Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 13:20

Prologue



Partie 3/01 - Le Dénouement :
Ceux qui virent le danger

@Miyamoto Teruyo + 3 autres personnages maximum

L’équipe de scellement dépêchée par Miyamoto Teruyo suite à ses échanges avec les interrogateurs de l’Ecorché ne tarda pas, une fois informée du danger de brisure que représentaient les mouvements frénétiques et vrombissant du corps filandreux du Désavoué, à se former pour entamer le périple qui les mènerait droit vers cette geôle, cette tombe de l’immortel spectre de la mort. La tâche qui leur incombait était spéciale : il s’agissait de découper ces fibres noirâtres, de sectionner veine après veine, muscle après muscle, tout ce qui s’éparpillait depuis ce cœur maudit, noyau d’une vie qu’on ne pouvait s’éteindre tant qu’on n’avait pas détruit sa source ; et puis il faudrait alors sceller ce cœur onduleux, cette souche infâme, cette boule de tissu, afin qu’elle ne puisse plus jamais se recoudre, grossir, s’élargir et envahir l’espace.
Et pour ça, la dizaine de shinobis qui déferlait dans les geôles d’Iwagakure arrivait avec une boîte métallique, un récipient confiné lui-même porteur d’un sceau de verrouillage, pour faire taire à jamais la malédiction de l’Ecorché. Iwagakure ne lésinait pas sur les moyens. Iwagakure ne lésinait jamais sur les moyens. Surtout quand il s’agissait de protéger un village trop de fois attaqué.

Auparavant, une équipe composée de trois illustres shinobi avait tenté de découdre la langue filandreuse de ce démon. Hélas, ils avaient vite mesuré que la torture n’aurait aucun effet : pour tout être qui avait été captif trop de temps à Wasure no kuni, une sorte d’immunité s’était créée. C’était vrai pour tous les Wasurejins, pour tous ceux qui avaient été l’objet d’un Lourd Passé. C’était encore plus vrai pour l’Ecorché. Aux traces indélébiles qui marbraient son visage de sillons carmins, il était aisé de comprendre que la douleur n’altérait en rien sa perception de la réalité, ses convictions ou sa volonté.
Non. Seul un pacte pouvait le sortir de son silence.
Et ce pacte avait été conclu.

Hélas, pour qu’il se réalise, Oterashi Yanosa avait décidé de devenir l’ombre volatile qui permettrait à ce monstre de s’évader de sa geôle, car ses souhaits s’opposèrent fermement aux décisions plus prudentes de ceux qui faisaient la politique militaire de cette Cité de la Roche. Défiant l’autorité du Triumvirat, le Tellurique vint conclure une dérogation à l’accord passé avec le captif, emportant dans son corps boueux le cœur névralgique de son grand ennemi. Pour l’honneur. Pour respecter son serment. Pour le grand final qu’ils s’étaient jurés.

Quel ne fut, alors, le désarroi de l’équipe de scellement lorsque, après avoir passé la Garde spéciale de cette geôle consolidée par trois usagers du Doton qui ne cessaient de combattre les secousses déclenchées par le brutal incarcéré répandu en toile puissante, ils découvrirent avec stupeur que de l’Ecorché, il ne restait plus rien.

La boîte resterait vide, car le cœur du Désavoué n’était plus là.

La sentinelle cabalistique du dédale que composaient les geôles d’Iwagakure fut vite auditionnée. Le Gardien des Profondeurs, usant de son sens prononcé de l’ouïe, sonda tous les tunnels, toutes les fissures, toutes les portes ; ses sens l’emportèrent si loin qu’il put même, poussant son art à son paroxysme, entendre les cœurs et les battements de paupière de certains prisonniers. Mais il tomba sur son séant, épuisé, vidé de ses forces à force d’avoir essayé de tout déceler, après avoir voyagé avec ses sens dans ce dédale labyrinthique et usant. Il agita ses bras, demanda qu’on le laisse, clama un « cent quatre-vingt » qui fit pâlir les scelleurs habitués à ses paroles confuses : encore un peu, et ils seraient en danger de mort s’ils osaient davantage éroder la patience du mystérieux Yojiri.
C’était une crise majeure.

Quelques minutes plus tard, Miyamoto Teruyo apprît de cette équipe que le Désavoué n’était plus dans les cellules d’Iwagakure. Cette révélation, après les échanges qu’il avait pu avoir avec les différents shinobis qui avaient effectué des allers-retours dans ses quartiers, eut pour effet de jeter un froid dans le cœur de tous ceux qui apprirent la nouvelle en même temps que lui.

L’Ecorché s’était évadé. Mais comment ?


L'Écorché s'est évadé !

Une nouvelle intrigue éclate au sein d'Iwagakure, quelques heures à peine après l'interrogatoire qui avait pour objet d'en apprendre plus sur le Désavoué et sur l'Homme au Chapeau. Miyamoto Teruyo, après avoir dépêché une équipe de scelleurs pour renforcer le dispositif placé sur le captif, capable selon les témoignages de Hyûga Rin de briser son sceau de confinement chakratique à l'usure, apprend la nouvelle.

Trois personnages peuvent décider d'accompagner le membre du Triumvirat pour mener l'enquête et tenter de pister les traces du filandreux.

La narration s'appuiera sur vos choix pour tisser la trame de cette nouvelle partie liée à @L'Écorché.
Un second sujet accompagnera celui-ci pour montrer l'autre face de cette nouvelle partie.

Remarque : cette nouvelle Partie n'est ni une Mission, ni une Intrigue. Le RP n'est donc pas bloquant. Toutefois il se situe dans la trame chronologique qui suit l'évasion du prisonnier.

L'autre groupe : [Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 20:54

* Yanosa ! *

C’était la première pensée qui me vint à l’esprit quand l’un des seconds de Yogiri vint m’annoncer, avec une certaine fébrilité et une certaine crainte, la disparition de celui qui était connu comme « l’Écorché ». Sous le coup de la colère qui m’envahissait, j’avais renvoyé le messager. Il ne faisait nul doute qu’il signalerait au gardien des geôles l’état dans lequel j’étais.

Yanosa… la coïncidence était trop grande pour que cela en soit une. Par manque de temps, nous avions tardé à interroger notre prisonnier et le jour où cela se faisait, voilà que notre homme, pour ce qu’il en restait du moins, disparaissait sans laisser de traces. Les soupçons n’étaient nullement des preuves, mais la volonté d’assouvir ce duel réclamé devait être trop forte pour que l’assimilateur se plie aux ordres donnés. Après tout, il était coutumier des faits. C’est cette tendance à agir sous l’impulsion déraisonnée qui me poussait en faveur de ce choix. La charge sur Yonbi au détriment de son équipe, le meurtre des gardes du convoi lors de notre mission de protection au détriment des relations diplomatiques avec les artisans régionaux, et maintenant ça ? Non. La coïncidence était trop grande.

L’Ecorché ! Pouvait-il seulement s’être échappé seul ? Non ! La Hyûga l’avait bien dit. Les sceaux de protection faiblissaient, mais n’étaient pas rompus. Il a donc fallu une aide extérieure pour qu’il s’échappe. Et puis… comment un cœur seul pourrait parvenir à fuir une telle prison avec pour gardien quelqu’un comme Yogiri. Il fallait une certaine maitrise dans l’art de la dissimulation pour parvenir à un tel résultat et pour avoir réalisé quelques missions avec l’Oterashi, c’était une prouesse dont il était capable.

Frappant du poing sur la table, je rageais intérieurement. Même si cette colère se voyait sur mon visage, je serrais les dents, réfléchissant à ce qu’il convenait de faire désormais. Le Désavoué cherchait son duel et Yanosa comptait le lui offrir. Hors de question de prendre le risque qu’un tel prisonnier s’échappe, tue un shinobi comme le Calciné ou pire, le capture. Il fallait intervenir et retrouver au plus vite l’un ou l’autre. Et tout cela, c’était sans compter la désobéissance aux ordres donnés.

M’asseyant sur mon fauteuil devant mon bureau, je massais cette main engourdie, réfléchissant à ce qu’il convenait de faire. Avant tout, il était essentiel de retrouver les trois protagonistes de cet interrogatoire. Si aucun d’entre eux n’était de mèche avec ce désastre, alors il faudrait agir avec plus de fermeté que ce que j’étais en train d’imaginer.

Appelant les deux gardes devant ma porte, la protection des lieux n’était plus une priorité compte tenu de la situation. Il fallait agir et agir vite. Qui sait depuis combien de temps exactement l’Écorché n’était plus dans sa cellule. Il faudrait l’aide d’experts en traque pour parvenir à le retrouver. Manque de chance, les premiers noms sur ma liste étaient en mission à Tsume.

« Sur le champ, vous allez me chercher Oterashi Yanosa, Ashitaka Borukan et Hyûga Rin. Vous avez vingt minutes pour qu’ils soient présents ici. Je me fous de savoir ce qu’ils sont en train de faire, c’est une convocation. »

Préparer la suite pour se préparer au pire. Ne pas attendre que le trio arrive pour lancer la suite. Créant deux clones, chacun avait ses ordres. Le premier se rendait directement à la prison avec pour objectif de récupérer le caisson de confinement ainsi que des échantillons inertes du Désavoué. Quant au second clone, direction les quartiers de Yanosa, récupérer quelques affaires lui appartenant.

Passant par la fenêtre derrière moi, chacun de mes doubles s’affaira avec la même rigueur que les deux gardes.

Qu’étais-je en train d’oublier ? La suite ? Encore la suite. Sortant en trombe de mon bureau, j’interpellais les deux premiers shinobis que je croisais pour leur assigner à eux également une nouvelle tâche, laissant tomber ce qu’ils étaient en train de faire.

« Toi, va chercher Kobane Harumi immédiatement. Ce qu’elle fait n’est plus urgent, priorité à cette convocation. Quant à toi, la même chose pour Nihito Meho. Vous avez vingt minutes pour qu’ils arrivent ! »

Si les shinobis s’affairaient, le secrétaire un point tatillon que j’avais me regardais avec des yeux ronds, se demandant ce qu’il se passait sans oser poser la question. Me tournant vers lui et d’un ton des plus inamical contrairement à mon habitude, je l’informais de ce qu’il devait savoir.

« Je ne suis disponible pour personne jusqu’à ordre contraire à part pour les personnes convoquées. »

Les noms donnés et notés avec soin par l’administratif, je retournais à mon bureau, préparant mes affaires pour un départ en trombe si nécessaire.

Vingt minutes…

Vingt minutes à attendre…

Vingt minutes de perdues…

@Kobane Harumi, @Borukan Ashitaka, @Nihito Meho


_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 23:01



LES LIENS DU DESTIN





Assis au bord du précipice, le temps semblait presque s’être arrêté sur ce tableau aux reflets fantomatique. Les reliefs rigides des montagnes s’étaient effacés sous une robe grisâtre tandis qu’Iwa émergeait difficilement au grès des vents, se débattant contre les flots impétueux de la brume.


Combien de temps avait-il passé là ? Impossible à dire pour le chunin qui cherchait simplement à se perdre quelques instants. En quête de vide et de calme ce dernier, avait atteint une pseudo transe. Ses sens s’étaient émoussés avant de renaitre plus aiguisés que jamais et son souffle lui était devenu imperceptible tout juste suffisant à répondre à ses besoins.


Ce fut dans un battement de cils que l’ombre émergea. Transperçant le brouillard avec grâce, elle s’éleva au-dessous de tout chose afin de poser son regard acéré sur son environnement. Immobile elle intrigua momentanément l’homme qui dans un mouvement imperceptible posa sa main sur sa garde. Prêt à toute éventualité il observa cette dernière se rapprocher à tout allure.


L’oiseau de proie était-il conscient qu’en cet instant il risquait sa vie ? Probablement et finalement alors qu’il entrait dans la portée du shinobi, ce dernier relâcha enfin la pression, identifiant finalement celui qui n’était nul autre que l’un des principaux messagers du village. Ce fut à quelques pas qu’il se posa de Mého.


Sa lame se dégaina avant même que son esprit eut analysé la situation. Les pas dans son dos étaient apparus de façon brusque. S’était-il trop concentré sur le volatil au point dans oublier le reste de son environnement ? Probablement ! L’homme leva les mains la pointe acérée d’un katana poser sur son torse.


-Mes excuses messager-san ?

Son visage était livide. Couvert de sueur révélant l’effort intense qu’il venait probablement de réaliser, l’homme ouvrit une bouche sèche essayant maladroitement de balbutier son objectif.


-Vous … Miyamoto-sama … Maintenant ! Urgence !


Incitant l’homme au calme par son attitude, Mého lança un regard chaleureux à celui qui lui faisait face. Remettant son katana à sa place, il lui fit un ultime sourire, un geste de main et d’un pas leste, il tomba dans le vide. Chaque seconde comptait et Teruyo n’était pas du genre à convoquer à la rigolade. Ses bons d’une amplitude sur humaines lui permirent de descendre la montagne en un temps records et alors qu’il touchait enfin terre, il se propulsa de mur en mur, puis de toit en toit, dans un silence mortuaire.


Combien de temps l’homme avait-il mit pour trouver Mého ? Aux vues de son état de fatigue, de son expression... chaque minute avait été compté et se doutant que la situation devait être critique, il accéléra encore le pas. *L’homme au chapeau…* Ce scénario était le pire et pourtant les évènements avaient fini par prouver qu’il restait des plus probables. La tour où se trouvait le chef du Manazuru apparut enfin sous ses yeux le sortant de ses analyses. Quelques sauts prenant encore un peu de hauteur et le chunin shunta toutes les portes pour se trouver à la terrasse de son capitaine.


Encore dans son bureau, la porte grande ouverte, c’était un visage des plus complexes que le shinobi affichait. Colère, inquiétude, agacement, un panel large d’émotion dont le liant était difficile à recréer sans contexte. D’une main ferme mais frappa deux coups avant d’ouvrir la fenêtre pour pénétrer dans le bureau de son chef. S’inclinant avec respect, il remarqua la petite déformation dans le bureau du jonin qui se tenait une main fermement posée dans le creux de l’autre.


L’heure n’était pas aux blagues ou aux retrouvailles et ainsi, sur un ton des plus solennelle il s’élança.


- Au rapport …


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Ven 4 Fév 2022 - 11:06
Harumi était de repos pour une fois, aucun drame à l'hôpital qui la sortirait de ses pénates. Elle traînait sur le toit de la maison qu'elle louait, allongée tranquillement. Elle n'était ici que de passage après tout, une mercenaire médicale. D'ailleurs, la brune pensait de plus en plus à devoir partir rapidement avant que ce village devienne un drame. De sombres pensées qu'elle chassa de sa vision pour un paysage plus reposant. Les montagnes allant des cimes millénaires enneigés aux divers ravins escarpés qui offraient un beau spectacle de la torture que la Terre s'imposait. Alors qu'elle profitait d'un verre, oui déjà, à cette heure-ci, à observer des oiseaux dans le ciel, des ninjas qui s'approchaient rapidement, quelques autres animaux qui avaient réussi à domestiquer le village, elle ... Attendez quoi ? La Kobane releva le haut de son corps dans un léger soupire. Qui s'était donc blessé de si important pour que l'on vienne la chercher avec tant entrain ? Elle posa son verre en se relevant complètement avec presque une certaine difficulté, cependant, si ce n’est l’âge, c’était davantage le manque de motivation un jour de repos qui parlait en cet instant.



Kobane Harumi • « Quelque chose me dit que la journée de repos est déjà terminée. »



Commenta pour elle-même la femme médecin et invocatrice d’un certain talent. Elle reçut alors la vive invitation à le suivre pour une tâche si spéciale que ce type n’en savait rien du tout. Juste le temps de prendre son matériel et elle était déjà partie pour le bureau de Teruyo. Elle commençait à bien le connaitre celui-là, mais ce n’était surement pas une invitation à manger quelque part ensemble. Dommage, il devait connaitre de plutôt bonnes adresses dans le village. Après une courte explication, du peu que le ninja était au courant, le duo était déjà parti à sauter de toit en toit afin d’arriver au plus vite



Quelques minutes plus tard, lors de son entrée par la porte dans le bureau de Teruyo, afin d’être un peu original, Harumi regarda le visage lourd de sens du Taisho, avant de saluer Meho d’un signe de tête avec un sourire. Il était évident que la brune était sans doute plus détendue que les deux autres. Cependant, elle était habituée aux situations de crises en permanence, et cela n’avait pas le même impacte sur sa personne. La Kobane soupira légèrement sans trop savoir de quoi il retournait, mais elle commençait à se dire que ce n’était pas pour une affaire médicale cette fois-ci. Elle n’aimait pas trop cela, mais si jamais Teruyo l’avait testé au combat, ce n’était pas que pour recoudre quelques plais. Elle tâta la poche de son pantalon, puis sortit enfin une petite boite qui contenait sa drogue principale, le tabac. Harumi secoua la tête boite d’un air détaché avant de mettre au bec un petit bâton de mort.



Kobane Harumi • « Quelque chose me dit, que je devrais m’en allumer une … Alors, qu’est-ce que l’on a ? »



Harumi avait son matériel dans des sceaux, précieusement garder à l’intérieur de ses parchemins. Elle était une itinérante, habituée à voyager, elle était prête en toutes circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mar 8 Fév 2022 - 15:59
Alors qu'il venait de terminer son rapport pour le Shishiza et qu'il se dirigeait vers la prison pour vérifier l'avancement du protocole d'enfermement de l'Écorché, le Borukan fut interpelé par un messager qui lui indiqua qu'il était attendu d'urgence par le Taisho du Manazuru. Fronçant les sourcils, le rouquin fila à toute allure vers la position indiquée dans la lettre pour y retrouver les trois membres déjà présents, à savoir Teruyo, Harumi et Meho. S'il n'avait pas encore connaissance du sujet exact, il avait un fort mauvais pressentiment sur ce qui était en train de se passer.

Prêt à partir en mission où que ce soit, katanas à la ceinture, Ashitaka avait monté les marches quatre à quatre pour arriver au plus vite jusqu'au bureau du Miyamoto, tendu. Le pressentiment était trop grand pour être ignoré. Si d'un seul coup, il se faisait appeler ainsi, c'était sans doute lié à l'Écorché et cette idée lui déplaisait grandement.

Est-ce que Yanosa lui avait fait croire qu'il comptait partir gentiment et avait filé pour aller faire une connerie pendant qu'il s'occupait de son rapport ? Que s'était-il passé ? Est-ce que l'assimilateur était parvenu à aider l'Écorché à s'enfuir pour le traquer comme il l'avait proposé dans la geôle du fou sans même que lui, présent sur les lieux au moment où l'Oterashi y était, ne s'en rende compte ?

Ses théories le faisaient fulminer alors qu'il n'avait encore aucune preuve, mais les coïncidences s'accumulaient et lui donnaient des envies de destruction. Lui qui était du genre à se maîtriser en règle générale avait ce sentiment de trahison avant même d'être certain de ce qu'il se passait. Peut-être était-ce parce qu'il était devenu moins stable ces derniers temps depuis la disparition d'Amiko, que c'était ce contre-coup de la perte que c'était pour lui, en plus de ses jambes désormais faites de bois et de métal. Il n'arrivait pas à le déterminer, mais une chose était sûre, il n'arrivait pas à calmer son coeur.

Arrivant en troisième dans le bureau, il salua les deux autres déjà présent et se retourna vers Teruyo, attendant la suite.

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Lun 14 Fév 2022 - 18:37
Au sein d’Iwagakure, les forces se mettaient en branle. Sous l’autorité du Jinchuriki du Dieu Singe, une équipe de traqueurs venait d’être rassemblée. Sa mission ? Retrouver le fugitif, quoiqu’il en coûte, avant que le village ne paie une nouvelle fois les affres que pouvait attirer cet ennemi. Bien des soupçons pouvaient planer sur un tel ou un tel, mais face à la nébuleuse des doutes, l’urgence s’imposait : aux résidus que l’Ecorché avait laissé derrière lui, et parce que vos shinobis l’avaient interrogé il y a peu, vous sûtes qu’il ne pouvait être aussi loin qu’il le fallait pour espérer échapper seul à l’œil qu’Iwagakure toute entière était capable de tourner vers lui.
Le Taishô du Manazuru s’appuya sur trois alliés possédant force et expérience. Rien de surprenant à ce que la cité de la Roche lui fournisse de vaillantes épaules pour porter le poids du destin qui pesait sur la population Tsuchijine. Nihito Meho, lui aussi membre du Manazuru et celui-là même qui avait participé à mettre aux fers le Désavoué, vint en premier, bientôt rejoint par Kobane Harumi, elle qu’on connaissait pour avoir fait partie des légions déployées pour vaincre Sanbi, le Dieu de l’Eau, et Borukan Ashitaka, qui venait tout juste de participer à l’interrogatoire de cette chose sensible et menaçante qu’était…
… Usuegi Jun’ichirô.
Ensembles, ils traqueraient l’Ecorché.

* * *

Au Nord, c’étaient les corons. Ou plutôt, c’étaient ceux qui avaient choisi, au dogme trop cadrant qu’imposait les esprits cartésiens ne jurant que par la sécurité, le risque palpitant qui battait comme ce cœur filamentaire, hideux et noir, qui gonflait à l’intérieur des muqueuses du serpent aux écailles nivéennes, en répandant ses fils.
Oui, toutes ces parois juteuses ne manquèrent de réveiller les pulsions morbides d’une boule qui ne demandait qu’à se nourrir et qui, doucement, se mit à grignoter le serpent de l’intérieur : de bien faibles picotements, pour l’heure, comme une petite démangeaison, car au prorata de sa taille, la dégustation de l’écorché n’était pas pire que pouvait l’être celle d’une fourmi sur un corps humain.
Mais cette gourmandise, sans doute faudrait-il la craindre, quand elle deviendrait trop grande.

Vous vous retrouvâtes avec une infinité de possibilités, vous, les trois émissaires du clan Hyûga et lui, le Tellurique, responsable du « délit ». Mais il vous fallait à présent faire des choix et orienter votre évasion, de sorte que vous atteignîtes votre objectif avant que l’ennemi ne se charge de vous mettre la main dessus.
Car ensembles, vous ressusciteriez l’Ecorché.


Vous voici au cœur de la Traque de l’Ecorché pour les uns, et de l’Evasion de l’Ecorché pour les autres. Ce cas de figure tout à fait particulier n’entre ni dans le cadre des missions bloquantes ou officielles pour l’heure, mais peut, à terme, aboutir à une situation qui deviendra temporairement bloquante pour vos personnages notamment si un duel est engagé. Vous pouvez donc, à tout instant, quitter cette traque si vous le jugez nécessaire ou si vous n’estimez plus utile d’y participer. Pour répondre à vos questions, oui, chaque tour sera sujet à une intervention narratrice, mais pour le moment aucun délai n’est imposé. Sachez néanmoins que le narrateur postera à maxima une fois toutes les deux semaines, que vous ayez posté ou non. Au sein de ce tour narratif, vous êtes limités à 3 actions par personnage.
A présent que cette traque est lancée, permettez de vous expliquer en quelques mots comment la narration interviendra pour alimenter la dynamique de jeu.

Explications

Les choix et les actes de vos joueurs auront une influence considérable sur la réussite de la Traque ou de la Fuite. Vos trois actions peuvent servir à différentes choses et ne nécessitent pas obligatoirement de faire appel à votre Fiche Technique. Ainsi vous pouvez, à votre guise, utiliser une action pour « accélérer » votre marche ou en utiliser une autre, par exemple, pour enquêter/pister, piéger ou prendre du repos afin de récupérer un peu de votre endurance ou de votre chakra. Cette liste n’est pas limitative et vous êtes libre d’agir comme vous l’entendez, toutefois la narration se charge de confirmer/infirmer les conséquences de vos choix/actes notamment pour éviter les injustices/incohérences.

Tout cela aura un impact sur la durée des tours ainsi que sur les chances pour vous de vous rapprocher ou de distancer vos adversaires. La narration se charge de colliger l’ensemble des éléments pour vous apporter les informations nécessaires à la progression de votre Traque/Evasion.

Pour finir, afin de dynamiser le jeu, vous pourrez à chaque tour profiter d’un avantage qui vous sera soumis en fonction du contexte.
Afin que la narration ne traîne pas trop en longueur, tous les deux tours engendreront une ellipse (qui officiera donc au prochain tour de cette partie) qui équivaut à un jour/une nuit.

Les avantages possibles ce tour:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Lun 14 Fév 2022 - 19:44


Chacun avait répondu dans les temps à la convocation qui lui était adressée, chacun sauf deux personnes qui manquaient à l’appel au terme du temps écoulé, un shinobi venant m’informer que Yanosa et Rin n’avaient pu être trouvés dans l’enceinte du village. Si cela n’était pas une preuve d’une implication quelconque, l’absence du Clairvoyant était un soupçon de plus à son encontre. En attendant, Meho, premier arrivé s’était présenté, au garde à vous, le visage sérieux, doutant de l’importance de la situation pour être ainsi convoqué en urgence. Harumi aussi était arrivée, peut de temps après, fidèle à elle-même, faisant preuve d’un peu plus de nonchalance que moi, aussi étrange soit-il. Tournant mon regard vers l’eiseinin, je lui adressais quelques mots attendant les autres protagonistes de cette réunion.

« Je préfèrerai que tu t’en abstiennes, je ne suis pas familier de ton poison. » affirmais-je sans animosité.

Alors que j’allais prendre la parole, expliquer le but de ces appels respectifs, le Borukan fit son entrée dans la pièce, une certaine colère marquée sur son visage, surement tout autant que moi.

« Meho, Harumi, il y a de cela quelques heures, une réunion s’est tenue ici. Oterashi Yanosa, Hyuga Rin et Borukan Ashitaka ici présent m’ont demandé l’autorisation de faire sortir l’Ecorché de prison, cet ennemi vaincu par Toph lors du réveil de Yonbi, et ce afin de l’affronter en duel pour qu’il accepte de révéler les informations qu’il possède. Ce combat, je l’ai refusé. Pour autant, en demandant aux équipes de surveillance de renforcer les protections du sceau retenant notre prisonnier, il vient de m’être remonté que le cœur du Désavoué, source de son pouvoir avait disparu. »

Je me tournais dès lors vers le membre du Shishiza, le regard dur et froid.

« Ashitaka, tu es le seul à avoir répondu à ma convocation et le seul présent dans le village de vous trois. Yanosa et Rin ne sont pas présents comme tu peux le voir. Pour l’heure, je considèrerai que tu n’as rien à voir avec ce qui se passe. Ne croyant nullement aux coïncidences et Yanosa ayant un passif certains vis-à-vis de l’autorité, mes soupçons se portent vers lui quant à la disparition du Désavoué. »

A cet instant, mes deux clones étaient de retours à quelques secondes d’intervalle, déposant ce qu’ils étaient partis chercher sur mon bureau avant de disparaitre, me rapportant l’expérience de leur vécu et de fait, la colère sourde qui animait Yogiri qui avait failli à sa tâche.

« Ashitaka, compte tenu des circonstances et du temps qui ne joue pas en notre faveur, je t’intègre à la mission que je vous donne désormais. Vous trois, vous m’accompagnerez dans une mission de traque de l’Ecorché, d’Oterashi Yanosa et de Hyuga Rin. A l’heure actuelle, le premier n’est pas une menace, seul son cœur résiduel existe et sa force est scellée. Quant à nos deux camarades, l’objectif est de les ramener à Iwa pour qu’ils puissent répondre aux soupçons qui pèsent sur eux. »

Déroulant un parchemin devant moi, j’y scellais la boite destinée à contenir le cœur du Désavouée avant tendre un linge humide et contenant quelque chose de mou ainsi qu’un vêtement à l’eiseinin du groupe.

« Harumi, si tes talents de médecins sont reconnus et pourraient être utiles, tu es là pour faciliter la traque de nos cibles. Je connais ton ami à plumes ainsi que les talents qu’il possède pour y avoir été confronté. Tiens donc ce vêtement récupéré chez Yanosa ainsi qu’un morceau inerte de l’Ecorché. Charge à ton invocation de les traquer. Elle nous servira également de monture afin de nous déplacer aussi vite que possible. »

Désignant les affaires sur le bureau, je balayais du regard les trois shinobis avant de poursuivre.

« Des questions ? Si ce n’est pas le cas, nous partons de suite. » finis-je en ouvrant la fenêtre sautant sur les tuiles du bâtiment.
Spoiler:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Terurusigna

Kit by Aimi


Dernière édition par Miyamoto Teruyo le Mar 15 Fév 2022 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mar 15 Fév 2022 - 12:51

Voyant arriver un autre compère pour une mission apparemment importante, Harumi salua le nouveau venu avec un sourire sans autre forme de procès. Elle se doutait de la réponse au sujet de son tabac. La femme médecin se contenta de simplement jouer avec cette boîte qui pouvait bien promettre de sombres heures à l'occupant de ce corps. Elle avait beau avoir l'air de prendre la situation à la légère, ce n'était qu'une astuce permettant de dédramatiser. Harumi pouvait sentir la tension dans l'air, l'urgence de la situation. Elle leva un sourcil perplexe lorsque Teruyo semblait dépeindre les circonstances de ce qui allait devenir une traque vitale pour le village, le pays et même peut-être pour le monde vu la dangerosité de l'homme en question. Tout cela pour des potentiels réponses ... Ou pas. C'était un risque décidément très élevé pour une réponse au bon vouloir d'un ennemi emprisonné. C'était dire comme cela pouvait être un échec et à quel prix. Cela ressemblait bien à Yanosa, au type de blessures qu'elle lui avait déjà soigné sur son corps. Il était imprudent.

Kobane Harumi • « hmmm ... Je vois ... »

Déclara alors dans un soupir la brunette se massant légèrement l'arête du nez entre deux doigts. Elle avait eu l'occasion de se battre, de démontrer ses talents qui ne s'arrêtait nullement aux simples soins. Elle était capable de se battre, mais surtout dans le cas présent d’utiliser un oiseau à plume géant fort utile dans de nombreux cas. Harumi hocha la tête en récupérant les deux éléments qui serviraient à suivre les cibles désignées. Elle espérait bien qu’il n’y aurait aucun combat, car plus le temps passerait et plus le désavoué risquait d’en profiter d’un moyen ou d’un autre de se libérer tout seul. Qui sait ce qu’il pouvait se passer là-bas avec ou contre leurs grés.

Kobane Harumi • « Très bien, faisons ça rapidement, on aura tout le temps de s’organiser le temps du voyage pour comment on agit lorsque l’on les aura rattrapé. »

La femme d’expériences ne doutait aucune seconde que leur petit groupe allait rattraper les fuyards. Elle sauta par la fenêtre afin de se retrouver au niveau du sol. Dans un geste moulte fois répété, elle se mordit le doigt afin de se faire saigner légèrement, tout cela pour enchainer des mudras et poser sa main contre le sol. Un énorme sceau de fuinjutsu se déploya avant de provoquer dans un gigantesque nuage de fumé l’apparition d’un albatros d’une dizaine de mètres de hauteur. Il était capable de transporter un grand nombre de personnes sur de nombreux kilomètres. En effet, c’était une caractéristique naturelle chez les albatros, des oiseaux marins endurants qui doivent pour se nourrir parcourir de grandes distances. Il y avait également une autre caractéristique rare chez les oiseaux que Harumi était sur le point d’utiliser, l’odorat de l’albatros. Pour la petite histoire, ce type d’oiseau chasse les bancs de poissons grâce à l’odorat sur de grandes distance, pour le coup, cela n’allait pas être des poissons, quoi que peut-être tout aussi glissant, mais des hommes.

Kobane Harumi • « Hey ! Salut toi, désolé de te déranger mais … on a un souci important, on doit retrouver des ninjas qui transporte un être très dangereux. Il faut les retrouver avant qu’un malheur arrive et on compte sur toi pour le transport et pour les retrouver. Ils ont quelques heures d’avance. »

L’albatros géant hocha la tête et la femme médecin lui présenta alors les affaires de Yanosa, ainsi que les restes du désavoué. C’était bien la première fois qu’elle allait utiliser le flaire si puissant de son ami à plume. Elle n’en avait parlé que à Teruyo, alors, il y avait peu de chances que les fuyards avaient prévu ce genre de parade. Elle espérait quand même qu’il ne se passe rien à part un retour à Iwa tranquillement et en toute sécurité pour tout le monde. Tous allaient pouvoir monter sur le dos de l'abatros géant. Ils allaient partir dès que tout le monde serait sur son dos, avec le vol, sa vitesse et sa hauteur, cela serait sûrement rapide de retrouver le groupe de personnes.



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Sam 19 Fév 2022 - 23:42










L’équipe déplacée par le patron du Manazuru s’était vue rassemblée en quelques minutes à peine. Ce groupe était composée de personne qui pouvait être vu et ressenti par le jeune chunin comme étant des pointures. En plusieurs années de « charbon » comme il avait tendance à le penser, Mého avait rencontré des caractères et des êtres qui se détachait clairement du commun. Divinité, démon, serviteur, leader … Par-delà leur poste, ce qui distinguait chacun d’entre eux de la masse restait cette puissante tacite qu’ils dégageaient, volontairement ou non … .


Aujourd’hui, c’était ce genre de personne qui trainait maintenant dans cette salle ou régnait des auras des plus écrasantes. Parmi celle-ci se trouvait donc la fameuse Harumi. Membre honoraire du village, eisenin hors pair et guerrière dont la puissance n’était connue que par très peu mais, dont Mého avait une vague idée. Ensuite se dressait un certain Ashitaka, ninja sur lequel Mého n’avait que peu d’information, ce fut en écoutant les propos de Teruyo qu’il put compléter un peu son tableau.


Probablement membre ou affilié aux forces de l’ombre d’Iwa, ce dernier semblait récement avoir travailler en collaboration avec Yanosa dont le nom venait d’être cité dans un contexte qui surprenait le manipulateur de masse. Suspect aux yeux du village, il restait innocent jusqu’à preuve du contraire pour Teruyo. Sa présence s’expliquait visiblement par sa filiation directe avec l’évènement qui menaçait de faire trembler le village.


En y repensant un peu, Mého se rendait compte que c’était probablement pour des raisons similaires qu’il se tenait debout parmi ces hommes et ces femmes. Teruyo venait en effet de prononcer un nom qui réveillait bien des souvenirs dans le cœur du jeune ninja. L’Écorché … Un démon dont les fils avait menacé sa vie, celle de l’intendante et celle d’une jeune ninja embrigadée dans une guerre d’un autre genre ... Il revoyait encore la gargantuesque invocation, ainsi que le visage déformé de l’homme au cors rapiécé alors que la défaite frappait à sa porte.


Cet être n’était que perversion et vice. Nul être vivant ne devrait croire ou porter attention au moindre son qui pouvait quitter sa bouche. Comment Yanosa avait-il put se laisser berner ? Libérer l’ennemie, se mettre à dos l’ensemble du village … Pourquoi prendre temps de risque ? Sa place … Son honneur … Tous connaissaient déjà le caractère bien trempé de l’Otérashi mais, il semblait tout aussi claire que ce dernier tenait à Iwa car sinon, pourquoi se jeter dans la gueule d’un dieu ?


Alors que le Jinchuriki terminait son speach, il fut clair que l’heure n’était ni aux doutes, ni aux interrogations. La Traque commençait et la première à s’activer serait l’eisenin accompagnée de son invocation aussi imposante que redoutable. Ils prendraient tous la voix des airs et aux vues de la puissance de l’animal cette option semblait être la meilleure. Se positionnant à son tour sur l’animal, Mého savait d’instinct que cet aspect de la course poursuite n’était pas de son ressort mais qu’il devait se préparer pour la suite.


- Je vais vous communiquer l’ensemble des informations qu’il me reste sur l’Écorché. Yanosa nous le connaissons tous mais, l’écorcher je l’ai déjà affronté et outre sa quantité phénoménale de chakra, il dispose aussi de technique particulièrement redoutable.


Il marqua une pause pour réorganiser ses pensées.


- Vous le savez probablement déjà mais ses fils lui permettent de manipuler librement son corps, ses organes et servent autant à l’attaque qu’à la défense et ce, sur toutes les distances … Il dispose de deux affinités distinctes. Le Suiton et le Raiton qu’il avait utilisé sur nous sont de mémoire... essentiellement à visé offensive et plus précisément offensive/synergique. Il maitrise clairement ses deux options à la perfection et dispose de techniques de zones et de très grandes ampleurs.
Pour finir je vais surtout m’attarder sur le Suiton qu’il semble privilégier du fait de sa synergie facile avec le dernier point que je dois aborder … Les Kuchy. Le pacte du requin lui permet de contrôle plusieurs invocations en même temps. Face à nous il en à utiliser 2 différentes rien ne prouve qu’il ne dispose pas d’autres options. Le premier requin et le plus évident à spoter est gigantesque. Si la défense semble être la principale caractéristique de la bête, elle modifie totalement la surface du terrain libérant avec elle une importante quantité d’eau. Le deuxième requin je ne l’ai quasiment pas vu. Dissimuler dans les fonds Marin, Toph à enfaite exterminer l’ensemble des cibles d’une attaque bien placé et imparable …



Mého avait marqué la fin de son résumé par un silence pensif, essayant encore de gratter quelques informations dans sa mémoire.



Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mer 9 Mar 2022 - 1:37
Le rouquin avait rejoint le groupe dans un certain silence. Pas de trace de Yanosa. Il serrait les dents. Et en même temps, alors qu'il écoutait Teruyo déballer son discours, il se mit à espérer que son collègue n'y était pour rien. Maintenant qu'il était obligé d'attendre en silence, la fureur qui avait monté en son coeur à chaque marche qui l'avait mené jusqu'ici redescendait, tout aussi brusquement qu'elle était arrivée. Comment pouvait-il être aussi instable en ce moment, aussi irréfléchi ? Certes la possibilité que Yanosa soit coupable était forte, mais comment en être certain. Oui, il avait mentionné cette possibilité. Mais il ne l'avait rien remarqué faire, et même pour Yanosa et ses capacités d'assimilation de roche, le délai était faible, non ?.. S'il était coupable, alors le Borukan avait du mal à cerner quand est-ce qu'il s'était fait berné, mis à part sur le dernier échange qu'ils avaient eu.

« Yanosa et Rin m'ont dit partir à la recherche du Kuchiyose de Rin lorsque je les ai quittés à la sortie de ton bureau Teruyo, ils avaient l'air pressé. Ils ne doivent pas être très loin s'ils l'ont sorti après ton refus. Et s'ils l'ont sorti avant... Je ne comprends pas comment. D'ailleurs, Yanosa avait déjà proposé de le "faire s'évader" pour tenter de le traquer, il voulait faire une faiblesse dans la prison du Désavoué pour que celui-ci s'enfuit, et le traquer ensuite jusqu'à Tsume no Kuni pour récupérer plus d'informations là-bas. »

Ce qu'il avait évidemment refusé. Pas besoin de marteler cela, puisqu'il n'avait pas remarqué que son collègue avait peut-être malgré tout agit contre lui. Il ne s'était pas véritablement séparé du duo depuis leur rencontre avec cette monstruosité. pas avant d'être sorti du bureau du Taisho du Manazuru.

« Pas de questions. Mais j'aurais aussi mon kuchiyose si nécessaire. Un Autour qui s'en sort bien pour le repérage aérien. »

A l'écoute des informations ajoutées par Meho, s'étant contenté de suivre le groupe pour l'heure, le Borukan hocha cependant négativement la tête.

« Je ne pense pas que nous ayons à le combattre. Il était si faible... Personne ne se régénère aussi vite, encore moins sans soins. Et ni Rin ni Yanosa ne font de l'iroujutsu. S'il est déjà prêt à nous affronter malgré cela... Ça n'annonce rien de bon. »

HRP:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Lun 14 Mar 2022 - 2:04
Votre groupe en cavale ne fut pas modeste en stratégies de diversion, et vous ne tardâtes pas à opérationnaliser vos intentions en les armant de véritables pouvoirs de tromperie. Emprunter le cours d’une rivière était indubitablement un travail ingénieux pour brouiller les pistes, et les efforts consentis par certains d’entre vous pour guider vos poursuivants vers des itinéraires factices vous assurèrent, pour un long moment, d’être en paix avec ceux susceptibles de vouloir saboter vos plans.
Ainsi vous continuâtes votre route, et l’espace que vous mettiez entre vous et Iwagakure représentait autant de kilomètres parcourus que d’heures gagnées contre le temps : vous éloigner de la vendetta des Iwajins, c’était aussi vous rapprocher de votre moment d’honneur.
Pour autant, vous aviez parfaitement conscience de ne pas être hors d’atteinte. Pas encore. Et c’est pourquoi vous deviez redoubler de prudence.

Surtout en vous dirigeant vers le Nord et en vous rapprochant d’une région proche de la capitale et hautement fréquentée par les Tsuchijins.

Le cœur noirâtre et filandreux de l’Ecorché, lui, fut sujet à l’étude des yeux de vos Hyûga. Deux paires de Byakugan sondèrent le sceau qui retenait encore ce chakra dantesque, qui en cédant libérerait le démon, celui pour lequel vous étiez en train de risquer tant votre notoriété que votre destin. N’importe qui aurait jugé votre aventure stupide, inconsciente et dangereuse. Mais il fallait avoir le sang d’un Tsuchijin pour comprendre le mot honneur, pour préférer la mauvaise réputation à l’indignité. Ceux à votre poursuite pouvaient peut-être vous comprendre, oui : mais ça ne voulait pas dire qu’ils étaient prêts à accepter cet acte.
Sous le radar de vos prunelles, les glyphes du sceau se dévoilèrent comme des pétales. Vous sûtes les lire, en partie, mais à défaut de savoir les déverrouiller, vous n’eûtes pas grand-chose à vous mettre sous la dent. D’étranges courants convergeaient vers un point central, une coercition des forces de rétraction, et le tout irradiait à travers toute la matière filaire de l’organisme qui battait vivement sous vos yeux. Le sceau empêchait la production de chakra parce qu’il bloquait le circuit de régénération de ce dernier : un peu comme un individu en apnée, qui ne recycle plus l’air. La clé de verrouillage était légèrement entrouverte, juste de quoi permettre à cet organisme de vivre. Ici et là, vous vîtes des symboles plus importants que d’autres qui composaient une sorte de cercle, un contre-circuit extérieur qui permettait d’alimenter le verrouillage intérieur.
Les symboles extérieurs vous parurent malléables, sujets à accueillir du chakra. Cela voulait dire qu’on passait par eux pour déverrouiller le sceau. La plupart des shinobi connaissaient le fonctionnement général des sceaux mais pour les désactiver, il fallait une certaine appétence et un certain talent pour ce domaine.

La forêt se mit à devenir de moins en moins dense à mesure que vous avançâtes. Au loin se dessina la grand route qui reliait le Port de Kuri et partait soit vers le Nord-Ouest en direction du Palais du Daimyô, soit au Nord en direction du Canyon Tôkuhama. Les pistes derrières vous étaient brouillées. Mais à partir de cet instant, il vous sembla que les choses se corsaient : vous aviez une avance sûre et conséquente aux premières lueurs du soir, fallait-il dont la conserver ou la sacrifier ?
La nuit tombante, il vous fallut encore choisir.

* * *

Pour votre groupe sur le pied de guerre à Iwagakure, le départ fut quelque peu… laborieux. Un large dispositif de traqueurs fut déployé, autant de nez, d’yeux, d’oreilles et de sentinelles élargies à tout horizon. Pour associer vos efforts à ceux de ces traqueurs, vous invoquâtes un impressionnant kuchiyose, de la race des albatros, spécialisé dans les détections d’odeurs.
Et des odeurs, vous en aviez, oui. Celles de l’Ecorché, celles de Yanosa, sur lequel pesaient vos lourds soupçons. Pour autant, s’il est facile de repérer une cible sur des centaines de mètres, qu’en est-il de la repérer sur des kilomètres à la ronde ? Malgré tous les efforts entrepris par l’albatros géant qui emporta avec lui le quadrinôme, vous n’eûtes que des effluves, des impressions vagues. Des déceptions.
Parce que les pistes qui se présentaient à vous étaient autant à l’intérieur d’Iwagakure que dehors. Rien n’empestait plus l’Ecorché que sa cellule. Rien n’empestait plus Yanosa que ses appartements. Il vous fallut quitter la cité pour tenter de trouver la bonne trace, et là encore, l’exercice fut laborieux. Jusqu’à ce qu’un de ces fameux traqueurs repère des traces, au Nord du village.

« Un serpent géant. J’ai remarqué des traces de pas autour, tenez, regardez, juste ici. »

Des heures avaient passé. L’individu vous montra le sillon lézardant d’un reptile de taille anormale. A qui cela pouvait-il être ? Y avait-il un autre danger que l’Ecorché autour de votre cité ?
Le traqueur qui vous présenta ces empreintes particulières ne cacha pas son inquiétude. Des gouttes perlaient sur son front. Et si c’était un Dieu ? Et si il y avait autre chose, pire que les ennemis que vous aviez déjà rencontré ?
L’albatros invoqué d’Harumi, lui, pût sonder les éléments. Il eut un très vague, infime soupçon du parfum de l’Ecorché, cette odeur de pourriture caractéristique du spécimen. C’était plus facile à repérer que la texture minérale de l’homme de pierre : la terre ressemblait à la terre, quoi qu’on y fasse. Mais l’Ecorché, lui, il puait. Il ressemblait à la charogne. Et il y a moins de charogne que ce qu’il y a de terre.
Les pistes commençaient à dater, déjà. Le serpent avait quitté cet endroit il y avait plus d’une dizaine d’heures. La nuit tombait.
Risqueriez-vous de poursuivre votre traque sous le voile nocturne ?


Spoiler:
Les avantages possibles ce tour:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Lun 14 Mar 2022 - 21:43

Dans l’urgence, j’en perdait mon discernement. Malgré les idées et bonnes volontés de ceux qui œuvraient à retrouver le Désavoué, les choses n’allaient pas aussi vite et aussi bien que ce que je l’aurais espéré. Gardes et senseurs avaient été mis à pied d’œuvre pour exploiter les premières pistes mais ces dernières étaient difficiles à exploiter. J’aurais dû m’en douter. Nos moyens de détection étaient peut-être efficaces dans certains registres, mais traquer une odeur au milieu de tant d’autres. Ce fut finalement après une attente conséquente que les premiers indices firent leur apparition.

Une trace ophidienne et une odeur diffuse. Ce n’était pas l’idéal que j’espérais, mais cette trace, même minime du Désavoué prouvait bel et bien que l’ancien de Wasure n’était plus dans le village. Mais une chose me perturbait tout particulièrement.

« Un serpent géant ? Vous êtes sûrs ? »

Le hochement de tête ne laissait nulle ambiguïté quant à la réponse. Tout tendait à indiquer que Yanosa était mêlé d’une certaine manière à cette situation compliquée. Si je ne l’avais jamais vu utiliser son pacte d’une quelconque manière, j’avais appris de Kisuke lors de notre dernier entrainement que le Calciné était le dépositaire du pacte des ophidien. Me tournant alors vers notre petit groupe, j’espérais que cette force de poursuite ne soit pas nécessaire pour ramener qui de droit au bon endroit.

Installé sur l’albatros géant, odeur du Désavoué enregistré, nous prenions notre envol, suivant les pistes qui s’étaient offertes à nouveau. Assis en tailleurs sur les dos à plume de notre moyen de transport, j’en profitais pour échanger quelques mots essentiels à notre groupe.

« Merci Mého pour ces informations. Espérons que l’on n’ait pas à combattre qui que ce soit. J’espère seulement que le sceau qui le retient sera encore efficace à notre arrivée. Mais si jamais les choses devaient mal tourner, j’ai de quoi lutter contre une partie du problème. Il y a des talents que l’on préfère garder pour des moments critiques et je pense que la situation actuelle en fait partie. Notez que je peux révoquer un pacte invoqué sous réserve de le toucher. J’ai également de quoi immobiliser tout le monde d’un seul coup. Pourquoi je vous dis cela ? Pour que vous ne soyez pas surpris par la situation et que vous puissiez intervenir en conséquence. Qui plus est, je n’hésiterais pas à user de l’hôte qui est scellé en moi. »

Me relevant, j’affichais ma forme simiesque totale, un singe doté de quatre queues, d’une peau magmatique et dégageant une chaleur intense, reprenant ma forme humaine après quelques secondes de démonstration.

Teruyo en mode "Yonbi:

« Bien, comme ça, aucun de vous ne sera étonné si cela devait se produire. »

M’approchant de la tête, je regardais au loin, laissant à l’invocation de soin de poursuivre la traque.

« Merci de ton aide ! » dis-je en posant ma main sur le plumage
« Et surtout n’hésite pas à nous avertir si tu as le moindre souci. »

Finalement, me tournant à nouveau vers mes compagnons de voyage, mon regard se porta sur Ashitaka et Harumi.

« Je prends note pour ton invocation. Si nécessaire on alternera les invocations en cas de fatigue. En attendant, même si avancer à dos d’oiseau nous fait surement aller bien plus vite qu’à pied, surtout avec cette taille, il est important que l’on se repose le temps de rejoindre le Désavoué. Mettons en place un tour de garde à nous quatre. On se relaiera toutes les deux heures. Dès que l’on aura terminé cette discussion, je commencerais et vous en profiterais pour vous reposer. Et pour ce qui est de Yanosa et Rin, s’ils sont en lien avec tout cela, nous tâcherons de faire la lumière le moment venu. »

Massant mes temps, les yeux baissés vers mes pieds, je sentais une légère migraine faire son apparition.

« Vous avez des questions ? Des remarques ? De nouvelles idées à partager ? »


Spoiler:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mer 16 Mar 2022 - 8:55


Harumi écouta avec soin les capacités de celui qu'elle espérait ne pas à avoir à affronter. L'écorché utilisait l'eau et la foudre, en plus des fils bien évidemment. Des requins en guise de distraction, il valait mieux que cet être ne revienne jamais. Était-il seulement une vie ? Difficile de la considérer ainsi, même pour une médecin de son accabit. Son ami à plumes n'en manquait rien non plus.

Kobane Harumi • « Je peux frapper à l'extérieur comme directement à l'intérieur du corps. Je pense pouvoir donc gérer si quelqu'un commence à être corrompu par cette chose. Vu la situation de l'écorché, à sa place je tenterait ma chance de prendre possession d'un des ninjas. Si jamais le corps humain a appris à se défendre contre l'extérieur, il ne peut rien du tout contre un ennemi intérieur. »

Indiqua alors la médecin d'expériences. C'était davantage une information qu'une discussion. Si jamais elle pouvait prendre des pincettes de selon la personne qu'elle devait soigner face à elle, lorsque la brune était dans une situation pareille, elle ne mettait pas de gants. Déjà que les compagnons habituels de Tôsen était terrible, celui-là pouvait être le plus antinomique de tous à ses yeux. Il était une aberration, même le garder en vie, si on pouvait parler de lui vu son état, était une faute. Que pouvait-on espérer réellement d'un être comme celui-ci ? Qu'il voit une lumière rédemptrice et révèle tous ses plans machiavéliques ?

Yanosa, un assimilateur aux habitudes dangereuses. Harumi l'avait déjà soigné et elle avait une idée précise de qui il était. Cependant, elle n'en dit absolument rien, même à l'équipe actuelle, même dans cette situation, car il y avait tout de même le secret médical qui était une notion très importante à ses yeux. Entendre de la bouche d'Ashitaka que le tellurique désirait se battre à l'instar de Toph contre un tel ennemi, cela ne la surpris pas. Peut-être il y avait-il une forme de déceptions de n'avoir affronter que, excusez du peu, attaquer de front et de l'intérieur un démon à queues d'une puissance cataclysmique. C'était une grande force que d'avoir en stock deux invocateurs d'oiseaux, surtout dans une mission telle que celle-ci.

L'Albatros géant avait réussi dans un premier temps à ressentir une impression d'odeur de l'écorché et de Yanosa. C'était déjà très bien que rien du tout. Il fallait réussir cette traque, sinon un drame bien réel se produirait sûrement et il n'était pas question qu'un autre drame eut lieu alors que l'ancienne soldate aurait pu agir. Heureusement qu'ils avaient déployé de tel moyen pour cette traque, un serpent géant accompagné de pas d'humains, une invocation. Il n'y avait pas de tels monstres dans la nature au pays de la Terre. Il fallait suivre cette piste maintenant, et ce, peu importe les conséquences pour eux. Ils se reposaient quand ils seraient morts.

Kobane Harumi • « Est-il possible de mettre en état d'alerte les forces du pays avec nos dernières informations, un serpent, l'écorché tout ça. Il ne faut pas que ce type ait le temps de reprendre des forces. »

Harumi préférait mettre le maximum de chances de son côté et que personne ne soit blessé pour la folie d'un homme, l'écorché. Il était le seul coupable à ses yeux, et elle doutait de la capacité d'abattre un tel adversaire avec les forces actuelles en plus de la traque.

Kobane Harumi • « Je m'occuperais dy corps à corps, mais j'espère bien que l'on pourra raisonner ceux qui ont libéré ce type. Pourvu que Tôsen n'en entende pas parler ... »

La femme médecin avait bien conscience que dans ce genre de configuration, la mise était terminée et leurs chances réduites à zéro. Comme tout le monde dans le village, elle avait entendu et même vu cette forme si spécifique de Teruyo. Elle n'était donc pas très surprise et elle se contentait d'observer le lointain dans l'espoir d'en finir rapidement. L'Albatros avait fait du chemin depuis la petite île près de Kiri, où ils avaient fait leur rencontre. Elle en sourit un bref moment de cette nostalgie.

Kobane Harumi • « Très bien, allons-y alors pour ça, pas d'autres remarques. »






Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Dim 20 Mar 2022 - 22:58










Le temps pouvait sembler long sur le dos de l’impressionnant rapace. Parmi tous les visages présents celui qui semblait le plus agacé restait celui de Teruyo. Le Jonin généralement jovial avait des sourcils froncés qui s’accordait étrangement bien avec son front ridé par le temps, les responsabilités et l’énervement. Harumi elle ne laissait presque rien transparaitre tout comme leur dernier compagnon un homme roux que Mého avait pu rapidement croiser dans des couloirs sans jamais vraiment lui adressait la parole.

Yanosa et RIn, Mého n’avait aucune connaissance sur la kunoichi entrainé dans les frasques de l’assimilateur. Était-elle consciente du risque qu’elle encourait ? Yanosa lui-même ne l’était probablement pas … Une profonde lassitude parasitait les pensées du chunin. Cette situation n’aurait jamais dû être. Yanosa était un ninja sensé, tirant derrière lui un baguage important. L’impulsivité est le meilleur chemin vers la fin et cette route que Yanosa empruntait avec allégresse depuis quelques temps chagrinait le ninja qui se considérait comme l’un des proches de la roche.

Le rythme de leur course s’accéléra brutalement et solidement positionné sur le dos de l’animal. L’esprit de Mého commença discrètement à s’orienter vers le combat. Teruyo aussi semblait s’être sorti de sa torpeur … Une trace de serpent, une odeur ? L’étau se resserrait petit à petit et l’ambiance du groupe s’aggravait en parallèle. Teruyo fut le premier à parler. Sans bruit l’homme avait momentanément laissé place à l’être qui l’occupait. Arborant une apparence mi- simiesques, mi- humaine, il laissa le temps à tous d’analyser en partie son apparence avant de reprendre tout aussi brutalement forme humaine.

Sans dire un mot, Mého écouta silencieusement les consignes de son supérieur, avant le conflit il y avait le repos et hochant tranquillement la tête afin d’exprimer l’absence de nouvelle information à apporter. Il se contenta de se mettre en position fermant les yeux afin de plonger dans un sommeil semi profond jusqu’à l’arrivée de son heure de garde.





Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 24 Mar 2022 - 1:19
Le Borukan avait transmit ses informations, mais que lui restait-il à faire à présent ? Plus grand chose malheureusement. S'il avait quelques connaissances en sensorialité, il n'avait pas particulièrement poussé ce travail là. Il avait privilégié le ninjutsu et ce loin devant toutes ses autres facultés. Ainsi, pour cette traque, il n'avait d'autre choix que de suivre et attendre que l'invocation d'Harumi ne les rapproche suffisamment pour qu'il puisse laisser parler les éléments. C'était là son fort, et il s'était limité à cela depuis longtemps. Il pouvait défendre à peu près n'importe qui de n'importe quoi, détruire ce qu'il souhaitait ou immobiliser quiconque tachait de s'en prendre à Iwa, mais c'était là sa limite. Le combat sous sa forme la plus brutale, directe. Et en cet instant, il ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir de s'être cantonné à ces apprentissages là plutôt que de développer des techniques plus diverses, notamment en sensorialité qu'il avait un peu travaillé.

Ne restait qu'à attendre en regardant les paysages, et éventuellement écouter les consignes que pourrait donner Teruyo. Partagé dans ses émotions, il était surtout las de ces situations de conflits inutiles incessants. Même lorsque la ville finissait à peine de se remettre des attaques qui avaient eu lieu au cours de ces deux dernières années, il fallait que l'Écorché parvienne à se libérer, si ce n'était pas tout simplement la faute de Yanosa comme il le suspectait, ce dernier ayant littéralement proposé le méfait au guerrier aux yeux ambrés quelques heures plus tôt.

D'ailleurs, Teruyo finit par montrer la forme qu'il pouvait prendre en lien avec Yonbi. Il devenait une sorte de Yasei magmatique très étrange, et sans doute assez redoutable. Une forme qui n'inspirait rien de bon. Perdrait-il le contrôle s'il l'utilisait trop souvent ? Yonbi prendrait-il le dessus ? Des utilisations répétées affaibliraient-elles le sceau qui maintenaient le Bijuu prisonnier ? Difficile à dire, dautant plus pour le jônin qui était totalement ignorant dans l'art du fuinjutsu.

Quoi qu'il en soit, la solution que proposa ensuite le Taisho du Manazuru, celle de continuer leur chemin en faisant des rondes sur le dos de l'albatros leur assurerait la possibilité de continuer la route. Et si toutefois ce dernier se montrait trop épuisé au cours de la nuit, alors il pourrait lui-même se reposer et Ashitaka ferait appel à Idoku pour continuer de les porter vers l'objet de leur traque. Cependant, là où l'albatros pouvait pister directement leur cible, Idoku ne possédait pas ce genre de capacités.

Se pliant ainsi simplement au rythme du groupe, le Borukan n'avait pas d'autre objection à faire ni information à donner, aussi se contenta-t-il de s'astreindre à son rôle le plus sérieusement possible, notamment pendant la nuit dans son quart de garde.

HRP:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 31 Mar 2022 - 12:36
Deux créatures majestueuses aux plumages denses s’associèrent à l’aberration qu’était le Jinchuriki mi-homme, mi-singe. L’être hybride serti de deux orbes rubescents à la place de ses prunelles et d’un nez aplati sur le visage ou plutôt, sur la « gueule » qu’il dévoilait désormais, se révéla en toute monstruosité à ses pairs et trouva une nouvelle aisance à vivre dans ces récifs boisés. Un environnement familier pour le peuple arboricole duquel était originaire le Dieu Singe. Mais outre cette facilité déconcertante avec laquelle il put redécouvrir ses pouvoirs locomoteurs dans les bois, Teruyo connut en se transformant d’étranges sensations : le pouvoir de Yonbi irradia en lui et émana de sa personne comme un volcan prêt à cracher du magma. Les autres Iwajins, proches de lui, purent sentir toute cette férocité retenue, ce chakra brûlant qui lourda sur l’atmosphère alentour. Vous entendîtes des bruits de feuillage et des piaillements.

La nature fuyait cette Chose devenue sacrée.

Glissant sur les courants aériens, l’autour et l’albatros sondèrent les environs sous la gouverne de la consciencieuse Harumi. Plutôt que de se reposer, la kunoichi décida de se donner à la nuit pour briser les énigmes et suivre des traces. Ce sacrifice lui donnerait peut-être du fil à retordre, car au repos elle préféra le devoir ; néanmoins, elle ne rentra pas bredouille.

Des pistes. Oui. Deux pistes, dont une qui pouvait prendre deux autres directions. Quatre choix possibles. Et un indice, non des moindres : en se dirigeant vers le Port de Kuri, Harumi revint avec les kuchiyose et un bandage du présumé-coupable Yanosa.

Aux lueurs de l’aube se soustrayèrent les ténèbres de la nuit. Harumi afficha des traits tirés, mais si épuisante fut son enquête, cela ne demeura rien qu’une nuit blanche : il convint que la chose ne se répète pas, à l’évidence, mais pour un shinobi, cette fatigue fut supportable. Les kuchiyose, quant à eux, inclinèrent du chef. Leurs réserves furent diminuées, mais ils sentirent prêt à reprendre cette traque. Quelles nouvelles promesses vous réserverait ce nouveau jour ?

* * *

L’oeil de Kisuke confirma ce que ceux de ses congénères avaient vu : les glyphes autour du scellement central de l’Ecorché étaient autant d’anagrammes qu’on pouvait finir par élucider grâce à une étude rigoureuse du processus du scellement. Comme un jeu d’énigme, comme un défi mathématique à résoudre. Il suffisait de redécomposer le processus, d’envisager toutes les pistes possible du chemin de scellement pour le recomposer dans le sens inverse : c’était un peu comme déterrer les graines que quelqu’un d’autre avait semé avant soi. Un expert aurait rapidement compris le cheminement : c’était plus ou moins le même processus qu’un révocation. Mais pour Kisuke qui, certes talentueux, n’était pas encore de ce calibre, l’étude fut un peu plus difficile. Il profita un peu moins longtemps que les autres de la trêve qu’offrit le village aux compagnons du crime.

Vous vous requinquâtes parfaitement. Tandis que vos poursuivants tentaient d’alléger la fatigue qui pèserait sur eux, vous profitâtes d’un moment de grâce et d’une nuit complète pour faire le plein d’énergie et de victuailles afin de repartir d’un pied marathonien. Vous enfermâtes le coeur de l’Ecorché dans un récipient hermétique, et puis vous entamâtes de semer les pistes, encore une fois.
Ce furent peut-être là deux erreurs.

Ce qui aurait pu être un doute serait une certitude : Yanosa serait passé par ce village-étape, et les commérages, s’ils se confronteraient, iraient bon train : il faudrait sans doute du temps, avant que les nouvelles n’atteignent vos poursuivants, mais vous donnâtes à vos antagonistes une certitude là où, précédemment, vous eûtes semé moult doutes. Superposer les fausses pistes, finalement, c’était aussi offrir des indices. Demeurât qu’en tout cas, vous aviez encore une certaine avance et même si vous tardâtes à reprendre la route, vous étiez encore assez loin pour ne pas craindre de confrontation directe dans un court laps de temps. Mais alors que vous tendîtes à progresser, quelque chose vous alerta.

« Hé. »

Une voix, étouffée, venait de jaillir de quelque part. De votre deuxième erreur, en l’occurrence.

« Hé. »

Vos regards convergèrent soudain dans la même direction.

« Hé ! Vous pensez vraiment qu’un nourrisson peut grandir sans air ni lumière, bande de naze ?! »

Ça tambourinait dans la boîte rocheuse de Yanosa. Un petit être était né, oui, ou plutôt avait ressuscité. Vous ne pûtes le voir immédiatement : il fallait ouvrir la boîte. Mais les actions de Kisuke, minutieuses et précises, avaient bel et bien commencé à porter leurs fruits.

En déverrouillant quelques glyphes, il avait offert à l’Ecorché la possibilité de pouvoir collecter plus de chakra. Le sceau était fragilisé. Le Coeur de l’Ecorché avait déjà atteint un stade de développement supérieur, celui du Foetus.

Un Foetus, oui, cette chose assez monstrueuse, difforme, avec des membres ronds et une toute petite bouche, avec les airs d’un bébé mais une voix d’homme. Une chose qui tiendrait peut-être dans une main, et qui demanderait à se nourrir, elle aussi.
Se nourrir d’autre chose que de légumes verts.

Spoiler:

Les avantages possibles ce tour:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Lun 4 Avr 2022 - 18:49

Difficile de trouver une aiguille dans une botte de foin, même si l’aiguille en question semblait surtout être deux personnes et un cœur palpitant. Avec les moyens mis en œuvre, je pensais que nous aurions plus de facilité à retrouver le Désavoué, que traquer son odeur directement et voler à dos d’invocation pour ne pas être ralenti par le terrain nous aurait donné un avantage certain. Malheureusement, il semblait que ce n’était pas le cas, et que ceux que nous recherchions ne comptaient pas se laisser attraper aussi facilement. Encore une fois, des soupçons se renforçaient, et encore davantage au retour d’Harumi et de son escapade nocturne.

Ainsi, la piste de Yanosa s’arrêtait brusquement. Un leurre ? Surement. Mais que faire … Tourné vers mes compagnons de route, il fallait prendre une décision.

« Découvrir un morceau de bandeau de Yanosa au bout d’une piste qui s’évapore, ça ne veut dire qu’une seule chose à mes yeux, un leurre destiné à nous tromper. Pourquoi je pense ainsi ? Car c’est ce que j’aurais fait, et surtout, c’est souvent comme cela que je procède en combat en usant de mes talents à manipuler la lumière. Je disparais aux yeux de mes adversaires, laissant derrière moi des traces et des faux-semblants pendant que j’agis ailleurs. Pour autant, je ne connais pas suffisamment Yanosa pour confirmer à cent pour cent qu’il ferait ainsi. »

Après avoir créé deux clones, je poursuivais mon laius.

« Je préfère que l’on procède tout de même par prudence. Ashitaka et Meho, vous continueraient la piste de votre côté, usant de vos talents respectifs pour retrouver Yanosa et le Désavoué. De notre côté, Harumi et moi poursuivrons de même. Cette fois, nous nous concentrerons sur l’odeur du Désavoué. En attendant, l’un de mes clones vous accompagnera si nécessaire et que l’un de vous deux fasse de même pour nous accompagner. »

Il était temps de séparer notre groupe. Je ne saurais dire si c’était la meilleure des idées, mais ce n’était surement pas la pire.

« Je doute qu’il y ait des questions, alors en route. Je vous rappelle juste que la priorité est au Désavoué. D’ailleurs, si vous le trouvez, prenez cette boite et activez le sceau que je pose dessus une fois qu’il sera à l’intérieur. Cela devrait suffire pour le contenir. »

Alliant le geste à la parole, après quelques mudras, je posais ma main sur le métal froid et laissais le glyphe s’étendre sur la surface. Que ce soit Ashitaka ou Meho, il n’aurait qu’à activer le sceau en le touchant pour qu’il s’active et scelle le contenu de la boite.

Spoiler:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mar 5 Avr 2022 - 16:58
Une nuit blanche, encore une, Harumi était habituée à avoir le repos court avec son travail à l'hôpital. Les urgences ne dormaient presque jamais, cependant, là où elle devait se battre contre elle-même et pour sauver la vie des autres, cette fois-ci, elle allait devoir arrêter un monstre dangereux. Le rôle que la femme médecin prit était la traque et elle fut ennuyée de de rendre compte qu'il y en avait deux maintenant, voir peut-être un peu plus. Cependant, après avoir travailler toute la nuit, elle avait déjà élucidé pas mal de pistes et de fausses pistes.

Kobane Harumi • « En tout cas, si jamais ils agissent comme cela, c'est qu'ils savent que l'on les traque, que l'on traque Yanosa et qu'ils sont coupables. On n'agit pas comme cela lorsque l'on a rien à se reprocher. Cela facilite nos actions et surtout nos réactions. Il faut se préparer à les stopper, sinon, ce sera des centaines voir un millier de personnes qui payeront le prix de cette libération. »

Harumi ne se sentait pas si dramatique que cela dans ses propos. C'était sûrement une des personnes les plus dangereuse de l'entourage de l'homme au chapeau. De son point de vue, Yanosa voulait prouver ou plutôt se prouver qu'il était devenu encore plus fort que Toph à le battre seul. Fichu ego.

Kobane Harumi • « Quoi qu'il en soit, le serpent a suivi la rivière puis est partie vers le nord est en direction du port de Kiri. Les odeurs de Yanosa peuvent être un piège vu que j'ai retrouvé un bandage. Il va falloir aussi traquer les autres odeurs afin d'éliminer les fausses pistes. Il a abandonné son bandeau ninja par la suite. Il va donc falloir creuser les deux pistes comme a indiqué Teruyo. Le nord et l'ouest. Avec nos invocation volante, on a une vitesse supérieure. On va forcément les rattraper, cependant, il faut être prudent et éviter qu'ils utilisent des civiles comme bouclier. Un ninja capable d'abandonner son bandeau ninja et tout ce qu'il a fait ... Qui sait ce dont il est capable. »

La Kobane s'inquiétait à mesure que le temps passait. Elle désirait rattraper ce beau monde afin d'éviter qu'ils franchissent des étapes irrémédiables. Elle indiqua ensuite à Teruyo qu'elle se reposerait. Son invocation savait ce qu'il avait à faire et qu'il valait mieux la réveiller en cas de besoin.




Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Dim 10 Avr 2022 - 1:41









*Nos talents respectif …*

Mého n’avait pas vraiment compris l’allusion de Teruyo et son regard légèrement vaseux dans sa direction suffisait à traduire son incrédulité. Les rotations avaient eu lieu sans encombre et son esprit encore légèrement vaseux ce doutait qu’en vérité, le jinchuriki s’adressait plus à Ashitaka qu’à lui pour toute la partie traque.

-Humm, d’accords …

Il avait marmonné plus que parlé mais il n’y avait pas douté que l’équipe l’avait entendu. Yanosa faisait du Yanosa et malheureusement pour le groupe cet homme était un ancien traqueur. Entre l’épée de Damoclès que représentait l’homme filaire et les fausses pistes de l’assimilateur … Ils étaient partis pour tourner en rond pendant des jours qu’ils n’avaient pas et cela, n’était pas une option.

La séparation s’étant imposée voilà que Mého changeait de monture d’un déplacement agile pour se réinstaller sur l’invocation ailé d’Ashitaka. Assis en tailleurs dans l’épais plumage, lui-même commençait doucement à s’agacer de cette quête interminable. Leur groupe serait-il celui qui trouverait les renégats ou là encore, se lancerait-il dans un énième contre la monte pour rattraper un retard qui serait peut-être décisif.

-Yanosa est un traqueur, si jamais il s’avère nous sommes le groupe sur la bonne route. Il va être difficile de tromper ses techniques et donc nous partirons probablement avec un retard de préparation …


Mého avait lâché ces quelques mots sans vraiment les digérés à son groupe. Perdu dans ses pensées, il essayait de trouver un moyen de réduire cet écart et ce, sans inutilement gaspiller son chakra. Ses doigts s’agitèrent silencieusement laissant apparaitre un simple clone à ses côtés.

-Je ne sais pas encore comment on va gérer ça mais reste tapis dans le plumage et si jamais sa vrille …

Il n’avait pas fini sa phrase. Au fond tous deux ne faisaient qu’un et dans ce cas, il n’était pas nécessaire de trop s’étaler. Jetant ensuite son dévolu sur les autres voyageurs il enchaina.

-Ma principale technique reste une immobilisation que seul ceux m’ayant déjà affronté connaissent. Malheureusement Yanosa fait partie des rares personnes avec qui j’ai partagé mon art. S’il dispose ainsi d’une certaine résistance à mes capacités, je garde quelques surprise en espérant que ça suffira à l’arrêter ou simplement le ralentir si cela dégénère.

Ses yeux se détachèrent enfin du vide pour scruter les alentours. Il ne cherchait pas spécialement Yanosa et ses compagnons. Juste un groupe se déplacement en pleine forêt.

-Au stade ou nous en sommes et vu les efforts qu'ils mettent en œuvre pour nous freiner le moindre petit groupe est suspect. Je propose que tout groupes de tailles équivalente à nos cible soit considérer comme suspect jusqu'à preuve du contraire.



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mar 19 Avr 2022 - 13:45
Ashitaka hocha la tête. Ce genre de trace était très probablement la preuve que Yanosa était coupable. Un léger doute, ou plutôt un léger espoir pouvait laisser à penser que d'une manière ou d'une autre, le shinobi avait été embarqué de force et tentait de les aider, mais les pistes multiples qu'il avait laissé n'octroyaient que peu de crédibilité à cette théorie. Aussi, le rouquin serra les dents. Il fallait se concentrer et avancer, ne pas perdre de temps inutilement.

Écoutant avec attention les échanges qui se passaient, il réfléchit quelques instants avant de prendre la parole.

« Je suis aussi de cet avis. Restons sur nos gardes, ils pourront très bien se retourner contre nous. Yanosa est peut-être accompagné de Rin, même si j'ose espérer qu'il n'a pas embarqué son élève dans cette folie et qu'elle est effectivement partie chercher son propre Kuchiyose... »

Quoi qu'il en soit, Yanosa avait fait un choix qui ne saurait être pardonné en vu de la gravité de ce qu'il enclanchait.

Désormais accompagnés d'Idoku, le groupe pouvait choisir de se diviser et ainsi augmenter ses chances de rattraper les fuyards qui parvenaient à s'enfuir à grande vitesse eux aussi. Une course qui risquait de mal se finir si toutefois ces derniers parvenaient à libérer le Désavoué, à le laisser reprendre des forces. Eux-mêmes seraient épuisés et finiraient en pâture face au monstre qu'ils voulaient déchaîner.

Le représentant des Borukan grimpa sur le dos de son camarade en armure et laissa l'un des clones de Meho rejoindre l'albatros. Suivant alors la piste visible, laissant celle des odeurs à leurs camarades, Ashitaka lança son invocation à la traque des fuyards. Sa vision leur permettrait de couvrir une certaine zone et ainsi d'avancer tout en s'assurant que personne ne leur filerait entre les doigts. les méthodes de Yanosa, si sa chance lui avaient permi de survivre jusque là, arrivaient à un stade où elles devenaient trop dangereuses pour le plus grand nombre. Elles n'étaient plus tolérables, et il était temps de l'arrêter avant qu'un massacre n'ait lieu par sa faute, voire qu'il conduise lui-même ses protégés à la mort.

HRP:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 21 Avr 2022 - 0:25
Enhardis d’avoir deux montures capables d’avaler des distances conséquentes en surfant sur les courants aériens, votre groupe de traqueur décida de se scinder pour explorer davantage de directions et multiplier les pistes de détections. Ce fut là une stratégie dangereuse, car pour peu que vous tombâtes sur vos cibles, vous pûtes vite être dans une situation contrariante ; pour autant, elle ne vous apporta que du positif.
D’abord, pour le binôme de Neho et d’Ashitaka qui partît pour le Port du Kuri, les constats furent impartiaux : aucune trace de Yanosa, ni de l’odeur de l’Ecorché. Rien, pas le moindre soupir, pas la moindre piste. Vous eûtes beau interroger les citoyens, scruter les sentiers et en dehors, inspecter les arbres, les lits d’eau, les traces de pas, vous ne trouvâtes que des empreintes de gibiers, de prédateurs communs, de passants notoires. Vous tentâtes d’étendre vos recherches en basculant un peu plus vers l’Ouest, sillonnant les cieux, survolant même la côte qui érigeait ses falaises comme une barrière aux fureurs de la houle océanique : rien. Pour autant, votre passage fit sensation : au loin, au milieu des pâtures qui s’étendaient sur les terres planes derrière les lignes de crêtes de ces falaises démentielles, des bergers vous hélèrent.
Pour le second binôme, composé de Teruyo et Harumi, les révélations s’ouvrirent comme un colis qu’on déballe, et qui révèle des friandises exquises. En pistant vers l’Ouest, vous retrouvâtes les traces de vos cibles et mieux, vous vous rendîtes à l’évidence que cela menait tout droit vers un village ; mais la demi-journée qu’il vous fallut pour y parvenir fut autant dont vos fugitifs profitèrent pour mettre de la distance avec l’échéance de votre possible rencontre. Là, vous n’eûtes qu’à interroger les villageois pour apprendre que oui, le célèbre Yanosa était passé : mieux encore, vous découvrîtes qu’il était accompagné par trois autres personnes. Vous n’eûtes nulle mention de l’Écorché. Quant à la direction qu’il prit pour continuer son périple, vous vous résignâtes à comprendre que les commérages ne vous rendraient plus service : les indications données par les différents témoins vous orientèrent vers les quatre points cardinaux, partout à la fois. Vous sûtes que ces villageois n’étaient pas assez fiables.

« Mais de certain, on peut vous dire qu’il était avec un autre homme et deux femmes, assez jeunes. Ils nous regardaient d’une étrange façon, mais nous les avons trouvé fort sympathiques. Mais dîtes-nous, il leur est arrivé quelque chose de grave ? Quand on les a rencontré, ils n’avaient pas l’air dans l’urgence. Ils ont même profité des onsen pour se réchauffer et prendre du bon temps. Ça vous intéresse, d’ailleurs ? »

Vous levâtes les yeux, et cela vous suffit à comprendre ce que sous-entendait le villageois : de lourds oripeaux condamnaient le ciel, et la pluie s’abattrait bientôt sur toute la région. Jusque-là, le climat avait été votre allié : bientôt, aux prémisses de l’hiver qui menaçait de poindre à chaque jour qui passait, il deviendrait votre ennemi.

* * *

Certains désormais que vous ne tarderiez pas à lever le sceau de l’Écorché, et ayant suffisamment semé les pistes, vous décidâtes de la meilleur stratégie qu’il vous était possible d’adopter pour rejoindre la Forêt Interdite au plus vite : l’accélération de la cadence de marche. Ce ne furent pas quelques kilomètres que vous mîtes derrière vous, abandonnant le village au bons soins de ses habitants : ce fut bien plus impressionnant que ça. Vos capacités respectives à endurer les efforts furent si élevées que vous trottâtes presque tout du long, bondissant d’arbres en arbres et ignorant les manants, avec parfois quelques arrêts forcés : votre rythme infernal fut tout de même difficile à soutenir, notamment pour Hyûga Rin qui possédait un peu moins d’endurance que vous autres. En l’espace d’une demi-journée, vous parcourûtes néanmoins presque quarante bornes. C’était énorme. Épuisant pour chacun d’entre vous, mais considérable : à l’horizon se profilaient les Plateaux Ocres, ces plaines argileuses altérées par le fer et délaissées des siècles plus tôt par les océans, ce qui justifiait cette apparence écarlate, comme du sable rouge. Vous vous situiez donc à l’Ouest du Canyon Tôkuhama, encore à deux dizaines de kilomètres de la Forêt Millénaire. Il ne vous manquait plus que quelques heures, moins qu’une autre demi-journée, pour rejoindre votre étape finale ; investir tant d’efforts, toutefois, vous obligea à prendre une pause, notamment pour vous repaître.

Ce fut là l’occasion pour Kisuke d’étudier le sceau, et pour Yanosa d’améliorer la boîte à l’intérieur de laquelle fulminait et tambourinait cet organisme abjecte encore au stade foetale.

« Aaaaah… qu’il est bon de respirer! »

La voix de l’Ecorché n’était pas celle que vous aviez l’habitude d’entendre. Elle était bien plus aiguë, enfantine, car ses cordes vocales n’avaient pas encore assez maturé pour qu’il puisse reprendre ses expressions d’antan.
Vous réalisâtes qu’après s’être faufilé à l’extérieur de la boîte qui le contenait, il se trouvait déjà apte à marcher ; de façon un peu gauche, certes, mais avec suffisamment de dextérité pour avancer de quelques mètres et pour tenir debout.

« J’espère que tu plaisantes, Guerrier de la Roche ? J’ai à peine de quoi compléter mes dix doigts, et tu voudrais que je me défausse d’une partie de mon être… glisserais-tu dans les arts de la comédie, comme lui, là ? »

Il pointa Kisuke du doigt, non sans vous adresser un sourire : il aimait la plaisanterie. Avec cette cavalcade, l’humour était bienvenu. Puis, comme Rin et Komorebi revenaient avec des vivres, il tendit ses bras dans leur direction.
Elles ne récoltèrent pas grand-chose sur ces plaines rocheuses et érodées par le temps et la sécheresse : le Byakugan de Rin avait tout juste permis de détecter un terrier, et ce fut Komorebi qui fit prise. Elles ramenèrent, en tout et pour tout, quelques insectes, un petit mulot et quelques baies sauvages comestibles. L’Écorché attrapa la petite charogne du mulot, puis l’éventra avant de plonger sa gueule dans son estomac, pompant à l’intérieur les maigres chairs qu’il contenait. En sortant son museau, il révéla une mâchoire couverte de sang, des crocs inhabituels pour ce petite garnement qu’il ne tarda pas utiliser pour croquer dans les insectes rapportés, en guise de dessert.

« Ça fera l’affaire, lâcha-t-il en continuant de mâcher une larve bien grasse. Il est vrai que vous ne me connaissez qu’à travers le sobriquet qui m’accompagne. Dans ce cas, laissez-moi me présenter.
Usuegi Junichiro, ancien Sabreur et Serviteur dévoué du dernier Seigneur digne de ce nom, Naragasa Kira. 
»


En dire davantage sur l’Homme au Chapeau et les Désavoués ne lui était pas permis ; après tout, la nature du pacte qu’il avait conclu avec Yanosa consistait justement à révéler des informations concrètes sous réserve que ce dernier puisse le vaincre. Mais leur apprendre qui il était par le passé, chose lui était permise.
Ainsi n’était-il pas réductible à sa seule incarcération sur la péninsule de Wasure no kuni. Ainsi n’était-il pas réductible au seul rôle de croque-mort chargé d’inhumer les corps, ce pour quoi on avait appris à la connaître. Jadis, il avait été loyal à un maître. Jadis, il avait appartenu au corps des légendaires Épéistes de la Brume.
Mais Naragasa Kira était mort et avec lui, la fidélité de Junichiro avait basculé pour le Mal. Quel en était le motif ? Qu’est-ce qui justifiait ce virement de bord ?

« Et donc, à qui ai-je l’honneur ? »

Ce fut la première fois, véritablement, qu’il s’intéressa à vous, à votre identité, à autre chose que la mission pour laquelle on l’avait envoyé jusque dans vos contrées. Mais alors qu’il lançait cette question, le ciel se couvrit de nuages annonçant l’orage à venir.

Spoiler:
HRP:
Les avantages possibles ce tour:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Ven 22 Avr 2022 - 22:17

Même sila fausse piste semblait une évidence au vu des résultats apportés par Harumi, le choix de nous séparer semblait toutefois judicieux, où du moins, prudent au vu de la situation et des implications que cela pouvait avoir sur nos recherches. Ainsi, le clone qui suivait Meho et Ashitaka, au même titre qu’eux, pouvait se rendre compte d’une évidence certaine. Il n’y avait plus rien à trouver, du moins dans l’environnement qu’ils étaient en train d’explorer. Nombreuses furent les pistes explorées et pourtant aucun résultat ne ressorti, pas la moindre piste, pas la moindre trace. Il fallait se rendre à l’évidence, la route empruntée était donc un leurre.

Face à cette situation, et après avoir informé les deux autres shinobis avec lui, mon clone se dissipa, me rapportant l’ensemble de ses connaissances. De toute manière, il aurait été impossible de les utiliser davantage que pour ce biais de communication de fortune.

De mon côté, avec Harumi, les choses évoluèrent différemment. L’Ouest nous était finalement plus favorable, retrouvant une piste viable qui passait par un petit village et divers témoignages, le plus intriguant étant celui de l’aubergiste affirmant que le groupe avait prit un repos chez lui. Plusieurs informations fourmillaient ainsi dans ma tête. Ils étaient quatre ? Yanosa et Rin à n’en pas douter, mais qui étaient les deux autres personnes avec lui ? Des iwajins ? Possible. Après tout, seuls Yanosa et Rin avaient été demandés. Les autres effectifs n’avaient pas été contrôlés. Mais une autre option était possible, que ce soient des hommes de l’homme au chapeau qui d’une manière où d’une autre contrôlait ou incitaient Yanosa et Rin à la collaboration.

« Pourriez-vous me décrire ces quatre personnes ? Est-ce que par hasard vous sauriez s’ils transportaient un paquet quelque peu inhabituel ? » demandais-je avec espérance.

Une fois les informations recueillies, je retournais faire le point avec Harumi.

« C’est étrange qu’ils aient prit le temps de se reposer ici et de prendre un bain. Mais du coup, on ne pourra se focaliser que sur l’odeur du Désavoué désormais. »

Me tournant vers le clone, il était temps qu’il parte transmettre ces nouvelles informations ainsi que la route à suivre avant de me focaliser à nouveau sur l’eiseinin.

« Nous allons devoir encore compter sur ton invocation. Navré de lui demander autant mais désormais, on va devoir se fier uniquement à l’odeur du Désavoué j’ai peur. »

Finalement dans les airs, l’orage grondé en même temps que la température commençait à baisser. Une fois les hauteurs gagnées, je laissais à l’albatros le travail de détection pendant que j’adoptais une forme simiesque déjà démontrée avant d’interpeler le volatile.

« Dis-moi quand l’odeur se fera plus présente, plus proche, je pourrais prendre le relais en termes de détection si nécessaire. » affirmais-je d’un ton amical avant de me tourner vers ma partenaire de voyage.
« Sous cette forme, la chaleur que je dégage devrais nous prémunir du froid, avec un peu de chance de la pluie. Mais au moins, nous ne seront pas transi par la température. Maintenant, en route, on a encore fort à faire. »

Spoiler:



_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Mar 26 Avr 2022 - 12:43


Malgré des montures volantes et un repos précaire, le groupe de traque ne voyait toujours pas le bout de ses jours de poursuite. Les fuyards devaient être en train de tout donner afin de maintenir une telle distance. Ils seraient sûrement épuisé, à moins qu'ils n'aient également une monture volante, mais peu probable vu les traces au sol retrouvées. Harumi devrait tout de même étudiée le vol de sa monture, un problème de vents contraires ? Bref, concentrons nous plutôt à retrouver un tel monstre et l'empêcher de nuire.

Kobane Harumi • « On a rétrouvé la piste de leurs odeurs ? Impeccable, on y est presque, un dernier effort mon beau. »

Répondit alors la femme médecin à L'Albatros géant qui venait de lui donner de si bonnes nouvelles. Elle ne s'occupa pas d'interroger les habitants, à quoi bon quand on avait leurs odeurs ? Pas de temps à perdre. D'après les dires des habitants, le groupe de Yanosa avait memf prit un bain, c'était reposé toute la nuit. Peut-être étaient ils depuis le départ dans un genjutsu ? Cela semblait totalement irréel. À quel moment cela aurait-il pu être possible ? Elle ne voyait pas, un fuinjutsu dans le bureau de Teruyo ? Peu probable. Elle hésita par principe de précaution à faire un kai, mais l'énergie était limitée surtout dans son cas.

Kobane Harumi • « Comment est-ce possible une telle avance ? Ils ont dormi toute la nuit et nous non. Pourrait-on être dans une illusion ? »

Quoi qu'il en soit, il fallait avancer coûte que coûte. Vu qu'ils étaient quatre, on pouvait penser que des agents ennemis pouvaient être à l'œuvre.

Kobane Harumi • « La personne a beau se laver, les odeurs reviennent au bout d'un temps, on ne peut pas changer l'odeur corporel. Je ne suis pas inquiète à ce niveau là. Pour mon ami à plumes, je ne sais pas combien de temps il tiendra, je ne pensais pas que la poursuite dure si longtemps. On verra bien. »

La pluie allait venir, de leur position avantageuse dans le ciel, ils étaient aux premières loges. Harumi hocha la tête.

Kobane Harumi • « L'Albatros est un oiseau marin, je doute que la pluie soit un problème. »




Spoiler:





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Jeu 28 Avr 2022 - 1:35










Des pâturages infinis défilaient sous les yeux rougis par le vent de Mého. Porté par l’invocation ailé d’Ashitaka, le groupe de deux hommes et deux clones avançaient à vive allure en direction des rives de Kuri. Chaque seconde passant, il se rapprochait de leur objective et alors que l’excitation grimpait dans l’esprit du shinobi, il ne pouvait s’empêcher de laisser une partie de son esprit dériver vers de toutes autres pensées.

En effet, toujours en quête de voyage ainsi que de nouveauté, c’était avec un entrain difficilement maitrisable qu’il admirait les terres et reliefs défiler depuis les cieux. Loin d’être étranger à la sensation de vol. Être porté à si grande allure ajoutait une épice particulière au défilé de couleur qui s’offrait à lui. Ce fut finalement l’air marin de Kuri qui vint délicatement le ramener à la réalité. Ils touchaient au but et malheureusement, aux vues de l’attitude bien moins tranchante de l’invocation de Yanosa, le jeune ninja commençait à se douter d’une chose qui ne lui plaisait pas.

- Le temps passe vite et nos clones ne vont pas tarder à disparaitre. Je te laisse me le confirmer mais j’ai la net impression que l’on à suivi une fausse piste Ashitaka san.

S’interrompant lui-même pour réfléchir, Mého laissa couler quelques instants avant de reprendre.

- Nous sommes déjà là donc poussons notre décision jusqu’au bout mais ne trainons pas trop … C’est un contre la montre que nous jouons et nos cibles semblent en effet décidées à nous faire perdre notre temps.

Dans cette course poursuite, chaque élément, chaque décision pouvait faire la différence et ça, tous en avaient probablement l’intime conscience. L’interrogatoire au port ne fut qu’un agaçant échec pour l’équipe. De précieuse heures venaient encore de s’évaporer et porté par le désespoir Mého proposa finalement à son camarade de mésaventure de pousser une ultime fois à l’Ouest avant de prendre une décision.

S’il ne trouvait rien là-bas, il devrait rejoindre le groupe. C’était Toph une Ninja d’un tout autre calibre qui avait pu mettre un terme à la course de cet homme. Loin de douter de la force de ses compagnons, Mého ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour ceux qui risquaient de devoir faire face à cette menace en sous nombre.

Remontant un trajet fluvial l’équipe continua de faire chou blanc sur quelques kilomètres.

- Rien de rien de mon côté j’imagine que ç’est pareille du tiens ? Les clones ne vont pas tarder à disparaitre je pense qu’il faut qu’on coupe pour les rejoindre au plus vite.

Posant une main compatissante dans le plumage de l’animal Mého lança un regard inquiet à ce dernier avant de lever les yeux au ciel.

- Le temps se gâte et ton ami doit commencé à fatiguer de je suppose. Je t’ai donné mon opinion mais sache que je suivrai ton choix. Penses-tu que ton invocation supportera un dernier voyage ? Si oui moi je peux nous fournir une maigre protection pour la route mais je pense que les prochaines heures vont être particulièrement rudes.


Spoiler:


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger Empty
Sam 30 Avr 2022 - 23:52
Plutôt tendu depuis le début de la mission, le Borukan ne pouvait s'empêcher d'avoir un goût assez amer dans la bouche à force de voir leur incapacité à rattraper les fuyards qui pourtant semblaient se déplacer au sol. Ils perdaient trop de temps pour repousser les pistes secondaires et visiblement ils ne parvenaient pas à les rattraper, ce qui augmentait toujours plus le danger potentiel que représentait le Désavoué. Et donc tant celui encouru par le groupe qu'il traquait que celui que tous les civils dans les alentours allaient devoir affronter. Tout ça pour ce qui ressemblait de plus en plus à un nouveau sale coup de Yanosa, trop impatient et entêté, téméraire au point où il ne respectait plus la moindre règle, comme si elles n'étaient faites que pour entraver les avancements, oubliant toute notion de sécurité, celle qu'il était sensée protéger.

« C'est sûr oui... On perd du temps... Faisons vite. »

Continuant le plus rapidement possible, le rouquin rejoignit son camarade une fois les échanges terminés.

« Absolument rien... Allons-y. »

Grimpant à nouveau sur le dos d'Idoku, le Borukan prit une grande respiration avant de tapoter sur le dos de son compagnon ailé.

« Désolé de te demander autant, mais on va avoir besoin de toi encore pour augmenter nos chances de les rattraper avant que ça ne tourne au bain de sang. »

Filant donc vers le nord pour espérer rattraper les fuyards avec très peu d'informations en poche, le trio ne pouvait maintenant plus qu'espérer arriver à temps voire rejoindre leurs camarades si ces derniers prenaient la même décision.

« Merci. »

Se préparant à se protéger de ce ciel enragé avec le bouclier que lui tendait Meho, Ashitaka ne put qu'attendre, Idoku étant quant à lui protégé par son armure et guidé par sa vision perçante.

HRP:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine
» [Désavoué] Partie 4/01 - Conflit
» [Désavoué] Partie 4/02 - Poursuite
» Dénouement à l'aune des révélations
» [Mission rang B | Libre] Enfants en danger — [ÉQUIPE #7 - 風神 Fūjin]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: