Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger

Aller à la page : Précédent  1, 2
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Mar 3 Mai 2022 - 23:46
Tandis que Yanosa était occupé à soulager Rin de sa pesanteur, Kisuke s’occupa de mettre un terme au scellement du maudit. Toutefois, avant de se décider à réaliser cette action forte de sens et de conséquences, le sagace Hyûga décida de tromper la chance et se laissa séduire par l’idée de faire boire une petite concoction à son rejeton qui libéra toutes sortes de barrières dans l’esprit déjanté de Junichiro. Non content de simplement duper son esprit, Kisuke accompagna le geste de quelques remarques ciblant notamment un homme en particulier. De son véritable nom Usuegi, le Désavoué grimaça en affichant une mine trahissant toute la haine qu’il ressentait pour le monstre dont il était question.
Raonaka Ao.

Une colère intérieure explosa en lui. Les lèvres de l’avorton s’ouvrirent pour briser ce masque de haine et annoncer la couleur du ressentiment. Vous vîtes ce prépubère agiter ses doigts crochus dans les airs comme s’il cherchait à lacérer un fantôme, et seul Kisuke sut que ce comportement relevait des effets recherchés de son poison. Junichiro venait de céder aux toxines ; son esprit se déridait enfin et s’offrait en pâture aux questions incisives d’un homme qui excellait dans l’art de subjuguer la mauvaise fortune.

« Oui ! Je le hais ! Tout est sa faute ! S’il ne nous avait pas dupé, s’il n’avait pas manipulé le Grand Seigneur Naragasa… l’ombre d’un remord noya ses yeux. Après qu’il eut jaillît de sa boîte pour être descellé, il s’était posé au sol sans faire usage de ses tissus mais, subjugué par ses griefs contre cet homme, il ne put retenir ses tremblements et de son corps se mirent à se détacher des filaments noirs, dansant en suivant les flux de chakra qui s’échappaient de sa personne. Cet homme m’a tout volé : ma réputation, ma position, puis mon maître. Si j’avais été là, jamais, jamais il n’aurait pris la vie de celui auquel j’avais juré loyauté. Jamais, vous m’entendez ?!
Le Grand Seigneur Naragasa croyait en moi. Lorsqu’il renonça aux arts shinobis pour le bien de son peuple, il me céda le plus précieux héritage des Naragasa en hommage à ma fidélité, et pour œuvrer à la protection de l’Archipel : le Sabre Nécromant, l’arme légendaire des Naragasa, léguée de père en fils. Raonaka Ao le savait, comme il savait qu’en ma présence, il lui demeurait impossible d’attenter à ses jours. Alors il s’est servi de la rumeur, de la mauvaise presse pour spolier mon nom, m’attribua des crimes que je n’avais pas commis, et l’opinion me fit procès. Le Grand Seigneur Naragasa s’est retrouvé dans une position délicate et faillit devenir l’ennemi de son propre peuple par ma faute ; pardon, par sa faute. Un souverain ne peut se rendre coupable de protéger dans son giron le pire des assassins. Mais comment convaincre ceux qui vous accusent d’être menteur ? Nos solutions se sont émiettées à mesure que nous les envisagions, une par une. Et puis j’ai conclu qu’il n’y en avait pas. Je me suis sacrifié. Il se refusait à me bannir, mais pour défendre son nom, je ne lui ai pas laissé le choix.
»


Bien des révélations s’étalèrent, une fois la langue de l’Ecorché déliée. Vu sous cette perspective, son incarcération à Wasure no kuni parut presque honteuse : n’était-il donc que victime de l’usurpateur qu’était Ao ?
Un mystère continuait de planer cependant. Comment Junichiro avait-il pu maîtriser les pouvoirs nécrotiques du sabre légendaire des Naragasa ? D’où tenait-il cette prédilection, que tout un chacun savait réservée à quelques élus ?

« J’ai donc rejoint le seul homme digne de remplacer mon maître. Sakaze Tôsen a compris, lui aussi, que le chakra est la source de tous nos maux. En supprimant le chakra de ce monde, il suit la voie que Naragasa Kira a tracé. »

Il était là, enfin : le motif qui rendait Junichiro fidèle à l’Homme au Chapeau. Comme une cerise sur un plateau d’argent. Comme une pépite d’or brillant dans le fond des eaux. L’avorton avait quelque chose d’étincelant dans le regard, une sorte de certitude que la drogue qu’il avait ingurgitée ne pouvait pas tromper. Il parut plus convaincu que nul ne le serait jamais. Ce n’était pas qu’une question d’idéologie : c’était aussi une histoire, un vécu qui le marquait au crible, quelque chose qu’on avait laissé sous sa peau, dans l’espace vide qui avait autrefois abrité un véritable cœur ; celui qu’il avait perdu en embrassant le Mal.
Son Maître avait abandonné le chakra pour servir son peuple.
L’Homme au Chapeau voulait faire disparaître le chakra pour protéger les plus faibles.
L’un dans l’autre, ils cohabitaient dans les ambitions que nourrissait ce mystérieux Ecorché. Il ne s’agissait pas seulement de briser cette sorte d’immortalité qu’il avait acquise. Non, là n’était qu’un détour de ses desseins, une protubérance anarchique dans un plan plus large. Avant de mourir pour rejoindre son maître dans d’autres sphères du non-vivant, il fallait qu’il réalise ce qui lui semblait le plus juste ; et quoi de plus juste que l’humilité de son feu Seigneur ?

Le temps passa. Vous sondâtes l’orée de la Forêt Interdite, et tout de suite l’atmosphère se chargea d’ondes singulières. Il régnait sous ces larges bois des forces confuses, vivaces et violentes, comme des bourrasques d’énergie qui pouvaient maudire ou bénir quiconque entrait dans cet espace réservé.
Et puis, comme vous vous arrêtâtes, Kisuke posa sa main sur l’avorton et fit céder les derniers verrous de son scellement.

Une aura noire et teintée de lumières mauves jaillît du corps de l’Ecorché. Les yeux de Junichiro se révulsèrent et tout son petit squelette s’arqua, comme s’il était soulevé par une force invisible. De lui filèrent des étincelles de chakra et des filaments en liesse, des vapeurs grisâtres et des éclats violacés. Il crépita comme un feu sous le clair-obscur. Le chakra se libéra de lui en masse volumique, fit fuir les bêtes et souffla sur les branches, vous obligeant à vous couvrir le visage. Ce fut un spectacle extraordinaire, une sorte de sacrement occulte ; presque une expérience nécromancienne, que de ressusciter la force de ce fléau. Tout autour de vous prit des allures épiques, vos cheveux furent balayés par de violentes vagues d’énergies et les feuilles des arbres autour murmurèrent entre elles.
Mais la main de Kisuke, elle, dût rester bloquée contre ce corps transi d’énergie. Et à mesure que le chakra s’émancipait de sa prison, son bras, lui, se couvrait d’autres marques ; des virgules noires innombrables se mirent à grimper sur lui comme par contagion et, lorsqu’il ôta son membre, il découvrit à sa grande surprise qu’une marque s’était apposée sur le membre qui avait libéré Junichiro.
Les fameux glyphes qu’il n’avait pu déchiffrer. Le sceau dans le sceau.

Les virgules s’agitèrent très vite lorsque même après que Kisuke eut ôté son bras, puis se rejoignirent pour envelopper tout l’épiderme autour de la main du descelleur. C’est alors qu’à la place de sa peau se mirent à apparaitre de larges écailles vertes, métamorphosant l’apparence de son membre sans qu’il n’en eusse l’intention. Lorsqu’enfin le chakra cessa de s’échapper de lui, la mutation de sa peau cessa. Les motifs qui ornaient jusqu’à ses épaules se figèrent, comme des parasites en attente. Mais sa peau, elle, ne reprit pas une apparence normale. Singulièrement, cette peau reptilienne ne fut pas sans rappeler le kuchiyose qu’il possédait.
Vous assistâtes à cette scène très curieuse.
Et Usuegi Junichiro retrouva son pouvoir, tandis que le foudre grondait dans l’azur et que des trombes s’abattaient sur la Forêt Interdite.

* * *

Loin de cette scène où s’éveillait enfin l’Ecorché, d’autres poursuivaient leurs pérégrinations de plus en plus oppressante pour les fugitifs.
A la prudence, vous préférâtes le pragmatisme. D’aucuns vous auraient jugé fous de risquer vos vies à braver le climat ; mais folie et démesure étaient deux mots qui qualifiaient fort bien la témérité des shinobis d’Iwagakure. Passant au crible le littoral Nord-Est et l’Ouest du Pays, récoltant les témoignages sur vos itinéraires, vous quadrillâtes la zone en éliminant de plus en plus de possibles, resserrant votre emprise sur le territoire : là où vous passâtes, vous vous assurâtes que nul fugitif ne reviendrait. La seule voie de retraite possible, de retour inespéré vers vos terres défendues, était l’axe Nord-Sud : il fallait foncer droit vers la Capitale, en espérant ne pas croiser la route des nombreux pisteurs qui étaient désormais à la recherche d’un criminel de haut rang.
Mais quelle folie, toutefois, de ne pas craindre la tempête.

La pluie ne fut pas votre pire ennemie ; mieux encore, l’albatros sur lequel s’étaient juchés Teruyo et Harumi paraissait presque s’en satisfaire. Non, le vrai problème venait du vent : l’azur n’était après tout qu’une somme confuse de bourrasques qui se confrontaient. Mais si les ondes atmosphériques furent douces sur le premier jour, elles devinrent redoutables à la fin du second. Le vent soufflait si fort que chaque courant d’air pouvait se transformer en tumulte et se plaire à menacer la poursuite de votre voyage. Suffisait d’un imperceptible mouvement d’aile de travers, et vos montures chaviraient puis ramassaient de furieuses tramontanes se jetant contre elles comme des fauves qui les plongeaient malgré elles à une vitesse dangereuse vers le sol ; vers la chute ; vers le crash. Malgré tout, vous forçâtes l’allure, et chacun de vos kuchiyose firent preuve d’une farouche ténacité pour redéployer leurs ailes de géants et faire ployer les cieux sous leur plumage ; et vous, dressant vos boucliers de roche comme des barrières naturelles ou tentant de réchauffer vos créatures par la chaleur de vos Dieux, vous fîtes que tout se passe au mieux. Vous fîtes ce que vous pouviez, c’est-à-dire pas grand-chose à part espérer et croire en ces créatures qui pactisaient avec quelques élus parmi les shinobis. Il vous fallut redoubler d’efforts, nourrir une vigilance constante et vous cramponner aux majestueux rapaces pour continuer d’affronter ce courroux céleste. Meho et Ashitaka virent se lever sous eux des vagues immenses, s’érigeant sur les mers comme des monstres difformes surmontant leurs royaumes interdits. Teruyo et Harumi virent des villages aux portes closes, aux volets rabattus et aux rues désertes : la pluie inondait le pays, s’abattait sans choisir et déferlait avec tant de rage que les citoyens décidèrent de s’en protéger plutôt que de risquer, comme vous, d’en subir les griefs.

Ce fut lorsque des éclairs se mirent à zébrer le ciel que vous décidâtes de mettre un terme à votre itinéraire céleste. Être téméraire était une chose, coûteuse certes, mais efficace. Pourtant affronter les nimbus remplis de foudre relevait de l’inconscience et vous n’eûtes qu’à jeter un œil au plumage abîmé et aux airs harassés qu’affichaient vos montures ailées pour comprendre que cette méthode devait à présent s’arrêter.
Mais pire que la résignation de vos kuchiyose, ce furent ces éclairs qui retinrent votre attention. Ils grondaient comme des mauvais présages : comme s’il venait de se passer ce qui n’aurait jamais dû arriver…

Des commérages que vous récoltâtes, vous ne tirâtes pas grand-chose. Pour Teruyo et Harumi qui profitèrent des pistes offertes par le village-étape, de confuses descriptions vous furent données : deux femmes brunes, assez jeunes, un homme blond un peu plus âgé (comme il en existait beaucoup dans vos contrées), ainsi que le quatrième que vous n’eûtes pas besoin de deviner, car c’était celui que vous recherchiez. Nul ne fit mention d’un colis, ni d’un quelconque embarras : le groupe s’était arrêté comme n’importe quelle troupe faisant étape, avait sagement profité des bains puis s’était évanoui au petit matin, à la manière de tous les itinérants. Rien à se mettre sous la dent avec ces témoignages-là.

Et vous fûtes, à la fin de ce nouveau jour bien loin de ces villageois. Et encore plus loin du reste de votre équipe. Vous qui eûtes choisi la division, vous récoltâtes hélas le fruit du doute et celui, plus aléatoire, des hypothèses.
Que faisait précisément la seconde partie de votre groupe ? Meho et Ashitaka étaient-ils partis au Nord ? Et où iraient-ils après ça ?
Teruyo et Harumi avaient-ils poursuivi vers l’Ouest, ou bifurqué vers le Nord ou le Sud ?

En définitive, votre seule voie de réconciliation tenait à la déduction. En poursuivant vers le Nord, Ashitaka et Meho étaient forcés de reprendre vers l’Ouest, car une progression le long du littoral menait inexorablement vers le Canyon Tôkuhama, qui marquait les dernières landes de terre avant la mer sur son flanc Est et jouxtait les Plateaux Ocres sur son flanc Ouest. S’ils ignoraient encore ce que pouvaient faire Teruyo et Harumi, capables contrairement à l’autre binôme de prendre n’importe lequel des quatre points cardinaux, ils ne devaient guère douter que les seules voies qu’il leur restait à prendre étaient celles qui menaient vers la frontière Ouest du Pays, de sorte à sonder cette partie du pays en coupant toute possibilité de passage de frontière.
Si effectivement les libérateurs de l’Ecorché avaient pris le risque de devenir des parias, il y avait des chances probables qu’ils espèrent devenir des étrangers à vos terres.
A ce jeu de devinettes, seuls Teruyo et Harumi pouvaient s’amuser à prédire le moment d’une possible rencontre avec leurs compagnons de naguère. Ils savaient Meho et Ashitaka partis vers le Nord ; un itinéraire qui tracerait les contours des frontières de la nation était le scénario le plus logique. Mais où ces retrouvailles se feraient-elles ?

Vos montures parties, il vous fallut réfléchir à la nouvelle nuit qui tombait sur le pays.

Spoiler:

Les avantages possibles ce tour:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Ven 6 Mai 2022 - 20:54

La monture volante d’Harumi était épuisée. Nous lui avions tant demandé à devoir nous supporter mais aussi à faire ce travail de détection. Cet épuisement la fit disparaitre après qu’elle nous ai déposée à terre et indiqué la direction à suivre, comme un dernier cadeau avant son départ, une dernière détection pour nous offrir cette piste qui semblait ne jamais se terminer. A peine eu-je le temps de la remercier qu’un nuage de fumée, tout aussi grand que l’animal, fit son apparition, le volatile disparaissant derrière ce brouillard gris.

Mais ce n’était là qu’un désagrément de passage. Nous avions d’autres moyens d’agir. A mon tour de faire appel à mon compagnon, Ulfhednar, Roi de la Vengeance, frère de Bersekyr qui s’était sacrifié pour me sauver face aux sbires de l’homme au chapeau.

Montant sur le dos de ce dernier, m’accrochant aux poils pour ne pas être dérangé par les vents, gardant cette forme simiesque pour éviter les effets de la pluie, j’indiquais la direction à suivre à mon nouveau compagnon ursidé, direction offerte par l’invocation de l’eiseinin avec moi.

« Par-là ! Au bout de la piste se trouve l’un de nos ennemis, l’un des sbires de ce qui sont à l’origine de la perte de ton frère ! »

Il n’en fallait pas moins pour que la rage l’emporte et entraine sa course effrénée vers la direction donnée. Le monstre était ainsi lâché.

Spoiler:


_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Lun 9 Mai 2022 - 9:18

La tempête était trop forte et cela faisait trop longtemps que l'on voulait sur ce pauvre albatros géant. Ils auraient pu passer au-dessus de la tempête, mais ils perdraient sans doute la trace du groupe à traquer. Les témoignages des peu de personnes qu'ils croisaient étaient confus, comme souvent de toute manière. Lorsque l'on vivait tranquillement, on ne faisait guère attention après tout. Le second groupe était sans doute en train de procéder aux mouvements décidés. La femme médecin n'avait pas d'hésitation à ce niveau là. Il fallait se dépêcher dnenfin peut être rattraper le groupe adverse avant que leur proie ne meurt de vieillesse.

Harumi remercia son ami à plumes, qui avait de quoi se reposer pour un moment dans cette île dans le pays de l'eau. Elle ne l'avait jamais autant soliciter. Elle y retournerait peut-être un jour qui sait ? Ils changèrent de monture, maintenant un ours. Teruyo choisit de motiver un maximum cet ours qu'elle connaissait bien. Que lui restait il à faire à part courir et poursuivre inlassablement ces fantômes. Par principe, elle tenta une technique de détection du chakra.




Spoiler:





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Mar 10 Mai 2022 - 8:24










Ce fut le fracas du tonnerre qui sortit brutalement le chunin de sa torpeur. Comment faisait-il pour somnoler dans de t-elle condition ? La pluie glacée, le vent mordant et pour finir, les mouvements saccader du rapace qui faisait fièrement face à dame nature. Son groupe faisait face à un dieu impitoyable les jaugeant de son œil distant presque comme s’il souhaitait savoir s’il était prêt à faire face à l’inévitable.


Le chunin s’en doutait au plus profond de son être, tôt ou tard l’écorcher serait desceller et la bête rugirait une nouvelle fois. Toph n’était plus à ses côtés pour le match retour et entourer de ce nouveau groupe loin de rougir face la puissance de l’intendante, il allait renouveler l’exploit et castrer une fois pour toute ce dragon.


Alors que les minutes continuaient de s’égrener, une partie de ses pensées vinrent en direction de l’Oterashi. Yanosa était un mélange subtil entre élève, compagnon d’entrainement et ami. Comment avait-il fait pour se retrouver dans cette situation ? En viendrait-il aux mains contre son propre village ? Ou à la désertion ? Mého ne souhaitait pas avoir à se battre et pourtant armé de son expérience avec ce ninja au caractère inflexible, cette finalité semblait inflexible.


Un nouveau flash lumineux suivi presque instantanément d’un puissant vrombissement. Déchirant le ciel sous les yeux mi-clos du chunin, la foudre menaçait obligeant l’animal à perdre quelques mètres, puis quelques autres.


-On voit le prochain village … Plus qu’à croiser les doigts.



L’animal se posa enfin. La pluie continuait de frapper sur le crâne du duo mais au sol, le vent semblait lui être bien moins capricieux. Laissant Ashitaka avec son invocation le chunin leva une nouvelle fois les yeux au ciel observant les nuages se gorger tour à tour de cette lumière éclatante précédant le fracas.


-Je ne sais pas pourquoi mais cet endroit ne me dit rien de bon … J’imagine que ça veut dire que l’on se rapproche.


Il se mit en route brandissant les tristes restes de sa protection amoindrit par l’eau et le vent. Comme on pouvait s’y attendre, toutes les portes étaient clauses. En marchand au milieu des rues silencieuses du village bordant le canyon, Mého distingua quelques visages aux fenêtres, jugeant de leur petits yeux brillants les deux abrutis sous la flotte. Il marchait en avant porter par ses propres craintes.


-Auriez-vous vu des ninjas portant les signes d’Iwa se balader en ville ?


Il avait poussé les portes d’un petit bar sans ménagement. La dizaine d’homme éparpiller dans l’enceinte de l’édifice, le dévisagea brièvement avant de simplement lui répondre par un silence méprisant. Être depuis le « discours » du fameux Tosen, être un ninja avait perdu de sa flamboyance et des zones comme celle-ci était devenu monnaie courante.


-Pas un chat Monsieur ! Ici que de simple homme menant une simple vie comme on dit …


Mého dévisagea brièvement le barman qui semblait le narguer du regard. Sur le visage du chunin en dehors de l’agacement et de ses cheveux plaquer par la pluie, on pouvait lire une inquiétude qui sembla interpeller l’homme.

A quelques Kilomètres de là … Personne n’a été vue mais … Des gens nous ont dit que depuis le canyon, on a pu voir tous les oiseaux de la forêt s’enfuir. Du jamais vu il parait.


Inclinant la tête en remerciement, le chunin disparu brutalement rejoignant Ashitaka en une poignée de seconde.


Quelques choses se passe au niveau de la forêt, allons- y !


Le temps ne s’était pas arranger et avec le soleil couchant, le jeune homme se doutait que voler n’était pas une bonne idée. Il ne savait même pas si l’invocation en était encore capable. Se proposant instinctivement pour relier Ashitaka et son compagnon ailé, il entailla d’un croc sec son pouce et posa sa main au sol.


-C’est quoi ce temps de merde ? …



L’animal c’était exprimé de sa voix nasillarde si caractéristique. Rassurant ce dernier tout en lui caressant le haut du crâne, Mého préféra ne pas entrer dans les détails. « Danger, Canyon, Forêt, tout de suite ». S’exprimer par mots clefs avait ses avantages et l’éléphant bien que grognon, n’était pas du genre à trop insister. Les deux hommes poster sur son dos il commença à prendre la route du canyon avalant les mètres à grande allure.

Si en temps normal le chunin aurait préféré la discrétion, là il jouait contre la montre. La nuit, la pluie, le vent et la foudre serait leur camouflage.


-Je n’ai pas de prédisposition en taquage. Si le gérant à dit vrai, le meilleur moyen de retrouver le centre de se bordel, est de remonter les pistes des animaux. S’ils ont fui en masse l’épicentre, ils ont surement laissé quelques traces que la pluie n’aura peut-être pas entièrement effacé. Une fois au niveau de la forêt, Tanto risque d’être un peu ralentit par les arbres. Je te propose que l’un d’entre nous parte en avant une fois-là-bas. Le climat est autant notre allié que notre ennemie. Nous devons en tirer avantage.


Spoiler:



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Dim 15 Mai 2022 - 1:43
La fatigue frappait aussi fort que les grêlons qui s'acharnaient sur les poursuivants. Ashitaka le sentait, son compagnon arrivait au bout de son énergie, il avait besoin de se reposer, il ne pourrait pas continuer ainsi. Après des passages peu fructueux à divers endroits pour essayer d'affiner leur piste, peu d'éléments solides apparaissaient, ne leur restait donc plus qu'à espérer qu'ils n'avaient pas été menés en bateau.

Arriveraient-ils à temps ou ne trouveraient-ils que des cadavres sur place ? Cette question rongeait de plus en plus le rouquin avec les heures qui passaient. Yanosa, outre sa traitrise personnelle face au village, avait aussi mit en danger d'autres iwajins qui avaient accepté de le suivre, de lui faire confiance. Serait-il trop tard quand les traqueurs les rattraperaient ? Y parviendraient-ils seulement d'ailleurs ? Les fuyards semblaient diablement rapides au vu de leur incapacité totale à réduire l'écart malgré leurs kuchiyoses. Y avait-il eu une solution qu'ils avaient loupé à un moment ? Une piste qu'ils avaient raté ?

Pensif, le rouquin redressa la tête, sorti de ses réflexions par son camarade qui prit la parole alors qu'ils avaient reprit une bonne allure grâce au compagnon animal de Meho qui avait prit le relai sur Idoku, trop épuisé pour continuer.

« Hmmm... J'ai quelques techniques, mais ce n'est pas ma spécialité. Je verrais ce que je peux faire avec ce qu'on trouve. »

Patientant le temps du trajet avec son camarade à dos d'éléphant, le Borukan attendit qu'ils soient suffisamment avancés pour commencer à tenter des repérages chakratiques et à observer en détails les diverses pistes que ceux qu'ils traquaient auraient pu laisser. Il utilisa même sa technique liée au futon pour essayer de trouver leurs adversaires, qui sait, peut-être les localiserait-il s'ils étaient camouflés dans le coin.

HRP:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Narrateur
Narrateur

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Jeu 19 Mai 2022 - 11:26
Le binôme composé de Meho et Ashitaka n’eut pas démérité et ce fut au prix de bien des épreuves qu’ils parvinrent enfin à leur but.
Vous eûtes survolé les océans en furie, défiant la tempête et l’orage grondant et guettant de vos quatre yeux que la foudre ne lézardasse pas dans votre direction pour vous fustiger d’une électrocution mortelle. Vous passâtes alors les roches abimées d’un large canyon, foulâtes le sol érodé des Plateaux Ocres sur le dos d’un pachyderme géant allongeant le trot dans la direction que vous devinâtes comme étant celle que vous deviez prendre. Et alors que vous parcourûtes ces kilomètres qui vous séparaient d’une menace encore inconnue, vous fûtes envahis d’un étrange frisson. Une sensation de danger, une vague impression que quelque chose de maléfique explosait au sein de la Forêt Interdite.
On ne vous avait pas menti. Les oiseaux avaient abandonné cette célèbre forêt, et ce fut pour une bonne raison. La trompe du pachyderme s’agita, louvoya les airs autour de ses nasaux pour renifler une odeur mortelle. Le Jônin des laves déploya alors ses vents de détection, et cette action vous rapporta des informations très précises.
Ils étaient là. Cinq individus, dont émanait cette odeur putrescente caractéristique du pourrissement de l’Ecorché dans sa geôle.

Au loin, Harumi jeta son dévolu sur sa faculté à percevoir le chakra. C’est alors qu’une soudaine émanation la frappa : un chakra s’émancipait si fort de sa position qu’il fut perceptible à des kilomètres à la ronde. L’ours kodiak noir, ses larges pattes labourant le sol pendant sa course, précipita sa foulée. Ce jaillissement de chakra était à glacer le sang.
Il ne faisait aucun doute qu’il venait d’eux. Et quand bien même cette certitude put être une erreur, d’où qu’il vinsse, il fallait s’assurer que ce qui dégageait ce chakra ne menace pas votre nation.

L’heure avait sonné.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Lun 30 Mai 2022 - 20:58

Il était facile de deviner que quelque chose se tramait devant nous. L’éruption de chakra pouvait presque se ressentir sans le moindre talent de détection, comme si une immense aura maléfique venait vous envelopper de son manteau et vous faire prisonnier du malaise qu’elle imposait autour d’elle, faisant fuir la faune locale à grand galops ou à grandes envolées. Pour autant, dans cette fuite effrénée, un seul animal semblait encore présent, une invocation qui, galvanisé par la haine qui se dégageait devant elle, redoublait d’effort pour parvenir à la source de ce mal.

J’avais déjà côtoyé bon nombre de personnes dotées de chakra, réalisé moult entrainements, lutter contre diverses ennemis, factotum de l’homme au chapeau, et aucun d’eux ne m’avaient laissé cette impression malsaine et oppressante. Pour autant, le Vengeance était en route et rien ne l’arrêtait. Quant à moi, mis à part attendre et subir cette course folle, je n’avais pas grand-chose à faire si ce n’était à me préparer au pire.

Mais dans un premier temps, avant de revêtir cette forme simiesque magmatique que je gardais pour les occasions toutes particulières, rare étant les personnes à m’avoir vues sous cette apparence, je réalisais quelques mudras, perché sur le crâne d’Ulfhednar dont les pattes labouraient le sol forestier et dont la carrure lui permettait de renverser les arbres sur son passage sans le moindre mal. Galvanisé à mon tour, j’en appelais à identifier le mal vers lequel nous courrions, littéralement, utilisant alors mes dons de senseur pour identifier les différentes sources de chaleur environnantes.

Qu’allions nous découvrir ? Un Ecorché en prise avec Yanosa ? Un Yanosa libérant ce monstre ? Pire, une alliance entre les deux énergumènes peut-être ?

Une certaine appréhension s’emparait alors de moi.

Spoiler:

_________________
[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Terurusigna

Kit by Aimi
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Kobane Harumi
Kobane Harumi

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger - Page 2 Empty
Mar 31 Mai 2022 - 12:49
Le danger semblait imminent, grandissant. Ils avaient été bien trop lent. Un combat allait se produire, mais ils n’étaient pas assez nombreux, pas comme lors de leur première entrevue où c’était Toph avec d’autres qui avait affronté ce monstre. Il y avait également un risque que Yanosa et ceux avec lui se dressent contre eux. Peu importe, il fallait bien l’arrêter, sinon la prochaine guerre contre l’homme au chapeau serait certainement un échec. Comment pouvait-on être manipuler à ce point si aisément pour un simple combat ?

Kobane Harumi • « J’ai la position de l’écorchée, je ressens son chakra, par ici ! Vite ! Il devient de plus en plus fort. »

Indiqua alors la femme médecin qui se préparait au combat. Il risquait d’être violent et direct contre ce monstre, cette créature que l’on ne pouvait guère parler d’humain maintenant.

Kobane Harumi • « Je vais m’occuper du corps à corps, et de l’occuper. Toi Teruyo, tu te débrouilles pour le tuer rapidement en toute discrétion. Si cela continue ainsi, on ne pourra pas l’arrêter. »



Spoiler:




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034

[Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine
» [Désavoué] Partie 4/01 - Conflit
» [Désavoué] Partie 4/02 - Poursuite
» Dénouement à l'aune des révélations
» [Mission rang B | Libre] Enfants en danger — [ÉQUIPE #7 - 風神 Fūjin]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: