Soutenez le forum !
1234
Partagez

Danse Lames [Masami]

Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Danse Lames [Masami] Empty
Mer 16 Fév 2022 - 15:11
Le bretteur itinérant avait beau se dévouer dernièrement presque exclusivement à ses avancées théoriques et pratiques dans le domaine de l’alchimie, celui-ci savait que même si il n’avait plus envie de participer à un quelconque conflit que ce soit, il devrait malgré tout, pour ainsi dire, « garder la main » pour ce qui était de ses compétences armées. Depuis sa jeune enfance, Ieyasu n’avait cessé de pratiquer le Kenjutsu, de s’entraîner seul au milieu des trois grands arbres qui trônaient en périphérie de l’exploitation de ses parents. Les bases lui étaient venues naturellement et l’aisance de sa dextérité avait progressivement fait le reste, jusqu’à le faire arriver au point où le Nomura avait pu légitimement penser pouvoir se défendre de tout et de tout le monde. Cette illusion toutefois avait été depuis violemment balayée, en particulier au coeur des ruines de Shîto contre ce terrible mercenaire. Sa technique au sabre était en réalité tout juste passable, son adresse à l’arc… adéquate, sans plus, et c’était sans parler de la nécessité qui pouvait se présenter, au coeur d’un affrontement, de passer d’une arme à l’autre en l’espace d’un clignement de paupières. Ni même, au fond… du fait que le tout jeune homme n’avait plus que cinq doigts, pour exécuter tous ces mouvements.

En bref, Ieyasu avait besoin de s’exercer, et pas qu’un peu, pour rester confiant en sa capacité à faire face à la plus grande variété de situations. Ses nouvelles compétences dans le domaine du Fuuin et de l’alchimie lui avaient ouvert de nouvelles portes, lui permettaient de gérer des problématiques qu’il n’aurait pu que subir auparavant, mais le Nomura pouvait difficilement dire qu’il s’agissait là de ses points forts. Son katana était son première rempart. Son arc, une extension de ses yeux, capable de transpercer tout ce qu’il pouvait percevoir à longue distance. Et après quelques questions hasardeuses posées à ses quelques connaissances dans la cité de la Roche, le bretteur sut exactement où se rendre pour pouvoir aiguiser ces talents-ci sans prendre le moindre risque : les hauts plateaux. Aussi s’était-il mis en route pour l’un d’entre eux, l’un de ces larges espaces relativement à niveau, et au sein desquels les shinobis locaux s’entraînaient à priori sans relâche pour parfaire leurs talents. Le samouraï autodidacte ménagea ses efforts pour gravir la montagne sud-est et arriver au plateau en bonne forme, puis balaya les environs du regard. Personne à proximité, que ce soit pour l’observer ou pour être potentiellement blessé par un tir perdu.

Sans tarder, soufflant et inspirant profondément pour gorger son corps d’oxygène, Ieyasu se mit alors au travail, s’échauffant d’abord avec quelques kata simples au sabre. Puis il dégaina ensuite son wakizashi en faisant voltiger sa lame longue, qui tournoya un instant dans les airs face à lui avant que son manche ne vienne se ficher dans l’articulation de son bras gauche au creux de son coude. Un palliatif peu orthodoxe à l’absence de sa main gauche, mais qui lui permettait dans les faits de manier ses deux lames de concert, et ce de façon particulièrement imprévisible. L’air déterminé, le Nomura avançait contre un ennemi invisible, parant et attaquant continuellement, avant de changer à nouveau de posture en envoyant le manche de sa lame courte entre ses dents pour reprendre en main son katana. Son corps tout entier bondit alors au-dessus du sol dans un salto étendu et vrillé. Les deux lames, momentanément, se mirent à virevolter à ses côtés dans un ballet mortel, sa main unique se saisissant dans la foulée de son arc long dans lequel il empenna une flèche. Mais alors que ses doigts relâchait le projectile, il l’aperçut.

Là, sur son flanc droit, la lame de son wakizashi qui sortait de sa trajectoire normalement maîtrisée, menaçant de l’éborgner.

Le bretteur manchot réagit alors à l’instinct et au plus pressé, frappant la lame courte avec le corps de son arc en allant se réceptionner au plus vite sur le sol tout en récupérant le contrôle de son sabre. Un soupir de profond soulagement s’échappa de sa bouche… avant qu’il ne voit sa lame courte loin, très loin dans le ciel, et qui fonçait par-delà un relief menant sans doute à un autre plateau plus éloigné.

« Merde… ! »

Sans perdre un instant, Ieyasu fonça en direction du point de chute supposé de son wakizashi, maudissant sa maladresse. Mais alors qu’il franchissait le seuil naturel qu séparait deux zones d’entraînement différentes, sa gorge se noua en voyant son arme plantée au sol, non loin d’une silhouette menue et efféminée. Confus, il se précipita dans sa direction.

« Gomen, gomen.. ! »


@Jiki Masami


Dernière édition par Nomura Ieyasu le Sam 19 Fév 2022 - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Jiki Masami
Jiki Masami

Danse Lames [Masami] Empty
Ven 18 Fév 2022 - 11:57

Masami n'arrêtait jamais le combat, un combat contre l'adversité, contre une cause impossible. Elle cherchait toujours à être plus forte comme si sa vie ne tenait qu'à un fil. Ce qui n'était pas nécessairement faux, vu à qui voir à quoi elle désirait s'attaquer. La Jiki éprit de haine devait détruire ce système corrompu, qui avait offert suffisamment de preuves de sa noirceur. Elle avait vu de ses yeux plusieurs cas édifiant, et à part renforcer ses convictions, cela ne l'avait pas du tout ébranlée. Manquant de force, continuellement insatisfaite, l'adolescente devait développer son pouvoir encore et toujours. Elle en venait de sa survie elle-même, car elle ne pourrait bafouer l'épreuve imposée à sa propre vie, la véritable justice. Comme ceux qui en était normalement chargés avaient noyés ce fragile enfant dans l'eau, il lui fallait une force incommensurable afin d'imposer comme Tôsen ses convictions.

Masami ne supportait pas la faiblesse, la fainéantise et l'oisiveté, ce qui débordaient de toute part dans le monde extérieur. Comme à chaque moment de libre, elle s'entraînait comme une acharnée. En haut des montagnes, dans les hauts plateaux, elle s'était isolée pour ne pas être vu. La moindre personne pouvait se montrer une source d'ennuis. Aucun ne devait être au courant de ses capacités, de ses forces et de ses faiblesses. La pseudo genin réservait certains trucs à son grand final qui scellerait son sombre destin. Il fallait que ce soit flamboyant afin que l'on ne oublie jamais pourquoi elle se serait sacrifiée. Elle n'était pas aussi folle à croire qu'elle réussirait, cependant, elle n'avait pas le choix. Les règles moraux qu'elle avait appris à Wasure no Kuni guidaient son destin.

Toute à sa concentration, Masami perçut l'arrivée d'un projectile proche de sa position. Une attaque ? Cela tombait bien, elle était en plein entraînement. Sa longue chevelure châtain flottant comme si la gravité n'avait plus cours, de nombreux objets, morceaux de bois et armes comme projectiles flottaient autour d'elle. Cet état lui était apparu lors d'un grand énervement, et si jamais la plupart pourrait en avoir peur, elle en avait eu une illumination, un potentiel encore plus grand, car jamais elle ne devait s'arrêter sous peine d'en mourir. Avançant une main sur la garde du wakizashi, la Jiki magnétisa le sabre qui débuta son flottement aléatoire. Un homme fit son apparition et semblait s'excuser de son geste. Ce n'était pas une attaque alors ? Elle croisa les bras en le regardant dans les yeux.

Jiki Masami • « Qu'est-ce que tu fiches ici ? C'est à toi ce jouet ? »

Déclara Masami en pointant du doigt non chalante le sabre flottant. Évidemment, elle avait conscience que ce n'était pas un jouet, mais une véritable arme. Cependant, ce genre d'erreur était impardonnable pour un professionnel.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Danse Lames [Masami] Empty
Sam 19 Fév 2022 - 13:03
La toute jeune femme, qui devait certainement avoir autour du même âge que le Nomura à en juger par sa stature, affichait malgré tout les mêmes traits émaciés et tirés que celui-ci arborait également. Des marques indélébiles de lutte, de tension et de rigueur qui ne trompaient pas, et qui s’avéraient plutôt courantes parmi celles et ceux qui travaillaient certainement comme elle pour une institution militaire. Ieyasu se souvint avoir vu des visages similaires, tout au long de son périple, à Urahi d’abord, puis à Tsume et enfin ici, à Iwa. La vie semblait-il marquait différemment les gens qui se trouvaient pris dans les conflits, dans tous ces combats mortels aux causes aussi diverses que justifiées par leurs acteurs. Ce n’était pas la vie que voulait le bretteur manchot, pour lui comme pour les siens, mais le pas qu’il avait fait dans ce monde, il ne pourrait malgré tout plus jamais l’en retirer, devrait composer avec toutes les armes à sa disposition pour pouvoir défendre ce qui lui tenait vraiment le plus à coeur.

Instinctivement, le Nomura s’était excusé platement en approchant de l’adolescente, gêné et anxieux de voir quelle réaction celle-ci allait adopter face à l’irruption aussi intempestive que dangereuse de son wakizashi. Ce qu’il vit toutefois lui fit ralentir l’allure et écarquiller les yeux, ses pas se faisant plus hésitants et moins amples tandis que son regard se posait sur son arme. Sa lame courte qui, là, dans les airs, flottait autour de la jeune femme sans raison apparente.

« Que- Whow... »

Sa petite course se mua définitivement en marche lente et méfiante, sa main unique se levant paume ouverte en signe d’apaisement en direction de la kunoichi de la Roche qui semblait avoir « pris possession » de son wakizashi. Une capacité de plus qui défiait les lois naturelles, songea-t-il, toujours stupéfait de découvrir les prouesses que ceux qui apprenaient à manier le Chakra étaient capables de produire. Mais dans toute fascination se cachait une part de peur, et Ieyasu aurait été bien enclin à confesser la sienne à la vue de sa lame hors de son contrôle.

« Excusez-moi, vraiment, c’était… un accident. Je suis venu ici pour m’entraîner, j’ai cru comprendre… que c’était le bon endroit. »

Son regard oscilla un instant entre les traits de l’adolescente et son wakizashi avant de se fixer sur ce dernier. Bravant sa propre appréhension, le Nomura continua à s’approcher lentement, la main explicitement tendue vers la position approximative de sa lame.

« Je m’appelle Ieyasu, Nomura Ieyasu, je suis de passage dans votre cité avant de rentrer chez moi, à Tetsu. Je ne veux pas créer de problème, je vous assure, et ceci... »

Il s’approcha davantage, tendu mais avec tout juste assez d’aplomb et de volonté pour ne pas perdre de vue le manche de sa lame. Manche vers lequel il tenta, lentement et explicitement, de porter la main pour le récupérer.

« ...Ceci n’est pas un jouet. C’était…. l’arme de mon père. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892
Jiki Masami
Jiki Masami

Danse Lames [Masami] Empty
Mar 22 Fév 2022 - 18:21
Masami n'avait clairement pas la posture et les réactions d'une personne faible ou dominée. Elle était une prédatrice, c'était le genre de personnes sur qui compter. Du moins, c'était le message qui était envoyé par ses signaux corporels. Des mains calleuses par les efforts, un corps recouvert de cicatrices et de blessures, ce n'était clairement pas une littéraire. L'adolescente était capable de ressentir la présence d'un combat et de sa force rien qu'à son regard, de ceux qui en avaient trop vu et ce peu importe l'âge. Les années n'avaient rien à voir dans cette affaire, malheureusement, elle en était l'excellent exemple. Cependant, le fait que ce jeune homme avait perdu son armé et également son bras, ne lui donnaient que de raisons de se sentir plus puissante sur le coup. La Jiki ne se gênait pas pour regarder ostensiblement cet absence de bras. Elle n'avait guère eu la même éducation, et elle se demanda l'espace d'un instant, comment on pouvait l'échanger contre la survie. Elle en serait sûrement capable, si jamais elle avait épuisé toutes les autres possibilités.

S'excuser, voilà encore une autre preuve de faiblesse dans le code de vie de l'ancienne prisonnière de Wasure no Kuni. Ce n'était pas elle qui irait faire cela, montrer sciemment qu'elle avait fait une erreur. Elle sourit légèrement face à la réaction ébahis de son interlocuteur.

Jiki Masami • « Quoi ? Tu n'as jamais vu ça et tu demandes comment ce prodige est possible ? Je te rassure, il n'y a rien de magique et ton arme n'est pas cassée. Elle est simplement sous mon contrôle. Ceux capable de faire ça se compte sur les doigts d'une main. »

Commenta simplement sans expliquer cependant le phénomène qui se déroulait sur l'arme du pauvre samouraï démuni. Masami ne changea pas de position en le laisser s'approcher et le voir paniqué, même si c'était peut-être un mot trop fort. Elle sourit légèrement, et d'une simple pichenette de son index, elle envoya le wakizashi flotté davantage dans la direction de son propriétaire. Le reste des divers objets continuaient leur lente dérive dans l'espace entourant l'adolescente.

Jiki Masami • « Tu es au bon endroit pour t'entraîner. Cependant, généralement, il n'y a personne vient ici, ils sont plus loin. Pour moi, l'entraînement est assez personnel. »

Au bout d'un moment, l'arme semblait perdre un peu de sa capacité à défier la logique physique connue. Lorsque le bretteur osa enfin prendre son arme en main, il n'y eut aucune résistance et pu en disposer à loisir. Il ne ressentit rien de particulier, pas même un picotements, à moins que cela vienne de sa propre crainte.

Jiki Masami • « Tu peux m'appeler Masami, je suis plus ou moins de passage à Iwa. Enfin, tout ça pour dire que je ne suis pas chez moi ici. Je suis peut-être chez moi nul part d'ailleurs ... Enfin peu importe. Tetsu no Kuni hein ? Ouais, je connais un peu. »

La Jiki ne précisa évidemment pas les circonstances de son passage dans son pays. C'était confidentiel vu la teneur de la mission, et sans doute aurait-il pu être dans des camps opposés. Il n'était donc pas bénéficiaire de lui confier gratuitement ce type d'information.

Jiki Masami • « Si tu avais été un problème, je t'assure, tu le saurais déjà. »

Rassura alors Masami tout en le mettant en garde. Elle n'était plus le genre de filles à se laisser marcher sur les pieds, ni même les ongles, ni maintenant ni jamais plus.

Jiki Masami • « l'arme de ton géniteur hein ? Et donc ? C'est quelque chose d'important j'imagine ? Je n'ai jamais connu ceux qui m'ont conçu et leurs sorts m'indiffère totalement. »

Cela faisait bien longtemps que l'ancienne prisonnière de Wasure no Kuni avait fait le deuil de cette situation. Elle s'en moquait éperdument. Elle n'attendait d'aide de personnes et ces gens qui avait forniqués un jour ensemble autant que les autres. C'était tout à fait naturellement qu'elle lui avait répondu sur ce ton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 https://www.ascentofshinobi.com/u467
Nomura Ieyasu
Nomura Ieyasu

Danse Lames [Masami] Empty
Dim 4 Sep 2022 - 11:02
« Et bien… A supposer que les merveilles du Chakra n’ont rien de magique, alors oui, effectivement, c’est… tout à fait ordinaire, j’imagine, répondit timidement le Nomura. N’en reste pas moins… que c’est impressionnant. Et surprenant. »

Ieyasu prenait sur lui pour garder son calme intact, en dépit de l’apparence particulièrement abrasive que l’adolescente face à lui laissait apparaître. La toute jeune femme, en effet, en avait visiblement vu de belles malgré son âge apparent, mais plutôt que de susciter la peur chez le bretteur originaire de Tetsu, c’est le respect et juste ce qu’il fallait de méfiance qui prirent place dans son esprit. Le jeune samouraï avait évolué de façon drastique, depuis ses déboires dans les Ruines de Shîto, et son mental avait subi des transformations qu’il n’aurait alors pas été en mesure de prévoir. Cette aventure dans laquelle il s’était lancé, ce petit tour du monde en quête d’argent s’était mué en quête initiatique, une quête dont il avait payé les prémisses au prix fort. Aujourd’hui, toutefois, Ieyasu se trouvait capable de mieux aborder les situations comme celle-ci, avec le calme et la sérénité d’un samouraï aguerri.

« Masami-san… Enchanté. Je suis… désolé d’apprendre que tu n’as pas vraiment de foyer, dit-il en reprenant posément possession de sa lame sans le moindre geste brusque. J’ai quitté le mien il y a déjà si longtemps maintenant… Pour essayer d’aller gagner de l’argent, nous sortir définitivement de la misère, tu vois. Enfin, c’était pour ça que j’étais parti, en tout cas. »

Le franc parler de la dénommée Masami, en dépit du recul dont était à présent capable de faire preuve le Nomura, eut malgré tout un certain impact sur ce dernier. Le détachement total dont semblait faire preuve l’adolescente vis-a-vis de toute attache familiale était perturbant, et il ne pouvait que spéculer sur les raisons qui avaient pu mener une personne qui avait son âge à adopter cet état d’esprit. Se rappelant les récits de Shinrin Hanzo, sur la colline du Pays de la Griffe, Ieyasu se remémora cependant à quel point ce monde dans lequel il évoluait, que cela lui plaise ou non, était empli de terreurs insondables et de personnes à la volonté assez ferme pour les combattre à n’importe quel prix… ou pour en faire germer de nouvelles. Le jeune bretteur avait la chance, se dit-il à lui-même, d’avoir pour lui une force plus grande, une dextérité supérieure au commun du Yuukan, qui l’avaient aidé, l’aideraient à surmonter les obstacles qui pourraient se dresser entre lui, sa famille et une vie un tant soit peu paisible.

« Pour moi… oui, c’est important. Il est mort au milieu de beaucoup d’autres soldats, de l’armée de Taira Fugaku. Cette lame.. il a pris sur lui de la manier pour une cause qui le dépassait, juste pour toucher la pension qui permettrait à notre famille de subsister. Elle est comme un flambeau.. que je dois reprendre. Garder allumé, vivace. »

Le regard du Nomura passa du wakizashi aux prunelles de la kunoichi, dures et impitoyables.

« ...Je suis désolé. Que tu n’aies jamais pu connaître tes parents, je veux dire. Tu as… Ton passé a l’air… difficile. On fait tous ce qu’on peut, pour s’en sortir au mieux. Chaque jour, j’essaye de devenir meilleur bretteur, meilleur tireur, pour être sûr de pouvoir protéger les miens. Quand je serai rentré chez moi… je m’assurerai qu’aucun malheur ne leur arrive. Je les protégerai de ce monde. »

Les yeux d’Ieyasu passèrent sur les armes de jet diverses qui virevoltaient toujours autours de cette Masami, intrigué et intéressé à présent.

« Peut-être… que tu pourrais m’aider ? A… devenir meilleur ? »



@Jiki Masami
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9183-terminee-nomura-ieyasu https://www.ascentofshinobi.com/u892

Danse Lames [Masami]

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Danse avec les os
» Danse sous les étoiles | PV Yuki Eiichiro
» La danse des cristaux [I. Rika]
» La danse règne sur le bois blanc
» La danse de la loutre furtive ! [PV => Asayo Shinju ]

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: