Soutenez le forum !
1234
Partagez

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi

Wara Kamui
Wara Kamui

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Mar 4 Jan 2022 - 18:11
Les évènements relatés ici se déroulent bien avant le coup d'état d'Inuzuka Seimeiten,
lors d'une fraîche soirée automnale, en 204.


« Qu'est-ce qu'il branle, l'autre rōnin au coin du feu ?
Il a les dents du fond qui baignent. Laisse-le gesticuler, j'ai pas envie d'avoir des problèmes avec un type bourré qui se balade avec un katana. »


L'olibrius en question était sur son séant, les jambes en tailleur, face au feu qui trônait au centre de la salle de restauration de l'auberge. L'établissement, fréquenté par la frange moins aisée de la population qui peuplait les quartiers Ouest d'Urahi, avait son lot de drôles d'oiseaux quotidien — en ce sens, le rônin n'avait rien d'exceptionnel. Il n'était, pour les habitués, que le type paumé du soir. De fait, certains d'entre eux le guettaient d'avance, attendant qu'il ne les divertisse d'une quelconque manière: en se battant avec un autre poivrot, ou en foutant le feu à la manche de son kosode écarlate — qui s'approchait dangereusement du brasier à chaque fois qu'il bougeait son bras —, par exemple.

Kamui se donnait en spectacle, sans même s'en rendre compte. Le coupable de son état second reposait à son flanc, sous la forme d'une flasque quasi-sphérique en terre cuite. La même odeur de yuzu qu'exhalait le moine possédé se dégageait du goulot du récipient, ne laissant pas le moindre doute planer sur la nature du mal qui l'habitait.

En temps normal, un coup de shakujō bien senti suffisait à le réveiller. Le tintement des anneaux s'était inscrit vivement dans sa mémoire, la brûlant comme un fer à blanc, à tel point qu'il sursautait bien souvent lorsqu'il croyait le reconnaître dans la mélodie d'un carillon.

Mais nul frère ne l'attendait à Urahi — du moins, il n'en avait rencontré aucun depuis son arrivée. Kamui le dépravé était sans laisse, et il s'était laissé aller à quelques petites gorgées... rien que deux ou trois...

De quoi l'envoyer dans un autre monde.

« Ô Grand Oracle, Ame-no-Koyane, je fais appel à votre infinie sagesse... marmonna-t-il, entre deux hoquets. Le mal qui m'étrangle, me fustige... J'ai si mal... Est-ce que... »

Kamui poussa un cri de désespoir, déclenchant un mélange de ricanements et de sursauts dans l'assemblée.

« Pourquoi est-ce que la douce Chinami me tabasse, tandis que je lui offre mon coeur ? couina-t-il plus bas, en étouffant son visage dans les plis de son kosode qu'il empoignait avec vigueur. Est-ce que je... je pue ? Est-ce que je suis trop vieux ?! »

L'alcool avait cet effet sur le digne et réservé moine. Une logorrhée épouvantable s'ensuivait systématiquement, et cette fois-ci, le refus bien relevé de la serveuse qui lui avait si gentiment apporté sa liqueur était au centre de ses élucubrations. Le désespoir magnifié qui l'habitait l'avait poussé à prier, face aux flammes, dans l'espoir de peut-être recevoir la guidance du dieu de ses aïeux.

Puis, contre toute attente, sa prière fut exaucée.


En tirant sa ganache rougie des pans de son habit froissé, Kamui déposa son regard sur la silhouette d'un bonhomme auréolé de lumière, à la bedaine fantasmagorique tant elle était disproportionnée sur son petit corps potelé. Il avait vu cette silhouette tant de fois, sous forme de statues dorées ornant moult allées du Grand Temple.

Son visage s'éclaira, et il se dressa sur ses genoux, arrivant presque à hauteur du Divin par la même occasion sans avoir à se lever. L'une de ses mains s'avança doucement, comme s'il essayait de le toucher, ou de caresser son protubérant bidon — si patouiller ses effigies portait bonheur, agripper son divin gras de pleine main devrait lui accorder une chance éternelle et intarissable !

« Hotei*-sama ?.. souffla-t-il, le teint livide et les yeux scintillants d'espoir. »

Lui qui désirait l'éveil, il venait peut-être bien de l'atteindre en s'imbibant d'alcool. Pourquoi n'y ont-ils pas pensé plus tôt ? songeait-il, à l'adresse de ses maîtres qu'il trouvait bien bêtes, en cet instant précis...


* Hotei est le nom du "bouddha rieur" — IMG







_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12748-de-bois-et-de-fer-wara-kamui-100#112202 https://www.ascentofshinobi.com/t12751-contes-d-un-jeune-heritier-carnet-de-wara-kamui#112212
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Mer 5 Jan 2022 - 18:36
L’Akimichi avait faim. Comme d’habitude certains oseraient dire. Mais non. Cette fois il avait plus faim que la veille (mais sans doute moins que le lendemain). A vrai dire il sortait d’un tour de service et donc ayant mangé à la cantine du camp militaire il n’avait pu prendre le temps de se substanter correctement. Un infini petit repas qui devait être finit en une vingtaine de minutes. Enfin ça c’était le temps maximal que devait prendre un soldat pour finir, afin de laisser sa place au suivant. Un laps de temps dont beaucoup disaient qu’il était trop court, certains n’avaient pas le temps de finir leur plateau et devaient sortir avec des restes de leurs denrées. Pourtant Chi battait souvent le record. Il était encore et toujours le premier, le meilleur, quel que soit le sujet.

Ce jour-là il avait englouti le tout en cinq minutes et avait passé les quinze suivantes à faire la manche à la recherche d’un quignon de pain au sein de ses camarades encore assis. Alors c’était tout naturellement dans cet état de faim sans commune mesure que le soldat se rendit à la taverne la plus proche. Lors de son périple entre le camp et la taverne qu’il choisit au hasard, beaucoup de visages se tournaient pour observer la démarche de l’armoire à glace (le dessert, pas le meuble). Plus il était regardé et plus l’Akimichi redressait son buste, fièrement. Et pour cause il pensait que c’était sa beauté et sa prestance qui attirait les regards. La vérité était tout autre. En tous cas, empli de confiance autant que de pâtisseries, il se permit quelques clins d’œil aux jeunes femmes qu’il croisait ci et là. Jusqu’à que, par mégarde, il fasse signe à une femme qui ne semblait pas vraiment célibataire. Et pour cause, son jeune mal alpha qu’elle tenait en laisse voulant lui prouver sa virilité en dehors de leur lit nuptial fut libéré de ses chaînes. Il se jeta sur Chi tel un cannibale affamé. Et dieu sait qu’il fallait avoir faim pour espérer grailler un être d’une telle… carrure.

Mais Chi n’était pas du genre à se laisser faire. Alors il prit son courage à deux mai… pieds et couru aussi vite qu’il pu pour échapper à son agresseur. Nul besoin de signifier que la scène était des plus ubuesques. Un jeune homme poursuivant un soldat mature qui se débattait avec ses jambes et la gravité pour fuir. Mais hélas ce qui devait arriver arriva. Le petit gros se crocheta les pattes et tomba de tout son poids. Certains crurent d’abord à un tremblement de terre mais en se retournant tout le monde compris. Le jeune alpha perdit toute rage en étant pris d’un fou rire comme de nombreux passant. Tout le monde se moquait de Chi, et donc se moquait de l’empire par la même occasion. Il représentait l’empire après tout, et pas de la meilleure des façons.

Fort heureusement il était arrivé à bon port. Lorsqu’il pénétra lourdement dans l’établissement forcément que des têtes se tournèrent. Comment ne pas rester subjugué devant un adulte de la taille d’un enfant mais aussi gros qu’un éléphant. La poussière dont il était recouvert suite à sa chute n’aidait pas son image non plus. Certains parlaient déjà sur le nouvel entrant, quoi de plus normal dans ce genre d’établissement insalubre.

« Regarde-le-lui, encore un sacré numéro. » Chuchota le premier à son camarade de boisson.

« Ah si l’autre risque de nous vider les caisses d’alcool lui va nous finir tous les vivres. »
Et ils partirent dans un fou rire gras, mais sincère.

Chi remarqua que ces deux hommes le regardaient alors il leur fit un grand sourire et un signe de tête. Après tout il aimait voir les gens heureux, et ils avaient l’air de l’être malgré leur présence dans ce piteux endroit.

Cependant l’Akimichi oublia vite leur présence et même sa faim s’estompa. La fautive de ce miracle était une serveuse, sans doute un ange tombé aux enfers dans cet établissement. Alors que ce dernier était d’un sombre crépusculaire à cause du manque de fenêtre la jeune femme ravivait l’atmosphère de sa resplendissance naturelle. Alors que Chi marchait sans but précis tout son attention était concentrée sur cette serveuse. Si bien qu’il ne vit pas qu’il allait rentrer dans un homme à genou.
« Orteil-sama ? » Répéta l’Akimichi qui avait mal compris le mot utilisé par l’homme sans doute alcoolisé.
Pourquoi cet homme lui caressait le ventre ? Oh non Chi n’était pas de ce bord-là. En plus d’être tombé face à un fétichiste des orteils c’était un homosexuel ? Chi aimait les femmes ! Et il ne voulait pas que la jolie serveuse qu’il venait de croiser voit cela. Un homme lui caressant el ventre nu devant tout le monde ? Cela ruinerait toutes ses chances de rentrer avec elle à la fin de son service. Ainsi par réflexe l’Akimichi usa de son pouvoir clanique pour rendre son ventre encore plus gros que ce qu’il était déjà (oui oui c’est possible). Ainsi normalement l’homme qui l’importunait serait repoussé en arrière et son ventre restera vierge de toute caresse masculine.

Mais certains se mirent à crier. Car perdant l’équilibre et ayant trop abusé de la bouteille ce dernier avait directement atterrit dans les flammes du feu proche de là. Chi ne voulait pas paraître pour un homosexuel mais il voulait encore moins passer pour un meurtrier. Alors il se jeta à la rescousse de ce pauvre homme.
« Laissez-moi faire je suis soldat ! » Cria-t-il héroïquement.
Il tira l’homme ivre hors des flammes et éteignit le feu qui commençait à gagner ses vêtements en y versant une chope de bière qui trainait là. Il avait éteint le feu mais devait il fait autre chose ? Il tentait tant bien que mal de se souvenir de ses cours de secourisme de sa formation militaire.
« Ah oui ! » S’exclama-t-il.
Il se mit à califourchon sur l’homme l’écrasant de tout son poids et commença un massage cardiaque. Au bout de quelques pressions thoraciques l’Akimichi se demanda s’il n’avait pas oublié quelque chose.
« Je dois faire du bouche à bouche là ? » Se demanda-t-il à lui-même.
Il était penché au-dessus de cet inconnu, hésitant sur la marche à suivre.
Spoiler:


Dernière édition par Akimichi Chi le Jeu 27 Jan 2022 - 14:19, édité 2 fois (Raison : Ajout technique valide)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Wara Kamui
Wara Kamui

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Jeu 13 Jan 2022 - 7:16
Lui qui fut si prompt à juger ses maîtres en croyant avoir trouvé la clé du Royaume des Dieux au fond d'une gourde de liqueur, il tombait — figurativement, comme physiquement — de haut. Par un procédé qu'il ne comprit pas, hagard comme il l'était, le petit bonhomme à la babylonienne bedaine l'avait repoussé... en gonflant, encore plus.

Ensuite, les flammes et la chaleur se succédèrent à l'incrédulité. Tout de suite, Kamui se pensa condamné, jugé par Hotei et privé de tout le capital chance qui lui était alloué pour le reste de sa pauvre existence. Quelle idée, après tout, d'essayer de toucher l'essence divine de ses mains sales et indignes ? Traître à son sang, irrévérencieux, il s'était laissé porter par un élan d'avidité qui entrait en contraste total avec les valeurs qu'il avait juré de préserver. Je m'en vais donc ainsi, dans les flammes, condamné aux enfers — au beau milieu d'un troquet moisi — par le Dieu de la générosité et de l'abondance.

Conclusion triste, pour une histoire qui avait des allures d'ébauche abandonnée.

Mais là encore, le grassouillet intervint, comme une providentielle main tendue qui venait lui offrir une énième chance de se repentir. Une patte qui le tira des enfers avec une poigne étonnamment vigoureuse, avant de l'asperger d'un liquide qu'il aura tôt fait d'identifier comme de la bière de piètre qualité. Kamui détestait la bière, mais il n'était pas du genre ingrat, alors il se contenta d'observer Hotei silencieusement, l'oeil aussi vif que celui d'un hareng sec. Qu'attend-il de moi ? se dit-il alors.

Comme pour apporter une réponse à ses songes, le bedonnant personnage s'assit à califourchon sur lui, avant de le palper avec ses petites pattes boudinées. Sous les yeux de toute l'assemblée. Confus, puis horrifié, Kamui sembla frappé d'un éclair de lucidité : Hotei voulait être récompensé en nature. En attestait ce qu'il marmonna enfin, à propos d'un « bouche à bouche »...

« Alors là, c'est hors de question ! cria le moine, en saisissant la divinité lubrique par les épaules pour l'empêcher de se pencher sur lui. Jamais on ne m'a dit que j'allais devoir endurer ça au nom de la Foi ! Si j'avais su, j'aurais foutu le camp en vitesse ! Dégage, mon gros : à partir de maintenant, je suis imposa... apos... tolique ? A-apostat, voilà ! conclut-il en beuglant. »

Se servant de sa poigne sur les épaules du pseudo-Hotei, Kamui l'envoya valdinguer de côté avec la force du désespoir afin de se dégager de sa morbide étreinte. L'homme-boule aurait tôt fait de renverser quelques tables dans sa course, mais le Fujiwara n'en avait cure. Sans doute aurait-il été un merveilleux joueur de bowling, mais la discipline n'existait de toute façon pas au Pays du Feu. S'inquiéter du chaos qu'il semait était loin d'être l'une de ses priorités.

Non, il devait avant tout garder la face devant Chinami, la plus jolie serveuse des quartiers Ouest. Saoul et quinaud comme il l'était, il était prêt à tout abandonner dans ce seul et unique but.

« T'approche plus de moi, Hotei ! grogna Kamui. Toi et moi, c'est fini ! »

En ces termes, le colosse se dressa tant bien que mal de toute sa stature. Ayant triomphé du déséquilibre et de la gravité, qui constituaient pourtant un défi de taille pour quiconque essaie de se tenir dignement, il se retrouvait tout penaud au milieu du carnage, seul face à son oeuvre et sa décision lourde de conséquences.

Kamui adressa un coup d'oeil plein d'espoir dans la direction de la charmante serveuse, pour au final se rendre compte qu'elle n'était plus là. Une vague de froid parcourut ses entailles, miasmatique et étouffante. La sensation de l'échec anticipé, d'un dur retour au réel qui s'amorçait.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12748-de-bois-et-de-fer-wara-kamui-100#112202 https://www.ascentofshinobi.com/t12751-contes-d-un-jeune-heritier-carnet-de-wara-kamui#112212
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Jeu 27 Jan 2022 - 14:22
Chi devait forcément avoir à faire à un étranger, car il ne comprenait absolument rien à ce qu’il disait. Ou alors était-il si ivre qu’il confondait les lettres et les inversées ? C’était bien pour ça que l’Akimichi tentait de ne boire plus que raison. Cela avait souvent pour effet de faire ressortir la nourriture, et le fringant soldat n’acceptait pas ce genre de gaspillage.

Dans tous les cas il n’eut pas le temps de tenter de déchiffrer les divagations de l’homme qui finalement était conscient. Car il se fit envoyer balader à travers la salle emmenant par la même occasion quelques mobiliers fragiles dans sa chute. De par sa forme et son poids il roula sur quelques mètres en coupant quasiment en deux plusieurs tables. Certains clients beuglèrent en se levant et en protégeant ce qu’ils avaient de plus précieux : leurs verres. Mais tous n’eurent pas ce réflexe, surtout ceux pour lesquels l’apéro était déjà lointain.

Alors le soldat finit sa course souillée, dans la poussière et l’alcool. En plus de le caresser devant tout le monde le faisant passer pour ce qu’il n’était pas il était maintenant humilié de la sorte. L’Akimichi savait ignorer beaucoup de choses car il savait prendre sur lui. Il avait le sérieux et le sang froid de ne pas agir avec impulsivité. Certains diraient qu’il avait juste peur, croyez ce que vous voulez. Dans tous les cas il ne pouvait accepter de rester dans cet état face à cette magnifique serveuse. Il avait toujours ses chances, mais s’il voulait parvenir à ses fins alors pour une fois il devait prendre son courage à deux mains.

Il se releva d’un bond grass-ieux et interpella son agresseur.
« Comment oses-tu t’en prendre à un soldat ! Je te défis en duel ! »
Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi 2x3l

Sur ces mots il pointa du doigt son futur adversaire et cracha par terre, c’était comme ça que faisaient les caïds après tout non ? N’ayant jamais pratiqué un tel acte son crachat resta ridiculement suspendu à sa bouche mais il fit mine de rien et laissa le tout pendre alors qu’il attendait la réponse du pleutre qu’il avait face à lui.

Nous avions parlé de courage ? Détrompez-vous, l’Akimichi semblait plus malin qu’il en avait l’air dans sa fourberie de lâche. Comme un instinct il savait se sortir des pries situations en gardant la tête haute. Enfin, aussi haute qu’il pût. En effet il pensait, il espérait, il priait, il suppliait, qu’annoncer le fait qu’il soit soldat et prendre cet air de gros dur suffirait à faire fuir l’individus. Partant la queue entre les jambes ce dernier passerait pour le lâche et Chi pour le héros. Il pourrait ensuite conquérir le cœur de la serveuse, par sa prestance toute méritée.

Alors dans cet excès de confiance il en rajouta.
« Les lascars dans ton genre méritent une bonne leçon, viens à l’extérieur et combattons pour le plaisir de la plèbe ! »
Et voilà qu’il commençait à se prendre pour un gladiateur. Mais curieusement cette fois si l’effet pris car quelques ivrognes commencèrent à crier clamant l’envie de voir ce duel avoir lieu. Quant aux gérants de l’établissement il comptait bien enguirlander les responsables de la casse mais préféra, en bon commerçant, saisir l’opportunité qui se présentait à lui.
« Les gars !! J’ouvre les paris !! L’ivrogne ou le Petit Gros ?! Faites vos jeux !! »
L’alcool et l’argent coulait à flot.

Résumé:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Wara Kamui
Wara Kamui

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Ven 4 Fév 2022 - 4:24
En réponse à son rejet de la foi, la divinité s'était rebiffée, l'avait pointé d'un doigt aussi rondelet qu'accusateur. On lui jettait figurativement le gantelet au visage, le défiant pour avoir osé... s'en prendre à un soldat ? réalisa finalement l'ascète. La révélation lui fit l'effet d'un coup de bō sur le crâne, torturant son cerveau déjà assailli par l'effroi d'avoir été ridiculisé devant la plus belle bête des bas-quartiers, d'avoir renié la Foi qui l'avait pourtant sauvé de la mort.

De la surprise et de l'effroi, il transita vers une colère sourde. Celle d'un homme berné et dont on s'était joué. De ses poings, Kamui se frotta vigoureusement les mirettes, pour y voir plus clair et mieux observer Hotei : maintenant qu'il n'était plus baigné de l'éclat incandescent du feu, le petit bonhomme grassouillet avait perdu toute son essence divine. De plus, détail crucial, il avait des cheveux ; or, Hotei était chauve comme un galet. Sa coupe hérissée n'aurait pu appartenir au majestueux, bien qu'adipeux, dieu des chanceux.

Autour d'eux, la clameur s'était levée, attirant l'attention d'un Kamui encore perturbé. De son regard sombre, il parcourait les visages rieurs des clients qui avaient troqué leur agacement d'avoir été dérangés pendant leur repos bien mérité pour l'excitation que provoquait la perspective d'un combat d'infirmes sous leurs yeux. Les traits du moine se firent à l'image de ceux de Fudō Myōō, déformés par une rage qui lui donnait des allures de fou à lier, de démon grimé en humain.

Kamui n'aimait pas se donner en spectacle, et avait énormément de mal avec l'irrespect. Mais plus que tout, il détestait que l'on se joue de sa bonne âme.

« Petit pourceau ! Tu m'as trompé, alors que tu n'es qu'un pauvre petit soldat aussi haut que large ! cria l'exilé, répondant au doigt accusateur de l'Akimichi par le sien. On va se battre dehors, entre soldats ! Je vais laver mon honneur dans ton sang, si tant est qu'il n'ait pas été remplacé et englouti par le gras dans tes veines obturées ! »

Sans manquer, le tumulte des spectateurs redoubla d'intensité, parsemé de « ouuuh j'aurais pas aimé ! » et autres sournoises tentatives d'engrainage. Kamui faillit se laisser prendre au jeu, pour surenchérir, mais se ravisa. Il s'était déjà bien trop abaissé au niveau du divin imposteur, lui qui était déjà au ras des pâquerettes.

L'exilé adressa un regard lourd de sens à son ennemi juré d'un soir, avant de sortir du troquet avec fracas, ouvrant les portes sur son passage en les balayant de ses larges pattes.

Le courant d'air frais qui lui fouetta le visage, l'accueillant à l'extérieur de la scène où il s'était illustré par sa maladresse, lui fit l'effet d'une douche froide. Le doute pointait le bout de son nez. Avait-il vraiment été assez bête pour marcher dans le jeu du court-sur-pattes ? Son égo l'avait-il ainsi trahi, profitant de son ivresse ? Intérieurement, il réitérait son serment sempiternel de ne plus jamais toucher à la moindre goutte de liqueur... qu'il ne tiendrait jamais, en dépit de toute sa bonne volonté sur l'instant.

En attendant l'arrivée de son adversaire et du public, l'ascète adopta sa posture de prière habituelle, paumes jointes sous le menton et yeux fermés. Dans un murmure emporté par le sifflement de la bise mordante d'une soirée d'automne décidément mal engagée, il adressa son hommage à la lumière qu'il avait pourtant reniée quelques minutes plus tôt.


Le soulagement qu'il ressentit en reconnaissant la chaleur familière de la bénédiction des cardinaux en son sein était incommensurable. Ils ne lui avaient pas tenu rigueur de ses propos honteux, avaient compris son désarroi et lui avaient pardonné d'avoir douté. Pour Kamui, cela tenait du miracle.

Cette détermination renouvelée, couplée à la colère qui l'animait, promettait un lourd châtiment à la boulette de viande animée qui l'avait ainsi dérouté. Il se l'était juré, le moine administrerait une correction mémorable à ce petit importun, pour qu'il ne s'adonne plus jamais à pareille tromperie.



Résumé — T1:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12748-de-bois-et-de-fer-wara-kamui-100#112202 https://www.ascentofshinobi.com/t12751-contes-d-un-jeune-heritier-carnet-de-wara-kamui#112212
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Lun 7 Fév 2022 - 5:39
La foule suivit, pris au jeu dans le lancement des joutes verbales engagées par l’Akimichi. Son futur adversaire ne se fit pas prier et se prêta aussi au petit numéro. Se montrant plus que convainquant, il enflamma de ce fait la populace représentée par les cas sociétaux les plus courants que pouvaient connaître un empire.

Les ryos commencèrent rapidement à s’échanger de main en main. L’alcool coulait encore plus à flot et tout le monde commençait à se rassembler autour de cet évènement qui aiguillerait leur misérable vie. Rien ici n’était légal. Ce combat, les paris, le rassemblement en pleine rue. Mais les non honnêtes citoyens s’en fichaient au plus haut point. Ils voulaient juste avoir quelque chose à raconter, quelque chose qui pouvait les transcender un instant leur permettant de voyager hors de leur triste réalité. De l’alcool, de l’argent et du sang, voilà ce qu’ils souhaitaient.

Du sang ? Le brun enivré en réclamait, et pas n’importe quel sang, celui de Chi. Il hoqueta un instant, alors que celui qui avait accepté son défi lui tournait le dos pour rejoindre leur terrain de jeu. Il l’avait compris hein, que c’était un jeu ? Il avait bien peur de comprendre que la situation échappait à son contrôle. Mais non, son camarade était sans doute un très bon acteur. Il aurait pu fuir pour être certain de ne pas finir blessé mais trop de femmes le regardaient. Même si la plupart n’étaient que des laiderons depuis qu’il ne voyait plus cette fameuse serveuse elles auraient au moins la prétention de dépanner une nuit chaleureuse.

Mais il constata que les regards de ses fougueuses et affamées étaient surtout posées sur son adversaire. Grand, brun, mystérieux et ayant une belle descente de bouteille. Comment n’auraient-elles pas pu espérer se faire déflorer par lui. Bien que vu leur état aucune ne devait encore avoir une virginité récente des deux dernières décennies.

Mais s’il n’y avait que les femmes, les hommes aussi n’avaient d’yeux que pour le ténébreux. Quasiment personne ne pariait sur Chi. Seulement quelques ivrognes en fin de vie osaient tenter en pensant que c’était le jackpot assuré en misant peu d’argent. Il était déjà au moins à quinze contre un de ce qu’il entendait.

Alors l’Akimichi aussi se prêta de nouveau au jeu, surenchérissant sur les provocations de son adversaire.
« Vu ton état tu ne mériterais qu’un combat de fond de cave face à un chien errant. Et encore, pas sûr que tu aies tes chances ! »
Il réalisa un énorme clin d’œil non maîtrisé lui déformant le visage, lui donnant l’air encore plus ridicule qu’à l’accoutumée. Il comprenait que tout ça n’était qu’un spectacle ? Car il y allait fort sur les insultes physiques. Toujours et encore son physique… Sans doute ce pourquoi personne ne misait sur lui, mais il allait leur montrer.
« Tu as raison, fais tes prières ! Mais aucun dieu des orteils ne viendra à ton secours en ce jour funeste marquant ta fin de carrière. »
Le soldat priait. Action déroutante avant de commencer un simple combat d’exhibition mais peut-être essayait-il de surjouer. Son jeu d’acteur était mauvais. Mais au moins cela permit à l’Akimichi de lâcher cette punchline digne d’une grande scène de théâtre.

Mais puisse qu’il se refusât à agir et mettait son sort entre les mains de son dieu fétichiste, Chi se mit en action. Il se mit à courir pour se rapprocher du saligaud. Charger ? Non, courir. Et pas très vite, on était loin du record de vitesse des manieurs de foudre. Le court sur pattes avait du mal à aligner deux pas correctement et manqua de tomber à deux reprises en s’approchant. Déjà essoufflé, il chuta lourdement sur le sol aux pieds de son adversaire mais si le tout semblait bien maladroit ça restait, plus ou moins, maîtrisé.

Se relevant après une roulade tout sauf gracieuse l’Akimichi se trouvait normalement à portée de frappe de celui qui allait regretter ses mots. Il parlait de sa graisse ? Il allait la gouter.
« Claque d’Obélix !!! »
Oui, il était de ces idiots qui criaient leur technique avant de les envoyer. Sa main se boursoufla un peu plus et partit en direction de la joue gauche de sa cible dans un mouvement ample et téléphonée.
« Dis bonjour à tes dieux de ma part ! »
Il en était certain, de cette claque son adversaire ne pourrait se relever, il sortirait vainqueur de ce spectacle en un coup.

Résumé du tour:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Wara Kamui
Wara Kamui

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Mer 9 Fév 2022 - 11:32
Les insultes proférées par le petit amas adipeux finirent d'achever les quelques réticences encore enfouies du moine. Le grassouillet était conscient de ses actes, insistait même. Ces injures eurent un effet quasi-libérateur sur Kamui qui sentait s'envoler le peu de pitié qu'il lui restait. Au moins, il n'allait pas infliger de rouste à un type aussi éméché que lui, qui ne savait guère ce qu'il faisait.

Une nouvelle certitude que le balourd ne tarda pas à, elle aussi, ébranler. Sa course ridicule trancha avec l'hubris de ses paroles. Rendue aussi hasardeuse qu'hypnotique par le ballotement de ses bourrelets, la charge du petit soldat l'amena même à se vautrer misérablement dans la poussière de la large avenue qu'il foulait. Les rires ne manquèrent pas de fuser, de part et d'autre du petit encart de terre virtuellement alloué au combat où se tenaient les spectateurs.

Qu'est-ce qu'il branle ? s'affola silencieusement Kamui. Il ne savait guère où se situer. Devait-il se moquer ? Enrager ? Lui accorder sa clémence et faire preuve de maturité ?

C'était sans compter sur la lourde claquasse qui lui secoua les neurones. Le rouleau de printemps humanoïde s'était relevé de sa malheureuse roulade, et avait réussi à mystiquement toucher la tête de Kamui. Et pas qu'un peu : la baffe lui avait donné l'impression d'avoir été touché sur toute la face gauche de son crâne, alors que l'hurluberlu était pourvu de toutes petites mains potelées.

Au moment de l'impact, elle lui avait semblé démesurément grande. Ce grossissement mystérieux, sa confusion et sa fatigue couplés l'avaient empêché de réagir proprement à l'assaut. Les cris redoublaient d'intensité. Cette fois, l'hilarité laissait place à l'indignation : ils avaient parié sur le colosse, et le voilà qui se prenait une lourde tarte sans réagir ?

Kamui tituba quelques instants sous le choc. Son regard hagard voguait, cherchant à comprendre ce qu'il venait de se passer. L'ébriété l'avait fait halluciner ; voilà ce qu'il conclut de cette attaque surprise. La main du bonhomme, bien que robuste, lui avait semblé démesurée en s'approchant de la périphérie de son champ de vision. Je suis si bourré que ça ? s'était alors demandé le moine.

S'il l'avait été, c'était toutefois un peu moins le cas. Ses yeux perçants s'étaient brusquement plantés dans ceux de son adversaire, brillant d'une lucidité renouvelée. Il lui avait remis les idées en place, avec son coup. Plus question de le sous-estimer gratuitement. Kamui soupira brusquement, et comme s'il avait expiré la douleur lancinante qui enserrait son crâne, se redressa comme s'il n'avait jamais été sonné.


« Belle patte, avoua l'exilé. Tu veux tâter la mienne ? »

Lentement, Kamui éleva le bras, sans même chercher à dissimuler ses intentions. Le chakra refluait tout autour de son corps, rageur et visible à l'oeil nu pour les civils eux-mêmes. L'aura dorée, d'abord canalisée, s'était mise à s'agiter comme le ferait un véritable feu de joie autour des contours de la silhouette du moine. Auréolé de son éclat divin, il soutenait le regard de son adversaire. Ses pupilles, inondées par la Lumière Cardinale, exprimaient toute la ferveur qui habitait son âme à l'aube de l'assaut qu'il destinait au mécréant.


Ses doigts déployés, sa paume dévoilée au nabot, il prenait tout son temps. Autour de sa main ouverte et dressée, prête à s'abattre, le chakra s'amassait sans discontinuer. L'impact qui allait suivre serait mémorable, et Kamui mettait son opposant au défi de l'encaisser comme lui l'avait fait.

Le combat s'était transformé en concours de baffes.

Et celle du moine s'abattit violemment, avec une technique remarquable. La patte fendit les airs en laissant dans son sillage le halo luminescent du chakra qui tentait tant bien que mal de suivre le mouvement. Une véritable comète d'énergie promettait de s'abattre sur la grosse joue de Chi, pour encore plus la boursoufler.



Résumé — T2:


_________________
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12748-de-bois-et-de-fer-wara-kamui-100#112202 https://www.ascentofshinobi.com/t12751-contes-d-un-jeune-heritier-carnet-de-wara-kamui#112212
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Dim 13 Fév 2022 - 14:39
Il avait réussi. Son coup avait fait mouche. Sous le son de cette baffe monumentale les moqueries cessèrent. Des hoquets de surprises retentirent alors que d’autres n’avaient pu que rester bouche bée. Celui duquel on n’attendait rien, qui venait tout juste de se vautrer, avait donné correction à un adversaire l’ayant sans doute un peu trop sous-estimé.

Le brouhaha ambiant de la foule ne se fit pas prier pour reprendre de plus belle. Les mains s’étaient plongées dans les poches pour en sortir les quelques billets restants. Tout le monde se jetait sur les bookmakers comme des bêtes assoiffées de sang. Tout le monde voulait maintenant parier sur Chi. Mais alors qu’eux avaient les yeux rivés sur ceux qui pourraient les rendre riche, ces derniers avaient les leurs bloqués sur leur compte, afin de revoir la côte de l’Akimichi à la hausse pour ne pas finir sur la paille.

Ils auraient mieux fait que de se concentrer sur le combat, qui était loin d’être fini. Surtout concernant le moine.

Ce dernier, prit d’une nouvelle lucidité éveillée par son ennemi, s’était déjà remis sur pieds. Il avait certes quelque peu titubé, mais il n’avait pas touché le sol. Et il s’exprimait, normalement, sans aucune peine. Un compliment de sa part, pas assez pour rassurer le petit soldat qui voulait mettre fin à ce spectacle.
« Tu es un redoutable adversaire… Le fétichiste. »
Il disait cela comme s’il était en train de participer à un duel au sommet et que son adversaire venait de résister à la plus puissante des attaques que le continent ait connues. C’était loin d’être le cas. Sa baffe, bien que surprenante par la taille de sa main, aurait pu mettre KO un enfant tout au plus. Chi manquait de force, affligeant pour quelqu’un de son clan n’est-ce pas.

Mais il devait garder la tête haute et continuer le spectacle. L’ivrogne avait raison d’envoyer une attaque à son tour. Si le combat s’était fini en un coup alors cela se serait vu que c’était du théâtre. Il fallait que la scène semble le plus réaliste possible. Il se mit même à briller d’une teinte mystique. Il avait le sens du spectacle, il fallait l’avouer.
« Ooooooooh. »
Chi était émerveillé devant la beauté d’une aura visible à l’œil nue. Et la baffe qui arrivait, elle semblait de même puissance. Chi n’avait donc aucune raison de s’inquiéter, son compagnon semblait également jouer le jeu.
« D’accord, approche !! »
Il comptait donc tâter de sa baffe, un tour chacun. Mais il ne voulait pas l’encaisser sans rien faire, il fallait que le combat ressemble à quelque chose après tout. Et surtout, il fallait qu’il prenne l’ascendant petit à petit, que le tout semble naturel. Chi sourit devant tant de génies. Un partage entre ces deux hommes avait lieu. Et ils arrivaient à s’accorder sans ne dire mot, c’était beau.
« Yooooooooooosh. »
Il exclama son engouement au combat en levant son bras gauche pour venir simplement stopper le coup de son adversaire. S’il avait su…

L’impact retentit et la foule fut de nouveau subjugué. Les parieurs stoppant leur geste pour donner leur liasse et les bookmakers faisant tomber leurs crayons. Tout venait de basculer, une nouvelle fois. Dans un cri strident de douleur le petit gros se vu envoyé valdinguer dans le décor. Ou plutôt : dans la foule. Les plus connaisseurs avaient pu l’entendre. Kamui avait pu le sentir. Un os avait été brisé.
Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi 7f2i
« Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh. »
L’Akimichi criait à la mort, d’une douleur qu’il n’avait jamais connue ni même jamais osé imaginer.

Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip.


C’était le bruit qui retentissait dans son oreille. Car sa parade, loin d’être suffisante, n’avait pas préservé tout son visage du coup de son adversaire.
« Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ? »
A chaude larmes, l’Akilichi se ridiculisait plus que jamais. Il avait mal, il ne comprenait même pas encore d’où venait sa douleur tellement qu’elle irradiait de tout un côté de con corps. Mais très vite il se tint le bras douloureux, instinctivement. Il put le sentir, quelque chose clochait. Et lorsqu’on osait poser un regard…
« Mon braaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas !!!!!!!!!!!! »
Son avant-bras plus précisément. Il était plié d’une telle façon que l’esprit avait du mal à l’assimiler en regardant. On aurait dit que le soldat avait une nouvelle articulation un troisième coude.
« Il m’a pété le bras !!!!!!!!!!!!! »
Un constat que tout le monde avait fait. Certains étaient dégoutés, d’autres avaient mal pour lui, par empathie. Mais comme la plupart étaient ivres…

« Regardez-le cet abrutit ! »
« Il l’a bien mérité !! »
« Quel pleurnichard ! »
« C’est vraiment ça nos soldats ? »
« Il fait pitié quand même… »
« Il m’a fait perdre tout mon argent ce gros porc !! »


Tous ces gens… Ils se moquaient de lui…. Comme toujours…
Mais lui. Ce soldat. Ce frère d’arme. Ce compagnon. Pourquoi l’avait-il frappé aussi fort et avec tant de fourberie ? Pourquoi, alors qu’ils n’étaient là que pour faire semblant non ?
Il hésita, à frapper ces parleurs. A leur faire fermer leur clapet. Mais le fautif, c’était lui ? Ce brun ténébreux qui faisait mouiller les femmes, qu’avait-il de plus que lui ? Rien. Si Chi avait tout donné dès le départ alors ce serait lui qui serait au sol en train de pleurer à sa place. Pleurer ? Il toucha ses joues. Des larmes ? Quelle honte, une fois de plus.

Il allait payer.

Dans un élan de rage et sans doute d’inconscience Chi plongea sa seule main valide dans sa pochette d’équipement. Il en sortit deux choses. La première était cachée dans sa main, Kamui ne pouvait en distinguer la nature. La deuxième était une sorte de boulette, que l’Akimichi s’empressa de gober.

Instantanément, Kamui pouvait comprendre que quelque chose en Chi avait changé. Quelque chose de similaire à ce qu’il venait de faire pour augmenter sa force. Cette fois pas de préavis. L’Akimichi riposta.

Il se releva tant bien que mal et de son seul bras valide il balaya d’un demi-cercle autour de lui pour venir donner une nouvelle tarte à son adversaire. Mais cette fois ce fut son bras tout entier qui s’agrandit le temps d’un instant. Le poing fermé, ce dernier s’ouvrit au tout dernier moment révélant la présence d’un parchemin explosif au creux de sa main.
Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Rhsq
« Meurs !!! »
Un coup aussi puissant que dangereux. Le coup, l’explosion. Un tandem pouvant faire flancher le plus résistant des hommes. Ce dernier devait accueillir cette attaque, il devait y résister. Car derrière… Il y avait la foule de civils.

Résumé du tour:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378
Akimichi Chi
Akimichi Chi

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi Empty
Lun 11 Avr 2022 - 18:53
La surprise du moine ivre ? Un temp de réaction réduit par sa consommation ? Ou un boost donné par la fureur de l’Akimichi ? Personne n’aurait pu dire pourquoi ni comment mais la tentative de Chi porta ses fruits. Même un peu trop.

En effet, son adversaire n’eut le temps, ou l’envie qui aurait pu le dire, de rien faire. Il prit la baffe de l’Akimichi de plein fouet. Le coup emporta son corps tout entier. La main du soldat faisait maintenant la taille de son adversaire alors il souleva son corps du sol comme si de rien était. L’explosion du parchemin eut fini de le propulser… Dans la foule. Si son corps permit d’absorber la majeure partie de l’explosion il n’empêchait qu’un corps inerte lancé à cette vitesse n’était pas anodin.

Une partie de la foule se mit à crier, des gens étaient au sol. Le soldat ivre aussi était inerte sur quelques autres corps assommés bien que la plupart pouvaient bouger.
« Mais il est fou ! »
« Les pauvres gens ! »
« Il est mort ?! »

Oui, il était fou. Fou de rage car la douleur lui avait complètement retourné le cerveau. Jamais il n’avait eu aussi mal. Pourquoi l’avait-il frappé aussi fort ? C’était qu’une mise en scène après tout. Voilà le résultat, était-il content ? Était-il mort ? Chi s’en fichait, il l’avait bien mérité. Mais alors que le corps inconscient était au sol, ce fut le mouvement de foule qui se mit à menacer l’Akimichi.

Plus la peine de se concentrer sur lui ou même sur cette histoire de pari. Tout avait basculé quand Chi s’en était malencontreusement prit à des personnes de la foule. Si plusieurs avaient fuis la majeure partie était resté, eux aussi alcoolisés ils ne comptaient pas laisser Chi s’en sortir ainsi. D’autant plus que la plupart d’entre eux avaient pariés sur celui qui avait perdu. Rester sans rien faire aurait voulu dire perdre son argent.

Chi était à peine conscient. Les effets de la pilule s’estompaient déjà, un regard avisé aurait pu voir ses joues se creuser. Il sentait de plus en plus la douleur vive de ses os brisés. Il n’entendait plus que son cœur mais se dernier semblait battre dans son bras et s’étendre tel un séisme autour de son épicentre dans tout son corps. La foule voulait s’en prendre à lui, il ne pouvait se laisser faire. Mais il avait un bras cassé et une main très abîmée par sa propre explosion. Il n’avait pas le choix, il pouvait envoyer son seul bras valide de façon rotative autour de lui au moins pour éloigner ceux qui voulaient lui faire la peau.

C’était une question de survie. Un coup. Deux coups. Trois coups. Il réussit à empêche qu’on l’approche mais ça ne dura pas éternellement. Il était épuisé et la douleur devenait insoutenable. Si bien qu’il tomba dans les pommes. Son corps fut donc le deuxième inerte dans la terre de cette arène improvisée sauf que la foule fonçait dessus pour le piétiner volontairement.

Était-ce vraiment comme ça qu’il allait mourir ? Comme un misérable détritus sur lequel on s’essuyait les pieds ? Cela aurait pu être sa destinée mais il en fut destiné autrement. Hasard ou alerte donné par un citoyen modèle, peu importait, ils n’étaient plus seuls.
« Unité territoriale, qu’est-ce qu’il se passe ici !!! »
L’homme qui arborait des grades de lieutenants cria si fort qu’il pu couvrir le vacarme de la situation ubuesque. A l’appel de l’unité qui intervenait la situation bascula une nouvelle fois. La foule oublia immédiatement le gros soldat pour se concentrer sur leur fuite.

En effet que ce soit le combat illégal, les jeux d’argent ou encore le fait de s’en prendre à un soldat. Tout ici pourrait leur être reproché. Et fort logiquement la plupart des gens qui fréquentaient ce genre d’endroit n’avaient ni l’envie ni même l’argent de se confronter à leurs actes.

Très vite il ne resta sur les lieux que les deux combattants qui étaient hors-service. Quelques blessés et d’honnêtes citoyens qui n’avaient rien à se reprocher. Des témoins, il y en avait sans doute une palanqué, sans doute bien assez pour que Chi ait de gros ennuis. Mais il ne pouvait s’en soucier car à ce moment il n’était pas en état de faire quoique ce soit.

Concernant le fameux bookmaker… Il était déjà loin, et avec tout l’argent.
Résumé du tour:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12697-akimichi-chi-fini#111597 https://www.ascentofshinobi.com/t12884-akimichi-chi https://www.ascentofshinobi.com/u1378

Divination par le yuzu — ft. Akimichi Chi

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Akimichi Chi
» Un chat dans la tête. [PV Akimichi Chi]
» Des Akimichi à Urahi
» L'ascèse. || → Akimichi Chôkuro.
» Dossier d'Akimichi Katsuo

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: