Soutenez le forum !
1234
Partagez

Visite. Med, il cale ! [Med]

Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Jeu 20 Jan 2022 - 0:11
Kisuke marchait en direction d'un patelin spécifique. Il savait qu'elle était dans une sorte de liberté, puisqu'elle n'était pas en prison. Mais dans quel mesure ? Il l'ignorait. Il avait trouvé sa trace grâce à une technique assez pratique qui, utilisée en conjonction avec son Byakugan, lui permettait de trouver précisément une personne dans le village assez rapidement, pour peu qu'il quadrille rapidement certains quartiers.



Le chakra de la femme ressortait par rapport à tous les autres, aux yeux de son Byakugan. Il n'en savait pas plus, mais il comptait bien en avoir le coeur net. Il arriva à une porte dans une résidence... appartenant au Manazuru. Ce n'était pas une auberge, ce qui était étrange. Kisuke toqua à la porte.

(Après tout, ce n'était pas interdit, de toquer aux portes. Et puis personne ne lui avait envoyé de kunai dans le dos, alors il supposait qu'il avait bien le droit de toquer à cette porte.)

Hyûga Kisuke. On s'est... hmm... vu à l'entré du village, je peux entrer ?

La jeune femme était une déserteuse. De kumo, puis du Teikoku. Ce n'était pas une situation aisée, certes. Yanosa avait eut cette brillante idée de la faire passé pour mort mais... Il y avait été un peu trop fort. Kisuke avait eut peur pour sa vie. Il avait participé à la mascarade, comprenant très rapidement quelle intention était cachée derrière le jeu de Yanosa. Il avait trouvé cela assez drôle, jusqu'au moment où le Guerrier Vulcanisé l'avait transpercé de partout et qu'elle s'était déversé de tellement de sang.

Cela avait viré au drame. Yanosa l'avait envoyé à une eisenin. Depuis lors... il ne savait pas.

Et puis il continua, avec un peu de remord.

Tout va bien ? Je viens prendre des nouvelles. J'ai retrouvé ton chakra dans le coin alors je me suis dit... Désolé si mon collègue y a été trop fort. Je ne pensais pas qu'il allait autant pousser le jeu. J'ai de quoi faire du thé, et puis des biscuits.

Règle numéro un avec une dame, messieurs, ne jamais venir les mains vides. Prenez-en de la graine.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Ven 21 Jan 2022 - 15:07




Visite de Kisuke


Assise dans son fauteuil, son bâton appose contre le tissu du divan, elle était en train de lire un bouquin sur la médecine en général. Elle était dans la médecine depuis un temps déjà, mais elle appréciait d'apprendre de nouvelle chose. De toute façon, la brune n’avait que cela à faire pour le moment. Agrandir, amasser des connaissances, c'était important afin d’améliorer ses talents de médecin et de plus, elle avait besoin de perfectionner un peu plus son Iroujutsu. La jeune femme est une Irounin, même si actuellement, elle ne pouvait plus trop porter ce rôle. En effet, la Yasei ne peut plus utiliser le chakra sans qu’un sceau prévienne Teruyo de l’utilisation de chakra pour x raison. Ainsi, la brune ne peut plus utiliser son iroujutsu ni rien pouvant lui être utile. De toute manière, elle se doit d’être exemplaire et faire bonne impression jusqu’au retour du reste du triumvirat afin d’avoir une décision favorable à son égard. Dans la matinée, Med a pu se rendre à l’hôpital d’Iwa afin de proposer son aide et cela lui permettra de passer le temps. Il est difficile pour la Dame Noire que de rester dans sa demeure et à ne rien faire de ses journées à part enrichir ses connaissances ou d’aller faire des courses. Se promener, ça permet de libérer son esprit et de penser à autre chose qu’à des pensées sombres. D’ailleurs, cela lui permettait de visiter Iwa et de connaître chaque lieu de la Cité afin de ne pas s’y perdre.

Feuilletant les pages de son livre, Medyûsa nouvellement appelé Shihouin Tsukiyo entend quelqu’un toquer à sa porte. Étrange pour la brune, car elle ne s’attendait pas à de la visite. Une inspection surprise ? Quel intérêt a ce type de procédure. Enfin, Tsukiyo pose son livre sur la table basse et tout en se levant, elle prend son bâton. Évidemment, la kunoichi n’a pas de problème de santé en matière d’équilibre ou à ses jambes, tout court, mais ça lui faisait du bien d’avoir quelque chose entre ses mains. S’approchant, la médecin entend une voix, assez familière. Il se présente comme étant Hyûga Kisuke et en effet, ils se sont rencontrés à l’entrée du village. L’homme souhaite entrer dans sa demeure, sans donner de motif à cette demande. Plutôt osé qu’un homme souhaite entrer dans la demeure d’une femme, mais soit, il a l’air d’être quelqu’un de bien élevé. Patiente, elle ne sait pas si c’est une bonne idée de lui ouvrir quand même. Elle soupire. « Merci de vous avoir identifié, Kisuke-san. » Dit-elle en se mettant à réfléchir sur ce qu’elle devait faire. En y pensant bien, Teruyo n’avait pas interdit d’interagir avec les habitants d’Iwa ni avec personnes d’autres. Mais, elles se devaient d’être vigilante et d’éviter que sa véritable identité ne soit révélée. Le fait que Kisuke soit venue la voir, c’était une bonne chose pour lui expliquer certains détails. Hâte que Yanosa découvre où elle crèche afin d’en discuter aussi avec lui. Il venait aux nouvelles, tout en s’excusant du comportement de son collègue. Il est intelligent, il n’a pas dévoilé son identité ni détaillé sur l’accident. En plus de cela, il ne vient pas les mains vides. Tsukiyo ouvre donc la porte à Kisuke, tout en lui dévoilant sa nouvelle apparence.


« Bonjour, Kisuke-san. Ravie que vous vous déplaciez pour connaître mon état, après le flirt un peu lourd de votre ami, Yanosa. Disons que je vais mieux et je suis heureuse de voir que vous venez avec des présents bien intéressantes. Je vous en prie, entrez dans mon humble demeure. » Dit-elle à l’homme en le laissant entrer dans la maison. La brune refermait derrière elle, après assurer qu’il n’y avait pas de curiosité mal placée dans les environs. Maintenant en intimité, la jeune femme reprenait une attitude des plus normaux envers l’homme. Elle lui fait signe de la main en direction du canapé. « Prenez place, Kisuke-san. Sauf si vous souhaitez vous occuper vous-même du thé sinon je peux m’en charger. » Dit-elle d’un air calme. La Shihouin s’assoit sur son canapé préféré, avant de croiser les jambes et de poser son bâton à côté d’elle. Par la suite, elle pose son regard vers le Hyûga. « Avant de débuter quoi ce soit, sachez que mon identité ne doit pas être dévoilée, du moins, ça me paraît logique vu ma situation. Ainsi, j’ai changé mon apparence et mon identité pour Shihouin Tsukiyo. Et pour ce qui s'est passé à l'entrée du village, oublions cela. Je garde cette discussion pour Yanosa. » Dit-elle afin de rassurer l’homme qu’elle ne lui en voulait pas du tout pour ce qui s’est passé, il y a peu de jours. « Que puis-je pour vous ? Car, je doute que vous soyez venus pour juste prendre de mes nouvelles. » Demande-t-elle.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Ven 21 Jan 2022 - 23:51
On lui ouvrit. Il eut du mal à reconnaitre la personne devant lui. Une nouvelle identité. Mais surtout, il était content. Parce que c'était bien elle, et qu'elle était en vie.

Merci, je vais m'occuper du thé. Voyez-y une façon de faire amende honorable pour ma part dans cette ... catastrophe.

La femme resta très minimaliste sur les explications de sa situation. Etait-ce... voulut ? Ou simplement involontaire ? Quoi qu'il en était, Kisuke invoqua un petit serpent qui utilisa de son affinité katon pour chauffer la casserole d'eau qu'il venait de remplir. Lui-même n'était pas très doué en ninjutsu, mais ses invocations faisaient très bien le travail à sa place. Pendant ce temps, elle lui posa une question, implicitant qu'il n'était pas simplement venu aux nouvelles.

Aux nouvelles, quel euphémisme. Il avait quitté la femme ensanglanté, à l'article de la mort, et elle traitait cela aussi légèrement. Kisuke abhorrait lorsqu'une vie était gâchée. Chaque jeune vie était à préserver, à choyer. Si elle aurait passé le kunai à gauche par sa faute ? Impardonnable. Oh, il avait moins d'empathie pour ceux qui avaient déjà bien vécut. Les vieux comme lui ? Ils n'avaient déjà plus aucune valeur, à part protéger la nouvelle génération. Tout cela... n'était pas facile à expliquer, à une inconnue. Aussi, il n'alla pas dans les détails.

Non, je suis véritablement venu pour prendre des nouvelles. J'étais très inquiet après l'assaut de Yanosa. Je l'ai engueulé et je craignais... qu'il avait été trop loin. Je suis content de vous voir en vie... hm... Shihouin Tsukiyo.

Il avait finit avec l'eau chaude et l'infusion de thé. Il y mit une pincée de jus de citron, avant de poser la tasse chaude sur une petite assiette, d'y ajouter deux biscuits et de l'apporter à la jeune femme. (Oui, quand on a 44 ans tout le monde ou presque est jeune.) Il transporta le tout et le déposa devant celle qui avait changée d'identité.

Voici. J'espère qu'il sera à ton goût.

Il se servit à son tour avant de se manger quelques biscuits à son tour. Le premier à la vanille, le deuxième au chocolat. Ils étaient plutôt réussit. Un bon point pour ses recettes.

Du coup, c'est quoi la suite ? Je suppose que tu as du en discuter avec des shinobis plus gradés que moi, mais que si tu n'es pas en prison pour le moment, ce n'est pas ressortit trop négativement.

Et voici, messieurs mesdames, comment Kisuke mets les pieds dans le plat, avant de sauter dedans de manière répêté tout en chantonnant l'hymne iwajin. Il se doutait que cela n'était peut-être pas entièrement dans son sens, il ignorait que Teruyo avait pris les devants et qu'il avait outrepassé la responsabilité du Sazori.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Sam 22 Jan 2022 - 9:47




Prendre des nouvelles


La jeune femme l’avait laissé entrer dans son logement temporaire, mais il semblait sincère dans sa démarche. De plus, il voulait faire amende honorable en voulant préparer le thé. Après tout, elle ne va pas le lui refuser, si ça lui tenait à cœur de le préparer. « Faites donc, Kisuke-san. » Dit-elle avant d’aller s’installer sur le canapé et s’y détendre en attendant de savoir ce qu’il avait à dire à la brune. Elle n’était pas dupe pour savoir que l’homme était venu pour connaître certains détails de sa situation dans la Cité de la Roche. Et peut-être qu’il avait quelque chose derrière la tête, tout le monde à une idée en tête afin de se servir des autres. Au vu de la situation actuelle de la brune, il était clair qu’elle ne pouvait pas refuser quoi ce soit qui pourrait l’aider à être bien vu, auprès du triumvirat tant que ce n’était pas risqué pour sa liberté. Cela dit, peut-être qu’elle se fait de fausses idées et que Kisuke était réellement intéressé par son état de santé et de ce qu’elle devient. Après tout, elle ne le connaissait pas et elle allait attendre que la discussion avance pour se faire une réelle idée de l’individu en face d’elle. Dans un premier temps, elle demande de ne plus l’appeler par sa véritable identité et elle lui donne sa nouvelle pour le coup. Pour ce qui s’est passé, elle préférait passer à autre chose et garder cette discussion avec Yanosa. Ensuite, elle attaque directement de la vraie raison de la venue du Hyûga chez elle afin de ne pas tourner autour du pot. Apparemment, il était réellement venu prendre des nouvelles, expliquant qu’il avait disputé Yanosa de son comportement et qu’il avait été trop loin dans son plan.

« Je vois, je vous ai mal jugé, veuillez m’excuser, Kisuke-san. Et je dois avouer que Yanosa m’a vraiment amoché, au point que j’étais près de la porte de mort et prête à rejoindre mes parents. Mais soit, il a pu trouver une brillante Irounin pour me sauver la vie. Cela dit, ça m’a tout de même laissé une trace. » Dit-elle en montrant une cicatrice assez voyante au milieu du visage. Pendant que l’homme prépare le thé avec délicatesse et avec une expérience digne d’un maître dans l’art. « Cela dit, je vous remercie pour les antidouleurs, ça m’a aidé à tenir le coup et à ne pas trop souffrir durant ces moments plutôt horribles, je dois bien l’avouer. » Finit-elle avec cet épisode assez traumatisant aux portes de l’autre monde. Là-dessus, la Nukenin ne voulait plus trop y penser, cherchant à tourner la page et aller de l’avant maintenant qu’elle est vivante. Le voilà avec une tasse de thé et de quoi grignoter, en plus, voilà un homme à marier avec d'excellentes manières. La brune lui sourit avec tendresse. « Merci, mon cher. Ça sent bon, si vous avez une épouse, elle doit être comblée et chanceuse d’avoir un homme avec une bonne éducation. » Dit-elle en soufflant un peu et buvant une légère gorgée de sa tasse dont c’était excellent. Déposant tasse, elle prend un biscuit aux chocolats, tout en l'écoutant parler à nouveau. Coutume n’est pas nouvelle, ce dernier se montre curieux sur ce qui avait été décidé par les hauts gradés par rapport au cas de la Yasei. En soi, ça faisait de la discussion et on ne lui avait pas interdit d’en parler à qui ce soit. Et de plus, Kisuke est au courant de son existence dans Iwa donc s'il est au courant de certains faits et s'il peut plaider pour sa cause, ça pourrait être intéressant.

« Étant donné qu’on ne m’a pas interdit d’en parler, je peux bien me confier à vous là-dessus. En effet, un haut gradé est venu dans ma chambre d’hôpital, en compagne de la Irounin qui m’a soigné. Il y avait donc la médecin, Kobane Harumi qui est resté à mes côtés pour m’examiner et veuillez sur moi. Et le haut gradé, un membre du triumvirat, Miyamoto Teruyo. On a eu une longue discussion qui était plutôt un interrogatoire, où j’ai dû répondre à des questions sur ma présence en Iwa, mon passé et tout le baratin qu’on pose à quelqu’un comme moi. Et comme vous l’avez dit, si je ne suis pas en prison, c’est parce qu’il n’y a pas eu que des ressortis négatifs. » Dit-elle buvant une légère gorgée de son thé avant de reposer la tasse sur la petite table. Elle reprend donc la parole. « On peut, dans mon cas, parler d’une semi-liberté, mais c’est déjà mieux que la prison. En soi, il a pris une décision temporaire sur cela, avec des protocoles de sécurité comme m’apposé deux sceaux dont le premier est une immobilisation si je fuis le village ou si je provoque quelconque accident. Le second permet de repérer si j’utilise mon chakra pour diverses raisons. Du coup, il m’est impossible d’utiliser du chakra et c’est un peu embêtant pour utiliser mon Iroujutsu. Dommage, j’aurais aimé vous affronter, Kisuke-san et avoir une revanche sur Yanosa, sans aller trop loin comme aux portes d’Iwa, évidemment. » Dit-elle en se mettant à grignoter une petite partie d’un biscuit à la fraise. « Et ce n’est qu’une décision temporaire, il doit consulter les autres membres du triumvirat pour savoir si on me garde ici avec une nouvelle identité ou si on me livre à l’Empire. Or, ça sera à leur retour du sommet de la coalition à Hi no kuni. Je dois vous avouer, Kisuke-san que j’aimerais continuer à vivre à Iwa, même si je dois renoncer à mon identité que de mourir et être souillé à Urahi pour avoir juste décidé à fuir un pays qui me déteste pour ne pas être une pure Hijin et être maltraité là-bas sans le soutien de Sendai Yahiko et de mes proches. » Dit-elle en soupirant. « Je préfère mourir ici que là-bas…pour ne pas souffrir… » Finit-elle là-dessus.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Dim 23 Jan 2022 - 0:51
Elle le remercia pour l'antidouleur. Il eut un sourire triste sur le visage. Cet antidouleur, cela avait été sa première création alchimique. Il l'avait développé en prévision de cette opération - non, cette torture qu'il avait du subir pour retrouver l'usage de ses tenketsus. Il était content que cela ait servit à quelqu'un d'autres, dans des circonstances autres. Il eut un frisson en y repensant, mais heureusement, ce Hyûga n'était pas dans le coin.

C'était la moindre des choses. Et croyez-moi, je m'y connais malheureusement que trop bien en douleur. Nous tirons tous derrière nous les âffres des expériences malheureuses passées.

Elle lui fit un compliment sur sa façon de servir, et fit une remarque sur sa supposée épouse. C'était une manoeuvre classique pour dénicher de l'information maritale sur une cible. Kisuke le savait, il avait eut lui-même recours à cette stratégie du temps où il avait été courreur de jupon. Mais il n'avait rien à caché, il n'était pas véritablement homme à fonder famille.

Pas d'épouse, un enfant sous tutelle, et j'en ai éduqué quelques uns. Il pensa à Kancho, qui n'était pas véritablement une réussite, avant de se reprendre avec un froncement de sourcil. Ou du moins tenté. J'ai consacré trop de mon temps à mon clan, et pas assez pour moi.

Une triste vérité. Ces jeunes enfants, il les considérait comme les siens, et ne voyait pas d'intérêt à fonder une famille car cela voulait dire qu'il serait forcé à ne plus s'occuper de ceux qui étaient là. Il avait des objectifs en tête, devant lui. Il ne pouvait pas s'arrêter pour le moment. Il se devait de continuer, tant que l'Enchapeauté menaçait le yuukan de ses rêves de grandeurs démesurés.

La déserteuse donna quelques informations intéressantes sur sa condition. Un peu triste, bien entendu. Limiter l'accès au chakra d'une shinobi était une mesure de sécurité plutôt austère de manière générale. Limiter l'accès à une irounin, par contre, était stupide. Combien de personnes pouvait-elle soigner à l'Hopital sans cette restriction ? Chaque eisenin était un cadeau divin, et c'était du gâchis de ne pas les considérer comme tel.

Mon sensei est sévère, même s'il porte les intérêts d'iwa en son coeur. Je suis en général assez intéressé par m'entrainer avec un maximum de personnes différentes, et j'apprécie particulièrement les sparring. C'est toujours là qu'on en apprends le plus. Mais si ce n'est possible, alors tant pis.

Il soupira. Teruyo avait cette tendance à prendre des décisions qu'il ne partageait pas. Ce n'était pas la première fois, ce ne serait pas la dernière. C'était intriguant. D'un autre côté, apprendre de quelqu'un qui partageait tous ses propres opinions n'était pas foncièrement utile. Il n'y avait que dans la différence qu'on pouvait grandir.

Il serait néanmoins du gâchis de ne rien vous proposer en l'état. L'inaction est un poison. Vous avez des connaissances et une intelligence certaine, autant les mettre à profil. Eisenin, dîtes vous ? A-t-il posé d'autres restrictions ? Je pourrais vous introduire à l'Hopital, même sans chakra un irounin disposent de connaissances intéressantes. Iwa est assez réputé pour ses recherches et ses accomplissements médicaux. Un échange à ce sujet pourrait être bénéfique pour les deux partis. Ou je pourrais vous proposer de me donner un coup de main dans un projet d'élaboration de médicaments et de remèdes en tout genre.

C'était un peu soudain, mais de bonne volonté. Kisuke n'avait pas encore réfléchit à tout ce que cela impliquerait, il était assez certain néanmoins que c'était dans ses possibilités.

N'hésitez pas, je vous suis redevable.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Dim 23 Jan 2022 - 10:27




Prendre des nouvelles


Assis avec Kisuke dans son salon le duo avait lancé une discussion autour d’une tasse de thé et se met afin de passer un bon moment. La jeune femme était curieuse que l’homme était réellement inquiété de son état de santé, après l’altercation avec Yanosa. On pouvait dire tout ce qu’on voulait d’Iwa, mais ce village savait se montrer attentionnée envers les gens qui ne leur ont rien fait. Enfin, peut-être à part quelques personnes, peut-être, rien n’est parfait. Cela dit, le cas de Yanosa est à part, il avait un plan pour l’aider, mais il a été un peu maladroit et trop sérieux dans son plan. Soit, de toute manière, la brune allait devoir discuter avec lui, quand ils se croiseront. Après tout, si le Hyûga avait su la retrouver alors la Momie y parviendrait sans souci, étant au courant de sa présence dans Iwa. Enfin soit, elle revient vers l’homme en face d’elle, en lui avouant que ça allait malgré la cicatrice à son visage et l’aide précieuse des antidouleurs afin de ne pas trop souffrir durant ses soins. Le blond semble s’y connaître également en douleur, d’après ses paroles. Tsukiyo hoche la tête. « Oh que oui, on a tous traversé bien des épreuves, même si des antidouleurs ne peuvent guérir ceux du cœur. » Réplique-t-elle avant de parler d’autre chose sur le moment afin de ne pas trop s’éterniser sur le passé. D’ailleurs, la Shihouin complimente alors le thé et les mets de l’homme, en allant jusqu’à croire que s'il avait une femme, elle serait bien comblée par tout ceci et les bonnes manières de l’homme.

Apparemment, il n’avait pas d’épouse, espérant ne pas avoir fait une bourde en disant cela. Elle était tellement ravie par tout ceci qu’elle a tendance à être maladroite dans ses propos. Cela dit, il avait un enfant sous tutelle et d’autres dont ils avaient éduqué de son côté. Enfin vu la fin, il semblait avoir vécu une expérience peu convaincante et sa vie, il l’a plus passé à prioritiser son clan que lui-même. Elle but une autre gorgée de son thé avant de reprendre la parole. « Je vois, navrée, j’aurais dû réfléchir à ma façon de complimenter votre générosité. Il semblerait que ma maladresse ait éveillé de mauvais souvenir chez vous. » Dit-elle en s’excusant si cela l’avait rendu triste pendant un instant. Après tout, ce n’était pas le but de son compliment ni de ses propos que de blesser l’homme qui était bien aimable avec elle. Pour ne pas trop le blaser avec tout ceci, la médecin se tourne sur un autre sujet de conversation et elle se met à lui parler de ses conditions de semi-liberté jusqu’au retour complet du triumvirat du sommet. Conditions plutôt sévères, mais tout de même logique, au vu du passé de la kunoichi, même si elle n’est pas connue pour du terrorisme ni pour des meurtres. Finalement, son passé et son rôle de Nukenin ne sont pas entachés de sang donc ça pouvait jouer en sa faveur qui sait. Kisuke trouve son sensei plutôt sévère malgré ses intentions plutôt bonnes envers Iwa. Et il trouvait que c’était dommage de ne pas pouvoir s’entraîner au combat face à la Yasei. « En effet, c’est bien dommage. Cela aurait été un plaisir que de tester votre force, Kisuke-san. » Dit-elle avec un léger sourire.

En revanche, Kisuke se met à proposer quelque chose d’intéressant à la Yasei afin qu’elle évite de s’ennuyer durant son séjour à Iwa et en attendant son jugement final. L’inaction est un poison et là-dessus, il avait bien raison. La Shihouin possédait bien des compétences dans le milieu médical et ça serait dommage de ne pas les mettre en contribution. Kisuke demande alors, s’il n’a pas imposé d’autres conditions. Car, il avait dans l’idée de la faire entrer au sein de l’hôpital d’Iwa et même sans chakra, elle pourrait être fort utile pour aider le personnel médical et les patients. Il y avait bien des choses à faire pour Tsukiyo sinon elle pouvait rejoindre son projet d'élaboration de médicaments et de remèdes en tous genres. Cela était bien tentant et d’un côté, elle ne se contenterait pas juste de patienter bêtement dans cette demeure ni en se promenant à l’extérieur dans le village. Finissant son thé, elle observe l’homme. « Je suis bien eiseinin et la dernière restriction donnée est des heures de sorties, cela dit, je pense que ça touche que durant la nuit donc en journée, je sois totalement disponible. Et je ne dis pas non pour travailler à l’hôpital et vous donnez un coup de main dans votre projet, qui semble tout à fait intéressant. Il faut bien que j’occupe mes journées. » Dit-elle avec un air un peu sérieux et prenant un biscuit dans sa main droite. « J’ai déjà réalisé des interventions médicales sans Iroujutsu lorsque je travaillais dans l’hôpital donc ce n’est pas trop un souci, même si l’utilisation de chakra et de technique médicales avec chakra est toujours utile selon l’urgence. Et j’ai étudié les plantes durant mon apprentissage donc niveau remède, je m’y connais assez bien, mais pas plus que mon ancien mentor expert en Rentanjutsu. Or, ça me ferait plaisir de vous aider. » Dit-elle en finissant avec le sourire.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Lun 24 Jan 2022 - 0:21
La femme cicatrisée semblait essayer de faire attention à ne pas trop le froisser. Il ne s'en faisait pas outre mesure. Il n'avait plus le coeur à être froissé. Il vivait dans les blessures et la douleur, et prenait sur lui pour que les autres ne doivent pas prendre sur eux, avant tout. Il se permit une réflexion sur les irous, avec un sourire sibyllin sur ses lèvres. Oui, il pouvait l'aider à travailler à l'Hôpital même si...

J'ai toujours eut du respect et de l'admiration pour les médecins shinobis. C'est un art excessivement difficile à maitriser, et qui contrairement à beaucoup de capacités, permettent de sauver des vies avant tout. C'est un art noble. Je pourrais faire une recommandation pour l'Hôpital, même si je ne peux pas y prendre de décision - je ne suis que genin, voyez-vous. Je peux aider, pas décider. Enfin, je vous l'avait dit à l'entré du village je crois.

Si seulement il faisait partie du Shishiza, il pourrait faire plus, oui. Ce n'était pas le cas, et il n'avait pas de raison de se fustiger plus que nécessaire là-dessus. Il espérait simplement que la Hiérarchie se décida bientôt à faire une nouvelle édition d'examen chunin, histoire qu'il puisse enfin faire partie de cette unité spéciale, et d'avancer dans ses projets médicaux. Ses projets, d'ailleurs...

Par contre, sur mon projet, je n'ai pour le moment aucun chunin d'assigné et la plupart du conseil étant indisponible, je choisis avec qui je travaille. Et vous serez très intéressante à avoir sur place, je crois. Je n'ai pas votre vision médicale - j'ai mon approche via les plantes et mon expérience personnelle, mais ce n'est qu'une vision tronquée de la réalité.

Sa mission au sein de l'Hôpital lui avait mit cela en valeur. Il avait tellement de chose à apprendre. Et même si seul un faible pourcentage serait utile à son métier d'alchimiste apothicaire... et bien, cela serait un faible pourcentage de mieux qu'avant. Et chaque petit plus était un pas en avant supplémentaire. Peut-être des vies sauvées. Peut-être un confort de vie amélioré. Peut-être un médicament plus abordable pour le commun des mortels. Tout cela demandait une certaine conviction, et surtout, de la détermination.

Votre expérience sera le bienvenue dans les deux cas. Votre mentor est également un alchimiste ? Cela fait partie de mes attributions. Enfin, j'ai d'abord était apothicaire sans chakra, et une fois que le chakra m'est revenu, devenir alchimiste semblait une extension naturelle de ce que j'avais appris dans la vie civile. Je suppose... que c'est pareil pour vous ? Parlez-moi de votre mentor, les alchimistes sont malheureusement trop rares dans le Yuukan. Vous croyez que je pourrais correspondre avec lui, échanger des découvertes et des principes ?

Kisuke en avait cherché un à Iwa, naguère. En vain. Il s'était formé seul, et s'exerçait déjà à former au moins un autre apprenti - un samourai de tetsu, aussi étrange que cela pouvait paraitre. Il était intéressé par des échanges de connaissances avec d'autres alchimistes dans tout le yuukan. La science, la vraie, ne connaissait aucune frontière et aucune faction.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Mar 25 Jan 2022 - 11:53




Un projet


Tsukiyo avait parlé de son expérience passée en tant qu’Irounin et de son travail dans les hôpitaux, sans détailler, non plus. En plus de cela, elle avait fait part de ses dernières restrictions données par Teruyo, comme sa limitation de ses heures de sortie. Cela dit, le Miyamoto n’avait pas donné d’heure précise sur le sujet et par conséquent, elle devait être limitée à pouvoir sortir de chez elle que la journée. Le soir, ça aurait été compliqué de la repérer avec l’obscurité et il était logique de la laisser restreinte à ne pas sortir la nuit. Enfin soit, ce n’était pas le sujet le plus important à parler pour le moment. La jeune femme a pu exposer son point de vue sur le sujet et il était à présent temps, de passer à un autre sujet de conversation. Avant de démarrer sur son idée de projet, le Hyûga se met à complimenter les eisei'nin et la complication à’apprendre l’Iroujutsu afin de sauver des vies. Pour cela, il était prêt à faire une recommandation à l’hôpital d’Iwa pour qu’elle puisse y travailler un temps. Or, il ne peut pas prendre de décision, mais juste aider. Ça devait être en rapport à son grade ou autres, mais soit, sa proposition est gentille et peu de personnes y auraient pensé. « Je vous remercie, Kisuke-san. Nous autres médecins font de notre mieux pour aider notre prochain, même si parfois, c’est compliqué selon le cas présenté face à nous. Or, j’ai tout de même du respect pour ceux qui sont à la recherche des remèdes et médicaments, ils sont tout aussi utiles que nous. » Dit-elle avec le sourire.

Par la suite, Kisuke se met à parler de son projet enfin du fait qu’il est tout seul là-dessus et qu’aucun haut gradé n’y est assigné. Ainsi, ça faisait de lui l’unique responsable sur le projet et que c’était lui qui décidé qui rejoignait ou non ce boulot commun. Il était donc un Genin et avec une telle responsabilité, ça ne pouvait que l’aider à gravir les échelons. Cela démontrait sa détermination, sa capacité à s’adapter, à travailler en équipe et surtout, à diriger une équipe tout en prenant des responsabilités. Ce sont des compétences très importantes pour devenir Chûnin, dans un futur proche et c’est tout ce que pouvait souhaiter la Shihouin. Du coup, il serait très intéressé à la savoir sur place afin d’avoir ses connaissances et expériences dans son domaine afin de le coupler avec son alchimie. Une offre intéressante à prendre au sérieux. Tsukiyo hoche la tête et finit son thé. « Je vois, c’est très gentil de penser à moi pour vous épauler et donner un coup de main. J’accepte de rejoindre votre projet, qui semble prometteur. Cela dit, sachez que mon temps peut être raccourci selon le triumvirat, car eux décideront de mon avenir à Iwa et dans ce monde. Peut-être que votre soutien pourrait m’aider à faire balancer le triumvirat à être favorable à moi pour rester et vivre une nouvelle vie à vos côtés. Disons que j’aimerais vraiment suivre votre projet jusqu’au bout tout en vous aidant. Qu’en pensez-vous ? » Demande-t-elle. Il était important d’avoir du soutien afin de s’en sortir surtout si Kisuke souhaite obtenir son aide, le plus longtemps possible.

Ensuite, il était temps de discuter un peu d’autre chose entre-temps. Le cas de son mentor, Hirose Yui, une Eisei’nin travaillant à l’hôpital d’Urahi maniant l’Iroujutsu et le Rentanjutsu. Elle lui avait tout appris ainsi que sur les plantes, pensant que coupler des savoirs était très enrichissant dans leur métier. Et du coup, Kisuke était intéressé par elle et surtout, sachant qu’il était rare d’avoir des alchimistes dans le Yuukan. Là-dessus, il n’avait pas tort. « Elle l’est, en effet, en plus d’être une bonne chirurgienne dans Urahi. Et votre histoire est intéressante, en effet, c’est bien vrai. Tout ceci est une extension naturelle à force d’être baigné dans ce monde, à la fin, on devient ce qu’on a appris et c’est à notre tour d’enseigner pour une nouvelle génération. » Dit-elle avant de commencer à parler de son mentor. « Mon mentor, Hirose Yui est une femme brillante et attentionnée. Elle travaille à l’hôpital à Urahi et elle s’occupe d’une serre de son côté. C’est elle qui m’a tout appris que ce soit l’Iroujutsu et la connaissance de bien des plantes liées au Rentanjutsu, mais je me suis concentré plus sur l’Iroujutsu. Mais, c’est fort utile de s’enrichir pour améliorer ses compétences dans le domaine médical pour soigner des patients. Il est possible de communiquer avec elle, en dehors d’Urahi afin qu’on ne se doute pas de l’endroit où je me trouve. Elle dispose d’un petit laboratoire dans Hi no Kuni, éloigné d’Urahi afin de continuer à soigner des civils dans tout le pays et ne pouvant pas se rendre dans la Capitale. Elle sera peut-être intéressée pour communiquer avec vous ou venir à Iwa pour le faire, à voir avec ses disponibilités. » Finit-elle là-dessus.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 22:47
Toute aide est bonne à prendre, pour le bien du Yuukan. Je l'ai déjà personnellement dit à une membre de ce Triumvirat et elle était d'accord avec mon point de vue. Ignorer un réservoir de savoir et de compétence serait une erreur.

Kisuke avait un grand sourire en finissant sa tasse. Il ne partageait pas la vision du monde de son sensei, c'était certain. Et cela serait à lui de forger son propre chemin, sa propre destinée. Medyusa semblait être quelqu'un de véritablement gentille et sensée. Il était content qu'elle n'avait pas de haine ou de rancoeur pour lui.

C'était agréable.

Elle parlait de son univers à elle. De son maitre, qui était également chirurgienne. C'était véritablement intéressant, et Kisuke prenait note de cette opportunité. Cela serait une possibilité en plus à son projet. Il pensait à ses invocations - l'une d'entre elle était spécialisée dans les messages et les lettres. Peut-être était-ce le meilleur moyen de prendre contact sans rêveler quoi que ce soit ? Ou alors, ne pas mentionner Medyusa tel quel ?

Votre mentor à l'air d'être quelqu'un d'extraordinaire, si je peux avoir ses coordonnées je prendrai contact avec elle de manière sécurisée. Je lui enverrai mes propres notes. Le rentanjutsu mérite d'être déployé le plus largement possible.

C'était véritablement l'un des buts de Kisuke. De cette façon, il espérait pouvoir améliorer les conditions de vie de chaque personne sur le Yuukan qui aurait accès à ces médicaments. Et sans faire confiance aux autres, comment pouvait-il y arriver ? Non, il devait pouvoir être capable de donner son savoir gratuitement, et sans demande retour. Tel était le prix de son envie, de sa destinée.

Mais pour l'heure cela pouvait attendre, car il avait en face de lui une personne véritablement intéressante, qui avait beaucoup voyagé et beaucoup. Alors il demanda à en savoir plus. Sur ce qu'elle avait vu, sur les terres qu'elle avait foulée, les horizons sur lesquels ses yeux s'étaient posées.

Je suis certain que vous en avez vu des choses durant vos voyage. Personnellement, je suis toujours resté à Tsuchi, depuis que notre clan y a migré. Ou quasi. Je suis très curieux de ce monde extérieur au pays de la pierre. Quels pays avez-vous visité ? Avez-vous... des histoires à raconter ?

Il sortit d'un sceau une petite bouteille d'alcool, et en proposa à son hôte. Voilà que les choses intéressantes commençaient.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Dim 6 Fév 2022 - 11:29




Discussion


Pour Kisuke, toute aide était bonne à prendre, surtout si c’est une aide médicale dont il était impossible d’ignorer. En effet, pour lui, ça serait une erreur de s’en priver surtout si Med possède bien des connaissances pouvant aider à développer certaines branches médicales. La kunoichi ne pouvait pas le contredire, même si ce n’était pas elle dans cette situation, si le Nukenin en question n’a causé aucun mal ni aucun crime de sang, juste décider de partir, elle aurait accepté son aide. Après tout, il valait mieux un déserteur qui décide d’aider son prochain en voyageant dans le monde avec aucun passif de meurtre qu’un déserteur qui possède une longue série de meurtres, enfin ça paraissait logique. Dans le cas de Medyûsa, la Hebi n’avait tué personne que ce soit un Kumojin, un Teikokujin ou un membre de la coalition. La Yasei n’est pas connue comme étant une terroriste, un sérial killer ou une meurtrière avant de fuir l'Empire. Du coup, il était plus aisé de lui faire confiance et de lui donner une seconde chance. De toute manière, elle était prête à confirmer cela, à la suite d’une détection de mensonge si nécessaire. Elle était bien ravie d’avoir croisé le chemin du Hyûga. D’ailleurs, il semble connaître des membres du triumvirat, c’était intéressant à savoir. « Hum… En effet, surtout si ce puits de savoir n’a rien commis de grave. Après tout, je ne suis pas une criminelle ayant versé le sang inutilement et gratuitement. Je n'ai tué aucun Kumojin, Teikokujin ni qui ce soit d’innocent. M’enfin, on est en guerre contre un ennemi commun et ça serait dommage de limiter toutes les aides possibles surtout en guise de rédemption ou de bonne volonté. » Dit-elle calmement.

Par la suite, Tsukiyo se met à parler de son mentor, Hirose Yui qui se trouvait toujours à Hi no Kuni. Par chance, cette dernière ne vivait plus dans Urahi depuis la fuite de la Senbazuru de la Capitale. Comme préciser, Yui travaille dans un laboratoire dans la forêt du pays du feu, dans le nord du pays. De toute manière, elle ne risque rien vu que les lieux sont protégés par un temple de samouraï et là-dessus, la Yasei pouvait se sentir rassurer. Kisuke était tout de même intéressé par l’alchimiste du feu et du coup, la Shihouin lui donnait pas mal d’information. Cet homme n’est pas dangereux et il ne risque pas de la mettre en danger. Ainsi, la brune pouvait lui parler librement de cela sans trop de problèmes. D’ailleurs, le Hyûga semble impressionné et il avait envie de communiquer avec elle pour parler du Rentanjutsu. Il avait les moyens de discuter de manière sécurisée avec elle, sans doute à l’aide de moyen de communication qu’il possède lui-même, via une technique ou des invocations. « Elle vit dans un laboratoire au Nord de Hi no Kuni et il est protégé par un dojo de Samouraï. Donnez-moi une carte de Hi et je pourrais vous l’indiquer sans aucun problème. Je sais d’avance qu’elle sera ravie d’échanger avec vous. » Dit-elle avec le sourire. Peut-être que cela pourrait l’aider dans son projet et étendre cela jusqu’à d’autres pays. De ce qu’elle sait, Yui a beaucoup voyagé avant de s’installer définitivement à Hi donc, ça pourrait être utile d’utiliser ses connaissances dans le Yuukan.

Changement de sujet, apparemment, ce Kisuke en avait des choses à dire ou à demander. Il semble être un homme curieux et il n’y avait rien de mal à cela. En effet, Tsukiyo appréciait d'avoir de la compagnie et cela l’aidait à garder le moral. Ce dernier souhaite en savoir un peu plus sur le monde extérieur, lui qui n’a jamais quitté Tsuchi no Kuni. Intéressant à savoir, mais soit, en réalité, Med n’a pas grand-chose à lui raconter. « Hum… Je suis native de Mizu no uni avant de vivre à Kaminari no Kuni dans le village de Kumo. J’ai connu Hi no Kuni pour avoir rejoint l’Empire du feu et ensuite, j’ai pu me rendre à Tsume pour une mission liée à la coalition, après ma désertion, je me suis rendu à Mizu no Kuni une seconde fois d’aller à Joheki pour tenter de rejoindre mes amis, même si je ne sais pas s’ils ont pu s’y rendre vu qu’on m’a refusé de passer la frontière. En réalité, j’ai voyagé dans peu du pays enfin pas mal quand même, mais pour certains, je ne suis pas resté longtemps. » Dit-elle en haussant les épaules. « Des histoires à vous conter par rapport à eux…je ne sais pas par quoi commencer, en réalité. Qu’aimerez-vous savoir précisément sur ses pays ? » Demande-t-elle à l’homme. D’ailleurs, elle avait aussi quelques questions. « D’ailleurs, en échange, j’aimerais connaître un peu Iwa et Tsuchi, en plus du clan Hyûga, ça m’intrigue. Et est-ce que vous vous y connaissez très bien en Fuuinjutsu ? » Demande-t-elle à nouveau à cet homme.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Dim 20 Mar 2022 - 10:58
Je ne suis qu'un genin, et les arcanes de la politique d'iwa m'échappe très clairement.

Kisuke n'aurait pas du tout géré toute cette crise de cette façon. Il haussa les épaules. Il n'était pas en position de dicter quoi que ce soit à Iwa, de toute manière. Ensuite, il sortit d'une poche intérieure de son kimono un carnet de notes qu'il tendit à Medyusa.

J'ai dans mon carnet... ici... des retranscriptions de cartes que j'ai recopié de la bibliothèque.

C'était toujours pratique à avoir sur soi. Kisuke avait des cartes sommaires de tous les pays, et une carte plus détaillée de Tsuchi et de Hi - deux pays qu'il avait parcourut et qu'il connaissait donc personnellement. Même si Hi... Et bien, les informations dataient un peu, même si globalement elles devaient toujours être d'actualité.

Il expliqua alors d'où venait sa curiosité.

Je n'ai jamais vécu qu'à Hi et Tsuchi. Tous ces autres pays ne sont que des échos de rêves ou de lecture de récits. Après, je suis assez content du comfort que j'ai actuellement à Tsuchi, ce n'est rien qui me manque véritablement. Mais je suis curieux. J'aime écouter des sagesses d'ailleurs. Comment les gens vivent. Quelles sont leurs us et coutûmes.

Son hôte désirait en savoir un peu plus sur le village. Il y avait bien des choses à raconter, bien entendu. Kisuke commença par un discours assez sommaire, et il était prêt à répondre à des questions ultérieures dessus.

Iwa est une ville neuve, fondée sur une ville nettement plus ancienne. Le pays de la Terre à négocié avec notre clan leur venue dans cette ville, et nous avons accepté parce que Hi ne nous méritait pas. Du moins, c'était ce qu'on nous disait à l'époque, je n'avais pas vraiment le droit à la parole. Je suis de la branche secondaire, et j'ai été serviteur de la branche principale pendant longtemps. Iwa... c'est un roc qui subit et endure des assauts quotidiennement et qui arrive chaque fois à se relever comme si de rien n'était.

Ou presque. Objectivement ? Iwa s'en était très bien tiré et n'avait plus eut de pertes civiles depuis l'assaut de Mamushi, et même à ce moment-là, les pertes avaient été mineurs. Néanmoins, cela concernait surtout les pertes civiles. En ce qui concernaient les shinobis... Trop de morts, malgré tout, selon son opinion subjective. C'était la principale raison pour laquelle Kisuke avait repris du service. Il avait déjà bien vécu. Sa vie était à sa fin. Autant essayer de faire tout ce qui était en son pouvoir pour éviter que d'autres jeunes gens finissent sous une pierre tombal au tout début de leur vie d'adulte.

Quand à des informations sur son clan... oui il pouvait en révêler un peu. Il n'allait pas raconter tous les détails non plus, parce que la branche principale n'appréciait guère voir ses secrets répandus à tord et à travers. Mais il pouvait un peu partager ici quand même.

Je suis de la branche secondaire des Hyûga, et pendant longtemps, mon rôle était simplement de servir la branche principale. J'ai élevé des Hyûgas, je leur ai fait à manger, je leur ai appris à se battre, et je me suis battu pour eux. Quand j'ai... perdu mon chakra, il y a quelques années, ils m'ont en quelques sortes exilés et mis de côté. Cette malédiction n'est pas trop mal, cela m'a permis de développer ma passion pour la pharmacie et le rentanjutsu. Ma connaissance dans le fuinjutsu est arrivée par la suite. Voyez-vous... j'ai été shinobi pendant de longues années, mais je n'ai jamais été très doué. Je me défendais en taijutsu, bien entendu - c'est un art qui est engrangé de force dans notre corps depuis notre plus tendre enfance. Je n'étais pas surdoué non plus, comme la Godaime qui étendait tout le monde sur les tatamis à treize ans à peine. Le ninjutsu, néanmoins, est un art qui m'échappe complètement, et me rendait très médiocre. Quand j'ai retrouvé mon chakra, je me suis juré de trouver les clefs qui me permettraient d'exploiter véritablement mon potentiel, de ne plus me laisser convaincre par ma médiocrité. Et si le ninjutsu ne m'était pas accessible... j'allais faire sans. J'ai fait le tour de tout l'arsenal disponible aux shinobis. C'est là que j'ai découvert l'art des sceaux et les invocations. Mon sensei est sans doute l'un des meilleurs manipulateurs de fuin de tout iwa, et je suis encore bien loin de son niveau. C'est néanmoins très pratique pour utiliser mes concotions et mes drogues facilement. Alors... je m'y connais, oui. Très bien ? Je n'irais peut-être pas jusque là. Disons que j'ai une connaissance acceptable en la matière.

Un petit laïus pour répondre à cette question. Sans doute que la moitié des informations étaient non nécessaires.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
Gôgon Medyûsa
Gôgon Medyûsa

Visite. Med, il cale ! [Med] Empty
Lun 21 Mar 2022 - 12:14




Discussion


Kisuke ne semble pas très à l’aise avec la politique en général et de son statut de Genin, il ne semble pas avoir la possibilité de dire quoi ce soit. Cela dit, Medyûsa n’était pas non plus très bonne dans le domaine de la politique. Et elle ne peut pas lui en vouloir, elle a pris un risque et c’est à elle de tout faire pour éviter le pire. La Nukenin profitait de son temps pour discuter et vivre normalement, du moins, elle essayait de le faire. En réalité, elle n’était pas trop habituée à cette vie de civile, elle qui a toujours été shinobi. Ne pas faire de mission ni d’entraînement, ça lui faisait bizarre et elle s’ennuyait un peu. Heureusement, il y avait des gens comme le Hyûga pour lui tenir compagnie afin que ses journées ne soient pas vides de vie sociale. D’ailleurs, elle avait pu donner la localisation de son mentor dans Hi no kuni afin qu’il puisse échanger sur le Rentanjutsu. Et par chance, ce dernier semblait avoir une carte du monde sur lui ou du moins, des endroits qu’il connaissait. Du coup, elle donna l’emplacement avec une croix sur la carte de Hi de l’homme afin qu’il sache l’endroit où Yui se trouve. En espérant que tout va bien pour eux là-bas depuis sa désertion. Après cela, il semblerait que le blond se montre plutôt curieux sur le monde extérieur, en dehors de Tsuchi et Hi no kuni qui semble connaître. Cela dit, Tsukiyo n’a pas séjours très longtemps dans certains pays. Elle connaissait Kaminari, Hi et Mizu no kuni, mais pour le reste, c’est soit limité ou elle ne connaissait pas du tout.

Sa curiosité vient donc bien, du fait que ce dernier n’a vécu que dans deux pays et de son goût pour l’aventure et la connaissance vis-à-vis d'autres pays. L’envie de connaître leur tradition, les us et coutume et bien plus. Cela lui faisait penser à Hanae Hideto et Hikaru Tawamure, deux soldats de l’unité de recherche qu’elle a recrutés lorsqu’elle était lieutenante de cette US. Tous les deux avaient cette envie de découvrir le monde, de la même manière que Kisuke. Cela dit, ils avaient plus une curiosité tourner vers les légendes et autres afin de découvrir les secrets du Yuukan, tout à l’image de la Yasei. D’ailleurs, elle se demandait si ces deux-là allaient bien et s’ils mènent des recherches sur leur projet de base. En tout cas, ça reste un léger regret de ne pas être resté au Teikoku, juste pour les soutenir dans leur quête de vie. La jeune Irounin sourit légèrement à l’homme en face d’elle. « Vous me faites pensaient à deux soldats que j’ai connus à Urahi. Ces derniers souhaitaient également découvrir le monde et ses secrets. Ce qui me fait penser que je suis comme vous, Kisuke-san. J’aimerais également découvrir des pays, leurs us et coutume, leur tradition, leur religion, leur façon d’aborder la médecine et bien d’autres choses. Discuter avec vous m’a permis de réaliser un point que j’ai oublié à cause de ma peur d’être traqué et tué. » Dit-elle en se sentant un peu apaisée.

Par la suite, Tsukiyo démontre une certaine curiosité envers le village d’Iwa et Tsuchi. Après tout, elle n’a pas encore la possibilité de découvrir le village ni connaître le pays. En effet, la dernière fois qu’elle y est venue, c’était pour sauver la vie de Byakuren Yume en l’amenant à l’hôpital et auprès d’une certaine Chiwa Aimi que Sendai Hanae lui avait conseillé. La Yasei n’était pas resté longtemps à Iwa ni dans Tsuchi afin d’aller vers Mizu avant de changer d’avis et de retourner rapidement vers Urahi. Et du coup, il était intéressant d’en apprendre un peu plus sur l'Iwagakure et le pays où il résidait. Écoutant attentivement le Hyûsa, ce dernier disait que le village était neuf ayant été bâti sur une ancienne ville et qu’à travers le temps, il a souvent été attaqué par des assauts extérieurs au village. Ainsi à Iwa, il n’y a jamais eu de problème interne, c’était intéressant à savoir. Par chance, ce dernier parle un peu de son clan où d’après lui, il y a deux branches distinctes et le fait aussi que les Hyûsa venaient à l’origine de Hi no kuni et qu’ils ont été accepté par le Daimyo pour s’installer à Tsuchi. « Je vois, vous avez essuyé des assauts extérieurs et à chaque fois, vous vous êtes relevé. Impressionnant. » Dit-elle calmement et d’un intérêt pour Iwa.

D’ailleurs, Med était également intéressé par le clan Hyûga surtout depuis sa rencontre avec Hyûga Tsuyoshi. Comme elle le pensait, il y avait deux branches et celle dans laquelle est affilié de par sa naissance, Kisuke, est celle qui sert la branche principale comme s’ils jouaient le rôle de domestique, rien qu’en l’écoutant. Il ne semble pas avoir d’égalité entre eux, juste une barrière et de la servitude, c’est assez triste. Surtout que ce pauvre blondinet a été exilé de son clan lorsqu’il a perdu l’usage d’utiliser le chakra. Tsukiyo continue à l’écouter attentivement et en croire ses propos, il semblerait que son clan soit doué dans le Taijutsu que le Ninjutsu, c’était intéressant. Sauf si évidemment, Kisuke est particulier parmi les siens que la maîtrise du Ninjutsu ne soit pas le point faible de tous les membres de son clan. En tout cas, il avait pu en profiter pour se concentrer sur le Rentanjutsu et la création d’une pharmacie pour occuper ses journées et apporter son aide. Pour sa connaissance en Fuuinjutsu, il semblerait qu’il en a pas mal, mais il doit encore apprendre selon lui. Il avoue être peu doué en ninjutsu, mais doué en Fuuinjutsu et Kuchiyose. L’homme raconte des choses intéressantes pour la kunoichi et utile à la fois. Elle a apprécié à l’écouter. « Je vois, c’est fort intéressant, même si je trouve ce système de branche au sein de ton clan assez particulier et peu appréciable. Mais soit, qui suis-je pour critiquer ? » Dit-elle de manière rhétorique. « Cela dit, vous avez répondu à mes questions, je vais parler de ce que je sais sur l’un des pays que j’ai visités. »

La Yasei boit une dernière gorgée de sa tasse avant de reprendre la parole. « Mizu no uni, un pays qui est un archipel de neuf îles. J’y ai vécu pendant mon enfance, mais je n’en garde pas un bon souvenir. Avant la création de Kiri, ces îles étaient bafouées par la criminalité et les mercenaires. Il était difficile d’y vivre seule ou recluse de la société, mais les clans majeurs de Kiri ont changé le pays de l’eau à jamais. Cela dit, la criminalité y réside encore, comme partout dans le monde. J’ai survécu avec ma famille en vagabondant sur les îles, en volant et en fuyant les menaces. Malheureusement, je n’étais qu’une enfant et j’ai commis une erreur qui a coûté la vie à mes parents. Les Mizujins n’étaient pas tous fan des Yasei surtout de certains Yasei comme les reptiles par exemple. Traquer et chasser, mes parents ont été tué et j’ai été séparé de ma sœur jumelle pendant très longtemps. D’ailleurs, je l’ai retrouvé, il y a peu et elle a une fille. Bref, le Pays de l’Eau dispose d’île avec leur propos cultures et utilité. Je peux te dire juste pour l’ile de Buntan et Asosan que je connais bien pour y avoir vécu un peu pendant un temps avant de partir pour Tsuchi. L’île d’Asosan est un lieu destiné aux gladiateurs et au combat, il y a des arènes afin d’aller tester sa force ou être spectateur. Et pour Buntan, une île surtout liée au stockage, il y a très peu de villages et ils sont généralement très espacés des uns et des autres. Cela étant, il y a quoi… » Dit-elle en réfléchissant. « Ah oui, j’ai aussi appris que ses habitants de l’île ont pour coutume l’apprentissage et le partage, je suppose que c’est plus tourner vers la connaissance et la maîtrise de certains métiers. Ils font aussi des voyages culturels entre les villages et aussi, entre les îles, ça permet d’apprendre des choses et que les jeunes puissent aussi, enrichir leurs connaissances sur le passé du pays. Cela dit, il y a beaucoup de bâtiment inhabité donc il est facile de squatter ou que des criminels puissent établir des quartiers généraux pour se cacher. » Dit-elle.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 https://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 https://www.ascentofshinobi.com/u1201

Visite. Med, il cale ! [Med]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une visite annoncée
» Une visite à l'hôpital [Kagura]
» Visite médicale. [Joo]
» visite médicale 4 — Mei;
» Une visite - été 202 - Sazuka

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: