Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'hyperconductivité [Akagi]

Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Mar 18 Jan 2022 - 21:37




L'hyperconductivité



Ces derniers temps j'étais perdu dans un tas de réflexions éparses à propos du Raiton et de ses nombreuses applications. Si elle était relativement pauvre en terme de possibilités défensives, elle offrait un nombre de possibilités plus qu'intéressantes à bien des points de vue. Et l'une de ses intéressantes possibilités était le fait que l'électricité pouvait conduire à travers certains matériaux. Mais il fallait que j'en sache plus à ce sujet. Quels étaient les matériaux qu'elle pouvait affecter, et dans quelle mesure ? Car si je ne me trompais pas, le métal et l'eau étaient des éléments conducteurs d'électricité. Et cela revêtait alors un intérêt tout particulier, pour bien des situations. Si je voulais développer un peu plus ce chapitre du Raiton, il allait falloir que je me rapproche d'un autre utilisateur de cet élément pour pouvoir en discuter avec lui.

Bien évidemment, la première personne qui m'était venu à l'esprit pour cette discussion fort intéressante était notre Raikage, le Yondaime. C'était certainement celui du village qui possédait la plus grande maîtrise de cette affinité, à n'en point douter. Et même si je comptais bien le dépasser dans la maîtrise du raiton et tous ses aspects, j'avais encore certainement beaucoup à apprendre de lui. Mais cela n'était pour l'instant pas possible, car après tout nous parlions du chef du village. Il avait des obligations et des occupations qui rendaient ce genre de discussions possiblement compliquées à organiser. Bien évidemment, le Yondaime savait se montrer disponible pour les ninjas de son village, et c'était bien là une qualité que j'admirais chez lui malgré son grade. Mais je préférais ne pas le déranger inutilement, sauf si cela s'avérait opportun ou particulièrement nécessaire. A la place, il y avait bien quelqu'un qui maîtrisait lui aussi le raiton, et que je pouvais consulter au sujet de ces propriétés conductrices. Un grand homme, fait dans l'acier trempé, aux cheveux roux : Metaru Akagi.

Il était récemment devenu un officier de la Kyubu, ce qui signifiait que nous appartenions au même corps au sein des unités de Kumogakure. Ce qui ne voulait absolument pas dire que je pouvais le trouver quand je le voulais. Mais je pouvais écumer certaines pistes dans tous les cas. Partant donc à la recherche du Metaru, je demandai à plusieurs de nos collègues s'ils savaient où se trouvait le fraîchement promu chunin, mais aucun d'eux n'avaient de réponses satisfaisantes à me proposer. Alors je continuer à vagabonder dans les rues de Kumo, jusqu'à ce que je finisse enfin par tomber sur le grand guerrier que j'avais déjà affronté à plusieurs reprises. D'un autre côté, sa chevelure et sa coupe, couplée à son imposante carrure était reconnaissable de loin. Je m'approchai alors du Shinobi de dos, ne sachant pas réellement ce qu'il était en train de faire, et m'annonçai afin de le prévenir de ma présence.

-Yo, Akagi-san ! J'te cherchais !

D'un pas agile et habitué par ma petite taille, je me déplaçai d'un bond au-dessus de quelques passants afin de me positionner sur le rebords d'un muret, un peu en hauteur par rapport aux autres passants et ainsi attirer l'attention de mon interlocuteur.

-T'as quelques temps à m'accorder, Akagi-san ? J'aimerais qu'on discute d'notre affinité en commun héhé !

Un large sourire sur mes lèvres montraient bien l'intérêt que je portais à notre futur conversation, s'il acceptait. Après tout, parler des possibilités du Raiton avec un de mes compatriotes avait de quoi m'enthousiasmer, car j'espérais de cette conversation pouvoir mettre au point de nouvelles techniques.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Ven 21 Jan 2022 - 16:58

Akagi marchait bon train dans les rues Kumojins, le Metaru de retour depuis peu de son initiation aux arts gladiateurs sentaient, ce nouveau sang lui couler dans les veines. Il savait être la même personne pourtant deux choses avaient changé chez le Metaru. Son calme olympien à tout épreuve se retrouvait confronté à une colère sous-jacente qui ne trouvait pas de repos. Celle-ci était juste présente, le berserker qu’il abritait désormais en son sein n’avait pas de raison d' être en colère, il s’agissait simplement de son état naturel. Telle une bête prête à sortir de sa cage, comme si un voile rouge pouvait s’abattre à tout moment sur ses yeux. Heureusement, la maîtrise parfaite du Metaru sur son être jouait en sa faveur. A côté de cette rage dont il tenait fermement la laisse, il avait ce sentiment de vide dont l’ancien l’avait mis en garde. Jusqu’à ce qu’il trouve l’arme qui l’accompagnerait et le complèterait, il aurait cette impression de vivre à moitié, de ne pas être entier. Ce sentiment l’agaçait particulièrement, rien ne le satisfaisait plus pleinement. Même son entraînement matinal avec son fils qu’il appréciait tout particulièrement ne lui apportait plus le contentement. Il voulait rapidement se débarrasser de cet état.

Il marchait donc bon train cherchant son coéquipier Akio pour lui proposer une aventure d’un tout autre genre. L’aventure que lui avait révélé l’esprit des armes qu’il avait rencontré dans la crypte sous la forteresse cachée des pics enneigés Kaminarijin. Le céleste, son frère d’arme, accepterait très certainement de l’aider dans sa quête. Celle-ci promettait d’être mouvementée qui sait peut-être que le Kentoku trouverait lui aussi son bonheur durant leur périple. Le MEtaru arriva à la demeure de son ami et après avoir tambouriné plusieurs fois à la porte, il se résigna à abandonner cette solution réfléchissant aux autres endroits où il pourrait le trouver.

Alors qu’il prenait le chemin du terrain d'entraînement, une voix s’éleva et d’une pirouette une silhouette vint se poser sur un muret à sa droite. Ikari. AKagi sourit à son collègue. Là où le Metaru était rigoureux, Ikari était désinvolte. Il appréciait l’officier. Sa nonchalance ne laissait pas transparaître la force qui l'habitait. Le géant de métal le salua :

« Salut Ikari-san ! Que puis-je pour toi ?»

Désormais officier du Kyuubu, Akagi se permettait plus de familiarité avec son ancien supérieur. La demande de la foudre kumojin étonna tout d’abord le Metaru, pour quel raison un utilisateur aussi talentueux que lui pouvait vouloir échanger avec Akagi sur leur affinité. Le Metaru ne pensait pas pouvoir lui apporter quelconque expertise en matière d’utilisation du Raïton. Réfléchissant à cette demande inattendue, il comprit l’intérêt de la demande. Ses talents de déductions aiguisés par le temps passé au KYUUBU. Sa demande devait recouper une demande que lui-même avait faite à un autre assimilateur raïton de l’horizon Kumojin. Kan. Il avait contacté le candide quelques temps auparavant pour travailler sur l’amalgame du métal et de la foudre afin d’améliorer sa compréhension de la conductivité et ils avaient travaillé de concert dans le cadre du projet lumière pour trouver les bonnes combinaisons permettant le transport de l’électricité. Le Metaru ne voyait pas d’autres raisons pour qu’Ikari vienne le rencontrer au sujet du raïton. Le foudroyant Kumojin voulait développer de nouvelles façons inédites d’utiliser ses pouvoirs. Akagi dont la curiosité prenait le dessus sur son sentiment d’urgence, en oubliant son impression de vide, lança à Ikari :

« La conductivité c’est ça ?!... Avec grande joie !!! »

Il proposa à Ikari de se diriger vers sa forge personnelle afin de pouvoir discuter et même faire quelques tests dans un cadre plus privé que cette ruelle.

Une fois arrivé dans sa demeure, le Metaru dirigea Ikari à l’arrière et ouvrit la grande porte en métal coulissante menant à sa forge. La laissant ouverte pour que la lumière extérieure éclaira l’intérieur de celle-ci. Il proposa un verre d’eau à son compatriote et lui lança :

« Alors que veux-tu faire exactement ? »




_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Ven 28 Jan 2022 - 0:36




L'hyperconductivité



Posant mes fesses sur la surface dure du haut du muret, mes mains en appui sur cette dernière, je faisais alors face au guerrier roux. Ce dernier ne sursauta même pas, au lieu de ça, lorsqu'il leva le regard vers moi, ce fut un petit sourire qui s'invita sur ses lèvres entourées d'une barbe qui semblait perpétuellement naissante. Se rasait-il tous les jours pour garder cette hauteur, ou sa barbe ne poussait-elle juste pas ? Enfin, j'étais assez mal placé pour en parler, étant donnée mon absence complète de poils à ce niveau là. Son accueil, quant à lui, se faisait plus assuré et détendu que les fois d'avant, détonnant avec la froideur de sa cousine Metaru qui ne m'appréciait pas des masses. Cela se sentait, de par sa gestuelle et son intonnation, qu'Akagi avait encore pris de l'assurance. D'un autre côté, il était dorénavant chunin et membre officier de la Police de Kumo, au même titre que moi. Et même si j'étais théoriquement son sempai, il semblait que l'amenuisement des différences entre nos situations respectives avait permis cette nouvelle légèreté avec laquelle le Metaru s'adressait à moi.

Et c'était tant mieux ! Qu'est-ce que je détestais toute cette atmosphère déférente que la hiérarchie imposait. Et ceux qui me connaissaient le savaient sans aucun doute. La seule personne envers qui je ressentais ce semblant de déférence n'était autre que le Yondaime Raikage. Et surtout parce qu'il était diablement fort ! Là n'étant pas la discussion du jour. Alors qu'Akagi me demandaient les raisons pour lesquelles je venais le voir, d'une petite pulsion sur le muret, je sautai au bas de la construction pour marcher aux côtés du shinobi. Je ne tardai pas à lui expliquer les raisons de ma venue, et c'est avec joie qu'il y répondit favorablement. Un sourire apparut alors sur mes lèvres, et je suivis les pas du Metaru qui m'emmenaient vers sa forge personnelle.

-Oh ! Tu as même ta propre forge ? C'trop bien ! Puis en mettant une main sous mon menton d'un air pensif. D'un autre côté, ça doit être un truc d'famille chez les Metaru, au vu d'votre affinité avec les métaux non ?

Je me demandais si tous les Metaru avaient leur propre forge...Pas étonnant que Kaminari et Kumo ne soient jamais en rade d'arme ! Et j'avais même entendu que par chez nous, les équipements étaient particulièrement bon marché, et surtout de bonne faction. D'un autre côté avec des clans comme les nôtres, c'était bien normal au final. Lorsque j'arrivai dans l'antre du forgeron, je ne pus m'empêcher de lever les yeux et regarder les différentes parties qui constituaient ce domaine. Faisant presque instinctivement planer ma main au-dessus de certaines surfaces métalliques, mon chakra s'agita naturellement face à cette proximité et des arcs électriques naquirent entre ma main et les matériaux. Je l'avais déjà ressenti auparavant, de matière fugace, mais il existait une affinité certaine entre l'électricité et les métaux. Et je me demandais jusqu'où je pouvais aller...Et c'était exactement ce qu'Akagi se demandait lui aussi.

-Héhé j'aimerais en apprendre plus sur les métaux. Et puis savoir dans quelle mesure on peut combiner le Kinton et le Raiton ! Qu'est-ce que ça pourrait donner ! Tu as déjà fait ça ...?

Et puis alors que je parlais, je me demandai tout en levant une main au niveau de mon visage.

-Tu penses qu'il y a des métaux qui conduisent mieux qu'd'autres ? Et puis comment ça fonctionne c'te conduction ?? J'ai jamais encore essayé, et je me demande c'est quoi la différence avec du raiton normal ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Mar 1 Fév 2022 - 13:58
Dans sa forge la conversation battait son plein avec Ikari. Les deux officiers du Kyuubu se retrouvant sur un thème plus léger qu’à l’accoutumée mais tout aussi intéressant. Ikari s’ébahit devant la structure qui malgré sa jonction à la bâtisse principale donnait l’impression d’avoir une dépendance totalement autonome au domaine du Metaru. Alors qu’Akagi allait répondre à Ikari son fils l’interrompu :

«Bien sûr qu’on à tous des forges chez les Metaru, On est les meilleurs»

Akagi ne put s’empêcher de sourire mais il agita la main en lâchant :

« Laisse Ikari-senpaï tranquille et fais attention à tes manières. Rentre à la maison. »

« Mais.. »

Le Metaru le regarda simplement d’une moue autoritaire cette fois-ci et le jeune garçon retourna à l’intérieur. Reprenant le fil de sa pensée, le géant de métal lança à Ikari :

« Désolé pour l’interruption… Du coup oui, j’ai tenté des choses à l’institut scientifique durant le projet lumière, avec Kan notamment. Nous ne sommes pas allés très loin dans nos recherches il a été appelé ailleurs. Cependant j’ai bien pu constater que tous les métaux ne conduisaient pas l’électricité de la même manière ! »

Le Metaru expliqua plus en détails les différents tests qu’il avait entrepris de son côté. Créant des bars de même longueur de différents métaux en envoyant du raïton dessus constatant que chaque bar chauffait plus ou moins en fonction du métal la composant et qu’au contact avec la paume un coup de jus plus ou moins violent se faisait sentir. Cette amalgame électricité et métaux intriguait aussi Akagi possédant l’affinité de la foudre mais il n’avait eu le temps de pousser plus les tests et essais. Le Metaru termina sur ses connaissances :

« Voilà tout ce que je sais, l’argent et le cuivre sont de très bon conducteur par exemple. Je ne sais pas si ça t’aide dans un premier temps. Après j’avoue ne pas avoir pu tester plus mes nouvelles responsabilités mon prise beaucoup de temps. Je n’ai pas pu tenter d’envoyer diverses intensités de Raïton ou autre. »

Le Metaru pensif se tapa dans les mains, il réalisa quelques mudras. Il écarta ses paumes l’une de l’autre lentement, un pic sortait de sa paume comme tiré par son autre main. Il planta le pic en argent dans le sol puis répéta l’opération cinq fois d'affilées. Créant ainsi trois longs pics de cuivre et trois en argent. Chaque métal possédait un pic de trois longueurs différentes, tous fichés dans le sol en deux demi-cercles. Un mètre, deux mètres et trois, mètres, un facteur de deux et de trois par rapport à sa plus petite création pour essayer de déterminer si le même facteur s’appliquait à la conduction ou non. Si le métal amplifiait la puissance de l’éclair en s’allongeant ou le contraire.

« Si tu veux voir les effets du raïton sur un bon conducteur vas-y, tu pourras peut-être sentir une différence dans ce que tu dois faire pour améliorer la conduction du point de vue de l’affinité. Moi j’essaierais de comprendre si les différentes longueurs jouent sur ta foudre. Si tu as d’autres test que tu veux mener, hésite pas ! je peux te créer à peu près ce que tu veux.»

L’assimilateur devait sûrement maîtriser la foudre sur le bout des ongles et Akagi avait hâte de savoir s’il ressentait une quelconque différence. Se savoir lui permettrait d’apprendre et réussir à créer une foudre au propriété conductrice améliorée. Tout du moins le géant de métal l’espérait. Cette rencontre anodine dans une ruelle du village qui se transformait en séance de rattrapage sur les propriétés du raïton piquait vivement l’intérêt du Metaru désormais.


_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Sam 12 Fév 2022 - 23:08




L'hyperconductivité



Tandis que je parcourais des yeux la structure énorme qui faisait office de forge à Akagi, laissant mes doigts électriques effleurer le métal en attendant sa réponse, un petit être débarqua dans la pièce. Naturellement, mon regard un brin surpris se tourna vers lui lorsque ce dernier répondit à ma question à la place du guerrier roux, faisant preuve d'une assurance et d'un aplomb qui me semblait maintenant devenir caractéristique des Metaru. Même si je ne l'avais jamais vu auparavant, la ressemblance entre lui et Akagi, autant physique que dans l'assurance, ne me laissait que peu de doutes quant à un lien de parenté. Mais aussi rapidement qu'il était venu, le petit se fit plus ou moins chasser par sa version adulte, et je ne pus m'empêcher de rigoler et de lui faire un coucou de la main.

-Héhé, pas de soucis ! C'était ton fils, Akagi-san ?

Cette déduction était naturellement venue de la différence d'âge certaine entre les deux versions, et cette relation particulière d'autorité mêlé d'affection, qui me faisait d'avantage penser à une relation parent-enfant plutôt que frères. J'avais entendu que les frères avaient tendances à d'avantage se chamailler, être un peu plus incisifs entre eux. Je ne pouvais pas le savoir, vu que je n'avais jamais eu de frères, ou du moins pas à ce que je sache...Peut-être que depuis mon départ, mes parents avaient refait leur vie et tenter une nouvelle fois d'avoir un enfant...Un enfant qui naîtrait pas avec la particularité dérangeante de se transformer littéralement en une entité de la nature. La colère des cieux...Ten no Ikari... Soupirant discrètement en chassant toute ces pensées de ma tête, je me refocalisai sur ce que me disait le Metaru. Il avait lui-même commencé à faire des recherches sur cette conduction à travers un projet, en la compagnie du seul autre assimilateur raiton que je connaissais : Kan. Cela faisait une éternité que je ne l'avais pas croisé, ni parlé avec lui. Mais entendre de ses nouvelles et savoir qu'il était en train de travailler sur un projet d'une telle ampleur me réjouissait.

-Héhé ! Ca fait si longtemps que j'l'ai pas vu Kan, j'espère qu'il va bien ! Mais ce projet lumière...huuum j'en ai vaguement entendu parlé ! C'pour pouvoir utiliser l'électricité comme source de lumière c'est ça ? Et c'en est où c'projet ? P'tet que j'pourrais vous aider ?

Dans le même temps, il continua à m'expliquer ce qu'il avait pu remarquer lors de ses différentes recherches sur ces propriétés des métaux qui étaient si fascinantes. Certaines, soumises à un courant, chauffaient d'avantage que d'autres. Je supposais que cela pouvait être autant bénéfiques dans un cas que compliqué dans un autre, en fonction de ce que l'on désirait faire de ces matériaux. Et à ma grande surprise, mon camarade Kumojin m'apprit que les métaux qui conduisaient le mieux l'électricité étaient en fait le cuivre et l'argent. Pour une raison qui m'échappait, j'avais toujours plus ou moins mis tous les métaux dans le même sac, pensant même que l'acier et le fer feraient de meilleurs conducteurs. Sans nul doute qu'ils conduisaient eux aussi l'électricité, mais visiblement moins bien que le métaux orangé et celui d'une couleur grise plus pure que la plus part des autres métaux. Mais cela soulevait une autre question dans mon esprit alors que je regardais le nouvelle chunin faire des signes afin de créer plusieurs pieux fait de métaux différents. D'argent et de cuivre notamment. Les autres métaux étaient présents dans la forge sans trop de difficultés à les trouver. Je décidai donc de prendre aussi des barres de fer principalement. En les plantant dans le sol, je posai à voix haute mon interrogation.

-J'me demande bien ce qui peut expliquer que certains matériaux conduisent mieux que d'autres...

Et puis aussi surtout, pourquoi certains matériaux ne conduisaient pas du tout l'électricité, alors que d'autres si. Ces questions m'intriguaient. Alors, sans dire un mot, je regardai autour de moi, et allai chercher des matériaux de tout types, faits de matériaux diverses mais cette fois-ci non conducteurs.

-Huuum...

Akagi devait certainement se demander ce que j'étais en train de faire, étant donné que ces éléments n'étaient pas conducteurs. Mais ce n'était pas sans raison que j'avais rassemblé ces matériaux. Dans un premier temps, je m'approchai d'abord des barres d'argent et de cuivre, et tendant mes mains vers ces dernières, je laissai mes doigts traîner dessus pour d'abord tenter de ressentir les métaux. D'un air distrait, je m'adressai alors à Akagi.

-Hum...Tu sais toi c'qui explique que l'courant il passe à travers ces métaux ?

Illustrant alors mes paroles, je laissai une petite portion de mon chakra se convertir en foudre, et immédiatement, j'en observai la réaction. Mon chakra réagissait avec les métaux, et se dépêchait de rentrer à l'intérieur de ces derniers, presque comme s'ils étaient attirés. J'étais capable de maîtriser ce phénomène, cette attraction, mais elle était bien présente. En tendant alors ma main vers la barre en fer, je réitérai mon geste, et cette fois-ci, je sentis aussi l'attraction, mais comme l'avait dit le Metaru, celle-ci semblait moins...forte. Moins vive. Je fronçai les sourcils.

-Intéressant...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Dim 6 Mar 2022 - 20:26
Akagi observa Ikari, alors que le blond cherchait divers matériaux dans sa forge, les entreposant les uns à côté des autres à des fins de test certainement. Tout y passait du bois, des feuilles, de la glaise et autre matériaux différent que le foudroyant officier trouvait dans l’atelier du Metaru. Finalement il s’arrêta et posa quelques questions intéressantes dont il n’avait pas forcément la réponse. Le fils du fer pouvait lui donner seulement les observations qu’ils avaient faites.

« Je ne peux pas te dire grand-chose, Senpaï. Seulement que pour le même matériau, plus la longueur est importante entre les deux extrémités moins le choc électrique, ressenti au bout opposé de la source de l’éclair, est important. Comme si le Raïton était peu à peu absorbé… »

Le Metaru réfléchissait il oubliait quelque chose :

« A oui, du coup la matière chauffe aussi au contact du Raïton, comme les chairs qui se calcine on pourrait dire. »

Akagi décida que rien ne valait une démonstration. Il se déporta et créa cinq éclairs raïton qu’il envoya chacun vers les piliers de métal qu’il avait créés. Les éclairs se déplacèrent rapidement jusqu’au pilier de métal et frappèrent chacun l’un d’entre eux. Une partie de chaque éclair disparut, la foudre n’étant pas entièrement avalée par la matière comme si celle-ci n’était pas entièrement compatible avec la matière. Le MEtaru se demanda s’il pouvait malaxer de la foudre qui garderait que les composantes de la partie ayant disparu aux contacts du métal. Il lança à Ikari :

« Tu as remarqué ? »

Enfin le Metaru s’approcha des pieux de métal et les toucha. Au contact les pieux les plus courts semblaient presque froid et plus ils s’allongeaient plus ils étaient chauds prouvant le point du Metaru invitant Ikari à constater de lui-même. Akagi lança :

« Crois-tu que l’on puisse malaxer le raïton différemment pour améliorer ce phénomène d’harmonie entre le métal et la foudre ? »

Le fils du fer avait du mal à imaginer comment à cet instant mais son instinct lui disait qu’il devait être sur quelque chose, si un shinobi pouvait relever le mystère d’un raïton aux propriétés modifiées, il s’agissait bien d’Ikari. Lui-même réfléchissait encore à la dernière questions d’Ikari essayant d’y répondre :

« Pourquoi l’éclair passe à travers les métaux… ? Je ne sais pas te le dire... je sais que les métaux sont fait d’une poussière plus fine que l’œil ne peut la voir et que cette poussière est structurée dans une image complexe. Comme un agencement que les trempes et les chauffes qu’on fait solidie ensemble. Peut-être que certains éléments de chaque grain de poussière sont existant aussi dans la foudre.. vas savoir ! »

Akagi ne pouvait en faire plus si ce n’était se pencher sur son autre idée, changer sa façon de malaxer le raïton. Il réfléchit aux pistes de modification désormais, en silence attendant aussi de voir ce que la foudre Kumojin voulait faire.

_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Lun 7 Mar 2022 - 22:28




L'hyperconductivité !



Les questions que je posais au colosse roux restèrent pour bien d'entre elles sans réponses. D'un autre côté, c'était un phénomène que j'avais remarqué il y a peu, et il semblait que ni le Metaru, ni moi ne le maîtrisions parfaitement. Ce qui signifiait que le chakra raiton nous cachait encore quelques surprises et quelques mécaniques bien particulières. Des mécaniques que je comptais bien percer à jour et maîtriser parfaitement. Mais en l'absence de réponses à mes questions, Akagi avait cependant quelques informations supplémentaires à me partager. Utilisant à de nouveaux des mudras, il produisit cinq éclairs qui allèrent à la rencontre de différentes barres de métal aux longueurs différentes. Si la plus petite fut rapidement conquis par l'électricité, il apparut rapidement évident que plus la longueur de la barre était grande, et moins l'électricité avait réussi à l'investir entièrement. Qui plus est, il me fit la réflexion que le passage du courant dans les métaux avait tendance à les chauffer. Surpris par cette révélation, je rapprochai ma main du métal et sans même avoir à le toucher, je sentis les vagues de chaleur s'en dégager.

-Oooh ! Héhé trop cool ! Mais j'pense que ça peut être difficile d'l'utiliser en combat ça par contre. Enfin p'tet pas tant qu'ça pour un Metaru ? J'sais pas trop...

Pourtant la foudre n'était pas réellement du feu. Alors était-ce simplement l'énergie incroyable et l'intensité contenu dans cet élément qui parvenait à chauffer les objets ? Comme elle pouvait carboniser les chairs ? Certainement... Après, je doutais que cela soit réellement utilisable en combat par d'autres utilisateurs que les Metarus. Et même ces derniers...le pouvaient-ils réellement ? Et surtout, en avaient-ils vraiment besoin ? Des questions qui s'intégraient certainement dans un tout autre arc de réflexion. La remarque suivante d'Akagi concernant une manière différente de malaxer le chakra me fit relever les yeux vers le guerrier roux d'un air pensif. Est-ce qu'il voulait parler de la manière dont on pouvait choisir de créer des décharges, ou des courants électriques capables d'augmenter nos performances combatives ? Il était vrai que la sensation était différente, et la manière de faire aussi. Etait-ce la même chose pour la conduction ? Quant à la conception de poussières plus fines à l'intérieur des matériaux, ou le fait que la foudre serait constitué de composant similaires me laissa tout aussi perplexe.

-Hum...dis-je simplement pensif, sans rien ajouter d'autre.

Puis je me retournai vers les différentes barres des différents métaux. Certainement grâce à ma nature d'assimilateur, j'avais senti le semblant d'attraction qu'exerçait l'usage de la foudre au contact de ces matériaux. Mais j'avais besoin de plus pour comprendre ce phénomène. De bien plus. Une idée me vint alors, même si cette dernière avait l'air particulièrement téméraire. Sans dire un mot, un sourire malicieux apparut sur mes lèvres alors que j'avais l'impression d'être sur le point de faire des bêtises. Approchant à nouveau une de mes mains vers la barre d'argent, cette fois-ci au lieu de simplement produire de l'électricité, je transformai carrément ma main pour la mettre en contact avec le métal au gris pur.

Et j'eus la sensation d'être happé par la barre en question. En poussant un cri de surprise, mon corps se propulsa subitement en avant tandis que ma main...pénétrait la barre. Littéralement. Dans les premiers instants, je paniquai légèrement en ouvrant grand les yeux, mon rythme cardiaque augmentant subitement, et je fus tenté de crier et de retirer ma main, croyant que je l'avais perdu à jamais dans ce bout de métal de malheur. Mais très rapidement, je me rendis compte qu'elle était bien là, ma main, et qu'elle n'avait pas disparu. Je la sentais toujours, toutefois elle était à l'intérieur de l'argent. Après ce bref moment de surprise, je poussai un autre soupir de surprise, mais cette fois-ci qui était d'avantage curieux.

-Oh...?

Je le sentais maintenant. Cette interaction mystérieuse. La sensation était étrange, alors que ma main se promenait à l'intérieur de la barre de métal. Je fermai les yeux pour me concentrer sur ce que je ressentais, sur ce que mon chakra ressentait à l'intérieur de ce métal. Et autant je sentais que mon chakra foudroyant était attiré par ce métal, autant je sentais ce dernier répondre et se tendre vers moi. Pourtant, l'argent ne bougeait pas d'un poil, je le sentais et je le savais sans même avoir à ouvrir les yeux. Un peu comme si à une échelle invisible à l'oeil nu, l'argent m'invitait à le parcourir par des interactions similaires à ce qui se produisait dans mon électricité. Sans ouvrir les yeux, un sourire étira mes lèvres.

-J'crois bien que ta vision...est plutôt juste Akagi-san ! Il y a tout un monde invisible à l'oeil nu dans les matériaux. Et on dirait qu'y'a des ressemblances avec la foudre, mais à une échelle bien plus p'tite ! Héhé. Mais elle m'invite...elle se tend vers moi et bouge en même temps que moi pour me permettre de la parcourir...dis-je en agitant la main pour illustrer mes propos.

On pouvait facilement voir ma main, ou du moins l'électricité qui la composait, se balader à travers le métal en suivant mes gestes. La sensation était étrange, comme si lorsque je bougeais, je me faisais aspirer en même temps. Sans pour autant que cela restreigne mes mouvements. Mais cela me donnait la nette impression que peu importait ce qui se trouvait à l'intérieur des métaux, ces derniers m'invitaient à les traverser. C'était assez marrant. Gardant les yeux fermés, je passai cette fois ma main assimilée vers un métaux moins conducteur comme le fer. Et cette fois-ci, même si la différence était légère, je sentais que l'invitation du métal était moins franche. Très légèrement plus réticente. Comme un câlin mais dont il fallait un peu pousser les bras pour se sentir à l'aise. Je fronçai les sourcils, et sans réellement augmenter la puissance de ma foudre, j'en augmentai l'intensité. Ce n'était pas réellement réfléchi, mais j'avais l'impression de me retrouver face à une porte entrouverte. Alors ma première réaction était de la pousser un peu pouvoir mieux entrer. Et le résultat fut immédiat. Comme précédemment, je fus absorber par le métal, et j'éclatai de rire.

-Héhé trop bien ! C'est trop cool ! En fait il faut augmenter l'intensité du raiton et non pas réellement sa puissance pour pouvoir en augmenter le pouvoir conducteur ! Un peu comme si...on essayait de pousser une porte en y mettant son poids mais sans y mettre de force héhé.

Cela correspondait en effet à une manière un peu différente d'utiliser le raiton. Mais cela me faisait me poser la question...

-Mais du coup pourquoi ça fonctionne pas avec tous les matériaux...?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Lun 14 Mar 2022 - 19:50
Akagi abasourdi par le spectacle qu’il contemplait avait la bouche entre ouverte. Peu de chose étonnait encore le Metaru, cependant la vision de la main d’Ikari disparaissant dans son alliage d’argent était une image qu’il garderait en tête un long moment. L’assimilateur semblait ne faire qu’un avec le métal. On pouvait deviner les pourtours de ses doigts sortant de temps à autre de la barre de métal avant de replonger dans l’argent comme dans une étendue d’eau se cachant sous la surface.

« Epoustouflant ! Que ressens tu ? Comment… oui tu es la foudre forcément. »

Akagi trouvait la réponse à son interrogation muette, Ikari, l’assimilateur foudroyant, son corps se composait totalement de raïton. Si la foudre pouvait entrer dans le métal pour quelles raisons, lui ne le pouvait pas. Le champ des possibles traversa l’imaginaire du Metaru. Créer avec Ikari une technique d’ampleur utilisant cette capacité avec son kinton. Le Metaru sourit devant l’ampleur des possibilités. Il regarda Ikari :

« On est fait pour s’entendre semble-t-il, senpaï, les possibilités sont incroyables !»

La surprise passée, Ikari donnait son retour sur l’expérience, estimant qu’il fallait augmenter l’intensité du raïton pour améliorer ce contact, cette alchimie entre le métal et la foudre. Intéressante proposition, que le Metaru s’empressa d’essayer. Il se concentra et malaxa pendant un certain temps du chakra raïton essayant d’obtenir une intensité accrue puis envoya un éclair sur l’une des barres de métal. L’éclair fut absorbé rapidement et lorsqu’il s’approcha du métal la surface resta froide comme si l’éclair n’avait pas chauffé cette fois-ci. Cette découverte l’étonna, il réfléchit un instant alors qu’Ikari se demandait pourquoi la foudre ne traversait pas tous les matériaux. Le constat qu’il venait de faire amalgamer à la question d’Ikari l’aida à trouver un début de réponse, le Metaru regarda son camarade et lança :

« Car ils résistent. Enfin ça ressemble à ça. Tu vois quand j’envoi un éclair de raïton normal sur la barre, elle chauffe beaucoup, quand j’envoie un éclair raïton très intense elle chauffe moins… Hmm il faudrait vérifier si… »

Akagi s’approcha d’une barre et l’attrapa de la main, puis regarda Ikari :

« Vas y électrise cette barre, pas trop violement bien sûr. Avec un éclair habituel puis avec un éclair plus intense comme tu le disais. Si m’a pensé est juste je t’expliquerais ensuite ce que je pense »

Le Metaru avait l’impression que les divers matériaux résistaient plus ou moins à l’électricité comme s’ils possédaient en leur sein des éléments qui acceptaient plus ou moins le passage. La chaleur et l’intensité du choc électrique orienterait Akagi dans cette découverte. Il devrait passé par une légère douleur physique mais il ne voyait pas comment tester autrement son idée. Une fois tester sur le même matériel il proposa à Ikari de réitérer la même approche mais sur plusieurs matériaux différents. Il sentit des chocs électriques de diverses intensités et après les essais sa main le faisait souffrir cependant il avait de nouvelles informations à partager. Le Metaru ce déplaça pour plonger sa main douloureuse dans un seau d’eau:

« Bon c’est très clair pour moi suite à ce test ! Sur l’argent entre un éclair normal et plus intense. Je ressens un coup de jus plus fort avec le deuxième mais plus de chaleur avec le premier. Et quand on change de matériel certains chauffe plus que d’autres. J’ai l’impression que plus un matériel chauffe moins il conduit comme si le fait de résister au raïton le faisait chauffer. Du coup pour répondre à ta question pourquoi ça ne marche pas avec tous les matériaux je dirais que peut être certains matériaux ont une résistance si élevé que peut être le Raïton n’arrive même pas à pénetrer ?! qu’en penses-tu ? »

_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Sam 19 Mar 2022 - 12:17




L'hyperconductivité !



Aussi surpris que moi, Akagi resta coi face à ma main s'enfonçant mystérieusement dans le métal qu'il avait créé. C'était certainement la première fois qu'il voyait quelque chose du genre, et c'était bien normal car moi-même c'était la première fois que j'assistais à ce genre de spectacle. Et ce n'était pas peu dire, après tout j'étais un assimilateur et je trouvais encore le moyen de découvrir de nouvelles choses par rapport à mes propres capacités. Lorsque le Metaru me demande ce que je ressentais, la curiosité visible sur son visage, mon sourire s'épanouit un peu plus alors que je cherchais la manière la plus appropriée de décrire ce sentiment. Outre le fait que je me sentais comme un enfant ayant découvert un nouveau jeu, bien évidemment.

-Hihi c'est un peu comme si le métal se tendait vers moi pour m'inviter à le traverser, en créant une sorte de chemin facilité sur mon passage en son sein !

Presque comme si une partie de ce métal était vivant, et tentait d'interagir avec moi...Cela pouvait sembler étrange, étant donné que le métal n'était pas le moins du monde vivant, mais il était composé de "quelque chose" qui réagissait avec mon électricité et le courant pour en facilité le passage. Ce n'était pas le seul d'ailleurs, les autres barres métalliques aussi, même si en fonction de leur composition, la facilité avec laquelle je manoeuvrais à l'intérieur était légèrement moindre. Moindre, mais tout de même considérablement élevée. Si je transformais tout mon corps avec cette intensité, j'étais à peu près sûr que je pourrais voyager à travers le métal. Le métal, et peut-être d'autres matières conductrices ! Il fallait que je parte à la découverte de ces matières. L'air pensif d'Akagi lorsqu'il mentionne nos compatibilités me fit sourire. Je n'avais pas besoin d'être devin pour lire dans ses pensées. Si lui pouvait créer du métal, moi je pouvais voyager à l'intérieur. Si l'on pouvait combiner ces deux capacités pour créer une nouvelle technique tirant parti de nos points forts respectifs...

-Héhé, j'te le fais pas dire...Si ça t'tente on pourra travailler dessus !

Face à la suite de mes propos qui tentaient d'expliquer ce que je ressentais et ce que je pouvais comprendre de la conductivité des matériaux, le guerrier roux toujours aussi pensif semblait avoir une petite idée. La résistance...c'était donc ça. Si certains matériaux me laissaient passer facilement, faisant preuve d'une moindre résistance, ils avaient tendance à moins chauffer. A contrario, ceux qui résistaient à mon passage chauffaient d'avantage. Et même si je ne comprenais pas très bien l'exact raison de cette résistance ni de son effet sur la thermorégulation des métaux, cela me paraissait étrangement véridique. Cette fois, Akagi participa, et m'invita même, à réaliser les expériences avec lui. Pendant un instant, je le regardai, curieux, car je me demandais s'il était conscient de ce qu'il me demandait. En faisant parcourir un courant à l'intérieur de cette barre alors qu'il la tenait lui aussi, il risquait de se prendre un coup de jus.

Toutefois, la détermination et le calme que je lisais dans ses yeux me convainquirent que je n'avais pas besoin de lui rappeler ces risques : il les connaissait et les acceptait pleinement. J'échangeai donc un bref sourire avec lui avant de me prêter au jeu. Bien évidemment, je n'y allais pas à fond, je dosais juste ce qu'il fallait pour que le courant électrique passe, mais ce n'était jamais agréable. Et au bout de quelques répétitions, en changeant régulièrement de matériaux pour tester les différences entre ces derniers, le chunin finit par en tirer une conclusion. Une conclusion qui allait dans le sens de ce qu'il avait pensé un peu plus tôt. Certains matériaux résistaient à l'électricité, bien plus que d'autres...et je fronçai les sourcils dans ma réflexion. Une réflexion qui faisait battre mon coeur tant j'avais l'impression de toucher quelque chose du doigt...

Résistance....

Si l'on partait de ce principe qui me semblait tout à fait juste, peut-être que ça signifiait que...

-...cette résistance peut donc être outrepasser...?

J'avais fini cette phrase à voix haute sans m'en rendre compte, mon ton grimpant de plus en plus pour laisser place à l'excitation. Je levai de grands yeux vers Akagi, pleins d'enthousiasmes.

-Héhé j'pense que t'as raison ! Certains matériaux sont trop résistants pour laisser passer le Raiton...Du moins le Raiton classique. Mais s'il s'agit de résistance, tout matériaux à une résistance finie !

J'avais envie de tester cette théorie, mais quelque chose me disait que ce n'était pas le bon moment. Que je n'y arriverais pas. Il fallait que je comprenne un peu mieux ce phénomène, et toutes ces interactions avec la conductivité pour me pencher sur ce point. Je devais en savoir plus, et devenir bien plus fort avant de m'orienter là-dedans... Même si cela me brûlait d'impatience de commencer dès maintenant. Toutefois, si je voulais en apprendre plus, il allait falloir que je travaille avec Akagi à ce sujet.

-Héhé, alors que dirais-tu qu'on travaille sur nos complémentarités pour créer une nouvelle technique, Akagi-san !

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Sam 26 Mar 2022 - 23:24
Ikari sembla hésité un instant, comme s’il pesait le pour et le contre de la proposition du Metaru. Sûrement par sollicitude, il voulait éviter des douleurs à son camarade, cependant ce doute se dissipa rapidement dans l’esprit du froudroyant. Il connaissait la détermination du fils du fer et saurait se contrôler pour n’infliger que de léger coup de jus à son collègue du Kyuubu. Il se mit en position, attendant le signal du Metaru. Akagi lui se plaça à côté d’un premier bar en acier et d’une main ferme empoigna celle-ci. Suivi un hochement de tête et l’attente de la première tentative. La douleur fut minime main bien réelle, ce premier éclair déclenché par Ikari restait ordinaire et la bar d’acier chauffa. Le Metaru secoua légèrement la main plus par réflexe qu’à cause de l’intensité de la douleur. Le corps humain avait cette tendance bien particulière de faire agir tout un chacun de la même façon sous certains stimuli particulier. Liant les Daymio et le bas peuple de ce lien immuable que tissait leur humanité.

Akagi attendit quelques minutes que le métal de l’acier refroidissa afin de conserver les mêmes paramètres pour l’essai suivant. Il attrapa fermement le bâton en acier une nouvelle fois et lança :

« Cette fois en modifiant l’intensité comme tu en parlais »

Ikari s’exécuta sans attendre. Akagi grimaça au moment où la foudre tel un parasite passa de l’acier pour s’infiltrer dans son corps. Le choc fut plus intense que précédemment le faisant lâcher la barre d’acier. Il ne perdit cependant pas de temps et la ramassa dans la foulée de son autre main pour constater que celle-ci n’avait que très peu chauffé. Ikari avait donc bien trouvé une manière de passer outre ce phénomène de résistance et limité la déperdition calorifique de l’énergie qu’il envoyait dans le métal. Digne du meilleur manipulateur de la foudre Kumojin à n’en pas douter. Akagi sourit souhaitant demander ses lumières à l’officier mais se retint. Cela viendrait après avoir fini leur petite expérience, il demanda au blond de retenter le même schéma avec une barre en argent.
Deux grimaces et une brûlure légère sur sa paume plus loin, le Metaru une main plongée dans un sceau d’eau froide, confirmait ses premières idées à Ikari :

« En effet, la résistance change en fonction du matériau… et l’argent et clairement moins résistant que l’acier, lâcha-t-il d’un ton railleur montrant sa main légèrement brûlée. »

L’excitation se fit entendre dans la voix de l’assimilateur. Il se rangeait à l’avis du Metaru et voyait déjà les portes, des opportunités d’une telles découvertes, s’ouvrirent devant lui. S’imaginant très certainement des combinaisons de grandes envergures avec divers matériaux connues. L’une d’elle semblait cependant retenir son attention et en un sens il rebondit alors à la remarque précédente d’Akagi :

-Héhé, alors que dirais-tu qu'on travaille sur nos complémentarités pour créer une nouvelle technique, Akagi-san !

Akagi se laissa un temps de réflexion avant de répondre. Il s’imagina les possibilités surtout avec la capacité d’Ikari de devenir lui-même la foudre. Le Metaru pourrait lui créer un réseau métallique lui permettant de se déplacer sur une vaste zone à une vitesse inédite. Comme une grille immense laissant libre le foudroyant Assimilateur d’apparaitre et disparaitre où bon lui semblait. Akagi s’émerveillait des possibilités. Il leva les mains devant ses yeux, en avait il la capacité de créer quelque chose d’aussi incroyable et complexe. Il sourit à Ikari et répondit :

« Oh oui ! je suis plus qu’impatient d’essayer ça ! As-tu une idée en tête.. De mon côté je m’imaginais quelque chose d’un peu fou… Ta capacité à te transformer en foudre… si tu pouvais pénétrer entièrement dans le métal… moi je pourrais te créer une zone dans laquelle tu pourrais évoluer comme une grille… une cage… dans laquelle tu pourrais apparaitre et disparaitre où bon te semble ?!!! »

Akagi finissait sa proposition le ton de la voix plus haut qu’à l’accoutumée, l’excitation le gagnant. Il lui tardait de savoir ce qu’Ikari avait en tête. Peut être quelque chose de plus simple et efficace visant à surprendre l’adversaire via la conductivité. Dans tous les cas le metaru serait près à essayer, il sentait qu’il sortirait de cette échange grandit, avec une maitrise de son ninjustu affinitaire accrue.

_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Mar 29 Mar 2022 - 21:01




L'hyperconductivité



Les expériences tendaient à confirmer notre théorie selon laquelle les matériaux résistaient plus ou moins face au passage du courant. Cette résistance rendait plus difficile, voir impossible, la conduction de l'électricité à travers ces derniers, et avaient tendance à les chauffer d'avantage. C'était un principe qui n'était au final pas si bête que ça, étant donné que l'énergie électrique qui ne pouvait pas passer devait se "dissiper" d'une certaine manière. Et cette manière était probablement sous forme de chaleur. Toutes ces conclusions n'étaient pas venues sans prix, elles avaient coûté à Akagi une brûlure sur la paume de sa main. Toutefois, la trace rougie et légèrement noirâtre était surtout très superficielle. Rien qu'un petit séjour dans un seau d'eau froide et un peu de temps ne saurait guérir. J'avais bien fait attention à ne pas y aller trop fort.

Lorsque je lui proposai qu'on travaille sur une technique qui combinerait nos capacités, il prit le temps de la réflexion. Mais au vu de l'enthousiasme qui se dégageait de sa posture et de ses traits, je me doutais que ses pensées s'orientaient d'avantage sur la forme que cette technique allait prendre plutôt que sur son envie ou pas de le faire. Et cela se faisait très bien sentir sur sa réponse, la voix d'habitude calme et posée du nouvellement chunin avait gagné quelques minces tonalités supplémentaires trahissant son excitation. Un réseau de métal à l'intérieur duquel je pourrais me déplacer rapidement, coinçant nos adversaires entre le métal et la foudre. Cette proposition me semblait...incroyable ! Les applications pouvaient être si nombreuses ! Et rien que le fait de m'imaginer voyager à travers son métal pour pouvoir cueillir mes adversaires...c'était tout simplement fabuleux !

-Oooh ! Héhé tout une tonne de métal recouvrant le terrain pour piéger nos adversaires et me permettre de les assaillir de tous les côtés en passant à travers ce métal ! Comme une promenade de métal et de foudre à grande échelle !

J'en avais presque des étoiles dans les yeux. Si nous arrivions à travailler dessus et à peaufiner cette technique, le potentiel de celle-ci pourrait être...juste incroyable. Mais cela demanderait une énorme quantité de chakra. Une énorme quantité de chakra, et une synchronisation de nos énergies certaines. Bien que cela serait certainement facilité par la conduction de l'électricité dans le métal, rendant notre synergie bien plus facile, cela ne restait pas moins une épreuve qui serait difficile à mettre en oeuvre. Même pour moi, me déplacer à grande vitesse à l'intérieur de ces barres de métal et réussir à cueillir nos adversaires, cela allait représenter un grand challenge. Mais c'était dans ce genre de challenge que l'on grandissait, que l'on devenait meilleur, et que l'on progressait.

-Haha on devrait p'tet commencer par quelque chose de plus restreint pour nous entraîner. Ca va d'mander une quantité énorme de chakra...

Que ce soit pour la construction du métal nécessaire pour quadriller la zone, ou mes déplacements...Cela s'annonçait si cool que j'en avais des frissons dans tous les membres.

-Tu veux qu'on commence maintenant ? T'as un terrain d'entraînement ?

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Dim 10 Avr 2022 - 13:28

Akagi rigola de bon cœur, alors qu’Ikari lui demandait s’il possédait un terrain d’entrainement. Sa demeure opulente comme la plupart des propriétés Metaru pouvait engendrer ce genre d’interrogation, étalée sur deux dépendances et une bâtisse centrale, la maison austère d’Akagi avec sa forge et son jardin japonais attirait certainement les convoitises. Lui-même voyait la chance de vivre dans de tels conditions que depuis peu. Après avoir passé diverses missions dans les ruelles plus sombres et pauvres du village et à travers Kaminari. Son rire se calmant il rétorqua :

« Non Ikari-senpaï, je ne possède pas de terrain d’entrainement. Allons sur l’un de ceux présent dans le village. »

Ils quittèrent sa demeure, Akagi amena Ikari vers un terrain d’entrainement présent dans le quartier nord-ouest du village proche des clans Nara et Metaru. Il s’agissait d’un terrain qu’il appréciait pour sa proximité surtout, rien de particulier ne le différenciait des autres, un vaste étendu de vide avec quelques arbres disséminés sur sa surface. Le seul point intéressant de ce terrain restait ses hautes murailles qui cachaient efficacement aux yeux extérieurs les techniques sur lesquels les shinobis s’exerçaient. Arrivé au centre de celui-ci le Metaru s’arrêta.

« Bien. Par où commencer ? peut être devrais tu t’exercer à rentrer dans mon métal entièrement sur une surface peu large en se basant sur nos essais précédents dans la forge ? »

Akagi réalisa des mudras et créa cinq piques de métal tous reliées par une sorte de grille métallique posée au sol. La construction n’était pas bien grande dans les quatre mètres carrés tout au plus mais servirait de première base pour le déplacement d’Ikari dans son réseau métallique. Il se recula et regarda l’officier avant d’ajouter :

« Peut être pouvons nous imaginer un plan pour créer cette technique ? Commencer par cet essai plus augmenter la surface et la complexité du réseau au fur et à mesure. Peut être améliorer notre coordination pour que tu puisses entrer dans ce réseau au fil même de sa création ? As-tu des idées ? »

Le Metaru regardait Ikari, alors qu’il tentait de se déplacer via cette grille et ressortir par l’un des piques orientés vers le ciel. Cette première étape était primordiale, si le foudroyant blond n’arrivait pas sur une surface limitée à entrer et ressortir du métal, il ne servait à rien de pousser plus loin cette idée et il devrait revoir l’objectif finale complètement. Le fils du fer qui avait prit un paquetage en partant avec quelques victuailles mais aussi de quoi écrire, sortit une feuille et une plume pour d’un trait rapide et sec tracé ce qu’il imaginait comme technique finale.

Quand son senpaï termina avec ses essais, il lui montra le dessin. Sur celui-ci on pouvait voir cinq immenses piliers de métal entourant une vaste zone. Ces piliers étaient reliés par un vaste réseau de câble métallique noir et leur pointe se recroquevillait vers l’intérieur de la surface qu’il délimitait. Akagi avait aussi ajouté sur chacun des cinqs pilier une sorte de paratonnerre, placé à hauteur de buste humain sur le pilier, perpendiculairement au corps de son pilier visant le centre de la zone. Il montrait du doigt ces sortes d’excroissance en expliquant :

« Avec cette idée, tu pourras parcourir une vaste zone et ressortir par l’extrémité des piliers eux-mêmes donc au dessus de la cible à cinq positions différentes ou alors à hauteur d’homme toujours à cinq endroits différents. Tu l’auras compris les câbles en métal serviront à joindre les différents piliers… Il faudra que je crée un métal particulièrement résistant pour éviter de les voir se faire couper… C’est l’image mental que j’ai de ce que je veux que l’on crée ensemble. Un avis pour changer la forme finale ? »



_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Mer 20 Avr 2022 - 0:48




L'hyperconductivité



Ma question inédite et innocente eut pour effet de faire rire mon interlocuteur. Un rire reconnaissable entre tous de par sa sonorité à la fois amusée et ce petit quelque chose d'indescriptible. Non, il n'avait en effet aucun terrain d'entraînement propre à lui, mais étant donné la dimension de son domaine, on pouvait facilement excuser ma question. Mon appartement n'était même pas aussi grand que la pièce qu'il utilisait pour sa forge. En étais-je jaloux ? Certainement pas. Je n'avais absolument pas besoin d'un appartement plus grand que celui que j'avais en ce moment, étant donné le peu de temps et d'activités que je faisais à l'intérieur. Et bien que la taille du domaine des Metaru était assez impressionnante, je ne saurais certainement pas quoi faire de tout cet espace. Dans tous les cas, il allait falloir que nous trouvions un endroit pour nous entraîner, et en bon shinobis, nous nous mîmes en quête d'un terrain d'entraînement désert pour nous entraîner discrètement.

Et comme je m'y attendais, Akagi prit naturellement les devants pour me mener sur un terrain de son choix. Le peu de Metaru que j'avais rencontré étaient tous très directifs. Un clan dont on sentait l'influence de l'héritage, mais aussi l'héritage de l'influence de par sa longue histoire aux commandes du Village des Nuages. Un clan respecté et reconnu, fondateur du village. Mais en suivant les pas du jeune homme, je me rendis compte que je ne connaissais que peu de choses sur l'histoire et les coutumes du clan. Les mains dans les poches tandis que je le suivais en direction du nord-ouest du village, je me pris à rêvasser, tentant de déterminer tant bien que mal le peu d'éléments que je savais de cette famille. Si jamais je devais un jour m'élever au sein des rangs du village, ce genre de questions allaient devenir une nécessité. Si je ne connaissais pas les propres clans de mon village...Toutefois j'étais réaliste. Les clans étaient généralement très à cheval sur le maintien de leurs traditions, leur discrétion prévalant autant sur les coutumes du clan que sur les techniques shinobis qu'ils développaient. Avec un léger soupir imperceptible, un sourire aux lèvres, je me rendis compte que j'avais énormément changé depuis mon arrivée ici.

Lorsque nos pas s'arrêtèrent, je reconnus l'un des terrains d'entraînement qui se trouvait à la bordure des domaines de deux des clans majeurs du village. Le clan Metaru et le clan Nara. Je regardai autour de nous et remarquai les cloisons qui séparaient ce terrain du reste des habitations. Rien d'insurmontable pour des shinobis bien évidemment, mais suffisant pour dissuader de simples curieux. Akagi avança jusqu'au milieu du terrain, et s'arrêta au milieu de celui-ci pour tenter de déterminer la meilleure marche à suivre pour la suite. Et en effet, comme il le fit si bien remarquer, la première étape de cette technique était bien évidemment de savoir si j'étais capable de rentrer dans son métal. J'acquiesçai d'un mouvement de tête alors que mon interlocuteur s'attelait déjà à construire des barres de métal. Et une fois de plus, lorsqu'il parla du plan d'action pour pouvoir réaliser cette technique, il avait raison sur plus d'un point.

-Yep ! En effet, faut d'abord que j'arrive à me synchroniser à ton métal. Mais si on veut qu'la technique ait le plus d'efficacité possible, ce s'rait cool que tes constructions métalliques ne soient pas linéaires, mais anarchiques ! Pour les embrouiller avec le mouvement du métal, et le mes déplacements à l'intérieur de ces derniers, héhé. Ca veut aussi dire qu'tu devras matcher avec ma vitesse...!

J'avais laissé volontairement cette petite suspension dans ma phrase. Cela laissait bien évidemment sous-entendre qu'il allait devoir travailler sur ce côté là pour faire une création suffisamment rapide pour que je m'y promène dedans pendant sa construction. Mais dans tous les cas, je le laissai méditer sur ce que je venais de dire. J'avais du pain sur la planche de mon côté. Posant ma main sur le métal en question, je fermai les yeux et pris de profondes respirations. J'avais déjà assimilé ma main à l'intérieur du métal. Il ne manquait plus à le faire avec tout mon corps. En théorie.

Me concentrant sur la sensation froide du métal contre mes paumes, je tentai de me remémorer les sensations que j'avais eu un peu plus tôt. De ressentir cette invitation du métal à ce que je l'investisse. De légers courants électriques traversèrent mes membres, signe que je commençais à m'assimiler. Je sentais ce tiraillement étrange causée par la réaction de la ferraille face à mon corps électrique. Comme la première fois, mes mains rentrèrent les premières dans le matériaux conducteurs. Et petit à petit, je me laissai couler à l'intérieur de ce dernier. Ce ne fut pas très compliqué au final. Je m'étais déjà adapté à la fréquence de ce métal un peu plus tôt. Et la sensation était incroyable. Elle combinait l'incroyable sensation électrisante de ma forme assimilée, et l'étrange impression de voler à l'intérieur d'un objet. C'était drôle comme sentiment, et pendant plusieurs secondes je voyageai d'un bout à l'autre du bâton.

Il était maintenant venu l'heure de sortir de ce bout de métal pour demander à Akagi de m'en faire un plus grand. Mais lorsque je tentai de sortir...je me retrouvai bloquer. Comment j'étais censé faire pour sortir ?? Je tentai de forcer la sortie par une partie de la barre métallique, mais sans grand succès. Il était visiblement bien plus facile de rester à l'intérieur de cette barre qu'il était de sortir à l'extérieur...?! Eh merde ! Je n'étais plus sûr d'avoir toujours un coeur à l'instant précis, ni où il se trouvait exactement, mais je le sentais battre quelque part en moi et de plus en plus vite. Allais-je resté coincé à l'intérieur de ce bout de métal pour toujours ?! Je n'avais pas pensé à cette éventualité avant de me plonger à l'intérieur. Je tentai une nouvelle fois de circuler à travers le matériau, essayant de sortir d'un côté puis de l'autre, en haut comme en bas...sans succès. Akagi devait certainement voir ma forme et le courant électrique que je formais à l'intérieur se déplacer de manière anarchique, paniqué. Mais il ne pouvait rien faire pour m'aider. Ou du moins j'espérais qu'il ne fasse rien. S'il tentait de détruire ou de faire disparaître cette barre, qu'adviendrait-il de moi ?

Mon cerveau tournait à mille à l'heure, me demandant ce que je pouvais faire pour me sortir de là. Mais les battements effrénés de mon coeur résonnaient dans ma tête, m'empêchant de réfléchir correctement à une solution. Il fallait que je me calme. Me calmer...mais comment ? J'étais peut-être coincé à tout jamais dans une foutue barre de métal ! Me désassimiler ? Mais si cela ne fonctionnait pas, je risquais de retrouver ma forme humaine à l'intérieur du métal. Et cela ne serait pas joli joli. Mais quel autre choix avais-je ? Me calmer. La méditation... Prenant une grande inspiration métaphorique, je vidai mon esprit et le canalisai vers la tâche à accomplir. Ca aussi, c'était une sensation assez étrange à vrai dire, inqualifiable. Mais cela fonctionnait. La panique céda peu à peu du terrain au calme, éclaircissant mes esprits.

Rompre mon assimilation, mais pas n'importe comment. Tendant ma main vers le métal, comme si je tentais de pousser contre ce dernier pour sortir, je m'apprêtai à passer à l'acte. D'abord juste le bout d'ongle de mon petit doigt....je laissai ma chair humaine reprendre le dessus alors que je poussais cet ongle en dehors de la barre. Et cela fonctionna ! Il ne restait plus qu'à faire la même chose pour le reste de mon corps. Et après d'interminables secondes, je m'échouai sur le sol en tombant lourdement, empli de sueurs et haletant, mais content d'être encore en vie. Je finis par rigoler nerveusement.

-Haha, il va vraiment falloir que je travaille sur ça...

Le plus dur n'était pas de rentrer, mais de sortir du métal. S'assimiler, c'était facile. Mais se désassimiler tout en synchronisant ce processus mentalement avec la sortie progressive du métal ? Centimètres par centimètres...il allait me falloir encore de longues séances pour apprendre à faire cela avec dextérité et rapidité...



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Dim 29 Mai 2022 - 12:22

« Bien vu, je ferais une création moins linéaire. Ca ne sera pas une promenade de santé, en réponse à Ikari, Pour le moment faisons sans le besoin de synchroniser notre vitesse de travail, Navigue dans le métal moi je vais travailler ma vitesse… »

Akagi sourit à Ikari, se remémorant leur différent combat. La vitesse de l’officier devenait peu à peu légendaire au sein du village. Cette dominante du foudroyant Kumojin rendrait l’exercice d’autant plus difficile, le fier Metaru restait cependant confiant. Là où Ikari travaillait sa vitesse, ses réflexes, Akagi se spécialisait dans la forge depuis toujours. Son expertise, sa dextérité et sa maitrise du Kinton ne faisait plus aucun doute. Passé Maitre forgeron, s’il y avait bien un domaine où il pouvait espérer tenir le rythme imposé par le feu follet Kumojin s’était bien la création de forme métallique avec son don héréditaire. Il devrait travailler d’arrache-pied, à la sueur de son front, à la force de son chakra mais Akagi ne doutait pas. Il ne doutait plus, son sang gladiateur avait eu un impact jusqu’à sa personnalité. Exacerbant des traits de caractère déjà présent. Sa fierté personnelle, son sens de l’honneur, boostant son ego et sa confiance. Transformant le fils du fer en véritable stéréotype du Metaru.

Ikari fusionnait avec son métal. Akagi regarda ce phénomène avec un mélange d’incrédulité et de jalousie. Il aurait aimé fusionner avec son métal et le parcourir comme le faisait son camarade à l’instant. Qui sait les secrets qu’il pourrait découvrir sur la composition de ses créations s’il était capable de les inspecter de l’intérieur. Le corps d’Ikari se transforma progressivement en éclair alors que son doigt touchait un pieu métallique. Celui-ci disparu, puis sa main, puis dans un éclair bleuté l’ensemble de son corps entra dans la matière ébène. Le fils du fer suivit des yeux le déplacement de son collègue pendant quelques instants, puis décida de se mettre lui aussi au travail. Frappant dans ses mains, il fit craquer sa nuque d’un côté puis de l’autre fit quelques moulinets avec ses épaules. Puis enchaina quelques mudras, enfin il frappa le sol paume ouverte. De celle-ci un réseau de métal se déploya, le front plissé les yeux fermés Akagi essayait de créer sa vision. Cette création représentait l’aboutissement de ses années de travail, depuis son marteau divin, jamais il n’avait cherché à créer un jutsu de cette envergure. Son métal se déployait en un réseau complexe au sol pour le moment sur une très grande surface du terrain d’entrainement. Akagi sentait la sueur perler sur son front. Il se vidait rapidement de ses forces. Soudain la pointe courbée de cinq larges piliers de métal naquit, semblant transpercée la surface lisse du terrain d’entrainement poussé vers le haut en tremblant par le métal noir qui s’amassait à leurs bases. On croyait voir les griffes d’une mains gigantesques prisonnières de la montagne s’ériger comme redécouverte par le monde. Entre chacune de ses griffes un filin métallique à l’architecture complexe s’étirait. La construction complète continua à se dresser doucement vers les cieux sous l’impulsant du chakra vibrant du Metaru toujours un genou et une main plaqué au sol. Les yeux toujours fermés, la mâchoire crispé Akagi, le fils du métal vacilla. La pression nécessaire pour soutenir la construction de cette structure eut raison de ses forces, l’ampleur de la technique la rendait trop lourde à créer, même pour le maitre forgeron. Il ne s’y attendait pas. Il bascula en arrière comme repoussé par son propre chakra. Sa création se figea comme à moitié sortie de terre, à jamais inachevée. Le géant de métal respirait fort et rapidement, il cligna plusieurs fois des paupières, couché au sol, avant de relever son buste sur ses coudes. Il regarda alors en direction d’Ikari enfin de la lueur bleutée qu’était l’officier dans la petite structure, pale copie de son ambitieuse création. Celui-ci semblait paniqué ses déplacements se faisaient rapides et erratiques. Que se passait-il ? Le Metaru ne pouvait faire grand-chose pour l’aider, il se contenta de s’assoir en tailleur et de le regarder. Profitant de l’instant pour reprendre des forces et recouvrer son souffle.

Finalement son camarade s’extirpa violemment du métal et atterrit lourdement, malgré sa carrure frêle, sur le sol. Akagi leva un sourcil interrogateur.

-Haha, il va vraiment falloir que je travaille sur ça..., lança Ikari pour toute réponse.

Akagi sourit légèrement et pointa du doigt sa vaste création inachevé, à moitié sortie du sol. En lançant.

« Moi aussi… Avant de m’atteler à la vitesse, il va falloir que je supporte le poids de la création d’un tel structure… En tout cas…»

Akagi porta ses yeux sur Ikari puis sur la structure inachevée, regardant au-délà de leurs échecs respectifs, se représentant dans une image mentale d’une beauté métallique marbrée d’éclair bleutée :

« ça va être magnifique. »

Le forgeron aimait créer et ce jutsu, lui permettait d’exprimer sa passion à une nouvelle échelle. Il se leva et épousta sa veste et s’approcha de son collègue, lui tendant la main :

« Au boulot, Senpaï! »

Tous deux avaient du travail à accomplir de leur côté avant d'espérer pouvoir travailler ensemble à la synchronisation de la technique.

_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Jeu 23 Juin 2022 - 20:57




L'hyperconductivité



Lorsque je sortis du métal en me vautrant complètement sur le sol, je remarquai d'un oeil à moitié ouvert la présence du forgeron assis en tailleur non loin de là où j'avais atterris. Après quelques secondes à haleter sur le sol avant d'enfin retrouver la force de me relever, j'observai la mine fatiguée du Metaru qui se tenait lui aussi assis en face de moi. Visiblement, je n'étais pas le seul à avoir galérer pour ce premier essai. D'un doigt, il me pointa sur le côté la preuve de ses efforts. Et en suivant son pouce des yeux, je ne pus m'empêcher de rigoler doucement en reprenant petit à petit mes forces. De grosses constructions de métal avaient rempli la zone, déformant le sol sur leur passage. Leur nombre était impressionnant, et au vu de la matière, ces dernières devaient être particulièrement lourdes. Même si Akagi ne laissait que peu transparaître l'effort qu'il avait du déployer, cela devait demander une quantité phénoménale de chakra de pouvoir créer une telle quantité de matière ex nihilo. Mais comme il le disait, et même si nous n'étions pas du tout au point, la suite s'annonçait incroyable. Je trépignais d'impatience juste à l'idée que je me faisais de la finalité de cette technique. Mais malgré le grand sourire pendu sur mes lèvres, comme le disait le forgeron, il était temps de se remettre au travail parce qu'elle n'allait pas se créer toute seule cette technique.

-Yosh ! C'est r'parti !

Il n'y avait pas grand chose d'autre à rajouter, l'heure de retourner au labeur était arrivé. Ce n'était que comme ça que nous allions devenir plus fort. Reprenant un air sérieux, je me relevai pour me retrouver à nouveau face à cette barre de métal. Les tremblements de mon corps avaient disparu, cette petite récupération ayant suffit à faire passer la fatigue mentale ressentie un peu plus tôt. Devant cette barre métallique, je ne pouvais voir mes prochaines actions que comme une aventure qui m'en apprendrait d'avantage à bien des niveaux. Sur le raiton, sur l'assimilation...et sur le chakra lui-même. M'enjoignant à faire à nouveau le vide en moi afin de me concentrer, je m'avançai en tendant la main vers le bout de fer. Comme la première fois, je laissai le chakra changer mon corps et je n'eus aucune difficulté, sous ma forme électrique, à pénétrer dans le métal. L'invitation de ce matériau conducteur résonnait presque comme une évidence et je m'y glissai sans le moindre soucis. Maintenant la prochaine étape était bien évidemment d'apprendre à en ressortir. Rapidement, et aisément. Sans me ramasser à chaque fois. Maintenant que j'étais sous forme électrique à l'intérieur de la barre, je tentai une nouvelle fois de sortir.

Tout comme la première fois, l'exercice fut loin d'être aisé. Je savais maintenant comment faire, et la marche à suivre. Cela ne rendait pas l'exercice plus facile pour autant. J'avais toujours pris l'habitude d'assimiler une partie ou la totalité de mon corps d'un seul coup, et sans réellement me poser de question. Il en était pareil lorsqu'il s'agissait de reprendre forme humaine. Jamais je n'avais eu le besoin, ni l'idée, de m'assimiler et de reprendre forme humaine centimètre après centimètre, tout en respectant un timing précis. Une partie assimilée, l'autre qui reprend petit à petit forme humaine...Cela demandait une gymnastique cérébrale complexe, rendu encore plus complexe par la gestion en parallèle du flux de chakra. Mais c'en était que plus amusant. Sous forme de courant piégée à l'intérieure du matériau, la seule chose que je pouvais faire pour m'aider était de visualiser. Car je n'avais pas réellement de forme, ni de membres, même si je pouvais encore bouger et que mon cerveau se rappelait encore vaguement de ma forme humaine et dessinait un concept de ce que devait être mon corps dans mon esprit. Alors j'avançai vers la paroi du métal ce qui était censé être ma main, et lentement cette fois-ci, j'opérai cette transition étrange. Le reste de mon corps était encore assimilé, mais mes doigts commençaient à sortir du métal sous leur forme de chair et de sang. Et progressivement, ma main, puis mon bras suivirent le chemin.

C'était étrange de sentir une partie de son corps enfermée dans cette barre, tandis que le reste retrouvait peu à peu la liberté, le contact avec l'air. Cela demandait une concentration énorme, mais j'étais obligé de prendre mon temps car autrement...Eh bien je préférais ne pas réfléchir à cet autrement. Tout en continuant à m'échapper de cette prison métallique, je tentai de conditionner mon atterrissage pour que je finisse cette fois sur mes pieds et non sur le ventre. Mais la lenteur de mon geste rendait l'équilibre de mon corps précaire. Et la dernière poussée pour pouvoir sortir et cette désagréable sensation de succion inversée me firent totalement perdre l'équilibre. Et une fois de plus, je me retrouvai à plat ventre sur le sol. Cela n'allait pas être simple. Mais je n'allais pas reculer parce que ce "n'était pas simple". Alors je recommençai, encore et encore, pendant de longues minutes, possiblement des heures. Alors que la lumière du jour commençait à décliner, et que mes efforts de la journée ne m'avaient mené qu'à réussir à atterrir à quatre pattes sur le sol -ce qui était déjà mieux qu'à plat ventre-, je finis par me tourner vers Akagi. Mon viasge était sale à force d'avoir côtoyé le sol, mes habits n'étaient franchement pas mieux, et je sentais la fatigue enraidir chacun de mes membres. Mais le sourire n'avait pas quitté mon visage. Parce que j'avais progressé. M'adressant au forgeron en me relevant pour une énième fois, la dépense d'énergie pesant sur mes paupières, je lui dis.

-Et si on arrêtait pour aujourd'hui ? Et qu'on se redonnait rendez-vous bientôt pour continuer notre entraînement ? Au stade où j'en suis, je risque de ne pas pouvoir avancer beaucoup plus...

Ces quelques mots salvateurs ne reflétaient toutefois que la vérité. J'avais la sensation d'avoir atteint ma limite pour aujourd'hui, et j'aurais beau continuer, mes résultats ne s'amélioreraient pas des masses. Tout en parlant, je jetai un oeil du côté de ses créations de métal pour savoir jusqu'où il avait pu progresser.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Lun 18 Juil 2022 - 23:33
Il ne pouvait qu’acquiescer tant la fatigue marquait ses traits et l’empêchait de répondre sans que sa voix faillisse. D’un signe de tête et d’une tape sur l’épaule Akagi prit congé. Ils s’arrangèrent pour se retrouver le lendemain sur le terrain d’entrainement afin de continuer leurs efforts dans l’idée de créer cette technique ultime. Akagi se rendit d’un pas lourd dans sa demeure, il salua succinctement sa femme et son fils prenant d’ébouriffer les cheveux de celui-ci et s’écroula dans sa chambre sans demander son reste.

Il se réveilla le lendemain matin aux aurores, frais et reposé. il appréciait ces nuits sans rêve, où le corps épuisé retrouvait une énergie fièrement dépensée. Sur le chemin du retour au terrain, il réfléchissait au raison de son échec la veille. Il n’avait pas réussi à élever sa structure totalement hors de terre. Il avait pris le plit de partir du sol et de construire sa création en commençant par la partie haute qui serait poussé à sa position par les éléments inférieur. Le fils du fer passait à côté d’une masure en construction et voyait les ouvriers s’afférer à la fabrication des fondations. Il sourit intérieurement. La solution serait peut-être celle-ci. Au lieu de vouloir pousser sa construction vers le haut, il devait créer une fondation solide qui permettrait au reste de tenir dans un ensemble cohérent et robuste. Seule inconnue restante, sa réserve de chakra et d’endurance pour créer une telle œuvre, jamais Akagi avait tenté tel entreprise, le défi le stimulait. Il repensa à sa première technique d’envergure qui lui avait paru insurmontable. Désormais il trouvait cela facile et sans difficulté. Sur cette pensée, il arriva rapidement au terrain d’entrainement encore jonché des structures métalliques de la veille. Celle-ci serait largement suffisante pour que son coéquipier du Kyuubu continu ses essais.

Il arrivât le premier sur place. Le géant fit quelques exercices pour s’échauffer et salua Ikari à son arrivée.

« Salut, Ikari-senpaï. Bien reposé ? »

Ils échangèrent quelques banalités avant de se concentrer sur l’exercice. La technique finale en était à ses balbutiements, pour le moment il ne travaillait pas de concert chacun devait déjà réussir à maitriser sa partie seul. Et seulement après cela, il pourrait ensemble s’essayer à peaufiner leur coordination. S’éloignant de son compère, il chercha une zone du terrain encore vierge de métal pour se lancer dans une nouvelle tentative. Satisfait d’une vaste zone sans âme, il s’arrêta face à celle-ci et ferma les yeux. Mentalement Akagi répéta les opérations, plusieurs fois, s’imaginant les scénarios quant à la création qu’il s’apprêtait à créer. Des plans dignes d’un architecte se créait et disparaissait dans son esprit, tel un manège d’image incessant. Il resta ainsi immobile les yeux fermés près de la moitié de la matinée. Finalement satisfait d’une structure qu’il s’imaginait, le forgeron s’activa. Réalisant les mudras requis, il posa genou à terre, une de ses mains finit la séquence plaquée au sol l’autre tenant le poignet de la première. Le Metaru serra la mâchoire sous l’effort.

De chacune des extrémités de ses doigts, des filins de métal s’échappaient et tel de fin ruisseau coulait formant un canevas sur une vaste zone. Ce canevas s’éleva sur un bon mètre de hauteur. A cet instant on voyait plusieurs sortes de cuves circulaires au sol, répartie en rond devant Akagi, relié les uns aux autres par un seul filin de métal. La main plaquée au sol devint un point et les cuves se remplirent de métal, jusqu’à atteindre la hauteur de leur paroi précédemment créer. Akagi répéta l’opération précédente ouvrant la paume au sol créant un nouveau niveau au-dessus du premier d’un diamètre imperceptiblement plus petit. Une fois encore se niveau se retrouvait relié par un seul filin. Le Metaru répéta cet enchainement une vingtaine de fois, il ajouta à partir du troisième niveau quelques excroissances visant le centre du cercle sur les diverses parois des piliers qu’il créait. Enfin après près d’une heure de création, il relâcha sa concentration. Totalement vidée.

Face à lui un cercle immense composé de sept majestueuses et imposantes griffes de métal courbées vers le sol avait pris vie. Relié par un grillage d’acier robuste et complexe, hérissée de point diverses, La cage était parfaite. Menaçante et écrasante. L’apogée de son art se tenait face à lui. Akagi sentit une larme de joie courir sur sa joue. Jamais n’avait il crée tel chef d’œuvre. Le Metaru avait douté un instant de sa capacité à créer une structure de cette taille mais celle-ci se tenait désormais face à lui. Le travail serait encore long pour pouvoir espérer utiliser tel structure en combat, cependant il se sentait fier… et totalement épuisé. Il ne serait pas capable de travailler sur sa vitesse de création aujourd’hui. Il s’affala au sol pour respirer et regarda sur sa droite d’où provenait depuis quelques temps des éclairs bleutés afin d’observer Ikari dans ses œuvres.


_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Ven 22 Juil 2022 - 22:35




L'hyperconductivité



Si la fatigue marquait mes traits de profondes cernes accumulées au cours de cette journée dépensière en énergie, cela était d'autant plus vrai pour le géant de métal. A vrai dire, il ne fut même pas en mesure de me répondre et se contenta d'acquiescer à mes quelques mots et nous nous quittâmes sur cela. Si d'habitude je rentrais au pas de course, profitant de l'air frais de la nuit et de la vitesse pour sentir le vent s'engouffrer dans mes vêtements et caresser mon visage, je n'avais pas assez de force pour tenir sur la longueur. A la place, je rentrai tranquillement à la maison en marchant, profitant du trajet plus long que d'habitude pour réfléchir aux sensations que j'avais éprouvé au cours de la journée et tenter de les intégrer. Mais une fois arrivée chez moi, j'eus à peine la force de me doucher et je m'écroulai sur mon lit. J'étais complètement vidé. Je n'eus qu'à attendre quelques secondes pour que le sommeil m'emporte loin dans des songes dont je n'allais absolument pas me rappeler le lendemain.

Fort d'un sommeil réparateur et incroyablement ressourçant, le réveil le lendemain n'en fut que plus agréable. Prenant le temps de m'étirer dans mon lit alors que mes yeux papillotaient encore, la luminosité dans la pièce m'indiquait que le soleil était tout juste en train de se lever. Parfait pour recommencer une nouvelle journée de dur labeur ! Mon énergie retrouvée, je sautai hors du lit, me préparai en quelques instants et sortis aussi vite pour me rendre sur les terrains d'entraînement où nous nous trouvions la veille. Les rues étaient principalement vides, même si quelques uns de mes collègues du Kyubu patrouillaient tout de même dans la ville pour s'assurer que tout se passait correctement. J'en saluai quelques uns sur la route, et fonçai vers le lieux de rendez-vous tacite avec le Metaru. Lorsque j'arrivai, Akagi était déjà sur place et avait commencé à s'étirer en m'attendant. Sa ponctualité et son sérieux allait de pair avec sa détermination, et cela ne m'étonnait absolument pas. Je le saluai de la main lorsque j'arrivai, comme d'habitude avec un large sourire, et nous échangeâmes quelques mots avant de nous mettre au travail.

-Héhé ! Yo Akagi_san. Me reposer m'a fait du bien ! J'espère que toi aussi parce qu'une autre longue journée nous attends.

Et c'était peu de le dire. Nous étions encore loin de maîtriser parfaitement cette technique. Nous en étions en réalité encore aux fondements de celle-ci, et si on voulait progresser et compléter l'idée qu'on avait, il allait falloir qu'on travaille encore chacun de notre côté avant de pouvoir mettre notre force en commun. Mais cela faisait longtemps que je n'avais pas autant galérer pour réaliser une technique, et malgré les difficultés, cela donnait un sentiment grisant de progression. N'ayant naturellement pas disparu depuis la veille, les constructions de métal sur lesquels j'avais travaillé étaient encore présentes ce jour. Et je n'allais pas me priver de les réutiliser. Sans perdre de temps, je me remis rapidement au travail et m'approchai à nouveau des barres métalliques. Dans un premier temps, je me contentai de poser ma main sur cette dernière, comme la veille, et fermai les yeux. Je tentai de me rappeler des progrès que j'avais fait la veille, des petites choses que j'avais réussi à comprendre et assimiler pendant que j'étais à l'intérieur de ce métal.

La tâche n'allait pas s'avérer facile aujourd'hui non plus, mais cela ne pouvait pas être pire que la veille. Et comme la journée précédente, je passai toute la matinée à faire des allers-retours à l'intérieur du métal, essayant simplement de retomber sur mes jambes. C'était toujours aussi facile de s'infiltrer dans le métal, mais toujours aussi difficile de synchroniser le fait de se désassimiler pour sortir. Mais au fur et à mesure de la matinée, tout comme la veille, j'arrivais de mieux en mieux à effectuer la manoeuvre. La gymnastique chakratique que cela demandait devenait de plus en plus facile, j'arrivais de mieux en mieux à comprendre comment rentrer et sortir, et les sensations commençaient à devenir familières. Et si j'avais commencé la matinée à quatre pattes, comme la veille, à force d'entraînement et d'éclairs, j'arrivais maintenant à en ressortir sur les pieds. Lors de ma première réussite, je ne pus m'empêcher de sautiller de joie sur place et de lever le poing en signe de victoire. Et je passai les minutes suivantes à consolider le savoir que j'avais acquis. A la fin de la matinée, j'arrivais parfaitement à rentrer et sortir du métal. Il m'avait fallu une journée entière pour ne réaliser que la première partie de cette technique. Et certainement la plus facile. Cette technique allait prendre plusieurs jours à se réaliser, mais les choses commençaient à avancer petit à petit. En me tournant vers le reste du terrain vide de personne, mais rempli de métal, je remarquai que du côté du forgeron les choses avançaient elles aussi plutôt bien. Des filins de métal résistant parcouraient l'espace, formant comme une cage solide avec ce qui semblait être de puissantes griffes de métal.

-Ooh ! Héhé ça prend forme, Akagi-san ! C'est donc à ça que ressemblera l'arène dans laquelle j'pourrai me déchaîner héhé.

Prenant un bon bol d'air, je me laissai tomber au sol et m'assis sur ce dernier tout en tournant ma tête vers le géant avec un grand sourire. Comme la veille, j'avais utilisé beaucoup de chakra et il fallait indubitablement que je fasse une pause. Par ailleurs, mon ventre commença à gronder. Pas aussi puissamment que le tonnerre suivant la foudre, mais suffisamment fort pour que mon collègue l'entende. En portant ma main sur mon ventre avec un sourire gêné, je haussai les épaules.

-Ca t'dit que j'aille nous chercher à manger ? J'meurs de faim et on va avoir besoin d'énergie pour cette aprem' !

Il y avait quelques restaurants dans le village qui vendaient de la nourriture à emporter, et qui remplissait pas mal le ventre. L'aller retour ne prendrait que quelques minutes, et on pourrait manger et discuter en même temps.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Metaru Akagi
Metaru Akagi

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Sam 30 Juil 2022 - 14:25
Affalé au sol, le Metaru reprenait son souffle, le ciel gris encombré de cumulonimbus commençait à déverser ses flocons caractéristiques de cette période hivernale. Le contact sur sa peau de cette offrande des cieux, le rafraichit. Profitant de cette pause bienvenue, il regarda un instant son compère s’entrainant lui aussi à parfaire son art. Le tableau dépeint sous les yeux du Metaru, le ravissait. Lui-même d’affinité raïton, il ne pouvait que s’émerveiller du talent du foudroyant officier. Ne faisant qu’un avec cet élément versatile, il semblait désormais capable de s’assimiler et de ressortir du métal avec élégance, telle la foudre elle-même. Les deux officiers du Kyuubu avaient énormément progressé par rapport à leurs derniers tests. Cependant encore une fois le Metaru se retrouvait vidé de ses forces. La matinée avait filé comme une étoile dans le ciel et le ventre gargouillant du blond rappela les deux hommes à leurs besoins primaires. Ikari proposa une pause victuailles bienvenue :

« Bonne idée, sans pause de toute façon je ne serais pas capable de continuer l’entrainement aujourd’hui. »

Ikari partit, Akagi en profita pour créer une surface de faible envergure au sol, afin d’avoir une surface dépourvue de neige pour s’accroupir et manger au sec. Il s’assit en tailleur et ferma les yeux se ressourçant tranquillement en attendant le chuunin. Une fois revenue, ils mangèrent avec avidité, leur estomac et leur réserve de chakra grandement entamée avait besoin d’énergie pour retrouver de leur superbe. Entre deux bouchées de pain, le Metaru observa :

« J’ai remarqué que tu t’extirpes du métal assez facilement maintenant. As-tu remarqué quelque chose quand tu naviguais dans ma création que je devrais améliorer pour te faciliter tes déplacements ? Est qu’il y avait une sorte de résistance ? Dans quel métal tu préfères te déplacer ? »

Le metaru souhaitait comprendre au mieux les sensations de son compère pour retoucher à la composition même de son métal, et parfaire encore sa maitrise sur son art héréditaire. Il avait face à lui le seul shinobi à pouvoir littéralement entrer dans le métal. Pour le forgeron, Ikari devenait une source d’information précieuse.

« As-tu vu des imperfections que je pourrais corriger ? »

Continuant à manger tout en écoutant Ikari, le choix du métal serait primordial pour cette structure. Il devait être assez résistant pour créer un édifice colossal et permettre un déplacement le plus rapide possible à Ikari. De ses essais réaliser durant le projet lumière le Metaru avait une idée, l’argent semblait être sorti du lot, mais voulait s’en assurer à travail l’œil de son collègue. Finissant son repas, il s’essuya la bouche du revers de la main, et ajouta :

« Pour la technique. Je pense qu’on peut passez à l’étape suivante. De mon côté il faut que j’arrive à créer la structure plus rapidement, ce matin cela m’a pris prêt d’une heure pour en assurer la stabilité. Sur quel point veux-tu travailler de ton côté ? »

Le metaru pointa du doigt sa création de la matinée, l’immense cagée aux sept griffes courbées vers l’intérieur qui se trouvait derrière lui.

« Peut être pourrais tu t’essayer à te déplacer dans cette structure pour me donner des indices d’amélioration ? Le métal que j’ai utilisé ici et un acier basique. Je voulais d’abord m’assurer de la stabilité. Et aussi de ton côté la taille de cette cage n’a rien à voir avec les tests que tu as effectué sur le prototype d’hier. Qu’en penses-tu ? »

_________________
L'hyperconductivité [Akagi] Pg49_110
KUMO:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10457-kumojin-de-droit-et-de-coeur-metaru-akagi-terminee#90234 https://www.ascentofshinobi.com/t10800-kumo-equipe-1-nara-aizen-metaru-akagi-kentoku-akio https://www.ascentofshinobi.com/t10827-dossier-de-metaru-akagi
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

L'hyperconductivité [Akagi] Empty
Hier à 23:00




L'hyperconductivité



Je ne m'étais même pas rendu compte que l'hiver était déjà arrivé sur nous, berçant le monde et nos montagnes de ses larmes blanches. La température avait graduellement baissé pour atteindre cette douce fraîcheur que l'on connaissait à Kumo. Mais tout cela n'avait aucune importance, car aujourd'hui nous étions encore en train de travailler sur la technique qu'Akagi et moi tentions de perfectionner. Une technique qui mêlait son métal et ma foudre, une technique qui se voulait puissante et rapide, mais qui nous donnerait énormément de fil à retordre, tant il y avait des choses à travailler sur cette technique. Alors que nous venions de passer la matinée à travailler sur des aspects similaires à la veille, le soleil avait fini par atteindre son plus haut pic et nos ventres commençaient à grogner d'impatience. Mais nous avions progressé raisonnablement sur nos parties respectives, et maintenant je me sentais bien plus à l'aise de m'assimiler à l'intérieur du métal. Mes entrées et sorties s'étaient grandement améliorés et étaient devenus bien plus fluides au cours de la matinée. Je me sentais de plus en plus à l'aise dans cet exercice, et cela me faisait entrevoir une myriade de possibilités, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Lorsque je proposai au guerrier roux d'aller chercher à manger, ce dernier accepta avec entrain.

Je m'en allai d'un sourire chercher la nourriture qui allait nous rassasier. Cela ne me dérangeait absolument pas d'inviter mes camarades à manger. Après tout, il était rare que j'use de mon argent pour quoi que ce soit, ne voyant que peu d'intérêts dans les futilités de la vie. Mes principales sources de dépenses étaient la nourriture, et l'entretien de mon équipement ninja. Ce qui me laissait énormément de place pour des économies qui ne me serviraient peut-être jamais. J'allai donc récupérer la nourriture dans un restaurant que je connaissais bien et qui faisait de grandes rations pour pas cher, et je les ramenai à l'endroit où nous nous étions entraînés la matinée. Pendant ma relativement rapide course, la neige avait commencé à tomber et à s'accumuler sur le sol tel un magnifique tapis blanc. Ce qui rendait plus difficile la marche, vu que mes pieds s'enfonçaient dans celle-ci, et étant donné ma petite taille, il était facile d'imaginer les problèmes qui en découlaient. Lorsque je revins toutefois, Akagi avait eu la présence d'esprit de fabriquer une petite surface de métal vide de neige sur laquelle nous pouvions nous asseoir. Avec un sourire, je fis un mouvement de tête appréciatif et vint le rejoindre sur la surface grise surélevée. Je déposai la nourriture à côté de nous, et m'assis sur le métal qui, malgré sa présence accueillante, restait quand même frais sous mes fesses. Je n'allais pas m'en plaindre pour autant, c'était toujours plus agréable qu'à même le sol, sur la neige de surcroît. Et la matière grise finirait éventuellement par se réchauffer après un certain temps à avoir profiter de nos chaleurs corporelle respective. Alors que nous commencions à manger, Akagi aborda un sujet qui semblait grandement l'intriguer : la manière dont mon assimilation réagissait avec ses métaux et comment il pourrait l'améliorer. Terminant rapidement ce que j'avais dans la bouche, je m'empressai de lui répondre.

-Héhé oui, j'arrive de mieux en mieux à entrer et sortir. D'ici la fin de la journée, j'devrais pouvoir le faire assez facilement. Hum en c'qui concerne ton métal...Disons qu'y'a certains métaux dans lesquels j'me sens plus à l'aise, même si la différence n'est pas très significatives. Mais l'argent par exemple. A part ça, j'vois pas trop c'qui pourrait changer. J'sais pas trop pourquoi l'argent me laisse circuler un peu plus librement qu'les autres métaux...

Je n'avais pas travaillé avec l'argent ces deux derniers jours, mais je me rappelais très bien de cette sensation lorsque nous étions à la forge du Metaru. Bien évidemment, la différence n'était pas énormissime, et dans tous les cas j'arrivais plutôt bien à me déplacer. Sur le reste, je n'avais que très peu d'explications à donner malheureusement. La structure même des métaux semblait être à l'origine de leur différence de conduction, et on pouvait aisément penser que modifier cette structure et ses constantes seraient susceptible de modifier cette facilité à conduire l'électricité. Mais c'était un sujet certainement pour d'autres jours. Il était temps maintenant de passer à l'étape suivante, et lorsqu'il me demanda ce que je comptais faire ensuite, la réponse me vint tout de suite avant même qu'il énonce ses idées.

-Maintenant j'vais me concentrer sur la navigation dans ton métal. M'y déplacer, et rentrer et sortir à deux points différents. Si pour toi l'acier basique est l'plus stable, alors ça m'va.

Lorsqu'il aborda si la taille de la cage allait me poser problème, je me mis à réfléchir. Car en réalité, je ne m'étais jusqu'à présent assimilé que dans des objets de petites tailles. M'y déplacer ne représentait aucun soucis. Mais allais-je pouvoir en dire de même maintenant qu'on obtenait une taille d'une cage digne de ce nom ? C'en était une toute autre question.

-Eh bien j'suppose qu'on va voir. Le courant électrique a une certaine facilité à passer dans l'métal, faudrait que je veille à ne pas m'disperser à l'intérieur. Mais tout devrait bien s'passer ! Héhé.

Ces derniers mots avaient été prononcés en levant le pouce et avec un large sourire en guise de rassurement.

-D'ailleurs p'tet qu'à ce titre, ce serait mieux de rester sur de l'acier basique plutôt que sur de l'argent, j'aurais p'tet plus de facilité à ne pas m'disperser, tu crois pas ?

Si je restais concentré sur ma manipulation du chakra et sa gestion, ça devrait aller. Si, au contraire, je me laissais distraire, les conséquences risquaient d'être plus ou moins catastrophiques. Qu'est ce qui se passait si j'éparpillais les différentes parties de moi sous forme électrique dans le métal sans parvenir à les rassembler ? Eh bien il y avait fort à parier que je mourrais, une fois à court de chakra. Car c'était là le lot des assimilateurs qui n'arrivaient pas à se reformer et retrouver leur forme humaine avant d'annuler leur assimilation : ils se perdaient à tout jamais dans la nature. Un petit coup de pouce de la part du Metaru ne serait pas de trop pour m'aider à ne pas me laisser emporter par son métal.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

L'hyperconductivité [Akagi]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frapper le métal [Ft Akagi]
» Croiser le fer [Akagi]
» Recroiser le fer [Akagi]
» Dossier de Metaru Akagi
» Missions et débordements [Ft Akagi et Minako]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: