce pays où il ne régnait plus que le chaos et la violence.

« Je… Je ne sais pas si je suis la… la bonne personne pour v-vous parler du Teikoku. J-Je n'y suis revenue qu-que récemment. Et p-pas de la meilleure des manières. Qu-Quant à vos questions... »

Une demi-seconde de silence, histoire de trouver les mots justes.

« Je… Je suis née ici, je suis hijin d-de naissance. Mais, m-ma véritable maison, c'est… Kumo. Ma… Ma famille s'y trouve. Elle… Elle m'att... »

Un détail, si anodin que je n'avais pu le remarquer au premier abord, m'interrompit dans mon élan. Une fois de plus, le manche du kunai se retrouvait prisonnier de ma poigne. Sous l'égide du clair de lune, une menace planait.

« Le… Le t-thé..? P-pourquoi y a-t-il t-trois tasses? »

_________________
Secret bien gardé [Natsumi] X8eh
Merci à Aimimoumi pour le kit et à Itô Kiu pour le second vava ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi#93917 https://www.ascentofshinobi.com/u1301
Nagamasa Reira
Nagamasa Reira

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Ven 31 Déc 2021 - 5:26
À une époque où l'Humanité, à peine éveillée, n'avait conscience des déités et entités. En ces temps immémoriaux aux êtres antérieurs à cette ère, le soir du quinzième jour du huitième mois lunaire était appelé, Jugoya [十五夜]. Puis les Hommes, à qui les démiurges de cet univers se révélèrent, renommèrent le soir du quinzième jour du huitième mois lunaire, O-tsukimi [お月見]. Mais vint le temps où hommes et femmes s'émancipèrent de leur influence, et avec cette indépendance, commencèrent à oublier ceux qui n'étaient plus que mythes à leur mémoire. Et ayant perdu de leur ferveur, n'appelèrent plus que le soir du quinzième jour du huitième mois lunaire, Tsukimi [月見].

Tsuki [月], pour "lune". Mi [見], pour "regarder".
En cette période de l'année la coutume Tetsujin veut que vous placiez dans vos maisons, près d'une fenêtre faisant face à la lune, une assiette Tsukimi Dango [月見団子], que certains d'entre vous décorez parfois, pour leur donner l'allure de petits lapins.
L'assiette de dango, s'accompagne d'un vase dans lequel sont arrangés quelques branches roseaux appelés, Susuki [すすき], pour symboliser les épis de riz et l'automne. Des bols de châtaignes, Edamame [枝豆] "fèves de soja", Kabocha [かぼち] "potiron" et Satoimo [里芋] "taro" sont posés au sol près des pâtes de riz et roseaux.
Vous dégustez les Tsukimi Ryōri [月見料理], "plats du Tsukimi". Les Satsumaimo [薩摩芋] "patates douces", s'invitent également à la fête. Et une bouteille de Sake [酒] vint assortir ce festoyant repas.

Ce soir, la lune était en Mangetsu [満月] "pleine lune".
Tu avais arrangé ta maison comme le voulait folklore, et apprêtée élégamment en ce jour d'ode à la nature. Emballas soigneusement les mets et le breuvage. Puis quittas votre demeure conjugale, sans bruit. Cette nuit, tu ne pouvais la passer avec Tsuneyoshi, réquisitionné par l'Empire… alors tu t'en allais la passer avec celui que tu apprends à découvrir, partages les origines. Car le Nagamasa te convia à une bien étrange festivité.

Du vent te parvient les murmures et confessions des convives, qui sont à l'anormal nombre de six. Sept avec toi. Et dont quatre partagent la même aura tandis qu'un étrange chat te suit du regard, avant de te présenter ses hommages.
Alors tu comprends. Prends la précaution d'avancer sur un chemin écarté, dissimulée dans la pénombre, secondée par les brises étouffant le bruit de tes sandales de bois. Jusqu'à atteindre les principaux invités.

« Vous parlez d'honnêteté et demandez à ce que cette poussière de fer soit retirée. Mais quand est-il des trois dont vous partagez l'aura ? Par ailleurs, il est d'usage de boire le sake lors du Tsukimi. Mais il semble que nous ayons de bien jeunes invités, alors buvons le thé. »

Après ces mots, tu viens t'installer auprès du gardien des Nagamasa en veillant à ne pas empiéter sur la place réservée au jeune blond. Sors les divers repas que tu as préparé pour l'occasion, réservant ta bouteille pour ton compagnon.
Pendant que les rayons de lune t'éclairent. Gratifiant ton être d'une silhouette irréelle.


Technique(s):
 


Dernière édition par Nagamasa Reira le Dim 2 Jan 2022 - 22:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12493-nagamasa-reira-yamato-nadeshiko
Nagamasa Ippo
Nagamasa Ippo

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Ven 31 Déc 2021 - 14:11
Secret bien gardé [Natsumi] Gt7b

百科事典


La lueur de la lune se reflétait sur la poussière de fer inactive. Celle-là même qui agitait toutes les craintes du Kappa. Les feuillages tombaient, balayés par la brise de la nuit à la fois douce et pénétrante. Le thé était réchauffant, c'était sous plusieurs gorgées qu'il écoutait les réclamations d'un " homme " bégayant, craintif, très peu confiant. Ses demandes égoïstes commençaient à agacer le Nagamasa qui ne perdait pas patience pour autant, éduqué aller au-delà de ses propres mœurs.

Il tapotait le sol terreux à sa gauche, pour réitérer l'invitation à prendre place auprès de lui. Mais, prêt à entamer la phase finale d'une conversation qui commençait à tourner en rond, voici que les deux personnes était rejoins par une troisième au clair de la lune. Un poète au parfum enivrant que le géant de fer pu reconnaître. Bien que lui ayant confié l'événement, il ne s'attendait pas à ce qu'elle vienne réellement sur place, mais toujours dans la précaution, il avait préparé une troisième tasse de thé.


« La troisième tasse était pour notre invité de marque. Dame Reira, prenez place je vous en prie. » Elle se hissait alors à ses côtés. « Vous parlez donc de confiance, mais semble-t-il que vous ne soyez pas " seul ", Kappa Tengoku. Le mensonge est une base très malsaine, sur laquelle nous ne pouvons forger aucun lien, aucun compromis. »

Buvant à petites gorgées les nouvelles saveurs de son thé, il se levait finalement sous les nouvelles informations du membre de sa famille qui était arrivée à un moment opportun. Déposant délicatement sa tasse de porcelaine, il se tournait entièrement pour faire face au blondinet. Les mains derrière le deux, il les déliaient, entremêlant ses doigts. Une infime quantité de poussière de faire se lever, manipuler par le brun au regard désavoué. Cinq kunais affûtés furent crées, se dirigeant droit vers le visage de Tengoku. Mais, avant que ceux-ci deviennent blessant ou meurtrier, leur course était stoppée.

« Cette poussière de fer dont vous parlez, possède de nombreuses formes. Des possibilités infinies : agressive, utilitaire, défensive... ou poétique. » Les projectiles avaient laissé place à de petits papillons à la teinte noir, tournoyant autour du blond. « Me demander de vous faire confiance alors que vous avez abusé de la mienne est culotté. Surtout dans " votre " position. Soyez honnête, retirez vos autres auras et cessez de bégayer, alors... je réfléchirais à ce que cette limaille reste inoffensive et charmeuse, par un clair de lune si lumineux. »

Les papillons, revenaient à leur manieur, se transformant alors en baguette de fer. « Je comptais disposer d'une conversation et d'un bon repas avant de vous renvoyez chez vous. Vous préférez peut-être, finir emprisonnée ou tuer face à cette pleine lune ? En tant que Shinobi, vous devriez être capable de cerner vos options et surtout, lesquelles sont possible ou non. » Il envoyait ses baguettes à Reira, qui elle, se contentait pour l'instant, de déballer un soupé bien préparé.

De trois signes incantatoires furent formés deux clones identiques à leur créateur depuis l'amas de fer présent près d'eux. Sans doute conscient que Tengoku n'avait plus d’échappatoire, il clarifiait la situation : « Mes clones vont débusquer vos autres auras et savoir ce qu'il en est. Si je juge que vous n'êtes ni digne de confiance, ni assez honorable pour l'Empire, il ne sera plus question de continuer cette conversation. Voici mes deux prochaines questions : Qui sont Joo-jun dont vous avez fait mention précédemment, ainsi que Harusame Natsumi que vous avez cité dans votre lettre ? » Il se rasseyait près de sa comparse du pays du Fer, prêt à déguster son repas. Seulement cette fois-ci, il ne tournait plus le dos à l'individu malhonnête, fixant l'homme craintif alors que ses clones se rendaient dans la forêt.

Revenir en haut Aller en bas
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Secret bien gardé [Natsumi] Empty
Mar 4 Jan 2022 - 4:07




Et la menace, telle une créature arpentant ces contrées sylvestres à la nuit tombée en quête d’une proie prochaine, surgissait soudainement du sinistre et sinueux sentier qu’elle avait si longuement suivi pour s’offrir en spectacle sous mes yeux stupéfaits. Sous les caresses de ces rayons lunaires épousant pourtant en douceur ses traits fins, distingués, apparut une jeune femme, à la geste noble, à l’esprit que je jugeai aussitôt des plus aiguisés, aussi affûté que la plus célèbre des lames du royaume du Bushidō. À la manière d’un splendide, mais vile serpent, d’une vicieuse vipère s’aventurant hors des broussailles pour engloutir son festin, elle ouvrit bientôt la gueule,  déployants gorge et crochets, prête à cracher son venin à mon encontre. Un poison, cruel de révélations, qui me laissa tétanisée, horrifiée par la potentielle réaction du seul représentant de la gent masculine perché au plus haut de la falaise.

Mes prunelles parcoururent tour à tour le duo de Nagamasa, se posant d’abord avec insistance sur cette ''dame Reira'' avant de s’en détacher, de voguer et dévier jusqu’à s’échouer sur les berges du visage de l’homme à la tasse de thé. Perturbée par cette apparition soudaine, je ne su dire mot, préférant la relative sécurité du silence. Une mâchoire crispée, des muscles balayés de discrets tremblements, un mouvement pulmonaire éteint, contenu, mon corps s’éveillait à l’idée, peut-être même avant ma propre conscience, qu’il ne me serait désormais plus possible de fuir ce que j’avais tant repoussé, tant craint : être ainsi prise comme en un étau, étouffant face à la brise du soir, incapable de fuir, incapable combattre.

L’expression de sa déception ne tarda point, et les accusations fusèrent comme autant de projectiles décochés à mon encontre. Des projectiles faits de pétales minuscules, impétueux alliage de fer et de clair de lune, qui auraient pu se révéler ô combien poétique si ce n’avait été de leur réelle symbolique; celle d’une énième menace, nullement voilée et néanmoins tantôt travestie sous l’égide de multiples papillons métalliques virevoltant au gré des vents. Ne sachant trop comment réagir, j’avais tout bonnement nié la réalité, les paupières closes et le visage grimaçant, rejetant leur existence pour un univers fait de lueurs et de noirceur. Ce que je faisais piètre figure, recouverte des traits de mon preux chevalier…

Rassemblant le peu de courage que les ombres avaient daigné ne pas me dérober, je me soustrayai à l’emprise de la chair, libérant l’éclat céruléen de mes prunelles pour contempler le désespoir de face. En un souffle à peine audible, un murmure aussi délicat qu’une brise printanière, j’exhalai, d’une lenteur peu assumée, un timide et unique :


« Je… Je comprends… »

Entre ce frisson qui me parcourut l’échine, cette terreur sourde qui m’envahissait de toutes parts et le festin méthodiquement dévoilée par la nouvelle venue, j’abandonnai, l’espace d’une seconde, l’aura impérieux de l’enfant du Fer pour me gaver des couleurs, des parfums émanant des plats assortis. Tous plus appétissants les uns que les autres, certains d’entre eux me rappelaient les maigres repas partagés avec la dame aux crocodiles au détour du pèlerinage en terre samouraï. Un souvenir qui, bien qu’agréable au premier abord, venait avec son lot de déplaisirs, de cauchemars. Des traumatismes, ceux issus d’un passé de captive, d’enfant de la Foudre brisée en mille morceaux tranchants par un esprit tordu par le sadisme et le désir de façonner, à même les éclats de verre restants, une arme serviable, obéissante, avide de sang. Des événements d’une violence inouïe, mais contre lesquels j’avais néanmoins survécu… en me pliant au moindre des caprices de ma geôlière.

Un exploit qu'il me fallait, à présent, répéter, envers et contre tous. Pour survivre, encore et toujours.

Ce béant état de faiblesse ne m’avait donc jamais quitté..? Étais-je ainsi restée l’exacte kumojin que j’avais délaissée entre les murs de la cité des nuages? N’allais-je donc jamais prendre mon destin à bras le corps… Peu importe ce qui allait en résulter?

Peut-être. Peut-être bien.

Pour l’heure.

Aux exigences du Nagamasa amateur d’infusions, je décidai de me plier. Face aux ersatzs conquérants s’apprêtant à investiguer le boisé, je m’inclinai, vaincue. Une respiration suivant l’autre, je fis le nécessaire pour éviter de trébucher avec les mots comme je savais si bien le faire du fait de cette jambe artificielle. Me concentrer sur mes maladresses, éviter le pire, rentrer à la maison. Et changer pour que, plus jamais, je n’eusse  à contempler ma propre impuissance dans les yeux. Ce fût le plan.


« A… Attendez ! V-vous… n’avez pas besoin de… vous prêter à cet… exercice. Ils arrivent. »

De la pénombre, le duo dissimulé s’extirpa, faisant bruisser feuilles mortes et arbustes desséchés sous leurs pas. Les mains levés comme pour démontrer leurs pacifiques intentions, ils vinrent doucement rejoindre leur confrère à l’abandon.

« Je… vais libérer le j… utsu. »

Et d’un mudra, tous deux devinrent souvenir, s’évanouissant comme autant de volutes d’une fumée blanchâtres… Pour ne laisser que ma seule présence.

« Celui… Ou… plutôt… Celle que… à qui vous parliez, était… un clone. Je m’étais cachée parmi les b-branches, pour… fuir, en cas de p… de pépin. »

Était-il réellement possible d’empêcher quelqu’un de bégayer en le lui ordonnant? Non, au contraire. Mais j’y mettais tous les efforts nécessaires, et j'espérais que cela soit suffisant.

« J’ai… bien dit ''celle'', car… »

D’une seconde liaison de mes doigts jaillissait ma véritable apparence, sans masque ni maquillage. Celle d’une jeune femme, plutôt mignonne malgré la peur qui l’assiégeait, aux iris d’azur et aux cheveux longs, soyeux, tissés en une queue de cheval sertie d’un jolie ruban bleuté. Le corps drapé d’un uniforme militaire teikokujin au pantalon laissant entrevoir la base d’une prothèse de la jambe droite tout de bois et de métal composée, il n’y avait sinon ces quelques éléments, qu’un unique détail détonant du lot : accroché à ma ceinture, sur la partie antérieure du cordon de cuir, un demi-masque, ou menpō, à l'effigie d’une gueule de kitsune, trésor acquis lors de mon précédent voyage au sein de Tetsu no kuni, servant désormais comme amulette contre les malheurs et esprits malveillants. Un ‘‘cadeau’’, de la part de ce lieutenant dont ils voulaient tout savoir.

« Harusame Natsumi, c’est… c’est moi. Tout… Tout ce que j’ai pu vous… raconter, sous les traits de… Tengoku s'applique à moi. »

Je soupirai, avant de reprendre aussitôt, abattue.

« Kappa Tengoku était… C’est un genin de… Kumo, comme moi. Mon co… équipier. Mon ami. Et… mon amoureux. »

Résignée, j’en vins finalement à me déposer aux côtés du tandem Nagamasa. Au-devant du paysage magistralement illuminé en cette veillée nocturne, mon regard s’éleva, haut, si haut qu’il en accrocha la lune nous tutoyant de sa splendeur naturelle, là, suspendue dans l’immensité de la voûte céleste. Je poursuivis ainsi mon récit :

« Quant… à cette Joo Jun. C’est… la femme aux cro…codiles de la lettre. »

Une brève pause sous le joug d’un malaise profond, d’une souffrance intérieure. Mes doigts se liaient et se déliaient en une éternelle lutte contre la nervosité.

« C’était… une samouraï, une rônin. Un… lieutenant de votre… unité, Nagamasa Ippo, œuvrant avant... cela... en t-territoire annexé; chez moi, à… Kumo, sous les ordres… de la régente, Hokazuka… Hokazuka Rie. Une femme… brutale, violente, c-cruelle et… sadique. Mais aussi… parfois… je crois… réaliste. C’est… elle qui m’a arrachée à… mon village, au printemps dernier… »

Une respiration accablée. Des souvenirs désagréables, douloureux, insupportables. Une torture.

« Avant de… m’entraîner de force… jusqu’à Tetsu no kuni. »


_________________
Secret bien gardé [Natsumi] X8eh
Merci à Aimimoumi pour le kit et à Itô Kiu pour le second vava ! <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi#93917 https://www.ascentofshinobi.com/u1301

Secret bien gardé [Natsumi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu :: Baie de Jade
Sauter vers: