Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'ombre et la lumière [Aizen]

Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Dim 9 Jan 2022 - 10:39

« Mais si tu veux apprendre à te contrôler pour ne pas sombrer, viens me trouver. »

Ces mots raisonnaient dans son esprit, alors que les tentations, les appels à sombrer se faisaient si nombreux, si puissants.
Seule. Hideko se sentait si seule et ce malgré ses quelques amis qui, même s’ils étaient peu nombreux, lui étaient fidèle, elle le savait. Non, ce n’était pas ce genre de solitude, mais le genre de solitude dans laquelle tous la forçaient à rester. Le genre de solitude où l’on vous regarde de travers, où l’on murmure à votre passage, où l’on se retourne en rigolant. Le genre de solitude oppressante, de chaque instant, qui peut changer une personne, la briser.

Seule dans le bosquet longeant le terrain d’entraînement, au bord du lac, Hideko était là, assise sur un rocher, observant l’horizon des événements, paisible, sans une vague par ce jour où le vent restait silencieux, caché.
Plus le temps passait, plus l’envie d’échapper à sa situation, de fuir de se village l’envahissait, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus imaginer son bonheur dans cette fuite, une fuite qui, même si elle lui serait utile, le ne règlerait aucunement tous ses problèmes, car à son retour, ses problèmes seraient toujours là.
Peut-être l’aura-t-on oublié ? Peut-être les gens arrêteront de parler d’elle ? De la juger ? De lui cracher dessus ?
Elle ne pouvait pas y compter : elle ne voulait pas y croire, mais disparaître… disparaître rien qu’un peu, voilà tout ce dont elle avait besoin.

En attendant que ce jour tant attendu, que ce miracle n’arrive, Hideko restait seule, tant que possible, tant que faire se peut et pourtant… Aujourd’hui était une exception, car aujourd’hui elle avait donné rendez-vous à Aizen.
Elle ne l’aimait pas, ni ne l’appréciait, mais elle vouait malgré tout un respect certain. Il était puissant, expérimenté, réfléchi. Quelque chose clochait, quelque chose n’allait pas, mais elle ne savait pas quoi, ne pouvait mettre le doigt dessus. Après tout, tout le monde avait quelque chose clochait, alors à quoi bon…
Le point de rendez-vous se trouvait ici-même, sur ce rocher, promontoire sur lequel elle était assise. Cheveux détachés, tombant sur ses épaules. Visage fatigué, traits tirés. Tenue en cuir loin des tenues riches et nobles qu’elle avait toujours porté et ce malgré sa bourse limitée. Elle n’était plus que l’ombre de ce qu’elle était jadis. L’ombre de la femme soumise, de la femme aux apparences, de la femme faible. Non, elle le sentait, chaque jour, chaque semaine elle devenait plus puissante. Chaque jour, ce feu qui brûlait en elle, qui lui permettait de se mouvoir, de se battre, gagnait en intensité. Ce feu, il y a quelques mois, qu’elle admirait, remerciait et avait apprise à craindre, de peur de se faire dévorer tout entière, de disparaître à jamais. De ne plus être qu’une ombre, mais que cendres qui disparaîtrons à la première bourrasque.
Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Car quelque chose changeait en elle. Un cap franchi, une limite dépassée, une menace encore plus grande se profilant.
Alors peut-être, peut-être qu’il pourrait l’aider. Peut-être qu’il pourrait lui être utile… mais elle ne pouvait pas se dévoiler ainsi, elle ne pouvait pas paraître aussi faible. Il lui fallait une excuse, une raison déjà toute trouvée.

Hideko entendit des bruits de pas venir de sa droite, une présence. D’un rapide coup d’œil, elle vit qu’il s’agissait de @Nara Aizen et resta immobile, jusqu’à ce qu’il ne soit parvenu à son niveau.

« Bonjour, Aizen. »

Directe, sans aucune chaleur, comme à son habitude.

« Une technique combinée… ça vous intéresserait ? Nous avons déjà souvent combattus ensemble, ou l’un contre l’autre. Nous avons fait des missions et vous m’avez enseigné une technique de votre cru. Aussi, je me disais que ça pourrait vous intéresser, une technique qui, la prochaine fois que nous combattrons ensemble, la prochaine fois que nous ferons une mission ensemble, nous permette de faire la différence. »

Un moment qui lui permettrait de parler, d’échanger et peut-être d’apprendre. Peut-être de se sauver.

« Qu’en dites-vous ? »


_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Lun 10 Jan 2022 - 21:36

Le Nara plantait des graines. Il tentait de plus en plus de partager ses idéaux avec son entourage, prenant en ampleur petit à petit au sein du village il voulait en emmener dans son sillage. Il était le berger, le mouton, le loup, tout ce qu’ils voudraient. Il était le caméléon qui s’adaptait à chaque personne pour lui offrir ce qu’il désirait. Pourquoi tant de bienveillance ? Il n’avait qu’un but : être un guide. Guider le plus de Kumojins possible dans la lumière afin d’enfin élever le village dans cette dernière. Une fois fait ce serait au tour du Yuukan tout entier. Il le fallait, sinon le monde sombrerait tôt ou tard.

Mais ce naufrage n’était pas à une seule vitesse, certains l’avaient déjà commencé, de façon indépendante, de par leur propre histoire. Metaru Hideko en faisait partie. Il l’avait rencontré alors qu’elle n’était qu’une frêle jeune femme prenant rapidement peur. Elle avait déjà son caractère belliqueux quelque peu enfoui à cette époque. Prenant en puissance et écrasant ses adversaires les uns après les autres elle avait commencé à creuser. Son caractère s’était imposé et son jugement était alors sans cesses obscurci. Elle contre le monde entier, enfermée dans un cercle vicieux donc elle ne pourrait sortir que par une seule extrémité. Soit elle se laissait emporter tout en profitant de la force du courant afin d’atteindre les ténèbres. Soit elle ferait l’effort de difficilement remonter la pente pour trouver la lumière. Elle semblait déjà perdue, mais le Nara avait tout de même planté sa graine. Car il voulait cultiver ses idées et pour cela il fallait planter le plus possible, même dans les endroits qui semblaient le moins fertiles.

Et contre toute attente cette graine planté dans un sol emplit de désespoir germa, car ce jour-là la Metaru lui avait donné rendez-vous. Quelques peu à l’abris des regards dans une des forêts à même le village il savait que cette rencontre n’était pas le fruit du hasard. Il s’y rendit, avec l’espoir de guider une âme en peine sans oublier ses propres objectifs, aucun acte n’était dénué d’intérêt. Jamais.
« Hideko. » Dit-il simplement avec un sourire pour lui rendre son salut, d’une façon plus chaleureuse qu’elle.
« Une technique combinée hein ? » Dit-il pensif sans faire mine d’être surpris.
Il aurait pu être surpris ou jouer la surprise. Mais à quoi bon face à elle qui se fichait de toute autre information que la réponse à la question. Le pensait-elle assez dupe pour croire que cette demande ne cachait rien, surtout après son appel de l’autre jour ? Il le savait, elle voulait de l’aide. Si l’avouer aurait été un pas plus que remarquable mais rien que d’en prendre conscience seule lui serait déjà grandement bénéfique.
« J’ai déjà pratiqué cet art poussant à son paroxysme l’art ninja en équipe, avec mes deux élèves. »
Était-elle jalouse d’eux, de toute le monde ? Ne voulait-elle pas simplement vivre comme tout le monde, avoir un maître, des élèves. Qu’est-ce qui lui manquait ? Aizen pouvait répondre à cette question, accepterait-elle cette réponse ? Il ne lui donnerait pas, elle devait se trouver toute seule. Elle faisait au moins un premier pas, elle était moins perdue que ce qu’avait jugé le Nara.
« Un tel exercice exige de nombreuses qualités. Si des qualités personnelles résulteront la puissance de la technique de celles de groupe résulteront la cohérence de cette dernière. »
Elle était assez expérimentée pour comprendre cette leçon sans qu’il n’ait besoin d’en dire plus. Simplement additionner deux puissantes techniques ne créerait par forcément une troisième plus puissante, sans cohésion de groupe elles pouvaient mêmes s’amoindrir entre elle. Le travail d’équipe ne pouvait pas vraiment s’improviser sauf grande expérience et surtout grande maîtrise et connaissance de soi. Autant de choses dont semblait manquer la Metaru.
« Je ne vais pas te mentir et je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je ne te fais pas confiance, tu ne me fais sans doute pas confiance non plus. Tu es imprévisible et incontrôlable, tu n’en fais qu’à ta tête. Quelque soit ta puissance pour rien au monde je n’aurais envie d’aller sur le champ de bataille à tes côtés. »
Il jaugea la Metaru, il ne la provoquait pas mais il fallait dire les choses. Elle avait fait le premier pas, elle pouvait bien encaisser quelques vérités. Elle qui ne faisait qu’affronter les regards fuyants, le Nara affrontait le sien de face.
« Il faut que tu comprennes que la puissance ne fait pas tout. Encore moins quand cette dernière est acquise en ignorant tout le reste. »
Son pèlerinage avait commencé, mais il ne s’éloignait pas du sujet de couverture pour autant. L’apprentissage serait double et bilatéral. Aizen apprendrait beaucoup à réussir à aider la Metaru, s’il le pouvait avec elle alors qu’est-ce qui l’empêcherait de le faire avec tout le village ?
« Une technique combinée demande à ce que les deux utilisateurs soient en phase. Qu’ils se comprennent, qu’ils se fassent confiance, qu’ils se connaissent. »
Comprenait-elle vraiment ? Le Nara s’approcha pour lui faire face de plus près. Il ne plaisantait jamais avec la vision philosophique des choses. C’était mettre des mots sur des choses incompréhensibles pour les plus simples d’esprit. Mais ces choses avaient bien lieu.
« Hideko, comment veux-tu être en phase avec qui que ce soit si tu n’es pas en phase avec toi-même ? Comment veux-tu que les gens te comprennent, te soutiennent, si tu ne sais pas qui tu es ? »
Aizen n’attendait pas forcément de réponse. Et si réponse il y avait il se doutait que cette dernière serait belliqueuse. On n’apprivoise pas un loup sauvage depuis toujours en si peu de temps après tout. Malgré tout elle ne pourrait jamais avancer si elle n’entendait pas la vérité en face, était-elle prête ?
« Néanmoins… J’accepte ta demande, c’est toujours un plus pour le village de pouvoir se coordonner avec quelqu’un afin d’attaque de façon inédite. Nous pourrions combiner ton métal et mon ombre mais à une seule condition : nous allons travailler sur une technique peu puissante. Le but sera de surprendre, d’être précis et surtout très coordonné. Si ça te va… »
D’un coin de la forêt un buisson trembla et quelqu’un en sorti. C’était Akio.
« Alors la folle ? En plus de vouloir tuer mon coéquipier tu veux me voler mon sensei maintenant ? »
Aizen avait en fait préparé un clone métamorphosé en amont, voulant tester où en était la manieuse de métal. Savait-elle se maîtriser ou en était-elle toujours au même point voire pire ?

Spoiler:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Mar 18 Jan 2022 - 21:23

Aizen ne sembla pas surpris, ce qui elle, eut pour effet de la surprendre, comme en témoigna son haussement de sourcils. Voyait-il cette invitation comme une insulte ? Après tout, elle était une paria et il ne serait guère surprenant qu’Aizen ne voit pas d’un bon œil cette proposition. Pourtant, elle avait pu remarquer qu’il ne lui montrait pas le même jugement sévère, le même dédain que bon nombre faisaient.
Avait-il vu clair dans son jeu ?
Il lui expliqua avoir déjà conçu et préparé des techniques de ce genre avec ses élèves, ce qui ne l’étonna point, tant les éloges à son égard, en tant que chef d’équipe, étaient de coutume. Tout l’inverse de sa réputation en tant qu’enseignant, sévère, sans pitié. Les deux faces d’une même pièce.

Toujours assise sur son rocher, Hideko fixa avec attention Aizen, sentant venir là où son discours menait inexorablement. Une direction qui ne lui plaisait aucunement. Parler des qualités personnelles de chaque membre pour parvenir à créer une telle technique allait de soi, mais avait un tout autre sens quand elle était dans la balance et déjà, déjà elle sentait le vent venir.
Aizen ne lui faisait pas confiance, tout comme elle non plus ne lui accordait qu’une confiance très limitée, sous pesée. Un manque de confiance qui allait jusqu’à douter de ses capacités sur le champ de bataille, jusqu’à dire qu’elle était incontrôlable et imprévisible. Ces mots la touchèrent autant qu’ils l’énervèrent et elle sentit aussitôt sa colère monter, son impatience galoper et pourtant, Hideko ne l’interrompit pas.
Elle écouta Aizen parler, sans un mot, sans grimacer, sans montrer un seul des nombreux sentiments qui la parcouraient : colère, tristesse, déception, impatience. Quand il eût terminé sa tirade, apparut soudainement, à l’orée de la forêt, un visage qui termina de figer le balancier de ses émotions définitivement sur la colère : Akio, mais quelque chose clochait. Sa voix était belle et bien la même et elle eût envie de l’ignorer tout comme elle l’avait toujours fait, comme elle essayait toujours de le faire, mais ses expressions, sa façon de marcher, voire même sa façon de parler dédaigneuse… Quelque chose clochait.
Elle resta ainsi à le fixer, silencieuse, plusieurs secondes, avant de revenir sur Aizen, plissant les yeux.

« Vous m’insultez. »




D’un mudra, Hideko forgea un carreau qu’elle projeta sur cette pale copie de son ennemi juré.

« Vous pensez vraiment m’avoir ainsi ? » Lui dit-elle, les yeux dans les yeux.

Puis, elle s’apaisa, tentant de retrouver un certain calme, avant de reprendre.

« Vous vous méprenez grandement, quand vous dîtes que je suis imprévisible. Incontrôlable ? Oui je l’admets, je ne souhaite pas être contrôlée, et e ne le serai pas, plus jamais. Mais je refuse qu’on dise de moi que je suis imprévisible vous devriez plutôt avoir envie d’être à mes côtés sur le champ de bataille. »

Hideko s’exprima avec une détermination et une assurance débordante, en réponse à ces paroles, à ce jugement qui l’avait blessée, ressenti comme profondément injuste. Aussi, elle se leva, puis détourna le regard d’Aizen, pour le plonger dans l’horizon apaisé du lac.


« Est-ce que vous pensez que c’est là l’avis de Ken ? De Minako ? Sans moi, ils n’auraient jamais traversé toutes ses épreuves et je ne dis pas ça par insolence, par sentiment de supériorité. Je suis plus puissante et plus expérimenté qu’eux, c’est un fait. J’ai tout fait pour les défendre, les protéger et que nous réussissions ensemble les épreuves de l’Examen et justement, nous les avons réussi, nous avons passé ses épreuves ! »

C’était là la stricte vérité, la vérité qu’on lui dérobait, car tous se refusaient à l’accepter, bien plus aisément convaincu par son comportement en combat singulier, que par ses réussites en équipe.

« Pourquoi croyez-vous aujourd’hui qu’ils me font confiance ? Qu’ils me demandent de les entraîner ? De leur enseigner ? Que nous sommes amis ? »

Elle partageait là une vérité qu’elle gardait cachée, une vérité qu’elle gardait pour elle, comme un chose précieuse à protéger, de peur qu’on lui dérobe, qu’on les arrache d’elle.

Pourtant, Aizen n’avait pas non plus totalement tort. C’était là même, la raison deleur rencontre en ce jour, ce pourquoi elle l’avait appeler : apprendre à se contrôler, à ne plus céder à sa rage dévorante. Pour ne plus menacer de mort un membre de son village dans un simple tournoi, pour savoir s’arrêter à temps.
Hideko se retourna vers Aizen, puis commença à marcher sur la rive, l’invitant de fait à la suivre.

« Mais oui, je comprends aujourd’hui que la puissance ne fait pas tout. »

Ses mots furent lourds de sens pour Hideko, une résonnance toute particulière. Elle qui jusqu’alors ne jurait que par la puissance, que par la force, le rapport de force. Bakeneko… Voilà le nom de celui qui avait tout changé. Ni un homme, ni une bête, mais un peu des deux. Surtout, un camarade, un ami, un proche qu’elle risquait de perdre et au plus profond d’elle-même, un être qu’elle savait déjà perdu. Sa tristesse se ressenti d’ailleurs dans les mots qui suivirent.

« Alors oui, je sais que je dois encore apprendre, progresser, m’améliorer. Comme vous l’avez si bien dit, je ne vous fait pas confiance, tout comme je ne fais confiance à personne… »

Elle se tut un instant, repensant à Aya, la seule en ce monde en qui elle avait toute confiance. Kamui venait ensuite, mais même avec elle, il s’agissait d’une confiance toute relative. Surtout, elle craignait qu’elle ne la renie en tant que détentrice du pacte des Caracal depuis l’accident avec Bakeneko.

« Et tout comme je dois gagner la vôtre, vous aussi vous devez gagner la mienne. Vous devez me montrer de la sincérité. Surtout, vous devez me juger à ma juste valeur, me considérer comme je suis réellement : une camarade d’arme sur qui on peut compter, sur qui on peut se reposer, une camarade d’arme qui ferait tout ce qu’il faut faire pour que son équipe, pour que son groupe s’en sorte. Quoi qu’il puisse m’en coûter. »



_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Mar 25 Jan 2022 - 23:01

Aizen n’aurait pu prédire la suite. Tant il avait connu une Hideko agissant avant de réfléchir. Ayant des paroles lourdes à entendre, même si elles pouvaient être vraies, elles auraient fait siffler les oreilles de n’importe qui. Il était persuadé que l’apparition du Kentoku aurait suffit à la faire basculer. Il voulait mettre en pratique ce qu’il venait de critiquer, mais il avait eu tort.
« Intéressant. » Dit-il dans un premier temps en observant la réaction de HIdeko, tout à fait sous contrôle.
Mais si son plan échoua il débloqua quand même la situation. Sa tirade eu pour effet d’ouvrir encore un peu plus la Metaru qui pour la première fois sembla parler avec le cœur tout en argumentant par la logique. Elle semblait déjà si différente, plus mature. Le Nara en vint à se demander comment avait-elle fait. Il était clair qu’elle avait commencée seule à remonter la pente, et à basculer du bon côté. Pas le côté du bien, seulement le côté qui l’empêcherait de basculer. De sombrer vers quelque chose qu’elle ne voudrait pas devenir. Et qu’elle ne pourrait pas contrôler.

Aizen suivit la jeune femme dans sa marche philosophique et l’écouta attentivement. Tout ce qu’elle disait faisait sens et était la preuve d’une énorme prise de conscience. Une évolution mentale qui saurait l’élever sur tous les plans, sans doute sans qu’elle en soit encore consciente. Il sentait aussi qu’elle vidait son sac. Peut-être pour la première. Toute cette rancœur qu’elle gardait en elle, elle pouvait enfin tout évacuer. Mais pas dans une folie meurtrière, juste par des mots. Elle venait de prendre le taureau par les cornes avant que ce dernier ne se déchaine, un bénéfice d’une valeur inestimable dans sa lutte contre les ténèbres.

Il demeurait que même à travers son trajet se voulant altruiste elle pouvait causer du tort, car elle empruntait une voie bien trop passionnelle. « Quoi qu’il puisse lui en coûter ». Parfois, malheureusement, le prix a payé était trop fort. Un avis que le Nara savait ne pas être partagé par la plupart. Pourtant c’était la vérité et ceux qui tentaient désespérément de l’éviter se voilaient la face. Parfois il fallait faire des choix, à trop écouter son cœur le choix devenait impossible et tout était perdu. Valait-il mieux tout perdre avec une conscience tranquille ou faire le choix difficile que personne ne saurait prendre ? La critique était facile mais l’acte était le plus difficile et pourtant. Détesté de tous on pouvait être un héros. Détesté de tous on pouvait montrer la voie.
« Ton introspection m’impressionne. » Commença le Nara, sans détour.

« Si j’ai pu t’offenser avec mes paroles jusqu’à maintenant je m’en excuse. » Ajouta-t-il en inclinant légèrement la tête.
Il savait que dans ce genre de cas des simples excuses pouvaient être salvatrice. Elle venait d’emprunter la bonne voie, un rien pouvait la refaire basculer et ce que faisait le Nara la verrouillerait sur ce chemin sur lequel elle s’était engageait. Il l’espérait, pour elle, pour lui, pour la Lumière.
« Tu mets enfin des mots sur tes ressentis. Tu n’aurais jamais dû garder tout cela pour toi. Ce genre de maux se développe tel de la gangrène. »
Une maladie par laquelle ne pouvait être atteint le Nara. Lui qui avait appris à trouver un équilibre afin de ne pas être déstabilisé par le quotidien difficile d’un shinobi. Le pouvoir pouvait démultiplier les sentiments, tout devenait alors si puissant qu’un monde entier pouvait sembler s’écrouler. Alors qu’une émotion ne représentait qu’une illusion. Il était possible de s’en prémunir.
« Que tu veuilles faire le bien ou le mal n’est pas ce qui compte. C’est comment tu le fais qui aura des conséquences. Protéger ceux que tu aimes armée seulement de ta passion… Tu pourrais leur nuire. »
Le Nara introduisait sans doute quelque chose de difficilement abordable pour quelqu’un comme Hideko qui ne pensait qu’à l’instant présent. Prendre du recul, analyser et attendre sans répondre à l’appel émotionnel. Voilà comment elle pourrait atteindre ses objectifs sans accroc.
« La chose ne consiste pas à refouler ses émotions. Il faut les maîtriser. Pour cela il faut trouver un équilibre. Tu ressens de la haine ? Balance ça avec ton amour. Tu ressens de la tristesse ? Utilise ta joie pour neutraliser tout ça. Au départ ce ne sera pas chose facile, car contre intuitive. Mais une fois maîtrisée ce point de vue t’apportera une clairvoyance que tu ne pourrais pas soupçonner. »
Le Nara avait commencé abstrait pour petit à petit se recentrer sur quelque chose de plus concret. Lui délivrant une première leçon rapide il savait qu’elle aurait l’intelligence de saisir le poids de ses paroles. Le Nara avait beau philosopher, parler de chose qui n’étaient pas palpable, il ne pouvait être plus sérieux que dans ce genre de moments.
« A trop aimer ton prochain tu pourrais le blesser. A trop haïr ton ennemi tu pourrais l’aider. Les émotions font perdre la tête, tu peux le témoigner. Tu agis instinctivement sur une perception erronée de la réalité. Si tu ne t’en étais pas prise de la sorte à Akagi tu serais sans doute Chûnin aujourd’hui et les gens ne te dévisageraient pas… Si tu n’avais pas laissé ta furie parler face à Atorasu ton invocation ne serait peut-être pas blessée. »
Le Nara savait qu’il employait pour ses exemples des souvenirs difficiles. Mais la Metaru devait apprendre à utiliser cela comme expérience afin de ne plus jamais faire les mauvais choix. Elle voulait être une camarade, elle voulait être un modèle sur qui on pouvait compter ? Elle devait cesser d’être esclave de ses émotions. Et, se montrant clairvoyante à son tour, elle pourrait montrer la voie à d’autre pour tous s’élever vers une cohésion sans pareille.
« Tu dis ne pas vouloir être contrôlée. Alors ne laisse pas tes émotions le faire, contrôle-les et personne ne pourra te soumettre contre ta volonté. »
Car celui qui était esclave de ses émotions ne pouvait être libre. Représentant une faille grande ouverte n’importe qui pouvait se saisir de ces chaînes représentaient par les émotions afin de vous prendre en laisse. Elle pouvait maintenant éviter ce tragique scénario.
« Maintenant que tout cela est dit. Si jamais tu sens un jour que tout bascule de nouveau pour toi, viens me voir. La solitude est bien la première arme des ténèbres pour te faire sombrer. La moindre main tendue pourrait t’en sortir. »
Aizen effectua un geste rare. Il tendit sa main à la Metaru pour qu’elle lui serre et qu’ils scellent en quelque sorte cette alliance afin d’évoluer tous deux dans le même sens. Si elle acceptait, elle verrait alors que le chemin Lumineux lui apporterait bien plus de faveurs que celui obscur.
« Maintenant, voyons ce que tes armes et mon ombre peuvent faire ensemble. »
Il était temps de s’attaquer au vif du sujet, pour vérifier si ce travail d’équipe était vraiment possible ou non.


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Dim 6 Fév 2022 - 12:05

Ses mots trahirent à quel point il méconnaissait Hideko, à quel point ils la méconnaissaient tous. Femme de bientôt 23 ans, marqué par les épreuves de la vie et du temps, elle ne cessait de se poser des questions, d’essayer de comprendre, de poser une explications ce qui arrivait, ce qui lui arrivait. Surtout, bien qu’isolée, elle n’était pas totalement seule. Certaines voix portant la raison, tels que Atsuo, le Caracal, Raizen ou encore Aizen et Akagi, tentaient de la ramener vers la lumière, elle qui se sentait inexorablement attiré par l’ombre. La chaleur des flammes qui y brûlaient et leur lumière scintillante, ce brasier brûlant de milles feux, exerçait sur elle une attraction irrésistible, mais contre carrer par ces gens, par ces supports essentiels, sans quoi elle y sombrerait totalement, dévoré par ce feu.

Ses excuses la surprirent, car pour sûr, il ne s’agissait pas là d’une simple offense, mais d’une réelle blessure que Aizen lui avait infligé en parlant ainsi d’elle, en tenant de tels propos à son égard. Bien qu’elle se refusa à l’admettre et à le ressentir dans l’immédiat, ces excuses furent salvatrices.
Il était vrai qu’au début, elle n’était parvenu à mettre de mots sur ce qu’elle ressentait, sur ce qu’elle vivait, mais des rencontres exceptionnelles comme avec Ryujin, ou le Raikage, lui avaient permis de poser ces mots. Surtout, la rencontre avec ces deux personnages, pas si différent, pas si éloignés, malgré leur vie, elle, si différente et leurs origines, elles aussi, si éloignées. Au fond, cela l’avait déculpabilisé, d’être ainsi, de ressentir cette colère, cette rage qui la consumait. Plutôt que de tenter de la nier, de la refuser, ou d’y céder, elle essayait de l’accepter, de le contrôler, voire même de l’embrasser, quand la situation le permettait. Ses blessures, son passé, tout cela faisait partie intégrante d’elle et le serait à jamais. Aussi, plutôt que de le refuser, elle devait l’accepter, l’accepter et se battre pour son futur, mais sans céder à ces flammes, à ce moteur qui lui permettait d’avancer, mais menaçait aussi de la brûler si elle s’y fiait aveuglément.

Faire le bien ou le mal… voilà une réflexion qu’il lui avait été posé, encore une fois, par Raizen, lors de leur première rencontre, alors qu’elle venait tout juste de revenir à l’académie afin d’y terminer sa formation. Pour Aizen, ainsi, cela importait peu, car seul le chemin, comptait, mais était-ce réellement le cas ? La finalité n’importait-elle pas tout autant ? Ainsi que le commencement ?
Faire le bien… ou le mal. Que désirait-elle vraiment ? Comme tous, faire le bien, à sa manière, mais ce n’était là qu’une supposition sans réels fondements, car au fond, elle ne le savait pas. Surtout, elle ne savait pas quel bien, comment faire ce bien, quels valeurs défendre, pour quels idéaux se battre.
Une boussole sans Nord.
Sur un point il avait raison : si elle continuait d’essayer de protéger Aya seulement armée de sa passion, alors elle ne ferait que lui faire du mal, comme elle avait pu en faire jusqu’à aujourd’hui, comme les événements qui s’étaient déroulés et le fait qu’elle n’avait pu obtenir sa garde l’avaient prouvés.

Pour autant, trouver cet équilibre, trouver cette balance des émotions comme le disait Aizen… lui ressemblait si peu, à elle, Hideko, dont les émotions brûlaient de milles feux et lui avait permis, en si peu de temps, de gagner tant de puissance, tant d’expérience. Sans cela, que serait-il devenue aujourd’hui ? Non, sans cela, elle serait mort ce jour-là. Sans ce profond désir de survivre, elle serait morte dans ce champ. Sans ce profond désir de survivre, elle serait morte dans ce lit d’hôpital, ou alors encore paraplégique. Ces émotions, pour sûr, devaient être d’une certaine manière contrôlée, mais l’équilibre dont il parlait là ne raisonnait pas en elle.
Rien de tout cela, les regards, ne pas avoir été promue chuunin, la blessure de Bakeneko, ne serait-il arrivé si elle avait su contrôler ses émotions ? Peut-être… certainement. Pour autant, sans ces émotions, elle n’en serait jamais arrivé là. Les étouffer, les contrebalancer, était-ce réellement une solution ? Ou devait-elle plutôt apprendre à les contrôler, à en faire une arme aiguisée, que sa main pourrait parfaitement contrôler pointer contre ses ennemis quand la situation le nécessitait ? Qui à ensuite baisser son arme si elle évoluait.
Ne pas être contrôlée par ses propres émotions, mais apprendre à les contrôler pour devenir libre. Oui, voilà qui raisonna grandement en elle.

Ce long échange terminé, Aizen recentra leurs efforts sur la raison pour laquelle elle l’avait invitée en ce lieu, la seconde raison, car la première, avoir cet échange avec lui, entendre ces mots qui en un sens la réconfortait dans les choix qu’elle avait fait ces derniers temps, lui firent le plus grand bien.
Parviendrait-elle à aller le voir si jamais elle tombait à nouveau dans l’ombre ? Elle ne le savait pas, mais savoir qu’une main tendue attendait là qu’on ne la saisisse pourrait faire toute la différence, si ce jour arrivait.

Hideko ferma les yeux, l’espace d’un instant, afin de se recentrer sur elle-même, se rencontrer sur l’instant présent, puis elle glissa de son rocher pour se remettre sur pieds.

« Éloignons-nous un peu du lac. »

Suite à la mission avec yukari et toutes les armes en métal qu’elles avaient du retirer des différents points d’eaux, armes rouillées qui avaient commencé à souillé ces point vitaux du village, elle tenait maintenant un regard bien différent sur ce dernier. De simple décors à véritable trésor à protéger. Aussi, ses pas les menèrent un peu plus à l’orée de la forêt qui bordait le lac, dans le fin couloir qui séparait les deux, toujours éloigné des terrains d’entraînements. Un endroit paisible où elle avait l’habitude de s’entraîner, sans obstacles et surtout, sans regards.



« Une attaque de faible envergure… Voyons avec ça... »

Sur ces mots, Hideko effectua une suite de mudra.



Au-dessus d’elle prirent forment cinq lance, qui furent aussi propulsées devant-elle, s’écrasant plusieurs dizaines de mètres plus loin, dans la terre.

« Peut-être pourriez-vous, avec votre ombre, les contrôler afin de changer leur trajectoire ? Cela rajouterait à la technique un élément de surprise qui pourrait faire son office en combat. »


_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Ven 11 Fév 2022 - 14:42

Aizen ne pesta pas ni même donna un signe d’interrogation sur son visage. Il ne savait pas pourquoi Hideko voulait s’éloigner du lac, elle devait avoir ses raisons. Il s’en fichait, il n’était pas du genre à perdre son temps sur un détail insignifiant sauf avec un but indirect. Ici il était temps de passer au sujet principal.
« C’est exactement ce que j’avais en tête. »
Dit Aizen satisfait de la démonstration de Hideko. C’était exactement ce qu’il avait imaginé quand il parlait de faible envergure. Ce n’était pas une puissance permettant de réduire à néant un adversaire mais ce n’était pas inoffensif pour autant. Juste ce qu’il fallait pour gêner un adversaire et l’obliger à se défendre. Mais pas assez puissant pour qu’il perde son temps, et surtout énergie, à esquiver. Mais si toutefois une esquive aurait pu sauver une cible. Un changement de trajectoire soudain aurait pu sceller son sort. L’idée de Hideko était très bonne, elle avait un très bon instinct de combattant pour trouver cette idée si rapidement. Ou alors y avait-elle déjà murement réfléchit, quitte à perdre son temps face à un éventuel refus. Hélas le Nara avait bien peur qu’elle surestimait ses capacités dans le domaine des ombres.
« C’est une bonne idée seulement… »
Comment pouvait-il le dire sans paraitre pour un incapable ? Joben s’était déjà montré bien plus fort que lui dans la maîtrise des ombres, invoquant une créature s’apparentant à un clone mais fait d’ombre. Le Nara ne savait même pas que cela était possible, il avait plusieurs trains de retard. Il s’était tant concentré sur sa polyvalence qu’il se rendait compte avoir oublié l’essentiel : son héritage.
« Je ne pense pas être capable d’une telle chose. »
Dit-il finalement sans détour. Mais il prit le temps de la réflexion, il ne fallait pas être si absolu.
« En tous cas pas pour cette technique. Je pourrais peut-être dévier ton lancer mais alors tes projectiles perdraient en célérité et en une puissance. »
C’était peut-être possible après tout, il était encore loin de tout savoir sur ses propres pouvoirs. Mais même s’il en était capable cela ne serait pas rentable pour cette technique d’un niveau très intermédiaire. Au mieux il y arriverait et il ne ferait qu’utiliser plus de chakra que Hideko. Réduisant par la même occasion la synergie de la technique à néant.

Mais pourtant il voulait utiliser son ombre. Il devait utiliser son ombre. Ce pouvoir qui coulait dans ses veines depuis sa naissance, il ne pouvait le négliger plus longtemps. Les arts samourai, le doton, le futon, il avait trop longtemps mis en avant les à côté. Son pouvoir clanique était devenu faible, fade. Même dans une technique de bas rang il devait pouvoir sortir son épingle du jeu grâce à lui.
« Au départ j’avais pensé à une attaque double, tes projectiles par le dessus et mes ombres par en dessous pour assaillir notre cible en même temps via deux endroits différents, tout simplement… »
Il réfléchit. Oui, simplement. Peut-être trop ? Ses attaques claniques étaient d’une telle simplicité. Rarement efficaces sans mise en place préalable.
« Ou alors… »
Il devait être plus malin. Se montrer plus fourbe. Revenir à l’essence même des Nara. Capturer, par surprise, pour empêcher son ennemi de bouger pour l’abattre rapidement et proprement, sans même se salir les mains.
« Je pourrais utiliser les ombres de tes projectiles pour les suivre avec mon ombre afin de la connecter à mon adversaire. »
Il réalisa un mudra.
« Regarde. »
Son ombre se mit en mouvement, traçant simplement une ligne droite vers Hideko.
« Essaie de bouger. »
Elle pouvait bouger, pourtant leurs ombres étaient connectées. Aizen avait connecté son ombre à celle de sa cible sans l’immobiliser. Cela demandait beaucoup moins de chakra mais à tout moment il pouvait activer sa manipulation des ombres. La connexion existante déjà lui permettrait alors d’y arriver avec une plus grande facilité.

Son ombre se détacha rapidement, montrant que cette connexion n’était qu’éphémère. Mais suivi d’une manipulation des ombres classiques, il n’en faudrait pas plus pour surprendre un adversaire.
« Qu’en dis-tu ? Même sans utiliser de technique sensorielle de dissimulation mon ombre sera un minimum caché dans celles de tes projectiles. Si l’ennemi se fait toucher ou pare ton attaque alors je pourrais connecter mon ombre à la sienne. Après ça je pourrais activer ma manipulation des ombres sans problème. »
Ainsi la technique de Hideko ne serait qu’une diversion permettant au Nara de déployer son piège. Comme toujours, il valait mieux capturer un adversaire plutôt que de le détruire. Et il fallait pouvoir être lucide pour réussir à se canaliser pour faire cela face à un ennemi contre qui on avait peut-être du ressentiment.


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Sam 12 Fév 2022 - 15:40

Sa démonstration plut à Aizen. La puissance de la technique combinée qu’il avait imaginé serait donc similaire. Tout l’intérêt ne résidait, de toute manière, pas dans sa puissance, mais dans la différence qu’elle pourrait faire, grâce à leur pouvoir combiné, mais quelque chose le gêna. Quelque chose qu’il eût, sembla-t-il, du mal à admettre, car touché dans sa fierté, dans son égo. Une vérité, une évidence : il ne pouvait pas. Ses ombres ne sauraient, il ne saurait se saisir des armes pour modifier leur trajectoire, pas sans les ralentir et de fait diminuer leur puissance.
Ainsi, son idée fut caduc, mais tandis qu’elle entreprit de trouver une nouvelle solution, Aizen lui soumit son idée : ses armes viendraient l’assaillir du dessus, tandis que l’ombre d’Aizen tenteraient d’attaquer leur ennemi d’en-dessous.

« Mmh… » souffla-elle, songeuse.

Cela ferait-il vraiment la différence ? Si l’adversaire utilisait un simple mur, ou alors une esquive, il en serait fini de leur attaque combinée.

Aizen poursuivit avec une second idée, moins directe, plus rusée… comme cela lui ressemblait tant : utiliser ses ombres pour se saisir de leur ennemi, aidé de celles des armes pour la garder cachée, à minima moins visible.

« Intéressant. »

S’en suivit une démonstration. Aizen connecta son ombre à la sienne, puis l’invita à bouger. Perplexe, car ne pensant pas pouvoir le faire une fois leur ombre liée, elle s’essaya et y parvint.

« Vous pouvez connecter votre ombre à quelqu’un d’autre, mais ne pas restreindre ses mouvements ? » Pensa-t-elle à voix haute, les yeux rivés sur l’ombre qui courrait au sol.

Sur ces mots, Aizen rompu la technique, puis attendit son verdict.

« Je trouve ça vraiment intéressant… Je me souviens encore de notre affrontement, notre premier entraînement. J’avais revêtit mon armure et vous m’aviez attaquer avec votre épée. A cet instant, nos ombres s’étaient connectées et vous avez pu m’immobiliser. »

Ce jour-là, elle avait appris une importante leçon : quand bien même la résistance de son armure, il faut toujours respecter son adversaire, se montrer prudent et si possible éviter plutôt que de tenter un affrontement direct, car on ne sait jamais ce dont il sera capable.

« L’idée là est un peu la même, mais en se servant de mon attaque pour cacher votre ombre qui court. Par contre… Sans dissimulation, il pourra toujours la voir, même si ce sera plus difficile. Tout dépendra aussi du terrain : dans une plaine terreuse ou sablonneuse dégagée, ce sera inutile. Mais dans une prairie ou un sol rocailleux… ça pourrait faire toute la différence. »

Ainsi, Hideko acquiesça cette proposition d’un hochement de tête, mettant ainsi un point finale dans cette réflexion qui était la sienne.

En repensant à cette époque, à cet entraînement, elle se souvint de ce jour, de ce combat, de ce qu’elle fut. Jeune shinobi inexpérimenté, elle n’avait aucune chance de l’emporter. Elle refusait toute défaite, tout échec, alors même qu’ils étaient inévitables. Une bien pâle figure par rapport à celle qu’elle était aujourd’hui, plus expérimentée, plus mature, bien que loin d’être débarrassée de ses démons d’antan.

« La technique n’est pas très complexe en soi, car nous savons tous les deux bien ce que nous avons à faire : moi, créer mes armes et les projeter ; vous, suivre l’ombre de ces dernières avec la vôtre. »

Tout sera donc une question de coordination, de timing, ce qui relevait aussi d’un défi en soi.

Comment devaient-ils s’organiser ? Car à part répéter l’exercice jusqu’à ce qu’ils ne parviennent à être synchrone, Hideko ne voyait guerre ce qu’ils pouvaient faire.

« Du coup, on s’entraîne directement ? Je fais mes lances et vous essayer de caler votre ombre sur elles ? »



_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Jeu 17 Fév 2022 - 15:01

La Metaru ne semblait pas enchanté après l’écoute de la première proposition de Aizen. Rien de plus normal, lui aussi ne l’était pas. Cette première proposition, bien que réalisable, n’avait rien qui sortait de l’ordinaire. Il fallait entendre par là que chacun de son côté aurait pu créer une technique similaire. Ce n’était pas le but des techniques combinées.

De son point de vue, les techniques combinées étaient là pour associer des pouvoirs qui ne peuvent pas être manipuler par une seule personne. Mais surtout, la technique qui découlait de cette association devait être inédite, surprenante. Non pas par sa puissance ou mais par son existence même.

Hideko sembla tout de suite plus captivé par cette proposition, témoignant de toute la fourberie du Nara. Sa méconnaissance de la maîtrise des ombres le fit quelque peu sourire, rien de plus normal pour un étranger à son clan.
« Bien sûr que je peux me connecter à une ombre sans en restreindre les mouvements. Cela me permet notamment d’utiliser n’importe quelle ombre pour relayer la mienne. »
Les arcanes d’un clan étaient le plus souvent secrètes. Mais maîtriser les ombres était un don héréditaire et incessible. Partager ce genre de savoir, déductible au combat par de simples observations, ne le mettait pas en danger. Il avait bien d’autres cartes dans sa manche pour pouvoir surprendre.

Justement la Metaru avait ce sens de l’observation et se rappelait s’être fait piéger par le Contact de l’ombre du Nara. Une technique fortement utile surtout dans un cadre défensif. Cette technique n’était pas plus puissante, elle n’était même pas dissimulée. C’était juste une activation de la manipulation des ombres par contact. Cela semblait être une manipulation plus faible que celle de base mais c’était là toute la subtilité. Si l’adversaire voyait l’ombre du Nara bougeait il pouvait se douter de ce qui allait se passer. Mais un contact physique ou même entre les armes… Et le piège se refermait.
« C’est l’idée. Je ne peux pas rajouter une composante de dissimulation en réduisant l’épaisseur de mon ombre par exemple. Ce serait une surconsommation de chakra pour moi et je ne serais plus en adéquation avec toi. Mais effectivement mon ombre pourra être naturellement cachée dans les tiennes. Un adversaire attentif saura voir la supercherie mais pas tous. »
L’esquive forcerait l’adversaire à utiliser plus d’énergie qu’il n’en faut pour se défendre d’une telle technique. La parade signerait sa fin. Il restait les défenses plus conventionnelles de type élémentaire mais encore fallait-il que l’adversaire comprenne la supercherie à temps. Il fallait coupler l’ensemble avec autre chose pour tenter de le duper plus facilement, évidemment.
« On peut essayer directement, oui. »
Le Nara invoqua un clone, leur cible. Ce dernier se mit à une distance adéquate face à eux. Il dégaina immédiatement un de ses katanas. Il le savait, il lui suffisait de faire un mur ou d’esquiver. Mais son objectif n’était pas de tenter de réchapper à la technique. Il était là pour prouver sa faisabilité. Le Nara vint se mettre à côté de la Metaru.
« Tu peux y aller. »
Elle savait quoi faire. Rien de bien compliqué pour elle si ce n’était simplement réaliser la même attaque qu’auparavant.

Aizen réalisa le signe du Rat à une main, nonchalant. Il lui suffisait de suivre l’ombre des lances et de s’y connecter jusqu’à que ces dernières soient en contact avec la lame du Nara. Ainsi, faisant relai, il pourrait se connecter à celle de son clone. C’était simple. C’était ce qu’il pensait.

Lorsque les lances partirent l’ombre d’Aizen suivit. Mais les lances avaient une forme qui leur permettait une progression perçante. Moins soumis aux frottements de l’air qu’un objets plus gros sa forme aérodynamique lui permettait de filer avec quasiment aucune contrainte. L’ombre du Nara était intangible tant qu’elle se trouvait sur le sol. Mais elle ne s’en trouvait pas plus rapide et surtout en fonction de la forme du terrain elle devait parcourir plus de distance que celle qui la séparait de sa cible à vol d’oiseau. Résultat : l’ombre du Nara ne rattrapa jamais les lances de la Metaru.

Le clone repoussa les lances sans problème et ne fut pas inquiété par l’ombre de l’original qui ne parvint jamais. Lui aussi avait compris. Hideko devait miser sur d’autres objets.
« Hum. Tu ne pourrais pas faire d’autres projectiles ? Sans changer la puissance quelque chose de plus large ou plus épais. Il en faut quand même plusieurs. D’ailleurs, plus tes projectiles auront de surface et plus elles généreront des ombres conséquentes. Plus d’ombre signifie plus d’imprévisibilité pour notre technique. »
Ainsi, ils pouvaient jouer d’une pierre deux coups.


Techniques utilisées:

_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Sam 19 Fév 2022 - 10:56

Aizen accepta l’idée d’effectuer sans attendre un essai, afin d’identifier tout de suite les problèmes qui émergeront inévitablement de cette première tentative et idée.

Le pouvoir des Nara était sans aucun doute fascinant, bien qu’elle se refusât de l’admettre. Pouvoir ainsi connecter son ombre, tant à un objet qu’à un être vivant, mais en plus pouvoir décider du moment où l’on prenait le contrôle… Sa défaite, lors de leur premier combat, fut inévitable, car ce n’était pas seulement l’expérience du combat qui lui faisait défaut, mais aussi celle du pouvoir de son adversaire. Se montrer prudent face à l’inconnu, voilà ce qu’elle devait retenir. Se montrer prudent et parer à toute éventualité.
Aizen expliqua ne pas pouvoir rendre son ombre invisible à l’œil de son adversaire, car dans ce cas-là, la technique serait déséquilibré, lui-même devant consommer une quantité de chakra plus importante qu’elle pour un résultat qui n’était pas assuré de fonctionner.

Il invoqua donc un clone et le plaça en face d’eux en guise de cible, puis invita Hideko à lancer l’assaut, ce qu’elle fit, suivit d’Aizen et de son ombre, mais leur tentative fut un échec. Son ombre ne parvint pas à suivre celle des lances, ralentie par la structure du sol, tandis que ces dernières fusaient en direction de leur ennemi. Ainsi il lui proposa de changer la forme de ses projectiles, mais cela, contrairement à ce qu’il pouvait penser, ce bien plus difficile qu’escompté.

« Mmh, changer la forme de mes projectiles… »

Ce ne fut pas tant l’idée qui la dérangea, mais la difficulté à réaliser un tel changement, car toutes ses attaques, toutes ses défenses prenaient toutes le même modèle : celles d’armes réelles. Aussi, bien qu’elle possédât une technique lui permettant de créer un objet en métal de la forme qu’elle le souhaitait, pouvoir réaliser cela pour une attaque et avec plusieurs projectiles… allait sans nul doute s’avérer ardu.

Hideko rechigna à refuser sa proposition, piquée dans son orgueil, car si la maîtrise des ombres d’Aizen ne souffrait d’aucune faille, il n’en était pas de même pour elle. Entrée dans les rangs shinobis il y a peu, elle avait tout sacrifier pour, en 1 an seulement, sortir de l’académie et gagner en puissance, mais sa maîtrise du métal, sa capacité à créer toute forme, n’était pas égale à celles des autres Metaru. Non, car cela lui demanderait des années pour rattraper ainsi son inexpérience, son retard en la matière… Des années qu’elle n’avait pas.
Aussi, elle posa les yeux aux sols et réfléchit. Une forme, plus grosse, moins aérodynamique, moins classique, qui concorderait bien mieux avec leur idée…
Plusieurs secondes s’écoulèrent avant qu’une idée ne lui vienne à l’esprit, simple, basique qui, elle l’espérait, serait à sa portée sans trop d’effort et de temps. Ainsi, sans un mot, elle effectua des mudras et forma en premier lieu une poutrelle en fer, qu’elle projeta devant elle. Plus grosse qu’une arme et pourtant simple à créer, elle espérait que cela pût convenir.

« Je peux faire plusieurs poutrelle de ce genre, qui ne sont rien de plus que des blocs de fer rectangulaire. Moins aérodynamiques, plus lent. Qui ne transpercèrent pas, mais peuvent clairement causer des blessures par écrasement. »

Hideko s’initia donc à la pratique de la création de cette nouvelle forme. Pour commencer, elle continua à ne former qu’une seule poutrelle, afin de gagner en confort, en vitesse de création, puis, quand elle y parvint, après une dizaine d’essai, elle tenta d’en ajouter une première, puis une seconde, afin d’atteindre le nombre de trois, non sans peines. Au-delà, elle le sentait, il serait difficile de réussir cette technique avec cette quantité de chakra. Surtout, il lui faudrait un entraînement bien plus conséquent, un entrainement qu’elle n’avait aucunement le temps de mener, trop occupée entre l’hôpital et les missions.

« Voilà, je peux en faire trois. Réessayons. »



_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Lun 7 Mar 2022 - 14:45

La proposition de la Metaru ne fut pas ce à quoi se serait attendu le Nara. Mais ce n’était pas lui le forgeur ici alors il garda son avis pour lui. D’autant plus que tout ce que qui lui importait était l’amélioration de la surface d’ombre proposée avec ses projectiles. Nul doute que la poutrelle qu’elle présentait serait plus amplement adapté à ce qu’ils voulaient faire.

Aizen se contenta d’acquiesçait sa proposition lui convenait. Alors il observa qu’elle avait besoin de travailler et donc de temps. Il plissa les yeux, discrètement. Il s’étonna quant à la nécessité de travailler pour créer plusieurs objets de ce genre. Ce n’était qu’un bloc de métal utile à la construction par exemple. Nul doute que son élève, Akagi, aurait pu en faire plusieurs sans sourciller. Elle ne semblait pas avoir sa maîtrise du métal. Pourtant, elle était la plus puissante des deux, elle l’avait montré.

Peu importait, Aizen comptait bien profiter de l’occasion pour tirer parti de ce temps. Nul temps mort, il rentabilisait tout ce qu’il pouvait afin de servir son évolution et donc ses ambitions. Il s’entraînerait alors, pendant que Hideko perfectionnerait ses projectiles. Il devait s’exercer à connecter son ombre à d’autres. Des aspects des arts secrets de son clan, il en avait délaissé un certain nombre. Se concentrant sur les faiblesses de son clan il s’était éloigné de ses forces. Il s’en rendait bien compte et devait y remédier. En commençant par aujourd’hui.

Le Nara s’isola quelque peu, restant tout de même à vue de la Metaru ne serait-ce que pour voir lorsqu’elle aurait terminé. Le soleil bien haut, le paysage boisé lui offrait un terrain très ombragé. Il avait tout ce qui lui fallait pour s’exercer. Alors il se m’y au pied d’œuvre, comme sa camarade. Il plaça sa main pour former l’unique mudra dont il avait besoin et son ombre se mit en mouvement. Dansant quelque peu elle se modula en une forme divague et partit dans une direction. Aizen visa l’ombre d’un arbre et lorsqu’il l’eu atteint son ombre et celle de cet arbre ne faisaient qu’un. Immobile, son ombre n’était qu’un pilier le reliant à l’arbre. D’un coup, une multitude d’ombres se mirent à partir en toute direction. Chaque ombre prit naissance dans chaque ombre des branches de l’arbre ciblée.

C’était très précis, et si cela semblait être de haut niveau c’était d’une grande facilité pour le Nara. Il continua ainsi. Chaque ombre de branche alla se connecter à un nouvel arbre. Et de ce nouvel arbre des ombres sortaient toujours au nombre exact de la quantité de branches qu’il possédait. Aizen ferma les yeux. Ressentant son environnement via ses ombres il n’avait aucun mal à continuer et à se concentrer ainsi. Étendant de plus en plus son monde des ombres tel un effet domino il eu vite fait de faire toute la surface de la forêt. Et cela ne lui avait demandait aucun effort particulier. Pourtant, il ouvrit les yeux et se décrocha de toute cette emprise, car il était déçu.
« Ce n’est pas ça. » Dit-il à lui-même.
Il s’entraînait de la mauvaise façon, il s’en rendait compte. Il s’exerçait à se connecter à des choses immobiles, pour faire une technique où il devait se connecter à des objets en mouvement ? Cela n’avait aucun sens. Sa connexion à des relais fixe était parfaite, il n’y avait plus rien à travailler. Il devait faire de même avec des choses en mouvement. Un coup d’œil vers Hideko, elle était encore en train d’essayer de créer plusieurs poutres correctes dans un timing restreint. Parfait, il aurait eu honte de ne pas être prêt à temps.

Il prit des kunai, auxquels il accrocha des parchemins inoffensifs. Le but était d’offrir une plus grande surface d’ombre que ce qu’aurait pu offrir un kunai seul. Il les jeta, les cinq vers un tronc d’arbre. Il se hâta pour mettre son ombre en mouvement mais il eu beau tout donner il ne peut les rattraper avant qu’ils ne touchent leur cible.
« Tss. »
Ils étaient trop rapides, comme les lances. Alors Aizen alla les récupérer et accrocha un morceau de tissu plutôt qu’un morceau de parchemin. De la façon dont il les avait attachés il espérait qu’en plus d’offrir plus d’ombre ils seraient ralentis dans leur courses car ils offriraient également plus de surface de résistance à l’air. Aizen était un intellect, il s’en servait pour parfaire ses arts ninja. Science et Ninjutsu, Kumo prouvait souvent que ces deux composantes n’étaient pas indissociables.

Finalement alors que Hideko annonçait avoir terminé Aizen venait justement de réussir également. Il s’était connecté à l’ombre des kunai en mouvement et s’était par ce biais connecté à cette de l’arbre rentrant en collision avec. Toutefois il savait que cet exercice était plus simple car le contact entre le kunai et l’arbre était permanent. Là où le contact entre les poutrelle et l’arme de son clone ne serait que très bref.

Il fallait essayer.

Aizen se m’y à côté de la Metaru alors qu’elle proposait déjà le nouvel essai. Il était nécessaire.
« Je suis prêt. »
Aizen se mit en position. La Metaru forma ses poutrelles, au nombre de trois comme promis. Le Nara profita de ce temps de création pour directement connecter son ombre à celles des projectiles. Pourquoi attendre ? Il est certain qu’en combat ce ne serait pas le plus judicieux de le faire en avance de phase mais pour l’entraînement cela lui permettait d’entrée d’assurer la connexion.

En effet si en combat il se précipitait pour connecter son ombre à celles des poutres de métal alors l’adversaire aurait tout le loisir de découvrir le subterfuge avec aisance. Il ne fallait jamais donner plus de chance à ses ennemis. En connectant son ombre après que les projectiles aient été lancés le Nara pouvait espérer que la cible soit concentrée sur le danger en approche.

Une fois les projectiles filant dans l’air l’ombre du Nara n’eurent aucun mal à suivre leur trajectoire en s’étant raccordé avant. Le clone du Nara se mit en place, l’arme à la main, attendant tranquillement pour intercepter ce qui pour lui ne représentait aucun danger. L’orignal quant à lui se concentrait, maintenant son mudra il scrutait le moment opportun pour que son ombre passe des poutres à celle de son clone. Les yeux sur la progression de l’ombre il n’avait qu’à attendre. Mais entre le moment où il vu le contact et celui où il réagit. Il était trop tard.
« Tss. »
Il avait encore échoué. Pour lui le timing était difficile à avoir. L’ombre et la lumière, deux choses semblables avec donc des caractéristiques proches. Quand l’information du contact entre l’ombre des poutres et celle du katana de son clone arrivait à ses yeux alors le contact était déjà quasiment fini. Ajouter à cela le temps de réaction, c’était infaisable. Pouvait-il anticiper le contact ? Ici oui car une copie de lui se défendait. Face à un autre adversaire il n’aurait pu prévoir une telle chose.
« Pour le prochain essai. »
Aizen interpella Hideko, démontrant ainsi qu’il n’abandonnait pas.
« Pourrais-tu faire passer une poutre par-dessus mon clone ? »
Deux poutres qui le visent et une qui le manque. De quoi s’assurer de piéger la cible. Si jamais le Nara ne parvenait à réaliser le lien via les poutres repoussés peut-être qu’il pourrait le faire via la poutre qui passerait par-dessus. Surplombant la cible ce projectile verrait son ombre se superposer à celle de la cible durant un instant bien plus long que le simple contact d’une parade.

Il ne comptait pas pour autant s’arrêter à cette unique solution. Il espérait bien, lors de ce prochain essai, réussir à créer la liaison via la parade de son clone. Il ne pouvait être un si piètre utilisateur des ombres, il devait réussir.


_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Dim 20 Mar 2022 - 19:03

Hideko ne fut pas la seule à avoir des difficultés à mettre en pratique ce qu’ils avaient en tête. En effet, elle put apercevoir Aizen faire de même et ce pendant un certain temps. Le voir ainsi travailler pour mettre en œuvre son idée la rassura quelque peu, car elle se rendit compte que même un shinobi puissant tel que lui avait aussi besoin d’effort pour obtenir des résultats.

Quand tous deux s’eurent rejoint, Aizen lui confirma aussi être prêt. Ainsi, ils se mirent tous deux en position, côte à côte, avec pour cible un clone d’Aizen disposé une dizaine de mètres devant eux.
Hideko enchaîna ses mudras, puis forgea devant elle trois poutrelles en métal. Aizen ne perdit pas de temps à l’attendre et connecta son ombre à ses projectiles alors même qu’ils étaient en train de se former.
Comptait-il palier la difficulté de synchronisation des deux techniques ainsi ? De toute façon, cela ne pouvait être qu’une bonne idée et un gain de temps évident.
Quand elle propulsa ses trois projectiles, elle vit l’ombre du chakra les poursuivre sans difficulté, ce qui lui fit espéré que cette nouvelle tentative serait une réussite.
Qu’elle erreur.
Car quand les poutrelles furent parées par le clone, Aizen ne parvint pas à garder son ombre connecté. Son ombre se détacha aussitôt du clone, se rétractant vers lui, signant un nouvelle échec.

« Pff…. » Souffla Hideko.

Elle tourna la tête vers Aizen, l’observant d’un œil, l’air agacé, attendant ses explications quant à ce nouvel échec.

Ce dernier pris quelques secondes pour réfléchir, avant d’émettre une nouvelle requête : faire passer une poutrelle au-dessus du clone, le manquant volontairement, afin d’agrandir le temps pendant lequel l’ombre des poutrelles serait au contact de celle de leur cible et ainsi lui offrir le temps nécessaire pour les lier.

« Oui. » Répondit-elle simplement.

Ainsi, Hideko forgea à nouveau ses trois poutres, puis les projeta aussitôt terminé sur sa cible. Comme lors du précédent essai, Aizen lia son ombre aux projectiles alors même qu’ils étaient en train de se former. Quand ils fendirent l’air défila sous eux l’ombre, sans jamais en perdre le fil, jusqu’à ce qu’ils arrivent sur le clone. Là, les deux premières poutrelles, qui arrivèrent au niveau de ses hanches et de son torse, furent à nouveau parées d’un mouvement habile du clone, tandis que la dernière passa au-dessus, le manquant volontairement.

Les iris pourpres de Hideko fixèrent avec attention l’ombre d’Aizen qui, cette fois-ci, parvint à se lier à celle de son clone. Une réussite qui se lit sur son visage, son air sévère disparaissant au profil d’un sourire de satisfaction.

« Parfait ! »

Cependant, leur technique n’était pas encore tout à fait terminer et Hideko voulait clarifier quelques points avant de crier définitivement victoire. Aussi, elle s’avança et vint se placer à côté de lui.

« Petite question… Que se passera-t-il si le sol n’est pas plat ? S’il y a des rochers ou des buissons par exemple ? Ou si nous sommes dans une forêt et que l’ombre que les arbres projettent occupent une partie du terrain ? »

Hideko ne connaissait pas parfaitement les limites et capacités des Nara. Aussi, décida-t-elle de lever tout doute concernant leur techniques combinée, afin que le jour où ils devraient l’utiliser, ils ne puissent se faire surprendre par quelconque anomalie du terrain.



_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara Aizen

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Ven 1 Avr 2022 - 16:10

L’ombre resta accrochée telle une manipulation des ombres classique pendant quelques secondes avant de s’estomper. Ce n’était pas un échec, c’était le comportement normal. Cette technique n’était pas assez puissante et surtout elle avait vocation à être ponctuelle. Rien de suffisant pour immobiliser de façon durable un adversaire.

Néanmoins, cela s’avérait utile pour accrocher son ombre à une autre pour, par la suite, effectuer une manipulation des ombres. Une manipulation qui devrait alors s’effectuer en deux temps, ce qui aurait pu paraitre bien plus faible que d’utiliser la technique originelle seule. Mais au contraire, la manipulation des ombres utilisé de façon frontale était bien souvent trop prévisible. Ici, en cachant son ombre dans celle des poutrelles, le but était de dissimuler la vraie intention du duo à travers une attaque. Comment se défendre de quelque chose qu’on attendait pas ? Une fois le lien établi la cible se retrouverait devant le fait accompli : lié à l’ombre du Nara. A ce moment il aurait alors au mieux quelques secondes pour réagir, et encore, faudrait-il de quoi réagir. Se décrocher d’une ombre du Nara n’était pas donné à tous surtout dans un laps de temps si court. Aizen n’aurait plus qu’à utiliser son jutsu clanique classique pour que son adversaire se retrouve définitivement piégée.

Parfait, ça ne l’était pas tout à fait. Mais Aizen savait qu’au fil du temps ils pourraient améliorer leur symbiose afin que ce soit le plus efficace possible. Surtout, c’était à lui de régler de son côté ce problème de timing pour se connecter à une ombre via une autre sur un cours laps de temps. Ici représenté par une parade, c’était de l’ordre de la seconde. Il savait qu’il pouvait y parvenir.

Hideko souleva une question, plus que cela même elle souleva une des nombreuses limites du pouvoir des Nara. L’art de la manipulation des ombres pouvait se montrer redoutable mais il pouvait aussi se montrer inutile dans bien des situations. C’était bien pour cela que Aizen s’acharnait à diversifier son style de combat et son répertorie de techniques. Mais si elle touchait du doit une de ces limites elle ne l’avait pas clairement identifié.
« Plus le terrain sera accidenté et plus ce sera avantageux pour mon ombre. »
Mais il était quasiment impossible de comprendre ou imaginer tout cela sans être un Nara ou alors il aurait fallu avoir combattu très longtemps aux côtés de l’un d’eux.
« Si une multitudes d’ombres de l’environnement sont disponibles alors la mienne pourra s’en nourrir. Elle pourra aller plus loin et peut-être même gagner en vitesse mais surtout en imprévisibilité. »
Mais il y avait un mais.
« Néanmoins, je dois posséder une ombre et mon adversaire aussi doit en posséder une. Il y a de nombreuses situations où ça pourrait ne pas être le cas. Une fois la nuit tombée, sans lune, par exemple. »
Aizen avait nul doute que ce défaut ferait enrager la Metaru, ne serait-ce qu’intérieurement. Elle ne semblait pas être du genre à devoir gérer des pouvoirs à limite, voulant toujours plus de force de destruction sans contrepartie.
« Donc malheureusement tu l’auras compris, cette technique ne pourra être utilisé que dans une situation adaptée. C’est le terrain qui décide, il faut s’adapter. »

Tout shinobi devait être capable de faire ça. Mais surtout, elle devait comprendre que si dans certaines situations la technique serait inutile dans d’autres elle serait imparable. Voilà le style de combat du Nara : un répertoire vaste qui lui permettait de répondre à chaque situation de la façon la plus adéquat possible.
« Tout n’est toujours pas absolu Hideko. Ne recherche pas que la puissance, souviens toi de notre discussion. Tu auras beau devenir le golem indestructible que tu souhaites tant un jour tu marcheras sur un infime caillou qui te réduira à l’état de poussière. »
Elle comprenait peut-être, que seule, elle n’irait jamais bien loin.

Mais encore fallait-il que quelqu’un lui accorde sa confiance…

Aizen était déjà loin du point de rendez-vous lorsqu’il eut cette pensée. Il avait sommairement salué la Metaru et leur route s’était de nouveau séparée. Des chemins qui se recroiseraient bientôt sans doute, pour le meilleur ou pour le pire, c’était surtout à elle d’en décider maintenant. Pour autant, le Nara avait des cartes en main. Une fois rentrée chez lui, il comptait bien jouer l’une d’entre elles.

Ainsi il prit une feuille et rédigea.

Aizen a écrit:
Cher Raizen,

Si je t’écris ces quelques lignes aujourd’hui c’est une nouvelle fois pour quelqu’un d’autre que moi. Tu sais que j’ai à cœur que les nouvelles générations puissent progresser et s’épanouirent dans un environnement sain sans toutefois perdre la réalité qui est la nôtre aujourd’hui. Nous en avons déjà parlé de vive voix, je suis attentif au développement de tous ceux dont je peux croiser la route à Kumo.
Le dernier examen chûnin a su nous montrer les faiblesses dans nos enseignements ainsi que nos manquements. L’un d’eux, et tu dois déjà savoir de qui je parle, a été pleinement assumé par le village. Et je suis ravi de constater que nous sommes capables de prendre de telles décisions, aussi difficiles soient-elles.
Metaru Hideko n’a pas été promu malgré sa prestation qui était tout à fait au niveau. Je suis directement concerné puisqu’elle a, volontairement ou non, attenté à la vie de mon élève qui serait bien mal en point si l’arbitre et moi n’étions pas intervenus. Je ne lui en tiens pas rigueur, la faute est collective bien qu’elle doive assumer sa part des responsabilités.
Néanmoins, j’ai eu l’occasion d’échanger avec cette jeune Kunoichi à plusieurs reprises que ce soit avant ou après le tournoi. J’ai pu constater son évolution et être témoin de sa bascule vers quelle que chose qu’elle-même ne voudrait pas devenir. Heureusement pour elle, et sans doute pour tout le monde, elle a su trouver auprès de certains de ses pairs ce qu’il fallait pour se remettre sur la bonne voie.
Ce que je peux t’assurer aujourd’hui c’est qu’elle se bat contre cette partie d’elle-même afin de devenir une meilleure version d’elle-même. Tout simplement devenir celle qu’elle veut sans influence externe ou même interne par le biais de ses émotions. Et son combat est pratiquement gagné, elle en est très proche.
Et j’en viens alors au sujet de ma demande. S’il manque bien quelque chose lui permettant de faire encore et définitivement un bond considérable vers la voie qu’elle veut emprunter à nos côtés c’est un gage de confiance de notre part, de la part du village, de ta part. Je parle d’ici de quelque chose de concret pas juste d’une mission ou de simples mots.

C’est pourquoi. Moi, Nara Aizen Jônin de Kumo, je recommande officiellement Metaru Hideko au grade de Chûnin.

Je peux t’assurer que nous n’avons plus rien à attendre de sa part pour qu’elle puisse amplement mériter ce grade et les responsabilités qui vont avec. Et j’assumerais les miennes en cas de problème si jamais tu me suis sur cet avis, bien que je ne doute pas qu’il n’y aura aucun problème.

Lettre adressée à @Meikyû Raizen.

Un gage de confiance. La Metaru était trop recentré sur elle-même. Sans maîtrise, l’introspection pouvait vite devenir dangereuse. Surtout avec un passé qui s’était montré plus que défavorable. On ne se trouvait jamais à la hauteur, on avait une image biaisée de soi-même. A terme, on pouvait penser que le moindre regard posé sur soi était emplie de haine, nourrissant alors es propres ressentiments. Un acte concret de confiance de toute une institution pourrait lui donner l’ultime coup de boost dont elle avait besoin. Et surtout, cela lui permettrait de se concentrer sur autre chose que soi-même.

Bien évidemment, un autre but se cachait derrière cette demande chargée d’altruisme, comme toujours….



_________________
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

L'ombre et la lumière [Aizen]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’ombre passe mais la lumière demeure ₪ Nara Aizen
» Une lumière. [Tsuyo]
» Sur les pas des légendes [Aizen & Atorasu]
» Qui est-ce qui a séché l'école ? [Ft Aizen]
» La voie de la Lumière

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: