Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles

Narrateur
Narrateur

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Jeu 31 Mar 2022 - 21:37
Précédemment

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles MwaLfxs
Otohime no Kikoe-ōgimi 乙姫の聞得大君
Grande Prêtresse du culte de Ryūjin - Gouverneur de Buntan

De ses yeux à l'éclat perlé, la Prêtresse de Buntan scrutait attentivement l'imposante bâtisse qui lui faisait face. En rien ses proportions n'égalaient celles du château d'Ukiyama. Mais il se dégageait quelque chose d'ancestral, de vénérable, dans cet édifice de pierre. En apposant sa main sur la paroi extérieure de ce temple antédiluvien, la jeune cheffe de culte sentait à travers l'humidité le poids des âges de ce monument. Véritable témoin de l'histoire profonde de l'Archipel, Otohime réalisait plus que jamais que ce lieu serait une fois de plus le théâtre de quelque évènement crucial pour l'avenir de Mizu no kuni.

Elle hésita à entrer la première dans l'enceinte de la bâtisse. Elle songea à sa première entrevue avec le Daimyō, fructueuse, au discours qu'elle pouvait prononcer en sa présence lorsque tout démarrera. Ses servantes, plus en retrait, surveillaient solennellement la rencontre. Otohime prenait le temps de prendre la mesure de l'ampleur de l'évènement. Mais elle fut soudainement interpellée par une voix familière.

« Ma chère Shinju, comme je suis heureux de te revoir, après toutes ces années ! »

Otohime no Kikoe-ōgimi se retourna, non sans la grâce aquatique qui la caractérisait. Un léger sourire étira ses fines lèvres, tandis qu'elle reconnaissait la silhouette chaleureuse et tout aussi éminente de son aîné entouré de quelques bretteurs.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles VBsRdeX
Osagawa Goiichi dit "Kokuō" 穀王
Maître du Grain - Gouverneur d'Obon

« Par tous les flots de Mizu no Kuni… Osagawa-san ! C'est un plaisir de vous retrouver également, malgré le contexte tumultueux. Mais de grâce, il y a des années que j'ai abandonné ce prénom, depuis que Ryūjin-sama m'a montré la voie.
Ohoh… désolé mon enfant. Les habitudes ont la vie dure. Comment s'est passé ton voyage depuis Buntan ?
La traversée du domaine de Ryūjin fut bousculée par quelques bandits des mers, mais par chance, j'ai pu compter sur le soutien de renforts de la Brume. Trois âmes à l'eau précieuse sans qui je ne serai pas ici, et qu-
Tiens donc, la gamine et le vieux ! On a connu plus imposant comme accueil pour un Conseil Insulaire ! »

Une nouvelle voix, plus désagréable que les précédentes, s'éleva à nouveau dans la cour centrale du domaine d'Ukiyama. Celle d'un énergumène à l'accoutrement rutilant, ajustant sa barbiche entourés de deux badauds lourdement armés. Le troisième gouverneur ricanait légèrement.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles 30dGut9
Sarushima Kanzaburō dit "Kokkomori" 国庫守
Gardien du Trésor - Gouverneur de Hakari

« Sarushima-san ! tempêta avec retenue la Prêtresse.
Tu n'as décidément pas perdu de ta verve légendaire…
Eh oui, même par les temps qui courent, hinhin.
Hé bien, alors, comment vont les affaires sur Hakari, Kanzaburō-san ? »

Le gouverneur de Hakari se figea soudainement, hésitant à répondre. Son faciès simiesque s'assombrit, et alors Osagawa comprit sans mot.

Les trois chefs discutèrent brièvement, avant d'être rejoint par une nouvelle présence. Malgré l'attirail étincelant de sa garde prestigieuse, le Gouverneur surplombait bien la petite assemblée. Son port altier le caractérisait immédiatement du reste de ses camarades. L'homme d'un âge certain salua selon l'usage le groupe, non sans adresser un regard dédaigneux à l'égard de son homologue d'Aato.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles IrAnzXE
Murakami Yoshihito dit "Kanjōbugyō" 勘定奉行
Grand Argentier - Gouverneur d'Aato

« Mes hommages, confrères Shimazuryōs*. Otohime-san, je ne puis vous remercier suffisamment d'avoir pris l'initiative de convoquer le Conseil Insulaire. Malgré votre jeune âge, vous avez pris la bonne décision. Il était temps… bien que je me serai passé d'en arriver à de telles mesures, et surtout de croiser le visage de ce Singe en costume.
Oh oui. Cela fait longtemps que nous n'avons pas eu l'occasion de nous réunir. A vrai dire, je crois bien que c'est la première fois. Et Dieu sait que j'ai vu de nombreuses générations de Gouverneurs se succéder à cette table…
… Vous n'êtes pas obligé de rappeler à chaque fois que vous êtes le vieux crouton de la bande, Ogasawa-san.
Sarushima-san ! Un chakra étrange abondait depuis le corps d'Otohime. Mais avant que cet amas d'énergie ne s'assemble sous la forme d'un raz-de-marée, le Maître du Grain apposa une main sur l'épaule de la Prêtresse.
Ohoh, ce n'est rien, allons. Il y a des urgences plus préoccupantes qui méritent davantage notre attention. A présent, si vous le voulez bien, entrons. »

Les quatre Gouverneurs abandonnèrent finalement leurs escortes respectives. Chacun entra de manière presque cérémonielle dans l'enceinte de la salle de réunion. La pièce était impressionnante. Dans l'ombre de la pierre, impossible d'évaluer sur quelle hauteur s'élevait l'édifice. Autour d'une table ronde à la surface parfaitement polie, un total de neuf sièges sculptés dans la pierre et ornés d'une imposante perle bleutée. Neuf, comme autant d'îles qui constituaient l'Archipel de l'Eau.

Tour à tour, chacun des Gouverneurs prit place sur le siège qui lui était dû. Murakami Yoshihito commença à prendre place avec la prestance qui incombait à son rang. L'aristocrate, au contraire de ses comparses, demeura debout, les mains apposées sur cette table qui avait traversé les siècles. On eût dit le maître des lieux, tant son aura s'imposait naturellement dans toute l'assemblée.

« Confrères Gouverneurs, vous n'avez pas attendu d'être réunis issus, par l'initiative salutaire d'Otohime-san, pour prendre la mesure de la situation de notre Archipel. Chacun d'entre vous porte en lui, en sa qualité de Shimazuryō, le poids du mal qui pèse sur son île. Aujourd'hui, j'attends de chacun d'entre nous de faire honneur à la Salle du Conseil Insulaire, et à nos prédécesseurs qui l'ont occupée de génération en génération, afin de prendre les décisions qui s'imposent. Car aujourd'hui, il est temps que les Gouverneurs de Mizu no Kuni se réunissent… »

Son visage se releva, ses yeux d'acier confrontant le véritable maître des lieux qui venait d'arriver.

… afin d'empêcher que le chaos ne l'emporte sur l'ordre de l'Archipel. »

* Shimazuryō (島受領) : Gouverneur insulaire
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Shingen
Naragasa Shingen

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Jeu 7 Avr 2022 - 16:30
Était-ce un mauvais présage ? L’homme le plus puissant de l’Archipel connaissait bien trop ses semblables pour savoir qu’un rassemblement des Gouverneurs ne relevait pas d’une simple envie de discuter de l’avenir du pays. Si une rencontre en face à face avait lieu, c’était que l’heure était grave. Habituellement, chacun préférait vaquer à la gestion de son territoire et les échanges de messages par courrier ou par émissaire étaient bien suffisants. Mais dès que Naragasa Shingen sut qu’un conseil des neuf perles était demandé dans son palais, il comprit l’importance de l’inquiétude qui rongeait certains de ses confrères et consoeurs.

Depuis quelque temps, le Daimyô ne pouvait que constater les menaces grandissantes qui tournaient autour de l’Archipel telles des requins prêts à foncer sur la première proie qui tomberait à l’eau. Et si c’était lui la première victime ? Son propre domaine, pourtant l’un des plus sécurisés de Mizu, venait de se faire cambrioler, en pleine nuit. Usant de ruse, des intrus avaient réussi à pénétrer la salle des archives pour subtiliser des documents secrets. Les ennemis de la nation ne semblaient plus effrayés par la puissance militaire réputée de l’Eau. Des premières mesures venaient d’être mises en place au sein même de Kiri pour redoubler d’efforts contre cette perdition. Un renfort des effectifs des unités spéciales, une réorganisation des troupes et même le déploiement de la Kenpei sur tout l’Archipel. Cependant, ces dispositions ne restauraient pas assez la confiance récemment perdue chez les Gouverneurs. Le Naragasa avait entendu de nombreuses rumeurs sur les préoccupations de chaque île, du manque de main d'œuvre au manque de nourriture. Les assauts de Sanbi couplés à l’insécurité permanente imposée par l’Homme au chapeau ouvraient la porte à un climat instable. Le pays de l’Eau ne pouvait laisser une potentielle vague de pauvreté venir percuter ses côtes sans tenter de réagir.

Ainsi, le dirigeant de la nation se joint aux autres décideurs dans la Salle du Conseil Insulaire. L’homme prit le temps de saluer personnellement chaque gouverneur. Un moyen de rappeler son rôle de chef de troupe. Prenant place sur son siège attitré, il écouta l’introduction du patriarche de l’assemblée. Yoshihito était un gouverneur expérimenté qui savait manier l’art de la rhétorique à la diplomatie. Puis, alors que les senteurs florales du thé amené par les domestiques participaient à mettre les acteurs dans une atmosphère chaleureuse propice aux échanges, Naragasa Shingen prit à son tour la parole.

La voix grave du Daimyô était attendue, car à la fin du Conseil insulaire, il devra prendre des décisions fortes.

- Je vous remercie pour cette entrée en matière, Yoshihito. Un Conseil insulaire ne se convoque pas à la légère et nous sommes ici pour exprimer nos inquiétudes afin d’en tirer des conclusions. De ces échanges, naîtront des actions qui affecteront profondément Mizu no Kuni. J’ai moi-même pu constater une hausse des velléités à l’égard de mon pouvoir, allant même jusqu’au passage à l’acte. Dit-il en serrant le poing. Comme vous le savez, l’Administrateur mis en place à Kiri, en accord avec le Mizukage, vient déjà de prendre un ensemble de mesures visant à renforcer la sécurité de nos îles. Mais si vous êtes présents aujourd’hui, c’est pour exposer vos problèmes plus en profondeur et trouver des solutions. La parole est à vous. Finit-il en montrant la paume de ses mains afin de désigner les autres individus.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Dim 1 Mai 2022 - 19:15
A l'arrivée de sa majesté Naragasa Shingen, la maigre assemblée observa un moment de pause pour se prosterner devant leur supérieur. Chacun adressa une courbette dans la plus pure tradition protocolaire qui incombait aux participants du Conseil insulaire. Au-delà du respect de l'étiquette ancestrale qui codifiait chaque réunion dans cette salle antédiluvienne, chaque gouverneur ici présent cernait toute l'importance que représentait le Daimyō de Mizu. Aussi bien pour la jeune Otohime que pour le vénérable Goiichi, en passant par le sarcastique Sarushima, tout un chacun exprimait un profond respect pour la position de celui qui les conduisait à occuper un poste aussi crucial au sein de l'Archipel de Mizu.

Alors naturellement, lorsque Naragasa Shingen évoqua avant même le début des hostilités les mesures mises en place afin d'endiguer la crise que traversait le Pays, chacun se réserva le droit de ronger son frein en affichant un visage aussi neutre et respectueux que possible.

Malgré son jeune âge, Otohime étant à l'origine de l'organisation de ce sommet, elle fut conviée à s'exprimer la première. La Prêtresse de Buntan remercia solennellement son maître, avant de prendre son temps. De ses pupilles blanchâtres, elle discernait les quelques sièges vacants, qui l'empêchait de véritablement prendre la parole. Ce fut sans compter l'intervention remarquée d'un nouvel arrivant. A ses côtés, une poignée d'hommes, tous des gladiateurs. Il n'y avait aucun doute quant à l'identité de ce personnage qui suscita instinctivement l'aversion de ses comparses.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles XBoNPRZ
Hisayaki Fukuda dit "Tōgijō no Chō" 闘技場の長
Chef des Arènes - Gouverneur d'Asosan

« J'arrive au bon moment, on dirait. Mes excuses, Naragasa-san, vous autres. Les routes maritimes ne sont plus aussi sûres qu'autrefois. Vous me pardonnerez la présence de ma garde à ce conseil des Shimazuryōs, hm ? La sécurité passe avant tout. »

Fukuda salua sommairement l'assemblée, puis prit place comme si de rien n'était, tasse de thé en main. Il fut aussitôt réprimandé par ses camarades. D'abord foudroyé de multiples regards désapprobateurs, avant que la figure d'autorité que se voulait être Yoshihito ne manifeste oralement les inquiétudes de chacun.

« Hisayaki-san ! Avec tout le respect que je vous dois, je me dois de vous rappeler que vous êtes en présence de sa majesté le Daimyō, et qu'il mérite le respect qu'il incombe au souverain de notre Archipel, ainsi qu'au maître de ce conseil insulaire. Qui plus est, je vous demanderai, au nom des Shimazuryōs ici présents, de faire retirer vos gardes de cette enceinte sacrée. De tout temps, nous nous sommes engagés, comme nos prédécesseurs, à maintenir cette salle exempte de tout soldat, qu'importe si l'Archipel traversait des périodes de trouble comme de paix.
Eh bien, les temps changent, Murakami. Tout le monde à cette table en a bien conscience. Et si je ne m'abuse, à cette table, nous sommes tous des représentants du pouvoir du Seigneur de l'Eau sur chaque île de l'archipel. Alors, en ma qualité de représentant du pouvoir du Daimyō, par mesure de sécurité, je désire avoir ma garde à mes côtés pour ce conseil.
Dans ce cas, vous n'y verrez aucun inconvénient si je ramène mes hommes à la réunion pour s'assurer qu'elle ne dégénère pas ? »

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Zmn3jWG
Reizei Ama dit "Mizu no Teitoku" 水の提督
Amiral de Mizu - Gouverneur de Kaiba

A son tour débarqua une nouvelle représentant de l'autorité de Naragasa Shingen. C'était une femme, grande, bien plus grande que tous ceux présents à la réunion. Elle adressa respectueusement des salutations auprès du Seigneur de l'Eau, avant de faire de même auprès de ses comparses. A ses côtés, plusieurs pirates l'accompagnaient, la main posée sur leur sabre. L'ancienne corsaire batailla de l'œillade son homologue d'Asosan. Malgré son visage glacial, ses yeux sombres détonnaient de rage comme une fournée de coups de canon.

« Après tout, nous sommes en droit de nous méfier d'un ancien yakuza, je me trompe ?
C'est petit, ça, objecta le concerné. Surtout venant de la part d'une flibustière. »

La salle du conseil n'était guère prévue pour recevoir plus de monde qu'il n'en fallait pour convoquer les Gouverneurs et le Daimyō. Dès lors, il devint difficilement supportable d'accueillir les gladiateurs et les pirates, armés, parmi leurs maîtres. Certains jouaient des épaules pour se faire une place, quitte à agacer volontairement les gardes qu'ils rencontraient sur leur passage. La tension devint électrique.

« Allons, allons ! Nous sommes ici dans l'enceinte de la demeure du seigneur de l'Eau, Shingen Naragasa-sama. Quand bien même il est vrai que certaines rumeurs courent quant à la présence de voyous ayant vandalisés ces lieux, cela ne change en rien le fait que nous sommes, Kirigakure no Sato exclu, dans l'endroit le plus sûr de l'Archipel. Reizei-san, Hisayaki-san, ne trouvez-vous pas que cette mise en scène est un peu exagérée, surtout en présence du Daimyō ? Nous sommes mandatés, oui, pour représenter le pouvoir du Daimyō sur chaque île de Mizu, mais ici, nous devons incarner l'unité de notre Archipel. Si nous commençons à nous quereller ainsi, et offrir une triste image de nous-même, quel visage montrons-nous aux sujets de Mizu ? »

L'ancienne pirate et le vieil oyabun soupirèrent un temps, avant de renvoyer leur garde à l'extérieur. Ils s'évitèrent mutuellement du regard pour le reste de la réunion.

« Vous avez raison, Osagawara-san. Naragasa-sama, toutes mes excuses pour ce piètre spectacle. Ce n'était pas digne de la représente des forces navales de l'Archipel. »

La tension redescendait d'un cran, et la salle se vidait de ses occupants armés. Le Grand Argentier porta son dévolu sur le huitième siège, auparavant vacant, de l'assemblée. Le regard de ses semblables convergea tour à tour, à la grande surprise générale.

« Je ne vous avais pas vu arriver, Yamamori-san.
Oh… je ne voulais pas faire plus de grabuge, haha… Bonjour à tous, bonjour seigneur Naragasa. »

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles MrGLSfr
Yamamori Inari dit "Tondenhei Taishō" 屯田兵大将
Capitaine des soldats défricheurs - Gouverneur d'Uka

« C'est tout à votre honneur, Yamamori-san. J'espère que l'installation sur l'île d'Uka se porte bien.
Merci, Osagawara-san. Je crois que la jeune Otohime devait prendre la parole avant que je n'arrive, c'est ça ? »

La concernée opina du chef, remerciant le maître d'Uka de recentrer la discussion sur l'essentiel. Chacun vint finir de se préparer, écrits, notes et thé disposés habilement face à lui sur la table de pierre. Sous le regard approbateur du vénérable Osagawara, de l'avisé Murakami, et du Daimyō en personne, la responsable de l'île occidentale de Buntan se leva, et s'apprêta à prendre la parole. Difficile en cet instant pour elle de conserver cette élégance surnaturelle de sirène, mais une prière discrète adressée à Ryūjin lui permet de retrouver cette assurance aquatique qui la caractérisait.

« Yamamori-san, merci à vous. Et seigneur Naragasa, je vous remercie de nous permettre de nous réunir aujourd'hui. Que Ryūjin, Gardien des Océans, veille sur vous. »

Un unique siège demeurait vide. Le neuvième, et dernier. Celui de l'île d'Ue.
Le Conseil insulaire débuta en dépit de ce fait.

« Confrères Shimazuryōs, l'archipel des neuf perles est en danger. Si ce Conseil Insulaire a été convoqué, c'est car chacun d'entre nous est menacé, d'une manière ou d'une autre, par quelque fléau qui affecte la prospérité des sujets de l'Archipel.

Si j'ai souhaité nous réunir, grâce au concours des ninjas de Kiri, c'est car les eaux pures de Buntan sont en péril. De tout temps, les marchands, voyageurs et pèlerins fréquentent les ports de l'île après, ou avant une longue traversée entre l'Archipel et le Continent. Chaque navire venait être béni de la grâce de Ryūjin-sama pour s'assurer un voyage paisible. Les uns stockaient leurs marchandises dans les cales nos ports, les autres se recueillaient dans les temples du Dieu-Dragon, quand enfin certains faisaient vivre les habitants d'île de leur artisanat.

Mais le vent a tourné plus d'une fois. D'abord quand la guerre s'est invité au sein de la Brume à de multiples reprises, avec l'attaque des Hyōsa, du Collectif, le coup d'Etat des Hokkyokusei… Puis que l'Homme au Chapeau a semé la terreur dans tout le Yuukan, en relâchant des malfrats de Wasure, puis le Démon de l'Eau. La confiance entre les voyageurs et Buntan s'est ébranlée. Les écharpes de brume qui couvraient le matin les côtes de notre si belle île n'incarnaient plus la promesse d'une excursion mystique au sein du domaine de Ryūjin, mais l'angoisse d'une menace permanente, semblable au brouillard vicié qui hante en permanence les côtes de Wasure.

Le courant de la foi s'est tari dans le cœur des fidèles. Ils ne savent plus quoi croire. Un Homme leur fait miroiter la promesse d'un âge incertain. Un monstre libère sa colère sur notre Archipel, travestissant les traits de notre Dieu. La foi de l'Eau cède à la crainte.

Seigneur Naragasa, si aujourd'hui j'ai traversé la mer pour vous rencontrer, c'est pour vous partager le nouveau quotidien des fidèles de Buntan. Les cales et les panses se vident de paire. Les esprits s'épuisent. Nous manquons cruellement de moyens, si bien que le Sanctuaire de Ryūjin a perdu de sa superbe entre donations et vols à répétition. Je… j'ai été témoin du pire. De jeunes gens qui aident leur famille, quitte à ternir l'eau de leur âme. Ils deviennent des bandits de grand chemin, parfois vont jusqu'à monnayer leur vertu pour survivre.

Seigneur Naragasa, au nom des fidèles de Buntan, si je viens à vous aujourd'hui, c'est pour que cesse cette misère. Pour ces enfants, ces familles, il est temps que l'Archipel fasse quelque chose. Au nom de Ryūjin, qui veille sur nous, je vous conjure d'apporter une aide exceptionnelle à l'île de Buntan.
»
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Shingen
Naragasa Shingen

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Sam 7 Mai 2022 - 23:06
Le souverain observa attentivement les convives prendre place autour de lui, avant que ne s'exprime la plus jeune d'entre eux. Pour le Fossoyeur, ce Conseil Insulaire était une première. C'était surtout une épreuve, un défi pour celui qui jusqu'ici avait fui les intrigues de cour pour se réfugier sur le champ de bataille. En sa qualité de Daimyō, l'héritier des Naragasa avait une responsabilité très lourde sur ses épaules. Ce fut donc avec toute la gravité d'un homme en charge d'une dynastie et d'un pays tout entier qu'il écouta le discours de la Prêtresse de Buntan.

Pas même le parfum floral du thé qui s'évaporait à proximité ne parvint à apaiser la tension palpable du lieu. Pour l'homme de terrain qu'était Shingen, il demeurait bien plus simple d'ôter la vie d'autrui plutôt que de la préserver. Surtout lorsque ce devoir s'appliquait à l'échelle d'une nation. Le récit terrible de l'île de Buntan conté par Otohime avait de quoi inquiéter le Seigneur de l'Eau. Là encore, l'expérience du guerrier s'avérait insuffisante pour remédier au problème. L'ennemi ici n'était pas humain, pas même animal ou monstrueux. Il résultait de fléaux consécutifs à l'histoire de la nation de l'Eau, qui ne cessaient d'appauvrir les sujets de Mizu no Kuni.

À l'écoute des mots emplis d'un certain magnétisme de la Prêtresse, le Daimyô sentit tous ces mois de travail dans sa nouvelle fonction porter ses fruits. L'ancien Fossoyeur s'intéressait à différentes affaires qu'il abhorrait autrefois auprès de ses ministres. Rassemblait des dossiers sur l'état de la population, des finances, des récoltes, des forces armées, fussent-elles alliés ou ennemies. Mais quand bien même l'ancien général éprouvait sa santé pour rattraper des années d'absence aux côtés de sa famille régnante, il sentit dans cette salle que ses efforts demeuraient encore insuffisants pour prendre la pleine mesure de l'ampleur du fléau qui s'abattait sur son Archipel.

Naragasa Shingen se massa les tempes à la suite du discours d'Otohime. Un silence lourd pesa dans la salle du Conseil. Que faire ? Que dire, pour soulager dans l'immédiat la peine qui accablait le cœur de la servante de Ryūjin ? Toutes ces années, Shingen avait manqué à son devoir religieux. Difficile dès lors de jouer sur la fibre spirituelle de son interlocutrice. Difficile également de mobiliser ses talents d'orateur, pour celui accoutumé à manier les armes plutôt que les mots. Il restait encore la piste de l'histoire du pays à mobiliser, mais même là l'ancien Fossoyeur disposait de grandes lacunes pour convoquer la figure des prédécesseurs.

Shingen se leva et observa les Gouverneurs. En sa qualité de Daimyô, il s'adressa, oui, mais avec l'aura d'un général. Là où son autorité se manifestait le mieux. La situation l'imposait, et il s'exprima avec le sérieux d'un chef de guerre.

« Je vous remercie pour votre intervention, Otohime-san. Le malheur qui frappe les habitants de Buntan dépasse toutes mes attentes, et je tiens à vous exprimer toute ma solidarité et ma reconnaissance dans le combat que vous menez pour tenter au mieux de sauver les vôtres.

Mais vous conviendrez que je ne saurais fournir une réponse satisfaisante à l'heure actuelle si je me contentais uniquement de proposer quelque chose pour la seule île de Buntan. Je le vois dans votre regard à tous, Gouverneurs de l'Eau. Chacun d'entre vous à quelque chose à dire. Quelque chose à propos de vos îles respectives. Alors parlez. Parlez en toute franchise, car c'est là la fonction de ce Conseil Insulaire. Votre parole est égale en ce lieu. Exposez-moi tour à tour la situation de votre île. Alors, une fois que j'aurais une vue d'ensemble de la situation de notre Archipel tout entier, j'agirai en conséquence.
»

Le Seigneur reprit sa place, toujours avec cette intensité propre au guerrier qu'il fut autrefois. Il y aurait une bataille à mener, et ce fut dans cet état d'esprit que Shingen se motiva à entendre ses généraux l'un après l'autre pour élaborer son plan de bataille. Après un bref coup d'œil sur le neuvième siège toujours vide, son regard se porta naturellement sur le mieux disposé à prendre la parole en premier, après Otohime. Lequel ne manqua pas d'aussitôt se lever pour s'exprimer à son tour…
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Dim 8 Mai 2022 - 12:21
[Intrigue] La Crise des Neuf Perles IrAnzXE

« Seigneur Naragasa, je vous remercie de nous laisser nous exprimer librement sur le sort de nos îles respectives. Je commencerai par conséquent avec Aato. La situation est particulièrement préoccupante dans les mines que ma famille administre depuis des décennies. Des années et des années que les souterrains nous ont toujours été favorables, en nous offrant de multiples richesses. Mais ces derniers temps, nous avons trop exigés de cette richesse.

Toutes ces guerres, ces conflits, ces batailles menées par Mizu ou Kiri ont épuisé nos sous-sols. En ma qualité de Shimazuryō, je n'ai d'autres choix que d'en venir à l'évidence devant vous : nous craignons d'être prochainement à court de minerais. Nos ressources en métal, pierres précieuses, et autres dons de la terre ne seront plus aussi abondants que d'antan.

La ruine nous guette. Et nous devons agir avant qu'il ne soit trop tard. Sinon, nous serons bientôt amenés à nous défendre avec des bouts de bois et des cailloux contre je ne sais quelle nouvelle créature cet Homme au Chapeau sollicitera encore.
»

L'aristocrate arrêta son regard sombre sur son souverain, avant de reprendre sa place.
Spontanément, un nouveau Gouverneur s'exprima à son tour.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Zmn3jWG

« Je ne vous apprend rien si je vous dis que les mers sont moins sûres ces temps-ci. Avec la seconde Résonance, l'équilibre des forces a totalement été redistribué entre les différents équipages, alliés comme hostiles. Comme si ça ne suffisait pas, la destruction de la Prison Oubliée a permis à plusieurs anciens prisonniers de renforcer certains équipages pirates. Et c'est sans compter sur ces lâches de Hokkyokusei qui se sont reconvertis sitôt après la débâcle de leur chef à Kiri. Mes hommes ont de plus en plus de mal à sécuriser les routes, et moi à avoir de l'emprise sur ces nouveaux corsaires qui écument les mers.

Les chantiers navals de Kaiba en sont affectés également, mon Seigneur. Et je crains que si nous rencontrons encore des difficultés à contenir cette nouvelle vague de piraterie, cela retardera les capacités de la flotte de Mizu à se renouveler ou s'agrandir.
»

Puis un autre, encore.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles 30dGut9

« C'est aussi le boxon à Hakari, Seigneur Naragasa. Les gens ont peur de venir à Mizu no Kuni. De plus en plus de personnes, et donc de marchands, hésitent à traverser la mer pour se rendre à Hakari. Et pas uniquement à cause des attaques de pirates.

En plus de ces bandits, les évènements récents n'ont pas arrangé les choses. Nombreux sont ceux qui ont entendu l'histoire de l'apparition du Démon de l'Eau, par deux fois, sur nos terres. Jusqu'ici, les voyageurs avaient assez de courage pour braver les rumeurs sur les créatures qui peuplent l'océan. Mais maintenant… c'est une toute autre histoire, oh oui. Et entre nous, ce n'est pas bon du tout pour les affaires, mon Seigneur.
»

Et encore un autre.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles XBoNPRZ

« Je crois que je suis celui qui m'en sort le mieux parmi vous ici. Du moins, c'est ce que je croyais jusqu'à récemment. Quand cette vague d'énergie bizarre, la Résonance comme vous l'appelez, est venu frapper jusqu'à Asosan, ce fut le désordre. Mais aussi une incroyable opportunité de nouveaux combattants initiés au chakra. L'occasion idéale de réorganiser les effectifs, et de former davantage de troupes pour vos armées, Naragasa-san.

Jamais les arènes ne se sont aussi bien portées depuis lors. Mais ça, c'était avant que cet idiot d'Homme au Chapeau annonce son plan folklorique d'éradiquer le chakra. Quelle idée ! Toujours est-il que plusieurs de mes gars ont été séduit par ses balivernes, et ont mis le cap vers Tsume no Kuni. Et ici aussi, ce n'est pas bon pour les affaires. Encore moins pour vous fournir des hommes, Naragasa-san.
»

Encore un, et pas des moindres.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles VBsRdeX

« Depuis les origines du Pays de l'Eau, Obon a toujours été le grenier de l'Archipel. Nos habitants ont toujours travaillé d'arrache-pied pour cultiver la terre, et nourrir l'ensemble des sujets de l'Eau. Mais les guerres ont éprouvé nos rizières et nos champs. Les conflits ont mis à rude épreuve nos vergers et aujourd'hui, je crains qu'avec l'arrivée de réfugiés çà et là par-delà le monde, nous allons rencontrer de plus en plus de difficulté à nourrir tout le monde. Pire encore, nous commençons à manquer de bras pour fournir cet effort supplémentaire. Nos enfants sont lassés par le travail de la terre. Ils ont peur de l'insécurité qui plane sur l'Archipel. Ils veulent quitter la terre de leurs ancêtres pour rejoindre l'île de Mizu, parfois le Continent, voire le Pays des Griffes. »

Il n'en restait plus qu'un, si on se basait sur le nombre de sièges occupés.

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles MrGLSfr

« Hum… je suis sûr que le territoire d'Uka pourra vous aider, Osagawara-san. Mais nous aussi, nous manquons cruellement de bras pour défricher, déboiser et occuper l'île. Et puis… on a aussi quelques problèmes au niv-
Excusez-moi de mon retard ! »

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles UKjA69e
Umimori Hitode dit "Daishizen" 大自然
Protectrice de la Nature - Gouverneur d'Ue

Essoufflée, la toute dernière Shimazuryō débarquait de justesse avant la fin de l'intervention de ses comparses. Après quelques longues secondes, mains sur les genoux, à reprendre son souffle, elle fut finalement conviée par Naragasa Shingen à prendre place auprès des siens. La membre de la tribu des hommes-poissons se sentit profondément gênée en gagnant son siège, entourée de ces hommes et femmes qui lui étaient étrangers. Ce monde n'était pas le sien. Mais tel était le pacte qu'elle avait signé avec le Daimyō, au nom de la protection de l'île d'Ue.

Le Gouverneur d'Uka préféra ne pas en rajouter davantage. Celui d'Obon, installé aux côtés de la jeune Hitode, lui glissa quelques mots à l'oreille pour résumer factuellement l'avancement du Conseil Insulaire.

« Bonjour à tous, et encore pardon pour cette arrivée, peu digne d'un Gouverneur, je pense. Mon voyage a été retardé par un banc de raies géantes d'Ue un peu voraces… Je me prénomme Hitode de la tribu Umimori, et Naragasa Shingen m'a nommé récemment en tant que Protectrice de l'île d'Ue. Je suis désolée de ce qui se passe sur chacune de vos îles. En ce qui concerne Ue, je n'ai pas grand chose à rajouter, sinon que l'île a banalisé l'extraordinaire, alors je ne saurais vous dire ce qui va mal sur place… »

* * *

L'ensemble des Gouverneurs, y compris d'Ue, s'était exprimé face à leur monarque. Chacun attendait des réponses de la part de Naragasa Shingen. Le discours de chacun n'avait fait que renforcer l'appréhension du reste, quant à la gravité de la situation qui frappait l'Archipel tout entier. Chaque Gouverneur insulaire mesurait le danger qui guettait son île, et comment ces périls se répercutaient sur les autres perles de Mizu. La logique et le bon sens imposaient à présent une intervention de la part du Daimyō. Les regards se tournèrent vers ce dernier. Pourtant, une voix différente s'éleva parmi la petite assemblée. Son assurance, teinte de pesanteur, gommait immédiatement toute sensation d'interruption malvenue.

« Seigneur Naragasa, si je puis me permettre… Je souhaiterai prendre la parole une nouvelle fois. Car face à tous ces malheurs qui accablent les neuf Perles de Mizu, j'aimerai vous proposer… une solution pour y remédier. »
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Dim 8 Mai 2022 - 15:24
« … Le constat est sans appel, Naragasa-daimyō. Notre Archipel est principalement menacé par deux fléaux : le manque de ressources, et le manque de personnes, fussent-elles des marchands, des travailleurs ou des soldats. Depuis ces dernières années, nous avons laisser agir le Village Caché de la Brume sans garde-fou, et c'est une très bonne chose que cet Administrateur soit à présent sur place pour rappeler que l'autorité du Daimyō surpasse celle du Mizukage.

De tout temps Mizu no Kuni a été confronté à des difficultés, et notre Archipel a toujours su s'en sortir. Ici, nos ennemis ont mué, et notre lutte doit aller de paire avec les mutations de notre temps. Pour protéger notre peuple, pour restaurer la foi du Dieu-Dragon, pour assurer l'essor de Mizu, des troubles majeurs appellent à des solutions d'ampleur.

C'est pour cela, Seigneur Naragasa, que je n'ai d'autre choix que de vous proposer ce plan.
Pour que Mizu surpasse cette épreuve il nous faut… conquérir Yuki no Kuni, le Pays des Neiges.
»

L'annonce avait provoqué de vives réactions dans l'assemblée. Attaquer un pays entier ? Créer plus de violence ailleurs pour endiguer la souffrance des siens ? De multiples discussions résonnèrent dans la grandeur de la salle du Conseil Insulaire, mais avant qu'elles ne parasitent totalement l'intervention de Murakami Yoshihito, ce dernier protesta.

« De grâce, s'il vous plait ! »

Spontanément, face à l'autorité vénérable qu'incarnait l'aristocrate, les chahuts s'apaisèrent. Murakami Yoshihito poursuivit.

« Je réalise totalement la gravité de la solution que je propose. Aussi je vous invite à m'écouter jusqu'au bout. Après quoi vous serez libres de juger la pertinence de cette idée. Après tout, ici nous sommes égaux. Si votre parole équivaut à la mienne, alors je vous prie de vous laisser m'exprimer totalement avant de manifester votre droit de réponse.

Mizu no Kuni et Yuki no Kuni sont deux territoires qui partagent une histoire commune. Celles de deux terres maritimes, à l'Est du Continent. De tout temps, les sujets de l'Eau et la Neige sont entrés en contact, nouant des liens particuliers. Le clan Yuki de Kiri, dont est issu feu l'ancien Daimyō, Naragasa Kira, est un parfait exemple de cette relation particulière qui nous lie aux habitants des terres enneigées de Yuki. Il ne s'agit pas dès lors de s'en prendre à un étranger, mais bien de réunir définitivement deux membres d'une famille très ancienne.

Mais la situation actuelle dans notre Archipel ne suffit pas à justifier d'une telle conquête seulement sous le prisme de l'Histoire. Si je vous soumets aujourd'hui cette requête, je l'admets, lourde de conséquences, c'est car Yuki no Kuni pourrait être capable de répondre à nombres de nos préoccupations. Nous disposerions d'un plus grand territoire, de plus d'échanges de ressources et de main d'œuvre à notre portée. Mais si les avantages seraient multiples, je parlerai en premier lieu du cas de mon île, Aato, que je connais bien, pour vous montrer l'intérêt majeur d'amener Yuki sous la coupe de Mizu.

Grâce à plusieurs de mes connaissances, qui sont parties explorer le territoire de Yuki, j'ai pu obtenir des rapports sur la présence de plusieurs mines à l'est du Pays. Certaines rumeurs, de tribus nomades, font état de mines importantes dans l'Extrême-Orient glacé du Pays, mais rien qu'en se basant sur les rapports les plus solides, la conclusion est sans appel : si nous exploitons ces gisements inutilisés, nous serions alors en mesure de compenser la production déclinante d'Aato, et peut-être même de rebondir pour assurer à la fois à Mizu et Yuki un avenir plus serein.

Encore une fois, je partage vos inquiétudes, et je suis bien conscient des implications qu'une telle entreprise aurait sur l'Archipel. Mais il est un point que je me dois d'exposer ici pour finir. Mizu no Kuni est une des grandes puissances, sinon la plus grande, de ce monde. De tout temps, nous avons inspiré la crainte, le respect, parfois jusqu'à la peur irrationnelle. Nous ne pouvons nous permettre de sombrer dans le déclin. Il en va de notre statut hégémonique. Si nous voulons rester fort dans ce monde, pour protéger les plus faibles d'entre nous, et continuer d'inspirer et de nos protéger des autres, alors il faut parfois accepter des sacrifices.
»

Yoshihito s'arrêta un temps, pour jauger du regard les siens, avant de clore son intervention, toujours avec cet air noble et plein de sérieux qui le caractérisait.

« Le choix est vôtre, dorénavant, confrères Shimazuryōs. Libre à vous de vous exprimer. »
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
Narrateur

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Dim 8 Mai 2022 - 17:40
Le discours du Grand Argentier avait frappé les esprits comme un énorme coup de massue. Plus que l'appel au calme de Yoshihito, c'était l'impact d'une campagne d'occupation qui préoccupait les Gouverneurs, tout comme le Daimyō en personne. Comment réagir à pareille proposition ? Dans le même temps, personne d'autre, pas même Naragasa Shingen, n'avait de meilleure alternative à opposer au plan de Yoshihito. L'homme, qui jusqu'ici avait toujours entretenu la réputation d'un gouverneur respectable, avait souligné avec empoigne à la fois l'urgence, le bien-fondé et dans le même temps l'ampleur de son plan.

Difficile, très difficile d'intervenir après pareille laïus de la part du Maître des mines d'Aato. Pourtant, une première voix s'éleva pour commenter la proposition du Murakami.

« Est-ce qu'on a vraiment d'autres choix ? Je ne pense pas. Ça me demande beaucoup de l'admettre, surtout venant du vieux Murakami, mais ce plan m'a l'air d'être un moindre mal si on veut éviter que la situation ne dégénère. Et ne tourne au conflit général à Mizu no Kuni. Et personne dans cette salle ici ne souhaite en arriver là.

Et puis, pensez-y deux minutes. Dans toute affaire, il faut savoir équilibrer la balance des décisions entre risques et bénéfices. D'un côté, nous avons un vaste territoire à conquérir, disputés par de multiples clans désunis, face à une armée de renom, et qui pourra facilement être renforcée par les prestigieux ninjas de Kiri. De l'autre, nous avons de multiples ressources à sécuriser sur place, des échanges commerciaux que nous pourrons assurer au sein de notre propre territoire. En ce qui me concerne, Hakari ne pourrait que ressortir renforcée si ce plan venait à être exécuté et réussi. Sans parler de l'impact sur le renforcement de nos troupes afin de terrasser la piraterie et inspirer l'autorité en mer, je me trompe, Reizei-san ?
»

L'Amirale ne comptait pas intervenir aussi subitement, surtout de la manière imposée par Sarushima Kanzaburō.
Un peu prise au dépourvue, elle décida néanmoins de réagir, bien que timidement.

« Hum… le Singe de Hakari n'a pas tort, en effet. Si nous contrôlons l'arrière-base de Mizu, nous aurons une meilleure emprise sur les mers à l'Est. Et si nous renforçons notre flotte avec celle de Yuki, nous aurons plus de moyens pour mâter les équipages rebelles. Mais même en imaginant ça, je ne suis pas sûre… que ça soit la meilleure idée. On parle quand même de s'en prendre à un pays tout entier auparavant.
Je partage le point de vue de Reizei-san, ajouta le Gouverneur d'Obon. Nous ne pouvons pas nous octroyer le droit d'exporter nos problèmes dans un autre pays afin de sauver le nôtre. Vous faites bien de faire référence à l'histoire de notre Pays, Murakami-san, car il est bon de souligner que nous avons appris de cette dernière. Notre identité ne se résume plus dorénavant aux conflits. Et il serait dommage d'entacher ce progrès dans le sang de nos cousins. Si une solution existe du côté de Yuki no Kuni, alors elle doit se faire dans la diplomatie et l'instauration d'accords de commerce, d'entraide, et de fraternité. Je suis sûr que de cette manière, nous pourrions inciter d'honnêtes gens du Pays des Neiges à traverser la mer pour troquer la hache contre la faucille. C'est le moyen le plus-
Nous n'avons pas le temps, Oji-san. Plus le temps. Vous comprenez ? L'urgence nous impose d'agir avec des mesures fortes. Le temps que nous négocions quoique ce soit avec ces barbares de l'est, il sera déjà trop tard pour les Mizujins. Si Murakami a proposé ce ce plan, c'est car il savait que justement, nous ne pouvons plus sortir des plans sur le long du terme du chapeau. »

Le Gardien du Trésor s'était exprimé avec véhémence, inspirant la méfiance de ses comparses. Avec l'approbation du Daimyō, le Gouverneur de Hakari intervint pour tempérer celui qui soutenait ses idées, et qui ne devait en aucun cas nuire à les faire accepter parmi le reste du groupe.

« Sarushima, je te remercie d'adhérer à mon propos, mais ce n'est pas une raison pour t'exprimer de la sorte, comme un vulgaire roturier, auprès d'Ogasawara-san. En faisant de la sorte, tu jettes l'opprobre sur le noble statut de Gouverneur, et de fait, sur l'ensemble des Shimazuryōs ici présents. Vous autres, je vous en prie, exprimez-vous. Il en va de l'intérêt de Mizu no Kuni et ses habitants. »

L'instigatrice de la réunion se sentit obligée de répondre. La Prêtresse du Dieu-Dragon se racla la gorge.

« Si je ne puis qu'être certaine du bien-fondé de votre plan, Murakami-san, et de sa faculté à fédérer les cœurs des Mizujins et Yukijins au nom d'une cause commune… Mes principes m'empêchent néanmoins de cautionner une pareille entreprise. Je ne puis accepter que le sang souille la neige sacrée de Yuki no Kuni, pas plus que les eaux que nous partageons. »

Finalement, ce fut au tour du discret Yamamori de s'exprimer.

« Je suis un civil à la base, avant d'être un Gouverneur. Toutes ces histoires de guerre, de conquête… mon avis n'a guère autant de poids que vous autres tous ici présents. A ma charge, je n'ai qu'une poignée de volontaires désignés pour coloniser pacifiquement une île. Mais si je serai ravi de voir plus de bras nous rejoindre dans cet effort incroyable, je ne peux accepter que cela se fasse sous la contrainte ou par les armes. »

Murakami opina du chef au désaccord de Yamamori Inari. Puis son regard, et celui de Sarushima convergèrent de concert vers celui de l'ancien oyabun. Lequel fut forcé de rentrer dans l'arène.

« Hé bien, je partage le point de vue de Murakami-san. Ça ne profitera pas énormément à Asosan, mais je suis sûr que la conquête de Yuki no Kuni profitera à tous. Et puis, comme l'a dit Sarushima, nous n'avons rien d'autre sous la main qui puisse nous sortir de la panade rapidement. Ce serait se bercer d'illusions que de croire qu'avec des belles paroles on arrivera à convaincre en un éclair ces barbares de Yuki de nous prêter main forte. Non, nous avons besoin d'être fermes pour sauver Mizu no Kuni, comme nous l'avons toujours été. »

Un discret hochement de tête de la part du Gardien du Trésor précéda son regard fuyant celui de l'oyabun. Il ne restait plus qu'un dernier Gouverneur qui ne s'était pas prononcé. La même qui arriva en dernier au Conseil Insulaire.

« Tout ceci me dépasse… Mon poste est bien trop récent pour que je puisse me prononcer concrètement. C'est une décision à ne pas prendre à la légère et… je crains que mon expérience de pêcheuse ne soit guère utile à une telle prise de décision. Non… je ne peux pas décemment me prononcer sur ce sujet. Naragasa-daimyō, j'en appelle à votre jugement. Je ferai confiance à votre décision. Tout comme vous avez fait confiance aux Umimoris pour protéger Ue, et les récifs de l'Archipel. »

Le dit Daimyō demeurait bien calme jusqu'à présent, dans ce conseil mené finalement par le Grand Argentier. Ce dernier se tourna vers son supérieur direct, comme l'ensemble de ses confrères et consœurs, lesquels attendaient une réponse digne du Seigneur de l'Eau.

« Mon Seigneur, je vous remercie encore d'avoir eu la sagesse de nous écouter, et de me laisser exposer mon plan pour protéger l'Archipel. Maintenant, comme vous avez pu le constater, il apparait que nous sommes partagés. Nous avons besoin de votre jugement pour trancher. Nous nous remettons à votre décision, Seigneur Naragasa. »
Revenir en haut Aller en bas
Naragasa Shingen
Naragasa Shingen

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles Empty
Dim 8 Mai 2022 - 20:04
Les doigts de Naragasa Shingen pianotaient sur la table ronde de granit. Il n'y avait plus de thé aux notes florales pour apaiser un tant soit peu son humeur. L'homme, en laissant l'initiative à ses adjuvants, ne s'attendait pas à pareille situation. Il avait compris, bien avant ce Conseil, que de multiples crises touchaient l'Archipel çà et là. Mais à mesure que les Gouverneurs brossèrent le portrait d'un Archipel aux portes de la ruine, Shingen sut qu'il devait agir. Mais quand bien même l'urgence était là, que la détresse gagnait du terrain chaque seconde qui s'écoulait sans ne rien faire, la suggestion du Gouverneur de Hakari demeurait toujours une extrémité pour l'homme d'action qu'était l'ancien Fossoyeur.

Un silence impérial, propice à l'accueil du discours d'un Seigneur, planait dans la salle du Conseil Insulaire.

Tous les regards étaient braqués sur le successeur de Raonaka Ao. Jamais l'homme n'aurait imaginé que sa première grande décision en sa qualité de Seigneur de l'Eau serait de décider de la manière de sauver son Pays. Les secondes s'écoulèrent comme des heures. Impossible pour le frère de l'ancien Daimyō d'échapper à ses responsabilités. Il ne pouvait plus revenir en arrière. Shingen se remémora chaque parole énoncée par ses Gouverneurs. Il observa Hitode, discrète mais anxieuse, qu'il avait nommé il y a peu. Non pas pour ses talents d'oratrice ou de politicienne, mais pour son sens de l'action et de l'initiative. Inspiré par ce recrutement, il s'élança alors en se relevant de son siège.

« Gouverneurs, je vous remercie d'avoir exposé tour à tour la situation de votre île. J'ai maintenant bien conscience de la crise que traverse notre Archipel, et il m'est impossible de me détourner de cette vision. De ces gens qui souffrent, qui ont faim, qui craignent pour l'avenir. »

Son visage se tourna vers le Grand Argentier.

« Murakami Yoshihito, votre participation aux discussions est salutaire. Tout comme votre initiative, en proposant pareil plan. Tous ici, nous sommes conscients que cette décision, vous ne la prenez pas par passion de la guerre, mais pour l'amour de l'Archipel que nous défendons ardemment. Ce choix, il est difficile à faire. Difficile, car cela reviendrait à engager une fois encore notre Pays dans un processus de guerre. Difficile, car cela ruinerait les efforts initiés par le Village Caché de la Brume pour nouer des liens avec les clans majeurs de Yuki no Kuni. Et, au nom de feu mon frère Kira, qui souvent par le passé me contait les légendes du Pays des Neiges, cela me préoccupe tout particulièrement. »

Shingen était dos au mur. Il devait trancher. Le Seigneur de l'Eau leva les yeux au ciel. Des gravures de dragon serpentaient sur le plafond de la salle du Conseil Insulaire. Dans un ultime murmure, il convoqua avant de se lancer l'aide de Ryūjin.

« Conquérir Yuki no Kuni, ou renforcer nos liens étroits avec. Tel est le choix qui s'offre à nous. Et je ne puis me permettre de prendre ici et maintenant une décision qui engagerait l'avenir de nos soldats sans y réfléchir pleinement. Un souverain doit savoir mettre ses émotions de côté, ne pas céder à la pression de l'urgence, afin de prendre une décision rationnelle. Pour cette raison, je me retirerai dans mon Palais pour trancher en mon âme et conscience. Je vous convoquerai aussitôt que je serai prêt, afin de rendre ma décision. »

De multiples têtes se hochèrent dans l'assemblée, acquiesçant à la prudence de leur dirigeant. Mais une voix familière, peut-être trop maintenant, s'éleva à nouveau. Elle sonnait comme une protestation, mais essayait de sonner faussement comme un conseil nappé de sagesse.

« Naragasa-daimyō, avec tout le respect que je vous dois… Nous ne pouvons attendre. Je suis sûr qu'au fond de vous, l'homme de terrain que vous êtes sait qu'elle est le bon choix à faire. Nous serons là pour vous…
Il suffit, Murakami-san, coupa sèchement le Daimyō. Dois-je vous rappeler qui dirige l'Archipel, et donc cette assemblée ? Vous l'avez suffisamment fait, Gouverneur de Hakari. Tout comme vous avez suffisamment exposé la situation. Le temps n'est dorénavant plus à la discussion. Il est à la réflexion. Nous ne pouvons nous permettre d'acter l'occupation de Yuki no Kuni avec le couteau sous la gorge. Agir avec hâte, oui. Mais pas décider avec précipitation.
… vous avez raison, mon Seigneur. Je m'excuse de mon comportement. Comme il vous plaira, mon Seigneur. »

Murakami Yoshihito abaissa sa tête, et adressa dans le même geste un regard sombre, mécontent. Il eut une expression malsaine de frustration, fugace, qui n'appartenait pas à un Gouverneur. Finalement, sous l'impulsion du Daimyō, l'ensemble des huit Shimazuryōs se levèrent. Le Conseil Insulaire touchait à sa fin.

« Gouverneurs de Mizu no Kuni ! Afin que l'avenir de l'Archipel soit assuré, et que nos enfants puissent connaître des jours heureux, je m'engage à prendre le temps nécessaire pour fournir une réponse appropriée, et prompte à la crise que traverse les neuf Perles. Aussi, ma décision sera décrétée formellement à la prochaine pleine Lune. D'ici là, je m'engage à mobiliser mes troupes de réserve, et les ressources d'Ukiyama pour aider dans chacune de vos îles, en attendant mon verdict. Cela, je m'engage à le faire immédiatement après ce Conseil Insulaire.

Gouverneurs de Mizu no Kuni, merci pour votre engagement envers l'Archipel. Votre dévotion vous saura prochainement récompensée par Mizu no Kuni, soyez en assurés. Vous pouvez désormais disposer.
»

Les Shimazuryōs remercièrent solennellement le Seigneur de l'Eau, le saluèrent selon l'usage, puis quittèrent progressivement la salle du Conseil. Chacun retrouva son escorte, plus ou moins armée, et retourna en direction du port le plus proche pour repartir à son île. Naragasa Shingen, quant à lui, se dirigea vers son bureau, suspendu dans les nuages. L'homme passa de longues minutes à décompresser de l'intense pression qui régnait dans la salle de granit marin. Malgré son expérience de guerrier, sa préparation au monde politique, l'ancien Fossoyeur avait besoin encore de respirer pour accuser le coup.

L'homme réalisa plus que jamais la portée de ce Conseil : par sa seule décision, il engageait la vie de centaines de personnes dans la guerre, ou la ruine. Ou peut-être les deux, s'il n'agissait pas à temps. Naragasa Shingen sentit qu'il avait réussi à rentrer dans son rôle, non sans se heurter à des figures fortes parmi les Gouverneurs.

Quand il fut enfin prêt et remis de ses émotions, Shingen convoqua quelques minutes plus tard un de ses plus fidèles conseillers.

« Hashimoto-san.
Mon Seigneur ?
Apporte moi immédiatement de quoi écrire, ainsi que le sceau du Château d'Ukiyama.
Ce sera fait selon vos ordres, Naragasa-sama. Vous faut-il autre chose ?
Oui, Hashimoto-san. Que l'on prépare au plus vite un faucon pour porter un message urgent.
Bien, mon Seigneur. Et pour quelle destination ?
… pour le Palais de la Brume. »

Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas

[Intrigue] La Crise des Neuf Perles

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Mission B] Rétablir la foi des neuf perles
» [MISSION/B/KIRI] Rétablir la foi des neuf perles
» Réunion de crise - PV Jonins
» Les perles des channels
» [MISSION D] CRISE EXPLOSIVE À LA CRÈCHE

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: