Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine

Aller à la page : Précédent  1, 2
Oterashi Yanosa
Oterashi Yanosa

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Ven 6 Mai 2022 - 15:02
Le Chûnin enrubanné ne pouvait que se perdre en conjectures quant aux raisons qui avaient poussé si soudainement Junichiro à délier sa langue, du moins en théorie. Car si la soudaine logorrhée de l’Ecorché s’était avérée surprenante, la probabilité que Kisuke ait quelque chose à y voir était forte, très forte, surtout aux yeux avertis de l’Oterashi qui avait déjà vu oeuvrer l’alchimiste et ses décoctions par le passé. A présent que Junichiro avait récupéré son ouïe toutefois, hors de question d’aborder ouvertement le sujet, même discrètement, et Yanosa concentra donc plutôt son attention sur la teneur du discours de leur captif aux dents et doigts crochus. Nul émoi ne s’empara du Tellurique à son écoute, mais la lumière que projetaient ces informations sur l’histoire et les desseins de l’Ecorché eut malgré tout de quoi susciter en lui de profondes réflexions. Sur le passé houleux et complexe de Junichiro d’une part, mais aussi sur l’affrontement de ces courants de pensée contraires, qui arrivait en ces temps troubles à son point culminant face à l’ultimatum posé par Tôsen.

Tôsen… cet homme qui, plus qu’un commanditaire, s’avérait être un véritable guide pour l’Usuegi, l’hériter de la pensée de son ancien maître, feu Seigneur de Mizu. Recoupant entre eux les éléments subjectifs de son récit, Yanosa fut bien forcé d’y voir une logique implacable, fruit d’un cheminement d’expériences qui avait irrémédiablement mené Junichiro sur la trajectoire d’hommes et de femmes fermement opposés à son idéologie. Tôsen aimait rappeler à tout bout de champ qu’il aurait voulu pouvoir changer le monde sans faire couler le sang inutilement, et l’Oterashi le savait sincère sur ce point au moins. Mais cette sincérité n’avait d’égale à ses yeux que sa naïveté. Le monde devait évoluer d’une façon ou d’une autre, mais toute mutation s’accompagnait de sa part de violence, et plus grand était le changement,…

« ...Nous arrivons. »

Le guerrier de pierre connaissait à présent fort bien une bonne part de la topographie des cercles intérieurs et extérieurs de la Forêt Interdite, pour avoir bravé son dédale végétal par deux fois déjà auparavant. Les vents violents et les vagues d’humidité cinglantes qui avaient accompagné le groupe sur toute cette fin de voyage avaient imposé leurs marques sur les visages, et c’était bien car le sien était recouvert de bandages détrempés que la fatigue de l’Oterashi put passer relativement inaperçu. Malgré cette usure, le quatuor devait procéder et avancer sur son occulte agenda : aussitôt qu’ils furent arrivés dans le couvert naturel de la forêt, tous se mirent donc en position après avoir assuré leur périmètre. Des regards s’échangèrent, forcément chargés d’une part d’anxiété mais aussi de résolution, tandis que l’Oterashi oeillait avec défiance le corps frêle, vilain et filandreux de l’Usuegi.

« ...Vas-y Kisuke. Il est temps. »

La pression sur les épaules de l’alchimiste était grande, mais Yanosa avait toute confiance en l’homme au bob pour aborder le descellement avec méthode et pragmatisme. Ses iris rougeoyantes braquées sur le Désavoué, le Chûnin ramena promptement une jambe en arrière pour conserver son équilibre, les épaisses gouttes de pluie elles-mêmes se trouvant projetées tout azimut par la déferlante d’énergie sombre qui se mit à irradier depuis le corps de Junichiro lorsque Kisuke passa à l’acte. Une main devant le visage pour atténuer la pression du chakra qui s’échappait de l’enveloppe de l’Ecorché, le Tellurique observa, fasciné et tendu, paré au pire, impressionné en son for intérieur par la quantité et l’intensité de l’énergie contenue dans cet être hors normes. C’était cet homme, ce guerrier Désavoué, qu’il devrait défaire au combat, et rien de moins que la victoire ne lui serait permise si il voulait en sortir vivant avec ce qu’il convoitait.

Le descellement arrivait à son terme fatidique, le corps de l’Ecorché arrivant au premier palier de son développement… mais autre chose que son apparence changeante attira sur le coup l’attention du Chûnin, donc le regard incandescents avait glissé vers le bras du Hyûga.

« ...Kisuke… ! »

Il se rapprocha, oeilla durement Junichiro avant d’observer de près l’affliction reptilienne qui avait frappé l’alchimiste.

« Des écailles… Tshhh, et merde… Il faut qu’on bouge, la décharge d’énergie a laissé trop de traces et a dû effrayer le gibier. Rin, Komorebi, couvrez notre parcours, on va s’enfoncer dans la forêt. Junichirô… reste bien à vue. »

Sans perdre de temps, le groupe quitta les lieux, Yanosa s’assurant tant de la proximité de Kisuke pour surveiller son état que de celle de l’Usuegi, pour des raisons évidentes. Durant le trajet, le Tellurique mena sa troupe au travers du dédale végétal, fort de son expériences de ces étendues, et en vint un moment à rompre le silence tendu qui avait pu régner.

« ...Ton maître. Il semble que c’était un homme respectable. Régner en tournant le dos au Chakra est un choix qu’il a fait pour lui-même, une philosophie de vie qu’il a embrassé. On devrait tous pouvoir vivre nos vies comme on le veut… pourvu que ça n’empêche pas les autres de faire pareil. Notre monde… est en train de subir de profondes mutations, et avec elles viennent inévitablement des monts de violence et de souffrance. Ton nouveau maître… la régression pour laquelle il se bat… Je ne peux pas permettre qu’il nous empêche de réaliser notre futur. L’avenir dont il vient n’existe plus. Nous pouvons atteindre l’équilibre : je le crois, je le sais. »

Ses iris pour la première fois se braquèrent dans les orbites désincarnées de Junichiro, comme pour percer ses chairs filandreuses.

« ...Mais pour y arriver, je devrai te battre. Ce futur là… est inéluctable. »

Nulle malice ou d’intention cachée dans les propos du guerrier de pierre, définitivement résolu, mais si l’Oterashi anticipait déjà leur affrontement physique, il ne comptait pas non plus se défiler de la joute idéologique qui s’était ouverte depuis les premiers aveux de l’Usuegi.

Plus tard, le groupe identifia un endroit propice à une installation temporaire, proche d’un arbre géant au tronc massif et courbé.

« ...Vois ce que tu peux faire pour ça, dit-il à l’alchimiste en désignant son bras. Rin, Komorebi, je pars chercher du gibier : gardez-le à l’oeil et établissez un périmètre. »

L’Ecorché avait besoin de protéines, beaucoup de protéines, afin de poursuivre et compléter sa croissance. Yanosa était bon chasseur, mais jamais auparavant n’était-il part chasser dans l’optique de ramener plusieurs gros animaux, et encore moins pour tous les donner en pâture à semblable créature. Plus que jamais, le sort en était jeté, et l’Oterashi se prenait une fois de plus à contempler la potentielle fin abrupte de son existence, tandis que ses sens de prédateur resserraient déjà leur emprise sur un large animal, tapis dans les épais fourrés sauvages. La bête, encore hors de vue, émit un profond grognement, avant de finalement paraître au travers des feuillages, debout sur ses pattes arrières, usant ses griffes longues et épaisses sur l’écorce d’un arbre millénaire. Un grizzly, reconnut le Tellurique.

Quelques temps plus tard, la besogne accomplie de façon décisive, l’Oterashi regagna le camp temporaire de son groupe, l’énorme animal proprement exécuté chargé sur son dos. La carcasse jetée au sol, le Chûnin replongea dans quelques amers souvenirs.

« ...Hm. C’est dans un animal semblable, que Taira Fugaku s’était caché pour tenter de m’échapper. Ça ne lui avait pas vraiment réussi... »

La journée n’était pas finie, et il en était de même pour la chasse.


Résumé
Atout choisi : l'Ecorché, ce Héro

Action 1 : Déplacement vers les profondeurs de la forêt.
Action 2 et 3 : Chasse de gros gibier (un grizzly déjà rapporté inRp, me signaler si pas-ok) (Yanosa a un passif de chasseur relativement bien développé et explicite)

_________________
[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hyūga Komorebi
Hyūga Komorebi

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Sam 7 Mai 2022 - 18:39
[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 K_r6enWn

Chaque pas de plus éloignait Komorebi et le reste du groupe d'un retour à la normale. Chaque seconde qui s'écoulait, Komorebi sentait le poids du remord peser sur ses épaules. Elle savait qu'il n'y aurait aucune possibilité de revenir en arrière. Chaque mètre supplémentaire, elle songeait à ceux qu'elle ne verrait plus jamais. Sa famille, en premier lieu. Son frère, Enten, qu'elle avait laissé dans un sale état lors de leur dernière rencontre. Sa gouvernante, la seule personne qui accordait un semblant d'intérêt dans son entourage proche. Elle songea également aux rares rencontres qu'elle avait fait en dehors du domaine familial. Les liens se comptaient sur les doigts d'une main amputée, et s'étiolaient aussitôt dans les méandres de la guerrière, entre deux rotations de tête pour s'assurer que personne ne les avait rattrapé depuis.

A mesure que la guerrière faisait ce calcul tortueux, ce qui initialement semblait être une peine s'avéra être une libération. La majorité des personnes que Komorebi, elle ne désirait guère les revoir. Les quelques rares exceptions ne comptaient que très peu par rapport à la masse de personnes qu'elle ne regrettait pas de voir. Alors la kunoichi fixa l'horizon, celui qui les conduirait vers un nouvel avenir aventureux, et ignora définitivement le passé qu'elle laissait derrière elle. Il n'y avait plus que deux possibilités : une victoire pour le plus grand nombre, en marge d'Iwa, ou une existence plus pénible encore, cette fois non pas dans l'ombre des siens, mais celles des barreaux.

Il s'avérait que cette pensée auto-flagellante, la Déchue l'abandonna peu à peu, lorsque son escapade prit des proportions qu'elle n'aurait jamais imaginé auparavant. Un malaise profond s'empara lorsque le surnaturel se produisit. Il dépassait de loin l'aversion presque stupide qu'éprouvait la Genin à l'égard de sa cousine, tout comme l'agacement de Komorebi concernant l'humour douteux de son cousin. Non. Lorsque l'Écorché, jusqu'ici confiné dans sa boite de Pandore, commença à prendre de l'ampleur. La simple tumeur noirâtre enfla, jusqu'à prendre les traits d'un poupon, puis d'un mioche. Le groupe mené par Yanosa fut responsable de ce qui ressemblait à un rituel de magie noire, offrant en sacrifice quelques animaux pour assouvir la soif inhumaine de sang de l'évadé.

Difficile pour Komorebi de contenir ses émotions dans pareille situation. Jusqu'ici cantonnée à des corvées de basse intensité, elle n'avait jamais connu le terrain, les affres du Ninjutsu, ou quoi que ce soit qui puisse forger sa tolérance à l'extraordinaire. Alors naturellement, lorsque le simple amas filandreux se leva enfin et prit la parole à de multiples reprises, Komorebi fit de son mieux pour paraître le plus neutre possible, quand elle s'avérait horrifiée en réalité. Le sort de leur mission clandestine reposait sur cette étrange créature, cet homoncule de chair et de filaments qui faisait miroiter la lumière d'une vérité salvatrice quand il émergeait des ténèbres les plus sombres que connaissaient les shinobis. Au-delà de l'offrande bestiale, Kisuke en avait payé de sa personne, pour que les capacités d'antan de celui qui se faisait appeler Junichiro reviennent. Cela ne fit que renforcer l'inconfort de la Hyūga de seconde zone, alors toujours incapable d'aider pour quoique ce soit.

Alors la guerrière traina la patte. D'abord, pour s'absoudre de la vue répugnante de ce futur adversaire de Yanosa, puis pour couvrir les traces du groupe, à la demande de ce même mentor. A ce stade de leur escapade illégale, Komorebi se demandait s'il était bien utile de mobiliser tant d'efforts pour si peu : soit ils avaient réussi, et ils ne risquaient plus rien à partir de maintenant dans ces bois ancestraux, soit ils avaient d'ores et déjà échoués, et dès lors chaque tentative de se mettre en sécurité ne constituait qu'une œillère de plus pour le groupe de fuyards. Qu'importe : cela occupait son esprit, cela lui donnait l'impression d'être utile, parmi les spécialistes du Fūinjutsu, de la traque ou de la chasse. La Genin s'affaira à effacer les traces de ses comparses, quoique cela puisse dire au vu de la météo capricieuse qui s'acharnait sur eux.

La fatigue éreintait son corps, éprouvait son mental. Ils marchaient depuis des jours, des heures. La kunoichi avait perdu le compte à présent. Le sommeil guettait à la porte, mais les intempéries ainsi que les échanges entre le Calciné et l'Écorché la tenaient en éveil. Cela, et le devoir, non, l'impératif d'accomplir sa tâche, donnait la force à Komorebi pour poursuivre sa besogne. Quand enfin elle termina de s'assurer que le chemin conduisant au camp de fortune du groupe ne donnait aucun indice, selon son appréciation personnelle, la Hyūga se jeta aux côtés des siens. Trempée, lessivée, elle n'avait pas idée de la suite des opérations. Elle se contentait d'agir pas à pas, préférant ménager sa santé mentale. Elle le savait : si le groupe réussissait, il fallait encore terrasser cet allié de circonstance qu'était Junichiro. Ce fut alors couverte de boue, imprégnée de l'odeur de la forêt sous l'eau, qu'elle s'installa auprès des siens, avec un regard plein de méfiance adressé à l'évadé.

Spoiler:

_________________
[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Ebpfvj4

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11934-dans-l-ombre-des-geants-o-hyuga-komorebi-termine#103985 https://www.ascentofshinobi.com/t12182-wu-chronicles-hyuga-komorebi#106202 https://www.ascentofshinobi.com/u757
Hyûga Rin
Hyûga Rin

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Dim 15 Mai 2022 - 15:25

Les choses avançaient pourtant si lentement. Ça devait faire quelques jours que ceux qui virent l'aubaine du désavoué avaient fui la cité de la terre afin de rejoindre la densité de la forêt interdite. Tant de journée, pratiquement toutes aussi éreintante les unes que les autres, qu'ils fuyaient les potentiels traqueurs de la Roche. Rin était loin de se dire qu'ils étaient eux-mêmes traqués directement, mais il était clair pour elle qu'Iwa avait dû se rendre rapidement compte de la disparition de la bête. Entre le gardien des profondeurs, Ashitaka qui avait été envoyé à la prison par Yanosa – la dernière fois qu'ils se sont parlé – et les maîtres en fuinjutsu qui entretenait le sceau que cet homme n'arrêtait pas de gruger, il était simplement impossible – où il fallait être très incompétent – qu'Iwa ne se soit pas rendu compte de rien.

Cependant, les choses avançaient aussi particulièrement rapidement. Le temps semblait filer à une vitesse sans nom, tout comme ses propres réserves d'énergies. D'une endurance moindre, l'intensité du trajet et l’intransigeance des choix qui avaient dû être posées venaient handicaper l'énergie de Rin. Il était clair pour elle qu'elle allait devoir investir plus de temps dans sa condition physique, elle était simplement incapable de suivre le rythme de ses partenaires, mais ça, c'était pour un autre jour.

L'Arrivée au cœur de cette forêt signait le début de la fin. Il y avait encore tant de choses à faire, mais au moins la densité cette étendu boisé calmait la violence des éléments. Rapidement, le groupe se mit aux travaux, tandis que Rin n'avait d'autre chose que de se reposer un peu et ça, même si elle avait été portée par Yanosa. Définitivement, sa condition faisait en sorte qu'elle avait plus le sentiment d'être un boulet que d'être une aide.

Kisuke s'attaquant au descellement de la bête, il ne vit pas le mécanisme en place – ou n'en comprit pas le sens – et ce dernier se posait une malédiction sur le bras gauche. Une explosion d'énergie intangible noire, amère et désagréable envahi l'espace, tandis qu'une partie de son cousin se transformait en une réplique des écailles du Kuchiyose avait qui elle aimerait bien signer un pacte; le serpent.

Elle avait bien eu envie de lui lancer une réplique humoristique, mais elle s'était retenue. Ce n'était ni le moment, ni l'ambiance, ni pertinent. À la demande de Yanosa, le groupe s'activait à changer de position. Komorebi a l'arrière, elle s'assurait d'effacer les traces de notre passage, tandis que Rin avait d'autres plans pour se rendre utile. Un plan qui demandait d'être immobile.

Une fois sur place, alors que Yanosa révélait qu'il partirait à la chasse, Rin s'assied dos a un arbre. Elle invitait son cousin à venir la rejoindre d'un simple regard et, une fois près de lui, elle lui chuchotait quelques mots.

[Rin] - Je vais scanner les environs, garde un œil sur moi, je ne verrais pas bien ce qui m'entour.

Déclarait-elle en pompant du chakra dans ses yeux afin d'activer le dojutsu de son clan. D'imposante veine apparue au niveau de ses tempes et alimentait cette vision qui lui permettait de voir au travers de la matière.

Concentrant son énergie sur son environnement, elle poussait sa vision jusqu'à son paroxysme. Elle n'avait plus la force de se déplacer sur de longue distance et traquer les bêtes de chasse. Elle n'avait pas les compétences pour venir en aide à Kisuke et sa malédiction. Il n'y avait pas besoin de plus d'une personne pour effacer les traces de notre passage. Autant jouer sur les forces de cette membre du conseil Hyûga; le Byakugan.


Résumé
Santé : Endurance -1.
Chakra : 3B - 1D

Action 1 : Déplacement.
Action 2 : Rin active son Byakugan afin de voir aux travers de la matière.
Action 3 : Rin active une technique pour voir jusqu'à une dizaine de kilomètre autour d'elle. Elle scanne les environs.[/i]

Note : Je me suis rendu comptes que le second groupe avait récupérer du chakra dans leur pause, ce que je n'avais pas prit en considération. Je le corrige pour ce tour, je considère avoir récupéré l'équivalent de 1C lors du repos dans l'auberge. S'il y a un problème, simplement me faire signe.



_________________
~ Thème~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11935-hyuga-rin
Hyûga Kisuke
Hyûga Kisuke

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Lun 16 Mai 2022 - 10:46
Kisuke avait réussit l'impensable et bravé tous les interdits. Il avait réussit à briser ce sceau, apposés par des maitres du fuin. Néanmoins, il y avait une mauvaise surprise attaché à cette réussite. Un cadeau empoisonné qui le transformait en ... lézard ? Oui, étrange.

Ha, je me doutais bien que ce sceau était piégé. Hmm... vous ne vous y connaissez pas en fuinjutsu, par hasard ?

Yanosa les encouragèrent à se déplacer rapidement néanmoins, ce qu'ils firent prestement. Kisuke commençait à perdre son souffle quand il s'arrêta et laissa l'Ecorché faire fi de ce sceau. C'était... rassurant de ne pas se voir transformer en homme-lézard. (et puis changer d'avatar est compliqué).

Puis il se reposa. Ce scellage suivit d'une bonne course l'avait bien fatigué.

Lorsque Yanosa revint avec du gibier, Kisuke s'approcha des belles bêtes, et dans l'une des plaies ouvertes, y glissa le restant de son poison pour délier les langues. C'était un risque à prendre. Mais Kisuke venait d'apprendre plus sur l'Ecorché que personne n'avait fait à Iwa en une année de détention - la preuve ultime que ce chemin qu'il avait choisit était le bon. Il aida Yanosa à transporter la carcasse jusqu'à l'Ecorché et il attendit que ce dernier le mangea complètement.

Puis, il repris sa conversation.

Junichiro...Je peux comprendre ce but d'égaliser, de vouloir mettre les tyrans au sol... Mais je pense que ce n'est pas le bon moyen utilisé. Le chakra ici n'est qu'un moyen pour obtenir du pouvoir. En vérité, un daiymo véreux n'a pas besoin de village shinobi pour assujetir son emprise. Il lui suffit d'avoir de l'argent et des hommes de mains bien armés. A côté de cela, le chakra est capable de véritable miracles bénéfiques pour tous... Ce cher Yanosa, par exemple, a aidé beaucoup de civils à reconstruire leur maison après la destruction du village. Avec ses talents, une maison est une questions de minutes. A main nue, c'est une question de semaine. Le chakra a servir a jumpstarté le comfort de vie de toute une population sinistré. Vous ai-je parlé de cette initiative à Iwa, où un genin est en train de mettre en place une usine de production de médicaments pour en faire bénéficier tout le Yuukan ? Il se base sur ses connaissances alchimiques et sa maitrise du chakra pour en faire bénéficier le monde entier. C'est typiquement le genre de projets qui ne seraient plus possible sans chakra - les plantes ont leurs effets bien sûr, mais elles ne peuvent soigner comme un eisenin le ferait. Les shinobis ne sont pas que destruction, et cela, beaucoup de personne semblent l'oublier. Ce qu'il faut changer...

Kisuke but un petit peu d'eau de sa gourde. Attention, elle n'avait pas été empoisonnée celle-là !

Ce sont les mentalités, l'éducation, et faire en sorte que les gouvernements soient véritablement responsables de leur acte. Et cela m'étonne que l'Homme au Chapeau ne fasse pas cela, alors qu'il se dit le champion du faible et des sans chakra. En apparence, cela ressemble au chemin de votre précédent seigneur, mais il n'en est rien - car l'Homme au Chapeau, lui, n'a pas abandonné les arts shinobis.

Il espérait marqué un point ici. Puis, il posa une dernière question importante - car Kisuke avait un doute en lui. Celui du temps nécessaire à l'Ecorché pour revenir à une forme humaine. Il avait dit trois jours, mais cela avait été accéléré. Il voulait éviter que l'équipage shinobi se fasse surprendre par derrière par un Ecorché en pleine forme trop tôt, trop vite, et qu'ils soient massacrés. Avec sa drogue... ce genre de plan pouvait être évité.

Quand pensez-vous être prêt ? Je ne sais pas si nous aurons encore beaucoup de temps de libre avant que des escouades d'iwa ne retrouvent notre piste. Nous autres Hyûgas sommes de particulièrement bons pisteurs, vous savez. Et je ne parle pas d'autres moyens utilisable pour retrouver nos traces. Il est peut-être temps d'hâter ce processus et d'aller de l'avant. Je vous remercie de votre coopération

Bientôt l'affrontement aurait lieu. Kisuke avait caché ses talents d'alchimiste et d'invocateur de serpents. Deux armes qu'il pouvait encore déployer discrètement pour aider Yanosa dans son combat - après tout, Yanosa disposait du même pacte.
Spoiler:

_________________
Palmarès shinobi:

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t11145-hyuga-kisuke-civil#95880
L'Écorché
L'Écorché

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Jeu 19 Mai 2022 - 13:41
La Forêt Interdite tremblait sous le poids d’une pluie infâme. Le vent continuait de fouetter les branches et les arbres criaient sous le poids des rafales qui tentaient de les faire courber sous la violence de leurs assauts. Malgré tout, en dessous, vous fûtes en partie abrité : ce que la tempête infligeait à la cime des ifs, elle l’infligeait un peu moins à votre groupe de fugitifs.

Junichirô étira ses bras en savourant l’air qui se nicha dans ses narines. Cette humidité persistante ne lui rappelait que trop bien cette moisissure qui l’avait assailli durant des plombes, mais à moindre mesure comme c’était le cas à présent, elle ravivait en lui également des bribes de souvenir. L’humidité, c’était aussi le climat bien connu des brumes de Mizu no kuni.
Tandis que vous vous précipitâtes dans le cœur de la Forêt Interdite, laissant derrière vous deux sentinelles chargées de veiller sur les alentours et de dissimuler vos pas, les prunelles du maudit roulèrent dans leurs orbites pour se poser un instant sur le sortilège qui affligeait le bras du malicieux Kisuke. Cet homme l’avait décelé, payant cette profanation d’une affliction qu’avaient prévu les scelleurs d’Iwagakure. Sans doute avaient-ils espéré que ce poison s’en prenne à quelqu’un de plus important : l’Empereur félon, le Nécromancien ou bien encore le Maître du Temps. Les circonstances firent qu’hélas, la propre arme d’Iwa se retourna contre l’un d’eux.
Mais avant que la malédiction se propage, l’homme au bob eut la sage inspiration de s’interroger sur la capacité de leur nouvel allié improviste à pouvoir briser les sceaux.

« Ce n’est que justice que je te libère de ton mal, toi qui m’as libéré du mien. Je reconnais ce type de sortilège. C’est une malédiction bestiale. Tous les ninjas qui ont conclu un pacte avec un animal savent qu’il leur est possible d’emprunter à leurs compagnons certains attributs. C’est, en quelque sorte, ce qui vous arrive. Ce sceau semble pousser l’exercice un peu plus loin. Il puise dans vos propres ressources pour vous transformer à ce qui vous lie. D’autres auraient eu des plumes, ou peut-être même, dans certains cas, une nécrose. Faîtes voir. Comme il observa la marque qui s’étalait sur le bras de Kisuke, il eut un sourire. Oui. Kojima Reijiro, lui, il aurait été nécrosé, j’en suis sûr. Parce que la principale chose qu’il aime invoquer, ce sont des cadavres. Et vous ? Une passion pour les tortues ? »

Il relâcha aussitôt sa mâchoire inférieure, affichant des rangées de dents aiguisées comme des couteaux et disposés en lignes doubles, de façon parfaitement anormale. Vous sûtes, à partir des informations dont vous disposiez, que c’était là l’œuvre de ce même genre de transformation bestiale liée à son pacte avec les requins. Et cette gueule carnassière, souriant de bien sinistre façon, ne manqua pas de vous arracher une sensation de dégoût et d’horreur.
Puis il composa des mûdras, avant de déposer sa paume sur la malédiction qui s’emparait de Kisuke. Ce dernier put sentir le chakra affluer à l’intérieur à son membre, mais d’une façon particulièrement insidieuse : c’était comme si un nouveau liquide contaminait son sang, d’une manière particulièrement dérangeante et invasive. Il draina toute la malédiction, puis se mît à luire d’une aura violacée comme précédemment, dégageant une quantité impressionnante de chakra.
Chose que perçût le Byakugan de Rin, à l’évidence. Mais aussi certains de vos poursuivants.

Quelques instants plus tard, l’Ecorché plongea sa grande gueule carnassière dans la bedaine de l’ours que lui servit Yanosa. La Forêt Interdite, contrairement aux Plateaux Ocres, était riche en faune et flore, constituant à ce titre un milieu intéressant pour le développement de ce petit monstre qui continua de grandir à vue d’œil. Pour autant, vous n’attendîtes pas qu’il terminasse son souper pour continuer de l’interroger tout en exprimant vos opinions, ce à quoi il ne manqua pas de réagir.
Pénétrés des informations qu’il vous eut laissé auparavant, vous eûtes une sorte de compréhension plus intime de ses aspirations et de sa mentalité. Dans cette évasion, vous fûtes parvenus somme toute à construire une sorte de lien avec cet être infâme et paradoxalement humain, sous d’autres aspects.
Il vous écouta, l’un et l’autre. Vous teniez sur la même ligne idéologique : celle que Tôsen se leurrait, et qu’en dépit de vouloir supprimer le chakra, il ne s’interdisait pas son usage. Vous alignâtes d’autres arguments, comme la possibilité de faire que le chakra supprime certains fléaux de ce monde, et que d’autres demeurent même en son absence. Il vous écouta, oui. Avec une oreille des plus attentives et des plus alertes.

« Votre raisonnement fait sens. Je vous rejoins sur cette idée que le problème ne vient pas véritablement du chakra, mais de ceux qui l’utilisent. Mais suffit qu’un poison, comme cette malédiction qui vous a frappé, s’instille dans votre bras et prenne place, progressivement, sans que vous puissiez le drainer. Un peu comme l’avidité, comme tous les péchés qu’un homme peut connaître. Garderez-vous votre bras, jusqu’à ce que le poison s’inocule dans vos organes, ou le couperez-vous pour empêcher que l’infamie se propage et ne vous fasse glisser vers une mort certaine ?
Votre bras n’était pas responsable, et quand bien même il vous est utile pour bâtir, il doit être sacrifié. Car le poison, lui, ne changera pas, et il continuera sa route vers vos organes. Telle est l’humanité. Les hommes ne changeront pas, ils seront toujours habités par des désirs nocifs, les condamnant à ce cycle de destruction. Pour autant, avec ce bras mutilé, avec ce chakra qu’on aura sectionné, la plupart de ce qui reste sera sauf. Le cœur continuera de battre. Certes, d’autres poisons viendront. Tout aussi nocifs que celui qui nous pousse à vouloir mutiler l’humanité de son chakra. Mais suffit qu’on les traite assez tôt, ou qu’ils n’aient même pas la même force de contagion qu’à travers ce bras, ou encore qu’ils ne soient pas mortels, et l’humanité subsistera. Et les faibles pourront vivre sans que des monstres, comme vous et moi, ne les oppressions plus que de mesure.
»


Il remonta sa tête de la carcasse gisante de l’ours, puis plongea son regard avide dans les yeux de Kisuke. La bouche encore pleine de sang, il resta un moment à l’observer.

« Il n’y a qu’à voir Tôsen lui-même, vous qui aimez à en parler. Un seul être, et le monde tremble. S’il n’avait eu de chakra, vous l’auriez déjà éliminé. Vous avez de la chance qu’il ne soit pas habité par le Mal.
En fait, le Mal, c’est vous. Vous cherchez à détruire l’homme qui tente de vous protéger d’un monde qui court à sa propre dévastation. Vous vous évertuez à lui mettre des bâtons dans les roues, parce que vous avez peur qu’il sectionne cette extension de vous qui vous gangrène.
La peur vous aveugle. A tel point que vous condamnez tout le reste de l’humanité, simplement pour garder le privilège d’avoir ce chakra qui continuera de propager le mal. A tel point que vous êtes capable d’ignorer les prédictions d’un homme qui vient du futur. De votre futur.
Quand vous résignerez-vous à lutter pour vivre et non pour vous autodétruire ?
»


Plus loin, le Byakugan de Rin décela d’étranges présences, inconnues. Des sources de chakra vagues, encore lointaines, sur lesquelles elle ne put, faute de distance, mettre une véritable signature. Pas encore. Il fallait qu’elles se rapprochent…
… ou qu’elle-même tente le coup, accompagnée de Komorebi.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Nihito Meho
Nihito Meho

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine - Page 2 Empty
Lun 23 Mai 2022 - 23:36



Entre calme et violence





Les mètres défilaient sous le rythme soutenu de l’impressionnant pachyderme. Tapi sur le toit de son invocation, c’était dans un silence mortifère que Mého attendait le dénouement de cette course poursuite appréhendant ce qui semblait aujourd’hui inéluctable. Tantoru lui-même ne parlait pas. En effet bien que doué de parole le pachyderme avait pleinement pris conscience de l’importance de cette mission se remémorant probablement le paysage apocalyptique qu’il avait pu contempler des mois plus tôt et concentrant logiquement l’intégralité de son énergie dans sa marche.

Les traces restaient claires. Dans cette forêt des plus menaçantes, toutes forme de vie semblaient avoir pris la fuite cherchant à échapper à une menace indicible, oubliant tout instinct de dissimulation dans leurs échappées.

-On se rapproche, j’en suis sûre.


Le chunin n’avait fait que murmurer ses mots et alors même qu’il terminait sa phrase, d’un geste de main rapide, deux versions de lui apparurent dans son dos pour une énième fois. Les instructions furent données d’un nouveau geste et alors que le silence retombait lourdement sur le groupe, les ombres s’enfoncèrent dans l’inconnue créant un étau silencieux mais non moins avisé.

L’énorme bête progressa donc dans l’océan vert que constituait la forêt interdite. Les arbres se pliaient sous sa carrure, le sol grondait à chaque pas et Mého était bien conscient qu’il serait ridicule pour eux d’espérer la moindre discrétion venant de l’animal. Si ennemies il y avait, ils seraient attendu et en cet instant de tension, la diplomatie aurait-elle sa place ? En tant que membre du Manazuru, il s’était promit de tout tenter pour résonner son ami. Sa route pouvait encore changer, pouvait encore ….

-Il y a des personnes plus loin.

A peine Tantoru eut fini sa phrase que Mého leva une main en signe de paix. Il devait faire preuve de bonne fois pour éviter toute nouvelles course poursuite et donc, être claire dans ses intentions.

Spoiler:



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5725-presentation-nihito-meho-je-viens-gratter-l-xp-a-iwa-d-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8742-carnet-de-route-de-meho-le-grand https://www.ascentofshinobi.com/u1284

[Désavoué] Partie 3/02 - Le Dénouement : Ceux qui virent l'aubaine

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Désavoué] Partie 3/01 - Le Dénouement : Ceux qui virent le danger
» Dénouement à l'aune des révélations
» Fubuki Ryoku - L'enfant du son [Partie description : Finie][Partie histoire : Non finie]
» [MISSION/B/IWA] Interroger le Désavoué
» Désavoué - Vers le Nord [Rin/Komorebi/Kisuke]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: