Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été // pv Senku

Inuzuka Haruko
Inuzuka Haruko

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Jeu 21 Sep 2017 - 5:40
Natsu no kage - Ombre de l'été ft. Yaoguaï Senkū


Oh Miyuki…Ma grande sœur…Je tiens ta débouille dans mes bras. Jamais je n’aurais cru voir ce jour venir. On t’a arraché à moi beaucoup trop tôt. Sous le ciel éclatant de l’été naissant, à l’orée des bois qui bercent Shîto, je te dépose sur un monticule de branchages et de troncs que j’ai moi-même mis en place, aux côtés de la dépouille de l'homme qui m'a sauvé et de la marque qui m'unissait à Kumo, mon dandeau. C’est la tradition chez les Inuzuka, je ne l’ai pas oublié. Torche à la main, j’embrase ton lit de cèdres. Tu t’élèves, dans une colonnade de fumée et de flamme d'une majestueuse beauté. Tu retournes vers la nature qui t’a vu naître. Tu rejoins la meute dans leur course éternelle.

Que vais-je devenir maintenant? Je ne suis que le demi de moi-même. Un homme sans son cœur. Un soleil sans sa lune. Un été sans son hiver.

Alors que je te regarde partir, derrière moi, se trouve Shîto, ou plutôt ce qu’il en reste. Le combat a été violent, mais la guerre est enfin terminée. Est-ce que cela en avait valu la peine? Difficile à dire…La victoire était trop récente, il reste tant à faire. Et ce n’est pas comme si je pouvais prétendre avoir fait quoique ce soit. Je n’avais répondu qu’à l’appel d’un homme – Alderan – pour continuer les efforts. On nous mettra des bâtons dans les roues. On tentera de nous faire reculer. Mais ce pourquoi nous nous battons est supérieur à tout cela. Avec un peu de chance ils s’en rendront compte. Entre temps…Je suis considéré comme un déserteur, un renégat. Si Kumo me croit à Iwa. La Roche ne mettra pas longtemps à comprendre. Surtout Meian. Elle était peut-être idiote, mais elle n’était pas dupe pour autant. De combien de répits je bénéficiais? Quelques jours? Quelques semaines. Difficile à dire.

Il y avait eu des morts, des centaines…Mais ce n’était qu’un faible prix à payer en comparaison de tout le sang que le Daimyo avait fait verser. Non, j’avais fait le bon choix. Maintenant que je ne vivais plus rongé par les démons du passé, je pouvais me concentrer sur la construction d’un avenir meilleur. Qui sait, peut-être qu’un jour Meian et les autres verrons tout ce que je construis ici et viendrons me rejoindre…Dans les plaines verdoyantes, comme autre fois…

Mais pour l’instant…J’étais seul. Incomplet.

Je jette mon baluchon par-dessus mon épaule. Avant de pouvoir revenir accomplir ma mission avec le Soshikidan, j’ai quelque chose à faire. Un Inuzuka n’est pas complet sans son compagnon…Mon seul espoir réside dans la forêt des crocs écarlates, là où les miens ont vu leur genèse. Là où depuis l’origine du chakra, la Doyenne de notre clan offre à la naissance à chaque jeune Inuzuka un cabot à s’occuper et à chérir. Maintenant qu’il n’y a plus de Doyenne, les choses sont bien différentes…Les Inuzuka n’y habitent plus, mais peut-être que la meute des chiens-loups y résident encore. J’espère…J’ai espoir. Il le faut. Sinon à quoi bon continuer. Je tourne les talons, je laisse Shîto et les flammes derrière moi. Lorsque je serai complet je reviendrai, mais d’ici là…Je n’étais pas digne de porter le titre de Soshikidan.

- Adieu Grande Blanche. Je murmure une dernière fois à l’intention des braises. Son esprit ne fait qu’un avec la nature maintenant. Elle est partout et nulle part à la fois. Constamment avec moi. Comme le veut notre tradition, j’ai pris soin de prélever une partie de sa fourrure, pour en orner mon couvre-chef. Ainsi, Miyuki sera éternellement à mes côtés. Je couvre mon visage de mon masque et je m’enfonce dans la forêt.

La route sera longue jusqu’à demain.

_________________
夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Sign_h10
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Senkū
Yaoguaï Senkū

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Jeu 5 Oct 2017 - 14:37





夏の影 - NATSU NO KAGE



« Trouver sa voie... »

C'était un endroit millénaire ancré entre deux mondes, gardant encore tous ses mystères. Témoins d'un autre temps, d'étranges animaux y vivaient encore, majestueux, un aigle y régnait en maître. De ses puissantes ailes, il survolait les terres glissant entre les cumulus d’une blancheur candide, à la limite du paradis.

Les lumières de l'aube déposaient sur ce monde perdu les aiguilles du temps, qui une à une, tissaient l'espace sur cette terre sereine malgré la Guerre, un vaste pays où chacun peinait à trouver sa place.

Le Natif des contrées de la Roche s’était détaché du campement Iwajin, s’autorisant une vadrouille quotidienne parmi ces lieux qui lui était si étranger. Le sauvageon couvert de bandages suites aux efforts fournis à Shîto, s’éloignait alors discrètement, s’enfonçant à travers la faune et la flore captivante d’Hi no Kuni.

Le Yasei durant sa promenade, parvint aux pieds d’une infinie cascade, où en cadence, écoulait les corolles de ses songes d'antan encore chimérique. Ils cavalaient sur l'écume d'un vif torrent qui frissonnait en coulant sinueusement. Emporter dans cette quiétude qui était la sienne, il se dévêtu jusqu’à se mettre totalement à nu, posant lentement l’un après l’autre, ses pieds abîmés dans l’eau tiède et limpide qui nappait le sol devant lui, avant de rejoindre ces chutes d’eaux enchantées.

L’eau qui grondait avec fureur, tombait sur le Yaoguaï, qui s’affichait fortement absorbé dans ses pensées ondoyantes. Marteler par les flots, le chant des cascades semblait émettre un faible murmure, comme pour apaiser son esprit en dépit des récents événements.

La pointe des roseaux ondulait sous la brise environnante, l’astre solaire se reflétait au miroir des ruisseaux, comme les restes d’un printemps que l’été chamarrait.

La Nature, les feuillages et les eaux étaient témoins d’une pensée qui hantait son voyage, d’une rêverie qu’accompagnait, furtivement, un vol de papillon, passant sous ses iris dorés, ô liberté…

~~

L’indigène des monts fut subitement tiré de ses réflexions sibyllines, par le biais d’une odeur de chair calcinée qui se faisait ressentir à travers la forêt. De même que l’apparition soudaine d’une intense fumée noirâtre faisant fuir les oiseaux à quelques pas de sa position qui l’alertait dès lors. Expressément, l’Ostrogoth se rendit en direction de cette émanation venue perturber la nature et ses habitants, ainsi que sa méditation.

Le jouvenceau au faciès peinturluré parvint finalement à proximité des lieux, il aperçut la nuée noire qui s’en allait vers les cieux bleutés. Ses yeux ambrés se posèrent alors sur le péristyle de braises avant de fixer cette mystérieuse silhouette masculine. Cet individu émit un susurre indéchiffrable, il camoufla par la suite son visage en se munissant d’un couvre-chef particulièrement singulier. Ce masque lui rappelait avec véhémence ceux de ses semblables aborigènes de Tsuchi no Kuni.

L’inconnu venait de susciter la curiosité de Senkū, naturellement méfiant, il supposa en l’observant minutieusement qu’il s’agissait d’un indigène comme à son instar, et qu’il devait sans aucun doute appartenir à une tribu locale.

Par ailleurs, il venait de donner naissance à cette nuée afin d’avertir ses confrères de la présence du campement Iwajin sur leur territoire, ce à quoi s’adonnait les Yaoguaï afin de prévenir de la présence d’étrangers sur leur territoire.

Un jugement hâtif, certes, mais tous les instruments étaient réunis quant à cette conclusion. Et lorsque l’homme masqué s’en alla pour s’enfoncer parmi la verdure, le Chûnin décida de le prendre en filature en hauteur, jusqu’à atteindre un angle correcte, lui permettant d’aborder sa cible. S’aidant des branches d’arbres séculaires qui nichaient dans cette jungle majestueuse, le virtuose martial encore nu, pris son élan après s’être dissimuler à l’aide des feuillages, et devança l’énigmatique individu en lui barrant le chemin.

« Toi qui engendre les flammes, où vas tu ? Comptes-tu avertir les tiens de notre présence ? Si tel est le cas alors à ta place, je rebrousserai chemin. » Lançait-il suspicieux.

Ses cheveux noirâtre et son corps musclé encore mouillés, il se dressait face à son interlocuteur anonyme, sans aucune pudeur apparente, plongeant ses pupilles automnales dans les orifices oculaires du masque. Son attitude indiquait une certaine froideur d’âme, mais il restait tout de même flegmatique, indulgent, ne voulant user de la force face à un probable compagnon de tradition.

« Je suppose que tu as eu vent des atrocités qui ont eu lieu à Shîto.. » Ajoutait-il calmement, quelque peu intrigué.

Ce dernier pensait d'ailleurs intérieurement, qu'il avait été chanceux d'être tomber à la rencontre d'un natif, il allait pouvoir bénéficier d'un point de vue interne concernant ce qui se tramait sur cette terre à première vue, magnifique et pourtant, en proie aux incessantes guerres civiles faisant couler le sang d'innombrables victimes.




© GS'

_________________
«  私は自分の国と一族を私の命の危険にさらして守ります。そしてそうするために、私は私の邪魔をする人は誰でも燃え尽きる準備ができてい。»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263 https://www.ascentofshinobi.com/u130
Inuzuka Haruko
Inuzuka Haruko

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Dim 15 Oct 2017 - 4:03
Natsu no kage - Ombre de l'été ft. Yaoguaï Senkū


Le voyage en solitaire n’est pas comme je me l’attendais. Chaque pas me déchire la poitrine, à chaque mètre parcouru le couteau tourne dans la plait toujours vive qu’est ta disparition. Les nuits sous les étoiles ne sont plus aussi paisibles, elles sont froides et terrifiantes. La grande louve protectrice que tu étais n’est plus là pour me protéger de l’Oni qui dévore les rêves…

Si je ne regrette en rien ma décision de rejoindre le Soshikidan, je ne peux me permettre d’être imprudent. Le jeune chiot insouciant doit céder la place au loup insoumis. Les shinobis Kumo ou d’Iwa – je ne sais pas comment la rencontre quémandée par Meian s’était déroulée - mettraient du temps à retrouver ma trace, mais cela ne durerait pas éternellement. Officiellement, je suis en voyage à Iwa pour rejoindre les survivants du clan. Je ne sais pas combien de temps Meian me protégerait, ni même si elle allait le faire. Si cela m’avait acheté du temps, il ne serait pas éternel.

Quelques pas dans les bois et je me stop, les poings tremblants. Par réflexe, je m’attends à ce que tu trottines devant moi, reniflant, sentant, inspectant les buissons sur notre route. Mais tu n’es pas là.

Quelques pas de plus et j’entends un bruit, un bruissement dans les branchages. Je tente de repérer une présence, mais l’odeur ardente de tes braises me pétrifie les narines. Soudainement, un homme. Non, un sauvage bondit devant moi. Je me cambre sur place une nouvelle fois, mais cette fois de stupeur. L’homme est complètement nuit et ruisselant, à l’exception de quelques branchages qui cache les parties plus…délicates de son corps. L’ébène sauvage me questionna, avec suspicion, à propos de mes intentions. « Hum? » Me prenait-il pour un sauvage local, pour l’un des siens? Je me questionne alors sur l’homme qui m’a sauvé de la mort…le masque et les vêtements que je portais étaient les siens. S’il était membre du Soshikidan, l’homme qui s’était sacrifié pour moi était probablement originaire de Pays du Feu.

Dois-je jouer le jeu? La prudence est de mise. « Shîto oui…J’ai été témoin des atrocités commises. La chute du titan, le massacre des shinobis. J’y ai perdu ma compagne, c’est elle que j’incinérais. » En y réfléchissant, l’odeur est ce qui devait l’avoir attiré ici. Je me suis cru seul, parmi les survivants, et j’ai procédé sans arrière pensé à la cérémonie d’adieu de Miyuki. Mais l’odeur, les flammes, la volute de fumée noire…J’ai été imprudent. Déjà. « Qui êtes-vous? Un survivant? » Je me contente de répondre simplement, tout aussi suspicieux que l’a été le sauvage dénudé. Je me prépare, je suis prêt. Une main plane près de mon étui à kunai dissimulé sous ma nouvelle tenue.

_________________
夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Sign_h10
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Senkū
Yaoguaï Senkū

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Lun 16 Oct 2017 - 1:34





夏の影 - NATSU NO KAGE



« Trouver sa voie... »

L’astre au zénith flamboyait dans les cieux, l’azur immaculé, profond et radieux, posait sur l’horizon sa coupole sereine. Le fleuve au loin passait, lentement, à travers la faune et la flore, hydratant les animaux environnants. Les champs jaunis et verts prolongeaient leurs sillons sur les versants ombreux des collines, la forêt quant à elle, étageait ses hêtres et ses chênes.

C’était l’été mûrissant aux fécondes chaleurs, sous ce soleil scintillant, d’une teinte plus dure, resplendissait dans sa flamme et sa virilité. Aux fleurs avaient succédés les fruits — saintes richesses de l’homme ; la nature avait bel et bien rempli ses promesses.

~~

Le Yasei au corps ruisselant et dénudé apparaissait serein face à son interlocuteur, un homme masqué naturellement méfiant face aux interrogations de l’Iwajin. À l’entendre, il avait également été témoin des abominations ayant eu lieu à Shîto, l’ostrogoth croisant ses fins bras musclés et saillants, ne s’affichait guère surpris suite aux révélations de l’anonyme.

« Mes condoléances pour ta femme. Je suis certain qu’elle se trouve dans un monde meilleur que celui dans lequel nous vivons. » Répondit-il avec compréhension.

Comme pour adoucir l’atmosphère électrisant qui planait entre eux, Senku fit part de sa compassion à l’égard de la perte de sa compagne. Il était rare de voir le Yaoguai si compatissant envers les étrangers, lui qui était de nature xénophobe. La tenue et plus précisément l’ornement facial de l’individu semblait avoir atténué son côté introverti.

« Je suis de ceux qui ont contribué à la chute du colosse. Et toi ? Qui es-tu ? À tu participer à la bataille toi aussi ? » Ajoutait le guerrier légèrement intrigué.

Ses yeux d’ambres dévisageaient continuellement le mystérieux sauvageon qui se tenait devant lui, l’examinant dans totalité. Le doux chant des oiseaux accompagnait ses paroles, alors que l’expression sur son faciès peinturluré, se voyait exempt de toute hostilité apparente.

« Je ne t’ai pas suivi en tant qu’ennemi, ce serait très imprudent de ta part que de sortir une arme. Et puis, tu ne m’a toujours pas dit où tu comptais aller…» Lançait-il d'un ton calme et froid.

Souillé cet endroit paisible, de sang et d'intentions malsaines ne figurait nullement dans ses intentions. Néanmoins, si le choix s’avérait être inévitable, et en cas d'extrême nécessité, le membre du Yamagenzõ ne tergiverserait pas un seul instant dans le fait de se défaire d'un potentiel ennemi. Il espérait avec véhémence, avoir réponse à la quasi-totalité de ses interrogations à son sujet, l’inconnu éveillant de manière frénétique sa curiosité d’indigène.


© GS'

_________________
«  私は自分の国と一族を私の命の危険にさらして守ります。そしてそうするために、私は私の邪魔をする人は誰でも燃え尽きる準備ができてい。»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263 https://www.ascentofshinobi.com/u130
Inuzuka Haruko
Inuzuka Haruko

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Lun 16 Oct 2017 - 5:46
Natsu no kage - Ombre de l'été ft. Yaoguaï Senkū


Moi qui ne suis pourtant pas habile dans les subterfuges, l’homme sauvage semble croire à ma tromperie. En apparence du moins. Je crois même avoir réussi à le berner, sans le vouloir, en parlant de ma compagne décédée. L’homme pense que je parlais de ma femme. Sans mentir davantage, je me contente de demeurer vague dans mes propos. « Oui, je l’espère. Je me console en pensant qu’elle a rejoint les ancêtres dans leur course éternelle. » Je ne l’avais pas encore réalisé, mais sans ninken à mes côtés, je suis un homme comme les autres. Un solitaire, un simple vagabond parmi une panoplie grandissante. À cet instant, l’un avec l’autre, lui et moi étions les mêmes – à la différence que moi je suis habillé et pas lui.

L’homme affirme avoir également vécu l’attaque, il a même aidé à faire tomber le titan. Je me méfie davantage soudainement. Même si son apparence actuelle ne le laisse pas présager du tout, peut-être est-il l’allié d’un des villages shinobis? « Disons que je suis un simple voyageur, attiré à Shîto comme beaucoup d’autres par l’espoir d’un vent de changement pour cette nation en décrépitude… » Une pause, mon regard se détourne. Je ne peux pas me permettre de montrer mon émotivité face à ce sujet brûlant. Cet homme ne peut pas découvrir que je suis un déserteur – car malgré moi, c’est ce que je suis – sous peine de voir mes efforts tomber à l’eau. « J’ai été impliqué malgré moi dans cette bataille, comme tous les citoyens de ce pays qui ont été prisonniers malgré eux de la guerre civile, lorsqu’on s’en est pris à ma compagne. » Ma voix trésaille malgré moi, cela ajoute à la véracité de mes propos.

Le sauvage affirme ne pas être un ennemi, ses yeux et son expression semblent dire la même chose, je n’y détecte aucune malice. Avec confiance, je retire progressivement ma main de mon étui dissimulé. « Comme il est coutume chez les miens, j’allais entreprendre un…pèlerinage. Jusque sur les lieux de notre demeure ancestrale. » dis-je simplement. Maintenant que Miyuki reposait en paix, j’ai espoir de trouver un nouveau ninken pour partager ma route. Le premier chien venu, le premier loup trouvé, ne conviendrait pas…Les chiens de la meute Inuzuka sont d’une lignée bien particulière, pour préserver la pureté de mon être, pour commencer ma pénitence, je me dois d’essayer de trouver un vestige de la Meute. Peut-être existe-t-elle encore…veillant, bienveillante, sur les dépouilles de mes proches et de mes ancêtres. C’est ce que j’espère…

« La route est longue…vous m’excuserez, mais je préfère me mettre en route alors que la journée est encore jeune. » Je reprends la marche, faisant quelques pas jusqu’à me placer à ses côtés, puis je m’arrête de nouveau. « Je me nomme Yaken. Et vous? » Je me présente d'un sobriquet nouveau, que je choisis par instinct. Chien errant...Le nom me va plutôt bien. Il m’a posé bien des questions, mais je ne lui en ai échangé pratiquement aucune en échange. Si je déguerpis maintenant, peut-être portera-t-il des soupçons vers moi…Et c’est la dernière chose dont j’avais envie. « Peut-être souhaitez-vous m’accompagner? La compagnie ne me déplairait pas en ses temps troubles. » Je me remets en marche, ne l’attendant pas vraiment. Sauvage ou shinobi, je ne peux point le dire, mais s’il avait participé à la défaite du Titan, les chances que cet homme appartienne à l’une des grandes nations étaient loin d’être nul. Mon odorat m’affirme qu’il n’est pas natif de la région, ou du moins qu’il n’y ait pas mis les pieds depuis longtemps. Son odeur est sèche et poussiéreuse, malgré l’eau ruisselante sur son corps…un homme de la montagne peut-être? Difficile à dire. Décidant finalement de jouer la carte du sauvage qu’il me prête, je reprends « Et peut-être que se pourrait être l’occasion d’en apprendre plus sur nos différentes cultures…homme de la montagne. »

_________________
夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Sign_h10
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Senkū
Yaoguaï Senkū

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Mer 18 Oct 2017 - 0:20





夏の影 - NATSU NO KAGE



« Trouver sa voie... »

Flamboyante, magique et touchante saison, quand le vent faisait gémir les hautes frondaisons et voler les feuilles qui tourbillonnaient autour des deux hommes qui échangeaient. Il y régnait au cœur de cette forêt profonde, un silence presque total; aucun bruits sauf le battement d’ailes d’un oiseau qui fuyait.

Durant la prise de parole de l’homme au masque osseux, l’indigène des monts s’affichait légèrement perplexe, haussant un sourcil face à la tonalité de voix fougueuse de son homologue. Effectivement, celui-ci prétendait être une des nombreuses victimes de cette guerre civile permanente, qui plus est, le natif d’Hi no Kuni ne semblait pas user de calomnie apparente – Sa voix trahissant son véritable ressenti à ce propos.

Toujours bras croisés, Senkū se contentait seulement d’acquiescer les dires de l’anonyme d’un mouvement de tête répétitif, préservant cet aspect compréhensif à l’égard de l’émetteur face à un sujet plutôt épineux, en somme.

Effectivement, s’il avait été réellement en proie aux affrontements reliant le pays du Feu, alors cela voudrait indubitablement signifier que le Yaoguai se trouvait en présence d’un potentiel ennemie, tout du moins aux yeux de ses compagnons Iwajin, non loin de leur position actuelle.

« Un pèlerinage ? » Répondit-il suspicieux.

Le virtuose martial avait pris un air interrogatif, se demandant en quoi consistait ce fameux ‘culte’. Son regard laissait transparaître aux premiers abords, une froideur d’âme naturellement immuable, nonobstant son côté communautariste à l’égard de ses semblables tribaux. L’homme au masque s’avançait, tandis que le Chûnin fixait de ses pupilles jaunâtres la silhouette bestiale se rapprochant dangereusement de sa personne - L’indiquant par la même occasion, qu’il devait se mettre en route, n’ayant pas le temps de tergiverser.

Les yeux aux teints automnales de l’Ostrogoth défilaient en même temps que les déplacements du dénommé ‘Yaken’. Le membre de Yamagenzõ savait pertinemment qu’il ne s’agissait là, que d’un simple pseudonyme, son interlocuteur ne désirant finalement pas dévoiler sa véritable identité à un inconnu.

« T’accompagner ? Pourquoi pas. Avant ça je dois d’abord récupérer mes affaires, elles sont au pied d’une cascade à quelques pas d’ici. D'ailleurs, tu peux m'appeler Senkū. » Ajouta le Yasei en dévoilant son prénom.

Certainement, le jouvenceau n’allait pas évoluer éternellement dénudé même si l’idée en elle-même, ne lui déplaisait pas. Mais il préférait se vêtir au cas où, ne sachant pas véritablement où le chien errant le mènerait. L’originaire des collines rocailleuses entama alors sa marche dans l’objet de récupérer ses vêtements en peau de bêtes. Il avait indiqué d’un bref mouvement de tête la direction de ce point d’eau au canidé masqué.

« Yaken c’est bien ça ? Comment as-tu deviné que j'étais issu des montagnes ? » Demandait l'Iwajin soupçonneux.

Le jeune adulte avait émis ces propos sans poser les yeux sur le principal intéressé, se demandant comment ce dernier avait-il pu deviner sa provenance alors qu’il se voyait totalement à nu, sans aucun ornement trahissant ses origines d’indigène montagnard. Avait-il été doté de capacités d'analyses surpassant le commun des mortels ? Ou était-il doté d'un odorat extrêmement développé ? En tout état de cause, celui-ci venait de nourrir les suspicions du balafré à son sujet.

Parvenu sur les lieux au bout d’une petite poignée de minute à marcher parmi la faune en activité, il se revêtu, attachant sèchement la corde qui lui servait de ceinture, déposant sur ses épaules, cette peau de fauve, cette crinière de lion qu’il utilisait en guise de veste pour le moins, singulière, dénonçant encore plus son statut social au sein de sa patrie.

« Allons-y, Yaken. » Lançait-il fin prêt à entamer ce long trajet.

Le guerrier sauvage semblait assez enthousiaste à l’idée de découvrir une culture différente à la sienne, satisfait de pouvoir en apprendre davantage sur cette contrée et ses habitants, en dépit des événements passés.


© GS'

_________________
«  私は自分の国と一族を私の命の危険にさらして守ります。そしてそうするために、私は私の邪魔をする人は誰でも燃え尽きる準備ができてい。»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263 https://www.ascentofshinobi.com/u130
Inuzuka Haruko
Inuzuka Haruko

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Jeu 19 Oct 2017 - 22:08
Natsu no kage - Ombre de l'été ft. Yaoguaï Senkū


Ai-je commis une bourde? Soudainement, alors que je m'approche de lui pour poursuivre ma route, je sens l'homme sauvage se tendre et maintenant sur ses gardes. Son regard interrogateur me scrute de plus belle. Je ne suis pas le plus habile des menteurs après tout, peut-être avait-il vu clair dans mes manipulations? J'espère que l'authenticité de mon témoignage suffit pour éclipser l'évidence même de mon mensonge par rapport à mon nom. J'avais décidé de me révéler comme un natif du Pays du Feu pour donner de la véracité à mes propos, mais j'avais également pris le risque que le sauvage me pense pour un homme du Soshikidan. Après tout, c'est ce que nous étions au sein de l'organisation, les rebelles, les libérateurs d'Hi no Kuni.

Heureusement, le sauvage se ravise. Il parait même presque enjoué à l'idée de partager ma route. Nous nous rendons d'abord au pied d'une cascade pour récupérer ses effets personnels - et ses vêtements surtout - afin qu'il puisse finalement couvrir sa nudité malaisante. "Mes origines sont sauvages, les miens possèdent des sens que plusieurs considèrent hors du commun." L'espace d'un instant j'hésite, mais je renonce finalement à prononcer le nom de mon clan. S'il est bel et bien originaire des montagnes, c'est que ce Senkū doit être un iwajin. Le risque est trop grand. Si tel est le cas et qu'il connait ma cousine, je me dois de garder secret ma nature inuzukienne. J'en suis pourtant fier, il m'en fait mal de ne pas pouvoir afficher fièrement mes origines. Mais tel est ma nouvelle vie. En choisissant l'exile, je me suis condamné à vivre dans le secret. "C'est votre odeur. Elle n'est pas celle d'un homme de la forêt. Elle est poussière et roche. J'hésitais entre la montagne et le désert, mais j'ai vu juste apparemment." j'ajoute en souriant.

Après un rapide arrête près de la cascade, le temps que mon compagnon enfile ses vêtements, et nous nous mettons en route. L'odeur de la cascade est enivrante et elle nettoie mes narines encore souillées par l'odeur de la fumée et des flammes. J’ai presque envie de m’y plonger, mais je sais l’occasion mauvaise. Retirer mon masque signifiait révéler mon identité et mon appartenance. "Nous en avons pour quelques heures de route, nous devons nous enfoncer au coeur de la forêt." dis-je en ouvrant la marche.

♦♦♦

Des années que je n'avais pas mis les pieds en cet endroit. Pas depuis le massacre initial du clan, cette nuit où la dague du Seigneur à déchiré les tripes de notre Doyenne. Dans l'année qui avait suivit, jamais ma famille et moi n'étions retourné sur place, ni même lors de ma fuite vers Kaminari. J'avais évité cet endroit comme la peste. Mais aujourd'hui, je n'avais plus le choix.

Après deux bonnes heures à tracer à travers les bois, de plus en plus épais, je discerne finalement l'éclaircissement recherché dans le feuillage des arbres, une clairière que l'on peut discerner à quelques centaines de mètres devant nous à travers les branchages et le feuillage. "Nous arrivons Senku-san." dis-je en pointant loin devant. "Je vous préviens, ce n'est pas des plus jolies à voir...Il s'agit d'un lieu lourd d'histoire pour les miens. Là où notre implication dans toute cette guerre à commencé."

Plus loin, la clairière s'ouvre subitement à nous au travers des arbres. Sur sa lisière, je me fige, tétanisé pour les souvenirs. Là où j'ai grandis, courus, grimpé...Au centre du lieu à ciel découvert se trouvent les carcasses décrépitent de quelques structures de bois disparus depuis longtemps . Les Inuzuka sont nomades de par leur nature, mais ce lieu a toujours été un point de ralliement, un endroit où périodiquement, nous revenions montrer notre respect à la meute ancestrale. Partout autour, encastré dans la mousse grisâtre et les herbes folles, les squelettes de mes aïeuls et de leur compagnon, ne faisant plus qu'un avec la nature nouvelle. Partout, sur les troncs et sur les rochers, les marques d'un combat passé sont bien visibles. Parmi les dépouilles, une seule est encore noircie par les ravages du temps et épargné par la nouvelle végétation qui s'installe. La lame de son assassin est toujours figé dans son torse. "Doyenne..." je mormone en m'agenouillant, tremblant.

Au loin, dans les branchages, j'entends un bruit...l'écho de pas spectraux. Puis un grognement.

_________________
夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Sign_h10
Revenir en haut Aller en bas
Yaoguaï Senkū
Yaoguaï Senkū

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Dim 22 Oct 2017 - 20:39





夏の影 - NATSU NO KAGE



« Trouver sa voie... »

Planant dans l’immobilité, l’astre épanchait sa flamme avec tranquillité. Le vent s’était assoupi, la forêt demeurait paisible. Parfois, parmi feuillages, les vénérables paradisaeidae chantonnaient, tantôt invisible - Puis se taisait, fatigué de lumière, avant de se reposer sous cette chaleur d’été frénétique.

Les abeilles, les taons des bois et autres insectes particulièrement sonores, enivrés des rayons qui tombaient des ramures, sur l’herbe tiède et molle éteignaient leurs murmures - La lumière au silence, hymen mystérieux, s’accouplait dans la paix des bois à travers les cieux.

~~

Après plusieurs heures de marche sans réels échanges oraux entre les deux hommes, ceux-ci arrivèrent finalement à destination. Se rapprochant vivement d’une clairière se dessinait face à Senkū et le Yaken à l’odorat plus qu’affuté.

« Ne t’en fais pas, j’ai déjà vu pas mal de choses terrifiantes dans ma vie. » Répondit le Yasei avec assurance.

Les avertissements du chien errant avaient été pris en compte par le Yaoguai, non pas impressionné par la vision du spectacle sans doute horrifiant qui l’attendait à l’intérieur de ce domaine. En effet, l’indigène des monts avait pu assister à de nombreuses atrocités durant sa jeune existence, il nota cependant que cela apportait un point commun à son homologue canidé. Tous deux semblaient avoir été bercés dans la guerre et le sang, curieuse coïncidence.

À peine avaient-ils pénétrés à l’intérieur que l’homme masqué se stoppa net, littéralement pétrifié à la simple vue de cet endroit qui semblait lui rappeler avec véhémence, ce lourd passé dont il avait été victime. Aucune réaction particulière en revanche pour l’Iwajin, qui examinait les environs avec d’autant plus de suspicions à l’égard de son compagnon de besogne.

« Cet endroit… serait-il ? » Susurrait-il l'air interrogatif.

De son côté, le guerrier montagnard s’était légèrement détaché, se trouvant accroupi pour étudier les ossements d’hominidés qui apparaissaient accompagnés de ceux de félidés, étrangement côté à côte. Comme si ces morts avaient combattu en usant de leurs animales… Soit, il fixa avec insistance les détails de chaque corps, ces indices menant à la véritable identité de ce dénommé Yaken. Se levant lentement après s’être fait son idée, il se rapprocha de l’homme au masque, mais alors qu’il allait lui faire part de ses conclusions à l’égard de sa personne, un grognement retentit, bloquant ainsi le natif de la Roche.

« Qu’est ce que c’est ? Un loup ? » Demandait-il sans pour autant être apeuré.

Cela ne faisait plus aucun doute pour l’analyste qu’était le balafré, chaque pièce du puzzle se voyaient rassemblés. Cet homme n’était pas à proprement parler un sauvage à la manière des Yaoguai, non, il se rapprochait plus de cette kunoichi iwajin – Inuzuka Meian. Il n’avait pas fait attention au masque aux premiers abords, mais avec du recul, il comparait et avait noté qu’il se rapprochait de celui de sa coéquipière. Plusieurs questions se trottèrent à l’intérieur de ses pensées, son regard se déviait vers le possible Inuzuka et membre de la famille de la maîtresse de Naiem.

Sur ses gardes, le Yamagenzõ pensa tout d’abord à un guet-apens de la part du Yaken, l’ayant fait venir en ces lieux d’épouvantes afin de satisfaire l’appétit féroce de cet animal enragé. Sans perdre son calme, préservant cette attitude sereine, il observa la scène en retrait du chien esseulé, tandis que la bête sortait peu à peu de l’ombre dans laquelle elle sommeillait.


© GS'

_________________
«  私は自分の国と一族を私の命の危険にさらして守ります。そしてそうするために、私は私の邪魔をする人は誰でも燃え尽きる準備ができてい。»
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263 https://www.ascentofshinobi.com/u130
Inuzuka Haruko
Inuzuka Haruko

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Empty
Dim 5 Nov 2017 - 18:05
Natsu no kage - Ombre de l'été ft. Yaoguaï Senkū


La main tendue, je caresse la dépouille de la Doyenne sans la toucher. Ma poitrine me serre et ma vision est trouble, il m'en faut pour pour pousser un hurlement de colère et de tristesse. C'est la première fois depuis l'incident que je remets les pieds en cet endroit sacré pour notre clan. La forêt des crocs écarlates était un lieu de pèlerinage pour tout Inuzuka. Malgré notre nature nomade, nous revenions en ses lieux au moins une fois toutes les saisons pour payer nos respects aux ancêtres et aux esprits gardant la forêt et la meute.

Le squelette de l'ancienne est toujours rongé par la décrépitude, la seule présence encore intouchée par la renaissance de la végétation tout autour dans la clairière. L'acte commis fut tellement perfide que son esprit ne put trouver la paix, il hante toujours ses lieux. Je le sens, comme une présence au-dessus mon épaule et qui me murmure à l'oreille. J'en frissonne. Le diadème d'argent qui ornait autrefois son front n'est plus là, récupéré par Meian il y a quelques jours à peine. Comment a-t-elle fait pour être aussi forte? Pour ne pas flancher en retournant ici...Ma cousine est véritable une kunoichi incroyable, nulle autre personne n'est plus digne pour diriger le clan et offrir un futur prospère aux nôtres.

Soudainement, je sens une présence, celle du prédateur qui nous guette depuis la sombre forêt. Mon compagnon de route remarque la bête également. J'ai été idiot de l'amener ici avec moi. S'il ne l'avait pas déjà fait, il ne mettrait pas longtemps à comprendre ce que j'étais réellement. Je devais vraiment apprendre à être davantage vigilant. Je me relève et je confronte l'orée de la forêt. À travers les branchages et les feuillages renaissants, je perçois deux globes dorés qui me fixent. Inquiétude et familiarité me bercent. Était-il possible que ce lieu longtemps sans vie ait pu renaître grâce à la protection d'un gardien? Peut-être que...

Le grognement s'intensifie. La créature se rapproche. Des bois émerge alors une énorme bête, sur ses quatre pattes presque aussi grosse qu'un homme. Son pelage est noir d'ébène, si obscure que même la lumière perçante du soleil dans la clairière ne semble pas s'y refléter. Est-ce possible? Vent Sombre...Le ninken du gardien des crocs écarlates. Instinctivement, je m'approche du loup. Du coin de l'oeil, je surveille le sauvage des montagnes. Pour l'instant, il semble plutôt calme, mais toujours sur ses gardes.

À mon approche, la créature grogne et montre les crocs de sa puissante mâchoire. Lentement, je porte ma main vers mon visage et je fais glisser mon masque osseux sur le dessus de mon crâne. Mes crocs sont maintenant révélés. Si Senku ne l'avait pas encore deviné - à la vue des squelettes de chien et d'homme qui se mélangeaient à nos pieds - il n'y avait aucun doute qu'il le ferait maintenant..."Vent Sombre?" dis-je en m'avançant un peu plus, toujours doucement. Je tends la main pour inviter la bête vers moi. La meute avait bel et bien péri ce soir-là, mais son protecteur était toujours vivant et il avait protégé ses lieux depuis. Le loup d'ébène grogna un peu plus en s'approchant lentement à son tour. Il sentit ma main tendue quelques instants avant d'y frotter son pelage.

Si ma présence semble avoir calmé momentanément la bête, le loup se remit à grogner en remarquant la présence du sauvage non loin de moi. La main toujours dans son pelage, je gratte le dessus de son crâne pour le tranquilliser. "Du calme Vent Sombre, c'est un ami."

Surveillant la bête, je scrute maintenant à visage découvert le dénommé Senku. Comment réagira-t-il? Je pouvais difficilement cacher mes mensonges à présent.x



_________________
夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été  // pv Senku Sign_h10
Revenir en haut Aller en bas

夏の影 - Natsu no kage - Ombre de l'été // pv Senku

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Hi no Kuni, Pays du Feu
Sauter vers: