Soutenez le forum !
1234
Partagez

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto]

Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Mer 5 Jan 2022 - 11:27
Ordre de mission:

Creusée à même la montagne, symbole d'une architecture unique et d'une puissante florissante, mais également témoignage de la folie des Hommes, sortait de la roche elle-même l'Assemblée Calcinée. Celle-là même qui due subir la dévastation de Rei lors de la prise de Kumo par l'Empire du Feu, ce Rei obéissant désormais comme un chien bien éduqué aux ordres de l'Homme au Chapeau. Tenant son ordre de mission dans les mains, Akio gardait la tête levée vers l'édifice, qui dernièrement avait accueilli les envies belliqueuses de Joben, le fameux prisonnier Nara. Autour de lui allait et venait une multitude d'ouvriers, qui acheminaient des matériaux, de la charpente, des échafaudages. Le chantier promettait d'être dantesque, sous le regard amusé de certains habitants curieux de voir les forces vives à l'ouvrage pour rendre de sa splendeur au bâtiment iconique du village des Nuages.

Une fois de plus, Akio dirigerait l'équipe, composé de @Zaiki Minako , désormais bien connu du Chûnin et digne d'une confiance aveugle, et d'un nouveau, au nom qui ne lui évoquait aucun souvenir marquant, @Tokuto. Le rendez-vous était donné face au monument en cendre, le trajet commun n'aurait servi qu'à distiller des banalités et à faire perdre du temps à chacun. Le danger n'était pas présent pour cette mission où seuls les neurones et les muscles allaient être mis à rude épreuve.

Rangeant le document dans sa poche, le Chûnin passa ses mains dans ses cheveux avant de venir maintenir sa nuque, laissant son regard parcourir de bas en haut la structure, comme pour tenter d'en percer les mystères. Minako serait très utile pour le trio car elle avait fait parti de l'équipe ayant analysé en profondeur l'état de l'Assemblée. Est-ce que tous ceux travaillant sur ce projet mesuraient l'importance de leurs actes futurs ? Le garçon, perdu dans ses pensées, fut rattrapé par la réalité lorsqu'on vint lui poser une main vigoureuse sur l'épaule. Se retournant, il accueillit les salutations avec un grand sourire : Un groupe de charpentiers qu'il avait aidé lors d'une précédente mission menée avec Akagi l'avait reconnu et était venu le saluer et le féliciter pour sa montée en grade. Il les remercia d'une franche accolade à chacun avant de les laisser reprendre leur route vers le bâtiment.

Akio lança un regard vague sur les mouvements autour de lui, essayant de détecter ses coéquipiers. Il n'en voyait pour le moment aucun. Aussi il se décida à son tour à arpenter le sentier jusqu'à parvenir à une tente où étaient affichés des plans architecturaux en tout genre : des fondations du bâtiment aux projets de modernisation en passant par l'emplacement des poutrelles, tout était indiqué. Sur la table au centre, le rapport de l'équipe de Minako concernant la structure en elle-même. Posant ses mains à plat sur les côtés du document, Akio se pencha en détails sur son cas, cherchant les informations primordiales. Il y plaça également l'ordre de mission actuel, afin de garder les objectifs en tête. Dehors la centaine d'ouvrier commençait déjà à s'afférer. Dans cette histoire les shinobis n'étaient pas seuls et des maitres d'œuvres servaient d'intermédiaire pour tous les corps de métiers.

Rapport de la mission d'analyse:

Allant observer ce qu'il se passait à l'extérieur, comme pour s'imprégner toujours plus de l'atmosphère du travail qui régnait, son regard s'arrêta sur une silhouette bien connue, puis une autre qu'il observait pour la première fois. Il leva la main amicalement pour signaler sa présence avant d'appeler d'une voix calme et posé, sourire dessiné sur son visage :

- Minako, Tokuto, bienvenue sur le chantier que tout Kumo attendait !

Et il pesait ses mots. Le village, tous les matins, ne voyait dans ce lieu qu'une preuve de sa faiblesse passée. Il était temps de le balayer et de repartir d'une base solide, comme la génération actuelle l'était.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Tokuto
Tokuto

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Sam 8 Jan 2022 - 4:55


Reconstruire un symbole
シンボルを再構築する







Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Ysr3


▬ Oh… Hisse ! Oh… Hiss ! Oh… Hiss ! On n’est pas loin les gars. Tiens bon petit… On y est presque. Mais t’es pas censé être un Shinobi, toi ?


Songes sucrés à l’écorce qui semblait si vague. Si lointaine. Et y songer. Donner tout ce qu’il fallait. Se décharger de tout bien pour y avoir droit. Fouler du pied l’asphalte familier. Qu’importe s’il s’agissait de celui où s’était brisée pour la première fois cette vie. La mienne. Qu’importe s’il s’agissait alors de la deuxième fois. Une énième encore. Qu’importe. Uniquement la fouler. Humer l’humus poussiéreux. Le choyer de ces longs doigts filandreux. Pour ne plus jamais s’en éloigner. Ne plus jamais briser cet engagement, dorénavant.

Car n’y avais-je tout simplement pas la possibilité de m’y adapter. À toutes ces remous. De ceux qui nouent l’estomac. Le tressaille et le déchire en tout sang. Comme des coups de poing dans le bas ventre. Comme un million d’entre eux. Pour tarir toutes possibilités. Capable d’abrutir le plus fort des hommes. Calmant à cheval. C’était ce qu’était d’avancer, silencieusement, dans ce déluge placide. Autour, pas d’âme qui vive. Si ce n’était cette poignée de charpie qui s’échinait à conditionner le chalutier ; essayer du moins.

Battre contre l’azur. À même l’azurée. Le forcer à prendre trajectoire droite, la pirogue. À coup d’huile de coude et de volonté. La volonté de tout un chacun. Quelques gros bras. D’autres, beaucoup moins bien lotis. Et ce poids mort qu’il charroyait. Censé au départ être le fer de lance. De ceux qui se hissaient. Qui prônaient sur piédestal. Alors comment ces braves aguerris auraient-ils pu l’imager ? Que n’avais-je encore jamais pris la mer, jusqu’à présent. Fallait-il un temps d’adaptation, sans doute. Pour pouvoir s’y faire.

Qui avait imagé ce concept, même ? Se déplacer à même l’insolite ? Le perméable. Il n’y avait aucun monde où la chaire pouvait l’accepter. Du moins, du premier coup. Alors s’affaler. Attendre. En expulser son déjeuner déjà régurgité de temps à autre. Puis y retourner. Dans les couffins de Morphée. Tissu d’un blanc cassé qu’il avait étalé sur la charpie qui leur servait de marchandise. Eviter les effluves. Eviter le dégoût et sans doute la contagion par effet visuel. Ne cessaient-ils de le prêcher : On n’y est presque. Comme un long râle sans fin.

Alors y croire. L’espérer. Pour le bien de l’objectif. Pour la pérennité de ma chair. Avant tout missionné par ces instances. Pour accompagner ces travailleurs manuels. De ceux qui agitaient clous et marteaux. Qui concevaient. Erigeaient hors de terre. Et l’ériger à nouveau, celui-ci. Reconstruire un symbole. L’Assemblée Calcinée et les horreurs qu’elle avait subis quand avais-je encore les yeux fermés. Sans doute incapable de le dire pleine gorge, mais sans en penser moins. S’en vouloir. De n’avoir pu rien faire. D’avoir, depuis toutes ces années, décidé d’omettre.

Préférer vaquer. Vagabonder. Sans essayer d’apprendre. S’endurcir. S’enrichir. Alors tout faire pour le combler. Cette absence de retour. Pour tout ce qu’ils avaient fait. Le leur rendre au centuple. Encore plus que ça. La missive dans la poche droite. Ainsi, raison pour laquelle me tenait-elle tant à cœur, cette besogne. Comme un symbole. Y participer. À l’ériger à nouveau. La fierté des Nuages. Qu’ils puissent tous l’entendre et le signifier. Que plus jamais encore ne sonnerait ces cloches à travers nos contrées. Celle de l’ataraxie. Celle de la pusillanimité. Plus jamais encore.



▬ Bon. On est arrivé... Mmmh... Vas-y, prends ton temps hein. Nous, on y va. Tu m'entends, au moins... ?



Plus jamais encore également, naviguer. Alors même que s’était entrechoqué le couralin avec un autre corps. Sans doute la terre ferme. Sans y penser. Sans parvenir à le faire. Uniquement essayer d’encaisser cette dernière brisure dans ce dernier mouvement. Choc qui remua toutes les tripes de ma charogne. Impensable de me ranimer encore. Pas encore. Quelques instants. Le temps de tous les voir quitter le batelet et sa position. Se faisaient-ils attendre, après tout.

N’avoir besoin que de quelques minutes. Pas plus. Quelques minutes. Dix. Quinze… Non… Peut-être, vingt. Pour considérer ce changement d’état. Pour embrasser comme il n’était pas permis l’humus chaleureux. Quelques minutes. Une bonne vingtaine. Le temps que j’avais mis à m’en relever. Considérer l’avoir trancher d’un Iai. L’antagonisme de l’océan. Puis d’autres minutes. Une poignée. Pour en sortir. De la carriole. Regagner l’indubitablement solide. Genoux et paumes au sol. Y éructer les derniers restes d’un estomac en compote.

Une énième poignée. Pour lever enfin la trombine. Dévisager les alentours. Prendre mes marques. Considérer les hauteurs. La verdure. L’azur. Ces rayons. Leurs positions. Alors une dernière poignée. La dernière. Pour s’en remettre. Se tenir droit. Considérer les alentours et y cibler ceux qui empestaient comme ma personne. Humer ce qu’ils dégageaient. Le Ninja de cette fourmilière de bâtisseurs. L’avaient-ils mentionné dans ce bout de papier. Que nous serions dénombrés à trois pour cette besogne. Pas difficile de le remarquer, lui, un peu plus loin. Cette crinière incolore. Cet accoutrement. Qui dénotait de l’ambiance.

Alors s’en approcher fièrement. Comme s’il n’y avait rien. Comme-ci cet épisode n’avait jamais eu lieu. Ce rejet. Ces longs râles. Ces ballonnements. Car il n’y avait rien de plus important que l’apparence. L’avais-je appris à mes nombreux dépends. Alors, il fallait montrer. Allait-il sans le vouloir devenir la vedette du plus grand théâtre Kabuki qui lui avait été donné de voir jusqu’à maintenant. N’aurait-il jamais vu plus grand comédien, jusqu’à maintenant.







Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Sdf6


▬ Hey ! Hey ! ♫ Comment on appelle une grenouille qui explose ? ♫ Un cra..PAAAAAAWW ♫ Yeah !


Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Wl5c


▬ N. I. C. E. T. O. M. E. E. T. Y. O. U. B. R. O. ♫ Nice 2 Meet You. ♫ Ravi de te rencontrer. Je me présente…



La carcasse qui s’était animé comme par magie. Qui avait oublié toutes ces réminiscences d’un état plus que douteux, il y a quelques minutes de cela. Pour exploser littéralement. Aller à la rencontre de ce qui semblait être le chef de meute. Le loup en tête. Et lui conter une des plus belles symphonies. Celle d’un esprit foudroyant. Qui allait foudroyer ce champ en ruine. Pour y ériger ce en quoi il croyait. Happer ses deux mains pour ce fameux high five. Se dégager alors de sa position, pointant de ma plus belle stature.


Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Yidc


▬ Moi c’est Tokuto. Tokutoku Tokuto. Je suis là depuis un moment déjà, Yeah ! Avec ces gars, on regardait un peu le chantier. On mesurait, tout ça, comme de fiers artisans ! ♫ Maintenant que t’es là, it’s perfect ! On commence par quoi ? ♫ *gargouillement*



Effrayante sonorité. Essayer de le masquer. Sans véritable succès. L’avaient-ils tous entendus, sans doute. Ce gargouillement qui avait vrombit. L’estomac qui n’était pas encore totalement prêt à suivre la cadence. Guiboles tremblotantes. Et pourtant, garder la pause. La considérer le plus longtemps possible. Car malgré ce rejet inné. Pour tout ce qu’ils étaient. Pour ce qu’ils représentaient. Pour tout ce qu’il représentait, lui. Mon géniteur. En garder quelques bribes. Quelques brisures, par-ci, par-là. De ce qu’était un Samourai. De ce qu’était le Bushido.

Alors impossible de l’admettre. Impossible de le montrer. La honte d’avoir été battu. Même par ce qu’était l’immensité de l’océan…
Ordre de Mission:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12745-un-samurai-qui-sentait-le-tournesol https://www.ascentofshinobi.com/t12786-tokutoku-tokuto-dossier-shinobi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Sam 8 Jan 2022 - 15:09
Minako a écrit:
Mon chéri,

suite à la mission d'exploration que j'ai effectué dans l'assemblée calcinée auprès du jeune Hatoma, avant le retour du Cardinal, je suis conviée à aider les équipes du chantier à la réparation de ces lieux ravagés par le conflit entre Teikoku et Kumo. En tant que minarai du kyuubu, je dois veiller à ce que tout se déroule sans accroc. Je serai auprès de notre ami, Akio, si ça peut te rassurer.

Bientôt, Kumo renaîtra de ses cendres, tel l'oiseau de feu qui a plané au-dessus de l'assemblée ce jour-là. L'oiseau de feu, le phénix, annonçant la renaissance du peuple de la Foudre, mais surtout, la renaissance de notre couple qui ne peut devenir que plus puissant, de notre Art qui ne sera que plus beau…

Une fois les chantiers terminés, nous chanterons pour le peuple, pour les personnes qui ont eu le courage de défendre notre patrie.

Prend soin de ma cousine Kikuri mon chéri, je t'aime.


Après avoir écrit ce petit mot sur la table de la cuisine, Minako se prépare à rejoindre son ami, Akio, ainsi qu'une personne dont le nom ne lui dit absolument rien. Le visage partiellement brûlé par le cardinal de la mort n'est absolument pas caché. La demoiselle s'habille de son qipao de combat blanc immaculé, son pantalon Shaolin gris clair et de ses chaussures blanches aux semelles noires. L'insigne du kyuubu placé sur son bras droit et son bandeau de ninja sur son bras gauche, Minako ne prend pas la peine de prendre ses armes, mettant seulement son rouleau de fil de fer entre ses seins, tout comme son portefeuille, donne un petit bisou sur le front de Maorou, le petit fennec de la maison, puis quitte le dojo du Paon, prenant soin de fermer la porte à clé.

Passant près de l'appartement de son père, en face de l'assemblée, la demoiselle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Son propre père qu'elle admire tant l'a emmené avec elle à Kumo et depuis elle a tant évolué grâce à lui. Même s'il n'est pas le seul facteur de sa réussite bien entendu. Voyant qu'il a l'air déjà parti au travail, Minako passe son chemin.

Dehors, devant l'assemblée, les traces de cendres sont toujours présentes au sol. Minako a toujours cette sensation de souffle coupé en voyant la manière dont les ruines ont été figées par le temps. Mais tout cela se terminera bientôt, car déjà, les équipes de charpentiers sont présentes et les ouvriers discutent entre eux du travail à faire. Certains d'entre eux rient un peu en se disant que la jeune fille a l'air bien trop faible pour les aider en quoi que ce soit, disant même qu'elle devrait rester sur scène, jusqu'à ce qu'ils remarquent son affiliation à la police de Kumo.

Minako put passer en saluant les quelques personnes autour d'elle, et voit au loin Akio se tenir près d'un homme au teint hâlé, coiffé d'une banane, avec des lunettes teintées qui ne laisse aucun indice quant à son regard. Quel dommage pour la jeune apprentie qui aime cerner les personnes via contact visuel. De plus, elle est déçue, car elle est la dernière arrivée sur son lieu de travail. L'œil noir et l'oeil bleu de la demoiselle scrute son entourage avant de venir à la rencontre des deux hommes et pu entendre le talent vocal de l'illustre inconnu, son slam n'est pas trop moche selon elle. Sa voix se pose, comme un marteau frappant un objet, alors qu'elle est arrivée derrière l'homme au teint hâlé. Une salutation assez monotone au vu du fait que la demoiselle fait en sorte de mettre ses émotions de côté au travail.

« Akio, Tokuto, bonjour. J'espère ne pas vous avoir fait trop attendre. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Dim 9 Jan 2022 - 1:04
L'étrange personnage se déplaça jusqu'à celui qui s'était vu confié la mission. Sa coupe de cheveux détonante et cet air détaché, qui étaient complètement inconnus à Akio ne voulait dire qu'une seule chose, le fameux Tokuto. Ce dernier se distingua d'ailleurs par une théâtralité dans chacune de ses paroles, chacun de ses mouvements, allant même jusqu'à forcer un salut très amical en attrapant le bras du Céleste. Quelle fut la réaction du Chûnin ? Il explosa de rire, son sérieux habituel volant en éclat en même temps que la démonstration de décontraction qui touchait à sa fin. Cette fin elle fut commune avec l'arrivée de la troisième pièce du puzzle. Minako. Plus mesurée, plus expérimentée, peut-être aussi et sûrement plus sérieuse, elle salua le duo déjà présent avec retenu.

Reprenant ses esprits, Akio se racla brièvement la gorge, devant les regards interloqués de certains ouvriers qui passaient proche de la tente des maitres d'œuvre. Il enchaina ensuite brièvement sur les objectifs de la mission et les priorités évidentes, mais qu'il préférait rappeler.

- Ravi de partager ce moment avec vous ! La mission promet d'être longue. C'est l'image de Kumo que nous allons reconstruire aujourd'hui. Minako tu vas être une clé importante car tu connais l'état profond de la structure et c'est la première étape : Nous allons étudier au maximum la structure : fondation, charpente. Les experts sont déjà en place, à nous de les soutenir et d'apporter ce que l'on peut.

Il entra dans la tente, suivi de près par ses camarades, afin de leur montrer le concept dessiné par les architectes de Kumo pour la nouvelle assemblée. Une structure moderne, ambitieuse, ouverte avec une place prépondérante pour la nature. Une large façade aux multiples fenêtres reflétant la lumière du soleil sur l'ensemble du village. À l'intérieur, plusieurs espaces, le nouveau bureau du Raikage, et les bureaux administratifs principaux des piliers du village. Un bel amphithéâtre au rez-de-chaussée et une salle de restauration. Un chantier colossal qui s'étendait sur une dizaine d'étages. C'est là qu'Akio plaça son doigt, sur le plan reprenant les murs porteurs.

- Le bâtiment est taillé à même la montagne. Ces murs-ci porteront la charge du bâti. Il faut s'assurer que le sol à ces endroits précis pourra supporter une charge démentielle. Le plus problématique étant celui perpendiculaire à la roche naturelle, car cette dernière on ne la maitrise pas. Et si les fondations comporte une faille infime, c'est tout l'édifice qui s'effondrera.

Ici, il ne s'agissait que la première étape. La seconde serait l'application de la fameuse dalle. Il restait encore à ce sujet à s'entretenir avec les maçons afin de comprendre les besoins pour ce type de travail. C'est pour cela que le Chûnin n'aborda pas ce sujet. Rien que l'étude de la structure actuelle allait prendre plusieurs jours.

Le matériel n'était même pas encore totalement arrivé sur le chantier. Plusieurs semaines s'annonçaient, voire plusieurs mois, et les embûches allaient être nombreuses. Si il fallait compter sur les impondérables dus aux problèmes de structures, il ne fallait pas oublier les ressources humaines ou bien encore les intempéries... La protection du chantier devait être une de leurs priorités. À ce titre la mise en place de bâches de protection ou encore de larges murs doton entrait dans les pistes de travail. Se redressant et regardant un à un ses coéquipiers, Akio lança les grandes manœuvres.

- Bien si tout est bon pour vous, je vous laisse rejoindre tranquillement les différentes équipes d'investigations au rez-de-chaussée de l'Assemblée, elles vous attendent. Je vous rejoins plus tard, je dois m'entretenir avec l'équipe en charge de la maçonnerie des gros-œuvres.

Souriant comme à l'accoutumée, son attitude radieuse et décontractée, grâce aussi à la lecture du comportement de Tokuto, laissait transparaitre une confiance en chacun très importante.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Tokuto
Tokuto

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Lun 10 Jan 2022 - 15:16


Reconstruire un symbole
シンボルを再構築する







▬ T’es… T’es… T’es vraiment mon bro, toi… ! ♫ *ému*



Silence pesant. Pressant même. À s’en arracher les ongles. S’échiner le cuire. Jusqu’au sang, jusqu’aux os. Si pensant, pour ne plus laisser entendre que l’èbe grandissant des pas autour. Qui claquaient ci-contre l’asphalte. Tension environnante. Incommode confort et effroyable condition pour attendre. Me voir attendre. Qui n’avait pas la patience de le faire. Qui ne l’avait plus, depuis des éons déjà. Mais le faire. Et espérer le résultat escompté. Attendre sa réaction à lui. Bonhomme à la coiffe incolore. Sans doute le Chunin en question.

Celui qui avait été mentionné dans ces petits papiers. Celui qui nous superviserait, cette autre présence et moi-même. Ne paraissait-il pas particulièrement grand. Ni particulièrement danse. Encore moins endémique. Peut-être même avenant. Et pourtant, rester griffé à ses dépens. Une réaction de sa part. N’importe laquelle. Pourvu qu’elle soit de l’incompréhension. Empêcher ainsi qu’il ne remarque mon état et cette cuisante défaite face à l’étendue bleue. Il en valait de mon honneur. Du peu restant, à vrai dire.

Et qu’elle ne fut sa réaction. N’y rien comprendre. Adjudant qui s’était mis à s’esclaffer. La gorge déployée. De rire. De bienveillance également. Petite phrase pour embaumée le tout. Phrase encourageante. Discours aux contours professionnels. Et de l’engouement. Surtout de l’engouement. Phase qu’elle avait choisie pour pointer sa truffe également. Cet autre facteur qui rentrait en jeu. Une certaine Minako, avait-il dit. À la cutanée rosace, pâle. À la cutanée également pourvue d’histoire. D’horreur. Sans doute beaucoup d’horreur.

Quelques brûlures par-ci, par-là. Le genre de blessure qui avait beau cicatrisée. Qui, pourtant, laissait ce genre de douleur froide. Qu’elle avait sans doute subie en exerçant notre vocation. Celle de Shinobi. Qu’avais-je emprunté par hasard. Le revendiquer par choix, maintenant. Pour Kumogakure et par Kumogakure. Leur rendre la pareille. Celle aux prunelles contraires qui s’était annoncée. Qui avait également annoncée notre avancement. Trois protagonistes d’une odyssée qui débuterait. Qui re-débuterait. Car il s’agissait avant tout de redresser. Non de dresser.

Rebâtir. Non, de bâtir. Redonner fierté. Car elle était là depuis des éons, cette confiance. Fierté criante. Parfois même du zèle. S’en targuer et le placarder fièrement. Fierté Kumojine. Celle qu’ils avaient piétinée. Dévorée. Gargantuesque feu de forêt qui n’avait cessé de croître. Grappiller, encore et encore. Disparaître aussi rapidement qu’ils étaient apparus. C’était ce qu’avait été Teikoku. Grand feu abrupt de sens. Qui n’avait cherché qu’à brouir. Laisser en cendre. Alors impératif de montrer à tous que même la cendre pouvait à nouveau être érigée.

Trois têtes d’affiche et une tente. Celle-là même où il divulgua ces prorogatives, cet Akio. La circonférence du bâtiment. Son utilité publique. Sa destination professionnelle. Sa structure. Son environnement. Tant de paramètre à prendre en compte. Considérer. Se les gravir en tête. Pour ne pas commettre la moindre faute. Travail de fourmi avec la minutie d’une fourmi. À présent, étions-nous ces orfèvres aux doigts méticuleux et à la marge d’erreur très faible. Nous n’en avions simplement pas le droit. Pas le luxe, non plus.

Mission d’un échelon inférieur mais qui pourtant, en projetait bien d’autres contours. Prenant bien d’autres aspects. Celle d’une échéance capitale. Qui ne laissait place à aucun mastic. Echéance symbolique. Qu’importe s’il fallait y passer plusieurs jours. Des semaines. Sans doute des mois. Pour la première fois, il n’y aurait aucune contradiction de ma part.



Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] A5l2


▬ Yeah, yeah ♫ J’ai entendu ces gars en parler… Ouais, ça sera pas un chantier qui se finira en une week. Keh… Si on r’garde bien là, on peut déjà couper les steps ♫ et donc les différentes équipes, t’as capté ? Ils parlaient d’foutre les débris dans l’lac donc du Déblayage. D’autres gars qui vont s’charger des structures encore en place. T’as capté, choisir ceux qu’ils vont garder et remplacer les autres… Chan-Minako, c’est ça ? Oué c’est ça ! Mon bro a dit qu’t’avais participé à la première reconnaissance. Ils ont jacté également sur ça. Tu d’vrais genre rejoindre cette section, j’imagine. Mmmh ♫ Qu’est-ce qu’ils avaient dit encore, ces enfoirés… Shit… J’ai un trou… Enfin bref, j’pense qu’on sait à peu près tout d’l’endroit. On est avec les meilleurs enfoirés d’charpentiers et artisans. Alors on va tous les fumer ! Vous allez voir ! *lève le pouce* Kumo n’aura jamais été aussi sexy qu’après ça ♫ !



Et se vouloir rassurant. Se montrer rassurer. Pourtant, sans doute en penser beaucoup moins. Chantier qui n’avait sans doute rien de scabreux. Commission qui ne requérait pas notre vie. Marteler notre charpie. Molester la charogne. Pourtant, qui n’avait rien de commode. Peut-être même le contraire. L’une des plus acerbes. À s’en mordre les doigts. Les ronger jusqu’aux phalanges. Un savoir-faire qui n’était pas le nôtre au départ. Devoir se l’approprier. Jongler entre les responsabilités. Entre ces différents acteurs.

Et se remémorer alors. Quelques bribes. Datée de cette traversée. Un état qui quémandait de l’aide et quelques présences bruyantes. Qui ne cessaient de s’écharper entre eux. L’un d’eux, qui s’était accentué alors…



Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Par0


▬ Je sais pas pour vous mais je n’ai pas hâte, les gars…

▬ T’es… T’es… *vomis* T’es un enfoiré, mec… ♫ Pourquoi t’es v’nu alors ?... C’est… Chantier… Important… *vomis* Kumo… ♫

▬ Non, non, le bleu, tu ne comprends pas. Pas que je n’ai pas hâte du chantier. Evidemment ! Tout Kumo a hâte… Mais des conditions de travail eux-mêmes…

▬ Hein ? T’en… T’entends quoi par là… ♫

▬ Là-bas, les meilleurs artisans de tout le pays seront réunis… Des hommes qui ont travaillé pour le Daimyo lui-même, pardi ! Des gens qui ont construits des choses invraisemblables. Qui ont l’audace de refuser des chantiers à des seigneurs… On raconte qu’ils sont tous tyranniques et difficiles… Tu sais, le bleu, il n’y a pas que les shinobis qui sont qualifiés de « Monstres » ici-bas… Ces types… Comme leurs homonymes et chef de village, on les appelle les Ombres des Chantiers… Ils sont aussi coriaces que n’importe quel Kage dans leur domaine !...



Ces quelques mots qui étaient passés par une oreille. Giclant par l’autre. Sans prendre soin de les considérer, à « l’instant T ». Et pourtant ici, y repenser quelque peu. Sans, peut-être, leur donner l’intérêt qu’ils méritaient. Ces quelques mots. Et ne pas tarder à le regretter. Sortir de cette banne de fortune. Y laisser cet Akio faire ce qu’il semblait faire de mieux. Superviser. Quelques directives prises. Sans doute que notre conjointe au cuire rosace allait s’atteler à finir ce qu’elle avait commencé. Alors chercher ma place. Et la trouver assez rapidement.

De ceux qui m’avaient escorté. Ceux-là même qui commençaient à déblayer les quelques monceaux. Nombreux débris en main. Calcinés. Ravagés. Par le temps ; par les horreurs. Le temps des horreurs de l’Empire du Feu. S’y mettre alors avec entrain. À l’huile de coude. Inéluctablement beaucoup plus dense et robuste que ces hommes « normaux » en somme. La capacité d’en considérer plus, ces débris. En décharger plus, également. À bout de bras. Eux qui souriaient alors. S’étaient-ils sans doute rendu compte qu’un shinobi dans l’équation allait leur faciliter le travail.

Si seulement, il n’y avait eu qu’un shinobi dans l’équation…







▬ Moi j’dis que c’est pas bon.



Et tous autant qu’ils étaient. Leurs échines qui avaient frissonnés. Tous en même temps. Charognes qui s’étaient bloqués. Les muscles qui s’étaient raidis. Le souffle qui s’en était allé. Et haleter. Qu’ils commençaient tous à le faire, sans raison distinct. Juste en l’entendant. Cette voix. Caverneuse. Rocailleuse. Si forte, qu’elle avait voyagé au travers de toute cette partie du chantier. Comme-ci le temps lui-même s’était arrêté, l’espace d’un instant. Et de mon côté. Sans doute que dans un contexte différent… Dans un environnement différent… N’aurais-je rien ressenti.

Et pourtant. À l’image de ces braves. L’échine, la charpie et les muscles qui s’étaient tendus… D’où venait-elle, cette voix ?



▬ Oh… C’est lui… Il s’est enfin montré alors… L’une des légendes…

▬ Hein ?! ♫ C’est qui ? Et comment ça c’est pas bon ?!



La plèbe emmaillée qui s’était éparpillée. Pour laisser pleine vue sur sa stature. Le temps qui semblait s’être arrêté, reprenant de plus belle. Encore une fois, quand il l’avait décidé.



▬ Bah c’est pas bon, moi j’dis.

▬ Mais t’es qui, san-Oji ? ♫ Et pourquoi c’est pas bon ?!



Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] 9xsn


▬ Parce que vous déblayez de droite à gauche. J’ai décidé, moi j’dis.

▬ Kurohanmaa, Nukikage (Ombre des Poutres de Charpenterie)



Tous si stoïques. Devant l’aura qu’il dégageait. L’aura d’un bâtisseur… Ce chantier n’allait finalement pas être si facile à congédier. Le Monde de la Charpenterie nous réservait encore bien des surprises…
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12745-un-samurai-qui-sentait-le-tournesol https://www.ascentofshinobi.com/t12786-tokutoku-tokuto-dossier-shinobi
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Mer 12 Jan 2022 - 15:05
Le bâtiment creusé à même la montagne. Si les fondations comportent ne serait-ce qu’une seule faille, alors tout le reste de la bâtisse tombera et alors le chantier sera retardé. Il leur faut tout d’abord déblayer les débris afin de mieux analyser les bases. Que ce soit les morceaux de murs, de poignées de porte, de morceaux de sièges et de tables, tout doit être nettoyé. Les étendards au tissus abimé, aux couleurs de Kumo, flottant au gré du vent…

« Ouais le balourd, tu fous quoi ? On a besoin de bras pour déblayer le rez-de-chaussée ! »

« JE VOUS EMMERDE BANDE DE CONS ! CES CHANTIERS NE ME RENDRONT PAS MA SŒUR ! »

Cette bribe de conversation, Minako pu l’entendre alors qu’elle rejoint l’une des équipes de chantier. La voix de l’homme qui lui rappelle sans aucun doute de celle de son premier ami de Kumo. Celle de son ex-petit ami. Celui qui lui a fait mal au cœur un moment lorsqu’il lui apprit qu’il ne peut plus continuer au vu de son orientation sexuelle et qu’il ne voulait pas forcer. Les civils en tenue d’ouvriers paraissent épuisés par le comportement de celui qui refuse de prêter main forte.

« Hoy, petite ! Tu le connais ce gars ? Il refuse de nous aider alors qu’il peut facilement soulever des roches. Il lui faudrait un bon coup de pied au cul de la part d’un membre du Kyuubu ! »

Le regard de Minako se pose sur le colosse, torse nu, dos tourné, assis sur un rocher qui trainait par là. « Pas besoin de tant de violence. Lui parler un peu suffira… » dit-elle avant de rejoindre son meilleur ami. Elle lui pose la main sur son épaule et le voit en sanglots. « Inutile que j’aide quoi que ce soit, ils ne me rendront pas Rina. »

« Non, mais si on arrive à reconstruire l’assemblée et à réaliser un mausolée, alors l’âme de ta sœur et celle de nos amis disparus pourront reposer en paix. Soyons fort pour eux. »

Les larmes montent aux yeux de Minako. Ses cris, ses hurlements de désespoir pour vaincre les ennemis de l’époques furent atrocement faibles. Elle s’est promis que plus jamais, elle ne fera preuve de faiblesse, et que sa voix réussira à faire trembler quiconque se mettant au travers de son chemin. Qu’elle saura éliminer quiconque le méritant. « Toi, moi, Ryuku, et tous les autres membres de Shijo Higure n’attendons qu’à renaitre de nos cendres. Notre cher Ken y compris. Regarde plutôt par là. » dit-elle en regardant Akio de son perchoir. « Kentoku Akio, un chuunin de notre âge. Un prodige, utilisateur de porte céleste. Lui-même ne veut que la renaissance de notre patrie, qu’on puisse avancer sans que les erreurs passées ne refasse surface. Avec des gars comme lui nous pouvons réussir. Et ce gars-là, je ne le connais pas mais ça ne l’empêche pas de s’offrir en spectacle s’il connait cette partie de notre Histoire. »

« P’tit cul, franchement… Tu crois vraiment qu’on va réussir ? Et si nos dirigeants font de la merde ? » demande Koyama. Ce à quoi Minako répond tout naturellement « Nous les châtieront comme il se doit, nous aiderons le karma à faire le travail. Car c’est notre devoir, à nous, les enfants du crépuscule. »

L’ami de Minako se lève, et de toute sa hauteur, pose son bras sur la tête de Minako, comme si elle est devenue un accoudoir. « Ah là j’te reconnais ! Bon allez j’te suis, on s’met où pour commencer à déblayer ? »

« Bah, par l’entrée ma nouille, comment veux-tu qu’on passe sinon ? »

C’est ainsi que la jeune minarai du kyuubu se met au travail tout en se protégeant d’une quelconque morsure d’araignée. Effectuant deux clones pour améliorer les chances de réussite, la demoiselle s’enfonce dans le couloir du rez-de-chaussée et arrive dans les débris de ce qui semble être la salle de réunion. Elle y voit la silhouette d’un grand oiseau en train d’avaler de la nourriture, certainement des cadavres de rongeurs. Un gypaète barbu. Celui-ci la fixe, semblant ne pas comprendre quelque chose. « Je cherchais un garçon, mais c’est toi que je rencontre. Pourtant, tu as son odeur. Qui es-tu ? » dit l’oiseau. Il semblerait que ce rapace charognard soit un kuchyiose. Il s’envole en voyant les charpentiers apporter leur aide, et se pose sur le flanc de la montagne pour regarder celle qui a l’odeur de l’homme qui lui a sauvé la vie quand tout deux étaient petits.

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Lun 17 Jan 2022 - 11:45
En bon superviseur, Akio se contenta dans un premier temps d'annoncer à chacun les tâches qui seraient leurs durant la mission, il s'en suivit le départ de ses deux camarades vers des destinations et des fortunes diverses. Restait donc le Chûnin, muet et toujours à l'orée de la tente de direction. Il toisa un peu le chantier qui ressemblait à s'y méprendre à une gigantesque fourmilière d'où émergeait déjà quelques fortes têtes et les différents chefs dont un qui, même de loin, semblait déjà faire fi d'humanité, empli de l'envie de travailler. Ce qui arracha un lent soupir du garçon qui scrutait la scène où Tokuto était figurant. Allait-il donc devoir faire la police avec tous ? Devenir un syndicaliste devant défendre les ouvriers face aux conditions imposées ? Et puis, de quelles conditions devaient-ils tous s'accommoder ? Il n'y avait pas question de délais à respecter sur un tel chantier, tout au plus un devoir de grandeur. Du pain béni pour les entreprises de bâtiment.

Ses yeux basculèrent, comme attirés par ce phénomène inexplicable, cet instinct qui vous fait dire que quelqu'un vous observe. Akio aperçut alors Minako, en pleine discussion et semblant parfaitement gérer ses activités. Elle n'aurait que peu besoin de l'aide du Céleste, c'était évident. Elle gagnait en confiance en soi et en autonomie, sa future promotion ne tarderait pas à arriver et ce malgré le relatif échec lors de l'examen.

Se disant que l'exemple qu'il renvoyait n'était pas le bon, à observer les allers et venus de chacun à l'abri du soleil, Akio s'élança sur le sentier, en direction de l'équipe de maçonnerie, celle qui poserait le socle pour la création de l'Assemblée. Evitant les ouvriers portant du matériel, tantôt une poutrelle, tantôt des brouettes de graviers aux tailles disparates, il arriva aux côtés de l'équipe de gros bras, qui semblait particulièrement joyeuse. Certains étaient déjà à l'oeuvre, d'autres étudiaient encore les plans des architectes, enfin la plupart se préparaient à l'aide de quelques étirements et de chansons pour mettre en appétit leur volonté de travailler. Saluant ceux se trouvant sur son chemin de tapes amicales, certaines rendues d'ailleurs avec une force exagérée, le Chûnin parvint jusqu'au chef, observant quelques documents techniques fixés sur un tableau. Un homme grand, et plutôt fin, qui avait dans les quarante ans, et qui rigolaient aux blagues peu recherchées de ses comparses.

- Eiji-Sama, bonjour, Akio chûnin de Kumo, je suis ici pour vous prêter main-forte durant le lancement du chantier.

Les yeux marrons de l'imposant personnage se tournèrent et alors il se mit à rire en tapant de sa lourde main sur l'épaule du kumojin face à lui. Celui-ci, le maçon le plus réputé du Pays, ne semblait pas conscient de son statut, ou du moins ne lui accordait-il finalement pas tant d'importance.

- Enchanté mon petit ! Et ravi d'avoir de la main-d'œuvre en plus ! J'ai déjà entendu parler de toi, ta famille est civile c'est ça ? Les Kentoku. Sacré cerveau que vous avez ! J'espère que tu as aussi des bras.

- Oh ne vous inquiétez pas pour ça, c'est même ma spécialité, malgré mon physique frèle. Et j'ai d'autres aptitudes également, notamment la maitrise de l'affinité Doton, la terre. Alors, dites m'en plus, quels sont vos objectifs immédiats ?

- Hum... ça va nous faire gagner pas mal de temps ça ! Et ce qu'on a à faire, c'est assez simple. Créer toute la chappe qui va supporter les murs, puis faire les étages. Mais tout doit avancer dans une même direction. Il faut que tout soit détruit, déblayé puis nettoyé avant qu'on puisse commencer. Tiens regarde.

Sur les plans, le détail des futurs opérations avec un diagramme parfaitement rédigé, qui montrait les tâches successives, celles auxiliaires, et les liens obligatoires entre elles. Par exemple il était évidemment hors de questions de monter les étages si les charpentiers n'avaient pas installé les poutres de maintien. De même sorte qu'il était impossible pour les vitriers d'installer les fenêtres sans que les murs ne soient secs.

Akio releva quelques annotations posées à la main avec une écriture pour le moins baroque et quelques injures. Il montra du doigt les notes à son interlocuteur qui rigola jaune au moment de lui expliquer pourquoi les charpentiers s'étaient fait insulter.

- À cause du bougre d'âne à leur tête. Un imbécile fini. Le mieux est le mortel ennemi du bien. Il accepte jamais ce que ses ouvriers font, vient toujours derrière pour les engueuler et leur demander de recommencer. Avec ce gars-là, on est pas prêt d'avancer si vous voulez mon avis. Tout à l'heure, je suis passé saluer tout le chantier, ses gars semblaient déjà en avoir marre, ça promet !

Il continua à disserter sur la place de l'humain dans leurs activités, que si la confiance n'excluait pas le contrôle, il fallait garder une séparation entre surveiller et imposer. L'ambiance des ouvriers autour de lui rassurait Akio sur l'envie des bâtisseurs. Et cela contrastait effectivement avec les premières images qu'il avait pu avoir des charpentiers auprès desquels Tokuto s'était rendu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Lun 14 Mar 2022 - 21:52
Chacune de leur côté, Minako et ses clones soulèvent les débris au sol, en font tomber d’autres, et lorsque l’une d’entre elle se rend seule dans l’une des parties de ces ruines, l’oiseau revient pour récupérer le cadavre d’un lapin. La jeune femme ne paru en aucun cas choquée par la situation. « Dis-moi, qui est ce garçon que tu cherche ? demande-elle à l’oiseau.

Ce dernier paru quelque peu impressionné par l’allure fière de celle-ci, puis lui parle d’un garçon s’appelant Ken qui a réussi à le sauver alors qu’il était tombé en essayant de voler, alors que des enfants voulaient lui faire du mal. Le gypaète barbu, du nom de Gewena, voulait le remercier et potentiellement pactiser avec lui en fonction de leur discussion.

« Quand tu t’envoleras, cherche via le ciel un dojo qui est à côté d’un jardin zen, et souvent sous un bambou se reposent un fennec et deux buses, c’est la où tu trouveras mon petit-ami, il s’agit certainement du sauveur que tu cherches au vu de l’odeur que tu as trouvé sur moi. »

L’oiseau prend le cadavre de lapin dans son bec et s’envole sans demander son reste en se sentant observer par une autre personne que la jeune femme. Celle-ci le regarde partir au loin tandis que son ami la rejoint, ayant lui aussi vu la bête.

« Ça va ptit cul ? Il t’a pas attaqué ? »

« Non non du tout, il cherchait juste de quoi manger et quelqu’un. »

« Hu ? Qui ? »

« Jsais pas, Ken je crois, cet oiseau semble être un kuchiyose. On demandera au concerné s’il a eu sa visite c’est tout. Bon on va se challenger un peu ? Le concours de celui qui cassera le plus de mur ? »

« Ouais va-y je suis chaud, je vais gagner ! »

Ce à quoi ils aident les employés à faire un peu le ménage dans ses décombres, de manière plus vive et motivée qu’en début de service, de manière quelque peu brutale pour le colosse et de manière plus douce pour Minako. Alors qu’entre temps ils se font un duel de regard tout en continuant à marteler les restants de mur pour qu’ils s’écroulent, un homme, semblant être le chef de ce chantier, vint regarder leur travail et leur hurle qu’ils doivent aller beaucoup plus vite.

« Hum, vous nous excuserez mais la prudence est de mise, vous ne voudriez pas que l’un de vos employés ne se retrouve blessé ou… »

« Qu’est-ce que j’en ai à faire ? Et vous vous êtes ninjas et pourtant vous pouvez être blessé ou tué non ? »

« Parce que nous sommes des militaires il est de notre devoir de saigner et suer pour protéger le peuple, on connaît le contrat et on l’a accepté, tandis que vous tous, ici, n’êtes pas présent pour vous mutiler mais pour travailler ensemble sur un projet commun qu’est la reconstruction de l’assemblée. Vrai ? »

« Je suis le chef du chantier et je refuse que vous me répondiez de la sorte, petite insolente, je veux que le travail soit parfaitement fait sur le champs, aussi rapidement qu’il le faut ! »

« Tssss , vous… vous êtes du genre à donner de tels ordres et vous ne faites rien à part beugler et vous nous faites perdre du temps, vos employés mis sous pression vont se sentir mal moralement et vont… »

« Ça suffit petite peste, j’en parlerai à vos supérieurs de votre comportement. INADMISSIBLE ! »

Spoiler:

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Mer 13 Juil 2022 - 22:23
Un homme approcha rapidement du shinobi, occupé encore et toujours à remonter le moral des troupes ainsi qu'à étudier avec toujours plus de précision les différents plans qui s'étalaient sous ses yeux. Cet homme, un charpentier-ébéniste, annonça d'un air désabusé que Tokuto avait dû s'éclipser du chantier pour une affaire des plus urgentes. Selon ses propres mots. Il paraissait inutile de disserter sur le bienfondé de cette opinion mais cela arracha tout de même un rictus agacé au jeune homme. Il devait donc se résoudre de lui-même à rencontrer ce fameux chef charpentier qui en faisait voir de toutes les couleurs aux forces en présences. D'une voix claire, il informa ses camarades bâtisseurs qu'il prenait congé afin de rencontrer de nouvelles unités de construction.

Alors qu'il n'était pas encore arrivé auprès des ouvriers, il entendait déjà une voix des plus désagréables. Un petit homme, chauve et l'air énervé de nature, hurlait sur ses sous-fifres, avec des paroles étonnantes... Pourquoi donc devaient-ils aller de droite à gauche, en décalage d'un mètre, pour balayer des décombres ? Akio s'arrêta, s'adossant à un mur pour observer la scène et la terreur mettre les mains devant sa bouche, en formant un cône pour encore plus se faire entendre. À ses côtés, deux personnages haut en couleur qui ne cessaient de ricaner... Avait-il sentit la présence du shinobi ? En tout cas il fit volte face, et avant même que le kumojin n'ait le temps de se présenter, le vieux bougre lui criait déjà dessus :

- Tire-au-flanc ! Bouge toi, va chercher un marteau et au boulot !

Comme attrapé en vol, Akio mit quelques instants avant de réagir, et de reprendre une posture bien plus sérieuse que celle qu'il adoptait quelques secondes auparavant.

- Akio, Chûnin de Kumo, enchanté... Monsieur ?

La question désarçonna son interlocuteur, qui en vint à rougir très vivement, comme touché dans son estime par la simple demande de présentation qui émanait du gradé. Les deux sbires s'échangèrent un regard, avant de bafouiller des excuses bidons pour s'échapper de la situation. Ne restait que les deux hommes, face à face. Le regard noir qu'envoyait le petit personnage, la tête levée vers celle d'Akio, frisait le ridicule.

- Kurohanmaa, en charge de toute la charpente. Tu vas nous montrer tes muscles ou alors être simplement l'inspecteur des travaux finis ?

Pour simple réaction, Akio ferma les yeux en laissant échapper un rire, les épaules suivant cette réaction en se haussant légèrement. Les ouvriers assistant à la scène semblèrent choqués de cette réaction. Et en effet, lorsque le jeune garçon ouvrit les yeux, le teint de l'artisan avait viré au pourpre. Comme pouvait-il avoir un égo aussi surdimensionné ? Le Kentoku observa les plans, affichés sur un panneau à proximité, puis alla chercher quelques morceaux de bois afin de prêter main-forte. Il se dirigea vers la mise en place des cales du premier étage.

Alors que certains déblayaient ou détruisaient encore, d'autre s'attelaient déjà à la reconstruction en sécurisant les futurs étages. Posant sa lourde charge à proximité des ouvriers, Akio en interpella un :

- Un peu tendu le bougre.

- Et encore, vous avez rien vu. Là vous l'avez calmé. Il lui arrive même d'en agresser physiquement certains.

- Ouais, un conseil : arrangez-vous pour connaitre sa position, tout le temps.

Le conseil, en forme d'avertissement, fit hausser un sourcil intrigué au Céleste. Mais quel était donc ce drôle de petit bonhomme ? Tout en s'interrogeant, le Chûnin se mit en action et fit valoir sa grande condition physique pour soutenir ses camarades bâtisseurs.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Dim 17 Juil 2022 - 21:49
Minako n'avait décidément pas de chance aujourd'hui. Elle soupire avant de se remettre au travail en ignorant ce civil qui croit avoir raison. Koyama avait réussi à briser beaucoup plus de murs qu'elle et de manière plus véloce. Il avait avancé fièrement sans regarder derrière lui et avait perdu de vue notre protagoniste… qui a fini par tomber dans un trou. Elle y était tombée et n'avait pas réussi à se rattraper. Mais par chance, elle a pu atterrir correctement sans se blesser davantage. Il y faisait sombre et pourtant, la banshee pu voir qu'il s'agissait d'une construction humaine, comme des couloirs, comme ce que lui a raconté la professeure retraitée de son vivant. Enfin, qui racontait cela à son alter égo, Mitsai, lorsque celle-ci prenait entièrement possession du corps de Minako.

Sa curiosité la pousse à se perdre dans le labyrinthe en dessous de l'assemblée et tombe sur des culs-de-sacs. Apparemment, elle n'est pas assez en profondeur pour que ses clones déblayeurs qui nettoient les débris de murs tombés au sol ne disparaissent. Cela dit, au bout d'un moment, elle ne sait plus où elle a commencé sa route. Elle commençait sérieusement à ne plus retrouver son chemin…

À la surface, l'une des deux doubles avait entendu une rapide conversation entre Akio et l'un des ouvriers. Il s'agirait d'un des chefs de chantier qui en viendrait parfois à agresser ses employés. Il n'y avait qu'à surveiller discrètement l'homme et prendre les coups à la place des employés non ? Après tout Minako avait une résistance physique adéquate, quoique l'originale est on ne sait où dans le trou et ce clone ne le savait pas.

Koyama finit par se retourner en ricanant, en vantant les mérites de ses muscles, puis s'arrêta en se rendant compte que son amie n'était plus là. Il a d'abord pensé qu'elle est partie déposer sa pêche, mais il s'est rendu compte d'une grosse crevasse en avançant vers le début de leur travail de déblayage. Il devait de lui-même trouver un moyen de l'aider si elle est tombée dans le trou. Il gueula mais n'eut aucune réponse, donc il plongea de lui-même en devenant flaque de boue le temps de réussir à atterrir confortablement. Puis, grâce à sensorialité terrestre, il pu sentir la présence de sa comparse.

« P'tite tête, t'as pas fini de t'mettre en danger ? » dit-il en la prenant afin de la poser sur son épaule, tel un sac à patates.

« Hey mais lâche-moi, spèce de troufion va ! J'sais marcher toute seule ! Heyyyyyy ! »

Minako se débattait, lui donnant des coups de pied dans le torse mais son meilleur ami n'en fit rien. Il avançait sans but… enfin si, il voulait sortir de là et remonter à la surface. « Nan mais j'vais te défoncer là !» Et d'un coup, Koyama la lance en l'air et allonge son bras en le transformant en terre afin de la rattraper, puis l'envoie en dehors du trou qui était au-dessus d'eux. Elle fit des roulés-boulés sur le sol et fini ventre à terre. Ensuite, son camarade arrive et se met à rire. « Bah on est ramollie ? Pwah ah ah ! »

« Je t'emmerde troufion… Du coup on va en faire quoi de ce qu'on a trouvé en dessous ? Faudrait qu'on en parle mais faut sécuriser la zone… »

« Attends j'ai une idée… »

Grâce à son doton, l'assimilateur a créé un sol et un mini pilier avec le symbole de Kumo gravé dessus, afin que personne ne puisse tomber de la même manière que sa comparse. Les deux devaient prendre une pause suite à leurs heures de travail et à cette petite aventure souterraine. Ils prirent un peu de hauteur à la suite de la disparition des deux clones de Minako. Ils rejoignèrent Akio, leur chuunin attitré.

« Mon ami remplacera Tokuto du coup pour la suite. J'espère que de ton côté ça va ? On est tombé sur un truc qu'on n'a pas vu lors de notre dernière patrouille, ça a l'air vachement intéressant à visiter… »

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Mar 19 Juil 2022 - 11:51
Enfin libéré de la pression du chef artisan, Akio s'était mis en action avec l'équipe chargée de stabiliser l'intégrité structurelle. En respectant à la trace les plans établis, tout en testant l'impact sur différents murs pour tester leurs résistances, l'unité de renforcement plaça des piliers de soutien et des bastaings. Largement suffisant pour entamer la reconstruction du rez-de-chaussée. La Chûnin avançait bien, coordonnant les effectifs de la façon la plus précise possible, résolvant les petits déboires auxquels il était confronté, notamment les petites disputes entre entreprises mandatées. Chacun voulait apporter sa pierre à l'édifice, et apparaitre comme encore plus indispensable que son voisin. Un peu de calme et de froideur, et tout rentrait dans l'ordre.

Le Céleste faisait preuve d'un réel leadership, et d'une force impressionnante pour soulever des masses que les artisans ne pouvaient porter qu'à plusieurs. Le chantier avançait bien, même si il était logique qu'il ne soit pas fini en quelques jours. Tout l'intérêt de la présence des unités armées du village résidait dans l'organisation et la prévision de l'ensemble de la reconstruction. Alors qu'il discutait du premier étage avec les effectifs concernés, notamment les maçons, Akio aperçut Minako, sale et accompagnée, arriver vers lui. Elle lui présenta son ami qui venait remplacer Tokuto. Akio lui tendit la main en guise de salutation. Ensuite la musicienne lui demanda si tout allait bien de son côté avant d'enchainer sur une découverte marquante en sous-sol.

Le Chûnin, en tant que responsable, demanda à voir rapidement ce que cette découverte représentait. Un trou béant dans le sol, recouvert d'une dalle de doton, provenant du nouvel arrivé. En dessous, un souterrain. Un labyrinthe étonnant de par sa taille et sa dimension inconnue. Hasard de la nature, comme pouvait l'être certaines grottes ? Impossible car les phénomènes qui œuvraient sur la création naturelles des cavités, à savoir l'érosion et le temps, n'avaient pas eu d'impact ici.

- C'est très étonnant... très étonnant. On aura besoin d'explorer tout ça. Joli travail de sécurisation.

Akio se retourna vers ses camarades avec l'air occupé, comme pour souligner la quantité de travail restante à abattre, sans avoir besoin de s'éparpiller.

- On garde ça pour plus tard. Il faut qu'on sécurise l'ensemble du bâtiment avant le passage des équipes de construction. On doit vérifier chaque étage en avance. J'ai briefer les équipes pour qu'elles installent des échelles et des échafaudages afin de nous en faciliter l'accès. On doit vérifier encore la structure externe et interne, vérifier l'état des murs porteurs notamment.

Akio attrapa son carnet dans lequel il avait gribouillé un plan d'action.

- On marque les murs encore intacts à la craie blanche, pareil pour les parois. On teste les sols également, pour savoir où les civils pourront marcher. Tout ce travail préliminaire, c'est pour ça que nous sommes là. Car nous ne craignons rien comparé à eux. Ton ami ici présent, vu son très bon travail avec ce trou, pourrait s'occuper de la dalle. Tu es d'accord ? Personnellement je vais attaquer la structure interne, ça reste le plus dangereux.

Le Céleste attendit tranquillement que chacun puisse répondre avant de prendre congé et de retourner voir les ouvriers. Car au loin résonnait déjà des voix qui montaient inlassablement dans les tours.

- Bouge toi abruti ! Le chantier va pas se faire tout seul !

- Mais de quoi tu me parles ?! On a tout notre temps !

- Et risquez les pénalités de retard ? C'est toi qui va prendre les frais sur ton salaire, tu piges ?

Le Kentoku arriva au milieu de l'embrouille qui allait bientôt en arriver aux mains. Fixant le fameux chef des charpentiers puis les ouvriers face à lui, il tenta de désamorcer la situation, marchant littéralement sur des œufs. Ne brusquer personne, et surtout pas les forces vives de la mission.

- Effectivement, je vous assure que le temps n'est pas un facteur à prendre en compte ici, alors on se calme et on se concentre à bien faire les choses. Compris ? Je ne suis pas là pour être une sorte de police, nous œuvrons tous dans la même direction.

À peine les dernières paroles prononcées, le Chûnin tourna les talons pour retourner au sein du bâtiment et commencer les investigations approfondies dans les étages. Vaste programme.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Ven 22 Juil 2022 - 13:23
Minako n'avait pas de honte à dire qu'elle est tombée dans ce trou, parce qu'au moins, il n'y avait pas de civil qui s'était retrouvé à sa place. Elle regardait tous ces échafauds qui se mettaient en place pour étudier ce qui restait des murs extérieurs.. sachant qu'elle et son ami allaient s'y affairer à deux pendant que Akio se débrouillerait à l'intérieur.

« T'es sûr que ça ira pour toi d'être seul à l'intérieur ? N'hésite pas si tu as besoin de nos bras à un moment donné. »

Il paraissait sûr de lui, donc Minako n'allait pas discuter davantage à ce sujet. Elle proposa à Koyama de s'occuper des sols pendant qu'elle sécuriserait les murs avec des coups de craie. Une tâche relativement difficile, d'autant plus qu'elle est connue pour ses chants et non pas pour ce genre de travaux ô combien épuisants. Minako allait devoir se débrouiller pour bien faire ce travail et se balader ainsi sur les échafaudages et toquer sur les murs et les parois afin de vérifier leur solidité… et marquer ceux qui sont intact de sa craie blanche. Une tâche longue et difficile, les temps de pause sont limités, voire même impossible parce que le temps presse. La demoiselle ne s'en plaignait pas et semblait assez forte pour tenir le coup pendant un moment.

En parallèle, le bougre de Koyama vérifie les sols près de ces parois rocheuses et de ces murs. Aussi, il s'occupe de faire des dalles grâce à sa capacité particulière avec son doton. Il espère que le céleste qui avait la confiance de Minako allait réussir à ne pas se mettre en danger en allant seul dans l'enceinte des ruines.

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Mar 26 Juil 2022 - 16:33
Akio s’approcha de l’entrée du bâtiment, avant d’emprunter le passage à gauche, évitant les ouvriers disséminés dans chaque recoin de l’édifice et portant de lourdes charges en ne se souciant guère s’ils allaient blesser quelqu’un ou non. Frottant les murs avec ses vêtements, il tourna le regard pour observer Minako et son acolyte se mettre au travail. Sa connaissance du son pouvait très facilement l’aider à identifier les murs porteurs en bon état : la résonnance n’était pas du tout la même entre une simple paroi et un mur bâtit pour tenir les étages supérieurs. Le Chûnin s’approcha ensuite d’un camarade d’infortune qui déblayait les décombres afin d’accéder à l’échelle, placée ici afin de monter dans les niveaux supérieurs. La tape amicale sur l’épaule arracha un sourire au travailleur qui annonça avec fierté que l’équipe était déjà en place sur les deux prochains étages.

Cette information arracha un regard désabusé au taijutsuka, perturbé entre l’amertume de ne pas se faire écouter et la reconnaissance que les prises d’initiatives faisaient plaisir. Il commença à grimper les barreaux en faisant attention à sa tête et aux potentielles chutes de débris. Lorsqu’il parvint enfin à mettre pied sur une petite planche de bois posée là, servant de plancher d’accueil, ce nabot de charpentier l’attendait, battant du pied au sol. Se laissant le temps de se redresser, Akio passa la main sur ses vêtements pleins de poussière.

- Tiens, Monsieur est attaché à sa propreté. On peut y aller ou votre cour doit vous rejoindre pour vous éponger le front ?

Le rire crispé et la tape dans le dos, émise avec une force qui fit avancer l’irrespectueux personnage de deux bons mètres, fit comprendre au chef de chantier que le shinobi ne gouttait que très peu à son sens de l’humour. Akio devança d’ailleurs le petit homme au travers du dédale du bâtiment délabré. Il toucha les murs, observant les bastaings, appuyant sur un sol dévasté. Les dégâts palpables faisaient replonger certains dans des souvenirs qu’ils souhaitaient garder enfouis. Akio n’en avait cure. Ce qu’il s’était passé était grave, mais désormais Kumo devait avancer et se doter d’une identité forte. Chose que le Chûnin était disposé à offrir au village. La reconstruction faisait partie intégrante de ce plan d’influence.

- Il faudra changer toute la charpente, le feu est monté et a tout ravagé. Heureusement que l’édifice était solide, le squelette tient toujours. Même chose pour le plancher… Certains murs sont encore solides, mais nous devrions pouvoir trouver de nouvelles façons de construire, éviter de trop se reposer sur le bois.

Cette dernière remarque attira à Akio les foudres du charpentier et le questionnement des ouvriers. Avait-il des idées révolutionnaires ou bien il n’insistait que sur un souhait logique pour l’évolution de la cité de la science ? Tête levée, lorsqu’il posa enfin les yeux sur ses camarades, il sentit que son devoir était de tempérer rapidement ses propos. Le teint rougeoyant de colère de Kurohanmaa le faisait ressembler à une petite tomate chauve. Cette vision arracha un pouffement de rire au jeune homme, d’habitude si réservé. La tension n’aidait pas à maitriser ses émotions.

- L’Homme devra trouver un moyen de consolider ses créations. Mais le bois restera central dans les édifices par sa propension à accepter de lourdes charges, au fait qu’il reste vivant et puisse travailler. Son coefficient de variation est crucial. Pas d’inquiétude donc pour vos emplois.

Détournant les talons, le vieux grincheux ne perdit même pas de temps à rétorquer la moindre réponse. Le groupe s’aventura alors vers l’échelle pour l’étage suivant. Plus l’on montait, moins il y avait de chose à conserver. Les dégâts étaient bien plus lourds à cause des flammes qui s’étaient répandues vers le sommet de la bâtisse. Des oiseaux avaient établi leurs nids dans les décombres, persuadés de ne jamais être embêtés. Plus surprenant des rats avaient également élu domicile. On pouvait le voir aux boiseries rongées. Aucun ne sortit de sa cachette, sans doute chassés continuellement par des prédateurs comme les chouettes ou les aigles.

- Inutile de monter plus haut, tout est dans cet état après. La toiture est dévastée, il faut tout reprendre…

Akio accueillit cette nouvelle avec une joie non dissimulée. Il ne se voyait pas continuer l’ascension avec ce genre d’accompagnateur. Il toisa alors autour de lui certains points d’importances : Le plafond, les parois extérieures, les escaliers. Tout devait être redessiné. Un travail d’artiste plus que de scientifique. Lui devait juste être garant de la faisabilité des travaux. Rapidement il invita tout le monde à redescendre, afin de commencer le débriefing de ce qu’il avait constaté, et d’amorcer ensuite le volet de l’architecture à adopter : si les contours du bâtiment avaient des plans bien ficelés, l’intérieur n’était pas encore arrêté.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Jeu 28 Juil 2022 - 9:46
Toquer aux murs afin de mieux les écouter. Ça pouvait paraître idiot pour certains mais pas pour la jeune onkyotonka qui pouvait mieux entendre s'il s'agit d'un mur porteur, d'une paroi rocheuse, ou autre. S'il était creux ou non. Pourquoi le sait-elle ? Grâce à sa brutalité naturelle. Sans le vouloir, auparavant lorsqu'elle était encore à l'académie, la bagarreuse cognait contre de multiples armures et murs de roches de son ami et lorsqu'il ne maîtrisait pas bien son affinité, ceux-ci sonnaient assez creux et pouvaient s'effriter facilement.

L'un des ouvriers lui demanda si elle était la chanteuse aux gradins quand les duels contre les pirates eurent lieu, ce à quoi elle affirma cela. Elle signa donc un autographe pour lui et sa petite amie en dessinant le symbole musical du coda. « C'est la signature de notre groupe, Higure Onkyou. » dit-elle avec un clin d'œil, avant de reprendre son travail d'étude sonore sur les murs. En faisant attention aux échos afin de n'avoir aucun éboulement. C'était bien plus fastidieux de contrôler sa brutalité afin de ne blesser personne.

Cela dit, au bout de quelques étages, le tout était beaucoup trop affaibli, si jamais la demoiselle continuait à fesser ces parois rocheuses, des morceaux en tomberaient et assommeraient n'importe qui. Minako en profita pour jeter un coup d'œil sur la vue de hauteur. Une vue sur quelques pâtés de maisons et d'immeubles bas… dont celui dans lequel son père logeait. La banshee avait envie de le retrouver et bâtir de nouveau cette relation fusionnelle qu'ils avaient. Pourquoi celui-ci s'était-il renfermé sur lui-même soudainement ? La séparation avec sa femme et le suicide de celle-ci il y a quelques mois ? Ou le fait que sa fille ait eu, il y a un ou deux ans, une relation avec une camarade ?

Le souffle coupé, le cœur serré, Minako était nostalgique de ce passé. Au moins, l'esprit de son sceau de la guerre s'en foutait et l'acceptait telle qu'elle est. Il l'aimait et veillait sur elle tout comme son esprit insatiable.

Ce vent nostalgique prit une autre direction, celle du présent. Son cher camarade aux cheveux d'argent demandait à tous de redescendre. Bien évidemment, Koyama, déjà au sol, finissait de rafistoler le sol pour le sécuriser avant d'y aller. Minako rejoint toute la troupe, confiante. Elle pouvait être assez familière vis-à-vis du fait qu'elle doit être respectueuse envers sa hiérarchie mais elle connaissait bien son collègue et elle se sentait davantage comme son égal qu'autre chose.

« Quoi de neuf du coup Akio ? »

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189
Kentoku Akio
Kentoku Akio

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Lun 1 Aoû 2022 - 16:50
Posé sur une chaise de fortune, dans la tente des superviseurs, l'ambiance était toute autre. La fin de journée s'avançait pour beaucoup et les sourires étaient au rendez-vous. Sauf pour ce vieux bougre de charpentier, toujours fidèle à lui-même à réprimander ses ouailles. Devant ce spectacle affligeant, Akio soupira si fort que tous se retournèrent brièvement vers lui. Pourquoi leur mettre plus de pression que ce qu'ils avaient déjà sur les épaules ? Leur tâche avançait bien, sans problème majeur, inutile d'en inventer un. Le Chûnin se leva, et ce fut le moment choisi par Minako pour faire son entrée et lui demander si tout allait bien de son côté. Il arrêta de marcher pour répondre à sa jeune camarade avec un sourire et un signe affirmatif de la tête.

- Tout va pour le mieux. Cet imbécile presse inutilement ses hommes, mais à part ça tout va bien. J'allais entamer le débriefing.

Akio s'approcha de la table centrale avant d'y apposer bruyamment ses deux mains, bras tendus. Il toisa l'assemblée, de gauche à droite, n'oubliant pas de se fixer quelques instants sur le chef des charpentiers. Enfin il s'éclaircit la voix avant de commencer à dresser un portrait de la suite du chantier.

- Bien ! Les décombres du rez-de-chaussée et du premier étage sont déblayés. Ma collègue a découvert un souterrain intriguant, nous l'avons marqué et sécurisé, il nécessitera des investigations auxiliaires. Il marqua un temps de pause avant de poursuivre. L'état de la structure maintenant... C'est pas trop mal sur les trois premiers étages, pas mal de murs encore en bon état. Le reste est moins reluisant : sol, toiture, escaliers, nuisibles... Tout est à refaire. En premier lieu tout sécuriser avec des renforts solides, ensuite refaire les sols, puis finaliser en cloisonnant et en dressant les structures subsidiaires, et ce étage par étage.

L'attroupement commença à parler, par petits groupes, dans ce qui devint très rapidement un brouhaha sans queue ni tête qui agaça nettement le chef d'équipe. Or, il n'était pas le patron de ce chantier, et se contenta d'attendre patiemment que tous puissent donner leur avis à leurs voisins avant de poursuivre. Cette fois-ci, Akio se déplaça vers le tableau, qui dressait les priorités du chantier. Toujours sans vraiment se hâter, même dans sa démarche. Le message était limpide : pas de précipitation, pas de délai imposé.

De son index, de trois quart tourné par rapport au tableau, il indiqua l'un des points majeurs : refaire la dalle. En effet un sol neuf pour le rez-de-chaussée pouvait éviter des blessures idiotes. Alors l'orateur appuya son regard sur l'équipe des gros œuvres avec laquelle il avait rapidement conversé en arrivant sur le chantier plus tôt.

- C'est entre nous que cela va se passer. Commencez la taille de pierre pour faire un sol couvrant l'ensemble de la surface du bâtiment. Ce sera du plus bel effet. J'appliquerai une couche de Doton peu solidifiée pour servir de mortier, nous gagnerons du temps. Minako. Il tourna rapidement la tête vers sa camarade, pour la guider vers une nouvelle mission qui lui irait sans doute comme un gant. Nous devons bâtir un monument à la mémoire de ceux qui ne sont plus. Je commence à bien connaitre ta fibre artistique et sentimentale, tu devrais t'en charger. Prend quelques sculpteurs avec toi. Les autres, continuez sur votre lancée. Bonne fin de journée à tous.

L'ensemble des ouvriers salua en retour le chûnin, pour certains en faisant preuve d'une habile mauvaise foi, avant de tous quitter la tente et de vaquer à leurs occupations : rentrer chez eux ou bien poursuivre les travaux. Tous connaissaient leurs rôles, et tant que le travail était fait, ça importait peu au village de savoir ce qu'ils faisaient de leurs soirées. Pour Akio, le tout se passerait le lendemain, il s'en alla directement se concerter avec l'équipe qu'il s'était octroyée, qui lui indiqua vouloir démarrer les découpes au petit matin. Encore une fois il acquiesça. Il s'en alla rejoindre Minako.

- Tu pourras le faire demain, ou bien dans la nuit. Pour la dalle, les ouvriers veulent débuter aux aurores, donc je te dis à demain, je décampe ! Si tu restes encore un peu, alors tu es en charge du bon fonctionnement du chantier. Bonne soirée !

La main levée, il détourna les talons avant d'emprunter le chemin le plus rapide vers l'Institut, où il allait souvent se reposer lors de ses courtes nuits. Au sein de son bureau où il avait aménagé un petit coin détente.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10490-kentoku-akio-un-seul-objectif-termine#90526 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t11432-dossier-de-kentoku-akio#98992
Zaiki Minako
Zaiki Minako

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto] Empty
Sam 6 Aoû 2022 - 15:04
Les différentes troupes avaient relativement bien avancé leur travail. Cela dit, il y en avait encore beaucoup à faire sur les étages. Minako s'est vu confier un travail de grande envergure qui lui parle beaucoup mieux : celle d'imaginer le mausolée non loin de l'assemblée. Elle n'avait pas encore exprimé son côté sentimental mais soit, cela va de pair avec ses vocalises. Elle resterait un peu pendant la soirée afin de parler avec un groupe de sculpteurs, afin de mettre en commun les idées.

« On a de quoi faire… Tout d'abord, une petite arche à quelques mètres du mausolée qui aura un aspect religieux et traditionnel de Kumo. Bien sûr, vous êtes les artistes, libres à vous d'y ajouter une touche personnelle. Il faut juste qu'on se mette d'accord sur tout l'ensemble. »

L'idée est d'avoir un lieu de mémoire représentant l'esprit Kumojin, aux allures traditionnelles, que ce soit dans sa forme ou dans les cultes représentés. Il est évident que parmi toutes les victimes de cette bataille, des adeptes du culte de l'eau et de la lumière sont tombés. Les personnifications de ces éléments veilleront sur leur esprits tout comme Izanami envoie ses Shikome prendre les âmes mourantes afin de les guider vers leur lieu de repos éternel.

Ils imaginèrent une toiture et des piliers sculptés, le tout ressemblant à un kiosque. Un seul mur sera présent, partie nord, sur lequel sera recensé le nom des héros. Avec ceci un autel sur lequel se recueillir en faisant brûler de l'encens. Alors que les quelques sculpteurs demandèrent ce qu'il faudra faire sur le mur de l'autel, Minako souria et leur proposa ceci.

« Je propose une gravure assez proéminente du symbole de Isonade ainsi que celui du Kougen, le tout dans un fond nuageux stylisé à la manière des nuages du bandeau de Kumo, et ce au dessus de la liste des noms des personnes recensées comme ayant bataillé pour protéger notre patrie avant l'annexion. Le mausolée doit représenter fièrement ce pourquoi ces personnes ont vaillamment combattu. »

Dans cette liste de personnes mortes au combat figurent les noms de Satetsu Nobusuke, Saigo, Kondô Isami, ainsi que de deux Iwajin du nom de Naari Etsuko et Karasuma Shin. Bien que ces personnes ne lui disaient pas grand chose, la demoiselle ressentit comme un vide, ne sachant pas à quel point ils pourraient être fiers de voir la renaissance de la Foudre. Minako était sûre que le groupe réussirait son travail et ferait honneur à leur patrie qu'est Kaminari.

Le lendemain, la troupe se mit au travail, et Minako apprenait à sculpter elle aussi. La raison est qu'elle déteste rester les bras croisés, même si elle devenait chef d'équipe elle mettrait tout autant les mains à la patte que ses subordonnés. Ainsi, ça permettait à la demoiselle qu'elle pouvait avoir la confiance des civils qui pouvaient certainement penser que les shinobis étaient trop fiers pour faire leur travail.

“ Peut-être chanterions-nous une fois cela fini, pour inaugurer le mausolée. Higure se devra d'être au complet au moment voulu, en espérant que Ken ne soit pas interdit d'exercer ses joutes musicales car sans lui, notre triumvirat est incomplet. ”

_________________
Ne me met jamais dans une position où je dois te montrer à quel point je peux être sans cœur.
Tu ne me regarderas peut-être plus jamais de la même façon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11345-zaiki-minako-o-presentation https://www.ascentofshinobi.com/t11399-dossier-shinobi-o-zaiki-minako https://www.ascentofshinobi.com/u1189

Reconstruire un symbole [Rang C ft Minako et Tokuto]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tipiak, pirates [Mission rang B / Ft Zaiki Minako & Daishi Ken]
» Tokutoku Tokuto ■ Dossier Shinobi
» Reconstruire
» Le symbole de la justice et le rebel [Reiko]
» Le symbole de la Paix. [RP Kuchy Colombe]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée calcinée
Sauter vers: