Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

L'ombre et la lumière [Aizen]

Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Dim 9 Jan 2022 - 10:39

« Mais si tu veux apprendre à te contrôler pour ne pas sombrer, viens me trouver. »

Ces mots raisonnaient dans son esprit, alors que les tentations, les appels à sombrer se faisaient si nombreux, si puissants.
Seule. Hideko se sentait si seule et ce malgré ses quelques amis qui, même s’ils étaient peu nombreux, lui étaient fidèle, elle le savait. Non, ce n’était pas ce genre de solitude, mais le genre de solitude dans laquelle tous la forçaient à rester. Le genre de solitude où l’on vous regarde de travers, où l’on murmure à votre passage, où l’on se retourne en rigolant. Le genre de solitude oppressante, de chaque instant, qui peut changer une personne, la briser.

Seule dans le bosquet longeant le terrain d’entraînement, au bord du lac, Hideko était là, assise sur un rocher, observant l’horizon des événements, paisible, sans une vague par ce jour où le vent restait silencieux, caché.
Plus le temps passait, plus l’envie d’échapper à sa situation, de fuir de se village l’envahissait, jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus imaginer son bonheur dans cette fuite, une fuite qui, même si elle lui serait utile, le ne règlerait aucunement tous ses problèmes, car à son retour, ses problèmes seraient toujours là.
Peut-être l’aura-t-on oublié ? Peut-être les gens arrêteront de parler d’elle ? De la juger ? De lui cracher dessus ?
Elle ne pouvait pas y compter : elle ne voulait pas y croire, mais disparaître… disparaître rien qu’un peu, voilà tout ce dont elle avait besoin.

En attendant que ce jour tant attendu, que ce miracle n’arrive, Hideko restait seule, tant que possible, tant que faire se peut et pourtant… Aujourd’hui était une exception, car aujourd’hui elle avait donné rendez-vous à Aizen.
Elle ne l’aimait pas, ni ne l’appréciait, mais elle vouait malgré tout un respect certain. Il était puissant, expérimenté, réfléchi. Quelque chose clochait, quelque chose n’allait pas, mais elle ne savait pas quoi, ne pouvait mettre le doigt dessus. Après tout, tout le monde avait quelque chose clochait, alors à quoi bon…
Le point de rendez-vous se trouvait ici-même, sur ce rocher, promontoire sur lequel elle était assise. Cheveux détachés, tombant sur ses épaules. Visage fatigué, traits tirés. Tenue en cuir loin des tenues riches et nobles qu’elle avait toujours porté et ce malgré sa bourse limitée. Elle n’était plus que l’ombre de ce qu’elle était jadis. L’ombre de la femme soumise, de la femme aux apparences, de la femme faible. Non, elle le sentait, chaque jour, chaque semaine elle devenait plus puissante. Chaque jour, ce feu qui brûlait en elle, qui lui permettait de se mouvoir, de se battre, gagnait en intensité. Ce feu, il y a quelques mois, qu’elle admirait, remerciait et avait apprise à craindre, de peur de se faire dévorer tout entière, de disparaître à jamais. De ne plus être qu’une ombre, mais que cendres qui disparaîtrons à la première bourrasque.
Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Car quelque chose changeait en elle. Un cap franchi, une limite dépassée, une menace encore plus grande se profilant.
Alors peut-être, peut-être qu’il pourrait l’aider. Peut-être qu’il pourrait lui être utile… mais elle ne pouvait pas se dévoiler ainsi, elle ne pouvait pas paraître aussi faible. Il lui fallait une excuse, une raison déjà toute trouvée.

Hideko entendit des bruits de pas venir de sa droite, une présence. D’un rapide coup d’œil, elle vit qu’il s’agissait de @Nara Aizen et resta immobile, jusqu’à ce qu’il ne soit parvenu à son niveau.

« Bonjour, Aizen. »

Directe, sans aucune chaleur, comme à son habitude.

« Une technique combinée… ça vous intéresserait ? Nous avons déjà souvent combattus ensemble, ou l’un contre l’autre. Nous avons fait des missions et vous m’avez enseigné une technique de votre cru. Aussi, je me disais que ça pourrait vous intéresser, une technique qui, la prochaine fois que nous combattrons ensemble, la prochaine fois que nous ferons une mission ensemble, nous permette de faire la différence. »

Un moment qui lui permettrait de parler, d’échanger et peut-être d’apprendre. Peut-être de se sauver.

« Qu’en dites-vous ? »


_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Lun 10 Jan 2022 - 21:36

Le Nara plantait des graines. Il tentait de plus en plus de partager ses idéaux avec son entourage, prenant en ampleur petit à petit au sein du village il voulait en emmener dans son sillage. Il était le berger, le mouton, le loup, tout ce qu’ils voudraient. Il était le caméléon qui s’adaptait à chaque personne pour lui offrir ce qu’il désirait. Pourquoi tant de bienveillance ? Il n’avait qu’un but : être un guide. Guider le plus de Kumojins possible dans la lumière afin d’enfin élever le village dans cette dernière. Une fois fait ce serait au tour du Yuukan tout entier. Il le fallait, sinon le monde sombrerait tôt ou tard.

Mais ce naufrage n’était pas à une seule vitesse, certains l’avaient déjà commencé, de façon indépendante, de par leur propre histoire. Metaru Hideko en faisait partie. Il l’avait rencontré alors qu’elle n’était qu’une frêle jeune femme prenant rapidement peur. Elle avait déjà son caractère belliqueux quelque peu enfoui à cette époque. Prenant en puissance et écrasant ses adversaires les uns après les autres elle avait commencé à creuser. Son caractère s’était imposé et son jugement était alors sans cesses obscurci. Elle contre le monde entier, enfermée dans un cercle vicieux donc elle ne pourrait sortir que par une seule extrémité. Soit elle se laissait emporter tout en profitant de la force du courant afin d’atteindre les ténèbres. Soit elle ferait l’effort de difficilement remonter la pente pour trouver la lumière. Elle semblait déjà perdue, mais le Nara avait tout de même planté sa graine. Car il voulait cultiver ses idées et pour cela il fallait planter le plus possible, même dans les endroits qui semblaient le moins fertiles.

Et contre toute attente cette graine planté dans un sol emplit de désespoir germa, car ce jour-là la Metaru lui avait donné rendez-vous. Quelques peu à l’abris des regards dans une des forêts à même le village il savait que cette rencontre n’était pas le fruit du hasard. Il s’y rendit, avec l’espoir de guider une âme en peine sans oublier ses propres objectifs, aucun acte n’était dénué d’intérêt. Jamais.
« Hideko. » Dit-il simplement avec un sourire pour lui rendre son salut, d’une façon plus chaleureuse qu’elle.
« Une technique combinée hein ? » Dit-il pensif sans faire mine d’être surpris.
Il aurait pu être surpris ou jouer la surprise. Mais à quoi bon face à elle qui se fichait de toute autre information que la réponse à la question. Le pensait-elle assez dupe pour croire que cette demande ne cachait rien, surtout après son appel de l’autre jour ? Il le savait, elle voulait de l’aide. Si l’avouer aurait été un pas plus que remarquable mais rien que d’en prendre conscience seule lui serait déjà grandement bénéfique.
« J’ai déjà pratiqué cet art poussant à son paroxysme l’art ninja en équipe, avec mes deux élèves. »
Était-elle jalouse d’eux, de toute le monde ? Ne voulait-elle pas simplement vivre comme tout le monde, avoir un maître, des élèves. Qu’est-ce qui lui manquait ? Aizen pouvait répondre à cette question, accepterait-elle cette réponse ? Il ne lui donnerait pas, elle devait se trouver toute seule. Elle faisait au moins un premier pas, elle était moins perdue que ce qu’avait jugé le Nara.
« Un tel exercice exige de nombreuses qualités. Si des qualités personnelles résulteront la puissance de la technique de celles de groupe résulteront la cohérence de cette dernière. »
Elle était assez expérimentée pour comprendre cette leçon sans qu’il n’ait besoin d’en dire plus. Simplement additionner deux puissantes techniques ne créerait par forcément une troisième plus puissante, sans cohésion de groupe elles pouvaient mêmes s’amoindrir entre elle. Le travail d’équipe ne pouvait pas vraiment s’improviser sauf grande expérience et surtout grande maîtrise et connaissance de soi. Autant de choses dont semblait manquer la Metaru.
« Je ne vais pas te mentir et je ne vais pas y aller par quatre chemins. Je ne te fais pas confiance, tu ne me fais sans doute pas confiance non plus. Tu es imprévisible et incontrôlable, tu n’en fais qu’à ta tête. Quelque soit ta puissance pour rien au monde je n’aurais envie d’aller sur le champ de bataille à tes côtés. »
Il jaugea la Metaru, il ne la provoquait pas mais il fallait dire les choses. Elle avait fait le premier pas, elle pouvait bien encaisser quelques vérités. Elle qui ne faisait qu’affronter les regards fuyants, le Nara affrontait le sien de face.
« Il faut que tu comprennes que la puissance ne fait pas tout. Encore moins quand cette dernière est acquise en ignorant tout le reste. »
Son pèlerinage avait commencé, mais il ne s’éloignait pas du sujet de couverture pour autant. L’apprentissage serait double et bilatéral. Aizen apprendrait beaucoup à réussir à aider la Metaru, s’il le pouvait avec elle alors qu’est-ce qui l’empêcherait de le faire avec tout le village ?
« Une technique combinée demande à ce que les deux utilisateurs soient en phase. Qu’ils se comprennent, qu’ils se fassent confiance, qu’ils se connaissent. »
Comprenait-elle vraiment ? Le Nara s’approcha pour lui faire face de plus près. Il ne plaisantait jamais avec la vision philosophique des choses. C’était mettre des mots sur des choses incompréhensibles pour les plus simples d’esprit. Mais ces choses avaient bien lieu.
« Hideko, comment veux-tu être en phase avec qui que ce soit si tu n’es pas en phase avec toi-même ? Comment veux-tu que les gens te comprennent, te soutiennent, si tu ne sais pas qui tu es ? »
Aizen n’attendait pas forcément de réponse. Et si réponse il y avait il se doutait que cette dernière serait belliqueuse. On n’apprivoise pas un loup sauvage depuis toujours en si peu de temps après tout. Malgré tout elle ne pourrait jamais avancer si elle n’entendait pas la vérité en face, était-elle prête ?
« Néanmoins… J’accepte ta demande, c’est toujours un plus pour le village de pouvoir se coordonner avec quelqu’un afin d’attaque de façon inédite. Nous pourrions combiner ton métal et mon ombre mais à une seule condition : nous allons travailler sur une technique peu puissante. Le but sera de surprendre, d’être précis et surtout très coordonné. Si ça te va… »
D’un coin de la forêt un buisson trembla et quelqu’un en sorti. C’était Akio.
« Alors la folle ? En plus de vouloir tuer mon coéquipier tu veux me voler mon sensei maintenant ? »
Aizen avait en fait préparé un clone métamorphosé en amont, voulant tester où en était la manieuse de métal. Savait-elle se maîtriser ou en était-elle toujours au même point voire pire ?

Spoiler:
 

_________________
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536
Metaru Hideko
Metaru Hideko

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Mar 18 Jan 2022 - 21:23

Aizen ne sembla pas surpris, ce qui elle, eut pour effet de la surprendre, comme en témoigna son haussement de sourcils. Voyait-il cette invitation comme une insulte ? Après tout, elle était une paria et il ne serait guère surprenant qu’Aizen ne voit pas d’un bon œil cette proposition. Pourtant, elle avait pu remarquer qu’il ne lui montrait pas le même jugement sévère, le même dédain que bon nombre faisaient.
Avait-il vu clair dans son jeu ?
Il lui expliqua avoir déjà conçu et préparé des techniques de ce genre avec ses élèves, ce qui ne l’étonna point, tant les éloges à son égard, en tant que chef d’équipe, étaient de coutume. Tout l’inverse de sa réputation en tant qu’enseignant, sévère, sans pitié. Les deux faces d’une même pièce.

Toujours assise sur son rocher, Hideko fixa avec attention Aizen, sentant venir là où son discours menait inexorablement. Une direction qui ne lui plaisait aucunement. Parler des qualités personnelles de chaque membre pour parvenir à créer une telle technique allait de soi, mais avait un tout autre sens quand elle était dans la balance et déjà, déjà elle sentait le vent venir.
Aizen ne lui faisait pas confiance, tout comme elle non plus ne lui accordait qu’une confiance très limitée, sous pesée. Un manque de confiance qui allait jusqu’à douter de ses capacités sur le champ de bataille, jusqu’à dire qu’elle était incontrôlable et imprévisible. Ces mots la touchèrent autant qu’ils l’énervèrent et elle sentit aussitôt sa colère monter, son impatience galoper et pourtant, Hideko ne l’interrompit pas.
Elle écouta Aizen parler, sans un mot, sans grimacer, sans montrer un seul des nombreux sentiments qui la parcouraient : colère, tristesse, déception, impatience. Quand il eût terminé sa tirade, apparut soudainement, à l’orée de la forêt, un visage qui termina de figer le balancier de ses émotions définitivement sur la colère : Akio, mais quelque chose clochait. Sa voix était belle et bien la même et elle eût envie de l’ignorer tout comme elle l’avait toujours fait, comme elle essayait toujours de le faire, mais ses expressions, sa façon de marcher, voire même sa façon de parler dédaigneuse… Quelque chose clochait.
Elle resta ainsi à le fixer, silencieuse, plusieurs secondes, avant de revenir sur Aizen, plissant les yeux.

« Vous m’insultez. »




D’un mudra, Hideko forgea un carreau qu’elle projeta sur cette pale copie de son ennemi juré.

« Vous pensez vraiment m’avoir ainsi ? » Lui dit-elle, les yeux dans les yeux.

Puis, elle s’apaisa, tentant de retrouver un certain calme, avant de reprendre.

« Vous vous méprenez grandement, quand vous dîtes que je suis imprévisible. Incontrôlable ? Oui je l’admets, je ne souhaite pas être contrôlée, et e ne le serai pas, plus jamais. Mais je refuse qu’on dise de moi que je suis imprévisible vous devriez plutôt avoir envie d’être à mes côtés sur le champ de bataille. »

Hideko s’exprima avec une détermination et une assurance débordante, en réponse à ces paroles, à ce jugement qui l’avait blessée, ressenti comme profondément injuste. Aussi, elle se leva, puis détourna le regard d’Aizen, pour le plonger dans l’horizon apaisé du lac.


« Est-ce que vous pensez que c’est là l’avis de Ken ? De Minako ? Sans moi, ils n’auraient jamais traversé toutes ses épreuves et je ne dis pas ça par insolence, par sentiment de supériorité. Je suis plus puissante et plus expérimenté qu’eux, c’est un fait. J’ai tout fait pour les défendre, les protéger et que nous réussissions ensemble les épreuves de l’Examen et justement, nous les avons réussi, nous avons passé ses épreuves ! »

C’était là la stricte vérité, la vérité qu’on lui dérobait, car tous se refusaient à l’accepter, bien plus aisément convaincu par son comportement en combat singulier, que par ses réussites en équipe.

« Pourquoi croyez-vous aujourd’hui qu’ils me font confiance ? Qu’ils me demandent de les entraîner ? De leur enseigner ? Que nous sommes amis ? »

Elle partageait là une vérité qu’elle gardait cachée, une vérité qu’elle gardait pour elle, comme un chose précieuse à protéger, de peur qu’on lui dérobe, qu’on les arrache d’elle.

Pourtant, Aizen n’avait pas non plus totalement tort. C’était là même, la raison deleur rencontre en ce jour, ce pourquoi elle l’avait appeler : apprendre à se contrôler, à ne plus céder à sa rage dévorante. Pour ne plus menacer de mort un membre de son village dans un simple tournoi, pour savoir s’arrêter à temps.
Hideko se retourna vers Aizen, puis commença à marcher sur la rive, l’invitant de fait à la suivre.

« Mais oui, je comprends aujourd’hui que la puissance ne fait pas tout. »

Ses mots furent lourds de sens pour Hideko, une résonnance toute particulière. Elle qui jusqu’alors ne jurait que par la puissance, que par la force, le rapport de force. Bakeneko… Voilà le nom de celui qui avait tout changé. Ni un homme, ni une bête, mais un peu des deux. Surtout, un camarade, un ami, un proche qu’elle risquait de perdre et au plus profond d’elle-même, un être qu’elle savait déjà perdu. Sa tristesse se ressenti d’ailleurs dans les mots qui suivirent.

« Alors oui, je sais que je dois encore apprendre, progresser, m’améliorer. Comme vous l’avez si bien dit, je ne vous fait pas confiance, tout comme je ne fais confiance à personne… »

Elle se tut un instant, repensant à Aya, la seule en ce monde en qui elle avait toute confiance. Kamui venait ensuite, mais même avec elle, il s’agissait d’une confiance toute relative. Surtout, elle craignait qu’elle ne la renie en tant que détentrice du pacte des Caracal depuis l’accident avec Bakeneko.

« Et tout comme je dois gagner la vôtre, vous aussi vous devez gagner la mienne. Vous devez me montrer de la sincérité. Surtout, vous devez me juger à ma juste valeur, me considérer comme je suis réellement : une camarade d’arme sur qui on peut compter, sur qui on peut se reposer, une camarade d’arme qui ferait tout ce qu’il faut faire pour que son équipe, pour que son groupe s’en sorte. Quoi qu’il puisse m’en coûter. »



_________________
L'ombre et la lumière [Aizen] Sighid10
Grand merci à Zenjirō pour cette magnifique signature et à Aditya pour ce sublime avatar !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11216-presentation-de-metaru-hideko https://www.ascentofshinobi.com/t3581-metaru-kenshin-carnet-de-route#27173
Nara Aizen
Nara AizenEn ligne

L'ombre et la lumière [Aizen] Empty
Hier à 23:01

Aizen n’aurait pu prédire la suite. Tant il avait connu une Hideko agissant avant de réfléchir. Ayant des paroles lourdes à entendre, même si elles pouvaient être vraies, elles auraient fait siffler les oreilles de n’importe qui. Il était persuadé que l’apparition du Kentoku aurait suffit à la faire basculer. Il voulait mettre en pratique ce qu’il venait de critiquer, mais il avait eu tort.
« Intéressant. » Dit-il dans un premier temps en observant la réaction de HIdeko, tout à fait sous contrôle.
Mais si son plan échoua il débloqua quand même la situation. Sa tirade eu pour effet d’ouvrir encore un peu plus la Metaru qui pour la première fois sembla parler avec le cœur tout en argumentant par la logique. Elle semblait déjà si différente, plus mature. Le Nara en vint à se demander comment avait-elle fait. Il était clair qu’elle avait commencée seule à remonter la pente, et à basculer du bon côté. Pas le côté du bien, seulement le côté qui l’empêcherait de basculer. De sombrer vers quelque chose qu’elle ne voudrait pas devenir. Et qu’elle ne pourrait pas contrôler.

Aizen suivit la jeune femme dans sa marche philosophique et l’écouta attentivement. Tout ce qu’elle disait faisait sens et était la preuve d’une énorme prise de conscience. Une évolution mentale qui saurait l’élever sur tous les plans, sans doute sans qu’elle en soit encore consciente. Il sentait aussi qu’elle vidait son sac. Peut-être pour la première. Toute cette rancœur qu’elle gardait en elle, elle pouvait enfin tout évacuer. Mais pas dans une folie meurtrière, juste par des mots. Elle venait de prendre le taureau par les cornes avant que ce dernier ne se déchaine, un bénéfice d’une valeur inestimable dans sa lutte contre les ténèbres.

Il demeurait que même à travers son trajet se voulant altruiste elle pouvait causer du tort, car elle empruntait une voie bien trop passionnelle. « Quoi qu’il puisse lui en coûter ». Parfois, malheureusement, le prix a payé était trop fort. Un avis que le Nara savait ne pas être partagé par la plupart. Pourtant c’était la vérité et ceux qui tentaient désespérément de l’éviter se voilaient la face. Parfois il fallait faire des choix, à trop écouter son cœur le choix devenait impossible et tout était perdu. Valait-il mieux tout perdre avec une conscience tranquille ou faire le choix difficile que personne ne saurait prendre ? La critique était facile mais l’acte était le plus difficile et pourtant. Détesté de tous on pouvait être un héros. Détesté de tous on pouvait montrer la voie.
« Ton introspection m’impressionne. » Commença le Nara, sans détour.

« Si j’ai pu t’offenser avec mes paroles jusqu’à maintenant je m’en excuse. » Ajouta-t-il en inclinant légèrement la tête.
Il savait que dans ce genre de cas des simples excuses pouvaient être salvatrice. Elle venait d’emprunter la bonne voie, un rien pouvait la refaire basculer et ce que faisait le Nara la verrouillerait sur ce chemin sur lequel elle s’était engageait. Il l’espérait, pour elle, pour lui, pour la Lumière.
« Tu mets enfin des mots sur tes ressentis. Tu n’aurais jamais dû garder tout cela pour toi. Ce genre de maux se développe tel de la gangrène. »
Une maladie par laquelle ne pouvait être atteint le Nara. Lui qui avait appris à trouver un équilibre afin de ne pas être déstabilisé par le quotidien difficile d’un shinobi. Le pouvoir pouvait démultiplier les sentiments, tout devenait alors si puissant qu’un monde entier pouvait sembler s’écrouler. Alors qu’une émotion ne représentait qu’une illusion. Il était possible de s’en prémunir.
« Que tu veuilles faire le bien ou le mal n’est pas ce qui compte. C’est comment tu le fais qui aura des conséquences. Protéger ceux que tu aimes armée seulement de ta passion… Tu pourrais leur nuire. »
Le Nara introduisait sans doute quelque chose de difficilement abordable pour quelqu’un comme Hideko qui ne pensait qu’à l’instant présent. Prendre du recul, analyser et attendre sans répondre à l’appel émotionnel. Voilà comment elle pourrait atteindre ses objectifs sans accroc.
« La chose ne consiste pas à refouler ses émotions. Il faut les maîtriser. Pour cela il faut trouver un équilibre. Tu ressens de la haine ? Balance ça avec ton amour. Tu ressens de la tristesse ? Utilise ta joie pour neutraliser tout ça. Au départ ce ne sera pas chose facile, car contre intuitive. Mais une fois maîtrisée ce point de vue t’apportera une clairvoyance que tu ne pourrais pas soupçonner. »
Le Nara avait commencé abstrait pour petit à petit se recentrer sur quelque chose de plus concret. Lui délivrant une première leçon rapide il savait qu’elle aurait l’intelligence de saisir le poids de ses paroles. Le Nara avait beau philosopher, parler de chose qui n’étaient pas palpable, il ne pouvait être plus sérieux que dans ce genre de moments.
« A trop aimer ton prochain tu pourrais le blesser. A trop haïr ton ennemi tu pourrais l’aider. Les émotions font perdre la tête, tu peux le témoigner. Tu agis instinctivement sur une perception erronée de la réalité. Si tu ne t’en étais pas prise de la sorte à Akagi tu serais sans doute Chûnin aujourd’hui et les gens ne te dévisageraient pas… Si tu n’avais pas laissé ta furie parler face à Atorasu ton invocation ne serait peut-être pas blessée. »
Le Nara savait qu’il employait pour ses exemples des souvenirs difficiles. Mais la Metaru devait apprendre à utiliser cela comme expérience afin de ne plus jamais faire les mauvais choix. Elle voulait être une camarade, elle voulait être un modèle sur qui on pouvait compter ? Elle devait cesser d’être esclave de ses émotions. Et, se montrant clairvoyante à son tour, elle pourrait montrer la voie à d’autre pour tous s’élever vers une cohésion sans pareille.
« Tu dis ne pas vouloir être contrôlée. Alors ne laisse pas tes émotions le faire, contrôle-les et personne ne pourra te soumettre contre ta volonté. »
Car celui qui était esclave de ses émotions ne pouvait être libre. Représentant une faille grande ouverte n’importe qui pouvait se saisir de ces chaînes représentaient par les émotions afin de vous prendre en laisse. Elle pouvait maintenant éviter ce tragique scénario.
« Maintenant que tout cela est dit. Si jamais tu sens un jour que tout bascule de nouveau pour toi, viens me voir. La solitude est bien la première arme des ténèbres pour te faire sombrer. La moindre main tendue pourrait t’en sortir. »
Aizen effectua un geste rare. Il tendit sa main à la Metaru pour qu’elle lui serre et qu’ils scellent en quelque sorte cette alliance afin d’évoluer tous deux dans le même sens. Si elle acceptait, elle verrait alors que le chemin Lumineux lui apporterait bien plus de faveurs que celui obscur.
« Maintenant, voyons ce que tes armes et mon ombre peuvent faire ensemble. »
Il était temps de s’attaquer au vif du sujet, pour vérifier si ce travail d’équipe était vraiment possible ou non.


_________________
KUMO:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10477-nara-aizen-termine#90368 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10499-dossier-de-nara-aizen#90586 https://www.ascentofshinobi.com/u1536

L'ombre et la lumière [Aizen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: