Soutenez le forum !
1234
Partagez

(FB) Wara're you going ?

Ongaku Osamu
Ongaku Osamu

(FB) Wara're you going ?  Empty
Jeu 3 Fév 2022 - 20:49

Fin du Printemps 203.
Quelque part sur le continent, en bord de mer sur le territoire de Hi No Kuni.



De son siège au bar d’une petite auberge assez rustique, le borgne agitait le dernier glaçon circulairement dans son verre de … il ne savait même pas quel était le nom de cette liqueur ambré qu’il sirotait verre après verre depuis la fin de l’après-midi. Il n’avait jamais gouté quelque chose qui se mariait si bien avec le gout boisé de son tabac et même si le liquide plaisait à son palais capricieux, son œil unique était tourné vers un parchemin qu’il tentait de déchiffrer. Une volute subtile de fumée se fraya un chemin entre ses lèvres alors qu’il arquait son bon sourcil pour tenter de comprendre les inscriptions mystérieuses.

Il avait acheté d’une poignée de riz, celui-ci à un vagabond affamé. Sur son retour du nord, il avait croisé plusieurs hurluberlus, mais celui-ci au contraire des autres, n’avait en réalité jamais tenté de lui vendre quoi que ce soit. Il avait demandé un peu de nourriture et après un repas partagé en bonne compagnie, le vieil homme lui avait remis l’objet d’une quête sans fin... Selon ce qui semblait de plus en plus être une attrape à nigaud, le parchemin censé contenir les directions pour la sépulture d’un homme important et riche ne semblait pas vouloir révéler la moindre information. L’encre utilisée était bien ordinaire, mais ce qui intriguait l’adepte de la langue ancienne Shinobi, soit le Fuinjutsu, c’était ses sceaux qu’il s’amusait à décrypter les uns après les autres.

Il devait bien être à son sixième décodage quand la serveuse vint lui donner un petit coup de journal sur les bottes qu’il avait allongé sur une chaise vacante.

-Vous prendrez quelque chose pour le repas du soir, monsieur le voyageur ?

-Commençons par le menu !

Dit-il en revenant à la réalité, enjolivant le tout d’un sourire aimable en direction de la rouquine au tablier blanc. Ce qui lui fit réaliser qu’effectivement, l’heure de se remplir l’estomac était enfin arrivée et malgré l’heure, le soleil couchant et les repas de fruit de mer assez intéressant, l’auberge était pratiquement vide, à l’exception de quelques voyageurs qui comme lui devait avoir pris un moment pour se reposer entre deux destinations.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13126-ongaku-leon-termine
Sanekage
Sanekage

(FB) Wara're you going ?  Empty
Lun 7 Fév 2022 - 15:32
À l'occasion des dernières floraisons d'un printemps précédant à l'embrasement du Bois,
l'héritier se fit pèlerin des terres du Feu.


Les regards se retournaient sur le passage de l'exilé, qui traversait à grandes enjambées les rues qui parcouraient le petit hameau portuaire où il avait décidé de faire étape. S'il était naturellement remarquable de par sa silhouette imposante, il l'était d'autant plus au vu des atours qu'il arborait. Son kimono noir d'encre était recouvert d'un habit fort inhabituel au sein du Pays désolé ; le shichijō kesa, pièce de tissu couvrant une épaule et enserrant l'habit de l'ascète, indiquait sans équivoque son appartenance à un ordre monastique.

Sa teinte, crémeuse, et les signes qui y étaient brodés, n'avaient jamais été observés en ces lieux. Les Moines de Hikari ne courraient point les rues, après tout.

Une affaire d'exorcisme avait amené Kamui jusqu'aux côtes du Feu. Dans le cadre de son initiation aux arts de l'École de l'Est, il avait été dépêché en solitaire en dehors du pays, pour sa première cérémonie sans frère pour le superviser.

Traverser le pays entier l'avait épuisé. Alors qu'il touchait presque au but, il s'autorisa donc une soirée de repos bien mérité, jetant son dévolu sur une auberge qui ne payait pas de mine. Un établissement fort correct, sans prétention, dont il saurait certainement s'accommoder. Après près d'une quinzaine d'années au sein de l'Ordre, il avait appris à revoir ses exigences de confort à la baisse : une paillasse maigrelette s'était longtemps substituée à son lit, quand il n'était pas puni et contraint de veiller pour apprendre l'humilité.

Seul, il ne se priverait pas d'un bon repas chaud, ni d'une couche confortable. De là à dire qu'il y inviterait un peu de compagnie, il n'y avait qu'un pas — un pas que son corps lessivé ne lui permettrait guère. De toute façon, il serait bien mieux seul, pour méditer et mieux préparer son âme à confronter l'occulte qu'il avait à bannir du monde des mortels.

Kamui se glissa dans l'établissement sans faire de vagues, et fendit la pièce parsemée de quelques clients pour aller s'asseoir au bar directement, là-même où se tenaient quelques instants plus tôt les jambes du second protagoniste qui nous intéressaient. D'un signe de main, il attira l'attention de la serveuse.

« Une soupe aux oignons clairs, s'il vous plaît. Bien chaude.
Quelque chose à boire, monsieur... ? hésita la demoiselle, ne sachant pas vraiment comment s'adresser à un homme de foi.
... de l'eau fraîche, tout simplement, conclut l'ascète, après avoir tergiversé quelques secondes. »

Un peu de liqueur lui aurait fait du bien. Son corps endolori se serait allégé, et le sommeil l'aurait emporté en quelques instants. Pour autant, il n'était pas certain qu'intoxiquer son esprit était judicieux, la veille d'une cérémonie d'exorcisme. De l'eau, c'est mieux, pensa l'ascète, comme pour s'en convaincre et faire taire la petite voix qui l'incitait à se laisser aller à une petite coupe.

Las, le moine détourna enfin le regard vers son voisin ; vers ses écrits, plus précisément. Il en avait bu, des manuscrits du genre. Il n'eût même pas besoin de s'y pencher pour comprendre qu'ils étaient cryptés par du Fūinjutsu. Au Grand Temple, il s'était exercé à la conjuration de sceaux et maléfices sur des parchemins similaires.

Du coup de ses mirettes, il lança une oeillade au propriétaire des manuscrits. S'il s'y penchait de la sorte, c'était qu'il était un maître du chakra. La curiosité l'étouffait, et il se décida à finalement prendre la parole quand sa propre soupe arriva.

« Cher ami, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer les sceaux que vous étudiez là. Auriez-vous besoin d'un petit coup de main ? »

Les traits durs de Kamui s'étaient éclairés, soulignés par un sourire amical.

« Je suis Kamui, un humble moine du Bois, enchanté, se rattrapa l'exilé, en tendant la main au bonhomme mal rasé. »


_________________


➤ voix
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t13424-sanekage-rengoku?nid=8#118674 https://www.ascentofshinobi.com/t12751-carnet-de-sanekage#112213

(FB) Wara're you going ?

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: